Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]   Sam 24 Fév - 17:56

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Le Grand Hôtel Royal, un des endroits les plus affectionnés de l'élite de Gotham City. L'endroit était toujours aussi de mauvais gout, lumières tamisées, service d'ordre impeccable, serveurs irréprochables et proches du pince-fesse quotidien, cela manquait de couleurs, de joie, de merveilles, bref, cet endroit ne plaisait pas au Chapelier mais cela ferait l'affaire. Les riches de Gotham City ... Pfeuh ! Ce secteur ne craignait pas la crise entre ordures et racailles cosmopolites. Truands en costards cravates, crétins politisés, bref, c'était parmi ces gens-là, une espèce de petit crétin vêtu d'un haut de forme fit son entrée. Et c'était le repaire idéal pour le Chapelier Fou, un repaire tranquille après un dernier casse maladroit et raté. Grand, spacieux, et secret aux yeux des justiciers. Beaucoup de pièces cachées et beaucoup d'endroits pour se faufiler en cas d'intervention surprise des flics, car oui, ça pouvait arriver, sur mandat. De toutes façons, Tetch était la pour établir une nouvelle base, tout en restant dans l'ombre des criminels du moment ainsi que dans la zone du Pingouin. Non pas qu'il ait développé quelques amitiés avec ce cher Oswald, mais Tetch appréciait l'élégance et le calme que développait ce genre d'entrepreneur. Les jumeaux, Tweedle Dee et Tweedle Dum s'occupèrent de faire revenir l'ensemble du Wonderland Gang autour de Jervis Tetch, une bonne chose. Mad Hatter aimait avoir son peuple auprès de lui, et tous assis autour d'une table, ils buvaient leurs thés en silence, histoire de ne pas faire le moindre bruit, ni même causer le moindre soucis. Tous étaient désormais à table, deux trois serveurs hypnotisés apportaient nombre de victuailles à la table. Tetch avait d'ailleurs le gang du Pays des Merveilles autour de lui, mais il y'avait en plus, des hommes de mains, des petits truands à la petite semaine. Ils avaient des masques de lapin sur le visage, et Tetch n'hésitait pas a punir, si certains osaient boire leur thé en faisant du bruit. On pouvait citer un proverbe de Lewis Carroll, il y'a de la place mais il n'y en a pas. Les invités surprises se font toujours discrets, et c'est cela la vraie surprise. Mais pour le moment, le Grand Hôtel Royal restait un lieu de calme et de tranquillité temporaire pour éviter toutes les mauvaises surprises du moment. Tetch avait quelques plans en tête, mais il se les gardaient pour un autre jour, une autre lubie. Dès un certain point, Tetch claqua des doigts, et les deux jumeaux se dirigèrent en vitesse vers le comptoir du bar de l'hôtel où ils revinrent rapidement avec de l'alcool pour célébrer certaines alliances et diverses affaires, la négociation ça donne toujours envie de boire. Le thé, c'est tout le temps, à toute les heures.

"Le Wonderland Gang possède maintenant une équipe, des armes, mais il nous faut un réel but. Gotham a besoin d'une criminalité forte avec des visages. Et nous serons ce changement, mes biens chers amis. Nous ferons trembler cette ville et nous la mettrons à sac."


Dit il en goutant à son thé. Un thé avec un arôme délicat et tendre, qui envoutait la bouche et coulait merveilleusement bien dans l'estomac. Mad Hatter souriait tandis que les rêves des petites frappes autour de la table allaient devenir réalité. Jervis Tetch lui, fit signe aux hommes de se calmer, histoire de ne pas attirer l'attention trop forte sur les langues qui pouvaient parler. Les murs ont des oreilles après tout. Et ce serait dommage de couper des têtes dans un lieu aussi magnifique et aussi "riche" soit-il. Et n'oublions pas que ce lieu appartient à de grands sociétaires qui avaient le bras long, et qui connaissaient le Pingouin aussi. Parmi eux, un certain Hamilton Hill, ancien maire de la ville, et qu'il faut faire profil bas, surtout avec d'anciens salopards de ce genre. Mais avec un personnel hypnotisé, on avait rien à craindre. Pour le moment. Néanmoins, Mad Hatter restait aux aguets, les justiciers, eux, n'avaient pas le luxe de débarquer en prévenant les hôtes, et Mad Hatter détestait quand Batman détruisait les vitres, ce n'était pas lui qui repayait après !

"Au Wonderland Gang !"


Trinquèrent-ils tous. Mais la soirée, n'était certainement pas finie. Pas encore ? La nuit et le jour se confondaient tellement que Mad Hatter n'avait plus aucune notion du temps. Comme dans la comptine du Morse et du Charpentier. Et c'était là, à ce moment bien précis que Jervis se décida à révéler un petit secret qui allait en amuser plus d'un. Alors qu'il regardait sa montre de gousset, le Chapelier toussota avant de reprendre d'une voix amusée et délicieuse.

"Chers amis, permettez-moi de vous présenter notre invité mystère de ce soir. Ce n'est autre que ce bon vieux directeur de l'asile d'Arkham, Jeremiah Arkham en personne."


Tetch eut un petit sourire tandis qu'il s'approchait d'un homme vêtu d'une blouse de docteur et d'un affreux chapeau de paille sur le crâne, complètement immobilisé. Complètement hypnotisé. Tetch eut un rictus tout en se baladant derrière ses hommes assis, tout ça pour se mettre tout prêt de Jeremiah, qui fixait le mur d'en face, complètement sous la supervision du Chapelier.

"Comme cela sera amusant, n'est-ce pas docteur Arkham ? Grâce à vous, de nombreux camarades de jeux seront libérés prochainement de l'asile. Grâce à vous, et à vous seul. Miss Elkins aurait dû prendre votre place, mais hélas, elle était indisponible. Cependant, avec un homme de votre renom, vous n'aurez aucun mal à ouvrir les cellules. Par qui commencerons-nous ? Le Joker qui, tel un diable dans sa boite, rêve de sortir. Peut-être même le Requin Blanc peut-être ? Ou encore même Poison Ivy. Tant de choix, et si peu de temps. Qu'en pensez-vous, cher docteur ?"


Dit-il avec un immense sourire démesuré. Bien entendu, cela faisait parti de son petit folklore. Vous ne pouvez pas comprendre l'importance du Chapeau ! Tetch savait parfaitement qu'il ne répondrait pas, mais il était amusé, amusé d'un plan si brillant et si fou. N'y avait-il que des chapeaux pour rendre les gens méchants ? Les chapeaux tuaient bien sur ! Ils forçaient les gens à accomplir des choses horribles. Oh bien sur ! Il paraitrait que les gens étaient eux-mêmes capables du pire par eux-mêmes et sans chapeaux ! Quelle aberration navrante. J'étais sur et certain que nous étions tous dirigés par des chapeaux invisibles qui nous dirigeaient et nous faisaient faire ... Des choses horribles.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]   Mer 28 Mar - 17:13

ft. Jervis Tetch
Hatta ou Hatter ?



Une semaine s’était écoulé depuis que son club avait été mis à sac. Oktav ne s’y était plus aventuré, bien qu’il imagine à regret que tout ce qu’il avait été créé devait être en la possession de la police désormais, ou pire, détruite. Les supers n’étaient pas appréciés par le GCPD, si la police n’avait pas cru en Black Canary sans doute l’étaient-ils désormais s’ils avaient écouté ses enregistrements. D’un côté, cela le mettait dans une position encore plus inconfortable qu’aujourd’hui, ils seraient équipés pour le chercher. D’un autre, des années de travaux, réduites à néant, le bouleversait.

Il passe une main sur son visage engourdis par une trop longue nuit de sommeil. Il veut se redresser mais un corps lourd bloque son torse, entre l’enlacement et l’entrave. Il le regarde avec une légère grimace. Le blond est immobile, comme en attente. Ses deux yeux sont grands ouverts et le fixent. Oktav croit y voir une supplique dans ses orbes clairs. Il le pousse d’un geste brusque. L’éphèbe se contente d’épouser son geste, poupée docile. Oktav se lève et s’étire complètement. La femme est en larme mais parfaitement silencieuse. Son violon lui semble bien lourd sur son épaule. Elle a joué toute la nuit pour lui. Ou peut-être était-elle là la nuit précédente aussi. Sa mémoire est grignotée par ses beuveries, réponse à sa déchéance. Il se saisit d’un morceau de bacon de son assiette. Il déchire de ses dents et en avale une partie. Il tend de ses doigts graisseux le morceau à sa victime. L’odeur forte de théine ne parvenait pas à masquer celle de la viande fumante.  Elle devait être affamée mais elle refuse d’un froncement de sourcil. Elle n’était pas suffisamment hypnotisée pour s’enfuir ou répondre. Elle avait conscience de son environnement, de ses muscles en feu, de sa faim, de sa vessie, de ses jambes, de ses yeux. Elle se refusa pourtant à l’offre du rouquin. Oktav haussa les épaules et avala le morceau en se léchant les doigts. Il était prêt à se détourner quand il aperçut le bijou de la jeune femme, un discret khamsa. Il l’attrapa pour l’observer tout en ignorant son regard courroucé.

- Bien sûr, musulmane, marmonna-t-il.

Comme si cela justifiait son refus. Il était incapable d’imaginer sa détresse intense après ces presque deux jours d’immobilité, en soit, une trentaine d’heure à cause de son emprise. Il relâcha le bijou et se saisit à la place du violon, coupant brusquement la mélodie. Dès qu’il lui fut retiré des mains, la femme s’écroula au sol. Elle ne tenait que parce qu’il avait décidé, seulement parce qu’elle devait jouer. Par ce geste, il l’avait libéré bien qu’elle semblait plongée dans un état de demi-conscience à présent. Il joua un extrait d’Air de Bach puis improvisa tout à fait naturellement. La faim le poussa à abandonner son instrument. Il se risqua à l’extérieur vêtu de son plus simple appareil. Il aperçut le serveur qu’il avait hypnotisé la veille - sans cela il n’aurait eu son déjeuner si tôt- avec une casquette de baseball en faveur des Gotham Knight et les bras chargés de victuailles. A peine surpris, il claqua des doigts pour attirer son attention avant d’entamer la chanson qui servait de stimulus.

Dis-moi bonjour
Je te jouerai mes tours
Dis-moi bonsoir
Et ça sera trop tard.


L’homme se stoppa. Leurs regards se croisèrent et il lui sembla tout à fait confus. Pourtant, ce n’était pas faute d’y avoir mis les moyens. Il mettait toujours les moyens. Tout son souffle, sa langue, ses lèvres, ses cordes vocales et chacun de ses muscles. Pourtant, il lui semblait ici qu’il y avait quelque chose de différent. L’homme avait les yeux vitreux, avant même qu’il n’agisse sur lui, et cette casquette, alors qu’il travaillait toujours... Il était certes reclus sur lui-même, mais pas assez pour ignorer les matchs sportifs de sa ville d’adoption. Oktav secoua la tête et attrapa rapidement de quoi se vêtir. Le serveur resta là, immobile et passif au milieu du couloir. Il se dandinait sur place, comme un lapin pressé de s’enfuir. Il n’était pas normal. Ou plutôt, il n’était pas dans un état normal d’hypnose. Avait-il un esprit si fort qu’il était capable de lui résister ? A peine sorti de sa chambre, vêtu d’un costume prune quelques peu débraillés. Le rouquin était loin d’être à son meilleur jour avec sa barbe de quelques jours, ses yeux rougis par l’alcool et le manque de sommeil et ses cheveux intenses mais mal coiffé, affamé toutefois d’un Fedora tout à fait soigné. Il avait placé sur ce beau chapeau une longue plume blanche, piqué au gogo dancer sur son lit. En parlant de danser :

- Danse pour moi ! Mieux que ça, danse !
- Pourquoi criez-vous ? demanda une vieille femme dont la tête sortait à peine de sa suite.
- Pourquoi l’ouvrez-vous ? répliqua aussitôt le maestro.

Elle s’en retourna dans sa chambre, courroucée, tandis que le serveur se mettait à danser avec retenue. Music Meister n’était pas le genre à vivre dans la retenue et la semaine d’excès dans cet hôtel luxueux en était la preuve. Il se fichait que tout le bâtiment l’entende mais Voir que son hypnose subissait une résistance, le troublait. Le thé sur son plateau finit par se renverser et se fut le drame. Il se mit à crier, prit d’angoisse. Il se jeta au sol pour ramasser le liquide.

- Je vais être en retard pour le thé, il lui faut son thé, son thé ! Chanta-t-il fort comme un digne artiste lyrique

Oktav le saisit par les épaules et le secoua fortement pour l’arracher à sa panique. Il n’en vient pas à bout et impossible d’en tirer un pas ou deux de danses supplémentaires. Music Meister dut chanter encore bien plus haut pour attirer son attention plutôt que sur le liquide parfumé. Un regard imbécile seul lui répondit, bien que sa voix fût chantante. Furieux et désenchanté, le musicien quitta le couloir à pas pressé et s’enfuit au rez-de chaussé avec une curieuse impression que l’hypnose dansait avec une autre.

- Comme un rêve dans un rêve.

Ses pas raisonnaient bruyamment dans le hall d’entrée alors qu’il fonçait droit au comptoir pour de nouveaux alcools. Il se fit brutalement bousculé par deux immenses têtes d’œuf, visiblement frères. Oktav se tient au bar avec douleur, le dos encore blessé par la tentative de kidnapping des mafieux. Il poussa un violent juron mais il fut tout simplement ignoré. Ils emportèrent de nombreuses bouteilles avec eux, sans un regard pour lui. Ils s’étaient servis sans que personne ne daigne réagir. On l’ignorait, on le méprisait. Toute la frustration qu’il avait accumulée dans la semaine et dans cet unique quart d’heure, toute la détresse qu’il ressentait depuis qu’il avait été mis à la rue, tout cela, le rendait dangereux et instable. Il hésita certes un temps, à cause de la violoniste qui allait surement s’éveiller à un moment où à un autre mais quand il aperçut des cris de joie venant des convives, il ne put plus faire marche arrière. Prit d’un esprit de vengeance, il marcha à grands pas vers la table dressée. Il rajusta son costume, son chapeau, son nœud papillon puis plaqua ses mains sur la table avant de déclarer d’une voix forte et rapide :

Je ne dirais pas pardon, mais votre mise en scène me file le bourdon. Je croyais être mature, mais une bousculade à ouvert mes fissures. Je jure, que, si je n’entends pas « je m’excuse », vous quitterez cette table avec des fractures. Non mieux, cassez-vous la gueule, ou cette nappe vous servira de linceul.

Dès qu’il fut entendu, l’ambiance changea de tout au tout. Curieusement, seulement ceux qui ne possédaient pas de chapeau se mirent en mouvement. Des coups de poings fusèrent alors de toute part, même vers le comptoir pour ceux qui avaient perçus sa voix. Il eut quelques cris mais surtout, une effusion de violence. Oktav ne broncha pas davantage et garda ses yeux rougis par l'alcool sur le petit homme en face de lui.


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]   Mer 28 Mar - 23:33

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Alors que le gang commençait à prendre forme autour de la tablée, Jervis gardait un regard amusé sur les êtres qui l'entouraient. Bien sur, la moindre incartade pouvait se traduire en déclaration de guerre dans ce lieu et préparer bien entendu, des conflits qui se répercuteraient au fur et à mesure selon les mois qui passeraient. Jervis Tetch n'avait cure de toute cette agitation perdue, pour lui, tout ce qui comptait, c'était d'avoir les sommes nécessaires pour réaliser ses plans tordus et horribles. Qu'il était magnifique cet hôtel luxueux, ce personnel si soigné, si attentif aux besoins du Chapelier Fou. Vous n'ignorez pas comme il est difficile, à Gotham City, de trouver des larbins qui soient parfaits, parfaitement parfaits. Vous savez, être parfait implique cependant autre chose, nous n'avons pas le droit à l'erreur, et un gentil serveur qui devait apporter le thé était hélas en retard. En retard, en retard, chantonnait le Chapelier Fou mentalement, tout en regardant sa montre de gousset. Amusé, il observa les quelques hommes de main qui étaient sous son contrôle. C'est alors que nous allons nous pencher sur un motard du nom de Billy Joe. Un homme barbu, obèse, et paillard, idiot et amusant aussi, mais une belle ordure lorsqu'il s'agissait de cogner des gens qui ne lui faisaient pas grand chose. Mettons cela sur le compte de l'agitation et de la bonne bière servie dans ce lieu pour gentlemen, voleurs et autres politiciens en tout genre. Alors qu'il fixait vaguement le mur, une tasse de thé à la main. Tetch lui envoya un ordre direct dans le magnifique Stetson qu'il arborait.

"Rend moi service, Billy. Rend-nous service et écrase d'un coup net ta colonne vertébrale."


Le géant obéit à l'ordre envoyé par le chapeau et d'un coup net de la tête vers la droite, il brisa avec sa force, sa colonne vertébrale. Il tomba raide mort dans la petite coupole de thé qu'il avait. Tetch était satisfait. Pour lui, c'était presque un sport qu'il pratiquait. Jeremiah Arkham, toujours à ses côtés, ne disait rien. Ce pauvre directeur avait tellement à subir dans les prochaines heures. C'est alors qu'un homme, roux, élégamment habillé, s'avança vers la table pour réclamer certes quelques excuses de peu que le Chapelier avait compris. Arquant un sourcil roux, Tetch eut un sourire en levant sa main gantée. C'est alors que l'être, par une magnifique vocalise, exerça ses talents de chanteur et rendit ceux qui ne portaient pas de chapeaux, complètement fous. Dumson et Deever étaient en train de se chamailler, le Wonderland Gang en train de se bagarrer lamentablement. Jervis n'avait rien dit. Rien du tout, mais il était temps, dit le Morse, de parler de serpents, d'ours, de petites filles et de chants. Tetch était un nain, et un nain qui s'assumait, même si les nombreuses années de thérapie avaient fait leur travail, mais une possible rechute était toujours possible. Il ne faisait pas dans le nain-termittent du spectacle, il était quelqu'un de classe, quelqu'un de respecté dans le monde du crime, et il n'allait pas tolérer une telle chose. Ceux qui étaient sous son contrôle étaient en train de défendre le Chapelier des autres qui étaient devenus fous. C'était sur, le Chapelier s'intéressait à ce que cet étrange personnage venait de faire. Tetch se cramponna à son chapeau, et aussitôt, les hommes à table qui portaient les masques de lapin tournèrent la tête en direction des membres sans chapeaux, qui se sentaient surement alors tous petits face à ce mouvement presque robotique. Du moins, on l'espérait. Mais la bataille faisait rage, et Tetch, malgré la terrible cohue, se disait qu'il fallait alors prendre les devants. Prenant un sachet de thé contenant la mention "RAGE", Tetch le plongea dans l'eau froide dans sa tasse et but d'une traite. Se levant et marchant sur la table, Tetch souriait, ses yeux disaient autre chose, ils disaient qu'il était maintenant en train de plâner, en train de se sentir dans une autre mentalité, dans un autre état d'esprit.

"Je vous serais gré de ne pas interrompre cette petite sauterie. Nous n'avons pas côtoyé les mêmes groupes sociaux très cher !"


Tetch prit alors un vase de fleurs avant de l'envoyer droit dans le visage de cet étrange intrus. La bagarre continuait monstrueusement, et Tetch n'appréciait pas qu'on vienne le déranger. Non, vraiment pas. Seul restait impassible, le pauvre docteur Arkham, qui attendait bêtement là, sur son siège. Arkham était un atout important pour Jervis Tetch, un atout des plus importants et il se devait de le protéger. Sans lui, pas de passe-partout pour entrer dans l'asile. Il fallait le dire, mais Tetch avait dans l'idée de diriger l'asile via Arkham, histoire de s'amuser et de faire ce que bon lui semblera. L'intrus avait fait mouche, et il avait complètement divisé les troupes du Chapelier. Quel affront ! Nous n'avions pas vu cela depuis la grande guerre entre la reine rouge et la reine blanche. Triste état de fait, nous n'avions plus de thé aussi. Mais quelque chose bouillonnait dans l'esprit du Chapelier. Il avait envie de prendre cet intrus et de lui déloger la tête de son cou. Tetch pouvait parfois, avoir quelques pulsions des plus ... Meurtrières.

"C'est le moment de parler de choses et d'autres. De lapins, de cadavres et de chants."


Il cogna de son pied sur la table avant de fustiger tous les autres dans la grande salle qui ne buvaient pas de thé. Comment ces imbéciles ne pouvaient-ils pas boire le thé ? Le doux et si sucré thé ? Un earl grey ? Très bon pour le calme intérieur. Un thé noir ? Excellent pour les nuits calmes. Un thé citron ? le meilleur pour enflammer ses désirs et ses motivations. Jervis avait de nouvelles idées, de nouvelles folies à expérimenter, et les dégâts que le contrôle mental pouvait exercer sur lui-même et ses sujets amplifieraient la folie dont il était déjà atteint. Regardant avec écœurement l'intrus en face de lui, il esquiva le coup de la Charpentière droit vers lui, Tetch eut juste de la chance. Mad Hatter pensait briguer l'asile de Gotham, mais ce serait trop vite tomber à l'eau. Par contre, prendre possession du directeur, en voila une idée qu'elle est folle ! C'est alors que ... Tetch sauta alors sur l'énergumène roux et monstrueusement laid tout en essayant de le griffer et de lui faire du mal. La colère emplissait les pensées de Jervis, il ne rêvait que d'une chose, d'offrir à ce triste sire, une mort des plus odieuses.

"Pas de places ! Pas de places ! Pas de places ! Savez-vous qu'il est grossier d'écouter les grandes personnes quand on y'est pas invité ?"




HJ : Ne t'en fait pas, je ne te tiendrais pas rigueur du temps de réponse ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]   Mer 11 Avr - 0:51

ft. Jervis Tetch
Hatta ou Hatter ?


Oktav pensait en avoir terminé. Il pensait récupérer une ou deux bouteilles,  les laisser s’entretuer quelques heures le temps que l’hypnose s’efface par elle-même. Sans doute devrait-il trouver un nouveau lieu après ça mais dans l’état actuel des choses, il n’y pensait pas. Il retira ses mains de la table, avec un sourire satisfait bien qu’une méchante migraine venait tambouriner à la porte de sa cervelle. Elle se fit d’autant plus violente car il réalisa qu’on lui résistait. Tous les chapeautés de la salle l’avaient ignoré. Son chant n’avait eu aucun effet. Il écarquilla les yeux, troublé. L’autre rouquin lui rendit un regard féroce. Il ne semblait pas effrayé, ni même angoissé. Il agrippa soudainement son haut chapeau et alors, dans une scène digne d’un film d’horreur, dans un mouvement unique, ils se tournèrent vers les combattants dansant du Music Meister avant d’attaquer. Si les pantins du mélomane agissaient avec grâce et fluidité, les cris étaient dans une harmonie parfaite et si on tendait l’oreille cela s’apparenterait à une superbe chorale. Chez ceux du Chapeauté, il n’y avait qu’obéissance et violence. Il n’y avait plus personne à la table, si ce n’est le rouquin au chapeau, un quarantenaire qui fixait un mur d’un air abruti et un homme allongé à moitié dans sa tasse de thé. Oktav retient brusquement son souffle face à l’angle de sa nuque. Il était mort. Il n’y avait aucune beauté dans cette fin et cela n’inspira à Music Meister aucune musique.

La table trembla et arracha le musicien à sa confusion. Le petit homme marcha à pas lourd, droit sur lui. Il eut des bruits de tasses brisées, de gâteaux écrabouillés et le souffle d’Oktav qui s’accéléra à chacun de ses pas. Une vraie guerre se déroulait désormais dans l’hôtel. Une guerre qui reposait sur la force mentale des deux hypnotiseurs.

- Je vous saurais gré de ne pas interrompre cette petite sauterie. Nous n'avons pas côtoyé les mêmes groupes sociaux, très cher !
- Ce n’est pas une question de chapeau, n’est-ce pas ? fit Oktav sans prendre en compte ses propos.

Il n’eut pas la possibilité de poursuivre puisque le magnifique vase siégeant sur la table dressée fut jeté dans sa direction. Il ne l’évita qu’en partie, l’objet luxueux cognant avec fracas sur son épaule. Il jura bruyamment. L’angoisse devient rage.

- C'est le moment de parler de choses et d'autres. De lapins, de cadavres et de chants, fit le fou.
- Je vois qu’on est sur la même longueur d’onde.

Cela ne faisait plus aucun doute à présent. L’homme en face de lui n’était pas un saint, bien au contraire. Il était un hypnotiseur, comme lui, bien que la ressemblance s’arrête ici. Ce n’était pas les chapeaux, c’était ce qu’il y avait à l’intérieur qui lui résistait. S’il lui retirait le sien, il ne serait plus qu’un chef d’orchestre sans sa baguette. Certes, les chapeaux avaient une sorte d’élégance mais l’hypnose en elle-même était brute et sans saveur. Le plus important à cet instant, c’était qu’il était prêt à le tuer pour cette simple interruption. Oktav voulut prendre les devants et grimpa à son tour sur la table.

- En avant la musique !

Le nain fut plus rapide que lui et lui sauta dessus avec une force surprenante. L’allemand tomba en arrière et poussa un violent cri de douleur quand son dos blessé rencontra durement le sol. Le mélomane aurait dû avoir l’avantage en tout point. Il était plus fort, plus grand, s’il n’avait pas été blessé une semaine plus tôt  -et s’il ne souffrait pas d’une sévère gueule de bois. Soit, sa force, il la puiserait ailleurs. Il se saisit de ses poignées pour l’empêcher de lui crever les yeux –qu’il était fort !- et réfléchit intensément aux possibilités qui s’offraient à lui. Portait-il lui aussi un de ses chapeaux grossiers qui empêchaient ses mélodies de s’infiltrer jusqu’au sein de son libre arbitre ? Ils étaient si proches ainsi, s’il chantait assez fort, sans doute pourrait-il se faire entendre. Oktav ne pouvait se résoudre à être ainsi limiter par qui que ce soit, ou quoi que ce soit d’ailleurs, pensa-t-il en maudissant les couvres chefs du chapelier. Il tenta donc.

Ils burent du vin au lieu du thé,
Chantons, changeons ! D’ennemi à allié
Sans tes injures, mes chagrins, la violence
Oublions que tu sois fou à lier
Écoute, je me nomme Orphée
Tu mourras, c’est ma sentence
Fais valser mercure et maintenant danse.

Il ne lui suffit que d’une trentaine de secondes pour comprendre que ses belles paroles n’avaient servi à rien. Le chapelier, même aussi proche, n’avait aucune envie de chanter ou de danser, ou même de mourir à sa guise. Il fut même encore plus violent et il lui suffisait d’une faiblesse pour qu’il en profite pour lui tordre le cou.

- Personne ne m’a jamais résisté ! Qu’as-tu mis dans tes chapeaux ? hurla le mélomane avec angoisse.

Son dos était mis à mal. Il sentait les plaies les plus abimés se rouvrir avec les frictions causés par l’agression. A bout, il hurle plus qu’il ne chante :

Virez le de là, droit dans l’au-delà.
S’il résiste encore, frappez plus fort !

D’un geste, deux adolescents et un vieil homme l’arrachèrent au mélomane. Il se redressa d’un geste souple, seulement limité par la douleur lancinante le long de sa colonne vertébrale. Oktav frappa son propre couvre-chef du bout des doigts pour dégager sa vue. Il portait sur son visage les stigmates de sa dissonance avec l’autre hypnotiseur. Il était évidant que les soldats du Chapelier ne tarderaient pas à intervenir. L’hôtel de luxe était devenu un champ de bataille, le théâtre d’un conflit.





PS : Je n'ai pas eu le temps de corriger, vu l'heure. N'hésite pas à me le dire s'il y a de grosses erreurs, ou si cette réponse ne te convient pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]   Sam 14 Avr - 9:55

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



Tetch ricana à la phrase de stupéfaction qui sortit de la bouche du jeune idiot qui était venu le défier de par sa présence et en ruinant cette magnifique petit Tea Party. Tetch, grâce à son chapeau, et surtout à ses petites merveilles de technologie, était parfaitement immunisé aux aléas d'autres hypnotiseurs. Mais là n'était pas la question, Tetch voyait en ce dandy ridicule, un probable adversaire, un rival qu'il fallait mettre à terre et de suite. De plus, Jervis avait eu un très mauvais souvenir des dandys, on remerciera ce cher Maitre du Temps, William Tockman, qui abandonna le Chapelier Fou à la vindicte de la police lors de son braquage. Mad Hatter aurait préféré un endroit plus calme, mais ce n'était hélas, pas possible, pas à Gotham. Il fallait toujours qu'il y'ait un impromptu prêt à ruiner votre magnifique Garden-Party pour un rien. C'était d'un drôle, d'un cocasse, d'une amusante petite merveille douce de hasard et à la fois triste. C'était le triste état d'une vie dédiée à la folie que nous racontait ce petit être. Tetch et cet homme partageaient quelque chose de commun : Le besoin d'hypnotiser, le besoin de contrôler le monde qui les entourent, de diriger et de se mettre dans un monde sans cesse à leur service. Voila surement le fruit d'une très mauvaise enfance et d'un manque de confiance total, mais que voulez-vous ? Les temps modernes ne laissent aucune chance à l'enfance. Pensez-y donc. Avec toute cette pédophilie, ces meurtres d'enfants, ces enfants vendus, les parents qui n'en avaient rien à cirer de leurs enfants, bref. Nos magnifiques temps modernes allaient laisser une génération d'enfants brisés, et de futurs psychopathes pour les années à venir. Vous n'imaginez pas les merveilles que ça engendrerait. Reprenant ses esprits, légèrement dirons-nous, Mad Hatter répondit du tac au tac.

"Vous êtes venue ici, car vous ne saviez pas où aller. Voyons Alice, vous êtes dans le terrier du lapin, il suffit juste de se laisser glisser pour arriver au pays des Merveilles. Attention néanmoins aux objets qui flottent tout autour de vous, vous pourriez vous faire très mal. Et ce n'est pas ce que nous voudrions, n'est-ce pas ?"


Alors que Tetch et le dandy étaient séparés, suite à leur premier enchainement de frappes, le Chapelier recula et dans son esprit, germait une nouvelle idée, sous l'influence du thé de rage qu'il venait de boire, il ne voyait qu'il chose qui entrait en ligne de compte dans ses idées folles. Il se saisit alors d'un grand couteau à la lame bien tranchante avant de s'en garder comme arme pour trancher et couper ce bonhomme violet aux lunettes ridicules. Il ricana quand l'homme tentait de chanter, c'était d'une amusante méprise. D'un dernier acte avant la sentence. Touchant du doigt la pointe du couteau, Jervis se moquait du combat qui se déroulait entre ses pantins et les autres. Non, la seule chose qu'il fallait faire, c'était de trancher, de tuer, de faire payer cet homme. Il était temps de le tuer.

"Qu'on lui coupe la tête ! Qu'on lui coupe la tête !"


Claironna-t'il alors qu'il s'avançait joyeusement vers l'homme, histoire de lui trancher sa tête horrible, avec ses lunettes ridicules, ses dents de traviole, et cette abominable touffe rousse qui lui servait de chevelure. Mon Dieu qu'il fusse laid ! Il avait besoin d'une bonne coupe de cheveux, ce triste sire défraichi. Quoique cet homme ait jadis été, il n'était plus que l'ombre de lui-même. Complètement has been dirons-nous ? Peut-être que oui, peut-être que non. C'est alors que sur l'ordre de l'homme, on sépara Tetch et l'homme à nouveau. Tetch se démena comme un fou, comme un cinglé, mais sa taille ne lui donnait pas le change pour se sortir des bras des trois hommes. La colère suintait des paroles suivants du Chapelier Fou, un état de rage incompréhensible, un état de colère des plus ultimes et pourtant, quelque part, c'était la folie qui guidait ce pauvre Jervis Tetch.

"Lâchez-moi ! Lâchez-moi ! Je dois le tuer ! Je dois le tuer comme ça nous serons tous libres ! Tout ça n'est qu'un rêve ! IDIOTS ! Mais que voila un si bel arrivage, le Dodo et ses amis nagent vers la plage. Serez-vous de cet équipage ?"


Tetch appréciait les rimes, et même si l'ensemble des pantins commençaient à planer et à tuer de nombreux lapins imaginaires, c'est à dire, les autres pantins qui n'étaient pas sous l'influence du Chapelier, la voix du Chapelier pouvait raisonner encore dans leurs oreilles. Jervis Tetch était toujours emprisonné par les autres, tandis que le dandy fuyait comme un lâche, observant avec un intérêt tout particulier les possibilités qu'il pourrait faire avec sa nouvelle victime, mais ses yeux n'étaient pas bleus et Mad Hatter n'en voulait pas, car ce n'était pas une jeune fille, contrairement à ce que lui soufflaient les Tweedle, qui eux, étaient malheureusement sous le contrôle de l'homme. Songe ou réalité ? Où est la nuance dans ce monde horrible ? Un petit rire, alors que le Chapelier était immobilisé, il eut un petit rire amusé tandis qu'il reprenait confiance en son contrôle des lapins qu'il avait sous ses ordres.

"Wonderland peut-être un endroit dangereux Alice, des gardes cartes qui vous poursuivent, des lapins tueurs, des fleurs carnivores, non non non ! Le pays des Merveilles est un endroit dangereux, horrible, mais il faut l'apprivoiser. ATTRAPEZ-LE !"


D'un geste de la pensée, les lapins se détournèrent des hommes du Music Meister pour se diriger vers l'homme affaibli, la seule possibilité logique serait la fuite, mais Tetch espérait quand même se débarrasser de lui, de le tuer pour rester le seul maitre hypnotiseur à Gotham City. Cependant, il pourrait très bien se servir de lui non ? Bonne question ... Il fallait qu'il perde toute combativité et alors, Jervis Tetch pourrait rentrer en scène et se servir d'elle pour faire une parfaite petite Alice, bien sous ses ordres, il pourrait se servir des talents de cet hypnotiseur, ou bien lui crever les yeux ? Ou lui arracher les bras ? Ou lui transpercer la langue avec une perceuse ? Mais Tetch avait besoin de se débarrasser de ce rival qui pourrait hélas, jouer un mauvais tour dans cette situation actuelle à Gotham. Il revoyait son Alice, son Alice merveilleuse dans ses rêves, dans ses pensées, il avait besoin d'elle maintenant, son doux visage était encore dans les méandres du Chapelier Fou. Mais les yeux, les yeux d'Alice, du sang en coulait, ça n'allait pas dans le scénario. Alice avait des yeux bleus et elle avait des cheveux blonds, tellement blonds ... Elle n'était qu'un ersatz, indigne d'être sa poupée. Mais pourtant, Tetch pouvait au moins voir que ses drogues-thés fonctionnaient. Plongé dans son délire, il essayait de se débattre, de sortir de tout ça !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hatta ou Hatter ? [PV Music Meister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SOFT] Music ID
» Dessin en music ?
» Exposition au Park Music à Arlon
» [SOFT] Free Music Top Songs by Year : Best of music [Gratuit]
» [SOFT] MUSIC FOLDER PLAYER : Vivez la musique à fond [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Central Gotham :: Grand Hôtel Royal-