Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   Mer 6 Juin - 17:52

La voiture s'avance, noire, sans phares, elle roule à travers Gotham City, passant devant les ruines que constituent les Narrows, un endroit puant et méprisable qui méritait d'être rasé sans état d'âme. Ou encore même devant le tribunal de Park Row. Des rumeurs faisaient état de la présence d'Anarky. Un triste sire qui se prenait pour une grande âme dans cette ville. Qu'importe, avec le montant adéquat, il serait achetable, comme tous les autres. Un homme a toujours son prix, et Anarky était achetable, comme tous les autres. Tous des râclures qui passaient leur temps à palabrer, à refaire le monde, au lieu d'agir, de réellement agir. Dieu merci, on a donné l'illusion au peuple qu'il pouvait encore agir en votant, alors que ce sont les grands entrepreneurs comme moi, qui tiraient les ficelles du métier. Crocker, lui, était nerveux, il n'aimait pas ce moment que vivait Gotham City. Moi non plus, je n'aimais pas, mais je composerai avec. Et qu'importe la demi-mesure. Tout se passe plutôt bien pour les affaires en ce moment, dans les autres villes, et même si je n'ai pas accès à mes comptes, je sais très bien que je gagne énormément d'argent grâce aux autres succursales. Bill, le chauffeur, et Thomas, le garde du corps étaient à l'avant, je serrais ma canne-épée, tous ces pauvres. Tous ces lamentables gens qui vivaient dans la misère. Triste à dire, mais les Gothamites étaient des vers de terre, informes, dégoutants, et sans aucun respect pour eux-mêmes. Crocker est nerveux, il n'aime pas traiter avec ce petit méprisable qu'était Attano, mais il fallait faire avec.

"On est y est bientôt, Crocker."


C'est ainsi que nous arrivâmes à Willowwood. Un lieu hanté, comme on aimait à le dire, un lieu versé dans le scandale après que des médecins aient abusé d'enfants, ou que des infirmières aient maltraité des gosses. Plusieurs enfants sont morts, d'autres, ont eu des séquelles à vie et ont même terminé, pour la plupart, à l'asile d'Arkham. Ironie ou triste constat du sort alors qu'on sait parfaitement que ce sont les Wayne les responsables de tout ce travail. Je n'avais jamais vraiment imaginé ce genre de coup du sort à ma propre famille. Non, la mienne s'en sortirait sans scandale, et resterait immaculée. Nous descendons de la voiture, Bill m'ouvre la porte, et Thomas, vêtu de noir, d'un costard cravate et des lunettes de soleil, me suit. Crocker reste auprès de moi, lui aussi armé. On ne savait pas dans quel guêpier on pouvait tomber après tout. Il méritait d'être à Blackgate selon les rapports. Il avait un lourd passif. Mais pour le boulot que je lui donnerai, c'était déjà quelque chose, et puis, je ne m'attendais pas à ce qu'il réussisse. Non. Le bureau 25, nous y arrivons, tranquillement mais surement, et pour tout dire, je n'appréciais pas l'endroit. C'était une puanteur sans nom, abjecte, répugnante. Pourquoi ne pas raser ce bâtiment ? Ce serait vrai gain de place pour quelque chose de plus utile dans ma ville. C'est au moment où nous entrons dans le lieu de rendez-vous, que je la vois. Moi, Chip, et Thomas, nous sommes sur le seuil de la porte, je retire mon chapeau, révélant ma crinière de lion roux, Crocker se découvre aussi, Thomas reste dans le couloir. On aurait dît une de ces vieilles rencontres de la mafia. C'était pourri en quelque sorte.

"Vous êtes en avance. J'apprécie la ponctualité."


Je ne pouvais pas en dire autant pour Crocker, à qui je lançais un petit regard presque inquisiteur. Mais laissons ces querelles de familles dehors. Pour le moment, il y'avait grande affaire à régler. Et ce soir, monsieur Attano allait nous aider à y voir un peu plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 268
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   Jeu 12 Juil - 14:32

Cet endroit est horrible autant que celui qu’Eddy s’apprête à piéger. Celestia n’est plus… tout ce qui l’en reste est un tas de chair, mi humain mi insectoïde. Elle s’est éteinte dans un cri strident, il y a un peu moins d’une semaine, alors que le vétéran avait observé un pique d’activité cardiaque. Eddy devait l’enterrer mais pas avant de s’être occupé du monstre qui l’a transformé en abomination. Il avait planifié cette soirée dans les moindres détails, dans une rage froide et machiavélique.
Ici, a Willowood, quelqu’un terminera sa vie.
Tout était en place. Il allait payer pour Celestia et pour sa sœur que Dagget avait définitivement laissée orpheline. Oui, c’était de la vengeance… Mais avec un tel homme n’est-ce pas un peu de la Justice.
C’était soi-disant un échange, Eddy allait rendre la mallette a Daggett comme prévu malgré le temps qui était passé et lui en échange fournirai un antidote pour Celestia. Il avait d’ailleurs bataillé avec les intermédiaire du mania de la pharmaceutique pour avoir ce rendez-vous.
Le vétéran était posté dans l’un des premiers étages de l’hôpital et suivit le trajet dès la voiture de Daggett à travers la lunette de son fusil.
Tout en lui le poussait a tiré faire feu, mais une petite voix au fonds de lui, surement celle du sadisme ou de la haine, lui disais d’affronté Daggett de face, et pour une fois il l’écouta.
Il passa par la fenêtre de son étage, il était juste au-dessus du groupe d’invité, puis entra dans le bureau adjacent le 24.
La personne que salua Daggett n’était pas Eddy, c’était un clochard à la barbe et aux cheveux mal taillés qui avait accepté de porter les vêtements quotidien du vétéran. Bien sûr, il l’équipa d’un gilet par balle et lui indiqua de fuir dès sa mission achever.
Le clochard, john de son prénom, lu une feuille posée sur le bureau et énonça.
 
-Ah vous voilà. Monsieur Daggett Ravie de vous revoir. Dit moi, avez-vous déjà douté de vous ? Doutez de votre pouvoir ? Pensez-vous pouvoir être vaincu ? J’imagine que non. Je suis sûr, que je ne suis pas le seul, que vous avez utilisé, et que vous espérez liquider. Contrairement aux autres, je vous donnerai plus de file à retendre. J’ai beaucoup perdu, dès chose que je ne pensais pas perdre d’une telle manière. Tout s’arrête ici. Dites-moi, est-ce que vous avez déjà gouté à ce précieux virus ?
 
A cette instant le mendiant sorti d’une main une petite arbalète et décocha un carreau sur Dagget, puis de l’autre lança une grenade flash. On put l’entendre fuir par la fenêtre et tombé dans bosquet
 
Pendant ce temps-là Eddy se jeta sur le garde devant le bureau, il l’agrippa et tomba sur le sol du couloir avec lui, et lui plantant son couteau dans la gorge. Eddy se releva puis disparu de nouveau par la fenêtre du bureau 24.
Il verrouilla l’étage de l’extérieur avec de gros cadenas. Personne ne sortirai vivant d’ici, à part peut-être lui. Il savait que pour atteindre Daggett il devrait d’abord se débarrasser de ces hommes de main, il en avait un en moins, maintenant il faudrait s’attaquer aux autres pas d’assaut frontal, ce sera tout dans la discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   Jeu 12 Juil - 15:56

Ce n'était pas Attano ... Visiblement, il semblait avoir envie de terminer tout ça, de mettre un terme à notre collaboration. Sale petit traitre, odieuse petite merde ! Oses-tu vraiment me faire un coup pareil ? Daggett ragea intérieurement. Pour tout dire, cela l'énervait vraiment de voir qu'on puisse le trahir comme ça, sans prendre le temps de sentir le poison s'instiller dans la menace. Non, c'était une vengeance, une attaque ridicule. Comment peut-on oser trahir un homme de l'envergure de Daggett. La flèche de l'arbalète entailla l'homme d'affaires dans la cuisse. Pas de possibilité de fuir pour le moment. Dagett était à genou, tentant d'enlever ce morceau de bois de sa cuisse, bon Dieu que ça faisait mal. Daggett se sait menacé. Visiblement Attano était devenu une taupe et il avait forcément parlé du virus à quelqu'un, mais qui ? Qui avait osé mettre un contrat sur sa tête ? C'était clair pour une chose. Quelqu'un réclamait ce virus, mais il m'appartenait ! J'étais à terre, il ne restait que Crocker et le chauffeur, l'autre homme de main venait de se faire abattre froidement. La fumée était assez pénible, et elle était en train de faire étouffer Daggett.

"TU OSES M'ATTAQUER ? ESPÈCE DE MISÉRABLE VER DE TERRE ! JE T'AI SORTI DE TA CONDITION DE MINABLE !"

Daggett était en colère, et si c'était l'heure du jugement final, alors il était prêt à rejoindre son créateur, mais pas sans laisser le combat final être merdique, non. Mourir les armes à la main, c'était quand même bien plus glorieux. La porte était maintenant fermée, et Crocker était un lâche, il tentait de s'enfuir, il criait, il pleurait. Quelque part, j'aurais bien mis la main sur mon arme pour abattre ce pleutre comme il le méritait. Les faibles et les couards méritaient la mort. Et ce soir, il n'y aura pas qu'un seul cadavre à nettoyer pour les légistes, oh que non. Le virus ... Ce virus qui aurait dû abattre Wayne pour de bon, qui aurait dû le détruire, volé par Bane, revolé par Attano, et maintenant qui était à ma portée, si proche, et si lointain pourtant. Voila que ce traitre m'avait enfin poignardé dans le dos, sûrement pour une autre entreprise, comme LexCorp, ou encore Gothcorp. J'étais fini. Mais ce soir, je ferai en sorte que chaque parole d'Attano, ainsi que sa traitrise, le martèle en permanence, que ça lui reste en permanence dans son esprit. Je dégaine mon arme, malgré la douleur à la cuisse, je suis toujours à genou.

"Tu penses à quoi, crétin ? M'abattre ? Et après ? Tu feras quoi ? Tu te feras constitué prisonnier ? Espèce de crétin ! Imbécile ! Tu es fini ! Tu es mort ! Tu vas le sentir passé ! Toi et toute ta putain de famille, dès que je sors d'ici, je vous exterminerai tous !"


On avait blessé Daggett, c'était un homme aux abois, en proie à la mort, en proie à la colère. Il était sur la pente descendante, et pour tout dire, ça sentait le sapin, mais force dix. Sa facette ombrageuse faisait surface, cette voix dans sa tête, celle qui lui parlait parfois à voix haute, avait ce don particulier de le pousser dans ses retranchements. Tout était si embrouillé, si confus. Il ne savait plus. Ou plutôt, il avait peur de savoir. Et d'un autre côté, cette voix ne faisait que le conforter dans sa crainte. Ce qui était tout à fait curieux, c'était que la présence de cette voix l'inquiétait, mais le rassurait aussi. Il sombrait, il en avait conscience, mais il n'était pas seul. Il avait quelqu'un à qui parler, quelqu'un qui le connaissait mieux que personne. Mieux qu'il ne se connaissait lui-même, si tant est que ce fût possible. C'était comme ça dans ce genre de moment, on peut se trouver soi-même quand on est poussé devant la mort. On montre un autre visage, une autre personnalité, et malgré la fumée et la mort d'un de mes hommes, Daggett tenait quand même bon, malgré le fait d'être devenu un gibier blessé. Non, il devait survivre, il se devait de survivre. Sinon, tout cela n'aurait servi à rien. Pas vrai ? Il n'y avait plus grand chose à attendre de la situation. Seul, enfermé ici avec Attano, Daggett était à la merci de l'autre. À chaque pensée, chaque mot qu'il formulerait, il pouvait tout aussi bien subir un assaut qui mettrait fin à tout ce qui était Roland Daggett.

"Ose m'affronter en face à face, immonde merde !"


Tu croyais vraiment pouvoir diriger le destin ? Le manipuler ? Le mettre sous ta cause et en faire une arme d'espoir ? Tu pensais sérieusement que ta chance se provoquait ? Que tout ça n'était que de la chance ? Mais bien sur que non ! Pourquoi la chance aiderait certains enfants bien nés ? Non, tout ça n'était pas une simple question de chance, ce n'était que le karma, l'inéluctable chemin de la vie. Les gens puissants sont toujours avides de tout, comment se satisfaire du peu comme les pauvres ? Pourquoi les gens ne prenaient pas exemple sur moi ? J'ai tenté, j'ai été un self made man ? Mais non ! Tout le monde en voulait toujours plus ! Toujours et encore, on incite les gens à espérer plus qu'ils ne peuvent l'endurer ou le supporter ! Et pour toute chose, la chute pouvait être terrible. Et c'est dans ce cas, ce qui est arrivé au grand Roland Daggett.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 268
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   Jeu 12 Juil - 19:27

Eddy souria presque en entendant Dagget l’insulté, se décontenancer. Cette pauvre ordure ne savait pas ce qui l’attendait. Il n’aurait pas pu espérer mieux.
Eddy repassa par la fenêtre et se hissa à l’étage supérieur et pénétra le couloir de celui. Le sol était bien plus détérioré que celui sur lequel Daggett marchait.
Le vétéran se déplaça avec adresse pour n’émettre aucun bruit, jusqu’à approcher d’un trou. Il fait 30 environ, il donnait sur l’étage en dessous. Il récupéra la corde qui était posé juste à côté, il fait un nœud coulant.
C’était l’heure de la pêche.
Il se posta juste au-dessus du trou, et lorsque qu’un des hommes de Daggett passa en dessous, Eddy laissa tomber la corde autour du cou du sbire puis tira de toutes ses forces puis recula pour venir accrocher la corde à une tige métallique qui sortait du mur. Il souhaitait voir la peur dans les yeux du monstre qui avait détruit une enfant et qui sait bien d'autre innocent. Eddy connaissait es horreur que des hommes comme lui pouvait perpétrer, et il lui montrerait cette même horreur. Non, il n'y avait rien d'héroïque, rien de noble mais aucun d'eux ne l'était.
Il se rua dans une des chambres pour éviter les coups de feu qui perforait son plancher, puis sauta dans un trou mural pour rejoindre la chambre où ce trouvais son fusil à lunette.
Il le récupéra en fonça un chargeur, vérifia son silencieux et le passa sur l’épaule.
Il tapota sur son micro gorgerin et d’une voix sombre lança.
 
-Dites-moi, savez-vous de quoi le carreau était enduit ? Je vous le donne en mille, vous m’aviez demandé de le voler. (Silence) Ah tu peur de la mort Roland Daggett?
 
La voix sortie d’un hautparleur dissimulé dans un bureau en face du bureau 25 et deux autres était dissimulé dans d’autre chambre de l’étage, si bien que sa voix résonnait dans tout l’étage.
Eddy descendit à nouveau à l’étage de sa cible. Il se mit en bout de couloir, totalement dissimulé dans l’ombre aider pas sa tenue tactique. Il se mit à genoux, positionna son fusil. Il vit le dernier homme de Daggett, sortir du bureau. Erreur fatal. Un tire dans l’épaule, on tire la culasse, tire dans la jambe, on retire la culasse, Troisième tire en pleine tête, On tire à nouveau ma culasse. S’il ne se contrôlait pas Eddy aurait réduit en charpie le corps du chauffeur de Daggett.
Le vétéran pris une grande respiration, pour ne pas se laisser aller pleinement à son adrénaline et a sa colère. Mais il ne pouvait pas se mentir non plus, ça faisait du bien.
Daggett était pitoyable, pensant que l’argent et sa réputation lui protégeront de la mort.
Eddy se fichait de ce qu’il était seul comptait ce qu’il avait fait. Il avait fait beaucoup trop de mal.
Il allait l’affronté face à face et ne lui laisser aucune chance.
Que l’on soit riche ou mendiant la mort nous emportera de la même manière.
Eddy se releva posa son fusil dans un angle et sorti une grenade fumigène et son pistolet. Il resta dans l’ombre un instant, tel le prédateur qui attends sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   Jeu 12 Juil - 20:12

Non ... Le carreau était enduit du poison que je désirais. J'avais raison de dire que je n'étais pas si loin d'avoir mon virus, il était maintenant en moi, il était moi ... Et j'allais en mourir. Il allait me dévorer de l'intérieur, me briser, m'anéantir. Crocker venait de se faire bêtement avoir par Attano, et quant au chauffeur, il était sûrement déjà mort. Qu'importe ce qui se passait, je devais survivre, je le devais ... Il le fallait. Daggett avait forcé son destin, forcé sa chance et voila ce qui lui arrivait : la merde. Et le plus drôle, c'est qu'après avoir côtoyé les plus grands de Gotham City, le voila qui était là, ici, parmi la merde, dans une assemblée de minables, mourir dans un endroit aussi horrible que celui-ci, mourir dans un endroit hanté et abject, voila la triste fin de Roland Daggett ? Il fallait tenir. Mais le virus pourtant, était incurable, et la mort était la destination finale de Daggett, rien de plus, rien de moins. Daggett commençait à suer, il commençait à suer très fort, de l'eau échappait de ses pores à un rythme monstrueux, il se déssécherait, si rien n'était fait, mais le mal était commencé, rien ne pourrait le sauver de tout cela. Au fond, tous les criminels n'étaient pas si différents de Daggett. Vraiment. Ils n'étaient sûrement pas malades de naissance, quelque chose dans leurs vies avait dû venir dérégler le mécanisme qui aurait dû leur faire mener une paisible existence. Et ils avaient fini ici, Willowwood, comme Arkham, ou encore Blackgate, tous plus tarés les uns que les autres, à chercher comme sortir d'ici pour vivre leur vie de psychopathe libre. Si Roland Daggett faisait une petite introspection, c'était peu ou prou ce qui se passait pour lui. Il avait des points communs avec cette petite population déviante. C'était à se coincer les parties dans une porte ... Il commençait à perdre les pédales, il commençait à rire devant tant de mauvaises surprises, de mauvais choix constitués. La mort arrivait, et les effets du virus commençait à se faire connaitre. Il suait, fort, et des boutons commençaient à sortir de sa peau, violets, purulents, et ils poussaient vite, et explosaient, laissant des gerbes de sang sur le sol. Daggett comprenait qu'il ne lui restait pas beaucoup de temps, mais assez pour tirer et espérer emporter Attano avec lui.

"Je n'ai pas peur, je n'ai pas peur car je sais une chose ..."


Il toussa, les boutons commençaient à se former dans ses organes, des boutons qui poussaient sur ses organes et qui explosaient, les poumons commençaient à saturer, l'air commençait à se faire rare. Malgré son besoin de tuer Attano, Daggett était quand même contagieux, avec un peu de chance, il pourrait le contaminer et l'emmener en enfer avec lui ? Peut-être. Voila le terrible constat qu'un homme sain pouvait faire sur soi. Voir tout son travail anéanti pour rien, voir la terrible fin d'un homme, voir une espèce d'auto-destruction de ses rêves et d'y survivre, c'est surement la pire des choses à laquelle on pouvait survivre. Mais dans Gotham City, c'était courant, c'était la longue litanie des choses perpétuelles ! Tous ces malades qui se baladaient dans cette ville, tous furent humains, tous eurent des rêves et ils se heurtèrent à la réalité, tous avaient eu des rêves, et au final, ils avaient été trahis par tout ce qu'on leur avait fait croire. C'était la blague ultime et Daggett n'était qu'un nouveau cas qu'il fallait vite faire tomber plus bas que le sol lui-même. De toutes façons, il allait connaitre la mort, la fin était proche. Il toussa une nouvelle gerbe de sang, contagieux bien sur, et sa main se figea, paralysée, une mort lente et horrible.

"Tu finiras ... Poursuivi par ... Batman ... Il te ... Retrouvera ... Et dans la tombe, je te poignarde, je te maudis, car ... Je te hais."


Il se laissa tomber sur le sol, le visage n'était plus qu'une espèce de demi-visage boursouflé par les boutons. Sa peau était fragilisée, son corps s'était figé. L'arrêt des poumons ne tardera pas ... Daggett allait mourir. Que laissait-il derrière lui ? Une entreprise ruinée ? Un déficit immonde pour son entreprise ? Une candidature ratée à la mairie de Gotham City ? Rien de plus. Rien ... Juste un mot dans l'histoire de Gotham City, et le chapitre final allait se terminer bien plus tard. Pour ce qui était du virus, et bien ... Pour le moment, il était dans le corps de Daggett, et il mourrait quand l'hôte sera mort. Ainsi se termine la vie de Roland Daggett. Il n'eut que des regrets, et aucun remords. Aucun remord pour Matt Hagen dont il brisa la vie en le transformant en Gueule d'Argile. Aucun remord pour le virus crée par Achilles Milo et qui avait failli tuer Catwoman, aucun remord pour personne. Il avait essayé, il avait tenté de vivre sa vie, et il avait tenté de devenir quelqu'un dans cette ville. Ce gamin des rues avait quand même réussi quelque part. La mort, moche, et pourtant pas si terrible que ça, au fond, Daggett s'y attendait, il espérait qu'on vienne le tuer un jour. Après tout ce qu'il avait fait, c'était normal non ? Alors qu'il était allongé sur le sol, il observa par la fenêtre la nuit étoilée. Comme il aurait aimé savourer quelques couchers de soleil de plus, comme il aurait aimé profiter d'un peu de lumière du soleil, de l'odeur de l'herbe dans une prairie, et de la vie. Quelque part, il aurait aimé en profiter un peu plus, mais ce n'était plus possible. Il fallait se résigner, et partir. Il était prêt, prêt à succomber à la mort, et pour de bon. Et effectivement, la plongée dans le noir ne dura qu'une poignée de secondes supplémentaires ...

"Merde ..."

Les yeux levés vers le ciel, il expira.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 268
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   Jeu 12 Juil - 22:59

Eddy avait regardé Daggett chanceler l’insulté, sans dire un mot, sans sortir de l’ombre.
Il ne finit pas ranger son pistolet et ranger sa grenade dans son sac. Il s’approcha a quelque mettre de Daggett, tout en gardant une distance raisonnable. Il le voit lâcher son  dernier souffle. Il lâcha à son tour un grand soupir. C’était fini.
Il récupéra son fusil, le posa dans une chambre, où il récupéra un gros sac noir. Il en sorti un jerrican et y range son fusil et son pistolet, il y avait aussi une mallette de sécurité noire.
Il finit par en sortir une conserve, qui mangea sans envie assis sur la fenêtre contre le cadre droit.
Il regarda le cadavre infâme de Daggett, puis se tourna vers les étoiles.
« C’est fini. Je t’ai vengé Celestia… J’imagine que j’ai fait justice à bien d’autre innocent. J’aurais tellement voulu que tout cela se passe autrement. Je m’occuperai de ta sœur, je te le promets. C’est le moins que je puisse faire. »
Il regarda le cadavre de Daggett « Tu ne sais rien, et c’est ce qui t’a perdu, tu as beaucoup trop cru pouvoir, cru savoir. Tu me hais, tu me maudis. Mais tu ne connais rien de la souffrance, ni de celle que tu as causé…. Oui, tu m’attendras et je t’assure que je serai ravie de m’occuper une nouvelle fois de toi… enfin  s’il y a quelque chose plus tard.
Et pour Batman on verra bien, contrairement à lui j’ai su m’occupé de toi. »
Il attendu la nuit suivante. Pour arroser de d’essence tout l’étage et y mettre le feu. D’un craquement d’allumette, il mit le feu a tout l’étage il purifia le lieu dans tous les sens du terme.
Il prit le temps de se changer pour une tenue civil passe partout puis à pied parti, laissant Willowood partiellement en flamme.
Sur le chemin il croisa les camions de pompier. Il se tourna une dernière fois, son sac sur l’épaule.
Dans un sens il se disait que cette incendie permettrai aussi de rénové le lieu.
Arrivé près de Gotham, il arrêta un taxi qui le laissa non loin de West Side. Il posa son sac dans son appartement, récupérant le sac mortuaire de Célestia, il emprunta la voiture d’un voisin puis roula, jusqu’au cimetière. Là il donna un gros billet au gardien qui ne posa pas de question et le laissa entré, à croire que c’était une habitude.
Eddy creusa un trou, et y déposa la dépouille de Celestia accompagné une rose blanche et lorsqu’il finit de recouvre le corps, il posa un bocal sur la tombe. Dans celui-ci ce trouvais un cafard, le même que leur première rencontre. Il resta là devant cette tombe sans nom, avec comme seul signe ce bocal. Pendant des heures en silence il observa ce tas de terre, des larmes coulant sur ses joues, son visage fermé. Il finit par tomber à genoux, submergé par toutes les émotions qui avaient été verrouillé depuis la mort de la jeune fille, se releva par dignité. Chaque souvenir, chaque verre bu, chaque rire, chaque sms, les inquiétudes à son sujet…leur première rencontre dans ce paul’s diner, l’arrogance de la jeune fille. Ce dernier souvenir le fit sourire. il sortit son cigario l'alluma et prit une bouffé. 
 
-Au revoir, gamine 
 
 


Le jour se leva, devant la tombe sans nom, plus personne ne veillait. Eddy était rentré, la vie allait reprendre son cours, une inconnue avait disparu, l’absence de Celestia ne dérangerai personne à part la sœur de celle-ci, qu’Eddy protégera comme si c'était la sienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On the trail of the lonesome pine [Pv Eddy Attano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] THE OREGON TRAIL : Emmenez le wagon loin d'ici [Payant]
» the Defender / trail finder de Scandenfreud
» Question sur 1/10 RC4WD Trail Stomper Truck RTR
» The Way of the Gun #1 - A Trail of Lead and Iron
» trail finder 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Comté de Gotham :: Willowwood-