Forum JDR/RPG sur Batman
 

Partagez | .
 

 Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]   Ven 23 Juin - 22:19





Ra's Al Ghul

La Tête du Démon




L'avion filait à travers les nuages lourds et parsemés de quelques éclaircies. La Lune était magnifique, sublime, et terriblement lumineuse. Et pourtant, malgré la beauté de ces merveilles naturelles, d'une Lune blanche qui illumine un ciel noir ocre, il y'avait à bord de cet appareil, un homme qui avait une terrible rancœur en son âme. C'était un homme torturé, brisé par les vicissitudes de la vie, complètement ancré dans la haine de l'être humain et de tout ce qui s'en approchait. Le Jet privé dans lequel il se trouvait était un de ces appareils ultra-modernes qui comptait tout le confort moderne et la richesse qui va avec. Pour tout dire, ce jet était aussi un appareil personnel qui pouvait avoir un camouflage qui le rendait invisible aux radars et autres sonars aux alentours. Une bonne chose, surtout si on voulait éviter d'être ennuyé par la police ou par le Détective lui-même. Assis dans son fauteuil, l'homme semblait rajeunit, plus maitre de ses mouvements qu'à l'habitude. Fort heureusement ! Une bonne trempette dans le Lazare permettait de se rajeunir et de redevenir un être normal au sein de la Ligue des Ombres. C'était aussi un culte que vouaient les fidèles du grand Ra's Al Ghul, rien de plus, rien de moi. Et pourtant, le Démon devrait être content d'être revenu une nouvelle fois à la vie, il devrait être satisfait de pouvoir échafauder un nouveau plan pour vaincre son ennemi le plus dangereux, mais non. Ra's Al Ghul n'était clairement pas de bonne humeur, vraiment pas. Perdu dans ses pensées, l'homme qui avait dépassé les six cent années terrestres repensait à son combat, ce pourquoi il lutte sans cesse. Toujours et encore. Le Jet filait à travers le ciel et la nuit, calmement. On ne l'entendait pas filer, enfin, personne ne pourrait l'entendre filer, mais il était silencieux, très silencieux et c'était ce genre d'approche que le Démon appréciait. Il aimait que le long poignard serpente doucement, sans être vu, avant de planter là où ça fait mal. L'homme patientait. Le voyage était long depuis les montagnes du Tibet, et bien qu'il détestait la ville et sa pollution, il appréciait Gotham pour tout ce qu'elle avait jadis été. Une ville lumière qui aurait dût embarquer l'Humanité sur un autre fleuve, celui de la connaissance et du respect qui est dû à cette planète.

Depuis plus de 600 ans maintenant, je lutte contre la décadence, contre la violence, la pègre et les corruptions diverses. La Ligue des Ombres est intervenue dans de nombreux conflit, mettant à feu et à sang certaines des plus grandes métropoles du monde. Rome, Londres, et biens d'autres furent purifiées par le feu. Notre lutte nous a mené à Gotham. Cette ville est condamnée depuis des décennies et pourtant certains essayent en vain de lui redonner un nouveau visage. Ces héros auto-proclamés me font vomir. Leurs causes n'est pourtant pas si différente de la mienne et pourtant ils ne vont pas au bout des choses. Ils se contentent de leurs taper sur les doigts et de les mettre en prison.
La nature de l'homme est indubitablement d'origine mauvaise. Si aucune action envers l'humanité n'est faite, nous courrons tous à la catastrophe et au désastre. Nucléaire ? Peut-être même écologique ? De toutes façons, l'accroissement de l'Humanité va conduire à tous les maux, les plus monstrueux et les plus horribles qui soient. Il fallait agir et très vite.


Les pensées s'accélèrent toujours, toujours aussi vivaces quand on sortait du puits. Des idées, de nombreuses et incalculables idées se poursuivaient dans le crâne de cet homme qui pourrait très bien devenir un jour, un homme millénaire. Oui, mais les puits de Lazare ne sont utilisables qu'une seule fois, et le temps presse. Le temps presse ... Il fallait trouver de nouveaux moyens d'améliorer la possibilité de revenir du monde des morts à chaque fois. Peut-être que Spectre Blanc trouvera quelque chose qui marchera à ce sujet. Nous le verrons bientôt, de toutes manières, il est en poste à Gotham City. Il s'occupe d'une de nos bases dans Gotham City. Il me tiendra au courant de ce qui se passe. Peut-être même que nous reprendrons Wonder City et que nous ferons en sorte de reconstruire une cellule locale de la Ligue des Ombres juste sous les rues de la ville de mon cher Détective. Quelle pensée amusante était-ce à bien y réfléchir non ? Savourant un verre de vin français, Ra's Al Ghul porta le breuvage à ses lèvres tout en regardant les dernières statistiques qui allaient survenir à son arrivée. Bien, le contact aurait lieu ce soir, et la personne quémandée était à son poste, elle ne tarderait à arriver sur la piste d’atterrissage et le grand Ra's Al Ghul arrivera presque dix minutes après son arrivée. Ce soir, il fallait faire en sorte de rassembler les troupes, de remotiver les hommes de la Ligue des Ombres, car la foi de ceux-ci a baissé, de manière terrifiante. Mais c'était la faute de Talia et de Nyssa, de ces deux ânesses qui me servent de filles et qui n'ont, hélas, toujours pas compris ce que cela impliquait d'être l'artisan de purifier cette planète du mal Humain. Un de mes serviteurs m'annonce que nous allons atterrir. Bien, il était temps que le Démon arrive dans cette ville qui suintait le péché par tous ses orifices. Quand on y regarde de haut, la ville de Gotham était si belle, si lumineuse, et pourtant, quand on y pénétrait vraiment, elle était semblable à une poubelle, à une décharge en plein air qu'il fallait purger par le feu. Le feu élimine toujours tout, et c'est ça qui serait la fin de Gotham City, si la chance tourne pour une fois. Nous arrivons à Gotham City, doucement mais surement. La piste d'atterrissage est déserte et on a fait ce qu'il faut pour empêcher que des curieux ne s'approchent d'un peu trop près de mes affaires. La porte du fuselage s'ouvre et l'escalier vient se coller contre l'avion. Je descends les marches, suivit de ma garde rapprochée. Des hommes en qui j'avais confiance et qui donneraient leurs vies pour un dieu comme moi. La personne que je devais rencontrer était là, toujours aussi gracieuse, aussi féline, aussi belle. Quelque part, elle me rappelait ma Sorah. Quelque part, bien sur. Elle était élégante, malgré le fait qu'elle soit la femme la plus dangereuse du monde en terme d'assassin, mais quand une cause désespérée en appelait une autre, il fallait parfois sortir la grande artillerie. J'espérais au moins qu'elle n'avait pas oubliée les us et coutumes de la Ligue des Ombres, et qu'elle ne commettrait pas un geste de travers en ma présence. Après tout, la Ligue des Assassins m'appartenait, en quelque sorte, même si elle évoluait sans mes directives. Soumettant la jeune femme à mon regard et à mon jugement, je lui dis d'une voix calme.


"Mes hommages, Lady Shiva. Il y'a bien longtemps."


Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Féminin Messages : 53
Date d'Inscription : 05/04/2016
avatar
Lady Shiva
MessageSujet: Re: Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]   Lun 3 Juil - 10:46

J'attendais le maître, patiemment, dans une positon rigide et droite qui témoignait de mon entraînement, mes talons solidement ancré dans le sol. J'esquissais un demi-sourire carnassier qui dura une fraction de seconde, de loin on devait surement penser que je voulais poignarder le bitume. 

Pour l'occasion j'avais ciré mes bottes, et attachés mes longs cheveux d'un ruban de satin noir orné d'une grosse perle opale, à part cela je portais ma tenue habituelle, du cuir mat, dont seul la couleur avait changé. Dernièrement j'avais troquer le rouge pour le noir. Aucune des mes armes étaient visibles, mais elles étaient toujours là, dissimuler un peu partout sous mes vêtements, dans mes chaussures et mêmes dans mes cheveux. Sans elles, je me sentais nue.

Tout était calme et silencieux sur l'air d’atterrissage, seul le vent me tenait compagnie. En prévision de l'arrivé du maître, j'avais fait évacuer le tarmac, et posté les rares gardes de la ligue de Gotham, tout autour, pour assurer la tranquillité du maître. 

"Il allait avoir du travail pour remettre la filiale de la ville sur pied. J'avais beau avoir fait de mon mieux pour maintenir un semblant d'entrainement, le niveau était loin de me satisfaire car rien ne valait un vrai entrainement de plusieurs années au sanctuaire de la montagne. 
Quand à la quantité ... Nous n'étions qu'une poignée. Une poignée efficace par rapport à la jungle qui peuplait Gotham, mais une poignée tout de même."

Imperturbable, je regardai l'avion arrivé sur moi. Mes cheveux noirs et brillant claquaient furieusement, dans le vent au fur et a mesure de son approche, mais aucun muscle de mon corps ne bougeait. Enfin il se posa, je posait discrètement un doigt sur mon oreille.

-Le maître est là, furent mes seuls mots. Ils savaient tous ce qu'ils avait à faire.

L'avion ralentit, puis s'arrêta. Ses moteurs s'arrêtèrent enfin, et le calme revient. Il descendit de l'avion, vêtu comme a l'accoutumé, de sa démarche impérialiste. 

"Pour la plupart des membres il était un dieu, mais je n'étais pas la plupart des membres. Pour ma part, il était pour moi un mentor a qui je devais tout. Il m'avait recueillit, enseigner, et offert un but quand je n'avais plus rien. Chacune de ses décisions étaient juste, impartiale, réfléchie et méthodique. Il était un chef de guerre né. Et c'était pour cela que je le respectait et que je lui était aussi dévouée."

A son arrivée, je m’inclinais, les bras le long du corps, si rigide qu'on aurait pu croire que mon corps était fait de métal et non de chair et de sang comme la plupart des humains.

Parvenu à ma hauteur, je le saluais respectueusement en arabe. La langue de prédilection qu'utilisait la ligue au sanctuaire, en honneur à son maître.

-Ahla bik sayyèd. (Bonjour/bienvenue maître.)

Toujours inclinée, je me mis de côté et le va le bras, paume vers le haut, dans un geste gracieux, vers la sortie.

-Votre voiture vous attend. 

La ligue de Gotham ayant laisser ses anciens quartiers à l'abandon au profit d'une myrades de petites caches disséminées dans toute la ville, j'avais pris la liberté d’acheter un hôtel particulier sous une fausse identité grâce aux fonds quasi illimité de la ligue, et de le faire aménager en m’inspirant du sanctuaire. 

Mais pour être honnête, l'architecture intérieure ne faisait pas partie de ma formation au sein de la ligue et était loin de mes préoccupations.

La limousine noire nous attendait. Un garde ouvrit la porte, il entra et je le suivit. Le garde referma la porte, et rejoignit la voiture d'escorte.

Je restait silencieuse, lui laissant le loisir d'évaluer la ville tandis que nous la traversions, lui laissant un moment à lui. Je savais qu'il me réserverait son analyse pour plus tard.

La voiture s'engagea dans une immense avenue dallée de pierres noires, éclairée de part et d'autre par des lampadaires gothiques. De chaque côté de la rue, l'on pouvait contempler les manoirs à la façade victorienne de riches particuliers, dont les parcs privés étaient délimités par des murs et des portails en fer forgés.

La voiture s'arrêta devant l'un d'eux. De l’extérieur rien ne le différenciait des autres, si ce n'était les vitres sans tain, blindées et sa petite plaque a côté du portail qui mentionnait le nom du lieu et sa fonction de club privé.  Un vigile sorti de sa petite maison attenante et ouvrit le portail en reconnaissant la plaque d'immatriculation et le chauffeur.

La maison de pierres noires se dessinait, parfaitement éclairée. Des larges marches, des colonnades soutenant un immense balcon, et plusieurs étages. 

Juste sous le toit, le dernier étage était fait en deux matériaux. La moitié basse était un mur aménagé de petites fentes pour les canons des snipers, bouchées pour l'instant par des barres de titanes, et la moitié haute était fait des mêmes vitres que le reste du bâtiment. Cet étage était un véritable mirador qui surplombait tout le quartier.

Quand aux autres étages, et bien, ce n'était que des salles semblables à celles de la multitudes de clubs privés qui maintenaient occupés les riches.

Je ne lésinais pas avec la sécurité et la discrétion. 
Personne ne pouvait entrer, ... ni sortir sans passer par la porte, et quand bien même il entrerait il n'y trouverait rien d'autre que de l'ordinaire.

La voiture s'arrêta sans un bruit dans le parc bien entretenu, et nous descendîmes. Un homme en tenue de groom noire ouvrit la porte. 

Les murs d'une immense salle, nous faisait face, renvoyant le son d'une antique musique des années 50 typiquement américaine. Sur la droite un homme en costume noir, assis derrière un comptoir orné, de chaque côté, de compostions de fleurs blanches. Il nous regarda une fraction de seconde, d'un œil entraîné, le temps de nous évaluer, et retourna a la lecture "L'art de la guerre". 

Je fis un geste et désigna l'ascenseur, au fond de la salle, à mon maître qui me précéda. 
Les portes se refermèrent, mais Eddy Arnold continua sa chanson, par le biais de petits hauts parleurs dissimulés. Pianotant sur les numéros des étages, j'entrais le code, la musique s'arrêta et l'ascenseur descendit au lieu de monter. 

Les portes s'ouvrirent, nous étions sur un balcon soutenu par des colonnades qui surplombait un immense dojo et deux grands escaliers de marbres de part et d'autres qui permettait d'y descendre. 

Sous le dojo plusieurs étages étaient également dissimulés dont des caches d'armes, des appartements spartiates pour les membres de la ligue et bien d'autres. Au dernier étage du sous-sol, que la plupart appelait "l'enfer", des cellules et une salle de torture attendait patiemment leurs occupants. Il fallait mieux être prévoyant. 

Mon esprit reviens a la surface, et je regardais autour de moi.

Malgré la richesses des matériaux, l'endroit était minimaliste, aucune fioriture ou décoration n'encombrait les lieux, chaque chose était la dans un but pratique et utilitaire dédié a l'entrainement. Mon formatage méthodique et froid ne m’inspirait guère à l'imagination quand ce n'était pas voué à la tactique. Si il voulait une décoratrice d'intérieure, il n'aurait qu'à s'en trouver une.

J'ouvris la porte a côté de l’ascenseur.

-J'ai fait installer vos quartiers juste ici, maître.

La pièce principale était un immense bureau au style oriental aux murs tapissés d'ouvrages sur les arts martiaux et la stratégie entre autres mais au fond de celle-ci, une autre porte ouvrait sur sa chambre, sa salle de bain, son salon et sa salle d'entrainement personnelle.

Il entra le premier, et je le suivit, refermant la porte derrière moi. Sur une petite table d'un bois sombre, un plateau attendait, avec une théière fumante qui embaumait la pièce d'une odeur de menthe, deux verres et une petite collation qui patientait sous sa cloche. 

Attendant debout, rigide comme a mon habitude. J'attendis patiemment qu'il s'adresse à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]   Lun 3 Juil - 19:50





Ra's Al Ghul

La Tête du Démon





Malgré le peu de personnel qui m'attendait à mon arrivée, je fus néanmoins satisfait de voir que Shiva était bel et bien parée au rendez-vous que nous avions contacté à notre antenne de la Ligue à Gotham. Je retire mes gants, le voyage fut éprouvant et elle n'avait pas oublié le traditionnel salut de l'organisation. Elle n'avait pas non plus, oublié le dialecte arabe que je lui avais appris quand elle fut mon apprentie il y'a quelques années de ça. Mais Lady Shiva était ma création, indirectement bien sur, mais ma création tout de même. J'avais ordonné à David Caïn de trouver la meilleure combattante, la meilleure de toutes, et il l'avait trouvée. Dans cette époque peu lointaine quand on vit éternellement, il avait fait assassiner la sœur de Shiva avant de la séquestrer et de lui faire un chantage des plus monstrueux. Elle devait enfanter un être ultime : Et il y'était arrivé. Cassandra Caïn aurait dût être ma garde parfaite, celle qui me sert et qui sert la ligue des Ombres sans broncher, suivant mes ordres. L'assassin ultime. Hélas, Caïn avait échoué. Actuellement, et cela Shiva n'était pas au courant, David Caïn était emprisonné dans ma résidence tibétaine, torturé comme il se doit pour avoir échoué une mission des plus faciles. Je ne tolère pas l'imbécilité, encore moins l'échec. Quant à Shiva, après avoir été sauvé de l'accouchement, elle devint une assassins plus qu'émérite. Une femme en qui la Ligue des Assassins est parfaitement représentée. On pourrait dire que je suis son créateur officiel, mais d'une certaine mesure, elle était venue à moi alors qu'elle était formée, tout ce que j'ai fait, c'était de pointer le poignard qu'elle était, dans la meilleure des directions possible. Lady Shiva était une parfaite arme, une arme qui sera fortement utile dans ce qui s'annonce pour l'Humanité. Mais laissons là les détails des dernières années, maintenant, le démon était de retour à Gotham City, une nouvelle fois ... La dernière fois, Batman fut pour le moins, "menaçant" si je revenais dans cette ville. Mais un Al Ghul sait parfaitement quand il doit revenir dans un lieu, et pour tout dire, il était temps de faire le ménage des ordures. Gotham City s'enfonçait, et à mon simple gout, l'apparition du réseau du "Gant Noir" dans une ville qui est réservée au Batman et à notre petite querelle était de fort mauvaise plaisanterie. Ce docteur Hurt se surnommait "Le Diable", hors, un Démon n'a de comptes à rendre à personne, et ce très cher docteur, en attaquant le Batman, avait aussi attaqué mes intérêts en voulant s'en prendre à mon petit-fils Damian. Cela, je ne le tolèrerais pas. Quand on attaque un Al Ghul ou son entourage, on doit s'attendre à une réaction structurée et immédiate. Je n'aimais pas le Détective, enfin, je l'admirais pour ce qu'il était, mais en refusant de devenir le mari de Talia et en refusant mon marché, il avait insulté la Ligue des Ombres dans son ensemble. Néanmoins, je connaissais le sens de l'honneur, ce pourquoi j'allais mener la guerre contre le Gant Noir en personne. Observant Shiva qui m'indiquait la direction de la limousine qu'elle avait affrétée, je l'observe pendant quelques secondes, plissant les yeux puis en me dirigeant sans un mot vers la voiture. Nous y entrons, Shiva et moi tandis que mes serviteurs prennent la voiture d'escorte. Enfin, quand on dit escorte, c'est une voiture banalisée, je ne tiens pas à ce que le Détective sache que je suis déjà de retour dans sa ville.

Dieu que cette ville est immonde. Alors que nous traversions les ruelles, pénétrant ainsi dans le cœur de ce qui est Gotham City, nous parvenons enfin à notre destination après plusieurs minutes. Pas l'ombre d'une discussion entre elle et moi, rien. Pour le moment, il était encore trop tôt pour parler, malgré l'heure tardive, et puis, les voitures étaient parfois sur écoute et après tout ce qui se passait dans la Ligue des Ombres pour le moment, ma froideur avec les plans de Talia et les offensives répétées de Nyssa vis à vis de ma personne, il fallait rester prudent. Très prudent sur tout ce qui m'entourait. Observant avec un certain intérêt la résidence dans laquelle Shiva nous conviait pour établir notre nouvelle base d'opérations, je pouvais voir que la sécurité était parfaitement bien organisée, mais pour un homme comme le Détective, ce serait du gâteau de parvenir jusqu'à moi. Ce pourquoi j'insistais pleinement pour que ma présence reste la plus discrète possible, jusqu'au moment où nous frapperions les ennemis du Chevalier noir sous son nez. Pour le moment, l'opération se devait de rester secrète, sans hésitations possibles. Plusieurs lieux se dressaient dans la cage d'ascenseur que nous prenions avec Shiva. L'ambiance année 50 était agréable et pour tout dire, elle me rappelait mes quelques années alors que j'errais en Amérique, à la recherche de je ne sais quoi ... Puis vinrent les années 60 et la rencontre de Mélisande, la mère de Talia. Une époque heureuse, un peu folle dirais-je, mais terriblement décevante sur le plan de mon but ultime. C'était des décennies mornes et sans intérêts, malgré les crises de la Guerre Froide, rien n'arrivait à bout des deux grands blocs qui menaient une guerre idiote et sans recourir aux armes nucléaires. Nous arrivâmes enfin dans la section du bâtiment qui m'était réservé. Un grand bureau et des appartements nécessaires pour mon repos et mes soins. J'imagine parfaitement que la source de Lazare se trouve dans les étages inférieurs et que tout est prêt au cas où je viendrais à décéder dans cette ville. Parfait. Un vaste tableau de moi-même trône au-dessus du bureau, me représentant à l'époque où je servis dans l'armée Anglaise, aux côtés de l'Amiral Nelson face à Napoléon. En m'asseyant dans le fauteuil du bureau, je regarde Shiva avec intensité, la jaugeant et attendant le bon moment pour parler. Je regarde les quelques dossiers qui sont sur le bureau. Les effectifs, la défection de mes troupes à Wonder City, et l'opération menée par Talia pour détruire l'avion personnel de Jézébel Jet, la femme qui avait séduit Bruce Wayne pour le compte du Gant Noir. Pour le moment, rien ne semblait si terrible à Gotham City, mais des choses horribles allaient venir, subtilement et terribles en guise de conséquences. Je prend la parole, il était temps que nous parlions, Shiva et moi, à propos de tout ce qui se passait actuellement dans la Ligue des Ombres, surtout en ce qui concernait cette ville perdue.


"Tu as parfaitement accompli ta mission Shiva."

Dis-je d'une voix calme et mesurée, tandis que je me serre un verre de vin bien français. Hors de question de gouter à la piquette américaine. Aucun vin américain n'arrive à la cheville de ces diables de français. Malgré mon aversion pour le petit homme qui fut leur Empereur, ils faisaient du bon vin. Quand la purge de la planète arrivera, boire un vin français sera considéré comme un luxe vu que la France, ainsi que l'Europe entière, serait engloutie par les eaux. Regardant Shiva une nouvelle fois, je lui tend aussi un verre que je remplis de vin. Elle était suffisamment importante pour mon organisation pour qu'elle ait le droit d'en savoir plus sur ce qui se passe. Le calme de ce lieu me permettrait de trouver un peu de repos, loin de tout le tumulte qui agitait l'organisation. L'éloignement me permettrait aussi, avec un peu de chance, de trouver une solution à toutes ces prérogatives qui secouent mes membres les plus fidèles. J'aimerais avoir la chance de me débarrasser sur Senseï, définitivement. Hélas, tuer son propre père peut se révéler des plus ... difficile. Mais Nyssa avait bien réussi à franchir la ligne et à commettre le terrible patricide qui avait secoué l'organisation. Mais je reste vivant, toujours bien vivant.

"J'aimerais en dire autant de la Ligue. Comme tu le sais, nous vivons une période de troubles ..."

Avec le Senseï qui s'agite, mes filles qui jouent les ânesses, et Spectre Blanc qui avait fuit pour restaurer des puits dans le Sahara, j'étais seul, avec Shiva, pour mener le bon combat là où il devait se dérouler. Mais une question me taraude en ce moment-même. Est-ce que je peux vraiment compter sur Lady Shiva ? Ou bien menait-elle un double-jeu dans l'espoir de me vendre au plus offrant ? Après tout, il était de notoriété publique, même dans l'ordre de la tradition, de sacrifier celui qui parait le plus faible pour le compte du plus fort. Néanmoins, je ne suis pas aussi faible qu'on puisse le dire. Oh que non. Non, pour tout dire, la seule chose vraie, c'était que j'avais besoin de réorganiser la Ligue, de la remettre sur le droit chemin, et de faire en sorte que tout se passe selon le plan prévu il y'a de ça, six cent ans. L'observant avec une nouvelle intensité, j'allais lui poser une question qui allait surement la déstabiliser. Peut-être que oui, peut-être non. Nous verrions sa réaction à ma demande.

"Comment peux-tu me prouver que tu es toujours fidèle, Shiva ?"

Revenir en haut Aller en bas
Criminel(le)
Féminin Messages : 53
Date d'Inscription : 05/04/2016
avatar
Lady Shiva
MessageSujet: Re: Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]   Lun 3 Juil - 21:17

Calmement, le bras gauche croisé à angle droit dans mon dos, tenant mon verre de vin rouge dans mon autre main, j'observais mon maître tourner les pages unes à unes dans un calme olympien qui ne laissait transparaître aucune émotion. 

Après quelques phrases, il posa enfin la question qui lui brûlait les lèvres.

Il avait toujours connu et respecté mon indépendance vis à vis de la ligue de part mon efficacité sans pareil, même si il était conscient que j'agissais de plus en plus selon mes intérêts, il n'avait jamais rien eu à me reprocher. Tant que j'accomplissais mon travail et respectais les règles, je pouvais mener ma vie plus ou moins comme je l'entendais, comme un contrat tacite. 

Mais les temps changeaient, ses propres enfants se retournaient contre lui, et la plupart des gens de son entourage avaient appris a porter des masques avec plus ou moins de succès. 

Et si mes états services étaient aussi irréprochables, ils ne faisaient que renforcer le fait que j'étais douée, déterminée et implacable. Ra's al Ghul savait a quel point j'étais dangereuse et maître de mes émotions. Et il savait que tout outil pouvait se retourner contre son camp, surtout si cet outil avait sa volonté propre comme c'était mon cas.

-Je préfère vous prévenir, maître, qu'étant donné la gravité de la question, je vais vous parler librement. 

C'était peu conventionnel de parler au maître de la sorte, sans permission de sa part, mais j'estimais que la vérité ne nécessitait pas le pardon ou l'autorisation. Un autre membre de la ligue se serait surement vu sévèrement punit au dernier sous-sol, mais j'avais foi en notre relation.

- Sans ligue, se serait l'anarchie parmi les assassins et les mercenaires, voyez ce que donne ce foisonnement de vilains et de héros auto-proclamés partout en ville. Or, la ligue des assassins a besoin d'un chef, et qui d'autre que vous pourrez la commander ? Vos filles ? Elles n'ont aucun bon sens stratégique et leurs décisions ont faillit mener la ligue à sa perte. Votre fils ? Le spectre blanc n'en fait qu'à sa tête et ne pense qu'à lui même sans aucune vision. Moi ? Je n'ai pas le goût à diriger les hommes, et préfère agir seule, sans avoir a m'encombrer d'autres personnes. Sans vous le monde serait livré à lui même. Nous ne pouvons compter sur leurs pseudo gouvernements et leurs polices qui se limitent à leur frontières sans visions globales. Si vous vouliez connaître mes pensées sur le sujet, vous les connaissez maintenant.
Et si il vous faut des actes ...

Je laissais ma phrase en suspend. Posant mon verre, je fis glisser la fermeture éclair de mon demi corset, le laissant tomber a terre. Puis je soulevais mon haut de la main gauche, dévoilant mon ventre et le manche d'un poignard, glissé dans mon pantalon côté gauche. De ma main droite j'attrapais le manche, et retournais la lame contre moi, là quelques seconde auparavant le manche y avait été accolé. commençant à lacérer mon ventre d'entailles verticales d'environ 5 cm de long, les rangeant les unes à côté des autres à 1 cm d’intervalles. J'avais mal mais ma main ne tremblait pas, et mon visage ne laissait rien transparaître bien que mes dents fussent serrées. J'en fis une, puis deux, puis trois ... attendant son ordre pour arrêter. Pour moi seul la lame et le sang faisait acte de foi et pouvait expier les péchés.

-'iitlaq alenan lilalsayf al'iirada (Laissez parler la volonté du sabre * (ici la lame)).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]   Mar 4 Juil - 12:18





Ra's Al Ghul

La Tête du Démon





D'un geste, je lève la main vers Shiva. La paume bien en évidence devant elle. Bien en face. Comme pour stopper son geste qui me gratifie énormément en terme de loyauté. La loyauté par le sang, il n'y a que ça qui comptait évidemment.


"Cesse."

Ma voix coupe nette l'ambiance et ce que Shiva commençait à faire. Je n'avais plus de raison de désespérer d'une de mes plus fidèles alliées. Elle était parfaitement dans l'optique de me servir moi, et personne ne pouvait contraindre la jeune femme à me désobéir. Elle était parfaitement à mes ordres, jusqu'au point du sacrifice ultime. Le poignard était d'une couleur argentée impeccable, à laquelle la couleur écarlate du sang embrasait la lame dans une union macabre et pourtant, en parfaite harmonie. Alors qu'elle venait de s'ouvrir de quelques centimètres, je la fixe, impassible, droit. Je n'étais pas quelqu'un qui se souciait de l'état de santé de mes hommes de main ou de mes gardes les plus proches, après tout, c'était un honneur pour ces hommes et ces femmes de donner leurs vies pour le Démon. Chose que Nyssa n'avait pas comprise, et que Talia cherchait désespéramment à comprendre. Quelle tristesse d'être entouré par des ânesses, vraiment. Shiva néanmoins, avait compris le sens du mot sacrifice, elle avait compris que dans sa vie, elle avait eu beaucoup de raisons d'être en colère, d'être monstrueuse, d'être sadique. Oui, elle fut tout cela, et elle l'était encore pour mon compte. Car après tout, si je revenais à Gotham, ce n'était pas que pour le Détective. Non, et cela, elle devait s'en douter. Gotham City a longtemps été mon choix pour la nouvelle purge. Après l'incendie de Rome, l'incendie de Londres, chaque fois que la Ligue des Ombres agissait, un grand cataclysme surgissait pour réduire une ville en fumée. Mais l'Humanité ne comprend jamais ses erreurs, c'est pourquoi, cette fois, il était urgent de faire un exemple qui sera retentissant dans le monde entier, et Gotham City serait le choix parfait pour montrer à ce monde hideux et infâme que l'Homme n'a plus sa place en tant que maitre au sommet de la chaine alimentaire. Shiva venait de s'ouvrir une plaie dans le ventre, au moins, elle connaissait son attachement à la cause et cela me satisfaisait, pleinement. Je pouvais compter sur elle pour le reste de la mission. Connaissant la tueuse, elle savait parfaitement "recoudre" ses blessures au cas où, après tout, elle était non seulement la plus dangereuse femme du monde, mais elle connaissait aussi tout de la survie en milieu urbain comme en milieu hostile, c'était pour ça que je faisais confiance en ses talents pour qu'elle se soigne sans avoir besoin de l'aide de mes serviteurs. Enchainant directement sur la suite des opérations, je déroule une vieille carte de Gotham City, tout était préparé longuement et mes affaires m'avaient précédées avant que je n'arrive à Gotham. Tout était parfaitement prêt.

"Gotham est en train de mourir Shiva. Un cancer se propage dans les rues, il grossit en permanence et malgré les invectives du justicier Batman, le cancer continue à grossir, grossir, sans arrêt."

Je marque une courte pause avant de sortir la photographie d'un homme. Brun, le visage strict, un léger rictus. On aurait pût croire que c'était le père de Bruce Wayne, Thomas Wayne. Mais en tout point physique, c'était bien lui sauf que l'homme qui était sur cette photo était celui qui avait "tenté" pitoyablement de s'en prendre au chevalier noir et à ses plus proches alliés, dont mon petit-fils, Damian. Et quand on s'en prend à un Al Ghul, il faut savoir que le châtiment doit être pire que la menace brandie face au Démon et à sa descendance. Regardant une nouvelle fois la jeune tueuse, j'esquisse un léger sourire, c'est vrai. Il était rare que je souris auprès de mes hommes de main, mais cet être sur la photo était diablement ridicule. Diablement, c'était le mot. Il se donnait des airs pour être le Diable. Néanmoins, je sais être pire que le Diable, et le Démon n'a pas de leçons à recevoir d'un être aussi ridicule tel que le dénommé Simon Hurt. Et il fallait aussi que nous exterminions les restes de ce gang ridicule qui sévissait à Gotham, le gang des "Gargouilles" qui obéissait au dénommé Simon Hurt. Une insulte non seulement pour moi, mais aussi pour le Batman qui après tout, avait eu fort à faire avec de pareils idiots. Et dire qu'ils avaient osé pénétrer dans son sanctuaire, je pouvais parfaitement comprendre ce sentiment. Après tout ... Quelqu'un avait pénétré dans un de mes puits de Lazare il y'a quelques années, et je n'oubliais pas cet affront. Il fallait d'ailleurs que nous trouvions cet homme.

"Avant de réduire cette ville en cendres, je souhaiterais que tu cherches et que tu me ramènes cet homme. Il se nomme Simon Hurt, et je souhaiterais lui parler avant de lui faire subir les pires tortures qu'il mérite."

Quand on touche à l'honneur des Al Ghul, il faut s'attendre à finir avec un sort pire que la mort. Les tortures que le Démon pouvait employer sur ses victimes étaient plus cyniques, plus monstrueuses que ce que l'on pouvait croire et pour tout dire, le Chevalier Noir avait déjà vu ce que le démon pouvait faire. Même Shiva avait déjà vu de quoi nous étions capables dans la Ligue des Ombres, et elle savait parfaitement quel était le sort réservé à ceux qui échouent. L'échec n'est pas une option, ni une solution, et quiconque entrave la bonne marche de la Ligue ou qui échoue dans ses actes le paie de sa vie. Même si c'est un Al Ghul qui échoue.

"Il est de toute évidence que tu tomberas sur le Détective, dis-lui simplement qu'il a les salutations distinguées de Ra's Al Ghul. N'enclenche aucun combat, sauf s'il tente de t'arrêter dans ta mission. Chaque criminel doit avoir peur."

Ce n'était pas seulement contre Simon Hurt, non, c'était aussi contre tous ces criminels abominables et monstrueux qui sévissaient dans cette ville. Des monstres de foire, des créatures des Enfers, des horreurs qu'il fallait mettre à bas, qu'il fallait exécuter. Et puis, pensons aussi à l'avenir. S'ils survivaient à mon apocalypse, je n'avais pas envie qu'ils profitent du nouveau jardin d’Éden que j'avais en tête pour ma nouvelle Humanité. Non, je ne voulais pas voir ces monstres en profiter. Pas un seul instant. Je prend néanmoins un morceau de tissu de soie d'une des serviettes pour les ablutions que je tend à Shiva. Pour qu'elle puisse bander sa plaie et empêcher le sang de couler trop longtemps. Je ne tenais pas à voir mourir une des seules qui me faisait le serment d'allégeance et en qui je pouvais encore avoir confiance après tout.

Revenir en haut Aller en bas
 

Me voila, Gotham ... [PV Lady Shiva]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sir Cosmo et Lady Duff Gordon
» BATMAN - MINUIT A GOTHAM
» Lady Diamand, Kate Von D et d'autres [Tatouage]
» Lady Catherine
» Le Lady February Sweater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Comté de Gotham :: Aéroport Archie Goodwin-