Imaginez le Mythe de Gotham City




Batwing

Azrael

Orpheus

Katana

Tarentula

Nightrunner

Zatanna

Ragman

Huntress

Simon Dark

Misfit

Stryx

Deathstroke

Duela

Blackfire

Pyg

Quiz

Fright

Zsasz

Killer Moth

March Hare

Magpie

Man-Bat

Strange

Holiday

Sofia Falcone

Mario Falcone

Le Lynx

Tobias Whale

King Snake

Blockbuster

The Bone

Requin-Tigre

Kossov

Omerta

The Jazzman

Julie Madison

Slam Bradley

Dr. Arkham

Aaron Cash

Silver St Cloud

Thorne

Zorbatos

Bullock

Alyce Sinner

Crispus Allen

Montoya

Jason Bard

Talia Al Ghul

Nyssa Al Ghul

Vertigo

David Caïn

Deadshot

Le Senseï

Whisper A'Daire

Bronze Tiger

Catman

Dr Darrk

White Ghost

Merlyn
Derniers sujets
» Drôle de trouvaille - mission solo - 17.01.18
Joker War [Les Concernés] EmptyAujourd'hui à 3:08 par Lonnie Machin aka Anarky

» Laisses toi glisser, gars.
Joker War [Les Concernés] EmptyAujourd'hui à 1:05 par Benjamin Shelby

» Time to Play
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 22:58 par Liam Faith

» Une faim singulière [Pv Porcelaine)
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 22:24 par Porcelaine

» Une rencontre au pas, de tir ! (Feat : Barbara Gordon)
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 22:02 par Barbara Grayson / Batgirl

» Mission : "Recevoir une plainte" (Feat : Lisbeth)
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 20:59 par Liam Faith

» Blabla
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 20:50 par Cassandra Cain/Black Bat

» Un robot au chomdu - pv Serena Ardwin - 15.01.18
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 19:39 par Lonnie Machin aka Anarky

» La banquise est froide [PV]
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 19:15 par Oswald C. Cobblepot

» La Nuit au Musée [Cassandra]
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 18:58 par Cassandra Cain/Black Bat

» Trois en moins pour l'honneur [PV - Serena Ardwin]
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 18:31 par Serena Ardwin

» Règlement à OK Gotham [PV Nightwing, Elio, Liam, Batman]
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 18:05 par Dick R. Grayson/Nightwing

» La Course au Jouet
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 17:41 par Serena Ardwin

» Quelques maux à se dire - Alexa Varon BomberGirl - 29/09/17
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 16:54 par Lonnie Machin aka Anarky

» Flitlings and trolls are on the menu. [Pv Owen]
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 15:12 par Jason B. Smith

» Asian Street Fight
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 13:52 par Tian Hong

» Maybe I'm a sweetheart trying to make my own scars || PV Dick Grayson/Nightwing
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 13:49 par Tatiana Lavrinenko

» Deux potes, deux manettes
Joker War [Les Concernés] EmptyHier à 12:11 par Dick R. Grayson/Nightwing

» Li Wei Zheng, la fleur informatique.
Joker War [Les Concernés] EmptySam 15 Jan 2022 - 21:57 par Li Wei Zheng

» Une rencontre inattendue.
Joker War [Les Concernés] EmptySam 15 Jan 2022 - 21:37 par Bruce Wayne / Batman

Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox sans fil Pulse Red
48.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Joker War [Les Concernés]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nouveau Membre
Messages : 7475
Date d'Inscription : 22/03/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Alliés : : ► Harley Quinn
Ex-Joker
Ex-Joker
MessageSujet: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMar 16 Juin 2020 - 11:34


Le Clown de Gotham !

Les rumeurs se faisaient grandissantes à Gotham City ces derniers temps. De plus en plus, on murmurait le grand retour du Joker. Le seul, l'unique. L'Empereur du Crime se faisait à nouveau attendre depuis trop longtemps et il était temps maintenant de reprendre les rênes du pouvoir à Gotham City. Les rumeurs enflaient, beaucoup. On murmurait que le Joker se planquait à l'Oceanside Aquarium, d'autres rumeurs indiquaient qu'il se cachait dans les tréfonds de l'asile d'Arkham. Mais une seule semblait vraiment avoir "plus" de poids que les autres : Le retour du Joker dans ce pénible carnaval des frères Bonus. Celui-là même où il tenta de rendre fou James Gordon. Le Joker était quelqu'un d'assez réservé dans le choix de ses planques, mais celle-là, celle-là avait quelque chose de sentimental. Quelque chose qui l'amusait tout particulièrement. Ah ... Qu'il est loin le temps où le Batman riait avec le Joker, sous la pluie, tandis que les phares des voitures de police vinrent au duo. Quelle nostalgie ! Mais le Joker n'était pas nostalgique, non. Pas le moins du monde. Il allait cependant, beaucoup s'amuser ce soir. Une musique d'ambiance, douce, limpide, et diablement entrainante ! Voila ce que le Joker réservait à ce cher public de ce soir. Bon, ce n'était pas particulièrement LE public, ni-même le cœur de cible que le Joker espérait, mais ça ferait l'affaire. Pour ce très grand numéro, le Joker avait choisit le parc d'attractions des frères Bonus. Pourquoi ? Mais tout simplement parce que c'était le seul cirque le plus apte à faire ses représentations à Gotham City pardis ! Et puis parce que le Joker aimait l'ambiance festive des cirques, ses animaux exploités, ses clowns alcooliques, ses dirigeants véreux, et même des acrobates qui jouent aux cadavres sans filet de sécurité. Que demander de plus à un univers aussi magique ? Alors que le public imaginaire du Joker semblait rire, si l'on voulait, des petits numéros que le Joker avait préparé, les quelques acolytes chargés du rire, dont Gaggy Gagsworthy, le nain abominable du Joker, et ancien clown du cirque Haly, espérait bien reprendre sa place auprès du Joker. On avait tout préparé ce soir pour que ce soit une fête à tout casser ! Le voile se lève, et le Prince des Clowns fait son entrée sur la place centrale du cirque ! Prenant avec aisance tout l'accueil qui lui était dû par les otages, crispés, qui l'acclamaient, sous le regard des armes. Un des hommes de main terminait le branchement du brouilleur pour intercepter les ondes du GNN et pouvoir diffuser la soirée. La caméra filmait le cirque, et tout à coup, le visage du Joker apparut, souriant, froid, et tellement parfait à la caméra.

"Ha ha haaa ne touchez pas à votre télécommande ! Je sais à quel point il est désagréable de voir son émission préférée remplacée par une autre, mais regardez ce que vous avez à la place ... MOI ! Et tout un tas de choses vraiment amusantes et de la violence gratuite, tout ce qui fait la grandeur de la télévision. Alors restez branchés ! Vous n'en croirez pas vos yeux ..."


La caméra fixe alors le public et reprend alors sur le Joker, qui présentait alors le parc d'attractions du Joker, composé de Gaggy Gagsworthy et de nombreux hommes du Joker, grimés en clowns pour l'occasion. Il y'avait de tout ! Maquillages, masques, fantaisie, tout était là, pour le plus grand bonheur de tous les téléspectateurs. Alors que tout semblait s'enchainer d'une manière plus calme, plus agréable, le Joker reprit la parole tandis qu'il dirigea la caméra vers lui, appréciant davantage d'être mis en valeur. On force le public à applaudir, encore. Tout était dans la bonne overdose de rires, et qu'importe si ces imbéciles claquent, le public à Gotham, ce n'était pas ça qui manquait.

"Merci ! Merci ! Ce soir en direct et en couleurs, chers spectateurs, vous allez assister à la plus grande des représentations du cirque des Frères Bonus ! Des gags, du rire et parfois même du suspense ! Vous allez en avoir plein les yeux."


Il y'avait du personnel, tandis que le Joker disparaissait, les hommes de main, eux, commençaient à faire venir bon nombre de reliques du cirque Haly, des reliques qui venaient des entrepôts en dehors de Gotham City, un squelette d'un des anciens "monstres" du cirque, des objets de tortures que les grands magiciens utilisaient, et il y'avait même des canons datant de 1916 qui servaient à envoyer l'homme-canon en dehors du cirque. Bref, c'était une belle odyssée pour un cirque sur le déclin. Oui, sur le déclin, car personne n'allait au cirque maintenant. C'est vrai ça ... Personne n'allait plus jamais au cirque, et le Joker pris alors une mine renfrognée.

"Plus personne n'aime le cirque de nos jours, et ça me rend très triste ... Mais vous me connaissez, j'aime les causes perdues ! Alors ce soir, j'ai invité des tas de citoyens de Gotham à venir au cirque ! Ils vont redécouvrir le sens de la découverte ! On a rouvert les attractions, et ça va être ... Formid-hahahahable !"


Il éclata d'un petit rire à la caméra avant de l'éteindre. Le changement de ton radical du Joker avait plongé dans la stupeur les citoyens de cette bonne vieille ville de Gotham City. Pas de problème, il y'a toujours une solution, et le Joker espérait très sincèrement, l'arrivée de ce cher Batman. Mais ... Peut-être était-il retardé ? Sûrement ... Pas grave, les justiciers, ce n'était pas ça qui manquait à Gotham City, et puis on dit aussi que Batman et ses copines ne tuent pas, donc c'est déjà assez réconfortant. Le moins drôle, c'était dans l'état qu'ils vous laissaient, et ça, c'était encore moins drôle que prévu. Mais qui était le Joker pour critiquer ce cher Batman ? D'un pas assuré, le Joker fit baisser les lumières et les projecteurs se hissèrent vers les hauteurs. Un sourire ricanant, la caméra se dirigea vers les hauteurs du chapiteau. Deux squelettes, accrochés à des cordages, des trapézistes, des cadavres grimés, avec des tenues évoquant un certain duo. L'image était belle, revigorante, et terriblement horrible. Une abominable caricature, une horreur sans nom, mais ça ferait marrer le Joker de repousser les limites du genre du douteux. La caméra se rallume aussi vite et le Joker apparut à nouveau.

"Ce soir, mesdames, messieurs, pour une unique représentation ... Hahaha ... Nous commémorerons la mémoire des Grayson Volants ! Ou devrais-je dire, les Grayson Pourrissants ... HAHAHAHAHA."


Et on applaudissait suite à la blague. Gaggy activa le petit cordage et les deux squelettes se mirent à se balancer, à se balancer, à continuer à se balancer, dans une macabre pantomime. Une monstruosité ! C'était une idée de Gaggy au départ, retravaillée par le Joker. Le nain n'avait jamais aimé les Grayson et c'était pour lui, le meilleur moyen de les humilier et de reprendre sa place dans un cirque qui l'avait bafoué pour ces ordures de rats volants. Le Joker était hilare, le public applaudissait, et même si Batman allait arriver, le spectacle allait continuer. Des surprises, il y'aurait des TAS ! Des monstrueuses encore ! Mais plein de trucs géniaux et horribles dans les différents baraquements du parc d'attractions. Et le Joker allait se réfugier dans l'un de ces bâtiments, il allait voir, il allait observer, et il agirait en fonction. De quoi faire rêver ! Show Must Go On ! Toujours et encore ! Ce soir, le Joker lançait les hostilités. Et cela allait faire mal. Très très mal.


Hors Jeu :

+ Le Joker est dans l'un des bâtiments, je ne dis pas lequel, mais quoiqu'il arrive pour chacun de vous. Vous aurez un scénario unique.
+ Je vous laisse arriver à l'entrée sud du parc. Il faudra que vous vous mettiez d'accord sur le lieu que vous voulez prendre en RP.
+ Quoiqu'il arrive, je vous souhaite à chacun, un très bon jeu.

Joker War [Les Concernés] 84ro


"See no Evil ... Hear no Evil ... Scars tell Stories."
Joker War [Les Concernés] 9qek
Revenir en haut Aller en bas
Grayson
Messages : 4705
Date d'Inscription : 03/05/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Punchline, Pingouin
♣ Alliés : : ►Batfamily
Dick R. Grayson/Nightwing
Dick R. Grayson/Nightwing
MessageSujet: Joker War [Le Chapiteau]   Joker War [Les Concernés] EmptyMer 17 Juin 2020 - 21:45

Joker War : Le Chapiteau

Qu’elles étaient fondées ou non, les justiciers allaient ce soir en avoir le cœur net. Apparemment, le Clown de Gotham était réapparu et ce n’était pas sans compter sur son internement qui ne lui avait absolument pas calmer ses ardeurs. Au contraire, si toutes ces rumeurs et ces bruits de ricanement lointain que le vent emportait à travers les rues sombres de la ville s’avéraient être véridiques, son absence ne l’avait que plus inspiré…

Tous ensemble, ils débarquaient à l’entrée Sud du parc d'attraction, qui n'était aujourd'hui qu'un cimetière hanté par les aliénés. Dick lança un regard vers Barbara, dont le visage semblait sérieux, concentré. Nulle doute qu’elle repensait à son accident, causé par cet être infâme que Gotham avait créé à partir d’une pincée de folie. Il espérait juste que tout ira bien pour elle, car ils avaient décidé de se séparer pour couvrir plus de terrain ; le parc comprenait plusieurs endroits, il ne fallait pas perdre de temps à les fouiller un par un. S’il y avait des civils sur place, leur vie était certainement en danger. Une pensée pour Batman traversa l’esprit du justicier. Il avait toujours été d’accord avec l’éthique que son mentor lui avait inculquée… Mais n’y avait-il pas toujours une exception aux règles ? Pourquoi le Joker devait-il constamment échapper aux jugements ? Il ne cessait jamais le tourbillon de violence et de mort, il fallait bien mettre un terme à tout ça. A chaque fois qu’il croisait le Joker sur sa route, Dick avait parfois énormément de mal à se tenir à ce code de conduite. Encore plus quand son ennemi décida de s’attaquer aux gens qu’il aimait. Un regard vers ses frères le rassura, être entouré d’alliés fidèles et forts lui était réconfortant. Mais la soirée n’avait même pas encore commencé que Nightwing éprouvait déjà une appréhension.

« Je m’occupe du chapiteau » dit-il d’une voix ferme, bien décidé à remettre le fou sanguinaire derrière les barreaux. Son regard était rivé sur son objectif. Dick espérait simplement que leur ennemi ne leur avait pas préparé de dilemme moral et choix cruciaux à prendre avant un décompte. Car c’était tout à fait son genre. Il s’approcha de Batgirl, lui déposant un baiser sur le front. « Sois prudente s’il te plaît… » S’il lui arrivait quelque chose, n’importe quoi, il se perdrait dans une violente rage qu'aucune source de lumière ne guérirait. Un événement tragique réveillerait la part sombre qui sommeillait en lui depuis toujours, mais qu'il avait appris à apaiser.

Après un hochement de tête en direction de ses frères et d’Harper, il s’enfonça dans l’obscurité, courant en direction du grand chapiteau. Plusieurs musiques d’attractions étaient activées, bien que le coin était désert. Les lumières colorées illuminaient par point des endroits clés. C’était fou comme cet endroit lui donnait la chair de poule, en cet instant précis, alors qu’enfant il s’y sentait comme chez lui. Au cirque Haly, lorsqu’il ne s’entraînait pas avec sa famille, il passait ses journées à jouer avec les enfants, profitant de l’insouciance qui le caractérisait à l’époque. C’était une enfance heureuse qu’il avait eu la chance de vivre, et tout avait été bafoué par la seule faute d’un homme mauvais.

Tandis qu’il se rapprochait de son but, des fragments de souvenirs lui voilaient la clairvoyance dont il devait absolument faire preuve pour rester concentré et aux aguets. Mais les visages de ses parents le hantaient, lui sommant de s’en aller, de ne jamais revenir. Grayson sentait au plus profond de lui que quelque chose n’allait pas mais ses jambes filaient droit vers le piège, ignorant les battements douloureux de son coeur. Il entendait presque les applaudissements autour de lui, alors que les Flying Grayson finissait leur numéro de trapéziste.

C’était une époque révolue à présent, et mettre les pieds ici lui faisait du mal. Comme si le Joker se riait de lui, car c’était sûrement le cas ; il devait rire de la situation dans laquelle il avait mis le jeune acrobate. Le clown était une personne haïssable mais néanmoins perspicace ; il était sans aucun doute sûr que Dick viendrait précisément là. Celui-ci n’avait de toute manière pas pu s’en empêcher, il ne se voyait nulle part ailleurs, c’était là le défaut d’avoir une conscience humaine. On voulait donner un sens à tout, tandis que ce malade n’avait de conscience pour rien.

Joker War [Les Concernés] Circus11

Avant d’entrer dans le chapiteau, Nightwing jeta un regard en arrière, les sourcils froncés ; les autres justiciers avaient déjà disparu, lancés dans leur propre quête. Serrant ses armes dans chaque main, attentifs aux ombres mouvantes et aux moindres déplacements de cailloux, il passa la lourde toile d’un pas décidé. Le noir envahissait l’espace alentour, cachant dans sa pénombre peut-être des centaines de monstres assoiffés de chair, ou peut-être rien… avec sa pièce centrale, là où auparavant les spectacles prenaient vie au milieu des acclamations et des rires.



Joker War [Les Concernés] 1699511
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyJeu 18 Juin 2020 - 20:19

Joker WarPV Joker
Batgirl
Joker
Barbara avait, comme les autres héros, assisté à cette interruption du Joker sur les ondes TV. Il donnait rendez vous aux héros dans ce lieu sinistre qu'est Gotham Carnaval.
Ils étaient tous arrivés devant l'entrée. De là, Barbara pouvait voir les montagnes russes, là où le Joker avait torturé mentalement et physiquement son père.

Dick fut le premier à décider dans quel bâtiment il allait aller. Il dépose un baiser sur le front de la jeune femme. Elle ferme les yeux à ce moment, elle se concentre pour graver ce moment dans sa mémoire.

«Toi aussi Dick.» Elle lui sourit en le regardant s'éloigner. Son sourire disparu, pour laisser place à une colére qu'elle garde depuis pas mal de temps. Ce soir, elle allait en finir avec le Joker.

«Je prends le temple du rire. Bonne chance les garçons, soyez prudents.»

Barbara se dirige vers ce temple du rire, même si elle n'avait pas la tête à cette mauvaise plaisanterie. La rousse reste bien 5 minutes devant la porte. Elle respire calmement et sert les poings, elle s'encourage.

«Allez Barbara, tu  as connu pire, il va souffrir pour ce qu'il a fait.»

Elle ouvre la porte du temple et sombre dans les ténébres. Barbara espérait que ses amis s'en sortent mieux qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Red Hood
Messages : 300
Date d'Inscription : 08/06/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Officiellement : Hors la lois - Officieusement : Justicier
☠ Relations conflictuelles :: Gotham
♣ Alliés : : Kori'ander/Roy Harper/Batfamily
Jason Todd/Red Hood
Jason Todd/Red Hood
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyVen 19 Juin 2020 - 18:38

Joker War
Red Hood, Nightwing, Batgirl, Robin, Arsenal, Esteban & Joker 


Si mon esprit devait être mit en image à ce moment, j’aurais choisi un tourbillon. Un tourbillon bouillonnant plus exactement. A la vue des images diffusées en directes, j’avais foncé en moto à l’endroit que j’avais reconnu directement après avoir attrapé mes flingues ainsi que chargeurs.

Ce soir je tirerai à balles réelles. Batman ou pas. Règles que je suivais plus ou moins ou pas. Le Joker payerait ce soir, pour Barbara et pour moi. Pour Gotham et ses habitants victimes de ses plans fous.

J’étais maintenant entré dans le parc, à mes cotés Roy était là ainsi que Barbara, Dick, Damian et un autre homme que je ne connais pas. J’avais gardé le silence même quand nous nous étions regroupés. Roy savait surement ce que ceci signifiait, le prélude d’une future connerie que je ferai. Dans mon esprit défilait milles et unes images du Joker ainsi que de ses différentes morts possible.

La colère et l’excitation dominaient tellement mon corps que mes mains en tremblaient. Lorsque je remarqua ceci, je me fis la remarque de je devais me calmer. Non pas en raison des idées qui me traversaient l’esprit mais à cause du fait que si je tremblais autant il me serait impossible de toucher mes cibles.

Je regarde sans réagir d’abord Dick puis Barbara partir dans chacune des attractions présente dans ce parc des enfers. Je fais alors un pas en avant, décidé, donnant en même temps un petit coup dans l’épaule de Roy, les mots n’étaient pas là mais il savait que ça voulait dire “Bonne chance” et “Fais gaffe” en langage Jason.

C’est en me dirigeant en direction du Labyrinthe des Miroirs que je dégaine déjà mes deux pistolets, bien décidé à mettre un terme à ceci le plus rapidement possible. Si le Joker n’était pas ici je passerai aux attractions suivantes et ainsi de suite. Ce soir il n'échappera pas à mon jugement.


Jason Todd serai vengé.

Code by Swarley


Joker War [Les Concernés] 1pr3E
Présentation - Carnet de bord - Thème du personnage - Voix - Téléphone
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyVen 19 Juin 2020 - 19:40


Joker War



Le Joker avait encore fait parler de lui. Il était temps de lui montrer ce que le fils de Batman ferait pour venger son père. Il avait encore la vision de son père tombant sous les balles. Il était bien sûr avec sa famille et Harper et tout le monde avait un visage sérieux et impassible. Il sentait la douceur de la nuit et cette infernale musique de cirque. Bien sûr, il aimait les fêtes foraines maintenant mais pas le genre que ce taré pouvait faire. Si il devait élire deux criminels qu'il détestait le plus, c'était Szaz qu'il avait arrêté quand il avait enlevé des enfants mais également ce foutu Joker. Il avait une revanche à prendre après tout et un Wayne pouvait être très revanchard, il suffisait de voir son père mais sa mère également car le côté Al Ghul n'était pas mieux. Il n'avait pas demandé à Raven de venir. C'était entre lui et le clown. Il regarda son frère Todd et il suffit d'un regard pour qu'il comprenne.

*Tu vas le tuer si tu tombes sur lui....Je ne t'en empêcherais pas*

Bien sûr, il y avait le serment "justice, pas vengeance". Il serra son poing tout en regardant les lieux. Oui il devrait s'y tenir. Il l'avait également promis à Raven mais il ne pouvait pas calmer sa rage contre lui. Il avait failli les tuer récemment, lui et Jason ainsi que Care qu'il avait eu l'imprudence d'emmener avec lui. Heureusement la seule victime qu'il y ait eu à déplorer était Clayface mais il n'allait pas pleurer ce monstre de boue qui pouvait prendre l'apparence de celui qu'il voulait. Non, cependant il avait appris une bonne leçon ce jour là et il n'était pas prêt à repérer l'erreur. Il irait seul et il ferait recracher son dentier au Joker, en quelque sorte, il en avait hâte. Aujourd'hui ce n'était pas Robin qui le combattrait ni l'assassin Al Ghul mais un fils, un frère qui en avait marre qu'on s'en prenne à sa famille et il allait faire en sorte de l'amoché autant qu'il le pourrait, jusqu’à ce qu'il lui reste juste ses yeux pour pleurer. Il regarda ensuite sa famille avant qu'ils partent et il rajouta.

Je m'occupe du tunnel de l'amour. Ne me gênez pas.

Il partit ensuite vers le tunnel où se retrouvaient tout ceux qui s'aimaient. Il y avait encore les fameux wagons qui les emmenaient dans le tunnel pour un moment ce qu'il y avait de plus romantique. Mais maintenant c'était aux mains d'un taré, d'un fou qu'il n'aurait pas hésité à tué si il l'avait rencontré quand il était à la ligue des assassins. Sortant son katana, il commença à s'avancer prudemment, il était hors de question qu'il se fasse avoir encore une fois. Il n'y avait aucun bruit et cela l'inquiétait mais il savait que si il tombait sur lui, il lui ferait passer l'envie de recommencer. Comment le faire? Peut-être en lui cassant les jambes, ça serait une bonne chose mais il savait très bien que le Joker était le pire ennemi que la Batfamily puisse combattre. Il revenait toujours...Et quand ce n'était pas lui, il trouvait un piège à faire à quelqu'un. Sans lui, Barbara n'aurait jamais été en chaise  roulante, Todd n'aurait jamais été tué et ramener par la ligue grâce au puits de Lazare. Il n'aurait pas vu le combat éternel de son père contre lui mais surtout il ne voulait pas qu'il s'en prenne à Raven. Rien que cette idée, il ne put s'empêcher de serrer sa main sur la garde de son katana. Pénétrant dans le tunnel, il activa son masque prêt à tout.

*Un endroit parfait pour une embuscade, je dois prêt à tout*

Pour une fois Robin, ne criait pas ou ne faisait pas en sorte de toiser le Joker en lui disant qu'il allait lui faire la peau. Non bien au contraire, il restait le plus discret possible mais il savait très bien qu'il l'avait sans doute repéré. Le Joker était imprévisible certes mais il avait apprit une chose en regardant les dossiers et en combattant avec son père. Il voulait donner du spectacle ce qui lui permettrait sans doute de gagner plusieurs secondes.

*Où es-tu espèce de dingo?...*
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyVen 19 Juin 2020 - 21:37

JOKER WARLes justiciersCe bon vieux Joker avait fini par sortir de sa prison à nouveau… Alors qu’Esteban avait bien vu Lynn l’arrêter, cet enfoiré semblait avoir des moyens pour pouvoir filer à nouveau. Combien de fois ce type avait fini par s’en sortir? De ce qu’il savait, bien trop de fois et ce Batman qui n’était pas là, ne pouvait même pas s’occuper de son ennemi juré. Depuis combien de temps leur guéguerre durait? On se croirait presque dans un de ces vieux films de série B, où l’héro combat pour des milliers d’années son ennemi jurés. Grave chiant, non? Peu importe, Esteban avait entendu parler du problème “Joker” et forcément, grâce à son nouvel ami et collègue il pouvait vite fait savoir où il devait se rendre.

Et forcément, il ne tardera pas à rejoindre la fameuse Batfamily, s’il peut l’appeler ainsi. Dans un premier temps, Esteban restait plutôt silencieux en observant les jeunes l’un après l’autre, avant d’esquisser un sourire en coin, en posant le regard sur le plus jeune, ce cher petit Robin… il l’avait certes déjà croisé, et il était dans un sens ravi de le revoir. Mais ce regard si sérieux chez ces jeunes étaient quelque chose qui le perturbait intérieurement. Lui qui avait une petite fille de huit ans, il détesterait de voir sa gamine jouer les héros. Par sécurité, c’était dangereux. Mais ils avaient l’air de savoir ce qu’ils faisaient alors… Shadow se contenterait de rester à sa place et d’observer. En espérant que ça parte pas en couille… Bien qu’il eût un mauvais pressentiment sur tout ce bordel qui allait se passer…

Un léger soupire s’échappa de ces lèvres, alors qu’il regardait les jeunes partir chacun de leur côté, plissant le regard, avant de poser les yeux sur le fameux Arsenal, lui faire un petit geste de la tête pour finir par disparaître et finir par réapparaître bien plus loin, à peine à l’entrée du palais des horreurs… Clairement, dans ces souvenirs, quand il était gamin, cela n’avait jamais été son attraction préférée… Un lourd soupire s’échappa de ces lèvres, pour finir par regarder autour de lui et de tout simplement finir par rentrée. Clairement, il se montrait prudent, et forcément qu’il allait faire attention où il mettait les pieds… C’était pas un endroit qu’il affectionnait, mais il était grand temps d’en finir avec cet enfoiré. Este’ espérait que tout irait bien pour les autres et qu’ils n’allaient pas faire n’importe quoi, non pas qu’il doutait de leur capacité, bien au contraire, mais parfois, la colère et la rage pouvait prendre bien rapidement le dessus et ce qu’il avait pu constater, c’était pas des yeux de nounours mignon qui allait faire des câlins à un vilain garçon… Non, c’était autre chose. Qu’il connaissait bien, malgré tout.

:copyright:️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau Membre
Messages : 7475
Date d'Inscription : 22/03/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Alliés : : ► Harley Quinn
Ex-Joker
Ex-Joker
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMer 24 Juin 2020 - 13:07


Le Clown de Gotham !


Nightwing :


Vous n'imaginez pas ce que le Joker peut vous offrir comme suite des plus amusantes. Il avait tout prévu pour une soirée magique, une soirée haute en couleur, une soirée dans le monde de la folie. Et croyez-le, il va vous vendre du rêve, à tous et à chacun. Choix cornéliens, jeux sinistres, il y'aurait de tout ! Aaah le monde du cirque. N'y a t'il pas endroit plus amusant et plus enfantin que le monde du cirque ? Et pourtant, les gens ont toujours eu cette peur du clown. De l'inconnu. Le clown matérialise un mystère : Pourquoi est-il comme cela ? Pourquoi est-il si ... Inquiétant ? Ce n'est que maquillage après tout. Mais le Joker avait donné un nouveau sens à tout cela. Il avait donné un sens tout autre à la clownerie dans Gotham City. Alors que sur la caméra d'accès, le Joker observa Nightwing pénétrer dans le grand chapiteau, il ricana de plus belle avant de prendre le micro dans ses mains, le plaçant près d'une petite musique entrainante et douce. Nightwing pénétra dans le chapiteau, un petit soufflet aspergea le héros d'une poudre blanche. Le spectacle était prêt et d'un geste mécanique sur un clavier relié, le duo des Grayson volants reprit sa danse sous le chapiteau. L'idée était saugrenue, inattendue, et pourtant, le Clown savait y faire pour bouleverser et pervertir les âmes autour de lui. Observant avec attention ce qui allait se passer, le Joker allait offrir à ce petit Nightwing, une nuit dont il allait se rappeler. Dieu qu'il se rappelait de cet infernal petit gamin qui lui avait causé bien des soucis. Nightwing, le premier Robin. Le Joker avait eu de mauvais souvenirs à cause de ce petit con à une certaine époque. Mais tout cela était bien fini. Il ricana de plus belle avant d'émettre son rire sur les ondes.

"Bienvenue au Grand Chapiteau du parc des Frères Bonus ! Vous avez la déprime en vous ? Vous ne vous sentez pas bien ? Alors asseyez-vous, prenez un peu de popcorn, et regardez le magnifique spectacle qui s'annonce devant vous !"


Spectaculaire, mais sinistre, les deux cadavres continuèrent de se balancer. Dans une répétition presque robotique, presque préparée, bien enregistrée. Les cadavres avaient eu quelques liens en plastique, histoire que les chaires ne se détachent pas pendant les acrobaties aériennes. Des sourires à la peinture rouge avaient été fait sur les visages des deux parents Grayson. Après tout, il faut quand même bien rire un peu non ? Il faut quand même apprécier un pareil spectacle. Il faut savourer ce genre de moments. Le clown reprit la parole. Doucement, mais appréciant le moment. Sur le sol, on pouvait y voir quelques otages, bâillonnés, ligotés, trois pour être précis. Ces otages aussi furent aspergés de gazoline, d'essence, pour le grand final qui allait devoir venir. On était bientôt en été, autant préparer le barbecue. Après tout, l'été arrive, les maillots de bain, la plage, et bien sûr, les foires et les cirques allaient revenir pour cette merveilleuse période estivale. Autant prendre les devants et faire ce que les gens ne peuvent pas attendre ! Les gens trépignent pour du spectacle. La vie est un spectacle, et les gens sont des voyeurs. Quoiqu'il arrive, la vie des autres est toujours plus passionnante que la sienne.

"Le public est coriace ce soir, pas de rires, pas de larmes, et pourtant, nous sommes au cirque. Tout devrait être joie, amusement, rigolade ! Oh oh ! Attendez ! J'ai une idée !"


Appuyant sur un bouton, un projecteur illuminait alors le grand mât. Non loin des cadavres qui continuaient de se balancer sur des trapèzes. Un gamin, pas plus de huit ans, les larmes aux yeux, déguisé en Robin, se tenait là, sur le rebord, prêt à partir pour le monde merveilleux de la voltige. Il s'apprêtait à voler, la petite plaque de bois sur laquelle il se trouvait avait été sciée précédemment dans la soirée et il allait être contraint à se laisser voler sous le cirque. Piégé d'une mort monstrueuse qui s'annonçait. La corde ne tiendrait pas, en très mauvais état. Est-ce que le Joker savait pour Nightwing ? Personne ne le savait. Une chose était certaine : Il se moquait bien des identités secrètes de Batman et de sa clique, il ne voyait que le rire, le frisson, l'amusement d'une petite soirée amusante pour tous ! Après tout, le frisson est magnifique quand on peut s'amuser avec un homme qui ne sourit jamais. Qui est tellement enfermé dans sa logique dure et froide, qu'il en devient petit à petit fou. Reprenant avec gourmandise son petit discours, le Joker ricana de plus belle avant de reprendre. Après tout, la mort des Grayson volants avait fait le tour de Gotham City à l'époque. Il était normal de s'amuser, de se faire plaisir et surtout d'honorer leur tragique mort. Le Joker était un esthète, un forain, et ce soir, il ne décevrait pas son public.

"Alors Trucwing ? Tu vas faire quoi ? Sauver le gamin d'une mort horrible ? Ou bien sauver les trois otages qui vont flamber comme des saucisses ? Je te donne le choix, mais sache que cela va très vite m'amuser. Héhéhahahaha. Je brûle d'impatience ! Que dis-je ! J'attends de voir ce que tu vas choisir ! J'attends ton choix qui va tomber à pic ! Hahahahahaha."


Hilare, le Joker éteignit le micro, observant avec une grande attention, ce que le Nightwing va faire. Sauver les otages ? Sauver le gosse ? Quoiqu'il arrive, une chose est certaine, il allait y'avoir un drame. Après tout, c'est ça la vie du cirque ! Pourquoi croyez-vous qu'il y'a un Pierrot et un Auguste dans les cirques ? Le Pierrot est là pour la tristesse, et l'Auguste est là pour la rigolade. Ce soir, on va tous au cirque ! Venez les enfants, venez, tonton Joker offre les invitations pour la soirée. Mais que Nightwing se rassure, rien ne sera plus jamais comme avant après sa folle soirée. Même si le Joker attendait Batman, il faut dire que ce soir, Nightwing allait lui offrir quelque chose de démentiel. Ce n'était pas qu'une question de tester, mais de voir jusqu'où la folie des meilleurs alliés de Batman peut aller.


Batgirl :

Le temple du rire. Rires à tous les étages et folie dans tous les recoins. Un énorme clown factice guettait l'entrée, de ses yeux morts, celui ou celle qui allait rentrer. En fait, c'était un pauvre type, assassiné, qui était assis sur une chaise devant l'entrée du temple du rire. L'important était d'avoir un guetteur non ? Quelqu'un qui observe, même mort, les gens qui y entrent. Un petit rire automatique se déclencha au moment même où Batgirl pénétra dans le bâtiment. Un rire gras, idiot, un rire de clown obèse se fit entendre. Un rire enregistré rendait la chose plus sinistre encore. La caméra se dirigea vers la personne qui entrait : Batgirl. Le Joker esquissa un sourire. Un soufflet, disposé à l'entrée du manège, aspergea Batgirl d'une petite poudre blanche, comme pour la surprendre. Cette rouquine avait de la chance, beaucoup de chance. Après tout, ce n'était pas comme si il y'avait d'autres attractions plus morbides dans le secteur. Dans le temple du rire, des portraits de sourires, hideux, horribles, suintants, les sourires dévoilaient aussi les dents, pointues, décharnées, un vrai décor d'horreur. Une lumière rouge, tamisée, rendait le décor un peu plus psychédélique. Des rires se déclenchaient de temps en temps, des mannequins y sortaient de placards dérobés pour surprendre et faire peur. Mais quelques uns de ces mannequins n'étaient autre que des hommes du Joker, armés de marteaux et de battes de baseball, qui surprendront la jeune fille. Juste pour entretenir sa forme physique, après tout, le Joker trouvait que Batgirl avait pris un peu de poids. Ha ! Les blagues sur les gros, ça marche tout le temps. La voix du Joker se fit alors entendre.

"Aaaah la petite Batgirl. Cela faisait longtemps n'est-ce pas ? Comme elle a grandi la petite ... Tu es devenue une véritable petite bombe sexuelle ma chère. Un vrai fantasme pour le puceau geek typique sur Internet hahaha !"


D'un geste, le Joker actionna la musique d'entrain. Une musique de carnaval. Un film commençait à tourner sur un des murs. Le Joker y était présent. On pouvait le voir, retracer sa propre vie dans ce film. Le moment où il tombait dans la cuve d'acide, le moment où il était sur le dirigeable avec Batman, pour leur première confrontation, les poissons Joker ... Tout était mal filmé, avec des acteurs, de mauvais acteurs, et le maquillage était pourri, mais l'idée était là. On passait très vite à d'autres grands moments. Sur la vidéo, on voyait très nettement le Joker fracasser le crâne d'un Jason Todd, joué par un acteur, par un acteur qui jouait le Joker dans les plans précédents. Mais cette fois, c'était un peu plus réaliste dans la mesure où le Joker fracassait avec frénésie, le crâne de ce pauvre homme qui n'avait rien demandé. La musique continuait toujours. Et là, le plan suivant n'était autre qu'un cruel rappel dans la liste des souvenirs de Batgirl : Le passage où le Joker fit irruption dans sa vie personnelle. Un Gordon raté, au niveau maquillage, se faisait tabasser lourdement tandis que le Joker tirait en plein dans le ventre d'une jeune fille qui avait les mains ligotées, affublée d'une perruque rousse. Le plan suivant enchainait sur d'autres moments de la vie du Joker.

"Le passé est quelque chose de difficile à comprendre. Pourquoi avons-nous des remords, des regrets, parsemés de moments de joies. Oh mais je ne regrette rien de ce que j'ai fait. J'ai pris beaucoup de plaisir à le faire héhéhahaha. Mais vois-tu Batgirl, les choses arrivent toujours parce qu'il y'a toujours une conséquence à nos actions. Moi ? J'ai pris l'habitude de ne pas m'en soucier, beaucoup trop cinglé pour moi ! Ha ! Le passé, le futur, le présent, on s'en fout non ? L'important est de rire, d'en rire, et de se dire que tout ça, c'est une énorme blague. Regarde cet imbécile de James Gordon, le flic number uno de la ville. Toute sa vie, il l'a fondée sur une blague, la loi. Et au résultat ? J'ai tué sa femme, j'ai légumisé sa lardonne et j'ai perverti son fils. Hahahahaha ! La chute est tellement drôle. Batman, ça doit être pire, drôle, mais pire ! Et j'ai hâte d'avoir enfin le dernier mot sur lui. Mais en attendant, pourquoi ne pas passer dans la pièce suivante ?"


Le Joker invitait Batgirl à pénétrer dans la suite de son manège. Le film continuait de tourner sur les écrans. Et dans la nouvelle pièce, on y trouvait de nombreux mannequins du Joker. Enfin "mannequins" était un grand mot. Tous étaient des otages, grimés en Joker, qui avaient les pieds dans l'eau, dans un bac central où ils étaient tous bloqués avec un boulet au pied, impossible de sortir du petit étang d'eau. Le Joker du milieu tenait un câble électrique. Malgré la lourdeur du câble, il fallait bien comprendre que s'il tombait, si le type ne pouvait plus le tenir, le câble allait tuer toutes les personnes dans la petite piscine. Le jeu du Joker était immonde. Amusant, mais immonde.

"C'est un de mes jeux préférés ! La chaise électrique ! Si tu souhaites sauver ces crétins, il va falloir que tu t'installes sur le fauteuil roulant à côté de toi, relié à la machine et que tu acceptes de te prendre une grosse décharge électrique de plein fouet. Cela sauvera les otages, oui, mais ça risque de faire très très mal. Oh ! Et n'oublie pas de mettre des saucisses à côté de toi, tu risques de les cuire en prenant le coup de jus, et j'ai une petite envie de saucisses grillées ! Hahahahahahaha !"


Un panneau sur le fauteuil roulant indiquait "pas de gants, pas de chaussures", pour éviter les petites triches. La machine ne s'actionnerait que si tout était respecté. Le Joker ricana d'un rire morbide. Batgirl avait le choix. Mais elle n'en sortirait très clairement pas indemne. Le fauteuil roulant était-il un rappel douloureux ? Est-ce que le Joker savait qui était Batgirl ? Il s'en foutait. Il ne voyait là qu'un jeu. Un jeu morbide qui allait aboutir à une expérience. Il voulait savoir ce qui se trottait dans le crâne de chacun de ces héros. Il voulait savoir ce qui les poussaient à être ce qu'ils sont. Il voulait voir leur dévotion dans la lutte contre le crime. Mais surtout ... La suite arriverait et ce sera encore mieux.  


Red Hood :

La caméra du labyrinthe des miroirs indiquait que Red Hood allait se pointer dans le jeu. Le Joker avait demandé à Nygma de lui installer un petit système holographique. Quelque chose de rétro, quelque chose d'idiot. Quelque chose d'amusant. Mais le Red Hood était une brute, un imbécile qui amusait beaucoup le Joker, notamment quand le casque rouge avait tenté d'assassiner le Joker pour on ne sait quoi, le Joker n'avait pas trouvé cela intéressant. Pour tout dire, Red Hood n'était pas intéressant. Il était ... Vite oublié car trop peu amusant dans le décor de Gotham City. Le Joker n'allait pas se priver quand même, de lui apprendre les bonnes manières. Alors que Red Hood pénétra dans l'attraction, un petit soufflet disposa alors une petite poudre blanche sur le crétin qui venait d'entrer. Quoi de mieux que des miroirs ? Des miroirs truqués oui, mais des miroirs amusant. Certains miroirs faisaient apparaitre le Joker, grandeur nature. Histoire non seulement de surprendre, mais aussi pour vider quelques balles des chargeurs du pauvre ère qui venait à lui. Le Joker s'amusait déjà alors que les choses ne faisaient que commencer. Quelques effets de surprise, histoire de bien mettre le garçon dans l'atmosphère. Une musique lourde, prenante, et qui faisait du bruit, le genre qui camouflait les autres bruits aux alentours. Quelques cadavres, transpercés de morceaux de verre, mettraient en condition ce cher Red Hood. Le Joker n'avait pas lésiné sur le nombre de cadavres qui allaient parsemer la route du vengeur. Prenant son micro, le Joker commençait à parler.

"Quand je portais ton costume, j'étais un peu plus classe, tu le sais fiston ? Ah les jeunes d'aujourd'hui, aucun goût vestimentaire ... Passons !"


Oui, le Joker avait été le Red Hood avant Jason. Personne ne pouvait savoir qui avait vraiment été le Joker. Un comédien raté ? Un membre de la mafia qui rêvait de prendre le pouvoir ? Un simple être chaotique désirant semer la haine et la discorde dans les institutions de Gotham City ? Qu'importe. Le Joker, lui, avait prévu une fête de cinglés ! Le labyrinthe de miroirs avait été renforcé. Impossible de passer les miroirs pour aller dans une autre direction. Les miroirs pouvaient être cassés oui, mais derrière, il y'avait du plâtre, de la brique, un vrai mur. Le Joker avait fait appel aux meilleurs pour rénover cette attraction, pour éviter que ce ne soit si facile. La musique se faisait plus lourde, plus pénible, et ça restait dans le crâne. De quoi coller une belle migraine au Red Hood. Mais tout à coup, la musique s'arrêta ... Nette. Et des trompettes se firent entendre. Un bruit strident. Puis une voix, mais pas la voix du Joker. Non. Une autre voix. Une voix plus grave, plus sombre.

Maxie Zeus : "Thésée pénétrait hardiment dans le labyrinthe afin de tuer le Minotaure. Cependant, les choses ne se passèrent pas comme prévue, et il oublia, après avoir tué la bête, la pauvre Ariane qui s'était éprise de lui."


Cette voix n'était que celle de Maxie Zeus, un des criminels les plus lamentables que cette ville ait compté. Pourtant, Maxie Zeus détestait le Joker, en raison car le clown avait fait assassiné son neveu, et avait fait explosé son école après que Zeus ait volé la drogue du Joker. Le calme revint. Maxie Zeus était-il vraiment avec le Joker ? Bonne question. C'est alors que des pas se firent entendre. Des pas oui, c'était bel et bien Maxie Zeus qui paraissait devant le Red Hood. Funeste blague ou mauvais goût de la part du Joker. Mais une chose était certaine, Zeus avait fait de la gonflette par rapport à son ancien état, lui, qui était normalement, maigre, ou de constitution un peu en surpoids, il semblait avoir passé du temps au gymnase de l'asile d'Arkham. Il s'avançait, vêtu de sa longue toge blanche, les bras en l'air, venant vers Jason.

Maxie Zeus : "Par moi on va vers la cité dolente, par moi on va vers l'éternelle souffrance, par moi on va chez les âmes errantes."

Tel un fou, il continuait de proférer sa litanie. Il marchait doucement, pas à pas, comme dans une tragédie grecque. Mais c'était assez malsain on pouvait dire. Il était en plein état de folie intérieure. Inoffensif, généralement, Zeus n'était clairement pas une menace que l'on pouvait prendre au sérieux. Il portait non seulement un costume de grec ancien, mais sur sa tête, il portait un casque avec le visage d'un espèce de "bœuf", d'un minotaure. De ce monstre de la Grèce Antique. Red Hood devait sûrement être en train de rire devant cette épreuve minable. Limite, il devait penser que le Joker se foutait de sa gueule ... Mais ...

Maxie Zeus : "La Justice inspira mon noble créateur. Je suis l'œuvre de la Puissance Divine, de la Sagesse Suprême et de l'Amour."


Zeus sortit alors de sa poche, une seringue. Une seringue contenant un liquide vert familier. Le Joker, observant la vidéo de ce qui se passait, était assez satisfait de voir que Zeus s'en tenait au script. Le jeu allait être très très amusant. Oh que oui, il allait s'amuser très fortement. Ricanant, le Joker savait très bien ce qui allait se passer, et ce ne serait pas du genre de Jason. Cela n'allait clairement pas lui plaire. Oh que non. Zeus, s'implanta le liquide dans les veines avant de fixer le vengeur en face de lui. Le rire du Joker éructa dans les enceintes. La blague était sur Jason Todd. C'était du venin de Bane, du Titan. Zeus, les yeux rivés sur le Red Hood, continuait de parler.

Maxie Zeus : "Avant moi, rien ne fut créé sinon d'éternel. Et moi, je dure éternellement. Vous qui entrez, abandonnez toute espérance."


La divine comédie d'Artistote. Tout un symbole. Tandis que Maxie Zeus, déjà bien musclé, commençait à se transformer en une créature monstrueuse. Le Joker ricana devant son écran. Le spectacle allait être passionnant. Après tout, une brute pour en combattre une autre. Voila qui allait être passionnant ! Ha ! La transformation de Maxie Zeus le transformait en une bête hideuse, sûrement les accessoires qui faisaient ça. Mais dans un sens où dans un autre, c'était un très bon remake du Minotaure qui s'annonçait.

Robin :

Le tunnel de l'amour. N'y a t'il pas plus doux et plus agréable ? Entièrement refait sur les ordres du Joker, le tunnel de l'amour, on pouvait y voir l'ambiance feutrée, l'ambiance amoureuse, l'ambiance tendre qui pouvait s'en dégager. Une statue en plâtre du Joker, triomphal, sur le cadavre du Batman, adulé par Batgirl, Harley Quinn et Catwoman se trouvait juste à son entrée. Après tout, pourquoi pas ? Les excentricités du Joker n'étaient plus à démontrer. Pour tout dire, ce genre d'attention stupide l'amusait. Le concepteur qui l'avait aidé avait fait du très bon travail pour ce qui était du tunnel de l'amour. Là, à ce niveau, on ne rigolait plus. Alors que le petit Robinet entrait dans le tunnel de l'amour, un léger soufflet aspergea le petit gars d'une petite poudre blanche. Et c'est alors que l'ambiance feutrée commençait. Cosy, ce n'était pas encore quelque chose de pourri par le Joker ... Enfin au début. C'est à peine les premiers pas passés que l'on pouvait y voir alors, des gens grimés en Batman et Joker, qui dansaient, dans des cages, épuisés, affamés, qui dansaient, dansaient, dansaient, en permanence. Ils dansaient oui, incarnant le duo que Batman et le Joker incarnaient depuis tant d'années. Une danse amoureuse, et pourtant, si fatale. La danse de la mort, comme disait le docteur Simon Hurt de son ... Hem. Vivant. Le Joker prit alors la parole, sa voix nasillarde commençait à se répandre dans le tunnel.

"Oui, bon, j'avoue, le décor n'est pas semblable à ce que j'avais dans le crâne. Mais je suis content que ce soit toi qui vienne à moi, mon petit. Laisse-moi te raconter une histoire ..."


Un petit théâtre installé, s'illumina grâce aux projecteurs aux alentours, dispersés. Un grand rideau rouge s'ouvrit et un petit spectacle de marionnettes allait commencer. Après tout, pour Robin, ce serait la moindre des choses non ? C'était un gosse, ça allait sûrement lui plaire. Après tout, il était un enfant non ? Ce n'était pas comme si c'était un gamin qui n'avait jamais grandi sans sa période d'enfance et qui n'avait jamais pû profiter de l'instant présent, avec un père compatissant et une mère modèle pas vrai ? Ce n'était pas comme si Robin avait été élevé dans l'optique de n'être qu'un tueur. Ha ! Mais cela, le Joker l'ignorait, ou il s'en foutait. Et pourquoi pas un peu des deux ? Le pantin "Batman" fit son apparition. Grossièrement construite, il s'articulait grâce à quelqu'un qui se trouvait derrière le petit théâtre. Dieu que ce petit théâtre était joli, avec ses petits décors d'amour, ses petits trucs amusants, on se croyait vraiment à la foire à guignols, dans un lieu qui était censé être un temps de l'amour. Les couples ne verraient jamais une telle créativité s'ils venaient dans un tunnel de l'amour. Le Joker, lui, se surpassait pour cette grande soirée. Il avait amené pas mal d'invités et il avait encore de la ressource, il avait encore de quoi offrir une belle soirée. Le petit spectacle commençait donc.

? : "Je suis Batman ! Et je méchant."


Un autre pantin apparait, et c'était le premier Robin, avec sa petite culotte verte qui permettait de bien différencier. Les pantins étaient presque ressemblants, mais ridicules dans l'ensemble. Caricaturales serait le mot-même de toute cette blague qui s'annonçait.

? : "Et mwaaaa je suis ouin ouin Robiiiiiin."


? : "Je suis Batman, et j'aime mon Robin."


? : "Oui, mais je dois te quitter, Batman, pour devenir DébileWing !"


? : "Nooooon ! Je suis Batman et j'ai un nouveau Robin !"


Un autre pantin apparait, un Robin, avec un petit pied de biche dans le crâne du pantin.

? : "Oui mais moi, je suis Robin-mort ! Trop stupide pour écouter et aller droit dans un piège !"


Un autre pantin apparait encore.

? : "Moi je suis un Robin que tout le monde ignore et dont tout le monde se fout."


? : "Je suis Batman, et j'ai un problème affectif."


Et d'un geste, les petits pantins tombèrent à terre. Piétinés ensuite par un pantin Joker qui les écrasait. Victimes de la folie du Joker. Encore. C'est alors qu'un petit homme sortit alors du théâtre, des cheveux blancs décrépîts, une petite bedaine, et des lunettes. Un grand éclat de rire grésilla dans le micro, dans les enceintes du tunnel de l'amour. Le Joker était hilare. Il faut dire, le Ventriloque faisait un sacré beau travail. Il lâcha les poupées avant de récupérer Scarface, son boss, équipé d'une mitraillette dans la main. Arnold Wesker, un des cinglés les plus rabaissés par la caste des justiciers. Arnold Wesker, dont le nom faisait rire, et Scarface, dont le nom faisait écho à la terreur et à la violence de la pègre de Gotham City. Un duo improbable, qui venait accorder ses violons avec le Joker lui-même. La voix du Joker reprit alors, avec grand rire.

"Vous rendez ce pauvre Batman faible, il est devenu mou avec les années. Alors, un Robin sur deux, je fais le ménage. Si je compte bien, tu es le quatrième, alors on fait pareil qu'au deuxième non ? Make Batman Great Again ? Hahahahahahahahahaha ! Allez-y les gars !"


Des truands sortirent alors des caches du tunnel. Déguisés en cupidon, ou en costumes de coeur. Idiots pas vrai ? Mais ils les portaient avec fierté, et c'était ça qui était agréable à voir ! mais c'étaient des gros bras, des gros gars qui allaient se faire un petit Robin. Ils étaient neufs, et ils avaient attendus, dans ces costumes idiots, que le premier justicier passent. Armés de couteaux, de battes et de chaines, ils allaient cogner un gosse. C'était la crème de la crème de Blackgate, ce qu'on y trouvait de plus pourri et de plus débile. Mais au moins, ils étaient loyaux. Ils foncèrent sur Robin. Histoire de lui apprendre qui était le patron de ce parc d'attraction. Robin allait s'en prendre plein la gueule. Bon après, c'était le gosse du Batman, il pouvait les cogner comme bon lui semblait. Mais Scarface, lui, ce serait une autre paire de manche. Scarface n'était pas un criminel comme les autres. Et il n'hésiterait pas à tirer dans le tas. Robin pouvait se faire plaisir sur les hommes de main, mais Scarface, lui, avait un autre atout dans la manche, au cas où tout tournera mal.


Esteban :

La maison des horreurs ! Sûrement la plus belle création du Joker à ce jour. Il avait eu la chance de compter sur l'aide de deux personnalités de Gotham City pour réaliser ce magnifique travail dans ce domaine. Le professeur Pyg et Edward Nygma avaient aidé le Joker à conceptualiser ce travail. Cela avait pris du temps oui, mais le Joker était satisfait de ce petit travail. Au moment où le héros entra dans la maison des horreurs, le Joker observait à la caméra ce nouvel étranger. Qui c'était celui-là ? Encore un no name inintéressant ? Sûrement. Encore un lèche-botte, un lèche-justicier qui venait encore se montrer sous son meilleur angle et qui venait faire preuve d'amateurisme ? Sûrement. Une chose est certaine, il allait en souffrir de son choix. Il venait d'entrer dans le batîment. Un soufflet disposé à l'entrée aspergea le justicier d'une petite poudre blanche. L'ambiance était noire, sombre, répugnante. L'endroit était mal éclairé et ça puait la mort. D'un coup rapide, la porte se referma, scellant le justicier à l'intérieur de l'endroit. Le Joker pris son micro avant de le jauger. Il était laid ce justicier, aucune classe. Ce qui offrait une légère moue au Joker. Pour tout dire, il aurait aimé que ce soit Batman qui soit là.

"Désolé machin, mais je pensais que tu étais Batman. Enfin, tu sais ce qu'on dit, quand un oiseau entre dans la cage, il faut vite la refermer hein ?"


Les fenêtres et les portes étaient scellées. Alors que le couloir devant lequel Esteban se trouvait, il pouvait voir de nombreuses choses horribles sur son chemin. Des cadavres souriants, en putréfaction, un grand sourire sur leurs visages. Des entailles au niveau des lèvres, des cadavres pendus par les pieds, et même une magnifique toile du Taxidermiste représentant les meilleurs moments d'affrontements entre Batman et le Joker. Légèrement déçu, le Joker était obligé d'adapter ce lieu à ce nouvel intriguant. Mais qui cela pouvait-il être ? Le Joker ne le connaissait pas, il ne le connaissait foutrement pas. M'enfin, comme pour une pénétration, il faut toujours une première fois. Et quitte à ce que ce soit la première fois, autant que ce soit brutal. Hardcore jusqu'à la moëlle. Le Joker ricanait concernant ce qui attend ce pauvre type qui venait à lui. Il ne savait pas dans quoi il entrait. Vraiment.

"Tu ne devrais pas être ici, petit. Ceci n'est pas ton combat. Maiiiiiiiis d'un autre côté, j'ai tellement envie que tu t'amuses avec nous. J'ai tellement envie de te voir souffrir, et rire, et souffrir de rire, et rire de souffrances."

Le jeu du Joker ne faisait que commencer. Un peu plus loin, dans une pièce un peu plus grande, se trouvait trois personnes attachées, ligotées fermement. Les trois victimes avaient les yeux bandées, les oreilles bouchées, mais des filets de bave sanglantes coulaient sur le sol. On leur avait retiré leurs langues. Un peu plus loin, dans des bocaux, se trouvent les appendices manquants : Des langues, des tas de langues. Mais en plusieurs versions ... Ce qui veut dire qu'il y'avait énormément de langues disponibles, en grande quantité. Autant voir les choses en grand non ? Le Joker avait prévu, avec le professeur Pyg, un petit jeu monstrueux, de chirurgien amateur pour ce petit amusement de ce soir. Le Joker souriait de toutes ses belles dents avant qu'il ne reprenne d'une voix amusée dans le microphone. Il avait tout préparé, tout orchestré pour que ce soit la plus belle de toutes les soirées. Une soirée de rires, de larmes, de peurs, et d'horreurs. Il avait tout prévu pour bousiller le mental des justiciers qui suivent le Batman. Il avait tout préparé, tout conçu pour s'amuser pleinement.

"Alors, la clef qui te permettra de sortir d'ici, a été révélé à l'une de ces personnes qui sait où elle se trouve. Mais qui possède le terrible secret ? C'est simple, il suffit de choisir qui récupérera son appendice. C'est un petit jeu de logique que le Sphinx m'a permis d'établir. Bien sûr ... Je te conseille de regarder à droite et à gauche de la pièce."


Du côté gauche, on apercevait un matériel sophistiqué de chirurgie déjà usagé. Lames de scalpels rouillées, bistouris sanglants, et matériel de couture bas de gamme pour recoudre les chaires. Le pauvre justicier allait devoir s'improviser chirurgien le temps d'un soir. Il allait devoir recoudre et remettre les chaires aux bons endroits, sans se tromper bien sûr. Enfin, sans faire d'erreurs en terme de choix sur qui il allait sauver et qui il allait devoir laisser dans cet état lamentable. Car si on compte bien le temps, ce sera très très juste pour sauver ces gens. Quoique rien n'est impossible quand on veut vraiment. Mais s'improviser chirurgien ... C'était horrible non ? Mais un nouveau problème se pose. Et le Joker ne tardera pas à révéler ce qui se trame. Bien sûr qu'il gardait le reste du jeu en guise de surprise. Pourquoi se priver d'un petit amusement pareil ? Après tout, le Joker avait mis beaucoup de temps, d'efforts et d'investissements pour se garantir une soirée mortelle, morbide et horrible. Il sourit de toutes ses dents. Avant d'allumer le petit minuteur sur la bombe dans la pièce. Les victimes commencent à s'affoler. Cela commencer à s'agiter. Tant mieux, l'adrénaline fait circuler le corps et le sang. Ha !

"Ah oui ! J'oubliais ! Tu disposes de huit minutes et de quarante-sept secondes pour les recoudre et récupérer la clef qui te permettra de désamorcer l'énorme bombe qui se trouve à ta droite. Quant à la clef de la sortie ... Et bien, tu verras ... Hihihihi."


Le Joker éclata d'un rire monstrueux, acerbe, horrible. Il s'amusait aux dépends de ce pauvre justicier qui allait devoir toucher à des choses qui ne relevaient pas de son état de justicier. Il allait devoir improviser, il allait devoir réfléchir, et surtout, il allait devoir faire du bricolage sur quidam encore vivant. Oh quelle somptueuse tristesse, quelle délicate ironie. Le Joker ne pouvait pas rêver mieux d'un spectacle qui s'annonce douloureux, horrible et sanglant. Dommage que le Joker n'ait pas un peu de popcorn, il allait s'amuser salement. Son rire se répéta dans les enceintes de l'attraction du jeu des horreurs. Un jeu des horreurs qui s'annonce terriblement gore.



"See no Evil ... Hear no Evil ... Scars tell Stories."
Joker War [Les Concernés] 9qek
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMer 24 Juin 2020 - 18:20


Joker War



Damian avait bien remarqué la statue du Joker qui était d'un mauvais goût mais il avait fait en sorte de ne pas faire plus attention que ça. Après le coup des nains dans les catacombes, ils ne seraient plus surpris. Robin s'avançait jusqu'a ce qu'il reçoivent de la poudre blanche venant d'un soufflet. Il s'arrêta quelques secondes afin de voir si cela ne lui faisait pas quelque chose cependant rien ne se passait et il semblait que ses sens étaient toujours d'attaque. Il vit ensuite des gens grimé aussi bien en Batman et Robin qui semblait danser. Il les regarda et voulut les aider mais ils savaient qu'ils devaient arrêter ce que faisait ce malade avant.

Ne vous inquiétez pas je vous libérerais dés que je le peux.

Il continua d'avancer mais ce qu'il vit l'arrêta...Question sens du spectacle ce fou n'avait pas de limite. Un pantin fit alors son apparition. Un pantin Batman et puis un pantin Robin devenu débilewing. Il ne put s'empêcher d'avoir un petit sourire car le nombre de fois qu'il aurait pu balancer une vanne sur son frère. Cependant le prochain Robin vint avec une barre de fer sur la tête et de ce fait sourit moins. Il s'amusait de la souffrance des autres...Il était temps qu'il l'arrête. Il y avait également un pantin de Drake et heureusement aucun qui n'était pour lui mais il vit très vite un pantin Joker abattre tout les autres. C'était vraiment d'un mauvais goût.

Il n'y a bien que les gamins que ça fait rire Joker. Rends toi maintenant et je ne te couperais pas les deux bras.

Dit-il bien assez fort pour se faire attendre car il était sûr qu'il y avait des caméra pour voir ce que ce fou avait prévu et la réaction des victimes. Cependant alors ce spectacle comiques, il put voir des hommes du Joker sortir mais surtout Scarface. Un sourire s'afficha sur son visage tandis qu'il se mettait en garde. C'était tout? Tout ce qu'il pouvait lui opposé? Bien sûr, il savait très bien que Scarface n'hésiterait pas à tirer à la moindre ouverture. Son masque s'activa, il pouvait voir ainsi les hommes de main du Joker qui était habillé de façon tout bonnement idiote mais également l'arme de Scarface afin de ne pas la perdre de vue. Il se dirigea alors vers un des gars et se mit à lui donner des coups de Katana. Il donna des coups au premier en visant les points sensible quitte à le paralyser des bras mais il s'en fichait au moins il ne serait pas mort ni les bras tranché. Cependant les autres étaient déjà sur lui et il dut esquiver un coup rapidement pour ne pas finir contre le mur. Il gardait son air sûr de lui, il pensait vraiment que ce criminel de bas étage avec sa marionnette allait l'avoir lui? Le fils de Batman? Cependant, il se retena de charger à nouveau après avoir esquivé un autre coup. Il sortit alors un batarang.

*Le Joker sait que je suis impulsif, je dois faire attention, il ne m'aura pas deux fois...Elle compte sur moi*

Cette fois, il ne pensa pas à sa famille mais à Raven avec qui il venait de se mettre en couple récemment. Il avait gardé le batarang pour Scareface cependant, les hommes du Joker l'empêchait de viser directe et le fait qu'il s'agisse d'un tunnel de l'amour empêcher de les esquiver proprement. Surtout combien de temps Scareface ne tirerait pas...Il décida de prendre une assurance même si ce ne serait pas trop moral et il se dirigea vers un des gros durs pour grimper en vitesse sur sa tête et envoyé son Batarang sur l'arme de la marionette afin de gagner un peu de temps pour pouvoir l'empêcher de tirer. Il retomba ensuite à terre mais ne put esquiver une droite en pleine figure qui lui péta la lèvre inférieur. Il maugréa et s'apprêta a utiliser son deuxième plan. Vu le lieu, la fumée serait son alliée. Il recommença alors à combattre tout en frappant de son katana les poings sensible afin de les faire tomber dû aux blessures ou aux souffrances et s'apprêtant à lâcher une balle fumigène si cette foutue marionnette se retrouvait avec une autre arme.

Revenir en haut Aller en bas
Red Hood
Messages : 300
Date d'Inscription : 08/06/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Officiellement : Hors la lois - Officieusement : Justicier
☠ Relations conflictuelles :: Gotham
♣ Alliés : : Kori'ander/Roy Harper/Batfamily
Jason Todd/Red Hood
Jason Todd/Red Hood
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyJeu 25 Juin 2020 - 23:40

Joker War  
Jason & le Minotaure  


Je rentre dans le labyrinthe, flingues en mains, mes tempes cognant sous la colère m’ayant envahie. Le Joker payerait pour tout ce soir, pour moi, pour Barbara, pour la famille, pour Gotham… Je ne le laisserai pas en vie, il en était hors de question, la seule justice qu’il aurait serait une balle dans la tête.

Alors que je fais mes premiers pas en direction du premier couloir, un soufflet surgit de l’ombre pour m’asperger, par réflexe je protège mon visage malgré mon casque. Je finis malgré tout par tousser, j’ai un peu avalé de la substance. Ceci me fait noter que je devrai améliorer mon casque, bien que celui-ci est censé filtrer un minimum les fumées et autres particules, ici ça n’a presque servi à rien avec cette poudre blanche. Je reste sur mes gardes, je ne sais pas ce que c’est, je me met à passer en revue tout ce que le Joker aurait put avoir en sa possession à nous faire inhaler.

Ceci ne sert malheureusement à rien, la liste est trop longue et je n’ai rien pour analyser, je frotte alors mon armure pour faire tomber la poudre s’étant accrochée à elle. Je continue de marcher puis je me retrouve soudain entouré de miroirs et surtout de Joker. Sans hésiter, je fais feu, visant la tête de chacun, je ne lui laisserai aucunes chances, code ou pas, Batman ou pas, ce soir était MA vengeance. Le Joker récoltera ce qu’il a semé, il a brisé Jason Todd, il a obtenue Red Hood. Comme mon adversaire l’avait espéré, j’avais gâché deux chargeurs, en parlant des chargeurs, ce soir je n’avais hésité à aucuns moments à prendre de vrais balles.

Soudain le pseudo minotaure me fait face, énonçant ses longues tirades. Ceci devait être de la mythologie grecque… Je n’avais jamais vraiment été bon en histoire, en tout cas pas en celles que l’on me racontait. Je me rappel avoir été fut un temps rêveur, voulant de l’action et de l’aventure. Non pas comme Batman et Robin mais plutôt comme Indiana Jones, à parcourir le monde, à le découvrir. Cependant ces espoirs et rêves étaient mort en même temps que moi dans l’explosion au Moyen-Orient.

- Rends toi Maxie Zeus ! C’est ta seule sommation ! Je ne suis pas d’humeur ce soir !

Alors qu’il marche dans ma direction je le met en jout, au fond de moi je sais qu’il est inoffensif mais sous ce costume qui sait ce qui se cachait. J’essaye de ne pas me concentrer sur ses paroles, justement je dois rester alerte et bien regarder tout autour, le Joker était fou mais loin d’être bête et si je ne faisais pas gaffe, je me ferai écraser, empaler, empoisonner ou bien d’autres choses absolument pas agréables.

Avant que je ne puisse cependant réagir, Maxie Zeus se plante la seringue. Je reconnais directement le Venom. Bane était donc dans l’affaire. Je n’hésite plus, je ne connais que bien trop les effets de ce produit, j’ajuste mes flingues en direction de l’homme-bête et ouvre le feu sans plus grandes sommations ni remords. C’était une menace, et je n’avais pas le temps, le Joker ne devait pas s’échapper, je DEVAIS l’attraper, MOI et personne d’autre.

Mes balles ne semblèrent rien faire, du moins il ne semblait pas les sentir quand le Minautor me charge. Je ne peut que l'esquiver, ne voulant pas tenter d’encaisser un de ses coups. Vu comme ses veines son gonflés et l’écume sortant de sa bouche, je préfère ne pas m’en approcher. De ma ceinture, je décroche une grenade fumigène que je dégoupille, la fumée s’en échappe directement. Je jette donc le projectile devant moi, et je disparais peu à peu dans la fumée, je peux le repérer dedans, ses pas sont lourds, sa respiration puissante sous l’effet du Venom ne peut que se faire entendre.

Je profite d’échapper à sa vue pour recharger mes armes. Le combat commençait donc entre Jason, et non Thésée, et le Minotaure. Cette nuit serait sanglante.

Code by Swarley


Joker War [Les Concernés] 1pr3E
Présentation - Carnet de bord - Thème du personnage - Voix - Téléphone
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptySam 27 Juin 2020 - 13:32

JOKER WARLes justiciersSi Esteban se trouvait prudent face à la situation, il ne pouvait pas non plus tout prévoir et encore moins le fait de finir asperger d’une poudre blanche… Qu’est-ce que c’était que ce truc? De la farine? Du sucre? De la drogue? Le jeune homme toussota sur le moment, agitant la main devant lui, avant de se frotter le visage, alors qu’il regarda vers la porte par laquelle il était entrée… C’était bien sa veine tiens… Il tenta de l’ouvrir, par réflexe, mais rien à faire, elle semblait verrouiller et c’était pas du tout à l’avantage de l’ex-militaire. Il crispa la mâchoire en regardant autour de lui, grimaçant à l’odeur et à la vue des cadavres qui défilait sous ces yeux au fur et à mesure qu’il avançait.

Il avait beau écouter ce que ce fameux Joker disait dans ce foutu microphone… Este’ se sentait particulièrement contrarié face au sors qu’avait eut ces pauvres gens. Ils avaient dû souffrir et pas qu’un peu…

Espèce de malade…” Chuchota-t-il, alors que son regard se portera sur des silhouettes plus loin, dans une grande pièce. Putain… Mais qu’est-ce que ce type avait en tête?! Le jeune homme regarda autour de lui, bien entendu il se méfiait de son environnement. Le fameux Joker était assez malade,  de ce qu’il savait et venait de confirmé face à ce qu’il avait sous les yeux, pour prévoir un coup dans le dos. Malgré tout, son regard se tarda sur cette toile horrible… S’il racontait quelque chose, cela ne restait pas moins horrible.

Ce type n’avait pas pu faire tout ça, seule, c’était impossible… Il serra les dents, continuant son chemin pour poser à nouveau les yeux sur les trois personnes dans la grande pièce, s’ils n’avaient pas bougées depuis son arrivé, Esteban voyait au mouvement de leur thorax qu’ils respiraient encore. Bon sang… C’était quoi ce bordel…? Le justicier releva le regard en entendant à nouveau la voix du Joker, fronçant les sourcils face à ce qu’il lui demandait de faire. Il était sérieux ce malade?! Comment Esteban serait capable de faire une chose pareil?!

Le jeune homme était pour le coup tendu, alors qu’il posa les yeux sur le matériel de couture, puis sur la bombe, avant de poser à nouveau le regard sur les trois victimes de ce malade, il s’en approchera quand il remarqua qu’ils commençaient à s’agiter un peu trop.

hey… Hey… Calmez-vous. Je vais vous sortir de là…

L’Ex-Militaire laissa les trois humains seuls pour finir par se diriger vers la bombe, l’observant avec grand intérêt. Qu’est-ce qu’ils disaient déjà? Le fil rouge où le fil bleu? Il n’était pas un putain de démineur. Un soupire s’échappa de ces lèvres, alors qu’il bougeait les doigts, sentant un certain fourmillement dans ces doigts, alors qu’il regarda le minuteur. En aucun cas il voulait faire plus de mal à ces gens, ils avaient déjà assez souffert comme ça. Et quel genre d’homme serait-il s’il devait écouter ce malade, hein? Il y avait une autre solution, non? Mais ce n’était pas en huit minutes qu’Esteban allait pouvoir trouver une sortie pour sortir ces trois personnes de cet endroit.

Pour sûr, il espérait que ça allait pour les autres justiciers, et le fait qu’il y avait un gamin avec eux, fit grogner légèrement l’ex-militaire, quand bien même il devait faire confiance aux capacités de ce gamin, il détesterait l’idée qu’il lui arrive quelque chose. Aux autres aussi, ils étaient jeunes. Esteban ne quitta pas cette putain de bombe du regard, se demandant ce que le Joker pouvait avoir encore de plus taré comme idée derrière la tête. Il prit une inspiration, alors qu’il releva les mains sur la bombe, il allait sûrement prendre un gros risque mais est-ce qu’il avait le choix? Le justicier avait l’air particulièrement calme, mais il sentait son rythme cardiaque s'accélérer, sûrement l’adrénaline de la situation, alors qu’il tentait de se concentrer pour provoquer de lui-même un léger court-circuit dans les fils relier à la bombe afin de la faire cesser, avec sa propre capacité électrique. Il gagnerait plus de temps pour trouver un moyen de sortir ces trois personnes de cet endroit. Le reste… Il verrait plus tard. Le plus important c'était ces gens, Joker allait bien pouvoir attendre un peu, hein?


:copyright:️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptySam 27 Juin 2020 - 20:50

Joker WarPV Joker
Batgirl
Joker
Dès son entrée dans le temple, une atmosphère sinistre y régnait. Cet endroit était juste éclairé d'une lumière tamisée rouge pour augmenter l'oppression. Barbara avait d'ailleurs remarqué le cadavre à l'entrée, ce qui donnait le ton pour la suite.
La jeune femme sursaute au moment où une poudre blanche s'abat sur elle. Elle tousse et enlève le surplus de son costume en pestiférant.

«Espèce de taré de clown.»Plus Batgirl s'enfonce dans les couloirs, puis elle y découvre d'immondes horreurs au sol ou encore accrochés sur les murs. Elle fut attaquée également par des hommes de mains du Joker qu'elle n'eu pas de mal à éliminer. La voix du Joker résonne soudainement dans les hauts-parleurs. Babs ignorait si il l'entendait mais en tout cas il la regardait, elle avait vu les caméras dans le temple.

«Je comprends maintenant pourquoi Harley t'a quitté, tu es tellement lourd..»

Batgirl était arrivée dans une immense salle, un des murs projette un film retraçant la vie du Joker, le moment de la reconstitution du meurtre de Jason était insupportable à voir. Arrive le moment de son accident, malgré les piètres acteurs, elle revivait cette scène horrible qu'elle essayait d'oublier. Elle ne pouvait cacher sa colère qu'en serrant ses poings tellement fort qu'elle aurait pu s’ouvrir les paumes si elle n'avait pas de gants.
Le Joker l'invita ensuite à se diriger vers une autre salle, avait-elle le choix, elle ne le pensait pas. C'était trop tard pour reculer.
Ce qu'elle découvre dans cette salle la choque, pourtant elle était habituée à voir les horreurs de ce monde.
Des otages étaient les pieds dans une immense marre, l'otage du milieu tenait un câble, elle aurait pu prendre ce câble, mais connaissant le Joker, si elle s'approchait un peu trop du bassin, les otages étaient condamnés.

«Ne bougez pas je vais vous sauver.»

Un projeteur s'allume sur une chaise roulante attachée à un dispositif électrique. Cette chaise, le Joker connaissait-il son identité ? La jeune femme avait un doute de plus, il ne pouvait pas savoir quel membre de la batfamily allait pénétrer dans ces lieux. Sur une pancarte était écrit "pas de bottes, pas de gants", ce clown était vraiment sadique. Babs, malgré la peur qui la submerge, devait arrêter cette mascarade.

«C'est ce que tu veux le cinglé ? On va jouer, tue-moi si ça te chante, mais tu finirais entre 4 planches et un batarang à la place du cœur, taré.»
Batgirl enlève ses bottes ainsi que ses gants, mais avant de prendre place sur la chaise elle casse un bout de bois d'une vieille planche pour la mettre dans sa bouche pour éviter de ce mordre la langue.
Revenir en haut Aller en bas
Grayson
Messages : 4705
Date d'Inscription : 03/05/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Punchline, Pingouin
♣ Alliés : : ►Batfamily
Dick R. Grayson/Nightwing
Dick R. Grayson/Nightwing
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyDim 28 Juin 2020 - 16:28

Joker War : Le Chapiteau

En pénétrant l'antre du chapiteau, l'obscurité plongea Nightwing dans un univers sinistre tout droit sorti de l'imagination fantasque et malveillant du Clown. Il entendit le faible son de ce qui s'apparentait le plus à un souffle, et se vit asperger d'une poudre blanche qui s'étala sur son visage. Il s'entendit penser qu'il préférait cela à des boyaux encore chauds ou une mare de sang dont il aurait du mal à faire abstraction. Une douce musique d'ambiance émergea soudain, contrastant péniblement avec l'ambiance morbide aux alentours. Ses pas le menèrent plus loin vers le centre, et là, horrifié par le spectacle, Dick découvrit une macabre scène. Les larmes faillirent lui monter aux yeux, le Joker avait osé utilisé ses douloureux souvenirs contre lui. Les deux cadavres volaient, reliés par des liens, en plein air. Joker avait été jusqu'à déterrer des morts pour satisfaire son plaisir indécent et répandre le mal autour de lui. C'était la chose qu'il faisait le mieux, n'est-ce pas ?

La voix du Joker s'éleva tout autour, agaçante et narquoise. Les mots « Regardez le magnifique spectacle devant vous » donna la chair de poule au justicier, qui s'attendait au pire quant à ce que son ennemi lui avait réservé. Les deux cadavres aux visages grimés ne cessaient de gesticuler, plusieurs mètres au-dessus de sa tête, s'entortillant dans leur acrobatie avec des mouvements secs et bruyants.

Serrant les poings, Nightwing avait déjà remarqué les trois otages ligotés, qui se tenaient au milieu de la scène. Étant donné l'odeur d'essence, Dick supposa qu'ils en étaient aspergés. Qu'est-ce que cela signifiait ? Que le Fou allait les brûler vif ? Nightwing n'allait certainement pas le laisser faire. Les pauvres victimes lui lançaient des appels au secours, gigotant tels des asticots, chacun voulant être sauvé à la place de son voisin. Dans ces moments-là, l'égoïsme dont pouvait faire preuve l'être humain était à son apogée et tout à fait compréhensible. La peur bestiale qui vous tiraillait le ventre vous ôtait presque la totalité de votre humanité. La fin de cette mascarade prendra le tournant que lui aurait choisi, non le clown. Intérieurement, il s'en fit la promesse.

A nouveau, la voix gaillarde du Joker reprit possession du chapiteau. Un projecteur éclaira un point beaucoup plus haut, là où d'antan les trapézistes se tenaient fièrement debout, avant de faire découvrir leur spectacle aux publics réjouis. Nightwing n'en revenait pas de ce que ses yeux distinguaient. Cela ne pouvait pas être vrai. Un jeune garçon, qui ne devait pas avoir plus de huit ans, se tenait fébrilement debout sur une planche instable. Il portait le costume du premier Robin, un clin d’œil moqueur qui lui fit un pincement cœur. L'image de ce gamin, les larmes coulant sur ses joues rondes, renvoya immédiatement Dick vers sa propre enfance.

Ce que le justicier avait redouté venait de se produire : le Joker lui laissa la possibilité de choisir qui il voulait sauver. L'acrobate sentit son cœur se hâter dans sa cage thoracique, rendant chaque battement un peu plus douloureux que le précédent. Sa respiration devenait saccadée, Dick devait réfléchir au plus vite pour trouver un quelconque moyen de déjouer ce sordide dilemme... Après quelques minutes où il sentait son crâne surchauffé dans l'effort mental, Dick ne trouva aucune solution alternative. Quoiqu'il arrive, le drame ferait parti de cette nuit tragique. Les sourcils froncés, impuissant face à la situation, il poussa un cri de rage, persuadé que son ennemi l'entendait depuis le trou poisseux où il se terrait. « Tu vas le payer ! Tu t'en tireras pas, Joker ! »

Se frottant le visage afin de se redonner une contenance, Nightwing se dirigea vers l'échelle qui menait au sommet, vers le petit. Il lança un regard désolé aux trois otages, alarmés par le chemin qu'empruntait leur présumé sauveur. Tout comme lui, ils avaient entendu le message rieur du clown qui avait énoncé les règles de son jeu. Les larmes aux yeux, ils leur suppliaient tacitement de les libérer. Nightwing se sentit brisé, et ce sentiment, cette fissure que le Joker venait de créer dans son âme, ne guérira jamais. Enjambant les barreaux un à un, Dick grimpa rapidement jusqu'en haut. Arrivant presque à hauteur du gamin, qui avait des spasmes dans tout son corps dû à la peur et aux pleurs incessants, il tendit une main bienveillante vers lui. Le petit ne bougea pas, paralysé. « Prends ma main, je ne te ferai aucun mal » Lentement, le gamin tourna vers lui. « Ne fais pas de mouvements brus... » A peine avait-il fini sa phrase que la planche sur laquelle il se tenait se brisa, envoyant valser l'enfant dans le vide. Nightwing ne tarda pas à réagir ; il savait que la vieille corde ne tiendrait pas plus de dix secondes. Il sortit de sa ceinture son grappin, tira vers la poutre la plus proche et se jeta dans le vide. Le justicier analysa les déplacements de l'enfant, anticipant où il pourrait l'attraper au vol... Mais la corde lâcha quasi immédiatement, changeant ses plans. Sans hésiter, il fonça vers le petit, qui ne criait même plus tant la panique et la terreur étaient présentes au fond de lui. Il était comme une poupée de chiffon, inerte, se laissant tomber telle une goutte de pluie que rien n'arrêterait. Pourtant, le bras musclé et sécurisant de Nightwing le rattrapa, coupant court à sa chute. Dick lui adressa un regard qui se voulait protecteur « Tout va bien, tu ne crains plus rien » lui souffla-t-il doucement, tandis qu'il atterrissait sur le sol terreux du cirque...





Joker War [Les Concernés] 1699511
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau Membre
Messages : 7475
Date d'Inscription : 22/03/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Alliés : : ► Harley Quinn
Ex-Joker
Ex-Joker
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyLun 29 Juin 2020 - 0:32


Le Clown de Gotham !


Robin :

Les hommes du Joker se font exploser, mais alors, salement. Les uns se font péter la gueule, les autres en prennent plein le cul, bref, c'était le gros bordel. Mais Robin accomplissait parfaitement les objectifs que le Joker s'était fixé. Et va y que ça continue, et que les coups pleuvent, et que le sang coule. Il faut du sang ! De la violence ! C'est tout ce qui fait la grandeur de la télévision, tout ce qui fait la grandeur de cette magnifique société dans laquelle nous évoluions en permanence. Et oui ! Nous sommes une espèce monstrueuse qui se gave impunément de voyeurisme, de violence et d'auto-satisfaction pour notre égo. Voir les autres malheureux nous excitent, nous divertie et surtout, nous fait oublier notre pauvre et lamentable condition d'être humain. Ha ! Que la blague est bonne. Et pourtant, nous sommes dans une société soit-disant "civilisée", saisissons pendant un moment, la douce ironie qui s'affichait dans les yeux du Joker. Il appréciait ce combat, il appréciait ce qu'il voyait. Mais le véritable atout ne s'était pas encore manifesté non. Le Joker en ricanait d'avance. Il savait pertinemment ce dont était vraiment capable le Ventriloque, ça plus une petite touche personnelle que le Joker avait fait venir du marché noir de Cobblepot. Un petit condensé de la meilleure des technologies. Alors que le combat fait salement rage pour le justicier. Une seule personne semblait complètement en désarroi avec l'ambiance actuelle : Arnold Wesker. Bien qu'il n'ait encore rien dit depuis le début du combat, seulement au travers de ses pantins Batmanesques, il regarda l'arme de son pantin Scarface à terre, et contrairement à toute attente, il ne la ramassa pas. Non. Il ne la ramasse pas. Son visage jovial de gentil grand-père ne fit rien, cependant, la poupée Scarface, elle, le regarda. Pendant que Robin continuait d'offrir ses poings et faisait déguster aux hommes du Joker une magnifique salade de phalanges, le Joker, lui ricanait déjà. Scarface, le pantin, tourna son regard vers le Ventriloque.

"D'es braiment un gon, doi ! Bourguoi du addaques bas Robin ?"


"Mais monsieur Scarface, rappelez-vous de ce que le Joker a dit."

"Ze Glown vait de la merde ! Bais il zait offrir le meilleur !"


"Tout à fait monsieur Scarface, rappelez-vous de ce que le Joker nous a donné."

"Hey bedite fiotte ! Redarbe-moi !"


Le moment que le Joker attendait arriva alors, et d'un seul geste, il zooma la caméra sur le pantin que tenait le Ventriloque dans sa main. Oh que la blague serait bonne, oh que la blague serait des plus amusantes. Pourquoi la lancer maintenant ? Mais tout simplement parce que ça allait être drôle voyons ! Il n'y a rien de plus drôle que de voir un petit oiseau chuter et qui va tomber du nid. Adieu réalité, et bonjour débilité ! Le Ventriloque retira alors le chapeau du pantin avant de dévoiler un petit rond ovale d'hypnose implanté dans son crâne de bois. Le Ventriloque le fit tourner alors. Une suggestion hypnotique commençait alors à emplir les lieux. Comme si toute la réalité se déformait. Comme si les murs devenaient des éponges, comme si le sol tremblait, comme si tout bougeait. Comme si tout était à l'envers. Un monde hypnotique, quelque chose qui rappelait vaguement ... Le Pays des Merveilles. Avez-vous dit étrange ? On y voyait des fleurs qui apparaissaient dans ce tunnel de l'amour. Le Ventriloque se matérialisa sous les yeux des hommes et de Robin, en une espèce de gros lapin blanc, et Scarface en montre de gousset qui continuait à envoyer des ondes hypnotiques. Un bruit hypnotique commençait à vriller les oreilles des pauvres victimes qui étaient sous l'emprise de ce merdier. Et tout à coup, la voix du Joker commençait à résonner. Ricanante, le haut-parleur se transforma en chat de Cheshire. Le Joker ricana de plus belle avant de reprendre d'une voix sinistre.

"J'ai demandé à ce brave Jervis de venir à notre petite sauterie. Hélas, le Chapelier n'a pas pu se libérer à temps. Par contre, il m'a envoyé ce petit jouet. Amusant hein ? Une exposition prolongée peut vous rendre dingue à vie. J'ai hâte de voir ce que ça va donner sur toi mon petit Robin. Il faudra que je pense à remercier le Chapelier Fou. HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !"


Le rire pénétra dans les oreilles des victimes comme un poignard planté dans les oreilles des gens sous l'emprise de ce merdier. Des hommes de main, encore valides, commencèrent à hurler. Certains vomissaient à cause des vertiges, et d'autres commençaient à se croire vraiment dans un autre monde. La poupée Scarface aurait pût sourire, il profitait de ce moment. Le Ventriloque, comme à son habitude, ne disait rien. Seule la voix du Joker continuait à retentir. Il voyait tout sur son écran. Il voyait oh que oui, ce petit spectacle qui annonçait encore de nombreuses heures de rires pour sa satisfaction personnelle. Voila ce qui arrive quand on tue un Robin, au final, on risque d'en avoir encore d'autres. La voix du Joker reprit alors.

"Personnellement, je ne touche plus à la réalité, ça me gâche mes hallucinations HAHAHAHAHAHA ! Et toi mon petit Robinet ? Aimes-tu le diagnostic de notre cher Ventriloque ? Je crois que tu vas en tomber à la renverse."


Le Joker ponctua une nouvelle fois par un nouveau rire. Plus sinistre, amplifié par les ondes hypnotiques qui allaient maintenant s'insinuer en Damian, et dans les hommes qui étaient pris dans ce délire collectif. Bienvenue au Pays des Merveilles, Damian. Attention, le monde que tu verras est chimérique, mais si tu t'attardes, ce sera ta nouvelle réalité. Trouve donc le lapin blanc, et détruit sa montre de gousset. Oh que la soirée s'annonçait parfaite. Le Joker était aux anges. Bientôt, il aurait un petit Damian de compagnie complètement fou à ses côtés. Joie sur Terre, aux clowns qui restent. Ha ! Le décor du tunnel de l'amour commence à changer, à s'effacer. C'était vraiment le Pays des Merveilles qui se trouvait maintenant devant Damian. Un rêve hallucinatoire qui prenait forme, qui l'entourait. Mais les décorations de ce délire étaient sombres, lugubres, monstrueuses, et des créatures de cauchemars, non réelles, l'entourait. Sous l'effet de cette hypnose, Damian allait apprendre à affronter ce qu'il était vraiment à l'intérieur. Il ne le sait pas encore, mais il combattrait ses démons, ses propres démons intérieurs. Sa mère, et son grand-père se manifesteraient dans ce délire. Un véritable délire qui allait remettre en cause son rôle de Robin, il apprendrait à se haïr, à se détester lui-même. Il en ressortirait amoindri, affaibli, et le Joker en salivait d'avance. Ce n'était pas qu'une simple bagarre de poings, non, c'était aussi un triomphe sur le mental de ses ennemis que le Joker voulait affirmer. Si le Joker le pouvait, il aurait aimé approcher du jeune garçon, afin de pouvoir l'achever avec un pied de biche. Les classiques, ça doit s'apprécier. Ha !



Red Hood :


Nous revoila dans le monde merveilleux des miroirs, des déformations et des horreurs en tout genre. Maxie Zeus transformé, avec un masque de minotaure conçu par lui-même sur le coin de la gueule, cela avait quand même de la gueule. Le Joker eut un sourire en voyant ce pauvre Red Hood en pleine merde face au colosse qui semblait bien décider à s'en faire du fromage de Red Hood, à déguster avec un peu d'huile d'olive, et avec un peu d'alcool grec. Avec ça, on sera fin bien. Mais pourquoi donner l'avantage au Red Hood quand tout peut-être encore plus amusant ? Le Joker zooma sa caméra vers le Red Hood qui venait d'utiliser un fumigène. Aaaah mais c'est très très vilain la triche ! Pourquoi autoriser ce genre de truc dans son jeu. Ce n'était pas du jeu. Mais c'était prévisible. Innovant, mais prévisible. Le Red Hood semblait bien décidé à tricher. Quoi espérer de plus de la part de quelqu'un qui revenait à la vie et qui trichait avec la mort ? Ha ! Mais le Joker savait-il qui était derrière ce masque rouge ? Savait-il que Jason Todd était derrière ce masque ? Et alors ? Même s'il le savait, le Joker s'en foutait violemment. Il se moquait de leurs identités secrètes. Il se moquait de tout ça. Il se moquait de ce jeu de dupes qu'ils infligeaient à Gotham City. Non. Ce soir, le Joker voulait remettre les cartes à plats. Il voulait mettre les choses au clair avec le Batman en éliminant les éléments faibles. Il voulait rendre son Batman plus fort, plus brute qu'avant. Comme avant. Mais le Joker était réaliste, il savait que les choses ne pouvaient pas être comme avant. Il fallait avancer vers le futur. Alors, faisons tout d'abord un nettoyage de printemps, et après, on discutera entre mecs. La voix du Joker se fit alors entendre dans le labyrinthe. Tandis qu'il appuyait sur un bouton de son panneau de contrôle.

"Des soucis de ventilation ? Avec les conduits d'évacuations de climatiseurs de morgues, vous n'aurez plus aucun problème ! HAHAHAHAHAHAHAHAHA !"

Et d'un geste, les ventilateurs s'activèrent et la brume causée par le fumigène commençait à s'estomper. Il n'en fallut pas plus à Maxie pour foncer sur Red Hood et le plaquer contre un miroir, avant de traverser le mur. Le choc, avec les éclats de verre, ça devait faire mal. Très très mal. Une douce souffrance qui se devait d'être appréciable. Et quand on veut tricher, on en paie le prix. Le Joker y tenait, il voulait à ce que ce soit dans les règles de l'art. Maxie cependant, eut un léger problème. Du sang commençait à couler de ses oreilles. Apparemment, le venin n'a pas l'air de lui faire du bien. Maxie Zeus commence donc à être hébété, il commence à chanceler. Et le Joker l'observa très vite. Il a vite compris ce qui se passait. Heureusement, il y'a toujours le moyen d'aller toujours plus vite, toujours plus loin. Red Hood avait dû sentir la charge du dieu grec personnifié en humain. Des débris de verre un peu partout, un mur encastré, et bien sûr, des dégâts un peu partout, y'avait de quoi surprendre. C'était un peu le genre de bordel organisé qui se manifestait toujours après une bonne soirée de match américain. Une charge pareille, ça peut très vite vous remettre le cerveau en ordre, surtout après un bon coup de pied de biche dans le crâne. Maxie Zeus ne semblait pas être au meilleur de sa forme. Peut-être qu'il manquait d'encouragements ? Peut-être. Il était temps de pimenter un peu plus le jeu. Il était temps de s'amuser un peu plus. Le Joker passa alors sur une autre caméra, sur un autre écran.  

"GAGGY ! VA-Y !"


C'est alors qu'une petite forme, sombre et vicelarde, apparût sur le terrain. Un vilain sourire sur le museau, il était bien de retour, après de nombreuses années à attendre son heure sur le retour de la scène. Le nain du Joker, Gaggy Gagsworthy, sortit des ombres avant de dégainer un pistolet. Un pistolet à fléchettes. Il dégaina et tira sur Maxie Zeus. Vous l'aurez deviné, c'est bel et bien du venin de Bane à l'intérieur. Et une forte concentration de venin allait sûrement faire péter les plombs à Zeus. Dans le pire des cas, on s'en sort aussi avec une belle crise cardiaque. Mais une fléchette du nain était aussi pour Red Hood. Quitte à avoir un combat, autant avoir un vrai spectacle digne des dieux grecs non ? La fléchette partit en direction de Red Hood. Aucune idée sur le fait si elle a atteint sa cible ou non, mais la voix stridente du Joker reprit de plus belle, alors que les choses semblaient aller de mal en pire.

"Ce soir, c'est le choc des Titans ! Et à ma droite, deux cent kilos de force brute et le cerveau d'un petit pois, acclamez MAAAAAAAAXIE ZEUS ! Et à ma gauche, dans le coin du ring, le challenger au casque rouge, et aux couilles atrophiées par la peur, le petit Red Hood qui va se faire écraser ! Héhéhéhahahahaha !"


Le nouveau décor était une grande salle remplie de miroirs brisés. Un lieu de stockage assez grand, avec malheureusement, la vétusté incluse. De l'humidité, des flaques d'eau, et c'est un miracle si les fils électriques qui pendent n'avaient pas encore déclenché d'incendie. Un lieu dégueulasse, rempli d'objets tranchants, de morceaux de verre sur le sol, et qui allait très certainement être un véritable piège pour celui qui allait très mal finir ce soir. Zeus, sous l'effet d'un nombre puissant de fléchettes remplis de venin, rugit alors de colère. Sa taille ne changea pas, mais ses yeux ... Ses yeux devinrent plus verts, plus fous, comme enragés. Dans son esprit, Zeus l'éloquent, le poète, avait disparu pour devenir Zeus, le destructeur. Et ce soir, Zeus voulait détruire, voulait casser. Il voulait arracher le casque de Red Hood, tête incluse avant de la balancer sur orbite. Ce n'était pas un véritable combat, c'était juste un autre putain de massacre. Et Red Hood allait en faire les frais. Mais de l'autre, Zeus était aussi quelqu'un d'innocent à ce stratagème orchestré par le Joker. Il n'était pas "conscient" de ce que le Joker avait fait de lui. Il ne le savait pas. Le vrai choix qui se posait était pour Red Hood, de savoir s'il pouvait ôter la vie à un criminel qui n'était pas concerné et qui n'était pas coupable de son état. Le Joker voulait voir jusqu'où le Red Hood pouvait aller. Il voulait voir là où ça pêchait. Il voulait plonger ses doigts dans le cerveau de Red Hood et de voir ce que ça fait de triturer les méninges d'un être aussi compliqué que l'homme qui venait à lui ce soir. Le Joker menait une expérience, et il comptait bien ne pas être déçu. Sous couvert de combat, c'était tout l'ordre moral de Red Hood que le Joker remettait sur le tapis. Et tout ce qui se passait sur les enregistrements était enregistré. Le Joker en aura bien besoin pour la suite des évènements.



Esteban :


Les choses ne sont pas au beau fixe dans la Maison des horreurs du carnaval des Frères Bonus, on peut même dire que les choses ne sont pas prêtes d'être meilleures. Ambiance de film d'horreur avec ce qui va avec. Et le plus drôle dans tout ça ? C'est que les choses ne vont pas aller en s'améliorant. Non. Vous avez déjà vu quelque chose qui tourne rond avec le Joker ? Jamais de la vie ! Vous savez ce qu'il y'a d'horripilant ? Ce sont les trucs nouveaux que l'on a pas préparé. Ce sont les petites choses pénibles que l'on ne calcule pas qui rentrent en compte dans le jeu. Pourtant, le Joker aimait tout ce qui avait attrait au chaos, à l'imprévu, mais il n'aimait pas les nouveaux joueurs qui ne respectaient pas la règle. La sacro-sainte règle du Joker en ce qui concernait son petit duo avec le Batman. Amusé de voir une telle attitude, de se refuser à jouer le jeu, le Joker ne pouvait pas laisser ce crime impuni. Non. Personne ne devait y échapper. Dieu que le Joker détestait la triche. Alors ça, c'était bien la chose qu'il ne pouvait pas supporter. Alors que ce nouveau justicier semblait ne pas vouloir suivre les règles, le Joker prit alors son microphone avant de reprendre d'une voix sournoise. Sur la grosse bombe, un mini-écran télévisé était installé. Le visage du Joker apparut, avec un grand rire.

"Ta-Ta-Ta ! On essaie de tricher en touchant à ma petite bombe ? C'est pas gentil ça ! Et ça mérite une punition."


D'un geste du doigt, le Joker appuie sur un bouton relié à son panneau de contrôle. Il avait accès à un large éventail d'actions et le Joker avait envie de punir ce petit foutriquet de son impertinence. Quand on joue avec le Joker, il faut savoir une chose : Il faut se plier à son jeu et à ses règles, aussi chaotiques soient-elles. Un panneau coulissant apparait dans le mur, et un fusil à pompe en sort. Directement, le mécanisme appuie sur la détente et abat le premier otage installé sur sa machine. La déflagration ne se fit pas attendre et clairement, le meurtre venait d'être établi. Une exécution à la chinoise. Une balle, un crâne. Un coup net en pleine tête ! Le trou est énorme et dégoulinant de sang et de cervelle. De quoi en faire vomir plus d'un. Les deux otages commencent à hurler, même sans langue, c'est horrible à entendre, vous pouvez l'imaginer. Le Joker reprit alors de sa voix nasillarde et empreinte de folie.

"Batman sera teeeeeellement déçu de toi ... Celui-là n'avait pas la réponse, mais si tu touches encore au mécanisme de ma bombe, je réduis à trente secondes le minuteur. Je n'aime pas les petits tricheurs, et encore moins venant de la part des moins que rien de la bande à Batgirl. Hahahahahahaha !"


La voix du Joker se fit beaucoup plus dure, presque sur le ton de l'énervement et de la colère. Le Joker n'aimait pas les tricheurs, et encore moins quand ses jeux étaient mis en avant. Après tout le mal qu'il s'était donné pour cette belle soirée ... Tristesse. Le Joker faisait-il mouche dans ce petit jeu de torture mentale ? Il s'en foutait pour tout dire. Il ne voyait que son jeu. La minuterie reprit alors de plus belle. Et oui, rien n'est jamais simple avec le Joker. Et qu'importe ce qui se passe, il fallait que tout se charcute, que tout se fasse, que tout s'enlace, que tout se prépare. Après tout, la vraie blague dans cette histoire : C'est que parmi toutes ces langues, il y'en a bien deux qui correspondent à ces deux otages, mais qu'importe la langue ! Il suffit juste de la recoudre pour avoir le bon renseignement. La blague était finaude, et grâce à cela, le Joker voyait tout de suite en l'homme, un détail flagrant. Ce justicier veut passer pour un héros, pour quelqu'un qui veut bien faire, pour quelqu'un d'attentif et d'extraverti. Une chose est sûre, l'homme devait être un démineur, ou quelqu'un qui avait travaillé dans un organisme spécialisé. Le Swat ? L'armée ? Une section de démineurs ? Peut-être. Le Joker s'en foutait, il dressait son petit délire psychologique autour de cet individu qui trichait. Mon Dieu que ce justicier était nul, il ennuyait le Joker. Gâcher une aussi belle attraction devant un demeuré qui ne comprenait pas le jeu du Joker. Quelle tristesse. Le Joker eut une petite moue avant de reprendre de sa voix désagréable.

"Puisque mon jeu ne te plait pas. Passons à quelque chose de plus drôle. Où qu'il est mon cochon ? Cochon ? Coooochooooon ?"


Et c'est alors que dans l'attraction. Une voix grave et horrible se fit entendre. Une voix grave et pénible qui résonna. Un nouvel invité dans le jeu du Joker et de ce pauvre justicier ? Sûrement. Mais voila que le véritable architecte de ce petit jeu allait approcher. Un monstre. Un homme qui avait souvent fait parlé de lui dans les colonnes du Gotham Globe. Un homme qui avait défrayé les chroniques de l'horreur et qui pouvait très facilement, surpasser le Dollmaker dans ce domaine raffiné que l'on appelle : La chirurgie reconstructrice. Les yeux de Pyg se focalisèrent sur le justicier. Dans son cerveau, Pyg ne voyait que de la matière première en Esteban. Il ne voyait qu'un moyen d'arriver à ses fins dans le domaine de la chirurgie et de la perfection.

Professeur Pyg : "OIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINK OIIIIIIIIIIIIIIIIIINK !"


Et maintenant, voila que paraissait dans l'entrée de la salle, le terrible professeur Pyg. Armé de deux hachoirs dans les mains, il voyait en Esteban son diner personnel. Il renifla à la manière d'un cochon. Agitant son masque de cochon qu'il portait, à la manière d'un cochon. Le professeur Pyg s'avançait doucement, marchant doucement, faisant claquer ses deux armes dans les mains, sur les objets se trouvant sur sa route. Observant le justicier en face de lui. Le compte à rebours continuait à défiler, lentement mais sûrement. Une pénalité en plus dans le jeu, pour ce pauvre justicier qui allait en faire les frais. C'était d'une violence prévue et horrible. Un bon coup d'adrénaline dans le coeur de ce pauvre garçon qui allait prendre cher ce soir. La voix grasse de Pyg commençait à résonner, douce et horrible, à vous faire frissonner les poils sur la peau.

Professeur Pyg : "Pyg aime la peau humaine. Mais ... Pyg aime aussi la chaire ! Et Pyg ... Il a très faim ce soir ... OIIIIIIIIIIIIINK !"


Le professeur Pyg avait faim d'Esteban, il avait très très faim. Et il ne désirait qu'une chose : Jouer avec la peau d'Esteban tandis qu'il se goinfrerait des organes de ce-dernier. Le Joker ne l'avait pas nourri depuis trois jours. Quand on est affamé ... On est prêt à tout non ? Une chose est certaine, ça allait être sanglant. Vraiment. Maiiiiiis peut-être que Pyg connaissait l'endroit où la clef se cachait. Peut-être ... Après tout, c'était lui qui avait conçu ce jeu mortel ...



Batgirl :


Apparemment, Batgirl semblait plus encline à suivre le jeu du Joker, et sans tricher en plus. Une manière de voir les choses sans tricher. Une très bonne chose, et ça rendait le Joker tout chose. S'il n'était pas aussi excité, il ne relevait pas la petite bosse dans son pantalon. Ha ! Intelligente la petite, et si mignonne avec cette petite moue et ce caractère de cochon. Avec un peu plus de fraicheur, elle pourrait être potable en side-kick du Joker. Mais le Joker n'en était pas à une Harley Quinn de trop. Il s'amusait ce soir, il s'amusait beaucoup trop pour relâcher la pression. Les otages dans la piscine attendaient une seule chose : Leur survie. Mais Batgirl, en bonne héroïne avait compris que le jeu sadique du Joker ne se terminerait qu'avec un bon petit coup de jus. C'est ce qu'on appelle le sacrifice de soi. En soi, le Joker voulait savoir si Batgirl avait toujours cette foi de la lutte dans le crime, il voulait savoir si elle était capable de tout supporter pour sauver ces pauvres et innocents citoyens de Gotham City. Le Joker observa avec grande attention ce qui se passait sous ses yeux. Elle retira ses gants et ses bottes, elle suivit le jeu, sans tricher, excepté pour ce morceau de bois, mais ça, c'était normal. Ce serait normal oui, personne n'a envie de perdre sa langue chérie. Comme prévu. Le Joker eut un léger sourire. Ah les femmes, on ne peut pas vivre avec et on ne peut pas vivre sans. Et pourtant, elles nous complètent, nous, les hommes. Derrière chaque grand homme se cache une femme. Mais Harley Quinn n'était pas une femme, c'était une belette. Une magnifique belette dans un corps humain sans poils. Et nous sommes tous des belettes à notre manière. Le Joker se saisit alors du microphone avant de reprendre d'une voix amusée dans les enceintes du Temple du Rire.

"Un grand sage a dit, ce qui est utile à beaucoup, l'emporte sur le désir du petit nombre, ou d'un seul. Je déconne, ça vient de monsieur Spock dans Star Trek HAHAHAHAHA."


Et d'un geste de la main, le Joker abaissa le levier de la chaise électrique. La sensation allait crescendo. Au départ, quelques petits frissons, quelques petites sensations sous la peau, et puis tout à coup, la démangeaison, provisoire, puis durable. Le courant qui traverse les cellules, le courant qui commence à devenir électrique, la peau qui devient conductrice. Et ça démange, ça crispe les membres et ça fait mal. Très mal. Ce n'était pas comme si vous vous baladiez en pleine campagne et que vous décidiez de passer la clôture électrique pour entrer dans le champs en douce, non. Cela, c'était vraiment la petite douleur qui ne faisait pas grand chose de mal. Juste histoire de vous empêcher d'aller plus loin. Mais là, la douleur allait de plus en plus haut. Et le Joker ricana de plus belle en augmentant de plus en plus la quantité d'électricité dans le fauteuil. Il ricana dans le micro tandis que Batgirl prenait un vilain coup de jus dans la gueule, et dans toutes les autres parties de son corps. De plus en plus, il augmentait les volts. C'était un sacrifice nécessaire non ? Elle voulait sauver ces gens. Elle voulait les ramener à bon port chez eux. Elle voulait montrer qu'elle était une vraie justicière, une vraie femme qui luttait contre le crime et qui pouvait encaisser les coups comme son mentor. Elle le pouvait. Oui. Elle pouvait montrer de quel bois elle était faite, et elle y arrivait. Malgré l'augmentation des volts, elle luttait, elle montrait sa force et quelque part, le Joker était assez impressionné, même fasciné. Mais le Joker était bon prince, il monta jusqu'à un niveau encore supportable mais pénible, avant d'abaisser le courant. Bon prince, il s'avoua amusé par la prestation de la jeune femme. On l'entendait même applaudir dans son micro, afin qu'il puisse féliciter comme il se doit, cette très chère Batgirl qui venait de gagner la première partie de ce soir.

"Mes félicitations, Batgirlette ! Tu as gagné le droit de récupérer tes otages. Je t'en prie, tu peux sortir de ton fauteuil et aller récupérer tes otages."


C'était sincère, le Joker était plutôt fier de ce qu'il avait à offrir et de ce magnifique petit jeu. Des félicitations qui auraient presque pu être sincères, mais vous vous doutez qu'il y'a forcément un truc. Et pourtant ... Mais la tentation, la véritable tentation était là. Et alors que Batgirl allait se relever de son fauteuil, le Joker appuya sur un autre bouton. Le fil conducteur que tenait l'homme dans ses mains, n'était plus alimenté en électricité. L'homme jeta les câbles à terre, dans l'eau, et s'avançait pour regagner la terre ferme, loin de l'eau. Le courant ne passait plus. Les otages eurent un moment de répit et de soulagement, ils étaient prêts à sortir de l'eau pour remercier celle à qui ils devaient leur salut. Appuyant sur un autre bouton, le Joker ralluma l'électricité et le bassin devint électrifié. Les trois otages furent électrocutés sous les yeux de Batgirl. En un instant, ils n'étaient plus que des cadavres. Et le Joker, hilare, ricana de plus belle avant de reprendre dans le microphone.

"Tu peux récupérer tes otages oui ... Mais je n'ai jamais dit qu'ils seraient vivants. HAHAHAHAHAHAHAHAHA"


Ce jeu devait montrer au justicier que, quoique les douleurs offrent, quoique les scénarios catastrophes peuvent donner, rien n'est jamais gagné. Mais pour le Joker, c'était l'occasion de lui montrer, à cette chère Batgirl, que son sacrifice n'avait servi à rien. Que quoiqu'il puisse arriver, tout ça n'était qu'une blague, une monstrueuse blague dont elle était le dindon. Tout comme Batman, tout comme Robin, tout comme Red Hood et bidule truc. Une blague immonde, et ils ne comprendraient toujours pas, malheureusement ... Ce n'était pas qu'une torture bien physique qu'elle endurerait, mais aussi une torture morale qui allait remettre Batgirl sur de nouveaux rails, qui lui feraient prendre conscience de son état de justicière et des imbécilités qu'elle comettait au nom de la justice. En tant que justicière, elle était vouée à laisser de nombreuses trainées de cadavres derrière elle, et c'était ça que le Joker souhaitait lui faire apprendre. Ce n'était pas qu'une simple idée de la briser de toutes les façons possibles non, le Joker souhaitait les emmener tous, dans un lieu noir et sombre, sans espoir. Il souhaitait les mettre à son niveau. Il voulait qu'ils comprennent ce que ça faisait d'être dans le monde merveilleux et chaotique du Joker. Rien que ça. Une petite pancarte s'alluma : "Meet the clown" avec des couleurs roses flashy dans un coin, dirigeant vers un tunnel qui mène sous terre. Elle allait vraiment rencontrer le Joker ? Peut-être. Une chose est sûre. Elle ne ressortira jamais indemne de ce carnaval de l'horreur. Pourquoi l'espérer ? Elle avait joué. Elle avait perdu. Et le constat amer dans tout ça, c'est qu'elle ne pourra jamais ramener à la vie des gens qu'elle voulait sauver. Cela allait la hanter, toutes les nuits. Et rien que cela, cette pensée, le Joker la savourait.



Nightwing :

On s'amuse, on s'éclate, et on rit sous le chapiteau. Les choses sont ce qu'elles sont, le cirque est l'endroit rêvé pour la dose de rêves, de rires et de fantaisie. Et surtout pour le spectacle, messieurs dames ! Mais le choix de Nightwing avait précipité le sort de nos otages. D'un geste, la flamme s'alluma et les trois otages hurlèrent de terreur avant que les flammes ne commencent à les consumer. Des cris étouffés de terreur, de peur, d'incompréhension. Des morts injustes, des morts horribles. Une mort que personne ne souhaiterait avoir. De quoi briser la foi en l'être humain pas vrai mon petit Nightwing ? Les cris étouffés laissèrent la place à des râles, des suppliques, des cris de terreur que jamais le justicier n'oubliera dans son esprit. JAMAIS ! Des cris d'incompréhension, de stupéfaction et soudainement ... La mort. Violente, brûlante, infernale. Les victimes avaient bien grillées. Ils étaient morts. Sans rien de plus, comme ça, d'un coup. Sur le choix d'un homme. Pas de sens du sacrifice en tout cas, le Joker cocha une note sur un calepin imaginaire avant d'éclater de rire dans sa salle de contrôle personnelle. Le Joker ricana de plus belle dans les enceintes qui étaient dans le chapiteau. Le gamin était sauvé, pourquoi pas ? Après tout, le bébé Nightwing avait fait son choix. Il avait décidé de faire quelque chose qu'il semblait juste et qui lui semblait "normal". La voix du Joker reprit alors, sempiternelle, tranchante, comme si un scalpel allait pénétrer dans la cervelle de ce pauvre Nightwing. Quelque chose qui allait plonger ses mains dans des endroits noirs, sombres, et puants. Quelque chose de violent, de terrible à la fois. Le Joker avait bien enregistré cela. Sur ses caméras, tout avait été transféré, et il était parfaitement content de ses résultats. Mais là, Nightwing avait dépassé ses espérances. La voix du Joker reprit donc dans les enceintes.

"Pourquoi le gamin, Nightwing ? Est-ce parce qu'il portait le costume de Robin ? Est-ce que ton enfance empiète sur ton futur ? Est-ce ton enfance qui a décidé de qui allait vivre et de qui allait mourir ce soir ? Amusant en tout cas. Tu as laissé ton enfance, ton côté innocent s'exprimer. Est-ce comme ça pour chacune de tes nuits d'aventure ? Est-ce que tu hiérarchises tes sauvetages ? Ah je suis intrigué ! Fortement et agréablement intrigué. Je vois que l'influence de ce cher Batman ne déteint plus sur toi. Tu as changé mon garçon, et je te l'avoue ... J'aime ce que tu es maintenant HAHAHAHAHAHA."


Le Joker marqua un temps d'arrêt. Il observait sur sa caméra le visage de Nightwing. Le gamin dans ses bras. Il se sentait peut-être victorieux ? Peut-être. Mais ce soir, ce n'était pas une victoire. C'était une défaite. Une belle grosse défaite comme on les aime. Quelque chose de violent et qui vous percute de la pire des façons possibles. Qu'importe le moyen, le Joker venait de prouver que Nightwing n'était qu'une blague. Pas même digne d'être un justicier. Il avait choisit, il avait décidé de sacrifier trois personnes pour n'en sauver qu'une seule. C'était ça la bonne vieille torture psychologique qui vous détruit le cerveau. Et le Joker en était fier. Il venait de plonger Nightwing dans un monde froid et abject. Mais la suite des évènements était encore meilleure ! Le bilan psychologique de Nightwing était sans appel pour le Joker. Et il avait échoué, au plus grand plaisir du Joker.

"Tu n'es qu'un petit garçon dans un corps d'adulte. Rien d'autre. Maiiiiis ... Il faut savoir grandir, et se tourner vers le futur. Je peux t'y aider. Mais il faut un changement de décor, et ça se passe par là."


Un petit panneau aux couleurs flashys indiquait la direction d'un petit tunnel qui menait sous terre. "Meet the Clown." Le Clown était sincère, il appréciait ce qu'il voyait. En tout cas, il avait eu sa dose de spectacle, mais Nightwing devait être parfaitement bloqué mentalement. Malgré après avoir sauvé le gamin, Nightwing allait vivre avec cette image tout le reste de sa vie. Monstrueux jeu du Joker qui imposait une impasse, monstrueux jeu psychologique du Joker qui allait jouer sur les nerfs de ce pauvre justicier. Oh que ça serait monstrueux pour ce pauvre Nightwing. Les choses allaient tellement changer pour lui. Tellement de choses ... L'enfance, les merveilles de l'enfance. En fait, Nightwing n'avait pas changé, il était toujours resté le petit Robin du début de sa carrière. Insouciant, amusé, aventureux, il était resté le même, avec quelques idées en plus. Mais voila la véritable chose à savoir concernant Nightwing : Il place les vies sur une sorte de pyramide. Il décide de qui doit vivre et de qui doit mourir dans une situation aussi horrible soit-elle. Il aurait pu se sacrifier lui-même et mettre le Joker en échec, il aurait pu, oui. Mais le choix était révélateur, et le Joker en ricana de plus belle. L'enfant dans les bras de Nightwing, avait eu une horrible soirée. C'était certain. Le Joker se décida alors à commettre quelque chose de sournois, d'horrible, de cynique. Alors que le Nightwing portait le gamin dans ses bras, le Joker se décida alors à procéder à une nouvelle petite mise en scène. Appuyant alors sur un bouton de son panneau de contrôle, le Joker déclencha alors un automatisme d'ouverture de deux bombes incendiaires. Les cadavres de John et de Mary Grayson, qui continuaient leur pantomimes, commençaient soudainement à s'embraser, à prendre feu. Les chaires, la peau putréfiée commençait à se consumer, à brûler, à se désagréger. Les os déjà biens rongés ne résistèrent pas à la chaleur des bombes incendiaires. Dans les enceintes, une musique se fit entendre : "Oh my Papa" de Eddie Fisher. Musique langoureuse, triste, elle était dédiée à tous les papas du monde. Une musique douce, et pourtant si triste. Résonnant dans tout le chapiteau, elle continuait, en boucle.



"Oh, my Papa, to me he was so wonderful. Oh, my Papa, to me he was so good. No one could be so gentle and so lovable. Oh, my Papa, he always understood. Gone are the days. When he would take me on his knee. And with a smile. He changed my tears to laughter."


Le Joker aimait la comédie, il aimait aussi les allégories, il aimait les transformations et il aimait les comédies et les tragédies. Il aimait ce genre tout particulier. Il appréciait ce sens du spectacle, et ce soir, il était aux anges. La musique continuait, dans les enceintes du chapiteau, alors que les cadavres se consumaient. Réduits en cendres pour de bon. Plus aucune trace des deux corps des époux Grayson, excepté la cendre qui se répandait dans l'air ambiant du cirque des Frères Bonus. Dernière désacralisation des choses. Le Joker connaissait-il l'identité de Nightwing ? Pour dire vrai, non. Il ne la connait pas, mais quitte à avoir des stars du cirque, autant faire venir de vrais invités, qui ne parlent pas et qui font ce qu'on leur dit. Et les époux Grayson étaient de bons cadavres, une représentation unique, pour un moment merveilleux en famille ? Ha ! Viens donc au Joker mon petit Nightwing, le fun ne fait que commencer.




"See no Evil ... Hear no Evil ... Scars tell Stories."
Joker War [Les Concernés] 9qek
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyLun 29 Juin 2020 - 18:31


Joker War



Les hommes du Joker se faisaient effectivement explosé. Damian frappait et tranchait. Le sang coulaient sur le sol mais pas assez sufissament pour tuer. Tel l'oiseau qu'il était, il volait entre les coups effectuant un ballet de coup de poing et d'attaque au sabre afin de faire comprendre une bonne fois pour toute à ces crétins qu'on ne s'attaquait pas à Robin sans prendre des coups. Cependant il était trop occupé à les frapper et trop sûr de lui pour se rendre compte que le vieux ne tentait même pas de ramasser son arme. C'est quand il frappa un dernier qui se retrouva au sol qu'il comprit son erreur. Une erreur avec le Joker pouvait être fatal et ça ne serait peut être pas loin de la vérité mais il était déterminé. Il se tourna alors vers Scarface et vit que celui ci n'avait plus son chapeau mais plutôt une sorte d'appareil. Un explosif? Non, ce criminel ne se ferait pas sauté. Mais qu'était-ce donc?

Qu'est ce que...

Des fleurs apparurent puis il put sentir sa tête commençait à lui lancer migraine sur migraine et il grimaça sous la douleur. Il gardait son regard vers Scarface mais il n'était plus là. Il n'y avait plus qu'un lapin géant et une montre à gousset...Il commençait à comprendre ce qui se passait mais il n'avait plus le contrôle...Il l'avait perdu... Puis la voix et le rire maudit du Joker. Non, il ne pouvait pas se laisser aller à perdre de cette façon. Il grimaça alors qu'il voyait disparaître les hommes alentour de lui. Le tunnel se mit également à disparaitre...Non il semblait changer de forme..Il put alors voir des hommes apparaître autour de lui qui semblaient le fixer. Etait-ce la réalité. Il n'entendait plus la voix horrible du Joker mais commença à voir d'autre chose. Son esprit avait été atteint et très vite, il put voir deux silhouette en face de lui. Le chemin du tunnel de l'amour se métamorpha en une sorte de roche...Comme une roche à fusion... De chaque côté se trouvait un liquide vert...Le puits de Lazare. Les deux silhouettes se retournèrent et il put voir son grand père Ra's Al Ghul mais également sa mère Talia. Ils le jugeaint. Il se mit en garde tout en disant.

C'est des conneries, vous n'êtes pas réel.

Tu étais celui qui devait me succéder...Prendre la tête de la ligue et devenir la nouvelle tête de démon...

Tu étais parfait. Un enfant de la ligue, l'enfant du Batman. Mais tu as tout renié pour être un simple larbin combattant pour une cause perdue...

TU....ES....FAIBLE

Damian se mit alors à frapper sans ménagement les ninja qui ne purent rien faire. Mais même a travers la caméra du Joker, on pouvait lire sa haine. Sa colère envers sa famille qui aurait pu lui indiquer un autre chemin. Il avait préféré le renié et oser dire qu'il était un faible après tout ce qu'il avait fait et subit? Il remit en garde après avoir assommé les derniers ninja qui n'avait même pas eu le temps de combattre et il dit.

C'est vous! J'ai choisis ma vie, j'ai choisis mon chemin. Je ne dépendrais plus de vous!

Mais tu dépends de ton père...

Et de quelqu'un d'autre...

Puis c'est alors que le visage de sa mère et de son grand père se changea. Deux paires d'yeux jaunâtre apparurent. Il avait déjà vu ses yeux là... Puis il entendit une voix

DAMIAN!!!

Il releva la tête...Il put voir derrière son grand père et sa mère, Raven. Elle était enchaînée et semblait souffrir. Il n'en croyait pas ses yeux. Non, elle ne pouvait pas être ici. Il ne réfléchit même plus et fonça vers sa famille maternelle. Mais ils ne se laissèrent pas faire et un combat s'engagea. Il les avaient déjà affrontés dans la réalité. Il avait vaincu son grand père dans les enfers pour protéger la femme qu'il aimait quand il avait 13 ans. Et il avait combattu sa mère et après de multiple défaites, l'avait défaite aussi et avait gagné le droit de voir son père. Mais là ce n'était plus un combat pour sa fierté. Ce n'était plus un combat pour sauver le monde. C'était un combat pour sauver celle qui stabilisait SON monde. Celle pour qui, il damnerait son âme. Il combattit alors une rage non contrôlée. Cependant même si ce n'était que des illusions, dans son esprit, ses ennemis combattaient avec un certains zèle. Les lames claquèrent, des coups furent porter par chaque opposant. Damian se prit plusieurs coups de la part de sa mère et de son grand père. Il n'était pas vraiment touché mais le Joker pouvait voir Robin se battre seul hyper rapidement mais également lâcher quelques gerbes de sang comme si il combattait un ennemi invisible. Il devait bien rire en effet...

*Non, je ne les laisserais pas se mettre sur mon chemin*

Les passes continuèrent pendant plusieurs secondes encore jusqu'à ce que Damian repoussa sa mère dans une des rivières de Lazare et que son grand père reçut sa lame en plein coeur. Il tentait de reprendre sa respiration mais il ne pouvait pas encore y arriver. Il pouvait l'entendre crier.

RAVEN!!!

Il se mit alors à courir et put voir en dessous de Raven. Un lapin blanc qui ne bougeait pas mais il ne le fixa qu'une seule seconde. il brisa les chaînes avec son katana et la prit dans ses bras pour la poser à terre doucement. Il lui prit la main alors qu'il constatait qu'elle était blessée.

C'est...trop...tard...Tu...ne m'a pas...sauvée...

Elle se mit alors à mourir dans ses bras alors que Damian sentit les larmes couler le long de ses joues mais ne dit rien. Il vit alors le corps de sa bien aimée lévité jusqu'au lapin blanc. Ce dernier sembla changer de visage...Non de forme...Une forme qu'il n'avait vu qu'une fois dans sa vie...Mais qu'il n'avait jamais pu oublier. Jamais...

Trigon...

Une représentation de Trigon apparue. Elle le regarda en souriant et dit.

Tu pensais vraiment être digne de ma fille? Tu pensais vraiment pouvoir sauvé cette ville misérable? Ta famille? Tu n 'es rien qu'un gamin qui se prend pour un guerrier. Tu n'as pas le coeur ni la détermination à faire ce qui doit être fait. Tu aurais dû chercher à m'éliminer ainsi que tout ceux qui se mettraient sur ta route et ainsi tu aurais gagné ma fille. Mais tu es un faible... Un moins que rien!!!

Damian se mit à crier.

TA GUEULE

Il attaqua alors Trigon mais se fit rejeter violemment contre la terre. Le dos supporta le choc non sans douleur. Il se releva puis remarqua quelque chose. Il y avait deux projecteur. L'un portait le symbole de Batman. L'autre portait celui de la ligue des assassins. Il voyait le démon arriver jusqu'à lui avec un sourire. Il esquiva ensuite l'attaque de justesse pour se retrouver derrière lui et avait donc maintenant deux choix. Le choix de son père, le choix de sa mère. Il retint sa garde et envoya son katana en plein sur le démon.

Je ne suis pas une putain de marionnette. Tout ce que je sais c'est que je ne suivrais pas comme un pantin n'importe quelle voix. JE SERAIS LE NOUVEAU BATMAN. Parce que je l'ai décidé et que je ne veux pas être un clone de mon père. Les criminels souffriront. Et je ne faillirait pas à la protéger...Tu m'entends putain de démon!!!!Je donnerais ma vie pour elle!!!


Le démon se retransforma en lapin...Il l'avait touché après à savoir où...Un katana peut faire beaucoup de dégâts...
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMar 30 Juin 2020 - 13:20

Joker WarPV Joker
Batgirl
Joker
Comme si la tension n'était pas déjà à son maximum, le Joker prit son temps pour actionner le levier qui tortura la jeune femme. Après cette phrase qui manque cruellement d'humour, la machine se mit en route. Au début, la douleur fut supportable, mais au fur et à mesure, Batgirl luttait pour ne pas tomber dans les pommes. Ses ongles s'enfoncent dans les accoudoirs de la chaise et elle mord le plus fort qu'elle peut dans le bout de bois. La seule chose qu'elle entend ne sont pas ses cris de douleurs, mais les rires de ce clown cinglé. Au moment où elle se sentait partir, l'objet de torture s'arrête. Elle entend la voix du Joker la féliciter, elle n'était pas d'humeur à rire. La jeune femme enlève le morceau de bois qu'elle avait dans la bouche et au vu des traces de dents, la douleur était vraiment insupportable. Elle se relève péniblement et faillit même tomber, ses jambes étaient engourdies, le courant parcourait encore le reste de son corps. Elle vit le courant du câble, que l'homme tenait, s’éteindre.

«Allez-y, sortez, vous ne risquez plus rien...»Alors qu'elle se dirige vers eux péniblement, le pire se produisit, elle vit le câble se remettre en route, elle essaie de les prévenir en courant vers eux, mais c'est trop tard. Les trois otages se contorsionnent de douleur.

«Non Non NONNNNNN»

Batgirl s’effondre au pied du basin, impuissante face à cette situation. Elle n'avait pu sauver ces gens. Son père avait raison, les fous ne changent pas et on ne peut leur faire confiance. Des larmes de colère perlent sur ses joues.

«Pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi ? J'ai accepté ton défi de cinglé j'ai respecté tes règles.»

Le joker avait franchi le point de non retour pour Barbara, il allait le payer de sa vie si il le faillait, mais plus jamais il ne ferait de mal à des innocents. L'odeur de la chair brûlée lui montait déjà dans les narines, cela lui donne la nausée il fallait qu'elle sorte d'ici. Elle se relève et va remettre ses gants et ses bottes. A peine elle eu fini qu'une pancarte s'allume sur le côté. Le Joker l'invite-il dans son antre ? La jeune femme se dirige vers cet autre tunnel, mais avec une pointe de méfiance.
Revenir en haut Aller en bas
Red Hood
Messages : 300
Date d'Inscription : 08/06/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Officiellement : Hors la lois - Officieusement : Justicier
☠ Relations conflictuelles :: Gotham
♣ Alliés : : Kori'ander/Roy Harper/Batfamily
Jason Todd/Red Hood
Jason Todd/Red Hood
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMer 1 Juil 2020 - 1:25

Joker War  
Jason & le Minotaure


Mes armes étaient rechargées, le duel pouvait recommencer, je profiterai de la fumer pour assommer la bête. Pour moi ce n’était rien d’autre qu’une montagne à abattre avant d’arriver jusqu’au clown fou. Ma motivation restait la même, le flinguer ce soir et rien d’autre.

Le plan que je met sur pied est cependant bien vite mit à mal lorsque j’entends la voix de Jojo le psycho crier dans le micro, peu de temps après la fumée de ma fumigène est  aspirée par la ventilation efficace se trouvant dans la pièce. Je me retrouve alors face à face avec la créature qui me fonce dessus. Je ne peux pas esquiver étant donné à la vitesse où elle va et la distance qui nous sépare. Je ne peut qu’encaisser un maximum, je contracte alors les abdos ainsi que mon dos. Je sais que l’impacte vas être violent.

Mes pieds se soulèvent alors du sol, tout mon corps est emporté par Zeus qui m’attrappe de ses bras. Bien que je tente de me dégager à coup de coudes au niveau de la nuque ainsi que des omoplates, ceci ne change rien. Quelques secondes plus tard, une douleur lourde envahie tout mon dos, mon ventre écrasé par les muscles du minotaure ainsi que son poid me font expulser tout l’air que j’ai dans mes poumons. Mon souffle est coupé.

Ma souffrance ne s’arrête pas là, en plus des morceaux de verres hérissés qui ont traversés les interstices de mon armure, je travers le mur se trouvant derrière la glace. Je gise alors au sol, sentant mon dos en miette me faire subir des douleurs que je pensais inimaginable, cependant ce sont ces douleurs qui me font savoir que je suis encore en vie. Entendre la voix criarde de l’autre malade me confirme que je n’ais pas encore rendue l’âme. Je l’entendis appeler un certain Gaggy, je ne fais pas le lien directement, encore sous le choc de la charge dont je viens d’être victime.

Alors que j’entends une première fléchette, que je devine qui n’est pas pour moi étant donné que je n’ais sentis aucune piqure, je me redresse légèrement avant de constater une fléchette terminant de vider son contenue vert, le Venom, dans Zeus. Je soupire sans pouvoir vraiment me retenir, ceci n'annonce rien de bon. C’est alors que je remarque finalement que le dénommé Gaggy pointe son pistolet à fléchettes vers moi. Avant de pouvoir rouler sur le côté ou faire quelquonc autre mouvement une fléchette part dans ma direction, le seul réflexe que j’ai est de mettre un bras devant moi pour me protéger. Cependant ceci ne servit à rien, je sens une vive douleur au niveau de mon cou, sans vraiment que je comprenne comment, la fléchette à réussit à venir se ficher entre mon casque ainsi que la collerette épaisse de protection de mon armure, censée protéger mon cou.

Les flammes alors s’emparent de mes veines, la douleur irradie tout mon corps, j’ai l’impression d’avoir de la lave en fusion dans mes veines. J’arrive alors à retirer la seringue avant qu’elle ne se vide totalement en moi cependant je remarque que bien les deux tiers de la seringue sont dans mon organisme. Ma respiration se met alors à s’accélérer, mes battements cardiaques aussi, ils sont si rapide que j’ai l’impression d’être sous adrénaline et qu’il va lâcher d’une seconde à l’autre, ce qui accélère la propagation du produit dans mon organisme. Bien que je me sois au final relevé, je finis par tomber à nouveau à genoux en me tenant la tête. Mes tempes me font mal, on dirait qu’elle vont exploser à tout moment tellement je sens mon sang pulser dans tout mon corps. Alors que je sens ce dernier déchirer sous la mutation de mes muscles, réponse au Venom, je pousse un crie strident de détresse, ne pensant plus qu’au fait que je vais y passer. La douleur est alors insupportable, je me crispe tellement, avec ma force décuplée par le produit, que mon casque se brise entre mes doigts et tombe en miette.

Sous le changement de corpulence de mon corps, mon haut de tenue commence à se craqueler à divers endroit pour enfin exploser sous la nouvelle densité de muscle que je dispose. La voix du Joker elle résonne dans ma tête, je presse alors mes mains sur mes oreilles dont j’ai l’impression qu’elles vont exploser.

- LA FERME ! LA FEEEEEEEEERME !

Alors que mes yeux, à traver le masque les recouvrants, virent eux aussi au vert de la même tonalité que le Venom, ma colère elle augmente considérablement, je ne pense plus qu’à écraser celui qui est devant moi et ce qui se dressera entre moi et le fou aux allures de clown. De ma bouche s’échappe de l’écume qui tombe au sol de plus en plus.

C’est alors que je m’élance vers mon adversaire, ressemblant encore plus qu’avant à un monstre, malgrés le Venom, je vois les points faibles, le produit ne m’a pas fait perdre totalement de ma lucidité, au contraire, je me rappel de tous mes entrainements à la Ligue, les différentes façon d'ôter la vie à main nue, comment briser un bras, un genoux, une nuque, un bassin, un thorax, dans mon esprit défile les coups que je vais lui porter.

La seule pensée qui m’obnubile est la mort de celui en face de moi, telle une vérité enfouie au plus profond de moi. Je VOULAIS que Zeus meurt, tout comme tout ceux présent ici.

J’arrive à porté des bras de la chose qui me sert d’adversaire qui tente de m’attraper de ses gros bras lents. Sans hésiter je glisse sur les bouts de verres entre ses jambes, je ne sens plus la douleur, du moins elle est atténuée pour l’instant par le Venom. Ceci me permet alors de me retrouver derrière lui, sans attendre mon pied vient s'écraser à l’arrière de la rotule, ayant pour but de lui briser tout en lui faisant plier la jambe et le mettre genoux à terre. Ceci, même si l’os n’était pas brisé, avait pour but d’au moins l'incapacité pour marcher, l’empêchant pendant un petit moment de refaire les charges taurines comme j’en avais fait les frais juste avant.

L’opportunité de l'abattre d’une balle dans la nuque s’offre alors à moi mais ce n’est pas ce que je souhaite, je veux écraser celui face à moi, en finir à mains nues. Je me saisis alors de deux gros morceaux de verres pointues que j’enfonce dans les omoplates de l’homme avant qu’il ne puisse réagir, le sang gicle sur moi et je ne peux m’empêcher un sourire sadique et satisfait.

Cette prise de conscience me coûta le coup que je pris par la suite dans l’estomac qui me projeta à terre plusieurs mètres plus loins, me séchant pendant quelques instants. Je dû me faire violence pour ne pas rendre mon dernier repas, même si je prévoyais plusieurs côtes en miettes, je savais que ce que j’avais réussis à lui infliger allait faire la différence.

Je me redresse donc avec difficulté, une main sur le ventre, les dents serrées desquelles émergeaient encore de l’écume épaisse.

Code by Swarley


Joker War [Les Concernés] 1pr3E
Présentation - Carnet de bord - Thème du personnage - Voix - Téléphone
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyVen 3 Juil 2020 - 21:08

JOKER WARLes justiciersEsteban était sûr qu’il aurait pu arrêter cette putain de bombe… Si ce foutu Joker n’était pas là pour tout foutre en l’air en tout cas… Il n’avait pas eut le temps de prévoir, que la voix de ce fou résonnait à nouveau dans la pièce, l’ex-militaire crispa la mâchoire, avant d’entendre un coup de feu, et de finir par se retourner aussitôt vers les personnes présentent qui se mettaient à hurler. Le jeune homme fixait le cadavre, ces muscles finirent par se tendre soudainement et il sentait une certaine colère l’envahir. Autant envers lui-même qu’envers se tarer de Joker. L’Ex-militaire sentait ces doigts lui démanger, et comme à chaque fois qu’il était en colère où ressentait une bien trop grande frustration, il sentait que son pouvoir se réveillait un peu plus, l'électricité parcourait son corps, de petit éclairs se voyaient à ces doigts, alors qu’il finira par serrer les poings, comme s’il cherchait toujours à contrôler la chose.

Mais le fait est qu’il ne connaissait rien de son pouvoir, ni même jusqu’où son corps supporterait une trop grosse charge d'électricité. Et pourtant, cela le démangeait tellement de se laisser aller à fond, juste parce qu’il en avait marre de devoir se retenir à chaque fois. Il fronça les sourcils, grognant face aux cris des deux autres personnes encore vivantes, alors que son regard ne quitta pas le cadavre sur le sol, entendant clairement les mots du Joker.

Je ne jouerais pas à ton petit jeu, Joker. S’ils le font, ce ne sera pas mon cas.

Et puis, depuis quand Esteban jouait aux jeux des autres? Il détestait ça et ce n’était pas aujourd’hui qu’il commencerait. Peut-être que ces autres justiciers jouaient à chacun des jeux morbide et fou de ce Joker, mais Esteban n’allait pas le faire. Il n’était pas ce genre d’homme et ferait tout pour ne pas se laisser déstabiliser par cet enfoiré.

Et si tu venais, plutôt que de jouer à cache-cache, le mîme? T’as trop peur peut-être?

“Shadow” comme il se faisait appeler, n’était pas sûr que cet enculé pouvait l’entendre, mais jouer la provocation n’était sûrement pas une bonne idée non plus. L’ex-militaire fronça les sourcils, sentant son corps bien trop concentré en électricité, qu’il finira par relâcher un peu, sans savoir comment il faisait réellement. Le jeune homme savait bien qu’il ne connaissait pas tout le potentiel de son pouvoir et de ce qu’il pouvait faire. Peut-être qu’il avait trop peur de ne rien contrôler, au risque de blessé ces proches. Mais n’était-ce pas plutôt le contraire qui risquerait d’arriver s’il n’arrivait à rien contrôler et qu’il se retenait de trop? Qui sait?

Saloperie de Clown… C’est clair qu’il était terriblement énervant ce fou furieux, et à l’heure actuelle, Este’ était rempli de colère. Il plissa les yeux en regardant les deux humains restant encore en train de gueuler. Bordel que tout cela lui donnait un mal de tête… Et c’était un chouilla énervant aussi. Il grogna pour le coup, avant d’entendre une voix derrière lui… C’était quoi ça encore? Le jeune homme finira par tournée la tête en direction du nouvel arrivant, fronçant les sourcils… Et voilà qu’on lui ramenait du cochon… Son regard se posera rapidement sur le minuteur de la bombe, avant de regarder à nouveau les civils, crispant la mâchoire, alors qu’il se tourna vers le cochon.

Je suis putain d’pas d’humeur, le Roti.

Konrad prit une inspiration profonde, avant qu’il finisse par tendre la main pour lancer une éclair en direction de ce putain d’homme-cochon… avant de disparaître pour finir par réapparaître à côté de l’homme et de lui mettre un coup de kukri dans la hanche. D’habitude, il n’utilisait pas ces lames, mais là… Disons qu’il perdait le contrôle et n’avait même plus envie de se retenir, alors forcément…


:copyright:️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Grayson
Messages : 4705
Date d'Inscription : 03/05/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Punchline, Pingouin
♣ Alliés : : ►Batfamily
Dick R. Grayson/Nightwing
Dick R. Grayson/Nightwing
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptySam 4 Juil 2020 - 15:57

Joker War : Le Chapiteau

Nightwing avait les bras crispés autour de l'enfant. Le gamin avait posé son visage contre le torse rassurant de son sauveur. Ses larmes avaient cessé, mais ses tremblements demeuraient toujours aussi violents. Le justicier murmurait des paroles qui se voulaient rassurantes au creux de l'oreille du petit, pour tenter d’étouffer les hurlements à quelques mètres d'eux. Dick les entendrait jusqu'à la fin de sa vie. Plus jamais il ne connaîtra les bienfaits d'un silence reposant ; plus jamais il ne sera en accord avec sa conscience. Ce qui venait de se passer l'avait brisé, et il n'imaginait même pas le regard de ses proches lorsqu'ils apprendront ce qu'il avait pu faire ce soir. A vrai dire, ses pas s'étaient machinalement dirigés vers l'enfant. Il ne l'expliquait pas. Un bref instant, Dick leva les yeux vers les victimes qui brûlaient vives. Leur cri avait déjà commencé à s'estomper, leur corps gisait sur le sol. Ils étaient sans doute encore vivants, de faibles pouls devaient les relier encore quelques minutes à la vie... mais n'avaient plus la force de se mouvoir. L'odeur de la chair fondue planait dans le cirque. Encore une tragédie qui s'était déroulée sous un chapiteau...

Soudain, la voix gaillarde du clown s'éleva une seconde fois. Bien qu'il ne voulut pas l'écouter, il se devait de terminer la partie et emmener le gamin à bon port. Joker enfonçait le couteau dans la plaie, se moquant ouvertement et une fois de plus des décisions qu'il l'obligeait à prendre. Nightwing regarda le garçon contre lui ; Bon sang, qui étaient ces parents ? Comment le Joker avait-il procédé pour le kidnapper ? Avait-il tué le père et la mère ? Ses questions restèrent en suspend.

« Ça se passe par là » avait lancé la voix du clown. Dick regarda dans la direction où une pancarte toute colorée et lumineuse apparut. Un tunnel menant sous terre, peu accueillant, l'invitait à prendre ce sombre chemin. Le justicier se releva péniblement, le jeune garçon dans ses bras, recroquevillé contre son cou. Ne pouvant pas le laisser ici, il n'avait pas d'autre choix que de l'emmener avec lui. Alors qu'il s'enfonçait dans le passage souterrain, ses pensées se dispersaient dans son esprit. Lui-même avait toujours voulu être père. Mais l'enfant dans ses bras, qui n'était même pas le sien et pour qui il ressentait déjà ce besoin de protéger... Comment pouvait-il espérer continuer une vie de justicier s'il avait une descendance ? Il les mettrait, à coup sûr, en danger sans même le vouloir. Il suffirait qu'un ennemi découvre son identité et s'en prenne à sa famille...

La suite des événements lui apparaissaient sombre et inquiétante. Comme si le Joker avait senti ses ressentiments, il enclencha une musique aux airs mélancoliques. Les cadavres de ses parents firent leur apparition, brûlants sous ses yeux, dans un horrifiant spectacle final. Dick serrait les poings, le cœur lourd. Il ne pouvait pas flancher devant ce blasphème. Ses parents étaient morts depuis longtemps, et le gamin était en vie. Il devait penser au futur, comme l'avait si bien dit son ennemi... Alors que la musique tournait en boucle, Nightwing s'adressa au Clown, cherchant du regard un recoin sombre où il l'apercevrait peut-être. « Pourquoi tu sortirais pas de ton trou, Joker ? Qu'est-ce qui t'empêche de me faire face comme un homme ? » Les traits tirés, Dick sentit ses sentiments prendre le dessus. « Si je suis resté le petit Robin comme tu dis, alors tu devrais pas avoir peur ! » fulmina-t-il.

Nightwing avait traversé le tunnel. Il préféra porter le garçon d'un bras, restant concentré et à l'affût. Il dégaina ses deux bâtons, qu'il emboîta pour n'en faire qu'une arme, afin de pouvoir se protéger tout en veillant sur le petit...



Joker War [Les Concernés] 1699511
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau Membre
Messages : 7475
Date d'Inscription : 22/03/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Alliés : : ► Harley Quinn
Ex-Joker
Ex-Joker
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMar 7 Juil 2020 - 20:02


Le Clown de Gotham !


Robin :

Les délires font ressortir ce qu'il y'a au plus profond de nous. C'est un fait avéré. L'inconscient aime torturer la réalité, il aime rappeler de mauvais souvenirs. De mauvaises sensations, des tragédies, l'inconscient aime vous détruire à petit feu quand il le désire. Pourquoi croyez-vous que les rêves et les cauchemars existent ? Tout simplement pour nous pourrir la vie quand on se repose, même dans la mort qu'est le sommeil, nous sommes torturés par notre propre mémoire. Un délice monstrueux, la mémoire n'était qu'un donjon rempli de sado-masochistes en rut prêts à vous violer votre sommeil pour pas un rond. Et l'inconscient du petit Robin était assez intéressant il faut dire. Il avait offert une belle bagarre, ça c'est vrai. Et il est toujours amusant de voir l'état de folie dans lequel sont plongés les enfants. Enfin, avec l'aide du Chapelier Fou, ça aide aussi faut dire. Le Chapelier Fou avait bien aidé le Joker pour cette petite attraction, rien de plus. Mais cela faisait du dégât. Et le gamin semblait être en train de se faire un trip d'enfer ! Rien de tel pour remettre les méninges à plat. C'était toujours amusant l'hypnose : Un brin d'herbes, de suggestions, et hop, c'est parti pour le cocktail de médicaments et de folies. Le Joker était cependant, assez pragmatique. Pas un sourire sur son visage, il observait, il observait patiemment ce qui arrivait à ce pauvre gamin. Plissant ses doigts, son regard d'araignée ne le quittait pas des yeux. Que symbolisait le Robin au final ? N'est-ce qu'un soutien psychologique pour le Batman ? Ou bien plus ? Le Clown réfléchissait. Il était intéressant de connaitre son ennemi sur le bout des doigts. Qu'importe l'identité du jeune garçon, le Joker s'en fichait totalement. L'important était, pour lui, de montrer la futilité de la vie, de montrer que tout ça n'était qu'une blague sinistre. C'est alors, qu'en plein délire, le gamin dégaina son katana et transperça la main du Ventriloque. Du sang jaillit, et la poupée Scarface était complètement déglinguée. Le vieux Ventriloque hurla de douleur, avant de s'enfuir, la main brisée, vers les profondeurs du repaire. Bien sûr, le Joker avait tout entendu, il avait entendu les paroles du gamin, oui. Et effectivement, il nota le fait que le jeune Robin avait un certain sens du devoir, et qu'il tenait à quelqu'un. Son sourire s'élargit, tandis qu'il observait avec une certaine attention les traits du jeune garçon. Il avait quand même fait très très fort. Le gamin dépassa les résultats attendus par le Joker. Un sourire rouge s'était élargit. Le gamin l'amusait, un peu. Pas autant que Batman, mais cela avait pour effet de donner une certaine hilarité au Joker. Reprenant le micro, le Clown reprit alors de sa voix trainante.

"Magniiihihihihihifique ! Tu as atteins un résultat que je n'espérais pas ! Enfin, je m'attendais à quelque chose dans ce genre et tu ne m'as pas déçu, mon petit Robin. Je te trouve magnifique ! Hahahaha ! Bien sûr que tu seras le prochain Batman, et je suis sûr que tu seras même plus ... Monstrueux que tu ne le penses."


Le Joker se leva de son siège avant de regarder les nombreux écrans qui montraient les différents justiciers devant lui. Mais seulement Damian pouvait entendre ce que disait le Joker. Il pouvait régler les ondes de son micro en fonction du lieu et en fonction de la personne avec qui il s'entretient. Histoire de pouvoir distiller son poison en fonction de la personne. Dans quelques minutes, la poudre blanche allait faire effet. Ils ne s'en sont pas tous rendus compte. Enfin si ? Ou non. Qu'importe. Il était déjà trop tard pour eux. Le Joker élargit son sourire avant de reprendre une nouvelle fois. Il alluma un panneau et invita le jeune garçon à poursuivre dans la prochaine allée. Ce qu'il faut savoir, c'est que le jeune Robin allait rejoindre tous les autres justiciers dans une salle souterraine sous le grand parc à jeux. Il y'avait une grande salle, et le Joker les attendaient. Il avait tout prévu. Le panneau rose lumineux indiquait donc à Robin, de se diriger vers ce tunnel souterrain, qui lui permettrait de retrouver ses propres alliés pour enfin, mettre un terme à ce cauchemar. Mais la soirée n'était pas encore finie. Le jeu ne faisait que commencer. Le Joker en ricanait d'avance pour tout dire. Il avait prévu une grande soirée, une magnifique soirée. Quelques hommes de main du Joker tentaient encore d'empêcher le jeune homme d'avancer, mais ce serait peine perdue. Le gamin était fort, mais pas invincible. Mentalement, il était torturé, et le Joker le sentait. Il sentait la peur, les tracas et le désarroi de ce jeune être. Il y prenait beaucoup de plaisir, il s'éclatait, un truc de malade. Il pourrait très bien laisser le gamin avec ses démons intérieurs, il pourrait ... Mais la voix du Joker retentissait encore.

"Tu sais gamin, je t'aime bien. Et je pourrais même t'offrir quelque chose pour que tu puisses devenir un meilleur Batman. Et si ... Et si je tuais ta petite copine ? Je pourrais la trouver, et la tuer. Je pourrais lui faire beaucoup, beaucoup de mal ... Mais ça t'endurcirait ton petit cœur non ? Cela te permettrait d'avoir un vrai bagage émotionnel, oui monsieur mon petit Robinet ! Oui da ! Un vrai massacre, en morceaux la petite copine ! Avec un hachoir, en petits morceaux ! Je peux te faire ça pour pas un rond. Je peux t'offrir un super rapport qualité ! Je suis un grand spécialiste du massacre quand je le veux !"

Des rires enregistrés retentirent dans le tunnel. Assourdissants, pénibles, les rires continuèrent pendant quelques secondes. Pénibles oui. Mais le Joker arrêta tout au bout de quelques minutes. Le vacarme s'arrêta. Pendant ce temps-là, il avait réfléchit. Bien sûr que cela pourrait être très amusant. Un grand spectacle. Quelque chose de grandiloquent, de merveilleux. Une mise à mort qui amènerait forcément à un traumatisme encore plus profond. Tuer cette jeune femme qu'il semblait aimer serait un acte de charité pour le jeune garçon, mais dès à présent, ce que voulait le Joker, c'était provoquer le jeune gamin, le pousser dans ses retranchements. Quand on y réfléchissait, ce gamin était déjà perturbé de partout. Il en faisait des conneries. L'idée de tuer quelqu'un pour affirmer le désir de faire la justice et de sombrer dans la violence était quelque chose que le Joker avait essayé avec Batman pendant des années, sans succès, mais il y'a eu des choses assez intéressantes. Et ça ressortait. Le délire de Tetch venait de faire ressortir les vieux démons, et les faiblesses du gamin. Parfait pour le manipuler par la suite. Tout cela ne faisait que commencer. Le Joker prit soin de noter dans un petit carnet noir, les choses qu'il avait entendu, qu'il avait vu, les choses qu'il observait. Pourquoi ? Pour plus tard. Il avait déjà prévu une suite à tout cela, et cela ferait très mal à ce cher Batman. Terminant alors avec le jeune garçon, le Joker conclu alors par une dernière phrase. Empreinte de sens, et pourtant, terrifiante. Alors que le gamin allait suivre le tunnel souterrain, la voix du Joker continuait encore, ponctuée par des rires et par une phrase terrifiante. Philosophique, mais qui pouvait foutre un sacré froid dans le dos.

"Toutes les meilleures comédies commencent par une tragédie. Allons ! Viens mon garçon ! Le film va commencer ! Ne sois pas en retard ! La soirée n'est pas finie ! Ha !"



Batgirl :

Une chose est certaine, le Joker ne laissera jamais Batgirl s'occuper du barbecue. Voila qu'elle fait griller la viande à un tel point que ça en devient des plus cuits. Trop cuits, beurk. Cela pourrait plaire au professeur Pyg ou à Amygdala, mais là, c'était vraiment trop cuit. Bien trop trop cuit. Mais qu'importe, il avait encore de la réserve, il avait une viande de rouquine à pétrir et à malaxer avant de l'embrocher et de la déguster. Façon de parler, le Joker avait testé une fois le cannibalisme et cela ne lui avait pas plu. Cela avait laissé un drôle de goût dans sa bouche. Le Joker éclata d'un grand rire, d'un très grand rire tandis que les survivants sauvés par Batgirl venaient de flamber comme des saucisses. Ha ! La bonne blague. Et c'est une Batgirl complètement brisée qui hurle à tue-tête envers le Joker. Elle semblait remontée la petite. Pas de chance pour elle, elle pourra retenter une autre fois. Elle ne semblait pas comprendre, vraiment ? Pourtant, avec le Joker, il faut savoir s'attendre à l'inattendu. Le Joker, hilare, éclata d'un grand rire dans son micro, Batgirl venait d'être nommée meilleure dindonne de la farce pour la soirée. N'avait-elle pas compris le sinistre jeu du Joker ? N'avait-elle encore rien compris après tout ce qui s'est passé ces dernières années ? Le Joker est chaos. Le Joker est aléatoire, et d'un coup, d'un seul, il peut changer d'avis en quelques secondes, si cela peut-être amusante pour lui. Ne l'avait-elle pas encore compris ? Le Joker s'amusait bien en tout cas. Elle était à la limite de la brisure, elle était à la limite de voir les choses telles que le Joker les voyaient : Sombres et sanguinolentes. Dans ce cas-là, c'était plutôt très lumineux, et ça sentait la saucisse. Hmmm le bon vieux temps des barbecues en famille, ça donnerait envie ! Le Joker observa avec attention cette pauvre Batgirl qui semblait hurler à la Lune, sa propre colère. Elle était effondrée, elle se sentait tellement insolvable, complètement désemparée. Tant mieux, pour ce qui est de la suite à venir, elle allait avoir besoin de cet état d'esprit. Déjà, le travail de déconstruction mental arrivait. Et quelque part, elle commençait à perdre de sa douceur, de sa raison d'être. Et la petite poudre dont elle avait été aspergé un peu plus tôt dans la soirée, allait bientôt se manifester. Oh mon Dieu, on va s'éclater et ça va faire très très mal. De sa voix ricanante, le Joker reprit alors la parole, sa voix se diffusait alors dans la pièce où se trouvait la pauvre et si triste Batgirl.

"Ma pauvre petite ... Tu devrais savoir avec le temps, que le Joker est le seul seigneur des règles du jeu. Et quand la partie s'annonce morne, il suffit d'un Joker pour sauver la mise."


Elle allait alors pénétrer dans un tunnel souterrain qui allait l'amener au sous-sol. Un sous-sol qui allait révéler enfin le grand final de cette soirée. Mais ce sera électrique à souhait ! On allait bien s'éclater au final. Le Joker eut un léger sourire tandis qu'il observait la jeune femme traverser la pièce avant d'emprunter le passage souterrain. La voix du Joker ne quittait pas la jeune Batgirl. Pourquoi la quitterait-elle maintenant ? Alors qu'elle était dans le pire des moments, dans un sale état psychologique. Le Joker était satisfait. Batgirl était prévisible, mais le résultat était ce qu'il avait prévu. Elle voulait montrer qu'elle était une bonne justicière. Elle désirait se montrer la meilleure, la seule vraie héritière du Chevalier noir ? Ha ! Quelle blague. Une femme n'est pas faite pour devenir un Batman. Elle ne serait que Batgirl, et rien de ce qu'elle fera de plus ne la fera changer. Elle resterait une Batgirlette à jamais. Jusqu'à ce qu'une balle lui traverse le corps. Peut-être le crâne ? Y'avait de bons tireurs d'élites à Gotham City en ce moment. Ce serait tentant d'appuyer sur une gâchette ... Et paf la Batgirl. Reprenant alors, le Joker, du moins sa voix, accompagnait la jeune femme dans un océan de doutes et de divisions internes. Il n'allait pas la laisser tranquille non. L'idée de la perturber psychologiquement était doucement tentante. Tout avait été fait pour réduire en purée la mentalité de ses adversaires, de les remettre en question. De détruire les fondations de leur lutte contre le crime. Voila la perversion.

"Tu penses pouvoir sauver ce cloaque de ville qu'est Gotham ? Tu penses sincèrement être la meilleure ? HA !"

Le Joker éructa de rire. La pensée même que cette jeune fille se prenne pour une héroïne relevait du complexe du messie. Elle se prenait pour celle qui allait délivrer cette ville du mal qu'elle tentait sans cesse de repousser. Manque de chance, le résultat n'est pas encourageant. Quelques morts sur la conscience, ça doit faire très très mal hein ? Comment elle allait encaisser ça par la suite ? Bonne question. Cela faisait sourire le Joker. L'idée que ces morts la hantent, changent son avenir, sa façon de pensée. Voila la phase insidieuse qui allait rétamer complètement la façon de pensée de chacun de ces crétins qui étaient dans son parc d'attractions. Ils voulaient s'en prendre au Joker ? Et bien voila ! Il faut voir les choses telles qu'elles sont. Quand on s'en prend au Joker, il faut savoir une seule et terrible chose. On en ressort jamais indemne. Ses paroles, terribles, résonnaient dans le long couloir qui menait vers la pièce souterraine que le Joker avait préparé pour cette soirée. Oh que cela sera jovial et amusant. Tout le monde allait bien s'amuser, c'était certain. Et le Joker se préparait aussi à une longue soirée d'horreurs qui allait en faire frémir plus d'un. Même Batman serait en colère. Oh que oui, il sera très en colère. Ses mots, comme des poignards, allaient s'enfoncer dans le crâne de la jeune Batgirl.

"Tu n'es pas une héroïne. Tu es une ratée. Ces gens seraient peut-être encore en vie, si tu avais ... Je ne sais pas moi ... Couper l'arrivée d'électricité qui se trouvait à l'entrée de la pièce ? HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA. Toutes ces souffrances pour RIEN ! Toutes ces années de lutte, de combat, de douleurs ... Pour rien. Ne vois-tu pas ? Toute ta vie n'est qu'une blague ... Une monstrueuse blague ... Mais ça, tu le sais déjà. Mais tu ne veux pas voir la vérité. ALLEZ ! Réveille-toi ! DEBOUT ! HAHAHAHAHA."

Il éclata de rire une nouvelle fois. Le jeu ne faisait que commencer hein ? Un traumatisme, une mauvaise expérience, et un délire qui approchait. Le Joker avait tout prévu. Tout préparé. Briser mentalement des justiciers pour son propre plaisir. Il en était capable, et cela l'amusait, un truc de malades ! Elle allait encore apprendre beaucoup de choses sur elle. Elle n'était pas invincible, elle n'était pas Supernaze et plus que tout, jamais elle ne serait Batman. Tous les sacrifices qu'elle a fait, tout ce qu'elle avait fait, tout ce en quoi elle croyait. Tout ça n'était qu'une blague, et le Joker allait se faire une joie de lui apprendre que les rêves doivent se terminer, un jour où l'autre.


Red Hood :

"VA-Y REDDIE ! ABAT-LE !"

Extatique, le Joker était prêt à attribuer une excellente note au Red Hood pour cette belle performance ... Oh quelle merveille ! Quelle sublime liturgie à la violence et au massacre organisé ! Et ça pleut des coups, et ça pue la transpiration, et ça sent le sang séché, une véritable guerre oui ! Du sang, des larmes, et de la violence gratuite, les merveilles de notre société audiovisuelle. Dommage que le Joker n'eusse pas de popcorn, il se serait régalé devant un tel spectacle. C'était presque comme à la maison, le côté "fake" en moins. Mais Red Hood ne se chargea pas de l'abattre non ... Il semblait encore plongé dans ses pensées, il voulait faire tout bien comme Batman, encore. Red Hood, lui qui était si imprévisible, si rebelle, si enclin à tuer le Joker il y'a encore quelques années, sous les yeux d'un Batman médusé en plein Gotham City, semblait avoir perdu de son mordant. La désillusion est cruelle. Le Joker se sentait déçu. Quelque part, il aurait aimé voir Zeus en prendre une dans le crâne, mais de l'autre, il se sentait tellement déçu de voir Red Hood avoir une certaine moralité. C'était lamentable. Mais le résultat était concluant. Le gamin était sous l'influence du Chevalier Noir. Encore et toujours. Le Joker eut un léger sourire amer ... Même si le combat était violent, le Joker aurait aimé que ça soit vraiment dégueulasse ... Si tout ça n'était pas une simple lutte des esprits pour déglinguer les principes de ses ennemis, alors le Joker se ferait moine ! Tout ça puait le catch ! Le véritable combat ! La haine de l'autre, le combat aveugle et l'imbécilité totale. Le Red Hood avait été drogué, mais Zeus en avait ingurgité un sacré taux de Venin. Observant le moniteur cardiaque de Maxie Zeus, le Joker eut un rire nerveux en voyant l'emballement du cœur du criminel. Il allait faire une attaque, une grosse attaque cardiaque. Mais Maxie résistait et il donnait les coups. Il les rendait, et le Red Hood aussi. Ce-dernier en avait pris plein la gueule et pour pas un rond. Le truc avec le Venin, c'est que ça fait effet pendant quelques minutes. Les doses avaient été soigneusement calculées pour éviter que cela ne dure trop longtemps. Le Red Hood ne bénéficierait pas d'une forme de Venom pendant longtemps, pareil pour Zeus. Par contre, si Zeus arrivait à y survivre, il allait avoir une sacrée dépendance à la drogue. Le Red Hood aussi, mais ce serait moins prononcé. Alors que Zeus envoyait un sacré crochet, et qu'il s'était pris, à la suite, un coup dans les omoplates, le moniteur cardiaque commençait à bipper. Mais pas le genre de "bip bip hourrah !" non, c'était plutôt, le genre "bip bip crèvera" et ça, ça sentait pas bon. Maxie Zeus fut alors pris de convulsions. Il fut pris de vilaines convulsions qui le firent hurler de douleur, portant ses mains à sa poitrine. Oh ... La jolie crise cardiaque qui s'annonce. Le colosse commençait à tomber à terre, et Gaggy en profita pour s'éclipser. La voix du Joker reprit alors.

"C'était ... Décevant et inopportun de ta part mon garçon. Tu m'as tellement habitué à mieux, mais tu peux te rattraper ! Laisse-le crever sur le sol ! Tire-toi et viens me rejoindre au sous-sol."


Malgré tout, le combat avait été quand même sublime. Red Hood en avait pris plein la gueule, Zeus aussi, et le Joker était satisfait de voir deux de ses ennemis s'en foutre plein la gueule comme pas deux. Bon, le venin a bien aidé hein, mais fort heureusement, les choses ont été violentes. Le colosse était effondré sur le sol. En pleine crise cardiaque. Il avait pris cher, et le venin commençait à ne plus faire effet. En général, le venin que s'administre Bane est en continue dans son cerveau, via le tuyau relié à la machine, mais là, les doses étaient vraiment minimales. Trop minimales pour être vraiment efficaces sur le long terme. Après, le Joker avait coupé une partie du venin administré dans ses dosages, ajoutant de l'eau. Ce n'était pas le vrai venin au sens pur, mais assez dévastateur pour offrir quelques secondes et minutes de lutte à mort violente ! Et le Joker n'avait pas été déçût, sauf pour la fin naturellement ... Red Hood n'allait pas tarder à avoir quelques douleurs lui aussi. Des douleurs vraiment violentes, mais plus ça fait mal, plus c'est bon non ? Au milieu des miroirs brisés, au milieu de la salle de combat, il ne restait que les deux protagonistes de la soirée, dont un à terre et sur le point de mourir, tandis que l'autre avait encore un choix. Qu'est-ce qu'un choix au final ? C'est le pouvoir de décider ce qui nous semble juste. On a toujours le choix, et on a toujours le temps de guérir. Ce soir, le Joker ne se contentait pas d'une simple lutte entre deux crétins sur-dopés, non. Il voulait voir où allait l’extrémisme de Red Hood, il voulait le voir et il ne tarderait pas à noter tout cela dans son petit calepin noir. Observant sur les écrans, le Joker appuya alors sur le bouton pour activer la lumière rose qui inviterait Red Hood à emprunter le tunnel.

"Bah ! C'est peine perdue, tu es aussi lamentable que tes amis. Je pensais que tu étais fait d'un autre bois, mais tu es une petite larve. Le même que les autres, tu ne vaux rien ! Allez ! Rejoins-moi au sous-sol si tu en es capable, mon petit. Fait comme ce bon vieux Batman, viens à moi ! Et viens m'administrer ma fessée et me renvoyer à Arkham ! Je crois que je l'ai méritée ? Ha !"


La provocation, ultime et directe, il fallait le pousser dans ses derniers retranchements. L'adrénaline, la fatigue et la colère devaient parler. C'était obligé ! Le dernier test était lancé. Choix cornélien pour un criminel qui n'hésitait pas à faire acte de violence dans les rues de Gotham City. Qu'allait-il faire ? Rejoindre le Joker et laisser Zeus crever ? Ou bien allait-il le sauver ? C'était la question à un million pour le Joker, la dernière chose qui permettrait de voir si le jeune homme était quelqu'un de potentiellement mauvais. Dans ce cas-là, la suite serait des plus intéressantes. Un sourire s'étira sur le visage du Joker. Il paraissait déçu dans sa voix, mais il attendait le bon moment, il attendait de savoir ce qu'allait faire le jeune homme. C'était une histoire de choix, une histoire de conscience et de morale. Qui ne possède aucune morale devient un monstre, qui en possède une, devient un faible pleurnichard. Mais cela, c'était de la rhétorique sur "qu'est-ce qui est noir, et qu'est-ce qui est blanc ?". Non, le vrai mobile de tout ça était encore plus profond. La détestation amène au fanatisme, et le Joker s'attendait à un véritable acte qu'il avait prévu dans son scénario. Il savait que le Red Hood allait laisser crever Zeus de sa crise cardiaque, qu'il ne l'aiderait pas. C'était prévisible. Mais après, c'était une drôle de soirée, et les choses pouvaient encore changer. La soirée ne faisait que commencer et le Joker n'en avait pas fini avec le Red Hood. Il comptait bien rendre la pareille pour la dernière fois.


Esteban :

On s'amuse, on s'éclate dans la maison de l'horreur. Faut dire que les choses vont dégénérer très vite, surtout avec ce que le Joker promet d'offrir. La soirée n'était pas finie, et pour tout dire, tout irait de mal en pire. Ces justiciers avaient osé, en toute connaissance de cause, pénétrer dans le repaire du Joker. Et ce-dernier, dans sa grande noblesse, se permettait de les offrir et de leur offrir le meilleur du meilleur. Un véritable test personnel. On peut dire ce que l'on veut de ce petit être, il savait être impertinent, mais les impertinents, le Joker savait les calmer. Même si le spectacle pouvait être très drôle, les choses ne l'étaient pas. Ce gamin jouait les Batman, si sérieux, tellement serrés dans leurs slips. C'était un pastiche, une vaine caricature du Chevalier Noir. Rien de plus. Vaines provocations, colère dans la voix, et surtout, il n'était pas bavard. Enfin, il n'était pas du genre amusant. Il avait l'air si sérieux. Tellement ... Trop ... Sérieux. Mais cela faisait penser à Batman, quelque part. Peut-être que ce soir, on allait titiller quelqu'un d'un peu trop sérieux ? Peut-être qu'on pourrait lui faire sortir un petit sourire ? Ah que ce serait joie. La poudre blanche dont il avait été aspergé nous montrera tout ça très bientôt. Le Joker eut un sourire. Il faudra remercier le généreux donateur de ce petit effet qui allait survenir un peu plus tard. En tout cas, le sourire du clown s'élargit. Aaaah mais c'est qu'il a du répondant le petit ! Il ne semblait pas encore la véritable règle du jeu. Puisqu'il prend les choses comme ça, alors faisons en sorte que sa première fois soit mémorable. Le Joker ricana tandis qu'il envoya Pyg en arrière. Pauvre Lazlo, il méritait pas un coup aussi bas. Le Joker étira son sourire, son regard pervers semblait s'amuser de la situation. Tandis que le justicier mettait son compte au Professeur Pyg, et bien, le Joker, lui, il actionna quelques boutons. Et c'est deux fusils qui surgirent d'un panneau coulissant, et qui visèrent les deux dernières victimes, avant de les abattre froidement. Le Joker ricana de plus belle tandis que les choses commençaient à s'apaiser.

"Tatataaaaa ! Règle numéro uno du Joker, on joue à son jeu, sinon tout le monde y perd ! Hahahaahahahahaha !"


Quelque part, le Joker était déçu, le jeu aurait tellement été drôle. Il nota dans son calepin noir, le résultat de ce petit jeu raté. Le nouveau justicier ne connaissait pas les règles, mais qu'importe le choix. Tout avait été fait. Et on ne pouvait pas revenir en arrière. Le Joker eut une légère moue, mais l'idée de découvrir ce justicier allait très certainement être amusante dans les prochaines minutes. La sentence était fatale, directe, et totalement chaotique. Personne ne voulait jouer au jeu ? Pas grave, mais il faut savoir en assumer ses actes, et le Joker était un professeur monstrueux dans ce domaine. Quand on ne suit pas la sacro-sainte règle du Clown, on en payait le prix. Maintenant, trois cadavres se trouvaient dans la pièce. Quel dommage, Pyg et Nygma s'étaient donnés un mal de cochon pour faire en sorte que tout marche comme prévu, et sur des roulettes. Mais dans la vie, on ne peut pas prévoir la réaction des gens, c'est ce qui en fait la beauté du jeu. Ha ! Le jeu était foutu, mais Pyg était toujours là. Il allait tenter de s'en prendre au justicier, mais après le premier coup de jus, la seule chose que Pyg avait ressenti, c'était une forte érection dans son pantalon. Hélas, ce cher Pyg était un accroc à la douleur et aux autres supplices. Il aimait ce qui faisait mal. Alors que la lame pénétra dans la chaire de Lazlo Valentin, le cochon rugit de douleur, un parfait cri de douleur. Sous son masque, Valentin bavait, il s'était injecté une dose monstrueuse de coke dans les veines avant d'affronter le justicier. Il était à fond dans son rôle, comme à son habitude. La drogue et le crime, quel merveilleux mariage pas vrai ? Surtout quand on l'infuse dans un cochon psychopathe et sado-masochiste.

Professeur Pyg : "HUIIIIIIIIIIIIK !!!!!!! Encore ! Encore ! Pénètre-moi de tes lames, Pyg a été un vilain cochon HUIIIIIIK ! Un vilain cochonet ! GRUIIIIIIIK !"

"Ha ! Sacré Pyg, toujours la gaule dans les pires situations. Au moins, on sait à quoi se raccrocher en cas de coup dur ... HAHAHAHAHAHAHA."

Le Joker éclata d'un grand rire avant d'éteindre le micro. Il actionna via les boutons, la fameuse petite lumière rosée flashy qui indiquait l'entrée du tunnel. D'un geste des mains, et malgré les coups qu'il venait de prendre, Pyg bandait salement. Il adorait cette douleur, ces fracas, ces destructions de chaire qu'il allait pouvoir recoller, qu'il allait recoudre. Il allait adorer ces pénétrations d'aiguilles dans ses chaires pour recoudre. La douleur était une simple information, et Pyg en avait éprouvé une dépendance, il aimait la douleur, si bien que parfois, cela ne lui faisait plus rien, il aimait cette sensation du mal, le véritable mal qui déchire le corps, et qui fait mal. Qui sème des contusions et des blessures profondes. Il aimait avoir mal, il aimait le mal, et il aimait tout ce qui faisait mal. Il aimait se flageller avec du fil barbelé, et ce petit coup électrique que lui avait lancé le héros, l'avait clairement fait bandé. Une véritable érection tandis qu'il rugissait comme un cochon, de plaisir. Pervers et monstrueux, Pyg se saisit d'un de ses hachoirs pour tenter de cogner avec rapidité et dextérité l'ennemi qui venait de le mettre à terre. Pendant que Pyg s'occupait du justicier, la voix du Joker reprit.

"Puisque tu n'as pas l'air d'aimer les jeux, je t'invite à me rejoindre dans ma salle de projection privée ! Tu vas apprécier la suite des opérations. Mais ça ... C'est uniquement si tu survis à Pyg. Je crois qu'il t'aime bien, et qu'il n'a pas l'air de vouloir te lâcher. Cependant ... Tu as vingt secondes pour rejoindre le tunnel ! Attend ... 5 secondes ? HAHAHAHAHA !"


Le minuteur revint donc à cinq secondes. La peur, la peur terrible de ne pas survivre à une explosion. Et soudain ... Le grand boum survint ... La bombe explosa. Des confettis, des serpentins, tout ça n'avait été qu'une bombe factice. Des souffrances pour rien, et pendant ce temps-là, Pyg avait faim de dévorer la chaire de ce justicier. Il allait enfin goûter à quelque chose de délicieux ce soir. Rassemblant ses dernières forces, Pyg se releva et tenta d'infliger un violent coup dans le crâne du justicier. La bombe factice, des otages tués pour rien. Est-ce que tout ça n'était que le début d'un nouveau jeu macabre ? Cela indiquait encore bien des souffrances infernales pour la suite. La suite viendra très bientôt. Et cela ferait mal. Très très mal. Le Joker était patient, mais quelque part, il trépignait d'envie de les rejoindre, de se présenter à eux une nouvelle fois, et bien sûr, les tuer, pour le plus grand plaisir de son public. Le rire du Joker résonna dans ce tunnel souterrain. Se moquant ouvertement du pauvre justicier qui avait fait, de biens pauvres choix.


Nightwing :

Rah si seulement Batman avait pu avoir la chance de voir ce magnifique spectacle. Un véritable roman de cape et d'épée. Une tragédie qui allait ouvrir sur une nouvelle comédie. Le mal qui sème le désordre pour façonner le rire. HA ! Le Joker était jouasse, il avait la lumière divine dans les yeux, une étoile est née : Nightwing ! Les raisins de la colère et de la haine sont enfin dispersés aux quatre vents. La voila ! La voila la putain d'émotion que le Joker attendait depuis un moment ! Enfin un justicier qui manifeste du drame ! De la haine pure contre le mal qui sévit ! Enfin un justicier qui se Batmanise parfaitement ! Et le petit Nightwing était parfait dans le rôle ! Il sera parfait pour la suite des évènements. Un rôle en or pour un être aussi noble et aussi magnanime. Il venait de sauver le gamin et il avait laissé crever trois personnes, dont la mère du petit. Quoi de mieux qu'un orphelin pour se forger un avenir sombre et sans espoir ? Le gamin allait devenir monstrueux par la suite. Il rejetterait la faute sur le justicier qui n'avait pas réussi à sauver sa maman. C'était du Roméo et Juliette ! C'était du Shakespeare de toute beauté et pour cela, le Joker en était à son paroxysme. Grisé par ce magnifique spectacle improvisé par le justicier, le Joker se leva de derrière son panneau de contrôle et lança les applaudissements sonores. Dans tout le chapiteau, on entendait des applaudissements fantômes qui se répercutaient sous toute la tente. Les lumières s'éteignirent doucement, excepté bien entendu, l'énième petit panneau rose fluorescent qui indiquait l'entrée du tunnel sous terre, vers le terrier maléfique du Joker. Les lumières s'éteignaient, les applaudissements continuaient, et même quelques hourrah se firent entendre sur la bande déjà assez mitée. Même le Joker en profitait pour applaudir.

"Ooooh bravo ! Bravo ! Bravo Nightwing ! C'était spectaculaire ! Il y'avait de l'action, du rebondissement, et surtout ... Le final dramatique ... Ce petit garçon qui perd sa mère, devant lui. Y'a rien de tel pour un bon traumatisme d'enfance. Tu sais ce qu'on dit ... C'est pendant l'enfance qu'on forge l'adulte de demain ... HAHAHAHAHAHAHAHAHA. Et à ton avis ? ce sera quoi ? Drogué suicidaire dans un asile de dingues ? Gavé de médicaments ? Alcoolémie notoire ? Braquage de couples ? Ou bien deviendra-t'il ... Batman ? HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA."


Le Joker éclata de rire, il profitait de ce moment de gêne pour le justicier. Il avait été vaincu sur son propre terrain après tout. Quelque part, Nightwing avait failli à sa mission de sauver et de protéger les innocents. D'ailleurs, pour ce qui est de la suite en terme de surprise, la petite poudre blanche ferait bientôt effet. Rien de tel qui allait très clairement les surprendre. Mais il était déjà trop tard. Ils avaient respiré cette poudre, et rien que cela, ils allaient en baver. Très très bientôt. Alors que les applaudissements s'éteignent, les lumières de sécurité s'illuminent. Le jeune garçon pleure sa mère qu'il a vu brûlé sous ses yeux. Le traumatisme serait vraiment violent, et cette soirée n'était que le début.

"Des tragédies naissent les meilleures comédies. Et toi, Nightwing ? Quelle est ta tragédie ? Tu veux en parler ? Est-ce une larme que je vois dans tes yeux ? Ooooh tu veux en parler ? Viens à moi ! Assieds-toi sur mes genoux et viens me susurrer tout ça à l'oreille. Ne t'en fais pas, je suis un délinquant sexuel à mes heures perdues. HAHAHAHAHA."


Le rire se répercuta à nouveau dans les travées du chapiteau. Nightwing devait bouillir de colère. Tant mieux, c'était l'effet que le Joker espérait, que le Joker attendait. Pourquoi se contenter d'une simple altercation tandis qu'on pouvait avoir du sang, des larmes et de la tragédie en une soirée ? Ce que voulait vraiment le Joker, c'était la fin des préjugés, il voulait autre chose qu'un simple règlement de coups de poings. Il voulait tout simplement la destruction des principes, des fondements personnels. Et ce soir, Nightwing venait de briser un de ses vœux, une de ses prérogatives, et c'était parfait. Ce soir, Nightwing venait de faire un choix, il avait fait une faute, en l’occurrence, et il avait choisit son sauvetage. Un drama qui allait sûrement changer le justicier à tout jamais. Une très bonne chose qui émoustillait le clown. Dans ses paroles, le Joker, ironisait. Moqueur. Bien sûr qu'il déduisait certaines choses, même s'il ne savait rien de rien. Le choix des parents Grayson ? Une simple vengeance de Gaggy Gagsworthy qui avait soufflé l'idée au Joker de prendre les cadavres de ceux qui avaient dégagé le nain des pistes du cirque. Les choses étaient ce qu'elles sont, le drame était bien présent ce soir. Le Joker entendait tout, grâce aux micros reliés dans les endroits qu'il avait préparé pour cette magnifique soirée. Le résultat de Nightwing avait été époustouflant, et le Joker n'avait pas été déçu du tout, le moindre du monde quant à son choix. Il aurait pu en sauver trois, mais il avait fait un choix. Un choix des plus ... Personnels, et le Joker le remarquait. Il avait tout enregistré, tout surveillé et tout transmis sur une petite clef USB personnelle qu'il garde sur lui. Le résultat de ce soir était sublime. Et le résultat escompté était au-delà de ce qu'avait prévu le Joker. Globalement, le Joker avait passé une agréable soirée, et là, cette prise de position de Nightwing, c'était du délire, de la merveille brut. C'est alors que le justicier invectiva le Joker. Pour toute réponse, le Joker éructa de rire, un rire grave et monstrueux.

"Sois patient voyons. Nous avons toute la nuit pour nous amuser. Et d'ailleurs, je pense que tu vas apprécier la suite. Pourquoi ne pas venir me rejoindre plus bas ?"


Le justicier s'était exécuté et avait pénétré dans le tunnel. Un tunnel sombre, étroit et puant, comme pour chaque justicier qui emprunterait le sien. Vous connaissez le proverbe : Les anglais ont débarqué ... Ha ! Ce n'était pas qu'une simple confrontation avec les justiciers, mais le Joker voulait les mettre en face de leurs existences. Il voulait leur montrer l'ironie de leur existence. Et cela, il était en passe de réussir à les faire flancher. Mais il devait encore pousser le vice un peu plus loin. Il devait espérer que sa bonne suite du plan marche. Et ça marcherait, il y croyait fortement. Chaque justicier avait son propre tunnel dans chaque attraction, qui allait mener directement au centre de tout ceci. Une grande salle dissimulée sous terre. Il faudra un peu de marche pour l'atteindre, mais le Joker avait tout prévu. Alors que Nightwing marchait dans le tunnel, la voix du Joker se fit à nouveau entendre. Cynique, amère, riante, la voix du Joker résonna dans le tunnel qu'avait emprunté Nightwing. Oh mais il avait emporté le gosse avec lui, ce serait une bonne idée oui. Une très très bonne idée. Le gamin pourrait être un bon moyen pour faire chanter le justicier qui sait ? Ou bien on pouvait jouer la corde sensible avec. C'est quand même amusant pas vrai ? La vie est amusante, il n'y a que les idiots qui ne comprennent pas l'importance que tout n'était qu'une blague.


Pour vous tous :

Vous pénétrez désormais dans une grande salle ovale. L'endroit a été parfaitement décoré dans l'optique de ressembler à un vrai opéra. Quelques chaises en hauteur, des chaises dans le bloc principal. Une estrade. Des lumières de bougies, des chandelles, tout a été parfaitement pensé pour offrir un véritable décor enchanteur pour la dernière partie de la soirée. Du moins, c'est ce que vous pouvez penser. Et bien sûr, les noms des justiciers sur les chaises, comme si le Joker les attendaient pour le début du film. Une musique, douce, limpide, se fait entendre dans la pièce. Une musique calme et pénétrante. Une estrade, vide, sans décor, mais deux rideaux rouges aux opposés, semble patienter. Sur le mur, comme un écran de cinéma qui attend la projection d'un film. Le film ne commencera pas tant que les invités ne seront pas assis à leurs places respectives. Mais c'est à cet endroit que les cinq tunnels débouchent. Les justiciers sont donc amenés à se revoir et à se reparler. Dernier lieu de meeting avant de rencontrer le Joker. Cependant, une nouvelle surprise vous attend de pied ferme.






"See no Evil ... Hear no Evil ... Scars tell Stories."
Joker War [Les Concernés] 9qek
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyVen 10 Juil 2020 - 20:14

Alors, visiblement, tu n'étais pas le seul qui avait reçu le message "subtil" du Joker. Et oui, tu faisais parti du joyeux groupe de personne qui s'était dirigé vers l'endroit pointé par le fou de Gotham. Normalement, tu aurais laissé le Joker au membre de la "Batfamily", mais disons que, et bien, ton meilleur pote y allait, tu n'allais quand-même pas le laisser y aller tout seul. Si, tu faisais complètement confiance en Jason, même plus que n'importe quelle autre personne, mais tu connaissais ton ami. Il était impulsif, et s'il devait se retrouver face à face avec le Joker... Disons que les choses n'allaient pas bien se terminer, et tu n'aimais pas particulièrement devoir ramener un Red Hood grognon qui refuse n'importe quelle aide, que ce soit la tienne ou celle de Kory, au bercail.

Tu étais donc arrivé, assez content de voir d'autre membre de la Fam. Cependant, tu remarquas l'absence d'un oiseau rouge... Tous les Robins, anciens ou pas, étaient présent... Tu ne pouvais pas te dire proche de Drake, mais tu savais qu'il ne manquerait pas une occasion comme celle-ci de mettre fin ou tout simplement aider à arrêter le Joker. Où était-il? Tu avais entendu dire qu'il s'était accroché au patriarche de la famille, mais à ce point? Tu soupiras. Bon, au moins, il y avait Jason, Robin, Nightwing, Batgirl et un homme que tu ne connaissais pas. Mais tu te disais être un juge de personnage assez habile, et bien que tu restais assez méfiant, tu savais qu'il était de votre côté.

Te tenant un peu de recul, ne faisant ni parti de la Batfam, ni de l'équipe qui s'occupait du Joker normalement, tu en restas à prendre le seul endroit qu'il restait: les Montagnes russes. Te dirigeant vers le monstre de fer, tu levas les yeux, pour mieux le regarder, avant de replacer ta casquette et reprendre ta marche, déterminé, certes un peu anxieux, mais néanmoins fixé. Tu allais faire ce que tu devais faire.
ᚪᚱᛋᛖᚾᚪᛚ
Revenir en haut Aller en bas
Grayson
Messages : 4705
Date d'Inscription : 03/05/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Punchline, Pingouin
♣ Alliés : : ►Batfamily
Dick R. Grayson/Nightwing
Dick R. Grayson/Nightwing
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptySam 11 Juil 2020 - 20:37

Joker War : Le Chapiteau

Nightwing marchait silencieusement dans l'étroit tunnel, sombre et puant, qui paraissait interminable. L'enfant était accroché à lui comme un koala à sa mère. Ses spasmes n'avaient pas cessé, et le justicier se demanda pourquoi le petit n'arrivait pas à se calmer. Il avait beau tenter de le rassurer, en fredonnant doucement à son oreille des mots rassurants, rien ne semblait le toucher. Ses mains étaient crispées autour du cou de Dick, qui n'avait aucune idée de comment le calmer. Lorsque Damian était petit, il avait les bons gestes, mais avec ce petit inconnu ce n'était absolument pas évident.

Tout à coup, comme un éclair rugissant, la voix du Joker fit sursauter Nightwing. Son rire machiavélique résonna partout, forçant et entrant dans sa tête comme un marteau-piqueur qui ne laissait aucun répit. Lorsqu'il entendit le clown parler de la mère du petit, ses pas se figèrent. Les yeux exorbités, il n'arrivait plus à bouger un seul muscle. Ses bras vacillaient, le garçon dans ses bras semblaient à présent peser très lourd, sur ses épaules. Comme le poids de sa responsabilité envers lui, désormais. Lui qui avait décidé, même inconsciemment, de le priver de la femme qui était tout pour lui. La colère monta à nouveau, en même temps que sa tristesse face à ce que le petit devait ressentir. Lui-même, enfant, avait vu ses parents mourir. Quelle vie allait-il maintenant avoir ? Quels chemins allait-il emprunter ?  Nightwing déposa le jeune garçon à terre. Il souleva son menton pour que leur yeux se croisent, ainsi il pourrait voir l'âme de l'autre. « Ecoute-moi bien... Ta maman aurait voulu que je te sauve toi. Tu comprends ce que je te dis ? C'est ce que veulent toutes les mamans. Elle n'aurait pas survécu sans toi, alors tu dois lui faire honneur et vivre ta meilleure vie. » Le petit hocha la tête, les lèvres tremblantes. Dick n'était pas sûr qu'il comprenne bien toutes ses paroles. Il se répétera encore plus tard, lorsqu'ils seront sortis de cet enfer. C'était logique, maintenant qu'il avait toutes les informations, logique que ce gosse ne puisse pas faire fi de sa mère brûlant vive à plusieurs mètres de lui. Quoiqu'il se passait à présent, le justicier allait devoir veiller sur ce petit jusqu'à son dernier souffle, de loin ou de près et qu'il le veuille ou non. Il devait s'assurer qu'il ne tourne pas mal. « Ne fais pas attention à tout ce que tu entends, écoute juste ma voix. » Il le reprit dans ses bras, constatant avec soulagement que les spasmes diminuaient. Mais rien n'était gagné, tout était à faire.

Ignorant les conneries débitées par le Joker, la démarche d'abord fébrile de Nightwing était à présent assurée. Il avait dépassé sa limite à l'entendement, il n'allait plus jouer, maintenant. Lorsque le Clown de Gotham sera face à lui, il lui broierai la gorge à main nue, assez pour qu'il s'étouffe jusqu'à en perdre connaissance. Son code moral était, actuellement, quelque chose dont il aurait bien aimé se défaire... Juste le temps de quelques secondes. Assez pour envoyer six pieds sous terre le Joker. Quelques fois, Dick donnait raison à son frère lorsqu'il l'entendait débattre à propos des règles de leur mentor. Combien de vies auraient été épargnés si Bruce avait ôté la vie à ce fou furieux il y a dès années ?
Au fond, il faisait exactement ce que souhaitait son bourreau. La haine grandissait en lui, c'était sans aucun doute l'effet recherché. Bien malgré lui, l'Oiseau Bleu avait échoué lamentablement, et il ne se le pardonnera jamais. Comment allait-il faire pour vivre ce fardeau ? Comment Batman faisait pour vivre avec toutes ses morts sur la conscience ? Le justicier n'en pouvait plus d'entendre cette voix moqueuse rire et lui balancer toutes ses insanités, mais que pouvait-il faire d'autre que garder son sang froid ? Il n'était pas seul. Il exploserait plus tard.

Enfin, le bout du tunnel apparut. Une musique semblait sortir des tréfonds de la terre, s'insinuant comme un serpent, faisant vibrer les tympans. Dick aurait pu s'en réjouir, mais il savait que l'horreur allait continuer. Il fut soulagé de voir Batgirl, qui paraissait plus ou moins en forme. Le reste de la bande était là également, au moins, ils étaient en vie. La salle était ovale, décorée minutieusement, à l'effigie d'un opéra. Beaucoup de chaises vides remplissaient la pièce, dont quelques unes avec leur nom. Tout en analysant les recoins, Nightwing rejoignit la rouquine. Il s'assura qu'elle allait bien, mais son regard bleu en disait long... Certainement comme le sien. Il lui déposa un baiser sur le front, comme pour lui dire qu'il était avec elle. Un coup d’œil en direction de Robin et Jason, avec qui il eut une brève conversation visuelle.
Dans un autre contexte, les bougies et les chandelles auraient donné un effet charmant, enjolivant l'atmosphère par leur simple présence. Sauf que là, l'acrobate y voyait l'annonce d'un nouveau chapitre terrifiant. Nightwing s'assit sur la chaise qui lui était destinée, le petit recroquevillé dans les bras. Cela lui faisait bien chier, de devoir encore se plier à jouer à ce jeu morbide, mais il fallait en finir au plus vite.

L'estrade en face d'eux était vide, arborant de larges rideaux rouges. Un écran avait été posé, suggérant un film. Qu'est-ce que ce dangereux psychopathe avait prévu ? Que pouvait-il faire de pire que ce que Dick venait de voir sous le chapiteau ?







Joker War [Les Concernés] 1699511
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMar 14 Juil 2020 - 16:29


Joker War



L'illusion se dissipa progressivement alors qu'il avait entendu le cri du vieux qui tenait Scarface. Il posa sa main gantée sur le front tandis que son crâne lui faisait atrocement mal. Il regardait autour de lui. Où étaient-ils tous? Raven? Mère? Grand père? Trigon? Non...Tout cela avait été une illusion. Il cracha alors qu'il sentait le sang qui s'échappait de sa lèvre inférieur couler puis regarda vers le haut du tunnel tandis qu'il constatait que les ninja étaient en fait les hommes de mains. Ils avaient bien dégusté. Damian était énervé et serra la garde de son katana tout en écoutant les rires du clown qui se moquaient de lui. Il avait tout entendu.

*Quand je le verrais, je lui pète la gueule*

Il continua à avancer se trouvant idiot d'avoir marché à fond dans cette illusion. Il avait toujours mal mais c'était surtout ce qui s'était passé qui le perturbait. Est-ce qu'il devait se remettre en question? Après tout, il était et avait toujours été le meilleur Robin et était destiné à devenir le prochain Batman mais quand il avait dû faire un choix il avait reniée ses deux héritages. Mais ce n'était pas le moment. Il devait arrêter ce dingue. En espérant que les autres ne l'aient pas avant. Puis c'est alors que son ennemi vint le toiser en lui disant qu'il pourrait l'aider à devenir le nouveau Batman...Sa façon de faire enragea complétement Robin qui donna un coup de sabre dans le vide tout en criant.

Touche a un seul de ses cheveux et je te traquerais Joker. Je te tuerais. Touche la et je me damnerais pour te faire la peau!!!

Il se mit alors à courir la rage au ventre. Il avait apprit sûrement qu'il aimait Raven dû à ses paroles. Quel crétin. Bien sûr elle pouvait se défendre toute seule mais ce dingue était totalement imprévisible. Non, c'était décidé, il allait l'empêcher de faire encore du mal. Quitte à le couper en petit morceau mais c'est alors que des hommes de main vinrent se mettre entre lui et le couloir qui était indiqué par une flèche rose. Il n'eut aucune pitié. Allant même couper une main à l'un d'eux. Il les fit souffrir comme il le put. Mais bien sûr, le piège mental du Joker avait fonctionné et il se prit également quelques coups dans le ventre et son visage prit lui aussi. Il saignait du nez et de la bouche quand il sortit dans la grande salle pour voir les autres. Son lame avait été rougie par le sang. Même si il n'avait pas tué, les hommes qu'il avait laissé ne s'en remettrait pas de si tôt...Il regarda ensuite les autres et fit un regard qui voulait dire qu'il savait très bien qu'ils s'en sortiraient mais jamais il ne les laisseraient s'occuper du Joker à sa place. Quitte à leur taper dessus. Oh que non, ce n'était pas seulement sa fierté qui était touchée mais également sa peur. Sa peur de la perdre elle et il était prêt à tuer pour la protéger. Il en était prêt ce soir.

Viens te battre enfoiré!!!

Mais il savait très bien qu'il devrait jouer au jeu du Joker alors il s'avança sans même attendre les autres. Il vit les noms sur les sièges puis se tourna vers ses compagnons d'armes et ajouta.

Grouillez vous.

Il cacha le fait qu'il allait briser le Joker physiquement si il le voyait. Au moins il vengerait sa soeur mais a cet instant...Damian n'avait pas l'esprit de justice et n'hésiterait pas à frapper ses frères si ils se mettaient sur son chemin. Bien sûr, il ne pourrait pas leur faire du mal et un combat intérieur faisait toujours rage au fond de lui. Mais il était blessé et enragé. Non, il allait se le faire et pas qu'un peu. Il vint alors s'asseoir et attendit tout en gardant sa lame à portée.

Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMer 15 Juil 2020 - 20:09

Joker WarPV Joker
Batgirl
Joker
Barbara avait pris la direction du tunnel, la voix du Joker raisonnait dans les hauts parleurs tout au long de cet immense tunnel. Ce que le Joker venait de dire était la chose de trop pour Barbara, elle éclate de rage et donne un coup de poing dans le mur.

«LA FERME,LA FERME...J'ai fait ce que tu m'as dit, j'ai respecté tes règles.. j'ai...échoué.»Pour la première fois de sa vie la jeune femme doutait de son rôle en tant que Batgirl, si elle n'arrivait pas à sauver des gens, à quoi elle servait après tout ?
Ses mains lui faisaient mal, avec le choc, elle n'avait pas remarqué qu'elle avait était brûlée sur les paumes de ses mains à cause de la séance de torture.

«Ressaisie toi, arrête de douter. Ce foutu clown ne cherche que ça. Pense aux gens que tu aimes» Voilà qu'elle se parle à elle même, elle avait franchi un cap de la folie. Mais elle ne lâcherait rien, il fallait qu'elle continue pour Dick, pour son père, pour sa famille.
Batgirl avance donc vers le tunnel pour enfin voir la fin. Elle fut éblouie par la lumière de l’immense salle qui ressemblait à un opéra, mais avec des décors achetés en brocante.
Elle voit les autres justiciers sortir un à un des tunnels disposés aux 4 coins de la pièce. Elle remarque évidement Dick qui ne tarde pas à la rejoindre. Elle accompagne son baiser en le serrant dans ses bras. Rien que quelques secondes dans ses bras lui faisait quasiment oublier ce qu'elle avait vécu. Elle prit ensuite place sur l'une des chaises qui portait son nom. L'horreur était loin d'être terminé. Pas un seul son n'était sortit de sa bouche, elle n'avait pas envie de parler, elle voulait juste que cette mascarade s'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyVen 17 Juil 2020 - 19:45

JOKER WARLes justiciersIls étaient tous complètement malades… Tous autant qu’ils sont… Esteban culpabilisait énormément face à la mort des civils. Il n’aurait jamais voulu qu’une chose pareil arrive. Mais il détestait devoir jouer le jeu d’un criminel, peut importe le nom qu’il avait, de quel genre de tarer il où elle était. L’Ex-Militaire avait beau avoir fait ce qu’il pouvait pour éviter ce genre de situation, il avait échoué, et forcément que cela le mettait en colère. Il sentait son “pouvoir” se déferler dans tout son corps, Este’ avait l’impression qu’il pouvait explosé à tout moment et c’était terriblement perturbant pour lui. Depuis tout ce temps, le jeune homme faisait ce qu’il pouvait pour se contrôler et éviter de possible incident.

Esteban posa les yeux sur les cadavres, crispant la mâchoire, il l’avait clairement mauvaise et tentait même de ne pas entendre l’autre malade en adoration sur la douleur… Visiblement… Qui est le con qui lui avait envoyé un malade de ce genre, hein ? Forcément, la question ne se posait même pas dans le fond. Le fameux “Shadow” comme il se faisait appelé grogna alors qu’il posa bien vite le regard sur la bombe après les mots du Joker… Cinq secondes… Chier… Forcément qu’il n’avait en aucun cas envie de crever là. Mais le temps était compté et il avait à peine le temps d’agir que cette merde explosa et… Tout cela n’était rien d’autres que des confettis et autre bordel. Tout un stresse et une tension qui n’avait servi à rien. Des victimes inutiles. Esteban se sentait encore plus en colère pour le coup, et forcément qu’il sentit ce pouvoir électrique se manifester encore plus dans son corps.

Malgré un coup de tête, Esteban reculera de plusieurs pas en secouant la tête vivement, cherchant à bien vite se reprendre sur la situation. Ce putain de cochon allait finir par morfler… Il le jura. Le jeune homme fronça les sourcils, pour finir par usé de son pouvoir pour disparaître, et réapparaître derrière le fameux Pyg et de lui planter l’un de ces kukris dans le dos, juste à côté de l’omoplate, pour le forcer à se pencher en arrière, alors que l’ancien militaire finira par poser une main sur le crâne de ce gros enfoiré, avant de tout simplement l’électrocuter directement au toucher. Autant dire qu’il y mettait tout ce qu’il pouvait et il s’en foutait pas mal que ce type finissait par mourir par sa faute. Un de plus où de moins, quel différence cela ferait ?

Et ça ? Ça te fait jouir, enfoiré?!

Le jeune homme fronça les sourcils avant de tout simplement lâcher prise et de retirer sa lame du corps de ce gros tas de merde, pour finir par regarder vers le tunnel et finir par disparaître pour s’y engouffrer rapidement en réapparaissant. Il sentait bien que son corps était mis à rude épreuve, tout autant que son mental et il avait terriblement du mal à se calmer. Il secouera sa main à plusieurs reprises en voyant des petits courant électrique dans ces doigts, mais avoir “brûler” l’autre enculé directement, l’avait aussi brûlée à la main, étant donné toute la concentration qu’il avait envoyé cette énergie dans un même point. Un lourd soupire s’échappa de ces lèvres, alors qu’il continua sa route dans ce putain de tunnel, frottant la lame de son kukri contre sa jambe pour finir par tout simplement le remettre dans son “holster” à la cuisse en s’engouffrant dans une grande pièce.

Esteban resta silencieux, remarquant que les autres étaient présent… Il y en avait sûrement qui manquait à l’appelle. Il faut dire qu’ils devaient avoir passé un mauvais moment, il crispa la mâchoire, regardant autour de lui, avant de poser les yeux sur les chaises, avec les noms des justiciers présent. Il grogna pour le coup, mais finira par aller s’asseoir à la place qui lui était indiqué, suffisamment tendu et crispé comme ça. Il ne savait pas ce qui allait se passer, ce qu’il comptait prévoir pour eux. Mais Esteban était clairement pas d’humeur à discuter, alors que ces doigts se crispèrent sur les rebords de la chaise où il s’était installé. Se contentant de regarder les autres par moment et voir ce qu’ils disaient, avant de juste se concentrer sur une seule chose… la tête du Joker… Qu’il se fera un plaisir de brûler.



:copyright:️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Red Hood
Messages : 300
Date d'Inscription : 08/06/2020

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Officiellement : Hors la lois - Officieusement : Justicier
☠ Relations conflictuelles :: Gotham
♣ Alliés : : Kori'ander/Roy Harper/Batfamily
Jason Todd/Red Hood
Jason Todd/Red Hood
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] EmptyMer 22 Juil 2020 - 11:40

Joker War


Si le Joker pensait que j'allais laisser mourir Zeus, il avait à la fois tort et raison. Alors que je me redresse, je le vois convulser. La douleur elle irradie tout mon corps, je dois vite en terminer avec ce malade aux cheveux verts et je n’ais pas beaucoup de temps. Je dois le trouver avant tout les autres… Il est à MOI.

Sa voix résonne dans ma tête, à m’en faire vriller les tympans, la nausée me monte, effet secondaire du Venom. Je sers les dents pour ne rien laisser sortir et m’avance en direction de Zeus qui s’agite toujours dans tous les sens. En chemin, je me penche pour ramasser un de mes flingues, je regardes en faisant légèrement jouer la culasse si il reste au moins une balle dans le canon.

Ceci fait, je sors de ma main gauche une clope tordue de la poche de mon pantalon que j’allume tout en marchant toujours vers l’homme au sol. Quand j’arrive au niveau de ce dernier, je prend une grande bouffée de fumée avant de pointer mon arme en direction de sa tête.

- Je ne suis pas Batman, fils de pute.

Sans aucun remords je loge trois balles dans la tête, les convulsions s’arrêtent donc. L’homme ne peut qu'être mort. Cependant je n’ais pas le temps, une fois que je le vois immobile, le visage à moitié arraché par mes balles.

- Ce soir tu ne retournes pas à Arkam, Joker ! C’est finit ! Je viens te mettre une balle entre les deux yeux !

Sans attendre, je me dirige vers la porte face à moi que j’enfonce sans discernement, je tombe alors sur une pièce ovale… Une sorte de salle de représentation, ou un cinéma, qu’importe. Je regarde dans tous les sens à la recherche du Joker, il n’est pas là. J’enrage, j’en ai marre de jouer, je fais le compte de mes chargeurs, il ne m’en reste plus qu’un pour chaque pistolet.

Je remarque en faisant ceci, la chaise à mon nom sur laquelle je m'assoie. Je n’ai au passage, même pas fait attention au fait qu’il y ait d’autres personnes ou non dans la pièce, seul le clown m’intéresse. C’est en continuant de fumer ma clope que j’attend la suite des évènements.

Code by Swarley


Joker War [Les Concernés] 1pr3E
Présentation - Carnet de bord - Thème du personnage - Voix - Téléphone
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Joker War [Les Concernés]   Joker War [Les Concernés] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Joker War [Les Concernés]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Autres lieux :: Comté de Gotham :: Sommerset :: Gotham Carnaval-