Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Dim 10 Sep - 18:19

Job interview okay, but magical!
Je n'aimais pas beaucoup les entretiens d'embauche... Enfin, je n'aimais pas être le candidat et non le patron... Mais bon, il me manquait encore un peu d'argent pour m'acheter le théâtre qui me tapait dans l’œil donc bon... J'avais fait le tour de presque toutes les scènes respectables de Gotham... Dans quelques jours, le "Woody's fever" faisait une soirée inauguration, pour célébrait son ouverture, et il avait besoin d'une attraction phare apparemment... Evidemment, la mystique Zatanna serait un luxe et une tête d'affiche pour cette boîte qui ne sera probablement pas du tout mon genre...  Mais qu'importe, il commençait doucement à faire nuit, et je me rendais sereinement au dit établissement: 


De grande vitrine, les murs encore en travaux, de la peinture fraîche... A peine je franchissais le seuil de l'entrée qu'un garde, énorme, peu rassurant, qui me demande, d'un vois grave à en faire trembler des ovaires:


-Qu'ess'vous voulez...?


Je sortis ma baguette tapota sur ma main, dans un nuage de fumée, la lettre de rendez vous apparue! Je lui tendis avec un grand sourire charmeur:


-J'ai rendez vous! Avec... Mr... Scarface...? Oui! Scarface!


-Suivez moi....


Je lui obéissait sagement, Scarface... Drôle de nom... Mais peu importe, c'était que pour un spectacle, rien de plus... Je n'avais pas à m'en faire... Si..?
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Masculin Messages : 160
Date d'Inscription : 19/07/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Entrepreneur du Woody's Fever
♠ Relations conflictuelles :: ► Tous les gangs rivaux
♣ Vos Alliés : : ► Arkham
avatar
Le Ventriloque
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Dim 10 Sep - 19:06

L'pantin avait beau dire, il avait beau faire, mais il savait gérer les entreprises, et Scarface, lui, en avait rien à foutre, il laissait ce merdier à Puppet. Mais même si le timide Wesker était supposé être un incapable, fallait quand même le dire, il avait la bosse pour s'occuper d'une boite et d'en faire la promotion. Scarface n'y connaissait rien, et il ne voulait rien entendre, tout ce qui comptait, c'était de faire rentrer le fric dans la boite, de faire en sorte que les rentrées d'argent se fassent sans qu'on ait à subir les problèmes des flics. Blanchir le fric et agir sous couverture, ce crétin de Specter et cet abruti de Gordon ne pourraient jamais rien trouver surtout que c'était un établissement honnête, légal et tout le bordel, donc au niveau de la loi, on faisait comme le Pingouin, on restait irréprochable, après, niveau clientèle, c'était pas à nous de gérer ce merdier, mais au moins, on prenait de l'élite, pas de la merde. Scarface était parfaitement habillé pour l'occasion, un magnifique petit costume noir, avec cravate rouge et un chapeau feutre de la même couleur, noir bien lugubre, comme une journée de deuil, mais Scarface était plutôt quelqu'un de classe, et il voulait faire bonne impression. La poupée de bois fut lustrée de la tête aux pieds par le Ventriloque, méthodique, chaque doigt, chaque morceau de bois était passé au nettoyage, comme un véritable bain mais pour une marionnette. Amusant pas vrai ? Avec un certain soucis du détail, le Ventriloque en profitait pour passer quelques coups de vernis de-ci, il fallait entretenir le bois hein, faudrait pas que des enculées de termites viennent me bouffer les roupettes pendant que je donne mes ordres aux mecs. L'vieux Scarface savait comment s'faire propre, et bien classe, surtout quand une femme sublime allait passer une audition dans sa boite de nuit. La poupée tourna sa tête de bois, ses yeux fixèrent les lunettes du vieil homme, Scarface s'apprêtait à parler, dans son crâne bien sur, car il était de nature que les deux étaient intimement liés aussi bien par le physique que par l'esprit.


Z'est vrai gu'elle est idalienne ?


Connaissant vos gouts, monsieur Scarface, je savais qu'elle vous plairait quand vous apprendriez qu'elle soit italienne.


D'est moins gon gue je le bensais, finalement, j'vais beut-être faire guelgue chose de toi, guignol.


Merci, monsieur Scarface.

Il était de notoriété publique que le pantin aimait humilier le Ventriloque en public, mais quand il s'agissait de faire fleurir les affaires, Scarface savait respecter le talent des autres, et puis, c'était un domaine que le pantin pouvait gérer tranquillement pendant que Scarface élaborait ses plans pour conquérir le nord de Gotham. Le nord était à lui, le terrain était à lui, mais pas les cœurs, ni les mentalités, ni les minables petits gangs qui s'affairaient dans son ombre à lui. Le mieux, avec le Woody's Fever et son inauguration, lui permettrait de sonder ce qui se passe dans le nord de Gotham, cela lui permettrait d'avoir une assise, d'avoir de quoi se réfugier si tout tournait au vinaigre, et au moins, le pantin fermerait sa gueule sur les plans de la diabolique poupée. Mais trêves de plaisanteries, Rhino, le colosse entra après avoir toqué. On allait avoir de la compagnie, de la bonne compagnie et Scarface espérait que cette magicienne accepterait le contrat que le vieux Wesker avait préparé pour la soirée d'inauguration du Woody's Fever. Alors que Rhino allait faire entrer la jeune femme, la poupée regarda le Ventriloque avant de dire d'une voix rocailleuse.


Amène les ravraigissements.


It's just a price i work to earn
Bury them deep that's what i said. Time to play your dead man's hand. Dealin' bullets is like dealin' cards when it all comes down to a draw. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Lun 11 Sep - 20:18

Job interview okay, but magical!

Rapidement, je replacais correctement mes cheveux noir, étais-je stréssé...? Je n'en savais foutrement rien... Surement, mais je dès faire abstraction de tout cela, comme sur scène en faite... Les entretiens d'embauche étaient une scène ou le future employée se donnait en spectacle... Mais bon, ce n'était qu'une vingtaine de minute, pas grand chose au final, j'avais l'habitude des représentations beaucoup plus longue, et avec beaucoup de public... 


-V'pouvez entrer...!


Le guarde, en prononcant sa phrase, manqua de me faire sursauter, me sortant completement de ma reflexion... Il se décala legerement de l'entrée pour me laisser passer. Du revers de la main, je soulevais doucement les épais rideaux rouges qui décoraient l'entrée du bureau. La salle était juste assez éclairé, une décoration sobre mais chic, un grand bureau en bois sombre, et derriere le dit-objet, deux hommes me regardait... Enfin, à vraie dire, c'était plutot un homme et demi... Un homme et sa marionnette de boir, m'observaient tranquillement... Oui, la mrionette m'observaient... Enfin, c'est la sensation, peu agrèable, que j'avait... L'homme de chair, les cheveux blanc, caché derriere ses lunettes rondes, semblaient s'effacer derriere le charisme appearent de sa marionette... La encore, je parle d"un bout de bois taillé... Mais en fait... Pourquoi avait il une marionnette?! Etrange pour un gérant de bar...
Après avoir rapidement observé mes... Mon, mon! Pourquoi j'utilise le pluriel? Mon possible future employeur, je retirais mon haut de forme et fit une humble réverence, ample, presque histrionique et dit avec assurance et langueur:


-Bonjour Monsieur Scarface, ravie de vous rencontrer, je suis Mademoiselle Zatara, Princesse du mystique; Maîtresse de la Magie, pour vous servir!
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Masculin Messages : 160
Date d'Inscription : 19/07/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Entrepreneur du Woody's Fever
♠ Relations conflictuelles :: ► Tous les gangs rivaux
♣ Vos Alliés : : ► Arkham
avatar
Le Ventriloque
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Mar 12 Sep - 16:35

Pendant que le vieux Ventriloque se taisait, la poupée Scarface roulait des yeux vers l'invitée qui venait de pénétrer dans la pièce. Toujours sans broncher, les deux hybrides : Arnold et Scarface, qui étaient au final, une espèce d'uniformisation de deux entités biens distinctes, observaient la jeune femme qui venait de faire une révérence. Elle était bien mignonne ouais, mais pas du tout le style du Ventriloque, ni de Scarface, mais au moins, ce n'était pas une métèque ou une espèce d'immigrée pourrie, c'était une italienne, une véritable italienne et c'était ce qui comptait. Pour le show, on prend des gens qui ont de la classe, hé ! Même s'il avait pû, Scarface aurait embauché Sinatra, Dean Martin et même ce mauricot de Sammy Davies, mais ils étaient morts, et les morts n'ont plus de cordes vocales, il était dur de trouver des bons chanteurs, aujourd'hui, c'était de la musique de merde et bien commerciale. Nan, maintenant, ce qu'il fallait, c'était époustoufler les gens, les surprendre, les habituer à quelque chose d'unique, et c'était pour ça que le Ventriloque voulait embaucher Zatanna Zatara. Ce n'était pas le vieil homme qui allait parler, mais bel et bien la poupée, et tout le monde savait une chose : Quand Scarface parlait, il fallait écouter, sinon, ça finissait à coups de balles dans le frigo.


Et bé, Puppet m'avait bas dit gu'elle édait auzzi belle. Zoyez la bienvenue mademoizelle.

Pendant que le Ventriloque se leva pour aller préparer des rafraichissements, la poupée, toujours assise sur la chaise, continuait à parler. Bien sur, c'était le Ventriloque qui parlait, mais il n'était pas éloigné de la marionnette Scarface, non, il en était assez prêt pour continuer à faire ce qu'il avait à faire, c'est à dire faire en sorte que Scarface puisse avoir un récepteur à travers la poupée. Une espèce de fusion de l'âme en quelque sorte. Alors que le Ventriloque offre quelques boissons sur un plateau en argent, il reprend la poupée dans la sa main droite et se rassoit tandis qu'avec la main gauche, il serre les verres de quelques boissons exotiques et assez chères.


Puppet va dout dire à brobos de la zoirée gu'on veut organize bour l'ouverdure. Va-y Puppet.


Mademoiselle Zatara, nous souhaitons vous payez pour la soirée d'ouverture du Woody's, histoire que les choses se fassent en grand, avec un système de cabaret et de spectacles magiques. Nous avons besoin de vos talents et nous espérons que vous accepterez les trois mille dollars que nous vous offrons pour la soirée. Nous sommes prêts à monter jusqu'à cinq mille pour une représentation, mais nous voulons qu'elle soit unique. Qu'elle reste dans les mémoires.


Ouais, ze gu'il a dit.

Conclu Scarface. Pour tout dire, Scarface en avait rien à foutre de la boite, lui, ce qui lui importait, c'était de choper le magot et les ressources nécessaires pour s'imposer dans l'Underground de Gotham City, il en avait rien à cirer, carrément du Woody's. S'il pouvait, il le ferait brûler pour avoir le fric de l'assurance. Mais tout bon criminel avait son lieu de prédilection, et ce lieu pouvait être un parfait siège pour un parrain aussi important que le Ventriloque et Scarface. Avec un léger sourire, le vieux Ventriloque eut un mouvement des plus anodins, il commençait à prendre un cigare dans la boite et Scarface lui tapa sur la main. On touche pas aux cigares du patron. Wesker eut un mouvement de recul, le pantin tyrannisait totalement le vieux Ventriloque, c'était ainsi, c'était comme ça.


It's just a price i work to earn
Bury them deep that's what i said. Time to play your dead man's hand. Dealin' bullets is like dealin' cards when it all comes down to a draw. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Ven 22 Sep - 16:16

La Fin du spectacle?
Aaahaah.... J'avoue que ça, je ne m'y attendais pas... J'étais donc en train de me faire embaucher... Par... Une marionnette... Pourquoi pas? Et donc Puppet... C'était l'humain... Soit. C'était ton dernier petit job Zatanna, courage!
 J'essayais de ne pas cacher mon étonnement pour m'asseoir sagement en face de l'homme de bois, écoutant la proposition faites par le duo. 5000? Avec ça, j'avais officiellement de quoi lancer mon propre show! Bon, peut importe à quel point ce type (ou ces type?) etai(en)t barge(s), je devais absolument décrocher ce contrat! Je pris une posture de femme d'affaire pour répondre avec un grand sourire:

-Ce que je vais dire,ce n'est pas de la vantardise, je sais juste ce que je vaux Mr Scarface, si sur la scène Zatanna sera, un véritable succès le spectacle recevra! J'ai fait des spectacles à travers le monde entier, et cela depuis mes 18 ans, et j'ai su élargir mon registre! Je suis de loin une des meilleurs dans le métier... 

Mon interlocuteur, celui en bois, ressemblait à une caricature de mafioso italien, tout ce que, en vérité, je n'aimais pas. Mais ce n'était qu'une soirée, il (pour l'instant) ne faisait rien d'illégale, et dès que le rideau rouge serait tombé, je pourrais  m'allonger dans mon lit, un verre de vin à la main, devant un polar pour me détendre... En songeant à cela, je me sentis un peu plus confiante:

 Dites moi juste quelle genre de magie voulait vous? Les habituelles tours de cartes et du lapin? Un grand classique mais qui marche toujours! Du sensationnelle? Les femmes découpées en deux, les disparitions, les prises de risque? Ou des requêtes personnelles peut-être? Vous ne serez pas déçus, j'ai plus... D'un as dans ma manche... Dis-je en faisant apparaître un paquet de carte disposé en éventail dans ma main et en m’éventant à la façon d'une noble...
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Masculin Messages : 160
Date d'Inscription : 19/07/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Entrepreneur du Woody's Fever
♠ Relations conflictuelles :: ► Tous les gangs rivaux
♣ Vos Alliés : : ► Arkham
avatar
Le Ventriloque
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Dim 24 Sep - 8:18

Le vieux Ventriloque était, malgré son grand âge, un homme qui appréciait la magie et le monde de l'enfance en quelque sorte, un homme vieilli qui n'avait profité de très peu de son enfance. Orphelin dès le plus jeune âge, placé en maison, timide, puis emprisonné, il n'avait pas profité de beaucoup de sa vie, mais il appréciait quand même le monde du fantasque et du rêve, comme la magie. Quant à Scarface, tout ça le laissait de marbre, comment dire, de "bois" toutes ces conneries de magie, tout ça, c'était de la poudre de perlimpinpin, de la roupille de sansonnet, rien qui n'avait vraiment d'intérêt. Et pourtant, l'art de la Ventriloquie était pourtant classé dans le domaine de la magie de spectacle, quelque part, le Ventriloque et Zatanna avaient quand même un point commun, même si tous deux ne le montreraient clairement pas, et n'en feraient certainement pas allusion. La poupée Scarface observait d'un regard fixe la jeune femme, tandis que le vieux Ventriloque eut un sourire des plus agréables, un peu comme un grand-père, un sourire d'un vieil homme qui essayait de se montrer "humain" même si dans la plupart des cas, il était capable de planifier et de tuer des gens avec l'aide de la poupée Scarface et de la fameuse Thompson que Scarface avait toujours dans sa main de bois.


Nous désirons quelque chose de sensationnel, du jamais-vu, un tour qui se doit de rester dans les mémoires, tout simplement. Quelque chose que les gens devront coller indubitablement au Woody's Fever. Le but est de montrer que nous sommes les seuls à proposer ce qui est imprévisible lors de cette soirée. Quelque chose avec du risque, de la peur, du suspense. Les tours traditionnels sont déjà vus et je pense que nos clients voudront quelque chose de plus ... étonnant, vous me comprenez.


Bour addirer les gens et les vaire bayer. Donne-moi à boire.

Scarface avait cette sale manie d'être un peu trop franc, même, d'être un peu trop direct. Pour lui, la soirée équivalait à plumer tous les pignoufs possibles. On aurait du monde, du chic, du select, et pour tout dire, il aimait que cette idée soit la meilleure possible. Non pas que le Ventriloque, lui, voulait que ça reste dans les mémoires, que tout le monde associe le Woody's à un tour des plus frivoles de Zatanna. Alors que Wesker prenait un verre de la boisson préférée de Scarface qu'il commençait à lui donner à boire, un verre de zesti-cola, le vieux ventriloque reprit à nouveau la parole.


Une seule soirée, cinq mille dollars. C'est de l'argent, mais nous voulons qu'il soit bien investi. Nous souhaitons que tout se passe le mieux du monde, nous aurons un service d'ordre pour cette soirée et nous ferons en sorte que personne ne vienne vous ennuyez.


Z'auriez pas bossé bour cedde bedide merde de Johnny Sabatino ?

Scarface venait de finir son verre avant de reprendre la parole. Il venait de parler d'une petite racaille qui avait cru bon de baiser le Ventriloque et Scarface en vendant des armes sur son territoire. Pour tout dire, Scarface avait remis les pendules à l'heure, et c'était grâce à la gonzesse de Johnny, Peyton Riley, qu'il avait eu la vie sauve. Fort heureusement, depuis, il paie quotidiennement ses tributs à Scarface, et il avait ouvert une boite de nuit dernièrement. Scarface le détestait, et il avait eu de la chance que le pantin tenait Shaun Riley en haute estime, car sans la famille Riley, il aurait fini avec des chaussures en béton dans le fleuve. Allumant la cigarette du pantin, Wesker espérait que tout se passe sans accroc pour cette soirée.


It's just a price i work to earn
Bury them deep that's what i said. Time to play your dead man's hand. Dealin' bullets is like dealin' cards when it all comes down to a draw. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Dim 26 Nov - 19:55

La Fin du spectacle?
Une moue apparue inopinément sur mon visage, ce n'était pas une prestidigitatrice pour offrir de rêve au enfants qui sommeillaient dans chacun de nous, il leur/lui fallait une bonasse en bas résille pour faire baver les péquenots...  Mais n'avais-je point, en devenant magicienne professionnelle, acceptés cette facette de l'art du spectacle? Si, bien mal grès moi, mais je mettais un point d'honneur à respecter la commande du client, il lui fallait du sensationnelle, j'allais devoir y réfléchir, et très vite...  Mon 67ème sens m'indiquait que plus vite j'en aurais finit, plus vite je serais tranquille. Et j'aurais enfin mon cabaret... Il sera tellement beau... Plein de rouge satin.... Et de dorure... Mais revenons à nos moutons. Je me penchais légèrement en arrière sur ma chaise, pensivement, me tapotant le menton avec ma baguette, j'avais bien une petite idée, qui était un investissement dans la soirée...


-Ce nom ne me dit rien... Je reviens d'une tournée en Europe dans un cirque mondialement connue, je n'ai pas vraiment eu le temps de me faire des relations avant mon retour à Gotham... Quoique... 


Je manquais de chuter de ma chaise et dût me rattraper du bouts des doigts sur le bureau, tout en m'exclamant, fière de mon idée:


-Je pense avoir une idée qui pourrait vous plaire!


Je me rasseyais convenablement, essayant de rattraper le peu de professionnalisme qui venait de s'envoler au loin... Trop tard, il était partit... me laissant seule avec la gène, qui était une fidèle amie, hahha, c'était bien dommage! Mais qu'importe, artiste va de paire avec excentricité! Sinon, l'art ne serait pas aussi divertissant, non?


-Que pensez vous... D'une pluie de billet de 5 dollar en plein milieu de la soirée. Les gens, contents et ivres, vont réinvestir aussi vite LEUR ARGENT dans la boisson. Et ils auront l'illusion d'y gagner et ça fera monter votre cota sympathie auprès du client... Je ne pense pas que ça se soit déjà fait... Qu'en pensez vous...?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Masculin Messages : 160
Date d'Inscription : 19/07/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Entrepreneur du Woody's Fever
♠ Relations conflictuelles :: ► Tous les gangs rivaux
♣ Vos Alliés : : ► Arkham
avatar
Le Ventriloque
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   Mar 28 Nov - 2:07

L'idée de la pluie de fric pouvait avoir son avantage, mais Scarface était réticent. Donner de son fric à lui ? Nan, je crois qu'il a très mal compris le fonctionnement de la magie, mais pour le vieux Ventriloque, c'était de la magie et ça l'émerveillait ouais, il était comme un grand gosse encore perdu dans le monde merveilleux de l'enfance. Faut dire que le vieux Wesker avait pas eu de bol, ses parents ont été assassinés et il fut envoyé dans un orphelinat, avant de commettre son premier crime, qui l'envoya à Blackgate le plus direct possible. Tout était une question de chance, et malheureusement, Wesker n'en avait pas. Scarface non plus, il était tombé avec le mec le plus malchanceux de toute la ville. Mais au niveau des affaires, ça allait mieux, même si on espérait de meilleurs résultats dans le monde de la pègre de Gotham. Elle avait eu une idée intéressante, et Wesker semblait ravi de voir les avantages que cela pouvait apporter. Cependant, Wesker leva quand même le doigt, histoire de prendre la parole, et surtout de s'affirmer un peu, chose qui sera très certainement réprimée juste après sa prise de parole.


Le public sera composé de gens de bonne caste sociale, moyenne et haute, pensez-vous qu'ils réinvestiront l'argent qui tombera du ciel ?

Scarface eut un regard presque meurtrier en voyant le Ventriloque prendre la parole sans y'avoir été invité, mais le pantin posait une bonne question. Qu'allait répondre la sorcière en collants après ça ? Scarface attendait de voir ce qui allait se passer. Pour tout dire, il ne s'attendait pas à grand chose, tout ce qu'il voulait, c'était faire un coup. Gérer cet endroit, c'était pour Puppet, pas pour le pantin. Après tout, c'était dans l'ordre établi des choses. Il fallait donner un peu d'assurance au vieux débris.


Gn'aime bien le goup des millets gui dombent du ziel. Z'est boétique.

Scarface ne comprenait pas grand chose à la poésie, mais il avait un certain gout pour les choses qui renouvelaient l'âme de Gotham City. Qui redonnait cette étincelle propre à chaque criminel. Scarface était un criminel figé dans le passé, qui ne voyait que le temps de la grande élite criminelle, et non celle de tous les rats d'égouts qui tentaient de les dépasser. Scarface n'aimait pas la concurrence, encore moins quand c'étaient des petits nouveaux qui se croyaient intelligents à venir dans une ville qui est déjà sous l'emprise de dangereux patients de l'asile d'Arkham. Une fois, le Pingouin avait donné à bouffer à son requin, une espèce de petite merde qui avait tenté d'arnaquer tous les grands pontes de la ville. Il avait hurlé pendant des heures, juste avant que le Pingouin ne l'offre au requin. C'était un putain de beau spectacle.


Je suis aussi partant pour votre idée, mademoiselle Zatanna. Sachez que nous vous faisons confiance.

Là, c'était un peu présomptueux de sa part. Attend qu'on soit seuls tous les deux, guignol et tu vas l'avoir ta rouste. De quoi je me mêle ? Depuis quand c'est le "nous" qui décide ? C'est moi, moi et moi qui décide, et pas le vieux schnock. Et ça se permet des trucs dans mon dos, non mais ho ! Cela ne se passera pas comme ça, soyez en certain ! Revenons à la sorcière en résilles et au chapeau haut de forme. On pouvait dire qu'elle ressemblait à ce cinglé de Tetch avec son galurin débile et à ses petites manies idiotes. Ouais, ils feraient la paire de trous d'balles de cinglés made in Wonderland ouais ... Elle lui sortirait des lapins de son chapeau et ils triperaient à deux dans leurs délires de barges. Scarface ne disait rien, mais il n'en pensait pas moins. Les magiciennes, c'est bizarre, et il aimait pas ce qui était bizarre. Bizarre, surtout de la part d'une poupée en bois. L'ironie à son comble en quelque sorte.


It's just a price i work to earn
Bury them deep that's what i said. Time to play your dead man's hand. Dealin' bullets is like dealin' cards when it all comes down to a draw. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque   

Revenir en haut Aller en bas
 

Job interview okay, but magical! Ft Le Ventriloque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Saint Magical
» La petite Emission #8 : Interview de Simon Bisley
» Interview Jervis Johnson
» Interview d'un syndicaliste anonyme par Dédé
» Interview du boulet du fofo, "Diddu"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Burnley :: Le Woody's Fever-