Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 La rencontre de deux gamins des rues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: La rencontre de deux gamins des rues   Ven 10 Nov - 21:08

J'écoutais l'homme parler à mes alliés d'aujourd'hui. Une bande d'adolescents qui comme mes Misérables, survivent. Ils avaient besoin d'enfants pour s'infiltrer dans une bande ennemis pour des informations. Ils payaient bien alors on travaillait parfois pour eux. Je connaissais bien l'homme qui parlait. Une grande personne habillé comme les cons des grandes tours ou des mecs a la télé. J'laime pas du tout celui la. Il ment comme il respire. J'étais caché dans un escalier de secour de la ruelle pour qu'il ne me voit pas.


"Messieurs. Je suis la que pour vous aider ! Le maire m'envoie pour vous offrir du travail honnète. La construction d'un nouvel immeuble. Vous serez logés et nourris en plus d'être payer 14$ de l'heure."

Je voyais que ces paroles de serpent faisait leurs effet sur mes alliés. J'devais faire quelque chose !


"Menteur !"


Je sautai de l'escalier, au milieu de mes "amis", devant le vieux tout en parlant comme un Gentleman.


"Bonne soirée cher inspecteur ! Bonne soirée cher ami.  Je connais cet homme, mes amis, son nom est inspecteur Tyler. Ne croyez pas un mot un seul mot qu'il dit car aucun n'est vrais. Ça vous prouve encore une fois ce que les petits gars peuvent faire !"

deux de mes alliés attrapèrent le policier et l'obligèrent à s'agenouillé.


"Bravo petit Gavroche tu es premier de classe ! Maintenant qu'allons nous faire de ce serpent ?"

Ils approuvèrent tous pour le tuer. J'étais pas d'accord mais je pouvais rien faire pour ce bougre. Il voulait nous amener dans ces maudits refuges pour enfants. Même mon vieux cabaret est plus propre et nous avons chacun notre coin. La bas, y peut y avoir 3 gars pour un lits et il faut partager la place avec les rats et les insectes. Je devais quand même faire quelque chose.


"Les gars ! Ne le tuer pas. Pourquoi on l'humilie pas au lieu ? Peut-être lui écrire *Pig* dans le front au couteau ? Si vous le tuer, les autres hommes en uniformes vont venir et tous nous amener !"


"Comme tu l'a dénoncé toi même, on le tuera pas, gamin. Mais le prochain mourra, peu importe ce que tu dis."


Je quittai l'endroit avant qu'autre chose arrive. J'entendais les cris du policier derrière moi. J'aimais pas ça du tout. Je m'engageai dans une nouvelle ruelle, derrière quelques restaurants miteux. C'étais un bon endroit pour trouver à manger. Mes petits gars vont manger ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Masculin Messages : 301
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: La rencontre de deux gamins des rues   Dim 12 Nov - 21:53

Jason Todd / The Red Hood

ft. Gavroche

「 La rencontre de deux gamins des rues 」

Le couteau siffle dans l’air et manque d’un cheveu le visage caché par une cagoule. Le corps de Red Hood est encore tendu dans la position du lancer, dans lequel il a mis toute sa force, emportée par la colère.

« Ferme ta putain de gueule, enfoiré de mes deux ! »

La voix déformée par le casque du mercenaire est sifflante, preuve que sa mâchoire est serrée, presque douloureuse. Le type s’est reculé jusqu’au mur, terrifié par le soudain accès de colère de l’homme en rouge, il a les genoux tremblants et avance ses mains devant lui, paumes ouvertes vers Hood pour tenter de l’apaiser. Toujours dans ce but, il baragouine en bégayant :

« Elle m’a dit qu’elle était majeure putain ! J’pouvais pas savoir, merde ! »

Il reprend ce dernier mot plusieurs fois, plus bas, comme quelqu’un ayant fait une très grosse bêtise. Mais le mercenaire ne le laisse pas finir et sort son arme, faisant échapper à l’homme un sursaut et un cri strident.

« Donc tu l’as violée puis tu l’as tuée ? C’est bien ça ? La voix du brun est plus basse, plus maîtrisée, mais toujours autant empreinte de rage.
- Non ! Putain non, elle s’est mise à parler de police alors j’ai… j’ai paniqué merde ! Elle est f…
- ETAIT ! »

En rugissant, Red Hood tire dans l’épaule du violeur, lui arrachant un cri de douleur pure alors qu’il tombe à genoux, sa main gauche essayant d’empêcher son articulation de saigner plus. Hood s’approche et l’épingle au mur en posant son pied sur l’épaule blessée, faisant hurler des paroles incohérentes au type. Il ne tarde pas à simplement tourner de l’œil, vaincu par la douleur ou la perte de sang. Qu’importe. Trop obnubilé par sa course contre la batfam, l’anti-héros en était venu à délaisser les rues, les gens, ceux qui méritaient une justice plus exemplaire. Et il s’en voulait. Atrocement. Etait-il devenu comme Batman ? Perdu entre vengeance et service ? Déterminé à réparer ses torts et afficher ce type comme un exemple de ce que mérite la plus vile des créatures de cette ville, Hood se penche pour en saisir le col de la chemise, dégoûté par ce rat en costard cravate et commence à le traîner vers un coin où il sera trouvé dans une mise en scène destinée à marquer les esprits.

De rues en rues, le faible éclat d’une discussion animée entraîne le mercenaire à en suivre la trace, jusqu’à une bande de jeunes visiblement en train de faire passer un sale quart d’heure à un type. Familier du milieu, Jason sait que ce sont des gamins des rues, pauvres, désœuvrés, en quête d’une vengeance contre les adultes qui tantôt les ignorent et les abandonnent et tantôt se servent d’eux. Ce type était-il une victime ou un bourreau justement puni ?

Hood balance sa victime contre les jambes d’un gamin et s’avance, sortant de l’ombre. Rapidement, tout le monde s’est tourné vers lui dans un silence coupé seulement par les gémissements des deux blessés. Le type agenouillé a le front en sang. Sans doute marqué à vif.

« Toi, là. D’un signe du menton, il fait signe au gamin qu’il a fauché dans son lancer et qui le regarde de sa position au sol. Explique-moi ce qui se passe ici. Maintenant. »

Voyant le jeune peu disposé à obtempérer, il crache son dernier mot en s’approchant pour le toisant de toute sa hauteur. L’effet est immédiat et les langues se délient. Satisfait, Hood hoche la tête et pose une autre question : « Qui est le chef ici ? »
- Euh… bin… Gavroche ? »

Il regarde ses comparses en quête d’assentiment, et tous se lancent des œillades mais finissent pas hocher la tête. Si Gavroche n’est pas réellement le chef de la bande, il a en tous cas été désigné comme tel.

« Bon, écoutez les morveux, vous allez m’attacher ces deux connards et les laisser ici sans les abimer davantage. C’est compris ? »

Sa voix métallique, la chauve-souris sur son torse, sa panoplie d’armes et sa haute stature suffisent à arracher l’assentiment du groupe. Le brun obtient même de savoir bon an mal an où est allé le dénommé Gavroche. Sans perdre plus de temps, il s’efface de la scène en s’élançant à l’aide de son grappin vers les toits. Il paraîtrait que Gavroche serait parti vers les rues parallèles aux grandes artères, là où l’on trouve les arrières magasins pour chercher à bouffer. Pour Jason, qui avait vécu seul dans la rue, il pouvait comprendre qu’avoir une communauté pouvait avoir quelque chose de rassurant, mais comme tout groupe, une seule personne peut entraîner le reste vers le crime. Et il y avait assez de déchets dans cette ville pour ne pas y ajouter une bande de morveux avides de sang. Dans sa course en haut des bâtiments, Hood avise une silhouette petite, habillée de haillons. Gavroche, sans doute. Prenant son élan, le mercenaire saute et libère son grappin pour atterrir lourdement devant le gamin.

« Gavroche, c’est ça ? Protéger ses amis c’est bien, mais ça ne t’empêchera pas de finir en maison de redressement la prochaine fois que je trouve tes petits copains et toi en train de graver des injures sur le front du premier connard venu. »

Ces gamins ne méritent pas d’être dans la rue, livrés à eux-mêmes, pourtant… torturer des gens ne les aiderait pas. Si seulement il existait un moyen de réquisitionner les appartements de ces salauds de riches qui ne payent même pas d’impôts pour des gosses comme ça, si seulement voler n’était pas leur seule solution.

« Viens avez moi, sa voix s’est radoucie, je paye le repas pour ce soir. »



Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.


- Votre serviteur joue aussi Rose Ahn, que des bg, en somme. -


Signature @Inconnu
Avatar @Aandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: La rencontre de deux gamins des rues   Lun 13 Nov - 4:46

C'étais une bonne soirée ! Le vieux chinois du restaurant Hing Lung avait jeter tout plein de Rouleaux impériaux. Ils étaient un peu trop mous pour ces cons qui payent mais pour nous, c'est parfait ! Le shawarma d'a côté avait quant à lui jeter des tas de pita frais de la veille et même un gros morceau de poulet non vendu. Il n'y avait qu'a coupé l'exterieur pour enlever la merde et le tour est jouer. Mes gars vont bien manger ce soir et j'suis très content. Nous sommes dans le pays ou les gens se battent pour la liberté mais dans le fond. Tout ce qu'on fait, c'est se battre pour des miettes de pain derrière les resto


Je remplissais ma poche quand j'entendis un coup de feu au loin. Je ne sursaute même plus quand ça arrive. Tant que mes gars sont ok, je me fou de qui meurt ou qui vit. Je continuai mes recherches derrière le resto italien tout en fredonnant. Johnny dit que j'aurais pu être chanteur si j'étais pas pauvre ou orphelin. Boarf, pourquoi penser à ça quand ça arrivera pas.


"Gavroche, c’est ça ? Protéger ses amis c’est bien, mais ça ne t’empêchera pas de finir en maison de redressement la prochaine fois que je trouve tes petits copains et toi en train de graver des injures sur le front du premier connard venu."



Je me retourne rapidement. C'étais un grand en costume. Il est armé en plus. Qu'est ce qu'il me veut celui la ? Ah le vieux du refuge. Qu'il se mêle de ses affaires, ce con. J'ai une pensé pour mes frères en voyant le fusil. Il connait mon nom et je me rappelle du coup de feu.


"J'ai entendu un coup de feu. J'vais t'arracher les yeux si t'a toucher mes frères ! J'ai entendu parler de toi. t'es comme lui. Le grand Batman. Tu f'rais pas d'mal aux enfants. Tu sais que j'ai évité la mort à ce connard ? Il voulait nous amené dans son maudit refuge plein de rats ou on partage une miche de pain pour 40 gars. Les gars voulaient le tuer et je leurs ait dit de pas le faire !"


Il veut m'amener manger ? J'lui fait pas confiance. De toute façon, y'a les autres qui vont m'attendre.


"J'ai pas besoin de ton aide. J'vais pas laisser mes gars mourir de faim dans l'éléphant alors que je bouffe avec un des justiciers qu'ils parlent dans les journaux ! Ils comptent sur moi."


Je ne lui dit pas que je sais pas lire. Je fais que semblant. J'veux pas qu'il me pense stupide en plus d'avoir pitié a cause de ma pauvreté. Je recommences mes recherches en évitant de regarder dans sa direction.


"Tu peux dégager la ! Pas besoin de ta charité."


Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Masculin Messages : 301
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: La rencontre de deux gamins des rues   Sam 18 Nov - 21:39

Jason Todd / The Red Hood

ft. Gavroche

「 La rencontre de deux gamins des rues 」


Le mercenaire entend des coups de feu au loin, mais décide malgré tout de faire une apparition devant le leader de cette espèce de gang de gamins avant d’aller reprendre ses rondes. De toute façon, il est presque arrivé, alors autant ne pas gâcher la route qu’il a déjà faite.

Le morveux commence à s’échauffer, croyant pouvoir faire peur au criminel. Hood lui rit au nez, purement et simplement, et lui lance : « avant de faire le dur, assures toi d’être vraiment en capacité de m’arracher les yeux ». Ça lui évite de réagir à cette remarque sur le Batman. Ne pas y penser, ce n’est pas le moment. Ce serait trop bête de se faire encore avoir par cette vieille blessure. Jason était revenu parmi les vivants dans le but d’évincer le Batman et lui montrer en quoi sa façon de se battre n’est pas la bonne, n’est pas celle qui est nécessaire.

« D’accord, d’accord, restes calme gamin, j’ai compris, il hausse les épaules et lève ses mains gantées, paumes face à l’enfant pour lui montrer sa bonne volonté. Déjà, j’ne suis pas un « justicier », ok ? J’ai rien à voir avec Batman et ses potes, moi. Par contre, je sais ce que c’est, la rue, pas la peine de me faire ton numéro. J’te propose juste de la bouffe, pas d’entourloupe, pas de piège, pour toi et tes copains. J’me fiche que tu refuses, j’aurais fait la même chose quand j’étais à ta place. »

En réalité, après avoir tenté de subtiliser les roues de la Batmobile, son terrifiant propriétaire avait proposé de la nourriture au voleur, qui avait accepté sans trop résister. Le brun pouvait bien se mentir et mentir autant qu’il voulait, après ce soir-là, l’adolescent avait vécu ses plus belles années. Mais toutes les bonnes choses ont un fin.

« Ecoutes, il soupire en déclenchant les sécurités de son casque, j’suis pas ton pote, mais ça veut pas dire que je suis ton ennemi. Il ôte le casque et secoue son visage soudainement fouetté par le froid. Si tu traines ici, y aura forcément des mecs comme ça qui viendront vous chercher des noises, et rester dans la rue c’est pas plus sécuritaire que d’aller dans ces refuges de merde. Par contre, dans le Coventry y a mes hommes et ils savent qu’il faut pas emmerder les enfants comme vous, vous y serez plus en sécurité et y a des vieux entrepôts pour se cacher. Prends ça comme le conseil d’un gamin des rues à un autre, petit. »

Les refuges, Jason en a vu, des moyens et des franchement terribles. Ici, à Gotham, tout est moyen de faire du profit, même les enfants. De l’avidité au désintérêt, Jason n’avait pas souhaité passer plus de temps entre ces murs. La rue, c’était froid, c’était dur, c’était dangereux et solitaire, mais au moins, il y était libre et plus effrayé par chaque ombre sur les murs lézardés des orphelinats.

« Alors, qu’est-ce que t’en dis, le dur ? »




HRP:
 


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.


- Votre serviteur joue aussi Rose Ahn, que des bg, en somme. -


Signature @Inconnu
Avatar @Aandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La rencontre de deux gamins des rues   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rencontre de deux gamins des rues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'aime deux choses
» editions des deux coq d'or
» [Collection] Nous deux
» Côte des Deux Amants, le matin, avec Annie et Danver
» comparaison deux voitures 80# et 54# promo et SOTS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: East End-