Partagez | .
 

 Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 709
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Lun 19 Déc - 14:20




Here's the Joker !

Gotham, Gotham, Gotham ... Quelle ville si bruyante, si polluée, si monstrueuse et pourtant si joviale par les temps qui courent ! On pourrait croire que les gens aiment habiter cette ville mais c'est faux. Les gens subissent cette ville, ils éprouvent la ville, ils sont les jouets de forces qui les poussent à l'aveuglement et à la couardise. La plus grande lâcheté de ce siècle, c'est le refus de briser les pires tabous non ? C'était d'une banalité à pleurer. Aujourd'hui, les gens se contentent bêtement d'accepter les situations les plus injustes et les plus cruelles, alors qu'il suffirait juste de se lâcher et de céder aux pires virulences de ce monde. Votre banquier veut saisir votre ferme ? Passez le dans la moissonneuse batteuse ! Votre femme vous quitte et embarque vos enfants ? Tirez-leur dessus, faites un beau remake de Bowling for Columbine et terminez par un suicide théâtrale comme ça personne n'en profitera. Vous voulez faire rentrer l’honnêteté à la Maison Blanche ? Hahaha elle est bien bonne mais on peut toujours rêver ! Non, ce qui manque à ce siècle hideux et infect, c'est une bonne vieille paire de couilles. On peut toujours rêver, peu de gens réussissent à ce sortir de ce train-train que tout le monde doit subir. Vous travaillez à l'école ? Et après, le travail. Et après ? Le mariage et après ? La mort. Tout le monde se calque sur cette crétinerie, et bien sur, vous suivez les lois idiotes avec, sans se rebeller contre l'ordre établi. Heureusement, il existe des cas uniques. Comme le Joker. Et bien sur, il y'en a d'autres, et ce soir, le Joker avait un petit rendez-vous avec un des êtres les plus prometteurs et pourtant un des plus infects sur cette planète. Un des seuls qui arrive à jouir de son pouvoir, de son argent pour satisfaire ses appétits les plus cyniques et les plus démesurés : Oswald Cobblepot, alias le Pingouin. Le Joker et lui se connaissaient depuis plusieurs années. Bien que le Clown et le Pingouin sont légèrement "fâchés" depuis un incident aussi stupide que banal, l'un comme l'autre avait forcément besoin des services de l'autre quand cela était nécessaire. Le Joker voulait des composants chimiques pour son venin, le Pingouin lui fournissait contre de l'argent. Si le Pingouin avait quelques "nuisibles" à dégager, le Joker faisait le reste. Et parfois, cela amusait plus le clown qu'autre chose. Celui ne demandait presque rien au Pingouin, excepté le bonheur de faire sauter quelques cibles. Chacun comme l'autre trouvait son petit bonheur et tout tournait rondement. Le Joker appréciait faire des essais de son gaz sur des petits clans de mafiosos et le Pingouin savourait la nouvelle du décès de potentiels concurrents. Mais ce soir, ce serait surement différent ...

Le rendez-vous fut fixé dans l'église de Sainte Martha, à Devil's Square. Un lieu qui servait autrefois à rassembler les moutons autour de prêtres défroqués et pervers, avant de croire les conneries issues d'un livre de fantaisie. Ha ! Bonne blague. Le Joker était venu seul ce soir là, après tout, le Joker n'aimait pas s'encombrer d'hommes de main, il préférait faire les choses lui-même la plupart du temps. Les hommes de mains, c'est surtout pour servir de bidoche humaine à Batman, un petit amuse-gueule quoi ! Vêtu de son traditionnel costume violet, de sa fleur à acide, et de sa canne-épée, le Joker patientait. Assis sur l'autel, il attendait la venue du Pingouin. Il n'avait pas peur, oh que non. Peur de quoi ? Il était un des plus dangereux criminels de la ville, et personne n'osait s'en prendre à lui, et dans le cas où ça arriverait, les répercussions étaient mortelles. Souriant avec patience, il attendit, comme une araignée patiente, la proie qui vienne directement dans ses fils. Mais le Pingouin n'était pas une proie, il n'était qu'un probable allié de plus dans une lutte sans fin. Un moyen oui, seulement un moyen pour arriver au cadeau final : La mise à mort de Batman. La vieille église était particulièrement délabrée, le ménage n'était pas vraiment de mise, le tapis rouge sur le sol était élimé, un minima de feu était présent grâce aux bougies que le Joker avait allumé, et des bancs commençaient à pourrir sur pied, rongés par les termites et l'usure du temps. Un vrai décor de mariage ! Du bruit venant de l'extérieur, des portes de voitures que l'on ouvre et que l'on ferme, le rendez-vous allait enfin prendre réalité. Le Joker élargit alors son sourire rougeoyant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 32
Date d'Inscription : 13/12/2016
avatar
Jonathan Crane/ Scarecrow
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Lun 19 Déc - 16:59

   Gotham City la nuit. Rien n'était plus sinistre. La rue appartenait aux crapules, aux rats. Ceux-ci se cachaient le matin, le midi et sortaient le soir. Ce qui paraissait dérisoire, c'est que ces gens ne semblaient pas être dans leur assiette. On leur avait dit quelques mots à propos de Batman et de la manière dans laquelle ils finiraient. Certains même l'avaient déjà rencontrer et ce n'était pas forcément une bonne chose. Quelques côtes cassées, des jambes fracturées, mais jamais de mort. C'était la logique de Batman : faire mal mais ne pas tuer. A vrai dire, il se faisait très peu voyant, agissait dans l'ombre et c'était pour cette raison que les gangsters le craignaient le plus. Comment s'assurer de la réussite d'une opération de contrebande si ce fantoche se baladait sur les toits, épiant le moindre de leurs gestes. C'était bel et bien un fléau à exterminer. D'ailleurs, les justiciers ne devraient pas exister. C'est une invention et surtout une illusion dans des villes comme celle-là. Personne ne pouvait la sauver. Elle était irrémédiablement condamnée à vivre dans l'enfer.



    Ce soir-là, on savait pourquoi le Pingouin était de sortie. Il lui fallait rencontrer cette espèce de   clown ridicule mais tueur. Ils pactisaient souvent, sans pour autant s'assurer une bonne entente. En tout cas, Cobblepot méprisait le Joker. Un taré qui se croyait meilleur que lui ; assurément, il ne pouvait que détester le Joker ! C'était dans cette optique que le Pingouin pensait, une nouvelle fois, faire affaire avec cet homme. Depuis quelques temps de drôles de choses se passaient en ville. L'assaut à Arkham était le plus flagrant exemple. Que s'était-il passé là-bas ? Ceux qui avaient renseigné le Pingouin n'avaient pu ramener que de piètres bribes d'informations qui ne satisfaisaient absolument pas Cobblepot. Il eût été assuré à ces braves-là qu'ils goûteraient à l'acier d'un couteau pour leur apprendre à faire leur boulot correctement. Cela filait comme cela chez le Pingouin. Il fallait être fort et tenir face à un homme de la stature d'Oswald. Jamais il ne souffrirait vivre avec des lâches et des balances. Quiconque aurait dit le contraire aurait été égorgé sur l'heure d'ailleurs.



    Spike et Bob accompagnaient le Pingouin pour cette sortie, et un autre homme. L'homme et le Pingouin étaient dans le même van. Le clown était imprévisible et même Cobblepot était armé. Ce fidèle parapluie ne quittait jamais son bras lors de deals comme celui-là. Une petite troupe d'hommes avaient déjà clarifier les lieux avant que le Pingouin approche de Devil Square, on ne pouvait pas commettre d'erreur en ces temps sombres. L’Église Ste Martha se profilait. Vieille bâtisse abandonnée, elle était le reflet d'une Gotham perdue à tout jamais dans le vice et le sang qui coulait. Même la foi désertait… C'était dire…



« J'espère que tu touches ta bille, Spike, ce soir le boss va voir le clown !

-Quoi ?! Ils étaient pas sensés être ennemis ?

-Les amitiés comme les rivalités durent jamais longtemps… 'Fin j'crois !

-Tu parles... »



Un bip sonna.



« Vous êtes où ? Z'allez m'répondre bande de crétins ?

-On est là, monsieur Cobblepot, devant l'église…

-Tout se passe bien ?

-RAS.

-Alors j'arrive ! »



    Une camionnette s'approcha de celle des hommes de main. Elle semblait mieux protéger. Un homme armé sortit et un autre, plus petit et plus gros également. C'était lui, le fameux Pingouin et l'on savait maintenant pourquoi il était craint. Sa face dédaigneuse n'aurait jamais souffert un long regard…



« C'est l'heure... »



    Il fuma son cigare, les hommes poussèrent les grilles et il entra seul dans ce qui ressemblait si peu à un lieu de foi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 709
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Lun 19 Déc - 19:04




Here's the Joker !


Ah qu'il était beau dans son costume bien propre ! Ah qu'il était sublime avec son grand chapeau sur le crâne et son monocle à l’œil. Un vrai petit oisillon de la haute bourgeoisie de Gotham City. Tout le monde connaissait le destin tragique des Cobblepot, et pour tout dire, le Pingouin était un de ces héros tragiques qui méritaient sans doute une fin des plus malheureuses. Un vrai héros de l'Antiquité en somme. Le Pingouin avait connu les aléas de la ruine étant enfant, il avait appris ce que c'était d'être rejeté en permanence à cause de son apparence. Une des plus belles blagues de l'Humanité : La Tolérance. L'Humanité a peur, elle aura toujours peur de ce qui ne rentre pas dans son système hiérarchisé. Les gens sont bloqués sur le "beau" et le "laid", tout comme le bien avec le mal. Personne ne veut casser cette image et personne ne veut comprendre. Pour le Joker c'était différent on va dire, lui, personne ne pourrait le comprendre et personne ne le voudrait, pas après tout ce qu'il avait fait à Gotham City. Et pourtant ... Batman tentait de le comprendre, sans arrêt. Un bel effort. Le Pingouin était un homme horrible, mais qui avait du gout, de très bons gouts. Et contrairement à la plupart des ratés qu'on pouvait voir dans tout l'ensemble des prisonniers de Blackgate, il était le seul avec un minimum d'intelligence pour mesurer les risques et se diriger vers de nouvelles opportunités quand la chance se présentait à elle. Voyant l'ancien maitre de la Pègre de Gotham s'avancer, le Joker sauta de l'autel où il était assis, levant les bras pour acclamer son tout nouveau compagnon de jeu.

"Ce cher Oswald ! Comment vas-tu depuis le temps ? Tu n'as pas grandi d'un iota mais tu portes toujours le monocle avec grande classe hahaha !"


Le Joker joua d'une main avec sa canne-épée, enfin, il gardait toujours une espèce de classe folle à ses petites lubies, notamment à son apparence personnelle. Le violet lui va si bien quand on y pense. Marchant droit vers Cobblepot, le Clown tendait une main fraternelle vers lui, mais il savait très bien, par avance, que Cobblepot n'aimait pas toucher la vermine. Ni s'acoquiner avec des dangereux cinglés comme le Joker. Mais peut-être que ? Non, vaut mieux même pas y penser, Cobblepot était quelqu'un de fier, de noble, et toucher à la crasse ne lui allait vraiment pas le moins du monde. Ricanant légèrement, le Joker regarda de plus près le Pingouin avant de reprendre la parole.

"Comment vont les affaires Pingouin ? Il parait que c'est d'un morose en ce moment. Ce cher Blackounet t'aurait coiffé au poteau je crois."


Avec un petit rire dans le voix, le Joker le savait pertinemment, après tout, il savait que Hurt avait aidé Black Mask à se hisser au-dessus du panier de crabes. Pour tout dire, le Joker avait espéré de nombreuses occasions pour se débarrasser de Black Mask par la suite, mais jouer avec le Pingouin pourrait être amusant. Après tout, se débarasser de Sionis n'était pas quelque chose dont le Pingouin serait contre. Après tout, le parrain noir de Gotham détestait le Joker, surtout depuis que celui-ci ait ruiné Black Mask juste après Noël en détruisant son empire de la drogue. Oui, le Joker s'était très bien amusé cette nuit-là, mais comme les gens ont souvent du ressentiment, et bien ... On peut pas vivre avec dirons-nous. Mais maintenant il fallait se tourner vers le futur, avec clairvoyance et optimisme. Gotham brûlerait et Batman serait crucifié sur son Bat-signal, que demander de mieux ? Et Gotham ? Ma foi, elle peut sombrer dans les abysses, cela n'en sera que meilleur.

"Alors mon grand, que pouvons-nous faire pour nous entraider mutuellement ? Tu ne l'ignores pas, j'ai toujours besoin de composants chimiques pour faire mon merveilleux gaz. Et toi ?"


Connaissant parfaitement les teneurs du contrat, le Joker s'attendait à ce qu'enfin, le Pingouin prenne la parole.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 32
Date d'Inscription : 13/12/2016
avatar
Jonathan Crane/ Scarecrow
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Lun 19 Déc - 21:48

Il se tenait là avec sa face de porcelaine. Toujours aussi laid et son infâme rictus demeurait. Rien n'y faisait… Il eut fallu sans aucun doute gommer ce sourire de cette face difforme. Il était à parier que ce cinglé avait mijoté un ou deux coups avant de venir. L'idéal fut de savoir lesquels mais on en était plus là et Gotham était tellement perdue qu'un coup de plus ou de moins ne valait finalement plus la peine d'être noté. Le Pingouin était entré doucement, comme méfiant de cet être insipide et totalement surfait. Il ne se passait pas une seconde sans que Cobblepot ne se pose la question de savoir comment le monde avait pu engendrer une telle chose. C'était véritablement la lie de l'humanité et c'était en ce titre qu'il professait, même s'il y ajoutait des fioritures… Il fallait vraiment être tombé bien bas. C'était sans doute l'expérience d'une mauvaise journée dont le Pingouin avait le secret.




    Le Pingouin se dandinait silencieusement. Pas un bruit, seulement le bruit des chaussures contre le sol. CLIC CLAC CLIC CLIC… Toujours ce son. Il s'approcha du bénitier, rit et continua son chemin, comme si la bénédiction lui semblait inutile aux vues de la crasse que portait son âme. Il vit directement le clown sauter de l'autel et le rejoindre en toute hâte. Le Pingouin recula et aussi vite qu'il lui présenta sa main, Oswald le dévisagea d'une manière dont lui seul avait le secret. Il était encore à prévoir un de ces fameux coups comme une poignée de main électrifiée ou autre chose du même genre.




« Vérifie tes informateurs, Joker. Mon trafic va très bien ! Il est florissant et finalement digne d'un Cobblepot. Je suis et resterai le meilleur baron du crime de cette ville ! Néanmoins, Sionis me fait de l'ombre. Et j'ai hâte de détruire les projets de cet oiseau de malheur dans l'oeuf. Je ne laisserai pas de répit à cette bâtardise particulière qui ne représente que la lie de tout ce que le monde peut porter... »




    En disant cela, Le Pingouin semblait ignorer le Joker pour se donner une raison de pactiser avec lui, même s'il n'en pensait pas moins. Ce qui semblait bien futile au Prince clown du crime.




« Ce scélérat finira par payer son...grmpf, passons ! Tu veux de tes produits chimiques, pas de problème, je t'en fournirai. Mais il va falloir que tu fasses quelque chose pour le mériter. Et comme toi non plus tu ne l'ignores pas, j'ai bien d'autres clients à qui je pourrais aisément refiler ces merveilles. Or, ton p'tit gaz ne saurait être efficace sans le merveilleux composant que je t'administre. Et je doute grandement que ce vieux Black Mask soit d'humeur à te faire partager son nectar... »




    Il avait mis le Joker au piquet, et ce, même s'il savait qu'il s'en remettrait bien vite. Il lui fallait des informations sur l'évasion soudaine… Il devait en savoir plus, c'était quasiment normal de voir le Pingouin posséder de telles informations et il le fallait. Il était prêt à miser gros, de toute manière il aurait ce qu'il voulait, de gré ou de force. Les farces et attrapes du Joker ne suffiraient pas contre le Pingouin et trois hommes dont un armé. Il fuma et compléta :




« Alors… Qu'est-ce qui s'est passé dans le vieil asile ? Y'a des rumeurs qui courent… Qui a libéré les prisonniers et dans quel but ?»




    Il n'y avait pas de demie mesure et le Pingouin était un véritable détecteur de mensonges sur pattes… De toute manière, il pouvait un jour ou l'autre s'en rendre compte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 709
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Mar 20 Déc - 19:04




Here's the Joker !


Le Joker reconnaissait parfaitement le Pingouin qu'il connaissait si bien. Orgueilleux et tellement avide de la moindre étincelle de pouvoir qui pouvait se dégager de n'importe quoi. "Savoir c'est pouvoir" disait-on, et le Pingouin était quelqu'un de très intelligent, très intelligent. Pas autant que le Sphinx mais il en avait sous la caboche, et savait parfaitement comment gérer ses affaires. Après tout, on ne l'avait pas consacré maitre des trafics en tout genre dans Gotham City pour rien. Et puis le Joker le savait, un Pingouin se relève toujours, malgré le fait qu'il glisse souvent sur la glace. Le Joker se sentit légèrement frustré quand Oswald ne voulut pas lui serrer la pince. Bon d'accord, le Joker avait planqué quelque chose, une poignée électrique, et Cobblepot avait raison, il était quelqu'un d'intelligent, et au moins, on était sur d'une chose, ce n'était pas un imposteur ou un Gueule d'Argile. Le vrai Pingouin ne serrerait jamais la main du Clown pour n'importe quelle raison au monde. Grand bien lui en fasse, le Joker ne tuerait pas le Pingouin aujourd'hui, peut-être un autre jour ou à un autre moment bien particulier. On s'en fout non ? Ricanant, le Joker ne pouvait que comprendre l'envie et le besoin de savoir du Pingouin. Après tout, il était un vrai génie criminel, un stratège et un remarquable maitre en terme de planifications.

"Hahaha vilain petit cachottier, Oswald ! Tu aimes tout savoir, tu aimes tout connaitre, et c'est bien là les meilleurs aspects de ton existence. Hihihihi, il faut des gens intelligents, des gens qui réfléchissent et qui agissent dans l'ombre. Moi, tu me connais, je préfère foncer tête baissée devant le danger, j'aime ce qui fait mal et je ne prend pas le temps de réfléchir."


Léger mensonge du Joker, il adorait planifier ses plans contre Batman. Prendre son temps pour échafauder certaines actions et le tout, dans l'idée de briser le mental du Batman. Mais il était plus sournois en terme de méchanceté gratuite. Le Joker pouvait se vanter de faire le plus de mal pour une raison absurde comparé au Pingouin. Se dirigeant vers l'autel, le Joker se mit à genoux et mima une prière face à ce qui fut jadis, la croix du Christ. Le Joker avait toujours trouvé cette idée drôle. De croire en quelque chose que personne n'avait vu, mais qu'ils suivaient tous comme des moutons vers l'abattoir. L'homme a toujours besoin de croire en quelque chose. Seulement, quand on voit les choses comme le Joker, on se rend très vite compte que tout ça n'est qu'une vaste blague.

"C'est amusant Oswald, à chaque fois que je te vois, j'ai l'impression de voir en face de moi un coucou. Un de ces oiseaux qui fait son nid dans celui des autres. Et sais-tu ce que fait le coucou dans les nids qu'il parasite ? Il pond ses œufs."


Le Joker éclata d'un petit rire. Bien sur, lui et la vie des bêtes, c'était pas son truc, mais il sortait un truc sensé pour une fois. Se relevant, le Joker eut un mauvais sourire, un sourire dans le genre à faire froid dans le dos. Le Joker voyait beaucoup de grandeur en Oswald Cobblepot. Bien que ce concept soit dépassé, et même du genre inutile pour un homme de la trempe du Joker, il n'en restait pas moins un être assez fascinant, toujours capable du pire, même dans les situations où il n'est pas en force. Malgré le fait de s'être fait soufflé la place par Sionis, il gardait la tête froide, et semblait même prêt à reprendre de plus belle.

"Je sais parfaitement que Sionis ne durera pas. Et je sais parfaitement que tu aspires à très vite l'écarter pour lui apprendre les bonnes manières. Je ne me mêlerai pas de cette petite guerre qui me laisse indifférent. Mais voit-tu, j'ai toujours aimé les oiseaux et les gorilles."


Le Pingouin voulait tout savoir pour Arkham Island. Pas de problèmes pour le Joker, après tout, le Pingouin avait besoin d'informations, et s'il pouvait terrasser Sionis par la même occasion, cela ferait un ennemi de plus pour le Black Mask. Et peut-être même que Batman s'en prendrait à Sionis ? L'idée était séduisante. On pourrait même semer des petits cailloux pour diriger le chevalier noir vers Black Mask et le faire chuter monstrueusement. Se remémorant les évènements, le Joker repensait à tout ce qui s'était passé depuis la fois où il avait rencontre "Le Bossu" pour la première fois. Le Jeu de la Danse Macabre qu'il appelait ça. Quel imbécile ! Ce n'étaient que des petits riches en manque de sensation, qui s'ennuyaient en somme, et qui avaient décidé du destin de Batman.

"Le Gant Noir m'a approché il y'a un an. Ils voulaient s'en prendre à Batman. Ils disaient qu'ils pouvaient le faire chuter. Ils ont failli y'arriver mais hélas, Batman s'est montré plus fort qu'eux. Ils ont fait l'erreur la plus stupide qu'il ne fallait pas faire. Sous-estimer Batman. Au final, il s'est relevé et il les a eu. Ce brave docteur Hurt doit être en train de nourrir les poissons mais j'en doute personnellement ... Quant à ses laquais, beaucoup tentent de s'en prendre au marché noir et au commerce d'armes illégales. Certaines armes seront livrées à Sionis, d'autres ont déjà été livrées. Je te conseillerais de fouiner du côté de Coventry. Ils ont pas mal d'entrepôts sur les docks, si tu vois ce que je veux dire."

Le Joker ne se montrerait pas avare en informations. Après tout, Hurt avait tenté de lui rafler la mort de Batman. Pire encore, il avait considérer le Joker comme un serviteur, comme un laquais, un chien. Rien de plus. Et cela, le bon docteur le paierait s'il faisait surface à Gotham City une nouvelle fois. Attendant la réaction du Pingouin, le Joker croisa les bras et attendit patiemment, le temps qu'il enregistre les nouvelles.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 32
Date d'Inscription : 13/12/2016
avatar
Jonathan Crane/ Scarecrow
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Mer 21 Déc - 23:49

Encore ces ricanements sans intérêt. Il pérorait sur la voracité du Pingouin quant à sa soif continuelle et infinie d'informations. Cobblepot s'imaginait le faire souffrir pour oser sourire devant l'un des barons les plus puissants de la ville alors que lui n'était qu'un vulgaire clown sans cervelle qu'il fallait, et que tout le monde voulait, abattre. Une bonne lobotomie aurait suffit à lui faire rendre gorge vu son état et il fallait qu'il jase, sans cesse. Sans cesse ennuyer ses interlocuteurs avec ses blagues rarement drôles et son ton suffisant. Cela dit, il savait être caressant. Oui, c'était vrai, le Pingouin était un homme intelligent. Il avait pour arme principale sa vivacité d'esprit. Il n'aurait pu s'en séparer. Les parapluies, les armes étaient secondaires quand il fallait user du Verbe ou de fugacité.




    Le Pingouin allait répondre. Il allait aussi terminer son cigare. Plus la peine de s'exciter sur son cigare s'il avait des sauts d'humeurs.




« Je ne suis pas un coucou, je suis un pingouin, qui , par ses caractéristiques, ne vole pas mais sait être classe et majestueux. A fortiori, je porte un nom maintes et maintes fois redoré. Il n'est pas question d'épargner Black Mask. Ce porc ne devrait même pas être là. Pourquoi t'en as pas fini avec lui cette fameuse nuit de Noël ?! Il suffisait juste d'appuyer sur une détente et revendiquer ses hommes !!! Non, ne me dis rien : Une de tes fameuses lubies de cinglé ! Ne me sors pas le grand jeu, Joker, je suis quelqu'un d'extrêmement puissant et personne ne rivalise avec un Cobblepot. »




    Lorsque le Pingouin, qui avait entendu les dires sur Arkham, plissa les paupières, il s'imaginait quelles magouilles il pouvait établir après les révélations du Clown. Ca y était ! Alors Simon Hurt était en ville et comptait bien se venger, c'était prévisible, du Joker, si un jour il se relevait.




    Prenant la suite, il se râcla la gorge et recommença :




« C'est toujours la même chose ! Ils faillirent y parvenir et puis TAC, Batman revient, quand est-ce qu'il mangera les pissenlits par la racine ?! Grrr… Que l'organisation de Hurt ne vienne pas fourrer ses sales pattes dans mes affaires, sinon ils ressortiront de cette affaire les bras tranchés et les yeux crevés ! J'inspecterai Coventry… C'est quasiment certain ! Et toi ? Tu ne vas pas en finir définitivement avec cette organisation ridicule ?! Je suis sûr que Simon Hurt est encore vivant. Cette ville… Il y a quelque chose… On ne meurt jamais vraiment ! Et c'est bien un problème pour éradiquer ce taré en costume de chauve-souris. Sionis finira dans une geôle définitivement ! Foi de de Cobblepot ! »




   Oswald rit doucement et s'agita, il s'approcha du Joker et lui fit un sourire narquois et sadique…  





« Tu auras tes produits, Joker. Mais il faudrait qu'on combine nos forces pour anéantir ce taré au masque noir... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 709
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Jeu 22 Déc - 18:12




Here's the Joker !


Le sourire du Joker disparut. Son grand sourire étincelant et si sur disparu, et un autre sourire vint poindre sur les lèvres du clown, un sourire mauvais, un sourire légèrement cruel. Presque rare et pourtant ... Hurt était un beau salaud, et dans l'esprit du Joker, ceux qui insultent le Clown finissaient généralement dans une jolie petite boite en sapin, à quatre planches bien géométriques. Serrant les dents, le Joker eut un léger ricanement, mais rien de bien "joyeux" quand on connaissait bien le Joker. Hurt avait tenté quelque chose et il s'était vautré, tout le monde tentait quelque chose, et ça se vautrait, c'était prévisible, mais de là à prendre le Joker pour un chien, pire, le prendre pour un laquais, comme un Killer Moth de bas étage, là, c'était une insulte. Patiemment, le Joker sortit de sa veste un petit sac en plastique. Dedans, une véritable langue humaine, avec quelques petits morceaux de cervelle fraiche. Une langue qui était encore fraichement découpée, accompagné de ce qui avait pût être un morceau de lobe, peut-être. Le Joker appréciait ce genre de petits trophées qu'il gardait parfois de ci et là, histoire d'instiller la terreur, mais aussi de garder sa réputation de monstre de Gotham.

- "La langue du dénommé Dark Ranger. Un criminel qui vient d'Australie et qui a aidé le Gant Noir. Je réserve un châtiment plus cynique pour ce cher docteur Hurt."


Le pauvre Dark Ranger avait été séquestré pendant trois jours avec le Joker. Torturé mentalement et physiquement, l'homme fut une véritable épave, une vraie misère, une vraie horreur. Le Joker savait y faire pour torturer les esprits des individus lambda et idiots. Ricanant encore des sévices infligés, le Dark Ranger avait finit par ennuyer le Joker et celui-ci fut ... Trépané par le Joker. Dark Ranger portait en permanence un casque en métal, et le Joker a eu l'idée de l'ouvrir à la façon "ouvre-boites." Le résultat ne se fit pas attendre et de nombreux bouts de cervelle jaillirent comme du popcorn quand le Joker pressura le crâne avec les bons outils.

- "Pas de tergiversations Pingouin. Tu sais très bien, tout comme moi, qu'un concurrent peut-être une menace des plus sérieuses. Il faut répondre par le sang, la mort et les mitraillettes. Les restes de Hurt doivent être dispersés aux quatre vents. Y compris ses hommes de mains, et si je le pouvais, je sèmerais leurs tripes, leurs têtes, leurs bras et les jambes dans toute la ville ! Et j'en suis capable héhéhahahaha !"


Dans le milieu criminel, enfin parmi ceux qui étaient en dehors de Gotham, des petits comme Trickster, Captain Cold ou Maitre des Miroirs se racontaient des histoires d'horreur, et toutes concernaient le Joker. La plupart des faits d'armes du clown se repose essentiellement sur la peur et sur les horreurs dont il est capable. Même Lex Luthor se refusait à toute association avec le Joker, c'est pour dire le degrés d'intelligence du type. Le cerveau criminel parfait se refuse à toute association avec le Prince du Rire de Gotham City, c'est qu'il en avait sous la caboche le chauve ! Mais tout ça pour dire que le Joker était toujours le premier à vouloir repousser les limites de l'horreur, tant qu'elle se voulait artistique et sérieusement drôle. Pas un seul de ses méfaits n'était inconnu du grand public, et ce soir-là, le Joker voulait assurer sa place de monstre criminel auprès d'un autre monstre plus raffiné dans Gotham City.

- "Pourquoi j'ai épargné Black Mask ? Mais parce qu'il fait parti de l'âme de Gotham City voyons. Réfléchis Oswald. Si je l'avais tué, qui pour succéder à Sionis ? Une autre hydre de haine ? Et il faudrait refaire tout le travail ? Pitié. Sionis est bien mieux comme il est maintenant, et c'est justement ce qu'il est en ce moment, façonné par toi, moi, Gotham et Batman, qu'il va assister à la pire des chutes. Et crois-moi Pingouin, cela sera brutal. Pourquoi l'éliminer alors que tu pourrais ... Je ne sais pas moi ... En faire un trophée que tu pourrais exposer à toutes ces petites familles qui t'ont sous-estimé ... Pense aux Ukrainiens, pense aux Chinois, pense à ceux qui t'ont trainé dans la boue ... Imagine leurs têtes quand ils verront Sionis entre tes mains, quand ils verront que tu l'as vaincu. Imagine et souris. Souris ..."


Le Joker pouvait se montrer très imaginatif. Bien sur, pour lui, diriger un gang était tout, sauf une affaire de contrôle de territoires. Le Joker préférait la destruction aveugle et le chaos, le tout accompagné de gazs hilarants. Mais le Pingouin, sa suffisance, son parcours, tout, tout ça pouvait prendre une tournure des plus délectables pour un être comme Cobblepot. Parti de rien et redevenu un des criminels les plus puissants de cette ville. Quelle douce ironie quand on y pense non ? Le Pingouin était un de ces hommes qui aimait être glorifié, qui aimait la reconnaissance et le Joker le savait parfaitement. Puis, par la suite, il parla de Batman. Ce très cher Batounet adoré, le Joker y repensait souvent depuis sa folle échappée de l'asile dans une ambulance.

- "Pour Batman, je me le réserve."





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 32
Date d'Inscription : 13/12/2016
avatar
Jonathan Crane/ Scarecrow
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Mar 27 Déc - 17:48

Il était vrai que, rien qu'à l'idée que le Pingouin puisse terrasser Sionis devant ses ennemis, Cobblepot se réservait le droit d'être fier. D'abord, il s'agissait de prendre en compte le trafic de Roman puis le transformer en pétard à bulle. C'est souvent le problème d'un pétard. S'il se fait mouiller, il ne sert plus à rien. C'était l'objectif du Pingouin. Visiblement, le Gant Noir était un ennemi. Ils s'emparaient du trafic de certains gros bras. Il était donc à parier que des gens comme Simon Hurt dussent se garder des apparences et prendre en compte tous les petits détails. Il ne fallait pas qu'un Cobblepot se fasse abuser de la sorte. Il réduirait donc le Gant Noir à l'asservissement et deviendrait l'un des plus grands barons de Gotham. Le fric, le pouvoir, et surtout la renommée… Tout allait enfin lui sourire. Le reste était finalement dérisoire. Même le chevalier noir ne saurait lui résister. Visiblement, le Joker voulait s'en faire une peau. Cela lui était bien égal. Il se casserait les dents à confronter le justicier. L'avantage, c'est qu'on cesserait de voir son infâme sourire. Enfin Le Pingouin aurait sa vengeance sur ce monde affreusement barbare et sans foi ni loi.




    Néanmoins, il fallait reconnaître que le Joker était vraiment malade. Cette langue dans un vulgaire plastique n'effrayait pas en soi le manchot mais il fit une légère moue de dégoût. Un rictus caractéristique de cette vision sordide. Le pauvre homme avait dû souffrir mais il le fallait pour être beau, comme dit le proverbe…




    Le Pingouin pointa le Joker du parapluie et commença à tergiverser, pour reprendre l'expression.




« Dans ce cas, je veux 50/50 si on doit partager les gars du Gant Noir. Et qu'on s'arrange pour que Black Mask soit mon jouet. Ainsi, je l'humilierai pour avoir osé prétendre à la place qui me revenait de droit. »




    Oswald savait que cette alliance était précaire et que tout ceci finirait dans un bain de sang entre deux gangs mais s'il pouvait se servir de cet infâme malade, il n'hésiterait pas. Bon gré mal gré, il fallait user de ruse pour se sortir de la mouise dans cette ville. C'était comme cela, Gotham. Pas le moindre espoir de victoire, que le désespoir…




« Tu n'as pas changé, le clown. Toujours à croire que tu peux changer le monde. Le rendre sans doute plus sanguinolent. Une chose est sûre, méfie-toi de l'eau qui dort ! Quant à moi, je me hisserai doucement vers les plus belles cimes de Gotham et l'on finira par me lécher les bottes. De tout' façon, le chevalier noir est fini. Autant que les sales mômes qu'il dirige. »




    Nous verrons bientôt la ville sous un flot de sang. Il fallait juste savoir patienter. Après tout, patience est mère de vertu. Ceci dit : Ce qui commence dans le sang, doit finir dans le sang...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 709
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]   Jeu 29 Déc - 16:49




Here's the Joker !


Pour toute expression faciale, le Joker eut un grand sourire, un sourire qu'on lui connaissait si bien, si empreint de folie et de monstruosité. Il était le clown prince du crime après tout, et son sourire était bien connu de toute la ville. Pour ainsi dire, le sort de Black Mask était-il vraiment scellé ? On pourrait le croire vu l'association abominable qui venait de découler de cette sinistre rencontre. Bien que le Joker et le Pingouin ne se supportaient nullement, ce soir, ils venaient de s'unir pour se débarrasser d'un fléau qui hantait Gotham City. L'un voulait se rapprocher du sommet, tandis que l'autre aspirait à faire sombrer dans les abysses, une ville en proie à la perdition et à l'échec perpétuel, ce, malgré les efforts doublés du Chevalier Noir. Pointant son parapluie vers le Joker, celui-ci prit le bout comme pour serrer la main du Pingouin, à sa façon dirons-nous.

- "Tope-là le mangeur de sardines ! T'auras pas à le regretter."


Bien sur, une association avec le Joker, ça comportait ses risques. Mais dans le jeu comme dans la vie, il faut savoir miser sur le bon cheval et le Joker pouvait être un atout, comme on peut le sortir dans un jeu de hasard. Ne prenant pas la peine de continuer, le Joker se dirigea d'un pas lent vers la sortie de l'église de Devil's Square. Le Pingouin était un visionnaire, mais il manquait parfois de lucidité là où le Joker voyait une vérité enfouie. Le Batman fini ? Au contraire, il allait devenir meilleur et plus dangereux ces prochaines semaines, si ce n'est tout le temps. Cobblepot devait se méfier, Batman allait redoubler d'efforts et pour se faire, il en viendrait à des stratagèmes plus pernicieux. Il devait faire attention, mais le Joker se garda de faire toute réflexion, après tout, c'était Oswald CObblepot, il savait ce qu'il faisait après tout.

- "Je ne me fierai pas à ce que tu dis, Oswald. Sa force est dans sa capacité à revenir, toujours aussi noir et aussi sérieux. Mais sa faiblesse la plus évidente, ce sont ses alliés. Supprime-en un, et il deviendra fou un jour. Cela a bien failli marcher une fois mais il a tenu bon. Sois sur tes gardes, Pingouin, fait très attention. Il est plus dangereux qu'il n'y parait."


Toujours de dos pour le Pingouin, le Joker redescendait l'allée pour quitter le grand édifice qui servait jadis pour les commémorations religieuses. Il tourna néanmoins la tête pour regarder une dernière fois le Pingouin, droit dans les yeux, un mauvais sourire sur le visage. Nul doute que le Joker connaissait le mental de Batman, du moins, il essayait de le comprendre et vice-versa. C'était un petit jeu qui se jouait à deux, et personne ne pouvait comprendre l'aboutissant de toute cette valse mortifère. Ricanant, le Joker plissa les yeux, amusé par toute la sérénade de Cobblepot. L'avidité le conduirait au sommet oui, mais il ne devait pas oublier que tout ce qui monte finit généralement par redescendre. Et plus haut sera l'homme, plus dure sera la chute. Repensant au Chevalier Noir, le Joker eut un bon sourire.

- "Il n'y a que moi qui puisse le comprendre."


On aurait dit un amant, un homme ayant trouvé son âme sœur, son reflet dans le miroir. Oui, le Joker était cet être de l'autre côté du miroir, le visage inversé du Chevalier Noir, son antithèse, et malgré tout cela, les deux ne pouvaient pas s'entendre, ni même se comprendre. Pourquoi faire ? La vie n'était qu'un jeu après tout, une sinistre blague qui finirait très mal. Comment cela se terminera t'il ? Batman portera-t'il le cadavre du Joker comme un fardeau qu'il vient de perdre ? Ou bien était-ce le Joker qui tuerait Batman dans un parc d'attractions sur le thème de l'amour ? Tant de possibilités mais hélas, rien de bien probant. Tout cela finirait mal et pourtant, cette pensée hantait le Joker avec une telle force, une telle envie de la réaliser. Une vie qui tournait autour de Batman, son créateur en quelque sorte, avec une fin digne du commun des mortels, mais en apothéose. Et après tout ça ? Plus rien. D'un geste décidé, il se dirigea vers la sortie. Un petit clin d’œil discret avant de disparaitre. Le Pingouin savait qu'il aurait des nouvelles du Joker, un jour où l'autre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dans le confessionnal du rire [PV Pingouin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Exprimer le rire dans un dialogue
» Faites nous rire !!!
» Le pingouin intelligent
» (Polémique ridicule) Mickey dans la ligne de mire des islamistes
» Votre plus grand rire et peur au cinéma...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Devil's Square :: Église Ste Martha-