Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Embrasser les cieux (PV Jason)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Embrasser les cieux (PV Jason)   Mer 29 Nov - 21:44

More beer. More songs. More fun. More is better. Ce soir, rien ne nous retient. Pas même la pluie qui tombe en trombe, nous déplâit de sa glaciale lèche. Pas même ces gens qui vous poussent pour entrer dans les bars et restaurants à la recherche de la chaleur et du sec. Pas même les klaxons et les coups de feu venant de Bowery, rejoint bientôt par les sirènes hurlantes de la GCPD. Ici, entre ces murs, les gens fondent pour la musique car ce soir, c'est concert. Concert mensuel dans ce bar discothèque où une chanteuse donne sa voix et son coeur pour le public, pour les textes. Il est vingt trois heures, et déjà une heure et demie de concerts'est écoulée. Elle sue cette chanteuse, se trempe de l'eau de cette bouteille balancée, écrasée, poussée sur scène; elle les emmène loin, ces gens qui sautent et secouent leurs cheveux. Du rock de l'espoir, du désespoir, un crachat sur le monde ou les relations pour mieux rebondir, sauter, éclater les chaînes qui retiennent nos coeurs, déchirer aux bras les ombres omniprésentes qui pèsent sur nos épaules. Elle sue cette chanteuse aux cheveux noirs, à la bouche écarlate perlant d'eau et de mots.
The rising and the fall. The climb, the curtain call. It's yours, you had it all Take me, oh take me now !!!! Your back against the wall. Blood rose, she's bloody, sprawled. I need it all. Take me, oh take me now
Mains englobant maintenant son micro, elle racle d'une voix plus douce bien que mélancolique et piquée des dards du combat la suite, avant de reprendre ce refrain sous les cris du public reprenant cette phrase avec envie : Take me, oh take me now. L'envie, oui l'envie d'être aimé, l'envie d'être sauvé, que l'autre nous protège dans cette musique les envahit, si bien que certains se prennent à la taille, découvrent des partenaires d'un soir. Alors que dehors, le chaos règne et que crie leurs semblables tombés sous les balles de quelques fous. bienvenue au Black Canary, l'un des rares endroits encore protégés de Gotham !

C'est la fin du concert, on applaudit cette belle de presque minuit, on veut enlever son veston à carreaux pour que vive sa peau et rejoigne la leur, jusqu'à se sentir repoussé. Dinah remet en place ce qui devrait être une chemise d'homme sur ses épaules puis part dans une volée de ses cheveux noirs vers le bar. BAM ! le bruit de ses mains résonne sur le bois du comptoir, et, le coeur battant elle demande au barman de ce soir de lui passer sa collation bien méritée.
"J'aime tellement cette ambiance !!!! Aaaaaaah ! Dépêche avant que je ne reparte sur scène Lou !
- La drogue c'est jamais bon de la pallier avec une autre drogue patronne
- Je t'interdis de me dire que je bois comme un trou. Ou je te botte les fesses avec ta paie accrochée dans ta raie.
- Oui m'ame."
Le dénommé Lou se calme alors, sachant pertinemment que sa patronne serait capable de le faire. Car oui, Dinah Lance est l'heureuse propriétaire de cet établissement, au delà d'en être la chanteuse attitrée. Et cela attire malheureusement pas mal de mauvais bougres en ces lieux. Le premier de ce soir vient d'arriver. Certains semblent le connaître au vu des grimaces, d'autres le dévisagent juste car il n'a pas l'allure d'un client voulant du bien. Pourtant, tous dansent, et oublient bien vite pour ne se concentrer que sur leur désir personnel. Dinah, la belle et indomptable par contre ne détache pas ses azurs de celui qu'elle pense reconnaître ... sous une autre identité. Ses lèvres s'entrouvrent, le coeur bat, sa respiration devient plus fébrile un court instant. Pas de doute, cette allure lui rappelle un ancien Robin : Jason. Jason Todd. Elle pivote à nouveau, boit cul sec son verre et décide de repartir sur scène à la surprise des musiciens. La musique de la discothèque s'arrête et tout le monde la regarde, interloqués.
"Ne vous gênez pas, les gars j'ai ... juste envie de chanter quelque chose ... de plus soft. Une dernière pour vous enlacer sur la caresse d'un ... héros."


La boîte mise en route sur la table de mix, la voix de Dinah vient lentement envelopper les rythmes électroniques, artificiels. Pour qu'on oublie ce qui sans doute se passe dehors, qui peu à peu se rapproche de ce lieu censé être un des derniers bastions. Bienvenue à Gotham, là où les mercenaires deviennent client, et les clients victimes de mercenaires. Où la chanson sert à couvrir parfois le crime sans le vouloir. Bien que Dinah, semble le sentir, comme lors de ces quelques coups d'oeil vers Jason. Un Jason qui a changé, qui ne l'a vue que blonde et différente, une autre personne qu'il abhorre sans doute à son plus grand regret. Mais maintenant, elle sait, elle sait qu'il est vivant. À quel prix ?

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.


Dernière édition par Dinah Lance-Black Canary le Jeu 30 Nov - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 301
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Jeu 30 Nov - 19:56

Jason Todd / The Red Hood

ft. Dinah Lance

「 Embrasser les cieux 」

Après s’être fait embarqué par une cinglée dans une vieille cabane toute pourrie, après avoir manqué de se faire gauler par le GCPD, après avoir raté d’un cheveu un échange crucial entre les hommes de Black Mask, après avoir failli se ramasser la gueule du haut des cent soixante-seize étages d’un immeuble de la ville, Hood avait décidé de prendre congé pour un long week-end et apparaître sous les traits de son alter-ego Jason Todd pour profiter sainement de sa nouvelle vie en tant que jeune homme de vingt-et-un ans. Plus tôt dans la journée, il avait décroché son téléphone pour proposer à sa petite bande de potes d’aller profiter de cette soirée orageuse pour se changer les idées.

Ils étaient donc là, quatre jeunes, Lance, Big H (appelé Hector par les plus courageux), John et bien sûr Jason. Les trois premiers se retournent quand le brun s’est arrêté, d’ores et déjà trempé par la pluie battante. Il regarde le nom du bar, les yeux plissés pour ne pas se faire aveugler par l’eau. Black Canary… un nom venu du fond des âges, un nom familier, bien qu’il ne puisse pas y avoir de rapport entre la fantastique jeune femme aux cheveux dorés et ce bar de Gotham. Il secoue la tête, perplexe. Y avait-il quelque part un bar nommé « le Batman » ?

« Hey mec, qu’est-ce que t’as à rester planté là comme un demeuré ? »

Le brun baisse les yeux pour fixer son ami, lui adresse un sourire amusé avant de lui exposer une folle idée de chaîne de bars nommés selon des héros de la culture. Si l’idée ne convainc pas, la bande finit tout de même par entrer dans l’endroit et bientôt converser devient difficile avec la musique. De toute façon, les quatre jeunes hommes ont tôt fait d’être absorbés soit dans l’écoute de la musique, dans la contemplation de quelques divines créatures ou, comme Jason, dans la lecture de la carte. Si certains d’entre eux sont venus dans l’optique de ne pas rentrer seuls, le brun se souvient qu’il n’a pas pensé à enlever ce vieux carton de pizza de son lit et que le linge sale forme une pile assez conséquente pour faire fuir n’importe qui.

Se passant une main dans les cheveux il les rejette en arrière pour en chasser l’eau de la pluie, accoudé au bar avec Lance, le seul de la bande qui ne le dépasse en taille, il attend avec patience que la chanteuse ne finisse de traumatiser le pauvre homme. Il sent rapidement le regard de celle-ci le scruter, pourtant son visage ne dit rien au jeune homme qui s’efforce de mettre en arrière-plan ses réflexes de mercenaire pour profiter de la vie. Sans s’en apercevoir, il finit par la suivre des yeux, conversant distraitement avec ses comparses.


La sensation d’un regard sur sa peau lui fait scruter le bar, apercevant la chanteuse. Il lui semble la connaître mais son cerveau pédale à l’envers et il abandonne au moment où une bourrade manque de le renverser. Lance le regarde avec un sourire qui dévore son visage, menaçant de noyer tous ses traits.

« Hé, t’as trouvé une poulette. Le bras sur les épaules du mercenaire, il se penche vers le visage de Jason pour suivre son regard, ouuuuh… mauvais plan mec, c’est la cheffe ici. Et paraît qu’elle est pas commode du tout.
- Hn… $50 que je repars avec elle et toi… Il se tourne pour fixer son compagnon de haut en bas… bah toi tu restes sur le banc de touche. Comme d’hab’. »

L’autre fait la moue pendant que le reste de la bande se marre, prenant des paris, alors que l’ancien Robin fait volte-face pour retrouver la femme du regard. Devant son micro, elle reprend son show et Jason abandonne l’idée d’aller lui parler, préférant nettement l’appel des boissons alcoolisées. Il s’approche du barman, visiblement occupé à essayer de discuter à voix basse avec trois hommes. D’abord déterminé à patienter à nouveau le temps de pouvoir commander, il finit pas laisser vagabonder son esprit et son oreille s’accroche à la discussion animée entre les quatre hommes.

Il aurait préféré ne rien entendre, laisser le pauvre homme au bar se débrouiller, raccrocher pour quelques jours sa tenue d’aimant à emmerdes et profiter de la vie comme n’importe quel trouffion de vingt-et-un ans. Mais… non. Non, bien sûr, il faut que des mafieux viennent dans le même bar que lui, le seul soir de sa vie où il y fiche les pieds et foutent en l’air sa soirée.

« J’veux pas te parler à toi, Lou, dépêches-toi d’arrêter ta greluche de patronne sur sa scène pourrie et me la ramener ici. Les affaires n’attendent pas. »

Il dit ça d’un air suffisant qui donne des envies de justice à Jason. L’air de rien, il s’approche, faisant signe au barman de ne pas quitter son poste. Ni une, ni deux, il tacle le pied du mec qui parlait, le déséquilibrant et, en enrobant l’arrière de son crâne avec sa main large, le cogne violemment et rapidement contre le comptoir. C’est aller assez vite pour que seuls les gens les plus proches se retournent et le son grave du choc s’est perdu entre les basses de la musique. Autour de lui, deux de ses amis manquent de s’étouffer avec leurs boissons et Lance pousse un cri indigné. Pour ces trois-là et les deux mafieux, Jason pose son doigt sur sa bouche et leur intime le silence.

« Les deux débiles, vous bougez, j’lui éclate la gueule, pigé ? Ils fixent Jason comme s’ils allaient sortir des couteaux et l’éventrer sur place, mais finissent par ne pas bouger, et toi, elle est où la sortie de derrière ? Le barman, les yeux grands comme des soucoupes lui indique du bout du doigt une porte cachée. Merci mec. Dis à ta patronne de venir me voir après, qu’elle règle ses soucis avec les gentlemans ici présents. Désolé les gars, je finis ça et j’arrive, ok ? »

Passant sa main autour des épaules du type à moitié sonné, il fait mine de le guider comme on guide un ami trop ivre, mais le tient assez bien pour passer d’une accolade amicale à un étranglement. Il ouvre la porte en fer d’un coup de pied autoritaire et pousse le type vers l’avant, l’envoyant valdinguer contre les poubelles. Se sachant cerné, un type devant la porte, un autre bloquant la sortie de la ruelle, le dernier se relevant face à lui, il roule des épaules et se craque le cou en toisant les hommes d’un air narquois.

« Alors, les gars, on rackette les bars maintenant ? Vous bossez pour qui ? Les Falcons ? Bah… Il leur fait signe de laisser tomber, ça ne change rien, vous allez repartir bien sagement et laisser le bar tranquille où je vous oblige à repartir la queue entre les jambes ? »

Il entend le son diffus de la musique descendre d’un ton, des applaudissements, puis la soirée reprend son cours alors que dans l’arrière-cour, tout le monde se regarde en chien de faïence. Le brun intercepte l’œillade des trois hommes et parvient à esquiver les deux premiers coups, crochetant la mâchoire d’un type au passage, mais le troisième se glisse insidieusement dans sa garde, lui frappant le dos, au bas des côtes. Se sentant perdre équilibre, le combattant se laisse tomber à genoux et se sort du triangle d’une roulade.

« Si tu crois que tu vas t’en tirer juste avec un coup, connard… »


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.


- Votre serviteur joue aussi Rose Ahn, que des bg, en somme. -


Signature @Inconnu
Avatar @Aandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Sam 2 Déc - 14:09

More beer. More songs. More fun. More is better. "Lou. Qu'est-ce qu'il s'est passé."
Le barman a du mal à se contenir, serrant ses poings sur le torchon qui habituellement devrait servir à essuyer les verres. Sa patronne le fixe intensément, ses ongles venant tacler le bois frénétiquement tandis que l'ambiance de danse et d'électro reprend sa place méritée pour le plaisir déjà bien engagé de ses sympathisants. On ne les entend pas, ces ongles, mais Lou sent leur présence, les voit bouger dans la pénombre et ça le fait déglutir difficilement, tant le malaise est palpable. Pourtant, Dinah sourit. Alors pourquoi se sentir mal ? Parce qu'elle se tient entre les trois hommes venus accompagnés de Jason. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Juste prendre du bon temps en se mettant une cuite ? Frapper du quidam ? Jason est leur patron ? La chanteuse retient tout du bout de ses lèvres bordeaux, légèrement tendue, mais si radieuse de visu. Tout un art appris au fur et à mesure des aventures et chasses de Gotham. Lou soupire et crache enfin le morceau :
"C'est encore ce mec qui travaille pour Sionis.
- Ah. lâche-t-elle sèchement.
- Et le gars qui accompagnait c'messieurs a demandé à te voir derrière.
- Il s'est cru dans une maison close ? Ou il a vraiment quelque chose à me dire.
- Zavez déjà la réponse. Pour sûr."
Les trois hommes au comptoir commencent à rire, pensant à leur partenaire qui en ce moment en prend pour son grade gentiment. Il devait d'ailleurs éternuer au vu du langage fleuri de la sibylline.
"Je suis pas sûr que Todd apprécie grandement les queues mam'. Il est pas du genre à se faire enculer, s'vous voyez c'que j'veux dire.
- Ok ?
- En fait, il est parti dans le but que vous évitiez de vous faire baiser."
Cette fois, Dinah se fige, son expression devenant soudainement moins sympathique. Les trois hommes sentent qu'elle se penche vers eux, sentent combien ils vont regretter ce qu'ils ont dit et débander sur le champ.
"Avant de me baiser, il faut déjà savoir comment s'y prendre. Et cet homme n'est pas encore prêt d'arriver. Sinon à part essayer de diriger ma vie sexuelle, vers où sont-ils partis ?"
Lance pointe du doigt l'arrière scène, ce qui fait bien évidemment soupirer la gérante, visiblement contrite par la situation. Dinah demande à Lou d'offrir un verre aux trois lurons, avant de partir vers le lieu du trouble d'un pas violent.

SCHPAK !!!

Ce bruit, ce n'est pas un oeuf qui s'écrase par terre, ni celui d'une fiente tombant sur votre pare brise quand vous roulez à cent à l'heure. Non, il s'agit d'un homme qui tombe à terre. Un homme qui s'est pris quelques secondes auparavant un énorme coup de batte sur l'arrière de la tête. Autant dire que le bruit creux du quidam à la solde de Sionis a vite calmé ses comparses. Surtout, quand tous ont remarqué que la personne l'ayant rétamé à terre est en fait la patronne qu'ils étaient venus menacer.
"Je croyais avoir été assez claire : Sionis n'aura jamais de commissions de ce bar.
- Oh putain. Putaaaaaaain !  Numéro huit !"
L'un des gars se prend la tête entre les mains, visiblement effaré en voyant son collègue s'être fait mettre à terre aussi facilement par une femme. Ils s'apprêtent à sortir leurs armes, mais malheureusement Dinah est bien plus rapide et frappe d'un coup explosif un des derniers opposants au bras droit. Un bras qui craque, bien entendu. La gérante se reçoit tout de même une estafilade sur ses affaires, manquant de se faire taillader salement à l'épaule gauche, ce qui indubitablement la fait valser en arrière et peu encline à esquiver une possible deuxième attaque. Le gars bien évidemment ne se gêne pas, la bloquant au devant de sa nuque à l'aide du bras pour la pousser puis la plaquer contre le mur, le tout pour l'étouffer et tenter de la calmer. Son deuxième pote au bras cassé se relève en jurant et crache sa verve contre celle qui lui a fichu une raclée :
"Tu vas tellement prendre cher petite pute que tes clients voudront plus t'entendre chanter."
Aussi fier qu'il soit de sa menace, le gars ne semble pas vraiment en joie; car après tout, sa victime ne bronche pas. Elle soutient même son regard avec son azur rendu glacial par le jeu de lumière des halogènes. En vrai, Dinah n'a pas peur. Car chaque jour elle sait, que Gotham tentera de lui faire embrasser les cieux.

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.


Dernière édition par Dinah Lance-Black Canary le Jeu 14 Déc - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 301
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Mer 13 Déc - 10:38

Jason Todd / The Red Hood

ft. Dinah Lance

「 Embrasser les cieux 」

Le brun échoue contre le mur, le heurtant de son dos et lui faisant échapper une plainte sourde, il s’évite une blessure en déviant de l’avant-bras un coup de pied dirigé contre son visage et se relève pour se retrouver pris au piège entre le mur et les trois hommes. Il n’a pas peur, Jason sait qu’il a les capacités de s’en sortir, mais ces hommes-là ne sont pas des idiots ni des débutants et le jeune homme ne s’en sortira sans doute pas indemne. Avec insolence, il essuie la saleté de son jeans, gardant avec professionnalisme un sourire en coin.
                                   
Mécontents, le premier des hommes de main de Black Mask le saisit aux épaules en tirant vers lui le brun, il lui souffle droit dans le nez : « je vais te défoncer petit con, ça t’apprendra à jouer les gros bras ». Jason fait mine de froncer le nez comme pour se protéger d’une mauvaise odeur et lui adresse un sourire plus large encore que le précédent. Il saisit l’homme par les pans de sa veste ouverte et avant que celui-ci n’ait eu le temps de réagir, écrase son front contre le nez du criminel. Le brun repousse violement l’homme en arrière alors que simultanément, un bruit sourd lui annonce qu’une quatrième personne est entrée dans la danse.

Grâce à la diversion offerte par Dinah, il n’a pas besoin de se préoccuper de la suite immédiate des évènements, pendant que son adversaire précédent essaie d’empêcher son cerveau de couler par son nez assis à même le sol, il observe la pauvre victime de la chanteuse tenter de recouvrer ses esprits. Le troisième homme décide contre toute attente d’agir et sort une arme, il est bien trop loin de Jason pour que le brun ne puisse porter secours à la femme. Qui finalement s’en sort plutôt bien à en croire le craquement lugubre qu’émet le bras du criminel. Il pousse un cri étouffé. Si la chanteuse s’en sort avec une légère coupure, le mercenaire ne peut s’empêcher d’admirer sa vivacité et la rapidité de ses actions. Elle trébuche en arrière en direction du mur et de Jason, arrivant à la portée du type à terre. Malgré son nez en sang, celui-ci se jette sur elle pour la pousser contre le mur et l’immobiliser.

Jason s’avance et pousse l’homme au bras cassé qui a semblé oublier sa présence, il pose sa main contre le bras en morceau et l’envoie valser.

« Je crois qu’il y a erreur, la madame ne veut pas de vos bisous les garçons. »

Il saisit par le col le malfrat qui maintient la chanteuse contre le mur et manque de se faire crever un œil par ce dernier qui s’était discrètement emparé d’un couteau. Surpris, le brun le relâche et recule afin de toucher du bout des doigts l’estafilade. Elle court du bas de sa tempe à sa mâchoire et déjà du sang en perle. Sourcils froncés et rictus chargé de colère, l’ancien Robin pose son regard sur le type, regrettant de ne pas avoir caché dans sa tenue une arme.

« J’vais te faire tellement mal que même ta mère te reconnaitra pas, connard. J’étais venu boire tranquillement mais il faut que tes potes et ton enculé de patron viennent me casser les brunes. J’ai les boules, putain ! »

Une fois ceci dit, Jason charge l’homme, déviant sa fente couteau en avant d’une parade du bras, il fonce droit vers son torse exposé et y dépose un coup de poing vengeur directement sur le plexus, coupant nette la respiration de l’homme de main et le forçant à ployer vers l’avant. Profitant de ce mouvement, le brun pose ses mains sur la naissance de son dos et l’entraine vers le bas un peu plus vite afin que le visage déjà maltraité ne rencontre le genou du jeune homme. L’effet est immédiat : le pauvre type retombe lourdement au sol, respirant avec douleur et condamné probablement à passer sa vie avec quelques soucis d’élocution.

« A qui le tour, hein ? Le fragile avec sa commotion ou le connard à amputer du bras ? Se tournant vers la jeune femme il lui demande : t’en dis quoi toi ? J’vais rester défiguré à vie à cause de ces connards, faut bien que je leur fasse payer, non ? »

Le sang qui perlait plus tôt commence déjà à sécher à et former une sorte de seconde peau désagréable, mais au moins c’est le signe que la plaie n’est pas trop profonde et avec un peu de chance ne laissera pas de cicatrice. Il ne manquait plus que ça : une balafre au visage. Vraiment, le brun se sentait maudit. Les deux hommes se regardent, le premier doit probablement avoir encore un peu de mal à connecter ses neurones, mais ça ne l’empêchera pas de pouvoir attaquer Jason et la femme derrière lui, l’autre doit probablement ressentir une certaine douleur à chaque mouvement, mais s’il est courageux, il peut toujours tenter de charger avec son bras valide et donner des coups de pieds. Peut-être même mordre ?

Lançant un nouveau regard à la chanteuse, Jason lui dit : « vous allez bien ? Pas de blessure ? »


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.


- Votre serviteur joue aussi Rose Ahn, que des bg, en somme. -


Signature @Inconnu
Avatar @Aandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Jeu 14 Déc - 18:05

More beer. More songs. More fun. More is better. Focalisée sur un point inconnu, la patronne oublie. Elle oublie la douleur qui vient la tirailler entre nuque et visage de sa puissance teintée des tremblements de la colère et de la peur. Ce point, elle le trouve dans l'iris de ce pauvre gars, bientôt engoncée sous le poids de cette pupille dilatée. Aller Dinah il suffit d'attendre. Attendre le bon moment, lever les bras l'empoigner tant que l'on peut et ... non. Jason s'en occupe, se prend ce coup qu'elle, a réussi à esquiver à temps. La gorge brûle, de peau comme d'envie de crier, de les voir valser ou courber l'échine jusqu'à tomber dans un sommeil profond. Mais elle tient, garde le contrôle encore et encore pour au final observer dans l'attente la plus complète la suite des événements. Dinah récupère la batte en évitant de se remettre entre eux, non sans jeter des regards vers le gars au bras cassé. Et quand enfin tout semble se calmer, Jason cherche encore à se battre, à en venir aux mains. Mais la trentenaire ne lui répond pas, l'observe juste avec une certaine méfiance. Non, ça ce n'est pas Jason, pas l'ancien Jason. Il a traversé l'abysse sur un bateau d'amertume et de fer. De la batte elle pointe le dernier gars, après avoir shooté salement dans son revolver. L'arme vole et s'éclate contre le mur de l'immeuble dans un énorme fracas.
"Toi. Tu bouges, et je te jure que tu verras autre chose que le septième ciel les cinq prochains jours."
Elle s'approche ensuite de sa démarche volante jusqu'au jeune brun pour l'attraper à l'épaule et l'aider à se redresser normalement.
"Mieux que toi. Une veste ça se répare, un nez et de la peau cependant ..."
En regardant de plus près son visage, il est clair qu'il s'agit d'une sale entaille, bien que ce ne soit pas profond. Une grimace vient tordre ses lèvres carmin. Encore une proie de la liesse générale du crime.

Lou arrive finalement en trombe, le souffle court avec Emily, la disque jockey. La chilienne est limite en train de grimper sur son collègue jamaïcain faisant deux têtes de plus qu'elle pour voir ce qu'il se passe. Lou prend alors la parole.
"On appelle les flics, patronne ?
- Appelle-les. De toutes manières pour ce que ça va donner, on peut toujours courir.
- Les justiciers ils ne peuvent rien faire pour ça ? Genre on est pas assez désespérés nous ?, crache alors la chilienne.
- Emily.
- Non mais j'ai pas raison ? Vous trouvez pas que c'est ...
- Non. Je ne trouve pas que c'est abusé, Emily. Ce ne sont pas des dieux. Lou, prend le, on l'emmène à l'intérieur. Dis à ses potes de nous rejoindre dans mon bureau. Emily, tu viens."
Lou s'exécute et donne un coup de hanches pour se débarrasser d'Emily. Il laisse le choix aux brun de se déplacer seul ou bien d'être soutenu par ses soins. La disque Jockey reste, regarde d'un oeil noir le gars balafré passer avant de se mettre à serrer nerveusement ses avant bras. Puis, ses yeux viennent rencontrer ceux de Dinah avec méfiance mais aussi une certaine excitation dans l'anticipation. Un silence les sépare pendant une minute jusqu'à ce que la jeune femme décide de lever l'index et de déclarer avec ferveur :
"Je sais que ce ne sont pas des dieux. J'ai juste envie que les choses changent.
- Changer comment ? En s'entretuant ?
- Non. Non ! C'est juste qu'ils doivent ... pourquoi ça ne fonctionne pas alors qu'on les aide ?
Cette fois c'est trop. Dinah s'avance, mains dans les poches de sa veste foutue. Eméchée, droite; et incisive. Elle ne se penchera pas vers elle. Pas de rapport de force. Elle doit comprendre. C'est elle qui lève, non pas l'index comme elle, mais une main. Qui vient se poser sur le mur.
"Tu as vécu avec eux ? Non. Tu ne sais pas ce qu'il se passe dans leur tête. On ne sait pas. Toi, moi, Lou, les gens de Gotham qui vivons pour le lendemain. C'est déjà bien qu'on soit là, Emily. Ils agissent ... ils tentent d'agir. Pour des gens comme toi et moi. Et tu as l'audace de râler ?
- Et si je devenais justicière ?
- Alors fais ce que tu sais faire de mieux : utilises ta musique. Fais toi entendre."
Dinah dépasse finalement Emily qui elle, reste sur place, malgré la porte qui claque, les mecs qui sont à terre, la police qui arrive. Elle a juste envie de regarder le ciel et de se dire qu'elle a envie aussi de se faire une place un jour. Serait-ce en tant que disque jockey ? Avec ses musiques ? Ou bien faut-il qu'elle agisse ... un jour.

La gérante arrive en trombe, assez pour rattraper Lou et Jason juste au moment de leur entrée dans le bureau. Les gars accompagnant le brun maintenant balafré arrivent à sa suite en tenant une bouteille de scotch. Lou se retourne, sentant le regard de sa boss mitrailler son dos méchamment. Le géant jamaïcain hausse les sourcils, puis les épaules et dit simplement avec un flegme irréprochable que les gars ont payé.
"Heeey. Alors la princesse a été sauvée ?
- Vous avez de quoi payer du scotch. Mais pas de quoi vous payer ma tête. Maintenant, vous allez attendre sagement ici, le temps que je rafistole votre pote. Capiche ?"
La porte claque. Le gars reste la bouche ouverte en o avant de se retourner vers ses autres camarades qui eux, se marrent et lui disent de lui passer la bouteille.
Dinah soupire, adossée à la porte de son propre bureau, exténuée. Cette histoire de justiciers en herbe, les hommes de Sionis qui tentent encore et encore de gratter pour de l'argent. Mais bordel, comment elle fait pour tenir ! Avec une bouteille. Deux. De la vodka et de la liqueur de café. Mélangés. Elle fonce vers son bureau sur ses bottes, pincée par cette envie de boire et celle de soigner Jason. Jason. Ça faisait longtemps. Il a changé. Les deux bouteilles sont sorties, elle prend ensuite la trousse de secours et en sort compresses, désinfectant et pommade.
"Installe toi."
La noir corbeau prend les deux tabourets se trouvant aux pieds de la table de réunion et s'assoit sur l'un d'eux. Elle attend que Jason s'installe à son tour, désinfectant dans une main, compresse dans l'autre, lèvres entrouvertes, suspendues face à ce visage tâché de sang, et à cet air écorché, froid, qui ne pense plus à vivre pour lui, mais pour la vengeance. C'est une descente humaine, un pauvre mec qui un jour fut grand, radieux; comme elle. Cet ange déchu, qu'elle barbote maintenant de désinfectant sur tout le long de la plaie et qui piaille légèrement quand le produit vient ronger les vilaines bactéries venues s'infiltrer sur l'entaille.
"Tu chouines alors que tout à l'heure, tu t'es pris un coup de couteau au visage ? sachant qu'en suivant, tu as quand même eu le culot de les menacer de mort." Soupir. "Intéressant. Et ça se dit dur à cuir."
Dinah prend une autre compresse qu'elle imbibe de désinfectant et se marre légèrement, son sourire mutin bien visible à la vue du jeune homme. Pas de traitement de faveur.


© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 301
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Mar 19 Déc - 11:25

Jason Todd / The Red Hood

ft. Dinah Lance

「 Embrasser les cieux 」

La brune achève le travail d’un geste nerveux de sa batte, sa voix implacable semble véhiculer sa désapprobation vis-à-vis des actes de Jason, qui s’en mord déjà les doigts. Après coup, il s’était aperçu que le coup n’aurait pas blessé la jeune femme, ou du moins pas aussi salement que ce qu’il avait reçu, mais son corps avait bougé tout seul, comme par reflexe. Ou alors le brun se cherchait une rédemption, un acte à opposer à Batman qui l’heure du jugement viendra… La chanteuse l’aide à se redresser et il peine à ne pas trop l’écraser avec son poids. Elle laisse courir son regard sur le visage de Jason qui ne peut s’empêcher de faire flotter sur son visage un sourire moqueur mais il garde toutefois le silence, il aura bien assez de temps pour en rire plus tard.

L’auscultation est interrompue par le barman qui ouvre la porte à la volée, manquant de la détacher de ses gonds. Relâché de la prise de Dinah, Jason se laisse aller à reculer d’un pas pour enregistrer le visage des trois hommes figés de stupeur. S’il les croise un autre jour, casque rouge et veste de cuir sur le corps, ils payeront pour avoir abîmé le visage du brun, en attendant, il faut faire profil bas, ne pas laisser trahir qu’il est le Red Hood, même s’il ignore qu’actuellement, Dinah Lance est une Justicière et qu’elle sait que l’ancien Robin tabasse des gens dans son arrière-cour.

Pendant qu’il se repose contre le mur adjacent, une dispute éclate entre la patronne et une jeune femme qu’il ne voit pas, le débat devient houleux à la mention des justiciers et le brun ne peut s’empêcher de sourire de toutes ses dents. C’est tout ce que Jason détestait chez Batman, cette façon de se prendre pour le héros de Gotham sans s’apercevoir que les gens crevaient quand même de faim, que les mafieux collectaient toujours des dettes de plus en plus lourdes, que des ghettos n’en finissaient pas de voir le jour, poussant des jeunes dans la délinquance et l’obscurité. Se croyants des créatures de l’ombre, les Justiciers n’en étaient pas moins condamnés à la lumière, à ne devoir s’occuper que des riches et du gratin de Gotham pendant que des types comme Hood étaient vus comme le mal absolu en effaçant totalement ce qui se cachait derrière les fusillades et les meurtres. D’accord, tuer est mal, mais enfin quelle autre solution alors ?

Alors que le dénommé Lou s’approche pour l’aider, il lui fait signe qu’il peut se déplacer seul et se laisse emboiter le pas pour retourner dans le bar. En passant à côté de la troisième personne, une fille menue à la peau bronzée qui toise Jason avec une sorte de colère gratuite. Il était venu aider, il se fait haïr. Et les Justiciers reçoivent encore l’amour et les félicitations.

« Tu devrais te tourner vers d’autres personnes si tu attends de l’aide, gamine. »

Son regard est plein de moquerie, pas envers cette femme particulièrement, mais envers toute cette ville qui ne vit que dans l’attende du Batman. Une agression ? Attendons que le Chevalier noir vienne sauver cette personne et traçons notre chemin. De la corruption ? Ah, le Justicier masqué viendra bien arrêter ces vilains, en attendant, élisons-les à la mairie. Des fusillades ? Oh, Batman ira nettoyer ce quartier, ne nous préoccupons que de nous.

Derrière la porte, une bande de gars un peu éméchés. Certains connaissent Jason, un seul n’ignore pas que le jeune homme fêtard et bagarreur cache un alter-ego plus sombre, et a donc retenu le reste de la bande qui souhaitait aller soutenir leur ami dans la ruelle. Le brun adresse à son ami un signe de tête, un sourire dévorant son visage. Comme un gosse, il n’a qu’une envie : montrer son vilain bobo qu’il a eu en faisant des trucs cools. Mais Lou lui fait signe d’entrer dans le bureau et malgré son envie d’aller aider à descendre cette bouteille de Scotch, il hausse les épaules et lance : « J’crois que j’ai perdu le pari, mec, regarde ma tête, j’suis défiguré à vie ! »

Il prend un faux air pathétique et disparaît à la suite du barman dans la pièce. Dehors, Dinah arrive à peine et lance une remarque dont il ne comprend pas le sens, étouffée par la porte qui les sépare, mais dont le ton cinglant suffit à le faire ricaner. La femme qui entre semble exténuée, en colère mais surtout fatiguée. Le jeune homme perd son visage joyeux et la détaille de haut en bas.

« Faut pas vous inquiéter. Je… la leçon que vous leur avez donnée suffira à leur faire assez peur pour n’pas oser repasser devant le bar sans se pisser dessus. »

Et sans doute qu’un dernier avertissement à base de flingue et de Red Hood complétera le tout. Il s’installe à la suite de la chanteuse et la laisse jouer avec ses cotons et autres instruments de torture. Jason est du genre naturel comme type, il laisse les blessures cicatriser naturellement et gratte ses croûtes avec une ferveur plutôt mal saine. Et malgré l’habitude qu’il a des blessures, se faire désinfecter la tronche est assez désagréable pour qu’il sursaute et pousse un cri d’indignation. La brune se fiche allégrement de l’ancien Robin, lui riant au visage. Il adopte un air mutin et lui dit : « oh, à la base j’étais venu jouer les sauveurs, repartir avec la plus belle fille du coin et me faire cajoler, au lieu de ça, me voilà défiguré et coincé avec une personne sans gratitude aucune pour son sauveur et qui, en plus, s’amuse à me faire du mal, moi qui lui ait sauvé la vie ! »

Il finit sa tirade sur une syllabe au ton geignard mais il sourit trop pour que quiconque tombe dans le panneau. La soirée a mal commencé, mais il pourrait bien finir par gagner une ou deux bouteilles gratuites pour faire passer la pilule (et le désinfectant).


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.


- Votre serviteur joue aussi Rose Ahn, que des bg, en somme. -


Signature @Inconnu
Avatar @Aandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Mer 3 Jan - 21:25

More beer. More songs. More fun. More is better. "Ça ne leur suffira pas."
Elle lâche avec gravité, le tout en récupérant sa bouteille de vodka et son verre, sous les yeux plaintifs de son invité. Et bon dieu, il faut avouer que Jason n'a pas perdu sa once de dragueur de la rue d'à côté. Maintenant la liqueur de café vient lécher la robe transparente de sa partenaire dans une myriade d'ondes brunes. Ça la fait rêver un instant, comme quand elle pose un pied dans sa baignoire, remplie d'eau chaude, parfumée au cédrat. Le petit plaisir coupable, le péché de gourmandise. Dinah jauge la couleur de son verre en le prenant entre ses doigts, avant de reporter son attention sur Jason, bien qu'elle ait une furieuse envie de boire cul sec son remontant.
"Ton optimisme me fait chaud au coeur, chéri. Mais on sait tous les deux que même en se pissant dessus, ils viendront tout de même armés."
Jambes croisées, et une main posée sur sa cuisse, la gérante se redresse en roulant quelque peu ses hanches pour mieux se caler sur son assise et apprécier l'instant. Malgré les jérémiades d'un Jason qui n'a vraiment, pas perdu une miette d'humour. Elle rit, boit, s'enjaille de ce bonheur éphémère se diffusant peu à peu dans sa gorge et dans son ventre.
"Dis-moi. Tu penses réellement que les justiciers ne peuvent rien faire ? Et que donc, techniquement ..."
La voilà qui se rapproche dangereusement du nouvellement balafré, posant le verre entre eux deux, sans cesser de le manger du regard. Ce regard qui veut dire tant de choses, ou le sérieux, la provocation règnent sans pour autant franchir cette barrière brisant les plus belles, mais plus courtes trèves que l'humanité peut dresser, pour survivre encore un peu.
"... je dois payer des gars comme toi pour protéger mon business ? Tu m'as l'air de bien les connaître ces justiciers."
Ses lèvres s'étirent en un fin sourire moqueur, assez pour sans doute provoquer l'ancien Robin revenu d'entre les morts, afin qu'il crache le morceau. Elle pose le verre dans les mains ballantes de Jason et se relève, pour aller se faire un deuxième verre. Sur celui qu'elle lui a laissé, on peut voir la trace de son rouge à lèvres, comme un baiser; oui Dinah embrasse amoureusement l'alcool.

La jeune femme aux cheveux noirs ne tarde d'ailleurs pas à recommencer. Son amant d'un soir, fidèle, qu'elle peut manier à la juste dose, sans se fatiguer. Lui, au moins il ne l'attaquera pas, si elle ne le veut pas. Lui, il ne viendra pas lui demander de compensation, vu que c'est elle qui l'achète. Lui, encore, il ne va pas hurler comme un goret près de la porte de son bureau, en essayant de siffler une pauvre fille au passage de son petit fessier bien serré par un jean.
"Ils ou elles t'ont fait quoi ? Combien de ces gens qui protègent les fesses de Gothamites et in extenso les miennes, t'ont fait du mal ?"
Oui combien. Combien l'ont rendu aussi amer pour qu'il puisse tous les mettre dans le même panier et être aussi catégorique. En fait-elle partie ? Aurait-elle dû être là coûte que coûte, alors qu'elle avait elle aussi quelque problème à régler ? Elle ne se souvient pas que Batman ait prévenu qui que ce soit de ce forfait, ou alors sa traque de Snart l'avait complètement givrée d'un côté du cerveau.
"Dis-le moi et je t'offre trois bouteilles. C'est un bon deal non ?"
Oui Jason. Essaie donc de mettre des mots sur ta haine. Même si ... même si tu leur craches tous dessus. Et que cela risque de faire mal à des gens dont tu ne soupçonnes en rien la présence.
© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 301
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Ven 5 Jan - 22:26

Jason Todd / The Red Hood

ft. Dinah Lance

「 Embrasser les cieux 」
Si la patronne pense que cette valse n’arrêtera pas ces connards de venir, c’est que ça doit être vrai. Balck Mask est passablement affaibli, entre le procès et le gang du mercenaire, mais ça ne semble que le pousser à chercher plus de moyens de se financer et s’étendre. Mentalement, Jason se fait une note pour penser à aller rendre visite aux collecteurs locaux du malfrat pour remettre quelques pendules à l’heure. Ce n’est pas son territoire, mais qu’importe ? Ça ne fait jamais de mal d’emmerder ce bouffon avec son masque de mauvais goût.

Son cœur manque un battement, Dinah vient de laisser échapper une grosse information. Sait-elle qu’il porte un masque rouge sang la nuit et des armes capables de la couper en deux en une rafale ? Doit-il se méfier de la brune ? Il décide de donner le change, ne pas laisser filer d’indice infirmant ce que peut présupposer Dinah. 

« Les gens comme moi ?  »

Jason adresse à la jeune femme un regard relevé d’un sourcil interrogateur, la voix basse, pleine de gravité mais toutefois taquine. Il s’est enfoncé dans son siège, les bras à présent croisés sur son torse, les jambes écartées dans une posture des plus machistes, mais également remarquablement confortable. Sans se départir de son sourire en coin qui l’accompagne depuis pas mal de temps maintenant, deviser l’amuse. Ça n’a pas le même goût qu’un échange de poings ou de balles, mais l’adrénaline est tout aussi savoureuse. Le plaisir monte lentement, avec la peur idiote d’avoir tort. Sauf que le brun n’est pas du genre à avoir peur d’être dans le faux. Il n’a pas l’audace de croire qu’il a tout vu, tout vécu et qu’il sait tout, mais… face à une Amérique idéaliste, un mercenaire retranché dans le réalisme a toujours un bel avantage. Mais nous digressons. 

« Il n’y a personne comme moi, je suis unique… Unique et parfait. »

Si cette phrase débute sur un ton affirmé et sans une once de place pour un argument contraire, la suite se fait plus enjouée. Nul n’est parfait, surtout pas lui, et il en a une parfaite conscience. Mégalo comme il est, il oserait ajouter que ces imperfections font précisément son charme, mais avouez le, un jeune homme obsédé par le sang et sa mort qui s’est extrait de sa propre tombe ce n’est pas très… sexy. 

« Si vous parlez d’un videur, choisissez en un capable de vous protéger, et non pas un que vous devez protéger. Ou alors balancez ce chantage aux flics et qui sait ? Un miracle et si vite arrivé, peut-être que le GCPD ira mettre sous les verrous ces racailles… »

Dinah laisse entre les mains de Jason un verre déjà bien entamé, comme en témoigne la marque rouge. Il s’interroge en sourdine sur les intentions de celle-ci, volontairement provoquante et pourtant distante. Elle le cherche, le pousse, mais à quoi ? La chanteuse attend quelque chose de son vis-à-vis et celui-ci devine que le terrain est miné. Son attitude, sa gestuelle, ses mots, tout est confondant de sous-entendus, de questions laissées silencieuses, certaines assez compréhensibles, d’autres tout à fait mystérieuses. Dinah est une sirène, son chant voluptueux pourrait entraîner Jason au fond des abysses et lui brûler les ailes. Mais que veut-elle ?

Le mercenaire inhale l’odeur du liquide avant de l’effleurer du bout des lèvres. Il a saisi le verre de telle manière à apposer sa bouche sur la marque rouge, et envoie un regard moqueur à la chanteuse. Il n’a pas changé, il est toujours ce gamin moqueur à la frange trop longue, au regard trop sincère et à l’humour mordant. Ça n’a pas vocation à allumer la gérante, juste à se jouer de ses manières désinvoltes. Il finit par avaler le reste du verre sans sourcilier au passage brûlant du liquide, appréciant cette délicieuse chaleur. L’alcool est un trésor des Hommes, traitre et pourtant… libérateur. Il essaie de ne jamais en abuser, de garder les idées claires, mais certains soirs, certains soirs plus tristes et mornes que celui-ci, il n’y a pas de porte de sortie, pas de main tendue, pas d’amis, que les souvenirs, le noir et la solitude. Et dans ces moments-là, il se sent tellement petit, comme un enfant terrifié, et seul l’alcool lui remet les idées en place et lui permet d’oublier ne serait-ce qu’un instant. 

Mais il n’a pas encore assez fait effet pour que ne s’efface pas le sourire léger de Jason quand Dinah rouvre la bouche. Il tremble et se transforme en grimace amère, un sourire toujours, mais plus le même. Il en est certain, elle sait que le Red Hood est dans cette pièce, avec elle. Mais elle a vu aussi qu’il ne la menaçait pas. Alors… Alors elle ne lui veut pas de mal, visiblement. Du moins… Elle n’appellera pas le Batman de sitôt. 

« Un deal ? Vous êtes quoi, psy ou barmaid ? »

Il repose le verre sur la table à ses côtés et porte sa main à son visage pour se les poser sur la mâchoire. Alors c’est ça, qu’elle voulait, hein ? Sauver tout le monde, rameuter ses ouailles vers la sainte cape du Chevalier Noir, leur faire trouver la Lumière. Et puis quoi encore ? La soirée devient soudainement lassante. Devoir encore et encore se justifier, prouver que Batman n’est pas un sauveur mais une catastrophe, qu’il laisse plus de victimes sur ses traces que ne le ferait le Pingouin. Red Hood sera toujours le méchant, parce que les gens ignorent qu’un enfant a payé de sa vie le droit d’être en colère, le droit de se venger, le droit d’épargner à d’autres Robins un nouveau mémorial. 

« Gotham a fait de moi un orphelin et Batman s’est chargé de finir le boulot, ça vous va ? l se lève un peu trop vite et manque de faire basculer la chaise. Il s’emploie bien vite à la remettre sur ses quatre pieds. Il est tard, laissez tomber les bouteilles. »

Il commence à se diriger vers la porte, se ravise et retourne devant le bureau et sa propriétaire. Il farfouille un instant des yeux et saisit un calepin et un stylo. Il se penche dessus et tourne la tête vers la brune : « Vous permettez ? Je vous laisse mon numéro, si vous avez un problème je viendrais prêter main-forte… si vous voulez de mon aide, bien sûr. »

Pour deviner aussi vite qui est l’ater-égo de Jason, il faut d’abord le reconnaître physiquement, donc un héros qui a été en service assez longtemps pour l’avoir vu du temps de ses années en collants verts, car personne de sa nouvelle vie ne connaît son alias et son nom en même temps, mis à part son bras droit dans le gang. Et jamais il n’aurait vendu la mèche. Alors… un ancien héros, assez proche de la batfam pour être mis au courant des troubles causés par le fils rebelle. Et un bar avec un nom aussi évocateur… Les pièces finissent par s’assembler et l’image qu’elles forment ensemble se révèle. Black Canary. Tiens donc… 

« Je vais y aller, merci pour vos soins et… laissez tomber cette tentative de découvrir pourquoi je suis devenu ce que je suis, mais je suis certain que Batman répondrait à cette question, puisque vous le connaissez de longue date, il me semble. »


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.


- Votre serviteur joue aussi Rose Ahn, que des bg, en somme. -


Signature @Inconnu
Avatar @Aandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   Sam 20 Jan - 12:26

More beer. More songs. More fun. More is better. Dinah ne dit rien. Elle écoute Jason avec un pincement au coeur, qu'elle essaie bien entendu d'effacer sous son habituelle expression neutre, lorsque les choses deviennent trop sérieuses. Elle sait qu'il est blessé, voir même brisé. Mais dans le fond, elle voit aussi qu'à sa manière, il essaie de garder cette part de justice, qu'il a toujours animé. Ce garçon pourrait prêter ses traits à un personnage dramatique et romantique. La patronne part vers son bureau, s'assoit sir son rebord, croise les jambes, penche légèrement la tête en avant et fixe de manière intense Jason. Le bleu de ses yeux serait en cet instant capable de vous entourer, vous étouffer tant leur couleur vous sature le coeur de leur sincérité et de leur sérieux. Peut-être même, que l'on peut sentir un certain amour, lié à une faible admiration.
"Tu m'as donné ce dont j'avais besoin, Jason."
L'ambiance semble se faire plus pesante, bien que Dinah semble s'alanguir et surtout ne montrer aucune peur après ce lien que le jeune mercenaire a fait avec sa personne.
"Et sache que je n'ai pas besoin de Batman, pour comprendre à quel point ton combat intérieur est difficile."
Son dos la lance, rappelant ses blessures passées, comme un tatouage encore trop frais sur une peau fine et bien trop sensible.
"Je n'étais pas là quand c'est arrivé. Comme bien d'autres choses, malheureusement. Mais je sais que dans le fond, tu es toujours là, malgré tes accès de violence."
Dinah arque un sourcil et penche cette fois sa tête sur le côté, invitant l'ancien Robin à réfléchir.
"Tu ne te souviens vraiment pas de mon passage dans la Batcave avec Green Arrow."

Ça ne doit-être qu'un souvenir pour lui, un souvenir à perdre ou perdu lors de sa renaissance. Mais la jeune femme n'a jamais oublié. Un Jason lançant des boutades sur chaque gadget ou véhicules affublé du fameux "Bat", de sa semi tentative de flirt, ou bien le fait qu'ils aient rossés ensemble ces pauvres abrutis de sous fifres de Cobblepot, dans cet entrepôt. Après tout, ils faisaient tous partie de la Bat-family; malgré les blessures qui ont étiolé leurs liens. Dinah soupire et évite maintenant le regard de Jason pour mieux se focaliser sur son nouveau verre.
"Quoique tu en penses, je voudrai toujours de ton aide."
Elle se lève, s'avance vers lui en jouant entre ses doigts avec l'une de ses cartes de visite. Et subtilement, elle s'empare du calepin, pour ne laisser dans les mains du mercenaire que la carte et le stylo. Sa main vient ensuite se poser sur l'épaule de Jason. Chaleureuse. Sulfureuse. Maternelle. Sentiment sans doute renforcé par l'alcool.
"Et si tu en as besoin ... je serai là. Ne te perds pas."
Encore un petit peu d'alcool se fond dans sa bouche, mélangé à la fraîcheur de l'eau donnée par les glaçons. Elle sort alors une légère boutade, tranchant violemment avec son remerciement.
"Merci. Et maintenant dégage, petite victime."

Dinah le pousse vers la sortie, et lui lance un dernier regard teinté de malice mais aussi de tristesse. C'est tellement difficile de se voir dans un miroir, en soi. De voir, que ces os qui vous tiennent encore malgré les fractures, sont visibles sur une personne aussi engagée que vous. Mais qui elle, s'est noyée; pour revenir d'entre les eaux abyssales de manière violente et incontrôlée. Elle referme la porte, finit son verre et avance jusqu'à son téléphone et ses papiers. La radio s'allume lorsque ses doigts effleurent les boutons. Et, une chanson française se joue alors sur un léger air de guitare ...
(...)la lune s'est moquée de moi. Et comme le ciel n'avait pas fière allure, et que je ne guérissais pas je me suis dit quelle infortune et la lune s'est moquée de moi
Pendant que le chanteur crie sa mélancolie, elle fixe le numéro en étant prise dans une de ses transes. Si tout pouvait être simple dans la notion de justice ... si seulement elle pouvait être clémente pour ces âmes qui se battent pour elle. Mais des fois, elle vous rira au nez. Comme la lune de la chanson d'Indochine. Dinah se pince l'arrête du nez, se décide en fin de compte à boire de l'eau et reprendre ses activités. Après tout, elle croule sous ces responsabilités; qui a tout moment peuvent lui éclater au nez. Alors, elle embrasse son verre une dernière fois, comme elle embrasserait ces cieux que jamais elle ne peut à atteindre. Alourdie par les tourments de la justice.

© 2981 12289 0

Suite:
 


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Embrasser les cieux (PV Jason)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Embrasser les cieux (PV Jason)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Scalese, Laurent]Le baiser de Jason
» Clownface de Jason Pearson dans Body bags (statue finie)
» JASON PF
» l'île aux cent mille morts, Jason & Velhmann
» JASON VOORHEES - FRIDAY THE 13TH : JASON PF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Amusement Miles :: Black Canary Club-