Imaginez le Mythe de Gotham City




Batwing

Azrael

Orpheus

Katana

Tarentula

Nightrunner

Zatanna

Ragman

Huntress

Simon Dark

Misfit

Stryx

Deathstroke

Duela

Blackfire

Pyg

Quiz

Fright

Zsasz

Killer Moth

March Hare

Magpie

Man-Bat

Strange

Holiday

Sofia Falcone

Mario Falcone

Le Lynx

Tobias Whale

King Snake

Blockbuster

The Bone

Requin-Tigre

Kossov

Omerta

The Jazzman

Julie Madison

Slam Bradley

Dr. Arkham

Aaron Cash

Silver St Cloud

Thorne

Zorbatos

Bullock

Alyce Sinner

Crispus Allen

Montoya

Jason Bard

Talia Al Ghul

Nyssa Al Ghul

Vertigo

David Caïn

Deadshot

Le Senseï

Whisper A'Daire

Bronze Tiger

Catman

Dr Darrk

White Ghost

Merlyn
Derniers sujets
» Drôle de trouvaille - mission solo - 17.01.18
Grand Opening EmptyAujourd'hui à 3:08 par Lonnie Machin aka Anarky

» Laisses toi glisser, gars.
Grand Opening EmptyAujourd'hui à 1:05 par Benjamin Shelby

» Time to Play
Grand Opening EmptyHier à 22:58 par Liam Faith

» Une faim singulière [Pv Porcelaine)
Grand Opening EmptyHier à 22:24 par Porcelaine

» Une rencontre au pas, de tir ! (Feat : Barbara Gordon)
Grand Opening EmptyHier à 22:02 par Barbara Grayson / Batgirl

» Mission : "Recevoir une plainte" (Feat : Lisbeth)
Grand Opening EmptyHier à 20:59 par Liam Faith

» Blabla
Grand Opening EmptyHier à 20:50 par Cassandra Cain/Black Bat

» Un robot au chomdu - pv Serena Ardwin - 15.01.18
Grand Opening EmptyHier à 19:39 par Lonnie Machin aka Anarky

» La banquise est froide [PV]
Grand Opening EmptyHier à 19:15 par Oswald C. Cobblepot

» La Nuit au Musée [Cassandra]
Grand Opening EmptyHier à 18:58 par Cassandra Cain/Black Bat

» Trois en moins pour l'honneur [PV - Serena Ardwin]
Grand Opening EmptyHier à 18:31 par Serena Ardwin

» Règlement à OK Gotham [PV Nightwing, Elio, Liam, Batman]
Grand Opening EmptyHier à 18:05 par Dick R. Grayson/Nightwing

» La Course au Jouet
Grand Opening EmptyHier à 17:41 par Serena Ardwin

» Quelques maux à se dire - Alexa Varon BomberGirl - 29/09/17
Grand Opening EmptyHier à 16:54 par Lonnie Machin aka Anarky

» Flitlings and trolls are on the menu. [Pv Owen]
Grand Opening EmptyHier à 15:12 par Jason B. Smith

» Asian Street Fight
Grand Opening EmptyHier à 13:52 par Tian Hong

» Maybe I'm a sweetheart trying to make my own scars || PV Dick Grayson/Nightwing
Grand Opening EmptyHier à 13:49 par Tatiana Lavrinenko

» Deux potes, deux manettes
Grand Opening EmptyHier à 12:11 par Dick R. Grayson/Nightwing

» Li Wei Zheng, la fleur informatique.
Grand Opening EmptySam 15 Jan 2022 - 21:57 par Li Wei Zheng

» Une rencontre inattendue.
Grand Opening EmptySam 15 Jan 2022 - 21:37 par Bruce Wayne / Batman

Le deal à ne pas rater :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + Manette DualSense ...
99.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Grand Opening

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mafieux
Messages : 194
Date d'Inscription : 01/08/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Tian Hong
Tian Hong
MessageSujet: Grand Opening   Grand Opening EmptyLun 25 Oct 2021 - 17:55




Description des lieux ::
 


Le grand soir, l'ouverture du Triangle d'Or aux gothamites, et particulièrement à ses nouveaux riches qui allaient, Tian l'espérait, se mêler aux entrepreneurs de Chinatown District, ceux qui allaient payer leurs inscriptions et leurs abonnements en promesses envers la Triade, des promesses qu'elle se chargerait de faire tenir, pour le bien du quartier et de ses protecteurs.

L'endroit avait bénéficié de grosses rénovations et d'un tout nouvel ameublement durant le dernier mois. Le plus difficile avait finalement été de dégotter le bon endroit et se l'accaparer à un prix raisonnable, sans effusion de sang ni de remue-ménage, bref, c'était un job d'hommes d'affaire et les hommes du Bambou Uni avaient réalisés la tâche avec le professionnalisme qu'on attends de véritables gangsters.

Les filles avaient quasiment toutes été débauchées des bordels environnants, pour beaucoup trop heureuses de s'élever du rang de catin à "femme de compagnie". Certains propriétaires et proxénètes avaient légitimement protestés, certains avaient été dédommagés en billets verts, d'autres en temps d'hospitalisation, tous continueraient à verser le tribut à celui qui se revendiquait comme le leader de Chinatown, par ce que la loi du plus fort est ainsi.

La cigarette entre les lèvres, les mains dans les poches, Tian se laissait un peu aller dans ses pensées, observant l'attroupement en formation juste en contrebas. Kento n'avait pas manqué de faire passer le mot partout où cela était possible mais un établissement se voulant aussi select ne ferrait jamais foule, en fait, il ne devait pas accueillir de foule. L'idée avait du mal à faire son nid dans l'esprit du Gùn, trop habitué aux commerces populaires qu'il avait utilisé comme façade à Hong-Kong, trop habitué à l'odeur de la sueur ouvrière, la bière bon marché, les clopes de contrebande, trop habitué au monde de la rue pour se sentir encore parfaitement à l'aise dans le rôle d'un pur homme d'affaire, à l'abri dans sa tour.

Il ne serait pas présent lors de l'ouverture. Si son alias était bien propriétaire des lieux, c'étaient Kento et Sun qui ouvriraient le bal ce soir. Tian, de son côté, descendrait se mêler aux rupins un peu plus tard, lorsqu'il n'aurait plus à craindre la présence d'un fouille-merde grimé en trader avec un appareil photo dans le slip. Qu'on fiche ses hommes, le GCPD l'avait surement fait depuis un bail, mais plus longtemps le visage du chef de Triade serait tenu hors de la sphère publique, mieux ce serait.

En contrebas, l'attroupement s'agitait. Ses deux lieutenants se tenaient devant les portes, prenant le temps de larguer un bref discours pour chanter la genèse fantasmée de ces lieux. "Un lieu pour renforcer la collaboration commerciale et industrielle entre l'Amérique et l'Asiatique" et tout ce genre de conneries que seuls les prolétaires avalaient, inconscient de la constante guerre que se livraient entreprises et corporations, faisant au passage plus de morts innocentes que n'en réaliserait jamais le crime organisé.

Quoi qu'il en soit, une fois le discours lâché, les portes s'ouvriront pour les invités. Ce soir, costume de rigueur, nul besoin d'être inscrit ou abonné, seulement de bien présenter, de toute façon, les dames du Triangle d'Or auront vite fait de renifler ceux qui font semblants pour s'agglutiner aux portes-feuilles bien remplis et les pousser à la consommation. Fatalement, les sans le sou espérant se mêler au monde d'en haut se retrouveront vite isolé et gentiment guidé vers la rue une fois leur maigre pécule évaporé après quelques verres au prix très, très fort.
Revenir en haut Aller en bas
Mafia Queen
Messages : 644
Date d'Inscription : 12/12/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City ::
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Anh Xian
Anh Xian
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyMar 26 Oct 2021 - 22:22

Grand opening du Triangle d'or

Q
ue disait le proverbe, déjà ? “Le vin n’est jamais aussi bon que quand on le boit avec un ami.” Peut-être et sans doute qu’il était bien trop tôt pour parler d’une quelconque amitié entre moi et Toshiro Yamashita, mais il était certain après notre discussion qu’une alliance était bien plus bénéfique qu’une guerre de clans. Nous n’étions pas nés sous la même lune, mais avions plus de point commun que je n’en aurai jamais avec l’homme blanc. Je n’avais pas foulé leur terre depuis assez longtemps pour me permettre de dire que je connaissais tant leur qualité que leur défaut, il n’empêchait que leur manière de vivre et de considérer mon peuple était offensant. Toujours ce petit regard en biais pour vous rappeler votre condition, ou cette remarque dite l’air de rien mais dont le sous-entendu n’échappait à personne. Oh, je ne pleurnichais pas face à cette condescendance mais j’estimais vital de leur montrer la poigne de fer dont les asiatiques étaient dotés. Pour cela, il fallait s’allier, s’engager, se développer. Tisser des liens fructueux sur le long terme qui allait permettre d'arriver à un but bien plus grand que cette banale envie de leur faire baiser le sol à mes pieds. Une de mes filles passait les poils de sanglier dans mes longs cheveux noirs, épais et lisses, dans un geste lent et répétitif. C’était comme un massage crânien très satisfaisant, qui me donnait d’agréables frissons. Sho était l’une des premières à travailler pour moi. Elle avait d’interminables jambes, aussi douce que la plus belle des soies qui m’avait été offerte par un client fortuné. Docile et fidèle, je misais gros sur cette femme aux airs inoffensifs et dont pourtant, comme moi, il fallait se méfier si l’on dormait à ses côtés. Elle était la définition même d’une veuve noire à qui l’amour avait été arraché, et que dans cette coquille à présent vide, ne restait que ce dont on voulait bien lui donner. Moi, je lui avais tout donné alors qu’elle errait dans les rues d’une ville dangereuse, ingrate et soumise aux vices les plus rebutants des hommes. Enfin et pour compléter ce modeste portrait, elle était aussi la seule fille que je n’avais pas achetée. ─ Sho, tu vas venir avec moi et Yamashita. Tu seras le visage des filles de La Magnolia. murmurais-je dans un souffle tandis que la brosse trouva refuge dans son tiroir. ─ Va te préparer, nous partons bientôt. Sois exquise. Tandis que sa silhouette gracile quittait ma chambre, mon regard se plantait dans mon propre reflet, alors que de la poudre dorée s’étalait sur mes paupières. Dans ce genre de soirées, ma robe était choisie avec goût et minutie en vue de satisfaire plusieurs facteurs ; la présentation, la séduction sous toutes ses formes. Plaire, attirer, la clientèle comme les amitiés naissantes. Chinatown me connaissait déjà comme la maquerelle de La Magnolia, les plus intimes savaient que j’offrais l’information au plus vendeur. Les clients américains qui passaient sous mon toit devenaient fort bavards, une fois que l’alcool ou l’opium faisaient partie de la fête.

Quoiqu’il en soit… Nous étions prêtes.

Mon hôte m’avait prévenu que l’apparat était de rigueur. C’était dans ma robe bordeaux et mes ongles vernis que j’affichais un visage sérieux qui n’attendait qu’une main tendue pour offrir l’esquisse d’un sourire. De lourds bijoux en or décoraient mes lobes, la même teinte se retrouvait dans le chignon évasé que je portais pour toute coiffure. Pour être en communication directe avec les bordels alentour, je savais que la plupart avait été réquisitionné pour cette soirée. La Magnolia n’avait cependant pas été contactée, et de toute manière, j’aurais refusé que mes protégées soient jetées en pâture. Je ne connaissais pas le chef de cette famille et tant qu’un visage ne serait pas mis sur son nom, ma vigilance ne me quittera pas. Le mot était faible mais le message envoyé que j’avais décelé tout aussi explicite : passant l’entrée, deux hommes aux armes sans doute dissimulées faisaient office de comité d'accueil. Voilà qui voulait dire, dans tout ce somptueux décor “j’ai les moyens. ne cherchez pas à m’emmerder, profitez de la boisson, soyez clients.” L’interrogatoire à l’arrivée fut géré par Toshiro, je n’avais pas la tête à expliciter ou légitimer ma présence et mon partenaire me semblait bien plus diplomate que moi. C’était, pour être honnête, ce qui me faisait le plus grand défaut. Le discours utopiste terminé, les invités commençaient à se mêler les uns aux autres. Le bar fut pris d’assaut et je fus l’une de ceux qui cherchaient à étancher sa soif. Avant de quitter le bras de Yamashita et la compagnie de ma fille, je lui rappelais son devoir de cette nuit. ─ Tu ne fais que aguicher, sois entreprenante mais laisse-toi chercher. Donne-leur envie de venir te voir dans notre maison, pense à tes sœurs. Ma main passait délicatement sur sa joue, dans une caresse tendre mais oppressante, qui avait pour but de lui faire comprendre que faillir à ma demande n’allait être bon pour personne.
─ Yamashita, quelle est votre première impression devant cette vision idyllique ? Ma question avait beau être rhétorique, je désirais néanmoins savoir ce qu’il pensait de toute la beauté qui régnait en ces lieux. Il me tardait de rencontrer le maître de la maison. Je comptais sans hésitation user de toute la perspicacité dont je pouvais faire preuve sur sa personne. Voir à travers son regard le genre d’homme qu’il était. Mon ancienne maquerelle m’avait un jour dit qu’on pouvait deviner pas mal de choses rien qu’en observant un homme boire. Je n’avais pas son niveau d’analyse du langage corporel, mais je savais qu’il fallait s’attarder sur quelques points. Buvait-il seul ou entouré ? Était-il discret ou bruyant ? Restait-il assis sur sa chaise ou marchait-il sur les tables ? Comment est-ce que vous buviez votre alcool, Tian Hong ?

Revenir en haut Aller en bas
Oyabun
Messages : 99
Date d'Inscription : 26/06/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Oyabun
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Toshirō Yamashita
Toshirō Yamashita
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyMer 27 Oct 2021 - 0:32

Ce soir j'allais encore être en fête, car un nouveau établissement viens d'ouvrir ses portes dans le beau quartier de Chinatown, il n'était nullement d'autre diriger que par notre nouveau arrivant Tian, que j'avais eu le plaisir de voir et de rencontrer. C'est donc pour cet occasion et pour le grand opening que j'ai étais convier, bien entendus, comme me l'as fait comprendre mon hôte de la soirée, un dress code impeccable était attendus. Comme à mon habitude, j'allais faire honneur à mon pays natale, même si certain d'entre eux pourrons voir cela comme une insulte mais pas le moindre du monde. J'enfiler donc un kimono en soie gris, en mettant par-dessus un jolie Yakuta noir. Pour cette occasion, je fis un jolie chignon, en mettant un jolie ornement en or et jade sur mes cheveux. Je regardais ma montre, j'étais parfait dans mon timing, je descendis dans le salon principale, où était installé mes hommes les plus fidéles.

 - Messieurs ce soir, je me rend à une soirée d'ouverture, je vous demanderais donc d'être autour des bâtiments et de monter la garde, même si ils font partie des alliées je préfère prévenir. Comme à notre habitude Akiji, tu seras auprès de moi, quand à toi Tanaka tu auras en charge les extérieurs.

Après avoir donnée mes ordres, nous pouvions monter dans la voiture et nous diriger pour aller récupère la jeune et belle Anh, elle aussi venait d'arrive sur les terre Us, mais elle semble pouvoir tant offrir, je m'étais donc proposé de venir la chercher, après m'être installé mon cortège s'élança, en direction du repaire de Anh, après cinq minute de voiture nous étions enfin arrivé, Anh était là, mais semblait elle aussi accompagner par une courtisane, je ne pouvais m'empêcher d'afficher un sourire sur le coin des lèvres, elle voulait déjà placer ses pions dans l'immense échecquier mafieux Gothamite. C'est donc ainsi que nous partions tout les deux en direction de notre destination final. Le trajet ce passa plutôt en silence, après une dizaine minute de voiture, nous arrivâmes devant un immense et belle endroit. L'entrée était garder par deux chiens de garde, je regardais Anh qui semblait vouloir que je m'occupe de cela, je marchais donc en leur direction.

 - Bonsoir, je suis Toshiro Yamashita et Anh Xian, nous sommes tous deux conviés ce soir par le Maître des Lieux Monsieur Wong Liang, je vous demanderais donc de nous laisser rentrer, mais aussi de nous annoncer, vous serez bien gentil.

Je me tourner vers Anh, en l'invitant à me suivre en lui proposant mon bras, nous rentrions donc dans un endroit chaleureux, remplis de gens de bonne famille fortuné ou pas, mon regard scinda rapidement la salle, est je me tourner naturellement vers mon plus fidèle compagnon Akiji, je lui murmura à l'oreille.

 - Fait un tour dans les lieux, voit si tu peux tirer quelque chose, mais surtout vérifie que j'ai pas un ennemis qui vaudrais essayer de faire quoi que sa soit, sinon tu sais quoi faire, mon cher Akiji, tu as déjà fait de la purée humaine.

Ainsi donc ce dernier partie faire la mission que je venais de lui donner, je continuais à scrutais les lieux, est je pouvais sentir certain regard ce posa sur moi, effectivement nous étions tous asiatique ici, mais la majorité venait de Chine, est dans notre histoire pendant un certain temps nos peuple n'étaient pas des plus grand alliées. Mais je juge cette époque révolue et seul les gens bête et simple d'esprit devrons s'attarder encore dessus. Alors que je marchais un peu dans ce nouveau lieu joliment décore, je me tournais et je pus apercevoir la jeune Anh, je m'approchais donc naturellement vers elle, avec deux verres dans la main, en lui tendant un verre, puis après avoir pris une gorgé, la jeune maquerelle me demanda ma première pensées, je souris à la question avant de lui répondre.

 - Je trouves cette endroit fort jolie et appréciable, une décoration chic sans pour autant être dans l'exces, je penses donc que l'établissement aura un belle avenir long et prometteur. Mais je sens que votre question était visé Miss Xian pas vrais ? Que voulez-vous vraiment savoir ? Ne parler pas à demi-mot avec le Dragon doré.

Je repris une gorgé, tout en continuant à la regarder avec un petit sourire du coin des lèvres.


Grand Opening Qzcd
Revenir en haut Aller en bas
Cobblepot
Messages : 3203
Date d'Inscription : 02/08/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Homme d'affaires impitoyable
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Oswald C. Cobblepot
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptySam 30 Oct 2021 - 17:04

Cela aurait pût être une bonne journée. Mais les jours à Gotham City sont rarement bons, et encore une fois, les choses allaient évoluer dans une mauvaise direction. Oswald Cobblepot était en train de régler une affaire pressante. Une petite affaire de vengeance personnelle. Dans le genre où il était très stupide de provoquer la colère d'un homme aussi puissant que le Pingouin. En ce beau jour, Oswald était occupé, et il comptait bien régler des affaires pressantes. Ce qu'il entendait dans les rues de Gotham City ne lui plaisaient pas, et pour tout dire, il devait faire en sorte de reprendre du poil de la bête, parce qu'en ce moment, ce n'était pas la grande forme. C'est à ce moment bien précis qu'on le tira de ses affaires, qu'un élément extérieur commençait à s'enclencher ...

"M'sieur Cobblepot ?"

"QUOI ?!"

Alors que le Pingouin était en train de se taper un moment bien peinard en fumant un des salauds qui s'était payé sa gueule lors d'une réception, un messager arriva. Oswald était tranquillement à l'Iceberg, dans une des caves souterraines du bâtiment, à punir un mec qui l'avait fortement mérité. Sa femme avait eu un accident regrettable, son gosse avait subitement disparu, et il avait perdu son boulot, et les flics ne tarderaient pas à découvrir sur son ordinateur, des fichiers pédophiles. Voila comment on fait pour ruiner quelqu'un. C'était une méthode délicieusement cruelle, et le Pingouin aimait voir la tête de ceux qui l'avaient insulté, quand il annonçait ce genre de nouvelles. L'homme "torturé" si l'on peut dire, pleura à chaudes larmes, voyant que sa vie était foutue en l'air pour de bon. Tout était foutu pour lui. Le Pingouin aimait voir les larmes d'un homme, qui était désormais au bord du précipice. Généralement, il offrait une arme, avec une balle, pour le gaillard, mais non, le suicide, c'était pas bien d'en avoir sur les mains, c'était sale. Oswald fumait, tout en souriant, quand le messager entra. Un homme avec les emblèmes du Pingouin tatoué sur la joue. Un des plus loyaux donc. Délaissant l'infortuné, Oswald s'avançait vers l'homme.

"On a chopé ça. Apparemment, y'a un nouveau restaurant asiatique qui ouvre."

Oswald prit le papier des mains de l'homme et observa, resserrant son monocle pour mieux lire. Apparemment, c'était un restaurant haut de gamme, mais du genre qui en disait long sur la teneur de l'évènement. D'après ce qu'il savait, y'avait du remous chez les bouffeurs de riz, et ça commençait à tiquer dans Chinatown. Il paraitrait même que de nouveaux seigneurs de guerre sont prêts à l'attaquer. Les imbéciles, songea Oswald, tout en froissant de manière colérique le papier qu'il avait entre les mains.

"BOSSWORTH ! LARK !"

Le colosse et la jeune femme arrivèrent, prêts comme toujours, à répondre aux exigences de leur patron. Oswald se retourna et eut un mauvais sourire. Ce n'était pas la première fois qu'il entendait parler de ce genre de trucs dans sa ville. Apparemment, le quartier Chinatown commençait à faire un peu trop parlé de lui, et cela agaçait le Pingouin. Il n'avait pas besoin de ça, pas en ce moment. Mais c'était peut-être aussi une occasion pour les tenir en respect et leur rappeler à qui appartient cette putain de ville. Un plan germe dans son crâne. Si quelque chose se manigançait, alors il fallait agir tant que la lumière brillait, et surtout, montrer qu'on était présent. C'était une des règles de la stratégie.

"On va aller faire un safari en Cochinchine. Prenez vos plus beaux habits coloniaux, on va voir du bridé et du singe. Wak wak wak."

Bossworth allait s'occuper de ramener du renfort, au cas où ça tournerait mal. Quant à Lark, elle allait sortir la berline blindée. Se balader à Chinatown, dans une voiture normale, c'était se faire un hara-kiri digne des meilleurs kamikazes de Pearl Harbor. Du renfort, ça serait utile, si jamais on venait à se payer la gueule du Pingouin. Fallait pas le mettre en colère, ni essayer de le baiser, bien entendu. D'un geste de colère, il écrasa son cigare sous sa chaussure, tout en sortant de la cave de l'Iceberg. Il fallait se faire beau. Il se dirigea dans ses appartements et s'habilla de ses plus beaux vêtements pour une première impression. Une règle d'or : Toujours impressionner l'adversaire, cela en disait toujours long sur le porte-feuille du dominant. Oswald était un homme qui aimait se montrer, qui aimait se pavaner, et surtout, qui aimait montrer qu'il avait beaucoup d'argent. Prenant son parapluie, Oswald se trouvait aussi rutilant qu'une belle bagnole, et d'un sourire, il quitta la pièce, tout en mettant son haut de forme sur le crâne. Son porte-cigarettes entre les dents, il s'avançait en direction de la voiture, et s'installa à l'intérieur. Où l'attendaient Lark, Bossworth, et un homme de main, un certain Billy. Une autre voiture démarra en même temps. Des hommes du Pingouin qui attendraient l'appel en renfort, au cas où tout tournerait mal. Le trajet ne fut pas long, non, pas vraiment, et quand vinrent les premières architectures qui indiquaient l'entrée dans Chinatown, le Pingouin serra les dents.

"Ils peuvent pas se contenter de leur saloperie de quartier."

Se dit-il pour lui-même, n'attendant aucune réponse. Lark arriva à bonne destination, et Bossworth sortit en premier, suivit du Pingouin. Accompagné du colosse, Cobblepot se permit d'ouvrir la porte du restaurant. Et l'odeur qui lui toucha le nez était presque infecte à ses narines. Cette odeur dégueulasse du boui-boui chinetoque, vous savez, ce lieu qui pue le jaune. Le personnel, l'endroit. Bref, c'était reboutant, et malgré tout, Oswald fit un effort pour supporter l'odeur. Il était en territoire ennemi, à découvert, mais peut-être que pour ces bouseux, cela serait perçu comme du courage. Il en fallait pour oser les tenir en respect sur leur propre territoire. Règle numéro cinq : Ne jamais laisser l'adversaire penser qu'il est en sécurité chez lui. S'approchant du maitre d'hôtel, Cobblepot déposa deux cent dollars, en guise de pourboire et surtout, pour inciter l'homme à faire des efforts. Un joli petit pécule, histoire d'être bien en vue, et surtout, toujours montrer que le Pingouin avait du flouze. Il fallait bien y mettre les formes. Se faire voir, et surtout, étonner. Il fallait montrer que le Pingouin était au courant de tout, et qu'il comptait bien mettre à profit son savoir. Observant l'endroit, Oswald songeait au fait que ces barbares d'extrême orient bouffaient des chiens, laquaient leurs canards, et faisaient de la soupe de serpent. Quelle joie de connaitre la cuisine asiatique ... Vraiment.

"Introduisez-moi auprès de votre communauté, je tiens à faire une entrée fracassante dans ce merveilleux boui-boui. Wak wak."


Grand Opening V545


Dernière édition par Oswald C. Cobblepot le Lun 1 Nov 2021 - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Justicier(e)
Messages : 51
Date d'Inscription : 23/10/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière débutante
☠ Relations conflictuelles :: ► Kiriyama Zanshi (soeur jumelle), criminels de Gotham
♣ Alliés : : ►Leslie Robinson
Naoko Kiriyama
Naoko Kiriyama
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyDim 31 Oct 2021 - 15:43


Grand Opening
Mafias et/ou personnalités mondaines

Helena avait terminé de se préparer pour le grand soir, celui où elle va se rendre au Triangle d’Or, en tant que Helena Bertinelli, la Princesse déchue de la Pègre et héritière de Franco Bertinelli. Cette fois-ci, elle ne sera pas toute seule, car elle sera sous protection de Tony Angelo, son ami d’enfance et de la nouvelle protégée de ce dernier, Alia Spencer. Dans la voiture, une berline noire, Helena était à l’arrière et seule tandis que Tony conduisait, car il aimait jouer le rôle du pilote. À ses côtés, Alia était présente, la blonde semblait calme et attentive à ce qui se passait sur la route. Il arrivait également que la Matrone et sa garde du corps croisent leur regard, mais sans plus. Le chemin risque d’être un peu long, car les routes de Gotham semblaient animées et il y avait pas mal de circulations. De toute façon, la brune n’était pas pressée. En effet, la jeune femme se mettait en condition psychologique pour se préparer à cette soirée où il va avoir de grand nom au sein de cet établissement. Maintenant qu’elle y pense, ça fait un moment qu’elle n’est pas sortie à ce genre de soirée, en tant que membre de la famille Bertinelli. Chinatown n’est plus trop loin, mais il fallait tuer le temps. Helena prend la parole. « Dites-moi ma chère Spencer. D’où venez-vous ? Et qu’avez-vous fait avant que Tony te recrute ? » Demande-t-elle. La blonde reste concentrer avant de répondre aux questions de sa patronne, tout en regardant les rétroviseurs afin de rester professionnel. « Je viens de Smallville, du Kansas, madame. Et avant que monsieur Angelo me recrute, il y a peu, j’étais dans l’armée de terre sous le commandement du Général Lane. » Finit-elle là-dessus.

Une ancienne militaire, Helena la trouvait intéressante et là-dessus, elle n’avait rien à craindre pour sa protection. Évidemment, la Sicilienne sait tout de même se défendre, sans qu’on vienne l’aider. Or, elle ne doit pas trop en faire, vu que ce soir, elle est Helena Bertinelli et non, Huntress. Arrivant dans le quartier Chinois, Chinatown, la brune peut apercevoir le Triangle d’Or de sa position. « Eh ben, la Triade n’ont pas fait les choses à moitié. » Disait-elle avant que ses gardes du corps confirment ses propos. Il y avait de charmantes jeunes femmes, plus classe que les filles de East End, apparemment, le patron ne souhaite pas que les futurs clients soient déçus. Restant observatrice, Tony arrive à trouver une place et un voiturier arrive à la porte afin de pouvoir garer la voiture. Alia vient ouvrir à la Bertinelli pendant que Angelo discute avec le voiturier avant de se diriger vers les grandes portes du bar à hôtesse. Son garde du corps ouvre la marche, laissant sa coéquipière au côté de la Matrone. Il y a deux mecs plutôt costaud et impressionnant physiquement, enfin pour d’autres. En effet, Hel a déjà battu des gaillards de ce gabarit par le passé et ce n’est pas près de changer. Cela dit, elle a confiance en ses deux gardes du corps et les laisse gérer le tout. Tony parvient à obtenir la possibilité de passer, tous les trois. À présent, il fallait aussi franchir d’autres hommes de mains. Cette fois-ci, Helena allait prendre la parole, afin de ne pas toujours se cacher derrière ses gardes du corps.


« Bonjour, je m’appelle Helena Bertinelli et j’ai reçu cette invitation pour l’ouverture du Triangle d’Or. Je serais accompagnée par mes deux gardes du corps. » Dit-elle.


Alia Spencer, garde du corps.

Et


Tony Jr. Angelo, garde du corps.

Les deux gardes du corps regardent l’homme à l’accueil, avant de reporter leur attention sur ce qui les entoure. L’individu leur donne l’autorisation d’entrée dans le bar à hôtesse, marchant ainsi dans un long couloir et au bout, il y avait la possibilité d’aller dans trois salles différentes. L’une pour les fumeurs, une autre pour les non-fumeurs et la dernière pour les VIP. Au vu de la notoriété de la jeune femme, elle se dirigeait vers la salle des VIP, car après tout, si elle veut des informations, elle peut en trouver là-bas également. Pour l’instant, Tony et Alia restent à ses côtés afin de prendre la température des lieux. En tout cas, la décoration est vraiment magnifique. Les proprios se sont donnés à fond pour parvenir à aiguiller l’intérêt des clients à apprécier le tout. Le trio parvient à entrer dans la salle du VIP, il n’était pas difficile pour la Bertinelli d’y accès par rapport à son patronyme. À l’intérieur, elle observe les lieux et y voit quelques têtes. Certains lui sont connus comme Cobblepot dont le caractère va animer du feu de Dieu cette soirée. En espérant que ce dernier ne va pas venir l’ennuyer avec son langage plutôt grossier sauf s’il sait se tenir. Cela dit, va-t-elle voir toute la panoplie de la mafia Gothamite ? Mais également, quelques personnes connues ? Difficile de le savoir, car c’est un endroit très chic et réserve à de grosses fortunes. Tony regarde Helena, d’un air calme. « Que fait-on Matrone ? » Demande-t-il. Helena lui répond. « Pour le moment, faisons bonne figure et laissons le feeling faire le reste. Le mieux est d’apprendre à connaître tous ceux étant présence. » Dit-elle avant de demander à Alia d’aller lui chercher un verre de champagne, en étant polie avec la blonde. Pour l’instant, la Sicilienne va rester debout et voir avec qui discuter pour le moment. À voir ce que l’hôte du bar à hôtesse va leur proposer.


© HELLOPAINFUL


Revenir en haut Aller en bas
Mafieux
Messages : 194
Date d'Inscription : 01/08/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Tian Hong
Tian Hong
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptySam 6 Nov 2021 - 11:50

Depuis les étages supérieurs du bâtiment, le taïwanais avait laissé passer de longues minutes, écrasant un mégot pour allumer une nouvelle cigarette, se détournant de la baie vitrée pour jeter un œil au large écran d'ordinateur où s'agitaient une foule de gens dans différentes cases. Il aurait volontiers fait installer des micro directionnels pour capter les conversations précises de certaines personnes, mais il se contenterait de voir qui dominait la soirée, qui était venu équipé, accompagné.

Bien qu'il ait un binôme dans les étages du bâtiment en face pour photographier l'intégralité des entrants et sortants mais surtout les badauds suspects, il n'aurait pas besoin d'eux pour distinguer les éléments les plus intéressants de la soirée :

- Yamashita, avant tout, lui avait fait l'honneur de sa présence, ce qui, malgré la proximité de leurs QG respectifs, n'était pourtant pas assuré. Tian se félicita d'avoir l'occasion d'afficher la solidarité entre Chinatown et Little Tokyo ce soir;

- Xian, c'était la première fois qu'il avait le plaisir de la voir se mouvoir. Les photos capturaient un charme certain mais en perdait également là où la haute définition des caméras ne laissait passer aucun détail. Le gangster ne se laissa néanmoins pas envouter à sa simple vue, il n'avait pas touché à son bordel et ça, c'est par ce que ce n'était pas une simple maquerelle lubrique;

- Cobblepot, voilà qui était une nouvelle à la fois hilarante et alarmante. Ainsi donc, droit au pied de son QG se trouvait le principal adversaire des mafias de Gotham, selon Falcone en tout cas. Tian ne manqua rien de son entrée et son installation dans la salle VIP par l'un de ses hommes mais se désola que les filles de l'établissement fassent semblant d'être trop occupées pour tenter une approche. Il s'en chargerait, mais avant ça, une dernière entrée attira son attention;

- Bertinelli, le Gùn n'avait aucune idée de cette identité. L'employé à l'accueil avait entré ce nom, qu'il pouvait associer à l'image de la belle italo-américaine flanquée de ses deux gardes du corps. Quelque chose tramait autour d'elle, ni criminelle, ni riche fille à papa, encore moins une working-girl, le Triangle d'Or n'était pas la place de gens comme elle, ça, le chef de la Triade l'investiguerait;

Lorsque, finalement, le gros des entrées furent réalisées et que le tumulte s'apaisa pour se transformer en discussion autour de cigares et de verres de spiritueux, le gangster se décida à se préparer pour entrer en scène. Ce soir il sortirait léger mais sûrement pas désarmé. Ainsi, bien qu'il délaissât son holster avec son SIG et ses hachettes, trop lourds, trop voyants, il renforça le poignet et le couteau papillon restant avec quelques lames de lancer habilement et inconfortablement placé dans ses manches, son col et une ceinture ventrale, sous sa chemise. Cependant, la petite surprise qui pouvait attendre de potentiels agresseurs se trouvait dans ses chaussures de soirées, faites sur mesure, à Hong-Kong il y a six ans de cela, pour intégrer une lame de quatre bons centimètres.

Cependant, contrairement au vieux James Bond dans lequel il avait vu ça, il n'avait pas eu l'audace d'empoisonner la lame. C'est pour cette raison qu'il l'avait également faites plus longue. Quoi qu'il en soit, aussi inconfortablement harnaché que possible et après avoir vérifié que les lames sortaient et se retractaient parfaitement dans ses chaussures vernies, l'asiatique finit par quitter son bureau, descendant un étage et s'arrêtant là pour désigner trois jeunes soldats pour l'accompagner.

Tous quatre, il descendirent finalement au rez-de-chaussée, soit deux étages plus bas, pour se retrouver dans un corridor froid, exempt de décoration, l'envers du décor du Triangle d'Or, se dirigeant ensuite vers une porte à son extrémité et, après un coup d'œil à un judas opportunément placé là, l'ouvrir pour déboucher sur l'accueil, vide de tout client. Il avait évidemment pensé à entrer dans l'une des salles pour une autre porte dérobée, apparaitre subitement dans la soirée sans s'annoncer, cependant, il n'aurait pas réussi à réaliser cela autrement que seul. Le Pingouin était de sortie, se contenter des agents de sécurité serait clairement téméraire et Tian n'était surtout pas de ceux à sous-estimer ses ennemis.

Quoi qu'il en soit, passant l'accueil comme si il était ce qu'il est, le patron, il chemina dans le beau couloir décoré. Arrivé au choix des salles, il n'hésita pas un instant et s'en vint interrompre l'un de ses lieutenants, Kento, pour s'en faire accompagner jusqu'à Toshiro et Anh, lui parlant ostensiblement dans le creux de l'oreille après avoir dispersé ses trois hommes, pour la discrétion. Le sino-nippon acquiesça et quitta Tian pour disparaitre dans la foule alors que le chef de Triade parvenait finalement à Toshira et Anh.


« Yamashita-san, Xian xiaojie, je vous souhaite la bienvenue au Triangle d'Or. C'est un grand honneur pour moi, Wong Liang, nom que le taïwanais lâche si ostensiblement que même ivre, ses interlocuteurs auraient pigés le coup du faux nom, de compter des représentants si importants de nos quartiers dans mon modeste établissement.

Se penchant brièvement et légèrement en avant, la politesse gestuelle s'arrêta là pour la laisser exhiber quelque chose de terrifiant. Son putain de large sourire carnassier, ce sourire de façade, cette fausse politesse d'homme d'affaire masquant le monstre toxicomane. Son regard perçant se posa sur les verres qu'ils buvaient puis remonta sur leur visage avant qu'il reprenne la parole.

« Je vois que vous avez trouvés de quoi vous désaltérer. N'hésitez pas à demander les liqueurs de votre choix, j'ose espérer que vous ressortiez d'ici en ayant put goûter à quelques nouveautés ou secrets. »

Ainsi, pendant que Tian faisait ses politesses à Yamashita et Xian, son lieutenant, Kento, avait réussi à motiver un barman et deux filles pour aller servir et tenir compagnie à Cobblepot ou, en tout cas, lui présenter l'hospitalité des lieux afin d'observer sa réaction. Aux yeux du gangster, son style bourgeois arrogant était si peu adapté aux lieux qu'il ne s'était pas attendu à sa présence et, ironiquement, il espérait que l'hospitalité particulière de l'endroit lui déplaise assez pour le faire fuir.

Mais si il tenait à rester et profiter de l'endroit, Tian ne manquerait pas de venir le saluer, un peu plus tard. Quant à l'italo-américaine, il espérait avoir le temps de la jauger de plus près mais, en attendant, elle devrait se divertir seule, ou avec les autres invités. La soirée ne faisait que commencer, peut-être d'autres personnalités viendraient-elles pour générer encore plus de nouvelles amitiés et inimitiés.
Revenir en haut Aller en bas
Mafia Queen
Messages : 644
Date d'Inscription : 12/12/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City ::
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Anh Xian
Anh Xian
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyDim 14 Nov 2021 - 13:16

Grand opening du Triangle d'or

L
e commentaire de mon allié ne m’avait pas du tout étonnée. Toshiro était quelqu’un d’optimiste, qui préférait d’abord s’attarder sur les belles choses que la vie pouvait offrir, avec comme dernier recours les coulisses dégueulasses d’une réalité grotesque. Silencieuse, je hochais néanmoins de la tête, appréciant cette qualité qui contrebalançait avec ma fâcheuse tendance à pointer le négatif du doigt. Mon sourire espiègle s’accentua alors que le Dragon Doré soulignait avoir remarqué le double sens de mes propos. Bien, ainsi, je ne perdrais pas de temps à choisir les mots qui ne heurteraient pas. ─ Vous êtes perspicace, murmurais-je à son intention alors que d’une main, je relevais les pans de ma robe pour m’asseoir sur ses chaises hautes. Ainsi positionnée, j’avais une vue parfaite sur la vaste salle où grouillaient invités aisés et serveurs agités. ─ Vous qui l’avez déjà rencontré personnellement. Que pensez-vous de lui, est-il à l’image de ce que reflète en surface le Triangle d’or ? Est-il un homme fiable ? J’ai rencontré tant de traîtres parmi les nôtres que la vue d’un vendu me répugne. Portant mon verre fraîchement servi à mes lèvres, je goûtais au délicieux nectar qui me mit l’eau à la bouche. La qualité ici présente n’avait rien à envier à personne, c’était un fait. Et lorsqu’on parlait du loup, voilà qu’il arrivait à notre hauteur, saluant ses invités à tour de rôle. Mon regard le jaugeait de haut en bas, à l’affût d’un signe trompeur autre que la divulgation d’un faux nom. Il n’était pas rare que dans ce milieu qu’était le nôtre, nous ne donnions pas nos véritables noms, préférant un alias temporaire le temps de se jeter à l'eau. Je comprenais cette initiative, elle était très sage. ─ L’honneur est partagé, c’est un plaisir pour moi de pouvoir être comptée parmi vos invités. Vous avez là un établissement qui n’a pas manqué de me faire une très bonne première impression, sans doute à la hauteur de son hôte. J’étais charmée par l’aura qu’il dégageait, car tout simplement j'avais reniflé cette odeur de prédateur. J'étais encore incapable de mettre des mots sur l'effet autant attrayant que dérangeant qu'il avait pu me procurer, mais cela ne saurait tarder, je savais déjà que nous nous reverrions. Tandis que la silhouette du propriétaire s’éclipsait vers l’un de ses hommes, car il avait tant à faire en cette soirée où sa présence se devait de satisfaire un maximum de personne, je tournais vers mon cavalier un air amusé. ─ Il m’a l’air d’avoir la tête sur les épaules, articulais-je en désignant Cobblepot du menton, ─ Du moins c’est ce qu’on verra à sa manière de gérer le Pingouin. Mettre les pieds ici est particulièrement audacieux. Quand je pense qu’on pourrait se le faire là, maintenant. Un soupir surjoué, évidemment, je n’en pensais pas un traître mot. Si je devais abattre un aussi gros poisson qu’Oswald Cobblepot, je le ferais dans les règles de l’art. De ce que les rumeurs disaient, il avait perdu son empire et était en train de le rebâtir. C’était là sa plus grosse faille, car cela le rendait vulnérable. Mais trêve de plan machiavélique, il me fallait suivre le conseil de Tian Hong et goûter à un maximum des breuvages servis ici.  ─ Yamashita-san, venez, allons prendre place sur les sofas plus confortables. Je glissais mon bras sous le sien, et menais nos pas vers un coin plus reculé d’où néanmoins nous ne rations aucune bribe de la soirée. Ici, nous pourrions discuter à notre aise mais surtout, je pouvais voir ma pupille se frayer un chemin entre les invités qui pour certains la dévoraient du regard. Il était vrai que Sho avait ce quelque chose d’envoûtant, et je comptais sur cela pour qu’elle nous ramène de fortunés clients. Sans rancune, Tian, les affaires sont les affaires. ─ Dites-moi, Dragon Doré, connaissez-vous cette charmante jeune femme ? questionnais-je en regardant en direction d'une brune aux yeux bleus. Ces gardes du corps suggérait qu'elle avait assez d'importance pour se faire protéger et les moyens pour se les payer. Ravissante dans sa tenue de circonstance, je songeais sérieusement à aller la voir. Cependant, ma raison reprit très vite le dessus et je n'allais pas me laisser envoûter par un quelconque charme. Je devais d'abord savoir qui diable elle était. Après avoir capté l'attention de Sho qui passait non loin, je lui désignais cette inconnue afin qu'elle aille tâter le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Mafieux
Messages : 295
Date d'Inscription : 03/11/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Chef de gang
☠ Relations conflictuelles :: Les Héros et les Sains d'esprit
♣ Alliés : : Les malades mentaux et les voyous
Le Ventriloque
Le Ventriloque
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyDim 14 Nov 2021 - 14:06

Un nouvel établissement de prestige ouvrait dans chinatown, une belle vitrine qui cachait sans aucun doute des marchés illicites. L’invitation avait évidemment retenu l’attention du boss, qui voulait en profiter pour faire un retour remarqué au sein de la Pègre Gothamite. Depuis notre réapparition dans les rues sales de la ville, celles-ci avaient bien changées. C’était la même chose pour la géopolitique locale et c’était là l’occasion parfaite de reprendre contact, de trouver peut-être de nouveaux allié ou de juger de possibles ennemis. Plus personne ne semblait se souvenir du Ventriloque. J’apparaissais encore dans quelques journaux, dans quelques histoires chuchotées dans la quiétude des soirées d’été estudiantines, à la manière d’un croque-mitaine, mais je n’inspirais plus tout à fait la même peur. Ma menace était devenue abstraite, risible, comme une blague qu’on lançait maladroitement avant de se souhaiter la bonne nuit. Il me fallait reprendre de la consistance. Nous devions montrer à nos belligérants que notre gang n’était pas fini, bien au contraire.

Le patron avait commencé par annexer trois quartiers, des points de vente aux extrémités de la métropole pour gagner en puissance économique. Il était maintenant temps de revenir dans la cour des grands, de rendre sa gloire d’antan au Guignol et à Scarface. J’observais le bâtiment dans ma voiture de luxe, profitant de la lueur des lampadaires pour observer les clients et les produits. À mes côtés, j’avais Porcelaine qui avait vêtu une robe pour l’occasion. Elle allait m’accompagner, quand bien même cela me dérangeait personnellement. C’était la poupée préférée du moment du boss, elle était si souvent là que je commençais doucement à m’habituer à sa présence, ce qui était une très mauvaise chose. C’était une demeurée, une folle obsédée par la mort et son Art. Une femme dangereuse qu’il me fallait constamment tenir à l’œil. Rhino conduisait la voiture en compagnie de Mugsy qui s’occupait de gérer les troupes. On ne pouvait pas se permettre de venir sans protection, ni de venir avec ironiquement, il fallait donc ruser dans le cadre où les choses pouvaient mal tourner.

Je sortais lentement, époussetant mon pantalon de soirée. J’étais habillé d’un gilet de costume marron sur une chemise blanche, surplombée par un nœud papillon écarlate. Mais face à la tenue de ma marionnette, je faisais pâle figure. Woody portait un costume noir aux rayures verticales blanches, un chapeau haut de forme sur le crâne qui tombait presque sur la moustache qui avait été dessinée sous ses lèvres. Il mâchait un cigare en ruminant, cherchant à l’allumer à l’aide d’un briquet en or particulièrement onéreux. Nous nous dirigeâmes ensuite lentement vers l’entrée, sentant les regards intrigués nous observer alors que nous passions l’accueil. On avait perdu l’habitude de voir Le Ventriloque et son pantin. Dans cette soirée, il y’avait beaucoup de nouvelles têtes, de nouveaux noms à retenir. Mais, la première action du boss fut d’aller réveiller une ancienne amitié professionnelle.

─ Oswald ! Si je pensais voir ta sale trogne de trisomique ici ! siffla le pantin en tapant amicalement sur l’épaule du Pingouin. Je ne savais pas qu’on laissait entrer les clochards … Oh, mais j’ai oublié, tu es devenu maire entre temps ! Mama, les temps changent à ce que je vois. J’ose espérer que les vieux camarades demeurent comme tels, cependant. Je sais, je sais, ça fait longtemps qu’on ne s'est pas vu.

Je pris place sur un canapé rouge, laissant mon regard vagabonder sur les formes féminines pendant que le patron discutait. L’une des femmes passa une main sur mon visage et je le sentis devenir rubicond. J’étais gêné.

─ Mon Cobblepot, j’ai fait un séjour en prison mais maintenant je suis de retour pour foutre la merde. Et si possible, en bonne compagnie. Il appuya son propos en glissant une main sous les fesses d’une prostituée, agrippant ce qu’il pouvait saisir avec ses petits doigts. Les affaires commencent doucement, je gagne du terrain petit à petit et je récupère des points de vente. Ça te dirait qu’on écoule un peu de marchandise ensemble ? Du gagnant-gagnant, évidemment.  


Grand Opening 6410757e2c9535fcc6e21891ea944aa683821615

« Qui tire véritablement les ficelles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mafieux
Messages : 149
Date d'Inscription : 23/01/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
☠ Relations conflictuelles :: ► Arnold Wesker
♣ Alliés : : ► Scarface
Porcelaine
Porcelaine
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyDim 14 Nov 2021 - 20:16

grand opening
monsieur scarface m'invite au bal

avec la pègre asiatique gothamite —

monsieur scarface m'invitait au bal ! clémence se sentait comme cendrillon ! enfin, ce n'était pas un bal, mais c'était quelque chose de plutôt similaire. elle avait mis sa plus belle robe de soirée. une robe qui tapait dans un style classe, pas vulgaire. ils allaient être entourés de femmes de joie, enfin, d'hôtesses, il ne fallait pas qu'elle ait l'air plus vulgaire qu'elles. elle était une passionnée d'arts, une maîtresse de cérémonie. clémence sinclair. sa réputation commençait à se faire au seins du milieu mafieux. elle était une des références quand il s'agissait de faire vomir du fric à des tableaux, des sculptures, ou de deux acteurs qui se roulent sur le sol. elle vendrait une banane scotchée à un mur à prix d'or. et pourtant cela n'était que depuis très récemment qu'elle avait mis les pieds à gotham. on savait qu'elle avait été la penseuse derrière les androïdes de Thêta, et sa prestation lui avait valu une réputation retentissante dans toute la ville. de son passé, on savait qu'elle était française et avait côtoyé les grands noms du milieu de l'art. si c'était vrai ou non, cela n'avait pas d'importance. dans le milieu de la mafia, il fallait construire sa légende. si ses prestations dans le milieu de l'art plus ou moins clandestin avaient fait mouche au milieu du milieu, sa présence aux côtés de scarface laissait présager un potentiel d'affliction tout à fait redoutable. elle sortit de la voiture, non sans quitter des yeux amoureusement ceux de son bien aimé scarface. élégammant coiffée, elle ne passait pas inaperçu dans la foule. c'était vite vu, ses cheveux ardents détonnaient avec le reste du diorama dans lequel elle évolue. scarface était parti se diriger vers son ami pingouin. quant à elle avait un plan en tête : se faire des alliés asiatiques en parlant de faire connaître l'art asiatique, et tout l'argent dont on pouvait tirer, aux gothamites. en échange de leur collaboration. elle se déplaçait tranquillement dans la salle jusqu'à croiser le regard d'un homme qu'elle connaissait bien. li xiang, un industriel chinois. il se faisait appeler jo, pour elle. un parvenu dans le milieu des arts. un de ces nouveaux riches, il avait fait une boîte qui faisait des microcomposants et leurs contrôleurs, et avait collaboré avec thêta. pauvre homme jamais sorti de chine qui pensait pouvoir comprendre l'art occidental. elle l'avait initié au milieu des arts. il avait tant d'argent qu'il rendait les enchères ridicules, tout ça pour obtenir quelque chose dont il ne pouvait comprendre la substance. bien évidemement, il était lié aux triades c'était pour cette raison qu'il avait réussi à infiltrer le marché souterrain gothamite, avec des caméras de surveillance et des optiques dont elle s'était autrefois servie pour construire les yeux des androïdes. un homme influent. intelligent. mais pour qui elle n'avait qu'un profond mépris. mais il pourrait bien être son point d'entrée dans cette société. - jo ! déclara-t-elle, comme si elle était heureuse de le voir. son sourire se figea. un étrange sourire, comme elle en avait l'habitude. - un plaisir de vous voir en cette soirée. - quel bon vent vous amène ici ? - je cherche à promouvoir l'art asiatique. j'ai projet d'une grande exposition suivie d'une vente aux enchères. je m'attendais à trouver des gens qui ont un grand esprit artistique et qui n'aient pas peur de faire fortune dans le milieu de l'art. en trouverais-je ici ? lança-t-elle innocement. un projet ambitieux, oui. mais le moment parfait pour faire venir beaucoup de chinois fortunés qui, espérait-elle, n'aient pas les yeux aussi crevés que les siens. feu vert pour la crevaison du portefeuille nonobstant. ça, c'était pour faire plaisir à scarface. pour elle, elle voulait des visages, des corps intéressants qui dégageaient quelque chose. qu'elle pourrait taillader et façonner. elle prit amicalement congé de jo pour qu'il puisse parler de son projet et faire sa publicité et remarqua un homme mûr entouré d'une femme incroyablement élégante. elle tendit les bras et forma un cadre avec ses pouces et index, comme si elle essayait de les visualiser sur une photographie ou un tableau. - ils sont magnifiques. - toshiro yamashita et anh xian. - ils sont beaux. - vous devriez peut-être ne pas trop les déranger. ce sont des gens très importants. porcelaine se dit qu'elle devait évidemment se garder de déranger deux personnes qui avaient l'air de trop gros morceaux pour elle. yamashita et xian étaient deux niakwés, trop vieux, qui ne comprenaient rien à la chine. elle avait l'air d'une geisha, lui avait l'air d'un daimyo tout droit sorti d'un film de kurosawa. elle se dit qu'il fallait se méfier de cette femme, elle forçerait le vieux samourai à tuer son ami pour éviter qu'une prophétie se réalise. mais qui était son ami ? très vite après, un étrange homme asiatique. pas bien grand qui semblait connaître les deux grands. lorsqu'il tourna sa tête un peu dans sa direction, elle croisa un regard. noir comme les ténèbres, noir comme la vipère, noir comme le petit phacochère. son coeur se mit à battre à toute allure. il avait un regard de fou. une posture qui échappait à l'entendement humain. il avait en lui la flétrissure du juste. ses doigts s'écartèrent et en le visualisant de loin, elle pouvait déjà se voir le reconstruire. capter son essence. elle voulait toucher le visage. sans besoin de le voir, simplement le toucher. le tâter de sa bouche, sucer ses pommettes, y mettre les dents. passer ses ongles sur les plis qui maculaient son visage, les marquer avec un scalpel. capter ce qu'il y avait dans la folie qui composait son regard. ensuite, elle découvrirait son corps. elle ferait de la viande séchée avec de l'ail, du romarin et un peu de chili en poudre avec ses muscles illiopsoas. ses cuisses composeraient l'essence d'un délicieux stifado. mais ça, ce serait loin dans le futur. à présent, ce n'était pas son corps qu'elle devait comprendre pour composer les couleurs qui allaient marquer son art, mais son esprit. avec élégance elle l'avait rejoint. oui. le maître de la maison. elle fit une révérence très polie et se présenta : - clémence sinclair. je suis le bras droit de monsieur scarface. je suis une spécialiste en arts. de leurs conceptions aux infinis bénéfices que l'on peut en tirer. un monde si... sous-exploité, même par de grands esprits... ce qui serait indigne d'être tels que vous... n'est-ce pas ?


Revenir en haut Aller en bas
Cobblepot
Messages : 3203
Date d'Inscription : 02/08/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Homme d'affaires impitoyable
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Oswald C. Cobblepot
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyMer 24 Nov 2021 - 1:06

Y'avait vraiment trop de jaunes dans le coin. Et ça puait. Oswald pouvait se poser des questions. Est-ce que ça allait merder quelque part ? Nan, il espérait que ça serait calme. Mais le coin grouillait un peu trop de potentiels ennemis. Visiblement, la seule personne qui osait venir faire face au Pingouin, n'était autre qu'un de ses anciens camarades de jeux de la pègre commune de Gotham City, à savoir Arnold Wesker et sa poupée dérangée, Scarface. Visiblement, le pantin n'avait pas changé, en terme d'irrespect, il était toujours à la pointe d'une nouvelle saloperie à balancer dans la gueule des autres. Oswald eut un mauvais sourire tandis qu'il fumait son cigare, son parapluie dans la main, on ne sait jamais. Ce genre de coups, ça peut toujours très mal finir. Alors qu'une jeune asiatique passait pour donner la commande du Pingouin, ce-dernier tapota légèrement le doux fessier rebondit de la jeune femme avant de ricaner.

"Waaak ne serait-ce pas Pinocchio, en compagnie de Gepetto ? Alors, toujours le doigt fourré dans quelque chose ? Wak wak wak."


Scarface donna une légère tape sur l'épaule du Pingouin. Deux vieux potes, c'était vrai. Malgré les coups et les saloperies que les deux s'étaient faites par le passé, faut dire que le temps avait bien changé, et même si tout avait divisé lors d'une lointaine époque, parfois, les vieilles amitiés pouvaient se renouer. Ce n'était pas impossible, et puis, Oswald avait besoin d'alliés. La guerre des gangs s'annonçait violente, surtout au vu du nombre de jaunes présents dans le coin. C'est à croire qu'ils se reproduisent aussi vite que des lapins, après tu me diras, les chinetoques se ressemblent tous. Ils sont tous putains d'identiques. Oswald était toujours assis, et le Ventriloque s'installa près de lui, dans le même petit cercle réservé que le Pingouin s'était attribué.

"De bonnes vieilles affaires comme à l'ancienne hein ? Mais tu crois pas qu'en parler ici, dans ce repaire de jaunes, ça peut être une mauvaise idée ? Enfin, à moins que tu veuilles que tout ce ramassis de fourmis se mette à te suivre comme du miel au pique-nique, ce serait mieux de garder ça pour nous deux non ? Wak."


Le monde des affaires est vaste et même parfois assez hasardeux quand on s'y retrouve. Faut dire que la ville de Gotham City était en ébullition, et faut dire que tout ce merdier était sur le point d'exploser. Mais il était important de se faire de nouveaux amis, et Oswald avait entendu quelques saloperies. Quelques vilaines saloperies de ce que faisaient ces goinfres à Chinatown. Apparemment, ils semblaient se rassembler. Et ce serait un certain Yamashita qui essaie d'unir les clans de Chinatown. Une cible potentielle. Et Oswald savourait son cigare, tout en espérant qu'un jour, quelqu'un lui tire une balle dans le crâne. Ce qui serait parfaitement opportun. Chinatown devait rester à sa place. On ne négocie pas avec les faces de citron. Il parlait trop, ce pantin, c'était parfois un très mauvais atout, surtout quand on faisait des affaires. Scarface était parfois bavard, mais si le pantin énonçait clairement ses intentions, c'est qu'il avait une idée derrière la tête. Le genre d'idées qui faisait mal. Oswald le savait. Prendre Chinatown, ça ne marcherait pas de toutes manières. Que ce soit par la mer, par la terre, ou par les airs, les chinetoques étaient fûtés. Biens trop fûtés pour accepter docilement la soumission. Les jaunes ne se soumettront jamais, c'était bien ça le problème. Oswald prit son verre, avant de trinquer, un sourire mauvais entre le coin des lèvres.

"On trinque à quoi ? Nankin et l'occupation japonaise ? La gloire de l'atome sur Hiroshima et Nagazaki ? Les vietcongs que nos gars ont décimé au napalm au Vietnam ? Ce serait bien de montrer à ces bouffeurs de riz, que nous sommes dans notre ville, et qu'ils doivent s'acclimater à notre présence, non ? Wak wak wak !"


Un humour morbide s'il en était, Le Pingouin n'avait jamais eu la moindre empathie pour qui que ce soit, et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. On disait que les pingouins étaient cruels sur la banquise, ce qui était vrai, et Oswald ne faisait aucune dérogation à cette règle ô combien essentielle si on veut survivre sur la banquise. Les animaux sont cruels, Oswald en était donc, donc il se devait de montrer le meilleur de sa cruauté. Oswald détestait les triades. Il détestait ces restants dégueulasses qui dataient de l'époque "bénie" de Gotham City, ceux que le Long Halloween a presque épargné. Si Falcone en avait pris plein le cul à cette époque, les chinois avaient été relativement épargnés. Ils s'étaient terrés comme des lâches dans leur quartier, tout en restant dans les ombres. Mais maintenant, d'après les rapports d'Oswald sur le quartier, ils revenaient en force. Parfois, il fallait aller chercher l'adversaire sur son terrain, pour lui montrer que c'était le dominant qui essuyait ses grôles sur le jeune arrivant. C'était la loi du plus fort après tout. Et même s'il était dans la merde, le nom du Pingouin valait toujours quelque chose, surtout dans cette foutue ville de Gotham. Quelque part, Oswald voulait un peu titiller les chinetoques présents. Il voulait leur montrer que c'était lui le carnivore dans ce milieu remplis de sushis sur pattes. Scarface avait pendant longtemps, lui aussi, taquiner les latinos et les noirs dans les quartiers qu'il avait occupé. Le pantin n'était pas du genre à apprécier les rivaux, c'était vrai. En attendant, y'avait du beau monde, et Oswald reconnaissait certaines têtes qu'il connaissait bien dans l'underground de toute cette communauté sino-américaine. Heureusement qu'il était un des meilleurs revendeurs d'informations dans tout l'underground de Gotham City. Mais étrangement, il était étonné que Scarface pointe son museau en bois dans ce trou. Faut croire que le pantin en avait dans son petit pantalon, qu'il devait avoir deux petites boules en sapin dans le calbute. Arnie avait fait un sacré travail avec le pantin, faut croire.

"Alors, qu'est-ce que tu me proposes réellement ? Qu'est-ce que tu peux bien avoir qui en vaille la peine ? Dis-moi tout. Wak."


Scarface avait une idée de négociation ? Et bien qu'il parle. Ce serait dommage de la fermer et de s'amuser à rester un simple pantin de bois dans sa cahute et à attendre que l'on vienne le chercher. Quelques amuses-gueules sur la table, le Pingouin hala une des serveuses avant de lui dire, à la première bridée en costume traditionnelle venue :

"Hey, mon petit lapin jaune. Un zesti-cola pour mon ami ci-présent. Et ramenez une bouteille d'eau pour le vieil homme. Wak !"


Grand Opening V545
Revenir en haut Aller en bas
Oyabun
Messages : 99
Date d'Inscription : 26/06/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Oyabun
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Toshirō Yamashita
Toshirō Yamashita
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyJeu 2 Déc 2021 - 23:12

Là soirée aller s'annoncer haut en couleur, au fur et à mesure que la soirée avancer plusieurs invité de prestige, faisait leurs entrer dans ce club, je pouvais voir le Pingouin un des anciens Maître du crime, dans la ville, que faisait il ici ? Il faut bien du courage à ce genre de personnage grotesque pour venir dans un lieu telle que celui-ci, je le regardais d'un air méfiant, je savais que tôt au tard, il allait venir gâcher la soirée. Alors que je buvais mon verre je pouvais voir arrivé une autre personne est pas des moindres, c'était la jeune et belle Hélena, ou encore surnommé Huntress, elle avait comme but de chasser des gens comme moi, où devrais je dire comme nous. Nous allons donc bien rigoler ce soir je le pense, tandis que j'étais perdus dans mes pensées, la jeune Anh, me ramener vite là ou j'étais. Elle me demanda comment était l'hôte de la soirée, si nous pouvions lui faire confiance, si il était digne de confiance, car durant son parcours, elle aurait rencontrer de beau salaud, un sourire s'afficha sur le coin de mes lèvres, car la jeune femme voyais en chaque inconnus, une potentielle menace, je dois dire que dans notre milieu c'est assez monnaie courante, mais il faut aussi savoir lâcher du zeste et prendre la vie comme nous l'attendons sans ce prendre la tête.

- Je dois dire que pour le peu que j'ai eu l'occasion de le voir, je peux dire que c'est une personne solide, avec de l'ambition, même si je penses qu'il peut s'avère parfois un peu trop avenant, avec beaucoup d'ambition, donc pour l'instant je ne peux trop me prononcer. Nous verrons bien cela assez tôt je le pense.

Il ne fallut pas longtemps, pour que le Maître des lieux pointe le bout de son nez, il ce dirigea vers nous, en nous saluant Anh et moi même, il était bien polis, en disant qu'il était heureux, de nous compter parmi lui ce soir, un large sourire s'afficha sur mes lèvres, je pouvais sentir le requin qui était en lieu s'éveiller, car pour lui ce soir était la soirée à ne pas louper.

- L'honneur est tous aussi partager mon cher ami, puis ainsi nous montrons le soutient du peuple Asiatique face à certaine personne, ensemble nous sommes plus fort que seul face à une nouvelle marée.

Bien entendus ce commentaire était directement ciblé pour ce maudit pingouin, tandis que Tian est partis vers d'autre horizon, Anh me demanda de la suivre dans un endroit plus discret, attacher à son bras, nous nous asseyons dans un sofa, fort confortable, la jeune chinoise, me regarder, elle voulait des informations sur les gens dans cette salle, la jeune Chinoise était remplis d'idée et de rancune. Un petit sourire ce montrer sur mon visage.

- Effectivement Anh, nous pourrions éliminer ici le pingouin il n'est plus que l'ombre de lui même, mais cela ne serais pas à notre avantage, cela vaudrais dire que nous sommes belliqueux et que nous voudrions la guerre, ceux qui forcerais les autres à s'unir pour nous taper, laissons le temps agir, pour que notre coup leurs soit fatale à jamais. Patience est mère de sureté.

Puis après quelque minute, la jeune asiatique me demanda qui était la femme entourer de garde du corps, est c'est ainsi que mes yeux ce poser sur la jeune Hélena, je me demandais ceux qu'elle faisait ici ce soir dans un monde que la jeune femme déteste tant, mais bon je penses qu'elle chercher des informations sur les nouveaux Maître des lieux.

- Alors elle Anh c'est Héléna, une jeune femme que j'ai eu la chance de croiser par le passé et de l'entraîner un peu, disons qu'elle ne porte pas réellement les gens de notre envergure dans son coeur, je serais donc méfiant à votre place si elle, est ici, surement une idée derrière la tête.

Je prenais une gorgé de saké, avant de faire un signe discret à Akiji, qui s'approchais de moi, je lui dis discrètement dans le creux de l'oreille.

- Approche toi de l'oiseau et de l'homme pantin, essaye d'écouter et d'avoir des informations, je n'aime pas voir les deux ensembles main dans la main.

Ma main ce poser de façon naturelle sur le plis de mon kimono, sait-on jamais.


Grand Opening Qzcd
Revenir en haut Aller en bas
Mafieux
Messages : 194
Date d'Inscription : 01/08/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Tian Hong
Tian Hong
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyMar 7 Déc 2021 - 11:44

Si les choses étaient allées pour le mieux jusque là, Cobblepot étant fidèle à sa réputation de sans-gène sans pour autant désirer montrer celle d'enragé sanguinaire, deux nouvelles entrées étaient venus équilibrer un petit peu la balance. Évidemment, le Gùn conservait, quoi qu'il arrive, l'avantage ultime d'une foule d'homme à l'étage prêt à dévaler les escaliers pour mettre la salle à feu et à sang. Tant d'hommes et d'armes juste pour défendre ce petit taïwanais qui singeait les manières d'un homme d'affaire expatrié, qui tenterait de s'en prendre à lui ce soir ?

Physiquement, personne, les soucis que Tian avait à l'esprit étaient plus de l'ordre de sa réputation et une certaine concentration pouvait se lire dans ses rides alors qu'il gardait à l’œil les différents protagonistes, notamment les plus "fantaisistes". Qu'irait-on dire du Triangle d'Or si on s'imagine pouvoir y croiser régulièrement la foire aux monstres ? Il aurait fort à faire pour s'assurer que la foule ne répande pas ce genre de rumeurs, mais pas maintenant.

Pourquoi ? Par ce que, déjà, un regard inquiétant associé à une démarche bien trop assurée approchait de sa position. L'associée du mariole semblait vouloir jeter son dévolu sur lui, la vue n'était pas pour déplaire au chinois qui savait analyser la plastique féminine avec expertise mais tout le reste ne manquerait pas de l'incommoder, depuis le rôle qu'il jouait ce soir jusqu'à Dieu sait ce que la jolie poupée avait en réserve pour l'embobiner.

Ainsi, joignant ses mains et souriant de toutes ses vilaines dents, le chef de Triade s'abaissa à une légère révérence envers l'inconnue et l'écouta avec attention avant de répondre du mieux possible compte tenu du sujet qui avait été mis sur la table :


« Indigne serait pour le moins présomptueux de la part d'un banal homme d'argent. Disons que les gens comme moi ont fatalement besoin de vos esprits pour savoir où acheter notre spiritualité contemporaine. Commença t-il humblement avant de défaire ses mains pour présenter la gauche devant Porcelaine. Wong Liang, modeste propriétaire de ces lieux, soyez la bienvenue dans l'antre des affaires de Chinatown, bientôt, en tout cas. »

Plissant les yeux, refermant les lèvres tout en conservant son sourire, il mimiquait avec exagération ce qu'il imaginait les occidentaux attendre d'un homme comme lui. L'exercice était pour le moins difficile puisqu'il n'avait jamais eu à donner le change en Australie et était chez lui en Chine. Pour sûr que son interlocutrice ne s'y tromperait pas si elle avait déjà eu quelques expériences à Chinatown.

Quoi qu'il en soit, que celle-ci décide de lui serrer la pince ou pas, Tian ne fera pas trop durer l'instant, surtout pour l'empêcher de reprendre la parole, ceci afin de l'abreuver des siennes, mais pas avant un bref regard vers le vieil homme, sa poupée, et l'oiseau, et une attitude plus confidentielle.


« Permettez moi mais... je n'aurais pas cru les hommes de cet "acabit" plus sensibles à l'art que moi-même. Comment vous êtes vous liée à une "personne" aussi "étonnante" que monsieur Scarface ? »

C'est là, à cet instant, le regard perçant, noir, froid, l’œil du prédateur. Il n'avait jamais été bon à cela. Avec Falcone, au moins, il n'avait, à priori, rien de honteux ou dangereux à cacher, peu lui importait ce qui transparaissait de son véritable lui, mais là, ce serait difficile. En fait, il n'arriverait pas à se cacher d'un œil aguerri, ne restait donc qu'à voir si la jeune femme lui faisant face n'était qu'une bigotte, inventrice de sens cachés aux élucubrations visuelles des gens tendances, ou la véritable Lieutenant de l'homme discutant sans remuer les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Mafia Queen
Messages : 644
Date d'Inscription : 12/12/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City ::
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Anh Xian
Anh Xian
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyDim 12 Déc 2021 - 12:27

Grand opening du Triangle d'or

U
n sourire s’éternisa sur mon visage, tandis que les paroles du Dragon Doré prenaient tout leur sens. Cette sagesse qui l’animait n’était pas en lui depuis toujours, il l’avait travaillée d’arrache pied. Malheureusement pour lui, ou pour moi, je n’étais pas encore à ce stade. Je n’étais qu’une larve, qu’un embryon, mais qui avait déjà fait ses preuves en reprenant un empire du sexe et de drogue que je réussissais petit à petit à hisser. Ma seule préoccupation, à l’heure actuelle, était de savoir qui étaient mes véritables ennemis et de leur mettre une cible sur le dos. L’opium importée de Chine que je vendais avait du succès, mais pas assez à mon goût. Je le revendais cher et les clients n’affluaient pas comme je l’espérais ; cela sous entendait que j’avais un concurrent, à Chinatown. Je devais mettre la main sur cette personne coûte que coûte. Mais en attendant…
─ Vous avez raison, Yamashita. Ne soyons pas aussi stupide que les culs blancs, murmurais-je d’une voix taquine en levant mon verre vers mon interlocuteur. Je buvais le nectar servi dans ces superbes coupes, mes papilles gustatives étaient en ébullition. Alors que cette dénommée Helena m’était décrite par mon allié, je l’observais sans relâcher sa silhouette du regard. Il la décrivait comme une femme pleine de mystères, de laquelle il fallait se méfier. Si sa présence était suspecte, elle m’était davantage intéressante. ─ Je vois. Merci. Vous savez ce que l’on dit, Yamashita-san. Il faut être proche de ses amis, encore plus de ses ennemis. Je haussais les épaules, réfléchissant d’ors et déjà à la façon dont je m’immiscerais dans les plans d’Helena. Je devais me forger un cercle d’alliés solides, et il ne devait pas être restreint à des membres asiatiques. Si je voulais élargir mes horizons, il était indispensable que je mette mes rancœurs de côté. Du moins pour un temps.
─  Nous pouvons également nous unir pour les mettre à terre. Parce que c’est la guerre que je veux, mais ça vous l’aviez deviné, n’est-ce pas ? Je désire étendre le territoire des chinois pour commencer, et évidemment, cela va de soi pour les japonais et les autres. Je refuse que notre force se contente de Chinatown, c’est une insulte à la puissance que nos peuples ont déjà démontré.
L’extrémité de mes doigts devenaient blanche, tant je serrais mon verre dans la main. C’était du à la passion que je comptais mettre dans chacune de mes actions. ─ Cet immonde personnage qu’est Oswald Cobblepot prend trop de place. Mes yeux s’attardaient sur les deux hommes blancs qui s’étaient risqués à venir ici, discutant tranquillement en terrain ennemi. Tout comme Toshiro qui l'ordonna à son acolyte, j’attrapais mon téléphone et envoya un message à Sho, pour qu’elle se rapproche des deux criminels. La Magnolia était un lieu de luxure et de gourmandise, mais aussi un nid à potins. C’était chez moi que l’on venait lorsqu’on désirait une information de qualité et à bon prix. Je profitais de chaque opportunité pour m’en mettre dans les poches sans même bouger le petit doigt. La G.C.P.D. venait régulièrement chez moi pour la pêche aux nouvelles ; un gros poisson comme le Ventriloque et le Pingouin n’allaient que fructifier mes affaires... ─ Il est hors de question qu'on lui laisse le champs libre pour redorer son blason tâché de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Mafieux
Messages : 295
Date d'Inscription : 03/11/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Chef de gang
☠ Relations conflictuelles :: Les Héros et les Sains d'esprit
♣ Alliés : : Les malades mentaux et les voyous
Le Ventriloque
Le Ventriloque
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyDim 12 Déc 2021 - 15:35

Cobblepot ne m’avait pas oublié, c’était une bonne chose. C’était un allié puissant, attaché aux vieilles traditions et aux anciennes relations. Sa pique me fit sourire. Évidemment, il n’était pas question de s’épandre en discussions stratégiques au milieu de futurs ennemis. Mais il était de bon ton de s’assurer que nous étions encore sur la même longueur d’ondes, pour faire face aux nouveaux arrivants.

─ Non, pas ici, bien sûr Oswald. Nous pouvons en discuter dans la semaine, je t’inviterais en terrain neutre pour t’assurer de ma bonne foi. Et, pour continuer à te prouver que ton amitié m’importe, je vais te confier un cadeau, rien qu’un échantillon. Je glissais une main dans ma poche pour sortir un petit sachet, que ma marionnette tendit ensuite à mon interlocuteur en lui faisant un clin d’œil. Voici mon nouveau produit, un truc qui va révolutionner le marché et mettre à genoux tous ces jaunes, façon doggy-style. On va trinquer aux massages avec finition, copain, c’est bien la seule chose qu’ils savent faire correctement.

Le Pingouin interpella une serveuse pour commander des boissons. Je n’aimais pas trop le goût de l’alcool mais je savais que ce n’était pas le cas du patron, qui semblait plus intéressé par les culs des jeunes femmes que par se choisir une boisson. Je le savais exigeant, je décidais donc de partir sur une proposition sûre.

─ Pou-Pour monsieur, n’ou-n’oubliez pas de ramener un verre de whisky ! Mais, malheureusement, la connasse était déjà parti sans entendre ma protestation. J’affichais une discrète grimace, en perdant mon regard vers les clients du salon. Après s’être goulûment rincé l’œil, le mafieux décida qu’il était temps de revenir à des choses plus sérieuses.

─ Je te la fais courte, pédale. Faudrait pas que ça s’ébruite, tu comprends. Pour faire simple, je bosse actuellement sur une drogue, Le Froid Blanc, la merde que je viens te filer. J’ai un gros coup à jouer dessus. Ça commence doucement, je récupère quelques quartiers par-ci par-là mais ça ne me suffit pas, il en faut plus. Il faut multiplier les points de vente et éliminer la concurrence, c’est la base du bail. Donc, je propose qu’on fasse une alliance pour baiser tous ces fils de pute, en particulier cette salope de Black Mask.

Il renifla et cracha sur le sol. J’avais un peu de bave sur le coin de la bouche, mais c’est celle de la poupée que je nettoyais méticuleusement. On posa nos commandes sur la petite table en face de nous.

─ C’est simple, on les encule et on se partage les territoires. J’essaie de vendre mes conneries en douce chez eux pour voler la clientèle, avant de couper les circuits d’approvisionnement pour les forcer ensuite à venir chez moi. On commence par diminuer le débit d'eau avant d'arrêter le robinet, tu vois ? J’ai besoin d’aide pour protéger mes hommes, qu’ils puissent se balader sur ton territoire comme sur le mien, avec la sécurité qui va avec et pouvoir augmenter ma zone de chalandise. Contre rétribution, évidemment, sous la forme qui te plaira. Le truc, c'est qu'il me faut juste des planques sûres à proximité de la concurrence, pour les baiser discrètement.




Grand Opening 6410757e2c9535fcc6e21891ea944aa683821615

« Qui tire véritablement les ficelles ? »
Revenir en haut Aller en bas
Mafieux
Messages : 149
Date d'Inscription : 23/01/2021

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
☠ Relations conflictuelles :: ► Arnold Wesker
♣ Alliés : : ► Scarface
Porcelaine
Porcelaine
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyLun 20 Déc 2021 - 20:17

grand opening
monsieur scarface m'invite au bal

avec la pègre asiatique gothamite —

le grand chef discutait avec l'homme oiseau. deux créatures si grossières, arnold et le pingouin, qui coupaient terriblement avec la classe des bridés ambiants. ces asiatiques si repoussants avec leurs costumes hors de prix étaient comme des singes affublés de petits costards dans un cirque de l'ère victorienne. ça avait son charme, et le charme de ce directeur de cirque simiesque aux dents jaunies ne la laissait pas de marbre. il avait quelque chose, il était le clou d'un morbide spectacle. il lui plaisait beaucoup. lui et le grand chef, scarface, rayonnaient dans ce spectacle d'immigrés chinois cracheurs de feu d'un nouvel an chinois d'un siècle passé. il se présenta si humblement, et clémence lui rendit la révérence, dans un mouvement extrêmement lent, chorégraphié qui semblait étrange car... infiniment parfait. parfait telle la poupée qu'elle aspirait à être. lui, était un vrai artiste. pour le respect infini qu'elle avait en scarface, elle savait qu'il n'était pas artiste, et ça se voyait. - monsieur scarface n'est effectivement pas un féru d'arts comme je le suis. il ne voit en l'art que l'argent. je ne vois en l'argent que l'art. nous nous complétons bien. c'était le cas de le dire. elle joignit les mains et l'observa avec un regard plein de tendresse. - je possède un cabaret à old gotham nommé le "moulin rouge". elle sortit une carte de sa manche, telle une prestidigitatrice et la le lui tendit. c'était sa carte de visite, en lettre rouges brillantes, soigneusement rangée dans une sorte d'étui de cuir replié en deux. dans le même étui se trouvait un sachet de "froid blanc", semblable à de la cocaïne en poudre, qui, espérait-elle, attirerait l'attention de son interlocuteur - il y a mon numéro. appelez-moi et je viendrai à vous. ou venez vous-mêmes. les poupées connaissent votre visage à présent, elles vous mèneront à moi sans que vous n'ayez à vous annoncer. c'est comme dans un conte de fées. elle s'arrêta de parler un moment, puis reprit en souriant. - si vous avez quelques oeuvres d'art à vendre ou acheter, je vous en obtiendrai le meilleur prix. correctement galvanisée, une foule consumériste arrache l'argent de ses entrailles d'elle-même. je connais les méandres de leur psychologie. j'ignore si scarface et vous trouviez accord de sitôt, et ça me désole d'imaginer le pire à ce sujet. mais moi, je ne suis pas aussi abrupte que lui. elle lui sourit doucement, avant d'un pas gracieux se retourner pour revenir vers scarface, pour lui tenir le bras jusqu'à la fin de la soirée, à l'image d'une escorte... ou de la femme d'un dirigeant qui respirait la stupre d'une escorte motivée par l'agent. - je ne mange personne. oh. le sucre... il ne réveille pas. il endort ce qu'il y a à endormir avant de se salir les mains. au revoir, individu qui déclare se nommer wong liang. au revoir... au revoir...


Revenir en haut Aller en bas
Cobblepot
Messages : 3203
Date d'Inscription : 02/08/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Homme d'affaires impitoyable
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Oswald C. Cobblepot
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyJeu 30 Déc 2021 - 17:09

Faut dire que le pantin en avait dans le pantalon. Enfin, il devait avoir de ces boules en bois. Des boules biens dures et biens lustrées, cirées avec la langue de Wesker, assurément. La pensée de cette idée fit sourire le Pingouin, mais le projet qu'il avait d'instaurer une nouvelle drogue dans les rues de la ville, lui convenait. Surtout si ça pouvait même mettre le Black Mask dans la merde. Une belle merde noire, bien huileuse, comme la couleur de son masque dégueulasse. Fumant une taffe, Oswald regardait le décor dans lequel, il se pavanait, lui et son allié de jadis. Trop de chinetoques, bien trop de bouffeurs de riz. Des faces de citrons dégueulasses. Putain, même avec une limite d'un chiard dans leur pays de bouffeurs de chiens, ils étaient plus d'un milliard. Dans le cadre d'un règlement de la population terrienne, napalmiser toute l'Asie serait un acte de charité. Oswald revint cependant à la conversation.

"C'est une bonne idée. Une grande idée. Et si nous réussissons à couper l'herbe sous le pied de Sionis, on pourrait se partager ses avoirs, son territoire. Faire de ce qui est sien, notre Pologne. Si tu vois ce que je veux dire. Wak wak wak."

Scarface en avait dans la trogne, il fallait seulement éviter que le pantin ne change d'avis. Un garde-fou, quelque chose qui l'empêche de faire une trahison bien sale et bien suspecte dans le slip. Quelque chose qui éviterait au Pingouin de se faire salement bouffer comme un vulgaire calamar. Cette odeur dégueulasse, on était vraiment dans un boui-boui de Chine, cette odeur forte, ces épices, ces trucs du pays. C'était vraiment le genre de dégueulasseries qu'on pouvait trouver dans le pire des bordels aux Philippines. La même odeur, et le Pingouin le savait. Le Pingouin eut un sourire, remettant son porte-cigarette dans la bouche, tout en observant le personnel environnant.

"Le Froid Blanc, ça a un joli nom. Qui c'est qui t'aide dans ce produit ? Mister Freeze ? Le nom pourrait être assez éloquent. Même si je vois mal ce bon docteur travailler dans le domaine de la drogue. Excuse ma curiosité, un investisseur a toujours pas mal de questions, ne penses-tu pas ?"

Oswald avait une certaine curiosité, un appétit débordant pour toutes les nouveautés possibles et inimaginables. La nénette aux yeux bridées ramène son joli petit cul et dispose des commandes. Oswald prit son parapluie et lui tapa les fesses avec le bout de son parapluie avec un petit rire gras et infect. Il ricana de ce genre de petite chose, ce genre de petite attention qu'il affectionnait. Le genre de truc qu'il aimait faire avec le petit peuple, le petit personnel. Scarface pourrait sûrement gouter à ce genre de plaisanteries, mais pas son vieux schnock qui était déjà mal à l'aise d'être dans un lieu aussi oriental que ceci.

"Ce sera 60-40 pour les rentrées. Pas plus, ni moins. J'ai besoin d'une certaine marge pour éviter que mes gars finissent avec du plomb dans le bide. Et si Black Mask cherche un responsable, je serai le premier en vue. Il ne peut pas soupçonner que tu sois dans ce genre de business. Mais moi et le vieux coffret en bois, on a un sale passif, tous les deux, et il m'aime clairement pas. Quant à son territoire et à ses biens, ce sera 50-50 une fois qu'il sera liquidé, lui et son putain de gang de cinglés. J'crois savoir que ça te botterait de monter en standing dans les plus beaux quartiers de la ville, non ?"

Toujours jouer sur les pronostics, et surtout, toujours faire miroiter. Le Pingouin avait de quoi tenir, mais si Sionis venait à avoir vent de cette nouvelle drogue, alors là, c'est sûr, c'est le Pingouin qui serait en première ligne. Bien que les territoires du Pingouin ne soient pas des places défendables facilement, le Musée du Cyrus Pinkney, lui, était une véritable forteresse, et il fallait être un cinglé pour avoir l'audace de s'en prendre à une bâtisse lourdement défendue et bien équipée. Le Pingouin était un magouilleur, mais dans l'ordre des choses : Le Pingouin réclame toujours la première bouchée, car il est un animal noble. Scarface avait peut-être des projets, mais il n'avait pas, d'après ce qu'il disait, la main-d’œuvre nécessaire pour faire le boulot. Il fallait qu'il ait besoin d'un intermédiaire. Or, le meilleur à ce jour, c'était bel et bien le Pingouin. Esquissant un nouveau sourire, tout en éructant de la fumée avec sa bouche, le Pingouin reprit d'une voix grave et sereine. Tout en ignorant les nombreux bridés qui se déplaçaient devant eux.

"J'te rajoute même un accès VIP à mon Lounge, si tu as un soucis, ou un besoin de faire profil bas, tu y seras très bien. Crois-moi."

En temps de crise, le Lounge était une parfaite protection, et il fallait de quoi faire pour y pénétrer. Il y'avait même une grande salle, dans les profondeurs de l'Iceberg, qui permettaient à tous les criminels de la ville de s'y réfugier en cas d'attaques ou de répressions policières, et autres billevesées de la mairie. Même dans le cas d'une attaque au gaz du Joker, ce qui pouvait arriver très souvent dans cette foutue ville. Mais là n'était plus la question. Le Pingouin observait certains regards, de certains invités, de certains chinetoques qu'il avait déjà vu et qu'il avait déjà repéré. Il lorgnait, de son monocle, à la recherche de quelques têtes, de quelques citrons pas pressés qui tenteraient peut-être de les expédier manu militari. Toujours ce sourire, sur son visage, Oswald comptait bien à ce que ça énerve quelques paic-paic citrons qui se baladent dans la salle. Peut-être que même l'un d'eux tenteraient d'embrocher Scarface ou le Pingouin ? Ce qui serait une excellente chose, un casus belli idéal pour orchestrer la mort d'une partie de ces bouffeurs de pangolins dégueulasses. Le hasard, on ne le subit pas, il suffit de le provoquer, avec passion et adoration. Avec verve et ambition.

"J'crois que ça les énerve que deux gars comme nous soyons dans leurs cercles intimes. T'as remarqué leurs regards ?"




Grand Opening V545
Revenir en haut Aller en bas
Ligue des assassins
Messages : 351
Date d'Inscription : 06/10/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City ::
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Sandra Wusan / Lady Shiva
Sandra Wusan / Lady Shiva
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening EmptyJeu 30 Déc 2021 - 19:35

Chaque chose est éphémère ...


Qui aurait pût croire que la Lady allait se laisser abattre devant tant d'inconvenances ? Lady Shiva ne donne jamais de coups directs, mais elle sait instiller le poison pour voir la fin des hommes. Elle était patiente, la Lady, elle savait ce qu'elle faisait. Dernièrement, elle avait eu la discrète missive d'un certain Tian Hong, qui semblait l'inviter pour une grande cérémonie d'ouverture au sein de son restaurant à Chinatown. Pourquoi pas ? La Lady avait quitté son dojo, le dojo Funakushi qu'elle entretenait sous le coup d'un nom inventé, un sobriquet pour calmer et pour éviter d'être repérée par quiconque espérait la retrouver. Seule Lady Shiva s'affichait, sur les quelques sites du Dark Web, attendant quelques contrats qu'elle puisse juger digne de sa réputation. Mais le message laissé par ce dénommé Tian Hong l'avait surprise. Une belle surprise, aigre-douce, et même si Shiva n'était pas quelqu'un qui aimait être en présence des autres humains, elle avait quand même ce besoin de se montrer, de montrer qu'elle était toujours présente. Tel un fantôme qui ne se permettait pas d'être oublié. Telle était la destinée d'une maitresse de la ligue des assassins. Avec un soin particulier, elle s'était longuement préparée pour la soirée. Un long bain, à base de lait d'ânesse pour conserver une peau désirable et belle, à la manière des anciens pharaons d’Égypte, ses cheveux brossés et coiffés de la plus belle des façons, à la Singapourienne, tout en gardant de base, un petit maquillage discret et vif. Un teint légèrement plus blanc, et de douces fioritures sur les cils, pour extasier la beauté de son île, désormais occupée par l'envahisseur chinois. La politique, la Lady s'en moquait. Elle ne voyait que son propre intérêt. Son corps nu, devant la glace, elle admirait les cicatrices qui composaient son corps. Ses nombreuses batailles, ses nombreuses douleurs, et enfin, posant ses mains sur son bas-ventre, elle ressentit la douleur. La douleur de ce viol, de cette violence envers elle, cette violence qui n'avait qu'un nom : David Caïn. Une douleur monstrueuse qui l'avait terrassée, et pendant neuf mois, elle avait vu les transformations de son corps et la libération de ce qui n'était que le résultat d'un viol douloureux et monstrueux. On dit que les cicatrices façonnent notre vie. C'était vrai, et la Lady en était devenue plus forte. C'est à la base de cette première cicatrice, que la Lady Shiva apparut, et que la mort fut semée, comme des grains dans les champs. Le temps passa, et Susan observait son corps nu, plongée dans une légère léthargie qui l'avait ramenée dans le passée pendant quelques longues minutes. Elle savait ce à quoi elle dévouait sa vie. La mort. Et rien d'autre. Mais l'heure passe, et la Lady serait une bien mauvaise invitée si elle ne se présente pas à cette soirée. Choisissant avec le soin et une certaine classe, elle préféra un kimono rouge, flamboyant. Un souvenir du Japon. Des ballerines en guise de chaussures et bien sûr, un katana personnel dont elle ne pourrait jamais se séparer. Un léger sourire. Une légère natte sur le côté dans ses cheveux, et elle partit, prenant un taxi de Chinatown pour se rendre au lieu, qui n'était pas loin en somme, mais Shiva ne tenait pas à attirer l'attention, surtout dans une rue sans cesse bondée. Remerciant le chauffeur qui la déposa, Shiva eut un regard doux pour l'homme qui l'avait bien servi. D'un geste, elle se dirigea vers le lieu de la grande procession. Dans la grande salle de ce magnifique bar. Mais tout cela n'était que du décor, du stupre, de la luxure, rien de tout cela ne transpirait le vrai. Tout n'était que vanité, et orgueil. Ce Tian Hong avait peut-être beaucoup d'influence, de l'argent oui, mais peut-être qu'il se vantait peut-être un peu trop. Comme tous ces gaïjins qui paradaient en Asie, se faisant passer pour des passionnés de l'Asie et qui parasitent nos terres. Arrivant à l'accueil, elle se présenta.

<< Veuillez m'annoncer, je vous prie. Lady Shiva. >>

Dit-elle, d'une voix calme et simple. Que se passerait-il ? Comment on réagirait ? Elle n'en savait rien, mais une chose est sûre, personne n'oserait s'en prendre à elle. Surtout armée d'un katana à sa taille. Un des serveurs présents se faufila en arrière à la recherche d'un potentiel responsable, pour l'avertir, peut-être. Pour indiquer que la plus grandes des tueuses venait d'entrer dans la salle du Magnolia. Qu'importe. Elle s'avançait, consciente de la terreur qu'il inspirait dans les cœurs de ceux qui venaient d'entendre son nom. Du beau parti, entre certains qui arboraient des tatouages de clans, il fallait admettre que la plupart de ces gens avaient de quoi composer un magnifique pot pourri en guise de la représentation des criminels présents dans la salle. Mais un rire parvint aux oreilles de la Lady, et elle haussa les yeux en voyant un spectacle qui ne lui plaisait pas. Oswald Cobblepot ? Ici ? Ce porc, à Chinatown ? Comment avait-il osé ? En compagnie d'un autre criminel de basse extraction, Le Ventriloque. Comment avaient-ils osé entrer dans ce lieu interdit à tous ceux qui n'étaient pas de notre caste ? Et à ce moment-là, Shiva se rappela des horreurs que le Pingouin lui avait envoyé par messages sur téléphone. Il était peut-être temps d'offrir au Pingouin quelque chose de violent. Quelque chose qui lui rappellerait de ne pas se moquer de Lady Shiva. S'avançant, le sourire aux lèvres, Shiva s'approcha de la table des deux mafieux, avant de les saluer.

<< Contente de vous savoir toujours vivant, Cobblepot. J'aurais regretté ne pas avoir eu l'honneur de vous trancher la gorge pour en faire sortir toutes les saletés que vous m'avez dites. Vous en rappelez-vous, Oswald ? >>

Dégainant son katana, elle plaçât le bout de la lame sous le cou du Pingouin. Une simple pression, et elle pourrait lui ouvrir la gorge comme un bonbon PEZ. Mais la surprise ne serait pas douce et acidulée, clairement pas. Elle serait sanglante et pourrait ternir la soirée. Shiva n'en avait que faire. Pendant longtemps, elle avait supporté la bêtise et la médiocrité des hommes, et ce n'était pas un minable petit Pingouin qui allait lui faire peur. Pas une espèce d'obèse ventripotent et infect qui se la ramenait beaucoup sur les réseaux mais qui n'agissait pas. Un léger regard pour le Ventriloque, Shiva détourna rapidement le regard. On ne savait jamais comment prendre les créatures folles venant de cet asile de dépravés infects. Alors autant garder un œil sur l'un comme sur l'autre.

<< Pas de gestes brusques, pantin. Tu n'es pas sur ma liste. Alors reste à l'écart. >>

La lame s'éleva doucement, pour rehausser la tête du Pingouin. La Lady était à son aise, subjuguée, et dévorant intégralement la peur qui pourrait sortir des yeux du pitoyable Pingouin. Shiva avait une rancune tenace, violente, et bien sûr, qui ne nécessitait qu'une petite poussée pour aller jusqu'au bout des choses. Elle eut un sourire, tout en reprenant. Il fallait être impitoyable avec l'ennemi. Impitoyable avec la vermine, et surtout, savoir mépriser et ridiculiser en public. Voila quelle était la façon de faire de Shiva. Dommage que le Pingouin n'ait aucune prime sur le crâne. Il aurait été intéressant de savoir combien on pouvait mettre sur le crâne d'un aussi ridicule criminel. La tension est à son comble, les choses peuvent dégénérer, mais face à une Lady en colère, capable de vous tuer en deux trois mouvements, il fallait parfaitement réfléchir. Et puis, ce léger coup de pression pourrait peut-être remettre certaines pendules à l'heure. Et offrir un magnifique spectacle aux invités présents dans la salle.

<< Vous estimez votre vie bien trop chèrement, monsieur Cobblepot. Si vous souhaitez sortir de cet endroit, la tête sur les épaules, je vous prierais de vous excuser à mes pieds, le plus vite possible. >>



Grand Opening Ubry
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Grand Opening   Grand Opening Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Grand Opening

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Founders Island :: Chinatown District :: Chinatown :: Le Triangle d'Or-