Imaginez le Mythe de Gotham City




Batwing

Azrael

Orpheus

Katana

Tarentula

Nightrunner

Zatanna

Ragman

Huntress

Simon Dark

Misfit

Stryx

Deathstroke

Duela

Blackfire

Pyg

Quiz

Fright

Zsasz

Killer Moth

March Hare

Magpie

Man-Bat

Strange

Holiday

Sofia Falcone

Mario Falcone

Le Lynx

Tobias Whale

King Snake

Blockbuster

The Bone

Requin-Tigre

Kossov

Omerta

The Jazzman

Julie Madison

Slam Bradley

Dr. Arkham

Aaron Cash

Silver St Cloud

Thorne

Zorbatos

Bullock

Alyce Sinner

Crispus Allen

Montoya

Jason Bard

Talia Al Ghul

Nyssa Al Ghul

Vertigo

David Caïn

Deadshot

Le Senseï

Whisper A'Daire

Bronze Tiger

Catman

Dr Darrk

White Ghost

Merlyn
Derniers sujets
» Drôle de trouvaille - mission solo - 17.01.18
Chercher les ennuis (With John) EmptyAujourd'hui à 3:08 par Lonnie Machin aka Anarky

» Laisses toi glisser, gars.
Chercher les ennuis (With John) EmptyAujourd'hui à 1:05 par Benjamin Shelby

» Time to Play
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 22:58 par Liam Faith

» Une faim singulière [Pv Porcelaine)
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 22:24 par Porcelaine

» Une rencontre au pas, de tir ! (Feat : Barbara Gordon)
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 22:02 par Barbara Grayson / Batgirl

» Mission : "Recevoir une plainte" (Feat : Lisbeth)
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 20:59 par Liam Faith

» Blabla
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 20:50 par Cassandra Cain/Black Bat

» Un robot au chomdu - pv Serena Ardwin - 15.01.18
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 19:39 par Lonnie Machin aka Anarky

» La banquise est froide [PV]
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 19:15 par Oswald C. Cobblepot

» La Nuit au Musée [Cassandra]
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 18:58 par Cassandra Cain/Black Bat

» Trois en moins pour l'honneur [PV - Serena Ardwin]
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 18:31 par Serena Ardwin

» Règlement à OK Gotham [PV Nightwing, Elio, Liam, Batman]
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 18:05 par Dick R. Grayson/Nightwing

» La Course au Jouet
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 17:41 par Serena Ardwin

» Quelques maux à se dire - Alexa Varon BomberGirl - 29/09/17
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 16:54 par Lonnie Machin aka Anarky

» Flitlings and trolls are on the menu. [Pv Owen]
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 15:12 par Jason B. Smith

» Asian Street Fight
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 13:52 par Tian Hong

» Maybe I'm a sweetheart trying to make my own scars || PV Dick Grayson/Nightwing
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 13:49 par Tatiana Lavrinenko

» Deux potes, deux manettes
Chercher les ennuis (With John) EmptyHier à 12:11 par Dick R. Grayson/Nightwing

» Li Wei Zheng, la fleur informatique.
Chercher les ennuis (With John) EmptySam 15 Jan 2022 - 21:57 par Li Wei Zheng

» Une rencontre inattendue.
Chercher les ennuis (With John) EmptySam 15 Jan 2022 - 21:37 par Bruce Wayne / Batman

Le Deal du moment :
Soldes chez LACOSTE : jusqu’à 50% de ...
Voir le deal

Partagez
 

 Chercher les ennuis (With John)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
MessageSujet: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 25 Déc 2018 - 19:08

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman Je sais, je ne devrai pas me trouver dans ce quartier mais qu'importe, j'ai des affaires à régler ici et je me fiche complètement de cette loi martiale instaurée pour faire peur au petit peuple de Gotham. Ce soir ma piste concernant la personne kidnappant des prostituées m'a menée dans ce petit quartier où tout semble n'être que faste technologique et armoire à glaces asiatiques vous jetant des regards à vous glacer le sang. Je dirai bien que cela ne me fait ni chaud ni froid dans la présente situation car ce n'est pas par des yakuzas que je me fais traquer, mais bien par une unité Tyger que je me prête à tourner en bourrique. Ils se croient les plus forts avec leurs grosses cylindrées et leurs minutions allant du petit au grand format, mais sont-ils seulement conscients que j'ai vu pire ? Qu'ils vont juste faire de jolies victimes en essayant de me canarder tandis que je me jette à corps perdu dans le vide, entourée de tous ces éclats de verre ?
« Bye bye les toutous ! Faites des bisous à votre patron de ma part. »
Je les salue, tout en tenant bien contre mon ventre cette urne funéraire que j'ai subtilisé en plus des informations concernant l'objet de ma visite. Ce truc en forme de chat a titillé mon intérêt et j'ai bien envie d'en connaître l'histoire, tout comme l'ajouter à ma collection. Enfin j'arrive à bonne hauteur pour agripper de mon fouet cette antenne satellite pendant que d'autres salves de tirs tentent de me faire passer ad patres. J'arrive à m'en sortir évidemment ... avec une jolie entaille de balle à la cuisse. Je crie tant la brûlure et la déchirure des tissus est violente et manque de faire tomber mon nouvel ami au sol. Quoique ... je crois bien que celui-ci a maintenant une belle fissure sur le poitrail et j'ai l'impression de voir quelque chose en sortir et ce n'est pas des cendres.
« Quel gâchis. Si seulement ils n'avaient pas essayé de tirer dessus. »
Je laisse tomber l'objet au sol, qui finit par se détruire et répandre son contenu, des organes momifiés. Urh ça m'apprendra à regarder l'extérieur avant l'intérieur.

Bon, au moins je n'ai pas tout perdu si le contenu de ma clé n'a pas été créé pour me mettre sur une fausse piste. Ces gars que j'ai rossé avec beaucoup d'amour avaient effectivement un lien avec le ou plutôt les kidnappeurs de prostituées. En enlevant certaines personnes, ils en infiltraient d'autres dans le réseau concurrent pour subtiliser des informations et avoir un oeil sur les gens gérant du commerce à East End. Maintenant, le tout est de savoir où sont passés les personnes kidnappées. Et ... de soigner cette sale blessure qui me lance encore et encore avec ce que j'ai sur moi, dans ce petit parc paumé où je suis sûre que l'escadron ne viendra pas me chercher, vu qu'ils sont partis sur de fausses traces dans la direction opposée.
« Oh fais chier ... ! »
Je jure entre mes dents, mais j'ai réussi à refermer la blessure à coup de fil chirurgical, d'une aiguille et de désinfectant. Ça tiendra le temps que je revienne dans ma planque la plus proche. Je commence donc à tenter de me lever de cette balançoire un peu rouillée et vérifier que ma jambe ne tremble pas trop suite à cette sale lacération.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 25 Déc 2018 - 19:33

De si bon soir John errait dans Gotham, la loi martiale n'était pas son problème. Dans tout les cas il était relativement simple pour lui de disparaître au nez et à la barbe de ces soldats. Il se trouvait dans un petit parc, seul, avec une bouteille de bière dans les mains, sa cigarettes allumée était la seule trace visible dans le noir. Ce parc mal éclairé il était certains de pouvoir picolé et fumé en paix, loin de toute cette agitation crée par le couvre-feu. Ca journée n'avait pas été plus dure que ça, aujourd'hui il avait simplement exorcisé un endroit hanté. Rien de bien folichons.

Mais soudains alors qu'il pensait être seul, des bruits venaient du coin où se trouvait les jeux pour enfants. Sur ses gardes le magicien décidait d'aller voir de plus prêt, un ennemi ? La police ? Il s'en moquait il était simplement curieux de savoir ce qui faisait autant de bruits. Ses chaussures de villes, marchaient dans la boue. Ses yeux s'ouvraient en grand, une femme pas mal foutue était là devant lui, elle semblait blessé à première vue. Mais ce n'est pas le détail qui le frappait le plus. Elle portait une tenue moulante, en cuir, sur sa tête se trouvaient des oreilles de chat.

Bonsoir ! Je vous ai entendu et je n'ai put m'empêcher de venir vous voir.

Pas de panique, je ne suis pas avec ces flics, à vrai dire je viens de leur échapper.

C'est plutôt moche ça. Je ne vous demanderais pas comment vous, vous l'êtes fait. Promis.


Le magicien avançait doucement dans sa direction. Elle semblait se méfier et sa jambe était relativement bien blessée. Il s'y connaissait pas mal en blessure de guerre, tout les jours une nouvelle prenait place sur son corps, bientôt trop petit pour toutes les accueillirs.

Je suis idiot je ne me suis pas présenté. Je m'appel John Constantine.

Mage noir, détective privé etc.

Je n'habite pas très loin d'ici. Mon appartement est une rue plus loin, vous vous demandez sans doute si vous pouvez me faire confiance.

Normal un type dans mon genre en pleine nuit n'est pas très rassurant. Mais je peux vous fournir un abris pour ce soir du moins et je pourrais même totalement guérire votre plaît.

Si cela vous convient bien-sûre.


Si cette femme acceptais de l'aide venant d'un type qui lui parlait de la sorte, c'était un miracle. Mais John avait son franc parlé, il ne comptait pas tourné autour du pot, d'autant plus qu'il était visible qu'elle avait mal et que sa jambe n'était pas trop d'accord avec le fait de marché.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 25 Déc 2018 - 20:42

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman La personne qui arrive n'inspire pas confiance. De un, parce qu'il s'agit d'un inconnu. De deux, parce que j'ai les nerfs à vif avec la douleur quand je pose mon pied au sol et que cette douleur ne me donne pas du tout envie d'être conciliante. Assume Cat, c'est toi qui as voulu cette urne funéraire en forme de chat et tu en paies les conséquences. Mais ne lui fais pas confiance. Ça reste un gars qui se balade tranquillement pendant le couvre feu, avec des Tygers qui ne sont pas loin dans cette partie de la ville et qui se pointe comme par hasard dans ce petit parc abandonné, que ce soit par les grandes personnes ou les enfants. Je me tiens comme je peux à la chaîne rouillée de la balançoire pour garder mon équilibre et ne pas penser au froid venant lécher ma peau meurtrie.
« Et c'est censé me rassurer ? »
Je ne me gêne pas pour le fusiller du regard et employer un ton sec. Comme si de me dire qu'il n'était pas avec le GCPD ou les Tygers pouvait être rassurant. Gotham a ses chiens galeux et ceux-ci sont souvent friands de ce qui tombe des toits ou des immeubles, pour peu qu'ils soient encore en vie. Les chaînes de la balançoire crissent tant je tire dessus pour me maintenir debout. Je sue, je sens que j'ai froid mais je ne tiens tout de même pas à ce qu'un type que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam me fasse son numéro de preux chevalier et pense que je vais venir chez lui pour me faire soigner comme l'impotente princesse que je semble être.
« Si cela me convient ? Je ne sais pas il manque du thé, des biscuits oh, et ... en vrai, je n'ai pas du tout envie de vous suivre. »
J'adore donner de l'argent à l'orphelinat de Gotham, à la clinique Martha Wayne, ou bien aux plus petites associations qui tentent de survivre dans ce méat de violence et de folie, mais de là à ce qu'on me fasse le coup du toit, à manger et des soins pour mes bonnes actions c'est un peu louche comme retournement de situation.

Je me recule comme je peux, et je lâche la chaîne pour la troquer contre une des rambardes de cet ensemble de balançoire pour mettre de la distance entre cet homme et ma personne, quitte à en souffrir le martyr.
« On est encore à Little Tokyo et les seuls hommes caucasiens que j'ai vu sont soit des petites frappes au service des yakuzas, soit des hommes de main venant faire leurs affaires avec le clan. Donc ce n'est pas en vous taxant de mage noir et détective privé que vous allez arriver à gagner ma confiance. »
Je peux tenter de bondir, partir avec le risque que la plaie s'ouvre de nouveau. Mais j'ai perdu du sang et tous mes petits jeux de fausse piste et le fait d'avoir dû me battre avec ceux qui détenaient les informations que je voulais avant l'arrivée des Tygers, m'ont pompée, radicalement. Et j'ai cette fichue impression de sentir qu'autre chose que ce Constantine me regarde. J'entends même des rires d'enfants.
« Qu'est-ce que ... »
Je regarde ma main et je vois une main d'enfant se poser sur mes doigts et griffes couvert du sang de mes adversaires. Un frisson plus intense que les précédents vient me secouer l'échine. Je sens ensuite quelque chose me frapper directement à la cuisse, sans pour autant sentir le fil chirurgical sauter. C'est comme si on traversait mes chairs pour appuyer là où sa fait mal. Je gémis et me retrouve à genoux, au sol. Saleté. Ça doit provenir de cette fichue urne. Je n'ai pas déjà eu assez affaire au surnaturel dans ma vie, il faut en plus que ça prenne forme dans des objets qui sont censés représenter des chats.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 25 Déc 2018 - 21:12

John souriait, il savait que son discours ne l'avait pas rassurée, en même temps comme il s'y attendait, qui aurais pût être rassuré avec une approche comme celle-ci ? La femme semblait sur ses gardes, quoi de plus logique, mais sa jambe semblait vraiment la faire souffrir, au début elle semblait le prendre pour un Yakuzas ou membre d'un gangs. John avait vraiment l'air d'un criminel ? Le magicien ne savait pas comment montrer qu'il ne lui voulait aucun mal, bien au contraire. Mais elle reculait tant bien que mal.

D'accord, d'accord. Je peux comprendre que tu ne me fasse pas confiance, mais arrête donc de reculée tu vas finir par te faire encore plus mal.

Je ne bougerais plus c'est promis.


Elle faisait sûrement partit de ces gens qui ne croyaient que ce qu'ils voyaient, John n'aimait pas beaucoup faire usage de son pouvoir en publique. Mais il n'avait pas le choix pour ce soir, elle se tenait là à cette chaîne. On aurait dit un chat blessé, pris au piège, il était clair que si John voulait l'attaquée il n'aurait aucun mal à le faire. Mais encore une fois ce n'était pas son but, voilà qu'en reculant elle tombait à genoux. John soufflait un peu, par compassion pour la douleur. Il avait l'habitude, souvent ce n'était pas les grosses plaies les plus douloureuses.

Tu vois ! Je t'avais prévenue. Ecoute tu ne semble pas me croire sur ma magie, je pense qu'une démonstration s'imp...

Avant de pouvoir finir sa phrase, John était surpris par ce qu'il venait de voir;à côté de cette femme des gamins, clairement tous morts. Des fantômes ? Qui venaient se collé à elle ? Etrange, avait-elle touchée quelque chose qu'il ne fallait pas ? Dans tout les cas c'était l'occasion rêver pour John de prouver qu'il ne lui voulait aucun mal. Tout en faisant quelques pas vers elle, il se mettait à réciter un exorcisme en latin. Cette incantation aidait les âmes errantes à regagnée leur place au paradis.

Je vais m'approcher et faire disparaître ces fantômes. Je ne te veut aucun mal.

Exorcizamus te, omnis immundus spiritus
Omnis satanica potestas, omnis incursio
Infernalis adversarii, omnis legio,
Omnis congregatio et secta diabolica.
Ergo draco maldicte
Et omnis legio diabolica
Adjuramus te.
Cessa decipere humanas creaturas,
Eisque aeternae Perditionis venenum propinare.

Vade, Satana, inventeur et magister
Omnis fallaciae, hostis humanae salutis.
Humiliare sub potenti manu dei.
Contremisce et effuge, invocato a
Nobis sancto et terribili nomine,
Quem inferi tremunt.

Ab insidiis diaboli, libera nos, Domine.
Ut Ecclesiam tuam secura tibi facias libertate servire
Te rogamus, audi nos.
Ut inimicos sanctae Ecclesiae humiliare digneris,
Te rogamus, audi nos.

Terribilis Deus de sanctuario suo.
Deus Israhel ipse truderit virtutem
Et fortitudinem plebi Suae.
Benedictus deus. Gloria patri."


Après quelques secondes, les enfants spectres, disparaissaient les uns après les autres. John approchait alors de la femme, il avait réussi à les faire fuir mais pendant un cours moment. Arriver plus proche d'elle il la fixait sérieusement, une clope à la bouche.

Vous voyez ces mioches qui étaient là ? Ben vous les avez réveillés. Avez-vous été en contacte avec quelque chose de peu commun ce soir ?

Des osements, cadavres ou autres trucs dans ce genre.

Oh j'oubliais votre démonstration de magie pour que je sois plus crédible.


John claquait des doigt, faisant alors apparaître une grande colonne de flammes, qu'il manipulait à sa guise entre ces mains nues. Espérons que ce petit tour l'aiderais à le croire, puis quelques secondes après les flammes disparaissaient, le revoilà comme tout à l'heure immobile pour ne pas la faire paniquée.

John approchait un peu plus.

Vous me croyez maintenant ? Laissez moi jeter un oeil à votre plaie. Je pourrais guérir ça comme de rien était. Après on va devoir retourné là où vous les avez libérerez.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 25 Déc 2018 - 22:20

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman Je reste sans voix, les yeux écarquillés. J'ai vu beaucoup de surnaturel à force de devoir régler certains problèmes, ou bien en me retrouvant en plein larcin face à un vampire, mais ça a toujours le don de me laisser une sale sensation de malaise. Malaise que je me retiens bien évidemment de montrer face à ce genre de gusses. Ça me rappelle Tinderbox et son père, tiens. Pourtant, je sens pendant cette incantation en grande partie faite de latin que les esprit s'évaporent, que les rires deviennent des petits cris d'angoisse et de peur, et que ma plaie ne me lance plus au point de me donner envie de lâcher entièrement, et donc de me retrouver à terre comme la plus fragile des créatures.
« Ha ... »
Lâché-je dans un long soupir de soulagement chaud, se transformant en vapeur dans le froid de la nuit. Mais ce Constantine en a profité pour se rapprocher et me traiter comme si j'étais un animal blessé. Ce qui est vrai, mais je déteste cette façon de me traiter. Quand bien même à cette distance ce gars semble apparaître plus charmant, je ne ressens guère de sympathie ou même de confiance à son égard.
« Je crois avoir bien senti à quel point ils étaient réveillés, merci.  »
Je fronce mon nez ansi que les sourcils. Bien sûr que oui, j'ai remarqué à quel point je le avais mis en rogne. Et le voilà qui me montre à présent une colonne de flammes. Très bien, je conçois qu'il s'agit d'un vrai magicien, sorcier. Ce n'est pourtant pas ce qui m'interloque.
« Des ossements ? Non je ... »
Je m'arrête à cette moitié de phrase. L'urne. Ça m'apparaît clairement. Mais qu'est-ce que j'ai fait ! Ces organes appartenaient à des enfants ? ! Je serre les dents en repensant à ces choses momifiées et grises qui sont tombées à terre lors de ma fuite.
« Je vous crois mais ce n'est pas pour autant que ... eh !!! N'approchez pas ! »
Dans ces moments là, on déteste se montrer en position de faiblesse. D'autant plus quand on est caractériel et incapable d'accorder sa confiance à cause d'un lourd passif, et je fais partie de cette catégorie. Il a beau être magicien, je ne crois pas aux anges tombés du ciel et qui d'un claquement de doigts vont me bénir de leurs pouvoirs magiques sans vouloir une contrepartie.
« Que voulez-vous en échange. Je sais que je suis sceptique mais un homme qui me propose son aide pour régler mon problème de cuisse et m'aider à retrouver ce qui m'a maudite, ça ... merde. »
Je jure avant de m'agripper à lui, de m'appuyer sur son corps afin de nous décaler et nous cacher de la chose approchant. Une lumière et des voix que je ne connais que trop bien. Les Tygers. Je plaque ma main contre la bouche de mon soi disant sauveur par instinct de survie, en attendant que ces fichus individus gonflés à la testostérone se détournent de cette zone du parc pour aller on ne sait où. Ils le font au bout de quelques minutes, pendant que je reste appuyée contre Constantine de tout mon corps par faiblesse dans ma cuisse, qui lui a le dos appuyé contre le tronc de cet arbre décrépi. Ils partent enfin. Je respire.
« Très bien. Vous allez m'écouter. J'ai cassé une urne en forme de chat durant ma fuite. Les Tygers m'ont touchée à la cuisse, l'objet a choqué et une fissure s'est faite. Je ne pensais pas que les organes qu'elle contenait seraient ceux d'enfants et encore moins que leurs esprits allaient s'amuser à mettre du sel sur ma plaie. Voilà le deal. Vous me soignez avec votre magie, on retrouve cette urne et je trouve un moyen de vous remercier pour vos services de bons samaritains. Ça vous va ? »
Je retire ma main contre sa bouche pour la placer sur son épaule, et je le regarde un moment, remarquant que malgré son minois d'alcoolique et de fumeur, il y a quand même un minima de cachet chez ce magicien blond. Malheureusement, je sens ma cuisse me lancer de nouveau et ça m'agace au plus haut point. Je déteste être dans cette position.
« Je vous conseille ... de faire vite ... avant que je ne change d'avis. »
© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 25 Déc 2018 - 22:46

Au moment où John arrivait prêt de la femme une patrouille Tygers, comme par reflèxes le magicien prenait la femme dans ses bras et se cachait. Il écrasait sa cigarette contre l'arbre, la fumée, l'odeur et la lumière pouvait les alertés. Ce moment était particulièrement stressant, la femme-chat posait sa main sur la bouche du magicien. Il blottissait la femme contre lui, non pas pour la tripoté ou autre, mais bel et bien pour la protégée. Durant ce court moment ils étaient vraiment proche l'un de l'autre. Une fois la menace écarté, il se relevait tenant toujours la femme dans ses bras.

Maintenant je vais poser ma main sur votre cuisse. Sans arrière pensée, concentrez-vous bien.

John posait sa main sur sa plaie, il fermait les yeux quelques secondes, il récitait une petit phrase dans sa barbe. De sa main apparraissait une lumière jaune, presque aveuglante, à ce moment précis la femme devrait sentir une légère chaleur mais une chaleur agréable. John la reposait doucement au sol, pour lui laisser le temps de s'en remettre. Durant la manipulation elle lui avait expliquer avoir essayer de volé une urne qui contenait des organes de mômes momifier et qu'elle c'est brisée.

Je vois bon les enfants que vous venez de voir sont les propriétaires des organes. Tant que nous ne les aurons pas retrouvés et brûlé comme il se doit, impossible qu'ils vous laissent en paix. Si je vous aide vous seriez partante pour me montrer où se trouve l'urne ? Sans quoi vous serez maudite à vie.

Et je peux comprendre qu'à cette heure-là un homme qui se propose de soigner votre cuisse, puisse être flippant. Mais je vous assure que je n'ai aucune pensée de ce genre par rapport à vous, du moins pas de mauvaises pensées.

Voilà! Normalement toute douleur à disparût, vous pouvez tenir debout correctement, si jamais vous ne le sentez pas prenez ma main je vous aiderais à vous stabilisé.


Puis elle demandait à John son aide pour l'urne, en lui promettant des remerciements. John lui souriait, il rallumait une clope, avant de se redresser pour l'aidée à se relevé. Il gardait son bras à disposition au cas ou elle tomberais d'un seul coup. Mais pour le moment sa semblait allé.

Je n'ai toujours pas votre nom. Qu'il sois vrai ou non.

Et puis quand vous le sentez, femme-chat, je suis prêt à prendre la route de cette urne.


John recoiffais alors d'un coup ces cheveux qui venaient de tombé un peu n'importe comment dans la précipitation. Il était prêt à sauvé cette femme qu'il ne connaissait pas le moins du monde. Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée, mais c'était bien là l'un de ses pires défauts, jouer à l'ange gardien en permanence.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMer 26 Déc 2018 - 22:38

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman
Enfin. Enfin cette tire, cette brûlure et les tourments de mon esprit s'effacent. Grâce à la magie certes, mais ça me fait un bien fou. C'est chaud, doux, et le fil chirurgical censé retenir ma plaie disparaît. Je sens mes doigts se presser sur cette épaule qui n'est pas la mienne mais je m'en fiche, seule compte le bien être qui s'empare de mon corps et de mon esprit. Je suis libre, soulagée et de nouveau capable de bouger cette jambe sans avoir le moindre problème. Quand cette petite session prend fin, je n'hésite pas à me décaler et vérifier que ma cuisse ne me fait plus mal en tapant mon pied au sol. Waow. Malgré toutes ces phrases à déblatérer, c'est radical et propre. Je ne peux m'empêcher de sourire.
« Maudite ? Oh ça ne me change pas de d'habitude. Mais je dois avouer que je n'ai pas vraiment envie de partager mon lit avec des fantômes. »
Oui, je lui ai fichu un sacré vent concernant sa possible main tendue pour m'aider à reprendre pied, mais je ne suis pas une princesse, et il n'a rien du prince charmant. Je profite de ce petit moment d'euphorie interne pour étirer mes muscles et enfin me détendre.
« Mmmh appelez-moi juste Catwoman. »
Je me détourne de lui et allonge mon ancienne jambe blessée vers mon visage pour vérifier une dernière fois que celle-ci est maintenant intacte et non affectée par un quelconque traumatisme.
« East Temple Street, non loin du Miyako Hotel. Ah et quand vous arriverez là bas, ne prêtez pas attention à l'état des rues. Je passe devant. À tout à l'heure chevalier alcoolique de Little Tokyo ! »
Je pars donc comme une voleuse (la blague), en faisant virevolter mon fouet au dessus de ma tête, pour trouver une prise convenable et me rendre sur les lieux de l'incident. Et bien évidemment en lui adressant un baiser volant.

Après quelques minutes de vadrouille et de repérage, j'arrive enfin sur place. La rue est sombre, et le quartier lumineux s'offrant à ma vue ne me donne guère envie de m'engager plus, sous peine de me faire à coup sûr cribler d'une salve de balles, ou de tout autre arme mise à disposition de ces soldats ou mercenaires ne pensant pas plus haut que leur entrejambe, assurément. Les odeurs me sont familières, et les éclats de verres gisant ici et là prouvent mon passage en ces lieux. D'une petite volée et d'un salto, me voilà donc revenue sur mes pas. Tout me semble étrangement différent, étranger, froid, tout sauf accueillant alors que j'ai frôlé ces lieux il y a de cela à peine une heure. On peut voir des impacts de balles, des gouttières éclatées ou bien des vitres fissurées par la force de feu des armes des Tygers. Tout semble vide de tout son de manière surréaliste et intimidante. Le vent ne semble même plus exister. Aurai-je dû attendre Constantine plutôt que de me jeter à corps perdu et penser que je pouvais régler ce problème, qui est mon problème ? J'entends soudain des rires non loin de mon épaule droite et je réagis au quart de tour en effectuant un mouvement précipité me menant droit au mur le plus proche.
« Rah la paix ! Vous savez très bien que je voulais seulement récupérer cette urne ! Comment étais-je censée savoir que des organes d'enfants étaient dedans ! »
Un nouveau rire point, plus machiavélique et pervers suivi d'un bruit de balle. Mes oreilles et ma perception m'alertent à temps et je me plaque au sol en roulant. Finalement j'aurai dû être sage et attendre le chevalier de Little Tokyo. Au moins ça ne me vaudrait pas ces rires et ces envies de mise à mort de la part d'enfants bel et bien morts. La prochaine fois, je note cependant la chose suivante : ne pas toucher des urnes funéraires de chats. Ou plutôt les voler et à tout prix éviter que celle-ci soit fissurée.

Plus les minutes passent, plus j'ai l'impression que l'environnement change, ou plutôt se distord autour de moi. Des impacts de balles s'ajoutent, des poubelles se mettent à se déplacer toutes seules, mais j'arrive à les éviter. La seule chose qui me perturbe est la forme que prennent les murs, pendant que j'esquive ou éclate de mon fouet les objets venus me taillader. Mais je ne trouve toujours pas les restes de cette urne qui pourtant devrait se trouver ici. Nom de dieu.
« Pourquoi faut-il absolument que l'on essaie de me donner une leçon de façon surréaliste. Me jeter dans l'eau d'une piscine semblerait tellement plus classique et agréable ... »
Je maugrée cela à basse voix, mais malheureusement ça ne semble pas échapper aux esprits qui sont censés me maudire. Me voilà donc au dessus des buildings en quelques secondes à me demander ce qu'il se passe. Ces fichus esprits. Ils m'ont envoyé en l'air, littéralement. Mon souffle se coupe à la vue des buildings auréolés de leurs néons et autres lumières allumées, jusqu'à ce que je sente mon corps s'imposer de tout mon poids et la gravité reprendre ses doigts. Les esprits avaient décidément envie que je crève.
« Je suis désolée ! Je ne savais pas qu'il y avait des organes dans cette urne ! Et encore moins vos organes ! Je la trouvais jolie ! Ça vous va ? ! »
J'ai l'air d'être pertinente parce que ma chute s'arrête avant que j'ai le temps de sortir mon fouet et de trouver un point pour me rattacher et déguerpir de la zone. À cinq mètres du sol. Je cligne des yeux et regarde le sol, avant de rouler des yeux et soupirer lourdement.
« Vous la trouviez jolie ? »
Je ravale mon soupir en hoquetant, avant de voir une petite me fixer de ses yeux vitreux.
« Oui très jolie. C'était un superbe chat noir ! 
- C'est moi qui l'ai faite. Madame Susan nous avait parlé de l'Égypte et je trouvais ça bien ! Mais ... on nous a tué et on a mis nos mauvais organes là dedans. »
Je blêmis à l'entente de cette histoire. Serait-elle en train d'insinuer qu'il y aurait eu un trafic d'organes ? ! J'ai vraiment touché le gros lot avec cette histoire. Peut-être que finalement m'allier à un vampire est moins contraignant.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyVen 28 Déc 2018 - 12:21

La voleuse c'était visiblement bien remise de sa blessure, John la regardait donc faire. Il savait que la laissée aller seule en premier finirait mal, mais il la laissait faire. Dans tout les cas même s'il l'avait prévenu, il avait le sentiment qu'elle ne l'aurais pas écouté. Dans ce cas il allait prendre son temps pour la rejoindre, elle saurait s'en sortir toute seule. Cette femme paraissait assez forte et sûre d'elle pour savoir survivre, mais cette fois elle jouait avec des forces beaucoup plus puissantes qu'un groupe de soldat entraîné. D'un pas décider le magicien partait dans la direction indiquée.

En chemin, son briquet s'agitait, signe d'une forte activitée paranormal non loin de sa position. John posait alors sa main au sol, il récitait une incantation ouvrant ainsi un portail, ce portail était composé d'une lumière jaune aveuglante. Le magicien y dessinait des symboles, chaque symbole représentait les coordonnés de la où se trouvait la femme-chat. Dans son action John était totalement calme, s'énervé ou stressé n'allait pas servir à grand chose, puis si lui commençait à paniquer c'était la fin, les deux nouveaux compagnons de survie allaient vite mourir et comment dire que ce n'était pas dans ses projets de la soirée.

Une fois finis, il se relevait, il posait un pied dans le portail puis ensuite le deuxième. Quasi instantanément il apparaissait dans une ruelle, un peu étrange criblée de balle. Mais surtout une forte puissance magique était à l'oeuvre ici. En arrivant sur place il voyait Catwoman, suspendue dans le vide, les fantômes la tenait, sans hésiter il lançait un sort, ce dernier annulait toute magie ennemie. John se positionnait sous elle, puis la rattrapait dans ses bras. La femme-chat était tombée dans une belle galère, John la portait toujours, il avait sa clope à la bouche et fixait droit devant lui. Les fantômes n'avaient pas mis longtemps avant de les encerclés.

Je m'appel John Constantine ! Cette femme est avec moi, je connais la raison de votre colère. Mais si vous ne nous laisser pas sortir de cette illusion, nous ne pouvons accéder à l'urne.

Je me porte volontaire pour vous aidez. Je vous enverrais au paradis.

Oh et si l'envie vous prenait de continuer l'illusion sur cette femme, je me verrais dans l'obligation de vous bannir pour de bon. Vous devez sans doute connaitre mon nom, je ne suis pas à prendre à la légère.


Le magicien ne craignait absolument pas ces gosses morts, il avait vu et affronté pire que ça. La femme elle semblait légèrement appeurée, peut-être qu'il se trompait mais ce serais normal dans ce genre de circonstances. Aussitôt la ruelle autour d'eux redevenait normale, au sol se trouvait l'urne brisée, des éclats de vitres l'entourait. Après avoir posé la femme chat au sol, il sortait alors un paquet d'allumette orné d'un pentagramme. Sans un mot il mettait autour des morceaux une huile spéciale, puis y mettait le feu.

Esprits tourmentés je vous libère de votre prison.
Aujourd'hui regagnez votre tranquillité.
Moi John Constantine, vous ouvre le chemin vers le repos éternel.


Le magicien ouvrait alors une porte, de laquelle émanait un rayonnement blanc, cette porte attirait les gamins. Qui remerciaient le magicien chacun leur tour. La malédiction était levée, mais il devait cette fois les empêchez de revenir. Pour ce faire la seule solution est d'enterre convenablement leurs organes manquants. Afin qu'ils puissent reposer en paix, ces gamins ont déjà assez subis, John voulait vraiment les soulager. Les esprits qui ne pouvaient pas regagner le royaume des morts finissait par pourrir et rester tourmenter pour l'éternité.

Toute la lumière disparaissait. John se retournait vers la femme.

Ils sont partis. Ils vous avaient plongée dans une illusion. Le monde autour de vous devenait hostile. Depuis le début l'urne était à vos pieds.

Ces gamins vont maintenant pouvoir se reposé. Mais nous devons retrouvé leurs corps, y mettre leurs organes et leur offrir une sépulture correcte. Sans quoi leur âme ne pourra reposée en paix et il pourront revenir vous hantez.

Vous venez avec moi ? Sauf si vous ne me faites toujours pas confiance ?


Après avoir finit de parler, John ramassait les organes, il les plaçaient dans un sac qui semblait tout petit, mais en réalité pouvait contenir de grandes choses. L'anglais n'était plus à son coup d'essai, il devait retrouver leur corps. Et ce avant demain soir.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyVen 28 Déc 2018 - 13:56

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman
Cette impression de rester là à planer sans pouvoir maîtriser un centimètre de mes muscles est toujours aussi déconcertante et quelque peu agaçante. C'est comme si je décidais d'une chose, d'une action, sans pouvoir la mettre en oeuvre. Beaucoup seraient capables de s'affoler voir de pleurer leurs parents morts ou encore vivants en espérant que ça les aider à s'en sortir. Et ces gens là j'en ai côtoyé, malheureusement pour eux, très souvent. Comme ... Louis Ferryman ... repenser à lui me donne de nouveau envie de commencer à dépasser la limite ultime et en soi, la rage de ces enfants je la comprends. Je la ressens, sans cesse. J'ai été une enfant détruite et malmenée. Je n'ai jamais pu vivre et peut-être suis-je aussi morts qu'ils le sont. Je reste bloquée sur des instants et chaque jour, ces instants se répètent, d'une manière ou d'une autre.

Mais je dois avouer une chose, concernant cette situation : à force de côtoyer Gotham, j'ai l'habitude de me faire envoyer en l'air ou de m'envoyer en l'air, que ce soit dans la haine ou bien le passionnel. Il y a toujours un certain effet grisant voir gratifiant de savoir que vous avez donné envie à un tiers d'exprimer de manière aussi bestiale son ressenti. Je ne suis certes pas fière, et cette fillette fantôme semble vraiment perturbée par sa libération mais, vivre tout cela est une véritable injection de dopamine pour ma part et je me retiens donc violemment de lui montrer que j'adore ça. Elle pourrait mal l'interpréter. Soyons un tant soi peu diplomate et conciliante.
« Écoute. Je ne sais pas ce qu'il t'est arrivé. Mais est-ce que tu voudrais bien m'en parler ? Je pourrai peut-être ...  »
Malheureusement je n'ai pas le temps d'en savoir plus, ou même d'influencer la fillette. Je me sens soudainement happée vers le sol et m'apprête à me rattraper quand soudain je sens une paire de bras amortir ma chute sur ce sol à moitié distordu. Autant dire que je ne me gêne pas pour me tourner vers mon « sauveur » pour le dévisager et le reconnaître en quelques détails. Cigarette entre les lèvres, cheveux blonds, mal rasé, air détaché. Constantine. Le voir en cet instant ne m'évoque guère d'empathie (dont je suis presque dénuée pour mon propre bien), ou de sentiments joyeux. Dès que je le peux je me sors de ses bras et me remet sur mes pieds, seule. Je ne suis pas une princesse, bordel !

Je croise donc les bras et appuie mon dos sur l'un des murs de la ruelle, pour laisser John Constantine fucking expert magician exorciser ces gosses. En faisant indubitablement la tête. J'allais sûrement connaître le fin mot de l'histoire et voilà que je dois voir tous mes espoirs partir dans des effets lumineux et de fumée propre à ce genre de tours. Puis, il parle, parle, en évoquant les organes, les cadavres et je ne peux m'empêcher de lui faire un grand sourire. Faussement mielleux.
« Oh bien sûr ! On va trouver leurs cadavres ensemble. »
Mon sourire se fait plus grand et plus pincé.
« Je suis sûre que vous allez faire apparaître leurs cadavres en un claquement de doigts, vu que nous ne savons même pas qui ils sont, et si ils viennent d'ici. Malheureusement, je crois que vous leur avez fait franchir une porte. Et, d'expérience, je crois qu'ils n'aiment pas trop être perturbés. »
J'étends quelque peu mes bras, toujours appuyée contre ce mur, avant de devenir plus sombre et de montrer à quel point je suis vexée. Je ne suis qu'à quelques millimètres de lui, en à peine une seconde. Je suis sûre qu'il peut voir à quel point mes pupilles se dilatent sous l'énervement qui me prend au corps, qu'il sent cette pression que j'effectue au niveau du col de sa chemise de façon plus ferme que lors de cette petite session de magie de guérison. Je déteste perdre une piste de surcroit quand ma vie et mon équilibre psychique est en jeu. Les griffes sortent automatiquement et on peut entendre le tissu se déchirer.
« Je croyais qu'il fallait simplement brûler les organes. Vous vous êtes foutu de ma gueule et vous me demandez maintenant de vous faire confiance ... ? !»
Je siffle, je feule, je gronde et en cet instant je me fiche bien de ses pouvoirs. Aussi rusé et puissant soit-il, il reste un humain et j'ai deux trois technique en ma possession qui pourraient le lui rappeler de manière directe et efficace.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyDim 30 Déc 2018 - 12:57

John ne s'attendait pas à la réaction qui allait suivre, en effet pour lui il était normal d'exorciser ces enfants, trouvé leur cadavre ne devrait pas être trop compliqué en sachant où finissent toutes les personne mortes de cause " louche " dans cette ville. Le magicien n'était pas un expert en recherche de cadavre, mais il était presque certains de savoir où les trouvés. Les enfants étaient encore là sous forme spectrales c'est que leurs corps ne sont pas sous terre. Maintenant il fallait simplement réfléchir à un endroit où l'ont pouvait stocker des cadavres de mioches en décomposition sans les enterrer.

Une chose est sûr c'est que les mafieux à l'origine de ce trafiques n'ont pas gardé les corps chez eux, ou alors Catwoman et John n'aurait plus qu'à suivre l'odeur. Vu la tronche des organes les cadavres devraient être ancien, sans doute des mômes qui appartenaient à ce bel orphelinat de willowood. John avait déjà prévu d'y aller, mais la femme semblait hors d'elle en apprenant qu'ils avaient disparut. D'après ce que John comprenait dans ses cris c'est qu'elle voulait une piste et qu'il l'a effacé en les libérant. La femme devenait de plus en plus hostile, ne comprenant pas pourquoi le magicien ne disait rien, même quand elle l'attrapait par le col et qu'elle le griffais à moitié.

Du calme. A votre avis d'où viennent ces enfants ? Si leurs organes sont dans cet états c'est que leur mort est ancienne, je dirais plusieurs années. Où pensez-vous qu'on puisse planquer des cadavres non enterrer dans cette ville ?

De plus si je le voulais et si vous me le demandez gentiment je peux toujours les faire revenir. J'utilise de la magie noir, si l'envie m'en prenait je pourrais sans aucun mal faire revenir leur âme ici afin de les questionnés.

Mais si vous voulez tuez moi et là ils vous suivront le reste de votre vie, donc détendez-vous s'énervée ne servira à rien.


John restait parfaitement calme, il plongeait ses yeux bleus dans ceux de la femme qui le tenait. Elle n'allait sûrement pas apprécié son expression, mais le magicien pouvait sans aucun problème les faire revenir. Il restait donc là, sans bouger, la femme le tenait, il lui avait indiqué la suite du plan. Loin de lui l'idée de lui taper plus que ça sur le système, seulement plus ils attendaient et moins ils avaient de chance de récupérer au moins l'une des âmes.

Donc je suis désolé de vous avoir sauvé la mise, mais je peux rattraper le coup.

Si toute fois vous vous décidez à me lâcher.

Après loin de moi l'idée de vous donnez des ordres.



Pour faire ce rituel John allait avoir besoin de sang, le maudit et le lanceur de sort devaient participer. Mais ce qui le dérangeait le plus, c'était que comme tout les sorts de magie noire, il y aurait un prix à payer pour le magicien. Ce soir il allait devoir subir les conséquences d'un tel sort, pour une femme qu'il ne connaissait pas le moins du monde et qui visiblement semblait plus intéressée pour le tuer que le remercier.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyDim 30 Déc 2018 - 14:38

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman
Je suis à deux doigts de déchirer entièrement le col de sa chemise. C'est le problème de mes griffes quand elles sont sorties et que de surcroit, je suis en rogne. En rogne après ce gars qui s'est fichu de moi en me disant que le problème allait se régler simplement en brûlant ces fichus organes. Et maintenant, on devait faire quoi ? Retrouver les cadavres dans une ville immense comme Gotham. J'ai beau essayer de contenir ma colère et ne pas lui répondre par un sourire méprisant mais malheureusement ce n'est pas possible.
« Ai-je dit une seule fois que j'avais l'intention de vous tuer ... ? »
Je le rapproche de moi, en me plongeant dans l'azur de ses iris en le laissant ressentir à quel point je n'ai aucune gêne et encore moins de peur face à cette éventualité qu'il vient d'énoncer. Après tout, je suis censée être celle qui a tué plus d'une centaine de personnes dans son adolescence. Nos visages sont proches, et il peut sentir toute la chaleur folle de mon souffle contre la peau de son visage.
« En ce moment, j'ai plutôt envie de coller entre vos deux jambes mon genou, de vous voir ramper, gémir de douleur et peut-être d'écraser votre cigarette du talon à quelques millimètres de votre bouche qui semble accro au mensonge. »
Une vague d'excitation me parcourt jusqu'au bas de mes hanches à l'évocation de cette possibilité, mais je garde le cap et évite de mettre à exécution cette envie. Mon sourire s'adoucit, mais je n'en reste pas moins dangereuse.
« Aussi admirable que soit votre souhait de m'aider Constantine, je n'aime pas me faire mener en bateau. Est-ce ... clair ... ? »
Je touche ensuite de la pointe de l'une de mes griffes le bout de son adorable nez, et récupère la moitié du col de sa chemise de mon autre main. Il a raison, je suis en cause. Cette malédiction je l'ai certes cherchée en voulant récupérer cette sculpture qui malheureusement, s'est révélée être une espèce d'urne à organes d'enfants. Cependant, cela ne doit pas signifier qu'un magicien se voulant chevalier servant doit me mener à la baguette.

Finalement, je soupire et m'amuse avec le bout de tissu. Eh bien je n'y suis pas allée de main morte sur ma prise. J'ai presque envie de m'excuser
« Ce n'est pas que j'aie envie de les faire revenir. Ce sont eux qui ont les informations nécessaires concernant leur assassinat, le trafic d'organes dont ils ont été victimes, et le commanditaire. Ce sont des informations qui m'intéressent maintenant autant que ma vie. »
Car ces informations me permettront de faire des recherches puis de trouver un moyen de me faire l'argent nécessaire pour les semaines à venir. Ou même, de compléter ma jolie collection d'objets d'arts. Je pivote et me dégage complètement de sa personne, sans cesser de passer le tissu déchiré entre mes doigts. Féline, avide et surtout curieuse, malgré le danger me guettant. Danger qui aujourd'hui prend la forme d'enfants fantômes capables de me jeter du haut d'un immeuble et de m'écraser contre le goudron ssans que je ne puisse me défendre.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMar 1 Jan 2019 - 19:42

Au début il pensait qu'elle pouvait être une alliée intéressante mais plus sa allait et plus elle lui tapait sur le système. Encore une de ces femmes qui voulait toujours tout ce qu'elles voulaient, de la façon dont elles le voulaient. La patience commençait à lui manqué, après tout si elle n'était pas d'accord ben il pouvait simplement partir d'où il venait et elle n'aurait aucun moyen de le retrouver contrairement à ce qu'elle pouvait pensée. Après quelques menaces elle lui indiquait vouloir suivre cette piste plus que tout.

Agacer le magicien soufflait, une fois sa cigarette terminée il en allumait une autre, sa chemise était maintenant déchirée. Complètement cinglé cette femme, une chance pour lui il allait faire venir les corps de ces gamins et la laissée se débrouillée pour le reste. Après tout si elle ne voulait pas de son aide pourquoi il irait s'embêter à courir dans toute la ville pour elle ? Ce n'est pas John qui était maudit après tout.


Ecoutez je ne doute pas de votre gentillesse habituelle, mais n'oubliez pas que c'est vous qui avez besoin de moi, pas l'inverse.

Rien ne m'empêche de partir là tout de suite. Je ne suis ni payer ni remercier.

Donc au lieu de me piquer une crise, laissez moi faire. Ces gamins vont nous dire tout ce qu'ils savent et sans problèmes.


On pouvait sentir dans la voix du magicien une bonne dose d'agacement, mais il comptait finir son travail, du moins si elle ne le menaçait pas de nouveau. Après avoir enlevé son imper, le magicien s'asseyait au sol les jambes croisés, il remontait ses manches et sortait de sa poche une carte. Cette carte avait la propriétée de devenir ce que voulait le magicien.

Afin d'appeler des âmes à lui, il devait crée un pont assez solide pour qu'elles puisse passer. Selon la magie et la quantité utilisée le temps d'ouverture pour un portail pouvait varié. Ce soir John était relativement en bonne forme, le tenir pendant quelques minutes n'était pas un problème. Par contre les pulsions colérique de la femme-chat, elles le seront sans aucun doute.

Une fois les préparations achevée la carte prenait alors la forme d'un petit récipient doré, sur lequel était inscrit tout un tas de runes. Après l'avoir fait apparaître John sortait petit couteau il s'ouvrait la main et ce mettait à réciter des incantations. Son sang rejoignait peu à peu le récipient, de sa main valide le magicien dessinait les symboles propres au portail.

Une puissante lumière était maintenant visible, puis tout à coup le noir tombait, des ombres sortaient du portail ainsi que les silhouettes de trois enfants. Maintenant ils étaient bloqué ici, elle pouvait leur poser toutes les question qu'elle voulait leur mémoire était intacte.

Voilà, je ne peux quitter cet état, mais vous pouvez les questionner sans souci. Ils ont gardé le souvenir de leur mort, ainsi que ceux de leur vie passée.

Vous avez environ une dizaine de minute pour tout savoir. Après quoi le portail sera fermé et on ne pourra plus  l'ouvrir. Posez les bonnes questions.

Oh et ne soyez pas trop agressive avec eux. Même si ça semble compliqué pour vous.


Les trois formes étaient maintenant prête à subir un interrogatoire, elles restaient là dans le cercle et ne bougeaient que très peu.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyJeu 3 Jan 2019 - 13:37

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman
Finalement, je ne vais pas m'excuser. Cet homme est une vraie plaie, bien pire que celle que j'avais à la cuisse avant qu'il ne me soigne. Alors quand il se plaint de son manque de récompense un rire m'échappe. Un vrai chevalier servant. Bon, soyons un peu raisonnable Selina. Tu arrêtes de l'agacer, il a raison après tout. C'est de ta faute si tu t'es retrouvée dans cette situation alors assume. Je soupire et viens chatouiller le nez du blond magicien avec le morceau de tissu lorsque celui-ci a fini son petit tour de magie. J'arbore un sourire en coin.
« Je vous rachèterai une chemise. Quand au remerciement ... »
Je me penche, prend son menton entre deux de mes doigts et viens déposer un baiser sur sa joue. Assez rapide pour qu'il ne vienne pas s'en départir avant que mes lèvres ne touche sa peau aux traits fatigués. Je ronronne de contentement en voyant la marque de mon rouge à lèvres sur sa joue et ceci fait, ceci marqué de mon remerciement donc, je pars en direction des trois fantômes enfermés dans ce cercle.
« Maintenant je m'occupe des enfants. »
Une main posée sur mes hanches, j'observe ces trois âmes damnées avec un peu de tristesse. J'ai beau être la pire quand il s'agit de mes intérêts et du vol, voir des orphelins morts ou des gosses dans les rues tenter de survivre au milieu des trafics d'adultes peu scrupuleux a le don de m'adoucir. Eux cependant me fusillent du regard, méfiants et ça peut se comprendre ; après tout, ils ont été envoyés de l'autre côté sans qu'on ne leur demande leur reste. Je reconnais la fille de tout à l'heure avec qui j'ai essayé de parler.
« Je m'excuse. Il cherchait juste à me protéger. Tu cherches bien à protéger tes deux amis, je me trompe ? »
Les yeux jusque là complètement noirs commencent à reprendre un aspect plus humain quand elle entend à quel point je ne suis pas agressive et plutôt compréhensive face à situation. Elle hoche la tête, mais boude, en retroussant ses lèvres. C'est mignon, même pour un fantôme.
« Tout à l'heure, tu m'as dit que vos organes avaient été mis dans cette urne en forme de chat. En réalité ce n'était pas une urne ? »
Elle secoue la tête et se met devant ses deux autres compagnons.
« Non. C'était notre boîte à secrets. Mais ils ont tout vidé et ont mis ce qui ne les intéressait pas dedans. J'ai tout vu quand ils ont tué David. »
Je ravale ma salive. Quelle bande d'enculés. Ils ont laissé des enfants regarder ce genre de trucs. Je fronce les sourcils, dégoutée et un peu enragée. Mais je me contiens et essaie de ne pas me rappeler de sombres heures de mon enfance et mon adolescence.
« Qui vous a fait ça.
- Je sais pas. Ils avaient des capuches. Et le chat s'est retrouvé ici. On a essayé de retrouver notre maison mais elle a été rasée ... »
Elle commence à frotter ses mains contre ses yeux, ce qui ressemble à du sang s'en échappe. Même si c'est ... bien sombre et gluant ... yuk. J'évite de faire la moindre grimace face à cette vision peu ragoutante et je m'efforce de garder un sourire rassurant.
« Et vos ... vos corps ?
- Ils les ont jeté dans l'eau. Ils on attachés nos pieds à des roches et on a vu nos corps couler. »
C'est l'un des garçons qui s'adresse à moi, d'une voix chevrotante et un peu lointaine. Je tourne légèrement la tête vers Constantine, en me mordant la lèvre inférieure. Je ne pense à mes propres intérêts en cet instant. L'image de corps jetés à l'eau me hante, car j'ai moi même été balancée quand on m'a crue morte de la même façon. On peut croire que ma peur des eaux profondes vient du fait que je suis une femme chat, mais non ; ce qui lie cette peur est bien pire et plus sérieux que cette fichue supposition que certains de mes ennemis sortent.
« Vous avez cassé mon chat alors on voulait vous embêter parce qu'on vous croyait méchante.
- Je ... »
Je martyrise l'intérieur de mes joues. La culpabilité me ronge peu à peu, mais en soi je me dis que ce n'est pas plus mal. J'ai brisé l'objet qui les retenait. Ça les a perturbés mais au moins ils ne sont plus des objets de collection de cette petite frappe à célébrité grandissante, ce Takeshi Nakao. Un mal pour un bien, en soi. Je baisse les yeux et m'assoit par terre.
« Non j'ai été méchante. Je trouvais vraiment ce chat très beau. »
Alors comme ça, des gens continuent à lancer de pauvres gosses dans le fleuve. Je tiraillée, mal et je suis sûre que Batman adorerait voir ça. Catwoman qui se retrouve en plein cas de conscience ... Et dire que je ne suis pas censée être une justicière. Je soupire lourdement et je cherche, je cherche où ces fichus salauds ont continué à lancer des corps d'enfants.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyDim 6 Jan 2019 - 12:49

John venait de lancer le sort, il devait rester concentré sinon le portail serait rapidement fermé et cette femme-chat sortirait de nouveau les griffes. Mais contre toute attente voilà qu'elle décidait de devenir moins agressive, avait-elle enfin compris que John était sa seule porte de sortie ? Il n'en savait rien mais essayait de ne pas trop y penser, encore une fois il se devait de rester concentré. Seulement Catwoman en rajoutait une couche en l'embrassant sur la joue, laissant au passage une trace de rouge à lèvre qu'il avait bien sentit.

Le magicien ne pouvait rien dire, il se contentait de sourire légèrement tout en continuant son incantation. Les secondes étaient affreusement longue, la magie utiliser était assez conséquente. Comme dis plus tôt elle devait faire vite et poser les bonnes questions, il ne tiendrait pas éternellement. Puis voilà que les enfants commençaient à raconter leur derniers instants. Même lui qui avait l'habitude de voir les pires horreurs, n'était pas à l'aise face aux faits énoncés, ces gamins avaient vécus ce qu'il y avait de pire.

Mais le pire n'était pas encore arriver justement, la gamine qui se montrait réticente au début prenait la parole. Elle expliquait qu'elle avait dût regarder son jeune ami mourir devant ses yeux et se faire charcuter comme un porc qu'on préparait pour en faire du jambon. Le sang du magicien ne faisait qu'un tour, lui-même père d'une petite fille ne pouvait concevoir une telle abomination. Qui serait assez cruel pour faire subir ce genre de châtiment à des enfants ? Personne sur cette terre ne le méritait, une chose est sûre John allait aider ces gamins.

Un garçon cette fois prenait la parole, indiquant que leur corps avaient été jeté à l'eau, avec un cailloux à leur pieds. Ce mode opératoire était bien significatif de la mafia, il n'y avait qu'eux qui tuaient leur victime de cette façon. Le problème était que pour aller récupérer ces cadavres quelqu'un allait devoir mouillé la chemise et plongé. Sans quoi la femme-chat ne serais jamais libérée de ce fardeaux. Le sort touchait à sa fin mais avant de les laisser partir le magicien devait en avoir le coeur net.

Saviez-vous où vos corps ont été engloutis ? Si vous nous aidez ce soir je peux vous promettre que votre calvaire sera terminé.

J'irais personnellement veiller à ce que votre deuxième vie sois des plus reposante. Vous ne méritiez pas ce qui vous est arrivé.


Le garçon était étonné que le magicien prenne la parole. Mais il comprenait ce qu'il voulait dire. Ce soir ils auraient enfin l'occasion d'être en paix, dans un monde où ils seront ensembles pour toujours. John le cachait bien mais cette situation lui brisait le coeur, voir des enfants subir ce genre de choses. Après avoir reçus son information il posait sa main sur l'épaule de la femme-chat, elle ressentait surement la même chose mais ne le montrait pas.

John voulait lui apporté un léger soutiens, même s'il s'attendait à être envoyé promener. Le sort se dissipait après que le garçon répondait au magicien. Laissant là les deux compagnons de nuit. Maintenant ils savaient où plongé pour les récupérer.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyLun 7 Jan 2019 - 21:58

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman
Voler a des avantages comme des inconvénients. Ce soir l'avantage était que j'avais des informations intéressantes concernant Little Tokyo et des liens avec l'auteur des enlèvements de prostituées à East End. Les inconvénients, c'était l'éveil des esprits de ces enfants les Tygers qui maintenant sont à ma recherche (tout du moins pour cette soirée), mon ancienne blessure. L'avantage reste prépondérant et en bonus, j'ai été soignée par un magicien qui n'a pas du tout le look qu'on attribue généralement aux magiciens qui font sortir une montre à gousset de leur oreille. Je sais, j'ai été vache avec ce gars. Mais je ne crois pas au prince charmant et encore moins au chevalier servant. Gotham m'a bien appris ça au fil du temps et des rencontres. Alors un gars qui se fait passer pour l'un ou l'autre comme ça alors que je suis en situation de faiblesse, c'est trop beau pour être vrai. Je regarde de nouveau le fantôme de cette vie en arborant un sourire empreint de tristesse car ce chat était vraiment beau. Je pense qu'elle aurait pu avoir un bel avenir en tant qu'artiste mais ... elle est morte. Vidée de ses organes et son corps jeté on ne sait où dans les eaux de Gotham.
Je sens la main de Constantine sur mon épaule. Un intense frisson me prend tant ce geste me laisse autant sur la défensive que vulnérable. Et je ne veux en rien me montrer vulnérable que ce soit devant un homme ou bien une femme. Mes tourments, mes regrets ne se partagent pas. Je vis dans ce silence, dans l'attente d'obtenir ce que je veux et dans l'épanchement de mes désirs sans que l'autre ne s'y complait. Je tourne la tête vers le magicien brusquement et je me redresse afin qu'il retire sa main. Le petit pendant ce temps là a réfléchi à sa réponse :
« Je peux juste dire qu'il y avait de la mousse toute verte mais c'est tout. Des fois il y en a des fois pas. »

Les formes des trois enfants se dissipent alors comme si cette émanation de leur esprit n'avait été qu'une illusion formée par de la fumée. Je regarde d'ailleurs la bouche d'égout non loin de la quelle émane une fumée presque similaire. Je lâche un petit rire empreint de sarcasme et je fais fi de la sensation de cette main chaude et tout de même chaleureuse qui s'était posée sur le cuir froid de ma combinaison.
« Je pense savoir où ces pauvres gosses ont été jetés. Vous voyez la station de traitement des eaux ? Tout n'est pas traité. Il existe une embouchure servant à déverser les liquides qui devraient coûter cher en traitement aux usines concernées. »
Encore un aspect crasse de Gotham ... déjà que j'ai du mal avec l'eau, mais en plus de l'eau bourrée de produits chimiques ... je pense qu'au vu de ce qui est déversé quotidiennement, les corps ont été dissous. Je serre mes bras et regarde l'autre bout de la rue. C'est lumineux, dangereux sans doute bourré de Tygers. J'abdique, d'une certaine façon en soupirant ainsi.
« Je sais que vous voulez jouer les chevaliers servants mais vous devriez éviter de sauter là bas. Et ce même en tant que magicien. »
Je ne m'inquiète pas pour lui mais il n'a pas à aller là bas. Même une solitaire comme moi refuse de voir quelqu'un de vivant ou de mort s'immerger dans cette bouillie chimique.
« Essayons simplement de brûler leurs organes. Si cela ne fonctionne pas, je ferai avec. »
Par moments, la magie ou bien vos aptitudes ne peuvent pas régler vos problèmes. Il vaut mieux les accepter quitte à les sentir chaque jour en vous, remuer une lama dans votre coeur. Les erreurs arrivent et certaines ne sont pardonnables qu'avec le temps et l'acceptation des concernés. Je me mords un moment l'intérieur de ma joue pour finalement faire face à ces organes ... ou plutôt ce qu'il en reste ; attristée, assombrie, mais incapable de me reposer sur l'épaule de quiconque. Pas même celle de Constantine. Je sors alors de l'une de mes poches une fiole de disilane.
« Je m'occupe de mettre le feu. Dites moi que vous ne devez pas encore faire une incantation et que vous n'avez pas besoin d'os de poule tordus ou de mon sang pour en terminer avec cette histoire. »
Je me crispe. Ma main se crispe. Mais j'évite de serrer trop fort pour ne pas claquer ce produit extrêmement inflammable entre mes doigts ; je risquerai de perdre mes doigts et de cramer mes chairs. Cette fichue histoire doit se terminer. On entend d'ailleurs les véhicules de patrouille des Tygers au loin et on m'attend ailleurs. Cette fichue histoire doit se terminer.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptySam 12 Jan 2019 - 21:27

John écoutait ce qu'il ce disait, visiblement les enfants avaient plus confiance en la femme-chat qu'en lui, ils n'avaient pas tort cela dit. Le magicien avait bien remarquer que la femme-chat refusait tout contact aussi sympathique soit-il. Très bien il n'allait pas insisté et retirait sa main quand elle faisais ce mouvement avec son épaule. Les corps de ces gamins étaient dans les égouts, apparemment notre aventurière de la nuit ne semblait pas partante pour s'y aventurée. De ce qu'elle disait récupérer les cadavres serait sans doute impossible, ils seraient sans doute rongé par la crasse depuis le temps.

La femme-chat lui expliquait alors qu'elle voulait se contenté de brûlé les organes, techniquement si leurs corps avaient été dissous par le temps et les produits chimique, les organes sont les seuls choses qui relient ces enfants à ce monde. La cigarette de John c'était terminée, il la jetait dans les égouts, puis en rallumait une autre, sa devait faire la troisième en l'espace de trente minutes, mais bon il ne pouvait pas en crevé donc pourquoi ce privé ?

Pour terminer cette histoire il n'y aura pas besoin d'incantations. Placez les organes dans ce cercle que j'ai fait tout à l'heure. Ensuite je vais vous donnez de l'eau bénite, versez-la tout autour du feu. Puis on n'a plus qu'à attendre qu'ils soient totalement consumés.

Oh j'oubliais protégez-vous le visage, l'odeur qui vas en ressortir n'est pas très agréables, du moins pour tout humain normalement constitué.


John restait à distance, c'était la personne hanté qui devait faire ce rituel. Contrairement à ce qu'elle pouvait pensée, il n'y avait pas besoin de son sang ou d'autre objets tout aussi étranges. Il suffisait simplement de laisser brûlé tout ça. Le feu allait s'éteindre tout seul grâce à l'eau benite qui se trouvait tout autours. Le magicien n'allait pas plus intervenir, maintenant la femme-chat était libérée des fantômes qui la poursuivait.

Ce soir John ne s'attendait pas à devoir aidé une inconnue. Encore moins une espèce de sauvage qui voulait s'en prendre à lui, alors qu'il avait simplement l'intention de l'aidée sans arrière pensée. Mais bon pour ce soir c'était terminé, il avait fait ce qu'il fallait et tout était rentré dans l'ordre.


Voilà normalement vous ne serez plus embêtée. Sur ce c'était un plaisir de vous rencontré. Moi je vous laisse ici, bonne nuit à la prochaine, qui sait ?


Le magicien lui tournait le dos, avant de commencer à prendre le chemin du retour. C'était pas tout mais il n'avait pas très envie de tomber sur ces sauvages de Tyger. Encore des ennuis il en avait eu assez pour la journée.
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) EmptyMer 16 Jan 2019 - 22:42

It's not my fault. Well maybe a littleA Spellcaster & Catwoman
J'en suis sûre à cent pour cent : Le chevalier servant ça n'existe pas. Nous ne sommes que des pions pour assouvir les intérêts des autres lorsque le moment sera propice à la demande et à la situation. De plus on nous a vendu des romances avec des hommes intrusifs, des connards manipulateurs, ou bien des beaux sourires en ayant à côté du sombre et bien louche, comme la pierre philosophale ... l'objectif à atteindre pour être dans la société ! Les femmes d'aujourd'hui ont quelques tares de ce côté là. Quelques exceptions existent dans cette ville comme ailleurs, mais face à un individu tel que ce John Constantine qu'auraient-elles fait en étant dans ma situation ? J'ai beau jouer les ingénues, cette histoire me laisse dans un certain malaise. Je range ma fiole de disilane non sans jeter un coup d'oeil vers ce magicien sorcier ou que sais-je qui là encore me donne des directives. Et fume. Trop. À croire que c'est à la mode de fumer comme un pompier en ce moment.
« Oui mon commandant. Bien sûr mon commandant. »
Je fais mine d'être enjouée à la perspective de suivre son protocole d'incantation ou d'exorcisme. Je dois y passer si je veux que ces gosses disparaissent et ne s'amusent pas à me soulever au dessus des immeubles une nouvelle fois. Mais le fait d'être soumise à, m'importune tout de même. Je récupère le flacon d'eau bénite en roulant des yeux, en lui disant un semblant de merci puis, je m'applique pour faire disparaître le feu comme demandé.

La scène est étrange. Au delà du macabre et des odeurs en résultant, en ressort l'impression de se vendre, d'ébranler ce qui aurait dû rester tel quel. J'échappe à mon destin grâce à cette magie, à cet outil bravant les lois pourtant régies pour cette humanité fragile. Peut-être suis-je en train de me prendre pour Charon ou que sais-je ... je suis en ce moment en train de faire disparaître des âmes d'enfant on ne sait où. Je me sens coupable, mais aussi soulagée à vrai dire car un immense poids s'est détaché. Il me compressait, me tenait à la gorge et m'obligeait à rester alerte face aux possibles dangers. Je ne remarque pas de suite le départ du magicien. Je reste là, bras croisés sous ma poitrine à me poser encore des questions sur les quelques paroles dites par ces âmes damnées.
« Mh bye. »
Lâché-je d'un ton monocorde. Non je ne m'intéresse plus à Constantine, qui doit repartir faire sa vie de son côté en mode cow boy magicien des temps modernes. L'histoire de ces gamins m'intrigue et fait écho à mes pires souvenirs. Je reste accrochée au souvenir de leurs visages, aux détails concernant cette zone où leurs corps ont été jetés. J'oublie la magie, mon incartade avec les Tygers seul compte cette zone où je pourrai trouver des indices, voir trouver des gens impliqués dans cette sordide histoire.

Puis, je suis de nouveau seule. Constantine n'est plus visible de là où je suis. Seul les bruits des véhicules des Tygers et leurs moyens de communication bruyants sont là pour me rappeler que je ferai mieux de filer si je veux continuer à le rester. Seule. Avec mes problèmes et ce sentiment étrange qui me pousse à trouver ces infos. Seule, sur ce toit à appeler un client qui pourrait être intéressé par une partie des données que j'ai récolté dans Little Tokyo. Seule, mais libre ; de ne pas croire entièrement un magicien, de ne pas me ranger sous un étendard à la demande d'un pingouin humain ou bien d'une chauve souris. Je fais ce qui me plaît, je donne pour de l'argent ou je donne mon argent à l'East End pauvres de Gotham qui m'a vu grandir.
Je retourne à l'une de mes planques et reste sur le toit, départie de mon attirail et en compagnie de mes chats. D'ici, je vois à quel point cette ville me colle à la peau et ne cesse de m'appeler que ce soit dans le vice ou bien dans le règlement de quelques tristes affaires. Ces sifflements, ces tirs et ces sirènes qui fusent alors qu'à côté se dressent d'immenses buildings aux airs rassurants. Ce contraste, jamais je ne le trouverai ailleurs. Et puis ... écouter d'ici les Tygers me chercher encore et rager, c'est un petit plaisir dont j'ai du mal à me passer.

© Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chercher les ennuis (With John)   Chercher les ennuis (With John) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Chercher les ennuis (With John)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boyz’n the Hood, la loi de la rue .:DVDRip – FR:. excellent film alala, mon préféré, je vous le conseille ;)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Founders Island :: Chinatown District :: Little Tokyo-