Imaginez le Mythe de Gotham City




Lady Shiva

Poison Ivy

Talia Al Ghul

Scarecrow

Ra's Al Ghul

Dollmaker

Silence

Le Ventriloque

L'Effaceur

Duela Dent

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Magpie

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Katana

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan
Derniers sujets

Partagez
 

 Moyens détournés (John Constantine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMar 19 Mar - 19:19

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Cela doit faire une semaine, depuis que j'ai vécu de plein fouet les atrocités survenues dans la Cathédrale de Gotham. Gwen et Slam ont d'ailleurs été assez choqués de me voir chuter dans la planque, sans blessures apparentes. J'étais fatiguée, détruite et finalement vidée de toute ma substance à cause de toutes ces choses. De Zatanna, qui n'a fait que se complaire dans un amour à sens unique, de Batman qui n'a pas su voir la réalité en face. Et enfin, de Joker et tous ses invités qui n'ont su que se donner en spectacle pour attirer l'attention de leur Némésis préférée. Et moi, je m'étais retrouvée au milieu de tout cela, en pensant faire quelque chose de bien. Au delà de sauver des orphelins, des prostituées dont la vie a été déchirée, je voulais sauver quelqu'un de bien, mon opposé. Mais aussi forte soit notre volonté, il faut que le reste abonde dans ce sens sinon ... tout vole en éclats. J'ai volé en éclats. Slam m'a soulevée, fiévreuse, et n'a pas hésité à faire des commentaires sur le fait que j'étais un sacré poids mort en cet instant. Gwen quand à elle, m'a fait le même regard que lors de mon dernier casse avec Spark, teinté d'inquiétude mais aussi de méfiance et de haine à l'égard d'une autre personne.
Une semaine s'est donc passée, et depuis deux jours j'ai repris mes activités. À vrai dire, je n'ai pas vraiment décroché même en étant malade. J'avais beau avoir perdu du poids, m'être mise à tousser à m'en brûler la gorge, je tenais à continuer mes recherches sur l'orphelinat Wheeler. Découvrir qui sont ces enfants de salauds à l'origine de ces horreurs et le comment Joker a été au courant de cette histoire. Oui, je ne souhaite plus la mort de ce pauvre clown, son humiliation dans l'enceinte de la bâtisse religieuse m'a satisfaite. Tout du moins pour le moment. J'ai d'autres chats à fouetter. J'arrive donc face à cet immeuble ancien, fait de briques et à l'escalier de secours rouillé sur lequel deux chats me toisent avec attention. Il est vrai qu'ils ont de quoi. Un chat à deux pattes non identifié vient de faire irruption sur leur territoire. Et ce chat n'a pas l'air du genre à se laisser dominé, pas vrai mes mignons ? Je les fixe à mon tour jusqu'à ce qu'ils se décident à abandonner le combat et à décamper dans les ruelles sombres de ce coin de Old Gotham.

De là où je suis, je vois que personne ne se trouve dans l'appartement que j'ai ciblé. Chose qui n'arrange guère mes affaires et me fait regretter d'avoir mis autant de choses de poids dans mon sac. J'avance donc jusque vers la fenêtre fermée en soupirant. Bon, pas le choix Selina, on force l'entrée et on s'impose dans ce ... charmant appartement tout à fait sobre comme celui d'un pauvre ouvrier de Ace Chemicals. Oui je m'attendais à trouver quelques trucs de sorciers ou magiciens, les bons trucs clichés qui feraient vriller mes sens de voleuse sous une forme d'artefact, mais non il n'y a rien.À part une bouteille de whisky entamée et un paquet de cigarettes presque terminé. Ah oui au fait, je rentre chez John Constantine. Vous savez, le sorcier avec qui j'ai été contrainte et forcée de me mettre en équipe le temps d'une soirée. À cause d'organes d'enfants, de fantômes, qui m'ont d'ailleurs mené jusqu'à ce fameux orphelinat. Je force donc l'ouverture de la fenêtre sans mal et sans bruit et m'infiltre dans ce qui semble être la chambre, vu qu'il y a un lit et une table de nuit. Personne. Roh. Ne me dites pas qu'il est parti chasser le démon ou le fantôme ce soir ? ! Je roule des yeux et baisse la tête violemment, dépitée et agacée. En même temps, à quoi devais-je m'attendre ! pas à un accueil chaleureux et festif de sa part, en tout cas. Nous ne nous sommes pas quittés dans la joie et la bonne humeur et ce, en partie à cause de moi. Mais ... j'avais besoin de son concours, une nouvelle fois.
« Bon, eh bien il ne m'en voudra pas d'emprunter son lit. »
Je m'allonge dedans comme si j'étais chez moi, en souriant en coin pendant l'étude du lieu. Je souris parce que ce lieu est parfaitement normal, et je n'ai pas l'impression de me sentir en danger. Je crois même que je n'ai pas assez dormi, ces derniers jours. C'est simple, mais le fait d'être allongée et entourée par le silence m'apaise. Je crois que je vais ...
« On t'a jamais dit que c'était mal de venir sans frapper à la porte bambola ? »
Je rouvre mes yeux et fixe le plafond, ne voulant pas me tourner vers l'autre bord du lit, d'où vient cette voix grave et un peu rocailleuse qui m'appelle poupée.
« Tu ferais mieux de partir avant que je t'envoie la bouteille à la gueule. Ici, c'est un sanctuaire, il y a rien à voler.
- Tout doux. Je sais qu'il n'y a rien. Mais cet appartement n'a rien d'un sanctuaire. Je ne vois pas d'autel.
- Ouais. Ouais ... ouais bon ok. Vous lui voulez quoi à lui hein. Ce bon à rien qui l'a pas aidée.
- Parler affaires. Et qu'est-ce qu'un fantôme vient faire dans l'appartement d'un sorcier aux airs d'exorciste carburant à l'alcool dans sa soupape, à part se plaindre et se croire le maître des lieux ? »
Je regarde enfin le fantôme. C'est un homme brun aux cheveux bien brossés, sans doute plus de la quarantaine, des traits tirés, faisant la gueule. Un bon faciès de mafieux roublard. On se regarde un moment en se redressant chacun dans ce lit avant qu'il ne se mette à lâcher un espèce de petit grognement devant ressembler à un rire, mais aussi un râle. Je crois que j'ai failli le faire rire mais sa tourmente et son mal ont tout vidé d'une traite, pour une raison que j'ignore.
« Tu dois pas être du genre facile pour les mecs. Ça te dit de boire un coup ? Enfin tu boiras pour moi. Il lui en reste, là.
- Un verre. Je bois rarement quand je suis de sortie. »
J'appends durant cette conversation, assis aux pieds du lit que ce fantôme s'appelle Vince. Qu'il a eu de nombreuses conquêtes dont une qui l'a rendu vraiment fière. Il m'évoque comment il a réussi à se faire un démon millénaire par deux fois, j'oublierai sans doute les détails demain car il y va bien trop fort sur les détails scabreux, en se pensant drôle. Et à vrai dire ce n'est pas ce qui m'intéresse. Puis vient le moment où il arrête de parler de sa vie, de ce démon, pour juste regarder droit devant lui. Moi, je reste à côté, avec mon verre presque vide, jusqu'à ce que j'entende l'arrivée de John dans son propre appartement. Je croise les jambes et me penche de sorte à entrer dans son champ de vision depuis l'entrée de la chambre.
« Je ne savais pas que tu faisais aussi de l'hébergement pour fantôme sans domicile fixe. »

© Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMar 19 Mar - 20:41

John était sur une grosse affaire de démon un ancien bar aujourd’hui devenu un appartement, il y a quelques années un tas de morts avait été déclaré dans cet endroit. Les fantômes étaient encore présent il le sentait, après avoir passé la journée dessus John était content de pouvoir regagner son appartement, même si depuis la mort de Zatanna il avait Vince chez lui. Sur la route il commandais un taxi, puis achetait un sandwich il n'avait rien manger depuis le matin. 

Une fois dans la voiture il se laissait conduire sagement, en bas de son immeuble il payait son chauffeur avant de monter les escaliers. Toujours aucun mots, il chantonnait une musique qu'il avait entendu à la radio plus tôt.


En ouvrant la porte de chez lui John était loin de se douter de ce qu’il verrait, à peine ses yeux relevés qu'il voyait une silhouette qu’il connaissait bien. La femme chat était là assise sur son lit, le fantôme de Vince présent dans son la même pièce. Un léger sourire était présent sur son visage, il était fatigué et avait mal un peu partout, avoir la visite de cette femme dangereuse ne lui faisait que moyennement plaisir. Après avoir claqué la porte et balancé son manteau dans un coin de la pièce il se servait un verre de whisky avant de rejoindre son invitée du soir. 

Avant de ne pouvoir dire quoi que ce sois elle lui posait une question, baby-sitting de fantôme ? Il n'avait rien demandé lui, il avait déjà assez de fantômes dans sa vie pour ce coltiner un vieil escroc dépressif. 


 "Oh je n'ai pas vraiment eu le choix. Si ça ne tenais qu’à 
moi il serait exorcisé depuis un moment, mais la vrai question est que fais-tu ici ? Je n'ai rien de précieux que tu puisses voler ou alors tu as besoin de mon aide ? »

John continuait de boire son verre, peu importe la raison de sa présence là tout de suite il voulait simplement une douche chaude et se poser tranquillement. Il servait alors un deuxième verre, puis le posait devant la femme chat, il enlevait sa chemise, ses chaussures et partait dans la salle de bain. 

John est tout sauf pudique et puis c’est elle qui c’était incrusté sans prévenir. Il laissait tomber son pantalon avant d’allumer l'eau chaude, sa porte était ouverte pour pouvoir parler à son invitée au cas où. 

« Fais comme chez toi aufaite. Tu reste dormir ? 


Vince t'inquiète la dame est avec moi je la connais. »

John posait la question plus ou moins sérieusement qu'elle dorme ici ou non il s'en moquait pas mal. Il voulait simplement passer une soirée tranquille.

Espérons que Vince ne s'y mette pas lui aussi. Quelle plaie ce fantôme.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyJeu 21 Mar - 16:26

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Pendant que John prend ses aises dans son propre appartement, j'ouvre de mon côté mon sac pour en sortir le contenu expliquant le pourquoi du comment de ma visite imposée. Vince quand à lui commence à râler en voyant le sorcier arriver dans l'appartement, un râle digne d'un chien blessé. Là, je commence à me poser des questions sur la présence de ce fantôme. Il n'a pas l'air d'aimer Constantine, alors pourquoi a-t-il décidé de se retrouver dans son appartement. Ensuite, il a l'air d'être complètement vidé, triste. Et soudain, je fais le lien. Zatanna. Je ne dis rien à ce sujet, me contentant de répondre du tac au tac aux paroles de mon interlocuteur encore vivant.
« Je viens ici pour affaires, John. Et oui, je l'avoue, j'ai besoin de ton aide. Ou plutôt, de tes lumières. »
C'est évidemment l'affaire de l'orphelinat Wheeler qui m'a menée en ces lieux, comme dit plus tôt. Je fais mine de ne pas relever son petit commentaire concernant mes activités nocturnes pour ne pas me montrer mordante et avorter par conséquent cette conversation, ainsi qu'un futur partenariat. Je feuillette le dossier et me lève de ce lit pour arriver vers la porte de la salle de bains, adossée à ce mur un peu triste dans sa couleur.
« Quand à ton lit il est convenable mais dormir dedans ne me tente pas. Même en ta compagnie. »
Je ne suis pas du genre à dormir avec quelqu'un. Ou alors j'écourte ma nuit pour disparaître du dit lit. J'ai beau m'endormir à côté d'un petit de l'East End, d'un amant, je ne reste jamais. J'ai mes principes et pour le moment, je tiens à les garder, surtout avec une Arkham City qui elle ne dort jamais. Vince se poste à mes côtés, les mains dans les poches de son pantalon bien repassé. Il regarde les feuilles que je tourne pour comprendre un peu la raison de ma présence en ces lieux. Ça ne me gêne pas plus que ça, je l'aime bien ce gars à l'allure de mafieux, et à l'air renfrogné.
« Tu te souviens des fantômes de gamins ? J'ai retrouvé la trace du fameux orphelinat. Et je me disais que ... »
Je souris grandement et soupire, rien qu'en pensant à ma petite idée.
« Que l'on pourrait faire en sorte de hanter l'orphelinat. Je me suis dit qu'à deux, on pourrait retrouver un autre de ces gamins morts et le poster dans le bâtiment. Ça peut te paraître excentrique mais j'ai envie de les piéger. »
Cela me donnerait aussi une bonne diversion pour trouver les fameuses salles en sous sol qui m'intéressent. J'entends Vince siffler en voyant les images de cadavres d'enfants.
« Puta.
- Comme tu dis. Cadavres d'enfants jetés dans des bains chimiques. Ils sont récents.
- Même moi j'aurai jamais osé faire ça. Mais je les aurai étalé, écrasé, refait de portrait pour que leurs mères pleurent de honte face à leur sale gueule. T'as pas chopé ces enflures ?
- J'ai une tête de policière ou de justicière ? »
On se regarde dans le blanc des yeux. Enfin moi, je le regarde dans ce qui semble être le blanc de ses yeux dans sa forme ectoplasmique. Non, en voyant mes yeux sans ces lunettes aux verres rouges, il voit que je ne rigole pas. Que mes méthodes n'ont rien à voir avec la justice vertueuse et conditionnée pendant des siècles par l'homme. Je ne suis pas un pantin de cette valeur. J'ai ma propre définition de la justice.

« J'ai normalement trouvé quelques cadavres qui pourraient nous servir. Je n'ai pas des connaissances poussées en occulte, mais on va avoir besoin de déplacer le tout et surtout, de trouver un enfant bien énervé contre un des membres du personnel impliqué dans ce traffic salace.  »
Je glisse les photos dans la salle de bains, posant les tirages sur l'évier. J'ai aussi remis mes lunettes sur le nez. Je n'ai pas envie qu'il voit mon visage. Autant Vince ça ne me gêne pas, c'est un fantôme et il n'a pas l'air d'avoir envie de me maudire. Autant pour le sorcier, c'est une autre histoire. Je tiens à garder une sorte de professionnalisme entre nous. Même si ... dans mon sac se trouve une bouteille de whisky. C'est ... une sorte de cadeau. Pour le remercier pour la dernière fois et je ne sais pas ... en me renseignant sur lui, j'ai remarqué nombre d'apparitions de feu Zatanna Zatara. Ils avaient l'air proches. J'ai soudain un flash de Bruce qui me vient, mais je l'efface bien vite en fronçant les sourcils et en fermant fortement mes yeux.
« Je suis aussi venue voir si tu étais toujours en bon état. Les rumeurs disaient que tu t'étais reclus dans ton appartement pour devenir pacifiste et vegan. 
- Comme si ce mec pouvait devenir pacifiste. »
Je roule des yeux et repars dans la chambre, pour cette fois m'asseoir sur le rebord de la fenêtre, toujours suivi par Vince qui semble trouver ma compagnie plus appréciable que celle de son ... colocataire.
« Vous vous connaissez depuis longtemps pour vous entendre aussi bien vous deux ? 
- Mai vita ! Ce mec c'est le mal et il me doit des explications. Plein d'explications. Tant que je les aurai pas, je bougerai pas. Et même si il m'explique, je resterai parce que j'suis déjà sûr de ce qu'il devrait me dire.
- Ton mafieux de fantôme me dit que tu es un vilain garçon, Constantine. Que diable as-tu encore fait ? »
Je me fiche de lui, mais Vince n'a pas tort. Je voudrai bien savoir pourquoi John n'était pas là, durant ces événements. Peut-être que sa présence aurait changé quelque chose, peut-être qu'elle ne serait pas morte, et que je n'aurai qu'une demi raison pour le revoir, et ce dans son appartement. Ça me fiche un peu le blues, et je regarde par la fenêtre cette rue que j'ai l'habitude d'observer par les hauteurs. On voit d'ici toute la saleté humaine, au plus près du pire. Un pire qui m'englobe de la lumière de ses néons.

© Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 31 Mar - 12:09

John était sous la douce, il avait les yeux fermés et laissait l'eau coulée le long de son visage, ces derniers temps étaient compliqués pour le magicien. La femme qu'il aimait est morte, sans qu'il ne puisse lui venir en aide, rien que cette idée suffisait à lui donner envie de sauter d'un pont. Malheureusement plein d'autres personnes avaient encore besoin de lui, ce monde n'allait pas s'arrêter de tourner parce que Zatanna est morte, même si le siens pour le coup si. Depuis sa salle de bain il entendait Catwoman et sa requête, vouloir lâché un fantôme dans l'orphelinat ? Cette demande était étrange, habituellement on lui demandait de viré un fantôme pas d'en mettre un.

Après entendu ses explications John éteignait l'eau, il sortait de la douche, enroulait une serviette autour de sa taille et observait les photos qu'elle venait de poser sur le bord de l'évier. En regardant ses cadavres aucune expression particulière était présente sur le visage du magicien, il regardait simplement lequel possédait les meilleures conditions pour être choisis. Puis le cadavre d'une gamine qui semblait encore en bon état malgré la décomposition attirait son attention. Il sortait la photo du lot, avant de la tendre à la voleuse.

Tu vois cette gamine ? Regarde à côté d'elle se trouve une peluche au vu de l'usure présente sur la tête du doudou, elle devais sans doute l'avoir avec elle en permanence. Les gamins aiment bien avoir un objet auquel se rattaché. Si tu veux libérer un fantôme dans un endroit, il faut que tu trouves un objet assez important pour bloqué son esprit ici. Je pense que ce doudou ferais certainement l'affaire, pour que ton plan fonctionne on doit prendre cette peluche et la mettre dans l'orphelinat. Cela permettrait à son fantôme de venir hanter les lieux.

Pendant qu'il parlait il sortait de la salle de bain passant juste à côté de Catwoman, puis il allait dans sa cuisine, il sortait deux verres du placard et les remplissait de whisky. Les yeux du sorcier regardaient droit devant lui, il marquait une légère pose avant de refermé la bouteille, non il n'allait pas bien du tout. Mais il n'avait pas envie d'attiré la pitiée de qui que ce sois, il fermait ensuite la bouteille et rapportait les verres, un pour lui et l'autre pour Catwoman.

Il se raclait la gorge en entendant Vince, dire qu'il dois des explications.

Avant toutes choses. J'accepte de t'aider. Et même si tu as une autre idée derrière la tête en allant là-bas je te donnerais mon aide sans problèmes.

Il buvait une gorgée toujours habillé d'une simple serviette autour de la taille.

Maintenant on va parler d'un sujet qui fâche. La mort de Sarah. Pour être franc j'aimais cette femme, bien plus que ma propre vie. Le jour où c'est arrivé je n'aurais pas pût la sauver pour deux raison, la première est que je n'était pas du tout au courant de ce qu'il ce passais.

La deuxième, j'était coincer en enfer. Si vous ne me croyez pas, ce n'est pas mon problème. Seulement j'y était, quelques temps avant sa mort un démon avait jeté son dévolue sur elle, un démon puissant. Il se nomme Nergal, une des pires raclures que possède l'enfer. Même ce bon vieux Lucifer n'en veut pas.

Pour libérer Sarah de son emprise, j'ai passé un pacte avec lui. En tant qu'homme de parole je suis aller le remplir. Contrairement à ce que ce cher fantôme peu penser, je n'ai qu'une parole surtout quand il s'agit de Sarah.


Il finissait cul sec son verre, ses yeux bleus se levaient en direction de son invitée du soir. Puis il reprenait où il c'était arrêté.

Je viendrais t'aider. Quand à mon état de santé on s'en cogne. Avant d'aller déterré des cadavre de gosses, que dirais-tu de boire ensembles ? Je n'ai aucune arrière pensée si c'est ça que tu crains.

Quand à toi le fantôme, continue à me faire chier comme tu le fais et je t'envois tout droit rejoindre ce bon vieux Nergal. Tu m'as bien compris ? Je te tolère ici parce que tu as perdu ta fille, mais ne pense pas être en mesure de me faire la morale.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMar 9 Avr - 12:30

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman J'écoute attentivement John. Je me doute du fait qu'il souffre. Je ne sais pas à quel point, mais je le vois, dans ses faits et gestes. Concernant la peluche, ses explications, je fais mine de ne pas savoir, d'être ignare bien que je me sois documentée depuis notre rencontre. Autant sur lui que sur les rituels et moyens d'attirer des fantômes. Je voulais qu'il se change les idées, qu'il se sente utile dans quelque chose qui cette fois, ne risque pas de lui échapper. Pas comme la mort de Zatsy.
« Tu n'avais pas à te justifier, John. Bien que j'apprécie ton honnêteté. Vraiment. »
Oui, je voulais savoir mais ... il en avait assez bavé. Il est honnête au moins, ce qui est une notion rare, en ce moment dans ma vie. J'ai trouvé tellement de choses, compris tellement d'autres au point de vouloir me jeter dans une cabale, voir accélérer avec mes moyens la destruction, le rasé de Arkham. Les seules choses qui ont su me retenir, c'est Slam et Leslie. Imaginez moi en train de piquer une colère dans un bureau de médecin, de balancer des papiers concernant certaines des informations que j'ai pu récupérer concernant les grandes familles de Gotham. J'ai littéralement pété un câble. Mais, le fait de les avoir écoutés, de voir que malgré tout ce que j'avais perdu encore, je n'étais pas entièrement seule, que l'East End et nombre de gens que je connaissais plus ou moins et qui ne méritaient pas d'être enfermés à Arkham, comptaient sur moi.
« On a tous nos obligations. Et l'on passe parfois pour les vilains canards de l'histoire malgré notre volonté de bien faire. »
J'entends Vince se remettre des explications, des menaces, voir broyer du noir en marmonnant quelques insultes, puis des paroles pour la regrettée Zatanna. Plus je reste ici, plus j'ai l'impression d'être à une séance mortuaire perpétuelle. En plus, en étant ici, avec mes propres regrets concernant cette sordide histoire, je ne suis pas mieux, je rajoute du noir au tableau.
Face à John, face à son visage qui se veut le plus détaché possible malgré les rides prononcées, les yeux cerclés de gris à cause de la fatigue, je me vois. En train de tousser, suer, d'en avoir marre et déprimer dans mon coin jusqu'à faire bonne figure lorsque quelqu'un arrive. Je prends le verre dans ses mains, avec délicatesse, en touchant celle-ci pour apporter d'une certaine façon un peu de réconfort et lui montrer que je le soutenais. Je me détache cependant bien vite pour ne pas trop laisser de sentimentalisme couler par tous les coins.
« Revenons à nos moutons si tu veux bien. J'ai pu acquérir certaines informations de manière officieuse. Les plans de l'orphelinat et, des photos qu'il ne vaudrait mieux pas montrer et ce même à ... »
Je m'apprêtais à dire son nom. Mais c'est resté au fond de ma gorge comme pour me rappeler que je dois l'oublier. Que je l'ai déçu, encore une fois. Je fais mine de sourire, en sortant une nouvelle photo. On peut y voir un homme, Wheeler lorsqu'il était encore vivant, en photo, en train de leur faire des attouchements.
« ... toute personne dotée d'une volonté de fer. C'est la plus soft que j'ai pu te trouver. Le reste ... enfin bref. »
En parlant de volonté, je ne peux m'empêcher de jeter quelques regards vers le corps de John. Je ne joue pas les prudes, loin de là. Il a beau avoir une allure de dandy crasse, il est ... bien roulé. Entouré d'une serviette ou non, je comprends mieux pourquoi Zatsy a été attirée par lui, bien au delà de ses capacités magiques. Je soupire malgré moi, rêvant un court instant, le tout en me reprenant bien entendu une petite gorgée de whisky.
« L'orphelinat est un ancien manoir. Ça tu vas me dire que c'est bateau comme tout mais les héritiers de Wheeler ont eu les mêmes tares que leur père. Au point qu'ils ont aménagé des salles. Je suis entrée en contact avec une ancienne de l'orphelinat et, au vu du manque de fond, ils ont étendu leurs activités au trafic d'organes d'enfants. »
Je sors cette fois le recensement de toutes les enchères que j'ai pu intercepter sur le marché noir. La majorité de la demande vient de Chine. Je pointe ensuite de ma griffe un lot particulier, sur lequel une somme démentielle a été dépensée.
« Là, ce sont les organes d'un enfant meta humain. Ils ... utilisent cela pour ... des soins. »
Un long frisson me parcourt, autant à cause de Constantine et son manque d'habits qu'à cause de la perspective visuelle d'un homme se badigeonnant d'onguent à base d'organes d'enfants. Aller. Recentres-toi, oublie tous ces trucs sordides, ce mec, et détends-toi un peu ma vieille.
« Quand à ta proposition John, bien qu'elle soit déjà acceptée ... je dois préciser que c'est bien la première fois que je bois un verre avec un homme déjà déshabillé. Sans que je n'ai eu quoi que ce soit à faire. »
J'entends plus loin dans l'appartement une chaise tomber. Vince devait être assis dessus et par la force spectrale des choses a dû la faire tomber. Je me tourne vers le fantôme qui fonce vers nous.
« T'as peut-être pas des arrières pensées Constantine, mais vous avez pas non plus à vous chauffer comme ...
- Du calme, Vince. Tu as entendu le chevalier blanc. Il aime seulement ta fille. Et je ne suis pas très stable sentimentalement, de toutes manières.
- Ça se dit, et ensuite ça s'oublie. Et j'ai pas envie de vous voir fricoter que ce soit de la manière qui ferait jouir une catholique de joie ou autre.
- C'est un verre, et une simple boutade. Je te rappelle ce que tu m'as dit concernant ta chevauchée de démons ? »
Le fantôme s'arrête, desserrant son poing pour ensuite se mettre à râler fortement et lâcher un aller vous faire foutre en italien. Quel charmant homme. Mais, il y a un fond de vérité. John est amoureux de Zatanna, et moi ... je suis un désastre. J'aime encore un homme qui sans cesse me juge et me fait mal, au point que je n'arrive même plus à savoir ce que je voudrai. Depuis la mort du seul homme qui a réussi à me faire tourner la page, j'étais de nouveau hantée, méfiante, à douter.
« Finalement, allons-y. Je te laisse m'offrir autant de verres que tu veux et ... »
Je sors enfin du sac que j'avais ramené la bouteille que je voulais lui offrir. Du whisky irlandais bien tourbé.
« ... j'ai même pensé à ramener de quoi nous faire tenir une bonne partie de la nuit. »
C'est peut-être idiot mais je pense que nous sommes deux à avoir besoin d'épancher certaines choses, avec de l'alcool. D'habitude, cela pourrait en rester à quelques verres de mon côté. Mais autant continuer sur la lancée ! Je jette donc un regard empli de sous entendus à Constantine.

© Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMar 9 Avr - 22:09

Ce fantôme avait le don de lui taper sur le système, toujours à l'ouvrir quand on ne lui demandais pas son avis. La seule raison pour laquelle il acceptait de l'avoir chez lui c'est qu'il comprenait la détresse d'un homme qui à perdu sa fille. Le bannir de ce monde n'était pas non plus la meilleure solution, John avait un coeur oui, il ne l'utilisait pas souvent, mais par moment ça lui arrivait. Au vu des menaces le fantômes ne disait plus rien, Catwoman elle semblait plus compréhensive.

La phrase qu'elle prononçait juste avant de prendre le verre qu'il lui tendait, eu pour effet de faire sourire le magicien. C'était exactement ce qu'il ce passait, sauf que lui c'était toute sa vie qui se résumait à cette phrase. Toutes ces fois où tout le monde le prenais pour le dernier des salauds sans savoir ce qu'il encaissait vraiment. Il n'aimait pas se faire plaindre donc il ne disait rien, comme pour le sortir de ses pensées il sentait la main de la voleuse toucher la sienne mais ne disait rien.

John restait toujours silencieux, il écoutait ce que lui disait Cat', son regard poser sur la femme voleuse. Il n'avait pas l'intention de s'habiller après tout il était chez lui et très bien dans cette tenue. Ce qu'elle disait énervait au fur et à mesure le magicien, une grimace était visible sur son visage fatigué. Comment quelqu'un pouvait oser faire ça à des gamins, une chose est sûre si Catwoman voulait se vengée, John l'aiderait sans poser de question. Même si cela impliquait de tuer quelqu'un de sang froid.

Plus elle donnait d'informations plus elle donnait de papiers, John les regardaient attentivement les uns après les autres. Cette femme avait fait un travail d'investigations remarquable, elle ne le montrais pas mais il était certains que ce genre d'affaire la touchait. Cette femme avait plus de sentiments que ce qu'elle montrait aux autres. Constantine connaissait bien ça. En écoutant cette femme il se disait que finalement ils se ressemblaient sur plein de points différents ? Qui l'aurait crût ? Sûrement pas lui, au vu de leur première rencontre.

Un sourire était de nouveau visible sur le visage du magicien en écoutant la dernière phrase de la femme devant lui.

Je ne suis pas entièrement nu. Et si jamais tu veux t'amuser fais moi signe j'enfilerais une chemise.


Son regard voulait dire beaucoup de chose, il était à l'aise avec elle. Il savait qu'elle comprenait ce qu'il ressentait au plus profond de lui et ça, ça valait de l'or. La phrase du fantôme n'eu pour effet que de provoquer un ricanement du magicien, ce qu'il pouvait dire lui importait peu.

J'aime Sarah c'est sûr. Mais cela ne veux pas dire que je me comporterais comme un prêtre jusqu'à la fin de mes jours. Il se pourrait qu'une autre personne ai piquer mon attention et ça c'est rare croyez-moi.

Quand à ton avis tu peux te le mettre où je pense. N'oublie pas où tu vas finir.


Les yeux de John se posaient sur ceux de Catwoman quand il parlait d'une femme qui avait réussi à piquer sa curiosité. Il savait qu'elle comprendrais parfaitement ce qu'il voulait dire, mais comme il s'y attendait elle ne montrait rien. Donc il faisait de même et continuait la conversation. Au vu de la tête que faisait la voleuse elle venait sans doute de pensée à quelque chose de pénible pour elle. John avait l'habitude de lire les expressions des gens.

Effectivement tu as de quoi nous faire tenir toute la nuit. Mais il ce peut que d'autres projets viennent déranger le programme de base. Qui sais ?

En attendant je te propose de te laissée allée pour ce soir, encore une fois tu peux restée ici sans problèmes. Mais avant j'ai quelque chose à faire.


John se levait soudains du canapé, il trouvait l'ambiance un peu morose, donc il prenait Catwoman par la main, allumait la musique. Il tirait la femme chat vers lui, ses yeux bleus plongés dans ceux de son invitée du soir. Un sourire se lisait sur son visage.

Avant toute chose m'accorderais-tu cette danse ? Voyons ne refuse pas ça nous ferais du bien de bouger un peu.

Nous verrons la suite u programme plus tard, après tout nous avons toute la nuit devant nous.


Sa main se trouvait dans le bas du dos de Catwoman, il ne la serrait pas trop au cas où elle refuserait cette invitation. Une femme en tenue latex, avec un homme nu et un fantôme dans une maison, c'était probablement le début d'une blague salace nul. Autant se changer les idées comme ils le pouvaient.

Cette femme en tout cas avait quelque chose de spéciale, un truc qu'il ne savait pas comment expliquer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMer 10 Avr - 14:34

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Je déçois les gens que je rencontre. C'est pour cela que je fais en sorte de rester à l'écart, le plus possible. De vivre par mes propres moyens, sans dépendre totalement d'eux. Je ne veux pas dépendre d'eux, et en soi, cela doit les blesser. Même ce soir, comme l'autre soir où j'ai rencontré John dans cette rue, je ne peux pas me départir de ce fait, indéniable, tatoué sur ma peau. Lorsque nous nous regardons, lorsqu'il me regarde, je comprends le sens de ses paroles et j'en souris, tout en étant troublée, hantée. Non pas que je le compare à ce que j'ai pu vivre en expériences, mais je ne veux pas renouveler mes erreurs. Ce soir, je dois juste accepter d'être Selina Kyle derrière ce masque. Juste un peu Selina Kyle. Je n'arrive cependant pas à remonter mes lunettes et montrer à Constantine la couleur de mes iris alors que lui, n'a aucun mal à me montrer son corps et se mettre presque à nu. Ça peut paraître stupide de ma part mais ... je n'ai pas envie de ressentir encore de la déception.
« Une danse ... ? Tu es sérieux ? »
Derrière mes verres teintés de rouge, il peut voir à quel point j'écarquille mes yeux. En même temps, je ne m'attendais pas à ça. Ou peut-être un peu ? Non, de base je voulais simplement boire et oublier avec quelqu'un de brisé, solitaire, seul et pragmatique comme moi, sans que l'on me bassine sur le bien et le mal. D'oublier un peu cet échec que je ressens perpétuellement en me rappelant du visage de Zatsy et de Batman. D'oublier aussi l'abandon de Spark au moment même où je me suis dévoilée à lui. Je reste encore quelques secondes là, à regarder John, encore surprise. Il est sérieux, on ne peut plus sérieux. Je me décide à le suivre pour danser, simplement. Ça paraît idiot et complètement mièvre, mais ça fait aussi un bien fou en cet instant.
« Attends. »
Je sens sa main dans le bas de mon dos, ce qui me fait sursauter non pas parce que cela est désagréable, mais parce que je dois tout de même enlever quelque chose d'assez inconvenant. Et cette chose je l'enlève à l'aide de mes dents pour ensuite les jeter à terre. Là, en posant maintenant ma main sur son épaule et en joignant l'autre avec la sienne, c'est tellement mieux.
« Ce sera plus agréable comme ça. »
Ce soir, je ne suis pas là pour blesser ou ouvrir des vitres. Tout du moins tant que rien ne m'y oblige car même sans ces griffes, je reste dangereuse. Je crois que John l'a remarqué, depuis. Ça ne m'empêche pas de lui jeter un regard, amusée par la situation. J'ai aussi l'agréable surprise de ressentir aussi autre chose que des essences magiques en le touchant. Quoi faire, la fois où il a soigné ma cuisse.
« Ella Fitzgerald ? Ça faisait longtemps. »
Lorsque j'entends la voix de cette chanteuse qui a fait partie de mes premiers achats en vinyle, je souris comme une gamine mais le cache bien vite pour ne me concentrer que sur la danse. Et sur mon partenaire de danse.
Pendant de longues minutes et d'autres musiques, nous ne faisons que danser, nous dévisager pour ensuite nous mettre à simplement sourire et nous suivre quand l'un est plus à l'aise avec une danse que l'autre. Ça semble si simple, si banal, que j'en oublie mon costume. Et pourtant j'hésite encore. Je doute. J'ai beau avoir une certaine dose d'alcool dans le sang, j'ai sans cesse ce petit rappel sous forme de lumière rouge intermittente se profilant au loin. Comme la lumière du port.
« J'ai une question d'importance capitale. Comment fais-tu pour faire tenir cette serviette aussi longtemps sur ta taille. »
Je touche le fameux noeud de serviette de l'index. Et je le tapote pour tester sa tenue.
« Je me demande aussi si en mettant une musique avec plus de rythme, ton petit truc magique va rester en place. Tu en dis quoi Vince ? »
Nous n'entendons plus le fantôme. Je me mords la lèvre inférieure tant j'ai envie de tester la tenue de la chose. Et j'oublie pour un temps cette fichue lumière rouge m'empêchant de vivre. Rouge sang, culpabilité, danger, honte. Je n'ai peut-être pas de pouvoirs magiques, mais Constantine et moi nous fichons de nos différences. Ça fait un bien fou d'être considérée pour ce que l'on est, sans être jugée.

© Crimson Day

Musique:
 


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMer 10 Avr - 15:18

Ce soir John pouvait enfin profiter d'une soirée calme, un moment agréable depuis tant de jours, d'habitude il était seul avec ce bon vieux Vince. Ils ne parlaient presque pas ensembles, les seuls mots qu'il s'échangeaient était des vacheries ou des insultes. Lors de leur première rencontres John ne savais pas trop quoi penser de cette femme, il ne la connaissait pas du tout, elle avait montrée les crocs et sorties les griffes au bout de quelques heures ensembles. Mais ce soir ce n'était pas la même personne face à lui, il laissait le temps à la femme d'enlever ses gants.

La main abîmée du magicien touchait celle de la voleuse, pour ce soir et son invitée il avait décidé de se laisser aller. Lui qui d'habitude ne montre pas ce qu'il ressent aux autres, de peur de les blessés, semblait enclins à se laisse aller avec cette femme. Elle avait ce petit truc, qui mettait John à l'aise en sa présence, au fil des musiques les deux partenaires enchaînaient les danses. Certaines était compliquée à suivre pour le magicien, d'autres plus simple. Voir cette femme aimer ce moment était cool, cela montrait que tout ce passais pour le mieux.

John voyait le doigt de la femme se poser sur le noeud qui retenait la serviette à sa taille. Un regard plus que provocateur était maintenant posé sur elle. Un léger sourire en coin s'affichait sur le visage du magicien. Puis il prenait la parole, laissant cette fois son accent anglophone apparaître, c'était rare car il le cachait en général. Ca arrivait quand il était bourré ou quand il appréciait la personne avec qui il était.

Vois-tu me lady, c'est une techniques ancestrale. Transmise de génération en génération, par feu mon père. Tout est dans le coup de poignet, un bon noeud solide saurait vous protéger de tout accident plus ou moins... involontaires.

Il lui arrivait souvent de dire ce genre de connerie, pour sûr si vous vouliez rigolez John Constantine est l'homme de la situation. La main du magicien présente dans le bas du dos de la femme-chat ne bougeait pas, son regard incitait toujours la femme à essayer de voir par elle même. Voyons jusqu'où elle jouerait, si jamais elle devait changer d'avis John ne tenterais rien de plus.

Mais après avoir entendu la phrase suivante, il ne pouvait s'empêcher de vouloir jouer à ce jeu. Sans se faire prier il se reculait légèrement de sa partenaire, bien qu'ils étaient toujours assez proche. Il claquait des doigts avant qu'une musique plus rythmée passait.

Je te propose de voir ça tout de suite. Vois-tu je suis un homme qui aime les défis. Je paris que rien ne se passera, malgré la musique.

Le magicien aimait jouer avec le feu. Une telle demande ? Il ne pouvait pas la laissée passer, il prenait alors son verre le remplissait à nouveau de whisky et faisait de même pour celui de la femme-chat. Impatient de voir la suite des événements.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMer 10 Avr - 20:18

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Pourquoi ça ne peut pas être aussi naturel avec certaines personnes ? Est-ce que jouer, jouer sans étouffer l'autre jusqu'à l'asphyxie est si désagréable ? Que ce soit Constantine ou Adrien, je ressens cette même sensation. Adrien avait aussi cet aspect joueur, à attendre de voir ce que j'allais bien pouvoir lui sortir. Pour Constantine, je ne sais pas. Ça y ressemble, en apparence. Alors quand celui-ci se met à relever le défi après m'avoir sorti l'explication la plus bateau qu'il soit pour justifier la tenue de son noeud. Je roule des yeux et ne me gêne pas pour le pousser légèrement.
« Oh une technique ancestrale. Bien sûr. Apprise dans les montagnes reculées de Chine sous une lune sanglante. Je vois touut à fait le genre. »
Ça a le mérite de me faire sourire. Je le regarde donc faire, changer de musique et donc de tempo. Je le suis, en bougeant mes hanches en rythme un moment avant de m'emparer de ce nouveau verre plein. Et je danse, laissant cette distance entre nous se faire, bien plus occupée à me trémousser sur Chains of Love de Erasure. À boire, quelques fois me rapprocher de lui pour rentrer dans le rythme du refrain. Puis vient le moment où, alors que nous sommes en train de sourire et danser presque collés, l'une de mes mains se redresse avec la fameuse serviette entre mes doigts.
« Mince. Je viens juste de la rattraper avant qu'elle ne tombe. Le noeud a néanmoins bien tenu. Bravo à toi. »
Je me recule, tendant la serviette pour faire office d'écran cachant à ma vu la partie basse du corps de Constantine. Je ne vois qu'une partie de son torse et son visage même si il me suffirait de baisser un peu la tête et les yeux pour voir le reste.
« C'est dommage on aurait peut-être pu inscrire ça au Guiness des records. »
Et je tourne les talons, m'en allant le verre en main jusque dans la cuisine où Vince boude. Je ne sais pas où, mais je sens sa présence. Sa réaction quand John va se pointer nu mériterait d'être vue. Ça va être drôle cette farce ... farce. Ce mot, non. Non.
« La vie n'est rien d'autre qu'une farce. On y joue tous un rôle bien précis. (...) Catwoman, tu es là pour voler les crétins de la pègre, et voler le cœur du gars en noir là. »
Le visage du Joker. Je le sens près de ma nuque, j'entends sa voix. Je m'appuie contre la table et, lâche le verre de whisky un peu trop rapidement car celui-ci roule sur son bas.
« Tu le rends faible. Tu les détruis. Avoue-le, tu aimes voir tout ça se casser la gueule, sale catin à queue de chat. »
J'inspire profondément en essayant de taire ce mauvais passage, encore trop récent dans mon esprit pour que je m'en départisse. J'ai tellement l'impression de planer en cet instant et de tout voir de façon entrecoupée, avec des flashs de plusieurs visages et passages sales. Des dernières nouvelles qui m'ont encore plus miné que je ne le pensais. Je sens mes doigts se serrer contre le tissu de cette pauvre serviette qui n'a rien demandé avant de cacher mon tissu contre. C'est encore humide, frais, ça sent le savon.
« Je m'excuse. Je crois que je n'ai plus l'habitude de boire autant de whisky en une soirée. »
Peut-être qu'il y a un fond de vérité, ça me monte à la tête. Bien que je ne sois pas sûre de cette vérité. En tout cas je ne peux décemment pas plier comme ça. Je bois cul sec le reste de mon verre et je secoue la tête avant de me tourner vers Constantine. Je m'appuie d'une main contre cette table et je me pare de mon plus beau sourire malicieux.
« Malgré tes airs de dandy débraillé, tu sais choisir ton savon. Il sent bon. »
Et je fais tourner la serviette, sans cesser de le dévisager, à essayer de me concentrer sur ce moment pendant que braille aux aigus mes tourments. Je ne peux pas me reposer sur lui. Pas comme ça. Est-ce que j'ai seulement le droit de ne trouver qu'un intérêt, alors que tout semble plus simple, plus apaisé ? Je ne sais pas. Et ce même si je suis la seule capable de trouver la réponse à cette question.

© Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptySam 13 Avr - 17:56

Un sourire était présent sur le visage du magicien, elle venait d'enlever la serviette de sa taille, le magicien observait son invitée du soir. Elle semblait à bout, malgré ce qu'elle montrait avec son sourire et son envie de boire. John savait remarqué quelqu'un qui souffre face à lui, étant dans le même cas ce n'était pas bien compliqué. Mais tant qu'elle ne disait rien, il ne voulait pas la brusquée donc il faisait de même, se contentant de la regarder danser en buvant son verre.

Heureusement que tu était là, alors. Sinon la pauvre serviette aurait finis sur le sol. Quel manque de savoir-vivre de ma part. Je te remercie me lady.

Constantine parlait avec une pointe d'ironie, en regardant la femme se diriger vers la cuisine, il attrapait au passage la bouteille la voilà perdue dans ses pensées avec son verre en main. John affichait un air sérieux, elle semblait dans son monde durant quelques secondes. Mais suffisamment longtemps pour permettre au magicien de remarquer que là ce n'était pas du tout agréable. D'un pas assuré et nu comme un asticot et s'approchait de la femme chat.

Il n'y a pas de problèmes. Je te dis si tu te sens mal ma proposition de tout à l'heure tiens toujours. Mon lit t'est ouvert.

Et puis que veux-tu l'habit ne fais pas le moine à ce qu'on dit.


John approchait de la femme-chat pendant qu'elle le matait, le fantôme il s'en moquait complètement et ne faisait même pas attention à ce qu'il pouvait bien dire. D'un claquement de doigt la serviette quittait les mains de la voleuse pour revenir s'enroulée autour de la taille de John. Il se trouvait maintenant face à la femme-chat, son air sûr de lui. Ses yeux bleus étaient plongés dans ceux de son invitée, pour elle il la regardait. Mais en vérité il voyait au plus profond de son âme.

Si tu ne tiens pas, je te propose qu'on change d'activité pour ce soir alors. Tu es libre de choisir ce que tu veux. Je te suivrais, mais avant j'ai une chose à te dire. Approche.

Bien-sûr ils étaient si proche qu'il était difficile de faire mieux, le visage du magicien était presque collé à celui de la femme-chat, puis il lui chuchotait quelque chose à l'oreille. Consciemment elle comprendrait une phrase dans le genre :

Surprend moi je te fais confiance.


En réalité il venait d'utiliser une incantation, ce sort permettrait à Sélina d'oublier tout ses plus gros tourments le temps d'une soirée. Bien-sûr ce sort avait un prix comme tous, ce soir c'était John qui porterait tout les malheur de la femme face à lui. Pour ne pas éveiller les soupçons elle s'en rappellera mais elle ne sera plus aussi triste en y repensant. Il ne savait pas pourquoi il faisait ça, mais après avoir reçu cette abondance de tristesse, le magicien fût légèrement surpris.

Cependant, il gardait son sourire au visage avant de reculer son visage. Tout en restant assez proche de Catwoman, attendant de voir ce que la suite de la soirée lui réservait, cette femme souffrait, il voulait l'aider. Encore ce côté chevalier blanc, un jour ça le perdra.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptySam 25 Mai - 22:23

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman John vient se coller contre moi, sans aucune gêne alors qu'il se trouve dans le plus simple appareil. Je ne me montre en rien prude, et encore moins aguichée par cette prise à la fois sensuelle et délicieuse. Car quelque chose me perturbe, au moment même où nos visages se frôlent. Une sensation inédite est en train de me prendre au corps, sans que je ne puisse en comprendre l'exacte provenance sur l'instant. C'est comme si j'oubliais tout. Adrien, Lola, Bruce, Holly, Spark, mes parents, Maggie. Tout ce pour quoi je ne cesse de culpabiliser et regretter à chacune de mes décisions. Comme si, quelqu'un avait avalé toutes ces douleurs, ces hantises et ces hurlements qui chaque nuit me hantent, et contre lesquels je ne cesse de me battre. Comme si, je pouvais prendre un nouveau départ. Comme si, je n'étais plus qu'une partie de moi. Je me redresse, poussant un peu John aux épaules pour étudier son regard. Il semble ... il semble encaisser quelque chose, et j'ai l'impression de voir ce que j'ai toujours vu en me regardant dans un miroir.
« Tu veux que je te surprenne, ou bien est-ce que tu fais simplement cela pour que je dégage mes problèmes. Dois-je te rappeler que ... »
Je m'arrête. Défaite, mais aussi bien obligée par égard pour lui de ne pas remuer encore plus le couteau dans la plaie. Alors il ne me reste plus qu'à aviser, tête baissée et proférant un léger grognement de mécontentement contre l'épaule de John. Cela me fait bizarre car en vrai, si j'étais encore tourmentée, cette phrase je l'aurai terminée. Et Constantine aurait ressenti tout le froid que je peux dégager pour prendre mes distances.
« Très bien. Même si peu de choses doivent te surprendre au vu de tes fréquentations. »
Et je me dégage, annonçant ainsi notre départ.

Je n'ai pas beaucoup réfléchi à vrai dire. Je lui ai parlé de manière (trop) spontanée lors de notre marche. De ce que Gotham m'inspire en bien ou en mal, et de mon envie de démonter ce soir l'un des pires pontes du milieu du jeu de hasard, qui n'a pas été happé par Arkham. Je pourrai aussi lui parler d'Adrien, de ce qui m'a poussée à disparaître si longtemps comme je ne l'ai fait qu'avec mon amant français, mais je me retiens. Je sens que ce n'est pas moi, et mon moi, réagit à ce changement, pour me préserver d'un lendemain brutal.
« Nous allons effectuer une danse, John. Vois-tu, Smithey, un ami de longue date, s'est vu voler un bien on ne peut plus précieux. »
J'étends mes bras en voyant que nous sommes enfin arrivés devant le bâtiment où se trouve Li et toute son adorable clique. En soi, j'ouvrais mon univers à un sorcier que je ne connais que très peu, est-ce là une bonne idée ? Pas vraiment, mais je m'en contrefiche en imaginant le bonheur de Smithey en récupérant son dû.
« Tabassé par des petites frappes sous couvert d'homophobie, ils en avaient finalement après son bracelet de famille. Qui risque de fortement t'intéresser. »
Laissons-lui la surprise pour quand nous serons face à ce beau petit bijou. Je remets mes gants en place, tout en surveillant les allées et venues des membres de Li.
« On va faire ça sur un rythme de cha cha cha. Tu verras, c'est entraînant à souhait.  »
Fouet en main et sac sur l'épaule, je regarde Constantine en coin, pendant que soudainement, un crash survient du côté sud du bâtiment. Événement qui indubitablement amène nombre des hommes de Li vers la zone. Je souris en pensant à Weber qui a dû faire son petit numéro comme nous l'avions convenu ce soir. Car oui, j'avais calculé tout cela en prévision de cette soirée. Constantine n'est qu'un bonus. Agréable, et bon partenaire dans ce crime contre ... le crime. J'ai toujours adoré faire tourner en bourrique ces imbéciles se croyant plus puissants que le commun des mortels, seule ou accompagnée. Et ce soir, cela ne ferait pas exception. Sauf que, cette fois, je sais que je ne serai pas jugée par cet homme. Pas cette fois en me jetant dans le vide, en le regardant comme un autre. Pas cette fois non plus, en passant par cette fenêtre du troisième étage ouverte par un autre de mes complices, voyant la désuétude de Li comme une victoire pour leur business. Suis moi dans cet immeuble John Constantine et amuse toi. Nos deux mondes vont à nouveau se lier dans cette danse différente de celle dans ton appartement.

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMer 12 Juin - 20:56

John encaissait, c'était le domaine dans lequel il avait le plus de talents après la magie, il n'en montrait rien, Sélina ne devait se douter de rien. Même si vu la tonne de souffrance elle l'a sans doute remarqué, être débarrasser d'un tel poids d'un coup fait forcément quelque chose.  Le magicien ne savait pas encore précisément pourquoi il avait fait ça. Cette femme n'était personne en particulier pour lui, ils se connaissaient, à peine suffisamment pour se faire confiance. Mais il ne pouvait pas la laissée avec toute cette détresse qu'elle avait en elle. Aucune femme sur cette planète ne méritait un traitement si triste.

Après tout il lui avait bien dit qu'il serait son chevalier blanc ce soir. Même si pour toute personne qui le connait un minimum ce rôle n'est clairement pas fait pour lui.

Mes fréquentations ? Je te signal charmante voleuse que tu en fais partie maintenant. Mais la vie serait tellement ennuyeuse sans les problèmes qui vont avec.

L'anglais savait très bien qu'elle risquait de ne pas approuvé ce qu'il venait de faire, mais bon il ne pouvait s'empêcher de sourire. Il posait sa main sur la tête de la femme qui était appuyée contre son épaule. Cette femme cachait une partie d'elle qui méritait d'être visible, elle cachait clairement sa faiblesse derrière ce voile d'arrogance et d'indépendance.

Il était bien placé pour reconnaître ce genre de personne.

Après qu'elle ce sois décalé de lui, il l'observait, ses yeux bleus étaient posés sur elle. Alors qu'il s'attendait à une vraie danse elle commençait à lui raconter une histoire d'un ami à elle. Pendant ce temps, d'un claquement de doigt voilà le magicien tout habillé comme au début de la soirée.  Il la suivait dans les rues vides de Gotham, il écoutait ce qu'elle lui disait sans un mot. Visiblement le sujet était assez sérieux, ce n'était donc pas le moment pour plaisanter.

Les voilà devant une maison imposante, de ce qu'elle disait un criminel vivait ici, sans doute avec son armada de guignol en jupe courte. C'était la mode en ce moment, une grande maison, plein de soldats et surement des orgies jusqu'au bout de la nuit. Quoi que... ça c'était sûrement dans ses rêves, quel dommage. En tout cas avec autant de fric et une baraque aussi grande c'est sans doute ce qu'il aurait fait. Mais bon malheureusement ce sont les gens les plus ennuyeux qui sont le plus  chanceux.

Avec toi ma belle, je danserais sur n'importe quelle danse, jusqu'au bout de la nuit.

Puis voilà une explosion de l'autre côté de la maison, le visage de la femme-chat semblait amusée et soulagé que tout ce déroule comme prévu. Digne d'un film hollywoodien, un sifflement échappait au magicien, elle entrait comme une voleuse, lui entrerait par la grande porte, de toute façon il y avait très peu de chance que quelqu'un puisse l'arrêter. D'un claquement de doigt, il se téléportait dans l'un des couloirs de l'étage, il s'amusait à frappé deux hommes, qu'il aurait clairement pût éviter. Cette soirée serait encore une fois une belle sauterie, sans arrière pensées bien-sûr.

Une fois dans la maison la voie libre, il attendait sa complice. Lui ne savait pas vraiment où aller, donc il la suivrait, pour cette fois c'était à elle de mener la danse.  John aimait bien être dirigé par les femmes, surtout dans le noir, en pleine nuit.  Rien qu'à cette pensée un sourire était visible sur le visage du blond.

Bon et ensuite ? Je te laisse me guider. Même si à choisir j'aurais préférer te laisser contrôlé un autre genre de situation.

Mais restons sérieux, pour ton ami, si c'est vrai, nous cambriolerons ce criminel. Sans même qu'il ai le temps de s'en rendre compte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptySam 29 Juin - 19:10

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Comme prévu, les hommes de Li sont occupés à d'autres affaires, bien que certains soient restés en arrière pour garder l'escalier menant au coffre fort. Je cherche Constantine du regard, me doutant qu'il n'avait pas pris la peine d'entrer comme le commun des mortels. Ah la magie et ses charmes ... et quand je parle de charmes j'englobe bien évidemment l'apparence de John. Même si en toute logique, celle-ci n'a rien de magique. Finalement, je le retrouve assez facilement. Non pas que cette barre d'immeuble soit petite, mais disons que cette pierre à runes que je porte depuis la mort de Zatanna me sert à détecter les soubresauts magiques. Je remercie mon contact dans l'occulte pour ce petit cadeau. Ou plutôt, ce dû suite à service rendu. Je le fixe donc depuis l'entrée de cette pièce, baigné par la pénombre et les néons, ce petit sourire en coin le rendant d'autant plus craquant. Et mon regard s'assombrit, petit à petit lors de sa remarque peu orthodoxe. Je le dévisage, et il peut comprendre que sa boutade, qu'elle le soit ou pas, me donne des envies de le provoquer. Cependant, je ne vais pas plus loin.
« Tout à fait. Sans qu'il ne le remarque. Tout du moins ... pas tout de suite. »
Et je fais voler dans ma main droite ce joli gadget volé à WayneTech, pouvant faire sauter sans aucun problème les systèmes de coffres à empreintes digitales ou autres petites excentricités faites pour soi disant rendre le coffre impossible à ouvrir. L'objet de mes désirs de nouveau serré dans le creux de ma main, je pivote pour engager la marche jusqu'à notre objectif, pendant que Luis et Cavanaugh me font leur topo sur leur situation.
« Mmmmh ... Prépares-toi. On va avoir un peu de compagnie avant d'arriver à notre objectif. En cinq minutes ce sera jouable. La magie est autorisée, bien entendu. »
Si certains de ces crétins à la botte de Li se font envoyer dehors ou se retrouvent le fessier à l'air par Constantine, je ne me ferai pas redresseuse de tords comme certains. Ça me fera même plaisir de les voir un peu dégonfler d'égo avec autre chose qu'une bonne claque « d'humiliation» donnée par une femme.  

J'ouvre donc la marche, courant tout de même pour éviter de perdre trop de temps pendant que John me suit à la trace. Les escaliers sont montés et à peine nous passons la porte, on nous attaque, avec une jolie batte cloutée. Je l'évite facilement en me jetant à terre, ce qui envoie indubitablement l'arme frapper le mur dans son sillage. Ça part vite, très vite. Les quatre hommes sont mis hors combat que ce soit par mes techniques ou bien celles de John, nous nous retrouvons même pour mettre le dernier à terre dans une « danse » endiablée. Je lui jette un coup de fouet à la nuque pour l'envoyer valser, John l'achève d'un de ses tours, et je me permets de faire rouler le bonhomme jusqu'au coffre (ne vous inquiétez pas il ne se trouvait pas loin de celui-ci) pour l'utiliser comme appui. Plus qu'à placer le dispositif sur l'écran ... j'entends le clic significatif ... et le processus se met en marche. Bien. Tout se déroule comme prévu.
« Ta présence m'a permis de boucler cela avec plus d'une minute d'avance. Les gars vont venir se servir. Nous on repart avec le bracelet. Et peut-être ... cette superbe bague aigrette. »
En tout cas, je m'empare de cette bague de chez Chaumet. Coquin de Li, je ne savais pas que tu avais ce genre de petite beauté dans ta collection. Je me retourne vers John, sans décoller mes yeux de cette bague, sertie de sa citrine et de ces diamants. L'or doit frôler les vingt carats à vue d'oeil. Vraiment pas mal. Quoi ? Je me pâme plus devant un bijou que devant un homme qui me fait du charme et me charme ? Dois-je vous rappeler que je suis Catwoman et que j'ai quelque chose de brisé intérieurement.
« Ah. Oui. J'oubliais. Le bracelet. »
Je le lance vers John. Il s'agit d'une sorte de torque en or, sur lequel est serti un gros diamant entouré et englobé de ce qui semble être une représentation de l'arbre Yggdrasil.
« Joli non ? C'est un portail vers le Ginungagap. Enfin, encore faut-il que quelqu'un le porte. »
Je ne dis rien de plus, éludant les origines de Smithey, qui lui, peut décemment porter ce bracelet sans se faire happer directement par le portail.
« Tu veux l'exorciser comme tu m'as exorcisé ? Ou utilises-tu un autre mot dans ce genre de contexte. »
Cette fois j'avance vers John, profitant de ces dernières secondes pour le badiner tendrement comme il a essayé de me badiner. Tout en douceur. Un doigt posé entre ses clavicules.
« Tu ne devrais pas t'infliger ça. Même pour mes beaux yeux. »
Peut-être que je suis sérieuse, peut-être pas. Je préfère laisser planer le doute dans mon expression, dans ce petit jeu tactile auquel je m'adonne. Il sait que j'ai ma part de fragilité. Il voit au delà. Ça me plaît comme ça ne me plaît pas. Pourquoi ? Car je sens des choses en moi s'ouvrir lentement dans la douleur. Alors je me recule, tourne les talons et me veut la plus fière, la plus victorieuse, la plus forte possible en cet instant pour lui demander simplement ceci :
« Et maintenant. Tu veux prendre l'ascendant dans cette danse ? »

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptySam 6 Juil - 14:21


Moyens détournés


 
John ne savais pas dans qu'elle galère il venait de s'embarquer, pour être franc il s'en moquait un petit peu. Cette femme faisait partie des rares femmes capables de lui faire, faire n'importe quoi, John était peut-être un excellent magicien, mais les belles femmes étaient son point faible. Encore plus quand elles ont du tempérament, Sélina n'était pas une exception, elle savait ce qu'elle voulait et n'hésitait pas à le prendre. Puis cette façon d'être si indépendante, il admirait ça.  

Une fois entrée dans la maison sans grande difficulté, il suivait la voleuse, bien plus expérimenter que lui sur le sujet. Pour dire vrai ce n'était pas son premier cambriolage, mais c'était le premier où les victimes n'étaient pas d'affreux démons. Disons qu'en cas d'échec ils risquaient moins, de simples humains armés ? Il en faudrait plus pour retenir et impressionner John Constantine. Après quelques mètres parcourus, la voleuse lui indiquait qu'ils auraient de la compagnie. Sur ces mots John eu un sourire, c'était encore un des nombreux jeux de mot qu'il s'empêchait de dire. Au moins il se faisait rire c'était déjà ça.

 Elle semblait déterminé, partant en courant devant John ne pouvait que la suivre, le magicien avait bien une quarantaine d'année, mais il avait toujours l'âme d'un gamin. Courir dans une maison qu'il était entrain de cambrioler était un jeu très excitant, pas aussi excitant que sa partenaire cela dit, il devait bien le reconnaître. D'ailleurs un nouveau petit rire lui échappait à cette pensée.

" Que tu es con Johnny, heureusement que tes pensées ne sont pas entendu de tous"

Un peu plus loin un combat commençait, ils se retrouvaient face à quatre hommes, rien de bien dangereux jusqu'ici. D'ailleurs le magicien était impressionner de voir la force et le style de combat de la voleuse, elle était douée et il notait qu'il n'avait pas très envie de se la mettre à dos. A ça non, le magicien est courageux, mais il y a des limites. Après avoir mis k.o les gardes sans grandes difficulté, et avec classe il fallait l'avouer, les deux amants cambrioleurs - oui John trouvait ce nom très classe - tombaient devant le coffre fort. D'ailleurs malgré sa grosseur il ne résistait pas longtemps aux charmes de la belle voleuse.

Ce coffre fort est comme un homme. Une belle femme qui approche son visage du sien, un clic et tout s'ouvre. Il n'a pas honte ? Un peu de pudeur ne ferait pas de mal.


Fière de lui il souriait et observait ce que faisait sa partenaire, elle semblait intéressé par un bracelet magique. Qui visiblement avait besoin d'un homme assez puissant pour le contenir. En terme de puissance magique John était l'homme de la situation, il attrapait donc le bracelet lancé dans sa direction puis observait Sélina s'approcher de lui.

En se basant sur ce qu'elle venait de dire, John comprenait qu'elle aussi avait compris ce qu'il avait fait plus tôt. Bien joué elle était douée et John ne savait pas pourquoi il était tant attiré par elle, mais une chose est sûre elle ne le laissait pas indifférents.

Je ne devrais pas, c'est vrai. Mais justement tes yeux sont si beaux que je n'ai pas pût m'en empêcher. Et puis grâce à toi j'ai passé une nuit des plus marrantes. Alors disons que c'est un échange de bon procéder.

Mais je serais curieux de savoir depuis quand tu es au courant ?

Et si jamais cela te pose un problème, je peux annuler ce sort facilement.


Puis elle lui proposait de reprendre l'ascendant sur leur danse folle, un sourire était visible à nouveau sur le visage du magicien, très bien il avait une idée de génie pour la suite des événements. John approchait de la voleuse, il passait son bras autour de ses hanches, la tenait contre lui avant de lancer une sorte de poudre au sol. Dans un épais nuage de fumée les voici à l'extérieur de la maison. Le magicien lâchait sn étreinte pour claquer des doigts avec sa main droite. Une musique retentissait.

Cette musique était " Show must go on" du célèbre groupe Queen, pourquoi cette chanson ? C'était celle de Sarah et puis les paroles se prêtaient bien à la situation. Puis au moment de la phrase principale de la musique, une explosion balayait la résidence, évidement personne n'en était mort. Faisant place à un feu d'artifice, que le magicien observait une cigarette à la bouche.

Le show continu. A la tienne.


Ces mots étaient destinés à Sarah, puis avant que sa partenaire ne puisse dire quoi que ce sois il se tournait vers elle un sourire en coin. Son bras tendu vers elle comme pour qu'elle l'agrippe, puis il lui faisait un clin d'oeil.

Et maintenant me lady, que faisons-nous ?







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptySam 13 Juil - 23:23

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Je n'ai pas répondu à John quand celui-ci a confirmé l'utilisation de sa magie sur ma personne. Je l'ai juste regardé droit dans les yeux, quelques secondes sans doute. Mon regard en dit long, n'est-ce pas, John. Tu vois que l’instinct ne nous trompe pas. Que l’on sait au fond de nous, que l’on sent sur notre peau. Que l’on veut de tout coeur. Mais que l’on ne se trompe pas, par cette belle et dangereuse raison qu'est l'intuition. Je m'occupe de signaler au reste des membres de mes partenaires pour ce casse que la voie est libre. Mais alors que je finis de donner les instructions aux autres, je ne peux m'empêcher de venir à nouveau fixer John sous mes épaisses lunettes. De lâcher un petit sourire suivi d'un petit souffle et de reprendre ma conversation.
Vient ce moment qui me prend de court, me tend et me met en alerte. Son bras entour mes hanches et je ne peux pas m'empêcher de décrocher un grand sourire, à la limite du rire quand nous nous retrouvons à l'extérieur. Que ce soit la musique, l'explosion faisant voler le coffre fort encore ouvert voler au dessus des têtes, ou tous ces bijoux, lingots tombant en une pluie d'or et de pierres du coffre, je trouvais cela gonflé et hilarant. Surtout, en voyant la tête des hommes de Li sortir des décombres, abasourdis.

John me tend finalement son bras, mais ... je ne le prends pas. Je m'avance vers lui, prenant entre deux doigts sa cigarette. J'attends qu'il me laisse la prendre, lui demandant silencieusement de me faire confiance.
« La magie a beaucoup d'aspects positifs. Des mages bien roulés, par exemple. »
J'approche la cigarette de mes lèvres.
« Mais la magie ne peut pas guérir ce qui est ancré profondément en nous.»
Mon sourire se fait triste, et je me perds un moment dans mes pensées. Pensant à tout ce qui m'a fait souffrir, mais aussi construite. Je ne peux pas l'abandonner, je ne veux pas le laisser de côté. Devenir autre chose que Selina Kyle, Catwoman ... en cet instant mon coeur me dit de tourner le dos à cette vie. Et peut-être de penser ... non. Je sais que ce n'est pas moi. Mes lèvres se posent sur la cigarette, mais je n'inspire pas la fumée. Seul la pression importe.
« Pour elle.»
Finis-je par lui dire en lui tendant de nouveau cette cigarette. Son petit hommage à Zatanna n'est pas passé inaperçu et, j'espère secrètement que Batman va fulminer en voyant les dégâts. Pour que cette regrettée magicienne dont j'ai gardé le noeud papillon puisse contempler la scène de là où elle est même si j'ai du mal à croire au concept de vie après la mort. Mes griffes viennent glisser sur sa chemise de bas en haut, avant que celle de l'index ne s'arrête sur la pointe de son menton.
« Eh bien maintenant, on rentre. Et tu annules ce sort. »
Car je ne suis pas moi-même. Je ne veux pas profiter de quelque chose qui ne m'appartient pas. Je veux être maîtresse de mes émotions, même si celles-ci menacent parfois de me noyer et de me rappeler toutes ces choses qui m'ont à jamais lacérées. Je me dégage et mets en marche, pour éviter de déraper alors que je ne me sens pas moi-même. En vrai, cela forme un vide, un énorme trou béant que je n'aurai jamais cru sentir avec autant d'intensité. J'ai mal. Et je ne veux pas partager cela avec qui que ce soit. Encore moins quand je sais que ce genre de moments n'est qu'éphémère. Ces rires, cette adrénaline, cette complicité, ce n'est qu'une nuit, à Gotham. Et ces nuits s'effacent pour être remplacées par d'autres qui affamées, déchireront ces souvenirs heureux.
« S'il te plaît. Je n'ai pas envie que tu en saches de trop. »
Sinon je risque de t'en vouloir John Constantine. Un chat des rues ne cède pas ses balafres.

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyJeu 8 Aoû - 12:12


Moyens détournés ( Catou )


Le magicien se doutait bien que son petit tour de passe-passe se remarquerait, une telle souffrance en moins ne passerait pas inaperçu. Son objectif était en aucun cas de blesser sa compagne de soirée, bien au contraire, mais il peut comprendre ce besoin "d'encaisser". Car pour lui aussi les souffrances passées font ce qu'il est aujourd'hui, même s'il regrette certaines action il doit vivre avec, ça fait partie de la vie. Alors il laissait la belle voleuse s'approchée de lui, lui prendre sa cigarette avant de poser ses yeux bleus sur elle.

Le coup de la musique lui avait visiblement plut, c'était le principal. D'un pas lent mais sûr, le magicien approchait de la voleuse, il posait une main sur sa joue avant de lui déposer un bisous sur le front. Le moment ne durait qu'un bref instant, dans quelques minutes elle ressentirait le retour de ses souvenirs. Puis John reculait remettant un peu de distance entre eux. Elle passait ses griffes le long de son corps avant de reculer puis prendre le chemin du retour.

Je vais nous téléporter à la maison. Nous y seront bien plus rapidement que par les moyens habituels.

John profitait encore d'une nouvelle occasion pour venir saisir la femme par les hanches puis, les téléporter dans son appartement. Il ne savait pas si elle voulait rester ici ce soir, au pire il pourrait la faire arriver chez elle rapidement. Arriver chez lui le magicien, enlevait son long manteau beige, le lançait sur le porte manteau présent dans l'entrée. Il desserait sa cravate avant de s'installer dans son canapé, il tenait dans ses mains le bracelet volé, il y avait clairement quelque chose de magique qui s'en dégageait.

Il se servait un verre avant d'en servir un à sa partenaire. Puis comme fatigué de tout ça, il posait le bijou sur son bar, avant de retourner s'asseoir. Puis de nouveau son regard se posait sur cette femme, il ne comprenait pas ce qui lui plaisait autant chez elle. Mais elle ne le laissait pas indifférent, bien plus qu'un simple jeu de drague. Mais bon cette fois comme les autres il n'en parlera pas, ça la mettrait trop en danger, face à des forces bien plus puissante que n'importe quel clown de cette ville.

Bien, que veux-tu faire ? Moi je propose de se reposer ici, au moins jusqu'à demain matin, après quoi nous irons hanter comme prévu, l'endroit convenu.

Cette fois tu es d'accord pour passer la nuit ici ?

Du moins ce qu'il en reste.


Sans aucune pensée sexuelle ou autre, il enlevait sa chemise, histoire de se mettre à l'aise. De toute manière elle l'avait vu nue, alors bon même s'il avait un semblant de pudeur ce serait inutile. Demain allait être une grosse journée, fallait profiter d'un petit instant de calme et de répit avant d'entâmer les choses sérieuses.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 11 Aoû - 0:18

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Plus je reste en sa compagnie et plus je regrette de ne pas avoir pris plus le temps de le connaître. À vrai dire, comment aurions-nous pu plus nous connaître. Je suis une voleuse qui parfois, se retrouve à devoir gérer un objet précieux accompagné de forces démoniaques, et lui un sorcier qui doit faire des aller retours entre les différentes portes secrètes de ce monde. Autant dire que cela donne peu de chances pour une rencontre. Encore plus quand vous avez chacun d'autres aspirations et vos pensées de tournées vers d'autres personnes. Ce n'est pas le moment de penser à cela. Pas quand je sens ces lèvres sur mon front ou ces mains sur mes hanches. Je vois clairement en cet instant qu'il ne s'agit pas là de moyens détournés ayant pour but de me faire taire. Mais je mets les hola dans mon esprit dès que nous arrivons dans son appartement. J'ai envie d'enlever mes lunettes, de retirer le haut de mon costume pour dégager mes cheveux et pourtant, je ne le fais pas. Je m'appuie simplement contre cette commode, le temps que mon esprit se remette en place et m'empêche de céder à la déraison.
« Rester ? »
Bonne question. Si je fais ça, je vais devoir me séparer de ma tenue et, donc me dévoiler. C'est idiot, en sachant que John doit déjà savoir un bon nombre de choses grâce à son tour de magie précédent.
« Ça ne fait que deux soirées que nous apprenons enfin à nous connaître et tu me proposes déjà de rester ici. Tu n'y vas pas par quatre chemins, Constantine. »
Je me retourne, tombant nez à nez avec John, et la superbe vue de son torse nu. Autant dire qu'il m'est difficile de ne pas esquisser un sourire en coin et arquer les sourcils. Oui, je l'ai vu nu, en train de se balader tranquillement dans son propre appartement. Et oui, cela ne me déplait pas. En quoi cela devrait me déplaire. J'ai une vue directe sur son tatouage à l'épaule droite, sur ce verre qu'il boit et ... sur ses yeux qui me fixent. M'étudient. Il attend ma prochaine pique.
« Si tu te sens capable de gérer autant un fantôme qu'une voleuse dans ton appartement, pourquoi pas. Et je pense avoir eu ma dose de téléportations pour le reste de cette journée. »
Dis-je, après avoir poussé un long soupir. J'ai cédé. Je sens au fond de moi que ce n'est pas raisonnable, mais depuis ce petit passage dans ma tête et mes sentiments, je ne me sens pas capable de rester seule, dans ce loft caché dans les rues de l'East End.

« Demain on passera dans l'une de mes planques. Il faudra que je me change avant d'entamer les hostilités. »
Je finis par enlever mes lunettes, ainsi que mons  « masque » signature. J'ai les cheveux collés par la sueur et le visage encore marqué par mon avant dernière altercation avec le Joker. Ce n'est pas vraiment beau à voir, cette cicatrice sur ma joue, mais peu à peu, elle se résorbe, comme le reste. Jusqu'à revenir au pire moment pour me rappeler douleur et amertume.
Spoiler:
 
« Je me permets d'emprunter ta douche. »
Une douche ne vaudra jamais une coulée dans mon bain mais ... ! je n'ai pas à rechigner. En plus, je n'ai aucune raison pour me noyer sous un jet d'eau conséquent. Tout s'est bien passé ce soir. Et d'après ce que j'entends depuis mon petit outil de communication, mes partenaires dans ce casse ont trouvé leur bonheur autant pécuniaire que dans la vue de policiers et TYGER sur les dents. Je finis par prendre le chemin de la douche, non sans jeter un dernier regard vers John, qui est occupé à fixer son nouveau verre. Puis, je claque la porte.
« Mama. »
Vince finit par sortir des murs attenant de la salle de bains. Je viens en effet de lui demander plus ou moins gentiment de me laisser l'espace. Ses cheveux fantomatiques pourront se passer de glace pendant quelques minutes. Vince siffle, et secoue sa main droite comme pour indiquer que j'avais du caractère, sans le signifier par les mots.
« Z'étiez passés où ? »
Le fantôme se cale conte le rebord de la porte de la chambre de Constantine, en ne manquant pas de toiser le sorcier d'un air accusateur et malin.
« T'es parti prendre soin du chat, c'est ça ? Tu sais, si vous l'aviez fait ici j'aurai pas fait grand chose. »
Il hausse les épaules.
« À part vous dire de crier moins fort ... ouais quand même je respecte un peu l'intimité. Je ne serai pas venu vous mater. Ou pas en fait. Si j'étais encore vivant. »
Vince apparaît plus près de Constantine.
« Alors. Tu as bien oublié ma fille ? »
Quand on est un empaffé, même en ayant passé l'arme à gauche on le reste.

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.


Dernière édition par Selina Kyle / Catwoman le Dim 11 Aoû - 1:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 11 Aoû - 0:46


Moyens détournés


John était déjà à l'aise chez lui, il se doutait bien que ça ne lui poserait pas de problème, cette femme était tellement plus intéressante que ça. Un sourire était visible sur le visage du magicien quand elle parlait de son tacte. Ce ne sont que les ados de quinze ans qui tournent autour du pot, John a pour habitude de toujours dire les choses comme il les pensent, du moins la plus part du temps. La voleuse semblait hésité, ce qui pouvait ce comprendre, elle semblait pudique ce qui est normal. Lui aussi n'était pas très emballé par le fait de raconter sa vie, même si avec elle ça ne le dérangeait pas plus que ça.

Tant que la voleuse est aussi charmante. Ce n'est pas vraiment mon genre tourner autour du pot.


Puis elle enlevait enfin son masque et ses lunettes, les yeux de John s'ouvrait en grand. Cette femme était tellement jolie, son visage semblait si fin et fort à la fois. Ses yeux étaient également très jolies et sur son visage se trouvait une marque. Visiblement un mauvais coup, c'était donc ça sa vie, des coups qu'elle savait plus ou moins encaisser. Ses yeux étaient posés sur son verre, mais il avait bien remarqué le petit regard de la voleuse. Voulait-elle qu'il vienne aucune idée, mais à peine le temps d'y penser que voilà le fantôme casse couille de retour.

Un regard mauvais se posait sur le fantôme. Le magicien en avait marre de ce type, toujours à l'ouvrir pour ne rien dire d'intéressant. Qu'il n'oublie pas que s'il est ici et non en enfer c'est uniquement par le bon vouloir de John. Par moment il l'ouvrait un peu trop, le magicien se levait alors, posait son verre de whisky sur la table puis arrivait au niveau du fantôme.

Ferme ta gueule. J'en ai ma claque de toi pour ce soir, disparaît.


John imposait au sol un sceau, qui empêchait la présence de tout type d'esprit, qu'ils soient mauvais ou non. Il le levrait le lendemain matin, si l'envie lui prenait. Puis il soupirait, passant une main dans ses cheveux, frappait à la porte de la salle de bain. Oui il aurait pût entrer, mais il ne le faisait pas. En tout cas cette nuit sera bien méritée, un peu de repos n'a jamais tué personne. Le lendemain sera une grande journée. Même s'il était content qu'elle ai osée se montrée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 11 Aoû - 1:54

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Je me sens subitement mieux quand toute ma tenue glisse le long de mon corps. Elle a beau agir comme une seconde peau la majorité du temps, mais elle devient gênante quand vient le moment de la fatigue et mon envie pressante de m'enlever toute la crasse accumulée durant mes escapades. On peut comparer ça à du sport, bien que pour certains esprits braqués sur la légalité et la justice, il soit difficile d'accepter ce rapprochement. J'exerce mes talents, je sue jusqu'à sentir le frisson de la goutte me secouer lorsque la vapeur du moment est retombée.
« Ah ... »
Je finis par soupirer lorsque l'eau tiède tombe sur mes muscles encore tendus. J'oublie un instant tout ce qui maintenant est une farandole de blessures et de regrets, mélangés à l'euphorie du moment, et à la récupération de ce bracelet aux attributs particuliers. Et, je crois entendre Vince et John commencer à s'engueuler, pour ne plus rien entendre au final au bout de quelques minutes. La seule chose qui parvient à mes oreilles est le bruit de l'eau. Je me perds peu à peu dans ce son et dans sa chaleur, avant de me décider à redresser ma tête et sentir la pression m'éveiller de ma torpeur. Ai-je bien fait de rester. Est-ce que je ne joue pas avec le feu, alors que je ne me sens pas encore au clair avec moi-même ? Merde. On est des adultes, Selina. Et le fait que tu te montres soudainement sentimentale prouve bien que tu as besoin de ne plus te prendre la tête. Tu es une voleuse, tu es un chat. Et tu vis. Alors continue de vivre tant que tu ne sais pas de quoi demain sera fait. Ça ne te posait aucun problème avant.



:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 11 Aoû - 19:45


Moyens détournés


Le magicien avait envie de se lâcher avec elle, pourtant ce n'était pas son genre de laisser quelqu'un entrer dans son intimité aussi facilement. Habituellement il aurait chercher à simplement se contenter d'un coup d'un soir. Mais elle était différente, John hésitait vraiment à s'accorder une chance, la dernière fois qu'il l'a fait, Nergal à essayer d'utiliser la femme en question comme hôte pour le faire chier. Mais trop tard il avait frappé à la porte, avant qu'il n'ai le temps de faire quoi que ce sois, sa partenaire de soirée lui répondait derrière la porte.

Je l'ai bannis d'ici pour ce soir. Je n'ai pas envie de l'avoir dans les pattes, il en faudrait plus pour avoir raison du seul et unique John Constantine.


Le magicien avait encore en tête Zatanna, c'était compliqué l'oubliée. Mais d'un autre côté il n'avait pas envie de laisser les fantômes du passé le ronger comme il y a quelques années. Puis encore une fois il ne savait pas comment l'expliquer mais il était prêt à faire abstraction. La porte s'entrouvrait, la voix douce de la voleuse en sortait, puis il sentait sa main le tirer à l'intérieur, il n'offrait aucune résistance. Une fois dans la salle il était collé contre la porte, elle passait ses mains le long de ses bras, la sensation de ses doigts sur sa peau était plaisante.

John se laissait faire, passant sa main sur les hanches de la voleuse, sa main venait se posée dans le bas du dos de la femme chat.

J'ai cru avoir oublier mon verre ici, mais c'est balot je viens de me rendre compte qu'il est dans le salon.


Ses doigts passaient sur les paumes du magicien, puis elle venait lui mordiller la lèvre inférieur. D'un mouvement léger, il la serrait un peu plus contre lui, il pouvait clairement sentir le corps de la femme appuyé contre le sien. Au moment où les lèvres de Sélina venait se posées contre les sienne, le magicien gardait une main dans le bas de son dos, l'autre venait se poser sur sa joue. Il sentait les cheveux de la voleuse caresser sa main, ces lèvres étaient douce et agréable.

Il ne savait pas où cette histoire allait l'emmener, mais il avait envie de se laisser embarqué dedans. Tout ce que les autres pouvaient pensé ce n'était pas son problème, sa main descendait doucement sur les fesses de Sélina. Sa peau était si douce, sa joue était humide et légèrement chaude, très agréable à touchée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 11 Aoû - 21:13

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman La porte s'est refermée. Et j'ai décidé d'oublier au moins pour ce soir. Oublier que je suis pour Gotham cette Catwoman détestée des riches et criminels et plus ou moins aimée du modeste peuple. J'oublie Spark, Ivy, Gwen, Joker, Slam, Batman, Zatanna, Lola, Hadrien. Je peux être une femme, qui saigne encore et encore sous les lapidaires diffamations, mais qui peut encore aimer dans la passion et l'entrave. Les mains de John tatouent de manière éphémère ma peau. Ses lèvres me font oublier l'amertume qui sans cesse tiraille ma gorge. Corps contre corps, chaleur se mêlant je me sens de plus en plus fébrile. Chaque homme qui a croisé ma route est différent, et je découvre avec le sorcier une sensation plus brute, viscérale alors que nous échangeons ce baiser.
« Je suis sûre que tu peux faire mieux que ça. »
Dis-je en séparant mes lèvres des siennes. Je fais bien évidemment référence à son mensonge qui sommes toutes est vraiment mauvais, mais on peut aussi comprendre que je sous entends autre chose. Il finit par m'attraper, je sens le bois de la porte contre mon dos. S'ensuit un nouveau baiser bien plus profond et insistant tandis que j'entends un craquement suivi de mon propre gémissement. Et je pose ma tête torturée contre son cou, je m'accroche et décroche, entièrement dans son étreinte.

Nous avons finalement terminé dans son lit. Je rouvre les yeux, le sourire pendant à mes lèvres pendant que je me ressasse cette douche. J'hésite. Est-ce que le fait de laisser couler l'eau dans ma baignoire était finalement mieux que de prendre mon pied sous une douche avec un magicien doué de ses mains dans autre chose que dans le lancer de sorts ? Ce dont je suis sûre cependant, est que je n'arriverai pas à fermer l'oeil de nouveau. Mes yeux se posent sur le réveil, duquel je vois plus ou moins les minutes filer. Au bout de quinze minutes dans le vague et dans le bonheur que m'a procuré cet instant, je finis par me redresser, en évitant de réveiller John. Et je me rhabille, après avoir griffonné un petit mot. Vous pouvez penser que je le fuis, et je ne réfuterai pas votre constatation. En vrai, il est impossible pour moi de rester chez un de mes amants. Je suis la pro du "one night stand", pas du petit déjeuner sur l'oreiller. J'ai déjà essayé cette dernière option et comme vous pouvez le voir, elle ne m'a pas réussi. Plus d'une fois.
« Je t'ai laissé l'adresse en note sur ta table de nuit. On se retrouve là bas vers dix sept heures. »
De nouveau dans mon costume, et pas vraiment encline à ce que l'on me retienne, je dépose un rapide baiser sur le bout de ses lèvres avant de filer de son appartement par le même chemin d'entrée, la fenêtre. Filant dans ce jour qui point, je rejoins l'une de mes planques pour me changer et je soupire. Ne lui avais-je pas dit que nous irions là bas ensemble ? Pourtant, je sens au fond de moi que j'ai bien fait, que ça me protège et que je n'ai pas besoin de m'attacher.
Moyens détournés (John Constantine) Image
Je suis arrivée à l'orphelinat Wheeler. Perché sur sa colline, le bâtiment semble si lugubre et a comme un air d'usine, dans sa structure. Je me suis postée à plus d'un kilomètre pour ne pas me faire repérer car je vois six véhicules de stationnés, et au moins deux têtes qui ne me semblent pas vraiment amicales faisant la ronde autour des voitures.
« On passera par les souterrains. Mais il faudra faire attention en bas. Je ne sais pas ce qu'il y a dans ces tunnels de déversement. »
Je sais que John est là. Et j'évite tout contact visuel avec sa personne. Est-ce que vous arriveriez à parler dans une situation aussi sérieuse du fait que vous avez pris votre pied avec votre partenaire d'investigation, avant de prendre la poudre d'escampette ? Oui, vous flipperiez autant que moi.

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 11 Aoû - 22:06


Moyens détournés


Ce moment était excellent, cette femme était l'une des plus douées, si ce n'est la meilleure depuis longtemps. La salle de bain ne lui avait jamais autant servit, visiblement elle aussi avait passée un très bonne nuit. Cette tendresse, ce plaisir était clairement ce dont il avait besoin dernièrement, leur nuit était tellement agréable, il pouvait le dire il avait pris son pied. Après avoir finis dans le lit, ils dormaient tranquillement tout les deux. Sentir son odeur prêt de lui, la chaleur de sa peau était très agréable.

Au réveille la place à côté de lui était vide, le magicien souriait, il s'en doutait, il se levait et lisait le mot laissé par son amante de la veille. Il devait la rejoindre vers dix sept heures, ce qui lui laissait du temps libre pour préparer le plan d'action. Cette fois il allait faire quelque chose qu'il n'était pas habitué à faire, invoquer un esprit n'est jamais aussi facile qu'on le pense même pour un mage confirmé. John était comme à son habitude nu, en se levant il allait en direction de la salle de bain, il allumait l'eau puis allait se mettre en dessous.

Sa tête était levée vers le plafond, l'eau tiède lui tombait sur le visage, ses yeux étaient fermés et ils réfléchissait à comment les choses vont se déroulées pour leur mission. En tapant dans ses mains il lançait de la musique et d'un seul coup le son résonnait dans l'appartement vide. Il sortait de la douche, allumait une cigarette puis s'installait à son bar en buvant son café.

La journée passait, il avait pris le temps d'étudier les plans qu'il avait trouvé de l'endroit. Une heure environ avant l'heure du rendez-vous il commençait à s'habiller. Il espérait tellement que Sélina ne pense pas qu'il soit choqué ou blessé qu'elle soit partie avant qu'il ne se réveil. En arrivant sur place il arrivait dans son dos, elle l'avait sentit arrivé. Sans se retourner vers lui elle lui indiquait par où ils passeraient pour entrer. Le magicien ne disait rien, une cigarette à la bouche, il observait la femme face à lui.

Je n'ai pas le droit à un baiser langoureux ce matin. Je suis si mauvais que ça au lit ?

Tu es la chef je te suis.



Avant de continuer il voulait lui montrer qu'il ne lui en voulait pas, John approchait il prenait la main de la voleuse avant de venir l'embrasser. Il ne savait pas comment elle réagirait, il espérait qu'elle le prendrais bien. Pour l'embrasser il avait quand même jeté une cigarette par-terre. Puis aussitôt le baisé donné il la libérait de son étreinte. De ce qu'il voyait la situation semblait compliquée un minimum.

John n'en voulait pas à Sélina, il pouvait comprendre qu'elle ne soit pas à l'aise avec le fait prendre le petit déjeuner au lit et tout ce qui va avec. Avant de partir il prenait à nouveau sa main, plaçait autour de son poignet un artefact, sur la première face se trouvait un oeil d'Horus, sur l'autre un pentagramme. Ces symboles servent à protéger quelqu'un d'une possession. Dans la poche de sa veste il avait une photo du doudou qui leur serviraient.

Garde ça autour de ton poignet, ça empêchera les esprits de te possédée. Si jamais tu as le moindre malaise tu me dis, on arrêtera tout je le ferais seul ? D'accord ? Je peux comprendre que jouer avec des forces comme celles qu'on va invoqué n'est pas très plaisant.


Le magicien avait tellement envie de lui dire de faire attention à elle, qu'il serait là pour la protégée, mais il savait que son égos risquait d'en prendre un coup. Alors il le pensait assez fort, mais ne disait rien, prenant la route des souterrains en question. L'odeur présente à l'intérieur était digne des égouts de Gotham. Afin de voir correctement John récitait une incantation qui libérait une lumière assez forte pour qu'ils voient où ils mettaient les pieds.

Que la chasse au doudou commence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyMer 21 Aoû - 22:24

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Lorsque John me prend la main et m'oblige donc à lâcher mes jumelles, j'arque mes sourcils. Même si le contact n'est pas entièrement fait avec le spandex séparant sa bouche de ma peau, je sens un léger frisson me parcourir l'échine et me donner envie de rentrer dans son petit jeu presque innocent. Mais, je m'abstiens, au moment même où un bracelet vient  glisser sur mon poignet. Je ne sais pas ce que c'est, mais les signes me rappellent vaguement quelque chose. Les sciences occultes, ce n'est pas mon domaine d'expertises mais, par acquis de conscience j'avais appris à reconnaître certains signes et leur utilité.
« Et dire que j'ai pensé un instant qu'il s'agissait d'un cadeau. »
J'observe le bracelet, à la fois intriguée par les pouvoirs qu'il peut contenir et amusée par cette mesure de précaution que prend John à mon égard. Certes, il m'avait vue aux prises avec des fantômes d'enfants mais ... j'ai survécu. Alors, quand celui-ci commence à marcher en direction des souterrains, je l'arrête, jetant mes jumelles et laissant à l'abandon cette moto. Je pointe ensuite mon index vers le bout de son nez. Ou plutôt la griffe du gant, vers le bout de son nez.
« C'est avec ou sans moi, Constantine. Si j'ai choisi de m'occuper de ce cas, je le ferai jusqu'au bout. Quel qu'en soit le prix. »
On parle d'enfants, d'affaires sordides de gens aisés venant ici faire des choses répugnantes à des vies qui n'ont fait que commencer leur existence. Des âmes qui comme moi à une époque doivent subir et ensuite vivre avec cette lie dans le sang, jusqu'à ce qu'elle se décide d'exploser lors d'une nouvelle descente aux enfers.

Ceci dit, nous avançons. Les souterrains sentent le vieux cadavre en train de se décomposer, je vois des restes de nourriture, j'entends au dessus des petits cris dans une pièce. Dans un autre un rire, suivi d'une blague graveleuse sur les enfants.
« Vous savez ce que je fais quand je vais marcher dans un jardin d'enfants ? Je prends un pédo-mètre. »
Dans d'autres circonstances, cette blague aurait pu me faire rire. Mais pas dite ainsi, pas avec ce que je sais de ces pourritures qui doivent savourer leur vin avant de passer à l'acte. Je suis en colère, à tel point que j'en mords l'intérieur de ma joue au sang. Le goût est ferreux et fort désagréable quand je prends une bouffée de cet air chargé en crasse.
« Normalement, ce que nous cherchons se trouve au quatrième étage de ce bâtiment. Selon les plans en ma possession, il y a une zone de stockage des jouets ou des objets qui ont été confisqués aux enfants. »
Je contiens comme je peux la colère qui court dans mes veines et commence à remonter jusqu'à ma gorge. L'humiliation, la brisure, la tristesse tout me revient en pleine face. Mes doigts s'agitent un instant sous cette montée de spasmes avant que je ne reprenne le contrôle et me mette à sourire pour détendre l'atmosphère.
« J'espère que tu aimes te rouler dans la poussière, parce que c'est ce que nous nous apprêtons à faire. Et tu vas devoir te montrer plus discret qu'hier soir. »
Je roule des yeux. Ma petite pique n'est pas bien méchante. J'avais simplement envie de lui rappeler que non, je n'avais pas oublié. Même si je reste sur la défensive, car je ne veux pas, en aucun cas de nouveau être blessée dans mes sentiments. Je passe devant et ouvre un conduit se trouvant en hauteur, dans lequel je me faufile aisément en prenant appui sur les parois. Puis, j'envoie le système de filin à mousqueton déroulé à Constantine. En attachant le dispositif au plafond via l'autre extrémité à grappin, j'évite ainsi d'indiquer à nos ennemis notre position. J'attends sa montée bien que j'ai l'impression que cela prenne plus de temps que prévu.
« Ne te fais pas prier. On a des démons à fouetter. Et ceux-là, ne pourront pas me posséder. »
Impatiente et sur le qui vive, j'ouvre la porte sans vraiment attendre que John analyse la salle à manger dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Je sais que nous aurions pu y aller par téléportation mais comment vous dire que l'endroit où nous devons nous rendre n'est pas vraiment accessible par téléportation. Il y a bien trop d'objets qui pourraient, lors de notre apparition, faire du bruit et nous faire repérer.
« Je vois un surveillant. Tu peux me dire si depuis la porte menant à l'escalier de secours, il y a aussi un garde ? »

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⛧ St John de Gotham †
Masculin Messages : 230
Date d'Inscription : 11/06/2017
Localisation : Les enfers

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Enquêteur du paranormal
☠ Relations conflictuelles :: ►A peux prêt tout le monde ?
♣ Alliés : : ► Lui même
John Constantine
John Constantine
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyJeu 22 Aoû - 12:58


Moyens détournés


Sélina était encore sur la défensive, comme il s'y attendait sa petite prévention ne tardait pas à ce faire remarquer. Tant pis, au moins il ne lui arivera rien de fâcheux, inconsciemment il tenait à cette femme. Non pas simplement parce qu'ils ont couché ensembles la veille non, mais depuis qu'il à vu ce qu'il y avait dans sa tête, caché par cette force de caractère, n'était pas tout rose. Elle voulait vivre avec ses démons et ça il était bien placé pour le comprendre, sa vie entière était basée sur ses démons, il ne vivait que pour ça. Un jour il arrivera à la soulagée, ne pas lui faire oublier, mais simplement mieux l'accepté.

Il suivait la voleuse, d'ailleurs en marchant ils entendaient tout les deux une vanne qui aurait sans doute fait rire John aux éclats. Le magicien ne disait rien, il ne montrait aucun signe de colère et se contentait de regardé sa partenaire se tendre d'un seul coup. Il posait alors une main dans son dos, afin de la détendre légèrement, de lui montrer qu'il est là et que toute cette merde prendra fin aujourd'hui. Ils avançaient dans cette crasse, bien évidemment il en fallait plus pour lui faire peur et le faire reculer.

Très bien. Je te suis.

Puis quelques mètres plus loin elle lui lançait une petite pique, qui d'ailleurs faisait sourire John, il avait envie de rigoler mais il se contenait. Dans ses souvenirs elle n'était pas franchement discrète non plus, d'ailleurs en sortant de chez lui il avait croisé le voisin du dessous qui ne semblait pas avoir bien dormis. Rien qu'à cette penser un ricanement lui échappait. Que voulez-vous John Constantine était un grand enfant. Un rien l'amusait.

Avec toi ma belle j'irais me rouler n'importe où. Quand à toi évite de trop cirer mon nom comme hier, parce que niveau discrétion ce n'est pas vraiment ça non plus. Et tu ne le sais pas mais je suis un ninja, j'ai reçu un entraînement d'un vieux maître tibétain. Je sais faire plein de positions plutôt intéressantes.

Cette phrase avait clairement un double-sens, ça le faisait sourire, c'était déjà ça. Il ne savait pas en revanche si ça l'amuserait elle, bien qu'il avait compris qu'elle ne serait pas choquée pour si peu. C'est ce qui lui plaisait chez elle, une femme qui n'avait pas peur d'assumer certaines choses, que le commun des mortels se contente de dissimulé. Puis arriver devant un conduit elle grimpait sans grande difficulté. John observait la corde qui tombait face à lui, avant de faire une grimace.

J'aime beaucoup nos petites escapades, tu m'aides à entretenir ma forme, même si je préfère certaines méthodes à d'autres.

Après être monté bien moins facilement qu'elle il arrivait dans le conduit. Les voilà dans une belle salle à manger, ancienne, le genre de décoration très apprécié des gens de la haute. Par contre niveau objet en tout genre, ils étaient servit heureusement qu'il n'avait pas choisis la téléportation. Sélina semblait continuer d'inspecter l'endroit, puis elle lui demandait d'aller voir au niveau de l'escalier de secours si un garde était présent.

D'un pas léger, John rejoignait la fameuse porte et regardait comme il pouvait. Non il n'y avait personne, mais il ne savait pas si le garde n'était pas entrain de tourner, ce qui semblerait logique. Un endroit pareil devrait être surveillé. Il se tournait vers sa partenaire en secouant la tête pour lui dire que non il n'y avait personne. Ils allaient devoir prendre cet escalier pour remonter les étages.

Pour lui parler il chuchotait.

Cet escalier peu sans doute nous emmener au quatrième étage, ne t'inquiète pas pour les gardes, j'ai quelques tours de passe-passe qui vont nous permettre de passé sans être repérer. On y va ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 1250
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) EmptyDim 25 Aoû - 11:03

Bad decisions forge our lifeA sorcerer & Catwoman Finalement, avec un peu de recul et un peu de bon sens, je comprends que je repars sur les mêmes mauvais travers qu'avec Spark. Et cela ne me plaît guère car j'ai l'étrange impression qu'en m'ouvrant comme je l'ai fait, cela va encore me claquer sous le nez. Alors, je me résous faire la chose la plus idiote en rapports humains, mais aussi la plus utile quand vous ne voulez pas encore vous faire blesser, je mets les barrières adéquates. Il sait bien trop de choses et à vrai dire, au vu de son attitude, et du moment, je préfère que cela n'aille pas plus loin dans le futur. Je souhaite que cela reste un rapport cordial entre deux personnes adultes qui ont eu ce qu'elles voulaient dans leur moment de solitude. De plus, je n'aime pas être la seule à ne rien s'avoir de l'autre.
« On ne peut pas tout avoir dans la vie Constantine. Mais ça, tu le sais déjà. »
Répliqué-je d'un ton désabusé. Je continue ensuite mon petit tour d'horizon depuis la porte de cette salle à manger. Les couloirs que je peux entrapercevoir sont vides mais, j'entends quand même les rires de ces ... invités. De ces pourritures venues se faire un petit tour sur un de ces enfants.
« Très bien. Allons-y. »
Et je le suis donc dans ces escaliers. Lorsque nous montons, nous pouvons voir au loin Gotham se dessinant depuis cette colline, ou tout du moins le Comté de Kane. Ça me paraît être un moment de calme avant l'intense tempête et le nombre incalculables de choses ignobles que nous allons déterrer. Je soupire longuement, à la fois blasée, triste, mais un peu soulagée de savoir que j'arrive à mettre les choses en ordre avant que tout n'explose. Et, j'ai une superbe vue depuis cet orphelinat qui, selon mes plans, m'appartiendra. Je finis par sourire à l'idée de cette perspective, qui me rappelle ô combien je suis indépendante et ambitieuse par rapport à certaines femmes de pouvoir ou non.

« Arrête toi. Il y a un garde. »
Je pose une main sur le torse de Constantine pour l'arrêter dans sa montée. On peut en effet voir de notre position ce garde, qui commence à descendre, sans doute attiré par le peu de bruit que nous avons fait sur ces escaliers métalliques.
« Les sorciers d'abord. »
Dis-je en faisant mine de poser un baiser sur sa joue. Baiser qui jamais n'arrive car je disparais déjà dans les ombres et contre le mur pour monter au quatrième avant lui. Il a certes ses tours, mais je ne suis pas non plus sans ressources. Chose dont il doit évidemment se douter suite à nos précédents partenariats. J'arrive à la porte pour lancer le crack du code de sécurité, et en même temps désactiver les alarmes mises en place. Plus nous fouillons, et plus je me dis que cet orphelinat sert plus de garçonnière à peu près protégée, dans laquelle des enfants sans famille et futur sont utilisés. John arrive au moment où un relent me vient, alors que la porte s'ouvre devant nous.
« On continue. »
Une manière de dire que ça va et que je n'ai pas envie d'en parler. Surtout pas de ça. Surtout pas quand il sait combien ça m'atteint. Ça risque de m'agacer et me rendre acide.

Deux autres gardes font leur ronde à l'étage, et nous nous en occupons en toute discrétion avec nos propres méthodes. Mais, je suis celle qui demande à ce qu'ils soient pendus par les pieds dans l'un des salons, baignés par la lueur lunaire, avec des jouets coincés dans leur bouche. Des jouets pris au hasard dans le fameux débarras à objets confisqués. Suite à cela, nous commençons à chercher la fameuse peluche de la photo. Beaucoup d'objets sont présents, certains rangés dans des cartons commençant à se déliter sous l'humidité, et d'autres jetés comme ça, par flemme et indifférence quand à la portée de ces objets dans le coeur des enfants. Et, alors que nous cherchons, ça y est. J'entends ces voix, ces petits rires, ou ces chuchotements autour de nous. Des âmes damnées commencent à arriver et nous observer. Je sens aussi que certaines en me voyant fouiller et toucher certaines choses réagissent de manière violente. Heureusement, le bracelet me protège, bien que je me sente quelque peu troublée et terrorisée face à ce que je vois.
Moyens détournés (John Constantine) Maxresdefault Moyens détournés (John Constantine) 626?cb=20190819053643
Leurs pleurs, leur douleur, leurs marmonnements, je les entends. Le sang, les atrocités qui sont à jamais tatouées sur leur âme je les vois aussi. Et je frissonne, j'ai froid. Je me sens mal en repensant à ce que j'ai moi aussi vécu. Mais je continue à chercher, malgré la sueur perlant sur mon front et ma nuque. Nous n'avons pas vraiment le choix.

:copyright: Crimson Day


Love is exorcised
Le dîner est servi. Je lèche tes lèvres, parce que j'aime leur saveur. Oh est-ce que je te gène ? As-tu peur de ce que tu appelles la folie ? Mais qui est réellement normal, et qui est réellement fou ?  •°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Moyens détournés (John Constantine)   Moyens détournés (John Constantine) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Moyens détournés (John Constantine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Lemaitre, Pierre] Camille Verhoeven - Rosy et John
» BUSCEMA JOHN
» Shido Collec: P4 John connor
» [Banville, John] Infinis
» [Polidori, John William] Le vampire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Old Gotham-