Partagez | .
 

 Tchao les tarlouzes ! [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Criminel(le)
Masculin Messages : 45
Date d'Inscription : 13/05/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Honnête Restaurateur.
♠ Relations conflictuelles :: ► Les Tarlouzes costumées.
♣ Vos Alliés : : ► La Pègre classique.
avatar
Tony Zucco
MessageSujet: Tchao les tarlouzes ! [Solo]   Dim 2 Juil - 18:58

L'évasion, l'évasion, l'évasion. C'était bien joli mais quand ? D'après ce que j'ai entendu, pas mal de criminels peuvent réussir à se tirer de là. Et sans faire de trop gros boum. Pour ma part, j'astiquais encore le doux rêve de me tirer de là, de foncer vers le My Alibi, de boire jusqu'à oublier et de fourrer ma langue dans le cul d'une pute. C'était l'heure de la bouffe, une bouffe dégueulasse, monstrueuse qu'on te servait à Blackgate. T'avais la sale impression que quelqu'un avait éjaculé dans ton verre et que le plat principal, le cuisinier s'était torché le cul avec, allègrement bien sur, pour faire bonne mesure. La bouffe est infecte, dégueulasse, monstrueuse. Je serais pas surpris sur le liquide qu'ils appelaient "eau" qu'on nous servait, à moitié visqueuse dans l'estomac, servait de vaseline pour les autres excités de la rondelle et de la décharge dans le cul. Je bouffais en compagnie du Jazzman, et d'une bande de débiles excités, trois. Un docteur ? D'après ce que j'avais compris, un excité qui fait des plans sur la comète et un type répondant au nom de "Mister Nice" pour faire bonne mesure. Ah mais putain ouais j'y suis, c'était le trio de débiles mentaux. Pas le terrible trio nom, mais la bande qui suit les ordres de Mastermind, un trouduc qui se prenait pour un génie de guerre. Je les entendais causer, ils parlaient de merde et d'autres, moi, ça m'intéresse pas, vraiment pas. Quant au Jazzman, je le connaissais de réputation, il bossait pour la Pègre, et il avait un vocabulaire plutôt fleuri, le genre "Je fais des fausses notes sur mes contrats mais j'concurrence le Music Meister au niveau de la tarlouzerie." La pédalitude sur une échelle de 1, ils atteignaient tous deux le 15 et sans trop forcer. Tout le monde sait que quiconque bosse dans l'art à des pulsions assez malsaines, assez dégueulasses, c'était comme les autres cons de l'asile, j'suis sur qu'ils s'enfilaient aussi sous la douche, le Joker le premier. Et ça y va ! Et ça y va ! Pétage de rondelles, goudous et tout le bataclan. Putain de société tolérante. Putain de vie moderne, putains de dégénérés, et putain de monde qui se voit forcé d'accepter ces gens bizarres dans la société. De notre temps, c'était pas comme ça, on avait encore des valeurs, une certaine foi en l'Amérique, et depuis ces connards de hippies à Woodstock, on avait toutes les tares génétiques en prime. Heureusement, dans les familles, on était un peu épargné. La foi en Dieu, la tradition, et tout le reste, ça, on était à cheval dessus. Et le mec qui en suçait un autre, généralement, il finissait castré, la langue en moins. C'était ça la Famille, c'était ça l'Italie, c'était ça d'être un mafieux. J'pensais à Omerta, le tueur des Mafieux de la ville, lui, au moins, il en avait des couilles, lui, au moins, on pouvait lui offrir des putains de missions et il bronchait pas. Lui, c'était un cador en qui on pouvait avoir foutrement confiance. Mais laissons là les rêves et revenons à l'essentiel. Une sortie. Mastermind était un con, le Professeur semblait plus sensé, et Mister Nice, lui, c'était l'archétype de la tarlouze. Lui, dans les douches, il devait avoir une putain de rondelle dilatée, tellement dilatée qu'un gros truc rouge et veineux devait lui sortir du cul. Dégueulasse. J'sais bien que du temps des Grecs antiques, c'était la coutume de se taper dans l'os, mais merde quoi, ils savaient se tenir non ? Aujourd'hui, t'as juste à entrer dans les douches pour voir tous les excités de la queue tenter de te sauter sur la rondelle. Le professeur se lève, c'était un mec intelligent il parait, il en savait énormément, et malgré ses affinités avec l'autre espèce de Napoléon de mes deux, il semblait en savoir beaucoup plus qu'il n'y parait. Il se lève et tout le monde fait le silence. Il balance le mot "Feu". Calmement, sans rien dire, et c'est là que je comprend. Je comprend qu'il avait prévu une putain d'émeute dans le réfectoire. Et ça se bastonne, et ça s'en prend plein la gueule, et on se pète les mâchoires, on se crie dessus, on se casse la gueule dans un truc monstre. J'suis pas quelqu'un de méchant, non, mais parfois, taper sur un gogol, ça soulage, et j'avais un paquet de haine à déverser. Y'avait un type que je supportais pas dans Blackgate, un trou du cul immense : Drury Walker, un mec qui se prenait pour une mite et qui était pas assez fou pour être interné à Arkham. J'allais me le faire. Alors qu'il se réfugiait sous une table, je passe lui dire coucou avant de lui exploser les dents contre les supports en fer de la table. Cogner un gogol, ça soulage, mais maintenant, il fallait en profiter. Pendant que les émeutiers se tirent, je me dirige vers le local des gardiens. Un uniforme neuf, propre, et pile à ma taille. Impec, généralement, c'était chronométré, et les émeutiers allaient vite se faire rétamer la gueule. Rien à foutre. J'enfile la casquette et je baisse mon regard. C'est alors que le mec sort, à poil, des douches, le garde était en train de se laver pour ensuite prendre son service, à mon avis, il a pas dû entendre l'alarme. Ou il a dû croire à une fausse alerte. En tout cas, j'avais ses fringues, propres, repassées. Il hurle, je me dirige vers lui et je le noie dans le trou des chiottes. Putain y'avait un étron dedans, ça arrive aux gens de tirer la chasse d'eau ? Bande de dégueulasses, même chez les gardes. Putain de merde. J'm'en suis foutu sur la manche. Fallait que j'en profite et vite. Je dois me casse de l'île. Les émeutiers se font remettre à leur place. Mastermind et ses deux compères ont réussi à s'enfuir mais malheureusement pour eux, ils sont en train de se faire bouffer par les chiens et les molosses. Pile la diversion dont j'ai besoin.

> "Sayonara, enculés."

Un doigt d'honneur en guise d'au revoir. Je monte sur la vedette de police, et je me tire à toute pompe de l'endroit. J'assome le flic de garde et j'en profite pour prendre la poudre d'escampette. Au loin Gotham, j'avais hâte. Maintenant, Tony Zucco est de retour, et j'en connaissais un de justicier, qui allait se la prendre dans le cul. Si je chopais Nightwing, je lui ferai vivre Sodome et Gomorrhe en mode rock and roll. Plus important maintenant, j'avais besoin d'une pute, d'une bière, et d'un match à la télé. Anus-land c'était terminé, Rondelle-city et Sperme-Island, on disait au revoir. J'allais enfin affirmer ma virilité en tronchant le visage de ma semence une pauvre pute des bas-fonds de Gotham. J'allais tout lui faire. La troncher, lui trouer le cul, et bien sur, ne pas la payer. Une femme n'a pas besoin de fric, une femme doit être à la disposition d'un homme. Et c'était comme ça qu'on se forgeait une réputation. J'étais certes, un gros dégueulasse, mais je m'en giflais les couilles comme de l'an 40 après Jean-Claude. (J.C) La brise de mer est agréable. J'arrive Gotham, me revoila. Ce soir, à moi la binouze, la cuite, de bonnes fringues, une salope à tirer et à humilier, et après, je me tape le petit Nightwing. Je l'enculerai si fort qu'il se propulsera jusqu'à la planète Mars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tchao les tarlouzes ! [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avis sur Melita solo ?
» nous on est pas des tarlouzes
» Comme Coluche, dans Tchao Pantin
» Ploc Roses des vents amérindienne et solo
» hide (X-Japan et carrière solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Institutions Pénitentiaires :: Pénitencier de Blackgate-