Imaginez le Mythe de Gotham City




Lady Shiva

Poison Ivy

Bronze Tiger

Mr Zsasz

Ra's Al Ghul

Dollmaker

Silence

Le Ventriloque

L'Effaceur

Duela Dent

Warren White

Carmine Falcone

Catgirl

Magpie

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Batgirl

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan

Partagez
 

 Une soirée tranquille ? - Pv Amy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 236
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptyMer 16 Oct - 20:54


Une soirée tranquille.


John était dans les rues de Gotham, principalement sous les rues de Gotham. Dernièrement des disparitions plutôt suspectes avaient été signalées. Le magicien se lançait donc à corps perdu dans les égouts de cette bonne vieille ville. Après une journée de traque il trouvait enfin le coupable, un démon qui avait décidé d'utiliser des gamins comme hôtes. Après de longues minutes d'affrontements, le magicien venait à bout de son adversaire. Le monstre était neutralisé, quelques gamins avaient la vie sauve, mais John ne restait pas pour attendre la police avec eux.

S'ils ne traînaient pas seuls dans ces rues, jamais ils n'auraient finis kidnappé par n'importe quelle merde que cette bonne vieille terre avait recrachée à la surface. Clairement vu la chose, du moins sa tronche c'était une merde, rien de plus. Etant donné qu'il ne sentait pas très bon il rentrait chez lui se laver. Une fois dans son appartement il remarquait le papier laissé par Amy, la belle vampire. Sur ce papier était noté son adresse, étrangement il le gardait précieusement. On ne pouvait pas en dire autant du reste de ses affaires.

Puis soudains une idée lui venait, un nouveau pub plutôt sympas avait ouvert en ville, avec des soirées musiques. Etant donné qu'elle aimait la musique au moins autant que lui il comptait lui demander si elle voulait l'accompagner. Ce soir c'était une soirée de lancement, rien de bien extraordinaire, mais suffisamment pour passer un bon moment. Sa décision une fois prise, il s'habillait de façon élégante. Oui c'était rare pour le british.

D'un claquement de doigt il rejoignait l'endroit où habitait la vampire. Une fois en bas, il arrangeait sa cravatte avant d'appeler la vampire. Le magicien faisait apparaître dans ses mains un bouquet de fleurs, dans ce bouquet étaient présentes des roses de couleur rouges. Pour peu qu'elle s'intéresse un minimum aux fleurs elle saurait ce qu'elles signifient. Ce n'était pas dans ses habitudes le romantisme il ne l'était pas souvent. Mais il savait comment s'y prendre.

Bonsoir belle vampire. Je venais voir si ça t'intéressais m'accompagner à une
soirée ?
Il y aura de la musique et une bonne ambiance, je suis en bas de chez toi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2484
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée || White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts. || Nouvelle médiatrice de Gotham
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Freya Nightsky, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman, Harvey Dent
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptyMar 22 Oct - 19:32




Une soirée tranquille


Un long soupir se fraya chemin entre tes lèvres. Après la chute des murs d’Arkham City, la vie avait repris son cours, tu avais remis en état la fleuristerie et ton salon de thé, mais tu avais, également, ouvert une petite clinique dans la porte à côté. À partir du moment où tu t’es mise à agir pour récupérer ce qui t’appartenait, la roue a commencé à tourner : si cet immense et long projet promettait d’apporter à la ville, aux gothamites et à la Nature moult bénéfices, ça n’allait certainement pas être de tout repos. Demander les permis et licences n’était pas le principal problème, mais gagner cette bataille contre la corruption et les rapaces qui voulaient anéantir ce rêve qu’ils disaient être utopique et non-rentable pour qui que ce soit – pour eux, surtout. Tu allais devoir faire jouer tes contacts et combattre le crime par le crime, si besoin.

Personne ne pourrait te détourner de ton but, mais tu ne voulais pas, non plus, mettre ton entourage en danger. Même si les habitants d’Otisburg et tes connaissances te soutenaient, ça ne serait pas suffisant pour éviter certains désagréments liés aux actions de certaines entreprises et ripoux de tous les milieux. Tu avais fini de faire de la paperasse et de préparer certaines pâtes pour les douceurs à enfourner au petit matin, raison pour laquelle tu t’étais permise de t’affaler sur le comptoir de la boutique, réfléchissant. Tes animaux avaient mangé, les plantes étaient arrosées, tu n’avais pas de commandes en cours et tu avais déjà de la nourriture – donc, nul besoin de chasser.

Un autre soupir t’échappa.
Tu détestais les soirs comme celui-ci. Ton esprit n’avait rien de profitable avec quoi s’occuper et tu avais tendance à te morfondre, à ressasser les problèmes, des éventuels contretemps et une chose menait à une autre, tu finissais par repenser aux gens que tu aimais et que tu avais aimé, au passé, à la souffrance que tu avais causé indirectement, à l’absence de tes êtres chers et à la crainte de perdre ceux qui t’étaient précieux, actuellement. Dessiner ne te distrayait pas suffisamment, alors, posant ton menton sur le comptoir, tu balayes les lieux du regard, avec nonchalance. Ton quartier était assez tranquille, et ce, malgré la criminalité et le grand nombre d’animaux qui vivaient avec toi. Le calme qui régnait dans ton bâtiment se mélangeait à des sons lointains, le rire de certains gangsters et des jeunes qui traînaient dehors, profitant de l’annulation du couvre-feu, la musique provenant d’un bloc d’appartements tout en haut de la rue, le moteur de quelques voitures, l’écho des sirènes qui s’éloignaient dans la nuit…

Tu entendais beaucoup de choses.
C’était difficile de parler de silence quand on avait les sens aussi développés que toi, mais c’était un fait : l’absence de bruit dans ton entourage, l’absence de mouvement, impliquait un grand calme – un silence relatif. Quelque part, c’était mieux ainsi, car tu ne supportais pas le fait de n’entendre que le bruit blanc du silence. Tu n’avais même plus de souffle ou de battements pour te hanter en l’absence de toute autre incarnation sonore.

Que faire ?
Jouer un peu de la musique, grignoter, aller faire un tour en ville ? Tu n’en savais rien. La clinique semblait bien se débrouiller sans toi, pour l’instant. Non. En ce moment même, tu éprouvais le besoin d’avoir un peu de compagnie – de la bonne. Tu voulais être auprès de ceux que tu aimais et, en y réfléchissant, il y avait bien quelqu’un que tu voulais voir plus que tout, maintenant : John Constantine. Même si tu n’avais pas eu beaucoup de temps pour toi pendant les sombres événements liés à la quarantaine, le visage du blond et le son de sa voix étaient souvent revenus dans ton esprit. John t’était très cher et tu n’arrivais pas à te résoudre à lui dire ce que tu éprouvais pour lui. Tu avais l’impression que si tu le faisais, ça pourrait gâcher votre complicité et ces tendres moments que vous passiez ensemble. L’Amour n’était jamais simple, pour toi, et ta sensibilité exceptionnelle rendait tes ressentis plus intenses et difficiles à gérer. Tu étais devenue maîtresse dans l’art d’enfouir et camoufler ce genre d’émotions, mais ton regard te trahissait toujours.

Pinçant tes lèvres, tu passas tes mains sur ton visage, couvrant tes yeux. Ce que tu éprouvais t’était précieux, autant les bons comme les mauvais sentiments, mais… ce serait tellement plus simple et moins douloureux de ne pas t’attacher à autrui, parfois. Ce n’est pas comme si tu avais vraiment des problèmes personnels, mais tu te prenais beaucoup la tête – trop, même. Dans certaines situations, tu pouvais faire preuve d’initiative et tu étais toujours une personne très franche, mais s’il y avait quelque chose que tu craignais plus que le silence, c’était de perdre ceux que tu aimais. S’ils mouraient naturellement, ça ne t’attristait pas, mais qu’on te les prenne, qu’on leur fasse inutilement du mal et/ou que tu sois la source indirecte de ce malheur t’anéantissait. Personne n’aurait cru qu’une femme aussi assurée et confiante que toi avait autant d’insécurités.

Afin de te changer un peu les idées, tu pris une grande assiette de biscuits et t’assis par terre, entourée par quelques-uns de tes enfants – et, en l’occurrence, c’étaient des chats et ton terra-nova. Entendre et sentir leur pouls, leur respiration et leurs ronronnements te détendait. Pendant que tu mangeais cette montagne de biscuits, tu te mis à les brosser, prenant ton temps, mais quelque chose finit par te distraire de cette plaisante et relaxante tache : la présence de l’homme qui occupait tes pensées. Non seulement il était près de chez-toi, mais il s’en rapprochait et, rapidement, le téléphone de la boutique résonna – te faisant sursauter.

John savait toujours comment te surprendre !
Rapidement, tu utilisas un vector pour décrocher l’appel et porter le combiné jusqu’à ton oreille. Même tes animaux purent sentir la joie et le plaisir que tu éprouvas pour le simple fait d’entendre sa voix. Puisque le rideau de fer était déjà baissé, tu te levas et déverrouillas télékinétiquement la porte de derrière – celle qui débouchait dans une ruelle entre ton bâtiment et celui de la clinique.

John~ Tu m’avais manqué. lanças-tu, d’une voix aussi douce que d’habitude, même si tu ne cachais pas ton enthousiasme. On ne dirait pas, mais il paraît que l’on peut entendre quand quelqu’un sourit, même à travers un téléphone ; si c’était le cas, tu espérais qu’il ne serait pas en mesure d’imaginer ce petit sourire amouraché qui avait fendu tes lèvres ni la teinte que tes joues avaient pris, pour accompagner l’ensemble. Bien sûr, mais entre ! Il ne doit pas faire particulièrement chaud, dehors. Tu peux passer par la porte de derrière. Elle se trouve dans la ruelle entre la clinique et la boutique – je l’ai déverrouillée. Je n’ai que pour quelques instants, mais tu peux monter, si tu veux. Juste en rentrant, prends les escaliers. Mon appartement est la première porte à droite.

Avec lui et pour lui, tu irais n’importe où.
Même jusqu’en Enfer.

Habituellement, tu serais sûrement sortie pour l’accueillir, mais qu’il apparaisse pendant que tu débattais intérieurement sur le fait de lui dire ou non ce que tu éprouvais et comment t’avait rendue un peu nerveuse. Certains diraient que tu agissais comme un petit chien qui venait de voir son propriétaire après une longue séparation, mais tu te sentais comme une lycéenne qui allait au bal de promotion avec le garçon qui lui plaisait et, même si tu avais déjà aimé auparavant, tu ne savais pas toujours comment t’y prendre. Tu voulais rester naturelle, mais tu ne voulais pas non plus être envahissante ou autres.

Non sans t’excuser avant, tu raccrochas et montas à l’étage rapidement pour aller te préparer. Tu avais entendu ses pas et, maintenant que tu y pensais, tu n’avais pas rangé ton humble demeure. Des livres, du matériel de dessin et des peintures traînaient çà et là, ainsi que quelques jouets de tes chats. Dans le coin cuisine, près de l’entrée, il y avait quelques douceurs et des friandises, tes instruments étaient près de la fenêtre, du côté salon. Il y avait beaucoup de vieilleries, des fossiles et autres choses du genre parmi la décoration. Puisque ton appartement était de disposition ouverte, il semblait être beaucoup plus grand qu’il ne l’était, mais on pouvait dire que tu ne manquais pas d’espace. Il y avait deux chambres et une salle de bain complète – non loin de laquelle se trouvait ta chambre.

Je suis désolée de ne pas être sortie t’accueillir, je ne voulais pas te faire attendre outre-mesure. Veuille excuser le désordre, depuis ce matin, je ne suis pas encore venue à l’appartement. Je t’en prie, fais comme chez-toi. prétextas-tu, lorsque tu l’entendis entrer, tout en fouillant ton dressing. Ce n’était pas un mensonge, ni une simple excuse, mais tu ne voulais pas qu’il te voie aussi gênée et nerveuse. Comment vas-tu, sinon ?

Ce n’était pas habituel que tu peines autant à savoir comment t’habiller et tu as certainement tardé plus à choisir qu’à enfiler l’ensemble et te coiffer pour l’occasion. Tu n’étais pas adepte du maquillage, mais il arrivait que tu portes du rouge à lèvres – ce que tu avais opté de faire, ce soir : tu avais en pris un rouge sang, auquel tu ajoutas une couche de gloss transparent pour le rendre brillant et le sceller – faisant qu’il dure plus de temps et qu’il ne tâche pas. Avoir des pouvoirs psychiques était un avantage quand on avait les cheveux aussi longs et qu’on préférait certains styles vestimentaires. Te coiffer fut très rapide, tout comme lacer et ajuster ton corset. Ça ne te prit que quelques minutes et, après avoir mis une paire de chaussures à talons arborant les couleurs de ta tenue, tu sortis de ta chambre et rejoignis le magicien.

Tu étais un peu plus détendue, mais la couleur de tes yeux était plus claire que d’habitude : ils arboraient une tendre couleur rose glacé avec le contour des pupilles améthyste. Tes prunelles accrochèrent le regard du blond, laissant qu’un de tes plus beaux sourires fende tes lèvres. Discrètement, tu le détaillas comme si c’était la première fois que tu le voyais.

Tu es très élégant, ma foi. Ces habits tes siéent. soufflas-tu, t’approchant de lui. Tes yeux se posèrent sur le bouquet qu’il t’apportait et tu ne pus t’empêcher de rougir légèrement. Délicatement, tu posas l’une de tes mains sur les siennes, effleurant les fleurs avec l’autre. Veillant à ne pas les abîmer, tu eus l’audace de l’embrasser sur la joue, le saluant en bonne et due forme avant de le remercier : Elles sont magnifiques… Merci beaucoup, John.

Avec la hâte, tu n'avais pas encore demandé où alliez vous vous rendre, mais, au vu de sa tenue, il y avait des chances que ce soit un endroit chic. Tu lui faisais confiance, s'il disait qu'il allait y avoir de la bonne musique et ambiance.



Tenue d'Amy:
 


Dernière édition par Amerlyllian Die Rosenberg le Mer 13 Nov - 21:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 236
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptyMar 12 Nov - 17:44


Une soirée tranquille ?


Le magicien n'avais pas prévu de chasse aux démon ce soir, dernièrement il se sentait bien. Depuis sa nuit avec la belle vampire il voulait absolument la revoir, cette femme était l'une des plus adorable qu'il avait rencontré. Gentille comme tout, elle lui ressemblait tellement, d'ailleurs il ne savait pas s'il devait trouver ça étrange ou non. En tout cas ce soir il était là, il avait réservé un restaurant, oui John Constantine préparer un rendez-vous. Lui-même s'étonnait, mais pour elle il ferait n'importe quoi, même se laisser emprisonner au purgatoire. Après son coup de fils John se rendait compte qu'elle semblait apprécié la demande, ça lui faisait plaisir, mais comme à son habitude il le cachait bien, pas encore habitué.

Après avoir raccroché il suivait son indication, il passait derrière le bâtiment, où se trouvait une porte ouverte. John entrait, montait les escalier et ouvrait la porte de l'appartement, en entrant il tombait sur elle. Cette femme si belle, qui avait le dont de le rendre inoffensif, en temps normal il aurait rebroussé chemin pour ne pas favoriser un tel point faible. Mais il emmerdait le temps normal, cette fois il avait envie d'être avec elle. En entrant il remarquait aussi que la maison était désordonné, un peu comme chez lui en plus mignon.

Ne t'en fais pas ma belle. Puis te souviens-tu de mon appartement ? Je serais mal venu de te reprocher quoi que ce sois. Puis pour toi j'endurerais ça, même si je dois dire que c'est compliqué.


Un sourire était présent sur son visage, un petit peu d'humour ne faisait pas de mal, puis il savait qu'Amy comprendrait la blague. Soudains les mains froides mais chaleureuses de la vampire venaient se posées sur celle du magicien, cette sensation agréable. Il s'en souvenait encore, la nuit qu'ils avaient passé ensembles lui revenait en tête. Rien de sexuel pour une fois, mais tellement d'amour, cette femme lui avait fais baisser sa garde et rien que pour ça elle méritait son attention. Ses yeux avaient changés de couleur, plus clairs que d'habitude, mais les yeux bleu du magicien ne la lâchaient pas.

Ma foi je vais plutôt bien. Te voir me fais beaucoup de bien. Et toi comment te portes-tu depuis la dernière fois ? Et pas de quoi pour les fleurs c'est avec plaisir.

John rendait son bisous doucement à la vampire, gardant l'une de ses mains froide et douce. Il la lâchait pour qu'elle puisse terminée de se préparée, une fois fais ils pourront rejoindre leur table et leur dîner. Ce soir John avait prévu de se confier à la belle vampire, en espérant que ce serais réciproque.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2484
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée || White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts. || Nouvelle médiatrice de Gotham
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Freya Nightsky, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman, Harvey Dent
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptyJeu 14 Nov - 16:39




Une soirée tranquille


La blague du magicien te fit discrètement glousser : en effet, tu te rappelais de l’état de son appartement, le soir que vous avez passé ensemble. Ces derniers mois, sa voix, son doigté au piano et sa chaleur corporelle traversèrent plusieurs fois dans ton esprit, même si tu n’avais pas vraiment eu de temps ni le courage à t’accorder – à vous accorder. Sur cette pensée, tes joues rosirent davantage, mais tu fis de ton mieux pour ne pas trop t’y attarder. Tu ne voulais pas que ce que tu éprouvais ressorte et, même si tu étais aussi naturelle et avenante que d’habitude, la couleur de tes iris te trahissait ouvertement. Heureusement que l’anglais ne connaissait pas encore ton code de couleurs et que tu n’avais pas remarqué ce détail sur la glace –  autrement, tu serais plus que gênée.

Ne pas pouvoir se regarder dans le miroir serait un handicap pour beaucoup de femmes et, même, pour les hommes. Contrairement aux mains, la télékinésie était un outil précis et ne nécessitait pas de vérification, puisque tu savais très bien ce que tu voulais. Tu avais une grande confiance en toi et tu savais porter tout ce avec quoi tu t’habillais. Ceci dit, il pouvait toujours y avoir des petits oublis ou des imparfaits et, à moins qu’on te les fasse remarquer ou que tu daignes te créer un reflet pour l’inspecter rapidement, tu ne pourrais pas le savoir. Alors, même si tu estimais être prête, tu préférais vérifier, toujours, une dernière fois juste avant de quitter ta demeure. Ce soir, il faut dire que tu t’étais préparée assez vite puisque tu ne voulais pas faire attendre ton cavalier.

Lorsqu’il te rendit le baiser, ton sourire s’élargit.
Malgré la maturité présente dans ton regard, ton visage était empreint d’une certaine innocence et d’une grande tendresse. Le laissant tenir brièvement ta main, gardant le bouquet dans l’autre, tu soutins son regard, tout en utilisant la télékinésie pour dégotter un vase sur une étagère du salon et commencer à le remplir d’eau.

Je me porte assez bien, ma foi. Ces temps-ci, j’ai eu beaucoup à faire, à assimiler et, avec la chute d’Arkham City, d’autres projets ont pu démarrer. répondis-tu, avant qu’il ne lâche ta main. Affichant un petit air coupable, tu poursuivis – baissant un peu la voix : Je m’en veux de ne pas t’avoir appelé, ne serait-ce que pour prendre des nouvelles, mais je n’ai pas souvent eu l’occasion de me trouver près du téléphone, jusqu’à présent.

Tu ne mentais pas, mais il est vrai que les rares fois que tu avais un peu de temps pour appeler, tu n’en avais pas non plus eu le courage ou tu étais trop fatiguée pour y songer. Avec la clinique qui tournait jour et nuit, sans pause, ainsi que le reste de tes activités et affaires, ce n’était pas évident. Parfois, tu prenais des nouvelles de tes amitiés et tes connaissances à ta façon, usant de tes informateurs et tes dons, mais ça en restait là. Rapidement, tu rajustas ta tenue à l’aide ta main libre et de tes vectors, allant soigneusement glisser le bouquet de roses dans le vase. Ces fleurs allaient fièrement couronner le comptoir de ta cuisine pendant un temps indéfini – tu n’étais pas prête de les laisser se faner.

D’un pas léger, tu t’approchas des canapés et balayas les lieux du regard.
Aussitôt, tu repéras une aumônière en satin, noire, avant de retourner auprès du trentenaire.

Je suis toute à toi, John. fis-tu, t’accrochant doucement à son bras.

Tu aurais pu demander où vous alliez, mais tu préférais qu’il te fasse la surprise.
Et, en un clin d’œil, avant que tu n’aies pu réaliser ce qui se passait, vous vous êtes retrouvés dans une ruelle proche de votre destination – en plein cœur du Fashion District : il vous avait téléporté. C’était la première fois que tu vivais une telle expérience et il faut avouer que ça t’avait procuré une sensation étrange – presque désagréable, mais tu pourrais rapidement t’y faire. D’autres, auraient certainement vomi lors de leur première téléportation, mais pas toi. Au lieu de cela, tu avais instinctivement serré le bras du blond, le pressant contre ta poitrine.

Depuis votre position, tu pouvais entendre la musique du local auquel vous vous rendiez. Il se trouvait à quelques mètres, une rue plus loin, donc vous n’avez pas eu à marcher beaucoup. Malgré tout, cette petite promenade, tenant le bras du magicien, avait été plus que plaisante. S’il t’avait fait marcher davantage, ça ne t’aurait pas pour le moins dérangé. Le sourire aux lèvres, vous avez fini par entrer dans un nouveau restaurant musical qui avait ouvert, où on jouait du jazz-rock et du groove, entre autres. Tu adorais ce style musical. Ce fut une agréable surprise qu’il décide de t’amener dans cet endroit. Puisqu’il avait réservé, quelqu’un vous accompagna jusqu’à votre table. Cette dernière était plutôt bien placée, ni trop loin, ni trop près de l’endroit où se produisaient les musiciens. L’éclairage n’était pas agressif, mais tu n’avais pas pensé à te munir de lentilles qui puissent cacher les changements que toute cette lumière provoquait dans tes yeux ; en l’occurrence, tes pupilles n’étaient plus que des fines fentes, mais tu espérais que le personnel n’en tiendrait pas rigueur – l’homme qui vous accompagna, du moins, ne sembla pas s’en préoccuper, ce qui te rassurait. Tu n’étais ni la première ni la première personne au physique peu conventionnel que le personnel voyait.

Vos chaises étaient placées de façon à ce que vous soyez l’un à côté de l’autre et que vous puissiez voir ce qui se passait sur scène – comme la plupart des autres tables de deux ou trois sièges. Lâchant le bras de ton accompagnant, tu le remerciais d’un petit sourire pour avoir tiré ta chaise avant de t’asseoir poliment. Un vampire normal aurait, certainement, décliné ce genre d’invitations, puisqu’ils n’avaient aucun intérêt à se rendre dans un restaurant. À titre personnel, tu ne pouvais que le comprendre, mais, contrairement à eux, tu n’avais pas entièrement perdu le goût pour la nourriture humaine, car tu conservais le goût pour les douceurs et une bonne partie des boissons. Le reste, hélas, était fade. Ce n’était que des cendres ou du sable dans ta bouche. Toutefois, si tu avais accepté cette invitation, ce n’était pas pour ce que tu pourrais goûter en ces lieux, non. C’était, principalement, parce que tu pouvais passer du temps de qualité avec John et écouter de la bonne musique.

J’avais entendu qu’ils allaient ouvrir, mais je ne pensais pas avoir l’occasion de venir, un jour. Cet établissement est magnifique… Il me fait penser aux établissements d’autrefois. commentas-tu, balayant les lieux du regard. Doucement, tu posas ta tête contre son épaule, levant les yeux vers lui. Pendant quelques secondes, tu observas l’anglais, avant le remercier dans un souffle : Merci de m’avoir invitée, John.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 236
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptyVen 22 Nov - 22:38


Une soirée tranquille ?


La voire procurait une certaine joie chez le magicien, des sentiments qu'il n'avait plus ressentis depuis un bon petit moment. Avec elle c'était comme s'il pouvait se permettre Amy était une femme forte, qu'il n'avait pas besoin de protégée en permanence. De plus elle avait ce certains pouvoir, qui faisait en sorte que John se sente bien prêt d'elle. Comme si elle pouvait effacée momentanément toutes les merdes de ces dernières années, cette femme était unique et il en avait conscience. La voilà prête toute belle, l'une des plus belle femme que John ai connu, si ce n'est la plus belle, ce charme vampirique la rendait incroyablement séduisante.

Le sourire présent sur son visage montrait qu'elle était contente de le voir, ça le rassurait, rares étaient les personnes aimant sa compagnie. Bien au contraire, la plus part du temps les gens le fuyaient comme la peste. Même s'ils n'avaient pas vraiment tort, le magicien souffrait en silence de cette solitude. Mais ce soir il devait penser à autre chose, il devait sortir avec Amy. Une fois la vampire accrochée, John les téléportait à Fashion district. Un endroit où il avait réservé une table pour deux dans un restaurant plutôt sympas, du moins sur le papier.


L'ambiance était plutôt sympas, la musique avait déjà commencée, en entrant un homme les guidait jusqu'à leur table. Les deux partenaires prenaient place, le magicien commandait à boire pour les deux. Il n'était pas doué pour ce genre de rendez-vous, il buvait écoutant la musique. Sa veste posée sur la banquette, il regardait de temps à autres sa partenaire. Elle semblait ravie d'être là, c'était le principal, la bouffe il s'en moquait pas mal, lui voulait juste passer une soirée avec elle. Loin de tout ses tracas habituels.


Je connais bien le directeur, c'est un homme à qui j'ai rendu service. Quand je lui ai parlé de toi il m'a tout de suite proposé de nous organisé une soirée. D'ailleurs je ne sais pas si tu as remarqué, mais personne n'est là. Cet endroit est rien qu'à nous pour ce soir et aussi longtemps qu'on le veux.

La vampire posait alors sa tête contre son épaule et le regardais avec ces beaux yeux, qui visiblement avaient encore changés de couleurs. Avaient-ils un rapport avec ses émotions ? Possible, en tout cas il comptait bien passer du temps avec elle. D'un geste lent et plein de tendresse il balayait la joue de la vampire du bout des doigts, sa main toute calleuse touchait la peau douce de sa partenaire. Ses yeux bleus tombaient dans ceux de la vampire, avant de l'embrasse sur le front.

Avec plaisir ma belle. Je comptais bien ne pas en rester à notre dernière soirée, bien qu'elle fût agréable. Disons que depuis ce jour là tu m'as marqué. Je ne saurais pas le dire, mais tu as ce truc qui fait que j'ai envie de passer tout mon temps avec toi.

Tu vas sans doute trouver ça fleur bleue, mais soit, je suis prêt à endosser ce rôle.


Finissait-il, puis il faisait un clin d'oeil, accompagné d'un sourire dont lui seul avait le secret. Maintenant il attendrait de voir comment allait continuer cette soirée si bien commencée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2484
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée || White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts. || Nouvelle médiatrice de Gotham
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Freya Nightsky, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman, Harvey Dent
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptyMar 26 Nov - 18:43




Une soirée tranquille


John n’avait pas lésiné sur l’organisation de cette soirée et tu ne pouvais pas t’empêcher de te sentir un brin nerveuse. Pas dans le mauvais, mais dans le bon sens : il te faisait sentir comme une enfant qui, au matin de Noël, découvrait que son sapin était enseveli de cadeaux en tout genre. Tu te sentais spéciale, aimée et en sécurité quand tu étais auprès de lui et on ne pouvait pas dire que tu éprouvais souvent ceci. Tu étais forte, certes, à ta façon, mais ça ne t’empêchait pas d’éprouver tes propres insécurités. Tu n’arrivais pas à lire dans son esprit aussi bien que tu l’aurais fait avec une personne lambda, mais tu n’avais pas besoin de le percevoir pour voir à quel point il t’appréciait. Il se démenait pour toi, pour votre rendez-vous, mais tu étais loin d’imaginer ce qu’il éprouvait réellement à ton égard. Tu estimais être assez discrète et réservée sur tes propres émotions, mais… avait-il remarqué quelque chose ? Avait-il remarqué et/ou fait le lien entre certaines de tes émotions et la couleur de tes yeux – surtout, en sa présence ?

Ce tendre rose qui s’était installé dans tes prunelles n’allait certainement pas quitter ton regard avant longtemps. Ceci dit, puisque ce semblant d’équilibre qu’il y avait dans ta psyché avait été perturbé par le lieu de votre rendez-vous et l’intérêt que ton partenaire suscitait en toi, l’un de tes yeux changea partiellement de couleur ; tandis qu’un demeurait rose et améthyste, l’autre avait remplacé cette dernière teinte par du doré, flamboyant et brillant, se dégradant subtilement, comme le ciel aux aurores.

Tu ne touchas pas directement à la boisson que ton partenaire avait commandé, profitant plutôt de sa présence et de la musique. Lorsqu’il vint caresser ton visage, tu posas l’une de tes mains sur la sienne, la pressant instinctivement contre ta joue – sans le quitter du regard. Sa main était forte et calleuse, mais tu ne pouvais qu’apprécier son toucher. Sa peau était chaude et des nuances de tabac et nicotine se menaient, entre autres, à son odeur naturelle. Cette odeur rassurante qui t’avait autant manquée que sa présence. De par ta naturalité et ton calme apparent, ton attitude pouvait sembler ambiguë, mais, par moments, on pouvait se douter que cet homme comptait énormément pour toi. Puisque tu as toujours agi ainsi auprès de lui, tu ne savais pas s’il l’avait remarqué, mais certains l’avaient compris dans ton entourage. D’un point de vue externe, on pouvait, même, penser que vous étiez un couple normal – le démentir était bien plus étonnant, pour autrui.

Lorsqu’il embrassa ton front, tu fermas instinctivement les yeux, profitant de ce bref instant qui se grava aussitôt dans ta mémoire. À l’entente de ses propos, un sourire empreint d’une grande tendresse étira tes lèvres. Tu étais heureuse et, d’une certaine façon, confuse de l’entendre dire qu’il était prêt à endosser CE rôle. Bien qu’il l’avait dit sur un ton de plaisanterie, si ton cœur battait toujours, il aurait sûrement manqué un battement avant de s’accélérer. Tu ne pouvais pas le prendre au sérieux, puisque tu avais l’impression de te faire des idées, que ton jugement soit faussé à cause de tes propres ressentis... Sur ces pensées, tu lâchas sa main, sans éloigner ta tête de son épaule. Tu craignais te tromper, perdre cette relation et cette complicité que vous aviez ou qu’il y ait un malaise, mais, surtout, tu craignais que ta compagnie puisse mettre celui que tu aimais en danger. Tu voulais croire que ce n’était ni ne serait pas le cas, car tu connaissais sa réputation et, en partie, partie sa puissance, mais le Destin a toujours aimé te faire des coups fourrés.

En temps normal, tu n’oserais pas faire le pas.
Pas même, en étant sûre et certaine vis-à-vis des ressentis du magicien, mais tu hésitais sérieusement à lui faire part de tes sentiments. Son sourire avait le don de chasser tes inquiétudes et de te faire fondre. Vous aviez droit au bonheur. Vous aviez le droit d’aimer et rien ni personne pourrait vous l’enlever, malgré vos mésaventures et vos pertes… Ce n’était pas parce que l’on est immortel ou éternel qu’on doit s’isoler et couper tout lien avec nos contemporains. Bien au contraire, s’il fallait apprendre à garder une certaine distance avec les mortels, il faut également savoir apprécier le temps que l’on passe auprès d’eux. Tu l’ignorais encore, mais John Constantine ne pourrait que comprendre et compatir sur ce point-là. Il était encore jeune, mais, à moins que quelqu’un abrège ses jours par des moyens qui puissent vous dépasser, il risquait de vivre bien plus longtemps qu’un humain normal – ça, au moins, tu le sentais. Ainsi, tu décidas de faire comme tu avais fait jusqu’à présent : rester naturelle et essayer de ne rien laisser paraître, tout en faisant preuve d’humour.

Je suis ravie d’apprendre que tu envisages d’adopter un vampire de compagnie. soufflas-tu, gloussant avant de boire une gorgée du whisky qu’il vous avait commandé. Tu n’imagines pas à quel point tu m’as manqué, toi aussi. Nous pouvons passer tout le temps ensemble que tu désireras, désormais. ajoutas-tu, élargissant ton sourire. Tu marquas une courte pause, tapotant l’une de tes cuisses du bout des doigts – au rythme de la musique. D’ailleurs, John : qu’est-ce que tu deviens, depuis ce soir-là ? Tu n’as pas eu trop de soucis ou de travail ? Un ami de longue date m’a récemment fait part de la hausse non-négligeable de l’activité… paranormale – si puis-je dire. Quelque chose semble se préparer, à mon avis… Les âmes qui errent parmi nous sont agitées.

Même si tu étais curieuse, tu ne voulais pas vraiment le faire parler de son travail. Bien que tu avais songé à lui demander quel genre de service avait-il rendu au directeur de cet établissement, tu l’omis – estimant que ça ne te concernait pas. Tu voulais, surtout, savoir comment il se passaient les choses et s’il n’avait pas eu de problèmes entre temps. Tu étais au courant pour l’affluence des démons et d’autres créatures que les humains qualifieraient de nocives. Même les esprits semblaient s’agiter depuis quelque temps et, plus vous vous approchiez du nord du Westside, pire c’était.

Aux côtés de cet homme, chaque instant était agréable et précieux.
Cette soirée était une bonne occasion pour vous connaître davantage.
Avec lui, autant le silence comme la conversation étaient plaisantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 236
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy EmptySam 7 Déc - 13:51


Une soirée tranquille ?


Le magicien était bien là, la musique qui passais était agréable, l'ambiance de ce petit restaurant était chaleureuse. Dans ses goûts, pas comme tout leur nouveaux pub, qui passe de la musique à peine supportable pour le commun des mortels. Le serveur déposait une bouteille de whisky en bon gentleman il lui servait un verre, puis il s'en servait un. La présence de la vampire aidait John, elle avait se pouvoir de le mettre à l'aise facilement. D'ailleurs en tournant la tête vers sa compagne il remarquait que la couleur de ses yeux avait changée.

Il ne savait pas ce que ça signifiait, mais ce n'était pas la première fois. Comme si ses émotions jouaient dessus. Il n'en avait aucune idée, à l'occasion il lui posera la question, ce sera plus simple. Pour ce soir profité d'elle était son objectif. John gardait la main de sa partenaire dans la sienne, il la caressait légèrement avec son pouce. Puis les musiciens arrêtaient pour changer de musique. Amy lui posait des questions, en effet ces derniers jours beaucoup de démons et créatures en tout genre arrivaient en ville. D'ailleurs le magicien ne savait pas comment l'expliquer, mais quelque chose puait cette histoire allait leur tomber sur le coin de la gueule.

Tes sources ont raisons. En ce moment beaucoup de démons et autres créatures traînent dans Gotham. Ca ne me plaît pas, habituellement ce genre d'événement signifie la présence d'une entité bien supérieure ou le début des emmerdes. Ils vont souvent ensemble.

Depuis l'autre soir ça va, je prend soin de mon cancer comme dirais l'autre. Pour le moment rien qui devrais m'inquiéter. Mais ça ne va pas durer. Ca ne dure jamais.

Bon tu es adoptée alors. Je veux passer le reste de mon temps avec toi. Ca c'est une certitude et e n'est pas sur le ton de l'humour cette fois.


Sa réponse était à la limite du pessimisme, mais c'était la dure réalité. Amy le savait, contrairement à ce que certains pensaient ce n'était pas tout blanc ou tout noir. Bien souvent c'était un gris dégueulasse, qui vous pesais sur la conscience. Mais ce soir pas de mauvaises ondes, rien à foutre de l'enfer. Il était avec elle et c'était le plus important, après quelques secondes de blanc, il se levait. Ne disant rien il allait sur scène, enfilait une guitare électrique autour de son épaule avant de se poser devant le micro.

Chanter et jouer de la musique un des passe temps préférer du magicien. Doucement il grattais les première notes, puis commençais à chanter. Cette chanson il l'appréciait, surtout le groupe qui la jouais. Après avoir indiqué aux musiciens ce qu'il comptait faire le début de la chanson commençait.

Sitting here wasted and wounded
At this old piano
Trying hard to capture
The moment this morning I don't know
'Cause a bottle of vodka
Is still lodged in my head



Sa voix légèrement rauque, mettais du temps à s'échauffer. Mais une fois lancé c'était partit, le voilà entrain de jouer pour elle. Encore une fois, ce soir il avait bien l'intention de lui avouer ses sentiments, il la voulait avec lui pour toujours.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une soirée tranquille ? - Pv Amy   Une soirée tranquille ? - Pv Amy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée tranquille ? - Pv Amy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Bleu Du Soir
» Soirée Pear Jam à Lausanne - 2 mai
» Soirée Cabaret
» Orages demain soir?
» Petits points du soir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Burnley :: Otisburg :: Ephemeral Garden-