Partagez | .
 

 Requiem pour un Arnaqueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Requiem pour un Arnaqueur    Sam 13 Mai - 11:51

Batman
The Dark Knight
A new Genesis.

Les rues de Gotham sont pavées de sang. Chaque mur, chaque brique, chaque rue est empreinte de scènes du crime. Gotham est une des villes les plus dangereuses. Pas un seul jour ne se passe sans braquages, sans vols, sans meurtres sanglants dans cette ville. Rien d'autre que l'éternelle litanie de la violence dans la ville des péchés. Je n'avais jamais réalisé que cette hydre de haine qu'était le crime avait toujours un plan de secours, et pourtant. Quand j'ai commencé à être le Batman, je m'attendais à voir le crime disparaitre. On y'était presque arrivés avec James Gordon et Harvey Dent. Néanmoins, la mafia classique, le crime banalisé, a laissé la place à une criminalité monstrueuse et complètement hors de contrôle, à mon grand regret. Les pensionnaires d'Arkham se sont invités à combler le trou de cette ville que j'avais causé en me débarrassant de Falcone, Maroni, Galente et Aquista ... J'avais perdu des alliés valables, comme Harvey Dent qui devint le criminel Double Face. Gordon aussi commençait à ne plus croire en moi à un certain moment. Et pourtant, ce soir, de ce côté de Coventry, j'avais endossé l'éternelle veste jaune à carreaux marrons de Matches Malone. Une fausse moustache, des lunettes de soleil, et les chemins gominés. Un peu de fond de trait pour faire apparaitre des traits bronzés. Une allumette au coin de la bouche, et c'était parti pour entrer dans le monde merveilleux de la Mafia. Il me fallait des informations, et puisque certains truands voulaient se casser au Batman, alors le Batman viendra à eux. Le My Alibi était ma première destination, et généralement, j'avais beaucoup de chance. Il était tenu par les frères Luigi et Franky Falcone. Des cousins à Carmine, qui était exilé au Japon mais qui maintenant quelques petites affaires encore, sans conséquence. Bar à prostituées où tous les mafieux viennent se terrer entre quelques verres d'alcools divers et variés, parfois prohibés, je me tapais le service de sécurité qui était assez renforcé à l'entrée. Quand on reçoit un ponte de la mafia, faut quand même la bonne dose de sécurité. C'est après que j'ai passé l'inspection d'armes possibles qu'on me laissa entrer. Bien sur, ma réputation n'était pas précédent. Tout le monde connaissait Malone l'allumette, celui qui se fait toujours taper par Batman. Un voleur, fréquent au My Alibi, me met la main dessus. Rico les deux doigts, en rapport au fait qu'il s'est fait couper les doigts après avoir insulté un ponte de la mafia russe.

Rico les deux doigts : "Mais c'est Malone l'Allumette ! Le roi des indics et des coups qui marchent ! Hey ça fait une paie ! La dernière fois qu'on t'a vu, Batman t'a foutu à poil sur le périph ! Alors que racontes-tu ? Joe ! Un double !"


On me file un verre et je m'installe au comptoir. Tout le monde savait que Malone l'Allumette était le gars qui avait un max d'informations à partager en échange d'autres informations. De toutes façon, dans la pensée commune chez les truands, Malone, c'était un nom qui s'était taillé une bonne part du gâteau avec le Ventriloque et le Pingouin. Il connaissait ses matières, et on venait souvent le consulter pour quelques gros coups bien juteux, et quand les gens semblaient se lancer dans une opération, ça permettait à Batman de pouvoir s'occuper d'eux par la suite. Malone, le fameux indicateur qui renseigne tout le monde, mais au final, c'était Batman qui tirait les ficelles du crime. Mâchonnant mon allumette, je m'enfile une gorgée du verre de bière.

- "Rien de neuf, Rico. Il parait qu'Le Gant Noir a fait un bide. Leur pote là, King Kraken s'est fait cogné par Batman en mode furax. Des caisses d'armes renversées et sous protection des flics dans un hangar à Chinatown. C'tout que ce j'sais."


Les dernières informations, notamment sur le hangar, commençaient à attirer quelques badauds du bar. Certains voulaient des détails, ils voulaient connaitre les petites informations. Après tout, le Gant Noir en attirait pas mal, tout le monde voulait savoir qui c'était ces gugusses qui venaient foutre le boxon dans leur ville et chambouler tout l'équilibre des territoires des gangs. Vraiment, ces mecs déguisés en gargouilles avaient foutu une de ces merdes. Il parait que le Pingouin était en colère quand ceux-ci ont commencé à s'en prendre à ses hommes dans le Bowery. On murmurait aussi que Black Mask avait été aidé par le Gant Noir pour se débarrasser du gang des Murmures et de celui de Louis Ferryman alias l'Os. On me pose des questions, des tas de questions et avec un sourire, je les regarde de derrière mes lunettes.

- "Mollo les gars. Vous connaissez l'vieux Malone. Chaque information mérite compensation."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 68
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam, un mafieux
♣ Vos Alliés : :
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Sam 13 Mai - 12:48

Eddy avait fini son service. Il commençais apprécier Jeff, et celui_ci lui avait proposer de sortir boire un coup après le le travail. Jeff, était un homme d'une quarantaine d'année, très mince, la peau très pale, et les cheveux et les yeux noir comme la nuit, avec son physique on pouvait se demander comment il faisait pour bossé dans une entreprise qui demande un minimum de force physique. De plus il avait parfois l'attitude d'un simple d'esprit, même si après avoir longtemps discuté avec lui, il se révéla un grand stratège sachant choisir ces connaissances pour éviter les coups.
Ils allait tout deux dans un bordel dont Jeff connaissait toute les filles, il justifiait ces connaissances par son manque de talent dans la drague, ainsi que le barman. Le barou bordel s'appelait le My Alibi. A l'annonce de se nom Eddy avait légèrement sourit par le paradoxe qu'il exprimait. Il arrivèrent enfin devant le bar.

Jeff entra en premier, saluant le vigile, qui l'ignore puis Eddy.
L'établissement mêle l'élégance et la crasse, ce qui fait naître un sentiment de géne chez Eddy qui déteste ce genre d'endroit.
Jeff invite Eddy a une table, et commande deux bière bien fraîche et une jeune femme.
La fin de la demande provoqua, un léger tique a Eddy. Il ne supporte pas les prostitués.
Eddy remarque alors un a regroupement.

- Hé jeff c'est qui le mec là bas ? 


- Ce mec , c'est le mec a connaitre, une vrai fouine, il a tout les bon tuyau et opportunité, et connait toute les news même des secret défense de temps en temps

-Je pari que tu le connais? 

-Oui, monsieur, enfin pour le coup, on le voit de temps en temps donc pas plus que cela mais si tu l'invite a boire il peut te glissé quelque bon plan ou des information croustillante.

La jeune femme commander arrive a la table avec deux bière, dont une quelle porte entre ses seins. C'est une brune latine très voluptueuse totalement a l'opposé de Jeff. Elle s’assoit sur les genoux de celui-ci.

- Ah maria, tu sais comment j'aime ma bière.

- Bien sur, mon chou, c'est qui ton copain, je l'ai jamais vu?

-Maria, je te présente Eddy, mon nouveau pote de boulot, un gros dure il a déboîté 5 mec a lui tout seul, après il a pas de mérite c'est un ancien soldat.

- C'est bon tu vas pas raconter ma vie non plus...


- j'ai dis tout ce qu'a tu as voulu raconté, du calme vieux. Tu veux que maria te détende elle à un don pour cela. (il embrasse langoureusement la jeune fille) Aller ma belle va décoincer ce gros dure, je suis sûr qu'il te fera plaisir.

- Non, sens façon.

la jeune fille s'approche quand même et commence a lui grimper dessus.

- Aller Eddy en plus je te l'offre avec ta bière, tu la bien mérité.

Eddy détourne délicatement la jeune fille, en la remercie et en la complimentant.

- Bon jeff, ton gros nounours de pote, semble préférer les queux, je crois.

- T'es Gay? Il y a pas de mal je te juge pas, mon pote.

-Non, je suis juste pas fan de se genre de relation, excusez mademoiselle, je respect votre métier mais... sans façon.

- Roh.. bon bas tu sera tout a moi alors (il se tripote a en oublier Eddy pendant plusieurs minute) Ah au faite, tu veux que j'appel Malones, le gars au info?

- Comme tu veux.

Jeff retourne a ses caresses quand 4 hommes s'approchent de la table. Eddy lève la tête et voit l'homme gominé qu'il avait croisez à l'usine, avec trois homme ressemblant a des armoires.

- C'est toi, la petite merde qui a tabassé mes gars ? Lève toi j'ai un truc a te montrer.

"Bon les embrouilles commence, et j'ai pas mon flingue" ce dit Eddy. Il remarque Jeff fait semblant de ne pas voir, préférant ce cacher dans la poitrine de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Sam 13 Mai - 20:22

My Alibi, ce lieu ne m’était pas inconnu, il m’arrivait d’y travailler lorsque j’avais besoin d’information. Que voulez-vous, une paire de seins, des fesses et de l’alcool, sans parler d’une chance de pouvoir toucher et la plupart des hommes deviennent totalement stupides et parfois bavards. Ce soir, je ne venais pas pour le travail, du moins pas celui que je pratique ici de temps en temps. Mais ma présence y était liée, je venais récupérer ma paye, Luigi Falcone me devait quelques centaines de dollars. Son frère Franky, quant à lui, s’amusait de me voir travailler ici. Il savait que j’avais fait partie du GCPD, tout comme il savait que certains membres de ma famille et du GCPG avaient et travaillaient encore pour la Famille Falcone. J’avais toujours refusé de toucher des pots de vin ou autre forme de corruption, il trouvait donc assez ironique de savoir ce que j’étais devenu. D’ailleurs, il n’hésitait pas à s’amuser de cette situation dès qu’il me voyait.

Comme à mon habitude, je passais par la porte de service, saluant, d’une bise sur sa joue male rasée, Ike qui gardait celle-ci. J’avais une sorte d’affection pour ce malabar, mal dégrossit et plutôt bonne pâte. La raison de mon affection pour lui, venait du soir où il m’avait aidé à me débarrasser d’un client du bar qui m’avait suivi dehors. Mon geste à son égard, n’avait que pour but de le remercier, mais aussi, cela me permettait d’éviter une fouille un peu poussée. Les armes à feu étaient interdites et si les armes blanches étaient tolérées, leur nombre et nature étaient limité. De toute façon, ce soir je ne portais aucune arme, si ce n’est les deux lames dissimulées à mes chevilles et le poing américain qui pendait à une chaine attachée à ma ceinture. Mon look assez sexy, avait pour objectif d’attirer les regards sur une autre partie de mon anatomie que mon visage et il était efficace. Il laissait apercevoir mon ventre et le piercing qui ornait mon nombril, tout en mettant en avant ma poitrine et mes fesses. Ike m’informa que Franky n’était pas présent, mais que Luigi voulait me parler. Je le remerciai pour les nouvelles et me glissa dans l’arrière salle du bar. Je saluai les filles présentes et me dirigea vers le couloir menant au bureau des deux frères. J’entrai sans frapper et surpris Luigi avec Ingrid, une des danseuses, dans une situation assez délicate, la jeune femme se trouvant à genoux entre les cuisses de l’un des frères Falcone.

… « Ne t’arrête pas pour moi, je peux attendre » …

D’ailleurs seule Ingrid semblait dérangée par la situation, mais devant la légère insistance de son patron elle reprit son ouvrage. N’ayant aucun gout pour le voyeurisme, je me détournai de la scène, pour jeter un regard dans la salle par la vitre qui tenait de lieu de mur. Le spectacle sur la scène était de bonne qualité, la fille devait être une danseuse. Son visage m’était inconnu, mais les filles tournaient souvent. Mon regard fut attiré par un attroupement qui s’était formé autour du bar, puis je vis quatre hommes se diriger vers une table.

…  « Luigi, il semble qu’il va y avoir de l’ambiance » …

Le Falcone émit un grognement, semblant plus intéressé par le travail d’Ingrid que par mes paroles. Je pouvais le comprendre, Ingrid semblait mettre tout son cœur à l’ouvrage et puis il y avait un service de sécurité.

… « Moore, tu es libre ce soir, j’ai une fille qui n’a pas pu venir ? » …
… « Paye moi, ce que tu me dois avant et après on pourra parler » …
… « Allons Moore, tu sais que j’ai ton fric. Tu auras un supplément, alors » …
… « Ok, mais tu me paie maintenant » …

Luigi grogna non pas en raison de ma demande, mais du talent d’ingrid. D’ailleurs celle-ci se relevait, essuyant sa bouche et me lançant un regard noir. Satisfait, Luigi se leva et se dirigea vers le coffre qui se tenait dans l’un des coins du bureau. Il en sortit une liasse de billet qu’il me lança.

… « Dégage maintenant et va en salle, j’ai besoin d’une serveuse et si tu peux calmer la situation fait le » …

Glissant la liasse dans la poche intérieure de mon blouson, je quittais le bureau et me dirigea vers la salle du bar. Les bruits que je pouvais entendre, m’indiquait que le spectacle risquait de ne pas avoir lieu que sur scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Dim 14 Mai - 10:22

Batman
The Dark Knight
A new Genesis.

Toujours infiltré en tant que Malone l'Allumette, le cador de ces dames, le truand qui file les mauvais coups pourris et qui bien sur, n'était autre que Batman lui-même. Alors que j'avalais une légère gorgée de cette bière que Rico m'avait commandé, je regarde un autre petit attroupement au loin qui commence à s'organiser. Apparemment, ça sentait la bagarre. Bon, au moins, les choses ne changeaient pas au My Alibi, mais si je pouvais arranger les choses, au moins ça pourrait faire le change. Mais le mieux était de rester diplomate, et je devais faire ce que Malone devait faire, arranger le coup pour mieux diviser mes ennemis. En arrêtant cette bagarre, je pourrais non seulement désamorcer un problème, mais aussi savoir ce qui se passe réellement. Généralement, quand une bagarre arrivait, surtout ici, c'est qu'il y'avait un contentieux à propos d'une affaire, et ça, ça m'intéressait. Voila les choses qui commençaient à sentir le roussi. Je me sors de la bande de personnes qui voulait savoir plusieurs informations sur le Gant Noir et sur cette fameuse cargaison d'armes saisies par la police avant de m'avancer vers le petit groupe des quelques hommes qui voulait s'en prendre à un autre. Je tire mon allumette de la bouche, mon costume flamboyant bien mis en évidence. Avec un petit sourire, je regarde les quelques protagonistes avant de dire d'une voix bien claire. J'allais jouer au diplomate, histoire de faire en sorte que tout le monde se calme, après tout, j'étais censé être un mec qui pacifie non ? De plus, on était venu me chercher pour rencontrer un gars qui voulait des tuyaux, alors autant mettre les choses au clair. J'avais pas envie d'aller rendre visite à un potentiel "client" au funérarium. M'avançant vers la troupe doucement, je les toise. Je connaissais le mec aux cheveux gominés, une petite ordure qui bossait avec les triades de Chinatown : Un dénommé Johnny Stitches. Une petite frappe qui n'arrivait pas à percer dans ma ville.



- "Wohoho les gars, j'vous rappelle que vous êtes au My Alibi. Vous êtes dans un bar qui appartient aux Falcone, géré par le cousin du vieux Carmine. Et vous vous rappelez de ce qu'ils faisaient à ceux qui foutent le bordel ? Les couilles dans la bouche, les gars. Les couilles dans la bouche."


C'était un peu exagéré, mais Falcone avait quand même jusqu'à enrôler des gosses dans son armée pour foutre la merde. Les assassinats de flics par des gamins des rues, les meurtres à la sauvage, bref, tout une époque qui était révolue, mais par la présence des Falcone, pouvait revenir d'un jour à l'autre. Et si Falcone revenait à Gotham City ? Il tomberait sur moi. Et cette fois, je ne le ménagerais pas comme le Pingouin l'a fait. Je regarde les gars qui voulaient s'en prendre au mec qui était bien posé, bien peinard. L'un d'eux vient me saisir par les plis du costume. Grossière erreur. Malone était quelqu'un de non-violent, mais quand on vient à menacer le costume, surtout quand un mec pose ses doigts crades sur un costume à trente cinq mille dollars, ça fait mal.



Bob - "De quoi tu te mêles toi ? On t'a pas sonné !"

Et d'un geste, je lui prend les mains et je lui retourne les doigts. Un crac se fait entendre. Un crac dégueulasse, un truc qui fait bien frémir les oreilles. Y'a quelques chuchotements. Le mec par contre, lui, il gueule un max. Les doigts avaient claqué, les os étaient déboités. Sortant une cigarette, et l'allumant avec mon allumette dans la bouche, je regarde de derrière mes lunettes noires la petite assemblée qui semblait médusée. Après tout, une de mes nombreuses activités, ça avait été d'être le videur du Pingouin pour avoir le plus d'informations sur ses activités à l'Iceberg Lounge. Je mate Johnny et je le regarde droit dans les yeux.



- "Personne touche à mon costume les gars. Les menaces j'veux bien, mais pas le costume de Malone l'Allumette."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 68
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam, un mafieux
♣ Vos Alliés : :
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Dim 14 Mai - 13:07

Eddy, jouais avec sa sans quitté des yeux, le mafieux et ses hommes. Il n'avait pas vraiment envie d'embrouille surtout ici. Depuis deux jours, il s'est bien fait remarquer dasn ça nouvelle ville. Son cousin avait raison finalement. 
Perturbant se face a face electrique, le fameux Matches Malones arriva a la table. 
"Mais qu'est-ce qui veux? putain, pas des emmerde en plus, j'espère" Quelque seconde plus tard on eu la réponse a sa pensé, Malones brisa les doigt du mafieux.
Eddy fut surpris pendant un instant de la maîtrise de cette prise par l'homme a la chemise a carreau, son offensive était parfaite on voyait la pratique. Eddy se mit apenser qu'il devait être un ancien soldat ou du moins avoir reçu une formation au combat et a la torture assez poussé.

Après le crie de notre agresseur, jeff sort enfin des seins de sa dulciné.

- M'sieur Malones, on veut pas d'embrouille, je suis juste venu boire un verra avec mon ami, on est réglo, hein Eddy?

Eddy fixe les lunettes noirs de malones.

-Ouais, je vois pas ce que me mec me veux, ça fait deux fois qu'il veut me cassé la gueule. Je veux pas d'histoire, je viens d'arrivé en ville. On va y aller, Aller jeff.

A l'instant où Eddy ce lève et passe a coté deux des malabar de "Sam", Celui-ci, leur ordonnent malgré la douleur de me faire une tête au carré ceux ci s’exécute.
le premier m'attrape pour me ramener vers on collègue qui m'attends pour qu'Eddy rencontre son poing, et c'est ce qui se passe exactement. Un bon coup de poing dans l’estomac qui fait tombé Eddy a genoux.
l'ancien soldat sert les dents, et se relève a plein vitesse en assènent un uppercut au malabar qui l'avait frapper. Celui ci s'écroule de toute sa masse en arrière.
Le second voyant son ami tombé, tente un coup marteau, qu'arrête Eddy extremis ui lui offre ensuite, trois coup de poids dans le foie, ce qui fait défaillir son assaillant.
Eddy, se pose ses mains sur la table pour reprendre du coup qu'il avait pris toute en regardant Jeff, qui était aussi tendu qu'un string aux vu de la situation. 
"bon maintenant qu'est-ce qu'on fait"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Dim 14 Mai - 18:55

A peine ais-je rejoins le Bar, que la situation se dégrade. Tout en lançant un regard vers l’attroupement, je dépose mon blouson derrière le bar. Fredo me lance un regard surpris, mais s’inquiète plus pour la suite des choses. C’est Lisa qui m’interroge sur ma présence ici.

… « Luigi m’a demandé de faire un extra ce soir, il parait qu’il y a une fille qui manque » …
… « Ouaip, c’est Gina, j’ai appelé chez elle et sa fille m’a dit qu’elle ne savait pas où était sa mère » …

Gina une belle brune, d’une quarantaine d’année, plantureuse avec pas mal de succès auprès des habitués. Une fille sympa, à qui la vie n’avait pas fait de cadeau, même sa gosse était une véritable malédiction. Cette dernière avait quitté l’école et rejoint une bande et dépensait le fric que sa mère gagnait en diverses drogues. C’était la première fois que je voyais une fille contraindre sa mère à se prostituer, l’amour maternel vous pousse à faire des trucs dingues. Je savais que Gina était quelqu’un de sérieux, qui ne perdrait pas l’occasion de gagner quelques billets, pour le bonheur de sa fille. Est-ce mon côté paranoïaque, ou un instinct développé dans la rue, mais une question me vint à l’esprit.

… « Fritz est là ce soir ? » …
… « Je ne l’ai pas vu, c’est étrange, cet obsédé est là tous les soirs. De toute façon, lui qui attendait toujours après Gina, au moins il ne sera pas déçu » …

Alors que je m’apprêtais à poser une autre question à Lisa, lorsque la situation dégénéra autours de la table. L’attroupement qui s’était fait au niveau du bar, regardé la scène avec intérêt. L’un d’eux laissa échapper un sifflement impressionné lorsque Malone neutralisa l’une des possibles sources de chaos. Malgré cela, rien n’y fit, il est difficile d’empêcher une bagarre lorsque tous les protagonistes le désirent.


… « Luigi risque de ne pas apprécier si cela dégénère trop » …
… « Jess, tu vas y aller ? » …

Le temps que je réponde et voilà que la plupart des agresseurs se retrouvent neutralisés. Mais bon, je n’étais pas certaine que cela réglerait le problème. D’une part aucun membre de la sécurité n’avait bougé et personne n’irai appeler la police. Quoique, Luigi devait toujours en connaitre qu’il pourrait payer pour régler les soucis que cette situation pourrait générer. Depuis que j’avais calmé les ardeurs d’un client un peu trop agressif, il arrivait que l’on me demande de jouer le rôle de gros bras. D’ailleurs n’était-ce pas ce que m’avait demandé Luigi. Lâchant un soupir, je m’armai de mon plus beau sourire et me dirigea vers le groupe d’abrutit qui avait voulu régler leur compte ici.


… « Messieurs,  il y a des clients qui désirent profiter de leurs verres et des filles tranquillement. Alors je vous demanderais de sortir et de vous éloigner de l’établissement, si vous comptez continuer votre discussion » …

A part le dénommé Malone, qui dénotait un peu de groupe, aucun visage ne m’était réellement familier. Peut-être celui qui semblait le plus traumatisé, à part la fille qui se tenait à ses côtés. D’ailleurs celle-ci le délaissa afin de ne pas se retrouver impliqué dans quoi que ce soit. Me tournant vers l’Allumette et posant un regard sur celui à qui il venait de casser un doigt.

… « Merci, mais vous pouvez le lâcher, je suis sure qu’il n’a pas envie de perdre ceux qui lui restent et qu’il va ramasser ses copains avant de sortir » …

Je devais aussi m’occuper du dernier membre du petit groupe qui était venu régler ses comptes. Une belle bandes de crétins, si vous voulez mon avis, mais bon cela ne servirait à rien de les insulter. Me tournant vers la dernière brute, qui se demandais comment la situation avait put leur échapper de la sorte, et lui offrant mon plus beau sourire.

… « Monsieur, je vais vous demander de quitter l’établissement et de récupérer vos amis. Mais un conseil, évitez de vouloir régler vos problèmes ici » …

Je ne savais pas la raison de l’altercation, mais je savais que celle-ci n’avait pas trouvé sa fin, il y avait fort à parier qu'elle continuerait. De toute façon cela ne me concernait plus, pas, cela faisait quelques années que je n’étais plus membre du GCPD. De plus, ce qui allait suivre ne m’intéressait pas, un autre soucis occupait mon esprit. La brute me regarda quelque peu surpris, qu'est ce qu'une poulette comme moi, venait faire dans l'histoire. Du moins c'est ce que j'imagine qu'il pensait à cet instant. Il jeta un regard autours de lui, la situation n'était pas à leur avantage. Mais pouvait-il ne rien faire et manquer de passer pour une chiffe molle aux yeux de ses amis. Voyant son dilemme, je me sentis dans l'obligation de l'aider dans sa réflexion.

... « Ecoute, je sais ce que tu te dis, mais Luigi n'est pas un gars patient et il pourrait bien se décider à envoyer ses propres molosses et ça risquerait de mal finir pour toi et tes potes. Tu es sûr qu'il en vaut la peine, vaut il pas mieux reporter votre histoire à plus tard et ailleurs, là où personne ne viendra vous déranger ? Et surtout pas sur le parvis du club » …

Comme je vous l'ai dit, je me moquais complètement du sort de celui qui reprenait son souffle. Lorsqu'on décidait de frayer avec la racaille, il fallait accepter les règles du jeu ou être assez fort pour avoir le dessus. Je ne savais pas ce qu'il leur avait fait, mais son sort n'allait pas m’empêcher de dormir, surtout qu'il semblait savoir se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Lun 15 Mai - 13:14

Batman
The Dark Knight
A new Genesis.

C'est alors qu'une des nanas qui fricotent avec Luigi Falcone se pointe. Je la connaissais pas tellement, mais je savais qu'elle était du genre à prendre les choses bien en main. Un petit sourire sur le visage, mes yeux se détournant du pauvre type qui avait saisi mon costume clinquant, j'observe patiemment la brute épaisse implorer pitié. C'est alors que la jeune femme avec les cheveux roux commence à parler. Je tiens toujours ma petite brute préféré aux doigts, et je pouvais déjà sentir un élan de peur dans les yeux. Mâchonnant mon allumette, j'eus un beau sourire, bien bourrin, bien brute. L'ambiance était tendue, la musique s'était arrêtée et les filles arrêtaient elles aussi, de danser pour la plupart. Pour ma part, j'avais l'effet escompté, on commençait à attirer un peu plus de haine entre truands, diviser pour mieux régner non ? Dommage qu'Orpheus ne soit pas en ville, je suis sur qu'on aurait pû gérer ça à notre manière. Directe, mais impartiale.

- "J'crois que tu devrais l'écouter mon chou. La nana a raison, et tu connais les dames ... Ce que femme veut, femme l'obtient."


Le dénommé Sam, le petit gominé de la bande, celui qui donnait les ordres à tout-va, c'était à lui que je m'adressais, en guise de complément. Malone l'Allumette intervient rarement, mais quand il intervient, y'avait toujours une putain de casse pas croyable. C'était encore étonnant que le bar soit encore entier. Les Falcone ne tolèreraient pas que des sous-déchets comme la bande à Sam fasse sa petite pub dans un rade aussi bien fréquenté en ce qui concernait les ordures. Je regarde la demoiselle avant de lâcher les doigts du type, il hurle quand même, et il a de la chance, s'il m'avait trouvé en tant que Batman, ce serait carrément le bras qu'il aurait eu de cassé. Il s'en sort relativement bien. Continuant dans le rôle de l'homme à tout faire, mais aussi de celui qui a des manières, je recule de deux pas.

- "Pas de soucis, M'dame."


Dis-je d'une voix presque neutre, légèrement amusé par la situation. Au moins, il restait encore un peu d'ordre dans la mafia Gothamite, c'était ce que l'on pouvait comprendre. Il y'avait encore une hiérarchie, mais qui était le dominant au final ? Difficile de croire que Luigi Falcone puisse être le garant des institutions traditionnelles du crime dans la ville. Il était bien trop idiot pour prétendre à une place qui a appartenu à son cousin jadis. Peut-être qu'il y'avait encore un acteur camouflé derrière la nouvelle ré-organisation de la mafia, et peut-être qu'il faudra que j'enquête là-dessus. Mais ce sera une affaire pour plus tard. Pour le moment, je devais me renseigner sur ce qui se tramait et quelles étaient les dernières tentatives du Gant Noir dans ma ville, car il restait bien sur, quelques criminels encore en fuite. Comme El Sombrero et Lady Scorpiana.

- "Tu ferais mieux de te tirer, Sammy. Gotham, c'est pas une ville pour les perdants."


C'était vrai. Ou bien tu avances, ou bien tu crèves. Gotham City était sans cesse en pleine guerre ouverte, et les petits criminels font rarement de vieux os, surtout face aux pensionnaires de l'asile. Il semble que la petite bande commence doucement à lever le camps, je réajuste mon costume, pour ne pas qu'il soit froissé. Après tout, Malone l'Allumette était toujours quelqu'un de classe, et qu'importe ce qu'ils pouvaient tous dire sur mes manières, j'avais les informations et les bons tuyaux, au bon moment, et toujours à la bonne date. Regardant ce type-là, le barbu par qui tout a commencé, je me dis qu'il doit en savoir un peu plus que la plupart ici. Que s'était-il passé ? Quel deal avait mal tourné ? Ce serait bien d'avoir des réponses, et puis, après tout, c'était ma ville. La bande de Sam et ses fidèles potes se tirent, pas trop tôt, l'air devient plus frais et plus respirable.

- "Barman ! Un triple pour moi, la jeune fille et le héros de la soirée."


Je me dirige vers la table du gars avant de m'assoir. Bien en face de lui, en attendant que l'on nous serve la commande. Les trois verres arrivent.

- "Bon, tu nous expliques ce bordel ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 68
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam, un mafieux
♣ Vos Alliés : :
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Lun 15 Mai - 19:54

Eddy s'assis a la table. Jeff fais signe a Maria de prendre congé d'une tape sur les fesses. Celui-ci était tout content de rencontrer une pointure malones, il prit les devant. attendant une poignet de mains qui ne vint jamais.

-C'est un honneur m'sieur Malones, vous êtes une légende.

Jeff range ces mains, ce décale doucement bière en mains et demande a Maria de revenir.
Eddy avant de commencer, dévisage la jeune fille un instant, sa présence le dérangeais un peu, il ne comprenais pas sa présence a la table, et elle ne lui inspirait pas confiance. il se concentra de nouveau sur Malones

- Merci, monsieur, Si vous voulez je vous dois bien ça, vous m'avez peut-être épargné quelque bleus. j'appel Eddy, je suis nouveau a gotham, ça fait juste quelque jours. et donc, j'ai du chercher un boulot car l'argent pousse pas sur les arbre donc je me suis dis qu'il faudrait donc en couper, j'ai cherché un job à la scierie que j'ai eu. Et vu que j'ai regarder un peu trop longtemps, ce mec, Sam, et pour rien arranger j'ai survécu a leur bizutage à la barre de fer... (jeff revient vers la conversation)

- 5 mec, il a aplatit 5 mec armé, j'étais là.

- ... Donc ouais, il était 5. c'est comme ça d'ailleurs que j'ai connu jeff, qui m'a emmner icic. Je pense que se soir, il voulait régler deux problème en un. Voilà et je crois que j'ai rien fais pour arranger ça en les éclatant. et merci du coup de main, sans mauvais jeu de mot.

Eddy prend une grande gorgé de la boisson que malone avait commandé, servit pendant qui parlait.
Il était agacé par l'idée que son flingue allait encore servir dans les jours qui viennent, et surtout qu'il ne l'ai pas pris se soir, car le trajet chez lui risquait d'être mouvementé, même si il se déplaçait comme on l'avait entraîné pendant des année. enfin il regarda ces camarades de table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Mer 17 Mai - 13:13

La situation semblait sous contrôle, si les tensions étaient toujours palpables, le calme revenait. Rapidement l’ambiance du bar redevint celle qu’elle était à l’habitude. Que voulez-vous, les clients, tout comme les filles, possédaient cet instinct qui vous signale quand le danger a disparu. Les éléments perturbateurs, avaient été neutralisés. On pouvait comparer ce qui venait de se passer, à la réaction qu’on les animaux lorsqu’ils sentent que le conflit qui les inquiétait venait de prendre fin. Bien sûr, je savais que le problème n’était pas réglé pour autant, mais il ne me concernait plus. Sammy allait lécher ses plaies, rassembler quelques amis et attendre de pouvoir terminer ce qui avait été commencé plus tôt. Dans les prochains jours, il se peut que l’on découvre un ou plusieurs cadavres, à moins que les anges protecteurs de la ville interviennent et je ne parle pas des flics. Cela fait un moment qu’ils ne sont plus ces derniers, trop débordés, pas assez équipés, trop bridés, voir corrompus, par les autorités qu’elles soient officielles ou issues des ténèbres. De plus Gotham a toujours eu son lot de règlements de compte ou bagarres qui finissent mal.

Mais pour l’instant, Sammy et sa bande, quitte le My Alibi et c’est tout qui compte. Il faudra que je pense à demander à Luigi de me verser un extra pour ça. Je ne fais pas partie de son service de sécurité, je danse, sert au besoin et exceptionnellement vais plus loin, si le client me plait. Celui qui ne savait pas où se mettre, retrouve vite son aplomb et accepte l’affront, si on peut appeler cela de la sorte de voir sa poignée de main refusée. Maintenant que je le vois mieux, je le reconnais, un habitué et surtout un habitué de Maria. Je ne le voyais pas comme quelqu’un cherchant les emmerdes, mais dés fois ces dernières viennent à vous que vous les cherchiez ou pas. Malone commande une tournée, quoique limitée et s’intéresse à celui qui a attiré la colère de Sammy. Les verres arrivent, je tends le mien à Jeff, n’écoutant véritablement pas la réponse de dénommé Eddy. Il ne semble pas m’apprécier, ou comprendre le pourquoi du verre. Je m’en moque, les morts en sursis ne m’intéressent pas. Vous pourriez me dire qu’au vu de ses capacités et de ce raconte Jeff, il pourrait bien survivre à sa prochaine rencontre avec Sammy. Ce dernier ne semble pas accepter la défaite, un comportement qui lui permet de survivre dans le nouveau milieu de la pègre de Gotham, ou la moindre faiblesse fait de toi une proie potentielle. Et si Eddy parvient à régler son problème avec Sammy, il risque d’attirer sur lui l’attention d’un plus gros prédateur, qui n’appréciera surement pas l’affront fait. Mais tout cela n’est que spéculation, il se peut que Sammy ne soit qu’une petite frappe qui appartient à personne et pour qui personne ne bougera en cas de disparition. Mais revenons au verre que j’ai refusé. Alors que Malone s’est assis, je me penche à son épaule et lui susurre mon refus à l’oreille.

… « Désolé, mais je ne bois jamais avec un client lorsque je fais le service et cette nuit, je ne loue pas mon cul » …


Quelque cloche avec Malone, je ne saurais le dire, peut être son parfum, qu’importe cela ne me regarde pas. La raison donnée pour le refus du verre, n’est pas entièrement fausse, il m’arrive de boire avec les clients, mais ce soit, je compte m’intéresser à un certain Fritz. Un de mes cousins et membre du GCPD pourra me fournir son dossier s’il en a un, ce qui ne me surprendrait pas. Ensuite, en fonction de ce que je découvrirais, j’irais lui rendre visite et voir s’il sait quoi que ce soit à propos de Gina. A cette pensée, mon regard change quelque peu, l’appel du démon commence à se faire entendre au fond de mon esprit. Je laisse le trio et retourne vers le Bar, mon regard se porte vers la baie vitrée derrière laquelle je voie Franky. Ce dernier me regarde et sourit avant de me montrer la piste. Je ramasse mon blouson et me dirige vers la zone réservée au Strip-teaseuse. Heureusement qu’il n’était pas là à mon arrivée, j’aurais pu dire au revoir à mon extra. Marianne va finir son tour et je vais devoir prendre la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Jeu 18 Mai - 17:00

Batman
The Dark Knight
A new Genesis.

Non, je ne la laisserai clairement pas sortir de ce petit jeu que nous avions entamé à trois. Alors que je redresse mes lunettes de soleil, la jeune fille venait de poser sa main sur mon épaule pour me susurrer quelques mots doux dans le creux de l'oreille. Pendant ce temps-là, le fiston nous déblatérait son petit problème qu'il a eu avec la bande à Sammy. Si c'est pas mignon quand on y pensait. Les truands aimaient bien se faire la main sur tout et n'importe quoi. L'ambiance commence à reprendre doucement, et les serveuses commencent à remplir les godets, tandis que les danseuses reprennent leurs ronds de jambes, soit sur l'estrade, soit sur les genoux de certains gros porcs en manquent de sensation. Je retiens la jeune fille par le manche de sa veste et je lui adresse un sourire.

- "Ton cul ne m'intéresse pas, chérie. Mais j'aime bien avoir un joli minois à ma table, ça fait plus sérieux quand je traite mes affaires. Ne t'en fais pas pour ton service, Luigi me doit un service, ce sera la meilleure façon qu'il a de me rembourser. Et puis, avec mes p'tits tuyaux, tu pourrais même te faire un petit salaire au black au lieu de bosser dans un rade aussi mal fréquenté."


Je la relâche et elle semble se diriger vers le bar, direction la salle des strip-teaseuses, dommage, j'aurais bien aimé en savoir un peu plus sur cette jeune femme qui avait le caractère bien trempé. Bien sur, mon alter-égo, Batman, s'intéressait à de nombreux et nombreuses protagonistes de la ville, et pour tout dire, cette jeune fille avait du cran. Elle avait de l'assurance et elle semblait intéressée par un petit quelque chose, mais j'aurais tout le temps pour le découvrir. L'ambiance du My Alibi a un gout de merde, à peine le combat avec Sammy terminé, toutes les magouilles reprennent, tout le monde se remet vers l'attraction de la soirée, les dernières nouvelles à Gotham City. Je regarde le mec en face de moi, le barbu à qui on a cherché des emmerdes, il avait pas de chance, mais à Gotham City ... Quand tout allait mal, il fallait faire avec, ou tenter d'arranger les choses dans le meilleur des cas. Je lève les bras au ciel, regardant disparaitre la jeune femme dans l'autre pièce.

- "Les femmes."


Avec un sourire, je saisis mon verre et j'en bois une gorgée. Je pense que le "vieux" Malone a quelques mots à dire à ce type. Il ne doit pas faire confiance à n'importe qui. Surtout pas aux gangs d'attardés qui ont d'anciens pensionnaires de l'asile d'Arkham parmi eux. Je redresse une nouvelle fois les lunettes, histoire de bien cacher mes yeux avant de dire d'une voix presque douce, mais assez audible pour que le type m'entende.

- "Bon ... écoute heu ... Eddy c'est ça ? Tu sais, Gotham c'est vraiment une ville à part. On peut l'aimer, la détester, tout ce que tu veux. Mais elle te colle à la peau. Une fois qu'on y a gouté, on ne peut pas s'en aller. Alors je vais te donner un bon conseil, même deux. Le premier, quitte cette ville avant qu'elle ne te détruise. Si tu décides de rester, surtout, surtout ne t'approche jamais des gangs des costumés. Ce sont des monstres et ta vie n'a aucune importance pour des ordures comme le Joker ou le Pingouin. Comprende ?"


Fallait lui faire la leçon dès le début. S'il devenait un criminel, alors il devra tomber, un jour où l'autre, sur mon alter-égo. Et là, ça fera plus que mal pour ce jeune homme. Gotham City était une ville qui réclamait sans cesse son quota de cadavres et de blessés psychiques, alors autant être direct. "Malone l'Allumette" ne donnait jamais de conseils gratuits, c'était rare, mais quand il en donnait, mieux valait les écouter. Après, chacun en faisait ce qu'il en voulait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 68
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam, un mafieux
♣ Vos Alliés : :
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 19 Mai - 0:41

Eddy se détendis un peu en voyant la jeune femme (ou était-ce l’alcool qui commençait son effet) partir malgré que Malones lui ai proposer de rester . D'ailleurs, l'insistance dont avait fait preuve Malones, mais peut-être étais-ce une habitude chez lui. 
Le conseil de Malones avait fait sourire Eddy. il avait bien vu pire que des marteaux avec des flingues... il avait combattu des marteaux avec des supers pouvoir.
Mais il semblait avoir raison sur une chose, cette ville colle a la peau comme une putain de sangsue... Un jours ou l'autre sera elle ou lui. Surtout qu'il a déjà mit le nez dans la merde.
Tout en gardant se petit sourire, tentant de marquer une certaine assurance, plutôt de se mettre toujours en retrait. et qui sais si Malones est informateur, pourra t'il calmer les hardeurs des truand en racontant ces rencontre a metropolis.

- Vous savez monsieur Malones, J'ai combattu des métahumains, donc je pense vos mecs en costume ne me font pas si peur, même si ici, j'ai que mes propres ressources.

A l'instant où il avait joint les termes combattre et metahumain, certains des clients avaient repris intérêt pour cette conversation.
Eddy remarquant cela décide de baisser d'un ton.

- écoutez , je viens de metropolis et là-bas c'est bien pire, la plupart des criminels, peuvent vous tuer sans même le faire exprès. Après vous me direz mais il y a superman, bas non, pas toujours, du moins il préfère se battre avec les gros poisson, avec un nom rechercher, qui fait rêver... alors que nous on devait se taper tout les meta instable qui...

Il se coupe lui même se rendant compte qu'il parle beaucoup trop se soir. pendant un instant il reste figé en regardant malones. 
Pourquoi, lui parlerait-il de ça? c'est un truand, et de plus, lui avait dit de ce méfier de tout le monde. Pourtant Eddy, ressentait quelque chose qui se dégageait de cette informateur, quelque chose qui le mettait en confiance. Eddy ce ravisa et se rendit compte qu'il était peut-être manipuler, Malones était bien, le roi du tuyaux, non ?

- Monsieur malones je vous remercie, pour le verre, et le conseil. Mais je vais devoir vous laisser, au plaisir ou a jamais.

Eddy jette un pourboire sur la table, fait un signe a Jeff pour l'informé de son départ. l’intéresser lui rendit un hochement de tête. 
avant de passé l'entrée, il regarde vers la jeune fille qu'avait invité malones, qu'il entrevoit se déhancher. Puis il sort, suivit des regard de certains client. Le vigile, lui souhaite bonsoir, et Eddy disparaît dans les lumière de la ville. Son téléphone sonne.

jeff encore a table dans les bras, de maria, porta un regard a Malone.

- Vous me l'avez fait fuir... Il déteste quand on lui rappel son passé dans les forces spécial de metropolis, heureusement que vous lui avez pas parler de m'sieur luthor. bon je dois vous laissez, j'ai une chaudière a démonter.

Maria prends par la mains jeff et tout deux disparaissent dans une arrière salle.


Dernière édition par Eddy Attano le Mer 24 Mai - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 19 Mai - 13:34

Lorsqu’il me retient par la manche, je lui lance un regard interrogateur, mais son geste n’a rien d’agressif donc je ne le serais pas avec lui. Sans parler qu’il est un habitué et pas le premier venu, si ce qu’il me dit à propos du service est vrai. En travaillant ici et dans des endroits similaires, sans parler de mon expérience au sein du GCPD, j’ai appris à reconnaitre les baratineurs et il n’en est pas un. Je l’écoute distraite par ce qui m’attend, mais ses paroles ne sont pas tombées dans les paroles d’une sourde. Alors que j’arrive dans le vestiaire, je chiffonne un mot, sur un bout de papier qui traine et le tend à Vivianne qui retourne en salle. Je lui demande de le remettre à Malone, pas besoin de lui expliquer qui il est, elle travaille ici depuis plus longtemps que moi et connait tous les habitués. Sur le mot on peut lire : « Attendez moi et on prendra ce verre ».

Mon tour de danse devrait durer 5 minutes, mais j’ai remarqué la présence de Victorio Citelli. Ce dernier est un de mes clients, un habitué, il est chargé de gérer l’arrivée des containers sur les docks. C’est un homme d’une cinquantaine d’année, légèrement bedonnant, marqué par le stress. Il travaille pour la Famille Falcone, mais l’arrivée d’une nouvelle forme de crime organisée, avec Black Mask, le Pingouin et compagnie, complique sa vie. C’est un brave type broyé par un système devenu bien plus violent et mortel. Ce verre va être retardé.

Je me change, ma tenue de scène, demande spéciale de Franky, est à place. Je quitte pantalon, caraco, chaussures, pour une paire de bottes hautes à talons aiguilles qui accentue la cambrure de mes reins, une chemise venant d’un uniforme du GCPD, tout comme la casquette. Mes sous-vêtements font place à quelque chose de plus sexy, string brésilien et soutien-gorge pigeonnant. Me voilà déguisée en flic sexy et cochonne, le fantasme de bien de criminels. Je sais que pour Franky, ce n’est qu’un autre moyen de s’amuser de ma situation. Un jour, il ira trop loin et je lui broyais son service trois pièces et le lui ferais avaler. Ma musique commence à se faire entendre, je ferme les yeux et la laisse m’envahir. La danse est l’un de mes exutoires, peu importe où et le contexte. Grace à elle je parviens à m’évader, me libérer de cette vie et de la folie qui se cache au fond de mon esprit. Je sais que certains disent que ce que je m’apprête à faire n’est pas de la danse, mais ils se trompent. Durant les minutes que dure mon show, je joue toutes les cartes de la sensualité, de l’érotisme contenu qu’une ancienne Stripteaseuse m’a appris. J’allume quelques incendies dans les pantalons de ceux qui me regardent. Je joue avec eux, m’approchant tout en étant hors de portée. Lorsque j’enlève la chemise, je leur offre ma poitrine. Je joue avec mon corps, simulant des caresses, je leur fait miroiter la vision de ma féminité. Les billets sont tendus, lancés, je viens en chercher quelques-uns avec ma bouche, offre un baisé lointain à celui qui m’offre le plus gros. Je suis une virtuose, une acrobate, pour réaliser mes figures sur plus de 25 centimètres de talons. Mon tour de danse est intense, je ramasse la casquette offrant une dernière fois la vision de mes fesses lorsque je me penche. Puis je quitte la scène, disparaissant derrière le rideau. Je récupère une bouteille d’eau et y bois quelques gorgées, avant d’aller me préparer pour Victorio. Je rejoins la salle, je ne porte que les sous-vêtements et mes bottes. J’évite les mains qui essayent de m’attraper, me glisse vers lui. J’attrape sa main et l’accompagne vers l’étage où se trouvent les chambres. J’aperçois Malone, lui fait signe de m’attendre, j’en ai pas pour longtemps.

Victorio est un client brutal lorsqu’il baise, mais nullement violent, pas de préliminaires, pas de paroles. Enfin lui il parle, raconte sa journée, je suis une sorte d’exutoire à sa frustration. Il a divorcé trois fois et a eu deux enfants à chaque mariage. C’est le coût des pensions qui l’a fait entrer dans le jeu, cela a commencé par quelques billets en échange d’une information, puis ce fut l’enchainement. Il est comme beaucoup de corrompus, de l’argent facile pour sortir d’une vie pas si terrible, mais ce n’est pas un mauvais, juste une victime de la corruption qui gangrène Gotham depuis des décennies. Nous arrivons dans la chambre, je me dirige vers la salle de bain, pendant qu’il se déshabille. Je le rejoins, il est loin d’être mon genre, cela ne dure pas plus de 10 minutes. Je me soumets à ses désirs, rien de bien particulier. C’est à son tour d’aller dans la salle de bain, il se nettoie, puis dépose les billets alors que je vais prendre une douche. Celle-ci prise, je ramasse l’argent, il y en plus que le tarif normal, comme d’habitude. Je sors de la chambre et me glisse vers le vestiaire ou m’attend mes vêtements. Changée, je rejoins la salle et cherche Malone du regard, avant de le rejoindre et m’assoir à la table où il se trouve. Il est seul, la source de l’embrouille qui m’a valu de le rencontrer est partie.



… « Alors ce verre et cette proposition, je t’écoute » …

Maintenant que je peux mieux le regarder, je dois dire qu’il pourrait être tout à fait mon genre, bien bâtit, athlétique, mais pas un de ses accros de la salle sur gonflés. Il se dégage de lui un sentiment de confiance, c’en est presque rassurant. On doit se sentir en sécurité dans ses bras. Mais ce n’est pas la sécurité qui m’intéresse, il se dégage autre chose de lui. Quelque chose de plus sombre, qui n’est pas déplaisant. Voilà, il sent le danger et j’ai toujours été attiré par ce dernier. Mais il n’est pas là pour cela, mon cul ne l’intéresse pas, dommage. Il m’a parlé de tuyaux, peut-être qu’il pourrait me parler de Fritz ou de disparition de jeunes femmes.



… «  Mais avant toute paroles, je prendrais un Russe Blanc, à moins que tu as déjà commandé » …

J’ai les coudes sur la table, mes mains accueillent mon menton et je plonge mon regard dans celui que m’offre ses lunettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Sam 20 Mai - 10:11

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Visiblement, le fiston avait l'air de prendre la mouche très vite. Le dénommé Jeff parla de Luthor. Une belle ordure qui avait tenté de prendre ma ville à une époque et Batman s'était interposé pour le faire renvoyer directement à Métropolis. Luthor n'était pas mon ennemi le plus difficile, c'était surtout celui de Clark. Pour paraphraser le départ du dénommé Eddie, je lève mon verre avant de prendre une nouvelle gorgée de ce poison infect que l'on nous sert dans ce rade débile. C'est alors que je reçois une note d'une serveuse : « Attendez moi et on prendra ce verre ». Visiblement, j'avais fait mouche, et j'avais attisé la curiosité de la jeune femme qui était là quelques minutes plus tôt. Parfait, dans ce cas, on allait attendre un peu, histoire de voir comment les choses se déroulent dans cette ville, et puis qui sait. En tant que serveuse, elle a forcément entendu quelques petites choses qui pourraient retenir mon attention, et puis les informations, ça va, ça vient aussi. La jeune fille à qui je parlais revient, mais dans un autre accoutrement. Une tenue de flic du GCPD pour exécuter un numéro de danse torride, histoire de satisfaire les fantasmes des nombreux porcs qui hantent ce foutu lieu. Quand j'aurai un peu de temps libre, j'irais m'expliquer avec Luigi Falcone sur sa manière d'exploiter ses danseuses. Je suis sur qu'il appréciera de se faire casser le nez et humilier en public. Quand le Batman viendra à lui, il faudra qu'il prie très fort pour que je ne lui broie pas le nez. Le spectacle dure quelques minutes, sous les regards pervers, les cris de singes et les propositions indécentes. Spectacle qui ne m'attire clairement pas et qui me laisse de marbre durant toute la petite cérémonie. Avec un léger haussement du sourcil, je la vois partir avec Victorio Citelli, un des hommes de main de Falcone à une certaine époque, qui maintenant se retrouvait étrangler par les autres membres de la Pègre dont Black Mask et Le Pingouin. Une ordure de première, mineure aux yeux du Batman, mais une ordure quand même. Je vois la serveuse partir avec l'homme en question et se diriger vers les étages. Pas besoin d'être Dieu pour savoir ce qu'ils font. J'attends patiemment. Elle reviendra après tout. Quelques minutes passent et effectivement, la revoilà, toute propre et toute changée. Elle se met à ma table et commande son verre. Un Russe Blanc. Inutile de dire d'où vient cette boisson. Avec un grand sourire, je retire mon allumette de la bouche.

- "La boisson du Duke hein ?"


Tout le monde connaissait ce nanard qu'était The Big Lebowski, mais c'était un film amusant. Quant à la boisson, j'en avais déjà bu un verre une fois. Et personnellement, c'était bien trop sucré à mon gout. Avec un sourire, j'avais saisi la nuance. Peut-être que la jeune femme n'avait pas vu ce film. Enfin, bref, on était pas spécialement là pour parler de chiffons et de manières. Je désigne du doigt un Victorio Citelli, remontant sa braguette après une sortie vigoureuse des chiottes.

- "Victorio Citelli. Minable parmi les minables, et d'ici la fin de la semaine, il se fera plomber par le Pingouin pour avoir vendu sur son territoire."


La petite en voulait pour son temps et pour son argent. Bien sur, c'était la loi véritable à Gotham City, la seule et l'unique. Le marchandage des choses, des biens et des services était très commun dans cette foutue ville. Avec un sourire, je regarde patiemment l'homme qui venait de s'assoir dans un box avec une nouvelle fille. Puis, je replace mon allumette au coin de la bouche, reportant mon regard vers la jeune femme qui se tenait bien là, devant moi, et qui semblait savourer son Russe Blanc. Une boisson pour une femme quoi. Je la regarde avant de poser enfin, les cartes sur table. La négociation doit se faire dans les règles de l'Art, comme tout à chacun dans cette ville.

- "Que veux-tu savoir ? Moi je cherche des informations sur les rumeurs qui trainent sur le Gant Noir. et toi ? Que cherches-tu ?"


Tout le monde a un prix dans la pègre de Gotham City, et quand les informations nécessaires deviennent capitales pour avancer, il faut savoir trouver le juste prix pour satisfaire tout le monde. Cette jeune fille voulait surement des tuyaux pour se faire un max de fric et quitter Gotham ? Peut-être. Après tout, c'était le rêve de tout le monde de fuir cette ville. Mais quelque chose me disait qu'elle était beaucoup plus futée que pour demander ce genre de choses. Après tout, l'habit ne fait pas le moine et je suis sur qu'elle savait ce qu'elle voulait. Après tout, quelle femme ne sait pas ce qu'elle veut pour son bien-être ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 26 Mai - 22:03

La référence au film fait sourire la jeune femme, mais qui n’avait pas vu ce film. Jessica était allée le voir avec des amies et avait été intriguée par cette boisson. Elle y avait pris goût et de plus cette boisson était aussi une sorte d’ancre pour la jeune femme. Elle avait découvert cette boisson, durant une période heureuse et stable de sa vie, ce qui n’était plus le cas depuis quelques temps déjà. D’ailleurs une vague de nostalgie passa dans son regard, à l’énoncée du titre du film, emplie d’une douleur retenue. Mais rien de cela ne se fit entendre dans sa voix, lorsqu’elle répondit à cette question, pas vraiment posée.

… « Disons que j’aime le mélange des saveurs et la texture que lui donne le lait ou la crème liquide pour les fans du film » …  

Il est clair que Malone n’est pas là pour discuter cinéma et encore moins de ce film. Il montre à Jessica son client Victorio et annonce sa mort prochaine. La jeune femme n’avait pas d’affection particulière pour ce dernier, la possibilité de sa mort était plus qu’assurée au vu de la vie dans laquelle il s’était retrouvé engluée. Par contre le fait qu’une crapule tel que Malone se permette de porter un jugement sur lui, ne fut pas du gout de la demoiselle.

… « Qu’est ce qui te différencie de lui ? Il est le produit de ce que, ni les représentants de l’ordre ou de la loi, trop frileux, ou les Chevaliers Noirs, n’ont pu le protéger des enflures, monstres et autres furoncles qui nuisent à Gotham » …

Il était clair que la jeune femme était amère, la colère n’était pas loin, tout comme la violence. D’ailleurs sa main blanchie lorsqu’elle sera cette dernière sur son verre. Jessica avait toujours regretté le fait que les autorités de la ville, sous des raisons légales qui cachaient leur peur et corruption, n’avaient pas osé lâcher la bride à ceux qui voulaient nettoyer la ville et protéger ses citoyens. Mais ce sentiment, ce ressentiment, disparut rapidement lorsque Malone aborde le sujet pour lequel il avait voulu l’invité. Sa question était directe, Jessica se dit qu’elle serait idiote de ne pas saisir l’opportunité qu’il lui offrait. Alors qu’elle s’apprêtait à lui réponde, Giuseppe l’un des gros bras de Franky l’interpella.

… « Et Moore, Franky m’envoie te dire que pour l’extra tu pourras toujours attendre » …

Avalant une gorgée de son verre, Jessica donna sa réponse, avant que le messager ne soit hors d’entente. Son ton était neutre, mais une violence brûlante pouvait se faire entendre.

… « Tu diras à ton patron que s’il n’a pas les couilles de me le dire en face, il n’aura pas les couilles de revenir sur l’arrangement que j’ai avec son frère. A moins qu’il ne veuille que je vienne les lui faire avaler » …

Giuseppe leva les mains, comme pour dire qu’il n’était pour rien dans l’affaire et qu’il ne voulait pas y mettre mêlé. Est-ce que la jeune femme, était capable de mettre en application ses paroles, n’importe qui pourrait en douter. Mais la lueur de folie dans son regard, cette violence qui y était aussi perceptible, sans parler du fait que l’équipe du My Alibi avait pu constater, qu’elle était réellement capable de mettre sa menace à exécution. Puis aussi vite que cet état était apparu, il sembla disparaitre du regard de la jeune femme, qui revint rapidement au sujet de la discussion.

… « Tu connais un certain Fritz ? Tu as des infos sur des filles qui disparaissent ? » …

Concernant les demandes de Malone, Jessica n’avait pas grand-chose à dire. D’ailleurs pourquoi un voleur, s’intéressait à ce groupe ? C’est vrai qu’il avait la réputation de donner des informations sur des coups à monter ou autre, en échange du même genre de service.


… « Tu ne crois pas qu’ils sont un peu gros pour toi ? » …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Sam 27 Mai - 9:25

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

La réponse parue évidente quand on y pense, en tout cas, Franky venait de lâcher un nom sur la jeune femme, elle s'appelait "Moore", enfin, c'était surtout son nom de famille, mais au moins, ça avait le mérite d'être connu et entendu. Avec un sourire, je reprend une nouvelle gorgée de ma boisson. La petite discussion sur The Big Lebowski nous avait plus ou moins rapproché, mais n'imaginez pas qu'un homme aussi occupé comme Batman, ait eu le temps de regarder ce film. Je l'avais survolé, et Alfred m'avait raconté les quelques grandes lignes de ce film. Donc j'étais à peu près paré. Tim aussi l'avait vu, et il l'avait pas mal apprécié pour son humour assez décapant. Malheureusement, j'étais dépourvu de sens de l'humour. Et ce depuis le meurtre de mes parents. Avec un regard de lynx derrière mes lunettes, elle commence à me répondre suite à mon petit jugement sur l'homme qui était sur la liste des morts de la semaine. Je me rapproche un peu en me penchant sur la table avant de parler plus doucement.

"Ne t'en fais pas pour lui. Batman m'a déjà fait craché le morceau après une ... Discussion normale entre deux être normaux. Et je pense qu'à l'heure qu'il est, il doit surement être en train de faire arranger ce merdier."


Je me retire doucement tout en haussant les épaules. J'aimais bien montrer à ces monstres qui régnaient à Gotham City, parfois, que Malone était quelqu'un qu'on ne pouvait pas effrayer, et l'instant d'après, Dick, dans les habits de Batman, venait me menacer bien en face dans le bar. Cela inspirait de la crainte chez les criminels et un certain respect de leur part pour Malone l'Allumette. C'était un peu sado-masochiste selon eux, mais ça avait le mérite d'être clair. Il montrait qu'il n'avait pas peur de Batman, et qu'il encaissait les coups. C'était la légende de Malone, la seule et l'unique. Un gros dur qui en avait rien à foutre et qui faisait de son mieux pour avoir tout ce qu'il pouvait emmagasiner sans faire de vagues. Mais l'heure était maintenant aux échanges d'informations, et pour tout dire, on allait enfin commencer le vrai travail d'informations. Après qu'elle fut détournée de la conversation par un autre gorille sans le moindre gramme de cervelle, elle me pose des questions sur des femmes qui disparaissent.

"J'ai connu un Fritz dans le milieu, il bossait avec le docteur Death à une époque. On murmure qu'il se planque aux alentours du Bowery et qu'il sert de mouche à merde pour le Pingouin. Il s'occupe de foutre la merde chez les petits gangs et il rabat les déserteurs vers Cobblepot."


Et c'est la deuxième question qui commençait à rejoindre alors mes premières enquêtes. Pour tout dire, je ne m'attendais pas à recouper ce genre de choses, mais cela pouvait surement faire avancer l'enquête. J'avais entendu parler de ces disparitions, et pour le moment, je n'avais trouvé que peu d'indices. Pour tout dire, j'avais quelques suspects en tête, mais je n'étais encore sur de rien. Ce genre de disparition me rappelle avec pénibilité certains de mes plus dangereux adversaires. Pendant un instant, je reste silencieux, je joue avec mon briquet, je l'allume, puis je l'éteins, et je recommence ça pendant quelques secondes, plongé dans mes pensées. Et pour tout dire, c'était assez atroce de pouvoir imaginer qui pouvait faire ce genre de saloperies à Gotham City.

"J'ai entendu dire qu'elles disparaissaient aux alentours de New Gotham. Après, on murmure aussi beaucoup d'informations. Zsasz qui se lance dans une arène pour trancher des jeunes filles pour le plaisir des plus riches. Dollmaker qui serait de retour et qui aurait entreprit de faire une fresque vivante avec des femmes, ou même encore ce gros con de Pyg, mais il préfère les enfants je crois."


Rien que d'y penser, cela pouvait mettre quelqu'un très mal à l'aise. Un individu lambda, mais quand on est le chevalier noir, on se doit de rester assez neutre quand on mentionne ces monstres. Bien sur, Malone avait eu une réputation des plus imperméables à toute émotion, un vrai dur, comme dans les vieux films à la Bogart, un homme sans émotion et qui pourtant, recelait un lourd et profond secret au milieu de gens qu'il haïssait la plupart du temps. C'était comme ça. Elle répond à ma question en ce qui concernait le Gant Noir. Bien sur qu'il fallait qu'on en parle. C'était même très important, surtout après ce qu'ils m'avaient fait.

"Rien n'est trop gros pour Malone. Si y'a du fric à se faire, Malone veut en être."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Mer 31 Mai - 12:00

Je dois reconnaitre que ce Malone me déstabilise, non pas car il exerce sur moi une quelconque attirance. Par moment, il ne semble pas coller à l’image qu’il renvoie, peut-être est-ce dut à une dose de paranoïa. Il se peut aussi qu’il manie le double jeu, en montrant le visage qui lui est nécessaire pour attirer la confiance de son auditoire. Malheureusement pour lui cela n’a pas forcément l’effet recherché sur moi, du moins s’il cherche à obtenir ma confiance. Lui qui semblait ne pas se soucier du pauvre Victorio, le considérant comme un déchet qui allait être balayé, voilà qu’il tente de me rassurer sur son sort. Ces paroles firent revenir à ma mémoire, ce que l’on disait sur Malone l’allumette.

… « Tu dois être le mec le plus chanceux du quartier, en règle général les indics ont une espérance de vie assez courte, surtout lorsqu’ils se frottent au Batman. J’en connais qui se feraient petits à force de tomber sur le Protecteur de Gotham, de crainte de s’attirer les foudres ou l’attention des Barjots qui désirent régner sur la ville » …

Je n’avais pu cacher, mon respect, voire plus, pour le plus célèbres des Justiciers de Gotham, dans le ton de ma voix. Il fallait dire que depuis toute petite, j’étais en admiration pour lui. Certaines se pâmaient devant des stars de la musique ou de la télé, tous aussi insipides les uns que les autres, moi c’était le ténébreux héros de Gotham. En grandissant, mon sentiment devint plus nuancé, plus mature, l’amour de midinette avait fait place à l’admiration. Mon psychiatre à Arkham m’avait demandé si c’était l’individu ou ce qu’il représentait qui lui valait ce sentiment et je n’étais pas jalouse de lui. Ce jour-là, je lui avais cassé le nez, il fallait dire que j’avais passé une mauvaise journée. Cela m’avait valu une semaine attachée à mon lit et un traitement médical pour me calmer. Aujourd’hui, je dois reconnaitre que sa question était pertinente et qu’il n’avait surement pas totalement tort. Il se pouvait que j’envie sa liberté d’action, le fait qu’il pouvait retourner les armes des criminels contre eux. Mais aujourd’hui, si j’avais toujours ce respect, cette admiration pour ce qu’il tentait de faire, je savais qu’il avait lui aussi des limites qu’il ne pouvait pas dépasser. Il ne pouvait aller aussi loin que je le voudrais. Après je reconnaissais que son aura et son physique, jouait sur ma libido, même les Bat-boys, les Robin et confrères, avaient cet effet sur moi. Mais ils manquaient de cette noirceur, que possédait leur modèle. Mais bon, cela peut venir de mon esprit déviant et dérangé, qui m’a valu mon internement.

Mais je reviens rapidement à celui qui me faisait face, lorsqu’il vint à parler de Fritz. Ce qu’il me disait sur lui n’avait rien de rassurant, s’il était derrière la disparition de Gina. Je n’aurais jamais pensé qu’il avait un tel palmarès. Quoi qu’il en soit, il recevra ma visite et je lui arracherais tout ce qu’il sait sur Gina et s’il lui avait fait du mal, il le paierait au prix fort. Je regrettai l’absence de mes lunettes, mais l’atmosphère et la pénombre créée pour plus d’intimité me permirent de cacher mon regard, lorsque je me reculai quelque peu. Je pouvais percevoir que ce sujet le travaillait, Malone s’inquiétait- il du sort des victimes de la liste des monstres dont il me parlait. Ce ressentit m’était inspiré par son jeu avec son briquet et non par son comportement qui restait impassible. Il était un vrai modèle de contrôle de soi, car je ne le pensais pas aussi insensible qu’il voulait le faire paraitre. Bien sûr tout cela pouvait faire partie de son personnage.  Sa réponse, son comportement, concernant ma remarque concernant le Gant Noir, me firent penser à celle d’un prédateur avide, mais avide de quoi. L’argent ne me semblait pas être le seul centre d’intérêt de Malone pour cette organisation. Les seules informations que je détenais, venaient de mon passé au sein du GCPD et des discussions que j’avais pu entendre ici et là.

… « Je ne sais pas grand-chose, pour être honnête, je sais qu’on y trouve des criminels internationaux et de riches personnes qui prétendent servir le Mal et le répandre » …

Je ne pus marquer un sourire légèrement moqueur et déçut, lorsque je prononçai les dernières paroles de ma phrase. J’étais impressionnée par le nombre de personnes qui cachaient leur folie, leur désir, sous le terme du Mal. Ils se servaient de ce mot pour cacher leur nature misérable. Le Joker, Black Mask, le Pingouin, se montraient plus honnête d’une certaine manière, ne se cachant derrière aucune morale pour expliquer leurs actions. Ils n’agissaient qu’en fonction de leurs envies, désirs, sans se cacher derrière ce mot. Mais cela, ne signifiait pas qu’ils étaient moins néfastes ou excusables, bien au contraire.


… « Si jamais j’entends des rumeurs ou plus, comment je te contacte ? » …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Mer 31 Mai - 15:35

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Les paroles de la jeune danseuse "exotique" de ce boui-boui me firent sourire. Pour tout dire, c'était assez amusant d'entendre les rumeurs que l'on pouvait colporter sur Malone l'Allumette, le roi de la castagne, des infos et de la classe en un seul et même être. Et j'avais travaillé dur pour que Malone soit reconnu dans le milieu, ce fut dur, très dur de me tailler une place auprès de Scarface, d'épauler le Pingouin et d'entendre tout ce que le crâne noir de Sionis avait à dire, oui, j'en avais vu des choses à leurs côtés, mais le fait est que j'avais appris, énormément. Je connaissais beaucoup de choses sur leurs trafics d'influence, les réseaux de drogues, d'armes, je connaissais les méandres de nombreuses choses et je pouvais si bon me semble, mettre un terme à tout ça chez un des grands caïds de la pègre, néanmoins, le retour de flamme serait virulent, et je doute qu'une guerre des gangs soit ce que nous cherchions tous au final. Avec le temps, j'avais appris que Gotham avait besoin d'un semblant d'ordre, autant chez les criminels que chez les policiers et les citoyens. Le Pingouin œuvrait en ce sens, voulant tout réglementer et tout organiser. Double-Face voulait amener la justice vengeresse au sein de la pègre, tandis que Black Mask, c'était le côté monstrueux de la pègre, et chacun d'eux était une facette du crime organisé. Unis, ils sont redoutables, mais divisés, ils restent faciles à atteindre. Pour le moment ... Reprenant doucement, je lève les yeux vers le haut derrière mes lunettes, autant rester "cool" comme disent les jeunes, et montrer que rien n'effraie Malone l'Allumette.

"La chance, c'est pour les losers, je travaille au feeling ma belle. Et je pars du principe que savoir, c'est pouvoir. Toutes les transactions, toutes les petites choses qui se passent à Gotham transitent par mon intermédiaire, et je revends les informations à celui qui en a besoin, moyennant mon prix en argent ou en renseignements."


Je reprend une nouvelle gorgée de mon tord-boyau, rudimentaire, mais doublement vicieux sous la ceinture. L'alcool n'est pas une denrée que Bruce Wayne boit souvent. Mais Malone devait donner l'impression d'être un habitué des bars, et Alfred m'avait aidé à cet aspect théâtrale de la chose. Sirotant mon verre jusqu'à la lie, je le repose sur la table avant de sourire à nouveau, un petit sourire radieux et amusé. Je la regarde et elle me parle alors de ses informations qu'elle avait sur le Gant Noir, pas grand chose, mais je devais au moins lui donner ce que j'avais, comme ça, elle serait sur le qui-vive et peut-être qu'elle pourra m'assister la prochaine fois. Je remet mon allumette au coin de la bouche avant de reprendre une nouvelle fois, l'air plus grave. Parler du Gant Noir était encore douloureux pour Bruce Wayne, mais Batman devait surmonter cela, il devait se montrer fort, et il devait montrer qu'il n'avait pas à craindre ces gens, pas après ce qui s'était passé à l'asile.

"Tu as raison, ce sont bien des rupins du monde entier qui emploient des criminels pour détruire un mec bien sans raison valable. Il y'a cinq ans, c'était John Mayhew, l'acteur, qui a été victime du Gant Noir, et cette année c'était Batman."


Je sors de ma poche avant un petit papier arraché et un stylo avant de lui griffonner quelque chose dessus. Je lui laisse un numéro de téléphone dans la mesure où elle aurait besoin de me faire part de certaines choses, après tout, elle avait maintenant un petit service à me rendre, ou bien quelque chose dans ce style. On verra bien ce que ça dira par la suite. En attendant, elle avait le numéro d'une ligne confidentielle reliée à la Batcave et qui répondait au nom de Matches Malone. Elle ne le saurait jamais, mais Batman serait là pour écouter et pour répondre à son appel, bien sur, avec la voix de Matches Malone. Je conclus ma petite tirade par un conseil avisé d'un pro qui en a vu des vertes et des pas mûres.

"Pour ton Fritz, fait gaffe. Faut jamais faire confiance à un boche."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 2 Juin - 12:42

Malone, c’est homme n’avait rien de commun avec les petites frappes qui fréquentaient le My Alibi. Sous ses airs d’escrocs à la petite semaine, se cachait quelqu’un de plus dangereux. Durant mes années au sein du GCPD j’avais croisé quelques indics, des pourris jouant double jeu, des voyous pris dans l’engrenage de la peur, mais rares m’avaient semblés de la trempe de ce dernier. Il avait suffisamment de tripe pour se tenir face au Batman et marcher la tête haute, sans crainte des nouveaux maitres du crime organisé. J’avais croisé Sionis et même si ce souvenir était voilé des brumes du mélange de drogues que j’avais ingéré, je savais qu’il n’était pas homme avec qui plaisanter. Je connaissais le Pingouin que de réputation, mais lui aussi était du genre dangereux, à ne laisser passer la moindre erreur. Tenir en respect une bande de brutes ou impressionner des petites frappes était une chose, mais prétendre pouvoir gérer des individus comme les deux putains de monstres, que sont Sionis et le Pingouin, c’était autre chose. Il n’avait pas tort dans un certain sens, le savoir offrait un certain pouvoir. Mais pour qu’il puisse protéger contre ces derniers, il devait être hors de leur portée. Mais peut-être qu’il bénéficiait tout simplement d’une protection suffisante offerte par un homme dans un costume inspirant la crainte même chez les puissants. Quoiqu’il en soit, j’espérais pour lui que cette chance qu’il dénigrait ne l’abandonnerait pas. Je me décidais à ne pas rentrer dans ce genre de discussion, de toute façon sa vie ne me regardait pas. Mes informations sur le Gant Noir, ne l’aide pas, il doit en savoir plus que moi à leur sujet. Il me confirme ce que je savais déjà, sur leur méthode et objectif. Qu’ils veuillent s’en prendre au Batman, ne me surprend pas, après tout il reste un symbole et une écharde dans le flanc du crime organisé.

… « Batman sait se défendre, je ne me fais pas de soucis pour lui, personne ne peut l’abattre » …

Je ne peux cacher mes sentiments envers lui, un mélange de respect, de désir fantasmé et d’admiration. Il a été une force à laquelle je m’étais raccrochée durant mon internement, une vision qui repoussait les ailes du démon Barbatos que mon esprit avait créé sous l’effet de la drogue du Joker. Même si ce n’est pas un sujet abordé au sein de ma famille, je savais que ma famille avait eu des liens avec le culte de ce démon. J’avais même vu la photo d’une de mes ancêtres, brulée pour avoir fricoté avec le démon et à qui je ressemblais fortement. C’était cette face cachée de la lignée de ma mère qui avait dut faire germer cette folie en moi. Mais il était certain que Batman pouvait par certains côté ressembler à ce démon. Quoiqu’il en soit, je cachai mon émoi, par une longue gorgée de ma boisson. Je savais que je devais faire attention avec l’alcool, ses effets, tout comme ceux des drogues, agissaient rapidement sur mon organisme, même s’ils disparaissaient plus vite. Mais je pouvais boire quelques Russe-blanc, avant qu’ils n’agissent négativement sur mes pensées.
Je récupère le papier tendu et le glisse là où je ne risque pas de le perdre. Il n’y a rien derrière ce geste et l’emplacement choisit. Je continue de l’écouter. Un sourire de prédateur, dans lequel la violence est présente, se dessine sur mes lèvres devant sa mise en garde.

… « Je suis toujours sur mes gardes et ne fait confiance à personne, boche ou autres. De plus je suis une grande fille qui sait se défendre, même face aux méchants garçons » …

Oh oui, je savais me défendre, plusieurs gros bras, voyous et malpolis pouvaient en témoigner. Tout comme certains habitués d’arènes souterraines où pour quelques centaines de dollars, ils pouvaient satisfaire leur désir de voir du sang et de la violence sans risque. Témoins de cette dernière, se déroulant dans une cage, où je pouvais satisfaire cette part déviante née de ma folie et de ma nature. Mais cela faisait un moment que je ne m’étais plus rendu dans ce genre de rendez-vous. Peut-être car je n’y trouvais pas ce que je recherchais, derrière cette excuse que pouvait être la Justice. Je crois que j’avais cassé le nez de l’interne qui m’avait sorti cette explication durant mon internement, le pauvre cela devait être après son cinquième jour si je ne dis pas de bêtises. Mais laissons le passé, là où il se trouve, ce qui se passe à Arkham reste à Arkham, non ? La lueur sombre de ma folie disparait de mon regard, tout comme mon sourire, je deviens aussi impassible qu’une statue de marbre. Puis je retrouve mon attitude normale et offre un sourire d’un tout autre genre à Malone.

… « Ecoute, je te paye ses verres et on se trouve un endroit plus intime » …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 2 Juin - 14:53

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Bien sur que le Batman sait se défendre, il le prouve toujours et ce depuis un long moment dans cette ville. J'avais enduré Bane et la paralysie de mon dos, j'avais survécu au No Man's Land et maintenant, à toute l'horreur de l'Asile d'Arkham par le biais de Simon Hurt. Un être humain normal ne pourrait pas y survivre sans en devenir fou, mais je tenais bon, toujours fidèle à ma promesse, sans jamais faillir. Mais combien de nuits ont été empreintes de mes doutes et de mes inquiétudes ? Beaucoup trop. Est-ce que mon combat était voué à l'échec ? Devrais-je un jour arrêter d'être Batman ? Retraite ? Mort ? Quelle serait la fin idéale pour le Chevalier Noir ? Quoiqu'il en soit, j'avais l'impression qu'elle vouait une espèce de passion pour le Batman. Elle commençait à se douter de quelque chose. Quelque chose dans sa voix me dit qu'elle ne faisait pas confiance à Malone l'Allumette, elle avait raison au final. Cependant, je doute qu'elle comprenne qui est réellement derrière le célèbre Malone, l'homme aux costards jaunes excentriques. Non, elle n'avait aucune idée. J'écoutais d'une oreille attentive ce qu'elle avait à me dire, et quelque part, on sentait poindre une espèce de fierté, de passion quand on parlait du Batman. Peut-être qu'il était temps que je lui montre qui j'étais ? Peut-être. Peut-être qu'il était temps pour Batman de se faire de nouveaux alliés. Nouvelle ville, nouveaux contacts, nouveaux alliés et aussi nouveaux ennemis. Qu'importe, je pouvais l'endurer, très clairement. Je lui fais un petit signe de la main quant à sa dernière affirmation, le mieux est de parler dans un endroit un peu plus intime, dans une ruelle, ce sera plus calme et moins pénible que dans cette torche de bar. Je reprend mon allumette dans les doigts et je lui dit d'un air très détaché, avec un léger sourire dans le coin. Autant qu'elle se souvienne de Malone comme d'une chose inoubliable, c'était vrai. Je l'étais.

"L'Allée derrière le bar, dans cinq minutes."


Sur ma montre, j'appuie sur un petit bouton relié à la Batwing qui se trouve dans le ciel de Gotham à ce moment bien précis. Dans quelques secondes, elle larguerait une de mes torpilles dans l'allée, avec un de mes costumes personnels. Je me lève et je regarde l'assemblée toute confondue. Des truands par dizaines, et Luigi Falcone qui semblait content de sa clientèle. Tant mieux pour lui, mais pour moi, cela me révulsait intérieurement, et j'avais une forte envie de les cogner tous, histoire de savoir si certains pouvaient me parler de ce qui se passe actuellement dans la ville. Il y'avait que très peu de grandes informations, ce qui veut dire que la tempête menace, et durement. Un criminel costumé, ou même plusieurs, ne tarderont pas à faire leurs retours sur le devant de la scène, et je devais être prêt à les contrecarrer, même si ça impliquait d'envoyer une bonne dizaine de ces salopards du My Alibi derrière les barreaux ce soir. Je devais y penser. Heureusement, pour le moment, j'étais dans ma bonne humeur. Je sors du My Alibi et je vois quelques types en train de vomir tripes et boyaux dans les rues, malheureusement, y'en a pas mal qui savent pas tenir l'alcool. Je sors de cet enfer d'alcooliques notoires avant de me diriger vers la ruelle à l'arrière. Personne ne s'y trouve. J'active grâce à mes empreintes digitales le coffre tombé du ciel et la tenue du Batman se révèle, que je met en hâte. Maintenant paré, je me tapis dans l'ombre, attendant que la jeune serveuse avec qui je discutais vienne directement à moi. Du bruit, surement elle. Elle n'allait pas tarder à passer devant moi.

"Malone est parti, il m'a chargé de vous dire qu'il vous recontactera."

Dis-je d'une voix grave et ténébreuse, alors que je sortais des ombres pour me tenir maintenant face à face avec la jeune femme que j'avais croisé dans le bar. Il fallait maintenant que je montre qui j'étais, pour qui Malone roulait vraiment, même si normalement "Malone" ne préférait pas bosser pour moi. Les choses sont ce qu'elles sont, mais maintenant, le Batman avait prit la place de l'Allumette pour établir un premier contact avec une femme qui semblait vouloir faire changer les choses. Peut-être que nous pourrions trouver un terrain d'entente, tout comme je l'avais fait avec Onyx et Orpheus à une période clé de l'histoire de Gotham City.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 2 Juin - 17:06

Je ne m’attendais pas à ce qu’il accepte ma proposition, après tout il n’avait à aucun moment montré le moindre intérêt pour mon corps. Je lui rends son sourire et le regarde se lever. Pourquoi ce délai, veut-il éviter les rumeurs. Il devrait plutôt se montrer fier, il est rare que je reparte avec un client du My Alibi. On pourrait même dire que cela n’était jamais arrivé, je ne parle pas bien sûr de mes clients, avec qui je monte dans les chambres misent à disposition par ce bouge. Je me lève, me dirige vers le bar, laisse un billet et récupère mes affaires. Ce délai, me laisse un peu de temps pour aller récupérer l’extra que me dois Franky. Je sais qu’il va rechigner et même me dire de me mettre à quatre pattes ou à genou. Pour toute réponse, il aura un doigt levé et une insulte, puis il me filera mon fric et je lui remettrais sa part sur la passe que j’ai réalisé avec Victorio. Cela ne se passe pas comme je l’avais imaginé, il est au téléphone, me semble contrarié, il me fait signe de prendre l’argent et de me casser. Je m’exécute, c’est alors qu’il m’attrape le poignet et fixe son regard dans le mien. Il lâche quatre mot, concernant Malone, je l’envoie balader et quitte son bureau. D’après ce que j’ai pu entendre, il aurait un problème d’approvisionnement, un camion qui aurait disparu. Quant à son avertissement à l’encontre de l’Allumette, je n’en avais pas besoin. D’une part, je ne faisais confiance à personne, de plus j’étais mal à l’aise avec ce comportement presque paternaliste dont pouvait faire preuve Franky à mon encontre. Essayait-il de jouer le rôle du chef de Famille, considérant que j’appartenais à la sienne du fait que mon père et son père avant lui, avait travaillé pour son Oncle. Quoi qu’il en soit, cela faisait près de 15 ans qu’il me connaissait. Notre première rencontre avait eu lieu durant ma dixième année, lorsqu’il était venu apporter un cadeau à mon père pour l’anniversaire de mon frère cadet. La Famille Falcone avait toujours été très attentionné avec la mienne, il faut dire que mon père était un peu la chef du clan Moore et que nous étions infiltré un peu partout, avant certaines purges lancées par le précédent procureur et qui conduisit à la démission de Loeb et à la nomination de Gordon en tant que Commissaire. Mais cela était derrière moi et je n’avais jamais participé à ce jeu, du moins à une échelle moindre. Il m’était arrivé de regardé ailleurs, alors que je patrouillais, pendant que des gros bras de Falcone donnait une leçon à un voyou qui vendait sur leur territoire et d’autre petites broutilles du même acabit. Quoi qu’il en soit rien ne l’autorisé à me donner le moindre conseil, sur ma vie ou mes fréquentations, même d’un coup.

Je sors du My Alibi, par la porte de service, Ike me la tient comme si j’étais une dame. Je suis sûr qu’il en pince pour moi, qui sait, peut être qu’un jour. Il me suffit de tourner au coin de la rue pour rejoindre le lieu du rendez-vous. La ruelle est sombre, mal éclairée, les coins et recoins peuvent devenir menaçants selon leur éclairage. Je n’aperçois pas la silhouette de Malone, se cache t il, si oui pourquoi. J’avance prudemment, une de mes mains glisse dans mon dos et libère l’une de mes lames camouflées dans ma ceinture. L’Allumette devrait se méfier, je n’aime que peu les mauvaises surprises. C’est alors que je sens une présence, trop proche, trop tard, ma lame est prête à frapper, tout comme je suis prête à éviter une possible attaque. Puis j’entends la voix, aperçois cette silhouette qui m’a souvent tenu compagnie dans mes rêves et délires. Par reflexe, mais aussi sous le choc de cette vision, je recule, mon talon heurte un débris, mais je parviens à garder mon équilibre, merci les heures d’entrainements quotidiennes.

… « Vous ….. » …

Ma voix est neutre, trop d’émotions se percutent pour que je puisse en exprimer une quelconque. Combien de fois ais-je rêvé de cet instant. Dans certain rêve, il me demandait de travailler avec lui et me voilà cape au vent, le suivant. Dans d’autres, durant la période la plus sombre de ma vie, j’étais son ombre, celle qui faisait ce qu’il ne pouvait faire et parfois ces rêves prenaient une tournure plus charnelle. J’entends ses paroles, mais il me faut quelques secondes pour les comprendre. Ainsi Malone travaillait pour lui, pour Batman. Je sens l’ombre de Barbatos s’agiter au fond de mon esprit, là où réside ma folie. Je parviens à rester maitresse de moi, l’absence de Malone et le fait qu’il me recontactera, ne sont que des sujets sans importance, je me contente d’acquiescer prenant note de ces données. Mon regard se porte sur la lame que je tiens toujours, puis avec un sourire stupide, je la rengaine dans son fourreau au côté de sa sœur jumelle. Je ne sais que dire, une voix au fond de moi se demande si je ne serais pas en train d’halluciner, en ce moment, tandis qu’une autre se dit qu’il ne peut être là, que ceci est impossible. Pourquoi Batman s’intéresserait-il à moi, est-il au courant pour mes sorties nocturnes et les os de certains voyous de bas étages que j’ai cassé. Est-ce Malone qui se moque de moi et joue de mon désir qu’il aurait perçu chez moi. Non cela ne se peut, à moins qu’il ne cache un costume de Batman pour parfaire son image de dur. Trop de choses pour mon esprit quelque peu instable. Je tends mon bras vers lui, pour le toucher m’assurer qu’il est vrai. Mais alors que ce geste semble celui d’une personne en proie au doute, les mots qui l’accompagnent en sont totalement dénués. Ils sont plutôt emplis de menace et d’une promesse de violence.

… « Si c’est une blague, qui que tu sois, prépare toi à le regretter » …

J’espère presque que tout cela ne soit pas vrai, car je ne sais comment je réagirais s’il s’agissait véritablement de Batman. Il se peut que je mouillerais légèrement ma culotte, mais en dehors de ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Sam 3 Juin - 10:55

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Fébrile. C'est le mot que je peux donner pour décrire la jeune serveuse qui était en face de moi, à seulement quelques petits mètres de rien du tout. Elle était en face d'une légende urbaine, une légende dont beaucoup taisaient le nom de peur, le nom que l'on murmurait entre truands lors d'une bière en montrant ses cicatrices ou ses membres cassés. C'était une espèce de peur, pas la peur pure, mais celle qui était un mélange de stupéfaction et de terreur, comme si quelqu'un rencontrait sa star préférée dans la rue et qui aborde un sujet quelconque avec cette personne. Oui, elle était fébrile, fébrile et légèrement sceptique de me rencontrer. Elle me tend son bras, pour voir si je ne suis pas une apparition hallucinatoire, ou si je suis une blague de Malone l'Allumette. J'avance doucement vers elle, le bruit de mes bottes résonnant sur le pavé de pierres de l'allée, celle-ci me tend son bras et je lui prends d'un geste rapide et net. Je serre son bras sans douleur, sans animosité pour lui assurer qu'elle se trouvait bien avec le Batman, la fixant droit dans les yeux, sans faiblir. Le peu de lumière d'un lampadaire dévoile mon gant puissant et bien équipé pour distribuer les coups et la douleur qui va avec. Le genre de gant avec lequel tu prends un aller direct pour le pays des rêves en quelque sorte. Je la fixe droit dans les yeux, mon armure se révèle petit à petit sous le faible néon de lumière et mes yeux transpercent la jeune femme. Instiller le fait que tout ça n'était pas une simple et stupide invention de son esprit, non. J'étais réel et j'étais bien là. Ses paroles, légèrement voilées d'une menace quelconque ne me faisaient pas peur, et pour tout dire, si elle avait tenté quelque chose, elle aurait eu du répondant, et dans le genre surprenant même. Les mauvaises surprises, ce n'était pas ma spécialité, et je n'étais hostile que face au crime, pas aux potentiels alliés. Mais s'il faut une démonstration de force, je saurais me débrouiller dans ce genre de cas. L'odeur d'ordures de la ruelle était maintenant bien perceptible, c'était un mélange d'ordures, d'urine et de merde qui s'en dégageait, c'était le genre d'odeur qu'on trouvait toujours derrière les bâtiments douteux de Gotham City, et je connaissais parfaitement cette odeur de putréfaction écœurante. Mais le lieu était calme, et personne ne nous ennuierait. Serrant toujours le bras de la jeune femme, ma voix s'élève maintenant.

"Qui crois-tu avoir en face de toi ?"


Dis-je de ma voix grave. Je la fixe à travers mon masque, puis je la relâche tout en l'observant. Je ne sais pas si j'avais démontré quelque chose mais une chose était certaine, elle était dubitative et il me faudrait effacer ses doutes. Mais Batman n'était pas connu pour être quelqu'un de très locace, ni de très social. S'il fallait montrer qui j'étais et dissiper ses derniers doutes, alors il fallait lui montrer que j'étais bien le chevalier noir. Je pianote sur le clavier de mon gant gauche quelques touches avant d'attendre quelques secondes. Puis, un jet de lumière commençait à éblouir l'allée. La Batmoto était là. Garée depuis tout ce temps dans une ruelle sombre et sordide, attendant que son propriétaire ressorte du My Alibi. Trop risqué de prendre la Batmobile pour le moment à cause des réparations qui doivent encore être faites depuis mon combat contre Black Mask. La moto au moins, me permettait d'aller partout et sans encombre. La regardant toujours, ne dérogeant pas mon regard de ses yeux, je repris d'une voix grave.

"Que sais-tu des meurtres de ces femmes dans l'East End ? As-tu remarqué quelque chose d'étrange ces derniers jours ?"


Le sujet m'avait interloqué plus tôt dans la soirée. Et pour tout dire, je ne pouvais pas laisser passer une boucherie pareille dans mes rues. Ce qui m'étonnait était le fait que Sélina, résidant dans l'East End, ne m'en ait pas parlée. Plutôt étrange de sa part, mais logique. Nous étions en froids depuis que Jézébel Jet était entrée dans ma vie et surtout depuis que Damian était apparu dans ma vie. Tout s'était enchainé si vite au final, que beaucoup de choses étaient passées à la trappe. Et l'attaque du Gant Noir avait précipité les évènements, du coup, peu de temps pour penser à Catwoman et aux autres affaires qui ont ciblé Bruce Wayne mais aussi Batman.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Jeu 8 Juin - 11:09

Le doute s’envole dès qu’il me prend le bras, il me faut faire un effort pour ne pas reculer ou perdre mon sens de l’équilibre. Maintenant que je vois de très près, je comprends ce que peuvent ressentir tous les criminels et pourtant il n’y a aucune once de menace dans son attitude. Il est l’incarnation de la justice, du démon qui surgit l’ombre pour punir et châtier les vilaines personnes. Impressionnant, au point que j’ai arrêté de respirer durant une seconde. Je suis captivée par sa voix, sa présence, j’en oublie le sordide du lieu, mais ses paroles me ramènent rapidement à la dure réalité de Gotham. Il est venu à moi pour obtenir des informations, pourquoi, Malone doit en savoir bien plus de moi. Il me parle des meurtres ayant lieu à East End et concernant des femmes, me demandant ce que je sais là-dessus. Il est vrai que de par mon métier, ma vie, je peux voir et entendre diverses choses. Mais je n’ai pas grand-chose à lui apprendre, de plus il doit posséder plus d’accès que moi aux dossiers du GCPD.


… « Je sais juste que plusieurs filles ont disparus, la plupart travaillaient dans la rue, ou y vivaient. Le ou les responsables, choisissent de filles qui ne manqueront à personne, du moins à la société qui se moque d’elle » …

J’avais pu retrouver ma sérénité, durant les quelques secondes qui me furent nécessaires pour donner ma réponse. Malgré tout, il possédait une aura impressionnante, celle-ci était certainement dût à sa carrure, son costume et à l’imaginaire qu’il avait généré autours de lui, mais elle était bien là. De plus s’était la première fois que je me retrouvais face à lui, bien sûr j’avais pu sentir son ombre, percevoir sa silhouette durant mes années de service au sein du GCPD, mais ce n’était pas la même chose. Maintenant que je retrouvais mes esprits, je pus apprécier la situation, l’arrivée de sa moto rajouta à l’atmosphère surtout que j’étais fan de ce genre de véhicule. J’aimais sentir la puissance de ces engins en mes cuisses, la sensation de liberté qu’elles offraient lorsqu’on les poussait dans les tours. D’ailleurs, je ne cachai pas mon admiration pour l’animal mécanique. Mais  le sujet abordé demandait de la concentration et méritait toute mon attention.


… « Je ne sais pas si cela est lié, mais une des filles du My Alibi a disparu. Malone a dut vous dire que je m’intéressais à un dénommé Fritz. Ce dernier est un client régulier de Gina, la disparue, et lui portait un intérêt assez malsain. Peut-être qu’il n’a rien à voir avec sa disparition, ou celles des autres victimes, ou bien c’est le contraire. Malone m’a filé son numéro, je lui dirais ce que j’ai découvert » …

Je comptais bien interroger Fritz à ce sujet et obtenir de ce dernier toutes les informations qu’il pourrait me filer. Je montrais une froide détermination, il était certains que je n’appréciais que peu la situation autour de ces disparitions.


… « J’ai quelques contacts au sein des patrouilles du GCPD, je pourrais voir s’ils ont entendu, vu, ou ignoré, quelque chose » …

Je savais que plusieurs de mes anciens collègues, cousins plus ou moins éloignés pour certains, devait savoir ce qui se passait. Peut-être pas dans l’ensemble, mais en patrouillant on voit beaucoup de choses et on sait les endroits à éviter, surtout lorsqu’on est corrompu et payé pour détourner les yeux. Batman avait lui aussi accès à certaines ressources du GCPD, j’avais toujours été convaincue que Gordon travaillait main dans la main avec les Protecteurs de Gotham et en particulier celui qui se trouvait devant moi. Mais comme il le savait, les dossiers ne sont pas toujours exhaustifs ou complets. Je ne doutais pas qu’il avait les moyens de faire parler un flic corrompu, mais à part quelques-uns, on préférait régler les problèmes en famille. Et un flic parle plus facilement à un autre flic, même s’il n’est plus en activité. De plus il ne fallait pas oublier que parmi les membres du GCPD, il existait une frange d’agents, qui ne désiraient rien d’autre que pouvoir faire justice eux-mêmes et je ne sais pas pourquoi je me suis toujours bien entendu avec eux, malgré mon nom de Famille. Maintenant que j’avais dit ce que je savais et comptais faire, j’attendais de voir comment allé tourner la suite de cette rencontre. Allait-il me dire de faire attention, de ne pas trop me mouiller dans cette affaire. Il se pouvait aussi, qu’il me plante là disparaissant après avoir enfourché sa moto. Quoiqu’il en soit, je comptais bien aller rendre visite à Fritz et ce dès ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 264
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Ven 9 Juin - 11:51

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

J'écoutais ce qu'elle avait à dire. Ses informations continuaient de concorder avec ce qu'elle m'avait dit plus tôt dans la soirée, et malgré les derniers regroupements que j'en avais, le dénommé Fritz revenait toujours. Il fallait faire attention avec ce genre d'ordures. C'était le genre à être subtil et fin, capable de sortir des mailles du filet et de s'évaporer dans la nature. L'approche de la jeune femme était plutôt directe. En parler avec le GCPD : Une bonne et une mauvaise idée à la fois. Je pourrais mettre Jim dans la confidence, mais cela éveillerait surement les doutes de Fritz et cela pourrait le faire quitter Gotham, et la piste deviendrait inutile par la suite. Si elle voulait du résultat, il faudrait la jouer plus finement. Peut-être qu'en interrogeant quelques ordures disséminées dans la ville ... Non. Le mieux serait de cogner le Pingouin pour trouver les informations utiles. Si quelqu'un devait avoir l'avantage sur les informations dans Gotham, c'était bien lui. Il arrivait toujours à obtenir ce qu'il voulait d'une manière où d'une autre. Jaugeant la jeune femme, je me dis qu'elle avait la carrure pour se lancer dans une chasse à l'homme, mais qu'en face d'une bande armée, elle pourrait très vite se faire avoir. Après tout, je devais faire en sorte qu'elle puisse avoir des nouvelles de ses amies disparues. Et pourquoi j'étais là au fait ? Car je voulais aider quelqu'un qui s'inquiétait, c'était aussi ça le rôle de Batman. Ne pas être que dans les crimes des cinglés de l'asile d'Arkham, il fallait aussi que je m'inquiète de ce que peuvent ressentir les gens, de ce qu'ils peuvent supporter pour que je puisse l'endurer. Je ne devais pas me focaliser uniquement sur les cas répertoriés par le Bat-ordinateur ou par le commissaire de Gotham, non. Si je devais aider la ville dans son ensemble, je devais aller au plus bas, dans les tréfonds de la ville, je devais montrer que j'étais présent. Que j'étais là pour Gotham City et ses citoyens. Voila la différence, voila ce qui pourrait permettre à quelqu'un de garder espoir dans cette ville. D'un geste, je regarde en direction de la bat-moto qui roule vers moi, puis je reviens vers la jeune femme. Je n'allais pas la laisser s'enfoncer dans un recoin "perdu" de Gotham sans rien. Je ne tenais pas à la retrouver dans un petit sac plastique noir avant la fin de la nuit. Je m'avance vers la moto et je saisis quelque chose dans le compartiment réservé à l'arrière. Un petit objet issu de la technologie "Batman", si on peut dire. De toutes évidence, les filles disparues étaient des moins que rien, le genre de filles qui était perçue par la société comme des parias et qui ne manqueraient à personne. Voila l'idée du tueur, il se base sur la solitude et sur l'exclusion sociale de ses victimes, c'est son modus operandi et cela n'était pas difficile à comprendre. Soit c'est voulu, soit, c'était aléatoire et gratuit, sans mobile le plus souvent.

"C'est un trackeur. Si tu trouves quelque chose d'intéressant, cache-le à l'endroit ciblé et je viendrais."


Je lui tends l'objet. Le prendra-t'elle ? C'était à son aise. Pour ma part, je savais déjà où chercher, mais j'avais mes limites, tout comme elle. Et je ne la voyais pas s'en prendre à des monstres. Surtout depuis que les rumeurs s'accentuaient sur le retour de Dollmaker à Gotham City. Si Croc était de la partie, par contre, il faudrait un certain doigté pour capturer cet animal et le renvoyer dans sa cage à l'asile d'Arkham. Mais je doute pertinemment qu'elle arrive à l'arrêter. Peut-être que je la jaugeais mal ? Après tout, à Gotham City, l'habit ne fait très clairement pas le moine. Le trackeur lui servirait, et cela pourrait permettre d'en savoir un peu plus sur les tenants et les aboutissants de cette affaire. Reprenant la parole, je tiens à lui dire ce que je pensais de cette affaire.

"Si tu comptes en parler, ça retombera dans les oreilles de Fritz d'une manière ou d'une autre. La dernière chose que tu voudrais, c'est de le voir disparaitre et quitter Gotham City. Reste vague dans tes questions, sinon cela l'alertera."


Les criminels étaient lâches et superstitieux, comme toujours. Et le moindre bruit pouvait alerter l'ennemi, le faire s'envoler comme un oiseau. Il fallait résonner en tigre, et attendre que la proie fasse une erreur, une simple petite erreur. La moto commence à vrombir. Je me retourne et je me dirige vers mon engin mécanique avant de l'enfourcher. Je regarde une dernière fois la jeune femme. Elle voulait en démordre, on sentait l'inquiétude mêlée dans sa voix. Chose normale, mais le Batman était au-delà de ça. Ce qui ne l'empêchait pas de vouloir l'aider. Après tout, si ce crime était résolu, Batman pourrait continuer à avoir l'appui des citoyens. Tant qu'une personne croira en Batman, il y'aura de l'espoir après tout. Et c'était ce que cette ville méritait, ce dont elle avait besoin. Posant mes mains sur les poignées de la moto, je tiens à conclure.

"Tu n'es plus seule."


Dis-je avant de démarrer la moto et disparaissant au bout de la nuit. Cette entrevue avec le Chevalier Noir avait surement regonflé à bloc la jeune femme, cela avait peut-être donné une impression de réconfort. C'était un peu le but, mais pour le moment, la seule chose à faire, c'était de me renseigner et de trouver Fritz. De le choper et de lui faire entendre ce que j'avais à dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 71
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Requiem pour un Arnaqueur    Jeu 15 Juin - 22:31

Je regarde l’objet que me tend Batman, ainsi il accepte que je puisse mener ma propre enquête. A moins que ce traqueur, lui serve afin de me pister et retrouver en cas de disparition. Quoi qu’il en soit, je ne cachai pas mon plaisir. Mais il n’y avait rien de la midinette dans mon comportement. Mais lorsque la personne que vous respectez depuis des années, vous porte un quelconque intérêt, il serait malhonnête de ne pas montrer son plaisir. Je savais que l’idée de fouiller auprès du GCPD, ne lui plaisait pas. Surement doutait-il de mes talents et de mes liens avec ceux à qui je pensais. Je pouvais le comprendre et sa remarque était juste. Le Pingouin, comme d’autres avait ses oreilles au sein de cet organisme. Il n’était pas idiot de penser que ses hommes de mains, possédaient eux aussi ces oreilles. Je rangeais le traqueur, m’assurant que je ne pourrais pas le perdre. J’allais devoir repenser ma tenue, même si la ceinture à outil n’était pas mon genre.


Le vrombissement de la moto customisé du Chevalier Noir, était agréable à mes oreilles, que ne donnerais-je pas pour la chevaucher. J’étais malgré certaine qu’elle ne m’offrirait pas les sensations que Batman pourrait m’offrir si je le chevauchais. Je fis un grand effort pour ne pas laisser paraitre cette vision, cette pensée.  Ses dernière paroles me touchèrent et gonflèrent mon cœur, avant que ce dernier retrouve son calme et sa froideur naturelle. Je me détournai, laissant le Protecteur de Gotham s’enfoncer dans les rues de notre ville. Je devais passer chez moi et récupérer quelques affaires. Je connaissais quelqu’un à qui j’allais rendre visite en cette fin de soirée. Le fait que ce dernier œuvrait pour le Pingouin ne changeait rien à ma décision. Je quittais la ruelle sombre et sordide où l’un de mes fantasmes s’était concrétisé. En rejoignant la rue qui se trouvait à l’arrière du My Alibi, je me demandais comment j’allais pouvoir faire parler Fritz, ce dernier ne devait pas être un voyou de base. Je retrouvai sans peine mon propre bolide, une Kawasaki Ninja de plus de 200 Chevaux.  J’étais certaine qu’elle ne pourrait rivaliser avec celle du Batman, que cela soit en termes de puissance, maniabilité ou custom. Il fallait dire que la mienne n’était que peu modifier, juste de quoi camoufler mes armes. L’enfourchant, je me dirigeai vers l’Old Gotham et plus particulièrement le quartier de Boweri où j’espérais trouver quelques informations. La visite du Batman avait réveillé en moi, cette part et sombre que j’avais hérité de mes heures plongé dans la folie. Barbatos soufflait à mon âme et ses mots trouvaient échos dans mon désir de vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Requiem pour un Arnaqueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Requiem pour un Massacre (Idi i Smotri)
» Requiem pour un con (Higelin etc...)
» La fin de la E-120 001... "requiem pour une loco d'election"
» [Faulkner, William] Requiem pour une nonne
» Requiem pour un con (Serge gainsbourg)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Coventry :: My Alibi-