Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Masculin Messages : 1777
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Sam 26 Aoû - 15:58

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Le Future of Gotham. Un parc d'attractions qui portait le nom d'un futur qui aurait dû se dérouler dans ma ville, qui aurait dû inspirer, au lieu d'être rêvé par de riches entrepreneurs trop soucieux de faire des profits. C'était dans ce parc d'attractions, dans ce lieu magique que j'avais passé une journée magnifique avec Andréa Beaumont, une des seules femmes qui ait réussi à atteindre mon cœur. Une des seules, avec Talia ou encore Sélina. Je n'y avais pas remis les pieds depuis si longtemps, depuis tellement de temps que c'en était étrange, et pourtant, j'avais encore l'impression que c'était hier que j'entendais la foule dans ce lieu de joie, que j'entendais le doux rire d'Andréa avant qu'il ne se disperse et qu'il ne vienne mourir dans mon âme. Selon un de mes indicateurs, on avait localisé le Joker, le prince des clowns et du crime de Gotham City, en personne, dans ce lieu qui était autrefois, un lieu de joie à la gloire du futur. Pourquoi ce lieu ? Pourquoi vouloir prendre ce lieu en particulier ? Certains criminels prennent des repaires en fonction de leur état d'abandon, mais le Joker, c'était différent, c'était toujours différent avec lui. Toujours. En parlant de "sources", j'avais écumé une bonne partie de la Pègre pour essayer de le trouver, de le mettre à terre. Ce soir, on allait encore se battre lui et moi, et ce serait encore une fois un jeu mortel et terriblement pervers. Le Joker était le criminel qui me mettait le plus hors de moi en ce qui concernait le carnage ou l'humour. Il me fallait être prudent ce soir, très prudent, car le Joker trouverait la moindre faille pour me mettre à terre. Quel jeu maudit avait-il en réserve pour moi ? Bonne question. Alors que la Bat-moto s'était arrêtée, j'avais pris un peu de temps pour observer de loin le parc d'attractions, j'avais donné rendez-vous à Robin pour qu'on soit d'accord sur ce qui va se passer. Pour tout dire, je ne m'attends pas à grand chose avec un criminel comme le Joker, pas grands chose dans la mesure où il risque encore de faire un de ses jeux horribles et dont je serais encore la vedette de ses jeux macabres. Que pouvait-il me réserver ? C'était la question insoluble avec le Joker, toujours la même rengaine, toujours les mêmes blagues éculées, toujours ... Observant avec un intérêt particulier l'entrée du domaine, la confrontation silencieuse était inutile, il m'attendait. Comme si on était invités à une grande fête, à une grande cérémonie, il faisait de grands cérémoniels, de grandes surprises, comme si j'étais son invité de marque, comme si il voulait que je sois un témoin privilégié à ses horreurs monstrueuses. Ce soir, je ne serais quand même pas seul pour affronter le monstre : Tim était avec moi. Bien que j'avais refusé à ce qu'il reprenne le masque, il avait quand même insisté pour m'accompagner. Au moins, le Joker n'en serait pas à l'idée de dévorer le rein de mon pupille. Il était pourtant encore affaibli, mais j'espérais que ce soir, cette nuit, et la probable arrestation du Joker, lui permettrait de reprendre confiance en lui. Je l'espérais énormément. Grâce à nos émetteurs récepteurs, j'étais en contact avec Tim grâce à mon casque, je lui avais donné d'autres coordonnées. D'autres indications pour pénétrer dans le parc : Il était mon élément de surprise, mon allié et il était mon atout. Tim allait être indispensable pour déjouer les plans du Clown pendant que je m'occupais de détourner son attention. J'active alors l'émetteur pour commencer notre discussion. Tim devait être à quelques kilomètres au sud du lieu-dit, on avait besoin de cet élément de surprise pour éviter une nouvelle fourberie du Joker. Avec Alfred sur le canal, notre discussion serait des plus intéressantes et des plus productives pour ce combat qui allait être épique.

"Sommes-nous bien sur que le Joker est bien là, monsieur ?"

"Un indic aurait renseigné Harley Quinn sur ce lieu. Apparemment, le Joker serait là."


"Méfiez-vous, monsieur. Mademoiselle Quinn et le Joker sont des éléments redoutables quand leur duo est assemblé."

"Quinn est une idiote."


"Et le Joker ?"

Pas de réponses. Il connaissait mes informations et mes opinions sur le Joker. De tous les criminels, il était un des plus dangereux et des plus impossible à prévoir. Comment le comprendre ? C'était impossible de le connaitre, de le tenir, de savoir qui il était vraiment. Mais je ne désespérais pas de découvrir qui il était un jour. En observant avec intérêt, et de loin, le parc, j'enfourche ma bécane et je fonce. Il n'y a personne, pas âme qui vive à l'entrée du parc d'attractions. Prévisible, le Joker n'était pas quelqu'un qui s'amuse à employer des hommes de main, dans la mesure où il tient à m'éloigner, il emploie des gorilles, mais là, c'était carrément une porte ouverte, il m'invitait. Mais pire que tout : Il m'attendait. Et c'était cette dernière pensée qui me faisait froid dans le dos. Le Joker me voulait, il désirait m'avoir dans sa soirée, dans ses jeux de morts, pour tout dire, je ne sais pas à quoi m'attendre mais une chose était certaine : Ce soir, il tomberait. Alors que j'ai fais les quelques kilomètres jusqu'à la grille d'entrée, je descends de la moto et j'observe la grille avant de l'ouvrir. Avec mon communicateur, j'appelle Tim.

"Méfie-toi Tim. Il nous attend."


Tout ça sent très mauvais, et je ne m'attends clairement à rien de bon avec le Joker. Il fallait toujours qu'il ait cette monstrueuse habitude de prévoir des plans aux plans d'autres plans déjà établis. Le Joker avait toujours cinq six plans d'avance, mais ce soir, on coupait court à toute cette folie. Ce soir, il finissait à Arkham. Une bonne fois pour toutes, et qu'importe le nombre de dents que je casserai cette nuit, ce soir, je met à terre le Prince des Clowns de Gotham City. Avec l'aide de Tim et d'Alfred, on gagnera. Malgré une boule dans le ventre, je pénètre doucement dans le parc d'attractions, pas âme qui vive, rien, uniquement la mort, la rouille et le vide. Comme une ambiance de ville morte, comme un lieu oublié, un caveau. Oui, j'entrais dans un cimetière, le cimetière de la Gotham qui ne sera jamais.




Ordre : Batman - Tim - Joker - Angela
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 255
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Dim 10 Sep - 19:37


« Une histoire sans fin »
ft. Batman – Joker - Angela
_____Pas question pour Red Robin de laisser son mentor seul. Voilà bien des semaines qu’il n’était pas sorti du manoir, hormis pour vivre sa vie d’étudiant, histoire de ne pas éveiller davantage les soupçons. Même si dorénavant son tortionnaire avait conscience de la véritable identité du justicier, et par déduction de celle de son mentor. Ce dernier se baladait encore en liberté dans les rues de Gotham et cela avait le don de tourmenter l’esprit du jeune garçon. Il n’était pas serein, plus que ne devait l’être Bruce à ce sujet. Il savait des choses, que Tim ne voudrait pas que cela se sache. Il en avait honte, il espérait qu’avec le temps et l’ignorance de ces proches à ce sujet, tout cela ne serait un vaste souvenir. Mais rien n’est aussi facile, et quoi de mieux que de reprendre du service en tant que justicier pour avoir l’esprit occupé.

Il avait réussi à convaincre son mentor de le suivre dans cette tâche. D’après lui, le Joker ne se trouvait en ces lieux désormais abandonnés. L’adolescent connaissait vaguement cet endroit, il avait probablement déjà visité ce parc d’attraction avec ces parents durant son âge d’or. Malheureusement, la mémoire est confuse, Tim était bien trop jeune pour en avoir de réels souvenirs. L’endroit était plutôt glauque, même de loin, l’adolescent avait enfin mis pieds à terre sur le lieu de rendez-vous exigé par son mentor, un lieu plutôt écarté du parc, situé à quelques kilomètres de ce dernier.
A première vue, on aurait pu penser que son mentor cherchait réellement à l’éloigner de l’affaire, lui qui se trouvait déjà assez loin, qu’il essayait de lui donner l’illusion d’être utile sur le terrain, mais loin de là. L’acolyte avait parfaitement compris la démarche de la chauve-souris, il finissait par le connaître du bout des doigts, ou presque. Le Joker pensait surement que la chauve-souris viendrait seul, comme au bon vieux temps lorsqu’il n’y avait pas encore Dick Grayson, le premier Robin. Il servira d’effet de surprise, une carte bonus et cela ne semble pas le déranger.

Il avait pertinemment conscience qu’il reprenait du service bien trop tôt. Son corps n’était pas complètement guérit, il sentait encore les cicatrices le tirailler, une malnutrition encore présente. Mais cela ne semblait pas ralentir sa détermination d’oublier ce qu’il s’était passé. Une bonne dose d’antidouleur, quelques fortifiants et vitamines et le voilà à quelques mètres d’un terrain potentiellement ennemi.
Il ne craint pas le clown, il connait ses propres limites, ses faiblesses, ses capacités, il n’échouera pas, encore moins lorsqu’il a son mentor à ces côtés. La communication entre les justiciers est lancé sur le canal, Red Robin est attentif, juste au-dessus du toit d’un immeuble désaffectée, le seul qu’il avait sous la main, se servant de ses jumelles pour observer le parc sur tous ces angles. La vision thermique de ces mêmes jumelles lui permettait de détecter une présence à plusieurs kilomètres à la ronde. Durant son observation, toujours tapis dans l’ombre dans le silence de la nuit, l’adolescent pu constater quelques pics de chaleurs dans le froid glacial de « Future of Gotham », juste quelques présences, rien d’affolent.

« Red Robin en position. J’ai remarqué quelques présences dans les environs, surement des sbires égarés du clown, ils sont peu nombreux, c’est curieux. Méfie-toi Batman, j’ai l’impression qu’il sait que tu es dans son dit territoire. Préviens moi quand le moment sera venu et ne cherche surtout pas à te la jouer solo. On est une équipe, peu importe ce qu’il s’est passé. » répéta l’adolescent, à croire qu’il avait la sensation que le message n’était pas passé aux yeux de son mentor un peu trop protecteur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2367
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Lun 11 Sep - 19:08




Laugh and Die

Qu'il était doux le temps de l'automne, le temps où la nature commence à mourir et où l'hiver se prépare à intervenir dans l'année. Qu'il était doux ce temps magique où les feuilles deviennent jaunes, orange et enfin, décomposées, y'avait rien de meilleur, rien de meilleur que de voir le cycle de la nature se poursuivre encore et encore. On pouvait y faire un parallèle amusant avec les Robin, ils sont jeunes, puis finissent par arriver à mourir en plein automne, et deviennent cadavres décomposés pour l'hiver. Ah ! Si seulement Batman pouvait comprendre que ses jeunes prodiges ne sont que des tas de viandes sur pattes tout juste bons à être transformés en cadavres. Si seulement. Mais le Joker savait pertinemment que le Batman viendrait à lui, alors, dans un cas pareil, et sachant que la confrontation serait inévitable et particulièrement violente, il fallait se préparer, mentalement ? Non, ça c'était déjà prêt, mais il fallait faire en sorte que Batman se sente comme chez lui, qu'il se sente bien dans son lieu de repos, qu'il se sente dans son élément, dans un asile dirigé par le Joker lui-même. Quelques heures auparavant, quelques heures avant que le Batman ne se prépare à intervenir, le Joker avait posé bon nombre de pièges dans la Maison du Future. L'endroit avait été vaguement retouché. Des détritus furent jetés dans tous les sens, des papiers balancés partout depuis les bureaux de l'ancienne administration du parc d'attractions, tout était une pagaille sans nom. Le Clown était en train de fouiner dans quelques dossiers pour essayer de trouver de quoi faire, en attendant de trouver les bons boutons pour actionner les différents pièges qu'il avait fait installé, avec l'aide de ses hommes de main, ainsi que de Gormogon, qui avait été rappelé à l'ordre auprès du Joker. Mais préférant s'énerver tout seul, le Joker préféra tout jeter par terre, arrachant les feuilles une à une.

- "Aaaah l'automne ... Merveilleux moment où les feuilles meurent."


Le Joker pouvait parfois être un poète, ça lui arrivait, c'était son côté esthète, amusant. Alors qu'il fermait les yeux, un maigre sourire apparut sur son visage, il pensait à ces jeux, ces jeux qu'il faisait avec le Batman. Même si cela devait arriver à brûler dans son intégralité la ville ou à tuer des citoyens jusqu'à ce que Batman le fasse, le Joker continuerait, sempiternellement. Et la guerre qui allait se profiler réaliserait tous les rêves les plus fous du Joker. Il fallait recruter pour son gang et acquérir des territoires. Non pas que cela intéresse le Joker, mais dans une ville où la Mafia, les autres cinglés et les ninjas se pointaient, il fallait sortir du lot, montrer qu'on avait toujours un élément improbable dans une équation des plus compliquées. Surtout qu'en plus, on avait maintenant un maire complètement pourri pour diriger cette foutue ville, et le jeu en valait la chandelle après tout ! Gotham allait devenir un magnifique terrain de jeu, un magnifique lieu de plaisance où toutes les horreurs seraient possibles. Mon Dieu, que ça sera merveilleux quand on y réfléchit bien. Le meurtre, le sang et la violence, tout ça pour le plaisir des yeux et des oreilles, vivement, vivement que tout pète à Gotham City. Il ne manquait plus que l'allumette pour faire exploser toute cette poudrière qu'était devenue la ville. Et en plus, avec ces histoires de peur et de hiboux, y'avait de quoi faire, énormément de quoi faire. C'est alors qu'un des hommes du clown s'était pointé dans le bureau du Joker, enfin, dans le supposé lieu de repos et bureau du Joker, après tout, il fallait peu de choses pour faire un lieu convenable pour le Joker, il fallait simplement qu'il soit assez grand pour préparer le terrain et organiser ses plans pour faire trembler la ville de peur. L'homme, une brute épaisse portant un masque de clown, s'était pointé, un AK-47 dans les mains, il était un des gardes qui protégeraient le lieu.

Billy - "Boss, tout est prêt."


Le Joker ouvrit les yeux et sautilla hors du fauteuil où il était avant de se diriger modo allegro vers le lieu auto-désigné pour la réunion. Déjà, quelques petits criminels venaient de rejoindre le manège où le Joker s'était planqué ces dernières semaines, histoire de se refaire une santé et de préparer un nouveau jeu démoniaque. Quelques minutes s'étaient écoulées et des hommes du Joker, déguisés et grimés en clowns s'étaient réunis dans la grande salle des expositions, qui jadis, exposaient les voitures les plus futuristes et les plus folles qui aient jamais été conçu ! Alors que le Joker s'approchait des quelques membres présents qui étaient là, environ cinq à huit truands au bas mots dont Angela alias Gormogon, le Joker en profitait pour effectuer une petite mise en bouche à propos de ce qui allait se passer ce soir. Pour tout dire, ça allait très mal finir pour chacun d'entre eux, mais pas grave, après tout, si tout allait mal, il n'y aurait qu'à appuyer sur un petit bouton et BOUM, tout le monde allait exploser, mais ça, c'était la surprise, et personne, excepté le Joker, n'était au courant de ce petit secret bien caché sous le parc d'attractions. Quoiqu'il arrive, ça va faire boum et d'une force magnifique ! En observant les petites frappes qui s'étaient jointes au Joker, le clown ne dit pas un seul mot. Il les regarda, puis, prit une expression effrayée.

- "Mais que faites-vous encore là ?! AU TRAVAIL ! BATMAN est surement déjà dans le secteur ! Et n'oubliez pas, essayez de l'amener dans les pièges mortels disséminés dans tout le parc. Plus il sera affaibli, plus il sera à ma merci, alors AU TROT ! Gormogon, toi, tu surveilles si tu trouves un petit moineau à son batou et tu le distrais, d'accord ? Le Batman est pour moi."


Le Joker sortit un dague avant de relever le cran d'arrêt. Une lame brillante en sortit assez vite, et le Joker éclata d'un rire monstrueux avant de se prendre les côtes. La maladie de leur patron fit frissonner une bonne partie des hommes qui partirent vers les postes mentionnés. La soirée allait être chaude.



Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Féminin Messages : 567
Date d'Inscription : 17/05/2017
avatar
Angela Jackson/Gormogon
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Jeu 14 Sep - 21:11

détails
Une histoire sans fin
PV Batman, Tim Drake, Joker
ft. ...
Ʃkaemp はは ™



Après de longs mois d'attente, Joker avait enfin daigné m'appeler. J'avais perdu tout espoir d'avoir de ses nouvelles un jour. Lorsqu'il m'avait fait cherché, j'avais été si surprise que j'avais d'abord cru à une blague. Il avait dû ruminer son plan encore et encore, jusqu'à obtenir un réel chef d'oeuvre machiavélique et déjanté. Il faut admettre que le Joker était un artiste dans son domaine. Preuve en est, lorsqu'un sale coup était organisé dans cette ville de pourris, il était possible de dire si Joker avait apposé sa signature ou non au premier regard. Une signature d'autant plus poignante qu'elle était toujours différente, toujours imprévisible, mais dévoilant toujours une émotion exceptionnelle à son spectateur. Une déferlante de violence, de chère et de sang capable d'étourdir et d'enivrer. En cela, j'admirais inconsidérément le joker. Il me faisait peur, certes, car je savais pertinemment qu'il me méprisait et était capable de donner ma vie tant bien pour sauver la sienne que pour son divertissement, mais j'étais artistiquement amoureuse de lui. J'espérais secrètement un jour pouvoir égaler son talent et avoir une passion telle que celle qui paraissait dans ses œuvres.

Le sbire, auquel je n'avais pas même pris la peine de demander son nom, m'avait conduit dans un vieux parc d'attraction. A peine arrivée, il m'avait poussée vers la maison du futur. Le pauvre bougre ne savait pas, en agissant ainsi, qu'il ne pourrait jamais plus se servir de sa main droite. Une petite lame sortit de la manche de mon armure et trancha d'un coup la main du malheureux.

-Personne n'a le droit de me toucher sans avoir eu mon accord au préalable, dis-je calmement. 

J'entai dans la salle où Joker nous attendait, visiblement pour une réunion, laissant le sbire à terre, gémissant de douleur et regardant avec nostalgie les doigts encore crispés e la main ensanglantée sur le sol. Mon mentor cachait bien mal son excitation. On lisait dans ses yeux pétillants qu'il avait travaillé longuement sur son plan et qu'il était fort désireux de voir le résultat. Il réussissait, rien qu'avec ce regard, à me faire ressentir la même excitation et la même hâte que celles qui l'animaient. Je pris place dans l'assemblée, mais à peine assise, le clown s'écriait déjà que nous devrions déjà être au travail. Je fus désarçonnée quelques secondes, puis, je compris que je devais faire mes preuves avant de pouvoir espérer que Joker me fasse part de ses plans. Après tout, dans un atelier aussi, l'artiste demandait d'abord à son apprentis d'aller lui chercher un café avant de pouvoir l'assigner à des tâches plus complexes et de lui faire part de ses intentions. Ma tâche à moi était moindre, puisqu'il ne s'agissait que de repérage et de retarder un éventuel Robin. On ne m'avait pas même demandé de l'éliminer. Pourtant, il était certain que la vie d'un Robin importait bien peu à mon patron. Sans doute me laissait-il une marge de manœuvre, une occasion de lui montrer encore une fois l'étendue de mon potentiel. Sitôt mon rôle définit, je me levai et sautai par la fenêtre sur les toits des attractions ou sur de vieux poteaux électriques. Si mon rôle devait être celui d'une sentinelle, alors mieux valait prendre de la hauteur. Je suis agile comme un chat sur un toit. Que la chasse commence petit moineau. 

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 1777
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Lun 18 Sep - 8:18

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Tim me répond, il se doute que tout ça soit un piège parfaitement orchestré par le clown de la haine, mais oui, c'est effectivement un piège. Chaque fois que ce cinglé s'en prenait à moi, c'était forcément un piège immonde manigancé par le Prince des Clowns lui-même. Ce monstre était toujours à l'affût d'une nouvelle horreur à m'affliger. Comment pouvions-nous nous haïr autant alors que nous ne savions rien l'un de l'autre. Encore aujourd'hui, ses origines me sont encore inconnues, et du peu que je sache, il avait trop d'identités possibles et inimaginables, répétant sans arrêt de nouvelles histoires, de nouvelles origines, mais toujours dans ses fables, notre rencontre à Axis Chemicals et sa chute dans la cuve d'acide. Toujours la même rengaine, mais quelque part, ce lien était fort, quelque chose de fort entre nous deux, et lui le percevait comme de l'amour. J'étais son créateur, en quelque sorte, et parfois, il me percevait comme son "père", celui qui l'a façonné et j'avais l'impression, qu'à chaque fois que je le combattais, d'être le père qui réprimande son enfant. Mais le Joker était un monstre, un psychopathe, et je ne devais pas oublier ce qu'il avait déjà fait à Jason et à Barbara. Il sait que je suis là, il sait que je viens pour lui. Que je vais m'enfoncer dans ce parc d'attractions avec bon nombre de souvenirs personnels et que des flashbacks me reviendront. D'un coup de pied, je défonce le portail d'entrée et je verrouille la Bat-moto pour qu'elle active ses défenses personnelles si jamais il viendrait une idée débile à un des hommes du Joker de la prendre pour fuir l'endroit. En pénétrant dans le lieu, j'observe les ruines de ce lieu, cela m'évoque, quelque part, le parc d'attractions du Joker en ruines qu'il avait utilisé pour rendre Gordon fou à une lointaine époque. Alors que je marche lentement et silencieusement vers ce qui semble être une grande roue de taille assez imposante, je remarque les deux snipers qui sont sur le toit du bâtiment des expositions futuristes, du moins ce qu'il en reste. Ils ne m'ont pas vu, mais moi je les ai vu, et ils vont prendre chers. Alors que je me dirige silencieusement vers eux, j'utilise mon grappin pour atteindre leur niveau. Une fois sur le bâtiment, je les assomme d'un coup, en utilisant leurs crânes pour s'auto-assommer l'un l'autre. Le bruit est violent et ils vont avoir mal en se réveillant. Je les ligote, et je me permet d'activer ma vision détective. Je repère des traces de poussières sur les gants des hommes de main. Un composé que je retrouve chez la plupart des ordures qui manipulent les explosifs. Méfiance. J'active mon émetteur dans le casque, je crois que cet indice pourrait être utile pour Tim. Et je préfèrerais qu'on évite les vraies mauvaises surprises du Joker. Que va t'il réellement faire ? M'appâter et faire exploser tout le parc d'attractions ? Il peut faire mieux, et ça ne lui correspondait clairement pas. Le composé chimique est encore actif, donc les explosifs sont forcément dans le parc. Quel bâtiment ? Bonne question.

"Robin. Méfie-toi, j'ai relevé des particules explosives. Essaie de trouver les explosifs en priorité. Je vais me charger du Joker."

Si le Joker comptait nous faire exploser, autant lui couper l'herbe sous le pied et faire en sorte que sa "blague" soit ratée. Je ne lui laisserai pas le loisir de gagner et de tuer par la même occasion, toutes les personnes dans ce parc. Avec un certain recul, j'observe le parc. Désert, en ruines, gris, la rouille sur les manèges ... Et c'est alors que tout me revient. Andréa Beaumont, notre visite dans ce parc, de doux moments de notre jeunesse partie à jamais. Je me rappelle de cette journée agréable, les rires, les baisers, moi qui la prend dans mes bras et qui lui dit que je l'aime. Si seulement tout avait été plus simple au final. Si seulement son père ne s'était jamais compromis avec cette ordure de Salvatore Valestra, Andie et moi serions tous les deux, nous serions heureux l'un l'autre, mais il fallait croire que je ne la reverrais jamais. Depuis son message d'adieu, je n'ai rien eu d'autre, rien d'autre comme message. J'espère simplement qu'elle a réussit sa vie, et qu'elle a trouvé quelqu'un de bien, quelqu'un qui pourra la rendre heureuse, là-bas, en Europe. Il valait mieux que certaines choses restent enterrées à jamais, cela valait mieux. Revenant du monde des souvenirs, je me rappelle que j'ai une mission à accomplir : Mettre un terme aux plans démentiels de ce clown psychopathe qui hantait ces ruines. Autant en finir maintenant alors. Prenant un des deux types assommés, je le ficelle pour qu'il ait la tête à l'envers, le sol en guise de ciel. D'un coup bien maitrisé, je le réveille comme il se doit. Il hurle en me voyant. Bien. Les choses peuvent commencer.

"Où est le Joker ? Parle !"


"I-Il est dans la maison du Future, i-il a mis des explosifs partout ! Il est cinglé !"


"Merci."

D'un coup bien placé, je le cogne et il se rendort pour un long moment. Le Joker se cachait dans un lieu des plus exposés. Un manège en hauteur, avec beaucoup de vitres, je crois qu'il est temps que l'on ait une petite conversation tous les deux. J'espérais juste que Tim pourrait se charger des explosifs assez vite, histoire que l'on puisse terminer toute cette histoire et qu'on puisse jeter le clown dans sa cellule. Le chemin était surveillé par quelques patrouilles armées du Joker. Peu d'hommes, mais dangereux. J'allais devoir les neutraliser avant d'arriver au Joker. Mais une chose était certaine, ce soir, il finirait à Arkham Asylum, et certainement pas indemne. Il était temps qu'il paie, il était temps pour qu'il s'en prenne plein la gueule. Quelques dents en moins sur son sourire idiot. Je viens te chercher, Joker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 255
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Mar 3 Oct - 20:37


« Une histoire sans fin »
ft. Batman – Joker - Angela
_____Toujours en chemin vers la zone où semblait avoir élu refuge le Joker, l’adolescent gardait toujours en tête de rester discret. Le clown, Prince du crime devait ignorer tout de sa présence. Il devait s’imaginer que le Chevalier Noir était seul, comme au bon vieux temps. Avec ça, le Joker pourrait faire une erreur, prendre trop la confiance et conduire son projet à sa perte. L’avancé de l’acolyte était plutôt lent, mais il veillait au moins à ce que personne ne le remarque. Les quelques hommes de main qu’ils avaient croisés, il avait pris l’initiative de ne pas les neutraliser. Si le clown apprenait qu’il lui manquait des hommes dans une zone totalement opposé à la position de la chauve-souris, son anonymat risquait d’être corrompu.

Esquivant les quelques ennemis sur son chemin, se faufilant dans l’ombre de la nuit, le jeune héros restait attentif aux communications laissés par son mentor. Ces informations restaient utiles, il arrêta sa marche lorsque le Chevalier Noir le mit au courant de ces dernières trouvailles. Des traces d’explosifs relevés dans la zone, ce n’est pas bon signe, il doit trouver ces explosifs au plus vite. Arrêté contre le mur, il observa une dernière fois les alentours pour être sûr de ne pas se faire repérer. Il accéléra le mouvement pour se rendre le plus rapidement dans la zone entourant la maison du Future.

Il arriva dans un endroit totalement opposé à la chauve-souris et activa à son tour sa vision détective. Il se rapprocha de potentiel trace d’explosif et les analysa. Il se servit de ses informations pour paramétrer sa vision de détective et lui permettre de suivre le chemin laisser par les traces d’explosifs. Il continua de surveiller les alentours.


« Red Robin à Batman, les traces d’explosifs semblent s’éparpiller dans toute la zone. Je me rapproche de l’explosif le plus proche. »


L’adolescent poursuivit sa route, s’éloignant lentement mais surement de la zone la plus proche. Cependant, quelque chose ou quelqu’un semblait attirer son attention. Il remarqua une anomalie en mouvement dans les toits des environs. Cette silhouette, ces mouvements, il avait la sensation d’avoir déjà croisé ces caractéristiques chez un criminel qu’il semblait avoir déjà rencontré. Red Robin fronça les sourcils mais continua sur sa tâche principale : Trouver les explosifs et les désactiver.


« Batman, j’ai remarqué quelqu’un au-dessus des toits, fait attention à toi, il nous a peut-être déjà remarqué. »


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2367
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Dim 15 Oct - 18:14




Laugh and Die

C'est alors que les hommes de main commencèrent a jouer le mauvais film d'horreur. Une bande d'ados boutonneux, coincés dans un endroit sinistre, un parc d'attraction, tu parles d'un bon endroit pour se faire peur pas vrai ? Et bien entendu, le psychopathe meurtrier qui trainait dans le coin, c'était risible. Mais alors à parler de l'arrivée du Batman, cela devenait légèrement intéressant dans la mesure où le Joker se sentait concerné par le Chevalier Noir sur de nombreux points, et puis après tout, c'était lui qui était responsable de tout ce que le Joker fut, est, et sera ... Mais le clown était la preuve réelle et vivante que le Batman existait, après tout, c'était lui qui l'avait poussé dans cette belle cuve d'acide et qui lui avait donné ce teint halé et magnifique. Qui l'avait transformé, intérieurement et extérieurement. Il l'avait façonné, il avait été sa plus belle rencontre, celui dont il sera toujours attiré. Deux aimants contraires en quelque sorte, deux aimants qui ne pouvaient que se comprendre l'un l'autre, et se haïr mutuellement. C'est alors que le Joker avait compris que sa conception était prévue, voire même désirée ... Non pas intentionnellement, mais il l'avait fait, et pour cela, le Joker lui était redevable. Le Joker était devenu plus intéressant, plus chaotique et bien vivant ! Quelle rencontre magique ce fut ! Il venait de pénétrer dans le parc d'attractions et venait de faire du dégât contre quelques hommes qui gardaient l'entrée du lieu maudit, pas mal mais c'était encore trop mou au gout du Joker. Mais quelque part, le voir enfin, ici, c'était un peu comme voir le Père Noël avant la date prévue, comme le petit garçon qui surprend le vieux barbu auprès du sapin, déposant les cadeaux. Fixant la caméra logée dans le lieu où il se terrait, le Joker ricanait en voyant le

- "Il faut toujours qu'il se pointe quand on a pas besoin de lui. C'est toujours la même chose avec lui, on en arrive toujours à se prendre la tête, on casse la vaisselle et après on se rabiboche. Quel scandale !"


Camouflé habilement dans la maison du Future, le Joker observait, écarquillait les yeux, et son sourire s'étira, et c'est alors qu'il décida de se présenter à lui, après tout ce temps, il fallait au moins qu'on fête ça. La tension était palpable, mais c'était aussi excitant, attirant, génial. C'était théâtral et si impromptu. Il faudrait néanmoins se préparer à parer de nouvelles éventualités. Après tout, il n'était pas prévu au programme. Non, pas du tout, mais le Joker aimait ce changement de situations, ça pouvait être palpitant, et terriblement drôle. Angela s'occuperait de tout petit problème pénible, tandis que le Joker, s'occuperait de ferrer le gros poisson. Ricanant, le Joker poussa quelques manettes. Et c'est alors que tout le parc d'attractions reprit vie. De la musique, des manèges qui tournent, bref, toutes les expositions commençaient maintenant à reprendre vie après toutes ces années à dormir, rouiller et pourrir. Mais la musique rouillée donnait un effet de film d'horreur, un effet que toute chose était presque morte, décomposée, vieux. Une ambiance sinistre pour couvrir le silence, profitable au justicier qui venait de pénétrer dans le monde du Joker. Les autres étaient encore là ? Le Joker eut un léger sourire, décidément, les hommes de main ne sont plus ce qu'ils étaient malheureusement ...

- "Allez les enfants, c'est l'heure du spectacle. En piste, et attention à ne pas glisser sur une peau de banane, sinon je vous arrache les poumons à tous !"


Comme il était magnifique sur les caméras de sécurité, je savais parfaitement qu'il viendrait directement à moi, moi et moi seul. Il ne pouvait que venir me voir, après tout, on s'aimait d'amour tous les deux. J'étais sa chose, sa créature, et il était mon créateur. J'étais son Moriarty, et il était mon Sherlock Holmes, il était le Docteur Frankenstein, et moi j'étais la créature de Frankenstein, et un jour, il me tuerait, ou nous mourrions tous les deux dans une chute ou dans quelque chose de ce style. Mon Ange Noir, ma passion dévorante, ma motivation pour faire de Gotham City une cour de récréation grandeur nature. Je gardais mes dernières petites blagues pour le dernier acte, histoire de faire un beau feu d'artifices avec pleins de cadavres qui brûlent, ça serait tordant. Souriant, le Joker dévoilait mes dents blanches immaculées. Puis, il recula doucement avant de se diriger vers une arme qu'il gardait pour Batman, une hache qu'il tenait dans ses deux mains, c'était une des parties du premier gag de la soirée. Regardant les caméras, il ne pouvait pas s'empêcher de le toiser, de regarder l'écran, de le voir lui. Touchant l'écran, il eut un léger sourire sincère avant de reprendre doucement.

- "Comme tu as souffert, Batou. Comme tu as souffert, mais rassure-toi, je suis là, je suis là, tu verras ..."

Quelque part, le Joker aurait aimé être plus agréable envers le Chevalier Noir, mais après tout, c'était Batman qui poussait le Joker à être de plus en plus mauvais, c'était lui qui le poussait à commettre des horreurs, c'était de sa faute. Et cette étincelle qui se produisait quand le Joker voyait Batman, c'était quelque chose d'unique, de sublime. Voir le Batman, ça c'était un spectacle qui vous tenait aux tripes. Mon regard ne quittait pas l'homme, comme fasciné, tenu en haleine. C'était la joie, son rêve devenu réalité. Il semblait si soucieux, si intéressé dans la justice, si terrible pour les criminels. Des questions et des tas de réponses impossibles ou idiotes se bousculaient dans le crâne du Joker, mais il était sur d'une chose, c'est que lui et le sinistre clown étaient tous deux complémentaires dans cette farce abjecte qu'était la vie. La hache toujours dans les mains, le Joker était maintenant seul, depuis un bon moment, il l'attendait lui.

- "Toc toc ?"





Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Féminin Messages : 567
Date d'Inscription : 17/05/2017
avatar
Angela Jackson/Gormogon
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Dim 15 Oct - 23:01

détails
Une histoire sans fin
PV Batman, Tim Drake, Joker
ft. ...
Ʃkaemp はは ™


 

Je n'avais pas mis longtemps à repérer le petit oiseau recherché. Mais en approchant un peu plus, je ne sentis plus ma joie. Alors comme ça, Batman avait choisi un rouge-gorge mutilé pour l'accompagner dans cette mission. Je dois avouer que je suis surprise, je ne pensais pas que Tim se remettrait si vite des sévices que Dollmaker avait fait subir à son petit corps. Batman avait dû bien prendre soin de lui, c'était tellement mignon d'imaginer Batman en papa poule que c'en était même écœurant. 


Malheureusement, ma surprise me fit poser le pied sur une tuile branlante et sa dégringolade ne manqua pas d'indiquer ma présence à mon adversaire. D'un bond agile, je me camouflai tant que possible derrière une petite cheminée. Mon coeur était haletant. J'espérais sincèrement que Tim n'avait pas eu la possibilité de reconnaître mon visage. Normalement, non. Mais de la part de Red Robin, il faut s'attendre à tout. Je tenais là une occasion unique de prendre ma vengeance sur ce bourreau-des-coeurs. Je ne pouvais pas simplement surgir devant lui et m'exclamer "hey, tu te rappelles de moi? Celle que tu as trompée et abandonnée... deux fois." Nous avions vécu trop de chose Tim et moi pour que les choses soient aussi simples. Une seule chose était certaine: en voyant son visage, toute forme d'amour avait disparu. C'était toujours le même visage délicat, concentré et jouvenceau, mais toute attirance s'était envolée. A présent, je ne ressentais plus qu'une haine meurtrière que je m’efforçais de contrôler. Ah quel plaisir ce serait de l'étriper lentement! Peut-être même de le livrer à son ancien tortionnaire, qui à mon avis n'en a pas fini avec lui, et nous nous associerons pour que sa descente aux enfers soit lente et aboutisse sur la mort la plus douloureuse qu'il soit. Mais pour cela, j'avais besoin d'un effet de surprise qui venait d'être anéantie par une vulgaire tuile. Il me fallait réfléchir.


De là où je me tenais, je pouvais contempler avec admiration le vieux parc qui, en son temps, devait être absolument splendide. Sur ma droite, non loin de Tim, un magnifique carrousel de l'ancien temps se tenait, un peu rabougri par les années. Ses couleurs étaient délavées, mais on imaginait bien son chapiteau du rouge flamboyant et des étoiles dorées qui l'ornaient autrefois. De combien d'enfants ces couleurs vives avaient-elles bercé les rêves? Des dizaines? Des centaines? Peut-être même des milliers? Les chevaux de bois, aujourd'hui à la peinture écaillée, devaient être d'un blanc immaculé. Comme pour donner vie à mes pensées, le carrousel commença à trembler, puis se mit en mouvement, fredonnant encore une fois sa musique douce et démodée encore une fois, comme si un fantôme avait décidé que le vieux manège avait droit à une dernière valse avant de prendre sa retraite. Un fantôme, car personne ne se tenait au poste de commandes. En "homme de main" avisé, je savais que c'était Joker, qui, à distance, avait le contrôle de toutes les attractions. Je n'en fus pas tellement surprise.


 En revanche, c'était là une opportunité rêvée, quasi inespérée: l'occasion de se voiler au regard de Tim. Il ne me restait qu'à tourner autour de lui, comme un chat, discret, tournant autour de sa proie. Il ne me restait qu'à me glisser derrière lui. Quand ce fut chose faite, je lui donnai un coup de pied dans les jambes qui le déstabilisa.


"Je t'ai manqué?"


Hors-sujet.<"/p>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 1777
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Mer 18 Oct - 17:50

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Vous savez ce qui est pénible avec le Joker ? C'est qu'il est à la fois quelqu'un que l'on peut prévoir, et qu'on ne peut pas prévoir. Je m'explique : Il est prévisible dans sa façon de faire tout ce qui peut être fait pour me faire sortir de mes gonds et me pousser à tuer, à franchir la limite que je me suis imposé pour le voir triompher dans cette guerre que nous nous faisons tous les deux depuis toutes ces années. Là où il n'est pas prévisible, c'est en termes de plans diaboliques et démentiels. Comment pouvons-nous prévoir la mentalité d'un criminel qui ignore lui-même ce qu'il est en train de faire. C'est assez déconcertant mais on fait avec, et malheureusement, le Joker était un criminel qui savait parfaitement ce qu'il faisait, même s'il faisait souvent semblant de le découvrir par lui-même. C'était un génie de l'improvisation, à n'en pas douter. Mais malheureusement pour lui, ce soir, on arrête de jouer au chat et à la souris. Je n'avais pas encore digéré le coup de Clayface la dernière fois. En attendant, je savais où il était : La Maison du Futur. L'appel de Tim me laisse de marbre, pour tout dire, si le Joker avait décidé d'avoir quelques alliés dans ce parc, tant mieux pour lui, ils seront un peu plus à se serrer dans la fourgonnette qui les renverra à l'asile d'Arkham. Je n'avais pas peur pour Tim, il s'était amélioré et avait reprit un peu de poil de la bête depuis son entrevue avec le Dollmaker. Le travail fut difficile, et il travaillait encore à s'améliorer à ce niveau, mais il s'en sortirait, même si j'avais envie de lui interdire de continuer à être Robin. Deux entrées : Un monorail qui entre dans une petite maison futuriste et qui n'est pourtant pas bien grande, mais l'ironie du sort voulait que le Joker s'y cache et qu'il en ait fait sa base d'opérations. Et pourtant, tout ça a des allures de nostalgie, d'anciens souvenirs qui ressurgissaient. Je me retrouvais à rêver à demi éveillé, d'Andréa qui me tient la main, sa douce main chaude qui me ramène à mes jeunes années, quand je cherchais encore un sens à ma vie. Quand nous étions tous deux encore deux enfants innocents, et avant que la vie ne nous apprenne que nous ne serions jamais heureux dans ce bas monde. Il fallait faire avec, malheureusement. M'approchant doucement de l'ancien lieu d'attraction, je m'attends toujours au pire avec le Joker. Que me réserve t'il ? Une attaque à l'acide ? Un tir de fusil ? Ou un bon gag bien dangereux et bien cynique ? Bonne question. Mais il n'était plus question d'attendre, il me fallait foncer, et je savais parfaitement par où j'allais entrer. Sortant mon grappin, je me hisse sur le toit de la Maison du Future, sans être aperçu, comme une ombre. C'est par la petite baie vitrée que je l'observe de haut, je le vois lui. Le monstre responsable de toutes les morts possibles et inimaginables, le monstre capable de toutes les bassesses pour m'atteindre et me détruire. Lui, le Joker, et il s'était saisi d'une hache. Il m'attendait de pied ferme, ne le faisons plus attendre après tout, il voulait me voir, et je voulais en finir au plus vite avec ce monstre. D'un coup, je plonge et je brise la lucarne de verre avant d'arriver sur le sol de l'attraction, nous sommes face à face, lui et moi, nos regards se croisent.

"Qui est là ?"


Dis-je pour répondre à sa question. Je n'aimais pas ce genre de blagues, et je n'aimais clairement pas entrer dans son jeu. Chaque chose qu'il peut faire, qu'il peut dire était une démonstration monstrueuse de son état d'esprit, et je le connaissais bien pour dire que tout ça n'avait rien d'innocent. Je connaissais ce genre de blagues, je connaissais son humour décapant et monstrueux. Je savais qu'il ferait tout pour m'abattre, mais dans un sens, il ne peut pas s'empêcher de jouer avec moi. Il sait parfaitement que s'il me tue, il ne pourrait jamais plus être le Joker. Ce qui était dans une situation de perdant-perdant des deux côtés. Nos regards se toisent toujours, je ne comprenais pas ce qui pouvait le motiver dans toute cette folie, dans toute cette horreur, et pourtant, une fois encore, nous allions nous combattre. Parce que je suis toujours là pour défendre Gotham, et parce que lui se devait de détruire ce en quoi je crois depuis toujours. Le Joker était un monstre, mais ça, on le savait depuis bien longtemps dans cette ville. Maintenant, il me fallait l'arrêter par tous les moyens. Même si cela pouvait entrainer des conséquences désastreuses l'un comme pour l'autre. Avec le Joker, on ne savait pas à quoi s'attendre, et c'était ça qui me faisait peur pour tout dire.

"On est pas obligé de se battre encore et encore. Accepte de te rendre sans condition, et je te promet que tu rentres à Arkham sans trop de casse."


Le Joker était un masochiste, et espérer une victoire sans combat était presque impossible. Le Prince des Clowns de la ville était un être abject qui appréciait de rendre les choses encore plus compliquées qu'elles ne l'étaient. C'était pourtant la peine d'essayer, d'essayer de raisonner un monstre, même si ça paraissait totalement impossible. Et comme je le savais depuis longtemps, cela se terminera par la mort de l'un d'entre nous. Lui ou moi. Pour ce qui était de Tim, du moment où il reste loin du Joker, mieux je me porterai, je ne tiens pas à ce qu'il tombe sur le psychopathe au sourire couleur sang. Le Joker était à moi, personne d'autre, et pour tout dire, cela valait mieux ainsi. Il était beaucoup trop dangereux pour tout le reste de la famille. Si Barbara et Jason pouvaient le dire, ils le feraient sans hésiter. Le Joker était capable de tout, mais ce soir, je mettais un terme à ses plans démentiels, et je le renverrai à Arkham. Mais pour combien de temps encore ? Combien de temps tiendrait-il à Arkham avant de s'échapper ? Question sur question ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 255
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Dim 5 Nov - 22:42


« Une histoire sans fin »
ft. Batman – Joker - Angela
_____Il avait déjà remarqué la presence de cette silhouette étrange perché en haut des immeubles à la recherche d’une proie mais il n’était pas réellement au courant que cette proie, c’était lui. Ignorant encore qui se cachait derrière cette silhouette si féminine, presque séduisante. L’adolescent gardait un œil méfiant sur cette dernière, c’est à croire que sa tête pivotait au fur et à mesure que l’acolyte du justicier s’éloignait pour se diriger dans le premier bâtiment qui contenait la bombe.

Malheureusement pour lui, le chemin sera semé d’embuche, à commencer par cette femme qui se positionna directement devant lui pour lui bloquer le passage. A première vue, il n’était pas complètement inconnu de l’adolescent. Il avait effectivement eu l’occasion de la rencontrer dans des circonstances presque similaires à ceux que Tim vit aujourd’hui.
Son bõ était déployer et prêt à l’emploi, il marcha à son tour, dévisageant la jeune femme et observant chaque trait de sa forme féminine. Cette démarche, ce physique et cette voix ne lui était pas indifférent. Il avait probablement une petite idée de qui se cachait derrière le masque. Il pensait que ce n’était pas une bonne idée de dévoiler cette identité aux yeux de tous. Ce serait effectivement bien pour déstabiliser son adversaire. Mais ce n’est pas la façon de faire de Red Robin. Il posa sa main sur l’oreillette pour rentrer en contact avec la chauve-souris.

« Batman, ici Red Robin. Je suis en face de la première bombe mais j’aurais probablement quelques minutes de retard, mais je gère la situation. »

Le jeune homme reporta ensuite sur la jeune femme ou plutôt Gormogon sous son identité secrète. L’adolescent joua quelques secondes avec son bõ avant de se rapprocher de son adversaire. A ce moment-là, elle tenta de le déstabiliser et de le faire trébucher. Une attaque presque réussie, si le jeune garçon n’était pas un expert en acrobatie. En une fraction de seconde, l’adolescent parvint à se rattraper pour éviter la chute. Il contre-attaqua machinalement en lui envoyant son bâton en plein visage avant d’enchainer par un coup de pied en plein ventre pour la pousser à reculer.

« Effectivement, cela faisait longtemps. Tu es là par ordre du Joker ou par simple vengeance à mon égard et à celle de la chauve-souris ? » lança-t-il avant de redresser son regard, une posture défensive avant de tenter de calmer le jeu sans passer immédiatement par la violence. « On peut régler ça autrement, seulement si tu es prête à faire des efforts. Tu vaux mieux que ça, je le sais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2367
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Lun 13 Nov - 16:34




Laugh and Die

C'était tout bonnement jouissif, magnifique, agréable. Un vrai duo de scène ! Le Joker ne pouvait pas s'empêcher d'éclater d'un petit rire tandis qu'il parlait si sérieusement, si puissamment, il avait l'air d'un père qui disait à l'enfant d'arrêter ses bêtises. Mais la blague voulait tellement être faite, elle voulait tellement être accomplie et commencer un véritable feu de joie dans ce parc moribond et laissé à l'abandon. Pour tout dire, le Joker voulait mettre un terme à tout ça de manière définitive et purement monstrueuse, histoire aussi de rendre heureuse toute la ville de Gotham City. Après tout, une fois le Batman et le Joker out, il n'y aura plus rien d'intéressant après tout ? Il n'y aura plus rien à accomplir, plus rien à espérer, et puis, Gotham City n'était qu'une projection du Joker pour provoquer Batman, et là, il était enfin là, et il n'y avait que lui qui comptait, oh que oui mes amis, il n'y avait que lui, et personne ne pouvait comprendre le doux lien qui existait avec l'Empereur du Crime et le Chevalier Noir. Avec un petit geste amusé en direction du salon du manège, la voix nasillarde reprit ensuite, avec un peu de joie dans la voie. Il était si génial quand il se prenait pour un héros, alors qu'au final, il n'était qu'un cinglé comme nous tous, un cinglé de plus dans un monde de débiles légers. On était cerné par la connerie de nos jours, et au final, on avait plus que nous deux, plus que nous deux coincés dans un monde de crétins qui ne pouvaient pas comprendre les véritables enjeux de notre petite guerre intestine. Pointant du doigt le Chevalier Noir, le Joker eut un grand sourire amusé.

- "Quel acteur ! J'y ai cru pendant quelques instants tu sais. Si je dois aller à Blackgate, alors on pourra la partager à deux. Après tout, tu dois en avoir dans le citron pour t'habiller comme un rongeur volant haha. Pourquoi tu ne souris pas ? Ce serait un beau comique ça, un chauve qui sourit, Ha ha ha."


Les options que le Chevalier Noir offraient firent littéralement éclater de rire le Joker, il en venait presque même à appuyer sur le bouton, qui ne demandait que ça bien entendu, histoire de tout faire péter dans un moment d'euphorie personnelle. Un bref moment d'égarement dans une situation aussi critique, c'était tout bonnement dingue pas vrai ? C'était amusant de le voir intimer un ordre, de vouloir faire régner la loi dans un lieu aussi absurde que Gotham. Cette ville ne méritait pas un sauveur, elle méritait de sombrer dans la folie et le chaos. Elle avait toujours été suintante de corruption, pourquoi les choses devraient s'arranger ? Pourquoi l'ordre devrait-il être respecté ? Tout ça, c'était une monstrueuse blague, croire qu'on peut faire quelque chose d'utile de son combat pour sauver un cloaque comme Gotham, c'était une mauvaise blague et malgré tout, il refusait de voir l'aspect drôle de la chose. Il refusait de comprendre le but et les possibilités que l'on pouvait trouver dans cette ville. C'est alors que le Joker lui présente le détonateur, un léger tube avec un bouton, relié à quelque chose, à une minuterie prête à faire un énorme boum.

- "Tu appelles ça des options ? Laisse moi te dire que l'hilarité me gagne hihi WOUPS ! J'ai failli appuyer dessus, est-ce que c'est ce que tu veux ? Me faire mourir de rire et voir ce parc sombrer avec toi et moi ? Tu es plus cinglé que moi !"


Une pose plus sévère, plus dure dans mon visage. Le Joker fixait le Chevalier Noir avec dédain, avec défi, il semblait vouloir en terminer maintenant. Un compte à rebours ? C'est original. Que pouvait-il faire ? Il n'avait rien, et le Joker était quand même relativement dangereux, même sans une arme dans la main. Il était prêt à tout faire exploser, ici et maintenant, mais la situation était trop douce, trop agréable, sublime même. Il avançait doucement, surement mais lentement. Il avançait et petit à petit, le Joker pouvait l'observer, le scruter, l'étudier. Il avait un costume assez symbolique, une chauve pourrie qui dit mieux ? Mais il était imposant, sur de lui, tandis que le Joker s'imaginait être dans ses bras. Ce serait bien plus tard que la danse de la mort nous unirait lui et le Joker, quand tout commencerait à s'embraser, quand il n'y aurait plus la moindre once d'espoir de survie pour l'un et pour l'autre, quand le Joker lui dirait enfin : "Viens contre moi, je suis là, près de toi en cet instant". Tous deux constamment au courant que l'un ou l'autre mourra par la faute de l'un des deux. Peut-être que le Joker le tuerait et cela sera une victoire de son Auguste personne sur cette légende urbaine ? Ou bien le tuera t'il et la soit-disant Justice qu'il semble tenir dans ses principes seront bafoués et jetés à terre ? Quelle chouette idée ! A vrai dire, c'était une noble cause de se laisser tuer par un vertueux et le Joker avait déjà tenté de le pousser à bout, jusqu'au bout de ses retranchements à chaque fois qu'ils s'étaient croisés, mais sans succès. Cela condamnerait la ville à rester dans sa médiocrité, ce marasme, les gens de la ville n'auront jamais d'espoir, et c'était ça ce que je désirais. Le sourire du Joker se dissipa, pour paraitre plus sérieux, plus dur, un visage rarement utilisé par le Prince des Clowns lui-même.

- "Cela ne t'a jamais donné envie de tout arrêter ? De voir le souffle d'une explosion nous balayer toi et moi, enlacés amoureusement, dans un moment unique et éphémère ? Moi tout le temps. Et je t'avoue que j'ai envie de voir cette vision se réaliser de plus en plus !"


Si seulement il pouvait comprendre, si seulement il pouvait s'arrêter et comprendre que tout ça n'avait aucune importance. Mais non, il continuera sans arrêt, toujours et encore, encore et toujours, sans s'arrêter, sans discontinuer. Il continuera sans arrêt. Le Joker caressa du pouce le bouton du détonateur. Tous ceux qui étaient dans ce parc étaient condamnés, tous, sans exception. Le Joker voulait un final en beauté, il voulait quelque chose de spectaculaire et de sublime, et malgré la pauvreté du fond, il avait opté pour quelque chose de brutal et de cynique.




Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Féminin Messages : 567
Date d'Inscription : 17/05/2017
avatar
Angela Jackson/Gormogon
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Ven 17 Nov - 21:25

détails
Une histoire sans fin
PV Batman, Tim Drake, Joker
ft. ...
Ʃkaemp はは ™


 
Je sortis deux lames tranchantes de mon armure. A son habitude, le "gentil" Tim Drake tentait de calmer la situation, sans avoir besoin de se salir les mains. Du Tim Drake tout craché. Mais cette fois, je ne marche plus. Le temps où il parvenait à me séduire et à me calmer rien qu'avec de belles paroles était révolu. Je retirai mon casque. Gormogon n'avait aucun compte à rendre à Robin. En revanche, Angela avait beaucoup beaucoup trop de rancoeur en elle contre Tim. Peut-être que Tim avait déjà compris qui j'étais, mais ce combat, c'était à Angela de le mener.

-Ce que je vaux? Mon pauvre Tim, tu n'as jamais su ce que je valais. Tu ne sais même pas qui je suis. Mais il y a une chose que tu dois savoir: si on en est là, c'est à cause de toi. Tout ce qui arrive est uniquement de TA faute. Peu importe que je travaille à mon compte pour le Joker. Ce soir il n'y a que nous deux. Deux anciens amants qui vont danser la dernière valse. Une valse funèbre.

Je sautai sur le manège le plus proche, encourageant Tim à venir danser au milieu des chevaux de bois. Mes cheveux blonds volaient légèrement au mouvement circulaire dessiné par la course des chevaux. Ô combien elle était forte, cette envie de faire couler un sang rouge de ses veines. Il s’en faudrait de peu. Il suffirait du contact sensuel d’un métal froid qui causerait une brûlure intense sur sa tempe, avant d’éteindre la lumière, de le porter avec lui vers de tendres ténèbres. Mais l’ordre du Joker n’avait pas été de tuer notre adversaire, simplement de « surveiller et de distraire ». Si le travail avec le Joker m’avait bien appris une chose, c’est la patience. Joker savait que j’étais capable d’étriper qui se mettrait en travers de notre chemin. Seulement, il ne l’avait pas souhaité. Cela signifiait qu’il avait d’autres projet pour notre petit moineau. Je ne me serais pas permis de contester les plans de Joker. Premièrement parce que je ne souhaitais pas perdre la vie d’une façon aussi bête, puis parce que, d’une certaine manière, je lui faisais confiance. S’il ne désirait pas que je le débarrasse définitivement de notre Robin, il devait avoir un plan bien plus jouissif qu’un canon sur la tempe.  Et pourtant, ne mentons pas, serrer une arme à feu dans sa main a quelque chose d’excitant. C’est la promesse d’un pouvoir divin, le pouvoir de vie ou de mort. Il avait néanmoins son inconvénient : il ne laissait pas le temps de se rendre compte de ce qu’il se passait. On vit, et puis pouf, on est mort. Après tout ce que j’avais subit, Tim méritait une mort bien plus atroce. La seule certitude que j'avais, c'était que si tout ce passait comme prévu, ce soir Tim allait mourir. Peut-être mourrai-je avec lui? Finalement peu importait. Si nous partions tous les deux, nous aurions fini notre jeu de destruction. Nous aurions fini de nous battre comme deux enfants et accueillir la mort comme une vieille amie.

Nous n'en étions pas encore là. Pour l'instant j'avais une mission à mener à bien. Il était temps de danser. Et surtout, il me fallait éloigner Tim de la bombe.

Hors-sujet.<"/p>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 1777
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Mar 21 Nov - 22:49

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Le Joker était un bavard, un trop grand bavard, mais malheureusement, il était impossible d'utiliser cela comme une faiblesse, avec lui, on ne savait jamais dans quel sens il fallait prendre les détails qu'il fournissait. Il était bien trop habile, bien trop dangereux pour essayer de comprendre ses paroles et son état d'esprit. Ne rien dire, ne rien penser. C'était donc ça son but ? Faire exploser le parc d'attractions ? Le Joker avait tenté la même chose, bien trop souvent, et je n'en étais plus à cela près. Entre Black Mask qui avait essayé de me vaincre au Red Circle et Hurt qui essaie de me trainer dans la boue ainsi que toute ma famille, pour en arriver à ce simple stratagème d'une banalité à pleurer ? J'avoue que le Joker me décevait. J'en viens à la simple conclusion qu'il commence à perdre son emprise et ses talents de maitre du chaos dans la ville de Gotham, au final je ne peux déduire qu'une seule chose de toutes ces attaques à mon encontre, ils ont tous peur de moi car ils savent que je peux les battre. Quand on ne peut atteindre quelqu'un, la diffamation, le mensonge, le doute peuvent se révéler des armes terribles, toujours aux mains des imbéciles ou des ordures. Mais la vérité finit toujours par jaillir, pour le malheur de beaucoup. Il tient un détonateur dans sa main, ne pense pas, reste concentré, reste concentré sur le détonateur, il fallait réfléchir à un moyen de le mettre hors d'état de nuire, tout en jouant finement. Une idée me vint, histoire de le mettre à mal. Le Joker n'était pas un criminel comme les autres, c'était une ordure qui cumulait les tares et les maladies mentales à son actif, il fallait viser au plus profond de son être, de sa psychologie. En me faisant venir, il a gagné sur un tableau et cela le comblait intérieurement. Cependant, il allait être déçu. Je n'étais clairement pas amusé par son petit jeu ridicule. Il me fallait être attentif à ce qu'il allait me faire.

"Tu me déçois, Joker."

Je m'attendais à une attaque planée de sa part, généralement, il aimait faire ce genre de cabrioles pour me surprendre, mais je pense que j'arriverai à le désarmer en jouant sur son propre terrain, celui de la folie et de l'oubli. Lorsqu'il serait suffisamment distrait et hébété par mes propos, par ce que j'allais avancer, il en viendrait à oublier sa pénible blague qui causerait la mort de nombreux criminels, mais aussi d'innocents qui étaient surement captifs dans le parc d'attractions du Joker. Il allait douiller sévère. Méchamment même. Mais il fallait que je me méfie, c'était le Joker, mon pire ennemi. Je reprend mon souffle pour mieux le jauger, pour mieux le discerner. Le combat ne tarderait pas à commencer et j'avais encore de l'énergie à revendre, rien que pour lui. Le connaissant, soit son détonateur n'était qu'une blague, soit il voulait vraiment en finir, et là, il voulait partir dans un délire de mort en duo, dans un beau feu d'artifices. Et j'étais résolu à lui survivre, malgré sa folie intérieure. Il fallait le provoquer, le forcer à montrer son lui intérieur narcissique pour qu'il puisse céder à la colère et à l'erreur fatale que j'attendais. J'étais pour le moment dans une mauvaise position, mais avec les mots qui fâchaient, il serait vaincu très vite, il suffisait d'être bon en Poker menteur après tout ...

"Je m'attendais à mieux venant de toi. Même Black Mask a eu plus de mordant que toi."


Quand on y pensait, c'était vrai. Black Mask avait été pas mal en terme de combat et en terme de logistique, il ne m'avait pas déçu, et malgré sa défaite, il m'avait quand même gratifié de bonnes blessures. Mais je ne l'admettrais jamais devant Sionis, après tout, j'avais perçu ce combat contre lui comme un match nul et rien d'autre. Pas une victoire, juste un match à rejouer pour plus tard. Je garde en tête mes grenades givrantes, histoire de lui congeler le bras au cas où tout irait mal. Il faudrait jouer ça en une fraction de secondes. L'idée est de m'occuper de son détonateur avant toute chose. Il fallait faire attention, le pousser dans ses retranchements, lui montrer qu'il devenait indigne de ma personne, le pousser à la colère et lui montrer que ses blagues éculées ne m'amusaient clairement plus.

"Tu me fais perdre mon temps."


On enfonce le clou, je sors mon grappin. Le mieux est de feindre le fait qu'il ne m'intéressait plus. Lui montrer une toute autre facette du Batman, le surprendre et le décevoir, lui montrer que lui aussi pouvait devenir le dindon de la farce. Ce serait drôle, s'il n'avait pas des centaines de cadavres à son actif. En attendant, je priais pour que mon jeu de dupes marche, parce que sinon ... Nous nous rejoindrions tous les deux sur un tas de cendres avant d'être dispersés aux quatre vents, s'il reste quelque chose de Gotham bien sur. Soyons prudents, avec le Joker, on peut s'attendre à tout et à n'importe quoi, surtout avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 255
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Dim 26 Nov - 22:03


« Une histoire sans fin »
ft. Batman – Joker - Angela
_____Les quelques réponses que Gormogon avaient accordé au jeune justicier ne l’avait pas laissé indifferent. La faute lui était immédiatement dû et son visage fut enfin dévoilé au grand jour. Angela, son ex petite-amie, sa théorie était donc vrai. Ce n’est donc pas cela qui semble plus surprendre le jeune adolescent, mais plutôt les paroles de son adversaire. Ces deux mains se positionne sur son arme, il est prêt à répliquer face à ces paroles plus que menaçante. L’œil vif, toujours attentif, son regard se déroba pendant une fraction de seconde en direction de l’endroit où était placé la bombe. Il n’est pas certain de ce que cherchait réellement à faire Angela.

« Ma faute ? Bon sang, Angela, je ne t’ai pas poussé à faire tout cela. Ce n’est pas la peine de me faire culpabiliser, ou peut-être que tu cherches à faire quelque chose d’autre ? »

Elle attend que l’acolyte du Chevalier Noir porte le premier coup, mais ce dernier restait complètement immobile, toujours en train de chercher une solution non-violente à cette situation. Angela est rancunière, elle ne risquait plus de faire le moindre effort de son côté, surtout pour laisser filer la personne supposée être responsable de sa situation actuelle. Tim ne peut pas non plus se permettre de lui tourner le dos, il risquerait bien de le payer de sa vie. Cependant, si Angela avait réellement voulu le tuer, elle l’aurait déjà fait depuis un bout de tout. Tout ceci paraît très vague.
Le corps de l’adolescent était encore engourdi par les tragiques évènements qu’il avait enduré. La douleur n’était pas moins physique que psychologique. Son corps étaient encore affaiblis par les tortures, mais il n’était pas question pour lui de s’en plaindre. Il prend sur lui et ne montrait aucune faiblesse à Angela. Cependant, le bourdonnement dans ces oreilles, le léger murmure de la voix de Dollmaker lui ordonner de la faire souffrir, de faire ce qu’elle lui a demander de faire, et de lui montrer qui était réellement Tim Drake, de laisser sortir toute la rage et la colère qui somnolait en lui.

Tim ferma quelques secondes les yeux. Cette voix est si alléchante, cette voix fait revenir toute la haine et la souffrance qu’il avait accumulé pendant ces deux mois, sans jamais réellement chercher à se dévoiler, encore moins face à Batman. Il laissa échapper un soupir, leva les yeux au ciel avant d’observer Angela qui se maintenait immobile et provocatrice. La tentation était tellement forte.

« Je n’ai aucune raison de te faire du mal. Quoi que tu penses de moi, quoi que tu dises. Tu essayes de gagner du temps. Je vois clair dans ton jeu… » Sa voix est légèrement tremblante, comme perturbée, il n’est pas dans son état normal.

L’adolescent finit par tourner le dos tout en laissant derrière lui quelques bombes fumigènes histoire d’éviter une attaque surprise de la part de son adversaire. Il ne perdit pas de temps pour écouter la voix de la sagesse et galoper en direction de la bombe. Suite à cette étrange expérience, cette voix qui lui susurrait des mots l’insistant à se tourner vers la violence et le massacre, il finit par comprendre qu’il aurait beaucoup plus que de douloureux cauchemar à supporter. Il repensa aux derniers avertissements de son mentor. S’il avait le moindre souci, la moindre douleur musculaire, il devait immédiatement en être informé. L’adolescent semblait complètement hésitant. S’il en parlait, serait-ce la fin de Red Robin ? Il connait la façon d’agir de la chauve-souris, et c’est bien cela qui l’inquiète et le pousse à garder le silence radio sur ces récents évènements. Il oublia rapidement son ordinateur pour se rapprocher de la bombe et profiter de sa longueur d’avance pour commencer à la désamorcer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2367
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Dim 3 Déc - 19:29




Laugh and Die

Voila que les retrouvailles devinrent encore plus passionnantes que prévues ... Outre le fait que la demoiselle Angela ait réussit à tenir les potentiels intrus en dehors de Batman, ce-dernier en venait maintenant à faire du sentimentalisme, mais c'était sans compter sur sa grande réthorie et son sens de la tragédie. Qu'est-ce qu'il y'a de plus navrant que d'être nostalgique ? Regretter un temps passé qui n'a plus aucune raison d'être. Quand on y pensait sérieusement, le Joker se relançait sans arrêt, sans s'arrêter, et ne se souciait guère des humeurs qu'il pouvait avoir. Il était le Joker après tout, sans passé précis, sans présent potentiel et sans avenir possible. Un électron libre qui n'avait aucun avenir, aucun passé, et pourtant, qui pouvait moduler le présent comme il le voulait, selon son bon plaisir, ou son propre déplaisir. Après tout, le Joker et Batman n'étaient-ils pas les deux masques de la comédie et de la tragédie non ? Le Joker était content, sa blague fonctionnait et il pouvait apprécier cette magnifique ode à la dépravation et au péché de totale destruction. La destruction aveugle et sans aucune retenue de toutes les personnes présentes, sans équivoque, y'avait rien de tel pour briser et montrer le niveau de cruauté gratuite dans toute la ville de Gotham à ce brave chevalier blanc de Batman. Bien entendu, il y'avait toujours le fait que Gotham s'amusait à espérer un sauveur, à espérer que tout aille pour le mieux dans un monde de plus en plus névropathe et cinglé. Rien de tel ne se devait d'arriver. Pourquoi tant espérer que la vie doit être plus agréable ? Gotham City n'était qu'une salope, une ville qui avait les moyens de tirer vers le bas les plus démunis et c'était ce qui était arrivé un jour au Joker ... Avant ... Quand tout allait pour le mieux, ou presque ? Non ... C'était quoi la bonne version déjà ? Bref ... C'est alors qu'il reprit la parole et cette fois, ça n'allait pas dans le bon sens du Joker. Oh que ça rendait la chose palpitante ! C'était tout, sauf du cinéma de bas étage, il y'avait une véritable profusion de choses drôles, douces et tellement folles dans ce bastingage de folie. Les yeux du clown s'écarquillèrent d'une malice sans précédent quand Batman commençait à dire que tout ça n'était pas digne du Joker. Et il avait raison ? Peut-être, en tout cas, le Joker caressa doucement le bouton de son détonateur, prêt à appuyer dessus au bon moment, quand il le voudra. Son visage continuait à sourire, sourire magnifiquement face à l'ange de Gotham. La comparaison par rapport à Black Mask faisait mal, c'était un mauvais coup envoyé dans la face du Joker, ça c'était certain ...

- "Serre-moi bien fort à ce niveau mon ange, je t'en voudrais si tu ne me tues pas du premier coup HAHAHAHAHA."


Le Joker éclata d'un petit rire qui résonna dans toute la pièce. L'ambiance était tendue, autant qu'un saut à l'élastique où un préservatif dans un trou sombre et étroit, et pourtant, y'avait de quoi rire, surtout quand on voyait les arguments du Chevalier Noir pour essayer de trouver un terrain d'entente, ou pour essayer de faire renoncer le Joker à sa petite blague personnelle, à son plan chéri qu'il avait conçu pour l'attirer dans cette partie lointaine de la ville de Gotham City. Oui, y'avait de quoi rire quand on y pensait, et pourtant, il fallait faire avec, il fallait accepter que Batman était un parfait idiot qui ne pouvait pas comprendre qui était vraiment le Joker, il ne pouvait pas le comprendre, et c'était bien dommage hélas. Pour tout dire, il espérait secrètement que Batman vienne à lui, qu'il saute sur le Joker, et paf ! La blague pourrait enfin éclore ! Le summum de la blague. Oui, ce serait si agréable, si amusant. Et pourtant, il fallait que ça fasse boum, il le fallait, car sinon, la blague ne serait plus amusante. C'est alors que le Joker commençait à voir le petit jeu de Batman. C'était de la psychologie inversée, un jeu grossier, surtout pour un cinglé notoire comme le Joker. Un jeu notoire qui pouvait être une parfaite épée de Damoclès quand on y songeait attentivement. Le Joker ricana avant de reprendre la parole de sa voix des plus perçantes. Il caressait dangereusement le bouton du détonateur avec le pouce, souriant de toutes ses dents, la blague allait tomber bien plus vite que prévu finalement.

"Tu devrais pas jouer à ce genre de jeu avec moi, Batounet. Tu sais très bien que ça prend pas. Et puisque tu ne comprends rien à rien, je vais devoir t'apprendre la méthode dure !"


Et le Joker appuya alors sur le bouton du détonateur. Et pendant quelques secondes, toute l'attention se faisait dans le regard des deux protagonistes. Le Joker en avait-il vraiment terminé avec le Chevalier noir ? Peut-être que oui, et peut-être que non. En attendant, l'explosion ne vint pas. Tout ce qui sortit, c'était une pancarte "BOUM" du four de la maison du Futur. La blague était aussi minable que ça ? Cela en avait tout l'air. Laissant tomber le détonateur, le Joker éclata de rire avant de dire de sa voix nasillarde ces quelques mots. Il s'offrait au Batman de cette manière, réaffirmant qu'il était toujours un psychopathe dont il fallait se méfier en permanence, surtout avec des jeux aussi tendus et monstrueux que celui qu'il venait d'offrir à son amant de la nuit.

"Si tu avais vu ta tête, hahahaha !"


Le Joker riait à s'en étouffer. La blague était drôle, finaude, amusante, et il s'éclatait un maximum avec ce genre de blagues potaches. Bien sur, il allait en prendre plein la gueule, mais avec le Joker, un plan en engendre toujours un second. Gardait-il un autre jeu mortel dans sa manche ? Ou bien était-ce juste une blague pour attirer et faire venir son cher et tendre Batman dans ses bras. La blague ultime ? Ce n'était pas encore pour le moment, mais un jour où l'autre, cela viendrait, et le Joker ferait en sorte d'offrir au Batman, une mort encore plus spectaculaire que prévue. Le Joker s'offrait désormais, aux coups et aux mots de Batman. La suite allait lui offrir une sinistre fin, et de nombreux mois en hôpital.




Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Féminin Messages : 567
Date d'Inscription : 17/05/2017
avatar
Angela Jackson/Gormogon
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Mar 5 Déc - 21:35

détails
Une histoire sans fin
PV Batman, Tim Drake, Joker
ft. ...
Ʃkaemp はは ™


 
Je ne reconnaissais plus Tim. Il tenait toujours ses sempiternels discours de paix, son refus catégorique de se battre, et pourtant, il n'était plus le même. J'en étais sûre. La façon dont il avait répondu à mes accusations ne laissait place à aucun doute. Le Tim que je connaissais aurait été bien plus troublé, il se serait senti responsable et aurait tenté de m'apaiser avec des excuses et des justifications. Aujourd'hui il me rejetais directement la faute et ne cherchait pas réellement à me faire changer d'avis avec des arguments convaincus. Il tentait de se maîtriser, cela se voyait, mais il serrait les dents. Je sentais en lui une rage immense. Sa voix tremblait tant la fureur était importante. Je le connaissais par coeur. Depuis l'école maternelle. Il ne pouvait pas le cacher. Pas à moi. Une nouvelle ouverture s'imposait à moi. Tim avait déjà laissé une part de noirceur entrer en lui. Il ne restait plus qu'à allumer une mèche, le mener à me haïr autant que je le haïssais.

Mais Tim ne semblait pas prêt à accepter cette tâche noir qui commençait à obscurcir son coeur et son âme. Il lança un fumigène et s'enfuit pour essayer de désamorcer la bombe. Mais l'effet d'un fumigène n'est que temporaire. La fumée se dissipait que Tim n'était pas encore tout à fait arrivé à la bombe. Il boitait légèrement du côté droit, ce qui le ralentissait. Pas considérablement, mais tout de même. A cet instant, je ne voyais plus Tim comme un ennemi, mais comme un enfant un peu perdu à la recherche d'un mentor qui pourrais lui montrer comment exprimer sa rage nouvelle. Cette sensation nouvelle lui était effrayante et il ne savait pas comment réagir. Fallait-il céder ou la réprimer? Sa raison lui disait de résister. Une certaine tendresse presque maternelle m'envahit. C'était à moi de le guider, de faire en sorte qu'il se libère de toute sa frustration.

En quelques bonds, je le rejoins. Tim venait de s'agenouiller pour désamorcer la bombe. Je le saisi fermement à la nuque et le plaque contre le mur avoisinant.

-Tatata! Qu'est ce que tu voulais faire là?

On dirait vraiment une maman qui dispute un enfant. Il n'est pas encore assez énervé. Si je veux qu'il dévoile sa vraie nature, si je veux qu'il comprenne qu'il est comme moi, je dois le pousser à bout. Avec mon genou, j'appuie là où mon ex-amant semble blessé pour lui faire échapper un râle de douleur. Mes prunelles ordinairement si bleues s'obscurcirent  jusqu'à devenir presque noires. Mes cheveux, tirés en chignon pour l'affrontement à l'exception de quelques mèches au vent, me donnent un air encore plus sévère et plus sombre.

-Et maintenant, qu'est ce que tu comptes faire Timmy?


Hors-sujet.<"/p>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 1777
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Ven 8 Déc - 12:14

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Renversement de vapeur. Le jeu du Joker se retourne contre lui. L'a t'il vraiment été ? Bonne question. Maintenant, ses atouts n'étaient que du bluff et il venait de se faire piéger lui-même. Contraire de son esprit qui se contredit lui-même ? Je n'étais pas un psychologue mais le Joker venait de se faire avoir bêtement. C'était mon point de vue. Le Joker qui avait l'avantage, qui avait le pouvoir de tout détruire d'un coup d'un seul, se retrouve à son tour en fâcheuse posture. Le Chevalier domine l'affrontement, malgré la peur intérieure de voir tout s'embraser, et quel soulagement au final, de voir que tout cela n'était qu'une blague de plus dans le jeu malsain d'un psychopathe qui ne méritait que d'être enfermé à tout jamais dans un lieu clos et socialement mort. Je bondis, cette fois, c'était la bonne. Il allait payer et ce soir, il dormirait à Arkham Island. Les coups fusent, les blagues et les rires aussi, mais c'est finalement un coup de genou en pleine face qui vient faire vaciller le Clown. Oh il ne perd pas son sourire. Il s'amuse même copieusement de son sort, bien qu'il semble lutter pour rester conscient. Un coup pareil, forcément ... Je note là cette éternelle et pénible aptitude à encaisser les coups de manière hors du commun. Il a l'air d'avoir mal, d'être sonné, mais rien de tout cela ne le détourne de son humour macabre et de son besoin de rire. Il joue. Il joue encore, malgré son nez sanguinolent et les trente-six chandelles qui devaient joyeusement tourner autour de de son front. Il continuait à arborer ce sourire, ce même sourire qu'il avait eu quand il a paralysé Barbara, ce même sourire qu'il avait eu quand il avait tué Jason, et qu'il avait eu à la soirée à l'ambassade des Nations Unies à New York ... Ce même monstre qui avait causé tant de malheurs, de douleurs, il était là, et pourtant, je pourrais en finir maintenant, je pourrais serrer son cou un peu plus fort et tout serait fini, mais non ... Malheureusement, je pouvais pas, je ne devais pas faillir. Malgré tout ce qu'il me faisait subir. Les gens bien d'ici étaient si rares que personne n'avait grand espoir pour la ville. Et ma foi, celle du Chevalier Noir pour son combat pour libérer la ville du crime, vacillait un peu, il faut l'avouer. Je cherchais à m'en convaincre moi-même. Et quels exemples plus criants que celui de Gordon, commissaire dévoué à la justice, ou celui de Specter, le nouveau héros de Gotham ? C'est vers eux qu'il fallait tourner les yeux et c'est pour ce genre de personne que Gotham méritait qu'on la défende. Un jour, le Joker, les Falcone, les Cobblepot et tous les gangs qui gangrènent les lieux comprendraient qu'ils ne sont plus à leur place ici. Qu'importe le temps que ça prendra. Qu'importe les sacrifices qu'il faudra faire. La ville sera sauvée, lavée de sa racaille. Je l'espérai du plus profond de mon coeur.

"Tu retournes à Arkham ce soir, Joker. C'est terminé !"

Et l'avantage d'avoir tout un tas de gadgets, c'est que j'avais tout enregistré, les flics n'auraient qu'à cueillir les hommes de main du Joker, mais je me chargeais moi-même du clown personnellement, pour ne pas avoir à le capturer une nouvelle fois. Une affaire menée rondement. Le Joker finirait derrière des barreaux, ses acolytes aussi. Mais un autre détail me perturbait. Comment s'en sortait Tim ? Est-ce qu'il arrivait à cueillir les derniers criminels que le Joker avait réquisitionné ? Bonne question. Je n'avais pas de doute quant au professionnalisme de Tim, il était doué, et après ses turpitudes avec Dollmaker, cela pourrait peut-être lui permettre de reprendre confiance en lui ? Qui sait ? Il faudra peut-être l'arrestation de Dollmaker pour enfin permettre à Tim de reprendre du poil de la bête, de reprendre sa vie en main, et de surpasser ce traumatisme. Je l'espérais sincèrement, et Barton Mathis allait le sentir passer. Quand ma main gantée viendra à la rencontre de son visage, il pourra tester ses talents de chirurgien monstrueux sur lui-même pour se refaire un visage encore plus dégueulasse qu'il ne n'était déjà.

"C'est terminé !"

Dis-je une nouvelle fois en me penchant de nouveau pour saisir sa chevelure verte, et venir le cogner au sol. Je m'essouffle, chaque fois que je capture cette ordure, cela me met dans un état de fatigue incroyable, de fatigue mentale surtout, pas physique. Mon corps peut encaisser les horreurs et les douleurs, mais mon esprit, mon esprit lui, doit une nouvelle fois supporter les jeux monstrueux et sadiques de cette monstruosité verte et blanche. Cette fois, il n'échapperait pas aux méandres de l'inconscient et de la douleur. Il allait déguster sévère, c'était certain. De ma poigne de fer, je saisis alors le Joker par le col, et l'entraîna avec lui à la sortie du manège pour l'attacher solidement à l'aide d'un de mes câbles de grappin. Même inconscient, c'était dingue ce qu'il pouvait être moche. Je contacte mon alliée via communicateur relié dans le casque.

"Renardeau ... appelez le GCPD, faites-les venir sur place. Ils ont une ordure à récupérer. Qu'ils amènent la benne à ordures."

Tamara me confirme mes ordres et se contacte d'appeler anonymement le GCPD, de manière à ne pas interpeller Specter et à ne pas poser de problèmes pour Gordon. Surtout depuis que Specter a décidé de ne plus avoir besoin de mon aide. On allait fermer cet endroit pour de bon, et le Joker n'aurait pas son mot à dire. Dans quelques jours, je ferais en sorte qu'on fasse fermer l'endroit pour de bon et qu'on le rase. Un lieu de moins pour le Joker. Reprenant une nouvelle fréquence, j'essaie de contacter Tim et je me dirige alors vers la dernière position que Tim m'avait envoyé.

"Robin, si tu m'entends, j'arrive."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 255
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Sam 9 Déc - 16:05


« Une histoire sans fin »
ft. Batman – Joker - Angela
_____Red Robin se concentrait uniquement sur l’objectif que lui avait donné la chauve-souris, désamorcer les bombes du Joker avant qu’il ne soit trop tard. Il savait bien qu’Angela n’abandonnerait pas aussi facilement et qu’une bombe fumigène était suffisante pour l’arrêter une bonne fois pour toute. Son esprit est complètement distrait et les erreurs s’accumulaient. Il n’était pas lui-même et il en était parfaitement conscient. Son adversaire également n’y songea pas deux fois avant d’en profiter.

Il commença le début d’un potentiel désamorce de la bombe. A première vue, il ne s’agissait que d’un système explosif des plus classique, un jeu d’enfant pour quelqu’un qui a l’habitude d’en désamorcer pratiquement toutes les semaines. L’adolescent sentit les doigts froids de son ex petite-amie se refermer autour de sa nuque. Soudainement, il redressa vivement son crâne avant de sentir son corps être entraîné en arrière et projeté contre un mur. Angela semblait s’amuser de la situation et surtout du comportement bizarre du justicier, en train de sombrer dans un monde de violence et de colère.
Cachés derrière son masque, ces yeux foudroyèrent du regard la jeune femme. Ces dents se resserrèrent contre elles et ses poings se contractaient. Bien sûr qu’il mourrait d’envie de la frapper de toute ses forces, mais il ne pouvait pas agir comme ça, pas maintenant, pas devant la chauve-souris au risque de passer un mauvais quart d’heure. L’adolescent resserra ses mains sur son arme, prêt à répartir. Il essayait de résister contre les provocations d’Angela, mais aussi contre cette voix qui lui demandait de frapper aussi fort qu’il pouvait pour lui fracasser le crâne.

« Tu n’es pas obligé de faire ça… » murmura Tim, des paroles complètement insignifiantes aux yeux de la jeune femme qui cherchait à tout prix à faire craquer le justicier.

Elle remuait doucement le couteau dans la plaie, et cette fois-ci, elle s’était orientée vers les blessures visibles de l’adolescent pour venir écraser l’un de ses membres sur une de ses cicatrices. Elle appuya à l’endroit même où se trouvait il y a quelques mois de cela l’un des reins du justicier. Son tortionnaire avait volontairement retiré ce dernier sous les yeux complètement conscient et non anesthésié de l’adolescent avant d’en faire son dîner. Ce n’est pas le souvenir le plus agréable et cette pression qu’exerçait Angela à ce même endroit n’était pas non plus la sensation la plus douce qu’il soit.
Il retenait ces cris de douleur, il serrait les dents, redressait la tête pour ne pas croiser le regard amusé d’Angela face à cette situation qu’elle avait calculé comme étant inhabituel. Quelque chose avait changé chez son ami d’enfance quelque chose qui pourrait le faire basculer dans le côté obscur, dans la violence, comme son prédécesseur. Il peut l’entendre, cette petite voix résonnée dans son esprit.

Frappe-la, frappe-la donc. Elle n’attend que ça. Elle ne cherche que cela. Elle t’a trahi, elle a essayé de te tuer, pourquoi d’obstines-tu à voir du bon en elle ? Sa jalousie l’a entraîné entre les mains du pire psychopathe de Gotham, elle est perdue. Regarde-toi, tu es pathétique, toi qui cherche toujours à trouver une part de bon en chaque être humain, oses le dire qu’il y a du positif sur ce qu’elle essaye de faire. Elle joue avec tes émotions. Brise-la à ton tour. Prouve que tu n’es pas que le vulgaire toutou de la chauve-souris. FRACASSE-LA.

«  JE VAIS TE FRACASSER LE CRANE. » hurla Red Robin en réponse à la dernière question d’Angela avant de lui envoyer le bout de son arme en plein dans sa cage thoracique pour la repousser et se permette de se libérer de son emprise.

Il avait craqué, son visage était rempli de haine et pendant un instant il laissait cette même rage agir à sa place. Pendant ces quelques secondes, il avait choisi la voie de la faciliter. Ses attaques s’enchainèrent à une vitesse folle. Il ne cherchait pas à immobiliser son adversaire, mais à lui faire mal, visant les points les plus sensible et augmentant le voltage de son bõ. C’était un défouloir, c’était bien ce que cherchait Angela. Il lui envoya de nombreux coups en plein visage, dans les poumons pour lui couper la respiration pendant un instant, puis dans la gorge. Bien évidemment, ces coups étaient suffisamment précis pour ne pas tuer son adversaire et ces derniers auraient très bien plus se multiplier si une voix ne l’avait pas involontairement interpellé dans son communicateur.

« Robin, si tu m'entends, j'arrive. »

La voix de la chauve-souris parvenait à aider son acolyte à reprendre ses esprits. Ce dernier s’arrêta immédiatement dans son élan et redressa vivement le reste de son corps. La haine qui marquait les traits de son visage quelques secondes auparavant s’était complètement dissipé pour laisser place à la stupeur et aux tremblements. Est-ce vraiment lui qui avait fait cela ? Lui qui avait toujours eu un sang-froid irréprochable, lui qui n’avait jamais déçu la chauve-souris. Sa respiration est lente, immobile devant cette scène et cette arme recouverte de sang entre ces mains qu’il ne parvenait pas à reconnaître. Son cœur frappait violement sa poitrine sous l’adrénaline, ses blessures le tiraillait, mais son esprit se focalisa sur la bombe présente à quelques centimètres de lui. Il posa doucement ces doigts sur son communicateur.

« Je suis… désolé…Je ne voulais pas… »

Son regard était resté sur Angela, on ne savait pas vraiment s’il s’adressait à elle ou à son mentor. Il orienta son regard sur la bombe et essaya de reprendre son calme pour la désamorcer correctement cette fois, à croire qu’il essayait de nier ce qu’il venait de se passer, profitant également de l’étourdissement d’Angela pour reprendre le travail et accélérer le mouvement tant qu’elle se trouvait dans cet état.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Criminel(le)
Féminin Messages : 567
Date d'Inscription : 17/05/2017
avatar
Angela Jackson/Gormogon
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Lun 18 Déc - 13:14

détails
Une histoire sans fin
PV Batman, Tim Drake,
Joker
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


 
Il avait mal. Le moineau était blessé tant physiquement que mentalement. Il semblait tellement faible. Il aurait presque pu me faire pitié. Presque. Alors que j'appuyais de plus en plus fort sur sa hanche, je resserrais la pression de ma main sur sa gorge. Il ne voulait pas me montrer ses faiblesses, il ne voulait pas crier. Pourtant, ses yeux en disaient tellement. Ils exprimaient tellement de douleur et de désespoir. C'était plaisant de le voir souffrir, mais plus encore, je voulais le voir craquer. "Allez Tim, pensais-je, si tu ne fais rien, je te tuerai, je n'hésiterai pas. C'est vraiment comme ça que tu veux que ça se termine?" Mes yeux brûlaient de feu et de sang. Je commence à sentir ses muscles se décontracter, comme s'il avait déjà abandonné. Alors c'était ça la fin à laquelle il était prédestiné? J'en étais déçue...

Soudain, tout changea. Tim releva ses prunelles bleues vers moi. Elles semblaient oublier toute douleur. Jamais je n'avais vu autant de colère et de haine dans un regard. Enfin si, mais pas chez une personne saine d'esprit. Jamais je ne pourrai oublier ce regard foudroyant. D'un coup rapide et ferme, il me repousse et enchaîne les coups comme je n'aurais jamais imaginé qu'il le ferait. Il augmenta le voltage de son bo au point de griller la totalité de mes armes. Je me retrouvais sans aucune défense. Cela n'arrêta pas mon ex-amant. Il me frappa avec une déferlante de rage et de violence. J'en fus tellement surprise que je ne fus pas même capable de parer les coups. Ou peut-être ne voulais-je pas être un frein à la nouvelle personnalité de Tim? Il ne me tuerais pas, il n'étais pas encore prêt, j'en étais certaine. Sans doute que les deux raisons s'entremêlaient étroitement. J'encaissais tant que je le pouvais.

La dernière de ces attaques éclaires m'envoya au sol. Je sentais le sang chaud couler de mon arcade sourcilière et de mon nez. Ma lèvre inférieure devait gonfler à vue d'oeil, complètement explosée. Ma mâchoire me faisait atrocement mal et devait être cassée. Je toussai en peinant à reprendre ma respiration. Je crachai de sang. Il m'avait salement amochée... Un sourire se dessina sur mon visage avant de se transformer en une grimace de douleur. Je murmurai:

-Tu es comme moi, Dark Robin...

Ma tête se reposa sur le sol et les ténèbres m'envahirent.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 1777
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   Jeu 21 Déc - 11:22

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

This is the End.

"C'est fini, Tim. C'est terminé."

Je venais de rejoindre mon pupille, j'avais assisté à ce qu'il venait de dire, tout en regardant le sang qu'il avait sur les gants. Je comprenais là le travail de Dollmaker sur mon fils. Il avait brisé quelque chose en lui, et cela n'était pas du tout de bon augure. Il me faudrait du temps pour que Tim soit soigné, en attendant, il me faudra du temps pour lui apprendre à nouveau les bases, à le soigner, à le faire sortir de ce qu'il a vécu. Toute cette haine accumulée, tout ce sentiment de frustration, toute ces vies perdues, tout ça à cause d'un criminel aussi monstrueux que Dollmaker, il avait transformé mon fils et une colère commençait à s'écouler doucement dans mon esprit vis à vis de ce monstre qui avait torturé mon fils aussi physiquement que mentalement. Alors que je repensais à tout ce qui s'était passé : Le Joker, Hurt, Dollmaker, Black Mask, toute ma frustration venait de cette année qui fut monstrueuse pour ma famille. Toute ma colère n'avait pas vraiment été relâchée, et même si l'envie me prenait de lui faire très très mal, je devais me contenir, et me rappeler de ce que Gordon m'a souvent dit. De ne jamais dépasser la limite que nous nous étions imposés : Jamais. Alors que je m'avance pour conforter Tim et le rassurer, tout cela n'est pas de sa faute, et cela ne l'a jamais été. Je suis là pour Tim et je pose ma main sur son épaule. Au fond de moi, je pensais qu'il était temps pour lui de mettre un terme à sa carrière de Robin, après ce soir, je venais de voir un autre Tim Drake, un autre Robin qui ressemblait beaucoup trop à Jason et qui venait de céder à des pulsions dangereuses. Cela nous arrive à tous, mais Tim était encore jeune et il ne devait pas avoir à souffrir de tout ça. Ma voix se veut rassurante.

"Je suis là. Je vais t'aider."

Dis-je avec gravité dans la voix. Tim avait souffert, plus que les autres en terme de tortures, ce corps inanimé, celui de cette Angela, était un des moteurs qui avait alimenté la haine de Tim. Quelque part, je souhaitais que Tim raccroche, qu'il arrête la vie de justicier, cela ne lui va plus, pas pour le moment en tout cas, il devait prendre du recul et se soigner. Il avait beaucoup trop souffert. Appelant Alfred sur la ligne, il était temps de mettre un terme à toute cette folie qui avait sévi dans nos cœurs et dans nos âmes, à tous.

"Penny One, bouclez-moi cet endroit."

Alfred - "Avec grand plaisir, monsieur. Le GCPD est en route et ils vont venir pour récupérer les deux criminels. Du bon travail si je peux me permettre, monsieur."

"Appelez Leslie, nous allons avoir du travail."

Alfred ne dira rien à ce sujet, il sait déjà ce que je pense. Leslie Thompkins nous aiderait à saisir ce qui ne va pas dans l'âme de Tim, elle était bonne psychologue, et elle m'avait beaucoup aidé quand j'avais perdu mes parents. Il me fallait faire en sorte que Tim s'en sorte, qu'il redevienne celui qu'il fut jadis, là, ce que je voyais, c'était un enfant brisé par un malade mental. Je saisis le corps d'Angela la haine au ventre, de devoir porter son corps jusqu'à celui du Joker, lui aussi inconscient. La folie était terminée. C'était fini. Ce parc d'attractions allait être bouclé et demain, je ferai en sorte qu'on commence la démolition de ce parc, il était temps d'effacer les douleurs et les colères de chacun d'entre nous. La soirée se termine enfin, avec ses peines, et ses victoires. Mais surtout avec des douleurs dans l'âme de mon pauvre Tim. Alors que j'appelle la Batmobile, je vois au loin des voitures de la police se diriger vers nous. Elles venaient pour récupérer les hommes qui avaient été suivit le Joker, le clown lui-même et Angela Jackson. Alfred avait transféré le point de détresse au GCPD qui avait envoyé ses patrouilles et ses camions de transfert jusqu'à nous. Je sens comme quelque chose dans l'air, quelque chose de nouveau et d'agréable, comme un léger espoir de tranquillité qui s'ouvre à nous. Maintenant que le Joker et Angela étaient inconscients, ligotés et sévèrement battus, je me mettais à imaginer qu'on pourrait prendre un peu de temps, Tim et moi, pour travailler sur son état de santé, qu'on pourrait faire quelques activités entre père et fils, et qu'on puisse en profiter un peu, qu'on puisse avoir une relation normale. Qu'importe le futur, ce qui avait été fait était fait. Maintenant, il ne me restait plus qu'à attendre les hommes du GCPD et qu'ils puissent confier nos criminels à Arkham Island. Là-bas, ils seraient traités comme il le méritent. L'air était agréable, et malgré le fait que le crime continuait à sévir dans ma ville. Un poids venait d'être ôté, définitivement. Je me dirige avec Tim vers la Batmobile, il était temps de rentrer chez nous, à la maison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une histoire sans fin. [PV Angela / Tim / Joker]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Ende, Michael] L'histoire sans fin
» Ende, Michael - L'Histoire sans fin
» L'Histoire sans fin ...
» L'Histoire sans fin de Michael Ende
» L'Histoire Sans Fin - Michael Ende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Amusement Miles :: Future of Gotham-