Imaginez le Mythe de Gotham City




Batwing

Azrael

Orpheus

Katana

Tarentula

Nightrunner

Zatanna

Ragman

Huntress

Simon Dark

Misfit

Stryx

Deathstroke

Duela

Blackfire

Pyg

Quiz

Fright

Zsasz

Killer Moth

March Hare

Magpie

Man-Bat

Strange

Holiday

Sofia Falcone

Mario Falcone

Le Lynx

Tobias Whale

King Snake

Blockbuster

The Bone

Requin-Tigre

Kossov

Omerta

The Jazzman

Julie Madison

Slam Bradley

Dr. Arkham

Aaron Cash

Silver St Cloud

Thorne

Zorbatos

Bullock

Alyce Sinner

Crispus Allen

Montoya

Jason Bard

Talia Al Ghul

Nyssa Al Ghul

Vertigo

David Caïn

Deadshot

Le Senseï

Whisper A'Daire

Bronze Tiger

Catman

Dr Darrk

White Ghost

Merlyn
Derniers sujets
» Drôle de trouvaille - mission solo - 17.01.18
Réunion d'anciens professeurs. EmptyAujourd'hui à 3:08 par Lonnie Machin aka Anarky

» Laisses toi glisser, gars.
Réunion d'anciens professeurs. EmptyAujourd'hui à 1:05 par Benjamin Shelby

» Time to Play
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 22:58 par Liam Faith

» Une faim singulière [Pv Porcelaine)
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 22:24 par Porcelaine

» Une rencontre au pas, de tir ! (Feat : Barbara Gordon)
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 22:02 par Barbara Grayson / Batgirl

» Mission : "Recevoir une plainte" (Feat : Lisbeth)
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 20:59 par Liam Faith

» Blabla
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 20:50 par Cassandra Cain/Black Bat

» Un robot au chomdu - pv Serena Ardwin - 15.01.18
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 19:39 par Lonnie Machin aka Anarky

» La banquise est froide [PV]
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 19:15 par Oswald C. Cobblepot

» La Nuit au Musée [Cassandra]
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 18:58 par Cassandra Cain/Black Bat

» Trois en moins pour l'honneur [PV - Serena Ardwin]
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 18:31 par Serena Ardwin

» Règlement à OK Gotham [PV Nightwing, Elio, Liam, Batman]
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 18:05 par Dick R. Grayson/Nightwing

» La Course au Jouet
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 17:41 par Serena Ardwin

» Quelques maux à se dire - Alexa Varon BomberGirl - 29/09/17
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 16:54 par Lonnie Machin aka Anarky

» Flitlings and trolls are on the menu. [Pv Owen]
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 15:12 par Jason B. Smith

» Asian Street Fight
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 13:52 par Tian Hong

» Maybe I'm a sweetheart trying to make my own scars || PV Dick Grayson/Nightwing
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 13:49 par Tatiana Lavrinenko

» Deux potes, deux manettes
Réunion d'anciens professeurs. EmptyHier à 12:11 par Dick R. Grayson/Nightwing

» Li Wei Zheng, la fleur informatique.
Réunion d'anciens professeurs. EmptySam 15 Jan 2022 - 21:57 par Li Wei Zheng

» Une rencontre inattendue.
Réunion d'anciens professeurs. EmptySam 15 Jan 2022 - 21:37 par Bruce Wayne / Batman

Le Deal du moment :
Soldes ASOS : -15% supplémentaires sur les ...
Voir le deal

Partagez
 

 Réunion d'anciens professeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
MessageSujet: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyVen 17 Avr 2020 - 11:37

You are the product of everything you fear.« Ce que je pense des anciens professeurs devenus des criminels ? Comment osez-vous me poser cette question ?! L'académie de Gotham est un lieu d'enrichissement et de savoir ! Je ne laisserais pas les déchets de la société, excusez-moi du terme, bafouer l'histoire glorieuse de notre institution ! Ce ne sont que des cas à part, pendant que nos élèves seront de brillant diplômé, ces rares enflures seront oubliées à jamais ! »

La vidéo de ton portable se coupe et un léger sourire nerveux se fait voir sur ton visage. Il est fascinant de constater comment le courage donne un sentiment de pleines puissances au premier venu. C'était le cas pour Monsieur Alexander, professeur de philosophie à l'institut la plus célèbre de Gotham city, ton ancien lieu de travail. Tu ne l'as personnellement jamais, connu car il est arrivé après ton départ et pourtant, tu l'apprécies déjà. Tu trouves en lui un potentiel d'expérience enrichissant, c'est pour cela que tu as décidé de lui rendre une petite visite à son lieu de travail en cette belle soirée. Comme d'ordinaire, cela fait une ou deux semaines que tu prépares ton plan. Lorsque tu préparais le terrain, tu avais appris en écoutant à la sortie des cours que ce cher professeur, restait souvent tard le soir à l'institut pour préparer ses cours du lendemain. Tu avais également appris qu'un nouveau technicien de surface allait faire son arrivée d'ici peu. Le plan était donc tout trouvé pour s'introduire dans l'académie.

Subtilement, tu avais neutralisé le nouveau technicien de surface à l'aide d'un mouchoir imbibé de somnifère. L'effet de surprise a fait en sorte que l'action ne dure que quelque seconde. Après avoir enfilé ses vêtements et caché la pauvre âme inconsciente, tu t'es dirigé vers les portes de l'université et tu y es parvenu à entrer avec l'aide de ta nouvelle couverture. Tu te diriges dans les couloirs accompagner d'un chariot de nettoyage dont le sceau était imbibé d'eau. Tu regardes autour et tu t'aperçois que rien n'a changé ce qui fait resurgir en toi une nostalgie désagréable. Tu n'aimais pas ton ancien, boulot, tu aimais encore moins les gens que tu fréquentais. Leurs réunions, leurs souhaits de garder toujours leurs petites vies quotidiennes sans jamais innover dans leurs domaines. Ces instituteurs te répugnaient au plus haut point, d'ailleurs depuis un moment tu baisses la tête et rabaisse ta casquette pour éviter que d'anciens élèves ou d'anciens professeurs puisse te reconnaître ce qui serais dommage. D'ailleurs en parlant d'élève, en voici deux qui batifole dans les couloirs alors que normalement tout le monde devrait être soi au campus soi chez soi. Cela te surprend dans un premier temps, mais tu regagnes rapidement tes émotions et tu t'avances vers eux tout en essayant tant bien que mal de cacher ta silhouette avec ta casquette :

« Vous n’avez rien à faire ici jeune gens. Si vous souhaitez être en amoureux ce n’est certainement pas le lieu. Fichez le camp. » Dis-tu avec une voix calme.

« Oh, vous êtes le nouveau technicien ? s'cusez-nous m'sieur, on s'en va » clama la jeune fille, gêné d'avoir été pris la main dans le sac.

« Vous avez de la chance que je viens d'arriver. Avant de partir, Est-ce que le professeur de philosophie est dans le coin ? Je dois m'entretenir avec lui. »

« M'sieur Alexander ? J'sais pas, je ne l'ai pas vu, mais il est tout l'temps dans son bureau le soir. Bon on s'en va, encore désolé. »

Tu as de la chance, tu ne connaissais pas ces élèves dans ta vie antérieure. Tu l'es vois s'en allez précipitamment et tu connais sans doute ta prochaine destination. Le risque de s'être introduit dans l'académie grandit au fur et à mesure que tu t'avances vers ton objectif, cela te rend anxieux et en même temps excité. Tu dois faire vite et surtout tu ne dois éveiller aucun soupçon. L'expérience doit se terminer en un temps record et tu n'auras sans doute pas le temps de prendre des notes. En somme, c'est ce que tu pourrais appeler « une expérimentation de terrain ». Te voilà proche des bureaux des professeurs. Machinalement tu sors de ton chariot de nettoyage les ustensiles dont tu as besoin, Seringue, un diffuseur de gaz à neurotoxine et ton masque. Tout cela dans un sac hermétique, lui-même contenu dans le sceau d'eau. Tu es si proche de ton but et pourtant tu entends des bruits de pas se rapprocher à ton dos. Misère, tu pensais que tous les élèves étaient partis et qu'il ne restait plus personne. Cela doit être sans doute le couple que tu as croisé tout à l'heure et ton devoir est de les maîtriser. Ils sont devenus une menace à ton projet. Avec vivacité, tu te retournes vers l'ombre d'une silhouette derrière toi en pointant ton diffuseur de gaz :

« Je vous ai dit de vous en a… »

Quoi ? Ce n'est pas les élèves, mais bien une personne qui se tient derrière-toi. De plus, il semble que tu as déjà vu son visage quelque part.
:copyright: 2981 12289 0


Dernière édition par Jonathan Crane le Sam 9 Mai 2020 - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Messages : 472
Date d'Inscription : 18/11/2019

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Arthur Brown / Cluemaster
Arthur Brown / Cluemaster
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyVen 17 Avr 2020 - 12:14

Gotham Academy. Un lieu de savoir, un lieu d'enrichissement, un lieu où le génie se doit de prévaloir, où les aspirations communes se rencontrent afin de façonner les générations de demain. Un lieu dans lequel ma Stéphy aurait été si elle n'avait pas été tuée par cette ordure de Batman. Elle respirait la vie, elle respirait l'envie de vivre. Je me rappelle de Stéphanie quand elle était môme. Une casse-cou en permanence, toujours à faire la moindre bêtise quand cela lui chantait. On pouvait pas la changer. Je l'aimais, et je l'avais détestée pour la vie qu'elle avait choisie d'adopter. Mais ce n'était pas ma faute, non. Ce n'était pas ma faute ... Je n'avais rien fait de mal. Ce sont les gens, les gens qui m'avaient ruiné ma vie. Ce sont les gens, idiots et crétins qui avaient détruit ce que j'avais fondé, avant que je ne sombre. L'Humanité avait pourtant été magnifique, propre, intelligente, sans cesse à la recherche d'améliorations pour un avenir meilleur. Mais le constat était là. Notre société de consommation nous transforment en zombies, en gens incapables d'évoluer, en gens qui avons cessé d'évoluer. Notre race meure, et nous allions en payer les pots cassés de part notre acception à l'ignorance et à l'imbécilité. Tandis que je faisais ma ronde de nettoyage, car oui, même si je suis sorti de Blackgate, le seul boulot dans lequel on m'a accepté, consiste à nettoyer la merde. Le seul boulot, ironiquement, consistait à faire le concierge à Gotham Academy. L'ironie, pour un homme comme moi. Je grinçais des dents à chaque fois que je venais ici. En tant que criminel, je ne peux pas me permettre de ne pas faire mon quota sous surveillance de la police. Sinon, je rempilais pour le trou de Blackgate. Mieux valait jouer le jeu. Queue de cheval attachée, mine sombre, je commence à nettoyer les lieux. Sous les ricanements de ces imbéciles d'étudiants. Cela se prend pour quelqu'un d'intelligent, de supérieur, mais ça finit à poil sur instagram ou poursuit des études en sciences humaines ou en théories du genre pour finir caissier chez McDonald's. Soyez patients, le retour de bâton arrive. Alors que je nettoie le couloir d'accès à la librairie, j'entends la voix de Jesse, un des supérieurs des techniciens de surface opérant dans le lieu.

"Hey Brown, on a besoin de quelqu'un d'intelligent pour nettoyer la salle des profs et leurs bureaux. Apparemment, y'a eu une réunion, et le sol est dégueulasse."


"Ok."

J'accepte sans broncher. Sur les rires de ce connard, je prend mon seau et mon balai brosse avant de me diriger d'un pas lent et reboutant vers la salle des profs. Dire que j'avais été un homme de lettres, de culture, dire que j'avais été un homme au sommet de l'intelligence et de la gloire. Tout ça pour finir par nettoyer les chiottes dans un lieu de savoir. C'était une injustice, mais qui ne finirait certainement pas impayée. Je prendrai ma revanche, il en était certain. Ma voix est empreinte de lassitude et trépignante. Je suis énervé mais je me contiens, je le dois. Je serre les dents et j'encaisse. Si je le pouvais, je pourrais très bien m'occuper de tester les QI négatifs de ces idiots, et leur faire payer amèrement ce qu'ils osaient me mettre sous le nez. Quand on est au sommet de la gloire, la chute n'en était que plus amère oui. Je repensais à ma Stéphanie. Elle devait sûrement me regarder, de là où elle était maintenant, mon pauvre petit ange. Même si nous étions opposés jadis, sur tout, elle avait quand même été ma fille. Ma raison de vivre à plus d'un titre. Il n'y a rien de pire pour un père que de survivre à son propre enfant. Le pire dans tout ça, c'était de savoir que les choses ne s'arrangeront jamais, et qu'une tombe, comme empreinte, ne serait jamais une joie pour moi. Je serre les dents et je remballe mes larmes. Stéphanie était morte, elle était morte. Tuée parce qu'elle avait joué les justicières, à cause de Batman, et ma seule envie à présent, c'était de lui faire autant de mal qu'il m'en avait fait. Alors que je marche péniblement vers la salle des professeurs, je crois quelqu'un devant moi. Je croyais être le seul dans ce secteur. Bizarre. Je me rapproche, pour essayer de voir ce que c'est que ce truc. Je croyais que c'était moi le préposé pour ce coin de l'académie ce soir.

"Je crois que tu t'es trompé d'endroit l'ami. C'est moi qui me charge de ce secteur ce soir."


L'homme en face de moi ne semble pas si aimable. Et il n'a clairement pas l'air d'être un gars venu pour nettoyer les sols et les bureaux. Je ne suis pas du genre à supposer, mais son visage me rappelait aussi vaguement quelque chose, mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Pourtant, je suis sûr de l'avoir déjà vu, et pas aux réunions du Glee Club de Blackgate, non. Y'avait quelque chose dans son attitude qui m'inspirait quelque chose, comme un effroi soudain. Mais quoi ? Reprenant mon ton, j'enlève ma casquette de service pour mieux dévoiler mon visage. Sur mon badge, on lisait "Arthur Brown", avec une magnifique photo de moi, qui venait de Blackgate. Il y'avait même la mention officielle, le logo qui indiquait que j'étais un ancien prisonnier et que je devais être surveillé de près par les institutions et la direction. C'est la norme dans notre beau pays. De toutes façons, j'étais coincé jusqu'à la fin de mon boulot, alors, autant montrer patte blanche et faire le travail comme demandé. Mais le type me disait quelque chose ... Mais quoi ?

"Quitte à faire la merde, je peux la faire moi-même. Prend-toi un peu de repos, je peux me charger des bureaux."
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyVen 17 Avr 2020 - 14:58

You are the product of everything you fear.Une queue de cheval, un corps endurci par la vie et une mine exaspérée par son travail. Voilà quel genre de personne tu avais en face de toi. Par précaution tu ranges ton diffuseur de gaz dans ta manche et tu te relèves face à lui. Tu ne t'attendais certainement pas à ce qu'un autre technicien fasse son apparition et pourtant les faits sont là. S'il y a bien une chose que tu as horreur c'est que tes plans soient contrariés par un soudain imprévu. L'homme t'annonce que tu t'es trompé de secteur. Tu pourrais le neutraliser et cacher le corps, le problème c'est que l'homme ne semble pas inoffensif comme l'autre technicien que tu as piégé avant. Celui-ci semble être un dur à cuir. Tu dois avouer que tu as fait une erreur, un loup qui entre dans la bergerie doit systématiquement s'attendre à ce qu'il y a un chien de garde. Pour l'heure tu t'efforces à garder ta surprise enfermée, tu maintiens caché le sac où est disposé tout ton matériel derrière ton dos. C'est embêtant, non seulement tu ne sais pas quoi dire, mais en plus de cela tu perds un temps précieux qui aurait pu être l'expérimentation de ta toxine sur Alexander.

« Quitte à faire la merde, je peux la faire moi-même. Prends-toi un peu de repos, je peux me charger des bureaux.» dis ton interlocuteur.

«Ah bon ? C’est bien aimable. »

Par surprise c'est tout ce que tu as pu trouver comme phrase pour gagner un peu de temps. Depuis un moment déjà tu cherches une solution pour te tirer de cette affaire et continuer ton œuvre. Tu ne peux t'empêcher d'analyser le badge du nettoyeur et tu remarques aisément que c'est un ancien détenu de BlackGate. Ce badge te permet même de glisser un nom sur ce visage que tu sembles connaitre, Brown, Arthur. Ancien présentateur devenu criminel, selon les rumeurs ce serait un homme obsédé par l'intelligence et qui sans doute par narcissisme souhaite prouver au monde son quotient intellectuel. Tu ne savais pas qu'il avait passé un séjour en prison et encore moins qu'il en soit ressorti. Les caprices du destin ne sont décidément pas en ta faveur ce soir et ton but actuel est d'essayer de détourner l'attention de ton invité surprise. Prends garde seulement, un homme qui souhaite autant prouver son intelligence, selon les dire, ne doit pas forcément être pris pour le dernier des idiots. En revanche, tu possèdes un avantage psychologique sur lui, tu sais qui il est en revanche malgré le fait qu'il te scrute du regard il n'a sans doute pas encore deviné ta réelle identité. Ne voulant pas attendre plus longtemps tu décides de te lancer dans ta machination crée en moins de quelques secondes. Il faut simplement faire attention à ne pas en faire trop.

« Hey, mais je vous reconnais, vous êtes le célèbre Arthur Brown ! mon fils dit qu'il vous adore. Oui, cela peut paraître curieux d'aimer un criminel, mais il dit que les super-héros c'est à jeter à la poubelle, les criminels, ça c'est vraiment la classe. »

Joué sur la corde du narcissisme et de la sensibilité. Voilà ton plan, par expérience en psychanalyse tu sais pertinemment que toute personne tombant dans le crime et la délinquance possède un tant soit peu d'amour propre. Du coup tenter de le caresser dans le sens du poil était sans doute la meilleure chose à faire selon toi. Tu tentes toujours tant bien que mal de cacher ce fameux sac derrière ton dos, car s'il était découvert, celui que l'on surnomme Cluemaster se douterai de quelques choses. Au contraire du criminel à énigme qui dévoile son visage pour paraître plus amical, toi tu t'efforces tant bien que mal à cacher ton visage en appuyant sur ta casquette. Malgré cette surprise tu tentes toujours de rester concentrer sur ton objectif et tu entends des bruits de pas dans le bureau des professeurs. Cela doit être ta proie qui a sans doute terminée le travail. Tu es mal barré si tu es entouré de deux personnes de l'académie l'étau commencera réellement à se resserrer. Tu dois tenter un dernier coup de poker pour te sortir de cette situation et terminer ce que tu as commencé.

« Si vous souhaitez vous en charger, aucun problème, cependant j'ai malheureusement laissé quelque chose dans la salle des professeurs j'en ai pour quelques minutes avant de partir. Qui sait peut-être que je vous demanderais un autographe ? »

La tentative est assez grotesque, mais c'est tout ce que tu as trouvé pour filer vers ta cible. Tu tournes le dos à ton interlocuteur et tu commences à marcher en direction du bureau de Monsieur Alexander. Cependant, tu as encore une fois été négligeant, ton sac, il était ouvert derrière ton dos et devine quoi ? Il est aisé d'apercevoir ton masque de tissu et de paille qui semblait regarder avec un air de fantôme le criminel.
:copyright: 2981 12289 0


Dernière édition par Jonathan Crane le Ven 17 Avr 2020 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Messages : 472
Date d'Inscription : 18/11/2019

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Arthur Brown / Cluemaster
Arthur Brown / Cluemaster
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyVen 17 Avr 2020 - 16:06

Un doute, une suspicion. Cet homme venait de me reconnaitre. Ouais, c'est vrai, j'avais écumé les plateaux télévisés y'a longtemps ... Très longtemps. Alors comment son fils pourrait savoir que j'existais encore ? Surtout que la production a tout fait pour me détruire moralement et physiquement après mon passage sur GNN. Je fais mine de le remercier, d'un petit geste de la tête, tout en l'écoutant. Un autographe hein ? Peut-être, si j'ai le temps, pour le petit gars imaginaire. Nul doute, une aiguille était dans la botte de foin. Nygma était peut-être fou et trop orgueilleux, mais j'avais encore toute ma tête, et je savais être intelligent quand bon me semblait. Pour en revenir à mon renvoi, à ma terrible éviction. J'avais insulté une candidate obèse et idiote de "pudding ambulant avec un cerveau en gelée", et malheureusement, le hasard faisait que cette dame faisait partie de l'élite de Gotham City. Elle avait peu apprécié le compliment et j'avais perdu les manettes ce soir-là, devant mon invité de l'époque, Bruce Wayne, qui participait aussi à ce jeu. Lui, il avait été correct, mais l'autre grosse dinde, cet espèce de cachalot sur pattes, cette gélatine bouffie, elle avait finie dans un de mes plans. En guise de vengeance personnelle, elle avait été décérébrée et trépanée grâce à un ami à moi, une bonne connaissance : Lazlo Valentin. Un homme d'une parfaite maitrise de la chirurgie. Revenons un peu à cet homme en face de moi. Le fait qu'il essaie tant bien que mal de se camoufler indique que quelque chose ne tourne pas rond. Pour tout dire, ce lieu me dégoutait, alors s'il devait y'arriver quelque chose, ce n'est pas comme si cela allait m'impacter fortement. Mais le sac en question était parfaitement visible, et maintenant, je venais de comprendre d'où cela venait, ce petit rapport dans le crâne qui me tourmentait. Maintenant, je savais quel nom mettre sur cet homme. Sans le vouloir, mais la curiosité aidant, je jette un regard à ce sac qu'il tentait de dissimuler.

"Je vois."


Deux mots, deux mots qui indiquaient la compréhension de ce qui se passait. Pourquoi était-il là ? Dans un lieu pareil ? De vieux comptes à rendre ? Je m'en fiche pour tout dire. Un maigre sourire se dessine sur mes lèvres. Visiblement, je n'étais pas le seul à avoir des griefs face à l'éducation nationale. Je connaissais le dossier de l'homme qui portait ce masque, et généralement, il savait instiller la terreur dans les cœurs de ceux qui le croisaient. Mieux valait ne rien dire. Et surtout, connaissant les méfaits de cet homme, il valait mieux ne pas broncher, et surtout rester prudent. Je m'approche doucement, tout en faisant en sorte que ma voix ne soit peu haute. De manière à ne pas être entendu. Les murs ont des oreilles et cette vieille université avait parfois certains recoins où l'on pouvait vous espionner. Une étudiante distraite ? Un professeur au mauvais endroit au mauvais moment. Tout pouvait arriver. Et les témoins ne font généralement pas de vieux os.

"Je ne vous mettrai aucun bâton dans les roues. Monsieur ... Enarc. J'imagine que vous avez besoin de faire la poussière et de débarrasser les quelques crasses qui se trouvent dans les bureaux, n'est-ce pas ?"


Un diminutif de son nom que j'avais reconnu. La vengeance est l'affaire de deux hommes, pas d'une tierce personne comme moi. Je ne suis pas un justicier, et je ne vois pas pourquoi je sauverai la vie d'un homme qui pouvait être nuisible si ça se trouve. Si Jonathan Crane voulait se venger, il fallait être un imbécile pour se dresser entre lui et sa proie. Il était un corbeau, et il attendait patiemment que le ver de terre sorte de la terre pour le dévorer. Un homme dangereux, mais qui avait quand même une intelligence redoutable en terme de chimie. Je venais d'inverser son nom pour éviter de semer la peur dans ce lieu, si une oreille attentive nous épiait. Soyons intelligents non ? Jonathan Crane, connu sous un autre nom, un nom plus terrifiant, qui pouvait être aussi horrible que tout ce que l'on peut imaginer. Un homme intelligent, doué avec la chimie, et terriblement instruit. Un homme qui aimait les livres, qui aimait l'intelligence, qui aimait la culture de l'esprit. Un homme qui pouvait me comprendre, mais jugé comme fou. Comme sadique et pervers selon ses dossiers. Mon balai brosse dans la main, je ne pouvais que proposer mon aide pour un homme de ma carrure, de mon potentiel. Un homme qui méritait lui aussi de rendre gorge à tous ceux qui nous ont bafoué. D'après ses dossiers, Crane avait été renvoyé de l'université pour ses travaux, à cause de son génie et à cause de l'étroitesse d'esprit des imbéciles. Comme je le disais précédemment, l'humain n'évoluera pas s'il doit sans cesse penser éthique ou moralité. Des mots, rien que des mots. Le balai brosse dans la main, j'invite l'homme à faire de même, tandis que je commençais à nettoyer le couloir, le sol était sale. Sans relever la tête, je continuais de parler.

"Si je peux, au contraire, vous aider, et vous donner des renseignements sur les lieux. Je serais là, faisant semblant de nettoyer ce couloir pendant que vous aurez ce que vous avez à faire."


La haine entre Blackgate et Arkham pouvait parfois être tenace. Cependant, ridiculiser et se venger de ceux qui nous ont fait du mal était un sport que nous pratiquions dans nos deux camps. Je n'avais pas choisi de devenir un prisonnier de Blackgate. Non. J'avais décidé d'embrasser une carrière qui me permettrait de devenir célèbre en étant un criminel reconnu. Cependant, je faisais partie des criminels de seconde zone. Pour le moment du moins. J'avais comme projet de découvrir l'identité du Batman, et de le détruire. Pour lui faire payer ce qu'il avait fait à ma Stéphanie chérie. Ma pauvre petite chérie. Accoudé sur le balai brosse, j'esquisse un sourire. Attendant la réaction de l'homme en face de moi. Je préférais ne pas me mêler de ses histoires, de tueries ou quoi que ce soit, je ne tenais pas à me retrouver face à mes peurs.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptySam 18 Avr 2020 - 12:33

You are the product of everything you fear.Tu te figes sur place en entendant les paroles du criminel. Décidément les rumeurs concernant sont intellect ne sont pas à prendre à la légère, certes ton erreur d'avoir laissé à découvert ton masque est en soi idiote. En revanche, il n'a fallu que de quelques secondes à Brown pour se rendre compte de la situation dans laquelle il se trouvait et de prendre en compte tous les facteurs pour découvrir ta réelle identité. Quoi qu'il en soit, les choses sont sans doute mieux comme ça. Jouer au jeu du chat et la souris t'ennuie toujours au bout d'un moment et il est à noter que Cluemaster en plus d'être malin semble également ne pas avoir d'hostilité envers toi et envers ton prochain acte. Le diminutif qu'il avait inventé t'amusait légèrement d'ailleurs et cela prouve que tu as affaire à une personne d'un grand professionnalisme pour être discret et savoir garder le silence. Finalement, cette rencontre n'est pas totalement une malédiction et si tu pouvais ressentir la moindre bienveillance en toi tu éprouverais de la sympathie envers cet homme. En te tournant vers lui à nouveau tu lèves ta casquette non seulement par geste de salut, mais en plus pour lui révéler la totalité de ton visage, histoire de lui faire sous-entendre que ta confiance envers lui venait légèrement de grimper :

« Si je peux, au contraire, vous aider, et vous donner des renseignements sur les lieux. Je serais là, faisant semblant de nettoyer ce couloir pendant que vous aurez ce que vous avez à faire. »

« Vous êtes grand prince ! »

Tu remets ton couvre-chef en entendant ses paroles. T'aider ? Pourquoi il ferait cela ? Tu te demandes dans un premier temps si c'est un piège et puis tu réfutes cette théorie. L'homme semble être en proie à un ennui profond et pour tout avouer il n'a sans doute aucune raison valable de te trahir par la suite. Brown n'est pas connu pour souhaiter retourner dans le droit chemin et qui peut réellement l'en blâmer ? Ton expérience t'as appris que les hommes comme lui et toi exècrent l'enfer de la normalité, de l'habituel, c'est comme une allergie. Les gens qui vivent leurs vies de tous les jours sans innover ont la fâcheuse manie de se crever les yeux en voulant faire l'autruche. Toi tu essaies de casser les codes dans ton domaine. L'épouvante à la grande qualité de mettre un grand coup dans la fourmilière en mettant en évidence les faiblesses profondes de chacun. Tu devrais remercier cet homme de sa docilité en l'invitant à s'échapper de sa situation actuelle, se serait la moindre des politesses. Tout à coup il te vient une idée, tu t'apprêtes à lui faire une offre qui, selon toi est alléchante :

« Je me demandais, s'il n'était pas préférable de faire la poussière à deux. Cela irai sans doute plus vite. Qu'en dites-vous ? »

Tu t'attendais à ce que l'homme refuse et ce serait compréhensible. Si jamais Cluemaster devait faire équipe avec toi, sa réinsertion professionnelle en prendrait un coup et qui plus est, il semble tout juste être sorti de prison et se serait sans doute mal avisé de sa part de replonger. De plus, ton sous-entendu pouvait être mal interprété ce qui t'étonnerais de lui. En revanche si jamais il acceptait, cela te permettra de le garder à l'œil pour pas qu'il te trahisse, on n'est jamais trop prudent. Il y a également le fait que tu auras besoin de main pour maîtriser physiquement le professeur Alexander et Cet homme pourrait faire en sorte de le garder virilement immobile. Quoi qu'il en soit tu tournes définitivement les talons en direction du bureau, là où se trouvait ta proie. Tu as perdu suffisamment de temps et prendre encore quelques minutes pour écouter sa réponse est inutile. S'il veut venir avec toi il vient, s'il ne veut pas il ne vient pas. Une fois arrivé au bureau du professeur, tu te mets frénétiquement à toquer à la porte en attendant une réponse. Tout est prêt, les outils, l'expérience. Ta médisante proie est juste de l'autre côté.

« Oui qui est-ce ? » Demande le professeur.

« C’est le ménage, monsieur j’ai à vous parler s’il vous plait. »

« Entrez. »

L'autorisation a été donnée. L'agneau a invité le loup à entrer dans sa bergerie. Tu ne peux t'empêcher de regarder tout de même si Arthur Brown n'est pas à t'es côté pour cette expérience. Si c'est le cas sa mission principale sera de maîtriser ta prochaine victime.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Messages : 472
Date d'Inscription : 18/11/2019

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Arthur Brown / Cluemaster
Arthur Brown / Cluemaster
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyLun 20 Avr 2020 - 11:20

Faire la poussière pas vrai ? Un homme comme moi sait parfaitement gérer les situations de manière pragmatique, claire, et efficace. Nul doute que chaque homme doit faire ce qu'il doit à faire, et qu'importe les moyens, il se doit de le faire. Si ce cher docteur Crane a pris soin de faire une telle entrée dans un lieu comme l'université, nul doute qu'il y'avait quelque chose à en tirer. Une vengeance personnelle ? Une envie de semer la peur dans le cœur de certains professeurs ? La logique voudrait que le professeur Crane soit là pour régler des comptes. Qui ne le ferait pas ? On a tous eu un professeur pénible, ou un collègue qui n'hésitait pas à vous balancer des horreurs par derrière dans le seul but de vous détruire en terme de carrière. La bonne nouvelle à tirer de notre début d'échange était le fait que je ne finissais pas en victime potentielle du docteur de la terreur. Une bonne chose quand on y réfléchit. Finalement, ce docteur semblait lui aussi être quelqu'un de réfléchi, de posé. Pas à mon niveau intellectuel bien sûr, mais il avait des pensées et des opinions qui semblaient sortir d'ailleurs plutôt que d'une école de faculté. Il était plus mûr et plus certain qu'un stupide docteur qui venait de faire ses cinq années en université, vous savez, le genre d'imbécile qui apprend tous dans les livres et qui se permet d'être un expert une fois arrivé dans le monde merveilleux de la médecine. Cet homme en face de moi, c'était une perle dans un marais de merde médicale. Tandis que moi, je préférais la culture, et j'excellais dans ce genre de domaine. C'est alors qu'il me demanda si j'avais besoin d'aide. J'aurais apprécié lui dire oui histoire qu'on partage quelques pensées sur des moments pénibles communs. L'air blasé, je déposais le balai sur le chariot avant de m'avancer vers l'estimé confrère.

"Je suis sûr que nous pouvons trouver quelques lapins de poussières qui se cachent sous certains bureaux. Quoi de plus normal que d'aider un collègue ? Après tout ... Qu'est-ce la normalité ?"


Dis-je avec un léger sourire en regardant et en soutenant le regard du docteur Crane. Bien entendu, personne ne pouvait répondre à ce genre de questions. Les imbéciles qui régissent et qui dirigent notre civilisation s'emploient à nous parler de morale et d'éthique pour stigmatiser les idées hors-normes. Comment ne pas explorer le monde de la folie ou tenter de la faire reculer si nous ne pouvons pas utiliser tous les moyens nécessaires ? Serait-ce vraiment un mal pour un docteur d'asile de lobotomiser ou d'oublier un patient dans sa geôle. La science devait sacrifier des cobayes, c'était comme ça que cela devait marcher. Tous nos grands penseurs l'ont fait, pourquoi cette prudence puritaine à notre époque ? Crane se dirigea vers un bureau. Un professeur y travaillait encore. L'homme retranché dans son bureau nous donne le feu vert pour entrer. C'était un homme d'une certaine bonhommie, assez imposant en terme de poids. Qui cachait un certain style de professeur sur le terrain proche de la retraite. Il semblait passablement irrité de notre présence pour le nettoyage. Nous ne disions rien, nous faisions comme si. Analyse personnelle : Le docteur Crane semblait être un cas des plus précieux à mesure qu'on égrainait la couche que formait son insociabilité autour de lui. Derrière cette froideur habituelle, se cachait un refus de s'ouvrir aux autres, où seule son intelligence à le droit d'exister. Le docteur Jonathan Crane souffrait évidemment d'un complexe de supériorité intellectuelle. Pas de chance, moi aussi.

"Dépêchez-vous de faire le ménage, je n'ai pas que ça à faire."


L'odieux personnage était décidément assez reboutant, mais je comprenais parfaitement qu'il était l'homme que Crane voulait abattre. M'approchant de l'homme, je passe devant lui avant de me positionner derrière lui, comme pour chercher une quelconque poussière cachée. Mais c'est à ce moment bien précis que je décide d'employer les grands moyens. Crane n'était pas quelqu'un de physique, cela se voyait. Maigrichon, déglingué, c'était une mouche. Un homme qui avait un quotient intellectuel bien trop supérieur pour s'adonner à du culturisme. Personnellement, j'avais toujours un endroit pour la musculation dans le garage de mon ex-femme, et cela m'aidait à entretenir ma forme. Surtout dans notre profession parallèle. Passant mon bras autour de la gorge du divin goret intellectuel, je le maintiens tout en bloquant son bras gauche avec mon autre main valide. Je le saisis donc à la gorge avec le bras droit tout en faisant attention à ne pas l'étouffer.

"Restez calme, professeur. Nous désirons tout simplement discuter avec vous. Si vous vous débattez, je comprimerai mon bras de telle sorte à ce que vous succombiez à l'inconscience. Or, mon collègue ci-présent, souhaite discuter un peu avec vous."


J'avais parlé d'une voix calme et légèrement audible pour que l'homme reste tranquille. Je ne lui ferai rien de mal, personnellement. Mais après tout, je pouvais quand même aider un autre homme à accomplir son objectif non ? Souriant un tantinet, je reporte maintenant mon regard vers le professeur Crane avec la sensation d'avoir remis un peu d'ordre dans une vie qui serait, toutes comme les autres, inutile au terme de son existence. Attendons de voir la leçon du maitre.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyLun 20 Avr 2020 - 14:42

You are the product of everything you fear.Cluemaster était à tes côtés lorsque nous rentrons dans le bureau du professeur. L'image qu'il a donnée lors de l'interview était bien évidemment peu représentatif de l'image que l'on voit de lui dans la réalité. Vous aviez en face de vous quelqu'un de gras, fatigué par les années et méprisent envers le personnel inférieur hiérarchiquement. Au final rien a changé ici.  Alexander a pris ses fonctions de professeur lorsque tu es parti et donc tu ne l'as pas spécialement connu, cependant et au risque de te répéter rien a changé dans cette école. Lorsqu'on peut enfoncer quelqu'un en manque de confiance ou se mettre en valeur en enfilant ses grands sabots tout le monde n'hésite pas à le faire. Tout le monde se considère comme étant le plus professionnel, le plus qualifié et le plus intelligent. Cela semblait être le cas de ce maître qui vous ordonne de vous dépêcher pour faire le ménage. Ses désirs sont des ordres, cependant il devrait faire attention à ce qu'il souhaite, car la poussière que tu t'apprêtes à balayer n'est pas celle qui se trouve sous son bureau. En revanche, l'une de ta plus grande qualité est d'attendre le moment propice pour frapper et pour le moment tu exécutes gentiment sa demande avec ton compagnon de fortune.

« Bien monsieur, nous n’en aurons pas pour longtemps. »

Tu regardes alors ton complice provisoire du coin de l'œil tout en simulant le ménage des placards. Brown avait sans doute déjà compris ce qu'il lui restait à faire. Dans une discrétion rare tu poses à côté du bureau le sac et tu ne tardes pas à remarquer que l'atmosphère petit à petit devient de plus en plus lourde. Alexander quant à lui semblait totalement vous ignorez préférant ranger ses fiches dans son sac de cours et commencer tout juste à éteindre son ordinateur. Cependant, dans une remarquable maitrise Arthur Brown passe derrière lui en maîtrisant totalement le gargantuesque personnage. C'était le moment, c'était le bon timing. Tu retires définitivement ta casquette pour laisser apparaitre ton visage. Le professeur de philosophie semblait être dans l'incompréhension et la panique la plus totale et les mots menaçants de ton acolyte provisoire réussirent un tant soit peu de calmer ses ardeurs et de l'empêcher de crier. Lentement tu t'occupes de sortir ta seringue contenant à l'intérieur ton poison que tout le monde redoute. Dans un élan de désespoir, Alexander a pris la parole.

« Mais, qu'est-ce que vous faites ?! Lâchez-moi Brown ! Vous voulez retourner en prison ? C'est un scandale ! »

« Voyons, Alexander. N’avez-vous pas entendu monsieur Brown? Soyez donc docile. »

« Vous ?! vous êtes cet ancien professeur ! Que faites-vous ici ?! »

« Et bien j'ai entendu cette petite interview, où vous lâchiez votre haine sur les anciens professeurs devenu selon-vous des déchets de la société et je me disais que vous feriez un magnifique sujet d'expérience. Soyez honoré, vous êtes désormais l'expérimentation B-1 : Comment l'humain passe du courage à la frayeur ? »

Le professeur ne tarda pas à comprendre le sort qu'il lui était réservé et commence alors à d'abord vous insulter de tous les noms puis petit à petit à vous supplier de lui laisser sa santé mentale sauve. Plus tu te rapprochais de lui, plus ses yeux passaient à la panique. Tu glisses alors un regard complice vers Cluemaster en lui sous-entendant de bien le tenir. Après tout la moindre des choses et de le remercier de sa confiance. Tu tapotes ton aiguille avant de l'insérer dans le bras de ton sujet en prenant soin de viser les veines. Le poison était alors introduit dans le rat de laboratoire et Arthur pouvait alors sentir tous les muscles du professeur se contracter d'instinct. Les yeux de Alexander semblaient devenir livides et l'homme commença à avoir de légères convulsions dans tout le corps. Tu regardes alors l'extérieur en espérant qu'il n'y a personne et tu diriges ton regard en prenant soin cette fois-ci d'enfiler ton masque d'expérience. Tu prends ensuite le temps de te placer en face de l'homme pour lui demander :

« Alors, professeur. Votre ressentis ? »

Le professeur se mit alors à hurler de tout son être en tentant de se débattre. Tu ne comprenais pas encore ce qu'il pouvait bien se passer dans son esprit, mais voir l'émotion de l'épouvante s'installer sur son visage te procurait une joie immense et une satisfaction intense. Cependant, le sujet d'étude faisait énormément de bruit et il serait sans doute probable que ton associé actuel ne trouve cela pas tellement discret.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Messages : 472
Date d'Inscription : 18/11/2019

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Arthur Brown / Cluemaster
Arthur Brown / Cluemaster
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyMar 21 Avr 2020 - 1:50

Gotham est le genre d'endroit lugubre et pourtant si fascinant, le vice qui ronge cette ville qui, je n'en doute pas un seul instant devait être une bourgade tranquille à un moment, s'est transformée en une métropole monstrueuse. Comme ces habitants de Salem qui, par la folie, accusèrent plus d'une centaine de personnes de faire de la sorcellerie pour des histoires banales. Au moins, l'air pollué, ça fait du bien aux poumons ... Quand on est habitué à avoir son âme et son coeur noircis de jour en jour. Je ne m'attends à rien. Crane était le principal maitre d'orchestre de ce soir. Aucune chance de le laisser après ça, après tout, il pouvait être mon ticket pour mon plan. Celui d'avoir le Batman et de lui faire payer tout ce qu'il m'avait fait. En montrant mes qualités à l'épouvantail, je ferais en sorte d'être "perfecto" et "adelante" pour ses services. Un homme comme l'épouvantail n'était pas le premier criminel venu. Même si Crane était un fichu sadique, il était sans conteste, un homme de terrain. Un homme qui devait continuer à oeuvrer pour le bien de la science et à punir ceux qui osaient dire ce qui était moral ou non. Je sens le regard du sinistre professur sur moi alors qu'il s'apprête à donner le cours, et je souris doucement alors qu'il tente de donner un peu d'espoir au docteur. Après tout, les cobayes avaient une qualité : Ils ne parlaient plus, une fois l'usage terminé. Serrant bien le bras du professeur, je l'avance vers Crane pour qu'il puisse se charger de l'empoisonnement.

"C'est l'heure de la leçon, prof."


Dis-je en rigolant. C'était amusant de passer d'élève bizuté à cause de son intelligence, à brute épaisse dans le rôle de bourreau. Cela me donnait presque l'envie de chanter, tellement cela pouvait être jouissif. Je n'étais pas un homme de main, à vrai dire, faire le larbin d'un autre comparse me dégoutait, moralement et sur le plan de l'intelligence, mais assister un autre homme de sciences, c'était magnifique. Une expérience que je ne pouvais pas rêver de mieux ! L'homme n'avait cependant, pas l'air d'apprécier l'élément chimique du bon docteur Crane. Intéressante technique de travail et je me devais d'applaudir, si je n'avais pas les mains occupées pour maintenir l'homme qui commençait à s'exciter sous l'emprise du gaz. On repassera pour la discrétion. Les hurlements de terreurs n'allaient certainement pas nous permettre d'être tranquilles. Mais au vu de l'heure tardive, et vu le peu d'engouement ce soir. Nous pouvions être tranquilles. Plissant les yeux, et regardant l'heure à ma montre, je me permets une remarque.

"Nous avons neuf minutes avant que l'employé ne vienne voir l'état du nettoyage. De quoi profiter pleinement de cette étude."


En tant qu'intellectuel et érudit, je me passionne pour de nombreuses choses, et ce soir, nous avions une leçon sur la peur. La seule, l'unique. Vous savez ce qui peut être passionnant dans les peurs ? Non ? Vraiment aucune idée ? C'est la puissance de cette émotion qu'est l'angoisse. C'est la puissance de ce sentiment d'effroi qui peut rendre fou n'importe quel homme à l'origine censé, la peur détruit la raison. Comme dirait cet auteur de théâtre « La Raison c'est la folie du plus fort. La raison du moins fort c'est de la folie.» tout n'est que folie dans un monde peuplé de fou, ce soir, l’Épouvantail m'offrait un spectacle unique. Il était le témoin privilégié de son petit cocktail chimique, mais de mémoire, il ne me semble pas qu'il eusse beaucoup de spectateurs pour profiter de la leçon de l'homme. Savez-vous qu'un choc psychologique peut rendre quelqu'un irrémédiablement psychotique ? Le cauchemar, pays des mille angoisses, un pays qui a oublié le merveilleux, que la petite Alice Liddell ne pourrait imaginer. Chaque peur ou cauchemar est différent pour chaque personne, l'un verra ses plus profondes craintes en rêvant de voir ses parents, d'autres auront une peur bleue de la mort pendant que certains frémiront devant des animaux inquiétants. Araignées, serpents, souris, des peurs si puérils qui ne m'intéressait pas. Après tout, je suis plus porté sur les jeux de l'esprit que des peurs. Mais chaque leçon est intéressante, et quand le professeur dispense un cours, il faut savoir se passionner et écouter. Dans chaque esprit se cache une phobie, nous sommes tous sujet à cette partie sombre qui peut nous ronger lorsqu'elle est dévoilée. Perdu dans mes pensées, les cris du professeur sous l'emprise du gaz commencèrent à m'attirer une certaine curiosité. Mais il fallait revenir au temps présent, et à la réalité. Même si cette expérience était délicieusement intriguant.

"Je parie dix dollars qu'il crève de trouille. Littéralement !"


Je n'éprouvais aucune compassion, aucune émotion vis à vis de ce bibendum ad patres qui allait sûrement mourir d'une quelconque peur idiote. Il y avait cette sensation de profond sadisme qui m'emplissait. Quelque part, je me vengeais pour toutes ces humiliations reçues. Subir quelque chose d'effroyable que moi-même j'avais du combattre. L'alcoolisme, la rupture, la peur de tout perdre, le chômage et la peur du Chevalier Noir. Rien n'était plus jouissif pour celui qui a connu l'horreur que de pouvoir ensuite en devenir le maître. Toute personne ayant touché du bout des doigts la puissance de faire souffrir l'autre se sent toujours invincible, comme si rien ne pouvait atteindre ses ailes souillées par la passion de voir le malheur des autres. Sur les carreaux du bureau du professeur. La pluie commençait a devenir un léger voile de gouttelettes, le vent soufflait légèrement augmentant le déplacement des feuilles qui se collaient sur la vitre. Le spectacle était agréable, sublime, et si j'avais eu la chance, j'aurais ramené du popcorn.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyMer 22 Avr 2020 - 15:42

You are the product of everything you fear.Plus les secondes passaient et plus tu sentais l'adrénaline monter en toi. Tu ne pouvais pas t'en empêcher, tu prenais toujours autant plaisir à contempler l'effroi dans les yeux de tes sujets d'expérience et en même temps sentir le danger de te faire prendre la main dans le sac par quelqu'un d'autre. C'est pour cela que tu vivais, pour cela que tu étais venu au monde. Ton propre paternel avant toi avait décidé de faire de toi un rat de laboratoire et il t'a fait découvrir la sensation de ce que ça fait d'être terrorisé. Désormais tu poursuis l'œuvre de sa vie devenue tienne, tes recherches avancent vite et d'ici quelques semaines tu pourras faire une démonstration des plus contemplative à la population de Gotham. Brown à tes côtés en profite pour lancer les paries sur la mort ou la vie de ton sujet d'expérience et cette remarque, tu la prends assez mal en vérité. Autant tu peux être admiratif sur son quotient intellectuel, autant tu n'apprécies pas du tout son sens de l'humour. Malgré le fait que tu ne veux pas forcément lui montrer que tu es légèrement vexé par sa réflexion il se peut que lui réponde un peu sèchement :

« Non, la dose que je lui ai administrée n'est pas assez concentrée pour causer un quelconque arrêt cardiaque. Cependant, les grandes séquelles neurologiques sont à prendre en compte. »

Tout le travail que tu as mené pendant ces années, c'est l'œuvre de ta vie et non pas une simple plaisanterie avec laquelle on pourrait s'amuser à parier dessus. Tu n'en veux pas spécialement à Cluemaster, mais tu penses sincèrement qu'il ne devrait pas faire de l'humour dans un terrain qu'il ne connaît pas. De toute manière, cela fait un moment que tu n'acceptes plus les critiques ou les moqueries concernant ton traitement. En parlant de traitement, le sujet continue encore et toujours à hurler sans exprimer quoi que ce soit. Il est difficile de savoir exactement ce qu'il se passe dans sa tête et ton acolyte provisoire t'a informé qu'il ne te reste que quelques minutes avant que le superviseur de l'agence d'entretien se ramène. Selon toi tu n'as pas assez de temps pour lui poser des questions claires et noter le fruit de tes recherches. Tu trouves cela d'ailleurs dommage et tu te redresses alors en enlevant ton masque, ce qui te donne alors une nouvelle fois une allure bien plus humaine. Puis tu diriges ton regard vers ton complice.

« Selon-vous, monsieur Brown. Quel endroit est le plus sûr pour sortir sans se faire voir ? »

Au même moment, monsieur Alexander tombe totalement dans l'inconscience suite à ton produit. Tu te permets d'analyser sa fréquence cardiaque en touchant son pouls et tu en déduis rapidement que le professeur de philosophie est tombé dans ses cauchemars les plus intimes. Tu te relèves alors totalement afin de tout ranger dans ton sac tout en attendant la réponse de Cluemaster, tu avais besoin de conseils. Tu avais beau être un ancien professeur de cette académie la disposition avait sans doute bien changé et tu ne connaissais pas bien les rondes des agents d'entretien. D'ailleurs, tu t'attendais à être le seul nettoyeur ici et il se trouve qu'il y a toute une agence avec de nombreuses personnes. L'étude du professeur Alexander était plutôt concluante, en revanche tu espères bien que personne ne te remarque. Ce n'est pas le moment de te faire avoir. Il faut essayer d'être un fantôme aussitôt venu, aussitôt repartie. Il est à noter cependant que tu as désormais quelqu'un avec toi qui pourrais t'aiguiller sur ce qu'il faut faire. C'est une arme de taille d'avoir un agent d'entretien à ses côtés pour s'enfuir sans se faire repérer.

« Nous devrions partir. »

En effet, tu n'avais plus rien à faire ici. L'expérience s'est bien passée et tu as pris ton pied, cependant, tu dois avouer que le temps joue désormais contre toi et ton nouvel allié. Si un agent d'entretien venait ici tout serait perdu et tu devrais faire sans doute une victime. Il serait plus sage d'éviter cela, après tout tu n'es pas un assassin, simplement un homme de science.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Messages : 472
Date d'Inscription : 18/11/2019

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Arthur Brown / Cluemaster
Arthur Brown / Cluemaster
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyVen 24 Avr 2020 - 11:06

La réponse du professeur Crane fut assez sèche, mais je ne connaissais pas particulièrement les tenants et les aboutissants de ses poisons. Pour n'en avoir connu que ce que la légende disait. Une simple bouffée de ce gaz et on pouvait revoir toutes les pires horreurs qui vous hantent au plus profond de votre être. Ce n'était pas merveilleux ? Pas pour la victime en tout cas. Personnellement, je ne relève pas l'existence même de ce professeur qui venait d'être la victime d'autant de haine et de colère de la part du professeur Crane. Savez-vous ce qui est le plus pénible en soi ? C'est de voir que les gens qui vous détruisent petit à petit tout au long de votre vie, ne sont plus rien face à quelqu'un qui ne respecte pas la règle, qui ne respecte pas la morale. Et ce soir, le professeur Crane venait de donner la leçon à un professeur renommé. Alors que le gros commençait à hurler, je me permets de le pousser un peu plus à terre en lui donnant un coup de pied dans le dos. Je ne suis pas connu pour ma faiblesse et pour mon attendrissement, je ne suis pas quelqu'un du genre à apprécier la compagnie des autres, mais quand elle est nécessaire. Vous savez, il faut savoir faire amende honorable et respecter ceux qui le méritent. J'avais beau être un intellectuel dont le quotient dépassait largement les cent points, je n'en étais pas moins quelqu'un qui appréciait rétamer ceux qui m'avaient jadis fait du mal. Observant ma montre à nouveau, ma queue de cheval n'en fit qu'un tour, tandis que j'observais l'heure.

"Nous avons encore quatre minutes avant que l'homme d'entretien ne vienne et me cherche. Si j'estime la possible alarme, nous avons encore dix minutes devant nous avant qu'il n'entende le gros hurler. Si ce gros sac veut bien se taire, bien sûr, nous gagnerions au bas mot, dix minutes de plus."


J'estimais un temps que nous avions un peu de temps avant que tout n'aille au plus mal. L'alarme se déclencherait et les gardes de l'académie se ramèneraient au plus vite. Chose peu souhaitable. Quitte à profiter de ce gros professeur, je me dirige vers son bureau et je prend son portefeuille, le délestant de quelques cinq cent dollars qui s'y trouvent en monnaie. On fait avec ce qu'on peut avec ce qu'on a. Et puis, si c'est pour gagner un salaire minable, alors autant en profiter pour se payer un petit parachute doré. Alors que je reposais le portefeuille dans le manteau de l'homme, tout en ayant porté des gants bien entendu, des bruits de pas arrivent. Non ? Déjà ? Je regarde en direction du docteur Crane et je ne peux cacher ma surprise. Ce n'était que Jasper, un des doyens des responsables de l'entretien. Un vieil homme qui en avait vu des dures, comme tout à chacun. Et pour tout dire, il avait eu une espèce de sympathie pour moi quand je suis arrivé dans l'équipe. Oui, je m'entendais bien avec lui. Mais que voulez-vous ? Un ancien criminel ne peut pas faire d'impasses, et il ne peut pas garder beaucoup d'amis sur son sillage à moins d'en faire des cadavres.

Jasper : "Hey Brown, t'es là ? C'est quoi ces cris que j'ai entendu ? Y'a un problème ?"


L'homme entre dans la pièce, dans le bureau du professeur et ne peut que voir l'ampleur du désastre qui venait de se passer. Il resta choqué pendant un instant tandis que par réflexe, je saisis le coupe-papier sur le bureau du professeur avant de foncer vers l'homme le plus vite possible. Un coupe-papier, émoussé, mais bien planté, il peut faire quand même du dégât. Planté dans une gorge, avec une vitesse adéquate, on peut transpercer la peau, et on peut infliger des dommages irréversibles. Quelles sont nos chances de survie si on le laisse partir ? Zéro. Je ne prend pas de risques, et je ne veux pas retourner à Blackgate. La peur d'y retourner, la peur de se retrouver à nouveau enfermé avec Bolton ou encore Catman ne me tentait clairement pas. Ce sont des brutes et par-dessus tout, des imbéciles. Alors que Jasper regarde le triste spectacle, je me rue sur lui avant de le transpercer à la gorge. Cette partie du corps vitale pour donner l'alerte. Je ne peux pas lui permettre de hurler et de donner l'alarme. Mes pronostics étaient bons, mais le facteur humain était souvent à mettre en compte dans ce genre de cas. On ne peut pas prévoir l'être humain et sa façon d'être curieux en permanence. Je plante de trois coups bien senti dans la gorge, le poignard avant qu'il ne dise rien. Il n'avait pas une carrure imposante, c'était un homme proche de la soixantaine. Tant pis pour lui. Au mauvais moment et au mauvais endroit. Désolé Jasper. Mes amitiés à Satan. Je plante le couteau définitivement dans la gorge de cet homme avant de me relever, doucement. La survie nous permet de prendre les bonnes décisions dans les moments critiques. J'avais agi par instinct, par nécessité. Je regarde le docteur Crane avec un mauvais regard.

"Maintenant, on a intérêt à se sortir de là. Par ici ! Il y'a une camionnette d'entretien pas loin."

Pauvre Jasper, je suis désolé d'en être arrivé à ça. Ce n'était clairement pas voulu, mais que veux-tu ? Je ne suis pas un homme passionné par l'enfermement. Victime collatérale, rien de plus. Je me relève, éclaboussé par le sang de Jasper. Avant de prendre la tangente dans le couloir. Nous allions passer devant les bureaux administratifs, puis nous devrions rejoindre un amphithéâtre, et là, nous pourrions atteindre la première sortie. Et si je ne me trompe pas, nous pourrions trouver la camionnette de l'entretien. Il devrait y'avoir assez d'essence pour nous ramener à Gotham. Juste assez oui. L'adrénaline commence à me submerger, j'avais un peu honte de le dire oui, mais j'avais peur, peur de retourner en prison. Cela réveillait en moi de mauvais souvenirs. Des souvenirs d'éloignement, loin de ma Stéphie chérie.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyVen 24 Avr 2020 - 14:10

You are the product of everything you fear.Tu as seulement le temps de ranger toutes tes affaires en attendant la réponse de Brown qu'un individu vient troubler alors la petite fête que tu avais pourtant préparé. Il s'agissait d'un nettoyeur, assez âgée et qui avait l'air de prime abord sympathique, si tu ne le croisais pas alors que tu venais de commettre un crime. L'homme semblait être totalement choqué par le spectacle qui s'était déroulé sous ses yeux et il en va de même pour toi. Cluemaster t'avais pourtant affirmé qu'il restait encore un peu de temps avant que ses anciens collègues arrivent. Serait-il possible qu'il se soit trompé ? Tu n'avais même pas eu le temps de trouver réponse que ton compagnon fut preuve d'une efficacité diabolique. Un simple objet qui ne devait servir qu'à couper le papier se transforma en une arme diabolique dans les mains d'un mercenaire impitoyable. Quelques secondes auront suffi à ce que la lame atterrisse dans la gorge de la victime qui s'effondre inerte au sol. Tu ne pouvais être qu'épaté par la technique de l'homme, il n'avait pas décidément pas volé sa réputation.

"Maintenant, on a intérêt à se sortir de là. Par ici ! Il y'a une camionnette d'entretien pas loin."

Tu te contentes d'acquiescer de la tête d'un signe positif et de prendre toutes tes affaires avec toi. Il était temps de mettre les voiles. Le fait que nous passions dans le bureau de l'administration fait alors resurgir en toi une mélancolie cachée. La veille de ton licenciement tu as été convoqué dans ce bureau avec tous les professeurs, une triste période de ta vie, cependant il est temps d'avancer dans l'avenir. Tu te contentais de suivre Brown tout le long du trajet, il est ton ticket de sortie après tout et tu n’as plus d'autre choix que de lui faire confiance. Celui-ci devrait être heureux de partir d'ici avec cinq cents dollars en poche. Vous ne tardiez pas à rejoindre l'amphithéâtre et lorsque tu poussais la porte pour y entrer tu pouvais alors entendre des cris de détresse dans la direction que vous veniez prendre. Cela devait être un autre agent qui voulait vérifier le travail fourni dans le bureau du professeur. Tu ne pouvais t'empêcher de sourire en t'imaginant la frayeur de sa découverte.

« A l'aide ! un professeur et un agent d'entretien sont à terre!» pouvais-tu entendre avec ton acolyte.

Tu toises une énième fois du regard Brown. C'était le signe qu'il fallait se dépêcher. Le GCPD n'allait pas tarder à être informé du crime que vous veniez de commettre et dans un réflexe alors instinctif. Vous vous mettiez à accélérer le pas en descendant à toute allure la grande salle de cours qui était à votre porter. Tu tenais fermement le sac avec tous des objets à l'intérieur. L'adrénaline quant à elle était à son maximum et tu pouvais sentir l'excitation battre et raisonner dans ton cœur. C'était jouissif de s'enfuir après avoir terminé ton expérience. Tu ne regrettes absolument rien. En revanche, tu devais rester concentrer jusqu'au bout et terminer ce que tu avais entrepris avec Cluemaster. Vous preniez la première sortie de l'amphithéâtre et vous avez rejoint l'extérieur. Bingo, dans le noir de la nuit il se tenait belle et bien une camionnette comme l'avais dit le criminel. Tu te contentes alors de t'approcher du véhicule et d'attendre les prochaines actions du maître des indices. Tu te permets également une petite remarque à son sujet.

«Je suppose qu'il est bon vous qui conduisez, Monsieur Brown. »

Tu avais à tes côtés un homme d'action et il serait idiot de ne pas lui laisser prendre les commandes pour la suite des opérations. Après tout, ce serait une insulte envers lui de lui dire quoi faire. Cet homme aux multiples talents se devait de prouver sa valeur pour que vous soyez tous les deux sains et saufs de la justice de Gotham-city. Alors, Cluemaster, qu'allez-vous entreprendre pour le bon déroulement du plan ?

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Messages : 472
Date d'Inscription : 18/11/2019

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Alliés : :
Arthur Brown / Cluemaster
Arthur Brown / Cluemaster
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyLun 27 Avr 2020 - 12:10

Réfléchis, réfléchis ... L'alarme venait d'être donnée, et il ne nous reste qu'une chance infinitésimale avant que la police n'arrive. Bien sûr, le temps que nous partions, nous serions déjà loin avant que les flics n'arrivent. Mais il y'avait encore beaucoup de distance entre Gotham et l'académie. Réfléchis, Arthur, réfléchis ! Il ne fallait pas être un crétin pour comprendre que les choses se passaient mal. Tout devenait trop irréel. L'académie avait subi une intrusion comme il y en avait souvent certes mais d'une rare violence. Et personnellement, j'étais plutôt content de dire au revoir à ce travail ennuyant. La camionnette était bien là, conforme à tout ce que nous avions prédit. Enfin, à ce que j'avais prédis. Alors que je prend le volant, je regarde si je trouve la clef. Pas sur le contact, pas dans le pare-soleil. Merde. Sous le volant, j'ouvre le boitier de commandes et je délie les deux fils qui assurent le fonctionnement de la fonctionnement électrique. Il faut être paré en toutes circonstances quand on s'apprête à commettre un coup. Il n'en faudrait pas long avant que la garde de l'asile ne vienne à nous, avant qu'elle ne se pointe pour nous apprendre à ne pas faire d'esclandres dans l'enceinte de l'école. Il fallait qu'on se démerde et vite ! Je rattache maintenant les deux fils avant de tenter d'allumer la voiture. Premier essai. Manqué ... Deuxième essai ... Manqué. Troisième essai ... Le moteur démarra. Il s'alluma et je jette un regard légèrement satisfait à mon compère de la nuit.

"On a de la veine. Beaucoup, beaucoup de chances."


La seule peur qui me hantait en ce moment, c'était de voir tomber sur le capot de la voiture, la silhouette de ce cher Batman qui allait sûrement nous casser la gueule avec véhémence et précision. Mais rien n'arriva. Je démarre la voiture aussi vite que possible et je fonce vers la grande sortie de l'enceinte de l'académie, le garde de la porte se tenait devant nous et nous intimait de ralentir. Je fonce, il s'écarte. Le portail n'avait pas tenu le coup, ce véhicule était vraiment maniable et solide à la fois, on comprenait quand même que les entreprises de nettoyages de Gotham City étaient à jour au niveau de la technologie dernier cri. J'accélérais brutalement, l'académie de Gotham City était déjà loin, et j'avais atteint mon objectif, faire sortir cette personne sans trop faire de dégâts, bien entendu. Il était impossible que des gardes nous rattrapent, de toute façon, je m'arrêterai à un moment, pour abandonner le véhicule d'entretien et en prendre un autre sur une aire de route avant la ville. Changer de voiture sera impératif. Alors que je conduis, à la lumière des phares, en pleine foret, je ne pouvais qu'être satisfait de la façon dont nous avions échappé au destin funeste de la prison. J'espérais simplement qu'on aurait pas le Batman sur les bras ... C'était pas la meilleure des choses à apprendre, ni-même à vouloir. Histoire de taper un peu la causette, je baisse un peu la vitre pour profiter un peu de l'air frais. Quand on a des émotions pareilles, on a salement chaud. Trop chaud.

"Alors quels sont vos plans docteur Crane ? Je dois vous déposer quelque part ? Et on s'arrête à ce niveau de coopération ?"


J'étais encore tâché du sang de mon ex-collègue sur ma chemise. Alors que la route est bien droite, j'en profite pour la retirer, en laissant à chaque fois une main sur le volant. Je continuais de rouler, la ville était proche à présent, une fois atteinte, nous sortirons du véhicule. C'était vrai, en ce moment, je ne faisais plus ce que l'on me disait d'effectuer, surtout pour le gang du Joker en fait. Pour tout dire, un homme aussi brillant que moi n'avait peut-être pas besoin de suivre aveuglément le Joker, mais je me devais de le faire. C'était peut-être une tentative de rébellion de ma part, mais jamais je n'avais été comme ça. Sans doute Gotham et les gens qui y habitaient, qui avaient fini par me transformer partiellement en quelqu'un d'autre. Peut-être ... Peut-être qu'après toutes ces années, la ville vous change. Sur un ton plus léger, j'essaie de commencer une conversation. Histoire que nous en profitions un peu, que nous discutions un peu de nos plans d'avenir. Personnellement, je ne voyais que très peu de choses, je ne voyais que peu de choses à ce qui allait ressortir de l'avenir.

"Il parait que le Joker recrute ... Mais que le Pingouin et les mafieux aussi. Vous en pensez quoi vous ?"


C'était un peu le genre de sujets évasifs qui allait revenir dans les prochaines semaines. Fallait pas être débile pour comprendre qu'il allait y'avoir de l'eau chaude dans le bain et que ça allait faire crever les poissons. J'espérais que ce que je disais n'allait pas le blesser, je voulais juste préparer le terrain. Le marché qui allait être fixé, revenait à faire un pacte avec le Diable en personne. Qui serait assez fou pour accepter de travailler de plein gré avec le Joker ? Fallait être barré. Je l'étais après tout ... J'avais signé. La ville était maintenant à portée, je ne ralentissais pas, nous avions encore de la route. Encore une bonne quinzaine de kilomètres avant d'entrer dans l'agglomération. Je bossais pour le Joker, enfin, pour Harley Quinn dirons-nous. Je faisais en sorte que son plan de Jokerville prenne le corps qu'il mérite. Même si cela impliquait de bosser avec ce crétin de Nigma. Edward Nigma, le seul et unique casse-couille que cette ville ne méritait pas.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. EmptyMar 28 Avr 2020 - 16:30

You are the product of everything you fear.S'il fallait définir la situation dans laquelle on était. Critique est le mot qui serait sans doute le mieux employé. Brown s'occupait de conduire le véhicule et toi, dans un élan d'adrénaline tu ouvres la porte côté passager et tu laisses ton sort entre les mains du maître des énigmes. Celui-ci a d'ailleurs énormément de mal à démarrer le véhicule et c'est bien compréhensible. Un état de stress qui demande en plus de ça une technique admirable pour amorcer le contact n'est pas une mince à faire. La première et la deuxième fois échoue, cependant comme dit le vieil adage, la troisième fois est la bonne. Cluemaster, te souries, t'affirmes que la bonne étoile est de votre côté et se met alors à accélérer. Le garde qui tentait de vous barrer la route n'eut d'autre choix que de s'écarter et le portail qui vous emprisonnait n'eut d'autre choix que de céder. Tu te tournas vers l'académie et tu ne pouvais pas t'empêcher de te réjouir de l'action que vous avez exercée. Peut-être une vengeance personnelle te comble de joie, qui sait ?

«Alors quels sont vos plans docteur Crane ? Je dois vous déposer quelque part ? Et on s'arrête à ce niveau de coopération ?»

Il fallait un petit moment de trajet pour que Brown se décide à créer une conversation avec toi. Tu entendais sa question tout en regardant la route d'un air pensif. Tu avais du mal à te remettre de tes émotions et tu étais comme un enfant qui venait de faire une bêtise sans qu'on arrive à le trouver. En revanche, tu avoues qu'il serait dommage de se séparer d'un homme avec autant de ressources, mais vos chemins étaient obligés de se séparer, pour le moment. Vos objectifs ne sont surement pas les même et il est parfois bon de ne pas abuser des bonnes choses. La route était longue pour revenir dans le centre même de Gotham et tu dois avouer que tu ne connais pas tellement ta destination actuelle. En ce moment, tu vis sois dans des bâtiments abandonnés sois tu dors d'hôtel en hôtel. Il faut l'avouer tu manquais terriblement d'argent pour subvenir autant à tes besoins personnels qu'à tes expériences. Il allait falloir changer tout cela. Cette situation n'allait plus pouvoir durer bien longtemps.

« Il parait que le Joker recrute ... Mais que le Pingouin et les mafieux aussi. Vous en pensez quoi vous ? »

« Je n’ai pas pour habitude de m’approcher du clown, il serait mal avisé de travailler pour lui. »

Il est vrai que tu n'apportes pas tellement d'affections envers le Joker ni envers ses agissements. Non pas que tu le craignes, mais tu n'apprécies pas les personnes anarchiques et imprévisibles. Il y aura toujours un risque que cela dérape. Pour ce qui est de la mafia, tu dois bien l'avouer, tu ne sais pas quoi en penser. Peut-être un jour tu pourras proposer tes services. Cependant, l'idée de devenir un simple larbin aux ordres des Flacones ou de Cobblepot ne te ravi pas tant que cela et pour l'instant tu préfères rester en autodidacte et à ton compte. Après tout tu as toi aussi un grand projet à mettre en place, faire affaire avec la criminalité oui, devenir un chien loyal sans façon. Quant à Brown, tu ne te fais pas tellement de soucis pour lui. Au vu de ses capacités il pourra se débrouiller lui-même pour suivre sa propre étoile et ainsi continuer à montrer au monde entier à quel point l'esprit est tout ce qu'il faut pour se débrouiller. Vous étiez pratiquement arrivé aux portes du centre de Gotham et c'est alors que tu sifflas avec politesse.

« Arrêtez-vous là je vous prie, c'est ici que je dois descendre. Avant de partir j'aimerais vous offrir ceci. Un jour nous nous reverrons à nouveau, sans doute. Bonne nuit, Monsieur Brown »

Tu avais pris le soin de sortir de ta poche un téléphone portable, avec un numéro unique. Avec ce portable Cluemaster pouvait maintenant t'appeler une seule fois pour te demander un service. C'était la moindre des choses. Il serait dommage de se séparer de cet homme, cependant il se pourrait que ce soit toi qui ai besoin de ses services. Seul l'avenir pourra te le dire. Tu poses le portable sur le fauteuil, tout en sortant de la camionnette. Tu regardes une dernière fois Brown et tu te mets alors à partir dans la direction qui t'était destiné. L'ombre de la nuit cache de plus en plus ta silhouette à mesure que tu t'en vas. Ce fut une belle soirée, désormais l'énigme et l'effroi se sont rencontrés.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Réunion d'anciens professeurs.   Réunion d'anciens professeurs. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Réunion d'anciens professeurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Autres lieux :: Comté de Gotham :: Sommerset :: Gotham Academy-