Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Le rire est la musique de l'âme [Joker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Lun 30 Avr - 10:39

ft. Joker
Le rire est la musique de l’âme


C’est une odeur âcre qui vient éveiller le musicien en fuite. Une odeur forte de cigarette semblait imprégner l’air et se déposer un peu partout juste que dans ses vêtements.  Toujours l’esprit embrouillé, se fut une légère douleur qui l’arracha à l’obscurité, ne serait-ce qu’un instant, et attira son attention vers ses pieds. Il était trainé au sol et ses jambes rencontraient de temps à autre une pierre ou des débris de verre. Il voulut se redresser mais trois individus tiraient ses bras avec force, autant que la clope coincé entre leurs lèvres. Il voulut chanter mais sa bouche était pâteuse, seul un grognement lui échappa. Il tourna la tête vers les trois hommes et fut aveuglé par les lumières rouges d’un bar sordide qui noyait le trottoir d’un éclat ensanglanté. Ils s’y approchaient à chacun de leur pas.

- Non, fit-il par enfin prononcer du bout des lèvres.

Très vite cependant, il se sentit de nouveau happé par les ténèbres.

Avec la guerre, le musicien avait abandonné son hôtel luxueux où il s’était réfugié quelques semaines pour le territoire du Red Hood. Un endroit où jamais il ne se saurait aventurer il y a seulement quelques mois en arrière. Du moment qu’il restait discret, il lui était permis de rester et à d’autres également. Le mélomane sentait au fond de lui qu’il manquait une occasion de se saisir d’une armée pour tout conquérir dans cette ville mais il n’y avait aucun intérêt à risquer sa peau pour un concert qui se finirait en massacre. Aucune gloire et aucune grâce ne pouvaient résonner au son des balles. Ce n’était pas l’heure du lever de rideau. L’image de Black Canary s’imposait à son esprit à ces moment-là. Cependant, il n’avait pu s’empêcher de quitter la sécurité des grosses brutes à la solde de chaperon rouge pour la beauté vocal de son oiseau blond. Music Meister était hanté par la super héroïne et encore plus depuis qu’il avait fait le lien entre la barmaid brune du Canary Club et l’encapé du même nom. Combien de fois avait-il regardé et encore regardé la photo qu’il avait prise d’elle dans son propre club ? Il l’avait reconnu sans mal, malgré ses cheveux bruns, malgré son attitude. Il lui avait suffis de la voir et surtout de l’entendre. Bien sûr, il se déguisait. Bien sûr, il n’y était jamais entré, préférant l’obscurité des abords du bar discothèque. Bien sûr qu’il rêvait d’entrer et de faire résonner sa voix encore pour la contraindre à chanter pour lui pour un moment unique à eux seul, la soumettre à  sa voix, en son pouvoir. Elle était unique. Bien sûr, tout.es l’étaient mais il n’avait encore jamais rencontré quelqu’un avec un don, d’autant plus qu’il était vocal. Il se sentait connecté. C’était sans doute son erreur ce soir là encore. Abandonner la sécurité d’un territoire pour les attraits du véloce volatile. Oktav avait été cueilli sur le chemin.

La musique le réveilla. Plus puissante que n’importe quelle caféine, il se sentit revigoré bien que l’esprit embrouillé. Il se redressa de tout son long mais il eut très vite l’horreur de constater qu’il n’était pas vraiment maître de ses mouvements. L’angoisse le saisit jusqu’au creux de son ventre, au fond de ses tripes. C’était une sensation qu’il n’avait jamais connu : l’abandon, la contrainte. Son regard observa l’endroit où il était avec horreur -ainsi que ses compagnons d'infortune à sa stupeur- et puis exactement, la situation dans lequel il était.


Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Lun 30 Avr - 12:39


Laugh and Die


C'est dingue non ? Pourquoi les gens ne voient-ils pas quand quelqu'un essaie d'égayer leurs ternes et tristes vies ? Le Joker, lui, faisait toujours tout pour amusant petits et grands, même si ça finissait généralement très mal. Mais au moins on s'éclatait, et quelques jours après la trahison abominable de la tendre et douce Harley Quinn, le Joker avait eu une nouvelle lubie, quelque chose qu'il avait vraiment envie de faire, quelque chose qu'il avait envie de réaliser pour amuser son cher et tendre Némésis. N'y a rien t'il de mieux que des pantins qui applaudissent et qui rient ? C'est vrai non ? Ce n'est pas si désagréable à observer, généralement, le rire, c'était qu'une petite chose qui n'attendait que d'être transmise à d'autres et au final, l'hilarité était une parfaite maitresse qui offrait un pouvoir sur les autres, faire rire, c'est dominer les autres, les soumettre à son charisme. C'est avec un grand sourire que le Prince des Clowns s'était empressé de tester sa dernière invention sur certains cobayes d'Amusement Miles, le résultat était détonnant ! Caché dans un ancien bar concert d'Amusement Miles, le Joker avait tout préparé pour faire une soirée des plus magnifiques. Théoriquement, le bar concert était fermé, pour rénovations, mais les employés continuaient de faire les travaux et le ménage, enfin on va dire "faisaient" car maintenant ... Ils nourrissaient les asticots, les gentils idiots du bar sont tous morts de rire, littéralement. Le Joker avait investi les lieux, quittant le cirque Haly pour éviter d'être trop repérable. Après avoir terminé en quelques heures la préparation de la salle, le Joker avait capturé une jeune femme répondant au nom de Lumina Lux, une des chanteuses à la voix sensuelles et ayant le plus de charisme dans les bars pourris de la ville. Le Joker lui avait fait parvenir un rendez-vous et elle avait gobé le truc. Rocco et Encho étaient là pour la réceptionner et l'amener ici. Et ça avait marché, maintenant, il ne restait plus qu'à la préparer pour la soirée de ce soir. Tandis que Rocco et Encho cherchaient des quidams pour la soirée de ce soir, ce qui consistait à les kidnapper et à les attacher à des chaises pour le concert, le Joker, lui, toujours le visage arraché, préparait la petite Lumina pour son spectacle. Mais il fallait quelque chose de plus, quelque chose de plus amusant à faire, car c'était bien beau d'en faire beaucoup, il fallait aussi faire mieux et encore plus détonnant. Le Joker avait quelques idées à ce sujet, et cela le faisait beaucoup rire. Il devait pas être loin de vingt-trois heures, quand le Joker fut averti par Rocco qu'il n'y avait plus de place et qu'on faisait "guichet fermé", le Clown était ravi. Les éclairages étaient au minimum et le Joker lui, avait repéré à peu près l'endroit où il avait préparé cette chère Lumina, toujours vivante, mais complètement anéantie par ce que le Joker lui avait fait. Le Joker ne se rappelait plus de quel quartier sous-développé de Gotham City elle venait, et il s'en torchait avec des ballons pour tout dire, mais elle avait des talents, des talents non négociables, et qui allaient très certainement l'amuser pour la suite des évènements. Elle était là, assise sur une chaise, sur l'estrade. Les lumières s'allument et montrent cette chère Lumina dans sa plus belle robe rouge. Le Joker, lui, était derrière le rideau rouge de la scène, observant l'assemblée, amusé. Il retenait Lumina par des cordes, cordes dont les bouts étaient des crochets de fer, plantés dans la peau de Lumina, comme un pantin, comme une poupée. Le Joker la manipulait.

"Tu connais ton texte."


Souffla-t'il dans l'oreille de la jeune fille. Elle portait un maquillage de clown, des yeux cernés de noir, un maquillage blanc et du rouge sur les lèvres. Elle pleurait, elle pleurait à larmes chaudes. Le Joker était-il déçu ? Pas vraiment non, mais il se doutait bien qu'elle allait le faire si elle tenait à la vie. C'était bien là une belle ironie, et le Joker aurait préféré la voir telle qu'elle était vraiment, une petite garce, une femme fatale qui n'en était pas une, une enfant qui pleurait les jours de mauvaise fortune, une gamine idiote qui se prenait pour une vraie femme. Si jamais elle venait à rater sa scène, le Joker utiliserait son venin Smilex, qui était un des plus dangereux et un des plus sadiques qui soit pour embaumer toute la salle de ce magnifique parfum. Soit on mourrait d'asphyxie à force de rire comme un dérangé, soit on mourrait à cause du poison dans les veines, celui qui vous dévorait le corps et qui vous offrait pourtant un magnifique et agréable sourire sur le coin de la figure. Ha ! D'une voix douce et magnifique, Lumina chanta. Tandis que le Joker manipulait ses bras grâce aux cordages. Cela devait faire très très mal, et malgré le visage déformé par la douleur, la jeune femme chanta.

"Habitants de Gotham, écoutez ma douce voix.
Pas la peine de fuir, il vous retiendraaaa.
Il veut que vous écoutiez, que vous écoutiez.
Son message pour Gotham, sans pitié.
Si jamais vous osez, vous oseeeez
Vous levez et tenter de vous en alleeeez.
De gaz ce bar rempliraaaa
Et tout le monde ... Mourraaaa."


Elle chantait tout en pleurant pour satisfaire le Clown. Les cordes lâchèrent et deux mains gantées de blanc saisir le visage de la jeune femme par derrière. On ne voyait que le regard du Joker, dissimulé à travers le rideau rouge. Ses yeux, rien que ses yeux. S'approchant de la jeune femme, oh bien sur, elle saurait très bientôt ce qui allait lui tomber sur le coin de la gueule, et ça, ça allait faire très mal. Les lumières se dissipèrent un peu, et un plein rayon de lumière entoura la jeune femme, les mains du Joker étaient toujours visibles. Ce qui était amusant avec les clients de ce soir, c'est qu'ils se tenaient bien face au show du Joker. Les clients avaient-ils peur ? Peut-être que ça intéresserait le prof Crane un jour. Peut-être, en tout cas, le Joker, lui, savait qu'il allait en faire une étude un peu plus poussée et un peu plus folle, en tout cas, pour le moment, il y'avait fort à faire, et il y'avait une invitée de marque, enfin ... Lumina Lux était surtout l'invitée des bouseux et des tocards de Gotham. La voix du Joker siffla à nouveau.

"Si tu tiens à la vie ... Continue."


"Bonsoir Gotham City, sans ... Sans plus attendre, vous l'avez voulu, le Joker va faire un grand come-back ce soir. Magistral, et plus détonant que jamais ! ... Je ... Je suis fière de vous annoncer le retour du grand, du sublime, du divin Prince du Crime, le Joker !"


Et sortant de l'ombre, le Joker sortit du rideau, s'avançant heureux de ce qu'il voyait, un public médusé. Un visage complètement arraché, sans rien, un visage rougeoyant, mais on reconnaissait la tignasse infâme verte et son éternel costume violet. Le public, quant à lui, était médusé. Voir un être immonde et dangereux, ce n'était clairement pas une bonne soirée. Les bras de la pauvre jeune femme étaient rouges de sang, elle commençait à se relâcher un peu, elle venait de subir toute une après-midi avec le Joker après tout ...

"Merci, merci à vous Gotham ! Je vous adore ! Merci à mademoiselle Lux d'avoir accepté de m'introduire. Vous vous demandez pourquoi vous êtes là ? Mais c'est très simple. J'ai décidé de tous vous tuer. Voila, c'est dit, c'est fait, vous êtes au courant. Au fond, vous vous en doutiez un peu non ? Cependant, je me montrerai magnanime. J'ai avec moi, un livre de blagues qui ne sont PAS drôles, et vous allez devoir y mettre du cœur à rire quand je les raconterai. Sinon ... Couic ! Hihahahahahahahahaha."





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Lun 7 Mai - 23:06

ft. Joker
Le rire est la musique de l’âme



Ce fut le plus pitoyable et effroyable show que le mélomane ait vu de sa vie. Il se surprit à lever les yeux au ciel quand la dinde écorchée se mit à chanter d’une voix qu’il jugea parfaitement passable. Ce qui était beaucoup dire. Cependant, il déchanta bien vite quand la dernière rime résonna dans la salle pleine. L’homme de scène devenait spectateur de sa mort, toute prochaine. Par pur réflexe, il tira sur ses liens tandis que ses muscles lui commandaient la fuite malgré la menace. Fort heureusement, ils restèrent bien accrochés. Il se força à se tempérer et à réfléchir sur sa situation. Kidnappé, attaché à une chaise dans une salle bien pleine. Il n’était pas bâillonné donc, l’individu qui l’avait kidnappé ne savait rien de lui. Dans d’autres circonstances, il aurait été vexé mais ici, il pouvait s’estimer heureux de sa petite notoriété aux USA et plus particulièrement à Gotham City. Il devait juste se calmer, chanter pour encourager cette gamine chanteuse à le libérer et…

- Le Joker va faire un grand come-back ce soir.

Ses oreilles bourdonnent. Son cœur joue les cymbales dans sa cage thoracique. Ses articulations craquent sous la paralysie brutale qui l’anime. Le rideau s’efface et un visage horrible, à vif, apparait aux yeux du monde. Oktav perçoit des cris.  Le clown se déplace sur scène et capture tous les regards vers sa personne. Le mélomane se surprend à penser combien cette mise en scène était pitoyable, sans finesse et incroyablement malsaine. Cette pensée soudaine et irréfléchie lui traverse l’esprit au moment où la voix grave et rocailleuse du Joker se fait entendre. Malgré lui, il note le soin qu’il met à sa prestation. Il était bon orateur, il devait bien se l’avouer bien que la manière dont sa voix montait dans les aiguës le pétrifiait davantage. Surtout quand il affirmait qu’ils allaient tous mourir de toute façon. Le cerveau du rouquin se mit enfin en marche. Rire ? Ils devaient tous rire ? Bien soit, il ferait ça si ça pouvait leur permettre de gagner un peu plus de temps. Malheureusement, cela voulait aussi dire se mettre en avant. Sous le regard fou du clown, le mélomane perdait ses moyens. Non ! Il ne pouvait pas rester muet face à ce showman ridicule et sadique ! S’il devait mourir, se serait sur scène, pas en bas, parmi la foule anonyme et bruyante.

Dès que le Joker eut prononcé sa première blague, le rouquin chanta. Tout d’abord, trop bas, la gorge nouée par l’angoisse et seulement ceux près de lui subirent son hypnose et éclatèrent de lui. Il chanta de nouveau, plus fort, prenant soin d’articuler chacun de ses mots, chacune de ses vocalises :

Riez barythons et tenors ! Évitez nous le pire,
Son sourire s’honore, craignez qu’il n’expire
J’invoque l’or de son empire : le fou rire

Aussitôt, le public tout entier se mit à rire d’une force insoupçonnée et même la pauvre malheureuse sur scène se joint à cette mélopée bouffonne. Secrètement, le musicien jubilait de la réaction du Joker. Il avait entendu dire qu’il ne craint pas le poison, ni les phéromones mais quand était-il de l’hypnose ? Qu’importe, qu’il cède ou non, Oktav devait tenter quelque chose. Le vrai maître de scène, c’était lui. Il le défia du regard tout en ignorant son cœur battant à tout rompre.


Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Mar 8 Mai - 11:37


Laugh and Die


D'ordinaire, le Joker aurait passé ses nerfs sur le fait qu'un jeune imprudent venait de commencer à chanter, doucement, mais suffisamment audible pour que la bande de débiles dans l'assistance commence à rire. Le Joker l'avait entendu, pas facilement, mais il l'avait entendu. Et quelque part, le Joker n'aimait pas trop qu'on lui vole la vedette. C'était lui la grande star, c'était lui le maitre d'orchestre de cette petite oraison funèbre de ce soir ! Personne ne pouvait lui prendre la vedette, et il ne serait pas le manipulé du coin. Mais même en partageant une tête d'affiche, en toute modestie, le Joker avait la classe, la classe américaine non ?Premier arrivé, premier servi, et même si l'envie était forte d'appuyer sur le bouton de la télécommande, de déclencher le gaz Smilex et de massacrer tout le public de ce petit club, le Joker tempérait ses ardeurs, car maintenant, il se voyait comme quelqu'un d'autre. Comme un ennemi du Chevalier, dans la logique du Clown, il s'était longtemps considéré comme un ami du Batman, comme quelqu'un qui voulait le forcer à voir ses plus noirs cauchemars, comme quelqu'un qui voulait les faire confronter au Batman, dans l'optique de le rendre meilleur. Mais Batman avait déçu le Joker, il l'avait profondément déçu. Légèrement, il tendit l'oreille, ourdissant les quelques paroles chantées. Le Clown aimait bien le petit air. Il prit aussitôt la parole pour répondre à cette voix dans l'assistance, qui osait répondre au Joker. Cela surprit le Joker même, il se découvrait un talent en plus pour la musique. Dommage qu'il ne gagne pas de royalties là-dessus. Peut-être qu'un jour, le Joker se prendra pour Frank Sinatra, ou Dean Martin, peut-être. L'idée était tentante. Après tout, selon une de ses origines, le Joker disait qu'il était Elvis revenu d'entre les morts, mais ça, c'était une de ses histoires les plus inventées et les plus idiotes. C'est vrai que c'était la classe, la vie de chanteur dans un cabaret. Entre les verres d'alcools et les déprimes, les chansons et le public ignare, et enfin le suicide comme bonne mesure, oui, c'était vraiment une vie géniale.

"Souris clown, souris. Quand tu vois qu'la ville est sens dessus-dessous.
Quand les rats commencent à relâcher l'ordre comme un bout d'mou.
Quand tu sais que le Batman commence à devenir fou.
Tu sais dans ton fort intérieur, que tout ça n'est qu'une danse des fous."


D'un sourire de requin, il s'arrêta de chanter, cherchant à comprendre le pourquoi du comment. Il observait attentivement le petit jeu, le calme apparent qui se transforma en rire de l'assistance, en silence, immobile, comme s'il guettait sa proie. Oh bien entendu, le Joker aimait les jeux sadiques, les jeux horribles et les pièges clownesques, mais il aimait bien voir comment les gens normaux subissaient la folie apparente des cinglés de l'asile. Reprenant alors son numéro, il tendit un petit carnet noir à la jeune femme, la dénommée Lumina Lux, qui commençait à lire les blagues monstrueuses du Joker. Elles étaient monstrueuses, horribles, et il fallait se forcer pour les appréhender. C'étaient des blagues répugnantes, mais les rires étaient biens là, même si ce n'était pas, pour la plupart des cas, des blagues amusantes. C'était surtout des blagues horribles, des blagues parlant de gens handicapés, d'enfants morts, ou encore de nécrophilie. L'humour du Joker en quelque sorte. L'humour noir au rendez-vous, comme un pied de biche rencontrant le crâne d'un doux Robin. Même le visage arraché, on pouvait encore discerner le sourire du Clown.

"Comment vous savez que votre femme est morte ? Vous baisez toujours autant, mais la vaisselle sale s'empile. Encore ? Mais vous êtes des gourmands ! Qu'est ce qui est creux, bleu, et qui court en laissant des traces rouges derrière ? La schtroumpfette qui vient de se faire mettre par Gargamel. Hahahahahahaha !"

Le Joker, lui, savourait. Il savourait les rires, mais quoiqu'il arrive, le gaz sera quand même relâché. Ce serait sa marque de fabrique, la marque de son retour en force. De quoi montrer qu'il était largement au-dessus de ceux qui se disaient fous, à l'asile. En parlant des débiles costumés, c'était dingue le nombre de débiles légers qui s'étaient pointés depuis que le Batman s'était fait connaitre à Gotham City. Ils se ramenaient tous à Gotham, convaincus que chacun pourrait vaincre et tuer Batman, les idiots ... Comment pouvaient-ils décemment croire qu'ils avaient la moindre chance face à Lui ? Le Joker, lui, était son alter-égo, il était son reflet dans le miroir, et il était son doux prince de la nuit. Cette pensée le fit sourire, il avait quelque chose qui l'intriguait. Ce rire qu'il a eu, ce chant qu'il a eu. Comment cela peut-il arriver ? Nan, ce n'était pas possible, quelque chose se passait dans cette salle, quelque chose de pas très naturel. Quelle ironie ... Le Joker qui se met à réfléchir à quelque chose de naturel alors qu'il est la folie même. Il allait attendre un peu, continuant ses blagues. Mais dans le coin de la salle, quelque chose se tramait, tandis que les pleurs de la pauvre Lumina Lux continuaient de se faire entendre dans le micro, le Joker décida qu'il était temps qu'elle se repose. D'un coup, il donna un gros coup de poing dans le visage de cette pauvre femme, l'envoyant au tapis. Le rire devait vivre, le rire devait fuser, il était important qu'ils comprennent tous, qu'une seule chose était nécessaire : Le rire est une danse dans cette pauvre vie, et que le long sommeil qui nous attend est la finalité de cette réalité idiote.

"C'est ce qu'on appelle la chute de la blague. Vous êtes d'accord hein ? Attention, oubliez pas que j'ai du gaz sous la main ..."




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Dim 13 Mai - 13:26

ft. Joker
Le rire est la musique de l’âme


Le Joker l’avait dit, encore. Il lui avait répondu, il avait joué son jeu et de cette manière, il avait souligné combien tout cela n’avait rien de sérieux. C’était justement ça le plus sinistre. Il avait chanté, certes, mais était-ce de son fait ? Non, sinon il serait incapable d’aligner une phrase sans pousser la chansonnette. Ou peut-être qu’il ne chantait pas assez fort et que cela ne l’avait qu’à peine influencer. Cela signifiait qu’une seule chose : le Joker était bel et bien capable de lui résister. Indéfiniment ? Cela restait à prouver.

Quoi qu’il en soit, il reprit son jeu tordu mais Music Meister par son action avait hypnotisé l’assemblé. Tous se mirent à rire dès la chute de la blague. Des rires forts et tordues, ils étaient pliés en deux et même certains rires aux larmes. Oktav utilisait assez peu souvent son talent pour autre chose que de la danse et le chant mais à cet instant, il parvenait à appréhender toutes les possibilités qui s’offraient à lui, même contraint à l’immobilité. Il joua le jeu du clown à moitié, se contenta de grimaces qui mimaient l’amusement. En réalité, aucun son ne sortit de sa bouche, son public le fit pour lui. Il craignait cependant que le Joker comprenne le subterfuge. Son public ne forcait pas le rire, c’était ça la véritable blague. Lorsqu’il frappa la chanteuse qui s’écroula aussitôt au sol, tous les otages se mirent à rire avec la même intensité comme s’agissait simplement d’une farce supplémentaire, un jeu. Tout cela n’avait rien de naturel. Il devait agir vite. Il leva les yeux vers le plafond par instinct. Son visage s’écarquilla de bonheur. Bien sûr, il y avait les hommes du Joker pour s’occuper des lumières ! Un artiste comme Joker, aussi cinglé soit-il, ne pouvait décemment pas se mettre en valeur sans quelques ingénieurs sons et lumières ! Il n’y avait qu’un artiste pour comprendre un autre artiste. Il les voyait, grouillant et picolant. Il devait y avoir quelques hommes à l’extérieur aussi pour surveiller le bâtiment, au cas où un Super débarquerait. Après tout, il avait fallu du monde pour arriver jusqu’ici.

Il devait trouver les bons mots. Devait-il demander à ses hommes de viser le Joker ? Ceux de l’extérieur ne seraient pas touché et viendraient en nombre pour tous l’éliminer, enfin les éliminer. Tenter de contrôler le Joker ? Non, s’il y avait une chance pour que le clown soit sourd à ses mélodies, il refusait de prendre le risque. Il avait besoin de se faire entendre jusqu’à l’extérieur.

- JOKER ! ENFIN ! J’AI CRU QU’ELLE NE SE LA FERMERAIT JAMAIS !

Il se redressa et inspira à plein poumon.

- SES PLEURS ÉTAIENT INDIGNES D'UN BEAU SPECTACLE. N'AVEZ VOUS RIEN DE MIEUX ? JE SUIS CHANTEUR ! JE SUIS VOLONTAIRE !

Il avait l’impression que ses entrailles allaient se broyer à chacune de ses paroles. Ses phrases furent ponctuées de nouveaux éclats de rire.

Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Dim 13 Mai - 20:38


Laugh and Die

Un visage ? Nan, nul visage pour l'Empereur du crime. Plongé dans les ténèbres, le Joker observait, ses chairs rougeoyantes s'étaient dissimulées dans les ténèbres, et seul son regard complètement cinglé était directement fixé vers le public. Le Joker avait cet effet, celui de rendre les gens nerveux, de les rendre "bizarres", de les influencer dans le mauvais sens, et de les déstabiliser le plus possible. C'est alors qu'un individu se permit de prendre la parole. Le Joker eut l'impression de voir un petit poisson, un petit être qui voulait se démarquer des autres. Un petit poisson, dans un grand bocal rempli de requins. La pensée fit sourire le Joker, complètement détendu, complètement à l'aise sur l'estrade, à la vue de tous. Meurtrie, Lumina Lux pleurait de toutes ses larmes sur le plancher, les chairs ouvertes, elle saignait, aucune compassion de la part du Joker. Tout se passait bien pour le moment, tout le monde était très calme, excepté le petit allumé qui s'invita dans la conversation. S'il y'avait une chose qui énervait le Joker, c'était bien les impolitesses de ce genre. Se mêler de la conversation d'autrui, ça ! C'était vraiment un truc qui énervait le Joker. Nerveux, le Joker accommodait les paroles de l'homme avec un petit rire, le Joker fixait toujours et il écoutait ! Oui mon précieux, le Joker écoutait, il écoutait patiemment dans l'ombre, il écoutait le précieux parler et dire des choses, de jolis mots mon préciiiiieux. De superbes mots qui n'avaient pas grand chose à dire, mais qui avaient si agréables à dire. Ricanant comme une hyène, le Joker sortit alors de l'ombre, révélant son visage déchiré, ses yeux jaunâtres qui fixaient le Music Meister, et son sourire sanguinolent, son sourire rouge, sans lèvres, sans rien. Des morceaux de chairs qui pendaient lamentablement, mal découpés oui, et qui commençaient à devenir de la viande putréfiée, dégueulasse mon précieux, totalement dégueulasse. L'histoire était presque navrante, pourtant si drôle. Enfin, c'était comme ça qu'on faisait les héros ou les criminels maintenant, ce serait si drôle si ça n'était pas si pitoyable, et pourtant on en rirait quand même.

"Volontaiiiiiire hein ? Soiiiit ! Comme tu l'sens ! Tu viens chez moi et tu baises ma frangine aussi ? Quel idiot je fais ! Je n'ai pas de frangine ! Ha ! Les gars ! Amenez-le moi. On va voir s'il sait chanter ou si ses cordes vocales pourront m'amuser ... Une fois que je lui aurai arraché !"


Menaces en l'air ? Le Joker était un homme de parole non ? Le Clown gardait son plus beau sourire, tapis dans les ténèbres, il patientait, observait, réfléchissait à l'énergumène qui était arrivé à se démarquer de la bande de crétins assis et dont il ne savait rien. Tapotant dans ses mains, le Joker ricanait et cria d'une voix presque nasillarde, n'entendant que ce qu'il veut, et que ce qu'il désire. Pour tout dire, dans le cerveau du Joker, ça marchait toujours en fonction de ce qu'il désirait, de ce qu'il voulait. Il se reconstruisait et se recréait une nouvelle personnalité à chaque jour. Les médecins ont décrit ce symptôme comme une super-activité mentale, un cas rare, très rare. Et malheureusement, il se trouvait à Gotham. Rampant et s'allongeant non loin de la marche de l'estrade, les yeux du Joker, ces deux lueurs jaunâtres, fixaient le Music Meister qu'on amenait à lui, comme un monstre, comme une araignée scrutant sa proie. Tapis dans les ombres, il était un prédateur. Pas sexuel non, le Joker était plus fin. La violence physique ne l'amusait que rarement, quant à la sexualité, elle ne l'intéressait pas le moins du monde. Non, le seul mal valable, c'était la manipulation de l'esprit. Pas à la manière du Chapelier Fou, non, plus enfoncée, plus ... Morbide.

"Raconte moi ton histoire, père castor ! Raconte moi tout ! Je suis suspendu à tes lèvres comme une morve accrochée à ton nez !"


Il avait un peu de répartie le gaillard pour oser parler comme ça au dieu des clowns de Gotham City ! Pour le Joker, ça changeait des gogols qui bavaient toute la journée ou qui se paluchaient toute la journée, criant des orgasmes qui retentissaient dans tout le couloir. Parfois, à Arkham, un ou deux infirmiers se pressaient et attachaient carrément les membres du pauvre type aux extrémités du plumard, manque de chance, avec tout le temps libre, certains arrivaient à se contrôler sexuellement pour se faire plaisir même sans se toucher. Les joies de l'asile en solitaire haha. Mais pour ce type excentrique à lunettes bizarres, il semblait qu'il y'avait quelque chose, quelque chose qui pourrait être marrant à faire. On était quel jour déjà ? Vendredi ? Bah ... C'est un jour comme un autre pour faire des blagues non ? Voyons ce que l'on pouvait réserver à ce cher petit poisson.

"Va-y mon grand, n'aie pas peur, je ne mange personne. Enfin ... Pas dans ma période vegan hein !"


Souriant toujours, le Joker se marrait intérieurement. Toutes les personnalités se marraient, le clown navrant, le clown rigolo, le psycho-clown, on se marrait comme des débiles dans le crane du Joker. Et ce pauvre homme n'était qu'un dindon de plus, un dindon de la farce, et le clou de la farce, ce serait quand il serait vraiment dans le summum de l'horreur. Tendant le micro, le Joker attendait les paroles chantées. Lumina Lux, elle, continuait de pleurer.



You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Lun 28 Mai - 23:39

ft. Joker
Le rire est la musique de l’âme


Par réflexe, sa main voulut se plaquer contre sa gorge quand il fit mention de ses cordes vocales, qu’il arracherait s’il ne l’amusait pas. Les liens serrés lui évitèrent de mettre à jour son angoisse profonde. Perdre la voix. On retira les cordes à ses poignées, il patienta. Il se fit trainer par deux hommes de main avec force. Il sentit leurs doigts s’enfoncer dans ses chairs. Il patienta. Il vit la scène se rapprocher et le Joker, tout sourire, qui s’adressait à lui. Il patienta. Il monta en trébuchant et parvient face au micro. Il sentit le regard du clown sur lui, l’analysant des pieds à la tête comme s’il allait lui arracher la peau d’un instant à l’autre, pour laisser sa peau à nu, comme pour son visage hideux et déchiré. Sa bouche, comme une plaie immonde, s’allongea. Oktav patienta. Joker lui accorda de chanter. Il lui permit de l’impressionner. Le rouquin analysa son espace.

Il était là sur scène. Une scène bien différence de celle qu’il avait pu fouler autrefois. Il se souvenait du bois luxueux allemand et de la foule riche et silencieuse qui observait chacun de ses mouvements. Il avait beau avoir.. sept ou huit ans, l’image était gravée dans son esprit. Il contrôlait une foule de musicien, sans avoir à prononcer un seul mot. Tous savaient que ce qu’il faisait était beau et cela leur suffisait. Puis, il y avait les vieilles planches de son club. Des planches pâles et usées mais qui savait refléter les néons ainsi que faire résonner à merveille le son de ses pieds quand il dansait jusqu’à épuisement. Aujourd’hui, il y avait le mélange du pire de ses deux souvenirs. L’endroit était sale et vieux, les spectateurs silencieux (temporairement). Une nervosité l’envahit et il la laissa faire. Il la transforma en angoisse positive, ou du moins ce qui s’y rapprochait le plus. Elle fut similaire à l’angoisse qui le saisissait avant le début du show. Son regard glissa sur le visage à vif du clown. Il sentit la nausée affluer dans sa gorge et il détourna aussitôt le regard pour inspirer. Il allait lui offrir un spectacle qu’il n’oublierait pas de sitôt. Il allait lui faire regrette. Il se saisit du micro d’une main délicate. Il approcha sa bouche doucement, presque avec pudeur, puis se lanca dans une longue vocalise. Aussitôt, une réponse. Le plus faible de ses hommes fit monter sa voix, mais Oktav savait que tout le monde l’avait entendu cette fois.

- Putain, qu’est-ce tu branles ?
Chantonna l’un.
- Quand il chante il m’ébranle ! Fit le second.

Inconsciemment, une formation se fit parmi les hommes du clown et en un instant, ils chantèrent leur surprise et leur angoisse.

- Moi c’est pareil, dans mes oreilles
- Des sons résonnent
- Ca sonne, fredonne et tonne
- Il faut que l’on chantonne !


Il ne pouvait pas perdre davantage de temps. Music Meister leva la main et ses danseurs d’un geste se tournèrent vers lui pour suivre le rythme qu’il allait leur imposer. Il n’avait pas travaillé la chanson complètement. Il y avait encore des choses à modifier, des rimes à trouver, mais au moins, il avait la base. Les bases de son plus beau chef-d'œuvre.

Gentils, ou méchants, peu importe c'est magique
Vous êtes les esclaves de mes accords hypnotiques
Quand je vous régale de mon histoire, vous n'avez d'autre choix
Que de suivre mes ordres mélodiques, chaque fois qu'explose ma voix

Il vit leurs pieds et leurs doigts claquer puis, ils jouèrent les chœurs.

Je suis le Maître de Musique
- C'est le Maître de Musique
On regrette quand on s'y frotte
C'est le Maître de Musique
Et nous sommes à sa botte

Je suis le Maître de Musique
Le Joker m’a fait du tord

C'est le Maître de Musique
On va le mettre à mort !

Aussitôt, le mélomane se jette dans son public. Dans un autre contexte, il aurait pris un plaisir fou à se bain de foule mais à cet instant, tout autre chose bouleversait son être, la terreur. Il fit reposer sur le sol et quand une partie détacha les otages, le reste tenta de monter sur la scène pour se saisir du clown qui avait eu l’audace de kidnapper le mélomane hypnotique. Oktav court vers la sortie la plus proche.

Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   Mar 29 Mai - 21:15


Laugh and Die


Les choses allaient de plus en plus vers un acheminement des plus amusants. Même si la mort du Joker pouvait dire beaucoup de choses, celui-ci tira la langue en regardant Music Meister s'enfuir comme il l'avait fait. Le Joker pouvait fulminer de colère maiiiiis noooon ! C'était beau une femme en colère, assurément, et même jubilatoire. Souriant toujours, enfin, si on pouvait appeler ça un sourire, avoir le visage découpé et resserré grâce à des épingles et des espèces de tendons, le Joker lui, était clairement en train de s'éclater de façon mortelle. Cet endroit était un trou, Gotham était un trou immonde et noir. Le Joker adorait les trous noirs, sombres et étroits, surtout quand il était à Arkham haha. Trêves de plaisanteries, la situation était presque désespérée quand les hommes du Joker, ainsi que le Clown, se mirent à danser. C'était pitoyable, ridicule, stupide, mais tellement amusant que le Joker aurait aimé un second tour gratuit, mais il fallait quand même en rajouter une couche. Alors que le Joker se sentait tout bonnement content d'avoir provoqué son public, et d'avoir libéré un autre dégénéré bon pour l'asile d'Arkham, le Joker allait alors subir la vindicte populaire. Cela ne sentait pas bon, et il semblait avoir mis le doigt sur quelque chose d'intéressant. Ce dandy en rose avait plus d'un drôle d'intérêt qui éveillait dans l'esprit du Joker, quelque chose de drôle, il eut l'impression d'avoir touché quelque chose d'enfoui. Il leva un sourcil intéressé. Passant la langue sur ses lèvres décollées, le Joker était tout bonnement content d'avoir un nouveau jouet bientôt à sa disposition. Passer ses mains dans l'inconscient de quelqu'un, c'était tout bonnement ... Jouissif. Chantonnant sur l'air de Camptown Races, le Joker se mit à déclamer sa plus belle prose.

"Fichtre, je ne m'attendais pas à ça ! Tiens ! Avant que tu te barres comme un voleur, attrape !"


Il dégaina de sa manche, un petit poignard qu'il lança en direction du Music Meister qui se dirigeait vers la sortie. Amusé, le Joker attendait la foule. Le Prince des Clowns ricanait tandis qu'il attendait de voir où la folie va s'arrêter. Mais à la question qu'il se posait à l'intérieur du crâne ne trouvera jamais de réponse, le Joker s'illumina, reprenant de plus belle son petit discours amusé. Ce type en rose ne pensait pas aux répercussions ? Souriant toujours même si c'était physiquement impossible, le Joker s'estimait content de la chose. Quand on fuit en permanence, c'est qu'on a quelque chose de vraiment honteux à se faire pardonner. Ooooh comme il serait agréable de poser ses doigts dans l'esprit de l'homme qui venait de s'enfuir. De lui arracher petit à petit sa santé mentale et de jouer avec, juste pour le plaisir de le déconstruire. Alors que la foule s'avance vers le Joker, mettant le pied sur l'estrade, le Joker, lui, commençait à éclater d'un grand rire avant de se saisir de quelques petites choses dans son veston.

"C'est toujours comme ça, les après-concerts. Hooligans débiles et punks à chiens dégueulasses pour vous ruiner la soirée. Non, décidément, non !"

Le Joker se saisit avec ses deux mains de la télécommande qui actionnait le gaz. Il lui suffisait juste d'appuyer sur le petit bouton et hop ! Ni vu ni connu, l'accident banal et Batman enquêterait, et il aurait le dernier mot de l'histoire. Néanmoins, les choses ne se passent jamais comme on le voudrait ! Le Joker ne pût s'empêcher de rire en voyant la terrible suite des évènements.

"Terminons la soirée de manière explosive ! HAHAHAHAHAHA."


Et voila que d'un coup, net, la main appuya sur le bouton et un immense gaz vert explosa dans toute la pièce. Du dehors, on pouvait voir les volutes de gaz sortir par les petits orifices pour se diluer dans l'air, mais ceux à l'intérieur, ils étaient bels et biens gazés. Le Joker avait utilisé un vieux classique en terme de disparition au final, un coup de fumée pour se casser. Un tour de passe-passe que de nombreux magiciens utilisent pour leurs tours, les clowns aussi. Le Joker affectionnait les petits gadgets, ça passait inaperçu et ça faisait toujours son petit effet. Nul doute, le type en rose ne devait pas s'y attendre et il aurait des cadavres sur la conscience, tant mieux non ? L'appel du néant le rappelle toujours au final. Lâchant prise, le Joker disparut dans le gaz vert et de la scène. Son rire se répercuta une dernière fois. Mais à quoi pensait-il au final ? Pensait-il à son tendre et grand amour Batman ? Ou peut-être pensait-il à Music Meister, qui allait avoir de sacrées excuses à présenter au Batman s'il le coinçait un jour où l'autre ? Serait-ce pour ça qu'il riait comme un enfant ? Alors que le Joker s'enfuyait du lieu, les agrafes qui retenaient son visage lâchèrent et son visage se décolla. Le Joker, lui, disparut dans un dernier rire, heureux et content de sa grande blague. Ainsi avait disparu dans le chaos, une nouvelle fois, le Prince des Clowns de Gotham City.



You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le rire est la musique de l'âme [Joker]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le rire est la musique de l'âme [Joker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La musique qui a marquer votre jeunesse
» [Musique]La musique qui met de bonne humeur =)
» [SOFT] BTUNES : Lecteur musique clone de l'iTouch [Gratuit/Payant]
» [TWEAK] Sense bug du lecteur de musique
» Petit hymne à la musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Amusement Miles :: Aparo Avenue-