Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Supremacy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Supremacy.   Jeu 3 Aoû - 0:05

Jason Todd / The Red Hood

ft. William Harker

「 Supremacy. 」
Il y a comme un vent de panique dans l’air de Gotham. Un vent d’affolement et des appels à l’aide. Autant de cris silencieux témoins d’une rage contenue. Gotham vibre, Gotham bourdonne, Gotham agonise. Et Jason Todd ne compte pas rester dans son vieil appart à attendre la fin. Il enfile son uniforme, une veste et son masque rouge, il n’a aucune hésitation à ouvrir la trappe anti-feu et quitter son repère, malgré la pluie et la moiteur de la nuit. Le temps est à l’orage, si bien que quelques éclairs ont la bonne idée de tomber non loin et faire trembler les immeubles de la ville, et le justicier aime cette ambiance entre chiens et loups, aussi propice au crime qu’aux entrées spectaculaires pour les types comme lui. Marquer les esprits en frappant en mesure avec la foudre, ça lui plaît.
 
Hood, ce soir-là, n’est pas en patrouille. Il a une adresse et une mission. Malgré son code d’honneur déviant, ses méthodes ultra-violentes, son goût affirmé pour les choses hors-la-loi, s’il y avait une seule raison de le classer parmi les « gentils », ce serait sa constante dévotion envers les quartiers défavorisés de Gotham. Il y a vécu, il sait que de mauvaises personnes peuvent tirer facilement profit de cette misère. Trouver un revendeur, des hommes de mains, de la chair à canon parmi ces jeunes désœuvrés et en quête du moindre penny. Et le trafic d’humains aussi. Quel flic irait fouiller ici, à la recherche d’une gamine disparue ? Pas Batman, il est trop occupé avec son Joker, pas le GCPD, qui préfère se laisser corrompre, personne n’est assez sale pour y fourrer ses mains, mais l’enfant de Crime Alley, lui, le peut.
 
Un nouveau nom court les rues, celui de Black Mask. Un nouveau baron du crime, qu’on dit mêlé à de nombreuses branches du crime à Gotham, bref, une étoile montante. On dit aussi que ses hommes auraient été vus dans les alentours de Crime Alley, alors que de nombreux enfants en bas-âge étaient, eux, disparus. Une histoire tout bonnement parfaite pour foutre le brun en rogne. Après des journées entières d’investigation, le mercenaire passe enfin à son étape préférée. Casser des gueules.
 
Ces types-là, Todd les exècres, ils enlèvent des enfants pour commercialiser leurs organes, ce sont juste des gosses, qui n’ont eu comme seul tort de naître dans le quartier le plus pauvre de Gotham… Manque de pot, l’homme masqué a retrouvé leur trace, et compte bien leur faire un rappel aux règles. De son immeuble, il s’élance en direction de Jezebel Center, choisissant d’emprunter la voie aérienne afin d’aider au passage si besoin en est.
 
Comme prévu, puisque le crime ne dort pas, Hood est obligé de s’arrêter en chemin puisqu’une bande de types fait du grabuge. Il saute au pied d’une échelle de secours et profite de l’ombre pour analyser discrètement la situation, pour le moins cocasse. Un type seul semble leur faire face, et plutôt bien se débrouiller. Il semble au brun qu’un peu de compagnie ne pourrait pas lui faire de mal, et surtout que ce type-là à l’air plutôt amusant.
 
« Hé bien… Il marche presque sans faire exprès sur le bras d’un type, le rendant totalement inutile puisque brisé. Juste quand je me disais qu’il me faudrait un sidekick, le candidat idéal apparaît ! Il se trouve que nous ne sommes qu’à deux rues de Jezebel Center, et qu’il y a des gamins là-bas qui vont être vendus comme organes. Euh… en pièces détachées, tu vois ? T’as l’air d’être du bon côté de la Force, alors la fête est ouverte, tu viens si tu veux… »
 
Sans se retourner, le mercenaire grimpe à nouveau à l’échelle et s’oriente rapidement vers le bâtiment qu’il cible. Ça ne paie pas de mine, mais un œil avisé s’étonnerait du nombre de caméras, surtout dans un quartier comme celui-ci… En contre-haut, Hood peut prendre le temps de soigner son arrivée et décide de passer par une fenêtre au second, non seulement pour l’effet de surprise, mais aussi pour la classe. Son masque se charge d’enregistrer et cibler les faiblesses de l’infrastructure, extrayant des archives de la ville le plan du bâtiment, sans doute dépassé, mais il faudra faire avec.
 
« J’ai pas trop d’idée, Red Hood se permet un mensonge, il semble être désinvolte, mais il ne se pointe que rarement pas préparé, surtout quand des vies sont en jeu, alors j’te propose de foncer et trouver les enfants pendant que je fais un maximum de bruit. »
 
Il fait jouer bruyamment la sécurité d’un pistolet, et montre deux grenades accrochées à sa ceinture. Il a déjà repéré à travers le verre de quoi amortir sa chute, et se prépare à franchir le pas. Au moment de s’élancer Red Hood demande quand même : « comment je dois t’appeler, poto ? » et le voilà parti.
 
Genoux en avant, bras croisés devant son torse, il franchit la fenêtre qui explose tout simplement sous le choc. Il se sert d’un homme posté devant celle-ci comme de paillasson, ayant absorbé le choc en s’accroupissant presque à l’impact. Sans autre forme de procès, il tire une balle dans la nuque du type à terre et lance la première grenade après avoir analysé la pièce. Assez grande pour que la détonation ne tue pas les hommes postés au fond, le brun profite de la diversion pour en abattre deux et ressort avant l’explosion de la pièce, passant par un balcon pour rejoindre la pièce adjacente. Un tir de son pistolet lui permet d’ouvrir la porte, mais derrière, rien. Pas d’enfants. Il soupire, enclenchant son masque pour suivre la position de son nouvel allié.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Ven 4 Aoû - 3:11

  • Jason Todd
  • William Harker
Supremacy
Cette ville était de pire en pire chaque jour. Le crime n’était rien de plus qu’une hydre dont couper une tête revenait simplement à en faire pousser deux autres encore plus déjanté. Pour William, c’était à la fois amusant car il avait toujours de quoi se défouler le soir, mais aussi désespérant de voir que ces idiots ne retenaient jamais la leçon. A quoi bon leur faire rentrer dans le crâne à coup de matraque et de poings que leurs actes abjects amenaient toujours des conséquences regrettables pour leurs os et leurs egos s’ils oubliaient le cours précédent en sortant de cellule ? Alors qu’il parcourait la ville grouillante de saloperies déguisées en humains, il arriva non loin de Jezebel Center. Un coin malfamé, une jolie planque pour les malfrats. Entre les coups gorges, les ruelles sombres et tous les commerces abandonnés, personne ne savait ce qu’il pouvait bien s’y tramer. La majeure partie de la police ne voulait pas y mettre le pied, préférant être lâches plutôt que de faire leur job. En soit, même s’il n’avait pas eu la chance de la connaître, William avait l’honneur de savoir que sa mère était tombée en agissant comme elle devait pour une ville qui ne la méritait pas, et pour ça, il la respectait. Et voilà qu’en face de lui un groupe de cinq lâches semblaient s’en prendre à un vendeur de superette qui appelait à l’aide dans un quasi-soupire alors qu’il s’apprêtait à fermer boutique.
 
Pourquoi crier plus fort ? Il aurait risqué de se faire tuer et puis personne autour n’aurait bougé le petit doigt s’il n’avait pas été là. Nombreux étaient ceux qui crachaient sur les « justiciers » ou sur ceux qui bougeaient tout simplement leurs fesses pour améliorer la vie en communauté. Mais ce qu’ils ne voyaient pas, ce qu’ils ne comprenaient pas, c’était que si tout le monde agissait un minimum, alors certains ne seraient pas obligés de se tuer à la tâche pour leur petit plaisir egocentrique. Certes, il s’amusait de la situation et faire ça l’amusait comme un fou, comme s’il été né pour faire ça toute sa vie, mais en soit, il se sentait comme ces émissions de télé se nourrissant de l’imbécilité de leurs téléspectateurs pour leur bénéfice… lui, son passe-temps se basait sur la lâcheté et l’égocentrisme de ses concitoyens. Rien de plus, rien de moins. Alors, qui était le plus lâche, celui qui bougeait dissimulé sous un masque, ou celui qui affichait au grand jour toute son hypocrisie et son égocentrisme dégoulinante d’autosatisfaction ? Bah… Il n’avait pas envie de se prendre la tête avec ça. Pour le moment, il allait tout simplement casser des dents pour se passer les nerfs.
 
Sans demander son reste, le jeune homme entra dans la boutique braquée et toqua trois fois à coup de poings dans le visage qui tomba à la renverse, inconscient et le nez en patate. Aussitôt entré, il sorti du magasin, affichant un sourire narquois sur le visage : il invitait clairement les quatre derniers à le suivre, faisant presque une révérence théâtrale, son regard bleu perçant laissant filer un air de condescendance à leur égard. Bientôt, les quatre l’entourent dans la rue déjà vide. Deux ont des barres de fer, le troisième une batte en bois et enfin… Un couteau papillon. L’arsenal du parfait petit délinquant.
 
« Vous avez pas peur de vous faire mal avec vos jouets ? Surtout toi, avec le couteau, fais gaffe, ça coupe ces conneries… »
 
Puis la petite routine commença. Qu’ils étaient lents… Par rapport aux années d’entraînement avec son père, à tous ces coups qu’il s’était pris, tout ce sang qu’il avait versé pour devenir une chose qu’il avait refusé, ils n’étaient rien de plus que du menu fretin, un simple apéritif. Le premier à tomber fut l’un des deux jouant avec une barre de fer en guise de matraque. Son bras fut vite stoppé, un crochet du droit à la force surprenante le sonna quelque peu… Ce fut suffisant pour que le jeune trouble-fête retourne son propre bras contre lui et le frappe avec sa propre matraque improvisée. Alors que l’homme tomba assommé, William ne put s’empêcher de hausser les épaules.
 
« Je l’avais dit que vous risquiez de vous blesser… Ils n’écoutent jamais… »
 
Il s’arrêta alors pour esquiver d’un pas de côté un coup de batte descendant. Se retournant vers sa nouvelle cible, il envoya un puissant coup de pied à l’extérieur du genou, le poussant vers l’intérieur dans un craquement douloureux et un hurlement étouffé alors que sa cible tombait au sol. Il shoota dans le bras de l’homme tenant son arme de fortune et ramassa alors la batte en la regardant un dixième de secondes.
 
« Mais t’es qui, bordel ?! » Lâcha un des deux hommes encore debout qui s’approchait d’un pas montrant qu’il commençait à ressentir la peur, peu assuré, hésitant quant à l’approche à adopter. Quant à Will ? Un sourire amusé se dessina sur son visage, jetant des regards furtifs vers son arme d’emprunt. Il n’allait pas hésiter à lancer cette blague de mauvais goût, de toute façon, que risquait-il ? S’élançant vers son adversaire, il envoya un coup dans la main tenant la barre de fer puis un second dans la jambe de son vis-à-vis qui tomba à genoux, se prenant alors un coup de pied au visage, l’assommant pour un temps indéterminé.
 
« Qui je suis ? Là, on va dire que… Je suis Batte-man ! » Lâcha-t-il en pointant l’objet mentionné vers le dernier homme debout, couteau à la main. « Bizarre… Ca sonnait plus drôle dans ma tête tiens… Bon, tant pis ! En fait c'est Fallout, oublie ce que j'ai dit avant! » Il lâcha alors son arme de fortune. Il fallait faire vite, cela faisait quelques minutes maintenant qu’il se sentait observé, réminiscence de son conditionnement… Pour voler, il faut être discret, et sentir quand on est vu et quand l’on est invisible. Etrangement, cela fonctionnait aussi plutôt bien quand on venait fracasser la tête de criminels en surnombre… Comme quoi son père ne lui avait pas appris qu’un tissu de conneries utiles qu’aux criminels. Le garçon avança alors d’un pas sûr vers le bandit au couteau. Le rapport de force était maintenant inversé, l’un avançait d’un pas assuré sans arme, l’autre reculait avec peur à petits pas, arme blanche à la main. Une fois à portée, c’est à peine si son adversaire ne lâchait pas son arme en s’apprêtant à supplier pour avoir la vie sauve. D’un geste vif, Fallout sortit sa matraque télescopique et envoya deux coups, l’un dans la main pour désarmer, l’autre au crâne pour neutraliser sans tuer. Il fouilla alors les poches de toutes ses « victimes » puis lâcha l’argent au commerçant encore sous l’effet de surprise de ce qu’il venait de se passer.
 
« Appelez la police, ils viendront ramasser les déchets plus vite que les éboueurs s’ils sont déjà à terre… » Lança-t-il avant de partir, se retrouvant alors nez-à-nez avec la présence qu’il avait ressenti. Il avait déjà vu ce masque dans les journaux, sur des affiches de recherches dans les coins malfamées : alors comme ça Red Hood venait lui passer le bonjour… Etait-ce amical ou allait-il enfin avoir un peu d’action plus sérieuse que des chiures voulant jouer dans la cour des grands ? Il écouta alors attentivement ce que son interlocuteur avait à dire. Une proposition de se joindre à sa petite fête ? Se mêler d’un trafic d’organes de jeunes paumés ? On lui offrait donc un moyen de se faire des ennemis placés dans l’ombre de Gotham ? De devenir un de ces empêcheurs de tourner en rond ? Quelle raison stupide pourrait bien le pousser à refuser une telle offre ? C’était tellement alléchant après tout… Bon, après ce n’était pas le plus pacifiste des petits « justiciers » de la ville qui venait lui proposer une alliance de circonstance, mais bon, dans une ville pareil fallait bien faire avec les moyens du bord, se disait-il.
 
« Perso je préfère que les gamins restent entier… je vais signer des autographes à qui, après ? » Lança-t-il, affirmant ainsi qu’il serait de la partie. Voyant son nouvel allié monter par les escaliers et autres échelles, le jeune homme lâcha un rictus et se servit de son pistolet-grappin pour aller plus vite. Se dirigeant alors tous les deux vers le lieu de leur future opération, William peut très vite remarquer les différentes caméras de sécurité. Dans la théorie comme dans la pratique, on lui avait appris à les discerner, où elles étaient le plus souvent posées et aussi le meilleur moyen de les désactiver sans se faire attraper. Red Hood se proposa alors de faire diversion pendant que lui se chargerait d’essayer de trouver les gamins. Enfin, avant de lancer l’opération, il lui demanda comment il devait l’appeler.
 
« Fallout. Par contre je ne te promets pas de te laisser t’amuser avec tout le monde tout seul, il faut bien que je joue, moi aussi… »
 
Alors que Red Hood s’élance pour le second, s’apprêtant à jouer de son arsenal composé de grenades et d’armes à feu, William utilise encore son fidèle pistolet grappin pour attaquer par les hauteurs. Après tout, avec le bruit qu’allait faire son allié de fortune, nulle doute que la majeure partie de la menace allait descendre, les salles encore gardées seraient alors les plus importantes, à savoir celles où seraient les gamins.
 
« Ah… On a oublié les Talky-Walky… Pour ça que je n’aime pas travailler en équipe… » Et puis quoi encore, la prochaine idée ce serait de s’échanger les numéros de téléphones ? La serrure de l’accès vers les étages inférieur était assez sommaire et la pression exercée par le mécanisme de la lame cachée de son gantelet fut suffisante pour la faire sauter sans faire autant de bruit qu’une arme à feu. De toute façon, quelques étages en-dessous, un feu d’artifice semblait avoir lieu. Le bâtiment semblait déjà se vider peu à peu à cet étage, ce qui lui permettait de fouiller un peu quelques salles à la recherche d’informations sur les gamins puis, au détour d’un couloir, il tomba sur un garde devant une porte. Ce fut au plus rapide, mais le lance fléchette déjà armé du gantelet était bien plus efficace que le garde qui s’effondra sous l’effet du puissant tranquillisant. Pas de bruit si ce n’est le simple son d’une chute étouffée par les coups de feu et les explosions de Red Hood. Le jeune homme en profita pour prendre l’arme et le jeu de clé de son « adversaire » et d’entrer rapidement dans la salle. Un sourire se profila sur son visage quand il remarqua un homme de la sécurité, paquet de chips à la main, bien au chaud, à regarder sur les caméras le combat d’acharné auquel se prêtait Jason Todd. Utilisant la crosse de sa nouvelle arme, le jeune homme en profita pour assommer l’homme pensant être en sécurité. Il regarda alors les caméras à la recherche des enfants qui devaient être sous surveillance en cas de pépin. La vue de certaines salles remplies de caissons réfrigérés sûrement déjà remplis d’organes prêts à être refourgués sur le marché noir faisait bouillir en lui un sentiment de haine et des pulsions de violence qu’il repoussait pour garder la tête froide. Enfin, sur l’une des caméras du troisième étage, il remarqua un attroupement de jeunes semblant se demander ce qu’il était en train de se passer. Il regarda alors le numéro de la caméra et estima la localisation de la salle. Bien sûr, ce serait sûrement la plus gardée et y aller sans se regrouper serait simplement suicidaire et peut-être même dangereux pour les gosses. Il en profita pour débrancher le système d’alarme sans l’activer comme il l’avait appris pour ne pas qu’au réveil de la sécurité, l’immeuble se mette à devenir une véritable piste son et lumière rameutant le reste de la GCPD. Ils pourraient être assez dérangés pour prendre les deux hommes masqués pour des criminels et William n’avait pas vraiment envie de finir en passoire.
 
Il pressa alors le pas et dans la cage d’escaliers utilisa son agilité pour bondir et s’accrocher aux rambardes pour arriver le plus vite possible au deuxième étage. Arrivé là, il croisa le chemin d’un homme de main s’apprêtant à partir, arme au poing, pour arrêter son compère. Sans réfléchir outre mesure, Fallout lui tira une balle dans le bras avec son arme récemment récupérée et organisa une petite rencontre éclair entre sa tête et le mur du bâtiment, ce qui le sécha instantanément. Forçant sur sa voix, il haussa le ton pour faire comprendre à son camarade d’infortune qu’il n’était pas une menace, qu’il fallait donc se calmer sur la gâchette.
 

«Hoody! Troisième étage, vers la gauche ! »
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Ven 4 Aoû - 18:56

Jason Todd / The Red Hood

ft. William Harker

「 Supremacy. 」
L’ordinateur miniaturisé envoie sur la lentille gauche du anti-héros un plan improvisé du lieu, le bâtiment compte officiellement un sous-sol et trois balcons, mais il y a pu y avoir des ajouts au niveau du sous-sol, ce qui ajouterai du travail aux deux combattants. Arme au poing, Hood entreprend de nettoyer la salle où il a pris les gens de court, mais pas tout à fait de surprise, majoritairement à cause de la grenade qu’il a lâché quelques secondes plus tôt.

Deux Beretta 87 à la main, le mercenaire entreprend de nettoyer l’espace qu’il occupe, alternant entre coups de feu et coups de crosse et de pieds. Ceux qui lui font face ne sont dangereux séparément, mais de toute évidence entraînés à la guérilla urbaine et donc dans des espaces restreints. Les balles fusent et l’armure en kevlar du brun lui sauve une fois la mise et lui évite trois fois d’avoir à se recoudre une fois l’affaire finie. Les renforts ne cessent d’affluer, preuve de l’influence de Black Mask. Une fois la pièce nettoyée, il défonce la porte pour rejoindre la première à grand renforts de coups de pieds. Ici, la grenade a fait effet. Il range ses pistolets dans leurs holsters pour passer au combat rapproché, conservant les balles pour abattre les survivants. Il en compte trois encore en état de se battre, deux nouveaux arrivants, et deux qui ne font que gémir.

« On va régler ça vite : soit je vous tue sans douleur, ce que vous ne méritez pas. Soit je vous tue lentement. C’qui ne me pose aucun souci. »

Il se dirige vers le plus proche, qu’il désarme d’un coup de pied dans la main, saisit son bras, le tire à lui et lui ouvre la gorge sans autre forme de procès avec un couteau militaire. Il se sert du cadavre chaud comme bouclier pour avancer au suivant, le pousse contre un troisième, dégage le deuxième d’un coup de genoux au thorax en s’aidant de ses bras derrière la nuque du type pour augmenter l’effet du coup. Le troisième se dépêtre du mec qui se vide de son sang, il laisse tomber son cadavre et Hood en profite pour lui sauter dessus, jambes enroulées autour de son plastron. Il lui plante son couteau entre les omoplates et se dégage vivement pour éviter partiellement un coup de feu. Sa main engourdie par la blessure sur son avant-bras qui commence à saigner, il se laisse tomber au sol pour esquiver la salve suivante et profite de l’élan qu’il se donne en se relevant pour épingler l’épaule du tireur avec un couteau. Il échange quelques coups de poing avec le dernier type encore indemne, finit par être en place pour lui briser la nuque et improvise un saut qui lui donne la puissance nécessaire pour sonner le quatrième homme, celui avec le couteau planté.

Une fois sa besogne achevée, il entreprend d’achever les blessés et est interrompu par son nouvel allié, qui lui indique que les fillettes sont juste au-dessus.

« Fonce mec ! Je nettoie derrière toi ! »

Un coup d’œil lui suffit pour juger que Fallout est plus présentable, moins blessé, car Hood ne s’est pas ménagé la peine d’esquiver, moins ensanglanté et plein de poudre, puisqu’encore une fois, son équipier du moment n’a pas ouvert la gorge d’un mec. D’ailleurs, il a le look héros ténébreux, quand le brun a le look vilain de bande dessinée. Mais il tient à assurer ses arrières, sachant qu’un abruti pourrait préférer les enfants morts plutôt que libres. Il saisit une feuille au vol, y écrit son message « Red Hood te salue, Black Mask. », et en guise d’épingle, lève théâtralement la main d’un mec, la pose sur la feuille puis le mur, et y plante un couteau pour faire tenir le tout. Une fois satisfait, il accourt dans les escaliers, est prévenu d’un mouvement à droite et s’y dirige, laissant à son allié le soin de nettoyer son côté. Dans la pièce de droite, il ne trouve qu’un larbin effrayé, à qui il colle la peur de sa vie, et aussi quelques handicaps physiques indélébiles, afin que le message passe rapidement au patron.

« Hey ! Fallout, mec, tu les as trouvés ? Si le bâtiment est vide, j’vais passer aux toits, m’assurer que personne ne vous canarde d’en haut. Il faut les faire sortir, vite. Vue la pagaye, les flics doivent être en chemin, voire une flopée de vieux crétins héroïques type Robin, j’vous laisserai à l’arrivée des renforts. »

Il attend sagement la confirmation de son comparse pour quitter les lieux et enfin faire joujou avec son nouveau pistolet, n’avouant pas qu’il sait que s’il ouvre la cellule des prisonniers, il leur collera une peur, couvert de sang qu’il est, qu’il n’y aura plus rien à faire pour qu’ils daignent sortir du bâtiment et rejoindre le GCPD.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Dim 6 Aoû - 9:17

  • Jason Todd
  • William Harker
Supremacy
Etait-ce le moment d’avoir des états d’âme ? En arrivant à l’étage occupé par Red Hood, William cru se retrouver dans l’arrière boutique d’une boucherie. Gorges tranchées, le sol jonché de cadavres et de sang… Bref, ce n’était pas joli à voir. Le jeune homme s’efforça un minimum de se dire qu’ils n’avaient que ce qu’ils méritaient, après tout, ils charcutaient eux-mêmes des gamins innocents pour les revendre en kit sur le marché noir, alors des monstres pareils avaient-ils vraiment le droit à une certaine pitié ? Il n’en avait pas la réponse, et, de fait, ne pouvait pas juger les actes de son acolyte du soir. De toute façon, il devait sauver les mioches. Que ce soit lui ou Jason, les deux en étaient venu à la conclusion qu’il était bien plus présentable pour que les jeunes lui fassent confiance plutôt qu’à un mec ensanglanté avec un masque rouge et armé jusqu’aux dents. En un sens, il valait mieux l’avoir avec soi que d’être son adversaire, se disait l’encapuchonné alors qu’il montait au troisième étage avec le fou de la gâchette pour couvrir ses arrières. La plupart des renforts avait déjà eu son compte mais il valait mieux rester sur ses gardes. Alors que Jason tourna vers la droite en entendant du bruit, Fallout, lui, continua sa route vers la localisation des enfants kidnappés. Plus il s’approcherait de la zone, mieux elle serait gardée, il valait donc mieux économiser ses forces pour le moment venu. Face à quel type d’arme allait-il devoir faire face ? Flingue ? Fusil d’assaut peut-être ? Il devrait peut-être revoir son arsenal personnel s’il devait continuer ce genre d’opérations sans avoir besoin de bourrins du style Red Hood dans son dos pour couvrir ses arrières.
 
Quelques secondes plus tard, une porte s’ouvrit devant lui. Quelques mecs avaient essayé de faire un traquenard pour abattre les deux hommes à leur arrivée. Cela prouvait deux choses : qu’il était sur la bonne voie, et qu’il allait devoir essuyer des tirs. Il fallait réfléchir vite, sa vie pouvait s’arrêter s’il avait ne serait-ce qu’une seconde d’hésitation. Première action, se planquer derrière un coin de mur, ensuite, il devait lancer une de ses grenades fumigènes pour empêcher qu’ils ne visent correctement troisième, écouter la première salve : Deux armes de poing et un fusil automatique au vu des cadences. Ils étaient donc trois. Ils n’allaient pas tarder à venir vers lui, après tout ils avaient vu qu’il était seul. Sortant alors le pistolet qu’il avait récupéré, il élabora son plan d’action. Les pas se rapprochèrent et une fois à sa portée, il engagea le combat. En avant-garde se trouver l’homme au fusil. Ce dernier essaya de faire un pas en arrière pour abattre son adversaire mais reçu très vite une balle dans l’épaule qui le désarçonna, suivie d’un coup de poing à la force augmentée grâce au gantelet qui lui fit lâcher son arme. Le poing s’arrêta dans son mouvement vers le torse de l’homme à sa droite, lançant ainsi une fléchette tranquillisante. Le troisième tira mais William eut le temps d’abaisser et il s’en tirera avec une éraflure, rien de bien grave. Sa position lui permet de tirer deux balles dans la jambe de son troisième adversaire alors que son acolyte tombe aux suites du tranquillisant. Tournant sur lui-même en avançant, le jeune homme rentre lui-même dans la fumée provoquée par sa grenade et en profite pour désarmer son adversaire ayant encore le pistolet à la main, cassant au passage le bras qui lui servait à tenir la dite arme et l’assomma en envoyant sa tête contre le mur. Bien sûr, le troisième homme n’était en reste malgré une balle dans l’épaule et le chargea. William encaissa le choc, il n’avait pas le temps d’esquiver et fut propulsé dos contre le mur. Essuyant une série de coup de poings en se protégeant, il finit par placer un coup de genoux dans l’abdomen de son adversaire pour se défaire de son emprise et enchaîna par une manchette au menton qui repoussa l’ennemi. Enfin, il le prit par le bras blessé et tira ce derniers le bas. Le haut du corps suivi le bras meurtri et bientôt l’homme se retrouva à subir une clé de bras avec une épaule amochée par une balle de neuf millimètre logée à l’intérieur. Fallout put alors sortir sa matraque et lui asséna un violent coup à l’arrière du crâne, l’envoyant ainsi faire de beaux rêves dans les bras de Morphée.
 
« Je vais encore avoir des courbatures demain… Dis, Red Hood, si tu connais un fournisseur de vêtements en Kevlar, tu pourras me filer son numéro ? »
 
Après tout, il n’avait pas autant de protections que certains autres justiciers masqués et cela pouvait très vite lui jouer des tours dans de telles circonstances. Toujours était-il que le calme était revenu. Il ouvrit alors les portes de l’aile une à une. A la troisième, il tomba sur quelques caisses réfrigérées qu’il n’osa pas ouvrir et une bombe de peinture, servant sûrement à marquer les caisses en question ou les « cartons » et autres colis au contenu horrible qu’ils devaient recevoir et expédier. Il prit alors un des aérosols et continua son chemin sans rencontrer vraiment d’obstacle. Enfin, dans une des salles, il tomba face au butin tant recherché : Des enfants apeurés, agglutinés vers le fond du mur. Les plus jeunes protégés par les plus âgés, s’attendant sûrement à ce qu’on vienne les déménager, voir pire.
 
« Je les ai trouvé ! On décolle ! »
 
N’empêche, le plan de son compère ne lui plaisait pas de trop… Il allait devoir avoir à faire avec la police ? Ca l’ennuyait au plus haut point ça… Bah, il trouverait bien un moyen de fausser compagnie à ses futurs collègues de la GCPD au moment voulu. Enfin, un sourire bienveillant se dessina sous son masque alors qu’il regardait les enfants. « Vous inquiétez pas les petits, on va vous sortir de là. Par contre… Fermez les yeux quand je vous le dit, y’a des choses pas jolies jolies… » Après tout, ils n’étaient pas obligés de voir des tripailles à l’air ce soir alors qu’ils venaient d’échapper au pire. Le jeune homme ouvrit alors la bombe de peinture qu’il avait récupéré et inscrit sur l’un des murs « Fallout was here! » dans une couleur jaune fluo qu’il trouvait absolument immonde… ils faisaient du trafic d’organes et n’étaient pas assez bien payés pour se prendre de la peinture de qualité… Sérieusement ? Enfin bref, le message était quand même clair et il commença à faire sortir les gamins en ligne.
 
« C’est bon, le bâtiment est clean ! On descend, je te rejoins dès j’ai donné les petits aux flics et que j’ai pu leur fausser compagnie ! J'ai deux-trois questions à te poser...»
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Lun 7 Aoû - 9:50

Jason Todd / The Red Hood

ft. William Harker

「 Supremacy. 」
Hood a des fourmis dans les jambes, son corps tressaute d’une envie de remettre ça, bouger, courir, frapper, suer sa colère et se vider l’esprit par le combat. Mais le silence qui suit l’échange de coups du côté de Fallout lui indique que ce round est terminé, qu’il va falloir attendre, patienter le temps que Gotham lui offre un nouveau défouloir, une nouvelle occasion de prouver que ses méthodes sont les bonnes.  

Le mercenaire laisse à son allié improvisé le temps de fouiller le bâtiment à la recherche des jeunes otages, il le suit et dans chaque pièce fait l’inventaire de ce qu’il trouve, le filme et est tenté d’y foutre le feu. Nettoyer la peste par un grand bûcher assainissant. Mais il sait que Black Mask est en procès, et que si cette scène est reliée à lui, ce sera jackpot. Le cœur au bord des lèvres, Hood scanne les documents qu’il peut trouver, mais rapidement il sent que le travail a été bien fait, aucun lien n’est faisable avec Sionis.

Il se décide à tourner le dos aux horreurs que le bâtiment contient, saute d’une fenêtre jusqu’au toit le plus proche et suit le périple de Fallout et des gamins d’en haut. L’unique sniper embusqué manque Jason d’un cheveu, lui donnant sa position et manquant son occasion de se sauver la peau. Rapidement neutralisé, Hood prend sa place, un choix hautement stratégique vis-à-vis de sa position dégagée sur la rue, et attend sagement que son allié fasse son rapport à la Police où s’esquive d’eux pour le rejoindre.

Il ne perd pas une minute pour faire jouer la sécurité de son masque et le poser à ses côtés. Il s’allume une cigarette avec fébrilité, désireux de sentir l’apport de nicotine dans ses poumons. Il écrase le mégot contre sa chaussure avant de l’envoyer valdinguer d’une pichenette, le brun devine l’arrivée de son comparse aux cris des agents du GCPD qui essaient de le retenir comme s’il avait été le responsable de ce trafic, et non le sauveur de ces gosses. L’avis du mercenaire était que le monde était fou, malade, et qu’il lui fallait un remède.

« Alors ? Si tu veux mon autographe, j’te préviens j’ai pas de stylo sur moi. »

Les chances qu’il ait raison étaient maigres, mais il avait rechargé un peu plus tôt ses flingues dans le cas, plus plausible, ou Fallout avait décidé de l’aider au vu de l’urgence de la situation, et décidé de l’arrêter, puisque Red Hood est un criminel. Le jeune homme n’a aucune envie de se mesurer à Fallout, ayant vu ses capacités. Des petites frappes, d’accord, mais quelqu’un de plus entraîné ça ne le tente pas. Il a encore quelques bleus datant de son entrevue cordiale avec Red Robin et ne souhaite pas plus que ça en ajouter d’autres.

« Si tu veux du kevlar, il va falloir allonger les billets, c’est pas donné cette merde. Et si tu viens pour me faire la morale sur mes méthodes, les auditions sont les jeudis de 9h30 à 12h et il y a beaucoup d’attente. »

Il lui adresse un sourire insolent, pas le moins du monde inquiet de savoir comment le justicier va le prendre. D’un bond, il rejoint le sommet d’une issue de secours et ajoute : « par contre j’ai un plat de nachos dans la rue d’à côté qui m’attend, et j’aime pas trop les manger froids, alors active l’ami », comme pour agréer, son estomac pousse un cri de vive indignation, le poussant à ricaner bêtement. Il s’esquive rapidement, sautant de toits en toits en sachant que si Fallout a quelque chose à dire, il le suivra. Il ne s’arrête qu’une fois perché au-dessus de l’échoppe, humant les odeurs de nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 271
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Supremacy.   Mer 9 Aoû - 11:02

Eddy avait entendu du grabuge au loin alors qu'il telephonait a son cousin, celui ci brisé par la rupture avec Sophie. Apres le terme de la conversation, il partie en direction des flash lumineux.
Il ne s'attendait pas, lorsqu'il fut a quelque metre de la scène, a voir une tel guerre. Le plus suprenant c'est quelle etait mené par un seul homme au ressouce apparement abondante.
Eddy n'allait pas agir cette fois, ce n'était pas le meme cas de figure que sa rencontre avec le flic blondinet. Si il sortait de sa cachette, se retrouverait entre deux feu, et ses chances d'avoir une vie longtemps s'amunierrait drastiquement. Il se contenta d'observer le trouble fête quiportait un masque rouge et paraissait possèder une grande maitrise de ses armes, Eddy etait impressionné. Apres plusieurs minute d'affrontement,un seconds homme celuici encapuchonné apparu venant communiqué avec son comparse. Apparemnt les deux individus ce connaissaient, il vit alors en contre bas des enfant fuyant tout de jambe. Plus ou moins encadré par l'homme a la capuche.
Eddy resta a observer l'affrontement jusqu'à son terme.
Cependant lorsque le combat s'acheva, Eddy eu une envie irrepressible de savoir qui était ces deux homme qui a ses yeux venait de sauver des enfants. 
C'est alors qu'Eddy employa ses talents d'espion pour suivre ces individus qui se deplaçaient sur les toits. Eddy faisait tout pour etre indetectable pour les individues.
Il fut d'ailleurs surpris de les voir s'arrêter au dessus d'un fast food mexicain.
Lorsqu'il vit l'homme au casque rouge entrer dans l'etablissement, Eddy fit de même. Mais qui était ces hommes c'etait la question qui se repetait sans cesse dans tête. Un groupe paramilitaire ? Des veterans en mal d'action et de justice comme lui ? Eddy le decouvrirait bien assez tôt.

Eddy s'assailla a bonne distance du duo, et joua le role du client lambda , tout en les observant discretement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Jeu 24 Aoû - 4:13

  • Jason Todd - Eddy Attano
  • William Harker
Supremacy
Pourquoi fallait-il toujours que les flics en fassent trop ? Il leur rapportait les enfants en vie et libres et pourtant il leur en fallait plus. Dire qu’en aidant des honnêtes jeunes à vivre, on se retrouvait braqué par les « forces de l’ordre »… Cela avait de quoi être déprimant. William soupira alors qu’on lui demandait de lever les mains et tout le reste.
 
« Vous feriez mieux d’aller voir à l’intérieur, ça se trouve y’a des… Enfin, y’a des trucs dedans. Peut-être même que certains bougent encore…» Lâcha-t-il machinalement, d’une voix las et sarcastique. Il n’était pas responsable des morts, au mieux avait-il cassé des membres ou blessé par balle certains d’entre eux pour les maîtriser, pour le reste… Red Hood se débrouillait très bien tout seul pour faire le nettoyage par le vide. Toujours était-il que le jeune homme lâcha au sol un de ses quelques fumigènes qui lui permit de s’échapper facilement. Après tout, en tentant de lui tirer dessus, la GCPD risquait tout de même de toucher les gamins, ce qui était un risque bien trop gros. Au lieu des coups de feu, il entendit alors quelques cris, des ordres ou autres dont il se fichait éperdument. Il avait fait ce qu’il voulait, ce qu’il devait faire, rester là ne servirait donc à rien et lui-même voulait quelques réponses qu’il n’obtiendrait sûrement que de la part de son comparse de la soirée. Une fois arrivé aux côtés de son interlocuteur, ce dernier s’amusa à lui lancer un trait d’humour sur lequel le jeune homme rebondit pour prouver sa bonne foi. Non, il n’était pas là pour réprimander Red Hood sur ses méthodes, ni pour l’arrêter.
 
« Ho, moi et les autographes… Tu me diras ça se revend plutôt bien sur le net. Mais là j’ai pas pris mon bloc note, donc ça attendra un autre jour ! »
 
Suite à cela, son camarade répondit aussi à sa question sur le Kevlar. William haussa les épaules : pour lui l’argent n’était pas un problème. Son père lui avait laissé un sacré héritage avec ses butins, le domicile et tout le reste, alors s’il fallait débourser un peu d’argent pour rester en vie un peu plus longtemps, il le ferait sans hésiter. Pour le reste, son camarade de mésaventure semblait prévoir l’éventualité selon laquelle Fallout serait du genre à lui faire la morale, ou plutôt à faire en sorte que tout le monde applique sa propre façon de penser. Prenant un air faussement choqué, le justicier encapuchonné répondit avec un jeu d’acteur digne d’une mauvaise pièce de théâtre.
 
« Ho non ! Et moi qui ne suis disponible que les samedis entre les 15h et 16h ! » Puis, reprenant son sérieux, un sourire sarcastique affiché sur le visage. « Non, plus sérieusement, ce que t’as fait là-bas me regarde pas, c’était pas des bisounours et je pense pas que le pouvoir de l’amour et de l’amitié puisse faire grand-chose pour des types pareil… Donc ta méthode était plus efficace que celle d’un Casimir… »
 
Même si lui ne l’utiliserait pas, il ne pouvait pas nier que pour éviter à des types pareils de recommencer, les annihiler une bonne fois pour toute était une façon certes radicale mais efficace… Son comparse l’emmène alors vers un marchand de Nachos auquel un plat semble l’attendre selon ses dires. William le suit à travers les toits sans trop de problème, n’ayant pas encore eu l’occasion d’en venir au point qu’il souhaitait aborder, préférant d’abord balayer les doutes de celui qu’il ne voudrait sûrement pas comme ennemi maintenant qu’il avait déjà utilisé pas mal de ses munitions de la soirée et au vu de ses « méthodes » auxquelles il préférait ne pas se frotter… Manger un gratin de grenades saupoudré de balles, merci mais il n’avait pas faim à ce point.
 
« Non, ce que je voulais te demander c’était à qui appartenaient les locaux, histoire de savoir quel nouveau taré va peut-être attenter à ma peau ces prochains mois… » Question simple qu’il aurait sûrement dû poser depuis le début. A vrai dire, il avait accepté sans trop réfléchir en entendant que des gamins servaient de pièces de rechanges pour un marché noir, et pour lui, c’était là une raison bien suffisante pour affronter n’importe quel psychotique vivant à Gotham sans trop se poser de questions sur son identité avant d’avoir agit.
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Jeu 24 Aoû - 10:01

Jason Todd / The Red Hood

ft. William Harker

「 Supremacy. 」

Il admire la sagacité de la Police gothamite, un type arrive avec des gamins qui avaient tous disparus, et les agents du GCPD ne savent pas trop quoi faire alors ils arrivent à demander au type s’il est le kidnappeur ou le sauveur. C’est grossièrement ce qui se passe en contre-bas, et Hood se félicite de ne pas y avoir mis son petit nez, parce que le GCPD l’aime beaucoup trop pour ne pas essayer de le transformer en passoire à chaque rencontre.

Fallout a de l’humour, la discussion s’éloigne des remontrances pesantes et qui seraient de toute façon ignorées par l’intéressé, pour aller vers un échange léger et assez humoristique. Détendu, l’anti-héros ne se prive pas de ricaner quand son allié improvisé prend une voix faussement défaite. Ses méthodes ne sont, certes, pas validées, mais pas récriées non plus, signe que dans cette ville, il y a des gens plus futés que Batman et sa stupide bat-family.

Non pas qu’il ait besoin d’une validation ou d’un encouragement, ou même d’un allié, mais savoir qu’il y a une personne qui ne la qualifiera pas uniquement de monstre le jour du jugement dernier, ça a quelque chose de… sympathique. Et puis, s’il y a besoin de résoudre une affaire à deux, Jason saura qui traquer pour lui proposer une soirée entre mecs.

Pendant le trajet, masque vissé sur le crâne, Hood eut plusieurs fois une sale impression. Comme d’être suivi. Il fit distraitement jouer ses chargeurs de flingues dans la paume de sa main en sautant de toit en toit. Ses yeux cherchaient, suivaient des échos de pas dans la ville, mais jamais il ne saisissait quoi que ce soit. Sa tension jouait au yo-yo. Le brun se sentait comme traqué par Bruce, le seul à pouvoir se cacher de lui à sa connaissance, et une telle rencontre à un tel moment serait malvenue. Par chance le restaurant se profile rapidement, laissant de plus agréables pensées chatouiller l’esprit du jeune homme. Avant de foncer vers l’arrière cuisine quémander son repas, Fallout le coupe en plein élan.

D’une voix blanche, Hood s’efforce d’être clair et concis : « Black Mask. » Il a passé tellement de temps à l’espionner, à le miner dans l’ombre, et pourtant non seulement de nombreux enfants n’avaient pas pu être sauvés mais en plus, c’était Batman qui avait eu la peau de ce salaud et en tirait toute la gloire. Il y avait quelque chose de tragique dans cette histoire. Mais connaissant la vaste influence du malfrat, sans doute Black Mask obtiendra une courte peine, et là, Red Hood pourra faire son office de Justice.

Secouant la tête, Hood se laisse totalement tomber de l’immeuble et ne lance son grappin qu’au dernier moment afin de s’éviter une chute handicapante. Il atterrit devant la petite fenêtre de la cuisine, à l’opposé de l’entrée des clients. Visiblement, le staff a l’habitude parce qu’on sort rapidement noter la commande du brun et le pauvre serveur se tourne vers Fallout, l’air d’attendre qu’il se décide lui aussi. Hood patiente vautré contre un mur, son masque posé sur une table rongée par la pourriture et une nouvelle cigarette a trouvé le chemin de sa bouche.

« Dis… c’est moi ou quelqu’un nous observe ? J’voudrais pas sembler parano mais… »
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 271
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Supremacy.   Jeu 24 Aoû - 12:29

- Et merde...

Lâcha Eddy ne voyant personne descendre du toi. Comment Eddy allait faire pour continuer sa filature.
De sa table il voyait légèrement les cuisines ouverte, derrière le bar.
Il vit vaguement un cuisinier ouvrir une fenêtre, et parler rapidment.
Ses cibles était surement de l'autre coté du bâtiment, a l'instant le gérant s'approcha de lui, il se leva et sorti.
Le gérant commença a exprimer son mécontentement en espagnole, et Eddy avec un grand plaisir lui répondit avec des termes court mais tout aussi charmant.
Il longea les immeubles jusqu'à trouver une ruelle permettant l'accès a la cours interrieur.
De là il se faufila dans les ombre et se colla contre le mûr pour écouter du mieux qu'il pouvait les deux homme armé.
Il posa délicatement sa mains sur son arme au cas où. 
Il ne bougea plus d'un pouce, aucune partie de son corps était visible par les deux hommes et vu l'obscurité personne ne pouvait deviner de la rue, qu'Eddy se tenait là. 
Enfin c'est ce qu'il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Mer 13 Sep - 11:58

  • Jason Todd - Eddy Attano
  • William Harker
Supremacy
Après cette petite ballade sur les toits de Gotham, le jeune homme eut enfin sa réponse en même temps que son plat du soir. Un truc rapide et chaud, mais bon… C’était toujours mieux que rien après une fusillade et un sauvetage, la GCPD avait sa prime de risque, eux… Des Nachos. Le nom de Black mask lui disait quelque chose. S’il se rappelait bien, c’était l’une de ces étoiles montantes du crime organisée qui semblait avoir quelques démêlées avec la justice ces derniers temps selon les journaux. Eh bien… Ca le changeait des petites frappes qu’il avait l’habitude d’ennuyer et des autres cambrioleurs du Dimanche, cette fois il venait de s’attaquer à un gros morceau qui risquerait de mordre dès qu’il sortirait de sa panade. En effet, William ne doutait pas un seul instant que cette saloperie s’en sortirait sans trop de mal, comme à chaque fois avec la « justice » de Gotham, à croire que les juges prenaient les criminels pour des petits enfants qui ne recommenceraient pas leurs âneries après avoir passé dix minutes au coin d’une salle…
 
« Black Mask, Red Hood, Green Arrow… Vous comptez former un groupe de Super Sentai ? » Lâcha-t-il machinalement alors qu’il croquait à pleines dents dans son repas. Un simple trait d’humour qui valait bien mieux qu’un « merci » ou « Me voilà dans de beaux draps. » En soit… Il s’en fichait d’avoir attaqué un gros poisson, et s’il fallait recommencer pour sauver des gamins, il le ferait sans hésiter, alors à quoi bon paniquer ? Cependant quelque chose semblait chiffonner son camarade de fast food qui lui fit bientôt part de son impression d’être observé. William n’y avait pas vraiment fait attention à vrai dire. Faut dire qu’avec le remue-ménage qu’ils avaient fait, il était évident que tout cela n’allait pas passer inaperçu. Par contre, maintenant qu’on lui en avait fait la remarque, il lança un léger regard autour de lui. Personne. Ou plutôt il ne voyait personne.
 
« Parano ? Dans ce genre de petite ballade, j’appelle plutôt ça de la prévention… »
 
Quels étaient les endroits par lesquels on pouvait les espionner ? Les toits ? Non, ils en venaient et c’était bien trop risqué. Le restaurant ? Ca ne servirait à rien eu mieux leurs visages seraient cachés, peu visibles, et leurs propos inaudibles. Non, un vrai fouineur essaierait d’avoir le plus d’informations possibles tout en étant discret. Willy le savait, il jouait dans cette cour là, il connaissait les moyens pour ne pas se faire repérer, comment agir dans les coins sombres, et quel meilleur moyen pour trouver quelqu’un de caché, que de s’immiscer dans sa tête, dans son rôle ? Alors non, il n’avait pas remarqué, ni vu celui qui les suivait, mais il savait jouer parfaitement le rôle de celui qui était sûr de son coup, un simple bluff pour lui.
 
« Mais si on est vraiment suivi, je suppose que c’est par le mec caché derrière son petit mur là-bas… Tu peux sortir ? Je n’ai pas envie de te balancer des trucs à la tronche sans savoir à quoi tu ressembles exactement… Surtout que je vais bientôt devoir y aller, j’avais prévu une soirée pop-corn devant un petit film d’horreur…»
 
Alors, de quel côté se trouvait celui qui les surveillait ? Black mask ? Batman ? Un autre empêcheur de tourner en rond? Ou bien simplement un petit civil trop curieux pour son propre bien?
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 271
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Supremacy.   Dim 17 Sep - 23:34

Eddy se demanda un instant, si l'individu le voyait vraiment. Mais il chassa vite cette idée. Il n'avait pas bougé, et sa respiration était très calme.
Il reconnu que le coup de bluff aurait pu fonctionner sur un débutant.
Eddy fini par tenter, une approche. Il avait l'avantage de la couverture.
Même si parler risquait de révéler sa présence, il avait tout le loisir de leur échapper.

- Va bouffer tes pop corn je fais que écouté.. Juste pour savoir ce que foute de marteau a moitié déguisé, et capable de tenir a une unité entière...

Tout en prononçant ces mots, Eddy reste figé si quelqu'un passait par là il pourrait croire, qu'il joue à la statue.


Dernière édition par Eddy Attano le Lun 18 Sep - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Supremacy.   Lun 18 Sep - 10:37

Jason Todd / The Red Hood

ft. William Harker

「 Supremacy. 」

A la mention des héros de la série Japonaise, Jason manque de s’étouffer de dépit. Il lance un regard noir à son compagnon avant d’enfourner une poignée de frites dans sa bouche pour faire passer la secousse. Comment osait-il critiquer le nom d’emprunt de Jason, alors que lui-même se faisait appeler « Fallout » ?

A sa remarque, le jeune homme lance un regard aux alentours, Jason suit ses mouvements avec une conviction absente, plus intéressé par son repas que par ce qui l’entoure. Ses pistolets sont chargés, il lui reste des couteaux, et en dernier recours, ses poings feront l’affaire, alors autant attendre que l’autre ne se décide à arrêter d’imiter le Batman et vienne à eux, s’il a quelque chose à dire.

Pendant que Fallout annonce ces projets de fin de soirée, Jason tire une chaise et s’y laisse tomber, posant ses pieds sur la table en plastique qui menace de s’écrouler sous le poids conjugué de la nourriture et des godasses du criminel. Le brun sort un couteau de sa hanche, le fait tourner avec insolence entre ses doigts et le plante avec violence dans la table, non loin de son assiette. La chaise est bancale et tangue à chaque frisson de ses muscles, comme pour le discréditer totalement.

Positionné face à l’entrée de la cour, où s’est abrité l’homme caché dans l’ombre, Jason se demande s’il va se décider. N’attendant pas la réponse, le mercenaire reprend : « Si t’es là pour essayer de nous tuer, s’il te plaît, active, on a pas toute la nuit. Si tu veux un autographe, demande à mon pote, il écrit vachement mieux que moi. »

Finalement, le zigoto se décide, il se décale de l’ombre, pile celle que fixait Fallout, Hood lance un sifflement entre admiration et moquerie. D’une stature haute, musclé, et vêtu de plusieurs fringues sombres, si bien que sans la vision de son masque, le mercenaire était bien en peine de discerner des armes et des vêtements de protection. La taille de son adversaire ne l’impressionnait pas, s’il se levait, le nouveau venu ne le toiserait que d’infimes centimètres. Une épaisse barbe empêchait de lire avec précision son âge, mais il était plus vieux que les deux compères, d’après ce qu’avait observé Jason à propos de Fallout.

« Si t’as quelque chose à redire sur c’qui s’est passé chez Black Mask, fais vite, mon pote ici présent à un film, et moi j’ai pas envie de me faire péter les burnes par une donzelle qui s’cache dans l’ombre. Alors soit tu t’casses, soit tu viens parler comme un grand. »

Finalement, l’autre se décide à l’ouvrir, il a le même ton plein de défiance que Jason, la même assurance goguenarde, l’air revêche, comme s’il n’était pas le stalker de la soirée. Passablement agacé par cette remarque, Hood se relève, manquant de faire tomber la table et son repas. Il y jette un œil consterné, sachant bien qu’une fois cette histoire réglée, la bouffe sera froide. Donc gâchée. C’est un crime que de gâcher une aussi bonne assiette, mais c’est encore pire quand son propriétaire est l’ancien protégé de Batman, apprenti de Talia Al Ghul, et pupille de nombreux assassins. En bref, le jeune homme était en colère. Il le fit savoir en saisissant son masque. A peine positionné, celui-ci s’ajuste à la pénombre et offre une vue bien plus précise au mercenaire.

« L’ennui, mon chou, c’est que c’est NOUS que TU écoutes, il insiste sur les pronoms comme s’il parlait à un gamin de cinq ans avec le QI d’une moule séchée. Épargnes-moi tes airs outragés, t’étais de ces mecs, là ? Qui vendent des enfants ? Pas de soucis, on va finir le boulot ici-même. Et ensuite, tu pourras pleurer comme une gonzesse, connard. »

Positionné à quelques mètres de Fallout, Jason s’arme d’un deuxième couteau, soucieux de la fenêtre derrière lui, donnant sur la cuisine et des victimes collatérales en cas de tir manqué. Il se tasse sur lui-même, paré à se débarrasser d’une vulgaire nuisance.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 271
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Supremacy.   Lun 25 Sep - 22:46

Eddy dévoila sa position tout en restant dans l'ombre, il venait de ranger son arme. Effectivement ces hommes étaient des héros nocturne. Il venait de sauvé de des gosses, Eddy était simplement venu vérifier si cela était vrai.
Eddy remarqua par ailleurs le symbole sur le plastron de l'homme au casque rouge. 
Une chauve souris... La bat family ou un imitateur.

- On se calme. Non, j'en suis pas l'un d'entre eux, je venais juste vérifier que les gosses n'étaient pas passés d'un marteau à un autre. D'ailleurs, je savais pas que les bat machin dans ton genre utilisait des arme a feu. C'est juste un style ou c'est juste que tu arrive pas à être aussi bon que batman ?

Pour Eddy, l'homme au casque rouge était le chef, le référant, peut-être l’intermédiaire entre le batman et les justicier de la rue. 
Combien de justicier a la chauve sourie cette ville avait engendrer. Metropolis lui manquait presque, là bas il n'y avait que ce boyscout en culotte rouge, pour sauver le monde. 
Eddy avait l'impression d'habité une ville peuplé la nuit d'une armé nocturne.
A quoi servait la police ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Supremacy.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Supremacy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Vendue] LeJour Supremacy Diver 60's - 750 euros
» [Troisième Sphère] KX-139, Supremacy Battlesuit
» [REVIEW] KX139 Supremacy Battlesuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Burnley :: Jezebel Center-