Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Wonderland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackgate
Féminin Messages : 134
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Wonderland   Sam 13 Jan - 0:17


Wonderland

- Chapelier Fou -

Lorsque j’ouvris les yeux, je sentais quelques piqûres, quelques sensations désagréables me parcourir le corps, des sortent de frissons qui viennent perforer chaque millimètre de ma peau. Et puis, très vite, plus rien. Je me dirigeai vers le miroir le plus proche, dans la chambre de Jaina. Je me regarde, je suis habillée comme je dois l’être : mon string rose avec son petit pompon blanc, mon corset blanc et rose avec son col qui remonte entre mes seins pour finir autour de mon cou – sublime, mon masque, mes oreilles de lapin, mes gants et mes bottes. Je souris, un sourire au coin qui me faisait penser que la soirée était bien partie. Je venais de rencontrer, via Jaina, Bruce Wayne, un homme très élégant, charmant, qui ne laisse pas dupe une femme comme moi. Mais maintenant, je n’en peux plus de cette pimbêche de Jaina. Il est temps que je me réveille, que j’entre dans mon air, dans mon besoin de violence, de purge, il est temps que je sois White Rabbit. Je touche mes cheveux blancs, je tourne une mèche autour de mon doigt et je me regarde. Je sais que je dois voir un homme aujourd’hui, un homme des plus énigmatique et pourtant avec qui je peux accomplir des choses intéressantes, reste à savoir comment il peut m’être utile, comment il peut forger un peu plus ma personne. Vue que le lieu de rendez-vous se trouve dans un endroit fréquenté, bien que connu par certains criminels, je préfère ne pas trop me dévoiler en public, sachant les chemins par où je dois passer. Je décide de prendre une grande cape en velours rose avec une grande capuche et je l’attache au-devant, au niveau de la poitrine, avec des petites sangles raffinées.  

Je sors donc par le balcon de Jaina, je pousse la porte fenêtre au maximum sans la fermer pour pouvoir revenir après ma mission. Je passe par-dessus les barreaux du balcon, je longe mes pieds contre les moulures du bâtiment, j’attrape l’échelle de secours un peu plus loin et je m’y accroche, je m’y avance d’un coup sec, à la limite du saut, et je descends aussitôt du bâtiment pour descendre dans la rue. L’échelle s’arrête d’un coup à un mètre cinquante du sol. Je saute pour atterrir sur le sol et je me mets à courir le plus vite possible.

Arrivée au point de rendez-vous fixé, un endroit où très peu de personne vienne s’y rendre à cette heure si tardive, je prends la peine de me diriger vers le grillage rouillé que je pousse délicatement afin de rentrer dans le cimetière de Gotham. Cet endroit, la nuit, donne la chair de poule, c’est parfait pour un rendez-vous dans la pénombre, bien que la lumière de la ville éclaire encore l’endroit. Je regarde un peu où je mets les pieds puis je me dirige vers une silhouette que je vois au loin. Une personne plus petite que moi, un grand chapeau, une posture qui montre qu’elle semble sûre d’elle, en confiance. Mes talons s’enfoncent dans les petits cailloux du chemin menant à cet homme qui m’attend, cet homme qui sans aucun doute, le chapelier. Tellement comique quand l’on y pense, cet homme sortant tout droit du conte d’Alice, cet homme qui se doute bien qu’un lapin blanc comme moi pourrait lui apporter un peu de bonheur, un peu de charme, et pourquoi pas un peu de violence, un peu de criminalité.

Je m’arrête derrière lui, je tends un sourire, je relève un peu ma capuche pour lui découvrir un peu mon visage, laissant encore mes cheveux sous la capuche, pour le moment, et je me pose.

« Bonsoir, vous êtes à l’heure, je n’espère ne pas avoir pris trop de retard … Chapelier. » 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Wonderland   Sam 13 Jan - 16:47

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Aaaah le Cimetière de Gotham City ... Un grand vestige d'architecture de Gotham dédié aux trépassés et autres hommes qui eurent une existence longue ou violente. Mais le Cimetière de Gotham était le plus grand, le plus beau, le plus majestueux de tous ceux qu'on pouvait trouver dans cette ville, celui-ci se trouvait à l'écart de la ville et offrait une vue imprenable sur celle-ci, magnifique et terriblement macabre. Il n'y avait pas grand monde à cette heure sur le lieu-dit, mais c'était normal non ? Et les quelques badauds rentraient vite chez eux, retournant vivre leurs vies de zombies et autres robots ignares. Mais pour certains personnages, la nuit était propice aux affaires, aux intrigues et aux douceurs romantiques. Jervis était un romantique, un doux rêveur qui n'avait de cesse de rêver à son Alice, sa tendre et merveilleuse Alice Pleasance Liddell. Jadis, la véritable était brune, mais seule comptait la beauté de la jeune fille du roman, une jolie petite blonde en robe bleue et tablier blanc. Assis sur un des nombreux bancs qui sont sur les places piétonnes au cimetière, Tetch était en train de conter fleurette à une jeune fille. Jeune blondinette qui s'était trouvée ici dans un rendez-vous des plus saugrenus suite à l'invitation d'un Chapelier Fou. Oh bien sur, Tetch avait sortit le grand jeu, fleurs, chapeau propre, et même une tenue encore plus soignée que d'habitude. Un vrai gentleman, un vrai. Un homme propre et distingué, digne de la classe anglaise à laquelle il avait appartenu. La jeune fille quant à elle ne semblait pas bouger, perdue dans ses pensées peut-être ? Mad Hatter caressait sa main droite d'une certaine attirance, d'une certaine douceur. Il la sentait vraiment comme pouvant être son Alice à lui. Oh que oui, elle pourrait l'être, si elle était gentille. Cette pensée le fit sourire comme un idiot. Oh bien sur, Tetch avait pas mal abusé au niveau drogues ce soir-là, tout était délirant. Il s'imaginait à nouveau dans son pays des Merveilles, il revoyait les époques douloureuses de son enfance et sa chute dans la folie à cause d'une femme qu'il avait aimé. Oh oui, il regrettait de ne plus l'avoir pour lui, de ne plus espérer, de ne plus sentir une vraie chaleur dans sa main. Mad Hatter sourit tandis que le corps de son Alice de ce soir devint plus froid. Alors que celle-ci s'engourdissait, le corps s'affaissa et tomba à terre. Une jolie trace pourpre sous son cou. Mad Hatter la prit dans les bras, lui donnant un dernier baiser d'adieu avant de jeter son cadavre dans un trou spécialement préparé par un des croque-morts de l'endroit. Son bruit fut assez répugnant. Elle heurta d'abord une poutre de bois qui résonna fortement avant de finir par un "Blaf" monumental. 5 malheureux points pour l'amatrice en chute libre songea Tetch, cela le fit sourire. Puis, il se ré-installa sur le banc, allumant son mélange spéciale dans son chapeau narguilé. Il huma, fuma, et recracha le mélange. Il ne voyait que des démons hideux, des démons qui le poussaient à faire le mal. Jamais il ne pourrait faire de mal à Alice bien sur, mais Tetch réfléchissait à ce qui le poussait à faire ça. Aucune réponse ne pouvait être donnée. Tetch était un être condamné et brisé, vaincu et soumis à la folie.

- "ScInTiLlE, sCiNtIlLe Ô mA cHaUvE-sOuRiS. Où VaS-tU dAnS lE gRiS dE lA nUiT ?"


Complètement dans son délire, Tetch ricanait tout seul en repensant à ses innombrables Tea Party avec Alice. Oh bien sur, Alice était souvent une sale petite peste à qui il fallait remonter les bretelles. Elle n'aimait pas le thé ! Quelle tristesse ... Le thé est pourtant la meilleure des boissons, la meilleure des conseillères, elle ne vous juge pas sur ce que vous faites, ni ce que vous faites. Mad Hatter sourit en y repensant. Son narguilé dans la main gauche, Tetch repensait à tout cela, les yeux fermés, il y flottait dans l'air quelque chose d'agréable, de doux, de tendre en cette douce nuit. Peut-être les drogues et la consommation abusive ? Sans doute ... C'est alors qu'une voix se fit entendre, à l'arrière du Chapelier, une voix douce et entrainante, presque sensuelle, mais quelque chose de félin dans l'apparition, comment le dire ? Elle avait eu une démarche des plus bizarres pour rejoindre le Chapelier. Aucun bruit qui aurait put l'alerter, comme un ... Chat ? Tetch était décidément trop dans son trip. Il ne voyait que de magnifiques couleurs, et son Wonderland. La façon dont elle était apparue lui rappelait le Lapin Blanc, sa tenue équivoque la donnait gagnant pour ce magnifique costume. Tetch sourit d'une manière presque douce, sachant que quelques minutes auparavant, il avait tué une jeune femme qui était juste venue pour porter des roses sur une tombe.

- "Fleuuurpageons et rhododendrons, giraient et vrombaient dans les vaaaabes. On frimaiiiiit vers les pétunias et les mumraaaaats en graaaappes. Hihihi."


Tetch éclata d'un petit rire. Ce n'était pas une femme habillée d'une robe rose et de cheveux noirs qu'il aperçut, non non. Ces formes avaient été remodelés par les drogues et la jeune femme ressemblait surtout au Lapin Blanc, mais il pouvait quand même discerner certaines petites choses, notamment une jolie petite culotte blanche assez attirante. Elle avait tout de la jeune ingénue, pauvre chérie. Souriante, mystérieuse, et légèrement sournoise, comme tous les lapins, c'était une évidence, elle tenterait le charme, et cela plaisait au Chapelier Fou. Mais Tetch était complètement drogué, en véritable trip de cinglé dans son crane. Il ne voyait décidément pas les choses comme les humains normaux le faisaient.

- "Je CoNnAiS lA cHaNsOn. Je SuIs FoU, tU eS fOu, NoUs SoMmEs ToUs FoUs IcI-bAs ! ElLe N'éTaIt PaS aLiCe HéLaS."

Le Chapelier se releva, titubant au passage, et se redressa avant de tirer son haut-de-forme pour s'incliner, comme un parfait gentleman face à une demoiselle. Oh bien sur, elle n'aurait pas besoin d'être Alice. Tetch avait déjà suffisamment joué pour ce soir, et son esprit était déjà perturbé qu'il n'avait pas l'envie de conter fleurette à une nouvelle Alice. Tetch ne discernait toujours qu'un Lapin Blanc féminin en face de lui, les drogues étaient puissantes, et Mad Hatter ne semblait plus voir Gotham City comme une ville moderne, mais comme un immense château de cartes, entouré de maisons de poupées. Cela tombait bien ... Le Chapelier aimait les poupées.

Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Féminin Messages : 134
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Wonderland   Sam 24 Fév - 21:39


Wonderland

- Chapelier Fou -

La brise glaciale venait caresser mes joues et mes cheveux. Je passais ma main sur ma cape rose, la pressait un peu plus contre moi pour me réchauffer un peu bien que j'étais déjà bien habitué à porter ma tenue. Mon corps était fait pour ça, pour braver le froid, le chaud, les tempêtes et ainsi porter mon habit de vilaine, de coquine, il faut bien que tout le monde puisse me reconnaître. Derrière le chapelier je pouvais distinguer de la terre fraîche, des morceaux de terres réparties autour mais aussi une couleur qui attire mon regard. Je me baisse lentement, passant ma main près des cailloux mouillés d'un liquide rougeâtre. Je lève mon regard vers le chapelier, en train de s'exprimer autant vocalement que corporellement. Son rire résonne dans tout le cimetière. Un léger sourire se dessine sur mon visage. A vrai dire, il me fait rire, me fait sourire. Pourquoi ? Parce qu'il va bien me venir en aide.

Je me relève doucement, je frotte mes mains tandis qu'il s'incline devant moi. Je le regarde de haut, oui, je suis plus grande que lui. Mais ce n'est pas parce qu'il est plus petit qu'il ne peut pas être dangereux, c'est ce qui me plaît chez lui. Bien sûr il y a autre chose qui m'intéresse et qui me plaît : il est complètement défoncé à je ne sais quoi et c'est pour cela que je suis venue. 

« Je vois que vous n'avez pas perdu de temps. C'est très intéressant. »

Je lui souris, arquant un sourcil, je regarde aux alentours, je vois un bouquet de rose au sol. Je m'y dirige et je prends une rose dans les mains. Elle est belle, fleurie, mais elle ne sent absolument rien. Je regarde le reste des roses au sol puis je détourne le regard vers le chapelier. Il est maintenant temps de passer au plus concret.

« J'ai une affaire à vous proposer. »

Je reviens vers lui, longeant les tombes, le bout de ma cape frottant les cailloux derrière moi. Je détourne mon regard vers la tombe fraîche, quelqu'un venait d'être enterrer. Qui ? Est-ce le chapelier qui vient de le faire ou quelqu'un d'autre ? Pourtant il n'y a pas de pierre tombale. Le doute s'installe tout de même.

« Je suis vraiment intéressée par votre drogue chapelier, et j'avoue que j'adorerai en faire un vrai business. »

Oui, une nouvelle drogue secrète, une nouvelle drogue que seulement lui et moi pourront fournir dans la ville grâce à une équipe que je recruterai. Ainsi les gens les plus défoncés pourront sûrement beaucoup plus s'amuser, et pourquoi s'entre-tuer eux-mêmes tellement cette drogue les rendrait fous. C'est une idée folle, mais une idée à travailler si l'on veut pouvoir manœuvrer dans le secret, dans le silence et dans le plus horrible scénario.

« Ce que vous prenez chapelier, vous pouvez parfaitement le maîtriser, le contrôler, mais les autres en revanche … Vous pourrez tuer tous les soldats de la reine, tous ces misérables qui ne mérite pas de vivre dans notre pays des merveilles. Il faudrait juste que l'on puisse créer ensemble quelque chose de fou, quelque chose de dingue ... »


absence:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Wonderland   Sam 24 Fév - 23:04

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Mais quel être parfaitement exquis, et parfaitement farfelu avions-nous là ? Jervis Tetch ne savait pas par quelle magie cette créature lapinesque avait atteri à Gotham City mais une chose était sure, elle n'était pas de la ville et elle ne savait pas qui elle avait en face d'elle. Mad Hatter s'avançât doucement, le bruit de ses pas résonnant sur la petite pierre installée le long de la pelouse du cimetière en guise de chemin. Elle voulait faire affaire avec le Chapelier ? Quelle douce et drôle d'aventure que voila. Cela pourrait être amusant.

- "ElLe N'eSt PaS sOiT-mÊmE, dEvRiOnS-nOuS l'AiDeR ?"


Encore une comptine de Lewis Carroll. Mad Hatter adaptait chaque citation avec chaque situation qui se trouvait en face de lui. La jeune femme avait décemment un problème avec son "moi" de l'autre côté du Miroir. Elle refusait d'accepter ce qu'elle était vraiment, et peut-être qu'une aide du Chapelier Fou était la bienvenue ? Qui sait ? S'avançant, doucement, vers la jeune femme, Tetch tendit une petite tasse de thé. Soulevant son haut de forme, une petite théière s'y trouvait et Mad Hatter remplit alors la petite tasse qu'il offrit de bonne âme à la jeune demoiselle lapine en détresse. Oh nulle idée pour Mad Hatter de la voir se faire égorger ou tuer, non non. Tetch voulait juste la drogue et lui faire affronter ses pires démons. Une tasse de son thé, une seule gorgée et c'était le Pays des Merveilles en couleurs. Un monde personnel emplit des pires démons de l'individu, mêlé aux désirs, aux rêves, et aux besoins de la personne. Un monde où toute morale disparaissait pour laisser assouvir les pires penchants. IL. FALLAIT. QU'ELLE. BOIVE. LE. LIQUIDE !

- "Du ThE ?"


Mad Hatter savait très bien ce qu'il proposait. Du thé trafiqué, où de nombreuses drogues furent introduites, dangereuses, fatales, et pouvant causer des hallucinations pouvant aller jusqu'à la crise cardiaque. Tetch savait doser pour que le mélange ne soit pas fatal du tout. Oh bien sur, on y voyait de jolies choses, des choses agréables ... Et puis du sang coulait de votre nez, et les rivières bleutées du Wonderland se transformaient en mares sanguinolentes et remplies de cadavres. Mais c'était ça Gotham ! Un mare où des minables mourraient bêtement ! Ils devaient tous mourir les uns après les autres ! Calmons-nous Jervis, calmons-nous. La jeune lapine semblait avoir de sérieux problèmes de troubles. En temps normal, un bon psychiatre et l'affaire était jouée, mais Tetch / Mad Hatter n'était PAS un psychiatre et encore moins un type normal. L'idée serait de faire basculer cette jeune demoiselle dans ses penchants les plus obscurs. Pour quelle raison au fait ? Tout simplement pour voir les effets de la drogue du Chapelier sur les autres. Peut-être même qu'une carte à puces lui irait parfaitement, collée à ses oreilles de lapin ? Peut-être ... Mad Hatter n'hésitait pas et il offrit son thé à la jeune demoiselle. Souriant de toutes ses dents, il se demandait pourquoi elle souhaitait faire avec le Chapelier, surtout que celui-ci était toujours peu enclin à recevoir des alliés sous son giron.

- "RePrEnEz Un PeU dE tHé ! CeLa VoUs FeRa Du BiEn !"


Toujours des références à Lewis Carroll, toujours et encore, encore et éternellement. Tetch avait mémorisé toutes les phrases, toutes les contines, toutes les rhétoriques du Livre de Carroll. Arkham est un lieu de tranquilité en matière d'activité. Et le temps perdu en cellule était fort mis à profit pour améliorer les rêves et les désirs de Jervis Tetch. Oh bien sur, quand Tetch parlait en rimes, il n'était pas question d'avoir de réponses censées. Le Chapelier Fou était en permanence dans son monde, grâce aux nombreuses drogues, aux nombreux produits qu'il utilisait. Il fallait avoir l'air compatissant, l'air gentil, des actes de pure traitrise et de fourberies. Tetch était le meilleur pour ça. Il fallait avoir l'air agréable, doux, amical et provoquer son aide. C'était en partie gagnée, car il avait l'air d'un fou amical, d'un fou inofensif, d'un doux dingue, mais il n'en était rien. Nul besoin d'argent pour Tetch, tout ce qui comptait, c'était de voir les effets de ses drogues et peut-être même, avoir un lapin blanc pour le thé ! Mais réfléchissons attentivement aux actes qui ... Tetch doit-il avoir besoin de réfléchir avant de se lancer dans des actes de pure folie ? Pas du tout ! C'était un besoin, un besoin inextricable qu'il ressentait au fond de lui-même ! Il se devait de posséder cette créature et d'en faire son petit jouet personnel, et après, il s'en débarrasserait.

- "BuVeZ dOnC ! lE cHaPeLiEr A pArLé !"


Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Féminin Messages : 134
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Wonderland   Dim 25 Fév - 21:38


Wonderland

- Chapelier Fou -

Je regarde le chapelier sortir de son chapeau une théière, il sortit aussi une tasse de thé. Il remplit la tasse de thé et la tendit dans ma direction. Je sent mon sourcil se lever, qu'est-il vraiment en train de faire là ? Moi boire du thé ? Avec la gueule que j'ai ? Non mais franchement, ai-je vraiment une gueule à boire du thé ?

Hahahaha !

Arrêtes de rire !

Il tend la tasse et me demande si je veux boire du thé. Mais … Non ! Je ne veux pas boire du thé ! Je veux tout autre chose. Je penche légèrement la tête sur le côté, j'essaye de lui faire comprendre par mon regard que je ne comprends pas où il veut en venir. Je sentis qu'il était complètement dans son délire, il me demandait de boire du thé mais en sortant des phrases qui n'avaient pas de rapport avec la situation : reprendre du thé ? Mais je n'en ai même pas bu une goutte mon pote ! Voyant son regard instant, je prends la tasse dans les mains, sentant la chaleur envahir mes mains. Comment fait-il pour tenir la théière sur sa tête ? Déjà faire une tenir une théière bon, voilà. Mais faire tenir en plus une théière bouillante, je pense qu'il s'est un peu trop drogué avec sa drogue artisanale. En même temps, c'est cela qu'il me faut, de sa drogue. Je veux aller au bout de mon projet.

De quel projet parles-tu ?

Il me regarde encore et me demande encore de boire, il est plus instant qu'auparavant, c'est vraiment perturbant. Et puis, il me donne des ordres en plus de ça. Je porte la tasse à mes lèvres et à mon nez. Je sens le thé, voulant deviner quelle odeur dominait. Mais je n'arrive pas à reconnaître l'odeur, pourtant les souvenirs se mêlent aux souvenirs de Jaina et je sais qu'elle boit du thé, alors pourquoi je ne reconnais pas cette odeur ? Je dirige mon regard vers le chapelier, je sens la couille, je sens le piège.

La drogue est dans le thé.

Il veut me droguer.

Je le regarde et je lui souris, abaissant la tasse. Comment refuser ?

« On dit : « s'il vous plaît », et je n'en veux pas. »

Gardant la tasse dans une main, je serai prête à lui jeter au visage.

« Je connais l'histoire et je sais quel fou vous êtes, je sais bien que vous avez votre propre drogue et je ne suis pas là pour la consommer, je voudrai juste marchander avec vous. Simuler une héroïne avec le mélange de votre drogue, contrôler la population, rendre les gens complètement fous. Ne serait-ce pas délectable ? »

Je lui envoies un sourire au coin, arquant un sourcil, attendant une réponse. Bien qu'après lui avoir parlé déjà quelques minutes avant, il ne m'avait pas répondu. Je pourrai aussi bien partir avec le thé et voir un chimiste pour récolter la drogue miracle et tout faire moi-même, après tout. Seulement ce serait moins drôle, avoir un fou à côté de moi, cela pourrait être bien plus drôle et bien plus macabre, au moins il serait dans son élément et il ferait ce qu'il voudra.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Wonderland   Lun 26 Fév - 23:21

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Prenant sa théière, Jervis se mit à la quête d'une voix dans la théière, non, ce n'était pas le loir qui parlait, mais bel et bien cette donzelle. Le Chapelier avait cru à un moment que le loir avait trop bu de thé, et ce qui pouvait causer une espèce de folie à croire que les lapins du Chapelier sont jolis. Non, ils ne le sont pas, et Tetch reposa la théière tout en la caressant doucement, comme si elle était la prunelle de ses yeux fous. Tetch releva les yeux vers la jeune fille. Elle se prenait pour Alice ? Derrière cette chevelure blanche se cachait surement Alice. Tetch avait-il sans le savoir, trouver sa chère et tendre promise ? Qui sait ... Mad Hatter s'approcha de la jeune fille et lui toucha les cheveux de sa main gantée avant de renifler l'odeur qui s'en échappait. Un parfum doux, fruité, une odeur des plus agréables. Il caressa la chevelure avant de sourire. Il ne se gêna pas. Et pour tout dire, elle était terriblement aguichante, cette petite lapine. Délicieusement attirante et Tetch aimait les jolies filles. Les jolies poupées ... Reprenant le fil de la discussion, revenant à la réalité, Tetch haussa la voix, légèrement amusé.

"Ce serait quelque chose de terrible et de drôle à la fois. De tentant et de terriblement monstrueux, je vous l'accorde. Cependant, vous devez le savoir, mes spécialités sont mes spécialités et je ne suis pas vraiment partageur, surtout en terme de secrets ..."


Mais Tetch était quelqu'un qui insistait toujours sur la politesse et sur la courtoisie. Or, cette jeune éphèbe n'avait pas encore fait de formule de politesse des plus élémentaires et Tetch détestait par dessus tout ce manquement aux bonnes manières. Serrant très fort sa tasse de thé, il grinçait des dents avant de demander d'une voix douce, calme, même sous l'effet d'une petite colère bien distinguée. Après tout, elle ne voulait pas de thé, pas de thé, et pas de thé ... Comment pouvait-on refuser aussi monstrueusement une offre aussi charmante ? Tetch était déçu pour tout dire. Désignant les quelques cloportes qu'il avait sous son contrôle grâce à des masques de lapins, Tetch reprit. Pour tout dire, Tetch avait réquisitionné les deux employés municipaux pour creuser la tombe de la jeune fille qui s'était refusée aux charmes du Chapelier. Ils étaient dociles ces deux-là, prêts à écouter ce que le Chapelier avait à dire. Merci aux masques et aux différentes drogues pour assurer une certaine obéissance.

- "Ne sont-ils pas jolis ? Ce sont mes marionnettes, mes petites choses, mes petites créatures chéries. Ils peuplent le Pays des Merveilles à la recherche d'Alice, de cette petite salope d'Alice, ils ne sont pas aussi doux que des lapins, mais ils ont une qualité. Le silence, le silence est d'or n'est-il pas ? Ô le riche homme ! Il ne dort pas du premier somme, de son avoir, il ne connait la somme, j'aime le scintillement de l'or. C'est du Lewis Carroll si vous ne connaissez pas, honte sur vous ma chère."


Lewis Carroll, l'inspiration même de Jervis Tetch, le Chapelier Fou a toujours organisé ses pires crimes en reprenant certains éléments des comptines du romancier. Merci cher auteur ! Tetch se repositionne sur son banc avant de pointer du doigt un siège vide à la jeune demoiselle. Enfin, le siège vide n'était autre que la place à laquelle, l'infortunée ex-Alice avait rendu gorge ce soir même. Tetch n'était plus dans le cimetière à proprement parlé, il flottait au dessus, embarqué grâce à ses drogues et autres produits hallucinogènes, il se voyait dans le Wonderland, heureux, tout en buvant son thé avec ses meilleurs amis, le Lièvre, le Loir, le Dodo et tous les autres. Gracieuse Alice, où était-tu ?

- "Pas de thé, pour notre invitée, tant que son histoire, n'est pas entièrement citée."


Mad Hatter sourit. Ce n'était pas bien élevé de faire des réflexions personnelles mais après tout, elle venait d'installer le chaos dans cette petite entrevue improvisée et pourtant si romantique et si charmante. Mad Hatter regarda White Rabbit avec un léger sourire tout en reprenant une nouvelle tasse de thé. Tetch, lui, était plongé dans sa folie, plongé dans ses rêves éternels. Il ne pourrait jamais satisfaire ses propres plaisirs dans cette réalité triste et vulgaire. Seul Wonderland l'apaisait. Un regret, un simple regret pour son Alice de toujours, perdue à jamais. Le temps, on désire toujours plus de temps pour tout changer, voir même le mettre à l'envers pour rattraper les erreurs commises, mais la réalité était bel et bien là : On a jamais de seconde chance pour réparer ses erreurs. Une fois qu'elles avaient changé votre vie, pas de retour possible en arrière. Sortant de sous son chapeau, le Chapelier tenait maintenant une petite photographie prise il y'a des années, lors d'un voyage avec sa famille au Storybook Land. Le Thème de l'époque était sur Alice au Pays des Merveilles et Tetch avait invité Alice à venir avec lui. C'était vraiment la plus belle des journées de sa vie, ce genre de moment que l'on ne veut pas voir s'arrêter, ce genre de moment qu'on rêve de vivre tous les jours et à jamais, car on sait qu'on ne retrouvera jamais un pareil instant de bonheur. S'il y'a bien une leçon à connaitre, c'est que le bonheur était toujours éphémère, et quoiqu'il arrive, l'équation est la suivante : Vous obtenez un bon moment de bonheur, dix moments de malheur vous attendent ensuite. C'était le karma en quelque sorte, de ce qui se passait à Gotham City.

- "Vous êtes venue ici, car vous ne saviez pas où aller. Voyons Alice, vous êtes dans le terrier du lapin, il suffit juste de se laisser glisser pour arriver au pays des Merveilles. Attention néanmoins aux objets qui flottent tout autour de vous, vous pourriez vous faire très mal. Comptez moi donc vos plans réels pour cette ville, car après tout, vous avez forcément un second plan à tout cela, ce plan qui se trouve de l'autre côté du Miroir."

Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Féminin Messages : 134
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Wonderland   Ven 6 Avr - 21:46


Wonderland

- Chapelier Fou -

Face à lui, je le regarde s'approcher de moi, tendant sa main pour caresser mes cheveux et les sentir. Je le laisse faire. Je le laisse profiter de cela, il sera peut-être plus enclin à accepter ma proposition. Il sourit puis il revient à la discussion que je venais de lancer plus tôt. Il semble attirer par l'idée, tenté, mais je crois qu'il doit encore se laisser convaincre. D'autant plus qu'il ne compte pas partager ses secrets, son thé incroyable – de ce que j'ai pu entendre. Il me désigne ensuite de la tête des personnes, elles se tiennent debout, et il sont masqués. Je plisse un peu les yeux, j'essaye de voir un peu mieux. Les deux hommes ont des masques de lapins. Waow, ils pourraient presque être mes petits lapins ! Hahaha ! Que c'est drôle. Je ne m'attendais pas du tout à cela. Le chapelier continue ses envolés lyriques, ses envolés folles où il m'explique que ces deux hommes sont tout simplement sous ses commandes. Intéressant, sont-ils conscients ou sont-ils sous la drogue du thé ?

Le chapelier vient s'asseoir sur un banc, il m'indique la place vide à côté de lui. Je viens m'asseoir à ses côtés, je l'écoute, je ne comprends pas très bien où il veut en venir.

Il doit être dans le pays des merveilles.

Oh super, discuter affaire avec un drogué c'est une vraie partie de plaisir.

C'est toi qui l'a voulu.

C'est vrai, je l'ai voulu. Il me sourit, je le sourit en retour, poliment. Pour une fois que je suis polie en plus, il pourrait en profiter. Je regarde le cimetière lugubre, je sens dans l'air quelque chose d'étrange, j'ai l'impression que lui et ses hommes ont vraiment tuer quelqu'un et je miserai presque pour une jeune fille. Mais ensuite le revoilà qui parle, il me compare à Alice ? Il me demande de parler franchement, je lui parler de mon plan. Je le regarde, lui et ses traits foncés, ses traits marqués par la drogue évidemment, ses joues, ses rides …
Je dirige mon regard vers les roses au sol, le sang puis ses espèces de robots. Ils n'ont pas bougés, eux et leurs masques de lapins. Je me lève et je me dirige doucement vers eux. Je m'arrête à un mètre et je les observe. Le masque est précis, il semble laqué, d'un blanc éclatant. Ils sont effrayants dans cette nuit, dans ce cimetière, ils pourraient tuer un vieux ou une vieille d'une crise cardiaque. Il a bien ses plans lui aussi, le chapelier. Je me retourne pour le regarder de nouveau.

« On m'a fait prisonnière, on m'a fait dû mal, il y a de cela quelques temps. Je ne suis pas entièrement libre, mais je le serai bientôt ... »

Mais qu'est-ce que tu racontes ?

« … Et pour cela j'aimerai me venger, me venger mais contre cette ville entière qui me méprise car évidemment je ne suis pas la gentille fille que tout le monde voudrait que je sois. Je suis simplement ce que je suis : une vengeresse. Et ce que j'aimerai, chapelier, c'est votre aide pour arriver à mes fins. »

Je me rapproche de lui, le sourire au coin, étiré vers la lune.

« Des drogués, des junkies, croyant qu'une nouvelle héroïne est apparue en ville, qu'elle joie de goûter à cette merveille et puis de voler dans un pays imaginaire, tellement plus beau que celui qu'ils voyaient auparavant … Mais ces idiots ne se rendent pas compte que très vite ils seront sous le contrôle de vous, ou moi, et ils devront répondre à toutes nos attentes. Pour vous, ils feraient n'importe quoi. Pour moi, ils seront mes boucliers, mes serviteurs de ma vengeance. »

Je regarde le cimetière et le ciel, un petit moineau passe. Une nouvelle idée me vient.

« Quoi de plus beau que de commander une armée de lapin ou de soldat de la reine rouge pour tuer celui qui nous empêche tellement de nous exprimer, de faire ce que l'on veut … Le batman. »

Je pense aux gangs, à ce pingouin à la tête de la ville. Oh dieu que j'ai envie de le réduire à mes ordres. Qu'il soit de mon côté ou de le réduire en cendre. Je ne saurai pas dire ce qui m'importune le plus chez lui : sa mocheté ou son incapacité à être intelligent ?

« Bien que le batman ne soit pas le seul problème, la ville serait un début, ensuite nous pourrons aller sûrement plus loin, au pays des merveilles. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Wonderland   Dim 8 Avr - 22:35

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Cette femme, si Tetch n'était pas un fou qui s'ignore, aurait surement fini dans une des meilleures cellules capitonnées de l'asile d'Arkham. Mais en venait-elle ? Tetch n'était pas certain que cette White Rabbit ait vraiment été folle un jour. Elle se prenait tellement pour la lapine du conte, avec une histoire larmoyante à la clé, que cela en était fascinant. Bon bien sur, dans notre société, l'Homme en lui-même est fou, mais White Rabbit ne débordait pas de folie, il y'avait quelques années, on l'aurait surement enfermée pour s'être habillée de la sorte, mais les temps changent, et c'était une bénédiction pour tous. Elle était promue à un avenir riche et prospère, si toutefois, la collaboration se passe de la meilleure des façons, après tout, Tetch était quelqu'un d'avenant et de fidèle en alliance, même s'il avait ses têtes. Tetch aussi avait tout foiré jadis, et maintenant, il se retrouvait lui aussi à la case Arkham, en mode calmants et électrochocs, fort heureusement, les évasions sont multiples. Pas de chance, mais au final, Arkham était certainement plus agréable que les contrariétés de la vie. Se lever, partir au boulot, faire ses courses et tout recommencer : quelle horreur ... White Rabbit commençait à remettre le couvert sur les différentes approches à faire, elle voulait organiser sa prise de contrôle sur la ville. Tetch, voyant qu'il partageait une même et douce folie en ce qui concernait l'architecture et la terraformation nouvelle de Gotham City, voyait en White Rabbit un changement probable et sans histoire. Souriant de toutes ses grandes dents blanches, le Chapelier Fou remit son chapeau sur la tête avant de déclarer d'un ton des plus doux. Tetch rêvait lui aussi de contrôler les gens, de les tenir en respect, de faire en sorte que les choses se passent de la meilleure des façons, selon ses propres vues et ses propres idées.

"Mais bien entendu, ma chère, je vous concocterai une drogue puissante capable de rendre dépendant le plus fou des junkies de cette ville, ils nous obéiront, au doigt et à l’œil, je vous le promet. Je vous promet aussi que vous aurez une audience royale avec ce cher Cobblepot en personne. J'ai un magnifique chapeau à lui offrir et je suis sur qu'il sera ébloui de votre noble présence."


Tetch se prêtait parfaitement à ce genre de folies que l'on pouvait retrouver dans Gotham City. Des criminels fous, excentriques comme White Rabbit, c'était le summum de la folie, une folie douce, parfois violente, mais agréable quand deux fous se rencontrent. Jervis Tetch n'avait quand même pas l'intention de finir électrocuté par la folie de cette jeune nymphe issue d'on ne sait où, mais l'idée était tentante, celle de braver les interdits de la Reine de Coeur. Après tout, tout ce qui faisait peur à un fou, c'était que le ciel ne lui tombe sur la tête, pour Tetch, c'était de ne plus avoir de tête pour porter ses chapeaux. C'était encore un de ces étranges concours de circonstances, Mad Hatter savait qu'avec White Rabbit, il contrôlerait une partie de cette terre perdue qu'il désigne comme Gotham City. Mais c'est alors qu'une nouvelle idée germait dans la tête du Chapelier Fou.

"Et si nous ... Nous tentions de contrôler le maire de Gotham et qu'il proclame des élections municipales ? Nous pourrions tenter de vous présenter et de le représenter comme candidat. Deux chances possibles de gagner la mairie, deux chances de maintenir et de persévérer dans nos plans ... La nouvelle Wonderland ! Une ville libérée, où Wonderland règne en maitre, où la folie se trouve à chaque coin de rue, une ville purgée de la tristesse de ce siècle moche et glacial. Une ville où le bonheur ne se retrouverait que dans une tasse de thé ! Ce serait ... sublime ..."


La folie du Chapelier Fou était sans cesse en recherche de nouvelles horreurs à inventer. Jervis Tetch était certes, un homme qui adorait les petites filles blondes, mais il était tout de même LE génie que Gotham City avait renié. Ils en payaient tous le prix, mon chapeau. Ils le paieraient tous quand ils seraient dans ma tête. Mon merveilleux, mon précieux chapeau, personne ne peut comprendre notre folie, mon précieux. Personne ne peut se mettre dans la tête du Chapelier Fou, excepté moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Wonderland   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wonderland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» North Pole ou Santa wonderland :-)
» Hino Matsuri's Wonderland
» Kazuma Kondou et Jinsei Kataoka - Deadman Wonderland T1
» Clamp in Wonderland Ex - Kazayaha et Yûko
» Deadman Wonderland

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Comté de Gotham :: Cimetière de Gotham-