Partagez | .
 

 Une arlequinade épouvantable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Criminel(le)
Féminin Messages : 26
Date d'Inscription : 01/07/2016
Localisation : Hé Hé... Et si on jouait à cache-cache ?

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Princesse du Crime et des Clowns !
♠ Relations conflictuelles :: ►Mistah J, Batsy et sa clique
♣ Vos Alliés : : ►Ivy, mistah J, Bud et Lou
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Une arlequinade épouvantable    Mer 28 Déc - 23:06

17h45.

Tac tac. Tac tac. Les coups secs des escarpins noirs et austères martelaient régulièrement le sol lisse du couloir, révélant une assurance infaillible. On entendait à peine le bruissement discret de la jupe crayon qu’elle avait revêtue, tant il était couvert par le brouhaha immortel de Chinatown ; à cette heure-ci, les voitures s’accumulaient en jacassant à coups de klaxon, emplis d’hommes et de femmes désireux de rentrer au sein de leur foyer réconfortant –ou pas. Peut-être ne les attendait qu’un chat, affamé et indifférent à leurs petits tracas quotidiens. Ou personne. Peu importe.

Alors qu’elle déambulait élégamment, la jeune femme aux cheveux dorés aperçut soudainement son reflet au travers d’une fenêtre dont la propreté laissait à désirer. Il était troublé, de temps à autre, par l'aura scintillante de guirlandes décoratives, suspendues aux arbres rachitiques à l’approche des fêtes. La cliente, qui avait temporairement ralenti sa cadence, ne put alors s’empêcher d’esquisser une moue de dégoût, retroussant son nez fin, ce qui fit remonter légèrement ses grosses lunettes rondes. Un frisson furtif parcourut sa peau d'ivoire. Brr, ce que je déteste te ressembler… Harleen ! Son regard azuré défia son alter égo spectral. Elle semblait presque sur le point de la sermonner. Encore. Ne pouvant se retenir plus longtemps, Harley craqua.

- Pff ! Personne ne t’aime de toute façon ! C’est moi que mistah J préfère, tu entends ?! Nananananère ! déclara-t-elle à haute voix avec une méchanceté tout bonnement puérile.

 Elle tira la langue une bonne fois pour toute à cette version démodée, ennuyeuse et inutile d’elle-même, avant de lui tourner dédaigneusement le dos et de réendosser le rôle qu’elle s’efforçait de tenir depuis ce matin. Avec la police qui rôde, mieux vaut être bonne actrice ! Elle réajusta son chignon, inspira un bon coup pour tenter de maîtriser l’excitation qui montait en elle, puis toqua finalement à la porte. Trois coups, ni plus, ni moins.

Nom d’une vache albinos ! Ça y est, Harley, tu vas rencontrer Jonathan Crane, la Terreur de la Terreur ! Qu’est-ce qu’on va s’amuser !


La journée n’avait pas été de tout repos pour la criminelle en cavale. Elle avait d’abord dû se trouver une nouvelle identité –remarquez, ce n’est pas le plus dur à Gotham ; pour l’instant, elle s’appelait donc Pauline Chinelle. Ha ha, désolée, c'était trop tentant ! Ensuite, elle était passée dans son ancien appartement, afin de récupérer des habits datant d’une autre vie. Chemise rouge, jupe noire, escarpins et ,en guise de coiffure, un chignon bien serré. Accoutrement provisoire, bien sûr, le temps qu'elle s'achète des habits plus supportables qui, surtout, seraient plus à même de la rendre méconnaissable. Néanmoins, c'est à peine si ses trésors l’avaient reconnue ! D’ailleurs, à son grand regret, elle avait bien dû les déposer quelque part ; à l’heure actuelle, Bud et Lou fouillaient joyeusement les ordures des arrière-cours de restaurants chinois – et Dieu seul sait ce qu’elles avaient bien pu y trouver !
Enfin, pour en revenir à nos moutons, l’ex-psychiatre avait également dû se renseigner au sujet du repère de son confrère, histoire de ne pas se perdre dans quelques bouis-bouis à s’empiffrer de nems. Elle fut toutefois agréablement surprise d’obtenir sans trop de peine l’adresse de son bureau privé ; sous son faux nom, elle avait alors réussi à arranger un rendez-vous avec le Dr. Crane. Pourquoi ? Parce qu’elle était terrifiée par les mouches. C’est horrible, docteur, dès que je les entends venir, avec leurs bourdonnements fourbes et aigus, je… Nah je plaisante !


En vérité, la diabolique arlequine avait de grands projets pour son collègue, et étrangement, elle était certaine qu’il ne refuserait pas.

Lorsqu’elle faisait encore partie du personnel d’Arkham –et non pas des patients-, elle avait entendu parler des méthodes peu orthodoxes du psychiatre, ainsi que sa réputation mitigée. Elle avait senti, au fin fond des voix qui discutaient, un soupçon de peur. Sans parler des cris des malades, qui s’étaient mis à brailler parfois des nuits entières après seulement une thérapie avec lui ! Et c’est en y repensant que Harley avait tout de suite saisi le potentiel caché que recelait Jonathan Crane. Cette petite lueur de folie, qu'il couvait insidieusement en lui, attendant fébrilement la moindre petite occasion pour libérer toute sa puissance. Elle avait passé un jour entier auparavant à s’informer des cas qu’il avait traités. Même si elle n’était pas aussi bonne détective qu’une certaine chauve-souris rabougrie, la jeune femme sentait que ce coup-ci, elle était sur une bonne piste.

Crane ne refusera pas. Et puis, qui ne voudrait pas passer son réveillon avec Harley Quinn ?  Je connais tous les chants de Noël par cœur !



Elle attendit ainsi patiemment qu’une voix- autre que celles de son esprit survolté- lui permît d’entrer. Cependant, malgré tous ses efforts, elle ne put réprimer un sourire malicieux, promesse d’une arlequinade épouvantable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une arlequinade épouvantable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arlequinade d'escargots
» Esprits criminels - L'épouvantable dénouement - L'équipe - G
» L'épouvantable expédition Franklin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Chinatown :: Le Dragon Céleste-