Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter


Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 La bonne et le cinglé [PV Harley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2937
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Lun 13 Nov - 15:47




Laugh and Die

Les Studios Panessa ... Un lieu magique, imprégné de sensations, nostalgiques, douces, amères, sucrées comme les barbapapas. L'enfance et les tendresses du septième art, la douce nostalgie qui emplissait ces lieux avait disparu depuis bien longtemps. Tous ces rêves d'une Gotham qui serait la Hollywood de la côte Est, facile, moderne, futuriste, progressiste, prospère, tout cela n'était pas arrivé et n'arriverait surement jamais. Gotham avait sombré et pour le meilleur ! C'est dans ce fourbi de mécaniques usées par le temps et par la rouille qu'un des pires criminels de Gotham City avait établi son Quartier Général, histoire de se reposer et de méditer sur un prochain plan. Le système de sécurité avait pourri, mais certaines caméras émettaient encore. Quelques robots marchaient aussi, comme cet insupportable clébard de la maison du Futur, là où se planquait le Prince des Clowns. Tout le parc du cinéma avait été remis d'aplomb grâce aux talents de Sherman Fine, le courtier de Gotham qui fournissait aux criminels les plus "dérangés", les meilleurs repaires pour se planquer. Et cet endroit, isolé, loin de Gotham City, c'était la classe ! Vous n'imaginez pas le plaisir que l'on peut avoir à vivre dans un lieu reculé et presque romantique, c'était charmant, et surtout sans, créatures indésirables. Tout la ville était en effervescence à cause d'une poignée de débiles déguisés en hiboux ! Voila que ça tue des maires et que ça fait peur à des bourgeois ! Pfeuh ! Comme si le Joker n'avait pas déjà fait pire. OUI ! Il avait fait pire ! Il avait empoisonné l'eau potable de la ville, il avait massacré une famille mafieuse avec des cuillères et il avait donné une bonne rouste à Roman Sionis pour son unique et fou plaisir de mettre le Batman à terre, voila la vérité. Le Joker était pire, et il ne supportait pas la concurrence que cette fameuse Cour des Hiboux infligeait à la ville, ni à son combat contre Batman. Le Joker avait besoin du plus grand calme dont il avait vraiment besoin pour rendre dingue cette ville remplie d'idiots patentés, alors pour faire bonne mesure, on allait trouver un lieu qui plairait, et qui serait terriblement calme, sans personne, sans rien, et tout ça uniquement pour que l'esprit du Joker puisse se concentrer, c'était ça la clé, la concentration, et le Joker en avait grandement besoin, surtout après le désastre du ballon gonflable et de cet imbécile de Clayface. Alors que le Joker s'affairait à créer de nouveaux plans et de nouvelles actions contre son archange noir, le Joker fut interrompu par un son de clochette. Il se dirigea d'un pas assuré vers son réseau de caméras avant de regarder d'un air peu ravi, la tronche de la personne qui se pointa chez lui. Elle semblait seule, toute seule, une grande fille comme elle ? HA ! La bonne blague. Le réseau de caméras émettait encore un peu, et le Joker eut un léger rictus non amusé en regardant qui venait à lui.

- "Mais c'est notre petite Harley ..."


Il ne l'attendait pas déjà de sitôt, mais ce n'était pas grave, il pourrait lui faire l'insigne honneur de lui montrer son nouveau parc de jeux pour rire ! Il l'avait tout bien préparé pour la grande surprise qui allait bientôt s'y préparer. Le Joker avait d'ailleurs finit la maison de l'horreur pour y mettre des cadavres en putréfaction dans tout l'endroit. Une infâme puanteur, c'était certain. Mais ça dissuaderait les autres d'entrer dans le secteur du Clown. Quelques cadavres aux sourires sanguinolents ont été dispersés dans l'enceinte, rappelant aux visiteurs que le lieu est fermé et qu'il est surtout, la propriété d'une seule et dangereuse personne, à savoir le Joker lui-même. Ricanant comme une hyène, le Joker se hâta d'accueillir la charmante Harley Quinn dans ce lieu magique, où toute magie prend forme. Des tas de surprises ! Des tas de cadeaux étaient cachés dans toute l'enceinte des studios Panessa et c'étaient des merveilles. Le Joker y mettait le temps, oui. Mais il le faisait comme un esthète, c'était un génie du crime, pour qui chaque détail, inutile surtout, faisait toute la différence. Des mannequins, des animatroniques, étaient là, trônant, puis, ils s'activèrent, dans un dernier effort pour retrouver leur gloire du passé oublié, chantant, bougeant mécaniquement les bras, tournant les bustes et la musique, complètement fanée, pleines de parasites, c'était le chant du cygne de ce manège. Ils chantèrent, car c'étaient les plus grands : Frank Sinatra, Fred Astair, Dean Martin et Sammy Davis, dans leurs plus beaux costumes, qui offraient une dernière sérénade grésillante, malgré la rouille et le temps qui avait passé, inexorablement, ils tentaient de reproduire leurs gestes mécaniques, dans une ultime parodie d'accueil. Puis soudain, une mitraillette retentit et les balles frappèrent les robots qui s'éteignirent à jamais. L'arme à feu se tue, et une ombre sort des ténèbres. Son costume violet relevé, sa démarche presque chaotique, l'Empereur du Crime était là, sortant des ombres, ne souriant plus de son sourire sanglant, jetant la mitraillette vide sur le sol poussiéreux. Il ne souriait plus depuis sa dernière rencontre avec Poison Ivy, tout semblait changé pour le moment dans l'esprit du Joker.

- "Je déteste cette chanson."


Alors que tout semblait pour ainsi dire, établi. Le Joker s'avançait d'un pas assuré vers la jeune femme qui a dû se cacher pour éviter les balles. Personne n'est fan du plomb au point d'en bouffer quelques balles à une vitesse percutante. Aaah le doux bruit des impacts de balles qui explosent les os ou qui réduisent en purée gélatineuse les organes internes de l'être humain. Mais ça n'avait pas de réelle saveur. Les armes, comme les jouets explosifs ou les couteaux, c'était marrant aussi. Alors que le calme semblait revenir dans l'enceinte des Studios Panessa, le Joker leva les bras au ciel et accueilli la jeune fille comme il se devait. Le vent froid s'engouffrait dans ce lieu hanté, sans âme qui vive, excepté nos deux compatriotes Gothamites : Le Joker et Harley Quinn en personne. Feignant d'être surpris par l'apparition de la jeune femme, et son amante, le Joker n'explosait pas de sa joie habituelle devant l'apparition de cet ange immaculé et béni par la folie. C'était plutôt un accueil des plus froids on peut dire ça comme cela.

- "Est-ce possible ? EST-CE POSSIBLE ? Mais c'est notre chère petite Harleen Frances Quinzel !"





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Mer 27 Déc - 23:10

Harley
Quinn

Joker

La bonne et le cinglé
Me revoilà à Gotham, cette ville dont la haine et le froid ne m'avait pas manquer. Je n'avais plus réellement le temps depuis que je m'occupais de cet immeuble à Coney Island, ainsi que mon travail en maison de retraite et du club de roller, mon emplois du temps était maintenant très chargé et le temps pour venir faire une petite balade à Gotham était maintenant inexistant, mais j'aimais ma nouvelle vie, plus de cours poursuite entre cape et masque était maintenant terminé. Vous vous demanderez sûrement pourquoi je viens déposer de nouveaux mon pied dans cette ville maudite? Je venais pour une lettre étrange, une lettre me parlant de lui, de ce cingler, du clown, je voulais dorénavant en avoir le coeur net sur ce que l'on me dit dedans, à savoir, le rejoindre au studio Panessa. Je ne pourrais dire s'il s'agit de l'adrénaline qui monte ou une peur angoissante qui fait cette boule dans mon estomac, mais je n'aime pas ça.


Me voilà enfin devant ce grand bâtiment, il ne semble pas habité, l'endroit parfait pour ce taré, l'endroit qui pouvait lui représenter sont être froid et mort. Ce lieu correspond parfaitement à ce taré. Le froid était égal à celui présent dans son coeur, les murs ternes et sale était l'équivalent de son âme et ne parlons pas du tout le reste qui représente à la perfection toute sa folie, cela ne présagais rien de bon et avoir affaire à lui de nouveau non plus. Je finis par pousser la porte du studio pour enfin espérer trouver ce clown de malheur, éviter que cela vire en une tuerie quelconque entre lui et moi.


Au premier coup de feu, je me précipita dans un recoin sur afin d'éviter toutes les balles, qu'est ce qui lui prend? Il n'avais jamais agis ainsi au part avant. Je me penche quelque peu afin de voir s'il apparaissait dans mon champ de vision, il ne faisait eu de râler contre c'est putain d'automate, car la chanson ne lui plaisait guère. Je sortie de ma cachette afin de lui faire face, laissant mes sentiments d'amour revenir au-dessus de la haine, c'est ainsi, je l'aimais et ce pour toujours, cela même avec la haine que j'éprouve pour lui, pour ce qu'il m'a fait endurer, je l'aimerais toujours autant.


“Owh Poussin, pourquoi est tu si formel avec moi? Je ne suis que ta petite Harley”
Je m'approche à mon tour afin d'y passer les bras le long de son cou afin de l'embrasser, de redevenir la petite Harley nunuche que j'étais, il l'aime tellement, autant jouer ce rôle le temps d'être près de lui, si cela me permettait de rester en vie un moment se sera toujours ça de gagner.

Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2937
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Jeu 28 Déc - 16:26




Laugh and Die

La rabaisser à son état d'Harleen au lieu d'Harley. Cela relevait du génie quelque part, et intentionnellement, c'était aussi pour la désarçonner. De la rabaisser, de lui montrer qu'elle avait eu une vie que le Joker connaissait avant qu'elle ne devienne ce qu'elle est aujourd'hui. Elle ne savait rien du Joker, lui savait tout d'elle, et il en profitait pour tout dire, il en profitait honteusement et sans se retenir, il aimait lui rappeler parfois, qu'elle n'était qu'une petite psychiatre qui serait encore dans un bureau puant à l'asile si elle n'avait jamais rencontré le Joker. Le but était d'établir une relation de dominant et de dominé, chose que le Joker réussissait avec brio. Après tout, elle était devenue meilleure, elle avait changé et dans la meilleure des façons possibles, surtout quand on s'amuse à la torturer mentalement. Hors de question qu'elle ne prenne plus d'importance qu'elle n'en méritait. Quelque part, les mots du Joker étaient calculés, mesurés quand il s'adressait à l'Arlequine. Après tout, elle s'était imposée dans la vie du Joker pas vrai ? Bon, c'est pas comme si le Joker n'avait pas calculé son coup. Il avait trouvé en Harleen Quinzel le pigeon parfait pour le faire sortir d'Arkham quand bon lui semblait, et elle avait marché jusqu'à ce qu'elle se fasse dégager manu militari hors de l'asile. Pour tout dire, elle avait ses bons moments, et puis, elle faisait rire le Prince des Clowns parfois, c'est peut-être même la seule qui a vécu le plus longtemps auprès du Joker, ironiquement. Peut-on croire qu'un criminel comme le Joker puisse tomber amoureux ? Peut-être, peut-être pas, mais il y'avait quand même une certaine passion, une certaine folie qui faisait que les deux êtres se retrouvaient en permanence et que, malgré les bagarres, ils étaient liés, tous les deux, et ce de la façon la plus folle qui était possible. Quand le Joker pensait à Harley, deux sentiments venaient se confondre. Premièrement, l'envie de la tuer, car oui, parfois elle était chiante et elle méritait d'avoir du plomb dans l'estomac, mais aussitôt, cette idée est équilibrée et il ne désire pas la tuer car s'il venait à s'en débarrasser, elle lui manquerait. Oh bien sur, il pourrait en trouver une autre, mais elle ne serait pas aussi pigeon et aussi mignonne que l'actuelle. Non, la tuer ne servait à rien, mais elle était utile ça oui ! Ce n'était pas que de l'amour, non, c'était une relation malsaine dans tous les sens du terme. Bien sur qu'elle était malsaine ! Et encore heureux qu'elle le soit. Harley était le jouet du Joker, et il en faisait ce qu'il en voulait quand bon lui semblait. Il pouvait l'injurier, la frapper et lui faire le plus de mal possible, il suffit de trouver les mots qui touchent son cœur et elle revenait auprès de lui, comme une gentille petite fille. Beaucoup ont tenté d'expliquer cette relation dans divers articles de presses et autres livres, et beaucoup s'accordent à dire que le Joker exerce sur Harley Quinn une dépendance qui égale le syndrome de Stockholm. Elle était complètement soumise et c'était ça qui pouvait irriter les féministes. Et dire que certaines gamines trouvent que c'est une relation parfaite ha ! Que l'on se gausse vraiment ! Pour en revenir à notre soirée, il faut savoir que Bud et Lou, les deux hyènes, étaient biens là elles aussi, ricanantes et bavantes. Harley Quinn faisait son petit numéro, et quant à sa soi-disant surprise, le Joker espérait que ce n'était pas le résultat raté d'un de ses plats. Quel horreur quand on y pensait. Harley était gentille, mais très mauvaise cuisinière, vraiment. On ne pouvait pas compter sur elle en ce qui concernait la nourriture et les vivres, c'est pour ça que le Joker préférait subvenir lui-même à ses besoins nutritifs, surtout quand Harley était là, c'était le début de la période du régime, hors de question de toucher à quoi que ce soit qui sorte de ses fourneaux. Brrr. Alors comme ça, elle voulait faire une surprise, on peut dire qu'elle était bien bonne celle-là ! On ne surprend pas le Prince des Clowns comme ça, mais au moins, elle voulait se rendre utile, elle voulait faire plaisir, brave gosse va ! Observant de plus près la jeune femme qui était devant lui, le Joker eut un sourire avant de lui prendre l'avant-bras et de l'attirer vers elle, avec toujours, son grand sourire sanglant.

- "Tu saiiiis que tu m'as manquéééé, chérie ..."


Dit-il en la prenant près d'elle, en la rapprochant de lui. Ses yeux d'araignée figées dans les siennes, son grand sourire qui s'était figé. Elle n'avait encore aucune idée de ce qu'il réservait au Batman, mais elle pourrait très bien l'aider. Et avec un grand sourire, elle tomberait encore une fois dans les plans démentiels de son "Puddin". Elle le faisait tout le temps de toutes manières, et puis, elle aimait son Joker non ? Donc elle ferait tout pour lui, comme d'habitude, elle serait toujours là pour lui, et il hanterait ses rêves jusqu'au bout, sans cesse, il la hanterait dans sa vie et dans ses rêves. Toujours et encore, jusqu'à ce qu'elle fasse l’impensable. Elle était complètement soumise, dominée, et c'était ça que le Joker appréciait, elle n'était pas l'égale du Joker, entendons-nous bien sur la chose, elle n'était que la création du Joker, rien de plus. Tout comme il avait construit Gaggy Gagsworthy à une époque reniée et révolue. Sentant l'odeur de la jeune femme, le Joker inspira doucement pour s'imprégner de la douceur de son odeur, et de sa peau. Elle était comme un bouquet de fleurs au milieu d'un champs de cadavres, quelque chose de revigorant, de doux et pourtant, si volage. Un bouquet de fleurs au milieu d'un champs de charognes, en voila une idée qu'elle était folle. Et pourtant, c'était la seule image qui parvenait dans le crâne du Joker. Approchant son visage du sien, il plongeait dans ses yeux, toujours avec ce grand sourire qui le caractérisait.

- "La prochaine fois, prend une arme qui vise mieux ..."


Il éclata d'un grand rire. Un écho de sa blague qui la ferait surement rire. Il n'avait pas peur de la mort, et puis, Harley et lui s'étaient déjà suffisamment engueulés à mort pour en arriver aux armes, pour en arriver aux lames et aux autres dangerosités environnantes. L'amour c'était ça, un petit soupçon d'amour, et on y mélangeait surtout de la haine et de la cruauté, c'était ça l'amour, le vrai, le pur, le fol amour. Pour tout dire, le Joker ne voulait qu'une chose, faire en sorte qu'Harley Quinn fasse véritablement partie de ses plans maintenant, qu'elle n'agisse plus en tant que faire-valoir, car le gang du Joker devait se reformer, et il devait maintenant en faire une alliée plus que redoutable au sein de son entreprise. En faire une arme plus virulente, après tout, elle était sa création, son ultime travail, sa meilleure alliée et son unique amour ? Peut-être. Souriant à nouveau de toutes ses dents, le Joker avait néanmoins beaucoup de questions, et très peu de réponses. Ou avait-elle bien pût se cacher ? Chez cette garce d'Ivy ? Peut-être. Ou bien était-elle partie de Gotham histoire de se ressourcer. On allait s'éclater comme des bêtes, c'est le Joker qui le pensait en tout cas ! Prenant sa voie des plus charmeuses, le Joker reprit d'un ton presque naturel.

- "Où étais-tu donc passée, petite coquine ?"





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Jeu 22 Mar - 11:38

Harley
Quinn

Joker

La bonne et le cinglé
Je n’oser rien dire, juste l’écouter me rabaisser encore et encore, sans rétorquer, sans me rebeller, je serais encore bonne pour une raclé si je venais à répondre à mon poussin. Soit une bonne Harley, tais toi et obéis, voilà comment fonctionner le clown, si tu souhaite rester en vie, tu fait les choses bien et cela sans rien demander. Même si je me suis toujours demandé pourquoi il ne m'avait encore jamais tuer, j’avais fait plus d’erreur que la plupart de ces sbires, qui sont maintenant mort, du plomb dans le crâne, pour avoir oublié surement de recharger son arme ou de prendre des balles en plus. Il m’aimais sûrement un minimum, j’en suis persuader.


Je le senter également différent, tous Gotham était différent depuis que j’était partie, beaucoup de chose on changer, rien que le gang, il avait totalement disparue, plus personne à part le boss n’était encore en vie. Que compte t-il faire? Reconstruire sa réputation, son arme, son pouvoir. Et quel rôles veut-il que je joue la dedans? Je reprendrais mon rôles de nunuche? Se rôles pour lequel je me suis vendu corps et âmes avant qu’il ne me largue comme une moins que rien! Mais maintenant, le choix je ne les pas, ils ne faut surtout pas énerver le Joker, au risque de se retrouver sans tête face à son rire meurtrier.


Où j’était? Cela l'intéresse vraiment? Ou c’est juste pour donner l’illusion qu’il peut être gentil? Va t-il ensuite brûler mon immeuble? Tuer mes amis?
Dans le doute, je me détacha du clown avant de déambuler dans le studio tout en sautillant, observant la décoration et l'installation présente, large sourire au visage, tel celui d’un clown.
“J’adore ce que tu as fait de cette endroit, cette ambiance angoissante et effrayante! On pourrait en faire un train fantôme! Et faire payer l'entrée pour ensuite les tuer pendant le manège!”


Je sais que je ne jouais pas le jeu, que j'esquive sa question, mais je ne peux prendre le risque de les mettres en danger, même si avec big Tony, je ne me fait aucun soucie. Je m'arrêta net dans les sautillements avant de poser mon regard dans celui du Joker.
“J'étais à Coney Island, j’ai construit une nouvelle vie là-bas, après que tu ne m’est jeter comme une chaussette qui pue”


Une appréhension soudaine monter en moi, je ne savais comment il allait réagir et cela ne me rassurer pas vraiment, le clown est imprévisible, il est impossible de l’analyse et de pouvoir anticiper ce qu’il prépare, croyez moi, j’ai essayé. Je pouvais plus ou moins espérer me prendre une ou deux baffe, un coup de cross de son pistolet sur le crâne ou encore me faire éjecter à coup de pied au cul du studio, mais ce serait beaucoup trop gentil de sa part après ce que je viens de dire et de la façons dont je viens de lui parler. J'étais bonne pour passer un sale quart d’heure avant de redevenir son véritable chien, par peur de mourir, non par amour, avant de retrouver tous cette amour encore enfouis en moi et que j’essaye de cacher au plus profond. Cette amour surréaliste que je ne peux me détacher, qui me hante dès que je pense à lui, qui revient dès que je peux l'apercevoir et qui m’emprisonne dès que je le vois. Il est déjà trop tard pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2937
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Ven 23 Mar - 14:47




Here's the Joker !

Qu'elle était craquante et totalement mignonne quand elle voulait l'être. Harley Quinn, la seule et l'unique aux yeux du Joker ! Complètement folle et en vitesse décroissante dans le monde de la folie. C'était un peu comme si elle était en train de dévaler une piste de ski à toute allure, plus elle va vite, plus elle sombrait dans la folie, et c'était ça qui était génial ! Elle était géniale pour ça ! Elle pouvait suivre les ordres du clown, sans en faire de trop et c'était ce qui comptait, et contrairement à beaucoup d'autres qui ont fini en tant que cadavres, Harley Quinn amusait le Joker, ELLE. Les autres n'étaient que de la rigolade, une petite blague qui finissait toujours par la mort ou par l'amputation d'un bras ou quoi que ce soit d'autres. Pour le moment, Harley avait quand même réussit à faire mouche. Elle avait réussit à faire tilter une petite idée dans l'imagination du Joker, une idée géniale qui le fit bondir et sourire. Se dirigeant d'une allure un peu plus rapide, le Joker s'avançât vers Harley avant de la saisir aux bras, des deux bras pour être précis, son regard plongé dans les yeux de la jeune femme, son grand sourire, si près, si proche du visage de la jeune femme. Que se passait-il dans la tête du clown ? Pour tout dire, lui-même n'en avait aucune idée, c'était ça la bonne blague ! Comment peut-on prévoir quelqu'un comme le Joker ? Comment peut-on deviner ce que le Prince du Crime de Gotham peut décider à ce moment même ? Le Joker éclata d'un très grand rire, tout en serrant les bras de la jeune femme. Pas fort, mais il exerçait une certaine pression sur les deux membres de la jeune femme qu'il avait désigné jadis pour être la Reine des Clowns de la ville.

- "HaaaaHahaarley, tu es géniale."


Dit-il d'une voix amusée et nasillarde tandis qu'il déposa un langoureux baiser sur les lèvres de la jeune femme. Il savait comment raviver l'amour et la haine dans le cœur de cette jeune femme, il savait jouer avec les sentiments et surtout, il savait qu'elle était complètement soumise pour une petite marque d'affection. Rien de plus, rien de moins. Elle était dingue d'amour, c'était vrai. Un amour toxique, c'était vrai aussi, mais elle était amoureuse. Vous savez, l'amour, quand on est dingue d'une personne, on se dévoue pour tout faire, on se vendrait littéralement pour la personne aimée, on ferait tout pour qu'elle soit à nous, et malheureusement, dans la vie, ça ne se passe pas comme on le souhaiterait. L'amour c'était souvent des déceptions, des petites choses qu'on devait accepter parce que quelqu'un ne vous aimerait jamais, hors avec le Joker et Harley Quinn, c'était ... Différent. Bien sur que le Joker aimait Harley, bien sur qu'il l'adorait, mais ça dépendait aussi de la façon de comment il l'aimait. Parfois, il l'aimait vivante, parfois, il l'aimait blessée et complètement amochée, et parfois, il voulait la voir morte pour son bon plaisir. Mais elle était combative la petite, et elle se laisserait pas tuer comme ça, comme une bonne fifille face à papa. Non non ! Elle était du genre à se battre et à survivre, et c'était aussi un trait qui amusait le Joker chez Harley Quinn. "Coney Island" hein ? Peut-être que le Joker y ferait un tour, un jour, histoire de voir ce qu'il en retourne là-bas ...

- "Grâce à toi, tu viens de trouver notre prochain coup ! Nous allons devenir directeur et directrice de cinéma ! Ce sera génial !"


Il éclata d'un grand rire. Pour tout dire, cela ne lui avait jamais traversé l'esprit, mais prendre la tête des Studios Panessa, ça c'était une idée géniale qui méritait qu'on s'y intéresse. Des tas d'idées se bousculaient dans l'esprit du Joker, des tas, beaucoup trop pour être réalisables mais toutes possibles ! Relâchant Harley, il s'inclina comme un noble devant une courtisane et eut son plus beau sourire, un sourire plus doux, plus calme, moins fou. C'était là qu'il pouvait enfin voir la véritable Harley Quinn, celle qui n'était pas qu'une nunuche blonde, non, elle pouvait avoir des idées de génie quand elle le voulait, mais il fallait qu'elle réfléchisse, c'était ça le plus important. S'inclinant et plaçant son regard dans celui de la demoiselle, le Joker demanda alors d'une voix douce et tendre, presque humaine dirons-nous. Comme s'il allait demander Harley Quinn en mariage, le Joker savait comment atteindre le cœur de sa femme, de son amante, de la seule qui pouvait le comprendre quand elle était près de lui. Oh bien sur, ils s'aimaient, se détestaient, s'entre-tuaient et se réconciliaient toujours, mais c'était quand même un peu d'amour, un petit peu d'amour quand même.

- "Mademoiselle Quinn. M'accorderiez-vous cette danse ?"





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Ven 30 Mar - 10:37

Harley
Quinn

Joker

 La bonne et le cinglé
Je me laissa prendre, utilisé, manipuler à son bon plaisir, je me devais d’être discrètes pendant quelque instant pour anticiper ces réactions. Même si ce tendre baisser je ne m’y attendais pas. Je ne m’attendais pas à revoir cette explosion en moi, celle qui me le fait l’aimer encore plus et toujours plus fort, je ne peux pas résister à cette homme, à sa folie, à tous ce qu’il est, tout, ce qu’il fait chambouler en moi, du sens qu’il me donne, et comme à mon habitude je vais me laisser tomber de nouveau dans ces bras, l’aimais encore et toujours peu importe ce qu’il voulais que je fasse. Directrice de cinéma? S’il le souhaite, je le ferais, comme à mon habitude, cela ne changera donc jamais. Jusqu’à ce qu’il me laisse de nouveau tomber, comme ça, sans explication.


Poussin, Puddin, mon clown, t’as folie est si grande que mon coeur en chavire quand je le vois si doux tout en sachant cette folie qui traîne dans son crâne. Je ne peux te résister, me laissant alors emporter encore et encore dans cette vague de folie. L’observant s’incliner, s’adoucir, mon coeur chavire, je ne peux partir ou quoi que ce soit, je n’avais qu’une envie, rester au près de lui maintenant, d’abandonner Coney Island, revenir vivre à Gotham, avec mon poussin. Je m’approcha de lui tous en prenant sa main, acceptant son invitation, sourire accrocher à mon visage sans le quitter du regard.


“Poussin, cela veut dire qu’on vas redevenir comme avant? Que tu ne vas pas me jeter à nouveau?” Je voulais en avoir le coeur net, je ne veux pas qu’il m’utilise encore, qu’il joue avec moi, on ne sait jamais ce qu’il se passe dans sa tête, mais je ne peux retirer ce sourire car je continue de croire qu’il vas me reprendre par amour et non pour son propres intérêt.  
Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2937
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   Ven 30 Mar - 15:22




Here's the Joker !

Le Joker avait commencé à entamer une danse frivole avec sa chère Harley Quinn. Malgré le sourire qui le défigurait, son sourire était parfaitement étiré, il faisait ce qu'il voulait, il connaissait parfaitement sa petite Harley, il connaissait parfaitement sa petite femme folle et complètement dingue de lui. C'est pour ça qu'il l'aimait, la haïssait, l'adorait, la vénérait et la refusait en tant qu'alliée, il était plein de sentiments contradictoires pour elle. Amour, haine, passion, folie ... Tout ça n'était qu'une danse, et Harley l'avait rejoint une fois de plus dans ses délires monstrueux. Ses yeux verts se relevaient, finalement, la gamine était malléable comme toujours. Une bonne chose, elle aiderait le Joker. Il pourrait se servir d'elle peut-être, l'emmener encore plus loin dans la folie et lui montrer comment il voyait les choses. Après tout, ce n'était qu'une pauvre fille qui, sans le Joker, aurait finit toute sa vie à disséquer des boites crâniennes inutiles et malpropres. Elle était revenue à la vie, dans une meilleure peau et bien plus dangereuse que prévue. Pas de chance pour elle, on dira. Et elle aurait fini seule, à l'âge de la retraite, seule et désemparée d'avoir fait un travail ingrat et mal payé. Pourquoi ne comprenait-elle pas la futilité de cette vie d'esclavage ? Travailler pour vivre ? Vivre quoi ? La maladie ? Le malheur ? La tristesse ? Pourquoi ne pas voir les choses en rouge, pourquoi ne pas les voir avec un sourire. Un sourire que le Joker adorerait poser sur son blanc visage doux et tendre.

"Je ne suis pas le meilleur des hommes Harley, mais je sais quand j'ai tort."


Dit-il en l'embrassant tout en continuant cette valse de folie. Le Joker savait être un parfait acteur, mais impossible de dissocier la réalité du jeu d'acteur. L'aimait-il ? Quelque part, oui. Une petite mise en scène de plus, elle tomberait une nouvelle fois dans les griffes du Joker, comme toujours. L'aidera-t'elle ? Faut voir ... Le Joker pouvait très bien changer son état d'esprit comme de chemise. Un jour, il pourrait être conciliant et l'autre jour, devenir une véritable peste. Roulant des yeux, le Joker avait des taaaaas de jolies petites histoires pour préparer la suite des évènements, et cette guerre des gangs pourrait être un nouveau terrain de jeux pour le duo de clowns le plus dangereux de la ville.

"Haha, tu sais ce qui est drôle ? C'est de voir comment les gens voient Batman. Ils le voient comme un héros, un héros ! Tu entends ça ? Hou hou, cette blague ! C'est un salopard qui se croit au-dessus de chaque tas de viande dans cette foutue ville, et le plus dingue, c'est qu'il est déguisé en chauve-souris et qu'on lui fasse confiance ! Tandis que nous, on est voué à l'asile, lui, il est dehors !"

De la tristesse à la rage en un changement rapide ! Le Joker venait de sauter plusieurs états d'âmes en moins de temps qu'il n'en fallait. Le Joker était aussi connu sous le syndrome d'"hyper-activité", c'était sa façon, selon le docteur Guy Dax, pour le Joker d'évoluer dans un monde moche, gris et inintéressant. Le patient souffrait d'un désordre prolongé de la conscience, incapable de ressentir la moindre émotion pour autrui dans un monde qui ne l'intéressait pas. D'où ce problème de comportement meurtrier ... Et pourtant ... Le Joker pouvait ressentir des émotions, parfois même de l'amour, pour lui-même bien sur. En grand narcissique.

"Tu sais ... C'est pas si difficile à comprendre ... J'essaie de prouver que c'est un imposteur, que dans le meilleur comme dans le pire, il tuerait pour arriver à ses fins, et personne ne le voit ... C'est dingue ... Je suis le seul, avec les autres enfermés à voir ce qu'il est vraiment ! Tu peux me croire ?"


Le Joker était suspendu aux lèvres de la jeune femme, elle était si belle, si blonde, si pulpeuse et pourtant ... Pourquoi les femmes docteurs étaient-elles si froides et pourtant ... Harley Quinn, celle qui avait remplacé Harleen Quinzel, avait tout de la jeune adolescente folle et complètement détraquée. Si ... éloignées des valeurs, si lointaines dans ses émotions. Et c'est pour ça que le Joker l'aimait. C'était sa créature à lui, sa petite créature de Frankenstein, son monstre à lui et rien qu'à lui. Personne ne devait la toucher, personne ne devait s'en prendre à elle, car le Joker, malgré ce qu'il insufflait, éprouvait de l'amour pour elle. Après tout, elle était la seule qui avait survécut le plus longtemps aux côtés du Joker, il y'avait donc là, quelque chose en lui, quelque chose qui pouvait le rendre faible auprès des autres. Il l'aime et la hait, car elle est à la fois sa force et sa faiblesse, et pour le Joker, c'est un dilemme cornélien.

"Je te veux près de moi, Harley. Tu es la seule que je désire."





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La bonne et le cinglé [PV Harley]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La bonne et le cinglé [PV Harley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» [Musique]La musique qui met de bonne humeur =)
» Romans Cinématiques ( Bonne Presse )
» drag harley
» Broyeur de bonne qualité ou non ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Amusement Miles :: Studios Panessa-