Imaginez le Mythe de Gotham City




Batwing

Azrael

Orpheus

Katana

Tarentula

Nightrunner

Zatanna

Ragman

Huntress

Simon Dark

Misfit

Stryx

Deathstroke

Duela

Blackfire

Pyg

Quiz

Fright

Zsasz

Killer Moth

March Hare

Magpie

Man-Bat

Strange

Holiday

Sofia Falcone

Mario Falcone

Le Lynx

Tobias Whale

King Snake

Blockbuster

The Bone

Requin-Tigre

Kossov

Omerta

The Jazzman

Julie Madison

Slam Bradley

Dr. Arkham

Aaron Cash

Silver St Cloud

Thorne

Zorbatos

Bullock

Alyce Sinner

Crispus Allen

Montoya

Jason Bard

Talia Al Ghul

Nyssa Al Ghul

Vertigo

David Caïn

Deadshot

Le Senseï

Whisper A'Daire

Bronze Tiger

Catman

Dr Darrk

White Ghost

Merlyn
Derniers sujets
» Drôle de trouvaille - mission solo - 17.01.18
L'Ascension de la Peur EmptyAujourd'hui à 3:08 par Lonnie Machin aka Anarky

» Laisses toi glisser, gars.
L'Ascension de la Peur EmptyAujourd'hui à 1:05 par Benjamin Shelby

» Time to Play
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 22:58 par Liam Faith

» Une faim singulière [Pv Porcelaine)
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 22:24 par Porcelaine

» Une rencontre au pas, de tir ! (Feat : Barbara Gordon)
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 22:02 par Barbara Grayson / Batgirl

» Mission : "Recevoir une plainte" (Feat : Lisbeth)
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 20:59 par Liam Faith

» Blabla
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 20:50 par Cassandra Cain/Black Bat

» Un robot au chomdu - pv Serena Ardwin - 15.01.18
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 19:39 par Lonnie Machin aka Anarky

» La banquise est froide [PV]
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 19:15 par Oswald C. Cobblepot

» La Nuit au Musée [Cassandra]
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 18:58 par Cassandra Cain/Black Bat

» Trois en moins pour l'honneur [PV - Serena Ardwin]
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 18:31 par Serena Ardwin

» Règlement à OK Gotham [PV Nightwing, Elio, Liam, Batman]
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 18:05 par Dick R. Grayson/Nightwing

» La Course au Jouet
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 17:41 par Serena Ardwin

» Quelques maux à se dire - Alexa Varon BomberGirl - 29/09/17
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 16:54 par Lonnie Machin aka Anarky

» Flitlings and trolls are on the menu. [Pv Owen]
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 15:12 par Jason B. Smith

» Asian Street Fight
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 13:52 par Tian Hong

» Maybe I'm a sweetheart trying to make my own scars || PV Dick Grayson/Nightwing
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 13:49 par Tatiana Lavrinenko

» Deux potes, deux manettes
L'Ascension de la Peur EmptyHier à 12:11 par Dick R. Grayson/Nightwing

» Li Wei Zheng, la fleur informatique.
L'Ascension de la Peur EmptySam 15 Jan 2022 - 21:57 par Li Wei Zheng

» Une rencontre inattendue.
L'Ascension de la Peur EmptySam 15 Jan 2022 - 21:37 par Bruce Wayne / Batman

Le Deal du moment : -20%
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – ...
Voir le deal
39.99 €

Partagez
 

 L'Ascension de la Peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
MessageSujet: L'Ascension de la Peur   L'Ascension de la Peur EmptyMar 9 Avr 2019 - 6:22

L'homme se tortillait au sol comme un dément, s'arrachant la peau avec vigueur. Jonathan l'observait avec attention, il avait le temps de toute façon. Il observait sa première victime de la nuit tenter de combattre sa peur la plus intense. Le cerveau du sujet était tellement en panique qu'aucun bruit ne sortait de sa bouche. Il s'étouffait dans sa propre terreur. Il était facile de deviner la source d'une telle réaction : arachnophobie. Simple et répandue, mais efficace. Difficile à croire qu'un homme aussi bâtit ait une peur aussi profonde que des bêtes à huit pattes. Il avait vu cette phobie à l'oeuvre des centaines de fois, mais cela le fascinait toujours autant. Prenant la carte d'accès du gardien, l'Épouvantail s'engouffra dans les couloirs sombres des coulisses du bâtiment de la Gotham City Network, sac à la main.

Le bulletin de nouvelle de 19h commençait bientôt, mais il avait le temps. La surveillance n'était pas élaborée : un gardien ici ou là et quelques caméras. Des caméras vieillottes qui pouvait facilement être contournées une fois leur cycle de rotation découvert. Il arrivait parfois quelques imprévus, comme le garde de la porte extérieure arrière ou bien la journaliste qu'il surprit dans l'ascenseur. Celle-ci cria lorsqu'elle reçu sa part de gaz, mais l'élévateur était déjà en mouvement lorsque la peur atteint son plein potentiel. Comment celle-ci réagirait-elle? Une fois la phase initiale dépassée, je découvris ce qu'elle cachait au plus profond d'elle : claustrophobie. Elle beuglait, criait, demandait qu'on la laisse sortir. Elle était en sueur et donnait des coups de pied et de poings frénétiques sur la porte et les boutons des étages. Encore une peur bien connue, mais cette patiente-ci avait tout de même le courage de prendre l'ascenseur malgré son instinct lui interdisant de le faire. Combien de temps avait-elle prit pour ériger une barrière psychologique plus que conséquente pour être en mesure de faire fi de sa peur la plus profonde?

L'ascenseur arriva au 16e étage de l'édifice, donnant accès aux plateaux de télévision. La femme, qui enfin pouvait s'extirper de là, passant devant toujours en criant. Qu'importe les années de travail accomplies, les efforts de cette femme étaient désormais réduis à néant. Sa frénésie attira l'attention sur elle. Ce geste involontaire mais bienvenu permit à Crane de gagner quelques secondes d'anonymat le temps que les gens qui commençaient à arriver ne se rendent compte de sa présence. C'était trop tard tout de même. À l'instant même où les agents de sécurité levaient leurs armes en beuglant leurs ordres futiles, l'Épouvantail plongea la main dans son sac et en sortit 1 bombe fumigène qui lança en direction de l'attroupement. L'anticipation gagna le cœur des imbéciles et ils plongèrent pour éviter d'être affectés. La cartouche explosa, libérant un gaz jaunâtre et épais qui se répandit dans toute la pièce. La vision était réduite à l'extrême, mais cela ne gênait pas Crane qui savait exactement où aller. Il passa les portes et le poste de sécurité tandis que ses nouvelles victimes scandaient la terreur qui se tapissait au plus profond de leurs cœurs. Une fois sur le plateau, le bulletin de nouvelle commençait. Le timing était parfait. Tout ce qui lui manquait, c'était un peu plus de visibilité.


- Mais merde vous êtes qui?

Le présentateur principal de la chaîne de télévision s'était levé de son siège, insulté qu'on interrompt son émission en direct. Crane ne pouvait qu'imaginer la confusion sur les visages des téléspectateurs et il ne put s'empêcher de sourire sous son masque. Poussant de côté le technicien qui s'occupait du son et des images, Crane augmenta le son au maximum et activa le mode urgence de la chaîne de télévision, ce qui eu pour effet d'interrompre toutes les émissions sur toutes les chaînes sans exception. Crane tira ensuite une nouvelle bombe de son sac et dégoupilla, la laissant rouler vers le bureau principal où le présentateur et sa partenaire se trouvaient encore. Le gaz jaunâtre envahit les lieux, ne laissant entendre que les gémissements et les cris de peur de ceux qui n'avaient pas été en mesure de fuir à temps. Il était en direct et il avait l'attention de tous et de toutes, l'heure était venue.

Avançant tranquillement dans l'angle que pointait les caméras, l'Épouvantail se révéla au monde tandis que le gaz emplissait de plus en plus les lieux. Sa voix rauque et creuse accompagna les hurlements sans fin tel le chef d'un orchestre macabre et lugubre.

- Gotham, tu pensais avoir touché le fond. Tu croyais que le pire était derrière toi, que la ville retrouverait une certaine stabilité. Les plus optimistes rêvaient même de voir le retour de la prospérité. Il n'en est rien. Tu as devant toi le nouveau visage de ta ruine future, l'apogée de tout ce que ton peuple endure. Je suis le nemesis de ton espoir, le visage réel de ta démence. Je suis le Prince de la Panique, le Maître de la Peur. Contemple ce qui t'attends.

Une femme en proie à la terreur rampait sur le sol près de lui. Saisissant l'occasion, Crane se pencha et attrapa la femme par les cheveux, la forçant à se lever. Il la plaça devant lui, désirant que le peuple porte son attention sur son regard. Celui-ci était distordu, les pupilles étaient dilatées, la mâchoire crispée, les gencives pleines de sang, les joues griffées, la sueur perlant son front. Elle haletait, suffoquant pour sa survie, prise de tremblements et de sursauts à un rythme chaotique. Les larmes coulaient sur son visage, témoins silencieux du poison qui circulait dans son corps. CRane finit par la laisser tomber, recentrant l'attention sur sa personne.

- L'émotion la plus ancienne et la plus forte de l'humanité est la peur, et le type le plus ancien et le plus fort de la peur est celle de l'inconnu. Je vais frapper cette ville à un moment et à un lieu que nul ne peut deviner. Personne ne sera à l'abri de ce petit jeu. L'angoisse vous rongera jusqu'à ce qu'il ne reste de vous que la peau et les os. Vous pouvez fuir ou combattre, mais le résultat sera le même : vous ne pouvez pas échapper à la peur. En votre fort intérieur, vous le savez. Ce n'est pas une illusion. Vous êtes des mortels doués de conscience condamnés à mourir devant votre dieu. Et le temps joue contre vous. Passe une bonne nuit Gotham, pendant que tu le peut encore.

Ricanant de sa voix rauque, Crane recula dans le gaz jaunâtre jusqu'à disparaître du champ de vision de la caméra. Empruntant les conduits d'aération pour éviter tout contact avec un éventuel policier ou justicier, il se faufila dans les égouts et ne ressortit qu'à l'air libre plusieurs kilomètres plus loin, reprenant l'identité du bon docteur Jonathan Crane une fois à l'extérieur. Le terrain avait été préparé avec succès. Il pouvait presque déjà sentir l'odeur de la terreur percer à travers les relents nauséabonds des égouts, de l'avarice et du crime. C'était, à son sens, le plus doux de tous les parfums.  


Échantillon de la voix de Scarecrow


Dernière édition par Jonathan Crane/Scarecrow le Jeu 11 Avr 2019 - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: L'Ascension de la Peur   L'Ascension de la Peur EmptyMer 10 Avr 2019 - 14:50

"NOM DE DIEU, WALTER ! QU'EST-CE QUE C'EST QUE CETTE MERDE ?!"

La colère du procureur venait d'éclater dans le bureau, engueulant les secrétaires et les attachés au procureur, alors que l'épouvantail venait d'annoncer un retour fracassant à la télévision. Et croyez-moi, ce connard en avait dans le ventre pour foutre un merdier pas croyable. Même si la police venait sans doute de quitter le Central pour aller sur le lieu du crime, j'étais foutrement en colère, et y'avait de quoi. Walter Dennings, un petit gratte-papier, venait d'en prendre pour son grade alors que l'épouvantail faisait son petit carnage dans le monde des cinglés de cette foutue ville. C'était un coup de semonce d'un des pires cinglés de cette ville, et franchement, ça n'assurait rien de bon pour la suite, surtout qu'Arkham City venait encore de faire des siennes en terme de criminalité.

"CONVOQUEZ-MOI UNE PUTAIN DE CONFÉRENCE DE PRESSE ! SI JE NE LE FAIS PAS, LES JOURNALOPES AURONT MA PEAU !"

Le procureur détestait la presse, c'était de coutume, et vice-versa. Comment peut-on faire confiance en des gens qui sont là uniquement pour vous descendre ? Bon, tu me diras, ce soir, la plupart avaient eu ce qu'ils méritaient. Après tout, les salopes de la presse méritaient cent fois d'être abattus comme des chiens pour la merde qu'ils balançaient à longueur de journée dans les ondes télévisées, mais au niveau public, il fallait mieux hurler avec les loups pour gagner un capital sympathie. Quand on est une belle ordure, il faut savoir s'adapter en toutes circonstances. Quelques minutes plus tard, on organisait une estrade pour les premières réactions à chaud du procureur et des intervenants de la presse. Apparemment, l'épouvantail était un danger, un vrai danger qu'il fallait traiter comme un cancer : à coups de Panzer IV dans la gueule. Même assez loin, Toreno pouvait voir les nouveaux arrivants, il y avait des journalistes, c'était sûr. Pas les meilleurs du Gotham Globe sans doute, mais au moins la presse était bel et bien sur les lieux. Mais quand il vit que la salle semblait être prête pour le début de la conférence, il se leva, redressa son pin's aux couleurs du pays et entra à l'intérieur de la grande salle prévue pour les entretiens. Prenant la parole pour saluer l'audience à l'intérieur.

"Messieurs dames, bonsoir."

Il fallait qu'il soit poli quand même, il n'y avait pas de raisons pour qu'une agression débute à son arrivée. Il vint se mettre derrière son pupitre, les quelques feuilles qu'il avait préparé à la va-vite se trouvaient dessus, il les consulta quelques instants et jeta de nouveau un regard face à ses invités. Il y en avait un qui n'avait pas l'air de faire des cadeaux dans ses articles, l'allure parfaite du carnassier. Un autre, l'était un petit peu moins et semblait même s'ennuyer d'avance. Il regardait plus sa feuille de notes qu'autre chose. Il allait aussi devoir s'habituer au bruit du stylo qui gratte contre le papier. Enfin, il y avait une autre journaliste qui était plutôt charmante, totalement plaisante aux yeux de Toreno, le genre de salope que l'on retrouve dans des films du style : "Anal salope triple XXX", mais il n'était pas ici pour faire une invitation dans le X à cette jeune femme, d'autant plus que ce n'était pas la situation adéquate pour faire ça. Puis, il y avait une presque adulte, du moins elle s'approchait sans doute de la majorité. Elle avait des cheveux roux, mais était moins attirante que la journaliste. Puis trop jeune aussi. Enfin, Toreno ôta ce genre de pensées de son esprit. Ils étaient tous là pour une chose, tout comme Toreno qui était ici pour la sécurité. Et la sécurité, c'est ce qui manquait actuellement à Gotham, à cause de la corruption mais aussi du nombre important de criminels qui se trouvaient actuellement dans les rues. Sans sécurité, il était facile pour eux de terroriser la population, d'asseoir leur autorité mais aussi d'extorquer les commerces. Il s'agissait surtout des mafias pour ce qui concernait l'argent, et leur corruption s'étendait jusque chez les personnalités politiques de la ville, des pourris comme notre cher Procureur, c'était indéniable et personne ne faisait rien pour tenter de les arrêter, si ce n'était des policiers que l'on comptait sur les doigts de la main. Toreno, s'éclaircit la voix, et commença son petit discours, qui allait tout de même être ponctué de quelques pauses pour permettre aux journalistes présents de poser des questions.

"Jonathan Crane est de retour à Gotham City. Son attaque de la tour de télévision fut monstrueuse. Bien qu'Arkham City semble être une protection relative au crime, certains des monstres de Gotham City comme Crane sont toujours en liberté, et cela, je ne peux le cautionner. Ce soir, je décide d'instaurer une nouvelle mesure qui mettra un terme aux actions de ce genre de criminels. Dans les prochains jours, une nouvelle unité du GCPD, appelée Marshall, aura carte blanche pour appréhender et mutiler les criminels les plus monstrueux de cette ville. Dans les prochains jours, une motion pour voter la peine de mort sera alors soumise au Congrès, afin que Gotham City cesse d'être une zone de non-droit. Nous sommes la ville avec le pire taux de criminalité. Maintenant, il est temps que cela cesse pour de bon. Si Jonathan Crane m'entends, si ce misérable petit sac à foutre me voit, qu'il sache que je serai le premier à appuyer sur la manette pour faire de lui une bougie électrique."

Il s'arrêta alors, peut être que certaines personnes ici, avaient des remarques à faire au sujet de ce qu'il avait dit. Il regarda les journalistes en face de lui, attendant la moindre question. Ce qui venait de se passer était une abomination, et il était temps de trouver des hommes forts, avec une bonne carrure pour mettre un terme à toute cette folie pour de bon. En bon républicain, Toreno n'hésiterait pas à appuyer lui-même sur la gâchette pour faire exploser le crâne d'un de ces fêlés de l'asile d'Arkham. Strange et Sharp étaient responsables, et ce carnage allaient leur retomber sur le coin de la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
The Bat of Gotham
Messages : 5445
Date d'Inscription : 13/12/2016

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: L'Ascension de la Peur   L'Ascension de la Peur EmptyVen 12 Avr 2019 - 15:15

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

"Monsieur Bruce ?"

"Alfred ?"

La voix d'Alfred sur le récepteur vocal de la batcave placée sous la Tour Wayne, me parvint. Il devait être dans le Loft, au sommet de la Tour, à guetter une quelconque nouvelle en provenance de nos médias, Alfred veillait toujours au fait de savoir gérer les nouvelles en terme de menaces, bien que le Batsignal me l'annonce aussi, quand je travaillais, j'avais autre chose à faire que de guetter le ciel à attendre que le crime ne se dévoile à moi. Alors que je regarde patiemment l'écran de mon ordinateur, la voix d'Alfred me paraissait presque comme "déconnectée", comme absorbée par quelque chose, dans ce genre de moment, je préférais être sur que tout aille bien, mais la suite des événements n'allait pas me faire plaisir. 

"Vous devriez allumer la télévision."

J'allume l'ordinateur et je constate, une émission personnelle. Quelqu'un semble avoir piraté les ondes pour jouer un sale tour, un tour abominable en somme oui. Alors que je regarde ce qui se prépare, je peux décemment voir un truc qui ne me fait pas plaisir. Quelqu'un a monté une scène, une reconstitution d'un des pires actes de terreur dans ma ville ... Oui, l'épouvantail était bel et bien de retour, et le GNN était en train de le payer de sa vie. Tout semble surjoué, mal monté, et terriblement horrible. La voix d'Alfred me remonte, tente de me rappeler, alors que je m'enfonce dans l'écoute, pénible, je repense à tous ces monstres en liberté à cause de moi, la responsabilité qui m'incombait, je repense à la balle qui tua mon père, celle qui tua ma mère, et le collier de perles qui tomba, déchiré, les billes coulant dans l'eau croupie et dans les égouts. Je n'avais pas besoin de ce film pour me rappeler ma terrible déchirure, ma terrible expérience. Deux coups de feu qui retentissaient en permanence dans mon crâne, toujours, et encore, à chaque fois que j'affrontais le crime. Et c'est depuis ce jour que je traque Chill, que je traque cette ordure pour lui apprendre que l'enfant qu'il n'a pas tué cette nuit est devenu le pire cauchemar de sa vie. C'était ce que je voyais, à chaque fois que Crane sévissait, et j'appréhendais le jour où je le retrouverai, encore une fois. Je reste dans mes pensées, je ferme les yeux, et je me repasse la scène, celle qui me donne des sueurs froides chaque nuit, celle qui me terrifie et qui me plonge dans un état de colère incroyablement impossible. J'étais en colère oui, terriblement en colère contre cette espèce d'ordure qui avait tué mes parents, mais aussi contre la pourriture qui semblait prendre un malin plaisir à utiliser la mort de mes parents pour un pareil jeu macabre grâce à son gaz de mort. Ce monstre était un danger, et je me devais de prendre son cas à part, car comme le Joker, il était plus vicieux que tout.

"Ordinateur, lance la séquence de reconnaissance faciale des victimes. Note pour plus tard, me procurer le gaz de ce salaud sur les lieux du crime."

Pour le moment, j'avais bien des problèmes avec Arkham City, et Crane venait salement de passer en tête des intentions de cassage de gueule de ma part. Quelques minutes passent et Alfred vient dans la Batcave, doucement, il s'approche de moi. J'ai toujours les yeux fermés mais je ne pense pas à l'écouter, je ressens encore la douleur dans mon cœur, cette terrible douleur qui m'a détruit cette vie que je méritais, ce traumatisme qui m'avait détruit intérieurement. Je préfère encore écouter ce qui s'était passé, je préfère entendre ce que Gotham City m'avait offert comme destin, et je pensais que revivre un pareil moment me donnait l'envie de faire énormément de douleur à l'ordure qui a fait ça. Qui ? Le Joker ? Un criminel sadique ? Une ordure que je connaissais ? Aucune idée, une chose était certaine, je briserai les os de ses doigts et jamais plus il ne fera une telle horreur, pissant alors sur la mémoire de mes parents. Jamais plus. Lointaine, la voix d'Alfred me parvient aux oreilles.

"Monsieur Bruce ? Tout va bien mon jeune ami ?"

"Il y'a longtemps que tu ne m'as pas appelé comme ça, Alfred."

J'ouvre les yeux, et je vois le vieil homme qui m'avait élevé, recueilli. Alfred avait été un père parfait, il avait tout fait pour me redonner courage en l'avenir, et quoi que j'ai choisi, il m'a toujours secondé, même si certains de nos désaccords furent parfois violents. Je regarde patiemment mon père d'adoption avant de venir à cette terrible conclusion. Si Crane est bel et bien de retour à Gotham City, il faudra que je fasse attention, il faudra être prudent, surtout si tout cela peut être abominable pour le pauvre Bruce Wayne. Je regarde doucement l'homme qui m'avait élevé et je l'écoute parler.

"Ne vous laissez pas atteindre par ces flashbacks d'un autre temps. Vous avez mûri, et Gotham City a besoin de vous."

"Je retrouverai cette ordure et je lui ferai payer ce massacre."

Je peux compter sur le soutien d'Alfred, je sais que son aide est toujours la bienvenue, mais cette fois, c'était personnel, comme un couteau qu'on remuait dans la plaie. Ma relation avec Crane était certes ... Bizarre, mais terriblement proche de mon état d'âme. Crane avait eu maintes fois l'occasion de deviner qui je pouvais être, mais jamais il n'a fait le pas. Pourquoi ? Je serre le poing, et je remet mon masque. Direction, la Batmobile. J'y pénètre et je fonce à toute bride vers les bas-fonds de Gotham City. Une seule certitude, il allait cracher une quantité de dents pour avoir fait une telle infamie à des gens qui n'avaient rien fait, n'avaient rien demandé. Ils n'avaient pas mérité qu'on ressorte une mort aussi infamante, et Gotham City n'avait pas besoin de s'enfoncer à nouveau dans le passé avec l'épouvantail en tête de liste. La Batmobile fonce vers Gotham City. Les indics que je croiserai allaient souffrir, mais j'aurai des traces pour pister le seigneur de la peur. 


L'Ascension de la Peur 09ah
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Ascension de la Peur   L'Ascension de la Peur Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Ascension de la Peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gestion rpg :: Gestion de votre Personnage :: Moyens de Communication :: Médias de Gotham :: Gotham City Network-