Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 12
Date d'Inscription : 03/07/2017
avatar
Roland Daggett
MessageSujet: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Ven 7 Juil - 23:25

10h00 du Matin : Siège de Daggett Industries.

Vous savez ce qui peut-être pénible ? C'était de revenir dans un lieu clos qui était mort, dans un bâtiment qui n'avait plus rien à donner, plus rien à offrir. De trop mauvais souvenirs. Milo, Romulus, et le virus qu'avait contracté Catwoman. Beaucoup de ratés et pour peu de profits. La limousine qui m'avait recueilli à la sortie du pénitencier de Blackgate n'avait pas lésiné sur la rapidité. Déjà près de cinq ans depuis mon dernier coup, cinq années de prison à subir à Blackgate. Avec une remise de peine pour bonne conduite. L'expérience m'avait appris que l'on ne peut pas gagner face à Batman, et que s'il faut traiter dans le domaine du crime, il faut faire sous-traiter, sans que le criminel ne soit au courant de l'employeur. J'avais ravalé ma fierté et la prison avait fait de moi un autre homme, un homme plus acerbe. La personne qui vint recueillir Roland Daggett n'était autre que Crocker, un des hommes de main qu'il employait autrefois. Crocket était un imbécile qui avait confié au criminel dénommé "Nitro" de faire sauter Park Row, avant de se faire pincer par Batman et par toutes les associations de quartiers. On avait perdu la bataille, sans se faire prendre, mais quand même, cela avait foutu un coup à mon entreprise. D'un regard, je regarde l'homme qui venait me prendre les quelques effets personnels qu'il me restait. Peu de chose, une valise, des vêtements, et rien de bien particulier. Je n'étais pas mécontent de la tournure des choses, je savais pertinemment que Daggett Industries était dans le collimateur de la justice depuis près de dix ans, et en cinq ans, tout avait changé. Ce n'était plus moi qui était à la tête de l'entreprise, je n'avais plus de produits phares, excepté quelques crèmes bas de gamme, c'était à peine si l'entreprise existait encore. D'un air absent, je demande une petite affirmation à Crocker, plutôt une interrogation mais je connaissais déjà la réponse.

"Et bien, Crocker. Comment sont mes affaires depuis ?"


Nous prenons place dans la voiture, il ne dit rien, absolument rien. C'est au moment où la voiture commence à démarrer que l'homme de main réajuste le rétroviseur pour mieux me voir et mieux me répondre, d'une voix monotone et légèrement aiguë. Crocker n'avait pas été un très bon gérant et l'entreprise était définitivement au bord de la faillite. Alors que nous mettons une dizaine de minutes pour atteindre les entreprises Daggett, c'est au moment où je sors du véhicule que je me rends compte de l'état pitoyable de l'endroit. Je reste droit, je reste calme. Pour tout dire, je ne m'attends pas à réussir une nouvelle fois. Je n'avais plus d'argent oui, mais j'avais le mental pour gagner. Il me fallait rester droit dans mes bottes, le temps de tout remettre en place, d'élaborer de nouvelles idées, un nouveau but commun. Et maintenant, nous y étions, 10h00 du matin, devant les restes de Daggett Industries. L'idée première serait de raser le bâtiment, mais ... Mais non. J'avais passé mon temps professionnel à devenir riche, immensément riche, et j'avais de quoi pouvoir me remettre sur pieds, tout en restant dans la légalité mais sans plus. Pour essayer de faire en sorte de rester blanc comme neige.

"Nous rebâtirons un empire, Crocker. Je veux que vous convoquiez des hommes de main. Passez une annonce, faites ce que vous voulez, mais je veux des hommes prêts à suivre mes ordres et à faire ce qui doit être fait."


Crocker trouverait les hommes de main. Tandis qu'il passait quelques appels dans ses contacts personnels, Roland Daggett se dirigeait d'un pas prudent  à l'intérieur des ruines de son ancienne entreprise. Cela puait atrocement le renfermé et les produits chimiques. On avait tout fermé, toutes les cuves étaient mises en arrêt, il ne restait que de la poussière et des détritus. Des vandales en avaient fait leur squat pendant quelques temps et des tags "Daggett = merde" ou encore "Je pisse sur Daggett" trônaient dans les couloirs dans lesquels l'ancien homme d'affaires se baladait. Arrivant à son ancien bureau, il prit alors le temps de s’assoir dans ce qui restait de son ancien siège, et puis, il attendit, tristement, ressassant de nombreux souvenirs qui venaient lui brûler dans son cœur. Daggett passa une bonne partie de l'après-midi dans son vieux bureau, à sortir des affaires qu'il avait entreposé dans un coffre-fort dissimulé derrière une étagère en ruines. Heureusement qu'il connaissait la bonne combinaison et qu'il ne l'avait pas perdue. Il lisait les vieux dossiers, à la recherche de quelque chose, une idée peut-être, une en particulière car il en avait des centaines pour pouvoir se relancer. Mais il lui fallait des hommes, des gens capables d'écouter les ordres et de lui obéir. Un rictus vint effleurer son visage, il avait des idées, et une serait terriblement monstrueuse. Soudain, un coup à la porte de son bureau en ruines, surement Crocker, avec des hommes prêts à travailler peut-être ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 185
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon
♣ Vos Alliés : : ►Rolland Daggett (employeur), Dinah Lance (Employeur), Celestia Bell
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Sam 8 Juil - 17:44

Eddy recherchait un job désespérément, il avait écumé toute les recherches de poste mais son passé et son "handicape" lui fermait tout les portes.
Jusqu'à ce qu'il y a quelque jours, il avait reçu un appel, masqué, un homme travaillant pour un riche industriel recherchait de la mains d'oeuvre. il parlèrent budget, et possible poste. Eddy avait fini par accepter une rencontre avec son interlocuteur. Pour une fois que quelqu'un voulait de lui.

ce qui nous amène a c'était usine abandonné. Il sont 5 avec Eddy, il y a un rital, cure-dent au bec, qui a pas voulu donné son nom, il était assez corpulent, ou est-ce son sweat vert qui donne cette impression et il est grande gueule. une femme portant un carré auburn et une cicatrice de brûlure sur le bas du visage, son débardeur nous montre des bras musclé pour son gabarie assez sec. Beatrice,je crois que c'est son nom. Il y a aussi Victor et Baltazar, l'un et chauve et barbu l'autre est l'inverse, il semble se connaitre, l'un est petit et musclé et l'autre est mince et tout aussi musclé. tout deux habillé d'un pantalon de survêtement et d'un débardeur de musculation.
Le rital avait peu parlé mais les deux amis, si il était car il ne pouvait pas s'empêcher de frappé des gars dans leur différent travail. Pour ce qui est de Béatrice, elle a été renvoyer car elle s'est plain que certain de ses collègues la touchaient. Mais n'a pas expliqué sa brûlure.

Le certain, Crocker qui nous avait recruté nous fait entrer dans un bureau désaffecté.
En face d'eux un homme en costard. Eddy n'a aucune idée que qui pouvait être...

- Dagget, sérieux ? On a été recruté par Dagget les gars, on va se faire une blinde de tune!!!

Lâcha Victor quand il reconnu l'homme en face d'eux. Baltazar lui tape dans le dos pour le féliciter.


- Pas forcément, il vient de sortir de taule, il est peut-être sur la paille.

interrompe Beatrice, en croisant les bras. Eddy lui se contente comme le Rital d'observer la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 12
Date d'Inscription : 03/07/2017
avatar
Roland Daggett
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Dim 9 Juil - 22:29

Une bande de pouilleux et de ratés, c'est tout ce que Crocker avait trouvé ? Des gens uniquement appâtés par le profit, l'argent facile et le travail sale. J'aimais ce genre de types, il y'avait toujours moyen de les acheter, et de leur offrir ce qu'ils désiraient à condition d'avoir les idées qu'il faut et l'argent en abondance. Heureusement que certains de mes investissements secrets me permettent de payer ces vauriens comme il se doit si jamais le deal venait à réussir, car oui, on paie après la transaction et la réussite de la prochaine mission. Et Daggett savait que ce serait parfaitement difficile, très ardu, mais pas difficile non. Daggett avait quelques raisons d'embaucher ces jeunes gens : Premièrement, on a toujours besoin de personnel corvéable. Deuxièmement, on a aussi besoin de talents, et comme l'entreprise Daggett était en reconstruction, on pourrait très bien s'occuper de ce genre de petites choses par la suite, peut-être des postes importants, comme investisseur ? Ou bien même PdG adjoint, histoire de maquiller la société et de faire en sorte que personne ne remonte à moi. Une bonne idée ne vient jamais seule et pour tout dire, j'étais même un peu déçu de ne voir que si peu de monde dans ce bureau largement vieilli et complètement en ruines. Le petit coffre-fort recelait une petite fortune personnelle, accumulée depuis des années, ainsi que quelques souvenirs du temps où Roland Daggett était un boxeur émérite dans cette fichue ville de Gotham. Un passé qu'il ne quittait jamais. Et bien à l'abri dans le coffre-fort, un beretta pour lui permettre de garder un œil au cas où le deal se passerait mal à l'avenir. Les armes et l'argent sont des choses très importantes, surtout dans cette foutue ville.

"Messieurs, mesdames. Je vous remercie de votre déplacement jusqu'ici pour écouter ma proposition."


Je referme le coffre-fort après avoir sorti une somme assez rondelette mais intéressante. Près de vingt mille dollars, pas grand chose pour un homme de ma trempe, mais assez pour réaliser les fantasmes et les rêves d'autres personnes, plus faibles, inutiles. Et pourtant, l'un d'eux allait faire quelque chose pour moi, sans se rendre compte de l'importance de cette pénible action. Oui, ce n'était pas la meilleure des façons de relancer un projet pour son entreprise, non, clairement pas. Cependant, il y'avait beaucoup en jeu, et très certainement la mise à mort de Wayne Enterprises, ce qui serait une revanche plus que bienvenue après tout ce qui s'était passé. Déposant les liasses sur le bureau, les billets verts s'étalaient parmi la poussière qui avait élu refuge sur la surface du bois jadis si bien poli et lustré.

"Vingt mille dollars pour la personne parmi vous, qui arrivera à mettre la main sur une souche de virus qui a disparue."


Daggett connaissait parfaitement le dossier de ce virus, il connaissait même l'existence de la jeune femme scientifique qui avait été enlevé et son échantillon viral disparu. Il avait tout entendu, et il connaissait parfaitement la filiale de Singapour puisqu'elle était anciennement sa succursale en Asie, rachetée par Wayne. Comme il pouvait haïr Bruce Wayne, le petit chéri de Gotham City, l'emmerdeur de première qui la ramenait toujours, monsieur bonnes actions et qui se cachait derrière cette façade alors que ce n'était qu'un petit parvenu qui avait tout hérité de son papa et de sa maman, alors que Daggett, lui, s'était fait seul, sans l'aide de personne, et il en avait avalé des couleuvres, il avait supporté les rires, les moqueries de tous ces hommes et ces femmes riches, mais aujourd'hui, c'était fini.

"Ce que je sais, c'est que c'est une succursale qui m'avait appartenu. Que le tuyau m'a été annoncé par un scientifique qui travaille toujours à Singapour et que ce virus vaut très cher, aussi, je vous déconseillerais de me doubler. Le risque est aussi d'alerter Batman sur ce qui se passe et je ne tiens nullement à refaire les frais de ce nuisible."


Je reprend les billets et je les met à l'intérieur de ma veste, je les remettrais dans le coffre-fort par la suite, tout en vérifiant bien que tout est normal. Ces personnes qui sont en face de moi, pour le profit, ils remueraient tout. Eau, terre, ciel, pour me retrouver ce virus, et qu'importe les moyens employés, ce qu'il fallait, c'est que ce soit mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 185
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon
♣ Vos Alliés : : ►Rolland Daggett (employeur), Dinah Lance (Employeur), Celestia Bell
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Ven 14 Juil - 14:48

Eddy écouta comme ses collègues de façon attentive chaque mot de monsieur Daggett.
Cela fait beaucoup d'argent. Eddy n'allait pas dire non a un tel complément fin de mois.
Lorsque Daggett, rangea ses billet, les deux gros nigaux a la droit d'Eddy, partir en direction de la sorti, en ricanant et en leur souhaitant "bonne chance".
Mais il ne franchirent jamais la porte tout deux s'écoulèrent.

Le rital vient de les abattre avec un gros revolver, un taurus raging bull. Il n'avait encore jamais vu quelqu'un en manier un d'aussi près.
Beatrice tente de s'interposer en sortant son couteau kukri, qu'elle porte à la ceinture.
Le rital est rapide, il explose l'épaule de la jeune femme.
Elle s'écroule.
Il se retourne vers Daggett et prononce avec un accent a coupé au couteau.

-Monsieur Daggett, je suis pas pour le me faire chier. Donc personne joue les héros. toi Roland file la tune et je te fait péter qu'une jambe.

Eddy, surpris par l'offensive reste figé, et calme presque instantanément sa respiration. Même si l’adrénaline pulse dans son corps. Il prépare son corps a un assaut rapide dès que son adversaire baissera sa garde. "il n'a plus que trois coups". L'individu le pointe du revolver.

- Aller le clodo ramène la jeune fille a ces parente et la viol, pas tu sera gentil.


Eddy s’exécute s'en dire un mot, sans même regarder son interlocuteur. Là est sa chance, son adversaire était trop arrogant pour faire attention a ceux qu'il laissait en vie. Il commençe a dégager le corps inconscient de Beatrice. Si personne ne se rebelle, il a une chance d'arrêter le rital s'en blesser son employeur et son assistant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 12
Date d'Inscription : 03/07/2017
avatar
Roland Daggett
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Lun 17 Juil - 12:17

Daggett ne vit pas le coup venir. Pour tout dire, il n'avait pas eu la décence de penser qu'on pourrait le doubler, lui. Mais Daggett était un homme pragmatique, toujours paré pour les mauvais coups. Il n'était pas un homme véreux pour rien, et c'est au moment même où les deux hommes furent abattus par le jeune italien que Daggett comprit que tout ça allait tourner très mal, au vinaigre même. Heureusement, Crocker était camouflé dans un coin, et cela, c'était un atout. De quelle famille pouvait venir ce petit monceau de merde qui se prenait pour un chef, avec un sourire, Daggett commençait à prendre doucement l'argent qu'il avait sorti pour appâter les minables et les ratés. Il allait lui donner, doucement, et tranquillement, néanmoins, il savait que Crocker pourrait loger une balle dans le crâne de ce petit merdeux. De l'autre côté du bâtiment, un homme portant un casque sans arrêt réglé sur la fréquence de la police et sur le bureau de Daggett, pour les éventuels enregistrements pour établir des chantages, se leva de son poste et se dirigea d'un pas assuré vers le bureau de Dagett. On le surnommait "Lézard", mais son vrai nom était Jerry Delacourt, un malfrat qui avait eu l'idée de faire avaler à Matt Hagen toute la crème que Daggett avait fait préparé dans ses installations à une époque déjà lointaine. Relâché et puis libéré, il redevint un homme de main de Daggett par la suite, et pour tout dire, il avait reprit ses plus mauvaises fréquentations et ses sales petites habitudes. Alors qu'il entendit l'échauffourée, il sortit alors un poignard qu'il fit glisser entre ses doigts. Voyant au loin l'italien qui menaçait son patron, il profita de l'obscurité pour lui planter un délicieux poignard dans le dos. La lame froide entra comme dans du beurre. L'homme s'étala de son long et lâcha l'arme que Jerry prit par la suite, reposant à nouveau son casque sur les oreilles, tout en écoutant les fréquences du GCPD. Daggett sourit, tout en refaisant sa cravate et en époussetant la poussière. Mais sa voix résonnait dans la petite pièce.

"Il est difficile de trouver du bon personnel de nos jours. Personne d'autre n'est tenté par une petite insurrection privée ?"

D'un ton acerbe, Daggett restait quand même de marbre face à ce genre de petites surprises qu'il estimait contre-productif. Gardant son sourire pour l'homme qui tenait la femme inconsciente. Pour tout dire, de ce qu'il restait des gens dans la pièce, Daggett était quand même énormément déçu par la qualité des hommes de mains de nos jours. Rien de rien pour racheter la bêtise ambiante dans laquelle ce monde sombrait inévitablement. Pour tout dire, c'était quand même stupéfiant de trouver une pareille quantité de crétins en si peu de temps. Observant Crocker d'un regard légèrement courroucé, l'homme d'affaires eut une pensée des plus profitables pour tous.

"Monsieur Crocker, la prochaine fois que vous trouvez des rebus de Gotham, pensez à vérifier qu'ils aient un cerveau."


S'avançant alors vers la jeune femme inconsciente et l'homme qui la tenait. Daggett jaugea l'homme. Puissant, barbu, un espèce de regard un peu baroudeur, on sentait qu'il avait vu pas mal de choses dans sa vie, que beaucoup d'évènements eurent lieu et qu'il n'était qu'un spectateur de sa propre vie. Se trompant rarement sur les hommes, Daggett eu un sourire en voyant l'homme. Il avait observé, doucement, mais surement.

"Monsieur, je ne sais pas qui vous êtes, mais la façon dont vous avez retiré le corps de cette femme est propre à celle qu'utilisent les militaires de l'armée Américaine pour extraire les blessés. Me tromperais-je en disant que vous étiez dans l'armée ?"


Un soldat pour homme de main ? Cela pouvait être intéressant, de la sorte où il pourrait parfaitement convenir pour la suite des plans. Daggett avait des projets, et il aurait besoin de mercenaires, d'hommes de main, de soldats en quelque sorte pour organiser ce qu'il désirait orchestrer. Pour tout dire, Daggett voyait les choses en grand, maintenant que son avenir financier s'était écroulé, il y'avait un secteur qui l'intéressait : La politique avait toujours été le jeu des puissants et des ordures, alors pourquoi ne pas essayer à son tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 185
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon
♣ Vos Alliés : : ►Rolland Daggett (employeur), Dinah Lance (Employeur), Celestia Bell
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Mer 26 Juil - 15:56

Eddy avait vu la scène du coin de la porte, les mains tentant par un bout de tissu de coupé l’hémorragie de la jeune femme. Eddy était plutôt impressionner par l’efficacité des hommes de mains de Daggett, la situation paraissait être contrôlé depuis le début. Lorsque Daggett arriva et adressa la parole a a Eddy, Béatrice c'était vidé de son sang. Eddy garda une mine sombre. Eddy percevait chez Daggett cette aura mauvaise, cette orgueil malsain. Est-ce que cela vaut le coup d'être ici, et servir un tel homme? Daggett devait adorer être le marionnettiste. Cela lui rappela un de ces supérieurs, qui avait tenté de virer Eddy car le vétéran l'avait désobéis pour évité la perte inutile de civil. Le temps lui dira si son doute se confirme.

Eddy ferme les yeux de Béatrice et se lève pour faire face a Daggett. Eddy ne laisse aucune expression émaner de son visage et de son corps.


- Oui, monsieur. vous avez l’œil. je retrouverai votre produit. Et si s'est possible je voudrait le plus d'info possible sur les trajets du colis que je dois retrouver.

Eddy tente cette approche, n'ayant pas d'autre prétendant dans les environs. De toute manière, dans la situation dans la quelle il était et vu le nombre et la qualité de ses opposants le combat serait rapide et évidante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 12
Date d'Inscription : 03/07/2017
avatar
Roland Daggett
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Jeu 27 Juil - 21:32

"Monsieur, vous avez les remerciements de Roland Daggett pour nous avoir sorti de ce pétrin."

L'homme n'avait toujours pas donné son nom, sa véritable identité, et Daggett s'en fichait éperdument de toutes manières. Pour tout dire, Roland Daggett n'avait de l'estime que pour lui-même et pour personne d'autres, c'était déjà un point de réglé. Observant la manière dont les autres rebuts avaient été refroidis, au moins, cet homme avait l'air d'en avoir dans la caboche, rares étaient les gens avec un minimum de réflexion dans cette ville. Pour tout dire, je ne m'attends pas à ce que cette mission soit une réussite, mais au moins, je le dirigerais dans la bonne direction pour qu'il puisse me retrouver ce qui m'appartient de droit. J'avais de sérieux soupçons sur Simon Stagg, ce vieil imbécile. Pour tout dire, mes soupçons s'étaient portés sur lui depuis très longtemps, quand il avait essayé de me prendre mes actions dans cette entreprise à Singapour, je doutais fortement que Wayne comprenne quoique ce soit à la virologie, mais Milo avait envoyé ses meilleurs échantillons à cette ancienne entreprise qui fusse la mienne avant que Bruce Wayne ne reprenne les débris de mon empire financier. Mais je me referais, et pour tout dire, je savais déjà où je taperai, dans le monde merveilleux de la politique. Les maires, ça va, ça vient, et puis les élections seraient pour bientôt, et je serais prêt. Prêt à jouer la carte de la victime, prêt à montrer à tous ces imbéciles que j'avais changé, prêt à montrer à tous ces crétins que le changement, c'était maintenant, dans Gotham City. Mais trêves de pensées sur un futur non écrit, j'avais besoin de relancer mes activités et cet homme avait besoin d'informations.

"Le virus que je cherche est une souche assez volatile. Il m'a surement été dérobé soit par Stagg Industries, soit par Lexcorp, même si je pense sérieusement que Stagg est dans le coup. Luthor est un brin trop perfectionniste avec ses robots."

Et puis Luthor était à Métropolis. Gotham n'était qu'une petite bourgade comparé à son champs de bataille personnel contre Superman. Il ferait quoi à Gotham City après tout ? Observant avec attention Crocker qui sort un dossier assez important d'une des armoires remplies de poussières. C'était peu, mais déjà assez intéressant. Dedans, des observations sur la pathologie virale, les accès de boutons, le pus, les germes qui éliminent les globules blancs et les cellules nerveuses. Le sujet meurt dans les soixante douze heures. Un véritable délice pour sadique, le tout crée par Achilles Milo, le meilleur de mes chimistes et virologues. Un grand homme, dommage qu'il se soit exilé en Russie à l'heure qu'il est, j'aurais bien besoin de ses lumières pour relancer mon secteur d'activité. Mais il reviendra à Gotham City, ils reviennent toujours à Gotham City après tout, cette ville attire toujours le meilleur dans le domaine du pire, et c'était un atout avantageux.

"Vous aurez de l'argent. Vous devez écumer Gotham City, trouvez la moindre information capable de nous aider à trouver ce virus. Je veux mon virus, et vous votre argent non ? Dans ce cas, rendons nous service à l'un et à l'autre qu'en dites-vous ?"

Je tends ma main pour sceller notre accord. Après tout, on avait besoin de ça pour conclure notre marché. Et puis, j'aimais faire les affaires comme on les faisait d'habitude. Basée sur la confiance et non sur les belles paroles. Tendant ma main, j'attends l'accord de mon étrange nouvel allié. Après tout, je me fichais de son passé, de ses belles aventures, tout ce que je voulais, c'était un homme qui en avait, qui voulait de l'argent et un travail. Oui, ne pas avoir de scrupules permettait de survivre dans le monde des affaires et pour tout dire, je vivais parfaitement avec cela, même si malheureusement, j'en avais fait les frais en prison. Mais j'étais libre maintenant, libre de recommencer et de m'améliorer, et cette fois, pas même Batman ne viendra se mettre en travers de ma route. Car ma prochaine destination, c'est la Mairie de Gotham City. Et qu'est ce que ce sera amusant quand je serais élu, la ville sera à moi, à moi et à moi tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 185
Date d'Inscription : 09/05/2017
Localisation : Appartement de son cousin

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen / mercenaire
♠ Relations conflictuelles :: ►Sam (un mafieux), Gormogon
♣ Vos Alliés : : ►Rolland Daggett (employeur), Dinah Lance (Employeur), Celestia Bell
avatar
Eddy Attano
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   Sam 29 Juil - 21:17

Eddy ne comprenait pas les remerciement de Daggett, Eddy n'ayant presque pas agit durant, la prise d'otage.
Mais peut importe, Daggett venait de lui donner des pistes. Enfin une piste Stagg. Il mourrait, sert, d'envie de salué les employer de lexcorp façon expendable mais comme l'a fait remarqué Daggett, lex s’intéresse au nouvelle technologie, à la mécanique bien plus qu'à la biologie.


- oui, il y a aucune hésitation, M.Luthor, minimiserai l'utilité d'un tel produit. Compter sur moi monsieur Dagget, vous aurez votre virus, dans les plus bref délais. Peu importe où il se trouve.


Malgré le peu de matériel qu'il possède, Eddy est apte a mener un tel mission et puis vu la récompense il n'aura plus besoin de bosser pour un certains temps. Eddy sert la main de Daggett, puis sort du bâtiment en récupérant l'arme de l'italien.

- Je vous emprunte cela ça peut toujours servir. A dans quelque jours, messieurs, je vous contacterai dès que j'ai le virus en ma possession.


Eddy jooue parfaitement l'expert sûr de lui, mais les prochaine nuit seront longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]   

Revenir en haut Aller en bas
 

There is no Hope for this city. [PV Eddy Attano]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apprentit Barman au New York city bar =)
» Metropolis City
» Anthony Hope, "Le prisonnier de Zenda"
» Téléréseau City TV - nouvelles chaînes TNT
» Impact City

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Westside :: Daggett Industries-