Forum Jeu de Rôle Batman



Harriet Pratt

Copperhead

Lady Shiva

Clayface

Bronze Tiger

Clock King

Maxie Zeus

Le Ventriloque

Lynx

Baby Doll

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Man-Bat

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Katana

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan
Derniers sujets
» Loup y es tu?
La main charitable EmptyAujourd'hui à 0:14 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Votes du forum
La main charitable EmptyHier à 22:17 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Concours #7 : Solstice d'été
La main charitable EmptyHier à 12:49 par Thomas Silent / NightLaw

» Marvel Comics
La main charitable EmptyHier à 11:57 par Invité

» La main charitable
La main charitable EmptyMer 17 Juil - 17:50 par Amerlyllian Die Rosenberg

» White night, quiet night. [Pv John Constantine]
La main charitable EmptyMer 17 Juil - 1:07 par Amerlyllian Die Rosenberg

»  ☠ La Liste Noire : WANTED ☠
La main charitable EmptyLun 15 Juil - 0:29 par Roman Sionis/Black Mask

» Moyens détournés (John Constantine)
La main charitable EmptySam 13 Juil - 23:23 par Selina Kyle / Catwoman

» [Infos] Le Système de Réputation
La main charitable EmptySam 13 Juil - 21:49 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Les ombres des égouts (PV Amerlyllian die Rosenberg)
La main charitable EmptySam 13 Juil - 20:54 par Amerlyllian Die Rosenberg

» The Faces of Justice. (Pv Catou et Carrie)
La main charitable EmptySam 13 Juil - 19:01 par Selina Kyle / Catwoman

» Journal de bord d'un chasseur de démon - John Constantine
La main charitable EmptySam 13 Juil - 15:51 par John Constantine

» Idiocracy c'est nous ? ? ?
La main charitable EmptySam 13 Juil - 11:48 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Pour une poignée de fric ...
La main charitable EmptySam 13 Juil - 3:09 par Roman Sionis/Black Mask

» Margaret Pye / Magpie
La main charitable EmptyVen 12 Juil - 22:54 par Roman Sionis/Black Mask

» Robin Hood and the Fair Lady
La main charitable EmptyJeu 11 Juil - 19:31 par Damian Wayne / Robin

» Père et fils
La main charitable EmptyJeu 11 Juil - 19:07 par Damian Wayne / Robin

» A Gala, Some Politics And a Bat
La main charitable EmptyJeu 11 Juil - 3:19 par Jack P. Crawley

» Grand-duc et Rouge-gorge
La main charitable EmptyJeu 11 Juil - 3:02 par Tim Drake / Red Robin

» Les titans de Gotham
La main charitable EmptyMer 10 Juil - 20:35 par Bane


Partagez
 

 La main charitable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Indépendant(e)
Féminin Messages : 155
Date d'Inscription : 20/10/2018
Localisation : Quelque part

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Sorcière
☠ Relations conflictuelles :: ► Amanda Waller.
♣ Vos Alliés : : ► Je crois que j'en ai... pas beaucoup ?
June Moone
June Moone
MessageSujet: La main charitable   La main charitable EmptyDim 16 Juin - 15:57

Vous avez déjà souffert d'une faim à vous en dévorer les doigts ? Moi non plus, par contre je dois avouer avoir suffisamment la dalle pour regretter Belle Reve. Cette charmante prison avec son odeur de sang sécher et son réveil par choc électrique, histoire de vous stimuler de bon matin. Finalement ça me manque pas. Et vous avez déjà souffert d'une infection interne ? Sentir que votre utérus est en train de prendre cher, probablement en train de pourrir jusqu’à ne ressembler qu’à une masse gélatineuse verdâtre ? Non ? Ben moi je le ressens actuellement. A me maintenir contre cette main charitable rencontré dans un parc, au cœur d'Arkham City et en face de ce qui devait être un jardin.

J’étais fiévreuse, si fiévreuse que rien ne semblait concrètement réel. La porte que je traversais n’était pas réelle, les gens en recherche d'un abris n’était pas réels, l’odeur suspendue dans l'air non plus n’était pas réelle. Le bruit de mes pas était étouffé dans la cacophonie qu’était mon esprit au bord de l’affaiblissement total. Waylon, les égouts, quelque part dans ce réseau puant et gluant. Il devait m'attendre, j’espérais qu'il m'attendait et qu'il ne m’avait pas enterré trop tôt. Les bourdonnements de diverses notes mentales, trop chaud, trop mal, trop froid, trop puant, pas assez de temps. Dormir, oui dormir en faisait partie. Et bien sur… elle. A me griffer les épaules avec ses serres, à rentrer ses doigts dans ma peau. A susurrer, murmurer à mon oreille directement, chacun des mots me vrillant un peu plus le cerveau.

Pauvre petite idiote de June Moone. À se laisser ainsi traîner dans un lieu d'une parfaite inconnue. Ne sens-tu pas l'odeur de la mort qui l’empeste ? Ne sens-tu pas que chaque sac de chair présent en ce lieu pourrait te déchirer à la première occasion ? Ne ressens-tu pas que la tapisserie des horreurs était en éveille en cette bâtisse chargée d'une histoire fantasmatique ? Alors, oui, non et je m'en fous. Je m'en fous parce que la sensation de mon corps lourd sur ce lit était divine. Je m'en fous parce que je suis perdue trop loin dans mon esprit. Je m’en fous parce que je peux enfin me poser, sans craindre que Waller ne se pointe dans l’immédiat. Je peux prendre le temps de respirer… J'avais la bave qui commençait doucement à couler du coin de ma bouche tellement la fatigue me pesait.

Et pourtant je restais éveillée, parce que ses griffes parcouraient mon dos pour laisser leurs traces. Je pouvait sentir le sang commencer à couler, mais était-ce même réelle ? Était-ce un de mes nombreux rêves tous plus glauque les un que les autres ? Je ne pouvais pas vraiment le décider, parce que je l'entendais encore et toujours murmurer. Que son Dieu reptilien ne pouvait l'avoir oublier elle, qu'il devait provoquer mort et désolation, permettant de laisser flotter des âmes en tourment pour sa grande armée de désolation qu'elle déverserait sur le monde. June Moone devait avoir hâte que sa colère millénaire rase ce monde pour ne laisser qu'un os à ronger, cet os servant à faire miroiter l'espoir d’un repas au sac de chair auquel serait réduit Amanda Waller. Que c’était tentant dit comme ça… Mais…

« Ferme-la, j'ai besoin de dormir… » Ma voix était râpeuse, mes yeux vitreux et luisant parfois au vert. J’étais dans cette situation, celle où je suis en train de perdre pied mais pas totalement, celle où je ne suis que l'ombre de moi-même mais où j’ai la jugeote de ne pas écouter le machin qui continuait de me griffer sur le corps. J’étais… un zombie. Un zombie aux capacités réactives limitées, un zombie qui voyait floue. Un zombie qui devait dormir mais n'y arrivait pas. J'entendais des aller-retour, j'entendais que je n’étais pas entièrement seule mais je sentais également le poids de l’Enchanteresse sur mon corps, le rappel constant qu'elle était là et qu'elle veillerait à ce que je ne trouve pas le repos.

Et ce tout en me mordillant le sommet de l'oreille droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: La main charitable   La main charitable EmptySam 22 Juin - 14:49





La main charitable


Retourner dans Arkham City ne fut pas un exploit, mais faire entrer ta nouvelle patiente à l’intérieur du bâtiment, sans que personne vous ait vues faire, ça le fut. Tu optas pour la faire passer par la porte arrière, celle qui donnait directement à l’entrée de la cuisine et des escaliers qui menaient à l’étage. Il y avait pas mal de monde, ce soir, mais vous avez eu de la chance en rejoignant le petit studio annexe à ton appartement. Tu y déposas la rousse, fermant les rideaux. Tu n’avais pas besoin de lumière pour voir, tu étais nyctalope. Ceci dit, tu pris le temps d’allumer quelques bougies loin de la portée de ta cadette, avant de retirer ton masque et tes gants. Tu les fis léviter jusqu’à une chaise qui se trouvait à proximité.

Les constantes vitales de ton invitée étaient anormales, son pouls était rapide, sa respiration aussi faible que saccadée et elle était aussi pâle que moite – ce qui trahissant la fièvre provoquée par l’infection qui la rongeait dès l’intérieur. Si tu avais été quelqu’un de normal, tu ignores si tu aurais été en mesure de l’aider en quoi que ce soit. Les médicaments, à ce stade-là, ce n’était pas sûr que ça soit utile. On aurait, peut-être, cherché à lui faire une hystérectomie totale pour assurer sa survie. Dans son état second, même si elle semblait avoir trouvé un certain confort sur ce lit bien douillet, quelque chose ou quelqu’un semblait la tourmenter. Sa voix s’éleva brièvement et difficilement, mais tu ne parvenais pas à te sentir concernée par ce qu’elle disait – ça ne t’était pas adressé. Peut-être qu’elle parlait à quelqu’un qu’elle seule pouvait entendre ? Sa présence, en tout cas, était étrange et, si tu n’avais rencontré des individus aussi complexes, tu ne te serais doutée de rien. Quelque part, ça te rendait curieuse et, en même temps, ton instinct te disait de ne pas souhaiter de rencontrer quiconque perturbait le calme de cette femme.

Quoi qu’il en soit, tu la déshabillas et mis ses habits à laver avant de prendre une bassine avec de l’eau tiède chaude – assez pour rafraîchir la jeune femme, la laver et l’aider à combattre la fièvre, le temps que tu la soignes. Une bonne hygiène était importante, car elle contribuerait à son rétablissement et son repos. Même si tu t’y prenais avec soin, tu le fis assez vite, avant de poser un linge frais sur le front de la rousse. Pour qu’elle n’attrape pas froid et qu’elle se sente mal à l’aise, si elle reprenait conscience pendant le processus, tu la couvris d’un drap fin et léger, glissant tes mains sous ce dernier, les posant sur son bas-ventre. Ta peau était glaciale, mais douce, ce qui devait contraster avec ce qu’elle éprouvait. Au contact, tu eus une série d’images en tête, certaines plus floues que d’autres, distordues, comme si quelqu’un ou quelque chose voulait t’empêcher de lire en elle. Tu parvins, ceci dit, à apprendre quelques détails au sujet de cette femme : elle s’appelait June, elle avait récemment été enceinte et on l’avait forcé à avorter. Tout était tellement vague… C’était rare que tu peines autant à créer une connexion avec quelqu’un et, surtout, que tu te sentes expulsée d’une vision. Des yeux verts brillants dans l’obscurité, ce fut la dernière chose que tu vis.

Il devait y avoir quelqu’un en elle.
Quelqu’un qui n’appréciait pas les intrusions.

Afin de pouvoir mieux la soigner et la réhydrater, tu versas un peu de ton sang dans sa bouche avant de lui donner un fond de verre avec de l’eau, l’aidant à le boire, peu à peu – ce ne fut pas évident, elle nageait en plein délire. Une fois ceci de fait, tu posas de nouveau tes mains sur son bas-ventre pour utiliser la biokinésie, cette fois-ci. Lentement, mais sûrement, tu commenças à guérir et régénérer les organes touchés par l’infection. Ton sang servait de catalyseur, mais d’autant plus, qu’il permettait à son corps de dévorer les agents infectieux et pas, seulement, de les combattre. Réparer son utérus fut laborieux, pas pour la complexité de l’organe, non, mais pour la quantité d’énergie que ça t’exigea. Il y avait, même, des parties qui étaient nécrosées… Combien de temps faisait-il qu’elle était dans cet état ? Les images incertaines d’une cellule te vinrent à l’esprit… était-elle une évadée de quelque part ? Ça pourrait expliquer pourquoi elle n’avait pas cherché de l’aide…

Ce que tu ne parvenais pas à expliquer, c’était la présence d’une âme jeune.
Celle-ci lui tournait autour, sous l’apparence d’un petit crocodile. Si elle avait eu une apparence humaine ou aucune forme, tu aurais pu supposer que ça avait un lien avec sa grossesse, mais, dans ce cas-là, tu demeurais dans l’ignorance. Était-ce un animal de compagnie qu’elle affectionnait, un animal qu’elle avait aidé ou une créature curieuse ? Tu n’en savais rien, mais c’était plus profond que cela. C’était un être qui n’avait pas vécu longtemps, tu le sentais, mais tu ignorais jusqu’à quel point...

En tout cas, une fois l’infection traitée et les organes régénérés, la douleur fut facile à chasser. Au fur et à mesure, l’épuisement emporta la jeune femme, la plongeant dans un sommeil qui pourrait être considéré comme réparateur. Les réactions face à ton pouvoir différaient d’une personne une autre, alors, si elle ne s’était pas endormie d’elle-même, tu l’aurais fait – elle avait besoin de dormir. Être guérie physiquement, n’entraînait pas de guérison mentale, surtout après tout ce qu’elle a dû traverser, la pauvre.

En silence, tu veillas sur elle, t’installant sur la chaise où tu avais accroché ton masque et tes gants quelques minutes auparavant. Tu ignorais combien de temps allait-elle dormir, mais tu ne comptais pas bouger de son chevet – sauf en cas d’urgence, si quelqu’un requérait son aide dans la clinique. Si elle se réveillait et tu n’étais pas là, elle pourrait vouloir s’en fuir, s’inquiéter inutilement ou quelque chose du genre. Elle n’en avait pas encore conscience, mais elle était en sécurité : personne ne pouvait l’atteindre, pour l’instant.


Dernière édition par Amerlyllian Die Rosenberg le Mer 17 Juil - 12:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant(e)
Féminin Messages : 155
Date d'Inscription : 20/10/2018
Localisation : Quelque part

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Sorcière
☠ Relations conflictuelles :: ► Amanda Waller.
♣ Vos Alliés : : ► Je crois que j'en ai... pas beaucoup ?
June Moone
June Moone
MessageSujet: Re: La main charitable   La main charitable EmptySam 22 Juin - 23:23

Je ne mentirais pas, la frêle barrière entre réalité et rêve était facile à jouer avec pour Elle. Je la sentais, son influence sur mon subconscient et sur mes idées. Et parfois, justement, mes rêves. J’étais en plein délire, et dans un délire on a l’impression que tout n'est qu'un rêve. Ce n'était qu'une impression, mais c’était tout ce dont elle avait besoin pour faire de mes illusions de terribles cauchemars. Pour que j’épouse temporairement sa vision du monde, que je vois ce qu’elle voyait. Des murs calcinés, une odeur de charogne dans l'air, un monde qui brûlait dehors. Des fenêtres qui laissait passer un vent rouge, porteur de sang. Un cadavre qui me touchait sans vergogne. Un monde d'horreur. Son monde d'horreur. Je n'avais pas besoin de la voir pour savoir où Elle était dans cet enfer, sur un trône composé des restes des plus puissants, sa voix puissante et autoritaire récitant une litanie de mort.

Ouais. Je dors pas beaucoup à cause d'elle. Je ne dirais pas que ça ne me faisait rien- ce serait ce qu’on appelle un gros mensonge. J’étais terrorisée, à chaque fois. Toujours à pleurer, toujours à me mettre dans des états impossibles à décrire parce qu'il fallait le vivre. Il faut le vivre pour comprendre à quel point Lui servir d’hôtes sans aucunes raison était insoutenable. C’était injuste. Et la seule personne qui pouvait la chasser, qu'Elle soit réellement un monstre ou juste mon imagination, n’était pas là. Alors je faisais comme à chaque fois qu'il n’était pas là. Je me retirais dans le peu d’imagination dont j’étais encore maitresse pour me réfugier dans ses bras… Même si pour cette fois, la seule chose qui apparaissait était un petit crocodile dans le creux de mes mains… J'avais encore plus envie de pleurer…

Le pire ? C'est que je La sentais… je sentais Son humour devenir encore plus sombre alors que dans ce cauchemar cette petite lueur d’espoir se tenait dans le creux de mes bras, prêt de mon cœur. Et je l'entendais. Je l'entendais se lamenter. Je l'entendais se lamenter et pour la première fois son discours ne me semblait pas ridicule. Juste… Désespéré… Son prince, Son héritier, Son héritage dans ce monde plus qu'un simple souvenir errant, un souvenir qu’elle-même ne pouvait ramener sans en corrompre la pureté dans ses immenses pouvoirs. Que chaque jour à l'imaginer grandir, portant ses immenses pouvoirs pour se tailler une destinée de roi , Lui était une torture sans nom. Qu'Elle commençait à prendre le goût de la haine, non plus celui de la conquête. Oui… C’était le pire… je la comprenait sur ce coup là…

Je fuis libéré du cauchemar à cause de… Et bien… le moment baby blues dirons-nous. Et je prenais enfin en compte mon environnement. Lit douillet, papier peint vieux mais pas moche, draps fin et léger contre ma peau… Et j’étais nue. Il fallait bien entendu que je sois nue et observée par une inconnue aux yeux luisant dans le noir. La partie drôle ? Mon premier réflexe au réveil est de me relever… Je remontais ainsi lentement le draps sur ma poitrine, mon visage ne cachant clairement pas ma gêne. Vraiment pas. Je suis mauvaise menteuse. Et mauvaise à cacher mes émotions aussi. Vite June, trouve un truc à dire… parle de sa tenue ! « Je savais pas qu'ils faisaient une convention cosplay à Gotham… » Bravo June. Maintenant dis quelques chose d’autre pour pas paraître malpolie !

Raclement de gorge, rougissement intense, ne pas lâcher le drap. « Hum… merci… je crois que vous m'avez soigné... ou alors je suis morte de mon infection... » Je n’étais plus fiévreuse, je n'avais plus mal et en plus je me sentais, relativement, propre. « Pardon de poser la série de questions mais promis ce sera rapide. Est-ce que je suis morte ? Et si non où suis-je, qui êtes-vous, où sont mes vêtements, est-ce que j'ai eu l’air maléfique à un moment et est-ce que vous auriez vu un homme crocodile dépassant les deux mètres. » Comme promis, rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: La main charitable   La main charitable EmptyMer 17 Juil - 17:50





La main charitable


Le sommeil de la jeune femme ne dura que deux ou trois heures. Pendant ce temps-là, tu sentais qu’elle cauchemardait et, tant bien que mal, tu tentais de la détendre, grâce à ton don empathique. Ceci dit, ce n’était pas d’une grande utilité, puisque la source de ces cauchemars n’était pas liée à son subconscient, mais à la même entité qui t’avait rejetée lorsque tu établis le lien spirituel avec son hôte. Tandis que cette dernière essayait de se reposer, tu sentis que l’autre… créature était là, active, quelque part en elle. Pourtant, tu étais certaine que ce ne furent pas ses cauchemars qui la réveillèrent, cette fois-ci, mais un cocktail d’émotions que tu n’avais ni pourras jamais expérimenter : le baby blues. Tu ne pouvais l’associer qu’à une sorte de dépression, à un deuil et à de la tristesse. Tu percevais les ressentis de la rousse comme s’ils étaient les tiens, mais tu n’étais pas en mesure de comprendre la vraie nature de cette souffrance puisque, bien que tu fusses une mère, tu n’avais jamais porté d’enfants en ton sein.

Chassant ces pensées, tu laissas que ladite June reprenne ses esprits.
Tu ne la quittais pas des yeux, suivant le moindre de ses mouvements, sans bouger de ton emplacement. Ça pouvait paraître assez perturbant et inquiétant de se réveiller chez une inconnue, dans la pénombre, nue et à peine couverte par un drap fin. Tu étais quelqu'un de chaste et de respectueux, tu ne ferais jamais du mal à qui que ce soit, du moins, sans qu’on te donne des raisons pour le faire ou qu’on t’y contraigne. Au moins, tu avais eu le temps de manger pendant qu’elle dormait et, ce, sans quitter son chevet – la télékinésie et l’écholocalisation étaient et seront toujours utiles. Tu avais eu le temps, également, de finir la machine à laver et étendre les vêtements de ton invitée dans le jardin.

Percevant sa gêne et, surtout, à l’entente de son commentaire concernant ta tenue, tu ne pus t’empêcher de pouffer discrètement. Ce n’était pas la première fois qu’on te faisait le coup, tu étais habituée, puisque tu portais des habits encore plus extravagants que ton costume au quotidien. Esquissant un doux sourire, tu attendis qu’elle ait fini de poser ses questions – de te mitrailler avec, plutôt – pour prendre la parole et éclaircir ses doutes :

Vous êtes vivante, June - si puis-je vous appeler de la sorte, bien entendu ? Je vous ai trouvée dans un parc de Westside et je vous ai emmenée avec. Actuellement, nous sommes à l’intérieur d’Arkham City, dans l’ancien district d’Otisbourg. Vous êtes dans mon humble demeure et vous ne risquez rien. commenças-tu, cherchant à la rassurer. L’état de votre utérus et des organes l’entourant était critique et votre sang avait commencé à être empoisonné par l’infection. Les humains auraient certainement fait une hystérectomie totale avant de vous soumettre à un traitement très agressif qui aurait pu échouer, en plus d’endommager vos reins et votre foie. Alors, j’ai pris la décision et le risque de vous amener chez moi pour m’occuper de vous… autrement. Puisque vous n’êtes pas, non plus, quelqu’un d’ordinaire, je doute que cela vous étonne. continuas-tu, désignant subtilement tes mains en faisant onduler tes doigts, tapotant doucement tes genoux, par la même occasion. Vous n’avez pas, non plus, eu l’air maléfique, mais la personne qui habite en vous n’a pas apprécié mon intrusion… involontaire dans votre esprit, si puis-je dire. Je m’en excuse auprès des deux, mais je ne suis pas en mesure de contrôler ce que je vois quand je touche autrui à mains nues – notamment, quelqu’un dans votre situation.

Ce ne serait pas difficile de comprendre que tu avais utilisé des moyens alternatifs et bien plus efficaces que la médecine conventionnelle. Endormi, dans ton décolleté, se trouvait le petit singe capucin que tu avais récupéré plus tôt dans la soirée. Sa petite tête et ses deux minuscules mains dépassaient à peine sur le bord du tissu. Tu le sentis se blottir contre toi, tout comme tu sentais son cœur battre paisiblement contre ta peau.

On m’appelle White Siren, quand je porte cette tenue, mais mon nom est… assez long. De ce fait, vous pouvez m’appeler Alice - c'est l'un de mes prénoms. ajoutas-tu, élargissant ton sourire. En ce qui concerne vos habits, je les ai lavés et étendus. Ils seront secs d’ici l’aube, alors, si vous désirez vous couvrir, je peux vous prêter des vêtements. Et, si vous voulez prendre une douche convenable, puisque je n’ai fait que vous laver un peu, le studio a une petite salle d’eaux. D’ailleurs, si vous avez faim, je peux vous préparer quelque chose. Les pains au chocolat que je vous avais donné sont tombés avant que vous n’ayez pu le manger. précisas-tu, te levant, tout en remettant tes gants. Dernièrement, quel genre d’homme crocodile cherchez vous ? Quelqu’un du gabarit de Killer Croc ? Parce que votre description est assez vague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La main charitable   La main charitable Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La main charitable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Débutant cherche ame charitable pour un coup de main !
» Une main dans sa culotte...
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» Système main libre pour auto
» Tu avais pris ma main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Burnley :: Ephemeral Garden-