Imaginez le Mythe de Gotham City




Batwing

Azrael

Orpheus

Katana

Tarentula

Nightrunner

Zatanna

Ragman

Huntress

Simon Dark

Misfit

Stryx

Deathstroke

Duela

Blackfire

Pyg

Quiz

Fright

Zsasz

Killer Moth

March Hare

Magpie

Man-Bat

Strange

Holiday

Sofia Falcone

Mario Falcone

Le Lynx

Tobias Whale

King Snake

Blockbuster

The Bone

Requin-Tigre

Kossov

Omerta

The Jazzman

Julie Madison

Slam Bradley

Dr. Arkham

Aaron Cash

Silver St Cloud

Thorne

Zorbatos

Bullock

Alyce Sinner

Crispus Allen

Montoya

Jason Bard

Talia Al Ghul

Nyssa Al Ghul

Vertigo

David Caïn

Deadshot

Le Senseï

Whisper A'Daire

Bronze Tiger

Catman

Dr Darrk

White Ghost

Merlyn
Derniers sujets
» Drôle de trouvaille - mission solo - 17.01.18
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyAujourd'hui à 3:08 par Lonnie Machin aka Anarky

» Laisses toi glisser, gars.
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyAujourd'hui à 1:05 par Benjamin Shelby

» Time to Play
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 22:58 par Liam Faith

» Une faim singulière [Pv Porcelaine)
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 22:24 par Porcelaine

» Une rencontre au pas, de tir ! (Feat : Barbara Gordon)
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 22:02 par Barbara Grayson / Batgirl

» Mission : "Recevoir une plainte" (Feat : Lisbeth)
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 20:59 par Liam Faith

» Blabla
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 20:50 par Cassandra Cain/Black Bat

» Un robot au chomdu - pv Serena Ardwin - 15.01.18
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 19:39 par Lonnie Machin aka Anarky

» La banquise est froide [PV]
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 19:15 par Oswald C. Cobblepot

» La Nuit au Musée [Cassandra]
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 18:58 par Cassandra Cain/Black Bat

» Trois en moins pour l'honneur [PV - Serena Ardwin]
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 18:31 par Serena Ardwin

» Règlement à OK Gotham [PV Nightwing, Elio, Liam, Batman]
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 18:05 par Dick R. Grayson/Nightwing

» La Course au Jouet
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 17:41 par Serena Ardwin

» Quelques maux à se dire - Alexa Varon BomberGirl - 29/09/17
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 16:54 par Lonnie Machin aka Anarky

» Flitlings and trolls are on the menu. [Pv Owen]
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 15:12 par Jason B. Smith

» Asian Street Fight
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 13:52 par Tian Hong

» Maybe I'm a sweetheart trying to make my own scars || PV Dick Grayson/Nightwing
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 13:49 par Tatiana Lavrinenko

» Deux potes, deux manettes
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyHier à 12:11 par Dick R. Grayson/Nightwing

» Li Wei Zheng, la fleur informatique.
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptySam 15 Jan 2022 - 21:57 par Li Wei Zheng

» Une rencontre inattendue.
Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptySam 15 Jan 2022 - 21:37 par Bruce Wayne / Batman

-43%
Le deal à ne pas rater :
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – Blanc
19.99 € 34.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Once upon a time [PV Diane H Selene]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkham Asylum
Messages : 148
Date d'Inscription : 13/12/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Un génie glacial...
☠ Relations conflictuelles :: Tous le monde qui se met entre moi et Nora
♣ Alliés : : La glace et les machines
Victor Fries / Mr. Freeze
Victor Fries / Mr. Freeze
MessageSujet: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptySam 11 Avr 2020 - 21:48


Once upon a time [PV Diane H Selene] Signat10

Je suis à Arkham depuis à peine une journée et j’en ai déjà marre d’être ici. Entre les gardiens provocateurs et les cris des voisins de cellule qui traverse la mienne due au manque d’isolation sonore vont finir par me rendre agressif. Pourquoi ils me considèrent comme un dangereux criminel, je n’ai rien à voir avec les autres détenus de ce secteur. Je ne suis pas un fou dangereux et je ne l’ai jamais été. Wayne a probablement fait construite ma cellule réfrigérée ici pour économiser des frais d’installation ou quelque chose du genre. Il a dû se ficher royalement que la porte blindée qui retient le froid de mon local ne bloque pas les hurlements de ces fous qui me servent de voisins. Toutefois, je sais que les choses s’arrangeront. Les journalistes que j’ai rencontrés hier publieront mon histoire prochainement et qu’importe ce que ces idiots de policiers diront au public, il y aura ma version des faits, la vraie version des faits, qui circulera partout dans Gotham. En attendant que la vérité éclate au grand jour, je dois rester calme. Au moins, ma chère Nora est présentement entre de bonne main et ma patronne, Mme Underwood, a surement déjà remplacé la cargaison que le GCPD m’a confisquée. Très bientôt, je serais de nouveau libre, tout près de celle que j’aime. En attendant, un autre abruti frappe sur la porte métallique avec sa matraque. Un autre abruti de gardien, j’imagine.

‘’Freeze.’’  

-‘’C’est Monsieur Fries pour vous!’’  

‘’Qu’importe. C’est l’heure d’aller voir un psychiatre.’’  

-‘’Cela signifie que je vais avoir ma combinaison?’’  

‘’Oui, mais ne tentez rien de stupide, nous vous avons à l’œil.’’  

Pourquoi quelqu’un voudrait déjà me parler dès mon premier jour de mon retour ici? Je suis prêt à parier que c’est encore Docteur Strange qui veux me revoir. Même s’il se fait discret depuis la fin d’Arkham city, il magouille surement quelque chose pour reprendre du poil de la bête. Qui sait ce qu’il veut… La seule chose que j’ai fait d’intéressante récemment, ce sont mes recherches sur le froid thérapeutique pour guérir ma femme. D’ailleurs, depuis que j’ai accomplis ma vengeance sur celui qui m’a condamné à devenir un bonhomme de neige, c’est la seule chose que je fais. Qu’importe, cette fois, il ne peut pas menacer de me prendre Nora puisqu’elle est à l’abri dans les laboratoires de la Gothcorp. Une fois que je suis rentré dans ma tenue métallique qui m’assure une bonne température corporelle, je fais signe au garde.

-‘’Allons s’y.’’  

C’est bon de se dégourdir les jambes, même si le type derrière moi a une arme électrique en main, prêt à tirer. Il semble nerveux, mais je trouve cela normal. Après tout, durant ma dernière évasion, j’ai congelé de nombreux gardiens pendant ma fuite. Cela dit, il n’y aura pas eu de mort si ce justicier pyromancien ne serait pas intervenu. Il a gravement empiré la situation en parlant de Nora pour me provoquer. Bref, c’était il y a de nombreuses années, mais je peux comprendre que ces souvenirs peuvent rester graver à jamais chez un individu. Évidemment, c’est certain que personne ne va dire que ce fichu justicier était aussi responsable. Quelle sottise. Il a probablement dit aux policiers que je suis entièrement responsable de tous les dégâts occasionnés et qu’il a fait de son mieux pour diminuer les victimes alors que c’est moi qui ai cessé le combat en sautant dans l’eau pour m’enfuir.

‘’Tournez à droite.’’  

-‘’Le bureau de Strange est par là.’’  

‘’Justement, ce n’est pas lui que vous allez voir. Soyez gentil avec la psychiatre, d’accord?’’  

-‘’Je n’ai pas l’intention de blesser qui que ce soit.’’  

‘‘J’espère bien, espèce de monstre.’’  


-‘’Pardon? Vous pouvez répéter?’’  

‘’Ouvrez la porte, c’est ici.’’  

J’obéis et je fais quelque pas à l’intérieur. Étrange. Malgré toutes mes années que j’ai passées ici, je n’ai pas l’impression d’avoir déjà rencontrer cette personne. Je sais que j’ai été libre durant un long moment, mais voir de nouveaux employés malgré la mauvaise réputation d’Arkham me surprend beaucoup. Serait-elle réellement nouvelle? À cause de mon ancienne réputation, je doute fort que ce soit une nouvelle dans le métier. Elle a probablement de l’expérience malgré qu’elle soit plutôt jeune. Quoi que, je ne dois pas me fier à l’apparence des personnes pour juger leur âge. Ma propre patronne est coincée physiquement à 14 ans, cela ne l’empêche pas d’être la scientifique la plus intelligente que je connais.

D’ailleurs, Mme Underwood, j’ai hâte qu’elle se manifeste pour me faire libérer d’ici.

‘’Docteur Selene, je vais être tout juste de l’autre côté de la porte. S’il y a un problème, vous n’aurez qu’à dire un mot et j’interviendrais. Il faut être méfiant avec celui-là, son armure possède des capacités offensives, surtout au niveau des bras.’’  

-‘’Je n’ai jamais attaqué personne durant mes séances précédentes. Vos avertissements sont ridicules.’’  

‘‘Ouais, parce que Docteur Strange avait pris des précautions pour que tout se passe bien…’’


-‘’Quoi? Qu’avez-vous dit?’’  

‘’Nous comptons sur vous, Docteur. À plus tard.’’  

Debout au milieu de la pièce, j’observe la docteure de la tête au pied à travers mes verres rouge sang. Quels sont les ordres qu’elle a reçus? Est-elle là pour appuyer la version tordue du policier? Pour avoir mes aveux? Pour être réaliste, il est pratiquement impossible qu’elle soit neutre et objective. Ce qui signifie qu’elle fera surement de son mieux pour m’embrouiller. À moins que son but soit plutôt de me faire craquer? Elle a accès à mon dossier et à tout mon histoire. Je suis certain qu’elle va me parler de Nora ou de mon passé avec mes parents. Strange adorait aborder ces sujets comme pour manier un couteau qu’on retourne dans la plaie. Qu’importe ce qui arrivera, je dois juste rester calme et clair afin d’éviter que mes propres paroles puissent être retourné contre moi-même. Sans arrêter de la fixer, je lui adresse glacialement la parole.

-‘’Bonjour docteur Selena. J’imagine que Strange n’est pas disponible aujourd’hui? C’est lui que je rencontre d’habitude pour ce genre de choses.’’  

Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyDim 19 Avr 2020 - 15:31

J'étais en train de planifier l'aménagement de mon nouveau bureau et des appartements adjacents que j'avais subtilement extorqués à l'Oncle Sharp (bon en échange d'une garde le dimanche mais de toute manière, le dimanche, je ne serais pas loin, j'ai un certain nombre de choses à faire.) quand une drôle de forme humanoïde entra...
Comme ça, sans frapper.
Certes, c'est un criminel , et certes, j'attendais sa visite, mais la moindre des corrections est de frapper avant de rentrer dans un bureau, et le maton qui suit comme si c'était lui qui était escorté dans mon cabinet.
Quel manque de respect.
Si je ne me dépêche pas de corriger ceci le mot va passer et cette attitude est inadmissible, même pour le premier patient qu'on m'envoie. D'un signe de tête, je rend son salut à l'homme dans la boite, aux yeux rouges, et interpelle sèchement le gardien :

" - Monsieur, je vous sais gré de votre prévenance à mon égard quand à ma sécurité, mais sachez que je ne suis pas une oie blanche et que je suis tout à fait apte à assurer ma propre protection en cas d'attaque, merci bien. Ensuite sachez que le secret professionnel exige que l'on n'entre pas dans le bureau d'un médecin ainsi, sans s’annoncer, au minimum en frappant à la porte, et en attendant l'autorisation d'entrer. De plus c'est parfaitement malpoli et inadapté. A l'avenir, veuillez prendre soin de respecter les bases de votre métier, je vous prie. De plus, mon patient et votre prisonnier a au moins eu la correction de me saluer, ce qui n'est pas votre cas, cumulé à vos marmonnements insinuant que je ne suis pas à la hauteur de mon collègue est parfaitement insultant. Je trouve votre comportement des plus déplaisants et si je devais noter à nouveau une telle incorrection, je vous signalerais au directeur, qui je pense, saura vous enseigner la moindre des politesse, ce que je ne pense pas que vous souhaitiez."

Avec un frisson d'effroi en envisageant à quel poste il pourrait être affecté en guise de punition, il s’inclinât devant moi en bafouillant des excuses pitoyables. Satisfaite que les choses soient claires et en espérant qu'il ferait passer le mot qu'un certain respect était exigé dans mes appartements, je le congédie fermement et me concentre sur le personnage qui se tient face à moi.
A une distance respectable, dans une attitude sur la défensive mais sans exprimer de défi à mon égard, son langage corporel est neutre. Cette constatation me poussa vraiment à me demander à quel point le dossier que l'on m'avait communiqué sur cet homme était fiable.
Si j'analyse ce que j'ai pu constater jusqu'ici, cet homme a déjà eu plusieurs rendez-vous, visiblement désagréables, au vu de son hostilité, avec mon étrange collègue le Dr. Strange. Je n'avais pas encore rencontré cet homme, mais le sous entendu du patient ne me donnais pas vraiment confiance dans les bienfaits de ses méthodes thérapeutiques.
" - Je vous salue également, M. Fries, et vous remercie de vous préoccuper du fait que ce jour soit bon pour moi. Je suis le docteur Selene, et comme vous pouvez le remarquer, je suis nouvelle dans les lieux. Je vous demanderais donc de m'accorder le bénéfice du doute tout comme je vous le concède malgré les préventions que j'ai reçues à votre égard. Comme vous l'avez peut être remarqué, je peux faire preuve d'une franchise brutale, si vous ne souhaitez pas que nos relations de patient à soignant soient entachées de froideur et d'hostilité, cela ne tient qu'à vous.
*Je pris un instant pour le laisser comprendre ce que je venais de lui dire, cela pouvait paraître surprenant*
Quand à ce qui m'intéresse et au sujet qui vous conduit devant moi ce jour, c'est de découvrir quelle est votre part de responsabilité, et établir l'étendue de votre culpabilité dans les faits de violence qui vous sont imputés. Pour arriver à mes fins, j'ai de nombreuses possibilités. Certaines sont plus agréables que d'autres.
Je ne vous demande pas la vérité, vous ne la détenez pas, mais la sincérité. Si vous pensez être capable de faire preuve de sincérité, votre parole me suffira.
Par contre, je vous préviens immédiatement. Toute intention mauvaise, qu'elle soit à mon égard, ou dans le but de vous soustraire à ma responsabilité sera sévèrement punie. Oui, je suis capable de sentir vos émotions. Je perçois votre doute et il ne m'importe pas tant que vous respectez notre accord.
Et avant que vous ne protestiez que vous n'avez pas donné votre accord pour quoi-que ce soit, j 'en conviens, mais cela devrait venir.
En effet, si vous choisissez de ne pas montrer une totale franchise dans vos déclarations, je me verrai obligée d'obtenir la vérité de manière plus brutale. Tous les moyens m'ont étés accordés dans le cadre de cette expertise psychiatrique. La torture fait partie de mes pratiques, certes pas celle à laquelle vous êtes surement habitué, vu votre passif ici, mais si elle est moins dégradante pour moi, elle donne des résultats infaillibles.
Voilà, vous avez les cartes en main.
Je vous propose un marché. Totale sincérité, ou douleur. Quel que soit votre choix, j'obtiendrais ce que je désire. La balle est dans votre camp."

*d'un signe de la main, je lui indique de s'asseoir sur un banc, devant la fenêtre donnant sur la cour de béton, (il fallait vraiment que j'aménage ce bureau c'était une honte de recevoir des hôtes dans ces conditions). Je prends place à côté de lui. Hors de nos sphères d'aisance personnelles, mais assez près pour que je puisse réagir au moindre pic émotionnel.*
" - Je vous prie, prenez place, je vous écoute. Raconter moi ce qui s'est passé, comment et pourquoi vous vous retrouver dans cette boite de conserve étrange *ajoutais-je avec un petit sourire amusé* et comment vous vous êtes retrouvé ici."
Il prit un instant de réflexion, et je le laissais décider de son propre sort.


Once upon a time [PV Diane H Selene] Lookin10
Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Messages : 148
Date d'Inscription : 13/12/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Un génie glacial...
☠ Relations conflictuelles :: Tous le monde qui se met entre moi et Nora
♣ Alliés : : La glace et les machines
Victor Fries / Mr. Freeze
Victor Fries / Mr. Freeze
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyDim 19 Avr 2020 - 22:03


Elle est nouvelle? Étrange, pourquoi quelqu’un viendrait volontairement travailler ici? Étant donnés les circonstances, elle est plutôt chanceuse de tomber sur moi. J’ai besoin de son avis pour tourner le procès à venir en ma faveur, alors je n’avais pas l’intention de lui faire du mal. Cela m’étonne un peu qu’elle prenne la peine de me faire ces avertissements. Elle devra faire quand même attention si elle veut survivre à Akham. Par exemple, Killer Croc ou Bane ne seront probablement pas aussi coopératif que moi-même, surtout après de tels menaces. Elle ajoute qu’elle fera en sorte d’avoir mon… accord? Je ne suis pas sûr de comprendre. Cette psychiatre me semble atypique. Elle me prévient même qu’elle serait prête à me faire du mal pour avoir ce qu’elle désire. J’ignore comment elle pense pouvoir me torturer, mais je préfère la laisser croire qu’elle mène la danse plutôt que lui prouver le contraire. Elle sera plus utile ainsi qu’effrayée ou paniquée.


Au final, son monologue et ses avertissements me laissent de glace.

-‘’Ma… ‘’boite de conserve’’, comme vous dîtes, est trop lourde pour ce banc. Si je m’y installe, cela le brisera. Je vais me mettre juste à côté, mais je resterai debout, comme d’habitude.’’  

De toute évidence, elle ne me fait pas confiance, mais d’après ses dires, elle n’en aura pas besoin, puisqu’elle peut savoir ce que je ressens. Tant mieux si cela l’amuse. Je n’ai rien à cacher de toute façon. Maintenant qu’elle a parlé, elle me donne l’impression d’être presque comme Dr. Strange : Bouffie d’orgueil, sadique, zélée, haïssable. La différence est qu’elle n’a pas encore rencontré de vrai criminel, comme Joker ou Victor Zsasz. Je pourrais l’avertir de ne pas menacer les patients mentalement instables de cette manière afin de rester entière et en vie, mais son sort m’importe trop peu pour que je prenne la peine de lui dire cela.

La balle est dans mon camp? Cette phrase me fait brièvement sourire tellement que c’est ridicule. Je suis certain que c’est faux. Cette femme ne m’inspire pas confiance. Toutefois, je dois quand même essayer. Au moins, cela me donnera une chance de rejoindre ma femme plus rapidement. Je la regarde, prêt à raconter ma vie, une fois de plus. Cette situation que j’ai déjà vécue plusieurs fois est ennuyante et ennuyeuse, mais avec de la chance, c’est la dernière fois.

-‘’Vous voulez donc savoir pourquoi je suis dans cette combinaison métallique? C’est dû à un accident qui est arrivé dans mon laboratoire, à la Gothcorp, il y a de nombreuses années. L’ancien PDG m’avait choisi pour mener son projet sur l’immortalité par la cryogénisation. Les gens lui faisaient confiance alors il faisait fortune avec sa réputation de bienfaiteur de l’humanité. En même temps, il refusait que j’utilise mon laboratoire pour stabiliser l’état de ma femme. J’ai réussi à la faire rentrer à son insu dans l’une des capsules d’hibernation cryogénique et tout s’est bien déroulé pendant un temps. Mais un jour…’’  

Je revois ce moment dans ma tête. Ce moment qui a changé ma vie ou plutôt, qui a figé ma vie dans la glace à tout jamais.

-‘’Un jour, Boyle, mon ancien patron, est arrivé très en colère dans mon laboratoire avec deux gardes de sécurité. Il m’a ordonné de la faire sortir, qu’importe ce qui lui arriverait. Je l’ai supplié à genoux, mais il pensait qu’à son matériel. Ma femme n’était qu’une perte financière à ses yeux. Il a ordonné à ses hommes de la débrancher. J’ai paniqué et j’ai saisi l’arme d’un des gardes pour le pointer vers lui. Je leur ai ordonné de reculer, de laisser ma femme tranquille. Boyle m’a dit de ne pas m’énerver, que nous allons en discuter. Dès que j’ai baissé l’arme, il m’a frappé si fort que j’ai été projeté sur l’étagère de produit chimique sur lesquelles je travaillais. Tous les produits sont tombés sur moi. La réaction au mélange était si brutale que Boyle et ses sbires ont pris peur et ils ont fui, me laissant pour mort. Depuis cet événement, mon corps ne supporte pas les températures supérieures au point de congélation de l’eau.’’    

Ce jour-là, c’était la dernière fois que j’ai ressenti de la chaleur. Le mélange de produit expérimental a complètement changé mon ADN. J’ai terriblement souffert. J’ai ressenti chacune de mes cellules brûler à cause du froid extrême et cela a duré de longues heures d’agonie. Malgré cela, j’ai pu me relever brièvement pour m’effondrer sur la capsule cryogénique de Nora. Je pensais que j’allais mourir, je voulais passer les derniers instants de ma vie avec elle. Après tout, malgré ce qui est arrivé, j’avais réussi à la sauver. C’est le plus important.

Mais tout cela, Selene n’a pas besoin de le savoir. Après tout, elle ne me l’a pas demandé. Elle veut juste l’histoire. Ma version de l’histoire. C’est comme cela que les gens comme elle travaillent. Comme les journalistes. La méthode est similaire, mais l’objectif reste très différent.

-‘’En ce qui est de la raison pourquoi je me suis retrouvé ici… C’est une très longue histoire qui s’est déroulée entre ce jour-là et aujourd’hui. Je vais vous résumer tout cela. Après avoir mis ma femme à l’abri, j’ai décidé de me venger de Boyle en utilisant mes travaux en cryogénie. Avec mon canon à lithium liquide, je pouvais congeler n’importe qui instantanément. J’ai donc attaqué Boyle directement pendant un gala de charité. J’étais sur le point de le tuer, mais un justicier, Batman, m’en a empêché et m’a arrêté. Dû à ma condition physique, Arkham a créé une cellule spéciale pour me permettre de vivre sans mon armure. J’ai fini par m’évader et j’ai continué à travailler sur un remède pour ma femme pendant des années, faisant diverses rencontres un peu partout pour tenter de réaliser ce but.’’  

Je suis certain qu’elle est déjà au courant de tout cela, même si cela s’est passé il y a des années, elle a surement lu tout cela dans mon dossier.

-‘’J’ai fini par retourner à la Gothcorp pour rencontrer la nouvelle PDG, bien décider à l’expulser, elle et ses employés, afin de prendre possession du bâtiment et du matériel médical qui s’y trouve. Elle m’a parlé et m’a convaincu de choisir une autre option : travailler pour elle. Les recherches de Mme Underwood ont pour but de guérir les maladies incurables grâce au froid. En échange de ma collaboration, elle mit sur pied une équipe pour m’aider à guérir mon épouse et surtout, m’aider à redevenir un citoyen normal. C’est ainsi que, il y a quelques mois, j’ai pu me racheter aux yeux de la société. J’en ai profité pour offrir à mes anciens hommes de main du travail honnête au sein de la Gothcorp, à mes côtés, pour qu’eux aussi, puisse profiter d’une vie tranquille tout en continuant de m’aider. Malheureusement, il y a deux jours, durant la nuit, ils ont décidé de me tuer pour voler un camion rempli de lithium liquide de la compagnie. Ils ont presque réussi, mais une justicière m’a aidé à les arrêter. Nous avons dû utiliser la manière forte pour réussir avant qu’il fasse exploser le chargement et c’est exactement pour cela que je suis ici, en ce moment. Parce que j’ai tué ces gens pour me défendre et pour les empêcher de nuire. J’ai appelé la police pour leur expliquer ce qui s’est passé, mais ils ne m’ont pas cru. Ils ont préféré me renvoyer ici…’’  

Je me demande réellement quels aurait été mes alternatives. Comment aurai-je pu éviter de me retrouver ici après avoir abandonné la voie du crime? J’ai tout bêtement trop fait confiance à des gens qu’il ne le méritait pas. Je faisais confiance à ces hommes et j’ai dû les tuer. Je faisais confiance à la police et je me suis fait arrêter. Serais-je donc trop naïf? Peut-être, mais maintenant, j’ai appris. Je ne ferai pas la même erreur avec Selene. Qu’importe ce qu’elle dit, je sais qu’elle veut me faire du mal. Ce sont des gens comme elle qui me pourrisse l’existence.

-‘’Avez vous d’autres questions?’’  
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyVen 24 Avr 2020 - 17:03

"-Je vous remercie d'avoir pris la peine de me raconter cette histoire, je sais que c'est douloureux. Si vous le voulez bien, je vais approfondir mes questions sur deux points.
Le premier sera particulièrement douloureux et si vous ne vous sentez pas capable de répondre, dites le moi, lisez la question, attendez quelques secondes et nous passerons à la question suivante. Lorsque vous ne vous sentirez plus capable d'aborder mes questions, sans parler d'y répondre, je vous prie de m'en faire part en essayant de maîtriser votre agressivité.
Le second point de notre évaluation vous semblera peut être plus utile vu que c'est pour cela que vous êtes ici et parce que c'est ce que vous attendez de moi.
Si vous souhaitez que nous abordions la raison de votre présence actuelle en détention et dans ce bureau, si vous souhaitez un diagnostic, le fait de parler de votre femme est un passage obligé."


Il a choisi. Il a tenté la franchise même si j'ai senti doute, impatience et un brin de méfiance mêlé d'hostilité, il a choisi la franchise. Sans ça c'est simple, je n'aurais pas pris la peine de m'occuper de lui, je l'aurais laissé dans sa cellule, jusqu'à ce qu'il change d'avis ou que son temps soit écoulé. Il ne le sait pas consciemment, mais sa pire torture à lui c'est d'être loin de ce qu'il reste de sa femme...
Cet homme présente un mélange surprenant de différents troubles, tout semble avoir commencé avec un déni de réalité, cette réaction de défense contre ce qu'on ne peut accepter comme la mort d'un proche *douce nostalgie* l'aurait enfermé dans une psychose sévère le faisant perdre toute notion d'empathie ou de réalité. Au fond, il avait peut-être raison, je n'en sais rien, ce soin pouvait peut-être sauver sa femme. Malheureusement c'est la seule chose à laquelle il pense. Toute empathie envolée il n'a ni conscience du fait que sa femme ne souhaitait peut-être pas vivre à tout prix, et probablement pas au prix de la vie de tant de gens, et vu l'amour qu'il semblait y avoir entre eux, certainement pas au prix de la santé mentale et de la vie, de la liberté de l'homme qu'elle aimait. C'est surprenant, instinctivement, je pense à elle au passé, j'ai l'impression qu'au fond, il n'y crois plus, qu'il sait que tout le monde l'utilise même sa nouvelle patronne, il a beau lui être reconnaissant, elle se tiendrait entre sa Nora et lui, elle deviendrait une ennemie et une persécutrice. Tout comme ce justicier, dont il parle, ce Batman dont tout le monde parle, qui ne sors que la nuit et que je n'ai pourtant jamais croisé, ni Munin, malgré nos balades nocturnes.
Bref cette monomanie tourne facilement au délire de persécution et il est évident que cet homme est dangereux. Cependant, il reste de nombreuses choses à savoir... Guidé correctement, avec une prise de conscience, il pourrait parvenir à retrouver cette respectabilité à laquelle il semble tenir, même si il dit que c'est pour mener ses recherches tranquille, je sens chez lui une volonté de tisser de nouveaux liens et un sens des responsabilités, vu son comportement vis à vis de ses hommes et je peux comprendre l'amertume à l'idée de la trahison de ceux à qui il a voulu du bien. C'est à la fois un signe de retour au réel et à la fois un risque grave de rechute irrémédiable, je dois être prudente, je dois tenter si ce n'est de gagner sa confiance, au moins le rassurer quand à mes intentions. Comment lui dire que mon but c'est de l'aider sans qu'il le prenne comme un aveu de faiblesse de ma part ou comme une manipulation?
Si je parviens à lui faire ressentir de l empathie au sujet de sa femme, alors je prendrais le risque de tenter de le soutenir. Parce que se prendre la réalité de qui on est dans le nez^^ ça fait saigner^^.
Je ne vais pas le faire parler de son enfance, ni de sa vie d'avant, pourtant ça me donnerait des leviers pour l'orienter vers ce qui comptait pour lui en dehors de sa Nora...
Re bref. On n'a pas le choix et le temps qui m'est imparti est court ils veulent un rapport. Je ne vais pas pouvoir travailler en profondeur, le pauvre, il n'aura qu'une chance.

"- Pour finir cet entretien, ou pour commencer notre travail, comme vous souhaitez le voir, je vais vous confier cette liste de questions que je vous laisserais le soin d’absorber à votre mesure en espérant que vous aurez le temps avant votre prochaine conversation. Tenez!"



Once upon a time [PV Diane H Selene] Lettre10
Once upon a time [PV Diane H Selene] Lookin11
Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Messages : 148
Date d'Inscription : 13/12/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Un génie glacial...
☠ Relations conflictuelles :: Tous le monde qui se met entre moi et Nora
♣ Alliés : : La glace et les machines
Victor Fries / Mr. Freeze
Victor Fries / Mr. Freeze
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyDim 3 Mai 2020 - 19:32


La psychiatre a effectivement de nouvelles questions, mais… sur ce papier? Pourquoi ne pas me les poser directement, comme les précédentes questions? Selene me demande même de… ‘’maîtriser mon agressivité’’? Je ne me rappelle pas d’avoir été agressive envers elle. Est-ce sa manière d’interpréter ma froideur ou elle me prend pour une bête qui va lui sauter dessus dès qu’on parlera de ma femme? Dans un cas ou dans l’autre, je sens qu’il reste du travail à faire…

Elle me donne le papier en me demandant de prendre le temps d’y réfléchir pour la prochaine fois. Cela me déplaît qu’il y aille une ‘’prochaine fois’’, mais… je pense que même si ma thérapie avancerait le plus rapidement possible, cela n’avancera pas la date du procès, alors cela ne réduira pas le temps que je passerai ici. Au final, elle me permet simplement de prendre mon temps pour y réfléchir. Bon, peut-être que ce n’est pas une mauvaise idée. Par contre, je ne vois pas vraiment ce qu’elle y gagne de son côté à agir comme cela. N’avait-elle pas l’intention de me faire du mal pour que je lui dise ce qu’elle veut entendre? J’ai un peu de difficultés à comprendre ces intentions, mais je commence à croire qu’elle commence par la manière douce avant de prendre la manière forte. J’ai peut-être un peu de chance, finalement…

-‘’Si vous voulez procéder ainsi, alors cela me va. À demain, docteur.’’  

Elle fait venir un garde pour me reconduire à ma cellule. Ce n’est pas le même que celui qui m’a conduit ici. Tant mieux, cette journée va mieux finir qu’elle a commencé.



Le lendemain, à la même heure, une gardienne ouvre ma porte.

‘’Salut monsieur Fries, c’est l’heure! Vous êtes prêt?’’

Habillé comme hier, je hoche la tête.

-‘’Oui, allons s’y.’’  

Pendant que je marche tranquillement, je repense aux questions que Selene m’a écrite. Je comprends mieux pourquoi elle m’a demandé de me maîtriser, puisque sa lettre touche un sujet qui m’est très cher.

‘’Fries, ça va? Vous trainez…’’


-‘’Oui, ça va. Je pensais à quelque chose.’’  

Nous arrivons au bureau de Selene.

‘’Bonjour Docteur Selene, voici votre patient. Appelez-moi en cas de besoin. À plus tard!’’


Je jette un œil à celle qui m’a accompagné ce matin pendant qu’elle referme la porte. Elle était plutôt joviale pour une gardienne, cette femme. Je me demande pourquoi… Dans tous les cas, je suis prêt.

-‘’Bonjour Docteur Selene.’’  

Après qu’elle m’a salué en retour, je me remets à proximité du banc et je ressors la liste de question. Elle m’a demandé de lire ses questions et d’y répondre. Très bien.

-‘’Commençons…’’  

Je soupire un coup. Je sais que cela ne peut pas me nuire si je fais cela correctement. Il suffit juste de rester calme, après tout. Je regarde la liste et je lis la première question à haute voix.

-‘’Qu’est-il arrivé à votre femme pour nécessiter de sauver sa vie?’’  

C’est probablement la question la plus facile, mais ce n’est pas si simple à expliquer pour autant.

-‘’Peu après que nous nous sommes mariés, elle a commencé à avoir des malaises, à perdre connaissances, à ressentir de la fatigue. Nous avons été consultés plusieurs médecins, mais c’est un spécialiste à Gotham qui a trouvé la source. C’est une maladie héréditaire rare qui n’a pas encore de nom, cela provoque l’autodestruction de son système nerveux dû à son ADN. Elle avait besoin d’un remède et j’avais besoin de temps. Je l’ai sauvé en la congelant, car cela à arrêter sa maladie.’’  

Les questions suivantes… Rien de difficile non plus, je reste froid et calme.

-‘’Que faisiez-vous en dehors de votre travail, quelles étaient vos passions? Que partagiez-vous avec votre femme? Qu’est-ce que votre femme aimait par-dessus tout?’’  

Cela me rappelle de bons souvenirs.

-‘’Pour moi, la réponse à ces questions sont similaires. Nora et moi, nous aimions l’hiver. Nous avions regardé la neige tombée, les paysages couverts de manteau blanc, la ville vue de haut et le parc, c’était notre place favorite. Nous avons patiné ensemble pendant des heures, main dans la main. Le doux froid extérieur n’était rien comparé à la chaleur de son sourire. Ce que j’aimais par-dessus tout, c’était quand elle me prenant dans ses bras, comme ça, sans prévenir, et qu’elle disait qu’elle m’aimait… Au final, mes passions n’ont jamais changé. Ce que Nora aimait beaucoup aussi, c’était le patinage artistique. Elle avait beaucoup de talent. Si elle aurait voulu, elle aurait pu participer aux championnats et gagné haut la main, mais elle disait toujours qu’elle n’avait pas d’intérêt à participer aux compétitions mondiales puisque que j’étais son monde.’’  

La question suivante est… le genre de choses que je n’ai pas envie d’admettre, mais elle m’a demandé d’être honnête, alors…

-‘’Qu’avez-vous fait depuis son ‘’immobilisation’’ qui n’ait pas un rapport direct avec elle?’’  

Cette question m’a fait réfléchir toute la nuit, mais puisque la sincérité est la clé de sortie…

-‘’Rien.’’  

Je serre les dents un bref instant, avant de reprendre parole.

-‘’Je me suis évadé d’ici pour la revoir, je me suis enrichi et j’ai appris la médecine pour la guérir. J’ai fait diverses alliances avec des personnes malhonnêtes pour m’approcher de mon but. Et Underwood, elle m’a convaincu d’arrêter ma carrière de criminel pour qu’elle puisse m’aider, à condition de travailler pour elle. C’est ce que j’ai fait. Pour une fois, j’ai réellement l’impression d’approcher de mon but. J’ai tout de mon côté pour réussir : la paix, les ressources, l’aide professionnelle, la complicité de mes confrères et consœurs scientifiques… Ils ne m’ont demandé que mes recherches scientifiques. Un prix très peu payé pour arriver à sauver Nora. Le froid la tien en vie, le froid est donc la clé du remède, c’est logique…’’  

Je devrais éviter de m’éterniser là-dessus. De toute façon, elle ne peut pas comprendre…

-‘’Que souhaitait votre femme pour vous deux et pour vous-même pour l’avenir? Que souhaitiez-vous pour vous-même et pour votre avenir commun?’’
 
Je me rappelle cette époque bénie, avant que les effets de la maladie apparaissent. L’époque où nous avions parlé de notre futur ensemble sans craindre rien ni personne.

-‘’Nous avons beaucoup discuté à ce sujet. Autrefois, nous avions mille et un projet en tête: une vie remplie de voyage, de surprise, de merveille. Nous avons voulu voyager partout dans le monde pour voir les plus beaux œuvres d’art, admirer la vue des sommets des plus hautes montagne, aller dans le pôle nord pour cohabiter un moment avec les amérindien nordique. Même à l’époque, ni Nora, ni moi ne craignions le froid. Nous nous croyons immortels. Évidemment, nous avions aussi prévu de fonder une famille, mais… C’est là que sa maladie s’est fait remarquer. Depuis ce moment, nous avions eu des souhaits… différent. Je souhaite qu’elle guérisse afin de pouvoir à nouveau la prendre dans mes bras et de vivre chacun de nos aventures dont nous avions tant parlé… Mais Nora… Elle voulait que je… que… que…‘’  

Le jour où je l’ai congelée, je l’ai pris dans mes bras une dernière fois, pour la déposer dans la chambre cryogénique. La première étape était d’abaisser sa température corporelle jusqu’à ce qu’elle s’endorme, avant de la congelé complètement. J’ai pu lui tenir la main du début à la fin de ce processus. Tout doucement, j’ai ressenti sa température chutée, son cœur ralentir, sa respiration diminuée, les derniers fragments de sa conscience partir… Mais juste avant que Nora ferme définitivement les yeux, elle a eu tout juste assez de force pour me dire qu’elle était triste... de me voir dans ‘’cet’’ état. Elle ne voulait pas que ce qu’il y a de bon en moi soit congelé avec elle. J’ai tellement souffert ce jour-là, je crois que cette douleur m’a rendu fou…

Après ce silence, j’enchaîne avec la prochaine question.

-‘’Qu’avez-vous réalisé depuis qui pourrait rendre votre femme fière de vous? Qu’avez-vous réalisé depuis qui vous donne une bonne image de vous-même?’’  

Autrefois, je n’aurais pas pu répondre, mais cela à changer.

-‘’Je suis certain qu’elle serait fier que je suis retourné dans le droit chemin. En travaillant pour la Gothcorp, j’ai fait la paix avec mon passé, j’ai élargi mon cercle de contact, je travaille avec mes collègues pour traiter des maladies normalement incurables. J’ai aussi protégé la ville de mes propres erreurs et même si la police ne croit pas en moi, il y a des gens-là dehors qui ont appris à réellement me connaitre et ils croient en moi malgré tout. J’ai un peu… évolué, au lieu de rester sur place à m’isoler et à faire n’importe quoi. Et ça, je pense qu’elle en serait fier. Et quand elle est fière de moi, je le suis tout autant. C’est pour cela que la réponse à ces deux questions est la même.’’  

Et quand elle sera guérie, entouré de moi et de tous les docteurs, elle sera fier de voir ce que j’ai réussi, comme je lui ai promis.

-‘’Pensez-vous pouvoir continuer à vivre dans les conditions dans lesquelles vous vivez actuellement?’’  

Selene m’a demandé d’être sincère… alors soit. Je réponds sans hésiter.

-‘’Oui. Je suis immortel maintenant et Nora, elle est figée dans le temps, jeune pour toujours. Je pourrais passer des années, des décennies, des siècles même, à trouver le remède qu’il faut pour pouvoir à nouveau la prendre et la serrer dans mes bras. Cela arrivera, tôt ou tard. Je prendrais tout le temps qu’il me faut pour que ce moment arrive.’’  

Quel est la question suivante?

-‘’Pensez-vous que votre femme pourrait se réveiller… Mais, oui, je suis certain, ce n’est qu’une question de temps... Et partager vos conditions de vie? Mes ‘’conditions de vie’’?  

Je me regarde les bras, les jambes… tout est dans cette armure…

-‘’ Je sais qu’elle essayera, si je la laisse faire. Mais elle a suffisamment souffert comme cela. C’est moi qui m’adapterai à elle. J’ai déjà des idées en tête de liaison moléculaire pour créer un vaccin stabilisateur afin de… ‘’revivre normalement’’, mais je m’occuperai de mon propre cas uniquement quand ma femme ira mieux. Sinon… à quoi bon? Cela ne servira à rien…’’  

Je racle légèrement la gorge. Ces prochaines questions sont les dernières de la liste.

-‘’Quelles étaient les valeurs de vie importantes que vous partagiez avec votre femme lorsque vous vous êtes rencontrés? Qu’en est-il de vos valeurs de vie actuellement?’’  

Je dépose la feuille de questions à ma droite, sur ce banc trop fragile pour que je m’y assoie, pour ensuite diriger mon regard vers la psychiatre.

-‘’ La franchise et la confiance a toujours été importante et réciproque entre nous. Elle m’a toujours dit ce qu’elle pensait, ce qu’elle voulait, ce qu’elle espérait. Je faisais pareil. Nous avons aussi accordé de l’importance aux divertissements et aux découvertes. C’est notre manière de vivre pleinement chaque seconde de notre vie en couple. Maintenant… eum…’’  

C’est étrange à quel point cette question me fait sentir… vide… Je ressens vraiment qu’il me manque quelque chose. C’est comme si j’étais incomplet. Que répondre à cela?

-‘’Maintenant que Nora est dans un profond sommeil, je… je ne sais plus. Je suis prêt à tout pour qu’elle revienne. Cette détermination est peut-être tout ce qui me reste. Je veux vivre, je veux qu’elle vive et je veux que nous vivons ensemble. Et quand elle reviendra, je pense que je serais de nouveau moi-même. Sa guérison me guérira, moi aussi…’’  

Il y des gens qui ont dit que de se vider le cœur fait du bien, mais en ce moment, je me sens vraiment mal à l’aise. Je sais que les gens ne me comprennent pas et qu’il ne me trouve pas normal. Pourtant, l’amour est un sentiment naturel que tout être humain peut ressentir. Peut-être qu’il y en a trop peu qui ont eu la chance d’avoir rencontré l’âme sœur. Quand on aime vraiment quelqu’un de tout son cœur, il est naturel de se donner cœur et âme à veiller sur le bien-être de cette personne.

-‘’J’ai une question pour vous, Docteur Selene. Pourquoi on me considère comme un malade mental? Pourtant, ce n’est pas de la folie de faire tous ce qui est en son pouvoir pour prendre soin de quelqu’un qu’on aime…’’  
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Once upon a time [PV Victor Fries / Mr.Freeze]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyDim 19 Juil 2020 - 22:11

Cet homme est vraiment étonnant... Outre le fait qu'il soit totalement auto-centré et qu'il ne prenne en compte que son environnement immédiat, qu'il existe par et pour une unique obsession, et que toute notion de morale lui soit étrangère, il est éminemment logique et intelligible pour moi.

*Bien entendu il est fou, qui ne l'est pas?*

Qui peut prétendre n'avoir aucun problème, aucune peur, et aucun illogisme? Ce qui est réellement amusant, c'est que c'est celui qui le prétendrait qui serait peut être le plus dangereux et le moins lucide de tous les humains.

Cependant celui-ci est différent. La première fois que je l'ai vu, hier, la principale sensation que j'ai reçue de lui c’était le froid. Je pense que cela a fortement influencé mon comportement, et si en levant mes "barrières" j'ai réussi à percevoir ses intentions et ses impulsions, l'anesthésiant insidieux que peut être le froid, m'a prise en défaut.


"Voir, percevoir et concevoir", une fois encore, j'ai trébuché sur la deuxième étape. En même temps, j'avoue qu'il ne m'aide pas, enfin, il ne m'a pas aidée la première fois.



*Mais aujourd'hui?
Aujourd'hui? C'est différent.*


Déjà, j'ai senti la fraîcheur remonter le couloir. En fait cet homme est une sorte de Jackie Frost, composé de différentes nuances de froid. Je ne saurais dire si il est réellement toujours humain, mais c'est un Être sensible à sa manière. Si au premier abord, on le perçoit comme un monstre de froideur, un bloc de glace sans cœur et sans âme, c'est surtout son aspect et son attitude qui présentent un front uni et agressif. Mais quand il est entré, à l'instant, j'ai remarqué le regard étonné et dubitatif qu'il a lancé à Letha, la gardienne que j'ai demandée de préférence pour accompagner mes rendez-vous.



(Hier soir, elle est venue me trouver dans mon bureau au nom de ses collègues, ( je soupçonne le gardien d'hier matin de s'être plaint dans la salle de repos... ) pour me souhaiter la bienvenue dans l'établissement de la part du personnel pénitentiaire. Je ne sais pas combien d'entre eux se sont associés à cette démarche conciliante, mais sa spontanéité à mon égard, m'a donné envie de la protéger.
Grâce à une rapide invocation, j'ai prié la Jeune Fille de protéger son esprit des miasmes délétères, de ce lieu marqué par la souffrance et la cruauté. Il est possible que cela la fragilise si quelqu'un souhaite réellement l'attaquer, mais elle se sent mieux depuis et surtout, elle détend légèrement mes patients et l'atmosphère des lieux...)




Au moment même ou j'ai "vu" son regard sur elle, j'ai "senti" le froid devenir piquant de curiosité. Et j'ai réalisé que ce froid était auparavant évanescent, réflexif. Et quand il a commencé à me parler, j'ai enfin perçu les nuances. Une fois convaincue de sa sincérité j'ai pu m'ouvrir à lui au lieu de le sonder. Le froid fait partie de la Nature, il m'est douloureux, il me brûle et me force à me régénérer rapidement à produire plus de chaleur et de vie. Mais il est indispensable à la Vie, au renouveau. Il pousse le vivant à se renforcer. soit en faisant une pause vivifiante, soit en produisant plus d'efforts pour la survie.
Le froid est impitoyable, il tue les plus faibles, et implacable, il touche tout le monde de la même manière, sans distinction. Le froid de l'hivers ancre la Vie dans le cycle du temps de la même manière que l'été. Il est indispensable.

En fait en percevant les nuances de son froid, j'ai bien plus accès à ses émotions et si je pense comme un élémentaire, alors, je peux concevoir sa manière d'agir.

Mais la trace d'humanité, que dis-je la blessure béante et gelée qui est tout ce qu'il reste de son humanité, s'appelle Nora. Quand il plonge dans ses souvenirs d'elle, le froid devient taquin, joueur, il l'enveloppe comme une caresse fraîche et sensuelle, lui qui n'est que métal et glace...


Je crois que j'ai eu raison de lui poser ces questions et de le laisser réfléchir.
En fait je crois que pour aider cet Homme, il ne faut pas tenter de le réchauffer, et il me semble que sa Nora avait compris cela.

Et, grâce à elle, je peux peut être l'aider à se dé-cristalliser, à perdre cette rigidité de marbre, et lui rendre la dense malléabilité de la poudreuse, lui redonner la force déchaînée du blizzard, et la douceur et la joie musicale d'un ruisseau de montagne...

*Oups, je crois que je m'égare légèrement, comme souvent avec mes patients, mon envie de l'aider dépasse ses moyens d'adaptation.*

Mais je crois que j'ai une piste, et je crois que, si je réussis à l’influencer, ne serait ce qu'un peu, l'atteindre et le rendre un tout petit peu plus souple, durant le court laps de temps avant son jugement, alors je témoignerais en sa faveur. Si nous arrivons à nous mettre d'accord et qu'il s'engage au nom de l'Amour, à respecter certaines règles qui lui paraîtrons probablement incompréhensibles.
Je sais que je projette beaucoup sur lui mais sa dernière question m'a vraiment touchée personnellement.

Et ma réponse à cette question ne nous conviendrait ni à l'un ni à l'autre. Si c'est de la folie de tout faire par Amour, c'est de la folie de faire passer ses propres sentiments avant tout. Mais c'est aussi la folie et le chaos que je souhaite répandre dans ce monde, dans cette ville. Quoi qu'il en coûte : l'Amour.
J'ai parfaitement conscience de mes propres troubles psychiques, mais j'ai fais mes choix, et au fond de moi, je trouve que la folie est salutaire à l'humanité.



*L'Amour est salutaire.
L'apathie est le pire danger qui soit pour la Vie.
Tout cycle passe par des hauts et des bas, de l'amour et de la haine, la vie et la mort.*


Si cet homme aime, et il aime à un point extrême, alors je l'aiderai. Que ça soit officiellement ou non. Par contre si il recommence à ne plus rien ressentir? Je le combattrais moi même pour l'indifférence dont il aura fait preuve face aux autres, et la douleur vaine qu'il leur aura fait ressentir.

Depuis ma salutation et la bienvenue que je lui ai souhaitée au début de la séance, je n'ai pas prononcé un mot.
Je l'ai laissé prendre lui même en main sa réflexion et je l'ai écouté de toutes les manières que j'ai pu. Mes mots, je les lui ais données, il en fait ce qu'il souhaite.
Et il m'a offert les siens. Ses mots et toutes les nuances de l'esprit qui les utilise. Ses mots et ses sentiments, lui trop froid pour éprouver de vraies émotions.

*C'est à mon tour de parler.*

-Monsieur Fries. Tout d'abord, je vous remercie pour votre franchise et pour la confiance que vous m'avez accordée en me confiant l'intimité de votre relation avec votre femme. J'ai conscience que d'exprimer oralement des sentiments et des valeurs personnelles peut être déstabilisant. Mais j'estime malgré tout que ce sentiment et cette réflexion sur vous même vous donne des clefs pour comprendre ce qui est important à vos yeux.

-Je crains de devoir pousser ce malaise jusqu'à vous demander si il est plus important pour vous que votre femme retrouve un homme qu'elle puisse aimer, ou que vous la sauviez le plus vite possible? Sachant que vous m'avez dit avoir le temps, et que vous étiez prêt à tout pour elle, êtes vous prêt à attendre le temps qu'il faudra pour lui rendre l'homme que vous pensez qu'elle mérite? Pensez vous réellement que vos activités, honnêtes et malhonnêtes ont un impact sur l'amour qu'elle a pour vous? Par contre la personne que vous êtes est importante. J'ai conscience qu'une part de vous même est morte avec sa cryogénisation, mais la mort est nécessaire à la renaissance, peut être devriez vous envisager de reconstruire une personne aimable? Cela prend du temps, demande du courage de l'honnêteté et de la confiance. Vous vous targuez de bénéficier de certains de ces critères, je vous propose de vous guider pour reconstruire une part de vous même qui ait de l'importance à vos yeux, si vous voulez que ça en ait aux siens.
-Je sais qu'il est facile de parler, je sais qu'on a souvent l'impression de ne pas avoir le choix, mais vous, contrairement à la plupart des humains, vous avez le temps. Donc prenez au moins celui de faire les choses correctement si vous souhaitez obtenir la fin dont vous rêvez. Je suis certaine que vous avez conscience que la réalité évolue et que vous n'êtes plus celui qu'elle a aimé, et que l’expérience de se retrouver en décalage avec le monde va la changer aussi. Préparez vous y. Réfléchissez à votre objectif...

Aujourd'hui, je vous offre mes mots et mes recommandations. Je vous présente mes excuses pour la brutalité de cette séance. Je vous laisse repenser à ce dont nous venons de parler. Si vous le souhaitez, nous nous reverrons demain. Vous connaissez les dates, vous connaissez les enjeux et je vous ai donné les cartes vous concernant dont je dispose. A vous de faire vos choix. Notre prochain entretien se fera à votre demande, et j'écouterais ce que vous aurez à me dire. Letha viendra me faire part de votre éventuel désir de nous entretenir. Je vous souhaite une bonne fin de matinée M. Fries.



Once upon a time [PV Diane H Selene] 63e522ed7b61bb2d1417c67c3ad1d580
Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Messages : 148
Date d'Inscription : 13/12/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Un génie glacial...
☠ Relations conflictuelles :: Tous le monde qui se met entre moi et Nora
♣ Alliés : : La glace et les machines
Victor Fries / Mr. Freeze
Victor Fries / Mr. Freeze
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyDim 16 Aoû 2020 - 18:32


Je l'écoute parler de nouveau et je remarque que Selene ne répond pas à ma question... Étrange, pourtant, quand je la regarde, j'ai l'impression qu'elle m'a bien écoutée. Elle a encore des questions pour moi... Encore et toujours des questions. J'ai beau me répéter que le meilleur moyen de sortir d'ici est de coopérer le mieux possible, mais je commence de plus en plus à me demander si cela a réellement rapport avec l'acte que j'ai commis. Pourquoi me questionne-t-elle autant sur Nora? Sa guérison est mon objectif, mais mon objectif ne permet pas de déterminer si je suis mentalement capable de vivre en société, ni de prouver que j'aurai pu tuer des personnes de mon plein gré.

-''Attendre... Pour me reconstruire?''  

Mais... Pourquoi Selene me raconte cela? Faire attendre Nora, alors qu'elle est présentement entre les mains professionnelles de mes confrères de la Gothcorp qui continue sans moi? Que... Non! Pas si près du but! Ce n'est pas le temps de s'arrêter. Je pourrais toujours me guérir moi-même plus tard, que cela soit physiquement ou psychologiquement, mais Nora, elle attend, dans cette espèce de prison de glace que je lui ai construite pour la garder en vie. Je ne peux pas me permettre de la faire attendre encore plus, qu'importe la raison. Ce n'est pas parce que nous pouvons prendre le temps que c'est ce que nous voulons. Ces histoires de reconstructions personnelles sont loin d'être ma priorité. Je suis ici parce qu'on m'accuse de meurtre gratuit. Je prouve présentement que je peux très bien me contrôler, alors même qu'on attaque ma corde sensible à répétition depuis plusieurs jours. Selene me propose de me guider? Non, non et non. Le seul guide que j'ai besoin, c'est quelqu'un qui me fasse sortir de l'asile.

-''Un instant, Docteur Selene, s'il vous plait...''  

Je ne veux pas que cela se finisse ainsi. Je la regarde, incrédule.

-''Vous êtes d'avis qu'il vaut mieux que je prenne mon temps plutôt que d'aider mon épouse? J'ai l'impression que vous essayez de me convaincre de rester à l'asile. Sans vouloir vous insulter, ce ne sont pas des conseils ou des séances dont j'ai besoin pour guérir. J'ai besoin de Nora. Me tenir loin d'elle en sachant que je pourrais l'aider à guérir me fait sentir terriblement mal. Mais malgré ce que je ressens, je suis parfaitement capable de me contrôler. Même avant de faire la paix avec la Gothcorp, j'ai été longtemps tranquille. Il est plus qu'évident que je n'ai pas attaqué ces hommes simplement parce qu'on me croit fou. J'ignore pourquoi la police semble s'acharner à me réduire en silence, mais ces accusations sans preuves sont plus que ridicule. Ils sont persuadés que j'aurai attaqué mon propre camion pour faire des meurtres gratuits. Cela n'a aucun sens!''  

Je soupire... Cela ne sert à rien de dire cela à elle. J'ignore pourquoi j'essaye encore de parler de ce sujet.

-''Ce que je veux dire, c'est qu'avoir le temps n'est pas un avantage. Je me préserve moi-même dans la glace pour survivre, mais ce n'est une vie pour autant. Je souffre beaucoup de ma condition, des conséquences de mes erreurs passées et les échos des paroles de ma femme qui me hante. Personne ne voudrait une immortalité comme la mienne puisqu'elle condamne à une longue et intense agonie physique et psychologique... Ma très chère Nora est l'unique raison qui me motive à supporter tout cela. Vous m'offrez vos mots, vos recommandations, vos excuses... Mais me donneriez-vous la liberté? Je sais que vous espériez que je pourrai m'asseoir sagement à accepter vos paroles durant les prochains jours, semaine, mois, années... comme c'était le cas avant avec les autres, mais même si vous êtes nettement plus compétente que ceux que j'ai rencontré avant vous, ce n'est pas de cette manière que j'irais mieux. Cela fait des années que ma situation est comme cela et j'ai réussi à aller mieux, car quand j'étais dehors, quelqu'un m'a donné une vraie chance d'attendre mon but.''  

Je regarde Selene directement dans les yeux, à travers mes lunettes rouges. Elle me doit la vérité.

-''Vous disiez que vous m'aviez donné les cartes que vous disposez, pourtant, je crois que je n'ai pas encore celle qui me permettra d'aller revoir ma femme cette semaine. Alors, dites-moi, sincèrement, que pensez-vous de ces accusations? Croyez-vous que j'ai volontairement fait du mal à ces gens? Que diriez-vous au GCPD à mon sujet? Vous leur diriez que je devrais rester à l'asile?''  

J'ai beaucoup parlé, mais pour continuer, je dois savoir si Selene croit en moi ou bien si je suis en train de perdre mon temps ici...
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyJeu 1 Oct 2020 - 8:25

J'étais au bureau tard ce soir, là, je regardais par la fenêtre un rat fouiller un des recoins pleins de saleté. De mon point de vue, l'asile ne donnait qu'un bref aperçu des arbres mal entretenus et rachitiques et des haies dépenaillées de ce qu'on appelle ici un parc... Un mouvement soudain me montra que le chat tapis assez loin au dessus du rat lançait son attaque. Une vie de moins pour qu'une autre continue. Je n'étais pas là pour juger... Et ce soir, j'étais là pour ça pourtant. Comme si c'était à moi de juger de la culpabilité d'une personne, comme si je devait estimer si untel avait plus droit de vie ou de mort que les autres.
- Faites entrer M. Fries s'il vous plait ma chère.


Je ne sais pas pourquoi je l'ai fait venir maintenant, en le sentant approcher, je me rends compte que sa froide impassibilité est fragilisée, qu'il doit se demander ce que je lui veut. "A cette heure? Les nouvelles ne doivent pas être bonnes" doit il se dire et puis ça fait quelques temps déjà que je ne l'ai pas convoqué en entretien et une convocation nocturne ne doit pas vraiment avoir de sens pour lui.

Pour la plupart des gens la nuit c'est un moment d'angoisse instinctive, au plus profond de l'humain la peur du prédateur est subtilement gravée dans notre mémoire archaïque.
Pour moi? C'est le moment où je suis la plus puissante et la plus maitresse de moi même, la pénombre de la nuit m'apaise et me donne du courage, et c'est pour ça que je l'ai convoqué à cette heure...
Tout en continuant de regarder par la fenêtre, je remercie ma jeune protégée. Je salue M. Fries et l'invite  à s'installer de son mieux, de profiter du confort relatif que j'acquiert peu à peu pour mon bureau. Je n'ai pas eu beaucoup de patients jusqu'ici mais pour lui j'ai pris la peine de commander un tabouret de fer forgé *Rivé au sol au cas où certains patients futurs auraient de soudaines envies de lancer des objets lourds et qui douloureux à recevoir* placé de l'autre côté de l'espace vide qui le sépare de mon fauteuil Emmanuelle en paille bleu.
Une fois la porte refermée, je le sens s'arrêter, indécis. *Sans attendre ses questions je commence à faire ce que Gotham et cet asile attendent de moi. Désigner des coupables, garder prisonniers les patients que je juge dangereux ou relâcher ceux qui le sont moins. C'est tout ce qu'on attend de moi ici, je le comprend, c'est tout ce que cet homme attend de moi. Cela a beau aller contre ma nature et ma vocation, c'est pour ça que je suis payée... Donc allons-y.*
- M.Fries, je vous prie de m'excuser. Tout d'abord, pour vous avoir convoqué si tard sans prendre en considération l'impact que cela pouvait avoir sur vous, même si je suis persuadée que l'annonce que je vais vous faire atténuera ce léger désagrément. En effet je viens de finir de remplir les papiers qui déclarent que vous n'avez pas agis par malveillance ni à cause d'un trouble mental dangereux pour autrui, mais qu'il s'agissait de légitime défence de votre part. Je peux en attester aussi bien en tant que psychiatre devant une cour qu'en tant que consultante paranormale si besoin est. Par ailleurs si un contretemps venait à surgir dans le cadre de cette libération, vous pouvez faire affaire à moi.
Par ailleurs, je voulais aussi vous prier de m'excuser pour notre dernière séance. Et pour la manière dont je me suis assurée de votre fiabilité. J'avais besoin de savoir comment vous régiriez face à des questions qui sont douloureuses pour vous et j'avais besoin d'une certitude quand à vos intentions. C'est pour cette raison que je vous ai parlé de votre femme. Mais je voulais aussi vous présenter mes excuse car je pense que mon travail ici ne correspond pas particulièrement à ce que je pensais et j'ai donc tenter d'agir avec vous comme avec un patien venu de son plein gré pour demander de l'aide ou pour travailler sur lui même. Et enfin, je vous prie de m'excuser d'avoir mis tant de temps à m'en rendre compte.  

Dis je en me retournant et le regardant bien en face.
Nonobstant sa carapace internet et externe, cet homme avait accepté de me parler de ce qui avait le plus d'importance à ses yeux.

Peu lui importait que je voie les implications de ses projets, que je sois capable de déduire les problèmes qu'il rencontrerait et l'infinie douleur que cela lui causerait si son rêve se réalisait, je n'était pas là pour l'aider à vivre mais pour lui rendre sa liberté.
Il n'avait rien fait de mal, c'est tout ce qui comptait. Du moins rien à mes yeux. Si des gens étaient morts par sa faute, ils n'avaient qu'à pas s'attaquer à son bien.
Défendre ce qui nous appartient de droit est pour moi une raison valable.
Il aurait peut-être pu utiliser d'autres moyens, je ne sais pas.

Mais encore une fois ceci n'est pas de mon ressort.
Voilà, M.Fries, en échange de votre honnêteté et du bénéfice du doute que vous avez bien voulu m'accorder, je vous rend votre liberté dans la mesure de ce que vaut mon témoignage au tribunal, si vous le souhaitez, je vous en ferais envoyer un compte rendu. J'aurais aimé vous aider plus que ceci et autrement, mais le choix ne m'appartient pas. Donc je ne sais pas si nous nous reverrons, en tête à tête lors du procès, mais je vous souhaite bon courage et le plus de réussite et de bonheur possible dans vos projets. Je tenais à vous remercier par ailleurs car nos entretiens ont étés enrichissants pour moi. Donc je ne peux vous souhaiter que bon vent, même si vous ne prenez pas le large, lui seul saura porter la joie dans votre coeur...

*Durant un instant, alors que je finissais ma phrase d'adieu, Munin m'envoya une image que je ne mis qu'un instant à resituer, Un enfant venait d'égorger le chat que j'avais vu chasser précédemment, il le ramena dans le repère où l'attendaient deux petits qui avaient allumé un feu en attendant dque le grand revienne avec de quoi manger...*
Avec une sombre satisfaction mon regard dériva de nouveau vers la fenêtre en attendant que mon "patient" réalise l'impact de mes mots, et quand mon regard se posa sur lui un frisson prémonitoire me traversa, pour moi? Pour lui? Pour ce que je venais de dire? La vie explique toujours les prémonitions même si elle permet rarement de les comprendre quand on le souhaiterait...


Once upon a time [PV Diane H Selene] Datf8w-4a8e1562-94d9-4a3e-adf1-b2d9d863c09a.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOiIsImlzcyI6InVybjphcHA6Iiwib2JqIjpbW3sicGF0aCI6IlwvZlwvNjY2NTkwOTQtMDkyYi00NmY2LWE4YzgtN2YxMTVhZjE4ZTk2XC9kYXRmOHctNGE4ZTE1NjItOTRkOS00YTNlLWFkZjEtYjJkOWQ4NjNjMDlhLmpwZyJ9XV0sImF1ZCI6WyJ1cm46c2VydmljZTpmaWxlLmRvd25sb2FkIl19
Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Messages : 148
Date d'Inscription : 13/12/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Un génie glacial...
☠ Relations conflictuelles :: Tous le monde qui se met entre moi et Nora
♣ Alliés : : La glace et les machines
Victor Fries / Mr. Freeze
Victor Fries / Mr. Freeze
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] EmptyLun 12 Oct 2020 - 7:42


Elle me répond qu’il lui faut du temps pour lui permettre de réfléchir… Bon… Peut-être que je trouverais les mots pour la convaincre la prochaine fois ou du moins, un moyen de savoir ce qu’elle pense réellement de tout cela. Je ne proteste pas davantage et je laisse la gardienne me guider vers ma cellule. Alors que je marche dans le corridor encore une fois, je réalise que cette fois, je n’ai pas reçu de nouvelle question à répondre. Cela veut-il dire qu’elle a finalement assez d’information pour décider de mon sort?

Une fois de retour dans ma cellule, je contemple la boule à neige que je garde toujours avec moi, me demandant à quoi ma chère Nora peut-elle rêver pendant son long sommeil... Pendant des minutes ou des heures ou des jours peut-être, je me demande de plus en plus si me rendre à la police a été la meilleure solution. C’est la ‘’bonne’’ solution du point de vue de la morale, mais comment cette solution serait-elle juste si personne ne me laisse une chance, ne serait-ce que pour leur montrer que j’ai changé mes méthodes. C’est certains que la plupart des gens se sentent mieux en sachant que je reste sagement dans ma cellule, mais ce n’est pas comme cela que j’ai prévu de finir mes jours. Peut-être que demain, je devrais insister pour… Tien? On m’appelle juste avant l’heure de dormir? On m’informe que Selene veut me voir… À cette heure-ci?

Quand j’arrive à son bureau, je remarque qu’il y a une nouveauté. Ce tabouret en fer forgé est pour… moi? Je dois admettre que j’apprécie cette délicate attention. Je m’y installe en saluant Selene. Sans plus attendre, elle m’explique ce qui se passe. Je reste attentif et immobile pendant tout son monologue, mais dès qu’elle annonce son verdict, des larmes silencieuses coulent sur mes joues. Étrange, je ne pensais pas avoir de problème d’humidité dans ma combinaison, j’ai peut-être mal ajusté mes lunettes… Elle est complètement honnête maintenant. Je comprends mieux maintenant pourquoi ses méthodes de consultation étaient si particulières : elle ne rentre pas dans le moule que le docteur Strange a utilisé pour former les autres psychiatres de cet établissement. Elle a préféré utiliser ses propres méthodes. J’ignore combien de temps elle continuera dans cette voie avant que la folie de cet asile la rattrape, mais c’est vraiment un miracle de pouvoir compter sur quelqu’un qui peut comprendre… qui peut me comprendre. J’admets que je ne suis pas certain de saisir de quoi elle parle quand elle dit qu’elle aurait voulu m’aider ‘’autrement’’, mais elle fait probablement référence à ce qu’elle disait durant la dernière séance, qu’elle voulait que je reste plus longtemps pour me reconstruire.

- Docteure Selene… Je vous remercie infiniment. Votre soutien aura un effet déterminant lors de mon prochain procès. Je ne sais pas ce que je serais devenu sans votre aide.  

En plus, avec l’assistance de l’avocat de la Gothcorp que ma patronne va m’envoyer et le manque de preuve que le GCPD possède contre moi, je suis certain que le verdict final sera à ma faveur. Finalement, tout finira bien pour moi et je pourrais reprendre mes recherches dès que je retournerais dans mes laboratoires. En attendant, je crois qu’elle dit vrai, que notre prochaine et dernière rencontre se fera lors du procès.

-Bonne nuit et… Sincèrement, merci beaucoup.  

Accompagné par la gardienne, je retourne en cellule, peut-être pour la dernière fois. J’ignore depuis quand Selene est ici, mais elle m’a sauvé probablement d’une manière qu’elle ignore encore pour le moment : elle m’a sauvé de cet asile. Arkham est une usine à monstre et personne n’est à l’abri, autant les patients que le personnel du bâtiment. Les personnes meurent, pour les plus chanceux, ou devienne fou, pour les autres. Combien de personne se promènent en costume dehors la nuit parce qu’ils ont fréquenté cet endroit trop longtemps? Seul le Joker pourrait le dire, j’imagine…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Once upon a time [PV Diane H Selene]   Once upon a time [PV Diane H Selene] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Once upon a time [PV Diane H Selene]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Arkham Island :: Asile d'Arkham-