Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anti-héros
Masculin Messages : 115
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Mar 4 Juil - 15:43

Je n’étais pas parvenue à mettre la main sur Fritz, ce rat était tout aussi fuyant que ce rongeur, mais certainement moins malin. J’avais arpenté rues et ruelles, dont certaines assez mal fréquenté. Si je n’avais obtenu que peu d’information sur mon rat, j’avais appris que quelque chose se préparait. L’information me venait d’une petite frappe que j’avais plusieurs arrêté lorsque je portais l’uniforme du GCPD.  Ce petit con avait cru malin de plaisanter sur ce sujet, lorsqu’il me reconnut, ce qui lui valut la perte de deux dents et une fracture du nez. D’ailleurs je dus le faire répéter plusieurs fois, pour comprendre de quoi il me parlait. Que voulez-vous cet abruti ne parvenait pas à articuler, sous prétexte que je lui avais cassé quelques dents. Le voyous sont bien fragile, si vous voulez mon avis.

Ce dernier me parla d’une sorte de cérémonie, de magie noire, ou je ne sais quoi. A mon avis, cela devait encore être un illuminé qui voulait invoquer un démon ou autre pour avoir plus de pouvoir. Comment les personnes pouvaient se montrer si peu sensées à croire au paranormal. Les seuls démons qui existent sont ceux qui se trouvent au fond de nos esprits, création de nos psychoses et autres névroses. Je dis cela, mais ma famille a été impliquée, du moins du côté de ma mère, dans une histoire de culte. Ma grand-mère n’arrêtait pas de dire que ma mère et moi étions bénies par Barbatos. Il n’y a rien d’étonnant à ce que j’ai donné vie à ce dernier lors de mes crises, ce qui me valut un séjour à Arkham. Mais ce qui m’intéressa dans l’information, fournie par mon voyou,  s’était le fait que cela pouvait avoir un lien avec la disparition de certaines filles, principalement des SDF ou des droguées. En poussant un peu plus loin, mon investigation, secouant quelques petits dealers, je pus obtenir la description d’une fourgonnette. Cette dernière était un modèle gothique du Scoopi-van. J’obtins l’information concernant le lieu, d’une prostituée qui aurait participé à ce rituel. Elle s’en serait sorti, car la croyant dans les vapes ses kidnappeurs ne l’avait pas surveillée. Je me décidai donc à me diriger vers le vieux cimetière de Gotham, un endroit oublié de tous et rarement visité.


Le seul souvenir que j’avais de cet endroit, ce fut le jour des funérailles de ma grand-mère, celle qui prétendait que j’étais bénie par un démon. L’endroit m’avait paru glauque et sinistre, il fallait dire que j’avais 8 ans et qu’il pleuvait ce jour-là.  Depuis je ne m’y étais rendu qu’une fois, adolescente avec un groupe d’amis. Ce soir, ce n’était pas pour les mêmes raisons que je retournais vers ce lieu. Le grondement de ma moto, brisait le silence nocturne et me semblait plus puissant lorsque je quittai Gotham et la vie qui y fourmillait. Je m’arrêtai à quelques kilomètres du cimetière à proprement parlé, ne voulant pas que le son de ma moto annonce mon arrivée. Il ne me fallut pas longtemps pour parvenir à la grille, que je trouvais non sans surprise ouverte. Je me serais attendue à trouver la chaine brisée ou bien le cadenas, mais pas à ce que la grille m’accueille de la sorte. Dans l’obscurité ambiante, l’atmosphère me semblait assez pesante, comme si une chape de chaleur s’était abattue sur le cimetière dans son ensemble. L’air me paraissait lourd et un bruissement venait à mes oreilles, comme le battement de plusieurs ailes. Mais il n’y avait aucun oiseau ou autre créature volante aux alentours. Il me fallut quelque secondes pour faire redescendre mon rythme cardiaque et éloigner ce bruit. Lorsque je fis un pas et passa le seuil de la grille, la sensation d’étouffement disparut et je sentis la fraicheur de la nuit et le calme du lieu. Ce ne fut qu’en m’enfonçant un peu plus loin au travers des allées, que j’aperçus une source lumineuse émise par les phares d’une camionnette. Me glissant dans les ombres que m’offraient les pierres tombales et mausolées, je me rapprochai. C’est alors que j’aperçus une silhouette solitaire, celle d’un homme costaud. Il se trouvait à plusieurs mètres de la source de la lumière dans l’ombre, semblant monter la garde. Ce dernier plus intéressé par ce qui se passait que par ce qui pourrait arriver, me facilita la tache lorsque je vins me placer derrière lui. Un puissant coup derrière le genou, pour lui faire perdre l’équilibre, suivit d’un étranglement à l’aide d’un collier arrière et le voici neutralisé en silence et sans douleur. Je marquai une pause sous l’effet de la surprise, constatant qu’il portait un maquillage représentant un clown. Je ne connaissais qu’un seul gang portant un tel maquillage, mais je ne voyais pas ce qu’il pouvait faire en ce lieu et quel lien il pouvait avoir avec un possible rituel. Quoi qu’il en soit, un frisson glacé parcouru ma colonne vertébrale. Soit le Joker était derrière cela, soit quelqu’un se cachait derrière son image pour commettre ses méfaits et dans ce cas, je ne pouvais que le plaindre. Quoi qu’il en soit, je devais m’assurer de la situation, avant de décidé quoi faire. Pour cela, je continuai de me glisser dans les ombres afin de me rapprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 1662
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Mar 4 Juil - 16:51




Laugh and Die

Vous vouliez une danse avec le Diable ? Et bien le Joker a de meilleures idées que ça ! Alors que beaucoup préféraient la compagnie de Lucifer, le Joker préférait quelque chose qui n'avait pas de queue dans le bas du dos, alors pourquoi faire classique alors qu'on pouvait innover avec quelque chose de plus cruel et de plus monstrueux à faire non ? Et pourquoi pas une soirée festive dans un cimetière ? Quelle somptueuse idée non ? Quelle riche et amusante idée nous avions-là, pour ce soir. Un décor des plus délicieux, des plus romantiques, avec de quoi faire une très belle soirée. La camionnette du Joker s'était arrêtée à l'intérieur du cimetière de Gotham City, et quelques gardes grimés en clowns avaient disposé ce qu'il fallait pour que le Joker passe une excellente soirée. Il en avait bien besoin, il avait besoin d'un peu de vacances et de se relaxer le plus possible, ça épuisait la chasse au Batman et à la Batgirl ces derniers temps, et puis, le Joker n'était plus de première jeunesse comme on pourrait le mentionner. Malgré ses dernières déboires à l'aciérie Sionis, le Joker ne s'était jamais vraiment calmé au niveau des crimes. Malgré le fait qu'il n'ait pas fait coulé beaucoup d'encre dans la presse et qu'il n'était pas cité pour le moment, il allait revenir en force à Gotham City, avec pertes et fracas. Ce serait d'une merveille, d'un absolu génie quand ils verront ce que le Prince des Clowns de Gotham City avait dans ses manches pour Batman et les autres abrutis qui l'entourait. Non, ce soir on faisait les choses bien pour célébrer un retour en grande pompe, et avec musique, trompette et tout le bordel musical qui va avec. Ce soir, on organisait une belle petite fête pour rigoler, rien de bien sorcier. On avait sorti une belle table ronde, deux chaises et Bill et Joe avaient creusé la tombe d'une jeune mariée qui hélas, n'avait pas survécu à un accident de voiture il y'a quelques années. Ah vous savez comment sont les jeunes, ils sont tellement pressés de se marier qu'ils en oublient la ceinture de sécurité, ou de chasteté ? Hahaha ! Quelle bonne ambiance ! Quels bons petits plats biens mitonnés ! Bon, c'est faux ! C'était du réchauffé avec une vieille gazinière portative à l'intérieur du camion. On avait fait réchauffé de la nourriture et le Joker avait commencé à diner dans ce cimetière, avec pour seule satisfaction de profiter de ce lieu des plus enchanteurs pour la suite de ses opérations. On avait déjà servi le Joker avec un consommé, une délicieuse petite soupe que le Joker dégusta avec un malin plaisir tout en regardant le soleil se coucher. Une magnifique vue d'ensemble quand on voyait le soleil se coucher sur Gotham City, avec la noirceur de la nuit qui arrive tranquillement. Vous n'imaginez pas le spectacle ! Il ne manque plus que les effluves et les émanations toxiques de Axis Chemicals et alors là, ce serait le pompon ! C'est alors que les deux acolytes terminèrent de creuser la tombe. Ils sortirent le cercueil et le posèrent debout. On ouvrit au pied de biche la tombe et elle était là, encore fringante dans sa robe de mariée ! Bon, elle n'était plus de prime fraicheur, mais elle avait de superbes os, et un crâne, mon Dieu ! Un crâne à faire bander le plus ardent des nécrophiles ! Qu'elle était belle, la mariée décomposée ! Vous connaissez la décomposition de type B ? C'est la décomposition avancée. Haha ! La bonne blague était bien drôle. Se levant et refaisant son nœud papillon, le Joker s'inclina, grand sourire sur le visage, puis il fit son charme habituel.

- "Ma chère. Vous m'éblouissez devant votre beauté. Puis-je vous inviter pour une noce ? Ou bien partagerons-nous un os ? De toutes évidences, moi, vous risquez de me donner des bosses. Mais ne vous en faites pas, ce soir, nous fêterons votre mise en bière."


Puis, d'un geste, il prit les mains décomposées, squelettiques de la princesse endormie pour toujours avant que Joe n'allume un vieux tourne-disque lui aussi apporté pour la soirée du Joker. Tout avait été prévu par le Joker, et rien ne devait entraver cette magnifique soirée. Il n'y avait que quatre gardes qui assuraient la protection du Joker ce soir, deux qui s'occupaient de monter la garde, et les deux autres qui servaient le Joker pour ce qui était de sa soirée improvisée. Et puis, encore heureux qu'il ait besoin d'eux vivants surtout. Pour ranger le matériel juste après entre autres. Avec une désinvolture à toute épreuve, la musique commençait à retentir, faible, mais assez sonore pour le Joker et ceux qui étaient proches de lui. Une musique assez "clownesque" avec du xylophone, de la musique qui foutait un peu mal à l'aise. Déjà que le cimetière était pas jouasse, alors la musique en plus, c'était pas ce qu'il y'avait de meilleur on va dire. La danse du Joker était fluide, endiablée. Le son des os retentissait aussi sur la musique, et les yeux vitreux, morts, deux trous béants ne quittaient pas le Joker pendant qu'ils dansèrent tous les deux. Les deux hommes de main présents montrèrent quelques signes de nervosité. Pourquoi avaient-ils signés pour suivre le gang du Joker ? Bonne question dirons-nous. En tout cas, le Joker s'arrêta après dix minutes de danse avant d'ajuster le cadavre sur la chaise en face de la sienne. Prenant la bouteille de champagne, le Joker commençait alors à faire le service.

- "Un peu de champagne ma chère ? Ou bien voudriez-vous un peu de ce consommé ? Je suis sur que vous avez encore de beaux restes pour apprécier la bonne nourriture héhéhaha."


Le Joker ricanait. Pour tout dire, tout ça n'était que la suite d'une belle et douce journée dans laquelle il tua quatre de ses hommes de main pour avoir tenté de quitter le gang du Joker. Quand on signe pour être avec le Clown, au moment où on décide d'en partir, c'est les pieds devant. Vêtu de son plus beau costume violet, de sa plus belle fleur sur la poitrine et de sa canne-épée contre la table, le Joker savourait la compagnie d'un cadavre qui fut jadis, une belle mariée. Mais que voulez-vous ? La folie ne se commande pas. Et pourtant, la soirée ne fait que commencer, mes chers amis. Nous allions nous amuser pour le reste de cette soirée !




Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anti-héros
Masculin Messages : 60
Date d'Inscription : 11/06/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
♠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Vos Alliés : : ► Lui même
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Lun 17 Juil - 15:35

Ce soir un groupe de cinglé avait pour habitude de se regrouper au cimetière de Gotham, un endroit qui ne donnerais pas vraiment envie de danser à quelqu'un de ivre. Surtout la nuit, nous savons tous que Gotham de nuit n'est pas la même que la journée. Cette maudite ville, même le diable en personne n'en voudrais pas, que pourrait-il en faire ? Rien de bien amusant, térrifié les innocents ? Ils le sont déjà en permanence par toutes les petites frappes présentes, quand à son justicier il n'est guère utile. 

Depuis le nombre d'année où il essaye de sauvé cette ville le crime n'as pas baissé, au contraire il à explosé. A croire qu'une mascotte attire pas mal de monde, sois disant instauré la peur dans l'esprit de ces cibles. Seulement cette méthode ne fonctionne qu'une fois, après ils ne sont pas bête ils savent tous que rien de bien grave leur arrivera. Au pire ils ont un bras cassé, ou une jambe pour avoir tué un enfant. Bref ce soir John devait se rendre au cimetière pour empêcher ce groupe d'idiot de faire une bêtises irréparable. 

Les gens ont tendance à beaucoup sous-éstimer les effets de la magie noir, chacun d'entre eux rentrerais se baricadé chez eux si ils savaient tout ce qui est possible de faire grâce à ce pouvoir. Aucun démon ne se montrera gentil avec un mortel sans arrière pensée, ils ne sont pas là pour le bénévolat leur aide à toujours un coût plus ou moins élévé pour ce qu'on voudrait en faire. Des gens comme Constantine se tuait à maintenir ces monstres enfermé et sceller pendant que d'autres s'amusaient à essayer de faire tout le contraire. 

John errait entre les tombes en cherchant les mongoliens reponsable de toute cette merde, quand il croyait apprecevoir un groupe de personne. Des hommes était posté sans doute pour monté la garde, afin d'éloigner tout mauvais visiteurs. Quelque chose se préparait, et sa piquait la curiosité de John. En arrivant devant les deux gorilles il souriait et se tenait devant eux . 

" Ohye les gars ! Quel bon vent vous ammène ici ? Une fête privée ? Je suppose que sa ne dérange pas si je m'invite à l'improviste ? 


Non ? Vous êtes de chic types. " 


Alors qu'il essayait de passer l'un des deux avançait sa main pour le faire reculé, John attrapait rapidement cette main, puis celle du deuxième en récitant une formule les plongeant dans un sommeil assez long. 

" Je savais qu'on finirais bien par s'entendre. Bon que mijotez-vous ?  Un clown taré, une nana bien foutue, seuls dans un cimetière. 


Vous préparez une orgie costumé ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 115
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Dim 23 Juil - 12:15

Alors que je m’étais glissé assez prêt pour constater la présence du Prince du Crime en personne, le spectacle que ce dernier m’offrait était des plus révoltants. Cet homme ne respectait rien et je ne pensais pas que sa folie avait quelque chose à voir avec ce comportement. Malgré tout, je restais spectatrice de la scène ne pouvant détacher mon regard de celle-ci. Si la musique avait de quoi irriter, tous mélomanes, même ceux du dimanche, je devais reconnaitre que les pas de danse étaient parfaitement exécutés. La souplesse, la puissance, la précision, dans les mouvements pouvaient rendre jaloux n’importe quel danseur de salon. Ok, je n’étais pas une experte de ce type de danse, trop codifiée et corsetée. Alors que je me demandais encore quoi faire, folie de ma part de m’être rendue ici et douter maintenant. Mais comment aurais-je put deviner que je me retrouverais en face du plus célèbre et dangereux criminel de Gotham. Alors que je positionnais mes mains sur la crosse de mes pistolets, le Joker finissait sa danse et pris place autour d’une table.

Mais le destin sembla vouloir, que je ne sois pas actrice de mes choix, lorsqu’un inconnu apparut. Ce dernier ne manquait pas de cran, ou bien était-ce une trace de folie, pour se tenir de la sorte face à ce psychopathe de Joker. Je n’avais pas bien vu, comment il était parvenu à neutraliser les gardes qui lui faisaient face. De ses connaissances, personne pas même le meilleur des combattants pouvaient neutraliser de la sorte qui que ce soit. Peut-être avait-il utilisé une drogue ou un poison quelconque. Quoi qu’il en soit, je me retrouvais dans une situation délicate et préféra dégainer mes pistolets, prête à faire feu. Au fond de moi, un démon dansait au rythme de la musique, demandant son lot de victimes. Après tout, si je parvenais à éliminer la cause de la présence de ce dernier, qui sait peut-être qu’il me laisserait et que je pourrais reprendre ma vie, là où elle m’avait été volée. Silencieuse, observant, prête à réagie, je me demandais encore quoi faire. Ne serait-il pas hilarant, que le Joker finisse sa carrière dans les bras d’une mariée qu’il avait invitée à sa petite sauterie. Quoi qu’il en soit, c’était le deuxième larron qui me posait soucis. Dans quelle catégorie devais-je le ranger, ennemi, future victime, dommage collatéral de mon besoin de venger toutes les âmes de Gotham que le Joker avait torturées et détruites.

Derrière mes lunettes et sous ma perruque rouge, mon esprit essayait de prendre une décision. Mais je sentais qu’il ne faudrait pas beaucoup de temps, pour que le démon qu’avait éveillé ma folie ne s’agite et prenne le contrôle. A l’orée de mon champ de vision, je pouvais deviner les ombres dansées et le rouge le colorer. Quoi qu’il se passe, les prochaines secondes allaient être déterminantes et surement violentes. Un sourire carnassier et malsain commençait à apparaitre sur mon visage, devant les promesses qui se présentaient. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 1662
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Dim 23 Juil - 17:22




Laugh and Die

Vous savez ce qui est le plus pénible quand on fait une fête ? Ce sont les pinces sans rire, les inévitables fouteurs de mauvaise ambiance qui venaient sans arrêt s'en prendre à vos jeux personnels et qui foutent le moral des autres en l'air. C'était d'une platitude horrible et d'un ennui. En temps normal, les emmerdeurs, on les jette à la porte, bon dans le cas actuel, on pourrait très bien les mettre dans le cercueil et les enfermer pour de bon, mais le Joker était bon et magnanime. Toujours en compagnie de sa douce et délicieuse mariée qui lui servait de cadavre pour la fête, le Joker en profitait pour sabrer une très bonne bouteille de champagne, une très bonne bouteille, d'une très bonne année. La musique continuait à se faire entendre, à tourner, tandis qu'il observait d'un regard amusé le petit spectacle qu'il découvrait. Ainsi, on avait deux invités surprises : Un blondinet qui avait l'air de pas en avoir beaucoup dans le crâne et une espèce de rouquine sans âme qui portait des lunettes. En observant de près, le Joker ne reconnut aucune des personnes présentes, et pour tout dire, il s'en fichait royalement. Néanmoins, il était un homme qui aimait le spectacle, qui aimait l’extravagant. Il aimait quand les choses sortaient de leurs contextes et quand tout commençait à partir en bordel, l'anarchie en quelque sorte. Observant sa mariée avec un grand sourire, il mima un grand baiser d'amour entre lui et le cadavre, puis, il pointa du doigt les deux invités. Comme s'il voulait que les deux nouveaux invités fassent partie de cette tragi-comédie improvisée par le Prince du Crime de Gotham City. Avec le Joker, il fallait garder ses distances, toujours. Ce n'était pas pour rien que même les pires monstres de Gotham City l'évitaient le plus possible.

- "Regarde chérie, des invités surprises. Attends ... Oui ... Bien sur ma princesse. Aucun problème."


La mariée cadavre eut un léger craquement de la tête et adressa un sourire funèbre aux deux arrivants, puis sa tête roula à terre, la colonne vertébrale était pourrie. Comme si le cadavre lui murmurait quelque chose à l'oreille, que seul le Joker pouvait entendre. Enfin, comme si un cadavre pouvait parler hein. Ce n'était clairement pas possible, et puis de toutes manières, le Joker avait prévu quelque chose au cas où il aurait été ennuyé. Quelque chose d'amusant pour se permettre de donner un peu de temps à gagner. Un bon magicien ne vient jamais à une représentation sans avoir un as dans sa manche n'est-ce pas ? Ricanant, le Joker claqua des doigts et se leva pour saluer les deux nouveaux arrivants. Ricanant aux paroles de l'homme blond, le Joker commençait alors à se lever, à se redresser, et à se rapprocher dangereusement de l'homme en imperméable.

- "Oh c'est gentil d'être venu passé voir ce cher Joker à sa petite sauterie. Vous m'auriez prévenu et j'aurais fait déterrer toutes les tombes pour vous offrir le divertissement que vous méritiez."


Souriant de toutes ses dents, le regard du Joker n'annonçait clairement rien de bon. Il avait prévu sa sauterie pour Batman, et rien que pour lui. Et venait-il au Joker ? NOOOON ! Bien sur que non ! Il n'était pas là ! Il n'était pas là à venir combattre le Joker. Non, il se contentait surement de petits criminels mineurs ou d'autres aussi peu importants comme Zebra Man ou encore l'Effaceur ! Pfeuh ! Quelle tristesse ! Comment le Plus grand criminel de Gotham City pouvait passer au second plan de la sorte ? C'était un crime de lèse-majesté, une sainte horreur et le Joker n'appréciait pas de donner ses petits jeux à d'autres minables qui hantaient les rues de Gotham City. Tant pis, peut-être qu'avec leurs cadavres, il attirerait l'oeil du Chevalier Noir qui sait ? L'idée traversait l'esprit du Joker, quelque part, dans son âme, le Joker savait que Batman ne le considérait plus comme un des criminels les plus monstrueux. Mais que fallait-il faire pour que Batman revienne à lui et rien qu'à lui ? Peut-être qu'en gazant tout Gotham City cela devrait aller peut-être ? Reprenant d'une voix plus grave et moins nasillarde, le Joker dévisageait les deux protagonistes qui étaient venus à lui. Ses hommes de main étaient à terre mais bon, il y'avait d'autres farces à faire. Les meilleures pouvaient arriver assez vite.

- "Néanmoins, je devais attirer l'attention d'une certaine chauve-souris et pas deux inconnus. Vous me contrariez énormément ..."

Dit-il en se prenant le menton. C'est alors qu'il fit sortir de sa manche, un petit détonateur. Et très vite, il appuya dessus. La camionnette explosa et un gaz vert et odorant commençait alors à se déverser dans le cimetière. Un gaz mortel connu sous le nom de Smilex ... Un gaz monstrueux qui offrait une bonne dose de rires à ceux qui le respiraient. Puis venait la folie, le rire cyclique, et enfin, la mort. Une mort des plus belles après tout, car il apposait un magnifique sourire sur le visage des cadavres. Le Joker espérait au moins en profiter pour faire une belle expérience sur ces deux-là. Les senteurs se déversaient. Le Joker était immunisé à son propre gaz, mais les deux-là, ça l'étonnerait. Il éclata d'un grand rire avant de hurler d'une voix moqueuse. Une voix des plus perçantes.

- "Respirez, mes amis. RESPIREZ !"





Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anti-héros
Masculin Messages : 60
Date d'Inscription : 11/06/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
♠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Vos Alliés : : ► Lui même
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Dim 13 Aoû - 22:40

John se tenait là les mains dans les poches de son imper, impassible devant ce spectacle des plus ridicule.  Alors c'était lui le fameux Joker, celui qui se faisait appeler "Prince du crime". A première vue ce n'était qu'un bon gros timbré qui n'en avait pas dans la tête, mais en y réfléchissant mieux cet homme ne devait pas être n'importe qui. En effet de ce qu'il avait entendu avec les rumeurs, ce gars était assez balèse pour faire passer Batman pour un gars qui n'est pas capable de faire régner l'ordre dans sa sois-disant ville. 

Je vois que tu es bien allumé dans ta tête toi. Je comprend pourquoi même un asile de taré ne veux pas de toi. 


Cependant je ne suis pas ici pour vos conneries sans nom. 


Alors qu'il allumait sa cigarette John gardait les yeux lever vers le clown. Ne jamais baissé sa garde si on tiens à sa vie, surtout avec ce genre de cinglé. D'ailleurs l'occasion ne manquait pas, voilà qu'il sortait de sa manche un détonateur sur lequel son pouce venait se poser. Appuyer sur ce bouton à eu pour effet de déclancher un nuage de fumée verte. Quelque chose ne tournait pas cette saloperie devait avoir un mauvais effet si ce cinglé l'envoyait de cette manière. 

Pour ne prendre aucun risque John, isolait ses voies respiratoires grâce à un bouclier de magie. L'air propre passait mais pas l'air infecté, sans savoir ce que c'était il était dangereux d'enlever cette protection. Ce soir il était venu pour dénicher des taré en robe qui invoquaient des puissance qu'ils ne maîtrisaient pas, et le voilà nez à nez avec le gars le plus paumé et dangereux de cette ville. 

Cette nuit allait encore être longue. John était prêt à répondre en cas d'attaque surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 115
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Mer 16 Aoû - 22:06

Je savais que la folie allait bientôt se déverser sur moi. Du moins c'est ainsi que les spécialistes que j'avais put voir durant mon hospitalisation, nommaient ce qui vivait dans mon esprit. Pour moi, c'était un démon, non pas celui qu'un malade pourrait imaginer, mais bien une créature sortit des ténèbres. Quoiqu'il en soit et même si j'étais réellement folle, celui qui se tenait devant le civil, avec sa fiancée était bien plus dangereux et allumé que je pourrais l'être. Je me demandais si le civil n'était pas aussi allumé que l'auto proclamé Prince du Crime. Quel abrutit ou idiot ferait face au Joker avec autant de décontraction, comme s'il ne savait pas à qui il avait à faire. 

D'ailleurs le Clown semblait plutôt déçut, lui qui avait espéré voir le Chevalier Noir se présenter devant lui. Je pouvais le comprendre, mais cela n'allait-il pas le rendre plus dangereux qu'il ne l'était déjà. Alors que les deux Hommes jouaient à qui avait les plus grosses, je dégageais mes deux pistolets, prête à ouvrir le feu sur celui qui était responsable de ma déchéance, même s'il l'ignorait. Après tout, il n'était pas présent lorsque sa bombe libéra le gaz qui changea ma vie. C'est alors que l'Homme qui était à l'origine de mes cauchemars, nous présenta sa surprise. Je lâcha un juron qui pouvait être entendu par tous ceux présents. Alors qu'il appuyait sur le détonateur, je dégaina mes armes, trop tard. L'explosion dut réveiller tous les morts du cimeterre, en tout cas je ne pus aligner ma cible. Malgré tout je lâcha une rafale qui alla se perdre non loin d'un Joker plutôt heureux. Je reculais voyant le nuage de gaz se répandre, tout en rengainant une de mes armes. Je devais récupérer le masque à gaz, customisé, avant qu'il ne soit trop tard. Je savais que ce gaz était des plus mortels, une arme que le Joker appréciait. Avant que je ne pus mettre en place mon masque, je respira une bouffée, jurant intérieurement. Je lâcha une deuxième rafale moins bien précise que ma première, c'est pour dire. Je ressentais déjà les effets du gaz et commençais à rire toute seule, m'imaginant en train de danser avec le cadavre du Joker, comme il l'avait fait avec sa fiancé d'outre-tombe. Je pris appui sur l'une des pierres, avant de m'esclaffer de rire, devant le visage qui apparaissait sur cette dernière. C'est alors que j’aperçus une silhouette se diriger vers moi, était-ce une illusion ou bien était-elle réelle. Dans le doute, certains s'abstienne, pas moi, j'ouvris le feu et vit l'une des brutes du Joker s'écrouler ma rafale lui ayant fait exploser la tête. Devant ce spectacle, je ne pus retenir un autre fou rire. Je savais ce qui risquait de m'attendre, la mort par le rire. Cette idée au lieu de me ramener au calme ne fit qu'accentuer mon rire. Ce dernier était tellement violent que je dus lâcher mon arme. Mais si l'effet se montrait si violent, je savais qu'il allait bientôt s’estomper. Du moins je l'espérais, si je voulais avoir une chance d'abattre ma cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 1662
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Jeu 17 Aoû - 18:05




Laugh and Die

Les clowns ça craint hein ? Pourquoi avons-nous peur des clowns ? Qu'est-ce qui fait, dans notre imagination, que nous ayons peur de ces créatures grimées. L'inattendu. C'est ça le plus perturbant chez un clown, le clown se définit comme un bouffon, comme quelqu'un qui souhaite faire rire, selon ses envies et selon son humour. Le clown donne un reflet de l'inconnu, de la peur de l'incompréhensible, et pour cause, vous n'avez vraiment pas envie d'en croiser un. Surtout dans une ville comme Gotham City. Quelle horreur pas vrai ? Un clown qui revêt l'habit d'un être qui est censé faire rire pour vouloir exterminer de rire les gens qui l'importent. Oui, c'était le truc à Gotham City, c'était l'anomalie quotidienne. Le Joker avait tout pour être le pire des criminels, son humour, sa férocité et son esprit chaotique. Rien que ça ! Pourtant, il connaissait les échecs, et connaissait aussi le gout de l'amère victoire. Quel douce saveur quand on perfore le crâne d'un Robin avec un pied de biche, ou quand on transperce la colonne vertébrale de la fille du commissaire de police le plus incorruptible de toute la ville. Faut pas croire, mais la victoire, même courte, avait un gout qui se savourait lentement, comme quand quelqu'un respire les gaz du Smilex du Joker. Le rire était une chose merveilleuse, quelque chose de magnifique, de sensationnel à entendre, il n'y avait rien de plus beau à entendre que cela. Un enfant qui rit, une femme qui rit ou encore même un cadavre qui sourit, rien de tel pour réchauffer votre pauvre cœur bien froid. C'est alors que parmi la purée de pois verte du gaz qui s'échappe, un cri retentit, non pas un cri, mais un rire, un rire des plus agréables, et malgré les quelques balles qui passèrent, le rire commençait doucement à poindre son nez, visiblement, quelqu'un en avait prit plein les poumons, et c'était déjà une belle réussite non ? Le rire était quelque chose de fantastique, d'agréable, de merveilleux. On était enfin "soi" quand on riait, on se laissait aller, on se laisser aller à toutes les horreurs que l'on peut voir, et puis, rire dans un cimetière, ça avait quelque chose de poétique, quelque chose de fantasque, rire de la mort avant de mourir de rire, voila une belle mort, un beau paradoxe. Mais malgré les tirs de "l'autre", le Joker avait été touché au bras, une belle balle venait de lui traverser le bras gauche et le Joker en ricana comme un hyène sordide. Ameuté et attiré comme une mouche par un bel étron luisant, le Joker se dirigea vers la source du rire, et à côté, un de ses hommes de main tomba, victime des impacts de balles qui l'avaient transpercé. Le Joker s'avançât, bras blessé, et sortit des brumes de son poison pour tomber nez à nez avec la pauvre petite victime qui avait tenté de se sortir des griffes du Smilex. Le Joker eut un grand sourire, tandis qu'il caressait les cheveux flamboyants de la jeune femme avant de parler d'une voix douce et terriblement séduisante.

- "Chuuuuuut, dors, tout va bien se terminer. Je te le promet, la vie n'est qu'une immonde farce, et je vais t'offrir un beau final."


C'était une belle rhétorique pour le Joker. Après tout, la vie n'était qu'un cirque immense. On fait le clown, on divertit les gens, et au final, on a le dernier rire puisque tous les autres meurent au fur et à mesure, mais le hic, c'est qu'un jour où l'autre, il faut partir aussi. Et du coup, il faut partir avec brio, quitter la scène sur quelque chose d'unique et de fantasque. Pourquoi pas ? Après tout, la philosophie de la vie est la même que la mort, c'est un concept qui reposait sur une chose primordiale : Il fallait réussir ses entrées et sortir comme un magicien, avec un grand final, et beaucoup de questions par la suite. C'était comme ça que le Joker voyait sa mort, sa propre mort, quand il arrivera à pousser Batman jusqu'au bout de ses limites, et vu la tenue des choses, ça arriverait surement très vite, ha ! Observant la jeune femme, le Joker délaissa les cheveux pour baisser ses mains sur la gorge de la jeune fille, le masque à gaz n'avait pas servit à grand chose au final, et le Joker espérait qu'elle ait un beau sourire quand le dernier souffle de vie s'éteindra.

"Il faut rire ! Rire à en mourir ! C'est tellement plus facile de se laisser aller ! Va-y ! Meurs !"


Hurla-t'il tandis que ses mains commençaient à se resserrer sur la gorge de la jeune femme. La priver d'air ? Mais dans un sens, elle ne respirerait plus le gaz. Et dans la confusion, la douleur de son bras qui lui faisait vraiment mal, le Joker avait oublié un petit détail, un détail qui porte un imperméable et qui fume des clopes bon marché. Un détail oui, mais le Diable se cache dans les détails non ? Les détails, c'est tout ce qui fait la base d'une chose bien agencée, mais qui peut aussi détruire tout ce qui a été prévu ou imprévu. Le détail, c'est le Joker, le Joker est double, le Joker est sournois, mais parfois, le Joker peut se tromper. Et il s'était laissé aveugler. Pour le moment ...




Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anti-héros
Masculin Messages : 115
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Sam 16 Sep - 21:06

Je sentais l’effet de la drogue se dissiper peu à peu, mais j’en ressentais encore les effets et la crise de rire était tenace. L’idée de mourir ne me faisait plus peur et ce depuis mon passage par Arkham. Par contre la silhouette qui s’approchait de moi, son rire, sa voix, elle continuait de me hanter. Je n’avais jamais eu à faire à ce dernier, du moins pas personnellement, mais j’avais déjà été la victime d’une de ses drogues et depuis il ne m’avait plus quitté. Mais il n’était pas le seul à m’accompagner depuis ce jour, un démon s’était réveillé en moi, celui qui si je devais croire les histoires de sorcières, veillez sur moi. Lorsque le Joker, ce clown au visage de démon, apparut devant moi, je cherchai mon arme, mais celle-ci se trouvait à mes pieds. Son geste presque amical, m’arracha un frémissement de dégouts, mais je ne pus que laisser un éclat de rire sortir de ma gorge. N’y avait-il pas quelque chose de drôle dans ma situation ? Après tout l’homme que je tenais responsable de ma vie actuelle, celui que je rêvais de tuer, ce trouvait à côté de moi. De loin, sous cette lune, on pourrait croire que nous rions de la même chose. Lorsque ses mains enserrèrent ma gorge, je connus un instant de grâce. Je pouvais voir son visage, jamais je n’avais été aussi près de lui. Son sourire, son regard, je n’avais qu’à tendre les bras pour pouvoir les lui arracher, à cette idée mon rire explosa et un sourire mauvais apparut sur mon visage.

Il était fort, mais cela n’avait rien d’étonnant, on ne passe pas des années à combattre le Chevalier Noir, sans quelques capacités physiques. Mais son bras était blessé, je pouvais voir le trou qu’avait fait une de mes balles. Devant cette image, je laissai échapper de nouveau un rire, nulle peur, juste de l’amusement et un désir de voir encore plus de son sang couler et venir nourrir le sol de ce cimetière. D’une voix étouffée et quelque peu enrouée par l’étranglement, je répondis à son injonction.

… « La terre de Gotham ne veut pas de moi, mais je suis sûre que ton sang lui plairait » …


Je n’étais pas le Chevalier Noir, mais je n’étais pas une petite fille sans défense, qui jouait à être qui elle n’était pas. J’avais suivi un entrainement martial et physique depuis de nombreuses années et aujourd’hui encore je le poursuivais. Au lieu de paniquer, au lieu de vouloir desserrer ses mains, je plaçai mes bras de manière à pouvoir briser sa prise. Je comptais non seulement sur mon entrainement, mais aussi sur sa blessure, il ne pourrait maintenir son effort si j’attaquais celui-ci. S’il s’attendait à trouver une petite chose, blottie, apeurée, il allait être déçut. Derrière mes lunettes, mon masque, c’était un démon qui s’éveillait. Une créature se nourrissant du désir de vengeance, s’emparait de mon esprit, certains l’appelait folie, d’autres lui donnait un autre nom. Qu’il en soit, nous allions nous battre et faire saigner le Joker. D’un mouvement brutal, j’abattis mes bras sur ses coudes à l’aide d’une technique de combat, apprise au sein du GCPD. Si cela n’était pas suffisant, j’enfonça mon pouce dans sa blessure, tout en me libérant de mon masque afin lui laissait voir le sourire carnassier qui ornait mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 1662
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Dim 24 Sep - 7:53




Laugh and Die

On se serait cru à un combat monstrueux entre un clown diabolique et des enfants. Tout ça avait le gout du mélodrame, de l'inouï, et même de quelque chose qui avait rapport avec le fantasque. Le Joker était-il un être issu d'un conte ? Ou bien était-ce le produit d'une légende urbaine devenue réalité ? La réalité est souvent décevante, ce pourquoi il aimait bien coller à son état de légende monstrueuse de Gotham City, quand l'irréel frappe et qu'il est inconnu. C'était comme faire peur à des enfants, car les personnes en dehors de Batman étaient des enfants pour le Joker, ils étaient des créatures inférieures, indignes du Joker. Il devait leur montrer ce qu'était la peur, les ténèbres et l'horreur à Gotham City. Bon, le Joker n'était pas l'épouvantail, il aimait faire rire, et dans chaque moment qu'il vivait, il devait quand même faire rire. Prenant le temps de serrer la gorge de la jeune femme, tout ça lui rappelait une mauvaise blague, une très mauvaise blague sur deux fous qui voulaient sortir d'un asile. Il serrait fort, tellement fort qu'il en profitait chaque seconde, il prenait plaisir à infliger le mal, il prenait un doux plaisir à ôter la vie de ces inférieurs qui osaient se dresser contre lui et ses plans. Après tout, ils étaient venus à lui non ? Ils étaient venus pour empêcher le Joker de s'amuser. Et le Joker n'aimait pas qu'on l'empêche de s'amuser comme il se doit. Et en plus, ils n'étaient pas invités ! Le Joker l'avait prévue pour le Batman, rien de plus, rien de moins ! Et tout ça commençait à énerver le Joker, du sourire, on passait tranquillement à une expression de colère, de haine, de ténacité dans le geste qui allait étrangler cette jeune femme. Mais la jeune femme à des crocs, des griffes, elle tente quelque chose pour casser le maintien du Joker sur elle, l'emprise du Clown s'arrête et elle enfonce ses doigts dans la blessure du Joker, ce-dernier éclate d'un grand rire monstrueux, ricanement horrible, caquètement insupportable, le Joker riait à gorge déployée. Tout ça l'amusait énormément, et pour tout dire, il trouvait là un certain panache qu'il semblait apprécier en la jeune femme. Ne parlons pas du type qui semblait plongé dans une autre dimension, celui-là semblait ne pas comprendre la scène dans laquelle il se trouvait. Elle avait planté son pouce dans la blessure du Joker, elle semblait y prendre gout grâce au grand sourire sur son visage. Mais tout ça était partie prenante de la drogue qu'elle avait respiré. Si elle ne se soignait pas très vite, elle mourrait, et dans une magnifique apogée du rire. Le Joker en profita pour mordre la main de la jeune femme, où le pouce s'était logé dans la blessure. Stoppant le rire, le Joker commençait à prendre la fuite.

- "Dommage qu'il n'y ait pas de musique, j'aurais apprécié un concerto en Si-metière, ou bien du maca-Beethoven ... Heeheehee."


Ricana t'il en se dirigeant d'un rapide pas de course vers le bout du cimetière, là où se trouvait la grande falaise qui donnait vue sur la ville et sur la baie de Gotham City. Comme impasse, on ne faisait pas mieux. Le Joker s'arrêta net en voyant la hauteur et les horribles récifs aux bords déchiquetés, tranchants qui étaient en-dessous. C'était quoi le mieux ? Se faire arrêter bêtement ? Ou sauter dans les récifs et avoir très mal ? Le mieux restait quand même de réfléchir avant de prendre une des deux options. Agitant le doigt, le sourire du Joker s'étira, il fallait réfléchir et vite, si tant est que réfléchir ne soit pas vraiment dans son mode operandi, le Joker eut une délicieuse idée en tête.

- "Pic, pic et collégram, bourre et bourre et ratatam, mais comme le roi et la reine ne le veulent pas, ce sera pas toi ..."


Il s'imaginait pouvoir voler, il s'imaginait s'envoler avec les oiseaux pour quitter ce lieu, ce cimetière américain des plus "glauques" à ses yeux. Tout ce qu'il voulait, c'était de faire la fête, de s'amuser, et ça encore, on lui interdit. Quelle indélicatesse quand on y pense. Pour tout dire, le Joker trouverait bien un moyen de faire autre chose, un nouveau crime monstrueux pour signifier qu'il était bien le seul et unique prince du rire de Gotham City dans cette ville, et que tous les autres étaient des losers. Observant avec un sourire, la falaise, sa hauteur, il jugeait ses chances de survie à une possible tombée dans le précipice. Les deux poursuivants ne tarderaient pas, ils allaient surement trouver un moyen de suivre le Joker, le temps était compté, et il fallait encore s'amuser avec eux. Mais au moins, il avait une porte de sortie pour se sortir de là. Sortant de sa veste, un pistolet à eau rempli d'acide, le Joker attendait avec impatience l'arrivée des deux emmerdeurs notoires dès qu'ils seraient à sa portée.

- "Venez les amis, on va jouer à se tirer dessus hee hee hee."





Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anti-héros
Masculin Messages : 115
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Mer 18 Oct - 12:11

La morsure me fit grimacer et m’obligea à lâcher prise, le rire de fou qui se tenait devant moi était communicatif. Je lui répondis donc, dans un rire où étaient mêlé la colère, la soif de vengeance et le ridicule que je trouvais dans la situation. Alors que le Joker s’éloignait dans un rire dément, mon regard se leva vers le ciel. J’y aperçus alors la lune derrière les nuages, elle était ronde, légèrement blanche, la pollution de la vie citadine de Gotham, lui donnait une luminescence presque irréelle. Je lâchai alors un rire des plus sinistres, celui d’un monstre, d’un animal blessé, d’un démon. La présence de cet astre nocturne, qui veillait sur tous, nous baignant de ses doux rayons, ne fit que me plonger plus profondément dans ma folie. Elle me semblait être la même que celle qui m’avait vu commettre mon premier meurtre suite à mon exposition au poison de celui qui fuyait dans la brume qui se levait auquel se mélangeait ce gaz qui se dissipait peu à peu. Dans un moment de calme parmi mes rires, je ramassai mon arme et vérifia son chargeur. Je la changeai calmement, geste presque instinctif acquis au fils des entraînements.


C’est alors que mon attention se porta sur cet étranger qui avait gâché ma surprise. Il était certains qu’il n’était pas une personne ordinaire. Il était parvenu à neutraliser deux des larbins du Clown sinistre, Prince auto-proclamé du crime et ce sans le moindre effort. Le gaz ne semblait pas l’affecter, ou alors d’une manière différente, quoi qu’il en soit il restait là immobile. J’étais tenté de m’approcher de lui, mais au fond de mon être, je sentais quelque chose se tordre de révulsion. De plus, je devais m’occuper de ma proie, une proie que je ne m’attendais à trouver et à chasser. Retenant un rire, je me mis à la poursuite de cette dernière. Il ne devait pas être bien loin, et puis il n’était pas difficile à suivre, même si son rire semblait rebondir sur les pierres tombales et se perdre dans la nuit. Seul un fou, se mettrait à courir à près ce démon au visage blanc capable de tout et surtout du pire et je n’étais pas folle quoiqu’en disait les médecins. C’est avec prudence que j’avançais vers la source du rire, les miens se calmants. Si mes rires perdaient en intensité, la douleur dans mon pouce se rappelait à moi, bordel ne manquait plus que j’attrape la rage ou un truc dans ce genre. Quoiqu’avec la tronche que je devais faire, on pourrait penser que je devais être atteinte de cette maladie. Quel que soit le résultat de cette nuit, je savais que j’allais passer une bonne nuit, après tout n’avais-je pas fait couler le sang du Joker et mis ce dernier en fuite … * Calme toi gamine, même s’il est barge, il reste un criminel dangereux et expérimenté. Sa fuite, si cela en est une n’est pas comparable à celle d’un délinquant mort de trouille * … * Je le sais bien, pourquoi d’après toi je me montre si méfiante, je ne suis pas une néophyte * … Voilà que je me parlais à moi-même, à moins que cela ne soit une discussion avec mon démon intérieur. Cette idée fait naitre un éclat de rire franc, bien loin des précédents. Bon je devais retrouver mon calme et mon sérieux, chose pas évidente lorsqu’on a une drogue, un poison hilarant qui circulait encore dans les veines. Puis je l’entendis, son invitation, ainsi il voulait que l’on joue à se tirer dessus. Peu après ce fut sa silhouette, à moins que cela ne soit celle d’une statue, mais est ce que les statues riaient, seulement dans son monde, pas dans le mien. J’ouvris le feu, une rafale de trois balles, suivit d’une seconde pour couvrir mon avancée. Je ne savais pas quelle arme il pouvait encore avoir, surement un pistolet, à moins qu’il n’ait récupéré l’arme d’un de ses sbires. Quoiqu’il en soit, je n’allais pas me montrer à découvert, je devais attendre d’avoir une ligne de feu dégagée, tout en restant sur mes gardes. Si il voulait jouer à tirer moi dessus, je n'allais pas lui gâcher son plaisir. Mais je n'étais pas le Chevalier Noir ou l'un des acolytes, à cet instant j'étais un démon vengeur, en quête de son lot de mort et chacun de mes tirs étaient portés par ce désir de tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 1662
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Lun 30 Oct - 12:33




Laugh and Die

Quelle est la meilleure des idées ? Continuer un combat pour le moins étrange entre un type en imperméable qui est complètement amorphe ? Ou se faire tirer dessus par une jeune femme en mode jokerisé prête à tous les bas instincts pour faire le plus de mal possible ? Le Joker en avait aucune idée mais les deux étaient tentantes. En tout cas, la gamine avait du répondant, et une sacrée résistance pour venir s'en prendre au Prince des Clowns de plein fouet, mais hilare, le Joker lui, s'amusait énormément à ce petit jeu de chat et de la souris, mais hélas, comme toutes les bonnes choses, elles ont forcément une fin. La falaise était sacrément haute, sacrément envoutante, et assez vertigineuse, et en bas, des rochers, pointus, vous savez, ceux qui font énormément mal. Le Joker eut un sourire, pour tout dire, c'était tentant quand on y pensait ... C'est alors que le Joker entendit les balles, et c'est alors que l'improvisation lui venait en tête, pour tout dire, il était un grand maitre du spectacle et du théâtral non ? C'est pour cela que l'idée lui venait à l'esprit, et elle lui semblait parfaitement adaptée pour une fin aussi joviale que radieuse. Il fit semblant d'avoir pris les balles, comme si elles étaient entrées dans son ventre, le Joker tomba sur les genoux, toujours souriant. Toujours ricanant, il sortit de sa veste un petit mouchoir avec des traces de sang dessus, histoire de donner le change, le sang avait dû appartenir à une victime quelconque du clown après tout, et il avait tout simplement garder une empreinte de son meurtre. Le Joker resta pendant quelques secondes à genoux, ricanant toujours et voyant se rapprocher la jeune femme. Levant les bras vers les cieux, arme dans la main, le Joker déclara d'une voix amusée, presque suppliante. Comme dans les représentations théâtrales, c'était du burlesque, du drôle et de l'infâme dirions-nous. Le Joker se voyait en Moriarty, l'ennemi, le Némésis ultime de Sherlock Holmes, et malgré une certaine tragédie, tout ça ne tournait qu'autour d'une blague grotesque et assez mal jouée par le Joker. Ce n'était pas la fin rêvée, et ce n'était pas la fin qu'il garderait pour Batman. Non, il essayait les morts probables avec les justiciers, histoire de voir, de juger, de savoir quelle serait la meilleure des fins qu'il peut orchestrer avec son cher et tendre Batman.

- "Touché Holmes, je suis touché ... Mais ... Mais si je meurs, je n'irai pas au Paradis ... Non, ne me fermez pas les portes du Paradis, je promet d'être gentil pendant les quelques secondes qu'il me reste."

Il éclata d'un grand rire avant d'adresser un beau clin d’œil à la justicière qui avait tiré sur le Joker. Ah ! Comme il aimait ce jeu de théâtre, ces jeux amusants avec les petits justiciers de cette ville, mais tout le monde le savait, ou devait le savoir, sa plus belle mort, il la réservait au Batman. Tout simplement, et à nul autre, après tout, c'était la logique des choses non ? En attendant, le Joker se mit à baver, tout simplement, normalement. Comme s'il savait qu'il allait enfin avoir le coup de grâce. Son pistolet dans la main gauche, il le fit tomber sur l'herbe, et recula doucement vers le précipice qui s'étendait aux pieds de la falaise. Eau bruyante et déchainée, les rochers étaient là pour réceptionner le brave et fou suicidaire qui osait rejoindre le ciel par peur du futur. Malgré la nuit qui était tombée sur le cimetière, on pouvait quand même bien discerner les rocs qui sortaient de l'eau. Dieu qu'ils allaient faire beaucoup de mal. Et le Joker s'en fichait. Vraiment. Sérieusement.

- "Je te promet que ta gueule d'amour va rester dans ma mémoire quand je serai là-haut."


Et d'un geste, il tira un jet d'acide en direction de la jeune femme. Il ne savait pas si le jet d'acide allait atteindre la jeune femme mais la blague le fit rire et elle était bien tournée en fonction de ce qui allait se passer dans les quelques secondes qui allaient venir. Le Joker ricana à nouveau bruyamment avant de se jeter lui-même dans le vide. Il se jeta comme si c'était naturel, avec une aisance et une rapidité à n'en pas démordre dans le vide, dans cette éternelle noirceur qui enveloppait la ville de Gotham City. Un grand rire sonore, bruyant, et malgré la pénombre, on entendit la mer de la baie de Gotham gronder. La mer engouffra le corps du Joker et ce-dernier ne remontait pas à la surface, du moins, pas à la vue de tous. Le corps du Joker disparu dans les ténèbres, une nouvelle fois. Mais était-ce encore une mort fictive du Joker ? Encore une mort farceuse comme il aimait les appeler lui-même ? Bonne question. Mais une chose est certaine, même si beaucoup aimeraient voir la mort du Joker, voir enfin les horreurs s'arrêter, vous pouvez totalement et assurément douter de sa mort immédiate. Le Joker était une sorte de fantôme après tout, il errait à Gotham City depuis tellement d'années déjà. Si insaisissable, si inconnu, et au final ? Pourquoi était-il dans ce cimetière ? De bonnes questions, mais personne n'aura jamais la réponse.




Life's a laugh and death's a joke, it's true. You'll see it's all a show !
Keep 'em laughing as you go. Just remember that the last laugh is on you.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anti-héros
Masculin Messages : 115
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   Jeu 16 Nov - 22:33

Satanée drogue, cette dernière était des plus capricieuse et sournoise, malgré le fait que mon corps semblait avoir éliminé les plus gros, ses effets étaient encore présents. Alors que je venais de tirer une nouvelle salve de balles, je ne pus retenir un fou rire. Pas de chance, cette dernière sembla avoir raté sa cible, quoi que je ne puisse l’affirmer. Lorsque je fus témoin de la scène que me joua le Joker, je ne pus retenir le reste de mon fou rire. Mais je devais lui reconnaitre cela, ce psychopathe était doué. Malgré tout, j’avais de nouveau une opportunité, celle de tuer l’un des plus féroces adversaires et menaces de Batman. Je ne comptais pas me rapprocher de lui, je le savais assez sournois pour me réserver un sale coup, même si celle-ci devait être prévue pour le Chevalier Noire et non ma personne. J’avais bien compris que notre présence et non celle du gardien de Gotham, l’avait déplut, voir déçut.

Lorsqu’il tomba au sol, j’aurais pu croire qu’il était vraiment mortellement blessé, mais son jeu me disait le contraire. De plus il semblait vouloir me fuir, pourquoi je ne parvenais pas à le comprendre. J’hésitais entre deux comportements, me rapprocher ou rester à ma place et observer le Fou jouait sa scène jusqu’au bout. Je me décidai pour une troisième option, celle de lui tirer dessus et une fois criblée de balles, je pourrais me rapprocher. Mais alors que je le mettais en joue, ce fourbe me révéla une autre de ses cartes. Utilisant une nouvelle fois son arme, il tenta de m’asperger d’un jet d’acide. Ce dernier m’atteignit au bras, m’empêchant d’ouvrir le feu. Lâchant mon arme, je me dépêchai de retirer ma veste, avant que l’acide n’attaque mon bras après avoir traversé cette dernière. Alors que je retirais ma veste, je vis le Joker se jeter dans le vide. Ainsi il préférait me voler la victoire et choisir sa propre fin. Alors qu’un rire éclata dans ma gorge, une idée me vint à l’esprit. Je me précipitai vers le bord de la falaise, pour regarder dans le vide. L’obscurité donnait à la falaise, l’apparence d’une gueule. A cette idée, se superposa celle du démon qui vivait en moi.


… « La gueule du démon sera ta dernière demeure » …

Mais le Joker pouvait-il mourir de la sorte, lui le croquemitaine de Gotham. Combien de fois avait-il disparut, avait-il été donné pour mort, pour réapparaitre. Tant que son corps ne serait retrouvé, el dire mort serait avancé, mais pourrait on seulement le retrouver. Quoiqu’il en soit, je n’avais plus aucune raison de me trouver ici, il était temps que je rentre chez moi. Maintenant que la tension quittait mon corps, au fil du flot de l’adrénaline, je sentais la fatigue me gagner. Combattre le monstre que je craignais le plus, sans parler de son poison, m’avait mis plus sur les nerfs que je ne m’y attendais. Un nouveau rire sortit de ma gorge, mais ce dernier n’était pas dut au poison. En effet, j’avais affronté l’un des plus dangereux criminels et j’étais encore vivante et je n’avais pas perdu ma santé mentale. Alors que je m’éloignais de la zone du cimetière où j’avais livré le combat le plus important, jusqu’à maintenant, je me rappelai la présence de l’étranger. Bof, il m’avait semblé pouvoir s’en sortir. Je retrouvai ma moto, ma monture qui allait m’éloigner du cimetière et de ce qui s’était passé. M’enfonçant dans la nuit, je sentais la fatigue me gagner, mais aussi le soulagement. Maintenant, je serais plus à l’aise, plus expérimentée pour mes prochains combats face aux criminels qui gangrènent Gotham.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une danse avec un diable en boite [PV Joker, Constantine, Jess-Ann Moore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Danse avec les loups de Kevin Costner
» [film] Danse avec lui
» Danse avec les loups la série?
» Je danse avec toi
» Danse avec les marmottes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Comté de Gotham :: Cimetière de Gotham-