Partagez | .
 

 Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 49
Date d'Inscription : 04/05/2017
Localisation : Quelque part ...

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Nightwing, Robin, Joker.
♣ Vos Alliés : : ► Le Bossu, El Sombrero, Pierrot Lunaire, Flamingo, Professeur Pyg, Swagman, King Kraken, Charlie Caligula, Lady Scorpiana.
avatar
Simon Hurt
MessageSujet: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Lun 12 Juin - 13:02

Le Pretty Doll's Parlor.

- Pas loin de Minuit. -


Le salon de beauté d'un de mes alliés les plus fidèles et les plus masochistes : Le professeur Pyg. Bien que ses talents chirurgicaux et chimiques soient des plus appréciés, il était aussi un des plus indécrottables masochistes que l'on ait pût voir sur cette planète. Il avait développé un petit Stockholm quand je l'avais recueilli dans la boue dans laquelle il se vautrait autrefois. C'était un porc, un véritable porc, aussi fin que du gros sel et monstrueusement avide de douleur. Douleur que j'avais infligé à son corps pendant de nombreux mois pour lui apprendre à être obéissant. Son repaire me servirait pour mon rituel de ce soir, il était assez vaste et comprenait de nombreuses petites choses qui me permettrait de mener à bien ma messe noire. Il y'avait du sang entreposé, et de nombreux restes d'os qui pourraient servir pour notre grande et belle assemblée. Pyg ne m'en voudrait pas de lui subtiliser son repaire, actuellement, il était enfermé à Arkham. En attendant d'être libéré, j'avais besoin de Barbatos pour m'aider à guérir de mes blessures, de sceller un nouveau pacte pour renforcer mon immortalité. Immortalité oui, dans la mesure ou je ne vieillirais jamais, mais j'étais vulnérable, immortel, mais pas invincible, là était la nuance. Ce soir, moi et deux acolytes du Gant Noir, nous ferions une messe qui fera trembler les arcanes et les fondations de Gotham City. Car Barbatos était le mal, il était la forme démoniaque de la ville de Gotham, il était l'âme damnée qui corrompait tout dans cette ville, et je n'étais que son serviteur. Le salon de beauté de Pyg était une magnifique couverture, sortant ma clé qui menait à l'intérieur de la boutique, je me dirigeais vers le local personnel du directeur de l'établissement. Je sors une petite clé et je pénètre dans un local plutôt secret dissimulé derrière un miroir dans le bureau de Lazlo Valentin. La puanteur qui émane du sous-sol secret de la boutique de Pyg est dégueulasse, tellement que je m'en pince le nez. Que faisait-il là-dedans ? Cela pue le cadavre et la fornication. Et la merde. Et la merde pensais-je instinctivement. Le lieu était idéal pour invoquer Barbatos au final, il y'avait déjà l'ambiance. Et puis, il ne fallait pas oublier que la première invocation de Barbatos à Gotham, ce fut dans une grande puant le fumier et les vaches. Et que nous avions sacrifié de nombreuses chauve-souris pour le faire venir en cette dimension. Je descends les escaliers recouvert de ... De merde ? De fientes de rats. Dégueulasse. Pyg devrait vraiment embaucher quelqu'un pour le nettoyage. Nous allumons le lieu et malgré le plancher légèrement pourrissant, la grande salle d'opérations de Pyg était assez grande pour la performance de notre rituel cynique. Je n'oubliais pas mon affinité avec le docteur Crane, et que cette célébration avait une part importante dans le grand travail que nous ferions pour Gotham City. C'est ici aussi, également, que je trouverais mes ingrédients pour concocter ce "vaccin" dépendant à la toxine de Crane. Un mélange qui procurerait douleur et intensité, qui rendrait encore plus virulent le produit de Crane après une première injection. Vous n'imaginez pas l'horreur et les délices que ces pauvres Gothamites vont subir dans les prochaines semaines. Mes acolytes terminent de mettre en place les quelques objets nécessaires, dont la chauve-souris vivante, suffisamment grosse pour l'invoquer quand j'arracherais son cœur avec mes dents. La messe noire allait bientôt commencer. Je revêts avec douceur la cape et le masque qui avaient appartenu à Thomas Wayne jadis. Avec un grand sourire, je regarde patiemment ces objets nécessaires pour ma grande messe. Levant une dague vers le plafond, je regarde mon personnel avant de reprendre.

"Barbatos. Noirceur de Gotham. Entends l'appel de ton serviteur. Viens à moi et apparait ..."

Les offrandes étaient prêtes, dans quelques minutes, j'extirperais le cœur de la bête et je boirais son sang. Le mal nécessitait un sacrifice et malheureusement, les quelques prostituées assassinées dans les rues de Gotham n'étaient que du menu fretin, de l'inutile si on préfère. Mais au moins, cela pourrait surement "attirer" l'esprit de Barbatos avec du sang frais. Quelque chose de délicieux et de tendre, quelque chose de sadique aussi. Il me fallait consumer du sang, montrer que le serviteur de Barbatos répondait toujours à son appel, à ce murmure qui se disperse dans les ténèbres. Je plante la dague dans l'autel improvisé avant de regarder mes deux hommes. Ironiquement, ils seraient aussi des victimes de Barbatos ce soir, mais pas la peine de leur dire non ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 14
Date d'Inscription : 11/06/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Lun 12 Juin - 16:37

John venait d'arrivé à l'aéroport avec pour seul bagage une assez grosse mallette. Voilà qu'il n'avait pas put s'en grillé une depuis plusieurs heures d'affilé sans perdre son temps, il se dirigeait vers l'extérieur. Une fois dehors il mettait son bagage appuyer contre sa jambe et allumait une cigarette, avec une grande inspiration il recrachait pas mal de fumée. Ce que c'était bon de s'allumer une clope, ces merdes on le chic pour vous rendre accros.


« Bon maintenant il faut que je trouve un taxi pour aller direction Gotham City. Cette ville remplie de catin, criminel et démons en tout genre. Un endroit fun pour passer quelques vacances loin du stress quotidien. »

D'un geste de la main il appelait un taxi vers lui, le premier véhicule qui arrivait semblait tout ce qu'il y a de plus banal. John mis sa tête au niveau du conducteur, tout en lui demandant si il pouvait le conduire à Gotham. La tête de l'homme voulait tout dire.

«  Je peux vous y emmenez mais je ne rentre pas dans la ville je vous laisse à l'entrée. »

John faisait une grimace, cet horrible accent venait d'agresser littéralement ses oreilles. Entre les odeurs dans les rues, la couleur des taxi et leur accent il ne comprenait pas ce que tout le monde trouvait au USA. Pour lui rester ici était le pire des calvère.


« Très bien ça me vas. » Durant le trajet il continuait de fumé sa cigarette tout en regardant par la fenêtre.

Arriver à l'entrée de Gotham, John donnait de l'argent à l'homme et continuait sa route à pied. En journée c'était plutôt calme, bon c'était le meilleur moment pour trouver un hôtel où dormir pendant plusieurs jours. De préférence proche d'un site dis « hanté », habillé de son imper, une cravatte mal sérrée et ses chaussures de ville, John arpentait les rues. Une fois l'hôtel trouvé il entrait dans le hall, et demander une chambre pour deux semaines au gérrant, John réglait sa chambre maintenant et allait s'y installer.

------------------------------------------------------------------------------------------

Le soir John avait entendu parlé d'un bâtiment qui serais habiter par des fantômes. Quelle bonne nouvelle, un nouveau pays mais toujours la même routine. Une clope au bec John partait en direction de l'adresse qu'il avait trouver, cet endroit ressemblait à une boutique lambda d'apparence. Après avoir réciter une incantation en chuchotant, John posait sa main contre le mur et il ressentait des vibrations. En effet quelque chose de démoniaque avait lieu ici en ce moment même.

Dans la poche intérieur de son imper se trouvait une gourde d'eau, dans laquelle se trouvait un chapelet, un briquet et du tissu. Pour entrée dans la boutique, John voulait crocheter la serrure en s'approchant il remarquait que la porte était claquée mais pas fermé à clé. Avant d'ouvrir il regardait à l'intérieur si une cloche ou un autre objet du genre n'allait pas indiqué sa présence. Rien en vue il tournait doucement la poignée, ses pas étaient lents et discret. Pour refermer la porte John le faisait sans bruit.

Une fois dans le salon de beauté il sortait de la poche de son pantalon une aiguille faite de métal lambda. John tenait l'aiguille dans la paume de sa main gauche, sa main droite devant son visage, et il récitait un petit sort. A peine le sort lancé que l'aiguille filait en direction du bureau, John ouvrait la porte et l'aiguille se collait contre un mirroir. Quelque chose de démoniaque ou magique se trouvait derrière, une fois le mécanisme trouvé il ouvrait un passage qui menait à un sous-sol. Il enlevait le sort de l'aiguille et la rangeait, il était surpris de l'odeur qui dégageait du sous-sol.

Cependant avant de descendre toujours couvrir ses arrière, John déssinait un pentagramme au mur. Toutes forme de vie paranormal ne pourrais pas quitté ce sous-sol même si l'envie l'en prenais. Maintenant il pouvait descendre, une fois en bas il entendait du bruit, comme si quelqu'un était en plein rituel d'invocation. Encore une bande d'ado complètement débile qui jouait avec le feu. Le chasseur restait dans l'ombre et attendait le bon moment pour ce montré, quelque chose ne tournait pas rond, un homme masqué avec une dague et deux autres personnes. Un sacrifice ? Quel démon pouvait bien nécessiter deux sacrifice ? Sûrement un mineur, normalement il faudrait plus de sang que ça.



Quelqu'un de normal serais intervenu pour éviter la mort à ces deux « innocents » mais pas John. Intervenir maintenant l'empêcherais de comprendre et de savoir à qui il avait à faire. Et surtout quel démon mineur serait invoqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 49
Date d'Inscription : 04/05/2017
Localisation : Quelque part ...

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Nightwing, Robin, Joker.
♣ Vos Alliés : : ► Le Bossu, El Sombrero, Pierrot Lunaire, Flamingo, Professeur Pyg, Swagman, King Kraken, Charlie Caligula, Lady Scorpiana.
avatar
Simon Hurt
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Mar 13 Juin - 11:29

L'incantation venait à peine de commencer, il fallait du temps pour faire venir l'âme damnée de Gotham en ce lieu. Effectivement, toutes les chances étaient contre moi, depuis ma défaite contre Batman, j'avais perdu de ma superbe et Barbatos était forcément au courant de mon misérable échec, mais peine perdue, je devais quand même essayer de le contacter, qu'importe ce qui puisse se passer. Maudit soit ce Batman, maudite soit la famille Wayne à tout jamais. Je haïssais cette famille, je les détestais tous pour ce qu'ils m'avaient fait subir. L’opprobre et le déshonneur. Et maintenant, je devais vivre à l'écart, comme un mendiant, loin du confort du Manoir Wayne et des richesses de la famille dont on m'a tenu écarté depuis tellement d'années, même de siècles. Maintenant, j'étais là, coincé dans ce lieu puant la merde, le foutre et le sang, coincé dans ce lieu sordide que Pyg avait bâti sous sa boutique couverture, et maintenant, je m'apprêtais à arracher les entrailles de la bête que nous avions entre nos mains. Reprenant la messe basse, à la lueur des bougies que nous avions installées. ma voix s'élève dans cette "tombe" souterraine, les caves ne sont elles pas le lieu où l'on enterre ce que l'on trouve ? Souvenirs ? Jouets ? Et parfois même des enfants que l'on garde dans sa cave. Oui, nous vivions des temps horribles, mais c'était la longue et pénible descente de l'Humanité.

"Barbatos, entend mon appel. Le sang doit être versé, la chaire doit être offerte."


Les deux acolytes que j'avais engagé continuaient de réciter l'incantation du livre des Miagani tandis que je buvais le mélange préparé pour entrer en transe. Et l'un de mes hommes me passe la bête, elle se débat, elle crie, elle gémit. Jusqu'au moment où je lui plante mes dents dans son torse velu, poilu. Avec les dents, je m'apprête à lui arracher le cœur et à lui dévorer sa force vitale. J'étais dans un monde de transe, frénétique et terriblement impulsive, la décoction me rendait monstrueusement avide de sang. La pauvre bête hurle de plus belle, elle tente de se défendre, de me griffer, elle y'arrive, mais je n'arrête pas de lui dévorer la chaire qui se trouve du côté du cœur. Non, je continue jusqu'à ce que les ailes retombent et après avoir ingéré l'organe. Celui-ci est déjà dans ma bouche et je l'avale, mes lèvres sont imbibées du sang de l'animal, et j'en ai sur mon costume de ce soir. Du sang coule aussi sur mon menton et je me sens pris de spasmes. Que se passe-t'il ? Cela n'était pas arrivé la dernière fois ? Se pourrait-il que ? Non, c'est impossible. Barbatos ne pourrait pas me trahir, il ne le pouvait pas, pas après notre contrat. Une voix s'élève, monstrueuse, grave, et presque hachée. C'est lui.

"Intrus ... Cercle brisé ... Trahison."


Je tombe à terre, les deux hommes de main que je vouais à sacrifier m'aident à me relever. De toute évidence, il y'avait un bel intrus parmi nous. Un homme qui se trouvait dans le bâtiment et qui empêchait que Barbatos puisse interférer sur ce plan de l'existence. J'enrage, tout avait foiré, et l'esprit de Barbatos avait disparu jusqu'au jour où je pourrais arriver à le rappeler. C'était foiré ! Lamentablement. Je me hisse sur mes deux jambes, en faisant attention à ne pas marcher sur ma cape. Je remet mon masque bien en évidence et je hurle ma colère.

"Il y'a un intrus ! Il a tout fait rater ! TOUT ! Trouvez-le ! Et amenez-le !"


Je suffoque presque, penché sur l'autel improvisé. Mes deux hommes se dirigent alors vers les escaliers, conscients que leur maitre risque d'entrer véritablement en colère s'ils ne trouvent pas ce qui se passe dans le lieu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 14
Date d'Inscription : 11/06/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Jeu 15 Juin - 14:22

John était dans l'ombre il n'avait pas l'intention de bouger jusqu'à ce que le rituel commence vraiment. Cet homme ne sais pas à quel point il joue avec le feu, ou alors c'est un dangereux cinglé qui à besoin d'une bonne remise à niveau. John restait silencieux il était bien conscient qu'au moment de son apparition Barbatos sentirais sa présence, ce qui auras sans doute pour effet de le faire fuir. Avec un peu de chance Barbatos ne fait pas trop de bêtises et s'en vas sans demander son reste. Mais avec les démons rien ne pouvait être préparer en avance, ils sont tellement imprévisibles. 

Le rituel semblait bien ce passé, toutes les étapes étaient bien réspéctée, de son côté Constantine avait utiliser un sort qui le sauverais en cas de problèmes. L'homme n'allait pas vraiment aimer que son rituel et son invocation sois mise à mal, fallait donc se préparer à une réaction violente. Si ce n'est pas lui ses hommes le ferait pour lui, John n'est pas un pro du combat au corps à corps. Il devait trouver une stratégie qui irais jouer en sa faveur. Un plan B ne serait pas de refus. 

Malheureusement trop tard, Barbatos arrive, les tremblements qu'on pouvait ressentir dans le sol indiquait l'arriver d'une grande force magique et démoniaque. Pour s'assurer du départ de Barbatos John devait intervenir et révéler sa présence. Bingo ! Comme il s'y attendait le démon partait, malheureusement les trois pantins du gars venaient vers lui. John avait trouvé la parade pour s'en sortir indemne. 

" Ola les gars on se calme. Je vous présente mes excuses pour avoir saloper votre invocation. Seulement voilà je suis un amateur,fan de magie et quand j'ai sentit une énergie venant d'ici, je suis venu voir. 


Je ne voulait pas vous gêner, j'ai moi aussi très envie de rencontrer l'esprit de Gotham. " 

Biensure il jouait la comédie, fallait qu'il trouve une idée suffisamment aguichante pour que l'homme considère utile de le laisser vivre. Bon si vraiment sa ne fonctionnait pas il aurait toujours deux trois petits tours pour fuir, mais autant gagné sa confiance. Détruire Barbatos ne serais pas une mauvaise idée, pourquoi pas laisser ce fou se faire posséder pour ensuite le détruire lui et le démon par la même occasion. 

N'importe qui pourrait invoquer notre ami démon et faire n'importe quoi. Il fallait agir et vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 49
Date d'Inscription : 04/05/2017
Localisation : Quelque part ...

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Nightwing, Robin, Joker.
♣ Vos Alliés : : ► Le Bossu, El Sombrero, Pierrot Lunaire, Flamingo, Professeur Pyg, Swagman, King Kraken, Charlie Caligula, Lady Scorpiana.
avatar
Simon Hurt
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Ven 16 Juin - 15:58

Un témoin ! Un témoin de la scène. C'est fort malheureux pour lui mais il ne sortirait clairement pas vivant de cette cave aménagée par Pyg. Non, il ne sortirait pas vivant. Des excuses bidons ? Surement. Il ne fallait pas être un génie pour s'apercevoir, au vu des vêtements miteux qu'il portait, que c'était un privé qui avait très clairement enquêté sur Simon Hurt. Ou sur le Gant Noir. Ou sur ces prostituées que l'on avait massacrées. Elles avaient joué avec le feu, et puis, qu'est-ce que c'était la vie de simples putes comparées à l'invocation du plus sublime être que Gotham City ait pût accueillir en son foyer ? Oui, Barbatos était d'une essence pure à mes yeux. Le mal pur, à l'état brut et terriblement séduisant. Le mal dans sa splendeur : La violence, la haine et la colère. J'avais appris à développer mes vices au fur et à mesure des années que j'ai vécu en tant qu'immortel. J'avais appris à apprécier le gout des orgies et des massacres aveugles, de la rapine et des meurtres. Et je savais, après tout ce temps, comment les gens pouvaient agir quand ils mentaient et de toute évidence, ce "gigolo" mentait de toutes ses forces. Je les connaissais bien toutes ces railleries que l'on pouvait entendre, c'était comme si quelqu'un venait s'en prendre à quelqu'un déjà presque au bord de la mort. Comme si on s'apprêtait à donner le dernier coup d'épée pour humilier l'adversaire. C'était ce que je ressentais quand je voyais ce type, cet opportun, ce minable. Il me fallait le tuer, l'assassiner pour lui apprendre que personne ne se moque du Docteur Hurt. Le rituel était foutu. Barbatos ne reviendrait pas avant un nouveau cycle de meurtres rituels. Il fallait tout recommencer. Que ressentais-je intérieurement ? De la haine, pure, simple, sans concession. Il me fallait me débarrasser de ce salopard. Et pour paiement, il serait le premier sacrifié du niveau cycle pour invoquer Barbatos. Criant de rage après cet échec, je pointe du doigt la vermine qui osa mettre un terme à ma cérémonie.

"Espèce de minable petit vermisseau ! Par ta faute, tu viens de détruire des semaines de travail ..."

Et le pire dans tout ça, c'était qu'il avait vu le Docteur Hurt. Mon visage fusse connu dans le monde de la psychiatrie et cette couverture était encore bonne pour le moment, avant que Batman ne fasse le ménage incessamment sous peu. J'avais presque tout perdu, mais les derniers jours sans être repéré me permettraient de brouiller les pistes et de faire exploser mon cabinet dans Coventry. Il ne fallait pas que je sois surpris par ce genre de mauvais évènement ! Même si tout Gotham était au courant que l'asile d'Arkham avait été attaqué, ils ne savaient pas que c'était le Gant Noir qui en avait été l'élément déclencheur et je ne tenais pas à être arrêté une seconde fois, surtout par un barbu mal rasé et qui devait sentir la mort. D'un regard vers les trois hommes qui me secondaient, j'eus un cri d'ordre assez vindicatif.

"Attrapez-moi cette vermine ! Il sera le premier des sacrifiés pour ce nouveau cycle !"


Je dégaine un poignard de l'intérieur de ma veste. Un crime sacrificiel méritait aussi qu'on fasse le travail par soi-même. C'était du quatre contre un, mais que voulez-vous ? Le bon Docteur Hurt n'était clairement pas quelqu'un de loyal. En tant que psychiatre, j'avais toujours trouvé rationnel cet appel du mal, le mal engendre le mal, et puisque j'étais un criminel de premier choix, je ne me laisserai clairement pas avoir de cette façon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 14
Date d'Inscription : 11/06/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Dim 18 Juin - 7:57

Comme John s'y attendait son excuse n'est pas passer aux oreilles de ces cinglés, les deux hommes sur le point de se faire sacrifié lui obéissait comme des toutou. D'après ce qu'il disait c'était lui qui venait de tuer toutes ces prostituées, un aveu pur et simple. Ce que John ne comprenait pas vraiment c'est les raisons de cette invocation. Barbatos n'est pas un démon super puissant, pourquoi celui-là en particulier ? Sûrement un illuminé qui pensait qu'invoquer Barbatos faisait partit de son devoir, qu'il était née pour ça. 

Pourquoi tout ces fous pensaient que c'était anodin de jouer ainsi avec les démons, la plus part des gens doutent de leur existence. Mais si ils savaient, ces enfoirés de l'enfer existent bel et bien, même les anges existent. D'ailleurs contrairement à ce que les hommes peuvent penser, les anges ne sont pas de gentilles personnes, en vérité ils sont jaloux des hommes, car ces dernier ont l'amour de dieu alors qu'il ne prête aucune attention aux anges. Constantine avait pour habitude de se faire insulter de pêcheur pour avoir empêcher des rituels dangereux et débiles. 

Ecoute l'ami. Crois moi tu n'as pas envie que je sois sacrifié pour ton démon. Disons qu'ils ne m'aiment pas spécialement. Si tu connais le monde des démon tu as sans doute entendu parlé de moi, je m'appelle John Constantine.


Mon travail consiste à chasser tout ces monstres qui s'en prennent aux humains.


Malgré ce qu'il leur disaient ils ne semblaient pas aptes à l'écouter, ils n'avaient qu'une seule idée en tête, se servir de ce bon vieux John comme sacrifice. Constantine savait très bien qu'aucun démon n'accepterais son sang comme offrande d'invocation, comme quoi passer des pactes pouvais sauver la vie. Et puis si l'envie lui prenait il pourrait aisément détruire Barbatos ou du moins lui couper l'accès à la Terre. 

John avait face à lui donc, trois hommes qui avaient envie de le vider pour invoquer leur copain venu des enfers. Fallait qu'il trouve un moyen de s'en sortir sans en mourir. Devant les deux hommes John récitait une incantation, ses paumes face aux deux sbires. Les deux hommes étaient maintenant paralysé sur place, aucun moyen de parlé ni de bouger, il ne restait plus que John et le chef. John prenait le temps de sortir son paquet de cigarette et de s'en griller une avant de reprendre là où il en était. 

Bon j'ai un marché à te proposer. Je m'arrange pour invoquer Barbatos sans avoir besoin de sacrifice, en échange tu me laisse vivre et m'entretenir avec lui ? 


Tu es tout gagnant dans cette histoire, si tu me tue certains copains à moi ne vont pas apprécier et iront se venger sur toi et tout tes déscendants.  Laisse moi crée le portail d'invocation et tu verras qu'il viendras sans sacrifice. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 49
Date d'Inscription : 04/05/2017
Localisation : Quelque part ...

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Nightwing, Robin, Joker.
♣ Vos Alliés : : ► Le Bossu, El Sombrero, Pierrot Lunaire, Flamingo, Professeur Pyg, Swagman, King Kraken, Charlie Caligula, Lady Scorpiana.
avatar
Simon Hurt
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Dim 18 Juin - 11:54

Un marchandage ? Fallait-il être idiot pour marchander de la sorte avec le Docteur Simon Hurt ? C'était presque pitoyable quand on y pensait. Je vivais sur cette planète depuis plus de trois cent ans et cet idiot pensait clairement s'entretenir comme ça, avec moi, sur ce ton de défi. Bien sur que Barbatos réclamait la voix du sang et de la mort, il réclamait sa dose de corruption de belles âmes, c'était ça, sa grande essence, sa grande voie. Même si le démon n'était qu'un être mineur divin, il avait de grandes facultés qui n'étaient pas dérisoires pour un humain, et l'immortalité n'était pas non plus un pouvoir à prendre à la légère. Barbatos réclamait son débit de sang et de corruption. J'étais la seule personne disposée à connaitre ses besoins en âmes et en victimes. J'avais déjà fait des sacrifices d'enfants, à une certaine époque où j'officiais à l'orphelinat de Willowwood, très belle époque où les déchets de Gotham se côtoyaient dans un lieu devenu hanté par la suite. Willowwood, le lieu hanté le plus monstrueux qui puisse exister. Sévices d'enfants, abus sur mineurs et maltraitances à souhait, et ce, depuis la mort de Martha Wayne et de la fin de ses petites après-midi à s'occuper de ces sales rats des rues. Cette salope de Martha Wayne était morte, ainsi que cet imbécile de Thomas, et pourtant, leur rejeton, Bruce Wayne, avait survécu à Joe Chill. Tout ça pour devenir le Chevalier noir qui hantait Gotham City. Triste état de fait, mais au niveau psychologique, Bruce Wayne était toujours un enfant. Un enfant appeuré et j'avais utilisé cette technique pour le battre ... Avant qu'il ne me mette à terre lors de cette soirée à l'asile d'Arkham.

"John Constantine ? Jamais entendu parlé. Je ne côtoie pas les moins que rien ! Je suis le docteur Hurt !"

Dans un effet de style, je ramène ma cape sur le devant, avec un grand sourire, tout en tenant le poignard que j'avais dans la main. Bien sur, c'était un effet de style, mais on est grandiloquent ou on ne l'est pas. Et contrairement à ce monsieur "Constantine", moi, je suis d'essence noble, pure, je suis un Wayne pur souche, et parfait. Pas un moins que rien qui hante les rues de Gotham City.

"Tu penses être quelqu'un qu'on regrettera ? Tu as tort. Tu n'es qu'une vermine de cette ville, et je n'ai pas besoin de toi ! La seule façon dont tu me seras utile, c'est en te vidant de ton sang sur cet autel."


Je n'écoutais pas les élucubrations de cet homme qui semblait divaguer. Il devait être complètement ivre ou shooté à une drogue quelconque. Comment un être aussi sale, aussi mal rasé, et aussi délabré physiquement pouvait être un ritualiste de renom ? C'était stupide d'y penser, et j'étais bien trop fier pour accepter l'aide d'un autre dans mon travail. Le Docteur Hurt n'a besoin de personne pour arriver à ses fins, et surtout pas de prétendus amateurs ... Mais quelque chose au fond de moi me dit que je me trompe sur cet homme, mais je ne veux pas l'entendre. D'un claquement de doigts, mes hommes se rapprochent doucement vers l'homme pour le saisir ...


"Chopez-le !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 14
Date d'Inscription : 11/06/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Dim 18 Juin - 12:50

Le papillon n'avait pas vraiment aimé ce que venait de lui dire Constantine, l'anglais avait tenter quelque chose, mais il avait l'avantage car son ennemi le sous-éstimait. Etre pris pour un guignol ne dérange en rien John, seul les actes parlerons d'eux-même. Cet homme ne semblait pas disposer à écouter, bon tant pis j'aurais essayer. D'un claquement de doigt ses deux sbires étaient défait du sort de John, pas mal du tout pour un blaireau de son espèce au masque de papillon. 

Constantine allait donc devoir devenir beaucoup plus méchant avec ces trois rigolo, c'est ça quand on est trop gentil, les gens profites de vous. Quel monde cruel tout de même, dans l'amour de son prochain le démoniste voulait aider, et on l'attaquait quelle époque sordide. Sans perdre de temps, John récitait une autre incantation, elle était assez puissante son corps n'allait pas aimer mais c'était ça ou mourir. Tout en maintenant ses distances avec les deux singes qui approchaient il récitait un texte en latin, car ces chère religieux pouvait obliger un démon à sortir John lui pouvait l'obliger à venir. 

Depuis quelques année maintenant il avait forcé un démon à être lié à lui pour empêcher son corps de tomber en morceau. Son idée était simple, il allait demander au démon de les éliminer à sa place en échange de quoi il le libérais de son pacte. Le tout sans préciser la durée de la rupture histoire d'avoir une autre carte à jouer au bon moment. Toujours avoir un atout caché dans sa manche, tel était le secret d'un bon magicien. 

Cet homme ne connaissait pas son nom ? Il allait apprendre qui était John constantine, le démon prêtait alors de son pouvoir magique à John, ce dernier ne perdait pas de temps. Ses mains étaient entouré d'une aura lumineuse, voici les derniers mots de son récit. 

Et moi John Constantine, de mes mains, je te condamne à errer pour l'éternité. 


Que l'enfer t'emporte dans ses bras mon amis


Au moment de lancé son sort John avait un petit sourire narquois sur le visage, sa clope qu'il tenait entre ses lèvres tout en parlant. Le papillon voulait le défier et le sous-éstimer très bien qu'il en sois ainsi. Dans ce cas il punirait les deux singes qui venaient, au début il pensait ne rien leur faire pensant qu'ils étaient posséder, mais ils sont parfaitement conscient de leur actions. Maintenant le papillon était seul présent, les deux hommes venait de disparaître dans un torrent de flammes et de cris provoquer par une grosse douleur. Voilà ce qui arrivait quand on essaye de jouer avec Constantine. 

Ben alors mon beau papillon rayonnant. On discute moins quand on à plus l'appuie de ces petits copains. Je viens de les condamné à l'errance éternel entre les enfers et notre monde.  Je suis toujours un simple minable mal rasé ? 


Maintenant il fallait rendre sa liberté à notre copain démon. John sortait le couteau qu'il garde dans son imper et se coupe la paume, avec son sang il dessine un symbole sur le sol. Sa paume contre le sol ensanglanter il récitait un texte lui permettant de libérer le démon de son pacte. 


MAINTENANT QUE JE SUIS LIBRE J'AURAIS TA PEAU CONSTANTINE ! 


Ne le prend pas comme ça voyons ! N'as-tu donc aucune émotion ? Moi qui suis anéantie de devoir nous séparer. 


Mais bon l'amour est parfois un dur combat qu'on ne gagne pas à tout les coups, tu vas me manquer mon poussin rougeâtre adoré.


Après ces quelques moqueries le démon repartait d'où il venait; maintenant John était seul face au papillon de nuit. Qu'allait-il faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 49
Date d'Inscription : 04/05/2017
Localisation : Quelque part ...

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen
♠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Nightwing, Robin, Joker.
♣ Vos Alliés : : ► Le Bossu, El Sombrero, Pierrot Lunaire, Flamingo, Professeur Pyg, Swagman, King Kraken, Charlie Caligula, Lady Scorpiana.
avatar
Simon Hurt
MessageSujet: Re: Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]   Mer 21 Juin - 12:15

Non ! Comment cela pouvait-il se produire ? Ce minable ! Ce moins que rien avait fait disparaitre mes hommes de main, comme ça, d'un claquement de doigts. Je n'étais pas compatissant de leur sort, mais c'était des hommes de main qui auraient dû mourir ou disparaitre autrement. Ils avaient voué leur vie pour moi, et ils venaient de disparaitre, comme ça, sans coup férir. Quelle déception. C'est alors à ce moment que le démon qui semblait hanter cet homme. De toutes évidences, je m'étais trompé sur cette larve immonde qui avait osé me suivre. Comme quoi, l'apparence était tout, sauf le reflet de ce qui pouvait se terrer à l'intérieur des hommes. Je ne commettrais pas cette erreur une seconde fois, et je ferais en sorte que la prochaine fois, ça se paie. Pour le moment, j'étais dans la merde. Cet homme jouait avec des puissances qu'il semblait maitriser nonchalamment. Et dire qu'on confiait des pouvoirs immenses à des hommes sans envergure, sans passion. Avec ce genre de pouvoirs, je pourrais très bien diriger Gotham City, voir même ce pays si je le pouvais. Devenir un tyran où la haine, les orgies et les messes noires seraient une réalité totale et sans précédent. Sacrifier des enfants en permanence, invoquer les démons et louer la mort, ce serait d'une merveille, un avenir sain dans un monde devenu malsain. Les flammes dévoraient mon esprit et mon cœur, et toute cette vision me semblait si enviable. Un monde où la richesse écraserait sans état d'âme la pauvreté, où les faibles seraient sacrifiés, et où les riches profiteraient de tout. L'argent et le pouvoir, c'était ce que je désirais le plus, et surtout faire du mal aux innocents, briser tous les croyants et leurs pauvres rites idiots. Catholicisme, Islam, Judaïsme, Bouddhisme, toutes vantaient la paix. Ma religion m'inculquait la corruption et la mise à bas de tous ces ordres stupides et vieillots. Moi, Simon Hurt, je deviendrais le premier prêtre à préconiser le mal, la mort et mille années de ténèbres pour cette planète infecte et sans avenir.
Regardant de plus près l'homme, je rengaine mon poignard. Si je pouvais m'assurer ses pouvoirs et si je pouvais les lui prendre ... M'avançant doucement, je le jauge. Il est laid, très laid. Puisqu'il fallait être social, il faudra être "gentil" et avenant, et même peut-être, m'en faire un allié ? Même si sa carrure me débectait et me donner envie de lui planter un poignard dans le corps. Avec un sourire, je le fixe et je l'invite à me serrer la main en lui tendant mon bras.

"Je pense que nous pourrions repartir à zéro dans notre relation qu'en dites-vous ?"


Je n'étais qu'un homme. Un immortel oui, mais je ne tenais pas à passer le reste de ma vie dans une prison dans une autre dimension. Je n'étais pas comme cet abruti de Vandal Savage qui s'était vendu à toutes les ordures possibles et qui trouvait le moyen de se retrouver dans des endroits en dehors du temps, avec cette maitrise de la survie. Non, sans la survie, je ne tiendrais pas dans une autre dimension, surtout si je n'ai pas mon confort, mon argent, et la possibilité d'assouvir mes désirs et mes fantasmes les plus monstrueux.

"Docteur Simon Hurt."


Je prend soin de lui cacher ma véritable identité. Après tout, il se ficherait surement de savoir que j'étais un Wayne. Et puis, mes secrets de famille ne regardent que moi. Et personne d'autre. En y regardant de plus belle, je me dis que Gotham City manquait de démons, pourquoi ne pas faire en sorte que cette ville montre son vrai visage ? Et si cet invocateur ou ce ritualiste pouvait m'aider, cela ne serait pas si mal non ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Barbatos ! Entend-moi ... [PV Constantine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue à notre ami Allaoua de Constantine.
» Constantine
» Ta femme ne s'entend avec ta famille : Que faire ?
» Salon national de philatélie à Constantine.
» Exposition Cirta(Constantine) 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Founder's Island :: Pretty Doll's Parlor-