Forum Jeu de Rôle Batman



Harriet Pratt

Copperhead

Lady Shiva

Clayface

Bronze Tiger

Clock King

Maxie Zeus

Le Ventriloque

Lynx

Baby Doll

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Man-Bat

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Katana

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan
Derniers sujets
» Votes du forum
Un service, un rendu EmptyHier à 22:01 par Amerlyllian Die Rosenberg

» La main charitable
Un service, un rendu EmptyHier à 17:50 par Amerlyllian Die Rosenberg

» White night, quiet night. [Pv John Constantine]
Un service, un rendu EmptyHier à 1:07 par Amerlyllian Die Rosenberg

»  ☠ La Liste Noire : WANTED ☠
Un service, un rendu EmptyLun 15 Juil - 0:29 par Roman Sionis/Black Mask

» Moyens détournés (John Constantine)
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 23:23 par Selina Kyle / Catwoman

» [Infos] Le Système de Réputation
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 21:49 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Les ombres des égouts (PV Amerlyllian die Rosenberg)
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 20:54 par Amerlyllian Die Rosenberg

» The Faces of Justice. (Pv Catou et Carrie)
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 19:01 par Selina Kyle / Catwoman

» Journal de bord d'un chasseur de démon - John Constantine
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 15:51 par John Constantine

» Idiocracy c'est nous ? ? ?
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 11:48 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Pour une poignée de fric ...
Un service, un rendu EmptySam 13 Juil - 3:09 par Roman Sionis/Black Mask

» Margaret Pye / Magpie
Un service, un rendu EmptyVen 12 Juil - 22:54 par Roman Sionis/Black Mask

» Robin Hood and the Fair Lady
Un service, un rendu EmptyJeu 11 Juil - 19:31 par Damian Wayne / Robin

» Père et fils
Un service, un rendu EmptyJeu 11 Juil - 19:07 par Damian Wayne / Robin

» A Gala, Some Politics And a Bat
Un service, un rendu EmptyJeu 11 Juil - 3:19 par Jack P. Crawley

» Grand-duc et Rouge-gorge
Un service, un rendu EmptyJeu 11 Juil - 3:02 par Tim Drake / Red Robin

» Les titans de Gotham
Un service, un rendu EmptyMer 10 Juil - 20:35 par Bane

» God help the outcast [Pv Amerlyllian Die Rosenberg]
Un service, un rendu EmptyMer 10 Juil - 18:58 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Eaux troubles (Talia)
Un service, un rendu EmptyMer 10 Juil - 17:41 par Selina Kyle / Catwoman

» Réunion de famille
Un service, un rendu EmptyMer 10 Juil - 16:16 par Nyssa Al Ghul


Partagez
 

 Un service, un rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyJeu 3 Mai - 21:54


Un service, un rendu

- Amerlyllian Die Rosenberg -

Le bouche à oreille et les annonces ne m'avaient pas laisser de marbre. Je me dirigeais dorénavant vers la boutique que l'on m'avait conseillé accompagné de ma malette comprenant quelques croquis et quelques feuilles blanches et crayon de papier pour la personne que j'allais rencontrer. Depuis l'ouverture de mon nouvel endroit, de ma Maison derrière, construite par dessus la soupe populaire qu'avait construite Jaina, je me sentais dans l'obligation d'y ajouter quelques touches bien à moi. Cette Amerlyllian Die Rosenberg était sans doute une femme qui aimait faire pleins de choses, à ce que j'avais entendu et lu, elle maniait beaucoup d'activité et était doué dans les domaines qu'elle pratiquait. C'est donc avec conviction que je me rends chez cette dame pour lui demander une faveur.

Arrivée devant le bâtiment, je vois des fleurs, la bannière qui précise que la boutique vend des fleurs et fait également salon de thé. Je regarde de nouveau l'adresse que j'ai écrite sur le petit papier pour vérifier que je suis bien au bon endroit. Effectivement, j'y suis bien. Une costumière dans une boutique de fleurs et de thé ? C'est un concept comme un autre. Je rentre dans la boutique et j'avance. Je passe ma main dans mes longs cheveux blancs pour les ramener au dessus de mon épaule. Cet endroit est vraiment particulier et hors du commun … Je regarde autour de moi, je vois les petites tables et chaises pour accueillir les clients. Ce n'est vraiment pas mon style, même si je pourrai très bien être assise ici, je passerai sûrement comme un caméléon. Mais non, ce n'est définitivement pas de mon goût. J'en fais abstraction et je m'arrête au comptoir.

« Bonjour, il y a quelqu'un? » Demandais-je, penchant la tête vers un petit couloir, gardant un petit sourire au coin.














Un service, un rendu 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2010
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyVen 4 Mai - 23:12





Un service, un rendu.


Puisqu’il y avait eu un conflit dans le quartier entre deux gangs qui voulaient se disputer la zone, durant la nuit, tu n’avais pas eu de clients aujourd’hui. Toutefois, tu t’étais mêlée de la bagarre, au petit matin, et tu avais fait fuir les deux groupes minables. D’autant plus que, en tant que White Siren, tu avais tué un des hommes était un peu trop lourdement armé et qui supposait un danger. Son nom n’était pas sur ta liste, mais tu avais déjà vu sa tête aux infos : c’était un dealer, violeur récidiviste qui avait tué ses trois enfants pour rendre malheureuse son ex-femme peu après qu’elle lui ait demandé le divorce. Tu n’étais pas de mauvaise humeur, mais, pour une fois que tu aurais pu te reposer, tu devais t’occuper de la boutique et d’un esprit qui était dans le déni. Au moins, l'homme que tu avais exécuté allait servir à quelque chose - son sang, du moins : à te nourrir pendant quelques jours.

De ce fait, tu étais fatiguée et tu ne pouvais pas en vouloir tes employés de préférer rester dans la résidence et/ou chez-eux. Au moins, il faisait gris et il n’allait pas tarder à pleuvoir, c’était déjà ça. Doucement, tu massas tes tempes, écoutant l’esprit de ce trentenaire en frustré qui était mort dans son sommeil – crise cardiaque, pure et simple. Sa sœur et lui étaient en mauvais termes depuis le trépas de leur mère, qu’il avait refusé de visiter quand elle agonisait à l’hôpital : on lui avait diagnostiqué un cancer maligne du cerveau et de la moelle épinière – c’est la maladie généralisée qui a finit par l’emporter.

Ainsi, il te reprochait de ne pas vouloir lui parler : tu ne savais pas où elle habitait et, même si tu étais voyante, tu ne pouvais pas tout savoir sur tout, comme ça, sur un claquement de doigts. L’esprit ne savait pas, lui-même, où elle se trouvait, mais il t’avait donné leur dernière adresse commune, leurs noms et ceux de leurs parents. Tu lui expliquas que tu allais devoir chercher du côté de l’hôpital et faire jouer tes sources afin de pouvoir remonter jusqu’à elle. Ce type était puéril et impatient, même mort : il voulait tout, tout de suite, et se montrait très irrespectueux. Quelque part, tu remerciais qu’il n’y ait personne dans la boutique, aujourd’hui, pour ne pas t’entendre discuter dans le vide et qu’on ne te voit pas rattraper les objets que l’autre abruti éthéré jetait par terre pour te faire chier – tu avais essayé de l’ignorer, il ne méritait pas ton aide.

D’ailleurs, à un moment donné, lorsque quelqu’un pénétra dans ton établissement et haussa la voix, il se mit à faire inutilement des bruits désagréables. Il avait réussi à te transmettre ses mauvaises émotions, t’irritant et teignant d’un gris très sombre tes prunelles. Tu avais même un tic nerveux à l’un des sourcil et ton sourire sempiternel manquait à l’appel, également. Tu quittas l’arrière-boutique pour accueillir la cliente et, à cet instant même, l’esprit te tira sur les cheveux avant de les ébouriffer.

Eh. Je pense avoir fait suffisamment preuve de patience avec vous, Benjamin. Escampez-vous et ne comptez pas sur moi pour quoique ce soit – du moins, pas avant que vous ayez appris des bonnes manières. lanças-tu, froidement, tout en regardant dans la direction du type. D’un simple geste, tu pointas la porte de la boutique, avant d’interrompre ton interlocuteur invisible – te montrant plutôt autoritaire et crue : Non, plus un mot. Juste, faites-moi plaisir et disparaissez. Vous êtes mort, que cela vous plaise ou non. Et, croyez-moi, avec votre attitude et votre style de vie, il vaut mieux qu’il en soit ainsi.

Le visage du défunt se décomposa : on ne lui avait jamais parlé comme ça.
C’était riche, il a toujours eu tout ce qu’il voulait, quand et comme il le voulait, sans que personne n’ose s’opposer à lui – sauf sa sœur cadette. Puisqu’il s’était finalement rendu compte de sa bêtise et son impolitesse, il lâcha tes cheveux et quitta les lieux. À cet instant-même, l’atmosphère sembla s’alléger un peu et sa présence quitta ton périmètre. D’une main, tu te recoiffas un peu, poussant un soupir avant de t’excuser auprès de ta nouvelle cliente :

Veuillez m’excuser pour cette fâcheuse scène, milady… Soyez la bienvenue à l’Ephemeral Garden, que puis-je pour vous ? soufflas-tu, d’une voix un peu plus douce.

Malgré tout, un mince sourire fendit tes lèvres. Tu te sentais toujours mal à l’aise à cause de cet esprit capricieux, mais il ne fallait pas que tu te montres désagréable ou que tu exposes ton mal-être à la clientèle. On devait se poser déjà suffisamment des questions avec cette situation farfelue...





Tenue d'Amy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyMar 8 Mai - 20:26


Un service, un rendu

- Amerlyllian Die Rosenberg -

Je regardais l'endroit et cela ne m'inspirait pas confiance. J'étais en effet dans un endroit qui inspirait une certaine pureté, un certain petit paradis, quelque chose de calme, de posé et qui amène à la sérénité. En bref, tout ce que je déteste. Cet endroit ne me ressemble guère, je pense que je me sentirai bien mieux une fois dans mon bureau, dans mon nouveau petit endroit rouge, noir, doré et inspirant à une vie riche, sans soucis … Ou presque.

Je vis la maîtresse des lieux arriver. Elle porte une tenue un peu .. Frivole ? Est-ce le mot ? En tout cas je ne porterai jamais ce genre de robe, ce genre de tenue avec tous ces petits accessoires. D'un certain point, cela me rassure presque. J'avais eu vent de cette femme comme couturière et si son style ressemble à a couture, je veux bien croire qu'elle sache faire des choses un peu complexe en matière de costume. L'idée c'est ce que j'avais l'envie de petits costumes pour mes employés et je pense qu'elle ferait parfaitement l'affaire, en espérant bien évidemment qu'elle ait l'esprit ouvert. C'est alors que je l'a vis eu un petit recule, et ses cheveux légèrement bouger. Elle se mit à parler comme si elle parlait à quelqu'un. Je regardai alors derrière moi, personne. Je retourne le regard vers elle, je ne vois toujours personne. Elle se mit d'un coup à montrer la porte de la boutique, elle regardait d'un côté mais pour moi elle regardait dans le vide. Une folle ? Où est-ce que je suis tombée encore ? Je regarde de nouveau son doigt, puis la direction, puis elle, puis de nouveau la direction, son doigt et elle. Rien. Bon sang, à qui parle-t-elle ainsi ? Un fantôme ? Oh je vous en pris, c'est n'importe quoi.

White ?

Oh, non, pas toi. Je baisse un peu la tête, fronçant un peu les sourcils au passage. Comment est-ce possible ? Il n'est hors de question qu'elle revienne. En tout cas certainement pas maintenant. Bon, de toute façon, sa voix était rude, elle tremblait, elle était faible. Elle n'a fait qu'une légère apparition, elle ne sera pas de retour avant un bon moment je pense. Je respire un coup, me recoiffant au passage et je lève la tête pour voir venir vers moi la maîtresse des lieux, en s'excusant. Elle me demande ce qu'elle peut faire pour moi tout en m'accueillant dans sa boutique. Je lui adresse un sourire sincère et je pose mes mains jointes sur son comptoir. Digne, droite, je lui adresse la parole :

« Bonjour cher madame. Je viens vous voir car j'ai vue dans les nouvelles votre installation, je parle bien sûr de cet endroit … Charmant. »

J'esquisse un sourire, voulant être honnête, même si cet endroit ne me plaît guère. Il faut tout de même être courtois, après tout j'ai quand même envie de l'embaucher cette dame !

« J'ai vue aussi que vous étiez une bonne couturière et ce serait pour savoir si vous pratiquez encore ce service car j'ai besoin absolument de mains de fées pour réaliser une commande de plusieurs tenus pour homme et femme, si vous le faites bien sûr. »


Un service, un rendu 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2010
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyMar 15 Mai - 18:45





Un service, un rendu.


Cette nouvelle cliente te semblait étrange. Il y avait quelque chose en elle qui te perturbait, sans pouvoir mettre pour autant le doigt sur ce détail qui te titillait. Tu sentais une très faible présence, non pas autour, mais en elle – partageait-elle son corps avec quelque chose ou quelqu’un ? Était-ce l’origine du feeling qu’elle t’inspirait ? Ce n’était ni bon, ni mauvais : juste perturbant. Peut-être était-ce quelqu’un d’hypocrite ? Il arrivait que te turlupine, sans pour autant te produire le même sentiment que les mauvaises personnes ou, du moins, celles qui pouvaient vraiment t’être nuisibles – celles-ci, te donnaient la chair de poule.

D’autant plus que tu ne savais pas ce qu’elle avait en tête et ça te perturbait.
Tu l’observas en silence, sans perdre le sourire, tout en l’écoutant ; indéniablement, tu eus confirmation qu’elle était quelqu’un d’hypocrite. Cette femme devait être quelqu’un de difficile à cerner, quelqu’un qui maîtrisait son être et savait parfaitement ce qu’elle devait dire ou faire face, où, quand, comment et avec qui. Toutefois, elle faisait preuve de respect. Tu n’allais certainement pas t’attarder sur ce que tu avais ressenti en entendant sa voix. Tu t’en fichais, en fait, ne te sentant pas vraiment concernée par son dédain. De plus, tu n’allais pas la juger sans la connaître, même si tu pouvais toujours te fier à ce que tu percevais en autrui.

Bien qu’elle ne pensait pas ce qu’elle t’avait dit, au début, un client était toujours un client et cette femme venait à toi pour que tu t’occupes de va-savoir quel projet textile. Il n’y avait pas beaucoup de monde qui était au courant de cela, que tu avais fait de la couture un de tes nombreux emplois. Ton entourage et ta clientèle savaient, néanmoins, que tu confectionnais tous tes habits. De ce fait, tu étais contente que ta réputation artistique et professionnelle se soit étendue davantage. Tu te fichais de l’argent, personnellement. Néanmoins, tu en trouvais toujours un usage et investissais dans la protection et le bien-être de tes contemporains ainsi que la préservation de l’environnement – faune et flore y comprises.

Je vous remercie du compliment, milady. Vous frappez à la bonne porte. lanças-tu, élargissant ton sourire. Avez-vous une idée de ce que vous voudriez que je confectionne ou désirez-vous que nous fassions les patrons ensemble, également ? continuas-tu, marquant une courte pause, plongeant ton regard dans le sien – alors, tu poursuivis : Si oui, n’hésitez guère à me donner toutes les consignes nécessaires : tissus, couleurs, mensurations, effectifs, etc. En dépendant de ces facteurs, je pourrais subvenir à votre demande dans un délais plus ou moins court.

En temps normal, d’ailleurs, il n’était pas rare que tu demandes aux clients de faire eux-mêmes donation du payement à telle ou telle autre cause. Nonobstant, tu ne connaissais pas cette femme et quelque chose te disait qu’elle n’avait que faire de la charité. Ainsi, tu n’allais pas aborder le sujet du payement, ni même lui demander pourquoi elle voulait cette commande – ça ne te concernait pas et, pour le coup, tu n’étais pas vraiment curieuse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyMer 30 Mai - 19:21


Un service, un rendu

- Amerlyllian Die Rosenberg -

Bien que l'endroit ne ressemble pas vraiment à la commande que je compte faire là maintenant, je reste toute ouïe à ce que cette jeune femme peut me dire. Elle me demande ce que je désire, si j'ai une idée de ce que je voudrais comme costume. À vrai dire, j'ai ma petite idée mais des conseils ne seraient vraiment pas de refus. Elle me demande également quels tissus, couleurs je voudrais et également la mensuration. Heureusement pour moi, j'avais déjà tout prévu. Je lui souris doucement, réfléchissant à comment je pourrai aborder tous les sujets devant lesquels elle me confronte.

J'ouvre en premier lieu ma mallette où j'en sors une chemise rose contenant plusieurs fiches que j'avais rédigés avec soin. Je pose cette chemise sur le comptoir, devant elle, prête à lui montrer et lui parler de mes projets.

« Je viens d'ouvrir récemment un bar mais avec une forte connotation de type cabaret. J'aime l'idée de cabaret car c'est chic, sensuel et festif. »

J'ouvre ma chemise où se présente plusieurs fiches. Sur chacune des fiches il y a un modèle homme de dessiné, ou femme selon les fiches, avec des flèches indiquant des mensurations sur ces mannequins. En haut, à gauche, de chaque fiche, il y a une photo épinglée de mon employé. Comme cela, je m'y retrouve et la couturière peut se faire une idée de ce que je voudrais sur ces personnes.

« J'ai réalisé des fiches pour chacun, et chacune, de mes employés. Voyez qu'un mannequin dessiné sur chaque fiche sert à indiquer les mensurations de chacun de mes employés. Je souhaite faire du sur-mesure pour eux et je veux qu'ils puissent se sentir à l'aise dans leurs tenus. »

Après tout, ce n'est que le strict minimum.

« Ce que je recherche pour les femmes ce serait une tenue à ambiance cabaret. Pour cela j'aimerai, pour chacune, des corsets et une jupe courte devant et longue derrière. Elles m'ont indiqué une couleur favorite pour qu'elles puissent se distinguer entre elles et avoir leur propre image. »

Elles vont être merveilleuses d'ailleurs, ces jeunes femmes.

« Pour les hommes j'aimerai un costume noir, avec nœud papillon, ce qu'il y a de plus chic évidemment. Le costume noir, la chemise blanche … »

Je tourne la tête vers elle, élargissant mon sourire.

« Bien sûr j'ai besoin de vos conseils, je suppose que vous saviez quel tissu de corset est le plus approprié. Concernant les jupes je pensais à un tissu légé, pourquoi pas du polyester et de la soie. Pour ce qui est des costumes de la laine serait envisageable, ainsi qu'une doublure en polyester. Enfin, j'imagine, mais c'est vous la pro. »

Je m'arrête de parler, posant mes mains jointes sur les fiches, attendant les conseils de la couturière.





Un service, un rendu 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2010
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyJeu 21 Juin - 13:03





Un service, un rendu.


La jeune femme aux cheveux aussi blancs que les tiens tarda un bref instant à te répondre, réfléchissant à tes questions. Avant cela, elle ouvrit sa mallette et sortit une chemise rose avant de la posa sur le comptoir. Elle disait avoir ouvert récemment un bar typé cabaret et elle voulait que les tenues restent dans cette ambiance, à la fois chic, sensuelle et festive. Habituellement, tu savais plus ou moins qui ouvrait quoi, dans cette ville – du moins, quand ça concernait ce type d’établissements où tu pouvais éventuellement dégoter des clients, jouer ou, simplement, y trouver de la compagnie. Toutefois, tu n’avais pas la moindre idée d’où est-ce que cette personne s’était installée. Tu ne sentais pas qu’elle mentait, mais tu sentais qu’elle ne disait pas tout et c’est peut-être pour cela que tu n’arrivais pas à savoir quel était son nouvel établissement.

En soi, ça ne te concernait pas, mais tu appréciais que les clients soient… aussi sincères que possible – question de principes. Hélas, ce n’était pas toujours le cas et les femmes étaient plus difficiles à cerner que les hommes qui requerraient tes services. Après, c’était aussi la première fois que cette femme te rencontrait, elle ne savait peut-être pas que tu n’étais pas du genre à te mêler de ce qui ne te regardait pas. Mais, il est vrai que la curiosité était à la fois l’une de tes qualités et l’un de tes plus grands défauts. C’est quand on n’était pas totalement sincère avec toi, que tu t’intéressais le plus à quelqu’un ou quelque chose – puisqu’on voulait, précisément, te le cacher.

Quoi qu’il en soit, laissant de côté cette pensée, tu la regardas ouvrir la chemise où elle avait rangé les idées sur le design des costumes et autres tenues. Elle avait un modèle masculine et plusieurs fiches féminines, avec toutes les mensurations soigneusement notées. Également, chaque fiche était accompagnée d’une photo du personnel sur le coin gauche supérieur. C’était un très bon détail que les gens ne t’apportaient pas toujours, car une tenue ne pouvait pas forcement aller à tout le monde. Adapter les vêtements au physique des personnes qui les portaient était le travail d’un styliste, coudre n’était donc pas ta seule priorité – mais faire en sorte que ta création s’harmonise avec son propriétaire.

Au moins, ta cadette semblait vraiment se soucier du confort de ses employés, sur le plan esthétique. Tu écoutas attentivement ta cliente, tout en détaillant chacune des fiches. Tu ne mémorisais pas seulement ces informations, mais tu imaginais déjà ce que tu allais en faire. Tu voyais déjà chaque détail, chaque nuance et imaginais les tenues sur les corps des mannequins. Avant même que ta cliente te le suggère, tu avais déjà en tête l’emploi de soie et de laine, tes tissus légers et un minimum brillants. Ce n’était pas la première fois que tu faisais des vêtements de la sorte, tu t’étais toi-même faite des jupes courtes devant et longues derrière, c’était un style que tu adorais – même ton costume de White Siren avait cette caractéristique.

Néanmoins, quand tu entendis que ton interlocutrice avait songé à mélanger soie, laine et polyester, tu fus contente de savoir qu’elle cherchait également des conseils. C’était un sacrilège de mélanger de la soie naturelle avec une matière telle que le polyester. La laine ou la viscose, encore… mais la soie ? Après, si elle était artificielle, c’était faisable, mais ce n’était pas résistant, ni durable – et ça brûlait vite. Les frottements abîmaient le tissu et formaient des petites boules ainsi que la rupture des chaînes du fil – faisant que quelques-uns ressortent.

Vous avez eu d’excellentes idées et vos mannequins seront sublimes. Je suis d’accord avec la plupart de vos choix. Toutefois, ce ne serait pas adéquat mélanger soie et polyester, sauf si vous désirez que ce soit une soie artificielle. Elle n’est pas aussi résistante et durable, mais elle est moins chère que la naturelle. La viscose est plus résistante que la soie animale et on peut la trouver sur le marché sous forme naturelle ou artificielle. Je peux faire les doublures en polyester pour renforcer les coutures et rendre la tenue hypoallergénique, car la laine peut parfois causer du souci à certains porteurs. Et pour la tenue masculine ? Vous désirez un tissu en particulier ? Du coton et de la laine, par exemple ? Ou désirez-vous qu’ils soient en accord avec ceux des demoiselles ? commenças-tu, marquant une pause tout en passant tes doigts sur les fiches, les écartant un peu, telles des cartes, avant de les remettre soigneusement en ordre. Je vous propose du satin, pour les tenues féminines. Autant de laine, comme de soie et/ou de polyester, en fonction de votre réponse à mon commentaire. Pour les parties plus fines et délicates, nous pouvons utiliser de la mousseline ou du voile de soie. En ce qui concernera les corsets, je les ferais en accord avec le reste de la tenue, certains en satin brillant, d’autres en satin terne, car cela conviendrait mieux à certaines de vos employées. Qu’en dites-vous ?

Tu rendis le sourire à ta cliente, la regardant dans les yeux.
Par la même occasion, tu marquas une courte pause avant de reprendre la parole.

Accessoirement, je sais déjà où je vais acheter les tissus. Les marchands sont efficaces et je pense qu’ils pourront les avoir d’ici trois ou quatre jours, au grand maximum. Pour ce qui est de mon travail et la quantité de modèles à confectionner, je pourrais les achever en deux ou trois jours, après avoir reçu les tissus, bien entendu.

Tu étais rapide, très rapide, ce qui pouvait faire croire que tu ne travaillais pas seule – mais c’était le cas. Toutefois, c’est grâce à tes pouvoirs psychiques que tu pouvais faire plusieurs tenues en même temps, du moment que tu avais le matériel. C’était pratique, ça t’occupait et tu économisais du temps à accorder à d’autres affaires et personnes – tes animaux, par exemple, ou tes rares amitiés.




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyMar 11 Sep - 22:01


Un service, un rendu

- Amerlyllian Die Rosenberg -

Penché sur mes croquis, j'écoute les conseils de la jeune couturière au sujet de mes modèles. Je lui avais fait quelques propositions avec mes idées, mais c'était elle la professionnelle. Il faut le mieux pour mes filles et mes hommes, j'y tiens personnellement. Peu importe le prix, c'est Jaina qui paye de toute façon. J'imagine déjà les filles déambuler dans les escaliers, descendre un pied devant l'autre avec leurs corps mouvant par les hanches qui glissent à droite puis à gauche. Elles sauront faire tourner la tête des clients, des fidèles et les hommes sauront plaire aux aussi grâce à leurs sourires, leurs élégances et leurs beautés naturelles. J'esquisse un sourire en regardant les dessins et en écoutant la belle me préciser que le travail pourrait être fini en une semaine environ. Je suis surprise de savoir qu'elle peut réaliser tout cela en trois jours avec une entreprise de … Fleurs en plus à gérer. Si elle se sent capable, pourquoi mentira-t-elle après tout ?

« Va pour le satin pour les femmes, je n'avais pas pensée à cette matière et elle me va très bien ! La viscose semble bien aussi… Pour les parties délicates je penche plus pour la mousseline et quant aux corsets je suis totalement d'accord avec vos choix. Pour ce qui est des garçons je pense que le coton est parfait !

Je lui souris aimablement en pensant que ce que je lui demande sera un travail difficile mais j'imagine qu'elle doit avoir de l'aide pour faire tout cela en trois jours après avoir eu le tissu. Oh, et puis, peu importe comment elle travaille du moment qu'elle le fait bien et que tout est en ordre. Je tire doucement mon sac vers moi et je fouille dedans pour en sortir au final une pochette contenant un chéquier.

« J'imagine qu'un acompte sera demandé de votre part, ce que je trouve de tout à fait normal par ailleurs. »

Je sors de cette pochette un stylo à plume argenté et doré ainsi que le chéquier en question. Je pose le chéquier devant moi que j'ouvre, je retire le bouchon de mon stylo à plume que je pose sur la queue de celui-ci.

« Bien sûr, si cela est prêt dans une semaine comme vous le dites, je serai ravie de vous donner un supplément pour cette rapidité ! Je m'attendais à quelque chose de bien plus long que ça et votre professionnalisme me ravie. »

Je lui adresse un sourire aimable, je préfère la caresser dans le sens du poil plutôt qu'elle ne me pose une ou plusieurs questions sur mon activité.  





Un service, un rendu 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2010
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyMer 10 Oct - 15:48





Un service, un rendu.


Ce que ta cliente voulait faire avec ce qu’elle t’avait commandé ne te concernait pas. Tu n’étais pas dupe, mais tu n’étais pas non plus du genre à juger autrui : ces habits pouvaient être pour quelqu’un qui avait un établissement thématique, une soirée ou quelque chose du genre. Tu ne pensais pas directement à une maison close ou autres, même si, à Gotham, rien n’était assez tordu quand on tentait d’envisager une situation ou un fait. Quoi qu’elle fasse avec ces costumes, elle ne te nuisait pas. Alors, pourquoi t’intéresser davantage ? Même si tu étais curieuse vis-à-vis de certains clients, ils appréciaient que tu ne poses pas trop de questions – les justes nécessaires pour faire ton boulot et t’assurer que tu ne nuisais personne et qu’on te mettait pas non plus dans une sale histoire.

Quoi qu’il en soit, tu mémorisas ses préférences, tout en l’écoutant attentivement. Lorsqu’elle mentionna l’acompte, tu te permis d’effleurer son chéquier du bout des doigts pour interrompre poliment le geste de ton interlocutrice : c’était rare que tu demandes un acompte. Cela ne faisait pas partie de ta politique d’affaire, sauf si tu te méfiais vraiment du client et que tu étais certaine qu’il risquait de traîner pour te payer ton dû. Regardant ta cadette dans les yeux, sans perdre le sourire, tu éloignas ta main des siennes avant de reprendre la parole :

Je vous remercie pour confiance et votre obligeance, demoiselle. Sachez que vous pouvez régler ceci lorsque le travail sera achevé et si vous en êtes satisfaite. Néanmoins, si vous tenez à donner un acompte, je ne vous en fixerai pas un : je vous laisse en décider par vous-même. répondis-tu, gardant une expression faciale des plus douces et calmes. Par ailleurs, pourriez-vous me fournir un numéro de téléphone ou une adresse postale à laquelle vous contacter – s’il vous plaît ? Je vous préviendrais quand votre commande sera prête et vous pourrez passer la récupérer. continuas-tu, marquant une courte pause avant de préciser : Si je ne suis pas disponible, un de mes employés vous la transmettra. Et, si pour diverses raisons vous n’êtes pas non plus en mesure de venir, je vous la ferais livrer par quelqu’un de confiance.

En effet, malgré les apparences, tu pouvais aussi faire livrer les commandes et les douceurs à certains clients. Les gens ne venaient pas seulement, il suffisait de passer un coup de fil à la boutique pour qu’on livre ce dont on avait besoin. Tes employés avaient commencé à faire ça depuis quelques années, afin d’étendre l’influence de l’entreprise et pouvoir se rendre plus accessibles. Ils avaient respecté tes principes, même durant ton absence et c’est pour cela que tu avais continué ce qu’ils avaient décidé de faire. Certes, vous n’aviez pas des voitures officielles, mais vous aviez quelques livreurs. Cela donnait du travail à certaines personnes dans le besoin. C’était raisonnablement payé et on ne faisait pas beaucoup d’heures. C’était suffisant pour payer des factures et avoir un peu à manger, car on ne manquait de rien quand on était avec toi. Il n’était pas rare que tu payes certaines dépenses de tes employés, surtout les médicales et les études. Certains refusaient cette aide, au début, mais ils étaient reconnaissants et contents que tu te montres aussi proche d’eux sans ne rien demander en retour – rien d’autre que leur fidélité et leur confiance, du moins.




HRP:
 


Dernière édition par Amerlyllian Die Rosenberg le Lun 1 Avr - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyLun 25 Mar - 10:35


Un service, un rendu

- Amerlyllian Die Rosenberg -

Elle était d’un professionnalisme que j’avais rarement vue. Même les criminels que je côtoyais n’était pas aussi carré qu’elle, pourtant ils devraient. Elle est à l’écoute, au service et cela me plait énormément. Je ne regrette pas de m’être tournée vers elle. Nous sommes dans le même district, elle connaît donc les vices qui traîne à quelques pas de chez elle et tout ce qui rôde autour, elle ne peut être que du même rang que moi. Je me demande bien à qui elle peut rendre service, autre que moi. Fit-elle pousser des plantes venimeuses, dans cette bâtisse ? Fabrique-t-elle des robes qui prennent feu, comme Médée ?

Elle ne désire pas d’acompte ? Très bien, on s’en passera. Cependant, elle souhaite un numéro ou une adresse. Je pense que le numéro est ce qu’il y a encore de plus juste. Je ne tiens pas à recevoir de courrier, d’autant que je n’ai pas installer de boîte aux lettres devant ma chère maison.

« Aucun problème, je vous laisse mon numéro. »

Je prends un bout de papier dans mon agenda et mon style plume. J’écris le numéro du bureau, je préfère qu’elle appelle au bureau plutôt que chez Jaina, cela pourrait paraître étrange si elle se met à fouiner ou si elle tombe sur la messagerie de l’appartement de Jaina. Je lui donne le papier avec un sourire puis je range le reste.

« Vous pouvez m’appeler quand vous le souhaiter. Si je ne réponds pas, n’hésitez pas à laisser un message. Je viendrai les chercher moi-même, ce sera plus simple et ainsi je pourrai vous refaire des retours en direct de votre travail. Enfin ... En espérant que vous êtes là et non pas un employé. Sur ce, je vous souhaite une bonne journée. A bientôt. »

Je lui souris une dernière fois avant de me retourner et sortir de la boutique. J’avais hâte de recevoir ces tenus et commencer enfin mon petit business. Jaina s’en mordrait les doigts si elle voyait ça. Et, je ne parle pas de ce cher Lonnie pour lequel elle s’est entichée. Il serait vert de rage en voyant la maison qu’il côtoyait avant devenir ce que j’en fais. Et quoi ? Je n’ai fait que la rendre meilleure.

-


Elle avait téléphoné hier après-midi, je n’étais pas à la maison, je devais m’occuper de quelques petits détails chez Jaina, modifier certaines choses pour que cela soit un peu plus à mon goût. Ses goûts en décoration ne sont définitivement pas les miens.

Bon, j’arrive devant la boutique, mon sac à main et une petite valide brune dans l’autre main. J’avais presque oublié qu’elle ressemblait à cela. Ça plairait bien à Jaina, mais pas à moi. Je rentre, la petite clochette retentie. Je m’avance et j’attends de voir si la douce dame de la dernière fois va réapparaître. J’espère juste que je ne vais pas tomber sur un employé, qui sait de quoi je serai capable devant une telle personne innocente ? 






Un service, un rendu 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2010
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu EmptyLun 8 Avr - 16:44





Un service, un rendu.


On opta pour te confier un numéro de téléphone, plutôt qu’une adresse. Rapidement, d’un simple coup d’œil, tu mémorisas les chiffres avant de ranger le papier manuscrit sous le comptoir, dans un carnet où tu gardais toutes les cartes de visite et données de contact de tes clients. À force de travailler avec toi, on savait que tu n’avais pas besoin d’avoir le nom écrit des personnes qui te consultaient, mais ceux qui te le donnaient, tu avais tendance à le retirer afin de minimiser certains risques. Ta mémoire était le seul et véritable carnet d’adresses, infaillible et invisible – elle ne laissait aucune trace physique et pour t’extraire ces informations, ce serait une tâche des plus difficiles. Tu ne dévoilais pas les données de tes clients et, rarement, tu les mentionnais, eux. Si tu le faisais, tu ne donnais que peu d’indices sur leur identité et tu n’abordais pas les sujets que vous traitiez en privé.

Rendant les salutations à la jeune femme, tu la laissas partir avant de retourner à tes propres occupations. Tu te mis en contact avec les marchands de textiles dès le début de la soirée, mais tu ne leur rendis visite que le lendemain, commençant à confectionner les tenues aussitôt que tu eus les tissus. Certains tardèrent quelques jours de plus, mais tu eus la chance d’avoir d’autres dans l’immédiat – ce qui te permis d’entamer certains éléments et accessoires. D’autres commandes entrèrent dans les jours qui s’en suivirent, tu en finis certaines, mais, les autres allaient prendre un peu plus de temps. Utilisant la télékinésie, tu pouvais faire beaucoup de choses en même temps. Tu avais l’habilité et la concentration nécessaires pour mener à bien cet exploit, raison pour laquelle tu étais capable de faire le travail d’une dizaine de personnes – ou plus – en peu de temps. Et, à vrai dire, tu aimais travailler de la sorte puisque ça t’occupait l’esprit ; tes pensées ne s’éloignaient pas de ce que tu faisais, sur le moment, et elles ne t’apportaient rien qui puisse assombrir tes jours.

C’était le seul moyen, pour toi, d’oublier
Même si ce n’était que temporaire.

Après avoir fini les tenues de cabaret, tu appelas ta cliente.
Tu l’avais fait un peu avant le délai que tu avais suggéré. Rapidement, tu avais révisé ce que tu avais confectionné, fait quelques retouches de dernière minute, retiré les derniers fils et rangé le tout dans des sacs en papier et des boîtes, comme on le faisaient autrefois les tailleurs et les boutiques de haute couture. C’était un moyen de ne pas froisser les vêtements et d’éviter qu’ils s’abîment en chemin. Peu de gens pliaient le linge, désormais, raison pour laquelle tu y avais glissé des petits papiers avec des instructions de lavage et rangement. Une bonne partie des habits pouvaient être pendus, mais d’autres devaient être soigneusement pliés ou rangés tels quels, comme les corsets.

Le lendemain, alors que tu avais commencé à descendre tout au rez-de-chaussée, une connaissance vint de consulter en privé : c’était une mère célibataire, sans revenus, son mari avait fuit pour échapper aux collecteurs de dettes et leurs enfants avaient été séquestrés à la sortie de l’école pour lui mettre la pression. Aucune banque n’aurait voulu lui accorder un prêt, dans sa situation, se tourner vers la mafia serait pire, raison pour laquelle elle s’était déplacée pour te voir. Ce n’était pas une femme qui avait l’habitude de quémander, au contraire. C’était quelqu’un de bien, malgré l’entourage qu’elle avait. Tu l’avais aidée à trouver un travail digne et relativement stable dans un restaurant d'East End, mais, bien entendu, c’était loin de suffire pour remplir le trou que son mari avait laissé.

Sans hésitation, tu avais accepté de t’en occuper.
Tu ne demandais rien en retour, qui plus est, et, lorsque le téléphone portable de cette quarantenaire sonna, ce ne fut elle, mais toi qui le décrochas. Afin de rendre service et de te faire gagner un peu de temps, la mère inquiète t’aida à apporter les commandes prêtes au comptoir. Il n’y avait pas grand monde dans la boutique, à vrai dire. Seulement un vieux couple, un policier à la retraite et quelques SDF qui étaient venus manger quelque chose, comme d’habitude. Très calmement, mais sérieusement, tu négociais et discutais avec les ravisseurs. C’étaient des ukrainiens et, heureusement pour vous, tu les connaissais vaguement. Tu savais qu’ils n’allaient rien faire aux gamins, parce qu’ils ne voulaient pas te contrarier. À titre personnel, ils avaient décidé de rendre les enfants avant de recevoir le payement, réduisant d’un petit pourcentage les intérêts parce que tu allais tout le payer en cash et d’une seule fois.

La clochette de la porte retentit dans la boutique quand tu n’y étais pas. Tu étais en train de régler quelques détails, parlant dans leur langue pour éviter que la discussion tombe dans des oreilles indiscrètes. Le portable coincé entre la joue et l’épaule, tu accueillis ta cliente, lui adressant un petit sourire et un signe de tête. La quarantenaire déposa les derniers sacs près de toi peu avant que tu n’achèves la conversation avec les ravisseurs :

Cela me convient. Et, Sergeï, dorénavant, tentez de vous informer si vos clients ont ou non un lien avec moi afin d’éviter ces désagréments à tous les concernés – vous y compris. Sur ce, je compte sur vous. soufflas-tu, raccrochant avant de rendre le téléphone à sa propriétaire. C’est réglé, Sveta. Sois tranquille et détends-toi un peu avant de rentrer, je m’occuperai du reste ce soir. Va et mange quelque chose, je sais que tu ne l’as pas fait depuis ce matin.

Son pouls se stabilisa, elle ne pleurait plus, mais quelques larmes de soulagement lui échappèrent lorsque tu vins l’enlacer et frotter un peu son dos pour la réconforter. Elle ne voulait pas se donner en spectacle, mais elle ne pouvait pas s’empêcher de te remercier, encore et encore. Tu lui prêtas ton mouchoir et la laissas aller dans l’arrière-boutique : cette femme n’allait pas manger dans la salle, elle était embarrassée après être arrivée en trombe et avoir pleuré en public. Elle t’avait déjà donné un coup de main dans la boutique, elle savait où étaient les choses et tu lui faisais suffisamment confiance pour la laisser pulluler librement dans ton domaine et tes bâtiments. De cette façon, tu pouvais t’occuper dûment de ta cliente.

Mes plus plates excuses pour l’attente et… ce qui l'y a accompagné. t’excusas-tu, affichant un petit air gêné. Voici votre commande, j’ai glissé des instructions pour traiter les vêtements en cas de lavage ou rangement. expliquas-tu, prenant une tenue masculine et une tenue féminine de chaque tissu employé pour lui montrer et lui permettre de les inspecter, entre autres. J’ai renforcé les coutures dans les parties pouvant subir plus de tension et frottement, y compris autour des baleines des corsets. J’ai demandé des variétés plus résistantes et moins inflammables. Je vous laisse vérifier par vous-même. D’ailleurs, le marchand m’a fait une réduction, donc ce sera considéré dans votre note. Ce sont des tissus très agréables au toucher et hypoallergéniques, comme promis.



HRP + tenue d'Amy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un service, un rendu   Un service, un rendu Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un service, un rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le meilleur service pack pour HD2 rom orange d'origine
» [AIDE] MicroSd Hors service aprés Flashage
» [Paye ton armée] Compte-rendu premier mois
» CITROËN et son service
» Bug vegas--->Rendu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Burnley :: Ephemeral Garden-