Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter


Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 J'offre un verre à ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: J'offre un verre à ....   Lun 25 Sep - 23:21

Eddy venait de prendre son service cela faisait plus d'une semaine qui était passé derrière le bar. 
Ils étaient deux barmans, ils alternaient chaque soir. Et aujourd'hui, c'est Eddy qui s'y colle, pas de sorti nocturne, il avait un taf honnête... un soir sur deux.
Il enfila son petit gilet et sa cravate. 
Cela changeait de d'habitude il était très élégant.
Il salut Tom, le barman de jours, qui quitta son poste.

- Aller repose toi bien, a demain, Tom.


Ses premiers arrivent au bar, Il commença la préparation de cocktail et de verre d'alcool fort.
Il avait découvert un monde avec ce nouveau job, un monde qui le dépaysait.
Chaque soir, il retrouvait les habitué, et rencontrait de nouvelles personne, de nouvelle histoire.
Cela l'amusait toujours de voir des client ce confier a lui.
Étrangement malgré le départ récent de Barry, l'ancien barman, tout le monde avait très vite adopté Eddy. 
Chaque soir après quelque verre, un mari ou une epouse infidèle confessait ses péchés, une couguar le draguait et lui racontait ses conquêtes, un homme venant ce plaindre de son renvoie, Des gens perdu, venant oublier et trouvé des sourire pour les aider a surpporter ou encore des jeune étudiant et étudiante ivre venait le draguer pour avoir un verre gratuit, qu'Eddy leur accordait en fonction de son humeur. 
Eddy, apprenait plein de chose mais jamais le nom de ces client.
c'était une ambiance unique, mais tout de même différente de celle de certains bar où viennent s'échouer les oubliés de la société.
Eddy revient a ses clients, un œil toujours sur la piste et l'entrée pour anticiper l'arrivé des prochains client.


Dernière édition par Eddy Attano le Jeu 9 Nov - 22:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 5 Oct - 9:03

J'imagine que dans cette ville, on peut se permettre de prendre un bon verre bien mérité. Depuis quelques jours, j'avais eu l'envie de me mettre à un verre, j'avais soif et parfois, quand on voit certaines horreurs, on préfère les oublier devant un bon verre de bière bien locale. Bon, c'était de la pisse, et j'étais pas spécialement le meilleur pour ce qui était des alcools, mais une chose était certaine, il me fallait oublier quelques horreurs. Le Black Canary Club était dirigé par une ancienne habitante de Gotham City, Dinah Laurel Lance, mais au vu des derniers évènements, il paraitrait qu'elle était partie pour Star City à faire je ne sais quoi, avec je ne sais qui et puis on s'en moque hein ? Le but pour un vieux flic comme moi ce soir, c'était d'oublier cette journée bien pénible. Première chose ce matin : être convoqué par un des minables sous-fifres de Cobblepot pour s'entendre dire qu'on fait du mauvais travail au GCPD, tu parles de la belle affaire. Apparemment, Cobblepot ne nous faisait pas confiance. Tant mieux, moi j'ai pas confiance dans les monstres qui se font élire grâce à la connerie ambiante de Gotham. Faut dire aussi que je suspectais le bourrage des urnes hein. La journée aurait pu être mieux, elle a été pire. Un crime affreux, deux crimes abominables, et le reste à tenter d'identifier des hommes d'affaires connus à la morgue. Y'a de quoi se pincer les yeux devant de telles horreurs et pour tout dire, il me fallait décompresser un peu. J'en avais parfois ma claque de tout ça. Mais je le faisais pour Barbara, je le faisais pour qu'elle puisse vivre dans une ville un peu plus sûre, et jusqu'à ce que j'atteigne le jour de la retraite, mais vous connaissez le cliché, je mourrais surement deux trois jours avant la retraite, c'est le running gag de tout mauvais film policier qu'on peut trouver dans cette partie libre du pays. Alors que je pousse la grande porte du Black Canary Club, un des videurs me reconnait et me demande ce que je fais là.

"Calme les gars, je n'ai pas d'arme, et le vieux flic fatigué que je suis veut juste boire un verre."

Pas d'armes, c'est vite dit. J'avais un petit flingue de poche accroché à la jambière, histoire de ... On ne sait jamais, après tout, on est à Gotham City. En ce qui me concerne, j'avais grande confiance en mon arme et en mes coéquipiers, c'était déjà ça. Mais pour le moment, il était important de me consacrer à ce que je voyais en ce moment. Des mecs de certains gangs, les Falcone, les Sabatino, les gars de Lew Moxon, y'en a pas mal des ordures dans ce rade. Y'a aussi pas mal de gens particuliers, mais ceux-là ne savaient pas dans quel genre de merdier ils étaient. Ce ville était pourrie de l'intérieur. J'en avais chié pour me débarrasser de la pègre gothamite dans les affaires de la police. Il fallait que je me fasse un peu petit dans ce coin. Me dirigeant d'une traite vers le comptoir, je m'installe sur un tabouret. De dos, je serai moins visible par les affreux des bandes de Gotham.


"Une bière s'il vous plait."

Dis-je d'une voix calme et légèrement haute pour sortir de la musique qui commençait à reprendre d'un ton presque horrible. Le genre de musique commerciale dégueulasse qu'on trouve dans le commerce. Le genre de chanteurs qui font un tube et qui disparaissent un an après, et généralement on les retrouvaient dans des sacs mortuaires, complètement drogués, morts d'overdose ou d'alcools. Triste destin d'une société qui entreprend une décomposition de plus en plus rapide. Assis sur mon tabouret, je reçois ma demande. Une bonne bière bien fraiche, mais hélas, comme toutes les bières américaines, elles n'ont pas de gout. Pas d'intérêt sur le plan de la saveur, ce n'est que du jus de pisse qu'on se colle dans la gorge histoire de se saouler le plus vite possible. Je demande quelques amuse-gueules, histoire de tenir le coup. Quelques oeufs, quelques cacahuètes, histoire d'avoir un petit truc dans le ventre après une journée riche en émotion. Fixant le barbu, le barman de l'endroit, j'entreprends la conversation.


"Vous êtes là depuis longtemps ?"
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 5 Oct - 21:40

-Tout de suite, Ambré, brune, blonde ?

Demanda Eddy a vieux moustachu, qui lui demanda une bière.
Eddy parti servir un client qui attendait son cocktail, un petit fils a papa, qui venait frimé au près des gamines de la boite.
Après avoir servit le gamin déjà ivre, Eddy revient a son client moustachu. Eddy le dévisage rapidement un veille homme fatigué, avec un certaine force dans le visage, qui pourrait témoigner une vie éprouvant. Il était marrant avec son grand trench beige, on aurait dit un détective de BD.

- environ un bon mois, pourquoi?... Donc vous voulez une bière brune, blonde ou ambré? 

Eddy a l'habitude de se genre de question, soit car les gens connaissaient les l'anciens barmans, et veulent connaitre le nouveau soit parce qu'ils ont envie de déverser leur rancœur sur cette ville.
Eddy ne s’intéresse pas vraiment aux histoires de ces clients les écoutant d'une oreille discret, et ponctuant leur monologue d'un "humm..", "courage", "ou ça va s'arranger tout s'arrange.".
Il avait vu tellement de loque, de menteur plein de regret et de remords, issue de tout les niveaux de la société que ce boulot de barman, ne lui paraissait pas si étrangé.
Qu'est-ce que serait cette fois avec ce vieux moustachu.
C'est là qu'Eddy entendu, deux clients quittent le bar en fixant le moustachu, avec un air soucieux.
Il se demandais l'activité pour que des gens de dévisage de cette manière.
Eddy cependant doutait que cet homme puisse faire du mal a une mouche, quoi que peut-être que par le passer... Enfin peut importe. 
Eddy servit encore une un rouquine qui devait avoir autant de silicone que de sang sous la peau, avant de revenir au moustachu en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Lun 16 Oct - 11:59

Boire dans un rade pareil, tu parles d'une bonne idée. Il devait y'avoir pas mal de sales cons qui trainaient et qui savaient parfaitement qui j'étais. Vraiment, enfin, je veux dire, ils connaissaient tous le visage du commissaire de Gotham City, et c'était bien sur, en territoire hostile que j'avais décidé de me montrer. Cette ville me bouffait le moral quand on y pensait. Et plus attentivement, si vous remarquiez les statistiques, aucune ville ne dépasse Gotham en terme de criminalité, mais bon, on faisait avec pas vrai ? En attendant, il fallait que j'observe patiemment et d'un certain coup d'oeil ce qui se passait autour de moi. Les bruits de fond de la musique, mauvaise en l’occurrence, m'énervait et je n'aimais pas savoir que deux gars venaient de quitter la salle. Cela voulait certainement dire que j'aurai un comité d'accueil à la sortie de l'établissement. Prudence. Sur mon biper, j'envoie un message à Montoya, habilement cachée dans une voiture à la sortie de ce rade. Au moins, on aurait de quoi s'occuper pour ce soir, si jamais ça tournait mal. Revenant au barman, j'eus un léger sourire, relevant un des plis de mon visage qui surélevait ma moustache. C'était amusant, les barmens, généralement, appréciaient parler à leurs clients, mais celui-là semblait bien calme.

"Un mois ? Pas plus ? Je sais bien qu'il y'a des boulots, mais celui-là est quand même ingrat."

Le boulot de barman avait au moins une qualité : Au moins on ne lui tirait pas dessus, malgré le fait qu'il côtoie des ordures quotidiennement. C'était drôle quand on y pensait pas vrai ? J'avais pas grand chose à dire, mais parfois, les bons renseignements venaient toujours des barmens. Le moindre renseignement permettait à un flic de trouver son bonheur dans ces ruelles sales et empreintes de sang, le sang qui coule dans les caniveaux et qui tâche les trottoirs, qui laisse une empreinte monstrueuse, qui corrompt et qui souille tout ce qu'il y'a de plus noble dans nos institutions. Gotham City n'était pas une ville pour les rêveurs, et encore moins pour les bons samaritains, à quelques exceptions faites dirons-nous.


"Moins ingrat que le mien j'imagine, en tout cas. Une brune pour moi."

C'est alors qu'une petite frappe se ramène au comptoir, bandana rouge sur le front. Chaines, bagues aux doigts, il devait faire parti du gang des Diabloz, mais je le reconnaissais, on l'avait déjà eu au GCPD, et Bullock s'était pas montré très tendre avec lui. L'homme attendait que je lui tourne le dos, que je lui parle en face. Il faisait son petit leader devant les trois tocards qui le suivaient. Je ne me retourne pas, mais je l'entends pérorer.


Carlito : "Hé les mecs, visez-moi ça, c'est ce vieux fils de pute de Gordon, j'suis sorti de Blackgate aujourd'hui, connard et tu peux pas m'arrêter ! J'ai payé ma dette, vieux schnock, tu penses faire quoi ?"


"Si tu savais comme je m'en fiche, fiston."

Carlito : "M'appelle pas fiston, vieille merde. Tes jours sont comptés, on te mettra une balle là où il faut quand il faut. Les Diabloz te feront ta fête, tu paieras pour ce que j'ai subi en taule."


"Ton côté féminin s'est enfin exprimé ? Il parait qu'un certain Rocky se languit de toi ..."

Les trois types rigolent et se foutent de la gueule de Carlito, ce genre de petite raclure se faisait souvent avoir sous les douches, à Blackgate, nul besoin d'imaginer la suite. Généralement, les fouines finissent toujours par se trouver un gros tatoué pour ensuite passer un agréable moment dans les bras de leur protecteur. Carlito avait dû passer des moments d'affection, les nuits sont froides à Blackgate. Pendant que les trois mecs se foutent de la gueule de leur chef, celui-ci gueule et se tire de la boite, je reviens au type, je n'avais pas bougé, je n'avais pas daigné lui accorder un regard, pour moi, ce n'était que de la merde, et après tout ce que m'a fait le Joker, Harvey Dent ou encore d'autres pensionnaires, je n'en étais plus à ça près ...


"Elle vient cette bière ?"
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Mer 18 Oct - 23:51

- Non, pas plus, c'est une longue histoire. Ingrat vous êtes sûr? Ici je risque moins de mourir... j'ai l'impression depuis que je suis arrivé ici, que l'on ne vie pas dans cette ville, on n'y survie.


Et Eddy n'avait pas fini d'y lutter. 

- Oui il y a bien pire, je le sais. Même si cela fait pas longtemps, je sais déjà les surprises que peut réserver cette ville.

C'est bien pour cela que le vétéran avait choisi de devenir un barman, même si il faisait des "extra" pour Daggett et tentait de régler définitivement les problème de cette ville.
Des trois, le job de barman était le plus relaxant, si l'on peut employer ce terme.
Attrapa une bière quand il vie, un jeune homme tout droit sorti d'un clip de rap, s'approcher et insulter le client d'Eddy. Il apprit part cela le nom et la profession de son client. Un flic du nom de Gordon.
Par ailleurs, pendant l'altercation, Eddy tenait fermement la bouteille de bière au cas, où celle ci serait amener a rencontrer un visage.
Mais le vieux flic, avait étonnement calmé le jeu, en humiliant la petite frappe.
Ce qui permis a Eddy de relâcher la pression, et de la servir. 


- La voilà, bien fraîche. Dit moi, vous êtes connu, vu le nombre de gens qui vous dévisage. J'espère que vous aller pas m'amener des problèmes, car les régler n'est pas la partie qui me plait le plus.

En effet, Eddy avait déjà eu droit a quelques altercations, un mari trompé qui rencontre l'amant de sa femme par erreur et un ivrogne qui l'attaqua sans raison réelle. Enfin ce fut pour le bar, il y a quelque jours, il avait aidé les videurs à repousser un groupe de quatre caïd de bac a sable qui voulaient faire la loi, alors qu'on leur avait interdit d'entrer.
Un Homme saoule avec un cravate rose qui observait la conversation de Eddy s'approcha, du duo, ses yeux était rouge comme si il avait pleuré mais il affichait un sourire.

- Eh mais vous savez pas qui vous avez en face de vous, le grand et magnifique commissaire James Gordon. Le symbole de la police de gotham..... Et l'enculé qui a pas été foutu de sauver ma fille du chapelier fou!!! Vous et batman allez vous faire mettre !!! (Posant une photo de sa fille sur la table) elle s'appeler Jessie... Elle avait 10 ans !!!

Des larme commencèrent a dévaler ses joues. L'homme attrapa sa bouteille de bière mais fut trop ivre pour visé Gordon, mais Eddy l'arrêta tout de même avant qu'il ne puisse la projeter.

- Aller je crois que vous avez assez bu pour se soir.

Eddy fit signe de la tête à un videur qui vient chercher l'homme a la cravate rose, qui insultait en pleurant tout ce qui l'entourait en répétant le nom de sa fille.
Une gamine au yeux bleu et au cheveux blond comme les blés.
Comment on pouvait faire du mal a une aussi mignonne petit fille. Le chapelier fou, ceci ne lui disait rien mais Eddy allait très vite se renseigner.
Eddy posa la mains sur la photo et la retira du bar.

-Desolé, Commissaire, je sais ce que cela fait. C'est pas votre faute. Aller je vous offre la deuxième.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 19 Oct - 10:50

Le métier le plus ingrat au monde, c'est bien celui de flic. C'était ça le pire quand on faisait un boulot comme le mien : On ramassait les cadavres par pelletées, et le pire, c'était d'affronter les parents d'un enfant qui était décédé ironiquement à cause d'un cinglé qui sévissait dans la ville. C'était ça le plus dégueulasse. Après mon altercation avec Carlito, voila qu'un père ivre vient me voir pour essayer de me faire des reproches. Il avait raison. Tandis que je m'enfilais ma bière, la gorge nouée et légèrement crispée par la pensée de ce qui s'était passé avec cette jeune fille, je me rappelle vaguement du cas. Une pauvre gosse assassinée par Jervis Tetch, le Chapelier Fou. Une ordure avec un passif des plus détestables, et il se faisait passer pour fou. Bon, il était vraiment fou, complètement cinglé, mais certains comme lui méritaient clairement de finir avec une balle dans le crâne, surtout quand on fait du mal à des gamines. Tetch était un cinglé de la pire des espèces. L'homme avait posé la photo de sa fille sur la table, et malgré tout, j'essayais de ne pas penser à Barbara, ça aurait pu être elle, et ça a faillit être elle. Quand elle avait fait sa fugue plus jeune, elle s'était tirée dans le parc avant d'être recueillie par le Chapelier Fou pour son thé. Heureusement que Batman était dans le secteur, car sinon ... Alors que le système de sécurité embarque le type vers la sortie, je dis aux gorilles quelque chose. J'étais moi-même père, des horreurs, j'en ai vu, et ma fille aussi avait souffert de toute la folie que cette ville offrait.

"Allez-y doucement avec lui. S'il vous plait. Il a perdu sa gosse."

Le barman m'offre une nouvelle bière. Offerte par la maison. La bière américaine, c'était de la pisse en boite, de toutes manières. Mais bon, ça se laisse rentrer dans le gosier. En attendant, il me fallait faire avec, il me fallait endosser des responsabilités qui n'étaient pas les miennes. J'étais le geôlier des monstres qui étaient enfermés à Arkham, et quelque part, c'était aussi de ma faute s'ils arrivaient à s'échapper, les uns après les autres, ou encore tous ensemble. Ce n'est pas faute d'essayer, je ne pouvais pas être partout dans Gotham City, malheureusement ... En attendant, seul l'alcool arrive me faire oublier un tant soit peu la douleur de voir des choses pareilles dans ma ville. Gotham était une ville pourrie, rongée jusqu'à l'os par le mal, ce mal vicieux qui s'imprègne des gens et qui fait du mal aux autres. Il fallait être fort pour survivre dans ce lieu maudit, oui, c'était le mot. Des horreurs, on en voit tous les jours. Comme pour ces pauvres gosses déchiquetés par une espèce d'esprit surnaturel. Quelle horreur.


"Donne moi la photo, je la rendrais à son père quand je sortirai, t'en fais pas pour ça."

Pauvre gosse. Que de cadavres, que de victimes, et combien encore seraient les victimes de ces criminels que j'enfermais à tour de bras dans l'asile ou dans la prison. J'en avais marre parfois, de ce boulot plus qu'ingrat, qui m'empêchait d'avoir une vie de famille, qui m'avait fait perdre ma femme et qui m'avait ruiné le moral et la santé, mais il fallait bien que quelqu'un le fasse, que quelqu'un agisse, et si je ne le faisais pas, personne ne l'aurait fait. Cette ville serait toujours un cloaque immonde. Mais au moins, j'avais l'impression de faire quelque chose de juste, quelque chose d'utile pour sauver cette ville, mais c'était pas facile tous les jours, et je priais Dieu chaque jour de cette vie de merde pour trouver une échappatoire, voir même un miracle, mais les miracles, c'est bon pour les saints, pas pour les types comme nous. Mon regard se pose à nouveau sur le barman, un mec qui écoutait, comme tous les barmen après tout.


"Cette ville n'est pas facile, vous savez. Trop de choses horribles, tous les jours, encore et encore. Un véritable enfer perpétuel."
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 19 Oct - 19:47

-Comme vous voulez.


Eddy reposa la photo sur la table du bar. Eddy pensait quelque chose de si simple que cela en était idiot... Ce flic avait l'air bon. Il avait de la pitié, de la bonté, et avait enduré les insultes sans mètre le feu au poudre. Sur son visage se comprenait sa fatigue mais pas ce courage dont il semble faire preuve face a cette ville. Tout n'était donc pas perdu pour cette ville.
Eddy avait présenté une mine neutre durant tout les événement précédent, mais a cette pensée un sourire naquit sur son visage.
Et avant que le commissaire consomme sa nouvelle bière. L'échangea avec une une bière allemande de qualité.

- J'ai pu le remarqué, tenez c'est meilleurs pour ce que vous avez et un remerciement pour être humain. Dites D'ailleurs, qui est ce Chapelier fou? Je suis nouveau, je ne connais pas tout de cette ville enfin a part se qui sort dans les journaux.

Eddy mentait, il connaissait bien de cette ville, malgré le temps qu'il ya avait passé. Il comprenait bien les mots de ce vieille homme gardien d'une justice croulante. Ils connaissaient certains des dérangés qui couraient les rue de cette enfer. 
Il avait envie de lui dire que c'était mieux ailleurs.. mais al question était où car même la ville de l'avenir, celle protéger par un alien invincible est ravager par la folie et la violence.
Eddy aller y mettre un terme dans cette ville, petit a petit, criminel par criminel. Il nettoierait cette ville par l’intérieur. Pour aider, des hommes Le commissaire Gordon a faire son travail correctement.

- Par ailleurs, cela fait combien de temps que vous êtes dans le métier? car vos yeux témoigne d'un vécu plus que rude.

C'était rare pour Eddy de réellement démarrer une question lorsqu'il était derrière le bar mais cette fois, il fit une exception. Cet homme méritait considération est respect. 
Maintenant qu'Eddy y pensait, il avait cette attitude des vétérans qu'il avait rencontré.
Il était pragmatique, il paraissait endurcit par le combat, des machine a tué mais a l’intérieur il était le contraire, leur expérience leur avait appris une nouvelle vision du monde, et il comprenait que même si ils devaient en mourir, il se lutterait pour ceux en quoi il croit, pour laisser un héritage digne de leur descendant.
Mercess... C'était le nom du vétéran qui avait former Eddy, une tête patibulaire des méthode rude, mais un cœur en or. Il lui devait beaucoup, il avait quitté notre monde il y a quelques années, son corps usé par sa vie de soldat et de combat avait lâché pendant son sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Mar 24 Oct - 19:23

Visiblement, j'avais touché un point sensible chez l'homme en face de moi. Le barman m'offre une nouvelle boisson. Il veut me saouler ? Je pense pas. L'homme semble être quelqu'un de correct et de sain d'esprit. Au moins, je n'avais pas répondu à la haine par la haine, je n'avais pas suscité la colère et la violence, et je pense que c'était un bon point pour moi. Mais mes craintes furent justifiées, l'homme n'était qu'un étranger à toute la faune de Gotham City, et pour tout dire, je pouvais comprendre que certaines choses pouvaient être en effet, étranges à beaucoup. D'un air passablement désolé pour ce qui m'entourait, et surtout pour le pauvre ère qui avait perdu sa fille, je jette un dernier regard à la photo avant de la mettre dans mon imperméable, tout en sachant que cela était une responsabilité personnelle. Jervis Tetch était un des criminels les plus abjects qui puisse vivre dans cette ville, mais il n'était que peu de choses face au Joker. Ou bien encore Harvey Dent. Le pire, c'est quand vos anciens amis deviennent vos pires ennemis, et que ceux-ci ont accès à toutes les informations nécessaires pour vous briser, vous et votre famille.

"Le Chapelier Fou est un criminel dangereux. Un pédophile qui capture de jeunes filles, blondes naturellement, et qui les tuent dans une reproduction de ses jeux pervers et monstrueux."


J'avale le liquide qu'il m'avait donné. Chaque fois que le Chapelier Fou s'évadait, les mères cachaient leurs filles et Gotham était sens dessus dessous. Tetch s'en était prit à ma fille adoptive jadis, et il avait failli lui trancher la gorge. Fort heureusement, Batman était intervenu, de justesse. Mais cette pauvre Barbara, jamais je n'aurais dû l'amener à Gotham City. Jamais.

"Un monstre."


Un monstre, oui, dis-je sèchement et en reposant mon verre d'un bruit net et sans bavure. Un monstre, comme tous ceux qui hantaient cette ville et qui dormaient à l'asile d'Arkham. Un monstre qui savait parfaitement quand et comment il ferait pour sortir de l'asile pour venir une nouvelle fois, détruire ce qu'il y'a de bon en cette ville, à savoir nos enfants. Et nous ne méritions pas toutes ces horreurs. Non, personne ne les méritaient. L'homme me demande depuis combien de temps je suis dans le métier, je lève les sourcils au ciel, avec un sourire amusé.

"Trop longtemps."


Dis-je avec une pointe d'humour. Pour tout dire, je ne comptais plus les nuits à attendre, à patienter, à arrêter les malfrats et à cogner des ordures pour les foutre en cabane. Je ne comptais plus tout ça. Et au final, qu'avais-je accompli ? Pas grand chose, et Gotham était toujours un cloaque immonde qu'il me fallait nettoyer jour après jour. Je regarde une dernière fois mon verre vide avant de le tendre au barman pour qu'il m'en resserve un dernier, un dernier pour la route, un dernier pour oublier aussi. Les horreurs s'effacent mieux avec l'alcool. J'avais remarqué certains détails en l'homme à qui je parlais, il avait une certaine tenue, une certaine façon de se tenir qui me rappelait les Navy Seals et les Marines. Il avait surement fait l'armée à une époque assez révolue de sa vie aussi.

"Semper Fi ?"


Dis-je d'une voix calme et amusée. Sempter Fi était le cri de ralliement des anciens des Marines, j'avais tenté l'école pendant deux ans, mais l'académie de police m'était plus attrayante. Cependant, au bout de quelques années, on garde quand même certains tics de l'époque révolue. Et pour tout dire, j'étais sur d'une chose, cet homme avait fait l'armée, mon intuition ne me trompe quasiment jamais. Après tout, je suis aussi un très bon détective, pas autant que Batman, mais je me défendais bien, et le vieux renard que j'étais en avait encore dans le cerveau pour élucider bon nombre de crimes.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Mer 25 Oct - 15:53

-Et il a un lieu de prédilection pour enlever les petite fille ou se terrer? pour savoir où il ne faut pas traîner.

Eddy jouait plutôt bien la comédie, même si sa question semblait suspect. Eddy espérait avoir assez d'information pour s'occupé de ce fou furieux pour qu'il laisse les familles de Gotham tranquille.
Cela aidera Gordon. Eddy avait remarqué l'attitude du vieil inspecteur, le chapelier avait du s'attaqué a lui personnellement.... Eddy aller le soulager et le venger. 
Il avait conscience que Gordon ne pouvait rien faire de par ça position dans la police.
Gordon était le genre d'homme pour qui Eddy s'était battu. Des hommes droit, honnête, attacher a des principe fort.
Lorsque Gordon employa la devise des marines, Eddy comprit pleinement avec qui il parlait.
Un homme qui savait ce que c'est de retirer une vie.

- Hé bien, ça doit me collé a la peau pour que vous l'aillez remarqué. Enfin quand depuis votre majorité ça a était votre vie, ça doit vous marqué. Content de voir que tout les ancien soldat ne sont pas devenu des loques.

Eddy se souvenait de tout ces coéquipiers... souvenir amer. La vie de soldat n'était pas rose et quand on vous charge de mission où vous pouvez perdre la vie, sans que personne ne le sache, votre mentalité change... Et le retour a la réalité peut devenir vite l'enfer.
Eddy revint a son interlocuteur.

- Ne vous inquiéter pas le chapelier va finir par tomber sur la mauvaise personne et il ne sera qu'un mauvais souvenir. La roue tourne monsieur Gordon, et quand on est un monstre, la roue vous écrase.

Eddy par servir un client puis revient.


- D’ailleurs, il y a t'il d'autre fou furieux en liberté, que je sois prévenu? Ah et entre vous et moi vous penser quoi sur votre héros local, Batman? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Ven 27 Oct - 17:32

Il était bavard, trop bavard, et cela me posait quelques problèmes. Après tout, entre anciens d'unités, il y'avait bien une clause que l'on retrouvait dans toutes les anciennes institutions, il fallait savoir se taire quand il fallait. Je relevais la tête, avec la tête du vieux flic qui connaissait toutes les ruses, toutes les filouteries possibles et inimaginables, avant de prendre un air presque désabusé. C'était flagrant, cette ville nous bouffait, mais bon, il parait que selon le procureur Specter, il y'avait du mieux dans la ville. S'il le disait, alors c'est que ça devait être vrai non ? En attendant, il nous fallait gérer ce problème dans la ville, il fallait faire en sorte que tout le monde se sente rassuré, et le projet d'unité d'élite me semblait être un bon palliatif pour rassurer les citoyens, mais personnellement, j'avais peur de me foirer, et en beauté. En attendant, il fallait garder la tête froide, et surtout, ne pas se laisser déborder par les évènements. En attendant, il me fallait faire preuve de sagesse, et triompher des effets de l'alcool pour ne pas en dire de trop sur ce qui se passait dans ma ville. Je lève mon verre, prêt à le déguster, non pas que je ne tienne pas les effets de l'alcool, ça ce n'était pas vrai, mais il fallait tenir sa langue, surtout quand on était flic. Une seule information et on envoyait quelqu'un à la mort, et avoir du sang sur les mains, je ne tenais pas plus que ça à en avoir. D'un geste amusé, je répond d'une voix claire et enjouée.

"Désolé, secret professionnel."


Dis-je, accompagné d'un sourire, avec la moustache qui se leva. C'était comme être chez le toubib, ou quand on allait chez le curé. Les secrets se gardent et ne se propagent pas. C'était ma devise et mon idée première. Dans les locaux du GCPD, j'avais fait la traque à tous les salopards qui filaient des informations aux clampins de la Pègre, et même si ce barman pouvait être un mec bien, n'empêche qu'il fallait toujours se méfier de l'eau qui dort, et puis après tout, je ne savais rien de ce type, si ça se trouve, il allait refiler des informations à plus haut placé pour ensuite nuire à mes enquêtes ou à celles de mes hommes. J'avais toujours manifesté une conscience professionnelle des plus respectables, et ce n'était pas demain la veille que je trahirai mes hommes, ou que je ferai une erreur. Bon, des erreurs, on en fait tous, mais avec l'âge, on apprend à ne plus les faire. Buvant quelques gorgées, je repose le verre avant de déposer un billet de cinquante dollars sur la table. Le truc quand on devient vieux, et qu'on a perdu presque l'essentiel de sa famille, c'est que l'on avait plus la conscience de subvenir sa famille, on avait plus ce poids sur les épaules, et comme j'avais détruit moi-même ma famille en faisant la plus grosse des erreurs, et bien il me fallait payer.

"Gardez le pourboire, et surtout, restez bien dans les clous de la loi sinon ..."


Je désigne le plafond avec un doigt, en référence au terrible vengeur qui s'abattait sur nos têtes si on faisait la moindre connerie dans ces bas-fonds de Gotham City. En tout cas, moi, je n'avais rien à craindre, c'était un de mes "amis" si on pouvait dire cela, mais n'empêche, il avait un sacré flair pour remuer la merde quand il le voulait. Le Batman était une légende urbaine pour beaucoup encore, mais je n'avais rien à dire. Depuis les premières semaines, on me l'avait désigné comme un ennemi à abattre, puis nous sommes entrés dans une période de collaboration, et puis ... Tellement de choses se sont passées par la suite, mort, bonheur, retrouvailles, pertes. Et maintenant ? On en était où ? Une chose est sûre, il allait se passer pas mal de temps avant que nous ne reprenions la parole tous les deux. Specter ne le verrait pas d'un bon regard, mais je m'en fichais. Batman m'avait toujours épauler, dans les pires moments, et c'était des hommes comme Specter que j'aurais aimé avoir quand le Joker m'a torturé, ou quand Double-Face s'en est prit à Montoya. Oui, j'aurais aimé qu'un homme comme Specter arrive plus tôt, mais le Mal était déjà fait, et maintenant, je me retrouvais entre deux alliés : Batman, qui fut là pour moi pendant toutes ces années, et de l'autre, un homme résolu à faire le ménage et à remuer la merde. Sauf que lorsque l'on remue la merde, elle peut nous atteindre et on peut en avoir quelques gouttelettes sur le plastron. Ce qui me faisait peur, c'était la conséquence du facteur Specter dans la balance actuelle de Gotham. Quel résultat allions-nous encore payer ? Quel tribut de sang va encore nous être facturé ? L'avenir me le dira. D'un geste de la tête, j'adresse une dernière phrase au barman.

"Prenez soin de vous, cette ville est dangereuse."


Et sans prendre le temps de rien faire d'autre, je me dirige d'un pas lent, au son de la musique enfiévrée, vers la sortie la plus proche. Il me fallait retrouver mes hommes, mon boulot, et ma maison vide.
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Ven 27 Oct - 21:41

Bon Eddy, s'était trop emporté mais il avait un nom et c'était un début. Il avait dépassé les limites, un peu trop d'enthousiasme. M'enfin il avait un début. 
Eddy n'avait pas peur de batman, celui ci pourrait comprendre pourquoi le veteran pour cela. Il était du même coté, il n'avait juste pas les même méthodes.

Eddy hésita a dire a Gordon ce qu'il sait, l'inspecteur était un bon gars. Il pensa rapidement a ce que cela lui coûterait... Il se ravisa en partie... Tout en touchant son bras gauche, il laça a Gordon.

- Si vous aimez le médiéval, pour la centrale électrique remercier Gormogon... Ah et.... Disons que c'est bientôt el dia de los muertos pour gotham.

Voilà on verra ce que ça provoquera... 
Eddy reprit son service avec de nouveaux clients, qui sait peut être de nouvelle rencontre pertinente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 9 Nov - 19:50

---- Quelques jours plus tard -------


« Eh, Rose, tu vas où là ? »

L’espèce de cerbère qui semble avoir élu domicile devant la porte de sortie du GCPD de toise en montrant ostensiblement sa montre. J’ai envie de lui crier « ta gueule » encore et encore comme une hystérique en proie à une soudaine crise de colère. Mais Specter et sa réunion à la con m’a vidée. Je ferme les yeux et inspire à fond.

« Le Commissaire Gordon nous a ordonnés de rentrer chez nous. »

En réalité, il nous a seulement demandé de disposer, mais j’m’en fiche, j’ai juste envie de fusionner la tête de ce sale rat avec le mur. Il me demande ce que voulait le Commissaire, je sens que sous son ton sec se cache une autre question. Il me scrute, fouille dans mes traits la raison de cette invitation à une telle réunion. Pourquoi toi, Rose ? Pourquoi toi, vermine ? J’ai pas envie de me torturer les méninges, j’ai pas envie de repenser à cette discussion, j’ai pas envie de penser que je m’enfonce dans un passage en forme de cul de sac, qu’au bout du chemin, il n’y a rien, pas de lumière blanche, rien. Juste un mur et ma gueule brisée dessus. Je ne ferais rien ici, rien de bien, rien d’utile, parce que je ne suis pas un soldat immaculé comme les autres héros de la brigade des crimes majeurs, je ne suis pas Batman. Je suis juste… là. Pour une raison égoïste. Personne ne veut de moi ici, personne ne veut d’une assoiffée de vengeance dans ses pieds.

« Désolée, c’était une sujet secret. »

J’arrive à peine à baragouiner cette dernière provocation avant de m’effacer comme un fantôme. A quoi bon se tirer une balle dans les pieds et se jeter dans la mêlée ? A quoi bon se faire déchiqueter par Killer Croc ? Pour que ce pète-sec de Procureur se fasse mousser à coup d’éloge funèbre, d’appréciation du sacrifice de ‘’ses hommes’’ ? A quoi bon essayer pour échouer ? A quoi bon s’ouvrir la chair à chercher qui a tué mes parents pour ne rien trouver, à part la souffrance ? A quoi bon Gotham, hein ? A quoi bon…

Je me traîne hors du bâtiment à la recherche d’un endroit où m’échouer et purger mes peines, je titube jusqu’au métro, assommée de fatigue et tremblante de colère. Un rien me ferait hurler. Je ne sais pas trop dans quel genre de bar j’entre, mais j’y vais avec l’assurance de celle qui va bien se murger ce soir, et m’écroule littéralement sur un siège devant le bar.

« Bonsoir, vous auriez… euh… de la vodkapple ? Avec beaucoup, beaucoup de vodka. Et un verre de vin blanc, s’il-vous-plaît. »

Je pose un billet sur la table, un gros billet, sans doute une mauvaise idée de poser un aussi gros billet avec comme idée d’utiliser tout cet argent en une soirée. Et en alcool. Sans nourriture. Et peut-être que je garderais quelques sous pour un doliprane et du café demain.


J’offre un verre à…
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 9 Nov - 23:36

Une nouvelle nuit, débute pour Eddy, peu de chose ses dernier jours, quelque nouvelle de Celestia, qui assurait une énieme fois quelle passerai au bar pour posé son CV.
Eddy continuait d’espéré, que la jeune fille décide enfin de se séparer de sa vie de petite voyou.
L'une de ses premières cliente de la soirée, était une jeune femme aux air asiatique, en mauvaise état apparemment.
Eddy, aurait pu se dire pauvre jeune femme mais il en voyait tellement qu'il se contenta de s'approcher d'elle pour recevoir sa commande.
La commande ne fut pas étonnante.
De l'alcool et vu le billet qu'elle avait mit, c'était en grande quantité.

- Très bien, je vous mets quelque chose a grignoter cela évitera qu'après avoir fini la bouteille, je demande au gars de vous sortir.

Eddy prépara les boissons et les ramena a la jeune femme fatigué. tout en distribuant d'autre au reste de ces clients.

- Vous devez avoir une sacré descente? Mauvaise journée ou mauvaise vie ?

Les question d'Eddy était audacieuse, mais peut importe, il ferai du bien a une jolie jeune fille, cela changeait des poireaux de 50 ans qui venaient s'épancher sur leur problème. Il n'avait pas l'intention de la draguer. Simplement lui redonner le sourire, car "rien n'est plus beau sur le visage d'une femme", c'était une phrase qu'il avait appris de son père, cette phrase accompagnait toujours un cadeau qu'il faisait a sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Ven 10 Nov - 9:16


A peine effondrée sur mon siège que le barman arrive, il est aussi large que grand et je lui adresse un regard vide en lui tendant mon billet. Il m’annonce ajouter de la nourriture à ma commande pour m’éviter de finir dans un tel état qu’il faille m’évacuer du lieu, je fais la moue mais accepte de grapiller une cacahouete discrètement pendant qu’il fait les mélanges. Le type pose devant moi un verre de vin et le petit shooter que je renifle pour apprécier le pourcentage d’alcool dedans. L’odeur de la pomme et de la vodka me pique le nez.

« Merci. »

J’ai l’impression que ma voix vient de très loin, qu’elle s’extirpe d’un trou profond d’où l’on m’a jetée, et ça m’ennuie un peu. J’aimerais pouvoir dire que je ne suis pas minée par les doutes, la peur, la colère, le désarroi, mais honnêtement… quel est l’intérêt de se mentir à soi-même ? Je trempe mes lèvres dans le vin, désabusée, et grimace à son acidité. J’aurais dû prendre du Martini Rosso, ce soir j’ai envie de sucre et de degrés élevés. Mais l’alcool est bon et j’en ai besoin.

La seconde question du barman me fait pousser un long soupir et je laisse tomber ma tête sur mes bras posés sur le bar. Je murmure « Non, mauvais ville. » assez fort pour être entendue, j’agrippe le shooter en relevant la tête et le descend d’un trait, revigorée par la brûlure sucrée qui me traverse le gosier. Je me lèche les lèvres avec plaisir, j’adore ce mélange-là, je pourrais en siffler non-stop pendant des siècles.

« J’ai une bonne descente, mais il paraît que c’est pas un truc dont on peut se vanter… Hm… Je pourrais en avoir un autre ? Vous dosez super bien ! »

Je lui souris, revigorée par la vodka qui commence à faire effet en engourdir ma pensée erratique. J’ai l’impression que chaque seconde qui passe me rend plus calme, plus à même d’oublier cette épuisante réunion et me focaliser sur ce que je veux faire, et non ce que les autres peuvent faire de moi. Je n’ai jamais eu de passion pour l’uniforme, mais je m’y suis lancée corps et âme pour faire la vérité sur le décès de mes parents, et à force d’acharnement, d’injustices et de contradictions, j’ai eu à cœur de changer ce système pourri jusqu’aux os. Mais voilà, retour à la réalité douloureux, j’me suis pris le mur de la vraie vie et mes fantasmes ainsi que les dents que j’ai perdu au passage s’éloignent doucement de mon champ de vision.

« Et vous ? Quel atroce crime avez-vous commis pour finir dans cette ville pestiférée ? »

Sérieusement, qui quitterai le soleil américain, la joie, la félicité qui entoure chaque américain, chaque route, chaque parcelle de terre, chaque immeuble pour Gotham ? Gotham qui, quelle que soit l’heure, est plongée dans l’ombre de ses buildings et la peur du crime. Personne ne saurait être épargné, ni les révérés Wayne, ni le clodo du coin. Ici, nous sommes tous égaux : nous sommes des proies pour les monstres de Gotham.
J’offre un verre à…
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Ven 10 Nov - 21:23

Eddy regardait la jeune fille boire, elle était mignonne, même si ce n'etait pas vraiment le genre d'Eddy. Cela changeait des nanas en jupe courte et beaucoup trop maquillé qui cherchait l'homme de leur vie. C'est triste de voir une femme dans cet état.
Enfin peu importe, Eddy était la pour la servir et rien d'autre. c'est ce qu'il se disait tout du moins.
Eddy profita du compliment de la jeune fille pour faire un peu de zèle pour une fois.

- Merci, comme on dit c'est un métier. Oui, vous les avez payer d'avance.


Dit-il en souriant. Vu le billet quelque avait posé, Eddy pourrait lui offrir la bouteille mais bon, il n'avait aucune idée de si la jeune femme tenait l'alcool. Il servit de verre de plus. Avant de répondre a la question. Le temps de réfléchir si oui ou non, il mentirait, resterait vague ou resterait silencieux. Finalement se fut resté vague.
Un barman devait savoir rester proche du client tout en maintenant une certaine distance. Comme un psy quoi se disait parfois le vétéran. Vu tout les cas qu'il avait pu rencontrer. Cette penser laissa un léger sourire sur son visage.

- Hé bien, aucune, c'est même tout le contraire qui m'a mené a cette ville. Comme quoi la vie nous réserve des surprise... et oui, je suis d'accord mauvaise ville. Et donc vous êtes une criminel ?

Finalement Eddy avait peut-être raison de ne pas lui avoir donné la bouteille. Si cette femme est dangereuse même si elle est mignonne il devra lui demander de sortir. En effet, l'établissement en avait déjà assez avec les racailles et autre petite frappe qui se croyait chez eux. Heureusement, les 4 videurs de l'établissement était des hommes sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Sam 11 Nov - 16:04


Le brun accède à ma demande, ce qui ne m’étonne pas trop, puisque j’ai payé d’avance ma consumation. Enfin… mes consommations. J’ai le temps d’engloutir mon verre pendant qu’il semble penser à la réponse à fournir à ma question. Je ne suis pas en service et ne compte pas trop me tourner les méninges, mais je ne peux m’empêcher de l’observer à la volée, intriguée par la raison qui pourrait faire qu’un simple barman met tant de temps à répondre à une question dite sur le ton de l’humour. Ou de la rancœur. Je ne sais plus trop.

Selon lui, il serait venu de son bon gré à Gotham, d’un côté je ne suis pas trop étonnée, qu’on soit un chic type ou la pire des raclures, Gotham a toujours un travail à offrir, légal ou beaucoup moins. Je laisse échapper un petit grognement qui s’apparente à un rire face à l’idée qu’on puisse être attiré par la ville, mais après tout, il faut de tout pour faire un monde.

Sa question manque de me jeter au bas du siège, je sursaute et le regarde avec des yeux grands comme des soucoupes avant d’éclater de rire. Il me faut quelques secondes pour me recomposer mais je souris désormais comme une folle.

« J’ai l’air d’un brigand ? C’est la première fois qu’on me demande ça… Je crois… je crois que ça me plaît… »

Après tout, pour que ce soit cette hypothèse qui lui vienne, il faut vraiment que j’ai l’air très inquiétante ou dangereuse. Je reprends donc pour ne pas le laisser dans le flou en secouant la tête : « non, c’est plutôt le contraire en fait. Je voulais faire les choses bien mais… »

Je baisse les yeux sur mon verre de vin et le finit pensivement. Le rire d’il y a un instant me semble déjà loin, emporté dans la brume qui m’entoure depuis tant d’années, dans cette brume ou les yeux plissés par un sourire de ma mère disparaît et où la voix rieuse de mon père s’estompe. Et Phil putain, j’me souviens même plus de la tête de Phil quand je ratais un tir sur une cible à dix mètres. La brume mange tout, et un jour, elle me dévorera moi aussi. Putain. Putain, putain, putain. Je tends mon verre, les yeux toujours fixes sur le bar.

« Mais pour moi ça marche pas, j’sais pas mais ça marche jamais, comme si j’étais coincée dans le rôle de la chieuse qui à tort, vous voyez ? »

Non, bien sûr qu’il ne voit pas, et puis il s’en tape, t’es qu’une cliente Rose et lui un barman, c’est pas un psy punaise, alors prends ton verre, vide le et ferme ta putain de gueule. J’me fais chier, je sais que je fais chier tout le monde et putain, je continue à trainer mes godasses dans ce monde comme une âme en peine à la recherche de quelqu’un à accuser pour cette vie de merde, comme si le seul fait que je sois une ratée ne la justifie pas entièrement.

« Et si vous avez un truc plus fort à ajouter, n’importe quoi, je prends. »
J’offre un verre à…
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Sam 11 Nov - 22:55

Eddy était surpris par l'éclat de rire de la jeune femme. Il ne voyait pas vraiment ce qu'il y a de drôle. Elle n'avait, certes, pas la tête d'une Mafieuse mais on n'était jamais trop sûr.

- Vous savez la vie m'a appris a ne pas me fier au apparence. Un jolie minois peut très bien cacher une lame bien aiguisée.

Cela était vrai et plusieurs fois il s'est fait piéger en mission par des gens qui paraissait porter l'innocence comme seul vêtement.
Enfin, c'était une flic, une Avocat ou du moins quelqu'un du coté de la loi.
Soudain la jeune femme parait pensive, voir déprimé. A quoi pensait-elle? Eddy ne voulait pas être désagréable, sa question était totalement honnête.
Eddy reconnaissait ce regard, le regard de la perte, de l'oubli de ceux qui nous on chère. Eddy avait connu cela a ces début une jeune femme officier dont il était tombé amoureux. Il avait une liaison, leur relation aurait pu continuer si elle n'avait pas été tué en mission. Eddy avait eu beaucoup de mal a surmonter cette perte. Mais ce n'était pas une peine amoureux, car elle semblait marqué du regret.
Ce même mélange de sentiment que Eddy avait en repensant a ces frères d'arme mort au combat.
Peut être Eddy ce faisait des idée mais Eddy sentait qu'il possédait quelque part de vérité.

- Vous savez il en faut des chieurs qui on tort, ça permet a d'autre de se targuer d'avoir raison (Sourire bienveillant) la vie nous fait rarement des cadeaux mais bon, la perte, l'oublie en fait partie... Et puis au final on oublie jamais vraiment... Je vous l'assure.

la mine d'Eddy s'assombrit légerement. Il marqua une pause, fixant le verre de la jeune femme.
Un mauvais souvenir venait de lui chatouillé les méninges.... celui de son ami handicapé qui s'était réfugier dans l'alcool et la drogue. Il n'avait pas prit de nouvelle de lui depuis son arrivé a Gotham... Qu'était-il devenu? Il ne lui avait pas donné de nouvelle non plus... Est-il encore vivant?... Il entendit la phrase de la jeune femme sans vraiment l'écouter.

- Non...

Eddy Regarda la jeune fille, et a l'instant où son regard croisa celui de Rose, Eddy reprit une mine neutre, se rendant compte qu'il était toujours en service et au bar.

- Excusez moi, vous êtes sûr, je vous rappel que je n'aurait aucun plaisir a demander a la sécurité de vous sortir. Et vous savez il faut vivre pour ce qui son encore a vos coté.

Eddy avait dit cette dernière phrase, autant a Rose qu'a lui. C'était l'une des phrase de sa mère, la phrase des enterrement... Eddy parti servir quelque client, puis revint a la jeune femme. Il détestait ses moments de faiblesse où son passé revenait l'assaillir. C'est pour cela qu'il n'aimait pas en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Mer 15 Nov - 11:14


Je souris au barman, à moitié contente d’être un joli minois, à moitié trop fatiguée pour le remercier. Je n’étais pas venue faire la pèche aux compliments, mais tant qu’à faire, autant les prendre, on sait jamais, quand j’aurais repris mes esprits demain, ça pourrait bien booster mon moral. Ou pas. Je reprends la conversation pour ne pas laisser flotter un silence gênant ou impoli mais rapidement, mes pensées sont attirées vers le sous-sol, je creuse tellement profond dans la déprime que je pense trouver du pétrole dans mon propre cerveau. C’est fort quand même, non ?

Le type reprend la parole, il a l’air assuré, comme s’il avait lui aussi bien roulé sa brosse et je finis par me douter qu’il n’a pas passé toute sa vie derrière un bar. C’est juste impossible. Je ne suis pas la plus maline des flics du GCPD, mais j’ai grandis avec deux policiers, je sais collecter les preuves, même quand je suis noyée sous l’alcool. Je ne sais pas trop pourquoi il me parle de ça, mais ça fait écho à mes pensées morbides et ça me réchauffe. Un peu. Faut pas abuser non plus. Je me frotte le menton, pensive. Je ne suis pas d’accord, on oublie, on oublie trop, j’oublierais cette humiliante réunion, j’oublierais ce bar, mais il ne restera que la lie, la rancœur, la colère, la peur. On oublie que le bon, que le solide, le matériel, ce à quoi on pense se raccrocher toute sa vie. A Detroit, j’étais certaine que ma vie tournerait autour de ma courte vie avec mes parents, que les cauchemars me hanteraient toutes les nuits, que les ombres seraient toujours pleines de tueurs, mais au final, j’ai fini par oublier les visages, j’ai passé plus de nuit qui ne résonnaient pas du bruit des balles que des nuits de peur, et les ombres sont devenues plus mystérieuses que terrifiantes.

Tout s’efface.

Je sursaute quand le barman refuse de me servir. Il semble se reprendre et s’explique. Je fixe mon verre, soudainement seule avec moi-même, ce verre vide et les sons étourdissants du bar. Je suis ivre. Je le sens, la distance et la tête qui tourne arrivent, je fixe mon verre et je sais que si je ne m’en jette pas d’autres dans le gosier, je serais trop ivre pour ne pas aller traquer Specter pour l’étrangler et pas assez ivre pour ne pas y arriver. Et comme je ne veux pas aller en prison, il faut que je m’assomme assez pour ne plus savoir lire les Pages Jaunes.

Je relève la tête et lui sert un sourire ironique. Sérieusement, qui irait s’enfiler verre sur verre seule si chez elle il y a quelqu’un pour l’attendre et lui parler ? Faut pas se foutre de moi, tous les abrutis ici qui sont seuls n’ont personne à épargner, personne à protéger.

« Vous inquiétez pas, je saurais sortir d’ici, ce qui se passe ensuite… eh bien… j’hausse les épaules toujours avec mon sourire en coin, ça ne regarde que moi, je suppose ? J’ai juste besoin de… d’une pinte, et quelques minutes pour penser à « ceux qui sont encore à mes côtés »… s’ils existent vraiment. »

J’ai été acide dans ces derniers mots, j’en conviens, mais pour ma défense je suis ivre et face à un putain de verre vide !
J’offre un verre à…
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 276
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement dans West Side

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon, Rolland Daggett (employeur)
♣ Vos Alliés : : ► Celestia Bell, Dinah Lance (Employeur),
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Jeu 16 Nov - 23:13

Il dévisagea de haut en bas la jeune fille. elle se croyait maline quelle exemple pour un flic. Gordon avait peut-être l'air fatigué mais des braises brûlait dans ses yeux, prêt a s'embrasé par l'appel de la justice c'était un vieux briscard plein de ressources. Alors que cette jeune femme paraissait vidée malgré son age.
C'était triste, de voir de jeune officier déjà rompu.

- De toute manière vous avez payer donc je n'ai rien a dire... tant que c'est moi qui vous sert.

Eddy n'avait pas envie qu'elle s’enivre ailleurs, qui sait ce qui pourrait lui arriver ou ce qu'elle pourrait faire. Eddy lui servit une pinte de bière, pas la meilleurs mais pas la pire non plus, quelque chose siroté tranquillement. Une question revenait a l'esprit d'Eddy il l'a retenait pour pas quelle franchisse ses lèvres. Car parfois certains question n'ont pas a être posé. Il n'a pas envie d'entendre des chose qui ne lui plairait pas. Et puis ce n'est pas ses oignons...

- Je me demande bien quelle est votre histoire pour douter de l'existence de ceux qui sont a vos coté.


Eddy se fustigeait mentalement, même si il ne laissait rien paraître. il était barman, pourquoi poser cette question... Il se plaignait des histoires à rallonge de ces clients, qui déversait leur malheur sur le bar. Alors pourquoi demander, a une flic en plus, de parler de ses problèmes. Enfin bon, la question avait été posé, personne ne l'avait forcé, Eddy avait parfois du mal avec sa curiosité bienveillante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   Mar 21 Nov - 22:18


Le barman finit par plier en disant que j’ai déjà payé, je ne comprends pas la suite de sa phrase dont le sens m’échappe, mais je noie mes interrogations dans la bière. Douce mais avec du caractère, la pinte ne risque pas d’empirer mon ivresse, mais me donne un petit répit pour rassembler mes esprits et m’éviter de finir jetée hors du bar.

Le type lance un genre d’interrogation, comme une question qu’on se pose intérieurement et qi franchit accidentellement nos lèvres. Je le sais, ça m’arrive tout le temps. J’hausse un sourcil et finit par sourire pauvrement, le nez caché derrière mon verre.

« Je suppose que c’est une histoire classique imposée à une personne trop stupide pour la vivre sans se plaindre. »

Je laisse échapper un rire presque étouffé par des larmes qui montent, amenée par l’alcool et cette journée pourrie qui brasse tous les affreux souvenirs qui hantent mon cerveau.

« Je n’ai plus de famille, alors des fois, quand j’ai des journées pourries, c’est difficile de s’entendre dire qu’il y a encore des gens qui désirent marcher à mes côtés… Mais honnêtement… c’est la vie, non ? C’est pas comme si j’étais la seule orpheline de la ville, rien que Bruce Wayne en tient une sacrée couche et il ne vient pas vous pleurnicher dans les bras, non ? »

Ou alors, il pleurniche dans les bras de barman ultra chics dans des bars avec des fauteuils en or avec James Specter et Elton John. Ce qui, il faut l’avouer, est une façon classe de pleurer. C’est sur cette pensée que je termine ma bière, et sans doute le dernier verre que me paye le billet que j’ai posé précédemment. Je jette un coup d’œil à l’heure, il n’est pas tard, la nuit commence pour la jeunesse Gothamite, celle qui n’a pas peur de fêter chaque jours auquel on survit, par contre pour ma vieille carcasse, c’est sans doute l’heure de tirer sa révérence et tenter de trouver mon appartement.

« Enfin… vous êtes un type bien, et ça fait plaisir de croiser des gens comme vous, monsieur. C’était sympa de m’écouter me plaindre mais… je glisse au bas du siège, lentement, le temps de m’habituer à mon équilibre chancelant. Si vous faites ça pour chaque client, bientôt vous aurez de quoi écrire un livre. »

Je lui souris, je ne sais pas trop si ma soirée se finit sur une note positive ou neutre, mais j’ai les muscles endoloris comme si j’avais chassé ma frustration à coup de poings. Quand j’étais petite, j’étais pleine de colère et je ne comprenais pas toujours d’où elle venait, alors avec Phil on tapait dans un sac de frappe tout en hurlant chacun notre tour ce qui n’allait pas dans notre journée et on finissait par pleurer tous les deux comme des cons. C’était le bon temps.
J’offre un verre à…


désolée c'est tout nul j'ai repris le RP avec Jason ça m'a niqué tout inspi avec Rose pardon pardon :'(
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: J'offre un verre à ....   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'offre un verre à ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je t'offre un verre[Teddy]
» Stage INP - Techniques de comblement du verre et consolidation le 22, 23 et 24 octobre 2012
» modele de peinture sur verre et sur porcelaine
» Tubes de couleurs en boro, pour le soufflage du verre
» Poésie en verre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Amusement Miles :: Black Canary Club-