Forum Jeu de Rôle Batman

Partagez | .
 

 Une soirée sous les meilleures auspices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Une soirée sous les meilleures auspices   Dim 6 Aoû 2017 - 15:45

   L'implosion de Gotham City était en marche. Rien ne semblait plus pouvoir la tenir en équilibre tant toutes ses forces paraissaient partir en fumée. Une seule solution à cela : « Cobblepot for Mayor » Le récent accident masqué du maire avait donné l'occasion à Oswald Cobblepot de sortir ses griffes afin de montrer de quel bois il se chauffait. En accédant au poste de maire, il allait pouvoir contrôler tout de l'intérieur et pouvoir surtout s'assurer une bonne part du magot. Les affaires sont les affaires et quoi qu'on en dise, il fallait que ça roule.




    L'oceanside Aquarium était un lieu que le Pingouin ne fréquentait pas si souvent que cela, et pour cause, il préférait posséder son propre aquarium pour y exposer des poissons aussi rares que mortels. Ils finissaient toujours par dévorer les récalcitrants d'ailleurs… Enfin, ce n'était pas une sinécure de devoir gérer une affaire aussi grosse que celle de Cobblepot. D'autant que très souvent l'on lui mettait des bâtons dans les roues. Saisissant une occasion sans pareille, le Pingouin s'arrangea pour rencontrer prestement Arnold Wesker et sa poupée fantasque avant que les hostilités ne soient déclarées. Officiellement, le territoire du Pingouin n'existait pas mais officieusement on pouvait dire que c'était lui qui tirait les ficelles, c'était le cas de le dire. La question demeurait de savoir si Oswald allait s'adresser au pauvre Wesker ou bien à sa marionnette délirante. C'était fou les sacrifices ou alliances qu'il fallait faire pour s'assurer la main mise sur Gotham… C'était donc à l'aquarium de Gotham que Wesker avait été invité. Pas de chichi, l'on avait installé consciencieusement une table autour duquel avait été réuni trois lieutenants du Pingouin et trois hommes de Scarface. En bout de table siégeraient les caïds. L'on avait payé gracieusement les employés pour qu'ils n'aillent pas tout raconter.




    Une voiture s'avança. Il s'agissait du Pingouin. Toujours bien costumé noir, et blanc, son porte-cigarette et haut de forme impec' sans oublier le fameux monocle qui lui donnait cet air singulièrement british… La place avait été faite. Il n'y avait rien dans les couloirs et le patron fut vite amené au lieu de rendez-vous, dans la salle de réunion.




« Et moi qui croyait que je n'aurais jamais eu la possibilité de pouvoir pénétrer dans ce genre de lieux… Eh bien… il faut croire que tout arrive pour une raison… Où est le Ventriloque ?




-Il ne tardera pas, vous devriez vous asseoir patron !




-T'en fais pas pour ça, en attendant va chercher la collation ! ET VITE ! »




    Prestement renvoyé, l'homme alla à sa tâche et laissa le manchot en quête du linguiste des poupées...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Dim 6 Aoû 2017 - 16:30

Une formalité hein ? Officieusement, le Pingouin était en campagne pour la Mairie de Gotham. Manquait plus qu'ça tiens. En attendant, on avait d'autres chats à fouetter. La Ligue des Ombres était trop près du territoire du Ventriloque, et c'était pas bon pour les affaires, et quant au Pingouin, il valait mieux l'avoir à l'oeil cet oiseau-là. On avait aussi quelques soucis avec le procès de Black Mask, généralement, quand un des gros pontes de la mafia se fait prendre, soit le reste suivait, soit une nouvelle guerre de gang se préparait et ça, c'était pire pour foutre la merde dans les affaires, c'était vraiment le scénario de merde qu'on pouvait imaginer. L'argent ne rentrerait plus, les hommes seraient sur le qui-vive, et bien sur, l'inévitable Batman serait là pour mettre le merdier dans nos querelles. Pas bon du tout, et le fric, merde, c'était quand même le nerf de la guerre quoi ! Même si les affaires n'étaient pas très florissantes en ce moment, surtout avec les hiboux qui sévissaient dans la ville, et qui influaient sur le quidam, le pékin moyen, on perdait de la recette, les paris et les jeux truqués avaient une baisse d'intérêt et les gens sortaient moins et ça, c'était pas bon, toutes les familles le savaient, quand le crétin moyen refusait d'aller à un match et qu'il ne faisait pas ses paris, on avait aucune chance de le plumer, néanmoins, on pouvait toujours essayer d'arnaquer les gens en faisant de notre mieux, et surtout, en essayant de trouver de nouveaux filons juteux à profiter. Alors que Rhino et Mugsy s'affairaient à trouver un nouveau local pour les activités nocturnes de la bande, on avait reçu un message d'un homme qui appartenait au gang du Pingouin. On le reconnaissait au travers des tatouages et des couleurs qu'il portait sur la gueule. Le message disait qu'il voulait une entrevue, le Ventriloque n'y voit jamais d'inconvénients, mais on a besoin de se protéger, le Pingouin est un animal fourbe et il était aussi un sacré fumier quand il le voulait. Par contre, en période électorale, il serait prit par les affaires politiques, on pourrait en profiter par la suite. Alors qu'Arnold dirigeait la poupée en direction des deux hommes de main,


Rhino, Mugzy, ramenez vos fezzes izi, on bart en pallade. Quant à toi, guignol, tu la fermes.


Bien, monsieur Scarface.

La poupée Scarface était collée en permanence au vieux Ventriloque, Arnold Wesker, mais ça, tout le monde le savait, et bien que Scarface ait déjà tenté de tuer son propre allié, il fallait quand même s'y faire. On ne savait pas trop ce qui se passait dans le crâne des deux personnes mais une chose était certaine, il y'avait bien deux personnalités dans un seul et même cerveau, celui d'Arnold Wesker. La schizophrénie avait du bon, surtout à Gotham City. La voiture avancée, Rhino, le colosse personnel et loyal de Scarface avait ramené une splendide limo de collection, pratique pour les déplacements en ville. Mugsy, quant à lui, se chargeait de faire le porte-flingues malgré sa carrure assez maigre. Direction l'Oceanside Aquarium, un lieu qui ne prêtait aucune allégeance à aucune famille, un territoire bien neutre, comme on les aime. Le déplacement prend un peu de temps, mais le Ventriloque et son équipe serait au rendez-vous. Alors que l'aquarium était enfin à la vue de l'équipage dans la limo, on termine les quelques kilomètres restants avant que la voiture ne s'arrête pile en face de l'entrée. L'air marin vivifiant, le Ventriloque sortit de la voiture.


Rezpire moi za, guignol. Tu zens ? Z'est l'odeur de la vicdoire.


Je le sens, monsieur Scarface.

Scarface flanque une gifle à Wesker, sous le regard des deux hommes de mains qui ne bronchent pas.


Je t'ai dit de parler, guignol ?

Wesker se tait, et le trio entre dans l'aquarium. Alors que tout semblait avoir été prévu pour une rencontre, la poupée Scarface réclama son cigare et le vieux Ventriloque lui alluma le cigare. Les bras tendus, comme pour faire la paix, la poupée fixait alors le manchot qui se trouvait droit devant lui. Une table fut préparée et on aurait droit à une longue soirée de discussions. Tant mieux, l'avenir de Gotham City, c'est nous qui le déciderons ! Pas les autres. Une certaine offre de paix serait faite, elle ne durerait surement pas, mais on pouvait toujours essayer après tout.


Bingouin. Zela fait bien longtemps.

Le Ventriloque quant à lui, ne dit rien. Il observait et s'installa à une chaise disponible autour de la table. Le vrai cerveau, c'était Scarface après tout, Wesker n'avait pas son mot à dire, et puis de toutes manières, qu'est-ce qu'Arnold Wesker connaissait aux gangs et aux complots de la Pègre ? Rien, enfin, les broutilles, mais rien quand même.


Tu m'as bas fait venir izi bour regarder les jolis poizzons bas vrai, on est là pour dizcuter de ce qui toit être fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Sam 12 Aoû 2017 - 13:29

Sous cette petite figurine de bois se cachait l'un des plus grands criminels de Gotham City. Qui l'eut cru ? Il s'agissait de déterminer quel degré de folie entamait Arnold Wesker, cet homme pour qui rien n'avait franchement sourit. Ce fétichisme profond pour les idoles en bois semblait prêter à confusion. A l'inverse d'un Double Face, Wesker , lui, transmettait tous ses mauvais aspects à cette marionnette franchement habillée. L'homme ne disait rien et très fidèlement tirait une sale tête. Une tête que l'on n'avait jamais réellement invitée à sourire. Scarface avait un drôle d'accent c'était dire à quel point la folie était poussée. Et dire que le Pingouin devait s'allier à des hommes de son acabit pour s'assurer la victoire. C'était drôle et angoissant. Le Ventriloque était un pionnier dans le marché d'armes à Gotham et son réseau pourrait bien être une aubaine pour vaincre le Masque Noir… Après tout… son temps était peut être révolu… Après les Falcone, il y eut d'autres familles venues prendre leur part… Et si Oswald redorait un temps soit peu le blason de la famille des Cobblepot ?




    Curieusement, le Pingouin ne bougeait pas d'un cil. Toujours cet air méprisant et hautain. Un léger reflet de son œil droit dans son petit monocle. Son long nez aquilin faisait de l'ombre à son petit nœud papillon bien dressé. L'infamie se présentait sur son visage comme le diable sur Gotham… Qui sait c'était peut être lui, l'avenir de la ville ?… Magnifiquement ganté, il pointa du doigt un dossier disposé sur la table. Rempli de photos du gang de Black Mask prises à son insu et de papiers volés et/ou reconstitués.




« Soyez le bienvenu, messieurs. Comprenez que vu l'état actuel des choses nous ne pouvons pas laisser l'étincelle grappiller doucement le filet de poudre. Et je pense que le point de chute de ce filet n'est autre que Black Mask. Son temps est révolu. Il est le prince d'une Gotham ancienne et dépassée. Il est le leader d'une industrie vieillie et mal conditionnée. Le renard d'un champ de mine susceptible d'exploser à tout moment et plus fort que tout cela, le pigeon grotesque victime d'une monstrueuse alliance : la nôtre. Il sera notre proie. A nous deux. Si ce très cher monsieur Wesker pourrait avoir la gentillesse d'ouvrir le dossier, il permettrait à ce très cher Scarface de découvrir toutes les points fragiles du gang de Black Mask. »




    Le Pingouin laissa la possibilité à Wesker d'ouvrir le dossier et d'emblée, il reprit.




« Voyez-vous, monsieur Scarface, l'Aciérie Sionis n'est plus de première jeunesse. Constatez à quel point, par quelques unes de ces photos, les installations sont défectueuses ; autant que l'organisation de Roman. Vous trouverez trois plaintes volontairement déchirées par la police corrompue de la ville d'employés victimes de leur travail harassant. »




    Oswald affichait un sourire sadique et singulier.

« Ci-joint une photo prouvant l'ignominie de l'action abusive de Black Mask sous ses employés. Robbie Drescher. Il a été roué de coup par Roman pour avoir osé faire des heures supplémentaires que notre cher Masque Noir ne voulait pas payer. S'en est suivi des menaces sottes à l'encontre de la famille. Enfin… le train-train habituel. »





    C'est alors que le dossier cachait une autre partie, plus secrète.

« Sachez, monsieur Wesker que vous êtes susceptible, en tant que chef de gang, d'être attaqué par Black Mask. Il ne contrôle plus assez efficacement son gang. Preuve en est, faute de laxisme : certains de ses sbires se permettent parfois de forcer certaines habitations d'Otisburg. Habitations dans lesquelles vous cachez parfois, de diverses manières, vos petits joujous. »





    Le Pingouin se leva de sa chaise et toisa ses lieutenants, subjugués par la connaissance discrète et affolante de leur patron. Il posa son parapluie sur la table et ses mains sur la table.

« Je vous promets 50 % du trafic de Roman Sionis si vous m'aider à faire disparaître l'intégralité de son gang et de son influence néfaste sur ma future élection de maire de Gotham. J'ai votre accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Dim 13 Aoû 2017 - 11:27

Comme le pantin aime quand on dit "Monsieur Scarface", surtout de la bouche du futur maire de la ville. Scarface aimait qu'on se montre respectueux, après tout, très peu de criminels avaient du respect ces derniers temps, Gotham City devenait un lieu où le respect se perdait hélas, et malheureusement, les plus vieux et les plus anciens criminels étaient les premiers à souffrir de ce manque de reconnaissance, c'était flagrant et même désespérant. Wesker ouvrait le dossier, il faut croire que le Pingouin avait fait un véritable travail de sape quand on regardait le travail fait pour descendre Black Mask. Wesker ne disait rien, comme ce qu'avait prévu Scarface. Et pour cause, seul le pantin pouvait parler, seul Scarface savait ce qu'il fallait dire, c'était le principe des vases communicants, le pantin était, contrairement à ce que l'on pouvait croire, dôté du pouvoir de retranscrire les pensées les plus sombres de Wesker. La schizophrénie est malheureusement une des maladies qui venait en guise de récompense, mais Wesker compensait cela avec ses deux personnalités, offrant à Gotham City ce qu'on pouvait appeler "L'âme de Gotham." L'âme de Gotham, c'était un tout, c'était un ensemble. C'était de voir des criminels légendaires comme le Ventriloque, le Pingouin, Double Face, le Chapelier Fou et biens d'autres, c'était un ensemble, une sorte de légende. Nous étions les légendes de Gotham City au final et pas tous ces petits peignes-culs qui se pointaient la gueule enfarinée dans notre ville. Même si Scarface n'aimait pas les clowns et détestait Harley Quinn et le Joker, il ne pouvait quand même s'empêcher de leur témoigner un certain "respect", même s'ils étaient des débiles à abattre. Alors que le Pingouin parlait, que le vieux Ventriloque se taisait, Scarface, à l'aide de sa petite tête de bois, réfléchissait dangereusement à ce qui se disait, il écoutait les paroles du Pingouin, et il ne semblait pas avoir de réaction particulière.


Zionis est une crevure. Il a souvent menacé de me dransbormer en bassoire. Gne le veux mort et enderré debuis qu'il a attagué mon entrebot.

Le coup d'avoir perdu cet entrepôt d'armes n'était pas du gout du Ventriloque, du moins de la poupée Scarface. Sionis avait commis deux belles erreurs pour le prix d'une. La première, c'était de s'en prendre à Scarface, la seconde, c'était d'avoir refourgué les flingues à ses potes du Gant Noir. Une belle erreur car ces crétins ont tenté de s'en prendre au Ventriloque, sur son territoire. Et aujourd'hui, ils s'en mordent encore les doigts.


Zette ordure a filé mes margeandises à zes amis du Gant Noir et ils ont dendé de me deszendre. Ils ont fini dans le fleuve gak gak gak gak gak.

Ricana-t'il de son rire tout en agitant la mâchoire. Agitée bien sur par le Ventriloque qui tirait les ficelles de la poupée, mais dans l'ombre, c'était la poupée qui tirait les ficelles du vieux Ventriloque. Un jeu de vases communicants je vous dis, un jeu des plus sinistres et des plus pervers sur le plan de la maladie mentale.


Otizburg est à moi, et à bersonne d'autre ! Gne me zuis battu bour l'avoir et gnai doujours denu ! Gne veux faire bayer Black Mask oui. Mais du ne dis bas dout Bingouin, gnai l'impression gue du gache guelgue chose et gnaime pas ça !

Le pantin était plus futé qu'on pouvait le croire, enfin, c'était un système compliqué. Est-ce vraiment Wesker qui se manifestait ? Ou bien était-ce bien l'esprit de ce condamné à mort qui avait posséder le pantin ? C'était l'éternelle question que l'on pouvait se poser dans ce cas complexe qu'était le Ventriloque. L'idée de s'en prendre à Black Mask était séduisante, mais le Pingouin, lui, en ressortirait victorieux et gagnant sur tous les fronts. Et puis après ? Une fois qu'il serait maire de la ville, que ferait-il du Ventriloque ? Le poignarderait-il par la suite ? Avec ce drôle d'oiseau, il fallait se méfier. La tête de la poupée se tourna vers le vieil homme qui le contrôlait.


Allume mon zigare, guignol.


Bien, monsieur Scarface.

Le Ventriloque accéda à la demande de son pantin, les négociations seront longues et amusantes peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Mer 16 Aoû 2017 - 22:14

Wesker était donc, et cela se confirmait encore, un sombre taré. Il fallait être sombrement fou pour se laisser commander par une poupée. Le pire était pour Cobblepot un manque total d'estime personnelle. Et quand on s'adressait au Pingouin, il fallait garder une certaine dignité, raison pour laquelle c'était Scarface qui parlait. Quoi qu'il arrive, il fallait se le mettre dans la poche. Qui dit alliance dit puissance totale. Pour être maire, il fallait doubler l'ingéniosité. Le Pingouin regardait Wesker avec une sorte de mine déconfite ; puis, se redressant, il regardait la poupée avec un certain dédain. Le dédain qui s'exprimait était celui du gentilhomme pur sang, l'ornithologue confirmé. Si Black Mask tombait, le Pingouin s'assurait la main mise sur Gotham, quitte à la partager premièrement avec le Ventriloque. Et qui disait puissance totale disait bourrage d'urne, assurément. C'était ainsi que, sans bouger, Oswald rêvait sans crainte. Il leva son nez aquilin et sourit à la marionnette. Scarface pensait que le Pingouin restait vague… Il fallait donc le détromper.

« Monsieur Scarface, soyez assuré des bons sentiments qui guident cette alliance de premier choix . Nous sommes les grands parrains de cette ville et il faut laisser place à la modernité et à la véritable puissance. La brute, la vraie. Black Mask, comme je le disais, a fait son temps. Je vous assure le contrôle d'Otisburg et de ce fait la chasse organisée aux gangsters de Sionis. Je m'occuperai de l'aciérie Sionis, si vous m'aidez, parlant en nombre d'hommes. Une invasion massive de l'aciérie nous assurera, si nous la jouons fine et distinguée contribuera à la perte de Sionis. Et il n'aura même plus son masque pour dissimuler ses petites larmes chaudes. »





    Le Pingouin reprit de ses mains gantées, dont l'une disposa du porte-cigarette, le fameux parapluie truqué. Il tapa deux fois au sol, en fumant.




« Voyez-vous, nous avons visé ici le premier départ de feu. Qu'en est-il de la tour de ce porc ? Il faut la faire sauter. Ou remplacer celui qui la dirige… Je me ferai un plaisir de prendre place dans sa chaise, poser mes pieds sur son sous-main de bureau en velours et en faire l'un de mes QG prioritaires pour mon futur poste important... »




    Cobblepot, satisfait, rit aux éclats, à la manière d'un manchot qui s’époumone.




« Messieurs, je vous le redis : Nous serons vainqueurs ; mais nous serons vainqueurs ensemble, pas l'un contre l'autre. C'est le seul moyen de laisser à Sionis le pouvoir qui lui reste. Or, si nous nous allions, c'est un homme mort. S'il peut surmonter l'attaque d'un gang, deux gangs alliés seront pour lui synonyme de déchéance... »




    Le Pingouin inspira une grande quantité de fumée et la recracha. Il attendait patiemment la réponse du pantin dirigeant… ou dirigé.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Jeu 17 Aoû 2017 - 16:10

N'en croyant pas un mot, le vieux Ventriloque, Wesker en l’occurrence, ne croyait absolument pas aux paroles d'Oswald Cobblepot. Après tout, c'était le Pingouin qui avait planté pas mal de petits criminels lorsque l'escadron Suicide avait arrêté Hugo Strange, Double-Face, Crane et Tetch lors d'une réunion, tout ça pour ne pas être transféré sur Salvation Run. Le Pingouin était un filou, mais un filou qui connaissait ses priorités, pour la poupée Scarface, c'était tout autre chose, Scarface ne désirait qu'une chose : Assurer ses rentes et continuer à importer ses armes dans la ville de Gotham. Scarface ne touchait pas aux pactoles de la drogue, trop onéreux et surtout trop risqué, mais avec la prochaine mise à mort de Sionis, il fallait penser à l'avenir, à se tourner vers d'autres moyens pour retrouver de l'argent, pour assurer sa main-mise et surtout pour survivre, car c'était bien beau d'avoir des armes, c'était bien beau d'en vendre et de gagner des commissions fortement intéressantes, mais c'était aussi un marché à haut risque et heureusement, il y'avait des pigeons comme Johnny Sabatino pour refourguer la camelote et que le parrain en bois puisse toucher les revenus sans se faire pincer. Scarface avait bien géré ce cas, fort heureusement pour Sabatino, sa femme : Peyton Riley, mariée à ce pauvre naze, avait réussit à lui sauver la vie avec un échange des plus intéressants, ce qui sauva ce crétin de Johnny. Le pantin avait un peu de coeur, surtout devant les jolies femmes après tout. Les yeux de Scarface tournèrent et roulèrent vers le Pingouin, son cigare dans la bouche, comme s'il en fumait un, comme s'il était doté de vrais poumons, le spectacle aurait pût amuser des gosses, mais le pantin était connu pour ne pas hésiter à buter des gosses si l'occasion vient à s'en présenter, et surtout si c'était nécessaire, après tout, Batman avait des gosses, des "Robins" totalement idiots, des gosses qui se déguisent pour empêcher d'honnêtes commerçants de s'étendre et d'arriver à leurs fins financières. Scarface écoutait le plan du Pingouin, pour tout dire, il ne le voyait pas réussir son attaque contre la Black Tower, et Black Mask avait du personnel plutôt dangereux à ses côtés, du style Deadshot ou encore Deathstroke, et ces gars-là étaient dangereux, trop dangereux pour être attaqués de face. C'est pour ça que le Ventriloque était quelqu'un de pragmatique. Il fallait une diversion, les mots, c'est bien joli, mais ça n'aide en rien pour faire avancer le shmilblick.


Zi on se foire, il fera des golliers avec nos gouilles.

Scarface avait toujours eu ce petit mordant en terme d'expressions, c'était pas seulement un caïd en bois, mais une véritable personnalité. Le Ventriloque quand à lui, porta sa main valide devant la bouche. Le Ventriloque était quelqu'un de raffiné, de timide et surtout qui n'aimait pas qu'on évoque le crime, ce n'était pas comme si il avait les mains blanches hein ! Il pouvait tirer de sacrées rafales et il était capable de se défendre avec une petite arme de poing, après tout, on vit l'un pour l'autre et vice-versa.


Du beux garder Gotham, le zentre, le zud, l'est ou l'ouest, mais le nord est à moi. Burnley est mon goin. Don blan a guand même une faille, même deux. Et zi t'es pas maire ? Et zi le Gatman te met le bec dans l'eau ?


Vous vouliez dire Batman c'est cela, monsieur Scarface ?


Du beux bas fermer da gueule toi ? Zi je dis Gatman, je dis Gatman !

C'était la constante anarchique, la grosse constante que tout criminel se refusait d'avoir dans ses plans, sauf le Joker bien évidemment. Le pantin n'avait clairement pas envie de se retaper un voyage pour l'asile de crétins, surtout que là-bas, il n'avait pas sa place, et en plus, on le séparerait de son pantin pour que l'autre monsieur Chaussette vienne prendre sa place, c'était d'un gout de merde quand on y pensait. Nan, le mieux à faire, c'était de garder la tête basse et de tout faire sous-traiter, de demander à des abrutis comme Egghead, Lock-Up ou encore Black Spider, des criminels inutiles quoi, des gens qu'on peut envoyer faire le sale travail sans se faire toper la main dans le pot de confiture.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Dim 20 Aoû 2017 - 16:54

   Le voilà hésitant. Monsieur Cobblepot sentait le coup venir. Il était finalement normal que Wesker se demande si le coup allait réussir. Scarface n'avait peut être pas envisagé l'invasion comme une chose subtile. Dommage pour lui… A vrai dire, le Pingouin n'était pas encore trop fou que pour envoyer une centaine d'hommes à la mort juste pour la possession de l'usine. Il fallait comme il l'avait dit la jouer « fine et distinguée ». Wesker était un peureux. Pourtant son autre facette semblait autant hésiter que lui. Chose intéressante. Le Pingouin était le roi de l'information à Gotham. Et personne n'osait lui piquer la vedette, tant on imaginait comment le retour de bâton pourrait s'avérer fatal. Tant de criminels s'étaient présentés à son Lounge en espérant le défaire de sa place, sans succès. C'était un fier oiseau, Oswald, et il ne fallait surtout pas le prendre pour un bleu. Expérimenté et rusé, il savait promettre mondes et merveilles de tortures à celui qui oserait lui faire défaut. En ce cas-là, Sionis était concerné. Oswald se rassit et tenta comme il se devait de rassurer Scarface dans sa quête de partage du pouvoir. Il lui fallait absolument l'aide du Ventriloque pour être vainqueur sur le masque noir.




« Inutile d'employer ces expressions peu joyeuses, monsieur Scarface ; vous savez, au fond de vous-même, que cela marchera. Il ne nous aura pas personnellement. Nous sommes rusés et n'oubliez pas que vous disposez d'un dossier entier de preuves compromettantes. Au mieux, je suis maire, et Sionis finit derrière les barreaux. Au pire, je lui fais avec votre aide mon coup à la Pingouin et PLOUF. Quoi qu'il arrive, je vous promets une victoire écrasante si et seulement si vous nous rejoignez. Sionis, quelque soit ses alliés, reste un élément mobile. Il a beau être entouré de cavaliers, je puis vous assurer que le roi n'est rien sans la reine, et n'est rien sans ses pions pour le protéger. « La victoire est au bout du fusil » disait Mao. Je vous assure que jouée finement, la pièce de théâtre risque de revendiquer un mort, ou un impuissant in medias res. »




    Le Pingouin savait que quoi qu'il se passerait, il allait gagner. Et même si Wesker ne le rejoignait pas, il avait la puissance nécessaire à la réalisation de son petit plan. Des dossiers comme étalé sur la table, il en avait des dizaines, et cette force de tout savoir, personne à Gotham ne l'avait mieux que lui. Faux et usage de faux, recèle, cambriolages et pour finir meutre. Il serait bon pour la cage, ce vieux Sionis, si seulement les forces de polices n'étaient pas si engluées. A ce problème, Cobblepot proposait une solution.




« Sachez monsieur Wesker, monsieur Scarface, que je ne suis en aucun cas le corbeau noir de l'affaire. Je ne veux que rendre à Gotham ce qui lui appartient ; la véritable Justice et loi qu'ont toujours voulu instaurer mes aïeux les Cobblepot... »




    Satisfait, et serein , le Pingouin attendait patiemment une réponse de la marionnette.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Lun 21 Aoû 2017 - 7:41

Le pantin ne bronchait pas, tandis que le vieux Wesker non plus. Tous les deux impassibles face aux paroles du Pingouin. Scarface avait toujours été quelqu'un de prudent, surtout quand on se retrouve dans l'arène de la mafia classique. Ah ça ! Des saloperies y'en a ! Combien de fois il a fallu déglinguer à tout-va les petits arrivistes qui voulaient se faire une place dans Burnley ? Combien de fois la poupée Scarface a transformé en passoire les crétins qui avaient osé prendre une légère avance sur lui dans son quartier ? Beaucoup trop souvent. Alors que le Pingouin étayait ses propos, la poupée Scarface leva un sourcil, enfin, le Ventriloque lui fit lever un sourcil, vous me suivez hein. La poupée bougeait les yeux tout en regardent le palmipède qui prétendait à la mairie, et même si celui-ci était dans les bonnes grâces de la presse de Gotham City en ce qui concernait les sondages, la poupée estimait qu'il fallait qu'on suive quand même son plan, mais il fallait trouver une parade au cas où celui-ci tenterait de nous enculer. Et Scarface n'aimait pas qu'on l'entube sans vaseline du moins. En y observant bien, le Pingouin utilisait un langage fleuri et mignon, histoire d'enjoliver ses plans et ses rêves, mouais, y'avait mieux hein, c'était tourner autour du pot et Scarface n'aimait pas qu'on tourne autour du pot comme ça, il voulait y'aller à la bourrin, comme un salaud, et faire exploser Black Mask avait quelques bâtons de dynamite dans la gorge.


On est en Amérigue izi, bas chez ces pudains de bouffeurs de chiens gommunistes.

Alors oui, la poupée Scarface avait de vieux relents nauséabonds, vulgaires et racistes, après tout, Scarface était une âme qui avait sévit à une période ancienne qui avait une forte tendance au racisme. Oui, Scarface n'aimait pas tout ce qui était différent, c'est comme pour la pègre, il l'aimait, mais il aimait aussi l'âme de Gotham City, son ancienne ville, son ancienne époque, quand les rues ne grouillaient pas de la merde multi-culturelle qui se pavanait dans nos villes. La douce époque où il n'y avait que des blancs dans les rues, et de purs italiens dans les restaurants. La douce et agréable nostalgie d'antan qui n'existera plus. Maintenant, on avait de solides rivaux, les bouffeurs de tacos, les fumeurs de cigares de Cuba, les chinetoques, les blacks et même des putains de russkofs ! Sérieux quoi, on a fait la guerre froide pour rien merde ! En bon américain, Scarface désapprouvait les mœurs actuelles. Voila que le Pingouin commençait à évoquer Mao, sérieux, c'est pour ça qu'il avait prit la parole. Scarface n'était pas quelqu'un qui aimait la culture (en même temps, vous avez déjà vu un pantin lire vous ?) Mais il appréciait quand même la beauté de l'or, même dans son état.


Il faut l'excuser monsieur Cobblepot, monsieur Scarface n'est pas quelqu'un qui apprécie notre époque actuelle.


D'as raison, guignol. Pour ce gui est de notre affaire, Bingouin, j'accepde nodre bedit marché, à la zeule gondizion que du ne me la fasses bas à l'envers.

La loi des Cobblepot, ouais ouais. On sait tous que Cobblepot a eu un aiëul qui a été maire de la ville : Théodore Cobblepot, celui-là même qui a travaillé avec Alan Wayne et Cyrus Pinkney, on le sait tous, on connait tous l'histoire de la ville. C'est peut-être pour ça que le Pingouin brigue la mairie ? Histoire de parvenir à redorer le blason de son ancienne famille surement. Le Ventriloque et la poupée en avaient rien à foutre c'est vrai. Mais quelque part, ce besoin de prendre le pouvoir, d'être obnubilé par cela, cela avait quelque chose de malsain, et quelque part, Scarface sentait que ça allait très mal finir. Le Batman viendrait au Pingouin, et même élu, c'était prévisible comme un poil de cul dans la soupe, il en prendrait plein les dents, le spectacle pourrait être drôle, mais quelque part, ça sentait la merde.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Lun 28 Aoû 2017 - 17:15

   Oswald Cobblepot avait tout prévu. C’était satisfait et finalement serein qu’il s’empressait de mander l’un de ses lieutenants à la découverte d’une bouteille de champagne, riche et puissant en bouche. Même si Cobblepot n’accédait pas à la mairie, il avait le pouvoir ; et cela, peu de personnes pouvaient se vanter d’en disposer, mais le Pingouin, cet être pourtant difforme, avait les clés en mains pour diriger Gotham. En quelque sorte, il avait cela dans le sang… Bien sûr on déboucha le champagne et l’on servit autant de verres que d’invités. Le Pingouin insista évidemment pour trinquer à la gloire de leur duo. Un duo qui ne manquerait pas d’épater Wesker, qui devenait le pantin de deux personnes habiles. C’était fou la manière dont Le Pingouin s’arrangeait. Il avait ce don pour diriger, et un autre pour manipuler. Il manipulerait assurément Wesker, mais qu’en était-il de la marionnette Scarface, sa nouvelle alliée ? Pour l’instant, ils étaient tous unis comme les cinq doigts de la main.


« Monsieur Scarface, soyez assuré que notre entreprise fonctionnera. D’ici quelques temps, j’accéderai à un poste qui fait pâlir les petits criminels de la ville, et qui fait trembler les pontes. Nous dirigerons Gotham d’une main de fer et personne n’osera nous voler la vedette. D’ailleurs, en parlant de vedette, je reçois ce soir une chanteuse irlandaise, au Lounge, si cela vous intéresse, vous êtes le bienvenu. Scellons notre accord dans la boisson et ne perdons entre nous aucune minute précieuse de notre temps. »


   Tous trinquèrent. On oublia pas la manière dont cela fut fait ni comment la suite allait se dérouler. De toute manière, il n’y avait dorénavant plus qu’un seul mot à éructer : BINGO. Cependant, le Pingouin n’en n’oublia pas le nécessaire. Et c’est après la seconde gorgée qu’il s’empressa de revenir au sujet qui l’intéressait le plus : Sionis. Enfin… Il n’y revint pas directement.


« Messieurs, nous vous contacterons lorsque l’occasion de dégager Sionis de son piédestal se montrera. Considérons comme des alliés à long terme. TCHIN ! »


   Le Pingouin se retourna et esquissa un sourire des plus grandioses. Il eut fallu être là pour l’immortaliser. Quoi qu’il en soit, c’était dorénavant une partie de cartes. Le gagnant serait celui qui aurait en main les meilleurs atouts.


« Bien… Maintenant que notre pacte est scellé, je me dois d’être celui qui quitte en premier ces lieux. Les affaires, mon bon Scarface... »



   Hautain et assuré, le Pingouin sortit fier de sa transaction avec un seul léger pincement au coeur de quitter les seules créatures marines qui l’avait un jour compris : les animaux...
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   Mar 29 Aoû 2017 - 15:58

Scarface n'aimait pas ça, le Ventriloque, lui, ne disait absolument rien, mais la poupée, elle, elle réfléchissait. L'air vaniteux du Pingouin, le champagne, les grands discours, il prenait Scarface pour qui ? Pour une poule de luxe à qui il pensait ôter la virginité ? Pour le parrain du nord de Gotham, c'était presque une insulte, de plus est, une double, puisque Scarface ne pouvait même pas boire, enfin, il ne buvait pas d'alcool, l'alcool c'était pour les fiottes et les pédales, et Scarface préférait le Zesti-Cola, c'était plus agréable et plus sympa à boire que l'alcool. Les yeux de la poupée roulèrent vers le vieux Ventriloque, Arnold Wesker, comme si tous deux comprenaient qu'ils venaient de faire une sacrée connerie. C'est pas pour dire, mais le Pingouin est tout, sauf un homme de confiance, et cela, Scarface le savait bien. Des alliés à long terme ? Et puis cette histoire de trinquer à tout ça, ça sentait la merde, vraiment, quelque part, le pantin aurait bien aimé éprouver un léger frisson devant toutes ces paroles, il ne supportait pas qu'on lui fasse à l'envers, clairement. Alors qu'Arnold prit la coupe de champagne, il la but modérément, tandis que Scarface ne toucha pas au verre, ce qui pouvait paraitre logique quand on est un morceau de bois. Roulant à nouveau des yeux vers le Pingouin qui annonçait son intention de s'en aller, ses hommes de main qui le suivirent, Arnold Wesker, lui, commençait à éprouver une certaine peur de rester dans un lieu aussi inhospitalier.


Mugzy, vérivie z'il y'a bas de migros.

Le colosse s'exécute, lui et Rhino s'affairent à vérifier s'il n'y a pas de micros cachés par les mecs du Pingouin, après tout, on ne sait jamais, tout ça pouvait être une histoire pour foutre le pantin dans la merde noire. Et le pantin n'aimait pas qu'on lui baise la gueule comme ça, c'était petit, et très sournois, à l'image du Pingouin. Regardant de plus près à ce qui l'entourait, Scarface s'adressa maintenant à Arnold, avec un léger ton dans la voix.


Il va nous baiser la gueule.


Vous croyez, monsieur Scarface ?


Gn'aime bas ce gu'il brébare. Va valloir être brudents si on veut garder nos derrains. Le nord, il est à nous.


Monsieur Cobblepot a toujours eu cette fâcheuse tendance à trahir les autres, pensez-vous que nous devrions lui rendre la monnaie de sa pièce un de ces jours ?


Le demps nous le dira, le demps nous le dira. Rendrons à la maison.

Et après avoir vérifié qu'aucun émetteur, qu'aucun micro était planqué, le quatuor sortit de l'aquarium. Pendant tout le chemin de retour, Scarface réfléchissait à ce qui s'était passé ce soir, la pseudo-alliance, le plan contre Sionis, tout ça lui rentrait dans le crâne et il aimait pas ça, il aimait pas qu'on le prenne pour un pigeon et il avait eu l'impression de n'avoir rien eu à dire, rien eu à faire. Comme si le Pingouin avait déjà tout préparé, tout programmé, et ça, il n'aimait pas. C'était comme si le Pingouin se cherchait un pigeon, un bouc émissaire pour le bon moment, pour le moment où il sera enfin en place, et ça, Wesker et Scarface le sentaient bien. De retour au Woody's Fever, Scarface avait envie de contacter Black Mask, de lui dire ce qu'il avait dans le fond du crâne et de préparer ses affaires comme cela se devait d'être.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une soirée sous les meilleures auspices   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée sous les meilleures auspices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [AVIS] Quel est la meilleure application pour visionner ses photos sous Android?
» Macro sous-marine
» [ASTUCE] Optimiser la durée de la batterie sous Android et le HD2
» [TUTO] Configurer ses boite mail free et hotmail sous SFR
» Mise sous tutelle des S.D.F.???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Tricorner Yards :: Oceanside Aquarium-