Forum Jeu de Rôle Batman

Partagez | .
 

 En retard, en retard ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: En retard, en retard ...   Lun 25 Sep 2017 - 8:01

Le Chapelier Fou avait tout vu dans sa triste vie, il avait vu des choses horribles, comme des choses magnifiques, et pourtant, Gotham City réservait toujours son lot de surprises adéquates en la matière. Un grand sourire sur ses lèvres, il déambulait dans Gotham City à la recherche d'une jeune demoiselle avec qui prendre le thé, une jeune femme à séduire et à faire venir boire le thé. Son rencard de ce soir, avec une dénommée Rachel Killinger venait de tomber à l'eau, elle avait posé un de ces maudits lapins à notre pauvre Chapelier Fou ! Tetch, vêtu d'une tenue légèrement excentrique mais pas trop, une veste rouge sombre avec un petit chapeau élégant noir sur la tête, et des fleurs dans la main, déambulait tristement. Pour tout dire, ce n'était clairement pas de chance de se prendre une veste aussi mémorable. Les femmes étaient parfois monstrueusement cruelles quand on y songe. Les femmes et leur pouvoir de séduction peut vraiment devenir des plus destructeurs, ô Alice, ma douce et tendre chérie, comme nous nous languissons de toi. Pas de thé pour ce soir, songeait-il, mélancoliquement, il rentrerait dans son petit taudis, rangerait la table et les couverts et inhalerait des vapeurs narcotiques pour s'endormir, jusqu'au moment où il trouverait une nouvelle petite Alice pour combler ses désirs les plus pervers et les plus monstrueux. Mais son regard s'attarda sur un petit attroupement, un attroupement qui ne devrait pas être là, un attroupement constitué de gens amassés face à un spectacle urbain des plus ordinaires, si on était un criminel recherché dans cette ville.

- "De plus t'en plus curieux."

Murmura-t'il en regardant de loin la scène, une jeune femme venait de subtiliser le portefeuille d'un de ces stupides bourgeois. Elle avait du cran, de la candeur, et surtout de l'audace. Une qualité qui manquait souvent aux femmes, exceptés à celles que l'on pouvait trouver parmi les alliés du rat volant. Malheureusement pour elle, elle venait de subir la vindicte impitoyable d'un des justiciers en présence dans cette triste et pénible ville. Elle venait de se faire avoir par un des pénibles acolytes du chevalier noir et allait passer son temps à attendre sagement la police, avant d'être enfermée puis jugée, avant d'avoir une condamnation exemplaire. Triste état de fait pour une jeune femme aussi jolie que revêche. La jeune femme en question s'appelait Jenna Duffy, une femme que le Chapelier connaissait car il l'avait employée il y'a longtemps. Et, dissimulant son visage, Tetch observa patiemment que la foule commence à se disperser, peut-être que Jenna pourrait être une Alice ? Possible, mais il faudrait lui couper les cheveux et lui donner une perruque blonde. Qui sait ? L'idée était fantasque et farfelue, mais elle valait le coup. Tetch jeta ses fleurs en plastiques dans la poubelle et s'avançât légèrement, doucement vers la jeune fille. Souriant, il la regarda de ses grands yeux fous et d'une voix douce, il se remémorait les passages d'Alice au Pays des Merveilles pour contenir son excitation. Il prendrait le thé finalement ? Il le prendrait avec sa très chère Charpentière, même si celle-ci lui en avait voulu pour l'avoir balancé aux oubliettes pendant quelques temps. Alors que la foule ne semble pas se dégager de l'endroit où elle était postée, histoire de voir les flics l'embarquer, Tetch consultait sa montre, il n'appréciait pas qu'autant de quidams inutiles se pressent autour de cette pauvre jeune fille qui devait tellement mourir de soif.


- "En retard, en retard, je n'ai pas le temps de dire au revoir, je suis en retard, en retard en retard."

Dit-il en souriant bêtement, tout en consultant sa magnifique montre de gousset. Sublime montre de gousset qui était parfaitement bien décorée, style anglais, avec une certaine note du détail. Tous les chapeliers ont une montre de gousset après tout, c'était ce que Tetch en avait conclu, après tout. La classe venait des chapeaux, et les chapeaux réclamaient une certaine classe. Tetch se considérait comme un criminel élitiste, malgré les horreurs qui le suivaient assurément. Observant la jeune fille, Tetch la jaugeait, elle pourrait peut-être servir à nouveau dans ses plans démentiels. Après tout, il avait engagé très dernièrement les deux jumeaux Tweedle, peut être que c'était le moment d'amuser Gotham City avec une nouvelle troupe de saltimbanques.
Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Masculin Messages : 8
Date d'Inscription : 17/09/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
William Tockman
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   Mar 26 Sep 2017 - 13:56


En retard, en retard...
Le Chapelier Fou
King Clock

"Le temps n'attend pas." Lenine

Vingt-deux heures, trente-cinq minutes et dix-huit secondes, il faisait nuit à Gotham, enfin il faisait toujours un peu nuit à Gotham, même le jour. J’observais la scène qui se déroulait comptant les secondes entre chaque action de celle-ci. J’observais les temps de réaction de chacun, j’examinais la moindre interaction. J’étais en plein test, j’avais, quelques jours plus tôt, engagé une jeune femme du nom de Jenna Duffy,  appelé aussi "Charpentier", afin que celle-ci braque une bijouterie du Fashion District, plus précisément dans la rue du Diamond Exchange. Si la récompense promise était alléchante, je l’avais surtout envoyé au casse-pipe dans le but de vérifier mes estimations. Combien de temps avant que l’alarme ne se déclenche, puis qu’un justicier masqué n’apparaisse et pour finir combien de temps allait mettre la police à arriver sur les lieux.

J’observais tout ceci du coin opposé de la rue, un chronomètre dans ma main gauche tout en m’appuyant sur ma canne dans ma main droite. J’étais habillé de mon classique costume marron avec une chemise blanche et une cravate aux motifs d’horloges. Une bourrasque décoiffa légèrement mes cheveux mi-long, je me recoiffai rapidement de ma main droite et réajustai mes lunettes.

Si j’avais envoyé Jenna ce n’était que dans le but de la regarder se faire arrêter afin de préparer mon prochain coup et vérifier mes estimations. D’ailleurs celles-ci se confirmèrent, l’alarme se déclenchait à peine une minute et vingt-deux secondes après que l’intention de braquage soit dévoilée, le justicier lui arrivait six minutes et cinquante-sept secondes après le déclenchement de l’alarme, puis la police arrivait quatorze minutes et 31 secondes après. J’en avais aussi profité pour observer minutieusement les temps de réaction entre chaque coup donné par le justicier, plus j’accumulais d’informations, plus je pouvais déterminer de façon précise la marche à suivre.

Une fois Jenna maitrisé la foule s’amassa auprès de celle-ci attendant la police, bien que cela me rebutait, je dus aller dans la foule afin de continuer d’observer la scène. J’étais là au milieu des gens en train d’observer Jenna se faire embarquer lorsqu’un bruit m’agressa l’oreille.

Tic tic tic tic tic tic…

Aaaarg le bruit si désagréable d’un mécanisme de montre qui retarde. Je me retournai et trouvait un homme avec une magnifique montre à gousset très décoré, une pièce de collection très certainement, une honte que celle-ci soit si mal entretenue. J’entendais son mécanisme hurler de douleur, je pouvais même en déterminer la cause, une petite miette de biscuit coincé dans les rouages provoquant le retardement de tout le mécanisme, quelle horreur !

Cela ne pouvait plus durer, il fallait que je fasse quelque chose. Je me rapprochai de l’homme qui tenait cette montre, je toussai et lui dis :

Hm ! Hm ! Veuillez m’excuser monsieur, mais… Votre montre retarde… De sept millionièmes de secondes… Il faut arranger ça au plus vite avant que cela ne s’aggrave.


Je lui pris la montre des mains et la mit à mon oreille :

Hmmm, oui c’est bien ça sept virgule un millionième pour être exact, quelque chose obstrue le mécanisme, quelque chose de petit…


Je mis mon autre main dans une de mes poches et en sortis une carte que je tendis à mon interlocuteur :

Tenez voici l'adresse de mon atelier rejoignez moi à vingt-trois heures quinze précise ! Et ne soyez pas en retard ! Ni en avance d'ailleurs...


Et je repartis aussi vite que j’étais venu ne laissant aucune chance à mon interlocuteur de répondre, d’ailleurs il mit quelques secondes à comprendre ce qu’il s’était passé, il fallait dire que tout c’était passé très vite. Il me sembla l’entendre réagir me poursuivant alors que je commençais à traverser la route et lorsque je fus au milieu du passage clouté un bus passa juste à côté de moi, me frôlant tout en coupant la route à quiconque souhaitait me suivre. Le Bus de la ligne treize de Gotham, toujours trois minutes d’avance.

Je profitai de cette distraction et de cette absence de ligne de vue pour changer de rue et m’insérer dans une ruelle afin de retourner à mon atelier, disparaissant aux yeux de tous, ne laissant d’autre choix à mon interlocuteur du soir de venir au rendez-vous s’il souhaitait récupérer sa montre.

Je mis seize minutes et vingt-six secondes à retourner à mon atelier, ce qui était trois secondes de plus que la moyenne, retard dû à un passant ayant fait tomber ses clefs sur un passage piéton. Une fois dans mon atelier je sortis mes outils et mis ma loupe oculaire, puis je commençai à démonter minutieusement le mécanisme de la montre. Le bruit synchronisé de toutes les horloges, montres et autres mécanismes horaires berçait mon travail de l’atelier, rendant l’atmosphère spéciale, j’adorai ça. J’enlevai une par une les pièces de la montre et les déposaient délicatement sur un tissu blanc et cela jusqu’à trouver l’origine du problème, une miette de biscuit comme je l’avais redouté.

Je choisis de démonter entièrement le mécanisme afin de m’assurer qu’il n’y ait pas d’autre rebut, puis avant de remonter les pièces les unes après les autres, je les nettoyai finement avec toute la précision que cela exigeait. Une fois l’ouvrage complètement réparé je réglai son horaire et reposai la montre sur le chiffon blanc tout en enlevant la loupe oculaire de mon œil.

À peine quelques secondes plus tard la porte de mon atelier s’ouvrit et alors que la personne avançait vers moi, je continuai de fixer d’observer l’ouvrage sans relever la tête tout en disant :

Vous êtes en retard de quinze secondes monsieur… Mais votre montre est réparée.



Dernière édition par William Tockman le Dim 21 Jan 2018 - 19:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   Mer 27 Sep 2017 - 10:31

Que le temps est ironique souvent. Alors que la pauvre Charpentière faisait les frais de la huée publique, c'était sans compter sur les justiciers qui se pavanaient dans cette ville. Horribles incarnations du mal qui sévissait à Gotham City. Il fallait être complètement cinglé pour se déguiser en chauve-souris et manquer de se fracturer le crâne pour s'amuser, de toits en toits, et combattre ceux qu'ils appellent Criminels. Pour tout dire, Jervis Tetch se demandait quand viendrait une vindicte populaire de la rue, après tout, les justiciers faisaient ce qu'ils voulaient, sans se soucier des conséquences de leurs actes dans la ville et sur les braves citoyens de Gotham City. Tetch les détestaient, tous, sans hésiter. Ce n'était que de la merde, de la merde suintante qui l'empêchait de pouvoir s'amuser dans un monde rempli de folie et de joies horribles qui méritaient d'être assouvies, mais sans cesse, les soit-disant "héros" de la ville, l'empêchaient de sortir de l'asile d'Arkham et d'être ce qu'il était vraiment. En y pensant bien, Tetch se demandait s'il n'était pas le seul être doué de raison et de lucidité dans un monde si psychotique, si étrange, si lamentable ? Pour tout dire, il fallait qu'il trouve le moyen de se réveiller, de se sortir de ce cauchemar. Gotham City était un cauchemar sans nom, une horreur tentaculaire et griffue, comme les pattes du Jabberwocky, et Batman était l'incarnation du mal qui hantait ce magnifique pays des Merveilles. La vie pourrait être tellement plus agréable sans Batman non ? Pour nous criminels, ce serait un doux rêve des plus agréables. Mais Jervis savait parfaitement qu'il devait tuer Batman, il devait le tuer et cela devenait un besoin moral, pour que le rêve puisse enfin être terminé. Après tout, nous ne sommes que des créatures issues du rêve de quelqu'un de supérieur. Mais qui ? Le dormeur doit se réveiller, de toute manière. Alors qu'il consultait sa montre, regardant d'un oeil intéressé le temps qui fuyait, un intrus se permettait de subtiliser la montre du Chapelier Fou. Tetch releva les yeux d'un air stupéfait et médusé.

"Qu'est-ce donc ? ..."

Le Chapelier Fou était décontenancé, l'homme était en train d'analyser sa montre de gousset. Sa jolie montre qui lui avait été offerte par le Lièvre de Mars, ou par le Loir ? Ou par Alice ? Tetch ne se rappelait plus de la personne qui lui avait offert ce joli présent, et cela l'irritait qu'on touche à ses affaires de la sorte. L'homme avait de drôles d'élucubrations, il était étrange et paraissait vraiment bizarre. Qui a dit que seul le Chapelier était fou ? Il était notable que les chapeliers étaient tous fous à cause du mercure qu'ils respiraient dans la confection des chapeaux mais quand ce sont les autres qui sont eux aussi fous, où va le monde je vous jure ! Quelle tristesse de voir une pareille folie hanter les gens. L'homme prit la montre et la décortiqua verbalement. Essayant de déterminer un possible défaut dans cette magnifique merveille issue du monde de l'horlogerie. Puis, le quidam s'en alla, laissant une simple carte avec un lieu pour la récupérer, possession du Chapelier en main, et traversa la rue à grandes enjambées, ce qui laissa notre Chapelier dans un état d'incompréhension pendant quelques petites secondes. Souriant, Tetch enjoignit poursuivre son voleur, comme Alice dans le livre ... C'était follement excentrique ! On aurait dit le Lapin Blanc qui courait vers son terrier, montre en main, hurlant qu'il était en retard. C'était une idée amusante, presque joyeuse, qui faisait sourire le Chapelier, courant après l'intrus qui lui avait volé sa montre. Alors qu'il courait, les passants dévisageaient ce petit personnage roux et âgé qui courait après quelque chose dont ils ne pouvaient pas comprendre le pourquoi du comment.

"En retard, en retard, je suis en retard."


Dit-il en souriant, reprenant haleine à chaque fois qu'il voyait son voleur. Le Chapelier Fou était malheureusement bien piètre en course à pied, et maintenant, il fallait retrouver le voleur. Comme l'idée était amusante quand même. On se serait cru dans Alice au Pays des Merveilles, sauf qu'Alice n'était pas rousse mais blonde. Et notre voleur, avait-il des cheveux blancs comme le lapin ? Bonne question ! Ayant perdu de vue son voleur de montre, Mad Hatter sortit de sa poche, un petit émetteur relié à la plupart de ses effets personnels, dont ses chapeaux bien entendu. Quand la police ou l'asile d'Arkham détenaient le Chapelier, ils enfermaient les habits et autres effets personnels du Chapelier dans des lieux sordides où ils étaient étudiés, et Tetch haïssait ces gens qui tentaient de découvrir le secret de ses puces de contrôle. Une véritable horreur sans nom ! Un crime qu'il considérait passible de la peine de mort. Ajustant son petit appareil, Tetch avait placé un petit micro dans la chaine de sa montre de gousset, qu'il repéra dans un lieu non loin d'ici, environ une petite dizaine de minutes de là, dans un point fixe. Théoriquement, Tetch aurait pu prendre pour compte la carte avec l'adresse, mais à quoi ça sert d'avoir de la technologie si on ne s'en servait pas ? Le Chapelier décida alors de rendre une petite visite à l'opportun qui avait dérobé son trésor. Sautant sur l'arrière du bus, le Chapelier se cramponna à un épais train arrière, ce qui témoignait de l'ancienneté du bus, histoire d'avancer un peu plus vite, et d'arriver plus rapidement à la destination qu'il pouvait repérer grâce à son petit émetteur.


"Le Valet de Cœur vola les tartes."

Dit-il d'un air amusé, tout en se dirigea d'un petit pas pressé vers ce qui semblait être un repaire des plus laids. Tetch ne prêta pas attention à cela, le temps s'écoulait, et maugréant quelques paroles inintelligibles, il se décida de rentrer de son plein gré, et d'ouvrir cette porte qui menait dans un monde de tic et de tac, et comble de bizarrerie, l'homme semblait l'attendre, plongé dans l'étude de sa montre et de son mécanisme. Tetch était à la fois en colère et pourtant, diablement étonné de voir une telle minutie dans un homme qui semblait apprécier le travail d'exactitude. Il était possédé, possédé par la notion du temps, et c'était fort louable. Décidément, tout était réuni pour faire de cet homme, un comparse dans le monde merveilleux de Lewis Carroll. Observant la décoration de l'atelier de cet homme, Jervis Tetch était à la fois impressionné et amusé par tant de mimiques et de tics, et de tocs, et de tacs.

"Hélas, je ne suis pas en très bon terme avec le temps, nous nous sommes disputés l'année dernière, lors du grand concert organisé par la Reine de Cœur."

Dit-il d'un grand sourire amusé. Tetch était un homme qui s'amusait énormément en citant du Lewis Carroll, cela lui donnait un petit air fantasque et complètement dans son monde. La tentation avait été grande d'abattre ce petit voleur, mais au final, il serait plus amusant de l'étudier avant toute chose. Peut-être autour d'une bonne tasse de thé qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Masculin Messages : 8
Date d'Inscription : 17/09/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
William Tockman
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   Jeu 5 Oct 2017 - 0:08


En retard, en retard...
Le Chapelier Fou
King Clock

"Il faut donner du temps au temps. " Miguel de Cervantès

Le petit homme avançait dans l'atelier sourire aux lèvres l'air presque béat, un peu à la manière d'un enfant. À travers lui, je me revoyais moi enfant entrant pour la première fois dans une horlogerie, le miroir de ma jeunesse, à ceci près que j'étais bien plus élégant que ce petit homme.

L'homme finit enfin par ouvrir la bouche pour parler, il me dit qu'il était fâché avec le temps, qu'il s'était disputé avec lui lors d'un concert organisé par une certaine reine de cœur. S'il s'exprimait dans un anglais clair et bon, sa phrase elle n'avait pas vraiment de sens. Était-ce là une métaphore cachée dont je ne pouvais pas comprendre le sens ? La phrase me rappelait quand même quelque chose mais je n'arrivais pas à me souvenir quoi… Une citation ? Ou peut-être bien que le personnage était tout simplement fou ? Je doutais qu'il ne soit fou, car malgré son air et son regard candide, il y avait une certaine malice derrière ses yeux, comme s'il jouait tout cela.

Je tendis la montre dans sa direction et lui dis :

Voilà qui est fort dommage, le Temps peut se révéler être un ami précieux… Ou le pire de vos ennemis. Je ne peux donc que vous conseiller de vous réconcilier avec lui, voici d'ailleurs qui devrait vous aider.


Je le laissai reprendre sa montre avant de reprendre :

Vous savez le Temps est mon meilleur ami, je pourrais peut-être vous aider… Posez-vous la question "Qui est donc le Temps ?". Le Temps était, Le Temps est et le Temps sera… Le Temps a donc trois personnalités le Passé qui est nostalgique, qui se morfond, le Futur qui lui est rêveur, songeur et le Présent qui lui est succin, bref, excitant. Et la meilleure façon d'appréhender le Temps c'est de parler au Futur afin de prévoir et organiser le Présent pour le pas regretter le Passé tout en n'en tirant les leçons de celui-ci.


Oui le Temps était une personne simple à comprendre, dès que je l'ai rencontré nous avons sympathisé tout de suite pour finir par ne plus jamais nous quitter, je ne fais rien sans le temps. On pourrait d'ailleurs dire que je passe mon temps avec le Temps…

Alors que je discutai avec le petit homme roux toutes les horloges de mon atelier sonnèrent en même temps, un seul dong unifié qui signifiait qu'il était et demi. Par réflexe je regardai l'heure bien que je savais précisément quelle heure il était et je dis :

Et bien il va être temps pour moi de partir je suis attendu et le Temps déteste les retards. Peut-être voulez-vous m'accompagner je vais retourner à l'endroit où nous nous sommes rencontrés, j'ai une petite course à faire à la bijouterie. Mais ne perdons pas notre temps, car comme je vous l'ai déjà dit celui-ci est précieux.


Puis je sortis de mon atelier prenant bien soin de le fermer à clef et allai jusqu'à l'arrêt de bus, celui-ci arriva juste au moment où nous arrivâmes à l'arrêt, pile à l'heure comme d'habitude pour la ligne 3. Je laissai le soin à mon compagnon du soir de me suivre ou non c'était à lui de voir.



Dernière édition par William Tockman le Dim 21 Jan 2018 - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   Ven 6 Oct 2017 - 9:59

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



"En retard, en retard, je suis vraiment en retard. Je n'ai pas le temps de dire au revoir, je suis en retard !" Le Lapin Blanc avait tellement raison, le Temps est une chose que l'on doit protéger, que l'on doit apprécier. Le seul problème, c'était que Jervis Tetch s'était retrouvé embrouillé avec le Temps, et depuis, il ne savait plus quand était l'heure du thé, et de cela, les piles sales de tasses s'accumulaient tristement. Tetch eut une certaine sympathie pour l'homme qui était en face de lui, et qui lui parlait du Temps comme d'un ami personnel, étrangement, cela éveillait en Tetch une certaine attirance sur le plan de la folie et peut-être qu'il serait parfait habillé en Lapin Blanc, mais prudence, le Lapin Blanc est aussi un allié de la Reine, et elle n'aimait pas que l'on tue le Temps. Jervis se résolut à se présenter, mais l'homme était bien trop pressé pour pouvoir écouter un homme aussi petit et aussi ridicule que le Chapelier Fou après tout. L'atelier résonna d'un seul grand coup d'horlogerie pendant un temps, et l'homme se sentit pressé par une quelconque affaire, l'idée de le suivre pourrait être amusante, après tout, c'était comme courir après le Lapin Blanc, et Alice savait pertinemment qu'elle entrerait dans le terrier du Lapin. Suivant l'homme, Jervis se ravisa et ferma son grand manteau imperméable vert. Quittant l'atelier, il tendait la main comme pour faire une poignée de salutations envers l'homme qui venait de réparer sa petite montre de gousset.

"Tetch, Jervis Tetch. Enchanté monsieur ?"

Nous ne voudrions pas nous faire de nouveaux ennemis. Cette ville en a déjà beaucoup trop et le Chapelier Fou était quelqu'un de couard qui aimait profiter des autres à distance grâce à ses chapeaux modifiés. Tetch était quelqu'un de pragmatique, il savait que la folie de cette ville était nocive pour tous les gens relativement sains. Lui aussi était jadis un zombie, un homme qui se compliquait la vie et qui se laissait marcher dessus par les évènements, tout en restant impuissant face à cet état d'esprit. Le Chapelier Fou aimait se présenter. Généralement, cela laissait pantois bon nombre de personnes et de crétins crédules. Pour tout dire, le Chapelier aimait voir l'expression faciale de ses interlocuteurs quand ceux-ci devaient se confronter au tristement célèbre Chapelier Fou de Gotham City. Et pour tout dire, ce n'était pas qu'une simple formalité, Tetch était tristement connu pour s'en prendre à des jeunes filles allant de huit à seize ans, tant qu'elles ressemblaient à Alice, du célèbre conte pour enfants. Le Chapelier Fou avait terni le livre même d'Alice, il avait sali le souvenir de Lewis Carroll et de son conte, pour en faire une version corrompue, perverti. Adieu le gentil Chapelier Fou qui chante "Scintille scintille petite chauve-souris." Exit les douces interprétations du conte de Carroll, la cruelle ironie était que le Pays des Merveilles s'était modifiée pour s'intégrer au caractère fantasque et sombre de cette ville. Jervis avait offert une horrible version du pays des Merveilles. Wonderland n'était plus ce lieu enjoué et doucement sympathique, depuis que le Wonderland Gang avait sévit dans cette ville.

"Vous avez une facilité déconcertante à laisser vos invités et vos clients en plan. Peut-être feriez-vous merveille dans le domaine de la botanique ? Mon ami le Lièvre de Mars possède un grand jardin qui vous serait surement des plus profitables sur le long terme. Saviez-vous que l'on peut élever soi-même ses propres plants de thé ? Il suffit d'être patient et thé-méraire."

Jeu de mots à part, Tetch exhiba un sourire qui dévoilait ses dents. Camouflant son haut de forme, il le gardait contre lui sous son manteau, c'était un haut de forme clac, capable de se tendre et de se détendre pour éviter d'être trop facilement repérable dans les rues de Gotham City. En principe, Tetch avait une petite camionnette pour ce genre de déplacements en ville, mais ça, c'était encore une autre histoire. C'était une vieille épave rouillée qui lui avait énormément servie pour les enlèvements de gamines pour le compte d'un tyran asiatique qui avait aussi une fixette sur les jeunes filles blondes, malheureusement, le jeune prodige, Robin, avait infligé un coup terrible à l'organisation que le Chapelier avait établi. Lui avait fini à Arkham une fois de plus, quant au dictateur, son immunité diplomatique ne le sauva pas. Enfin si, de la justice américaine oui, mais il fut mis au ban des accusés à l'ONU et fut exécuté pour scandale et pédophilie dans son pays d'origine. Tetch lui, avait de la chance de ne pas vivre dans un état comme le Texas, il aurait fini grillé depuis bien longtemps. Alors que les deux nouveaux compères avançaient dans la grande rue, commençant à se noyer dans la foule nocturne, Tetch lorgnait de temps à autre sur les jeunes femmes en soirées qui déambulaient dans les rues, avant un grand sourire sur son visage idiot.

"Que de foule, ce soir. Est-ce que nous serions compères de soirée vous et moi ?"

Revenir en haut Aller en bas
Arkham Asylum
Masculin Messages : 8
Date d'Inscription : 17/09/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Criminel
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
William Tockman
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   Jeu 12 Oct 2017 - 0:03


En retard, en retard...
Le Chapelier Fou
King Clock

"Les amis sont des voleurs de temps." Francis Bacon

Alors l’homme à la montre, un certain Jarvis Tetch, me suivait à travers les différents transports menant au quartier où se trouvait la Diamond exchange, celui-ci me fit remarquer que cela faisait deux fois que je partais sans crier gare, je ne m’étais d’ailleurs toujours pas présenté à lui. Il continua avec une phrase qui n’avait pas vraiment de sens parlant de plantation et d’un lièvre tout en finissant sur un jeu de mot douteux. Cela commençait à devenir une habitude, cet homme ne devait pas avoir toute sa tête… En plus de ne pas avoir tout son corps. Je pris quand même la peine de lui répondre :

Effectivement monsieur Tetch, je suis homme qui n’aime pas perdre son temps, chaque seconde est précieuse et doit donc avoir son utilité. Je me rends d’ailleurs compte que je ne me suis toujours pas présenté à vous, je me nomme William, William Tockman, horloger entre autre… Mais je ne suis point jardinier ou quelconque planteur de chou. Quant à votre jeu de mot, je le trouve quelque peu… Thé-léphoné, si je puis dire. D’ailleurs arrêtons de thé-rgiverser nous nous arrêtons ici.


Avais-je dis, non peu fier de mes jeux de mots tout en sortant aussitôt de notre moyen de transport qui venait tout juste de s’arrêter. Il y avait foule dans le quartier ce soir, même si je n’aimais pas du tout ça, cela faisait partie de mon plan afin de pouvoir me fondre dans la foule lors de ma fuite. Et même si j’avais un invité surprise pour ma petite fête du soir, j’avais une idée en tête pour lui.

Effectivement il semblerait bien que nous le soyons, je vous propose d’ailleurs de nous diriger vers le Diamond Exchange, magasin devant lequel nous nous sommes rencontré tout à l’heure, il doit bien avoir rouvert depuis tout à l’heure.


La légende veut que la foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit, et bien ce chaleureux magasin allait se rendre compte que bien souvent les légendes étaient infondées. Frapper tout à l’heure par la criminelle Jenna Duffy, il sera frappé ce soir par King Clock et j’avais à côté de moi le bouc émissaire parfait, un petit homme simplet racontant des choses invraisemblables à qui voulait l’écouter.

J’entrais dans le magasin ouvrant la porte à mon comparse pour le laisser passer devant tout en lui faisant signe d’entrer en me courbant légèrement. Cela aurait pu être pris pour un signe de politesse, mais cela me servit à dissimuler mon visage aux yeux des caméras présentes dans la pièce. J’entai ensuite et me plaçai dos aux caméras faisant mine d’observer quelques bijoux tout en prenant bien soin de ne toucher à rien pour ne laisser aucune trace.

Si j’étais venu ici c’était avant tout pour voler la sublime horloge d’une manufacture rarissime et impeccable qui était en exposition dans le magasin. Une pièce très rare non pas par le nombre de pierre dont elle était incrustée, bien qu’elle en avait quelques-unes, mais pour la précision et la complexité de la machine. Certain l’avait nommé l’horloge la plus précise du monde ayant même un cadrant pour les millième de secondes. Je voulais à tout prix étudier cet objet fascinant.

Au bout d’un moment de semblant de réflexion, pile au moment du changement de service comme je l’avais prévue, je me tournai vers mon partenaire du soir lui tendant une montre à gousset des plus simples :

Pouvez-vous me tenir ceci s’il vous plaît ? Je vous en saurais gré. Merci beaucoup.


Puis tout en restant tête baissée je mis mes gants blancs, enlevai mes lunettes simples afin d’en mettre une autre paire, une paire de lunette avec des verres tout de blanc et représentant un cadran d’horloge, la "marque" de King Clock.

Oh, j’ai peut-être omis de le préciser cher amis, mais on me nomme aussi "King Clock" ou "Le Roi du Temps".


Alors que je prononçai ses mots les aiguilles de la montre à gousset que je lui avais tendu se mirent à tourner très vite dans le cadran, jusqu’à ce qu’une explosion retentisse, pas une explosion physique, mais une explosion magnétique, d’une faible amplitude, mais assez forte pour griller tous les composants électroniques de la pièce éteignant jusqu’à la lumière, une fabrication de ma part cette jolie petite montre. Dans le même temps les volets en métal protégeant le bâtiment qui étaient bloqués par une sécurité électronique commencèrent à descendre afin de bloquer la pièce. Je me tournai vers Jervis et lui dit :

Je suis… Désolé.


Et à l’aide du pommeau de ma canne je lui mis un grand coup sur la tête dans le but de l’assommer. L’homme tomba au sol, je n’avais pas le temps de m’assurer qu’il soit bien endormis au pays des rêves, le temps m’était compté les volets continuaient de descendre. Je mis rapidement un coup de canne similaire dans la vitre qui protégeait l’horloge afin de la casser puis tout aussi vite je m’emparai de l’horloge et commençai à courir vers la sortie. J’eus tout juste le temps de m’élancer et de glisser sous les volets. Avant qu’il ne ferme j’eus tout juste le temps de jeter un dernier regard derrière moi voyant le corps de mon bouc émissaire toujours au sol.

Je n’avais pas le temps malheureusement de voir ce qu’il adviendrait de lui, même si aucune alarme n’avait retenti un justicier n’allait pas tarder à intervenir, dans deux minutes et trente-quatre secondes selon leur moyenne du moment. Je mis donc l’horloge sous mon manteau et me déplaçai dans courir mais d’un pas rapide, la tête baissée vers ma prochaine destination profitant de la foule pour me dissimuler. Mon plan s’était parfaitement exécuté, j’avais même trouvé une utilité à mon compagnon du soir. Seul point noir c’était qu’il connaissait une de mes planques, mais j’en avais plusieurs, il m’en faudra trouver une nouvelle pour la remplacer et puis fallait-il encore que cet homme simplet se souvienne du chemin...



Dernière édition par William Tockman le Dim 21 Jan 2018 - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   Jeu 12 Oct 2017 - 18:31

« But I don't want to go among mad people," Alice remarked. "Oh you can't help that," said the cat; "We're all mad here. »
Twinkle, Twinkle, Little Bat !



C'était donc d'un triste ! Il ne connaissait même pas le grand, le fabuleux, le magique Jervis Tetch, alias le Chapelier Fou ! Quelle tristesse ! Quel affront et quelle pauvre réputation ce pauvre Chapelier se trainait. L'effet voulu n'était hélas, pas au rendez-vous, peut-être à cause de ce Temps perfide qui sait ? Tetch avait continué à suivre l'homme jusqu'à atteindre le point de départ où ils s'étaient tous deux rencontrés. C'était un véritable jeu de piste idiot qui ne rimait à rien, qui nous ramenait au point de départ : Tu parles d'une bonne nouvelle pas vrai ? Mais le Chapelier s'en moquait. Dans sa logique bien à lui, il était personnellement content de trouver un quidam avec qui discuter Temps et montres, venez mes amis, il est l'heure, l'heure de parler du Temps, des montres, et de cet univers nocturne qu'on appelait Nuit ? Ou bien devions-nous parlons de monstres personnalisés par le Temps pendant la nuit ? Est-ce le Jabberwocky qui semait encore des mauvaises nouvelles dans cette bonne ville ? Qui sait ? Tetch avait écouté l'individu, et il avait retenu ceci : Il était le roi du Temps. Le roi du Temps, rien que ça. Tetch se demandait souvent à quel roi il devait offrir son allégeance. En tout cas, ce ne serait pas au roi de cœur, trop effacé, encore moins face au roi rouge, trop colérique. Tetch n'aimait pas les histoires de monarchie, et même s'il était d'origine anglaise, il se moquait éperdument de toutes ces histoires qui le faisaient dormir. La monarchie, c'est quelque chose de trop sérieux, trop ponctuel, prendre un thé seulement à cinq heures, en voila une bien triste nouvelle. L'heure du thé au Pays des Merveilles, il n'y en avait pas, c'était ce qui faisait le charme du Wonderland après tout, non ? Alors que les deux complices de ce soir discutaient billevesées et autres sujets délictueux, Tetch pénétra avec ce dénommé William Tockman, à l'intérieur d'un magasin de bijoux. Tetch se dirigea d'un pas naturel vers les colliers de perles, qui n'étaient pas sans rappeler, la navrante histoire des petites huitres trop curieuses. Ou bien, communément appelé "Le Morse et le Charpentier".

"Il est l'heure mes amies, de parler de choses et d'autres, et de chaussures et de chapeaux. Venez, petites huitres, venez dans la grande farandole."

Tetch aimait bien cette petite histoire, elle rappelait aux jeunes filles que sous le couvert des nombreuses tentations du monde, des hommes monstrueux, ou des femmes, pouvaient se servir de la naïveté des jeunes filles pour arriver à leurs fins. Bien entendu, la plupart des gens étaient idiots, on était cerné par les cancres et les imbéciles. Cette génération ne produit rien d'utile et les quelques rares êtres capables de comprendre les choses telles qu'elles étaient, étaient malheureusement des crétins utiles. Tetch en fut un jadis, jusqu'à ce qu'il voit la lumière, qu'il voit que le véritable monde n'était qu'un lieu de folie, un lieu où tout le monde est obsédé par la réussite, où tout le monde est complètement névrosé, au point de prendre des cachets pour se maintenir en forme. Pitoyable monde. L'intérieur de la boutique était assez clinquant, et Tetch rêvait devant ces perles qui n'attendaient qu'une seule chose : Qu'on les prenne de force et qu'on s'en fasse un menu plaisir de fortune avec elles. Mais Tetch n'était pas quelqu'un de cupide, il n'avait pas besoin de l'argent, cet argent méprisable qui détruisait le coeur des hommes, non. Tetch était quelqu'un de plus subtil, de plus ... Fin en ce qui concernait le luxe. Cassant la vitre, le Chapelier Fou fourra dans ses grandes poches, quelques colliers de perles qui lui évoquaient le conte d'Alice au Pays des Merveilles. Il ne toucha pas aux broches, aux bagues, et encore moins aux autres bijoux fantaisies, il n'en avait cure, et s'en moquait royalement. Tetch était quelqu'un de pragmatique, de fantaisiste qui appréciait la beauté des choses, mais qui n'en voyait aucune valeur au niveau de l'argent. En attendant, Tetch s'émerveilla de la petite montre de gousset que le Roi du Temps lui mis dans la main. Tetch la trouva fortement ravissante. C'est alors que Tetch releva le bon de son nom au moment où l'homme lui présentait ses excuses ... Et le frappa violemment au sommet du crâne. Tetch sombra alors dans un état de choc, assommé, complètement dans les vapes. Il rêvait du Pays des Merveilles, d'Alice, du Lièvre et du Lapin blanc, si seulement Alice pouvait me comprendre, si seulement. Quoiqu'il en soit, l'alarme allait se déclencher, lorsque Tetch se réveillerait, il verrait que non seulement, il est prisonnier du GCPD, mais qu'en plus, il était en retard pour le thé. Et une bonne demie-heure après, c'était ce qui était arrivé : Tetch était dans une voiture de police, prêt à être emmené à nouveau à l'asile d'Arkham, prêt à subir une nouvelle fois, les outrages qu'on lui avait fait dans cet asile horrible. Assis et à moitié conscient, Tetch maugréait de toute sa rage. Ordure de Roi du Temps, la prochaine fois, Tetch n'aurait aucun remord à le tuer. Après tout, selon la Reine, il avait tenté une fois ... Tetch méditerait sa vengeance, et elle serait sanglante.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: En retard, en retard ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

En retard, en retard ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En retard, en retard, je suis en retard!
» désolée j'suis en retard >.
» avec du retard , mais vaut mieux tard que jamais
» coucou en retard
» [SOFT] SORRY2BLATE : Avertir de votre retard [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Fashion District :: Diamond Exchange-