Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

  We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Lun 7 Aoû - 19:16

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」
Une paire d’écouteurs fixes dans les oreilles, Jason souffle sur son chewing-gum dans le but évident d’en faire une bulle. La gomme jaillit de ses lèvres et s’écrase misérablement au sol, il pousse un juron inventif et lance des regards noirs à la ronde, pour effrayer quiconque tenterai de se moquer. Les mains plantées dans les poches de sa veste des Gotham Rogues, qu’il a troquée exceptionnellement contre sa veste en cuir chérie. Appuyé contre un pilier du grand portail de la grande entrée du parc universitaire, le visage caché par une casquette, il se dit qu’il ressemble à n’importe quel étudiant, qu’il aurait pu lancer des balles avec des potes, draguer des gonzesses à la bibliothèque et ironiser sur les professeurs. Mais non… Pour le coup, Bruce Wayne n’y aura rien changé : il était pauvre avant la chauve-souris et n’aurait jamais pu s’offrir l’université, ensuite… ensuite il est mort.
 
Todd finit par pénétrer l’enceinte avec un frisson de nouveauté, il a coupé la musique en arrivant pour goûter aux murmures. Il cherche quelque chose, c’est vrai, mais il a tenu à venir en civil par curiosité. Il contemple sa vie idéale : une vie loin de l’angoisse qui ne l’a jamais quitté, toujours là, tapie dans son ventre, que ce soit dans les rues, dans ce vieil appartement, dans la batcave, sur une chaise devant Alfred aux fourneaux, et pire encore après le Puit.
 
Il lui faut un temps avant de se souvenir qu’il ne fait pas que se promener dans les allées du parc, que malgré la douce lumière et l’atmosphère légère il est encore et toujours à Gotham, et par conséquent, qu’il y a fort à faire. En l’occurrence, un trafic. De drogue. D’ordinaire, Jason ne se serait pas donné la peine d’aller se flageller dans un monde qui ne sera jamais le sien, pas plus qu’il n’aurait pu admettre son envie de le rejoindre, mais il y avait un truc louche dans ce trafic. Une substance hautement addictive dans la drogue vendue qui rendait les gens accros bien plus vite. Et toxique. Très toxique. A court termes, les gens devenaient plus taciturnes, rapidement agressifs, puis violents. Et finissaient par mourir. Le jeune homme avait trouvé deux cadavres pour le lancer sur cette affaire, mais bientôt il eut tôt fait de relier bien plus d’overdoses, uniquement des jeunes de douze à vingt-et-un ans, de quoi l’agacer au plus haut point. La piste qu’il avait remontée menait ici, à un groupe de dealers bien cachés, un système d’échelons mis au point avec clairvoyance, le vendeur était fourni par un inconnu, qui lui-même réceptionnait la marchandise d’un autre inconnu. Toujours des petites quantités, mais un vaste réseau de vendeurs.
 
Sa seule piste était une jeune femme, proche de l’équipe universitaire de baseball, qui avait commencé, selon les dires des gens que Jason avait tout à fait illégalement espionnés, à changer de comportement, devenant évasive et fermée. Elle était réputée pour traîner derrière les vestiaires avec d’autres amis, sans doute tous aussi sous l’emprise de la nouvelle drogue.
 
Le gros souci du brun était de trouver ces fichus vestiaires. Il y avait quelque chose comme des dizaines de stades, avec des vestiaires, aucun panneau directionnel et Jason était certain de tourner depuis des siècles. Il fit ce que n’importe qui ne ferait pas par politesse en saisissant un type qui passait. Le col du pauvre garçon dans la main, il le tire en arrière pour l’amener à sa hauteur.
 
« Hey, gamin ! Où est-ce que j’trouve le terrain de baseball ? »
 
Son accent de Crime Alley en roue libre, il se demande s’il a été audible, et s’apprête à secouer le garçon pour l’aider à se déboucher les oreilles. Sa pauvre victime s’écrie dans la panique la plus totale : « jenesaispaslâchezmoi ! » Todd obtempère et se frotte pensivement la joue, il y a devant lui le bâtiment administratif. Mais comment justifier qu’il vient tabasser des étudiants sans se faire jeter par le service de sécurité ?
 
« Excusez-moi… 
- QUOI ?! »
 
Jason ne manque pas de se tourner vers la petite voix, sortie d’une jeune étudiante rousse comme l’enfer. Il ne semble pas remarquer son ton agressif, mais comme elle non plus, la discussion reprend : « Il vaut mieux ne pas étrangler les gens quand on a besoin d’aide. »
 
Elle lui sourit, et il a très envie de lui foutre sa mignonne petite tête de rat dans la façade. Il fronce les sourcils et lui lance un regard plein de fiel. Pendant qu’elle reprend la parole, il se tourne pour observer son camarade. Un jeune homme avec des cheveux sombres, des yeux d’un bleu profond et… La suite du monologue de la gamine lui passe des années-lumière au-dessus de la tête, son sang ne fait qu’un tour au moment même où il pose sa main à son flanc, sur les couteaux cachés. Jason se fige immédiatement. Il ne peut pas sauter sur son remplaçant ici. Le regard dardé sur Tim, Jason lui demande abruptement ce qu’il fait ici. Regrettant immédiatement sa question idiote.
 
« Vous vous connaissez ? Elle demande avec une voix aigüe.
- Ta gueule. Dégage. »
 
Le ton dur et impératif du mercenaire la fait fuir, il n’a pas quitté des yeux l’apprenti de Bruce et se demande comment battre en retraite sans se laisser aller à sauter à la gorge du petit génie.

 


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 165
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Lun 7 Aoû - 22:39


« We're all just victims of a crime »
ft. Jason Todd / Red Hood
_____Il est difficile pour le jeune adolescent de tourner la page face à une situation qui a été très traumatisante. Voilà déjà deux semaines qu’il avait été libéré des mains du Dollmaker par la chauve-souris qui avait fini par retrouver la trace de son fils disparu. Deux mois d’absences, coupé du monde extérieur qui ont été synonyme de violences physiques et psychologique aux yeux du petit justicier. Une absence qui avait été bien évidemment remarqué par ses camarades et ses professeurs. L’adolescent n’avait pas pour l’habitude d’attirer grandement l’attention. C’était un élève studieux, le meilleur de sa promo, et surtout celui qui arrivait à s’endormir le plus facilement pendant les cours. Il s’accordait trop souvent des siestes pendant les heures scolaires, estimant qu’il n’avait pas besoin de suivre le cours pour avoir des résultats plus que satisfaisant, le jeune garçon rattrapait ces heures de sommeil ainsi. Cela se répercutait malheureusement sur son bulletin scolaire.

Tim n’avait pas souhaité que l’on fasse une affaire de cette disparition. Il avait justifié cela par un accident de voiture dans un voyage à l’étranger organisé par Wayne Enterprise. Une excuse qui lui permettait de falsifier les dossiers pour rendre cela encore plus réelle. Ces blessures avaient eu le temps de cicatriser un minimum, d’être complètement désinfecté, sa fièvre disparaitre pour ne laisser que de quelques séquelles.
L’adolescent avait repris depuis quelques jours une vie d’étudiante, essayant de laisser derrière lui tous ces mauvais souvenirs désormais lointain. Malheureusement, c’était plus facile à dire qu’à faire. Le jeune homme avait un visage beaucoup plus effacé et fermé que d’habitude. Il était distant envers ses amis. Ces derniers avaient bien remarqué, mais n’avait pas osé lui poser la moindre question, jugeant que ce soit disant accident avait été plutôt traumatisant chez le garçon.

La journée avait été longue, mais pour la première fois, Timothy avait gardé les yeux éveillés pendant ces heures de cours, mais son regard était ailleurs, perdu dans ces pensées, toujours aussi discret, baladant son regard constamment dans la pièce. Souvent les pupilles fixées en direction des fenêtres, seules de secours proche du garçon. Il n’aimait pas se sentir enfermé dans une salle désormais, même quand il savait qu’il n’était pas seul dedans. C’était un des traumatismes qui allaient beaucoup pesé. C’est aussi pour cela que Bruce avait décidé qu’il devait abandonner le costume de Red Robin pendant encore un temps.

Ce soir, l’adolescent était accompagné d’une amie, décidant de rentrer au manoir Wayne à pied en la compagnie de cette amie. Ils étaient bientôt aux portes de Gotham Academy, prêt à arpenter les rues de Gotham City. Cependant, quelques choses semblaient capter l’attention de sa camarade, il la laissa passer devant. Il lui emboita le pas quelques secondes plus tard et finit par reconnaitre la personne qui agressait son camarade de classe. Il s’agissait une nouvelle fois de son aîné, Jason Todd. Son regard se refroidit machinalement, à la vue de cet homme qui l’avait balancé par une fenêtre lors de leur dernière rencontre. De quoi vous montrer la situation critique de leur relation pseudo fraternel.

Jason pouvait voir que le jeune homme n’était pas dans son état normal. Son visage était fermé, son regard  était entouré par des puissants cernes, les cicatrices sont présent sur son visage, ainsi que certains hématomes sur sa peau pâle. La plupart de ses blessures étaient camouflés par ces vêtements. Il avait rapidement oublié son uniforme à la fin du cours pour laisser place au tee-shirt noir à l’effigie d’un de ces groupes favoris, The Clash, un pantalon classique pour finir par des Doc martens tout aussi basique, un sweat rouge délavé pour camoufler ces blessures au maximum, comme s’il ne les assumait pas.
Il continuait de dévisager Jason Todd, puis se tourna vers son ami qui semblait étonner qu’un adolescent aussi prestigieux que le fils adoptif de Bruce Wayne connaissait un homme ressemblant plus à un malfrat qu’à un ami de milliardaire.

« Oui… C’est un ami d’enfance. » lança Tim sans la moindre sympathie dans le timbre de sa voix. Il se tourna vers ces amis. « Je vais régler cette affaire. Laissez-nous seule s’il vous plait. »

Il attendit quelques secondes, ces amis semblaient hésitant, il n’avait pas confiance en cet inconnu et ne souhaitait pas laisser leur ami dans son champ d’attaque. Pourtant, Tim semblait insister, ils finirent par lui faire confiance et s’isoler. La victime de Jason ne tarda pas à s’enfuir en courant. Le fils adoptif de Bruce Wayne se tourna vivement vers Jason et le força à reculer pour qu’ils s’isolent à l’abri des regards tous les deux. L’adolescent se massa le crâne, essayant de cacher sa colère. Jason semblait tout aussi surpris de voir Tim après plusieurs mois de disparition.

« Je ne vais pas te mentir en te disant que j’apprécie te voir par ici, Jason, mais tu n’as rien à faire là. Tu es dans un campus, pas dans un refuge de dealer. TU N’AVAIS AUCUN DROIT DE T’EN PRENDRE A LUI COMME CA. Qu’est ce qui te prend ? Les malfrats ne te suffisent plus ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Mar 8 Aoû - 13:22

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」
Le ton sec du jeune homme ne peut échapper à Todd, il est frappé par sa froideur, lui qui, même après avoir été passé à tabac, avait tenu à tendre sa main grande ouverte au Red Hood. Par Batman, il avait été entraîné à capter ces changements d’humeurs, collecter les indices, les analyser et en trouver la raison. Et Jason ne pouvait trouver que deux hypothèses : il s’était fait détester, ou l’étudiant avait eu un souci d’une toute autre gravité qu’un passage à tabac. Le brun doutait du fait qu’un tel changement de comportement ait pu s’opérer envers lui alors qu’ils s’étaient quittés sur une offre généreuse de son cadet. Les deux ne s’étaient pas vus depuis quelques mois, et en arpentant la ville, Red Robin était apparu comme absent des rues. Il y avait donc Batman sous roche, forcément.

Les yeux plissés, Jason s’enfonce dans l’inspection de son replaçant, pendant que celui-ci le forçait à reculer pris sous le feu d’un regard furibond. Presque troublé, Jason ne se fit pas prier et vint se cacher naturellement sous la frondaison d’un arbre.

« Qu’est-ce qui t’arrives gam… »

Tim lui coupe net la parole, complètement hors de lui. Jason en éprouve presque de la gratitude, s’étant juré de ne se mêler des affaires de Bruce que pour lui causer du tort. Pas pour réparer les ailes brisées de ses petits soldats. Le mercenaire encaisse, se pince l’arête du nez et soufflant fort pour ne pas repartir dans un conflit perdu d’avance. Il n’en a pas envie, a du travail et honnêtement… la curiosité le dévore.

« Arrête ton cirque le remplaçant, qu’est-ce qu’il t’a fait ? » Aux oubliettes sa sollicitude, son interrogation vise Bruce.

Il tend la main dans le but de toucher la plaie légère que Tim a à la naissance de sa joue, sur sa mâchoire, mais se ravise, captant le regard torve de son cadet. Le rejet de Timothy est sans appel, et Jason se replie sur lui-même piqué au vif, tâchant de ne pas montrer de réaction trop vive. Une nausée le saisit. Il se sent impuissant devant ce gamin sans doute couvert de plaies. Son instinct lui dit que l’enfant devant lui n’est pas le Tim habituel, que quelque chose s’est passé entre le moment où le justicier lui avait offert une seconde chance et cette rencontre avec l’espèce de boule de nerfs. Sa haine converge plus encore vers Bruce Wayne, il le tient pour responsable des plaies de ce gamin, comme il l’a tenu responsable de sa mort. Incapable de protéger ses alliés, il s’acharne quand même à mêler à sa croisade de jeunes innocents. Mais il lui faut reprendre contenance, ne pas montrer son point faible à Tim, qui irait invariablement le rapporter à son maître. Le brun se redresse et lui adresse un sourire moqueur.

« Visiblement, y a besoin que je me traîne le cul dans ton repère de boutonneux, puisque tu t’es gardé les doigts dans le cul alors qu’un repère de dealers se forme ici même, dans ta petite église de tous du culs. »

D’accord, le rentre dedans ce n’est sans doute pas la meilleure stratégie, mais Jason sent qu’il ne pourra contenir ses questions plus longtemps s’il ne change pas de sujet. Son désir de savoir lui pique la langue, et c’est aussi un peu par dépit. Le brun serait d’avis de dire que Batman a laissé son acolyte en fâcheuse posture, comme il avait laissé Jason auparavant. Il sent un goût acide sur sa langue et a une envie subite de secouer le garçon pour lui faire cracher ce qu’il lui est arrivé, et foutre un pain à Bruce. Mais il reprend toutefois, le plus naturellement du monde : « Sois gentil et bien élevé et dis-moi où je peux trouver ce putain de terrain de baseball avant que je ne saigne le prochain connard venu… »

Il finit par s’adosser contre l’arbre, adoptant l’attitude désinvolte qu’il affectionne tant, et allume une cigarette, ignorant totalement s’il en a le droit ou non. Dans un coin de sa tête, il se demande s’il n’est pas en train de perdre de vue son but, sa quête. Il était revenu pour chercher vengeance, et le voilà qui se demande s’il ne doit pas extirper son remplaçant des griffes du Batman. Depuis quand il fait de la charité ? Depuis quand il se soucie d’autre chose que de réparer le tort qui lui a été fait ? Se soucier de ce gosse qui l’a remplacé avant même que son corps ne soit froid ? Il marche en funambule sur un fil dont il ignore à présent la direction. Avant, c’était clair : tuer Joker et Batman, tuer quiconque s’y opposer et puis régner sur une ville apaisée. Pas de charité, pas de compassion, pas d’affection. Il avait découvert que Tim était digne de respect, c’est vrai, mais avait enterré cette pensée avant même qu’elle ne finisse de germer. Il était son remplaçant. Une menace de plus.


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 165
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Mar 8 Aoû - 21:49


« We're all just victims of a crime »
ft. Jason Todd / Red Hood
_____Aujourd’hui, le truc le plus stupide que Tim est pu penser, c’était de se sentir capable de tromper Jason. Red Hood n’est pas stupide, il a été élevé par la chauve-souris, tout comme lui. L’adolescent détestait ses cicatrices, les marques qu’avaient volontairement laissées Dollmaker pour vivre constamment dans l’esprit de sa victime. Le jeune homme, durant ces quelques semaines de repos, avaient essayé de se remettre un minimum de cette phase plutôt traumatisante. Son frère aîné avait rapidement remarqué un brutal changement d’attitude chez son remplaçant. Lui qui avait tendu la main vers l’esprit torturé de Jason il y a quelques mois avait fini par se rétracter, devenant plus froid, essayant d’éviter tout contact humain susceptible de le nuire sous peine de violente représailles.  

L’adolescent sentit la curiosité de son frère aîné. Lorsqu’il remarqua qu’il essayait de toucher ces blessures, Tim le repoussa machinalement d’un revers de la main lent, lui montrant qu’il ne souhaitait pas qu’on le touche, encore moins Jason. Malgré ces quelques mois qui s’étaient écoulés depuis leur dernière rencontre, il n’avait pas oublié les agressions qu’avait commises Jason à son égard. Il ne voulait pas revivre cette scène, même si cela ne semblait pas être l’objectif de son aîné. Il était seulement venu pour une petite enquête. Même si Tim l’avait parfaitement compris, il ne pouvait s’empêcher d’être parano et de plus en plus méfiant.
Cependant, il comprend la curiosité de Jason, il veut savoir, il en crève d’envie, mais l’adolescent ne sait pas s’il est bon d’en faire part à son frère ainé. Ce dernier avait pourtant vécu la même chose avec le Prince du Crime, subissant les supplices du pied de biche et contraint de faire face à une mort qu’il pensait inévitable. Mais rien ne pouvait démontrer à Timothy qu’il ne se servirait pas de ces informations pour les retourner contre lui ou contre son mentor. Alors dans le doute, le jeune garçon préfère s’abstenir pendant quelques instants jusqu’à ce qu’il fasse mention de ce fameux « il ». L’adolescent redressa vivement le regard vers Jason.

« Non… Bruce n’y es pour rien dans cette histoire. Je lui ai caché ma rencontre avec un psychopathe évadé de l’asile d’Arkham. Ce dernier s’est acharné sur moi… J’aurais dû me montrer plus vigilant. »

Timothy restait vague dans ces explications, il se devait d’expliquer un minimum son état à Jason pour éviter que ce dernier ne lance des fausses accusations sur Bruce Wayne. L’adolescent avait bien souligné l’innocence de son mentor dans cette histoire. Son regard se détourna lentement, des souvenirs douloureux commençaient à refaire surface. Il serrait les poings, puis ferma quelques secondes les yeux pour tenter de se raisonner et de ne pas laisser ces émotions impactées ces paroles déjà froides envers Jason Todd. Tim ne souhaitait pas montré à quel point il avait souffert, allant jusqu’à essayer de jouer la comédie. Son attention se détourne lorsque le mercenaire changea de sujet pour justifier sa présence en ces lieux et souligner l’inefficacité de Red Robin. Tim fronça les sourcils.

« Si ça n’en tenait qu’à moi, il y a bien longtemps que ce dealer aurait fini la tête dans le goudron, Jason. Ce n’est plus aussi simple. Depuis… Cette évènement, Bruce m’a demandé de faire profil bas, de ne plus être Red Robin pendant un certain temps… Le temps… que je me remette de tout cela… Je ne suis plus apte à jouer les justiciers pour l’instant… J’ai besoin de reprendre un peu de force et vivre une vie… normale. » L’adolescent avait bien fait attention de ne pas mentionner ces problèmes mentaux, ces traumatismes liées à sa captivité, chose qu’il voulait absolument cacher à Jason de peur qu’il ne soit un peu trop manipulateur, tout comme l’a été son tortionnaire. « Je ne peux pas te mener à lui... tu vas... le tuer. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Mar 8 Aoû - 22:52

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」
Un simple geste de dédain, et Jason se sent comme projeté contre le sol de cette sale pièce en Ethiopie. Le froid qui lui pénètre les os ne lui rappelle que plus violemment sa solitude. Contrairement à son cadet, il est seul. Seul contre tous. Seul à pouvoir sauver tous ces oiseaux assez stupides pour suivre la Chauve-Souris. Seul pour sauver les victimes innocentes des multirécidivistes d’Arkham. Mais Jason ne dit mot, il fait grincer ses dents, serre les poings.

Il adresse aux protestations de Tim un soupir incrédule, sachant pertinemment que le garçon peut deviner sa position sur la chose et surtout sur le fait qu’un criminel d’Arkham ait pu sortir, saisir le justicier et lui faire assez de mal pour le rendre méfiant comme la peste. Pis encore, Jason savait que ce type était là, dans les rues, à chercher d’autres vies à briser. Il lui fallut tout son sang-froid pour ne pas demander de nom. Le mercenaire pouvait presque palper l’angoisse du jeune garçon, il se trouvait devant son miroir d’avant le Joker. La peur, l’angoisse, la paranoïa, et des milliers de petites fêlures qui allaient invariablement le faire voler en éclats. Bruce ne pouvait-il pas les voir ? Ne pouvait-il pas protéger quelqu’un pour une fois ? Une seule fois, juste une fois, trahir ses principes pour sauver un innocent. Un héros.

Affecté par le sujet sensible, le brun dirige donc la discussion vers la raison de sa venue. Il écoute Tim lui répondre avec une frustration grandissante. Non pas pour son refus de le diriger, il s’y retrouverait bien seul à un moment donné, mais parce que ce garçon dégageait un taux de stress incroyable, il était là, à parler de sa vie comme on parle des vacances de son voisin, et derrière tout ça, l’envie de vivre comme un enfant normal.

Et si l’on pose carte sur table, et qu’on demande à Jason ce qu’il veut, il vous dira sous la torture et à demi-mot que tout ce qu’il fait, il le fait pour ne pas avoir à regarder ce spectacle pitoyable. Des enfants soldats en pleine Amérique. Des sacrifices, des blessures, de traumatismes qui ne guérirons pas sur deux gamins de 16 et 21 ans. Il aurait aimé prendre tous ces gamins dans la rue, ces gamins battus, perdus, abandonnés, ceux en qui l’on ne croit pas, à qui l’on ne donne pas le temps, pas d’amour, il les aurait pris sous son aile, leur aurait dit de sa façon bourrue et un peu sauvage combien ils sont précieux, chéris, combien ils ne doivent pas abandonner parce que bientôt, bientôt sûrement, ça irait mieux. Et il les protégerait. De Gotham, des adultes, des criminels. Il serait le Batman, en mieux.

« Putain Tim ! Je suis mort pour qu’il n’y ait plus d’enfant soldat pour le Batman ! Et tu essaies encore de me dire que c’est pas la faute de ce connard ?! Putain ! Putain ! »

Il se tourne dos à Robin pour fourrer son visage entre ses mains, désarmé par la colère. Plus calmement, il reprend par-dessus son épaule : « ces mecs, dans ton campus, c’est pareil bordel. Ils se servent d’enfants vulnérables pour se faire du fric. Que ce soit des thunes ou se rassurer en disant qu’on protège sa ville, c’est pareil. Ca salit, ça abime, ça blesse. Mais rarement celui qui tire les ficelles.

« Tu veux quoi ? Lui foutre une raclée en serrant les fesses pour qu’il ne recommence pas ? Jason se retourne vivement et commence à singer grossièrement un homme qui supplie en prenant une voix idiote : ô s’il vous plaît gentil vendeur de drogues s’il vous plaît cessez donc votre petit marché fort lucratif ! Il se redresse et reprend avec colère. Non ! Non ! Ça ne marche plus comme ça ! Si Bruce n’avait pas été aussi faible, alors tu n’aurais même pas eu à te couvrir tes bleus, parce que j’aurais été Robin, et j’aurais été là pour te défendre, comme Bruce aurait été là pour ME défendre et défendre tous ceux que Joker, Freeze ou Zsasz ont tués, jours après jours, évasions après évasions ! Je suis devenu un paria pour qu’Alfred n’ait PLUS JAMAIS à enterrer un gosse ! Putain ! »

Cette fois, Jason ne s’est pas retenu et finit sa tirade en hurlant. Par chance, personne ne passe à ce moment-là, et la conversation demeure entre les deux jeunes gens. Encore une fois, il porte sa main à son visage, à son front. Il se le frotte avec précipitation, comme pour extraire la migraine qui pointe le bout de son vilain nez. Il est allé trop loin, trop profondément dans l’expression de son angoisse. Todd le regrette, il le regrettera encore plus quand il aura un temps de calme pour repenser à cela.

« Je ferais ce que Bruce ne fera pas, sa voix s’est adoucie, il murmure presque comme s’il se  livrait à une confidence. Je ferais ce que personne ne fera. Ce que personne ne veut faire. Dis-moi où est ce putain de terrain, Remplaçant. Dis-moi son nom. Et j’irais faire ce que personne ne veut faire mais ce qui doit être fait. »

Presque inaudible tellement sa mâchoire est crispée. Il finit par ajouter en se frottant les yeux pour en chasser la fatigue : « j’ne ferais pas d’esclandre. Proooo-miiiiiis. » Il ajoute ça sur un ton moqueur, dans l’espoir de relever le niveau de cette conversation qui frôle des sommets du ridicule. Il était venu confiant pour donner une leçon à des petites frappes, et repartait avec un traumatisme rouvert en grand par les grands yeux larmoyants de son cadet. Un vrai délice.


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 165
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Ven 18 Aoû - 18:51


« We're all just victims of a crime »
ft. Jason Todd / Red Hood
_____C’est à croire que le grand Jason Todd se souciait d’autre chose que sa propre personne. L’adolescent est plutôt surpris de la reaction de son prédécesseur. Lors de leur dernière rencontre, celui-ci n’avait pas retenu ces coups pour faire comprendre à quel point il en avait voulu à Tim pour l’avoir remplacé. L’adolescent s’en souvenait très bien, cette nuit où le grand Red Hood lui avait appris à passer par la fenêtre plus d’une fois, déterminé à transformer son adversaire en crêpe.
Aujourd’hui, ça ne semblait plus être le cas. Timothy restait distant, de peur de s’en prendre une de nouveau. Sa main effleurait doucement sa ceinture, là où il avait accroché un bõ d’entrainement divisé en trois parties et facilement emboitable, beaucoup moins sophistiqué, high-tech et beaucoup plus lourd. Sans lui, l’adolescent se sentait nu. En parcourant ces épreuves difficiles, il était devenu beaucoup plus parano, peut-être un peu plus agressif. Une certaine fatigue se laissait ressentir sur le visage de l’adolescent, ces cernes n’étaient pas tout à fait innocents dans cette histoire et l’attitude de son frère ainé n’arrangeait rien.

« Jason… Tu ne comprends pas. Bruce ne voulait pas d’un autre Robin. Il m’a rejeté, plus d’une fois quand j’ai essayé de venir vers lui en lui affirmant qu’il avait besoin d’un autre Robin pour ne pas sombrer dans la folie. Alfred et moi… On l’a aidé à entendre raison. Comparé à toi, ou à Dick, j’ai vraiment pris cette décision, je l’ai même imposé. Alors, Bruce n’est pas responsable de ce qu’il s’est passé là-bas. J’ai été stupide, je me suis laissé duper. »

Puis le justicier à louer change de sujet. Le sujet précédent semblait le mettre hors d’état de lui. Il semblait se soucier de l’état de santé psychologique de son petit frère, beaucoup plus jeune que lui, et donc beaucoup moins solide. Il baissa légèrement la tête avant de se masser le crâne. Tim voulait tourner la page lui aussi, passer à autre chose et éviter de se remémorer des souvenirs douloureux passer dans la demeure du Dollmaker.
L’adolescent se permet de détourner le visage quelques secondes, essayant de faire la part des choses, réfléchir et oublier quelques secondes l’état colérique de Jason. D’un côté, Bruce était occupé, Gotham était une ville corrompu jusqu’à la moelle, les criminels pullulent et un seul homme ne peut pas entièrement rivaliser contre tout ce beau monde. Tim ne pouvait s’en charger lui-même, étant donné son état. Red Robin était en congé.
Il est vrai que ce dealer méritait une bonne correction. Non seulement ce dernier vendait de la drogue au mineur, parfois même plus jeune que l’adolescent, mais en plus, il était considéré comme une brute dans le bâtiment et avait déjà essayé de s’en prendre à l’intello mais aussi à ces amis. Bien évidemment, cet homme aimait s’en prendre aux fortes têtes qui ont l’air si fragile, mais Red Robin ne comptait pas se laisser marcher sur les pieds, ni en tant que justicier, ni en tant que Tim Drake Wayne. Il avait déjà mordu la poussière avec l’adolescent, il avait pris ces distances avec ce dernier. Il était temps qu’il rencontre Red Hood.

« Je t’accompagne. »

Ce sont les seuls mots qu’il prononça avant de lui faire un signe de le suivre pour se rendre au terrain de baseball. Juste en dessous des gradins, une petite troupe de deux ou trois individus cachant leur visage et se cachant des fouineurs qui passaient par là. Tim avait fini par comprendre que la brutalité n’avait pas aidé ce dealer à se calmer. Il aimait l’argent facile, l’argent sale. Il revenait toujours, prenant ces précautions pour ne plus avoir à faire au fils de Wayne.
Le plus grand était la cible de Jason Todd un blond, cheveux court, plutôt imposant niveau masse musculaire. Ces yeux verts se redressèrent pour dévisager froidement les deux frères qui se rapprochaient dangereusement de lui. Il tapota l’épaule de ses amis qui leur tournaient le dos, des amis qu’ils considéraient un peu comme sa garde rapprochée. Un sourire amusé illumina son visage. Le petit Wayne était amoché, peut-être plus facile à battre, et son espèce de garde-du-corps ne fera pas le poids face à quatre personnes, excluant Tim qui avait perdu de sa superbe et semblait capable de s’écrouler avec une seule pichenette.
Le dealer en question n’était autre que Thomas Mc Hoyt, un fils de riche d’originaire du Nevada. Il aimait beaucoup se sentir supérieur, et en plus de ça, il aimait être craint. Amusé par l’arrivé de ces deux intrus, sa main glissa vers sa ceinture. Bien caché du champ de vision de Tim et Jason, ses doigts effleurèrent la crosse de son arme collé contre sa colonne vertébrale, prêt à menacer ces deux petits rigolo.

« Mais regardez qui voilà, le fils de Wayne. Je ne veux pas être méchant, mais j’aurais préféré que ce petit accident de voiture t’achève. Tu as vu ta tête ? Haha. Dis-moi, mon petit, tu as besoin d’un petit remontant pour calmer la douleur. Regarde-toi, tu ne tiens même pas sur tes deux jambes. »
Il semblait faire une fixation sur les atèles de Tim qui lui permettait de rééduquer ces jambes amaigris. Ce dernier l’ignora, Thomas se tourna vers Jason Todd. « Et ça ? C’est quoi ? Ton garde du corps d’occasion ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Ven 18 Aoû - 21:31

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」
Todd ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel en replaçant le visière de sa casquette. L’excuse de son cadet est plausible, mais pas acceptable. Et soudainement Jason s’en veut d’avoir échoué lui aussi. Comme Dick, comme Bruce, il a été incapable de sauver un enfant pris dans la croisade du Batman, trop préoccupé par sa vengeance. Et ses yeux se posent sur ce gamin au moment où il saisit l’entière vérité. La dernière fois, il s’était laissé posséder par la folie du puit, cette colère noire, puissante, enivrante. A présent, il se sent incapable de lever la main sur Tim, pire encore, il ne pourrait jamais le tuer. Bruce, oui. Mais pas ce gamin, pas un innocent, manipulé par cette ville et son protecteur.

Il perçoit du coin de sa vision le geste de Tim vers une petite bosse, sans doute une arme, mais cette fois le brun ne le prend pas mal, au contraire. Il capte le mouvement et l’enregistre, l’assimilant à un tic induit par la nervosité. Il l’avait désiré, cette peur innée que devaient avoir les gens devant lui, mais il aurait préféré n’être craint que par les malfrats. Mais la justice a un prix que le jeune combattant est prêt à payer. Plutôt deux fois qu’une.

Quand Tim propose, ou plutôt affirme, l’accompagner, Jason ne peut s’empêcher de constater qu’un large sourire s’est collé à son visage, l’adrénaline parcourant ses veines et ses yeux cherchant une once de joie ou de contentement chez le jeune prodige. Déçu de ne rien y trouver, il lui donne une bonne bourrade dans le dos dans l'idée de lui arracher un semblant d'émotion, claquant sa main sous l’épaule de Tim.

« Whoops, pardon ! »

Il avait oublié que son cadet semble plutôt physiquement mal en point, mais l’excitation du travail en équipe lui a fait perdre son sang-froid. Il ressemble plus à un gamin qu’à un tueur professionnel.

« Allons voir nos lascars, et leur parler avec calme et sérénité, n’oublions pas que je suis un adulte après tout ! »

Après ces mots, Jason se tait et se contente de suivre Tim sans chercher à établir plus de contacts, sa mission est revenue dans ses pensées et il se focalise dessus, ne doutant pas un instant de sa difficulté, mais quand bien même la formation du Batman lui est restée et il préfère parer à toutes les éventualités.

Les deux frères adoptifs finissent par trouver le terrain, au début, Jason ne voit que deux jeunes hommes, forts bien bâtis, et un troisième finit par apparaître derrière un mur, adossé négligemment. Le trio se tourne de concert vers les arrivants, ils s’échangent des sourires et Jason remarque immédiatement que leurs moqueries sont adressées à son jeune successeur. Il arque un sourcil, n’imaginant pas un seul instant que Robin ait pu se laisser asticoter par cette bande de nazes et être si peu respecté. Durant son court temps à l’école, sous l’égide du grand Maître Wayne, l’établissement vivait au rythme de ses convocations et des plaintes à l’encontre du jeune et turbulent orphelin. Le brun ne se soucie même pas de la menace à demi-voilée du blond qui montre avec flegme qu’il est armé, mais Jason s’en tamponne le coquillard. Non seulement il est mieux armé, mais l’idée que ce petit imbécile lui donne encore plus de raisons de l’envoyer à l’hôpital est un délice à ses yeux.

« Mais regardez qui voilà, le fils de Wayne. Je ne veux pas être méchant, mais j’aurais préféré que ce petit accident de voiture t’achève. »

Ouh… Jason lance un regard à Tim, captant que c’est son excuse pour justifier ses aides pour marcher, mais également pour savoir si son cadet compte lui donner son accord pour faire avaler ses dents à ce petit morveux. Tim reste de marbre, comme sourd, et sans doute est-ce pire pour Jason, qui le regarde avec une inquiétude cachée par l’ombre que projette sa visière sur son visage. Le mercenaire lui laisse finir sa phrase, adresse au groupe un sourire en coin et se craque les doigts avec lenteur, sadiquement.

« Je vais te péter la gueule pour avoir eu la mauvaise idée de faire des affaires dans une école. Ensuite, quand tu auras fini ta rééducation, car tu en auras besoin, après ce loooong séjour à l’hôpital… au moment de ta délivrance… Uniquement là, je te ferais tellement mal que tu souhaiteras ne jamais être sorti de ton fauteuil. Et ça, ce sera pour ce glandu de Timothy qui t’écoute baver avec une patience idiote. »

Sans une once de colère, il encaisse les jurons qui lui sont adressés et laisse paisiblement arriver, ou plutôt foncer, sur lui le premier type, le plus petit des trois. Ils sont tous assez grands, bien plus que les jeunes de cet âge, mais seul le plus haut des trois peut se vanter d’égaler la taille de l’ancien Robin. Quand le type lui fonce dessus, poing en avant et lui colle une baigne, il ne fait qu’absorber légèrement et imperceptiblement. La bande se met à rire, croyant avoir remporté le round. Le brun ne peut s’empêcher de s’esclaffer, mettant fin aux ricanements.

« Rien de mieux en stock ? »

Goguenard, Jason saisit le poing du gars, l’entraîne en avant comme pour le prendre dans ses bras et lui assène un grand coup de tête, il profite que celui-ci essaie en vain de l’esquiver pour se servir de son mouvement vers le bas et lui coincer le dos sous ses mains. Une nouvelle fois, il s’y appuie pour rendre son coup de genoux en plein plexus plus violent. Se redressant, le mercenaire se frappe les mains entre elles comme pour y chasser de la poussière. Il ne s’est pas départi de son large rictus et demande d’une voix pleine de moquerie : « Celui-ci vient de perdre les trois quart de sa cage thoracique, respirer lui sera éternellement pénible. Et tu peux bien sortir ton flingue que ça ne te sauvera pas. Alors, vous allez écouter où je vous aide à rester attentifs ? »

Le corps retombe avec un bruit sourd et un petit gémissement. Le vengeur plisse les yeux, son identité bien cachée sous sa casquette, il sent sa patience s’éteindre à mesure que sa colère grandit. Il connait ses types, ils sont comme lui. Imbus d’eux-mêmes, puissants, hors d’atteinte de quiconque, des parents riches pour les protéger de la Justice, des copains costauds, de jolis minois et le tour est joué. Jason aurait pu finir comme eux, comme dealer sans peur, sans crainte du GCPD ou du Batman, l’une impuissante, sans preuves, l’autre trop doux pour effrayer réellement. De son avis, Todd avait filé un excellent coton, et ces trois-là non. Ils méritaient une punition, d’abord pour entraîner des gosses dans leur déchéance, mais aussi pour avoir profité de l’idiotie – certains dirons clémence – du jeune étudiant.


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 165
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Sam 19 Aoû - 14:15


« We're all just victims of a crime »
ft. Jason Todd / Red Hood
_____Oui, c’est cela, un adulte totalement responsable. Red Robin ne croyait pas une seconde aux insinuations de son frère ainé. Il s’était contenté de rester muet, un regard blasé et fatigué creusant son visage et qui refusait de partir. Jason avait bien remarqué ça et avait essayé de détendre l’atmosphère avec son successeur, lui faire comprendre qu’il était de son côté et que tout allait bien se passer. Cependant, ce geste qui pourrait sembler amicale à première vue est rapidement considérer par le garçon comme une menace. La force de Jason le força à faire un pas en avant pour éviter de tomber et réveilla les quelques blessures qui se trouvait sur son dos. L’adolescent se retourna vivement, son regard blasé était devenu colérique et ses dents s’étaient resserrées ainsi que ces poings. L’une de ses mains avait par ailleurs glissé en direction de son arme, prêt à se défendre. L’aîné avait fini par comprendre que ce geste était perçu comme une agression et que l’adolescent réagissait en laissant son instinct de survie prendre le dessus. Il s’excusa, et au bout de quelques secondes, la pression chez Timothy redescendit. Il ne se reconnaissait pas dans ces agissements, c’était comme si, durant ce court instant, quelqu’un d’autre avait pris le dessus sur son corps et sa manière de voir les choses. Plutôt préoccupant, l’adolescent retrouva son regard initial, échangea un rapide coup d’œil avec Jason avant de reprendre la route.

L’adolescent n’était pas très réactif, effectivement. Son regard restait fidèle à lui-même observait chaque individu qui souhaitait défié Jason. Ces derniers n’avaient sans aucun doute pas reconnu le Red Hood, et c’était une erreur de leur part. Les bras croisés, une fois le discours du dealer enfin terminés, il orienta quelques secondes sa tête en direction de Jason Todd et lui fit un simple hochement de tête pour lui donner son accord. Thomas avait souligné l’excuse manigancé par Tim pour justifier certaine des blessures qu’il ne pouvait pas entièrement dissimulé, un accident de voiture à l’étranger, suivit de quelques complications chirurgicales. Avec une falsification de dossier, cela pouvait justifier une bonne partie de ses blessures, mais ne pouvait pas réellement justifier la perte d’un de ces organes. Personne dans cet établissement n’avait besoin de savoir cela et Tim gardait le silence sur ces évènements.  

Le premier attaque pour donner une bonne correction à ce gêneur. La taille de Jason ne semblait pas l’impressionner, mais il n’allait pas tarder à sentir la puissance que dégageait le second Robin. En quelques secondes, son adversaire se retrouva par terre, à la limite de l’agonie, il n’avait pas su contre-attaquer les attaques violentes du mercenaire. A l’entente de ses paroles, le reste du groupe, composé de quatre individus désormais, reculèrent tous d’un pas. Ils avaient sous-estimé l’individu en question.
Thomas ne tarda pas à resserrer la pression qu’il exerçait sur la crosse de son arme. Ces dents se resserrèrent, et sa colère semblait gagner du terrain lorsque sa tête s’orienta en direction du seul responsable de cette affaire, le fils adoptif de Wayne. Le regard totalement indifférent de ce dernier semblait accentuer la colère du dealer. Il rapprocha ses lèvres du reste de sa troupe, lui filant quelques instructions de sorte que les deux frères ne puissent se douter de rien.

« Le p’tit. Il est pour moi. » grogna l’un des gars avant de lancer un sourire amusé sur le jeune Timothy qui ne leva même pas un sourcil.

«  Idiot. » se contenta-t-il de répondre.

Il n’y en a qu’un qui daigna s’en prendre au plus faible. Il est bien plus facile de tabasser un adolescent qui a déjà les os fragilisés. Mais ce que cet idiot ignorait, c’est que Tim Drake était loin d’être un étudiant comme les autres. Il était loin d’aimer être considérer comme une damoiselle en détresse. Il laissa échapper pour la première fois, un regard de défi à son adversaire avant de faire glisser ces mains sur ces fameux atèles. Une seule pression de ces doigts fins sur un endroit stratégique du mécanisme et ce dernier libéra les deux jambes de l’adolescent. En soit, ce n’était pas une excellente idée, mais il fera en sorte que le combat soit court et donc peu éprouvant pour lui. Il cachait sa souffrance derrière son visage fermé et concentré.
Le premier coup est lancé et visait le visage du jeune justicier. Ce dernier limitait ces mouvements et se contenta de basculer son visage sur le côté pour esquiver avant de répliquer en lui envoyant son poing  dans les côtes, un endroit stratégique pour lui couper le souffle pendant quelques secondes. Cela donna l’occasion au garçon pour enchaîner les attaques. Il se permet même de lui envoyer l’une de ses rotules dans les parties histoire de le calmer définitivement. Il se retrouva à genoux, juste devant Tim qui semblait presque s’ennuyer pendant ce combat. Une simple pichenette et son adversaire finit à terre, recroqueviller, le visage défiguré par la douleur. Et un de moins sur la liste.

Le reste de la troupe s’était acharné sur Jason Todd. Son cadet fit glisser ces doigts sur un morceau de son bõ et le retira de sa ceinture. Ce morceau, il le jeta sur le dernier des hommes qui se dirigeait en direction de Jason. Le tiers de cette arme atterrit en plein visage ennemi, ce qui permit à Jason de gagner un peu de temps alors qu’il affrontait déjà deux individus en même temps. L’adolescent ne sous-estimait pas son prédécesseur, mais s’il pouvait se rendre utile et leur coller une bonne correction, cela l’aiderait à oublier ces blessures et à se sentir normale.
Seul le dealer du groupe, Thomas n’avait pas bougé de sa place et c’était bien le seul. Sa main glissa derrière son dos, son arme était désormais sortie, le cran de sécurité retiré, la main tremblante. Il était prêt à faire une grosse connerie, et son regard semblait se tourner machinalement sur le responsable de cet affront. L’arme est désormais à la vue de tout le monde, pointé directement sur Jason, et le regard tourné vers le cerveau de cette équipe.

« Tu vas regretter cet affront. Tu te mêles de tout ce qui ne te regarde pas. Tu t’es pris pour un de ses pseudos justicier, ou tu ne te sens plus pisser depuis que le milliardaire a eu pitié de toi, Drake ? Vous deux, vous vous engagez dans un terrain qu’il ne vaut mieux pas fréquenter. »

L’attention de Tim était focalisée sur Thomas qui tenait Jason en joue, prêt à lui faire exploser la cervelle, même si sa main était tremblante. Il n’avait  pas crainte des conséquences s’il tirait. Ces parents étaient riches et il pouvait toujours affirmer que c’était de la légitime défense, personne n’irait pleurer Jason. Il ignorait donc que la personne qu’il avait mis au tapis quelques minutes auparavant était lui aussi également armé. Ces gestes étaient lent, de sorte de ne pas alerter Red Robin qui était proche. L’arme en main, le cran de sécurité retiré, le gars pointa le canon vers l’adolescent qui détourna le visage vers l’arme de poing. Les deux coups de feu retentirent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Sam 19 Aoû - 17:36

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」

« NON ! »

Jason s’élance d’instinct entre le canon et Tim, mais aucune douleur ne vient. La surprise ne se supplante aucunement à l’odeur de la poudre et du sang. Il tourne la tête vers son jeune frère et son nom franchit ses lèvres comme une rivière en crue brise un barrage. Un cri non retenu, de toute façon le temps n’est plus à jouer les acteurs et faire comme si l’on se fiche de l’autre. Jason continue dans son élan, parce que la deuxième balle qui lui est adressée va partir, mais qu’il ne sait pas qui sera l’heureux élu qu’elle touchera.

Tout est allé relativement vite, mais l’ancien Robin se souvient de chaque geste. La discussion entre les malfrats, puis le groupe qui se scinde en deux dans l’idée de vaincre les deux justiciers. Si le premier attaquant avait été défait par la grâce de la surprise, ne se doutant pas que Jason était un combattant aguerri il n’avait pris aucune précaution, les deux hommes qui fondaient sur Jason savaient à quoi s’en tenir. Du coin de l’œil, tout en parant et répondant machinalement aux coups, Hood observe Timothy.

Il fallait être idiot pour croire que le gamin était sur la voie de la rémission. Il souffrait, était au bord du gouffre, et pourtant, maintenant l’illusion. Après avoir vaincu sans mal son adversaire, Tim lance au visage d’un des gars son bô rétractable, Jason en profite pour envoyer valser le pauvre mec d’un coup de pied en plein ventre et récupère d’un geste le bâton de combat pour assommer le dernier. Mais un son caractéristique le fige. Un maître en armes à feu n’a pas peur du déclic de la sécurité et connaît la douleur qu’inflige une balle dans la peau. Mais subitement, Jason n’est plus seul, et a à charge une autre âme.

Mais ce n’est pas cette arme, détenue par le leader du groupe, toujours en retrait, qui tonne la première. Tim et Jason la voient au dernier moment, au moment où elle fait feu, et ils n'ont pas le temps de fustiger leur négligence que le son assourdissant de la détonation fait hurler Jason. Son corps se meut seul, sa main tendue vers Tim pour le jeter hors du champ de tir du gamin. Mais il ne rencontre que du vide et l’arme fait son office, bien qu’il ne voit pas où le jeune étudiant est touché.

La seconde détonation est causée par le sursaut de Thomas, sans savoir trop ce qu’il fait, il ferme les yeux et tire en paniquant. Le brun percute son remplaçant violement et le pousse au sol, la balle lui brise la première côte à droite et l’action conjuguée du kevlar et de l’os permettent d’achever sa course sans trop de dégâts. Mais la douleur est immense, elle supplante la colère et la peur pour le faire tomber à genoux, un bras ballant et l’autre posé sur la plaie pour récolter le sang qui s’en échappe et le regarder avec un étonnement croissant.

Il sait qu’il doit bouger, il doit se protéger et protéger les autres, Bruce lui a appris comment faire. Serrer les dents, ignorer les tiraillements de ses muscles et le sang qui lui manque. Il se munit d’un couteau et épingle l’épaule de Thomas, de façon à ce qu’il lâche son arme et hurle de douleur. Ce n’est pas assez, pas assez de souffrance, pas assez de cris, pas assez de larmes pour épancher la colère de Jason, mais cette colère est entièrement tournée contre lui. Contre son idiotie, son manque de clairvoyance. Que d’erreurs. Avoir pris Tim avec lui, avoir choisi une école et donc avoir laissé ses flingues chez lui, et pire que tout, n’avoir pas été assez vigilant.

« Drake ?! »

Essoufflé par l’effort, Jason se tourne péniblement vers son remplaçant qui a lui aussi l’épaule maculé de sang. Ses yeux s’ouvrent en grand pour trouver l’origine de tout ce sang, le poussant à se relever avec peine pour s’approcher de son allié. L’autre gars est tombé inconscient après avoir tiré, et le dernier a eu la merveilleuse idée de fuir. L’heure n’est pas à la traque, de toute façon, après avoir fait trois pas, Jason s’écroule plus qu’il ne tombe devant Tim. Sa plaie est relativement superficielle, bien que sans doute douloureuse et gênante. Le soulagement permet à Jason d'inspirer une grande goulée d'air, qui se fraie douloureusement un chemin dans les poumons du garçon, qui avait vécu les dernières minutes en apnée. 

« Il faut prendre l’autre… ah putain, il m’a pas loupé merde. Jason pousse un râle entre colère et souffrance, la main serrée contre son torse. Il faut les traîner quelque part où les… fait chier… où les interroger. »

Après sa tentative de dédramatiser la scène, il y a un temps de flottement durant lequel Jason s’aperçoit que Tim ne l’aidera pas à traîner ces types dans un endroit où il pourra les interroger et relâcher sa colère sur eux, mais qu’en plus il y a plus urgent. Comme… extraire la balle de son corps ?

« Ou alors tu as une meilleure idée petit génie, une idée qui ressemble à une clinique médicale discrète... ou alors un hôpital. Un hôpital ce serait bien... »

Rendu nauséeux par l’adjonction de la douleur, des râles du type qui essaie de sortir le couteau de sa plaie (très mauvaise idée, par ailleurs) et l’odeur omniprésente du sang mêlé à la poudre, le mercenaire finit par laisser sa tête partir en arrière alors que la lumière du soleil lui agresse les rétines. Il a besoin d’une idée, d’une bonne idée, et pourtant la force de la chercher lui manque cruellement. Il en est résolu à se reposer sur un gamin qu’il a jeté par la fenêtre.

« Qu’est-ce que t’attends pour m’aider Tim putain ? Si t’es en colère pour la dernière fois, on va dire que je suis désolé alors… oh… mon suspect s’enfuit Tim… »

Jason tourne laconiquement le visage vers Thomas, qui a fini par retirer le couteau et se traine contre un mur pour filer à l’anglaise.


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 165
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Mar 29 Aoû - 19:04


« We're all just victims of a crime »
ft. Jason Todd / Red Hood
_____L’adolescent aurait dû voir le coup venir. Il connaissait bien ce dealer, ou du moins son comportement. Cet homme et ces pseudos amis qui lui léchaient le derrière sans vraiment le dissimuler derrière de faux semblant. Tim sentit la balle frôler la peau de son bras, déchirant le tissu de ses vêtements. La force et la surprise de l’acte de Jason le pousse à perdre l’équilibre et à coller sa colonne vertébrale contre l’épais gazon. Impuissant, ne pouvant se relever aussi rapidement qu’il aurait souhaité, il dut assister à la vaine tentative de Jason de botter le cul à son agresseur et à la fuite de ces derniers.

« Putain, on a fait une connerie ! » C’est ce que l’adolescent avait rapidement attendu de la part de l’agresseur de son frère aîné avant de prendre ces jambes à son cou et fuir au plus vite.

Pas question pour Red Robin de le laisser partir ainsi ces brutes. Il fit glissé sa main le long de sa poche afin d’en sortir un traceur. Alors qu’il était encore allongé sur le gazon situé juste derrière les gradins du terrain de football, il lança le traceur sur l’assaillant de Jason avant de se tourner vers ce dernier.
Il ne s’attendait pas à voir un Red Hood touché, à terre, essayant de cacher ces douleurs par quelques paroles et plaisanteries qui auraient probablement pu faire rire un collégien. L’adolescent n’avait pas la tête à rire, il s’était concentré sur Jason et avait rampé vers lui. Il continuait toujours de geindre, marmonner des paroles qui semblaient presque inaudibles aux yeux du jeune homme. Il examina la blessure de son frère aîné, elle était plutôt sérieuse, il n’était pas envisageable de trainer davantage. Timothy redressa le regard sur lui.

« Ne t’en fais pas, Hood. J’ai toujours plus d’un tour dans son sac. » affirma Tim avant de montrer l’écran de son smartphone, montrant le lieu exact où se trouvait l’assaillant de Jason. Il courait vite le bougre, de peur que Jason, même blessé lui colle au cul et lui fasse regretter cet acte si maladroit de sa part. L’adolescent observa les alentours une fois avoir rassuré Jason. « Je ne peux pas te promettre l’hôpital. Je n’arriverais pas à te trainer jusqu’à là-bas avec mes jambes. Il ne faut surtout pas attirer l’attention sur nous… J’ai une meilleure idée. »

L’adolescent mit plusieurs secondes à se redresser sur ces deux jambes. Il entraina avec lui son partenaire malgré lui, enroulant l’un de ses bras derrière sa nuque et le forçant à marcher. A une quinzaine de mètres se trouvaient le vestiaire des sportifs, inhabité. Il n’y avait pas entrainement cette semaine, aucune raison pour rester dans les environs. Tim força sur ces deux jambes déjà faibles, masquant la douleur derrière un visage défiguré et recouvert de sueur. Il posa Jason contre le mur, à côté de la porte d’entrée et crocheta la serrure. En quelques secondes, la porte ne résista pas longtemps face au jeune héros qui laissa Jason entrer le premier dans son hôpital de fortune.

Il installa un banc pour que Jason puisse correctement s’installer, histoire de le reposer pour ne pas qu’il nous fasse un malaise. A lui de voir ce qu’il souhaitait réellement, Tim ne le forçait à rien, il était resté silencieux pendant tout le chemin, concentré, calmant sa douleur et se concentrant sur ce qu’il faisait. Il attrapa quelques serviette, fouilla la trousse à pharmacie disponible dans l’infirmerie et ramena le matériel non loin du blessé.
Tim ne demanda pas l’autorisation pour lui retirer le haut de ses vêtements. Il désinfecta la blessure avec l’alcool pharmaceutique qu’il avait trouvé dans la pharmacie et commença à stopper l’hémorragie et penser la plaie de Jason.

« Merci. Pour ce que tu as fait pour moi… » lança timidement l’adolescent avant de recouvrir la plaie de son sauveur, en lui faisant inconsciemment échapper quelques gémissements de douleur. « Désolé… »

Une fois la blessure complètement soigné, ou presque. L’adolescent recula pour laisser Jason respirer, posant ses affaires près de lui. Tim verrouilla la porte du vestiaire pour que personne ne puisse y entrer, si jamais un curieux rendait visite aux deux frères. Le plus petit surveillait les alentours, reposant ses jambes en collant sa colonne vertébrale contre un mur et surveillant derrière une petite fenêtre. Il jetait de rapide coup d’œil sur Jason, ne surveillant même pas son état de son côté. Une blessure superficielle à ses yeux, mais il n’y avait pas que ça. Au fur et à mesure que le temps passait, Jason pu apercevoir un filet de sang s’échapper de la narine de son petit frère, ses mains et ses jambes trembler.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Mer 30 Aoû - 0:07

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」

Plus que d’entendre le reste de cette bande de bouffons s’éparpiller en s’égosillant, Jason apprécie la voix de Timothy qui lui annonce qu’il n’est pas dépourvu de son génie légendaire. Il jette un œil au portable de son cadet et un sourire s’esquisse sur son visage. Il lui faut définitivement des trucs comme ça, mais malgré sa formation poussée, il doit être le plus en retard au niveau des nouvelles technologies et du hacking. Avoir installé seul un GPS sur son téléphone constitue pour Jason une victoire notable, ce qui ne lui permet éventuellement pas tellement de faire joujou avec des traceurs.

Un instant, le brun se sent légèrement coupable d’avoir manqué de ruiner tout l’anonymat de son remplaçant, mais comme toujours, ce sentiment désagréable se dissout dans le reste de ses émotions. Et comme Tim l’invite à se reposer sur ses épaules, le plus grand s’y appuie et suit son cadet en essayant de ne pas tout à fait s’avachir sur lui. Les grimaces et la peine évidente qui se dépeint sur le visage de Drake ne peut échapper à Todd, mais quelque chose lui dit qu’il vaut mieux ne rien demander, de peur de se sentir impliqué dans la vie du jeune étudiant ou pire, s’entendre dire que ça ne le regarde pas.

Arrivé au vestiaire, Jason s’écroule sur un banc et manque de le renverser en y répartissant mal son poids. De là, Tim prend en main l’inspection de son torse, sans aucun souci. Il semble ne pas avoir le temps, ou l’énergie, de capter le mouvement des mains de son aîné vers ses armes, rendu nerveux par sa soudaine vulnérabilité. Bien qu’involontaire, Jason ne cherche pas à s’excuser de ce mouvement, après tout, il n’y a pas eu de trêve ou de traité. Et si Tim avait été en meilleure forme, le mercenaire aurait refusé de compter sur lui.

« T’as pas l’air désolé du tout ! Aïeuh ! »

L’échine parcourue de tressauts et de mouvements involontaires pour fuir la sensation piquante de l’alcool, Jason essaie d’arracher un sourire à son co-équipier. D’accord, ça fait un mal de chien, mais la balle à sans doute fait son chemin jusqu’à la côte, brisant de l’os mais rien de dangereux ou d’incapacitant, pourvus qu’il serre les dents et supporte la douleur.

Pendant que Timothy fait le pied de grue devant la porte, le brun lui vole un bandage et se l’entoure rapidement contre la plaie, en essayant d’y coincer assez de coton pour empêcher un saignement trop abondant. Il lance des regards à la volée à son remplaçant, et le trouve de plus en plus pâle.

« Hey Remplaçant, ça va ? Il lui semble bien avoir parlé assez fort pour être entendu, mais face au manque de réponse, il se dresse sur ses pieds et s’approche du garçon. Tim ? »

Sourcils froncés, il saisit le bras du jeune homme avec autorité, la plaie semble superficielle et la théorie du poison écartée, puisque lui-même semble plus en forme que le justicier. Il l’entraîne vers le banc et lui annonce : « je sais pas ce que t’as foutu, mais j’ai pas tellement envie de jouer les infirmières, installes toi ici et préviens l’ancien qu'il vienne te chercher pendant que je nettoie ça. »

Le brun geint à propos de se faire accuser d'avoir foutu le bordel et blessé Tim, mais c'est surtout pour meubler le silence. Il y a des gamins avec des fessiers en manque de bottes cloutées et il n’a pas le temps, ni la santé, de se traîner un Red Robin tremblotant. Sa curiosité le pique, Todd se mord la langue pour ne pas demander de but en blanc l’histoire en entier, il avait désiré entretenir une certaine distance avec les membres de la Batfam, entrecoupée seulement de combats, pas faire équipe avec eux et encore moins essayer de leur sauver la mise. Le jeune homme voulait les haïr, il veut haïr son remplaçant, mais certains jours, c’est plus facile que les autres. Les autres jours, il voit une autre victime du même bourreau, un autre enfant-soldat trop jeune pour avoir l’air aussi perdu. Perdu dans ses pensées, il réitère l’opération de Tim et nettoie la plaie tant bien que mal, constatant qu’elle est bien moins préoccupante que le reste de l’étudiant.

« Quand il sera là, tu m’filera ce qui te sert de traceur, j’ai pas besoin d’un agneau tremblant avec moi. Et puis les enfants devraient dormir la nuit. »

Le ton de Jason est un peu plus doux que ce qu’il aurait souhaité, laissant paraître plus de sympathie à l’égard de Timothy que ce qu’il pensait en posséder. D’un côté comme de l’autre, ils n’étaient pas assez en forme pour se chamailler ou pire, se foutre une raclée. Mais ça ne faisait pas d’eux des amis, encore moins des frères. Le ressentiment de Jason envers le monde entier le retenait de dire à Tim qu’il aurait pu le protéger bien mieux que Batman. Il s’est jeté devant Tim juste avant par pur réflexe, en oubliant qu’il avait eu derrière lui Robin, et ne voyant que l’enfant en son remplaçant. Mais cette erreur ne va pas le pousser à offrir ses services pour venger ou défendre l’étudiant contre d’autres ennemis.

En patientant, Jason s’écroule contre un mur et s’y laisse glisser, appréciant les éclairs de douleur qui parcourent son corps lorsqu’il se plie. Au bout de cinq longues minutes, il finit par exiger le téléphone de son cadet avec impatience, paré à récupérer son uniforme et sa moto pour se mettre au travail. Et éventuellement, ensuite, aller se faire soigner.


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 165
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Mer 30 Aoû - 18:22


« We're all just victims of a crime »
ft. Jason Todd / Red Hood
_____Ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait, le sentiment d’un manque de quelque chose. Pendant plusieurs mois, l’adolescent avait été gavé aux médicaments, poisons et certaines drogues qui lui faisaient ressentir ce sentiment de manque. Sa respiration était saccadée, et son regard perdu en direction de la petite fenêtre qu’il n’avait cessé de surveiller après avoir soigné Jason.
Ce dernier avait bien remarqué ce changement de comportement de la part de l’adolescent. Pourtant, il n’avait pas fait preuve de délicatesse pour essayer de le raisonner et le ramener sur le banc. Le jeune homme sentit cette pression autoritaire sur son bras, et passa immédiatement sur la défensive, un visage défiguré par la haine, croyant qu’il s’agissait de son tortionnaire. Il aurait pu lui arracher le visage, l’agresser en se pensant menacer. Toutefois, il n’avait pas bougé, son manque et son état de rechute ne lui permettait pas de faire face à un Jason Todd qui faisait deux têtes de plus que lui et surement une trentaine de kilos en plus.

Par chance, son frère aîné avait fini par calmer la tension, sa voix se voulait plus rassurante, plus calme, entraînant le retour à la normal chez l’adolescent. Son visage était de nouveau dénué d’émotions, il ne sourcillait même pas lorsque Jason désinfecta sa plaie superficielle.
Le calme avait fini par renaître dans l’esprit du jeune garçon. Sa respiration était revenue à la normale et son regard commençait de nouveau à se balader dans les environs, toujours en jetant un coup d’œil vers la fenêtre, au cas où il y aurait du mouvement à l’extérieur des vestiaires.

« Je suis désolé, ce n’est pas comme ça que ça devait se passer… » avoua l’adolescent en faisant mention de son état psychologique. « Oublie. »

Il n’aimait pas mettre cela sur le tapis, et encore moins face à Jason. Même s’il l’avait tiré d’affaire et empêcher de se faire tirer dessus, il n’oublie pas que cet homme est rancunier et qu’il a déjà essayé de le nuire sous prétexte qu’il avait endossé le fardeau du rôle de Robin après son tragique décès. Même si son prédécesseur avait probablement une petite idée de ce qu’avait vécu Tim, ce dernier ne semblait pas s’étendre sur le sujet. Ce qui s’était passé dans la maison de Dollmaker devait probablement rester là-bas.

« Si j’appelle Alfred, il va se rendre compte tout de suite que quelque chose ne va pas. Tu le connais aussi bien que moi. De plus, je pense que le premier reflex de Thomas sera de prévenir son supérieur. As-tu conscience de l’état dans lequel tu es ? Du sang que tu as perdu ? Tu ne tiendras pas longtemps face à eux, surtout s’ils te reconnaissent, toi, le Red Hood. Je ne peux pas te donner les arguments pour te forcer à me garder à proximité. Toutefois, je peux t’assurer que tu risques d’avoir de gros ennuis, moi inclus. » L’adolescent lui tendis le téléphone avec le plan indiquant l’emplacement du traceur. « Tu reconnais cet endroit ? »

Cependant, il n’y avait pas qu’un plan qui était visible sur l’écran du téléphone du garçon. L’adolescent tenait à faire passer un message à son frère aîné. Incapable de le prononcer de sa vive voix, il préférait l’écrire. Le message s’afficha pendant quelques secondes sous le nez de Jason Todd qui était en pleine réflexion. Un message plutôt troublant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Criminel(le)
Masculin Messages : 155
Date d'Inscription : 28/07/2017
Localisation : Gotham City - Narrows

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende urbaine.
♠ Relations conflictuelles :: ► Batfam, Mafia, criminels, GCPD.
♣ Vos Alliés : : ► X.
avatar
Jason Todd / Red Hood
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    Jeu 31 Aoû - 18:29

Jason Todd / The Red Hood

ft. Tim Drake / Red Robin

「 We’re all just victims of a crime. 」

« Oublie… »

Jason hausse les sourcils, puis les épaules. Il se passe des trucs dans la caboche de ce gosse qu’il n’arrive pas à suivre. Il réagit comme si Jason essayait de le tuer à chaque contact, ce qu’il pouvait comprendre, mais semblait ensuite s’enfoncer dans un mutisme penaud, presque triste. Le brun cherchait à comprendre, mais rien ne lui venait à part la sensation de déjà-vu. Toute compassion disparaît à l’instant où Timothy se met à imiter Hermione Granger en le bassinant sur ses blessures.

« Oh, ça va hein, fais pas ta sainte nitouche, pour quelqu’un que j’ai voulu lancer par-dessus bord, j’te trouve un poil trop attentionné. Ça m’file des hémorroïdes. J’t’assure qu’après que j’mette la main sur ces branleurs, ils auront du mal à se souvenir de leurs propres noms, alors le tien… T’en fais pas pour ça va, j’suis sans doute un connard, mais j’préfère te régler tes comptes moi-même plutôt que de laisser un abruti s’en charger. »

Se fichant bien de son désaccord sur le fait d’y aller seul et blessé, Jason saisit le mobile et y jette un œil. Sa mâchoire se décroche.

« Ah ah putain, ça c’est trop fort ! »

Le brun se passe une main dans les cheveux, ses yeux ont fait un court trajet vers Tim avant de se repencher sur l’écran, ne sachant pas trop comment prendre cette information. Est-ce qu’il l’accuse ? Est-ce qu’il cherche de l’aide ? Est-ce qu’il vient de monter cette stratégie ? Dubitatif, Jason reprend : « Pourquoi tu me dis ça, Remplaçant ? Pourquoi à moi ? »

Il fait quelques pas agités en grimaçant, comme s’il cherchait ses mots tout en essayant de s’habituer à la brûlure à son flanc. Le mercenaire finit par s’installer sur un banc en face de son cadet, les coudes posés sur les genoux de façon à pouvoir poser son menton dans la paume de sa main tout en conservant le portable dans l’autre.

« J’suis responsable de mon état et un peu du tien, c’est vrai. Mais ça… ça j’y peux rien. Qu’est-ce que tu crois ? Que parce que j’aboie fort j’ai réponse à tout ? Que je peux tout faire ? Son dos heurte le mur et il y appuie sa tête, fixant le plafond. Ecoutes gamin, on n’sera jamais potes toi et moi, mais tu restes un gosse, j’peux te protéger de beaucoup de choses, j’peux tuer le connard qui t’as fait ces jambes de robocop, mais j’peux pas enlever ce que tu as fait, ce que tu es. T’apprendra à vivre avec. »

S’étant redressé, Jason fixe son jeune frère dans les yeux. Après tout, Jason avait comme deuxième prénom « adaptation ». Il s’était adapté à tout, même à l’inacceptable. Il s’était adapté à ces deux toxicos de parents, il s’était adapté à la rue et la solitude, il s’était adapté à Robin – avec plus ou moins de réussite –, il s’était adapté à la mort, à la vengeance, à ce besoin de sauver d’autres gens à sa manière, pour se sauver lui-même. Il s’était adapté à ne pas apporter la joie, mais uniquement la peur, la déception, la tristesse.  

S’il n’avait pas eu à s’adapter, alors il aurait sans doute approché Timothy avec douceur, une main sur l’épaule pour l’entraîner contre lui et le serrer de toutes ses forces, il aurait posé son menton sur les cheveux en bataille du jeune homme en lui murmurant qu’il est quelqu’un de bien, qu’il n’avait fait que ce qu’il fallait. Avant de découvrir que Batman l’avait remplacé puis effacé de sa vie, Jason s’était imaginé être dans cette situation, réconforté et choyé par un Bruce ravi de son retour. Mais la réalité est autre, la réalité c’est cette distance entre les deux jeunes hommes qui se fixent, se noient, et ne s’aident pas. Parce que tendre la main à l’autre c’est effrayant. Et pour sa part, la dernière fois que Jason a tenté le coup, on lui a fait avaler ses dents à coup de pied de biche puis exploser la tronche.

« T’as de meilleures personnes à qui en parler, Remplaçant. Ne m’dis pas que tu n’as pas d’autres amis ? C’est quand même con de prendre pour confident un mec qui va essayer de t’étriper dès demain ! »

D’accord, le tact et Jason, ça fait deux, mais il n’arrive pas à comprendre pourquoi c’est à lui que le jeune homme se confie. Pourquoi ? Qu’a-t’il fait pour ça ? A part essayer de le tuer, et encore, ça ne devrait pas être une raison de le faire. Au contraire. Alors pourquoi ? Parce qu’ils se ressemblent maintenant ? Parce qu’ils sont tous deux des monstres ? Ou parce qu’ils encourent tous deux le courroux de ce cher père ? Pire, son désaveu.

« Appelles Alfred, de toute façon il doit s’inquiéter quand même, vu la tronche que tu tires toute la sainte journée. »

Résolu, Jason se dirige vers la porte pour l’ouvrir, impatient de quitter ce situation troublée dans laquelle les lignes entre ennemis et ami, frère et inconnu, sont floutées. Il prend la direction de la sortie du campus, résolu à suivre le point mouvant sur le GPS et se martèle d'écarter les mots écrits par Timothy de son esprit. Mais ils restent là, flottants. Quand il enfile sa tenue cuirassées, quand il hurle sur les types, quand il tabasse ces mêmes gars, quand il s'extrait la balle, quand il se couche et même les jours suivants. 

Et sa curiosité grandit au point qu'il se sent concerné et prévoit une visite dans les bat-ordinateurs. 

Et l'enquête. 

Et la révélation. 

Et la colère. Dollmaker doit mourir. 


Sticks and stones may break my bones, but a crowbar would do it so much quicker.

J o y e u x   H a l l o w e e n !
Signature @Tim Drake
Avatar auteur inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake    

Revenir en haut Aller en bas
 

We're all just victims of a crime - ft. Tim Drake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dostoievski : Crime et châtiment ...
» Le Panthéon du Crime; éditions Walter Beckers
» Crime de lèche majesté
» [Christie, Agatha] Le crime du golf
» [Barbey d'Aurevilly, Jules] Le bonheur dans le crime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Comté de Gotham :: Gotham Academy-