Imaginez le Mythe de Gotham City




Lady Shiva

Poison Ivy

Bronze Tiger

Mr Zsasz

Ra's Al Ghul

Dollmaker

Silence

Le Ventriloque

L'Effaceur

Duela Dent

Warren White

Carmine Falcone

Catgirl

Magpie

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Batgirl

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan
Derniers sujets
» Batman Triumphant
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 23:34 par Alexander Knox

» Diablo IV
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 23:31 par Joker

» Absence
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 20:19 par Lysander Spencer

» Teyolia
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 19:22 par Invité

» Remains of Hell
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 17:52 par Invité

» Personnages attendus !
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 17:44 par Bruce Wayne / Batman

» Like the old times (pv pudding)
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 16:29 par Joker

» Carnet de Blaze
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 15:29 par Angelica Blaze

» Ainsi meurent les animaux [Dinah]
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 14:24 par Dinah Laurel Lance

» Jeu de dupes (P.V Lysander)
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 13:10 par Selina Kyle / Catwoman

» Casino Gomorrah : Réouverture Prochaine
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 12:31 par Benny Smiles

» Blabla
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 12:24 par Deacon Joseph Blackfire

» Garde la foi, Gotham
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyHier à 12:24 par Deacon Joseph Blackfire

» Concours de votes #1 {Novembre 2019}
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMer 20 Nov - 22:09 par Selina Kyle / Catwoman

» Film "Joker" 2019
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMer 20 Nov - 17:03 par Oswald C. Cobblepot

» Le puzzle s'assemble ...
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMer 20 Nov - 13:44 par Arthur Brown / Cluemaster

» Astral travellers [Pv Jericho]
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMar 19 Nov - 21:43 par Jericho

» Groupes de Gotham Pub
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMar 19 Nov - 18:50 par Gotham City

» Comment gagner des points ? Système de réputation
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMar 19 Nov - 18:50 par Gotham City

» Questions récurrentes
Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMar 19 Nov - 18:48 par Gotham City


Partagez
 

 Il y a des monstres dans les coins sombres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptySam 23 Fév - 17:23

Elle avait remonté une piste. Une piste qui se trouvait dans une pièce de son propre manoir, une salle qu'elle n'avait pas osé pénétrer depuis fort longtemps. Sa propre chambre. Elle n'avait plus vu l'intérieur de cette pièce depuis sa tentative de suicide, depuis qu'elle avait mit un terme à cette lignée tordue qu'était la sienne. Mais ce n'était pas un vrai lieu de repos, pas un refuge. Juste une pièce chargée de souvenirs le long de ses étagères. Littéralement. Elle avait tenu bien des journaux intimes dans sa vie au manoir, dans son enfance et adolescence avant d'arrêter. Ses pensés devenaient trop intimes pour être lue par n'importe qui. Et elle avait obtenue une vraie confidente... Mais elle ne devait pas penser à elle. Elle n'y arriverait pas.

Elle tenait entre ses mains ce vieux journal, contenant une phrase qui la hantait doucement. Steven a été prit dans les Narrows. Elle ne se souvenait pas de lui. Du moins elle ne voulait pas le faire. C'était... Dérangeant. Elle avait eu beaucoup de cadets mais pris assez tôt pour ne pas avoir de nom, de liens, de chambres, de paroles, de cadeaux, de doigts dans les cheveux quand personnes ne regardait parce qu'elle avait un petit frère et un seul. Et elle l'avait chassé de sa mémoire parce qu'il était un enfant raté des Underwood. Il ne pouvait pas vivre avec eux en étant aussi... Attardé. Il ne l'était pas. Il était juste lui-même. Elle regarda de nouveaux son journal, au sommet du toit où elle se trouvait. Le paragraphe incriminé.

Steven a été prit dans les Narrows. Il était raté selon Père. Mère me conseil de ne plus parler de lui et fait déjà comme si il n'avait jamais existé. Je ne peux plus rien faire maintenant. J'aurais pu hier soir, quand je l'ai entendu crié mon nom mais je n'ai pas bougé de ma chambre. J'ai fermé les yeux et prié pour que ce soit un cauchemar, que le lendemain matin il sauterait sur mon lit en criant que je devais me réveiller. Mais il n'est plus là. Je ne veux plus voir ces créatures écœurantes de la Cour, je sais que l'une d'elle est Steven et qu'il doit me haïr parce qu'il me connaît. J'ai le sommeil léger. Il doit se douter que j'ai tout entendu, comme à chaque nuit où un nourrisson était emmené et que je le serrais contre moi en priant Dieu qu'il ne soit pas le prochain. Mais maintenant il n'est plus là. Et je sais que Dieu n'existe pas.

Elle l'avait oublié, avec le temps. Ça faisait moins mal ainsi. Elle pouvait voir les tâches de ses larmes sur la page, menaçant de rendre le texte illisible. Elle avait oublié parce que c'était plus simple. Elle s'était souvenue en lisant le paragraphe, le vieux laboratoire en face du bâtiment. Elle ne voulait pas y aller seule. Le souvenir des nombreux enfants ratés des Underwood était trop lourd pour elle, bien trop lourd. Elle était terrorisée à l'idée d'en retrouver, de faire face à ce que signifiait sa place et le poids qu'elle aurait dû porter avec le masque. Elle le portait, ce masque, mais pas en tant que Dame. En tant que blasphématrice à la Cour. Et la pécheresse qu'elle était avait appelé à l'aide.

Mais pas exactement. Elle était passée à la tour Wayne en civil pour y déposer une lettre pour Bruce Wayne. Deux lettres, en comptant le message du Docteur Thompkins qu'elle avait profité pour glisser. Une lettre dans une écriture soignée, au langage soutenu, signalant simplement qu'elle avait trouver l'emplacement d'un laboratoire de la Cour dans les Narrows mais en dirait plus en personne à une heure précise en face de l'endroit. Trop de choses à dire. Trop de choses sur sa conscience pour oser assumer qu'elle était terrorisée par cette preuve qu'elle était déjà incapable de protéger les personnes qu'elle aimait. Elle serra le journal contre elle, tremblant alors qu'elle était accroupie sur ce toit. Il serait là. Il serait là, le monstre qu'était devenu son petit frère. Elle le savait car si il n'était pas là... Gotham ne serait pas Gotham. Et Gotham était cruelle. Elle se releva en entendant le bruit des pas de Batman dans la neige.

"Désolée d'avoir été vague. Je préférais ne pas prendre de risque."

Mensonges. Sa voix tremblait, et la neige n'était pour rien. Elle avait peur. Elle avait peur et ne pouvait pas cacher son angoisse. Il y avait des monstres en bas.

"C'est un laboratoire où ils créaient leurs hybrides. Il vaut mieux faire attention, je ne sais pas si l'endroit est gardé..." Elle regarda son vieux journal, la date de cet événement qui venait lui arracher ses angoisses. "L'information que j'ai trouvé date de quand j'avais seize ans..."

Il y avait un monstre en bas. Et c'était sa faute si il était là.



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 


Dernière édition par The Owl le Sam 23 Fév - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptySam 23 Fév - 18:26

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

La situation intenable d'Arkham City et de ses horreurs rendait ma connaissance de l'être humain perplexe. Depuis tout temps, quand la peur s'installe au plus profond de l'Homme, celui-ci se cherche un refuge dans les valeurs qu'il reçoit dans son enfance, à savoir essentiellement, la religion. Je n'étais pas un homme de foi, mais je respectais les croyances des gens. Et même si Alfred était un anglican non pratiquant, je connaissais quelques rites catholiques de par l'enseignement que ma mère m'avait donné. Le pardon, la justice, et une vie sur le sentier de la paix. On nous a donné le libre-arbitre, on a la possibilité de faire le bien et le mal, mais était-ce régit par la peur au final ? Faisons-nous le bien de peur de finir en prison ? C'était une question intéressante. Sommes-nous au final, motivés par la peur, par la peur de finir en enfer, de brûler pour l'éternité ? N'était-ce pas un moyen de contrôle sur les individus ? La peur est à l'origine de tout, au final. Du cro-magnon peureux de sa découverte du feu, de la peur de découvrir que la Terre n'est pas le centre de l'univers, de la peur de bouleverser les croyances populaires, la peur était un tout, et pourtant, il fallait la supporter et l'encaisser pour devenir meilleur. Pour devenir en paix avec soi-même. J'avais reçu deux lettres, deux lettres faisant part de certaines choses qui se sont déroulées alors que j'avais rencontré une des Ergots de la Cour des Hiboux. Bien que je me méfiais toujours de cette organisation, je ne pouvais pas les laisser continuer à exister, à se regrouper. Ces lettres me permettraient de faire un peu plus de lumière sur la Gotham de l'ombre, sur la Gotham que je ne connaissais que très peu. La lettre de Leslie confirma pas mal de mes inquiétudes. La jeune fille avait été la victime de ces salauds, qui se sont amusés à toutes les dépravations, physiques autant que morales. Les mutilations, les privations, et la souffrance ... Quant à la seconde, elle m'invitait à pénétrer dans un laboratoire de la Cour, en plein coeur des Narrows. Un lieu mal fréquenté, mais bon, je n'avais pas le choix. Me dirigeant vers les installations de la Batcave sous la Tour Wayne, je m'occupais de changer de costume tout en regardant les derniers dossiers concernant la Cour, ses présumés alliés, et Lincoln March. Alfred arrive avec un plateau.

"Ne m'attendez pas ce soir. Je crois que ce sera long."

Alfred : "Je vous attendrai donc avec le kit de soins habituel du petit matin alors. Diverses compresses et toasts."

L'humour pincé du britannique. Ironique et amusé. Ce soir, j'allais enquêter un peu sur le retour de la Cour des Hiboux, chose qui avait retenu mon attention. Moindre qu'au niveau de Nigma ou du Joker, mais suffisamment pour que, maintenant, je me mette à jeter mon grain de sable dans ce rouage étrange. Me balançant de grappin en grappin et en parcourant les nombreux toits, j'arrive enfin dans les Narrows, sur un toit avoisinant une petite chapelle abandonnée. Ici, avant, c'était là que les fidèles venaient pour confier leurs peurs, pour trouver le réconfort, pour envoyer leurs pensées à un Dieu muet. Comme je l'ai dis, je n'étais pas spécialement croyant, mais je respectais l'avis de chacun sur cette question. Qui y'a t'il après la mort ? Sûrement le vide, le vide et rien d'autre. Peut-être que je reverrai ma mère, et mon père ? Peut-être qu'ils m'attendaient. Sûrement. Pour le moment, je n'avais pas la tête à trop réfléchir sur cette question sans réponse. Gotham avait besoin de moi. Et la jeune femme qui m'attendait aussi. Elle serrait un journal contre elle. Quelque chose la tiraillait, ça se voyait, elle en tremblait même. Ses révélations ne m'émurent pas, j'avais vu beaucoup d'horreurs. Les créatures de Strange, les hybrides de Dorian. Beaucoup, beaucoup trop de choses ...


"Ce soir, nous mettons un terme à ces horreurs. Si je dois savoir quelque chose sur ce qui nous attend, c'est maintenant."

Dis-je d'une voix assurée. Il fallait maintenant que l'on s'occupe de trouver l'entrée du laboratoire en lui-même. Une pensée effleura mon esprit. Et si l'entrée était dans ce cimetière de cette petite chapelle. Perdue dans la ville de Gotham, en plein dans les Narrows ? Après tout, la Cour des Hiboux s'était déjà cachée dans des catacombes par le passé ... De là où nous sommes, nous avions une vue sur la petite chapelle ancienne, ainsi que sur des bâtiments abandonnés ou squattés par des sans domiciles fixe. Je lorgne en direction du cimetière, avant de pointer du doigt l'endroit. Je commençais à comprendre les méthodes de la Cour. Tout est dans le symbole avec ces gens-là. Peut-être que je me trompais et qu'elle me dirait que je ne connais pas bien la Cour, mais si j'avais été dans leur camps, ce serait sûrement une des choses que j'aurais choisie. Histoire de rester dans le thème de la Cour qui se trouve "partout" dans ma ville. 


"J'imagine que l'entrée se trouve dans le cimetière, n'est-ce pas ?"

Il serait facile de se faufiler autour du petit cimetière qui se trouve près des ruines de la chapelle. Des traces de poussière, des empreintes de pas, et même des bougies qui ont servi. En attendant, de nombreux criminels ont eu aussi ce culte de la profanation. Il y'avait eu du mouvement autrefois, lors de mes premières enquêtes, et cela confirmait mes dernières pensées à ce sujet. Le paranormal et le sacré attirent les cinglés. Un culte étrange se réunissait ici jadis, et c'était aussi dans cette chapelle que se réunissait autrefois, la religion du Crime. Parmi mes plus proches ennemis, je connaissais le Moine Fou qui était un vampire à fond dans un délire consistant à me sacrifier sur un autel. On avait aussi Joseph Blackfire, un prêtre défroqué et dangereux. Psychopathe et soit-disant envoyé de Dieu, Blackfire pourrissait dans une tombe aujourd'hui. Non, ce soir, c'était la Cour des Hiboux, eux seuls. Pas de criminels costumés. Seulement des riches qui se prennent pour des dieux, prêts à régner sur Gotham de toutes les manières possibles et inimaginables. Il me fallait les stopper. Définitivement. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptySam 23 Fév - 19:27

Qu'est-ce qu'il pouvait bien craindre ? A quoi s'attendre en ces lieux ? Avait-elle encore des choses à cacher avait-elle d'autres souvenirs menaçant de refaire surface, la plongeant toujours plus dans la culpabilité ? Les questions tourbillonnaient dans son esprit, les mots se formaient, les phrases apparaissaient. Mais rien ne sortait. Elle regarda son vieux journal. Rien n'était indiqué dans ses vieilles hantises. Rien ne semblait vouloir s'encrer pour lui indiquer la marche à suivre et les horreurs. Elle marquait ses angoisses dans ce vieux journal, pas les us et coutumes d'un cercle de dégénéré. Elle rangea cet objet de son passé dans un sac, s'étant préparée pour réquisitionné de quoi écrire. Et...

Elle regarda la peluche qu'elle avait prit avec elle, dans le fond du sac. Loin de la vu du chevalier noir. Devait-elle le dire ? Devait-elle parler de ce petit frère autiste qui avait fait parti de sa vie ? Qu'on avait effacé de l'existence car on l'avait estimé raté ? Devait-elle dire pourquoi se trouvait la peluche d'un petit renard blanc dans son sac ? Au fond d'elle, quelque chose lui disait que c'était privé. Qu'elle devait assumer que certaines choses ne devaient jamais être dite, juste montré. Elle devait juste... Montrer. Montrer qu'elle ne devait pas être une Ergot à la base, mais quelque chose de plus. Elle sortit une clé avec l'effigie d'un hibou de ce même sac avant de le fermer.

Elle leva la tête pour regarder en direction du vieux cimetière pointé par le chevalier noir. Les souvenirs remontaient. Elle avait des flashs, serrant la lanières de son sac alors qu'elle se revoyait. Une jeune adolescente, vêtue d'une parfaite tenue. Celle de la parfaite fille de très bonne famille, ignorant le froid mordant ses jambes à travers ses collants. Sa mère lui tendant un masque de hiboux lui disant de le mettre. Son père lui disant qu'il était temps qu'elle soit initié, qu'elle sache comment la Cour rattrape les enfants ratés des Underwood. Il faisait nuit, ils étaient en face d'un très vieux mausolée au nom effacé par le temps. Son père tourna une clé dans la serrure des solides portes de chêne. Sa mère entra. Elle la suivit. La porte se referma derrière les Underwood, ne laissant que les ténèbres pour seule compagnie.

"Oui. Un vieux mausolée. Il faut une clé de l'aristocratie." Elle regarda la clé dans sa main avant de commencer à se rapprocher du bord. Un bâtiment pas bien haut. "Suivez-moi. Je devrais le reconnaître." Elle se laissa tomber, atterrissant sans heurt au sol. Elle détestait ça. Elle détestait combien elle était inhumaine avec son corps, avec son âme, avec son cœur. Avec ce masque... Ses pas la guidèrent jusqu'à la grille du cimetière qu'elle n’eut aucun mal à ignorer. Un bond de trois mètres sans élans après tout... Elle haïssait ce corps. Elle devrait être aidée par quelqu'un pour grimper mais non... Elles se rapprochaient toujours plus de ce que désirait la Cour.

Elle marcha, veillant à ne pas embrouiller le chevalier noir avec le chemin. Rapidement, elle laissa le vieux chemin lui revenir en tête. Le chemin de procession. Le chemin rituel. Elle passa instinctivement son regard sur les différentes tombes. Elle les voyait. Les différents symboles à la gloire d'un dieu pervers, leur dieu. Barbatos. Cette ignoble croyance qui faisait se sentir les membres de la Cour comme des élus au règne légitime et infini. Elle serra le poing avant de le claquer contre une des gargouilles masquant l'effigie de la divinité. La pierre était vieille et usée. Elle céda sans vrai effort de sa part. Aucun effort pour se souvenir du chemin. Elle regarda le mausolée dont elle venait de détruire une des gargouilles. Elle respira un grand coup sous son masque. Elle se mit en face de la porte, insérant la clé.

"Vous m'avez demandé ce que nous risquions de trouver..." Elle la tourna dans la serrure, la porte s'ouvrant dans un grincement. "Nous risquons de croiser mes cadets..." Elle s'engouffra dans le noir du mausolée. Encore une fois.



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyDim 24 Fév - 10:39

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Silencieux, froid, je l'écoute, et je la suis, avant que nous arrivions dans l'intérieur de cette petite chapelle perdue dans la ville. Dans Gotham City, il y'a de nombreux lieux comme celui-ci. Dois-je présumer que toute la Cour des Hiboux se sert de cela pour m'atteindre ? Se sert des catacombes comme nids à défaut de ne pas pouvoir s'implanter dans mes hauteurs ? Peut-être. Je me faufile autour du petit cimetière qui se trouve près des ruines de la chapelle. Des traces de poussière, des empreintes de pas, et même des bougies qui ont servi. On pouvait ajouter la profanation des tombes en ce qui concernait le casier de celui qui dirigeait ce culte impie qu'était la Cour des Hiboux. Il y'a eu du mouvement, et cela confirmait mes dernières pensées à ce sujet. C'est alors que nous arrivons devant un mausolée. Un lieu qui descend dans les ténèbres. Je n'avais pas peur, j'étais né dans les ténèbres, je connaissais ce qui se terrait dans le noir, dans la peur, dans les ombres, et je l'embrassais. Comme toujours. Je pose ma main sur la pierre ancienne avant d'analyser ce que je peux discerner dans les ténèbres. Un enfer souterrain que j’effleurais simplement des doigts. Il me fallait mettre un terme à cette profanation abominable. Je commence à m'avancer une nouvelle fois, je me tiens sur le seuil de l'endroit d'où commence l'escalier qui mène vers les profondeurs abyssales. Il y'avait l'odeur funeste de la mort et des cadavres. Un lieu malsain déjà, et maintenant souillé par un seul groupe de personnes. Je scrute les ténèbres, me demandant ce qui m'attend en bas. Un piège, une blague mortelle ? Un jeu monstrueux ? Ou seulement un psychopathe à la tête d'un culte idiot et ridicule fondé sur la peur ? Un peu de tout ça dirons-nous. Alors que je pose ma main sur l'entrée de l'endroit, je regarde une dernière fois la jeune femme qui vient de se tirer de cet enfer qu'était cette secte de la Cour des Hiboux. Répondant à son avertissement, je la jauge une dernière fois, comme si c'était la dernière fois qu'on se voyait. Peut-être ... Du bruit, l'orage éclate et un éclair illumine les tombes. Mon ombre transmet celle d'un monstre rôdant autour de l'église brisée. Une sorte d'anté-christ en quelque sorte ... Quelque chose approche dans les ténèbres de cet endroit, quelque chose de ... Malfaisant ... Un léger souvenir me vient en tête, celui de Simon Hurt, alias Thomas Wayne, lui aussi, versé dans le culte satanique de la Cour des Hiboux, et rejoignant le culte de Barbatos. Un être dangereux, et fourbe. Simon Hurt ... Disparu dans un accident d'hélicoptère non loin de l'asile d'Arkham. J'en porte encore les stigmates dans ma vie personnelle.

"Dans ce cas, nous nous occuperons d'eux."


Je n'avais pas peur. J'avais déjà combattu des Ergots par le passé. Mais quand elle me parla d'hybride, j'appréhendais quand même. C'étaient mes dernières paroles avant de descendre dans les tunnels de la chapelle, enfin de ses catacombes. Il me fallait maintenant arpenter les ténèbres, comme toujours. Il me fallait sentir la douce brise de la noirceur ambiante pour me sentir dans mon élément. Oui, au fond, j'étais chez moi, j'étais un élément central de tout ça. J'étais à la nuit, j'appartenais à la terreur. Si Arkham City voulait me faire sortir de mes gonds, alors j'avais de quoi offrir en terme de répondant. Gotham City serait reprise, avec force, et calme. J'espérais du moins, garder mon calme, pendant certains moments, comme ce soir, mais après le spectacle du Joker à Amusement Miles et des cadavres qu'il avait laissé derrière lui. Difficile de garder mon calme, vraiment. Ils déliraient tous, ils espéraient me faire flancher, me faire croire que je ne pouvais rien face au crime, ils espéraient m'emmener sur le terrain du désespoir et de la folie. Peine perdue, j'avais déjà donné ces derniers temps. J'active ma vision infrarouge, pour essayer de discerner ce qui se passe. Je ne dis pas un mot, et soudain, nous arrivons en bas de l'escalier. L'air ambiant pue la mort. Le cadavre frais ... Je regarde autour de moi. Des traces d'encens, et je détecte un gaz étrange que je ne connaissais pas, un gaz dont la constitution m'était encore inconnu. Je n'aimais pas l'idée qu'un criminel puisse utiliser des armes chimiques, qui ? Docteur Death ? Non. Il est actuellement en Allemagne. Qui pourrait utiliser des toxines ? Le Joker ? Non, ce n'est pas son genre, enfin, quoi qu'avec lui, autant s'attendre à tout, même si je ne le vois pas dans une église. Qui pourrait utiliser un genre de toxine encore inconnue ? Je ne tarderais pas à le savoir. Reprenant la discussion, j'observe mon alliée d'un soir avant de reprendre d'une voix grave.

"Des messes noires. L'ironie de croire en la technologie et le culte d'un dieu païen."


C'était ironique en quelque sorte. La Cour des Hiboux croyait en ce genre de conneries, en ce genre de choses. Ils croyaient à l'alliance de leurs rites et de la technologie d'aujourd'hui, seulement quand c'est pour leur usage personnel. C'était à croire que le reste qui ne les concernaient pas n'était que de la poudre aux yeux. En attendant, je me devais de garder mon calme car nous arrivons en bas, là où deux sarcophages nous attendent. Un petit autel, et les traces d'encens que j'avais relevé. Il devait y'avoir un passage secret. Un endroit assez grand quand même. Comme une véritable tombe de pharaon. Il devait y'avoir un passage secret qui mène au laboratoire. Le plus important, c'était de découvrir le mécanisme. Quelque chose qui ressemblait à un hibou, ou à un sceau de la Cour des Hiboux peut-être. Je scrute l'endroit. J'observe, avant de tomber sur des petites statues en forme de hiboux autour de la première tombe. Bien ancré dans la pierre. Il doit forcément y'avoir un mécanisme. J'observe aussi quelques traces dans la poussière du lieu. Apparemment, nous ne seront pas seuls dans cet endroit. Nous ne serons pas seuls, et je me préparais intérieurement à frapper les Ergots. Dieu merci, il me reste quelques grenades givrantes pour givrer si je devais tomber sur un des pires salauds de la Cour. Et je n'hésiterai pas. Tous les moyens seront bons pour régler cette histoire, une bonne fois pour toutes.

"La Cour est venue ici récemment."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyDim 24 Fév - 12:48

L'obscurité. Elle et l'obscurité avaient une relation très particulière. Elle ne craignait pas l'obscurité et ses monstres, comme elle ne craignait pas grand chose. On lui avait appris à ne pas craindre les choses futiles de l'inconnu. On lui avait appris a les conquérir, a faire des armes, des alliés, des sujets. On lui avait appris que dans le noir nous sommes notre propre ennemi. Sauf que dans le noir, il y avait les secrets et autres non-dits. Il y avait sa mémoire rampante, les choses qu'elle ne voulait pas se souvenir. Les choses qui faisaient d'elle une parfaite petite Underwood et une dame de la Cour.

Il ne devait pas avoir cette relation avec le noir. Le chevalier noir devait s'en servir comme d'une arme pour sa croisade de terreur. Il était une des créatures utilisant le noir à son avantage. Était-ce pour ça que l'aristocratie ne le craignait pas ? Parce qu'il n'était qu'un autre utilisateur des ténèbres qui n'avait pas le sens du pouvoir et du sacre à ce dieu sanglant ? Le dieu qui se cachait dans le noir, avec tout ce que vous ne voulez pas voir. Tout ce que vous pouvez craindre, il le connaît car il l'a engendré, et il vous mettra constamment à l'épreuve avec ces horreurs. Sauf la Cour, car la Cour avait accepté d'être une de ces terreurs nocturnes.

Ils étaient fous. L'odeur de la mort en témoignait. Ces ridicules messes noires en témoignaient. Ce qu'elle était maintenant en témoignait. Des fous avides. Et les Underwood ne valaient pas mieux avec leurs propres croyances. Aucun Underwood digne de ce nom ne croyait en cette fausse divinité. Non, eux avaient toujours amené un plus. Plus de sécurité, plus de technologie, plus d'hybrides. Jamais ils ne s'abaissaient à croire ce qui ne pouvait exister. La nature de leur sang était réel. Qu'ils avaient fait les premiers hybrides aussi. Et qu'ils avaient un don pour les énigmes simples mais retord aussi.

Elle observait le chevalier noir avant de regarder le mécanisme. "Mettez de quoi vous protéger des toxines. L'odeur va empirer." Elle se mit face à la tombe, laissant souvenir la guider. Son père lui expliquant que ce laboratoire n'était pas le fait de la Cour à la base, mais qu'il fut offert en gage de paix. Son aïeule Rose Underwood avait entamé une sorte de guerre froide entre la famille et la Cour. Elle ne connaissait pas les raisons et elle ne les connaîtrait jamais. Sûrement pour le mieux. Les statuettes bien ancrées dans le sol était un indicatif que c'était la bonne tombe mais rien de plus. Elle chercha parmi les décorations de la tombe avant de trouver une fleur amovible. Elle la tourna. Il fallait le connaître, ce mécanisme là.

La tombe s'ouvrit, révélant un escalier qui descendait toujours plus bas dans les ténèbres. L'odeur était pire en bas. Une odeur familière, celle du cadavre d'un Underwood. Les relents de toxines ingérées au fils des années et pendant la grossesse n'épargnait pas non plus les enfants ratés. Son sang bouillonnait... Raté, raté, raté... Si ils étaient moins préoccupé par la pureté du sang ils ne seraient pas ratés. Elle pénétra dans ces nouvelles ténèbres, descendant plus bas, suivi par une chauve-souris. Elle resta silencieuse, se disant que ce n'était pas le moment pour une discussion sans intérêt, peu importe combien elle voulait que ses appréhensions cessent de la ronger.

En bas de cet escalier se trouvait une pièce. Vide. Seul ce qui ressemblait à de vagues hululement se faisait entendre. Elle y était. Elle regarda une des tables d'opérations, conçus pour accueillir des nourrissons ou des enfants. Le souvenir lui provoquait des tremblements. Elle se souvenait. Il y avait un bébé malformé, des hommes en masqués au-dessus de lui. Il criait, hurlait. Ces sons lui déchirait les tympans. Elle avait l'impression qu'elle allait mourir alors qu'elle regardait ce spectacle. Le visage se déformant. Les membres s'allongeant. Le sang. Tout le sang. Comment pouvait-il saigner autant ? Elle se sentait paniquer, elle voulait courir. A la place elle saisit la main de sa mère alors que le dégoût montait. Elle ne reçut qu'une réponse froide. Que ce n'était pas digne d'une Dame. Alors elle lâcha la main, observant avec horreur un bec percé les lèvres du nouveau né.

Elle enleva son masque d'un geste sec, la panique provoqué par le souvenir encore vivace. Elle serrait quelque chose en main, le serrait chèrement. Elle se demandait si elle ne risquait pas de briser ce qu'elle serrait avec autant de forces. Elle se frotta les yeux, essayant de retrouver son calme. C'était des souvenirs. Juste des souvenirs. Mais est-ce que Steven avait eu droit à une transformation aussi horrible ? Très certainement. Elle devait arrêter de se leurrer. Elle devait se reprendre. Ce n'est pas comme si elle ignorait ce qu'il arrivé aux enfants ratés des Underwood. Elle le savait depuis toujours.

Elle inspira, laissant les toxines entrer dans son organisme avant de les expirer. Elle regarda enfin ce qu'elle tenait dans sa main. Celle du chevalier noir. Elle la lâcha sans un mots ni la moindre trace de rougeur. Elle devait penser logiquement, et ce qui était logique était que son corps avait réagit inconsciemment au souvenir. Elle chercha le masque du regard avant de le trouver non loin d'un coin sombre. Elle se dirigea vers lui, parlant d'une voix monotone. "C'est ici qu'ils créaient leurs abominations à tête de hiboux. Ils se servaient d'enfants difforment, atteints de troubles cognitifs ou tout simplement indésirables au sein de leurs familles. Puis... Ils les rendent fous en les traitant comme des animaux..."

Elle récupéra son masque. Le regardant. Observant si ils ne seraient pas endommagé à cause de la violence de la projection. Il n'y avait aucun dommage à première vu. l n'y avait personne à première vu également. Mais les hululement lui disaient le contraire. Au moment où elle remit son masque, les portes se fermèrent dans un fracas. Enfermés. Elle lâcha un faibles bruit d’exaspération forcément... Une voix retentit depuis des hauts-parleurs, résonnant dans tout le laboratoire. Elle ne la reconnaissait pas. Elle était... Féminine. Avec une forte intonation aristocratique. "Batman, ici, dans mon laboratoire ? Avec la petite Amelia en plus, quelle bonne surprise tu m'as apporté mon trésor ! Je me disais bien que tu étais récupérable ma chérie, pas comme ta famille. Quel dommage que tu ais voulu te tuer après avoir exterminer ces rats consanguins."

Elle chercha immédiatement les haut-parleurs. Elle la connaissait ? Pourquoi elle ne mettait pas de noms à cette voix. Les gens exubérant comme elle ne sont pas légion. "Quel dommage Batman. Autant la petite Underwood je lui vois bien des utilités, autant vous le Grand Duc a parlé. Mais je laisse Amelia vous présenter sa famille restante. Les enfants ! C'est l'heure de jou-" Elle détruisit le haut-parleur d'un couteau bien lancé, se sentant bouillir. Qui était-elle ?

Mais les cris des monstres se rapprochant lui disait de se préparer plutôt que penser...



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 25 Fév - 11:21

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Elle parla alors des expériences, tandis qu'elle s'occupait de trouver l'entrée du laboratoire. Elle parlait de ce qui se passait dans l'intérieur même de la cour des Hiboux, et pourtant, tout cela me revenait doucement en tête. J'avais déjà entendu certains Ergots parler de leur condition d'esclaves. Car c'était ce qu'ils étaient au final. Des esclaves destinés à servir les plus riches. Mais quand la corde tire trop, à un moment, cela casse. D'où le pourquoi quand certains Ergots ont décidé de s'en prendre contre leurs propres maitres. La Cour était vouée à disparaitre. Tout ce que je pouvais comprendre, c'était qu'une bande de riches, en manque de sensations, ait envie de se lancer dans une entreprise qui sera défaite un jour comme dans l'autre. Et avec Arkham City qui sévit en ce moment, je n'ai clairement pas le temps de m'occuper d'eux. Mais ce soir, je pouvais me faire une petite exception. Rien que pour eux. C'est alors qu'en suivant la jeune femme, l'observant, ne disant rien, je reste paré à toute éventualité. Après tout, je ne savais rien d'elle, et qui ne me disait pas qu'elle se retournerait contre moi. C'est alors que les hauts parleurs se mirent à grésiller. Amelia Underwood hein ? Il faudra que je me penche un peu plus sur son cas désormais. Je connaissais les Underwood, mais ce n'était pas vraiment une famille qui a fait palpiter le cœur de Gotham. Non. Ils étaient du genre discrets ceux-là. Qu'importe. Que dire face à un crétin qui se prenait pour Dieu ? Qui pouvait croire qu'il était au-dessus de l’éthique ? Rien. Il fallait les laisser parler, les laisser se croire être invincibles, meilleurs que les autres hommes. L'orgueil amène toujours à la chute. Une fois le haut-parleur détruit, des bruits commencèrent à se faire plus proches. Prévisible quand on y pensait non ? Un savant fou retranché dans un laboratoire, des pièges, et presque l'envie d'essayer ses expériences sur des cobayes. L'idée déjà faite, prévisible, digne d'un mauvais scénario de film. Je regarde Amelia avec un regard dur, presque calme, mais déterminé.

"Reste concentrée sur ta mission et sur tes gestes. Ne le laisse pas entrer dans ta tête. Ne laisse pas tes émotions te submerger, pas maintenant."


Je coupe la conversation de manière directe et calme, tout en inspirant lentement. Les capteurs de mon costume m'avaient indiqué que l'air était respirable, mais les indices trouvés dans la tombe, l'histoire d'Amélia, augmentaient mon niveau de paranoïa, déjà très élevé. En arrivant devant le mausolée bien plus tôt, j'avais imaginé ce que je pourrais trouver ici, mais les quelques éléments en ma possession me confirmaient que j'allais découvrir des horreurs insupportables. Autour de moi, la zone allait devenir un exemple de chaos et destruction. Les indices de massacres, de mauvais traitements sur les enfants et les utilisations d'armes chimiques semblaient nombreux et terrifiants. Underwood avait raison, des choses immondes s'étaient déroulées ici et se déroulaient certainement encore, vu les étranges bruits et ambiances qu'on pouvait ressentir en arrivant. Je devais en savoir plus et mettre fin à ces horreurs. Déterminé, sûr de moi et ouvert à tout indice, je me préparais mentalement au combat. Des hybrides, des monstres humains à tête de hiboux ? C'était cela qui nous attendaient ? Soit. J'avais rêvé de mieux en terme de mort honorable dans ma lutte contre le crime, mais cela ne peut pas être pire que de mourir avec le Joker. Autant prendre la situation et affronter directement la première direction devant nous. Je savais, de toutes façons, que les soucis et les ennemis ne tarderaient pas à perdre patience et à se jeter sur nous, pour mieux souffrir, comme d'habitude. Il ne se laisserait pas faire aussi facilement. Dans ma carrière, je me suis déjà chargé de monstres, de créatures démoniaques et d'extraterrestres bizarres. Même si je n'étais pas à l'aise avec ce domaine et que je préférais le laisser à des gens comme Zatanna ou Constantine, je pouvais désormais fomenter une petite pratique de protection et me défendre. Maintenant que j'avais retrouvé mon bras et toutes mes capacités physiques, je me sentait en pleine possession de mes moyens et je voulais en terminer avec la Cour des Hiboux, une bonne fois pour toutes. Même si je savais que les véritables dirigeants de la Cour n'étaient pas ici, ce laboratoire était sûrement rempli de créatures utilisées ou prêtes à être utilisées dans le monde et dans Gotham City et cela, ce n'était plus acceptable. Pas tant que je veillerai sur cette ville. Je suis là pour mettre un terme à ce musée des horreurs. Si les créatures vivant encore ici étaient sûres d'elles et voulaient le terrifier, elles allaient bientôt comprendre leur douleur. Le véritable maître de la peur arrivaient à elles.

"Elles arrivent."


Dis-je dans un souffle court et direct. Je suis prêt. Mentalement et physiquement. Prêt à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour mettre un terme à tout cela, et faire en sorte qu'Amelia retrouve une vie normale après toutes les horreurs qu'elle a subie. Quelque part, je ne pouvais pas m'empêcher de vouloir l'aider, malgré son passif. Je voulais faire en sorte que chacun puisse avoir sa chance, une chance de redevenir quelqu'un au sein de notre société. Montrer que nous pouvons être juste, mais sévère dans cette société, dans cette idéologie que je tente de sauver chaque jour un peu plus d'elle-même. Je charge mes grenades givrantes avant de les suspendre à ma ceinture. L'idée serait de bloquer et de paralyser mes plus proches ennemis. Si ces créatures sont monstrueuses, alors je me devais d'être le meilleur pour les mettre à terre. L'espoir fait vivre, même les plus fous. Alors que les cris se font de plus en plus pressants, je souffle et je me prépare mentalement. Chaque coup devra être efficace et monstrueux. Je me devais d'être inflexible et fort. Puissant et mesuré. Les voila ... Maintenant, c'est à nous de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 25 Fév - 14:27

Elle n'avait pas de gadgets. Pas de vrai entraînement martial. Elle n'était même pas sûre d'avoir ce qu'il fallait face à ces créatures, face aux hybrides inférieurs de la Cour. Face à ces créatures qui sont envoyés quand un Ergot n'est pas vital. Ces créatures aux griffes et au bec acéré, aux long membres sec et au visage qui n'en n'était plus un. Une tenue qui n'était qu'un haillon, les yeux vides. Si vides. Comme ceux du masque. Comme ceux de la Cour. Comme les siens. Ses propres yeux d'argents, vides, ne montrant jamais rien car elle mettait tout dans une boîte au fond de son esprit. Sa boîte de Pandore. Sa boîte scellée qui ne devait jamais s'ouvrir...

Alors quand ils arrivèrent, cette vague d'horreur inhumaine, le temps lui semblait plus lent. Certains  vers le chevalier noir. D'autres vers elle. Griffe en avant, bec prêt à déchirer la chair. Des rapaces sur leurs proies, s'apprêtant à ne rien laisser. Car ce sont des animaux maintenant... Sa petite boîte s'ouvrait dans les tréfonds de son âme. Ce sont des animaux sans rien d'humain, la dégoûtant au fond d'elle car ces animaux étaient des Underwood. Pas tous. Mais dans ce laboratoire, à l'air putride et aux toxines rampantes, ils ne pouvaient être que ça. Des Underwood. Et dans son esprit se répétait encore et toujours la même scène. Elle, incapable de dormir, entendant des cris dans la nuit et ne faisant rien. Réveillée, entendant les cris, se cachant. Éveillée. Se cachant. Des cris. Rien.

Elle se saisit de son couteau et le planta avec violence dans le crâne de l'hybride lui sautant dessus. Le craquement de ses os résonnait dans toute la pièce. La boîte de Pandore était ouverte, et de cette boîte elle sortait sa frustration. La frustration de n'avoir rien fait avant. De ne pas avoir sur quoi faire. Mais maintenant, alors qu'elle sortait sa lame pour la planter dans la gorge d'une autre créature, elle savait quoi faire maintenant. Mettre fin à leurs souffrances. Parce que c'était des animaux alors qu'ils auraient pu être humain et que c'était de sa faute. C'était sa responsabilité, pas celle d'un autre. Elle sortit une autre lame de sa ceinture, la lançant dans la jugulaire d'un de ceux autour de Batman.

Elle n'avait pas de gadgets. Pas d'entraînement martial. Mais elle avait ce qu'il fallait face à ces horreurs dont les griffes lui déchiraient la chair. Sa frustration, son dégoût, le fait qu'elle-même n'était plus humaine. Quand une des créatures, petite comme un bambin, se jeta sur son dos et commença à lui mordre le dos, elle se contenta de le saisir et de le jeter sur le sol, l'écrasant d'un coup de pied. Bien vite, elle était couverte de sang. Parce qu'elle ne voulait pas les laisser vivre ainsi. Elle ne voulait plus qu'ils soient des animaux, et elle ne voyait pas d'autres moyens car elle ne voyait plus d'humanité en eux.

Et que ça la pesait. Dans un sens, alors que le massacre s'achevait, elle essayait de faire disparaître ce poids de ses épaules. Elle n'avait pas vraiment fait attention au chevalier noir, pas entièrement. Juste couvrir ses arrière. Elle était couverte de sang, les cadavres empilés à ses pieds. Elle en voyait trois autres, recroquevillés dans un coin. Deux tout petits et un plus âgé se mettant devant eux. Comme pour les protéger. Il émit un cri qui se voulait intimidant alors que leurs regards se croisaient, mais il tremblait. Il tremblait et était sur la défensif, prêt à se sacrifier pour deux plus petits. Humains... Elle se contenta de regarder le chevalier noir alors que la voix de la femme retentit de nouveaux depuis un haut-parleur plus lointain.

"Encore en vie ? Parfait, vous me donnez toujours plus de preuve que le Grand Duc ne sait pas ce qu'il fait. Avec un peu de chances il m'écoutera quand je lui dirais que tenter de tuer Batman était peine perdue." Elle avait envie de la faire taire, serrant de nouveau les poings alors qu'elle s'avançait pour trouver ce haut-parleur. Elle détestait les monologues pour ne rien dire. "Oh, en parlant de toi Batman, veux-tu entendre une petite histoire ? Bien sûr que tu veux... Tu n'as pas le choix." Et elle supportait encore moins les monologues des gens égocentriques. "C'est l'histoire d'un chauffard qui coupa la route à une voiture parce qu'il pourchassait des braqueurs, manquant de tuer la conductrice et la passagère. Une tante et sa nièce rentrant à la demeure familiale. La tante perdant le contrôle de la voiture qui s'enfonça dans un poteau." Il y eu une pause, lui permettant de trouver le haut-parleur et se préparant à le détruire.

"La petite Amelia Underwood, héritière de la noble lignée Underwood, s'en sortit avec une commotion cérébrale. Quand à sa tante... Les Underwood la considérèrent responsable de l'incident et la bannirent... Après tout, elle n'était qu'une gamine issue d'une infidélité." Elle s'arrêta, se sentant de nouveaux bouillir. On la prenait pour une imbécile. "Mensonges, les Underwood exécutent les enfants bâtards dès qu'ils sont trouvés et je n'ai jamais eu d'accident de voitures." Elle entendit un rire. Pas le genre de rire qu'on s'attendrait à entendre de la part d'une grande méchante en pleine possession de ses moyens. Un rire amer. "Je ne suis pas étonnée que tu m'ais oublié. Tu es une vraie Underwood après tout. A oublier ce qui les dérange. Je suis sûre que tu as oublié ton petit frère Steven, et que ce n'est pas à cause de la commotion cérébrale." Elle cassa le haut-parleur. Son corps tremblait. Elle voulait la trouver et l’étrangler. Elle pouvait les entendre, ce qui n'était pas bon. Mais elle se permit de rappeler un détail à cette soi-disant Underwood bâtarde.

"La seule tante que j'ai eu était ma mère et elle se trouve là où elle devrait être... Dans un cimetière, à pourrir."



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 25 Fév - 17:02

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Le Batman s'était attendu à ce que les créatures se rapprochent après que les paroles du docteur cinglé termine son petit discours. En réalité, je l'avais même espéré. Après tout, c'était le scénario classique chez les criminels. Toujours à se vanter, à se montrer sous leur meilleur jour ... Il fallait savoir que j'avais compris que des êtres hybrides rôdaient et s'avançaient vers nous dans une ruée terrifiante et sordide, désirant charcuter, déchirer, dévorer. Les hurlements, les mouvements, les bruits étranges n'étaient que des préparations, des éléments supposés me terrifier et me mettre en mauvaise position quand ils attaqueront. Je ne leur laisserais pas l'avantage. Aucun avantage. Rien. Dès le premier signe de l'un d'entre eux, je les avais volontairement attiré ses futurs adversaires pour montrer qui était le dominant, la créature de la nuit. Oui, les hiboux dévorent les chauve-souris, mais je me ferais une joie de leur montrer qu'il y'a souvent des exceptions dans la nature. Les choses sérieuses pouvaient enfin commencer. Les bruits et les pas se faisaient plus pressants. La Cour des Hiboux était encore vivante, à mon grand regret et je devais définitivement les stopper au plus vite, mais la réalité me rappelait comme une brique envoyée en pleine gueule : Nous sommes en danger, dès maintenant. La première bête était hideuse, surmontée d'un visage de hibou, mélangée à je ne sais quoi, quelque chose d'infect, de monstrueux. Elle se précipitait ainsi vers le Chevalier Noir, dans ce couloir obscur où les mouvements étaient limités. Les mains de la chose semblaient griffues, prêtes à me déchirer, et il fallait faire très vite. Les poings serrés, j'inspirais longuement avant de me projeter sur le côté pour éviter la créature. Sa rapidité était grande, mais je m'étais préparé et je glissais sur le sol pour me relever et me reprendre. Saisissant au passage, quelques bombes givrantes que je lance sur la première de ces demoiselles, réussissant à toucher la créature, il fallait maintenant faire en sorte qu'elle soit mise hors d'état de nuire. Les Ergots avaient ce problème, cette faiblesse : La Glace. Mon objectif était simple, savoir si mon ennemi était sensible au gel. Je préférais éviter, pour le moment, l'affrontement physique direct. Mais ma coéquipière de ce soir, elle, semblait privilégier une toute autre approche. Une approche que je ne pouvais pas cautionner. Mais dans un sens, savoir ces créatures en liberté, respirant le même air que les citoyens de Gotham me soulevait le cœur. Ce ne serait que justice au final, de mettre un terme à la vie de ces monstres, mais je ne tuerai pas. C'était mon choix. L'unique, le seul. Le monstre subissait le gel, et ses membres commencèrent à se figer. Pour ma part, un coup bien posé, amène la créature à faire une petite sieste forcée. Le danger était palpable, et l'adrénaline me courait dans tout le corps. Bien sûr, ce n'était pas Bane, ni Killer Croc, mais ils avaient quand même du punch. J'encaissais une griffure sur le torse, tandis que je m'occupais de casser le bras d'une des monstruosités qui se tenait à côté de moi.

"ON NE TUE PAS !"

Hurlais-je tandis que ma coéquipière semblait oublier mon crédo personnel. Elle faisait ce genre d'horreurs avec l'habitude d'un assassin. Même si ces créatures étaient monstrueuses, et qu'elles devaient mourir, on pouvait toujours espérer inverser les effets de ces expériences. Après tout, on peut toujours essayer de sauver les gens, malgré ce qu'ils ont subi. Je me relève entièrement pour fixer la silhouette de la créature endormie, tandis qu'une autre tente de me saisir par derrière. Manque de chance pour elle, quand on essaye de m'avoir en me saisissant par le casque, une décharge électrique de la combinaison s'active. La créature hurle de douleur avant de disparaître peu à peu dans les ténèbres d'où elle était issue. On peut s'attendre à une réplique, mais la bête avait été plus durement touchée qu'il ne l'avait espéré par ses attaques, ou plutôt par le choc électrique. Le Chevalier Noir savait néanmoins qu'une telle bête était vulnérable à la glace, les Ergots sont neutralisés par le système de la glace, et même si mon alliée était une Ergot, si elle continuait sur sa lancée, il me faudra la neutraliser elle aussi. Je ne cautionne pas le massacre aveugle. Le combat se poursuit, et malgré les horreurs qu'elle venait de commettre, je me focalisais surtout sur la voix qui résonna à nouveau. Je devais maintenant décider de la conduite à adopter, remettre les points sur les i avec cette jeune fille, ou bien la laisser continuer seule, à livrer un combat qu'elle risquait de perdre. Mais ma bonne foi me disait que de toutes façons, je ne pouvais pas faire demi tour. La Cour des Hiboux devait être arrêtée pour de bon. Évidemment, le choix fut rapide et de manière sereine, mais toujours sur mes gardes, je m'adressais maintenant à la personne qui voulait jouer avec nous. Attaque psychologique de la voix sur mon alliée. Quand elle détruisit à nouveau un haut-parleur, je la regardais avec une certaine sévérité dans le regard.

"J'ai appris tout au long de ma carrière, que les morts peuvent revenir à la vie. Si votre tante est bien en vie, alors il faudra poser les questions à celui qui est capable de revenir d'entre les morts."


Ra's Al Ghul devra me dire s'il y'avait vraiment un puits de Lazare sous Gotham. Bien sûr, il y'avait celui de Wonder City, mais est-ce que la Cour y'avait accès ? On se devait de rester calme et réussir là où les autres cobayes avaient échoué : demeurer maître de nous-même. Mon entraînement et Mon expérience seront d'un grand soutien, quelque part, je me rappelais de l'entrainement de Shiva dans la Ligue des Assassins, je me devais de faire attention, car ce n'était pas un ennemi lambda que nous avions en face de nous. Tapotant sur mon ordinateur localisé sur mon bras gauche, j'essaie de déverrouiller la porte devant nous. Effectivement, Wayne Tech pouvait faire pas mal de surprises en terme de technologie, et la porte s'ouvrit à moitié. Me précipitant sur les portes du laboratoire avant que le mécanisme de contrôle ne revienne, je plantais mes doigts dans la séparation entre elles et forçait à mort pour les ouvrir. Grâce à mon entraînement et mon expérience, le Chevalier Noir savait comment ouvrir de tels engins de technologie. Merci Lucius. Pénétrant dans le nouveau couloir, je me tenais aux aguets, prêt à bondir sur le prochain danger qui nous sera envoyé. En pleine forme physique, nous savions que nous devrions affronter tôt ou tard les monstres tapis dans les ombres du laboratoire. Encore combien se terraient dans les lieux ? Bonne question. Maintenant, il fallait continuer d'avancer dans les ténèbres, et de mettre un terme à toute cette histoire. Qui pouvait être le nouveau Grand Duc ? March de retour ? Non. Son cadavre avait été incinéré. Qui ? Le mystère continue de s'épaissir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 25 Fév - 18:38

"Je n'ai pas de tante."

Pas un mensonge, pas réellement. Si on voulait être technique, au vu de l'enfer qu'était l'arbre généalogique des Underwood, elle n'avait pas de tante. Sa tante était à la fois sa mère, avec son père qui était son oncle, et jamais elle n’eut le moindre souvenir d'une tante qui était une bâtarde. Ce n'était simplement pas possible, pas avec les règles séculaires des Underwood. Elle suivait le chevalier noir, méditant sur ce qu'elle venait d'entendre. Profiter du répit pour refermer la boîte qui fut ouverte. Qui que soit cette femme, elle savait où la toucher. Elle regarda le chevalier noir. Et si elle savait aussi où le toucher ? Et si elle se servait d'elle pour ratatiner le peu de possibilité de former une équipe ? Après tout, il détestait la notion de tuer et... Et elle avait ouvert la boîte de Pandore.

Elle se faufilait rapidement entre l'ouverture de la porte, usant de sa force pour soutenir le chevalier noir et méditant sur les propos de cette aristocrate. Une commotion cérébrale pourrait expliquer une perte de mémoire de sa part. Mais comment une bâtarde aurait pu entrer dans le cercle proche des Underwood ? Comment pouvait-elle savoir pour Steven ? Que savait-elle d'autres ? Quel âge pouvait-elle avoir aussi ? Elle n'avait pas la voix typique d'une femme âgée. Mais si elle était effectivement une Underwood, elle pouvait avoir hérité de leur juvénilité. Elle avait besoin de tester. Elle avait besoin de voir les limites de cette femme, de vérifier si elle connaissait d'autres secrets qui auraient dû rester dans la tombe. Mais pas maintenant.

Elle entra avant le chevalier noir dans la pièce, l'examinant alors que sa vu s'adaptait rapidement à l'obscurité. Un autre grésillement se fit entendre. "Je vois qu'en plus d'être un chauffard, Batman est aussi un délinquant. C'est si amusant de te voir forcer des portes comme un voleur. Mais pas autant que de me souvenir de combien ton père était un homme charmant et ta mère une personne adorable... C'est eux qui m'ont initié à la Cour, Batman, parce qu'ils détestaient comment les Underwood traitaient les petits accidents." Elle regarda son allié. Elle recommençait. Elle recommençait à attaquer sur le mental et elle ne voyait pas l'interphone cette fois.

"J'ai une théorie te concernant d'ailleurs. Bruce Wayne est mort en même temps que ses parents. Il a lentement pourri pour ne laisser qu'une carcasse du nom de Batman." Elle s'apprêtait à lancer un nouveau couteau en direction du haut-parleur enfin trouvé quand une créature la prit par surprise. Plus rapide que les autres, plus forte aussi. Plus grande également. Mieux vêtue... Comme si elle avait eu une sorte de traitement de faveur. Bien vite, d'autres sortaient des ombres. Moins grande que la première. Mais semblant plus maline que celles d'avant. "Tst tst. Non non petite Amelia, pas cette fois. Joue avec ton frère Steven pendant que je parle avec Batman alors qu'il fait ses exercices."

Elle se figea, regardant la créature tout en retenant son bec. Steven... Il était devenu ça... "Donc, Batman, pendant que les enfants jouent nous allons pouvoir continuer cette... Conversation." Son petit frère... Elle entendait les autres créatures s'en prendre à Batman. Mais elle avait malheureusement un plus gros problème. Un problème qui la saisit par la taille, l'envoyant se cogner contre un mur sur fond de monologue acerbe. "Je te hais pour ce que tu as fait ce jour-là... Encore plus depuis que je sais qui tu es... Si tu n'avais pas coupé la route j'aurais pu les exterminer, j'avais la Cour avec moi, je savais que tes parents, feu tes parents, seraient en paix de là où ils étaient." Elle se sentit saisie par la jambes avant d'être frappée violemment sur le sol, ses os craquant. Elle devait se sortir de là.

"J'aurais pu lui donner une vie normale, loin de cette famille de dégénérée qui boit du poison au petit matin, loin de ces tarés et de leurs mariages consanguins. Elle serait encore humaine, elle serait sûrement une meilleure personne que toute cette famille pourrie." Elle se reprit, jetant un couteau dans l'avant-bras de la créature- non, Steven- lui permettant de se libérer de sa prise. Elle se releva, grimaçant à la sensation de son corps qui la tirait. "Elle ne serait pas en train de se battre avec son petit frère, elle serait probablement mariée. Mais non ! Non, il fallait que Batman, la carcasse de Bruce Wayne, se décide de se venger parce qu'il n'arrive pas à accepter que ses parents sont morts et qu'ils ne voulaient pas d'un martyr pour fils !"

Elle esquiva son couteau, renvoyait à elle, et passa entre les jambes de Steven quand il lui sauta dessus. Elle ne voulait pas lui faire du mal. Elle se refusait à le faire. L'image des trois hybrides dans le coin de la pièce précédente lui revenait. "Tu es une plaie béante Batman, tu es le résultat du pire !" Humain, il était humain. "Tu créais les pires horreurs, tu es la pire conséquence de la mort des Wayne ! Tu as amené une ère de chaos, tu as permis a des fous de prendre le contrôle de la Cour, parce que les temps changent et qu'il faut devenir aussi radical que la carcasse qui se déguise en chauve-souris !"

Elle donna un coup sec dans le dos de Steven, y mettant toute sa force. "... En bref, tu es la source de tout les maux. Tu as même ramené les vieilles croyances sur Barbatos sur le devant de la scène. Comme si un vieux dieu avait de vrais pouvoirs." Elle descendit du dos de Steven une fois qu'il fut à terre, se plaçant devant lui. Ouvrant son sac et sortant cette vieille peluche de renard blanc. "Ce qui me désole encore plus dans tout ça, c'est que je sais que tu vas vivre. Toi, la carcasse de Bruce Wayne." Elle s'accroupit en face de lui, observant ses faits et gestes. Il la regardait, la peluche. Il tandis doucement la main, la prenant avec délicatesse.

"Monsieur... Flocky..." Elle retira son masque. Elle n'en n'avait pas besoin avec lui. Il releva la tête. Quoi que disait l'aristocrate à l'interphone, ils n'en n'avaient rien à faire. Elle sa main dans les plumes qui étaient autrefois les cheveux de son petit frère. "Tu... Es venue... ?" Elle hocha doucement la tête, le laissant ramper plus proche. Le laissant se reposer contre ses genoux. "Oui. J'ai mit du temps mais je suis venue... C'est fini..." Elle regarda le chevalier noir qui en avait fini. Toujours à se faire attaquer par cette inconnue derrière un haut-parleur.

"Mais tu ne vas rien écouter, comme tu n'écoutes jamais tes protégés. La seule personne que tu écoutes est un fou grimé en clown."



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 


Dernière édition par The Owl le Lun 25 Fév - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 25 Fév - 19:55

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

C'est alors qu'un poing ganté s'écrasa avec rage sur l'écran vidéo qui affichait une silhouette dessinée dans la pénombre. Les paroles, les mêmes saloperies que la Cour a rabâché en boucle, et en boucle, et en boucle. Jouer sur le mental, sur la perception, c'était tout ce qu'ils savaient faire, mais rien de plus. Le bras musclé et protégé par une armure made in Wayne Tech s'extirpa sans difficulté des ruines de la machine. Le petit Bruce Wayne était mort, oui, dans cette allée sordide il y'a de nombreuses années, et Batman l'avait remplacé. Oui, c'était vrai, et je ne m'en cachais pas. Je vivais un simulacre de vie, je vivais une vie à moitié. J'étais un homme à double facette et je ne m'en cachais pas auprès de mes plus proches alliés. Mais au lieu de voir le négatif comme la voix à travers l'écran, moi, je ne voyais que le positif que Batman avait apporté à cette ville. Car en y réfléchissant bien, la Pègre de Falcone et de la Cour des Hiboux n'avait jamais rien arrangé les choses pour les habitants de cette ville. Jamais. Pour tout dire, en venir à énerver Batman, c'était comme si tu t'amusais à jouer avec un tigre dans sa cage, avant que celle-ci ne s'ouvre. Son coeur aurait pût être un canon, une moissonneuse batteuse, ses pensées étaient des fusées qui ne rêvaient que d'atomiser une Lune. Le Batman en avait marre, il en avait plein le cul que l'on affiche sa famille comme une bande de parias, de monstres, de gens sataniques. J'avais eu ma dose avec Hurt, j'avais eu ma dose avec March, mais ce soir, y'en a quelques uns qui allaient salement payer pour ça. La colère, oui. C'était la colère qui motivait le Chevalier Noir en cet instant bien précis, et toutes ses pensées se focalisaient sur ce qui se passait entre Owl et son frère présumé. Elle était là pour lui, voila la vraie raison de son intervention dans cet endroit. Elle était là pour le sauver, pour le tirer des griffes de la Cour. Relevant la tête vers de probables micros, le Bat s'annonça encore plus sombre, encore plus déterminé que jamais. La voix grave, il commença alors.

"Je sais que vous m'écoutez."

Une simple petite phrase pour mettre au clair ce qui allait se passer. Le poing serré, je me retiens d'aller plus loin, de ne pas céder à la colère la plus violente ... Pauvres gosses ... Pauvres enfants brisés par la folie d'une bande de connards ... L'air patibulaire, le Batman encaissait les saloperies ce depuis de nombreuses années, mais cela avait duré, cela n'avait que trop duré, et jamais plus il ne se laisserait salir de la sorte, ni lui, ni sa famille. Ma voix était rauque, froide et glaciale. Nous n'étions plus très loin de la fin de tout cela, mais le Batman avait toujours quelque chose à dire, toujours, quand c'était le bon moment. Que dire face à quelqu'un qui se cache ? Le Batman, lui, a toujours sût répondre aux détraqués et aux malades mentaux. Je n'aimais pas donner de l'importance à des criminels de bas étage, mais il me fallait quand même lui donner un aspect de la peur, de la terreur avant que tout ne se termine. Car oui, je voulais insuffler les braises de la terreur avant que la défaite ne soit la plus amère possible pour les membres de la société des Hiboux. Mais je me devait de dire quelque chose avant de me remettre en route.

"Vous croyez sincèrement que vous êtes en train de me faire peur. Que vous êtes en train de me mettre à nu, que vous espérez que cela me terrorise. Vous croyez être meilleur que mes ennemis habituels, que moi, que mes alliés. Cependant, vous oubliez une chose. Vous ne vous êtes jamais vraiment mesuré à moi. Et c'est là votre pire erreur ..."


C'est alors que le Chevalier Noir s'approcha d'Amélia et de la créature qui semblait être son frère. Sortant un sédatif, histoire de calmer le jeune homme, j'implantais la seringue dans son bras pour le faire dormir. Pour éviter qu'il ne soit prit d'une possible frénésie ou d'un probable contrôle mental. Car la Cour excellait dans ce genre de saloperies, je l'avais déjà vu en action. Retournant alors son regard vers les micros, je me mis à reprendre une grande inspiration en se retournant et en s'avançant vers la porte qui se tenait devant eux. Une porte encore. Toujours. Cette salle venait d'être allumée pendant le combat de Owl contre son frère, et maintenant, je discernais un peu mieux les murs blancs et le style d'architecture que la Cour des Hiboux semble affectionner.

"Je viens vous chercher. Et je vous traquerai les uns après les autres. Comme des chiens."


Ma colère grondait dans mon esprit, ma colère grondait mais je me mesurais. Ils n'auront jamais ma haine, ils n'auront jamais la main-mise sur ma vie, ni sur cette ville, ni sur Dick Grayson qui était voué à devenir le prochain Ergot. Je savais qu'on devait m'écouter. J'imaginais toute la Cour, avec leurs masques de chouettes blanche sur le visage, dans de beaux costumes, écoutant, observant le spectacle, comme pour avoir les meilleurs frissons de leur vie. Je les imaginais tous. Ils devaient sûrement rire, rire de se sentir protégés. Cependant, rien ne les protégera. Ils se fourvoyaient.

"Rien de ce que vous m'enverrez ne m'arrêtera. Rien de ce que vous essayerez ne m'arrêtera. Vous vous croyez sûrement bien à l'abri, derrière votre camouflage, vos petits appareils. Mais je vous trouverai. Ce n'est qu'un ultimatum que je vous lance. Je vous trouverai, et à ce moment-là, je ferai en sorte que vous regrettiez chaque expérience, chaque injection, chaque hybridation que vous avez faite. Os par os."


C'était monstrueux, on ne pouvait clairement pas appeler ça de la science. C'était un prolongement des trajets d'Hugo Strange dans sa prime carrière de scientifique cinglé. L'hybridation, la transformation. Même Émile Dorian aurait pût concevoir une horreur pareille. La Cour des Hiboux se prenait pour Dieu, mais il était grand temps d'en finir avec eux une bonne fois pour toutes. La porte était verrouillée, et c'est alors que je sors un pan de gel explosif que je positionne sur la porte. Au moindre déclenchement, la porte explosera et nous pourrons aller plus loin. Il me tardait de mettre la main sur cette personne qui se croyait plus intelligente que les autres, histoire de lui rabaisser son caquet. En découvrant toutes les horreurs de la Cour des Hiboux ici, je dois admettre que les monstruosités créées par ces fous m'avaient choqué et, en un sens, terrifié. Comme si toutes ces années à les repousser, n'avaient qu'attiser la colère et l'envie de la Cour. Comme si tous les moyens étaient bons pour arriver à leurs fins. C'était désormais terminé. Il était temps de mettre un point final à tout cela, à la Cour des Hiboux, et à toute cette horreur. La Cour des Hiboux n'était un regroupement d'individus pervers et violents, narcissiques et malades, ils devaient être exterminés. Que cette légende se termine pour de bon. Me dirigeant à nouveau vers Amélia, j'active l'explosion de la porte et elle part en éclats. Maintenant, nous pouvions continuer notre petite virée dans les laboratoires de la Cour. Le combat sera pénible, difficile, mais satisfaisant dans la mesure où ma colère sera enfin relâchée sur les ordures qui ont fait ça. Sur des enfants. S'il y'avait un Dieu, les membres de la Cour avaient intérêt à le prier et vite, car ma colère allait faire mal. Très mal. J'intime l'ordre à Amélia de me suivre et de laisser le corps de son frère ici. Maintenant, il faut en finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 25 Fév - 21:07

Le voilà endormie contre elle, serrant cette peluche comme il le faisait étant enfant. Elle se demanda si il était même possible qu'il le redevienne. Qu'on puisse lui rendre ses années qui lui ont été volées. Steven. Pauvre petit Steven, emporté dans la folie de Cour, emporté dans les horreurs de Gotham sans aucun égard. Happé parce qu'on l'avait dit raté. Elle regarda le chevalier noir se laisser aller à la colère. La laisser sortir, faire part des horreurs qu'il ferait subir à chacun des membres de la Cour. Elle caressa doucement la tête de son jeune frère, priant pour qu'il ne devienne pas comme lui. Priant pour qu'il ne se lance pas dans une vengeance froide et sans fin.

Qu'il ne fasse pas comme ce qu'elle s'apprêtait à faire. Elle déposa doucement sa tête contre son sac, si elle avait besoin de s'emparer de quelque chose elle avait toujours des poches. Elle allait la trouver, cette aristocrate. Elle allait la trouver et lui briser la nuque pour ce qu'elle lui avait fait. Elle se mit à suivre le chevalier noir, restant silencieuse alors qu'elle mettait dans le fond de son esprit sa colère, sa frustration et sa curiosité dans cette boîte. Son corps se détendait visiblement, malgré les blessures infligés par le combat. Sa vu, parfaitement adaptée à la pénombre, à l'affût de la moindre ombre. Ses oreilles au plus petit grésillement. Rien.

Rien sauf ce long escalier menant à une porte au fond de ce laboratoire, au fond de se mausolée. Quelque chose lui disait qu'ils ne trouveraient rien. Ou au moins, pas l'aristocrate. Elle avait dû fuir, aucun membre de la Cour ne chercherait à subir la colère chevalier noir. La porte était en bois, finement sculptée avec des arabesques. Étonnamment peu renforcée, la confortant dans l'idée qu'elle avait sûrement un moyen de fuir. Elle donna un coup de pied dedans, la faisant voler en éclat. De l'autre côté se trouvait un bureau à la décoration riche, témoignant un grand luxe.

Mais ce n'était pas ce qui la dérangeait le plus. C'était un coin, un coin qui semblait dédié au jeu. Des jeux pour enfant. Un lit pour bambin s'y trouvait, et il semblait y avoir eu un enfant qui avait dormi il n'y a pas encore longtemps. "Pourquoi elle aurait amené un enfant ici..." Dans son esprit, une longue série de possibilités se bousculaient. Le sien ? Une expérience ? Juste une ruse pour perturber ceux qui essaierait de comprendre ? Elle s'avança, allant directement vers le bureau. Ouvrant chaque tiroir dans l'espoir de trouver des notes écrites, et il y en avait. Beaucoup. Elle regarda ensuite l'ordinateur, mais pestant en voyant qu'il y avait un mot de passe.

Puis elle vit des cadres photo. De quoi lui retourner l'estomac. Pas à cause de quelque chose d'horrible. C'était le genre de retournement qui venait alors qu'on réalisait quelque chose. Elle se saisit d'une des photos, l'étudiant. Une jeune femme, peau relativement pâle, cheveux roux et yeux argentés tenant une enfant dans ses bras. Elle la tenait elle. Mais elle ne trouvait pas de nom dans sa mémoire. Elle posa le regard sur les autres photo. Une avec un hybride, dont la couleur des plumes lui faisait penser à celles de Steven. L'hybride était sur les épaules de la même femme qui semblait avoir à peine vieilli. Et la dernière était toujours cette femme. Un nourrisson bercé dans ses bras. Toujours souriante. Elle rangea le cadre, peu sûre de savoir quoi penser.

"Elle disait peut-être la vérité..." Son regard se posa sur l'ordinateur. "Il y a un mot de passe. Et je suis certaine qu'il doit y avoir un ascenseur caché quelque part."



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMar 26 Fév - 11:37

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

L'expédition au cœur de l'abyme continue. La colère était ce qui me motivait précisément. Pour tout dire, je ne m'attendais pas à donner de traitements de faveur face à des ordures pareilles. Je ne mettrais aucun gant, je ne montrerai aucune douceur face à des ordures qui s'en prennent à des enfants. Le Chapelier Fou, lui, avait l'excuse de sa folie, même si j'étais déjà suffisamment énervé contre lui, mais alors la Cour des Hiboux ... Eux, ils allaient vraiment en prendre plein la gueule, et ils allaient payer tarif. Pénétrant dans une espèce de bureau, je remarque un coin pour enfants. Un coin pour les élever, avec des jeux. Un espace bureautique, avec quelques dossiers poussiéreux. Sûrement l'esprit malade d'un savant qui observait les enfants testés pour la Cour. Un endroit malsain, dangereux. Les photos cependant, semblaient perturber mon alliée de ce soir. L'ordinateur est verrouillé par un mot de passe. Ce qu'il y'a de pratique avec la Cour des Hiboux, c'est qu'ils étaient toujours dans cette optique du symbole, de l'image, et ce n'était clairement pas moi qui était visé ce soir. Non, ce projet concernait cette jeune fille. Peut-être que tout cela ne tournait qu'autour d'elle ? Sortant une torche, je regarde les différents papiers. Expertises, expériences, je regardais avec attention ce qui s'était fait ces dernières années. Pauvres gosses. Certains n'étaient que des orphelins, puis les autres étaient des Underwood, d'autres des gamins qui avaient disparu. Combien au final ? Combien avaient fini leurs vies dans le cimetière ? Il était certain que la Cour paierait pour ces atrocités. Tout ça pour le plaisir égoïste de la Cour, et d'une bande de riches abrutis. Je serre le poing, calmant la colère qui sévissait dans mon être. Alors qu'elle était sur l'ordinateur, cela me paraissait si simple, et pourtant, ce n'était pas dur de comprendre comment pensaient leurs créateurs. La logique indique qu'ils se prennent pour des pères, parés à construire, et à élever des enfants. Si le choix d'un mot de passe était évident, alors il nous fallait emprunter certains mots qui étaient dans le bon thème.

"Essaie Amélia, ou Underwood."


Silencieux, stoïque, légèrement terrifié par la définitive absence d'éthique, de limites et de morale de la Cour des Hiboux, je me laissais absorber par l'horreur de la situation. Mais je restais de marbre, je le devais, car je ne pouvais pas me laisser assouvir par la haine et par la rancoeur. Non. Ce n'était pas le style de Batman. Torturés, transformés, déchirés mentalement, avilis ... Pourquoi au final ? La Cour ne valait pas mieux que les scientifiques de l'Allemagne nazie. Ils ne valaient guère mieux que le docteur Mengele. C'était monstrueux. Pour les projets malsains et orduriers de l'ennemi, des monstres capables d'aller aussi loin, d'aller dans les confins inexplorés de la Science. Une grimace de dégoût passa quelques secondes sur mon visage. Mais je fis en sorte de ne rien laisser transparaitre plus longtemps. Batman se devait de rester neutre, de ne pas se laisser avoir par ses sentiments et ses émotions. Il fallait que je fasse régner la justice dans ce lieu, même si des fois, c'était très difficile de se retenir. Pendant de longues secondes, le Chevalier Noir avait fixé la jeune Ergot près de lui, essayant d'appréhender ses émotions et ses réactions. Elle semblait à la fois brisée mais désireuse de venger sa famille.

"La vengeance ne t'amènera rien de bon, et si nous devons mettre de la lumière sur cette histoire, alors la personne qui est derrière tout ça doit être traduite devant la justice. Pour ta famille, et pour ceux qui ont subit ces horreurs."


Puis, sans rien dire, car le moment ne le permettait pas, car l'instant était plus au danger qu'à la franche rigolade, je détermine la possible cachette d'un ascenseur derrière une étagère de l'endroit. En terme de cachette, j'étais plutôt bon on va dire, mais le problème, c'est que cet ascenseur ne s'ouvrira pas tant qu'on aura pas trouvé le mot de passe. Tapotant alors sur son ordinateur incrusté dans le bras, j'active les commandes de la Batmobile, située en plein Central Gotham. Elle se ralluma soudainement et s'élançait sur la route, pour attendre, patiemment, l'ordre de son propriétaire pour venir le récupérer ailleurs. Avec l'aide de la Batmobile, j'aurais un lien plus direct vers l'ordinateur de la Batcave et pour Alfred, qui pourra m'aider à trouver plus rapidement le mot de passe si jamais nous ne trouvons rien. Pour ce qui est du point d'accès, vu que nous sommes en profondeur, cela pourrait aussi me servir de relais pour transférer toutes les informations contenues dans l'ordinateur de la Batcave. Histoire de sortir tout cela au grand jour. J'essaie de joindre Alfred, mais le béton de l'installation brouille la communication. Il faudra attendre que la Batmobile soit dans le secteur pour débloquer la transmission.

"Nous ne pouvons pas revenir en arrière, mais nous pouvons toujours les punir, et j'y veillerai."


Me rapprochant de la jeune femme, j'observe l'ordinateur tout en regardant les quelques photos non loin de là. Des gens que je ne connaissais pas, des gens que je n'avais jamais vu. Mais elle si. Elle semblait les reconnaitre. Et malgré le fait que la vérité semblait plus monstrueuse que prévu, elle se devait de rester forte, surtout dans un moment pareil. Pour ma part, j'avais appris à faire avec les scandales de ma famille. Oui, mon père avait aidé Carmine Falcone, il avait continué à entretenir le crime dans cette ville. Mais mon père l'avait sauvé car il était un homme bon, et jamais je ne pourrai croire qu'il ait eu quelque chose à voir avec la Cour des Hiboux. Jamais. Il me fallait maintenant trouver un moyen de pirater le système de ce laboratoire. Histoire de mettre à mal les fondements de la personne qui se cachait derrière tout ça. C'est alors que la voix d'Alfred parvient dans mon casque.

Alfred : "Monsieur Bruce, la Batmobile est arrivée non loin des Narrows. Vous me recevez ?"


"Je vous reçois Penny-One, je vous transfère les relevés de mon analyse du bâtiment."


Le transfert venait de commencer. Il était temps de changer les cartes et de montrer que moi aussi, je pouvais être la pire des saloperies, le pire des cauchemars pour la Cour des Hiboux. J'allais devenir leur Némésis. Un être qui les poursuivrait jusqu'au bout, les uns après les autres.


Dernière édition par Bruce Wayne / Batman le Mer 27 Fév - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMar 26 Fév - 15:46

Elle tapa son nom en premier, un espoir bien faible. Au fond d'elle, elle refusait que ce soit si simple. Mais ça l'était. Ça l'était et c'était angoissant, encore plus quand elle vit le fond d'écran. C'était elle et Gabrielle. A leur remise de diplôme, quand elles avaient enfin fini leurs études. Elle serra les points, sentant son monde tourbillonner. Elle était surveillée jusque dans ces moments là, ces moments les plus doux. Elle ferma les yeux, ignorant la colère qui commençait à monter. Elle la mit dans sa petite boîte scellée, celle du fond de son esprit, laissant le calme reprendre le dessus. Elle ne devait pas céder maintenant.

Elle passa à travers les différents dossier, tous encrypté, tous ayant besoin d'être décodé. Elle doutait que son marche cette fois. Elle usa de bie. Des mots. Underwood, pureté, hiboux, Barbatos, même Batman fut tenté, elle essaya même Augustus et Ergot. Rien, elle n'en tirerait rien. Elle expira de frustration, sachant parfaitement que chaque secondes qui passaient étaient des secondes où cette aristocrate prenait de la distance, préparant quelque chose de nouveau et sordide. Une Underwood fidèle à la Cour. Le meilleur des deux mondes en matière de possibilités tordues. Elle retira son masque, ayant le sentiment de ne plus en avoir besoin, et se frotta le visage.

Elle devait essayer de se souvenir d'elle. De qui elle était, qu'elles étaient ses habitudes d'avant. Elle devait outrepasser l'oubli des Underwood pour avancer et la retrouver. Que ce soit pour lui briser la nuque ou ramener Steven à son état normal. Elle continua de fouiller le pc, cherchant n'importe quoi qui pourrait être intéressant sans pour autant qu'elle ne soit bloquée par un encryptage qu'elle ne pouvait simplement pas gérer. Elle trouva alors, perdu au fin fond de l'arborescence des dossiers, un qui attira son attention. Pour Amelia. Elle rentra dedans, voyant un fichier nommé "ton héroïne est la clé". Elle cliqua dessus, un mot de passe lui étant demandé.

Rose Underwood.

Le fichier s'ouvrit, révélant une tonne de paperasse juridique qui... Qui régulariserait sa situation actuelle ? Lui permettrait de reprendre les possessions des Underwood, le manoir, les entreprises, nettoierait les dettes de la banque en suivant une tactique de revente de biens par voix des enchères, mais aussi grâce à de vieux investissements à l'étranger qui avaient été gardé intact. Elle ne comprenait. Elle ne comprenait pourquoi faire ça. Un piège ? Et pour couronner le toux, il y avait même un moyen de contourner la justice américaine par sa nationalité Britannique. Elle se frotta les yeux. La logique lui échappait.

C'est alors que Batman parla de venger sa famille. De venger les Underwood. Que la vengeance ne menait à rien, qu'il fallait de la justice. Et pour la première fois depuis la mort de Gabrielle, la première fois depuis sa propre mort, la première fois depuis presque un an... Elle se mit à rire. Un... Amer. Chargé de haine, d'ironie, de mépris. Pas envers lui. Mais envers eux. "Les Underwood méritent amplement ce qui leur est arrivé." Elle regarda la photo de Gabrielle et d'elle-même sur l'écran avant de la faire imprimer. "Même si je fais partie de cette famille, je suis la première à dire qu'ils auraient dû disparaître il y a longtemps. Je n'ai rien pour les défendre." Elle prit la photo imprimée, se prenant à doucement sourire. Une autre époque.

"Que dire d'une famille prônant la pureté du sang par le mariage consanguin, tuant les bâtards et remettant volontairement les enfants qu'ils voient comme ratés à la Cour pour les laisser devenir des monstres." Elle s'arrêta, regardant le chevalier noir avec un regard soudainement froid. "Les Underwood ne sont pas les Wayne, Bruce. Mon premier souvenir fut de prendre discrètement de la belladone dans la cuisine. La plus grande marque d'affection que m'ait jamais montré ma mère fut de m'apprendre à ne pas écouter mes émotions et sentiments car ce n'était pas digne d'une Dame. Mon père me montrait comment doser le polonium dans le biberon de Steven." Elle regarda doucement la photo, passant ses doigts sur l'image de Gabrielle.

"On m'a appris que l'amour était pour le petit peuple car il avait besoin d'espoir à briser. J'entendais des enfants se faire prendre la nuit mais je ne faisais rien..." Elle ferma les yeux, grimaçant aux multiples souvenir. "Le lendemain du kidnapping de Steven, tout le monde faisait comme s'ils n'avait jamais existé. Et avec le temps, j'ai fini par le chasser de ma mémoire parce que c'était plus supportable et que j'étais l'héritière Underwood. Fiancée à son cousin Underwood car je n'avais officiellement pas de frère. Aux parents qui étaient des jumeaux. Je prenais volontairement du poison parce que j'étais une Underwood." Elle serra avec une certaine force la photo, rouvrant les yeux pour regarder l'image de Gabrielle.

"Puis je suis allée en Angleterre pour mes études supérieures, et j'ai rencontré une personne qui m'a montré tout ce qui n'allait pas. Qui me montrait de l'affection, qui faisait en sorte à ce que je rattrape l'enfance que je n'ai jamais eu, qui me permettait enfin d'être juste Amelia et pas une autre héritière Underwood. J'ai ressenti de l'amour pour la première fois de ma vie et j'ai tourné le dos à cette famille. Je voulais vivre normalement en Angleterre, avec ma compagne, à travailler à l'hôpital en tant qu’anesthésiste." Elle eu un petit rire amer, la douleur d'avoir perdu tout ça recommençant à la hanter.

"Elle allait me demander en mariage. J'avais trouvé la boîte et la bague, mais j'avais fait comme si je me doutais de rien." Et son sourire s'effaça. "Puis les Underwood ont envoyés des gens pour la passer à tabac... J'ai fait un don du sang car j'étais donneuse universelle, mais des années à ingérer des toxines a rendu mon corps pourri... Elle est morte à cause de l'empoisonnement causé par mon sang..." Elle s'arrêta, retrouvant cet air morne et fantomatique. "Mon cousin est venu me chercher. J'étais redevenue l'héritière Underwood. Mais la Cour en avait assez de l'indépendance des Underwood, assez qu'ils ne croient pas en ce Barbatos et assez de leur passivité. Ils sont venus vers moi pour me proposer de faire une nouvelle famille Underwood, faire de l'ancienne un vulgaire souvenir et créer une nouvelle avec de nouvelles règles..."

Elle regarda dans le vague, le souvenir vivace et le goût du poison sur la langue. "J'ai sauté sur l'occasion... Je voulais juste que cette famille sombre dans l'oubli, elle et son sang pourri... Je voulais partir aussi, retrouver Gabrielle où qu'elle puisse être... Je n'arrivais pas à vivre sans elle..." Elle pouvait encore entendre les toux et les râles. "Donc je nous ai tous empoisonné... J'allais mourir avec eux mais je m'en fichais... J'avais ma vengeance, j'avais mon suicide, et je savais que nous serions tous oubliés..." Elle se frotta le visage dans un soupire sans émotions. Elle était juste vide. "Sauf que la Cour m'a ramené à la vie. Je me suis échappée, et maintenant je les traque d'avantage parce qu'ils sont des fous m'ayant rendu immortels que par vengeance."

Elle regarda de nouveau le chevalier noir. Ses yeux gros étaient vides. "Je ne veux pas venger cette famille dégénérée. Je veux juste que mon frère puisse avoir une vie normale. Je veux que les horreurs des Underwood puissent être réparée. Mais pour ça, je dois en finir avec la Cour, parce que mon ancêtre Augustus en fut un des fondateurs, que c'est lui qui a créé les premiers hybrides et qui a instauré les règles de cette famille. Les Underwood étaient les savants de la Cour, j'étais sensée faire partie de l'aristocratie et j'y étais résignée, nombres de mes cadets et aînés furent transformés en monstres, et il pourrait y avoir une autre Underwood vivante travaillant au sein de la Cour."

Elle soupira, croisant les bras. "Et je sais très bien qu'un Underwood n'a aucun état d'âme à se salir les mains. Elle continuera, et fera sans doute pire. Je ne comprend pas ses objectifs, je ne comprend même pas pourquoi elle a des photos de moi enfant ou avec ma compagne, et je comprend encore moins pourquoi elle a laissé un dossier qui me permettrait de récupérer ce qui appartenait aux Underwood, de régulariser ma situation et de mettre un coup financier dans les cotes de la Cour." Elle regarda l'ordinateur, son expression plus concernée. "Une partie de moi me dit que c'est un piège, mais l'autre me dit qu'elle doit être comme tout les Underwood. La Cour est un moyen à une fin, rien de plus. Ce qui compte c'est le nom des Underwood."

Elle passa sa main dans ses cheveux, expirant par le nez. "Je parle trop et n'arrive pas à réfléchir... Ah, pour l'ascenseur essayez de tourner le vase sur la droite. Il ressemble à un des mécanisme du manoir pour les portes secrètes, et ça manque de hiboux dans la décoration pour qu'elle suive les mécanisme habituels de la Cour." Elle pointa un des vase, typé gréco-romain, avec un arbre à fruit dessus.



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyMer 27 Fév - 17:41

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Et c'est le commencement des explications, les révélations que j'attendais pour poursuivre cette escapade au sein des laboratoires mêmes de la Cour des Hiboux. C'est alors que la tragédie se met doucement en place. C'est maintenant que nous en apprenons un peu plus sur la famille Underwood, et j'écoute. J'écoute patiemment le monologue de cette jeune fille brisée par l'amertume et par les décennies de colères et de haines. Elle était hélas, irrécupérable, comme Andréa ... Andréa ... Elle s'était laissée aller à la colère, à la vengeance, à l'envie de mort, comment sauver quelqu'un dans ce genre de situations ? Et pourtant, comme toujours, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour l'aider. Pour faire en sorte qu'elle puisse surpasser son envie de suicide personnel, qu'elle puisse recouvrir une vie normale. Une vie pleine de possibilités et de vie. Peut-on en dire autant de Bruce Wayne ? Lui qui sacrifie sa vie pour sauver les autres, qui tente de sauver cette ville d'elle-même ? Peut-on vraiment en dire autant ? La question ne se pose pas. Bruce Wayne n'a pas à être sauvé. Il était déjà mort, et ce, depuis très longtemps. Seul Batman survivait maintenant, et c'était maintenant un emblème qui se devait d'aider, et de protéger cette ville du mieux qu'il le pouvait. Elle parla longuement, de son histoire, de ses frères, de l'indifférence de ses parents qui ne l'aimaient clairement pas. Du caractère incestueux de tout cela, de la longue liste de ses frères qui avaient été enlevé. Pauvres gosses handicapés qui finirent par devenir des hybrides, des monstres pour supporter l'effort de guerre de la Cour des Hiboux. Tout ça pour se constituer une armée de monstres, histoire de tenir les rênes de Gotham City. Quels sortent de parents peuvent faire cela à leurs propres enfants ? J'avais une petite idée sur la question. Des savants, des savants non ... Ce n'étaient que des monstres, des enfoirés qui prenaient leurs délires pour de la grandeur scientifique. Les Underwood avaient beau être les "savants" de la Cour des Hiboux, ce n'étaient que des ordures qui se prenaient pour Dieu le père et qui se moquaient totalement des souffrances qu'ils infligèrent à leurs propres enfants. Oui, ce n'était pas différent de l'Allemagne nazie, ce n'était pas différent de Karl Hellfern, ou de Mengele. Les hommes aiment croire que la science mérite des sacrifices pour avancer dans le terme de la science. Mais cela était de trop pour moi, et c'est pour ça que je ferai en sorte de les détruire, les uns après les autres, sans concession, sans partage, sans pitié. Si mon père et ma mère avaient sût une telle chose, les choses auraient peut-être été différentes ? Monstrueuse organisation. Trafic d'enfants ... Au fond de moi, je savais ce que je devais faire pour faire en sorte que ces salauds paient chèrement ce qu'ils avaient fait. Ce n'était plus une assassin que j'avais en face de moi, c'était une énième victime de la folie de Gotham City, une énième victime brisée par l’imbécillité des élites de cette ville. Inceste, enlèvements, maltraitance, les Underwood méritaient-ils une extermination en bonne et due forme ? Clairement pas. Pour tout dire, ils avaient eu leur chance, et c'était maintenant à Amélia de prouver qu'elle pouvait faire mieux qu'eux. Elle le pouvait, il lui suffisait juste de surpasser l'état dans lequel elle était. Bien sûr, elle est en état de choc, elle est en colère, et elle désire la justice. Mais après ? Que fera-t'elle ? Trop de questions sur le moment. Il fallait maintenant que l'on se penche sur la résolution de notre problème actuel. Elle semblait si proche de l'hystérie, si proche de la colère qu'il me faudrait sûrement la contenir pour éviter qu'elle ne se tue ou qu'elle commette une erreur. Alors qu'elle termine son explication, je reprends d'une voix audible et grave. J'étais concerné moi aussi. Moi aussi j'en voulais à la Cour des Hiboux, moi aussi je voulais les mettre à terre pour de bon. Moi aussi je voulais voir leur ordre être anéanti et bouté de Gotham City. 

"Ce qui est fait est fait. Maintenant, il faut passer à la résolution de ce problème. La fondation Wayne pourra s'occuper des soins et des traitements pour tenter de sauver votre frère, Amélia. Mais il faut cependant, qu'on puisse mettre un terme à tout cela. Penny-One, commencez le transfert des informations se trouvant sur l'ordinateur."

Et le majordome, à son poste, s'exécuta et commençait à transférer les différents dossiers, les copiant pour en faire des sauvegardes et les analysant pour éviter les mauvaises surprises. Car en effet, tout cela était trop facile, mais bon, il fallait s'attendre à tout avec la Cour des Hiboux. Tandis qu'Alfred s'occupait du technique, pour ma part, je m'occupais de déloger la porte d'entrée de l'ascenseur en suivant les indications d'Amélia. Mon père disait qu'il y'avait une solution à tout. Thomas Wayne disait qu'il fallait d'abord s'occuper des problèmes les plus urgents de manière directe et rapide, et ensuite de nous occuper des autres soucis qui peuvent se révélés être moindres. Maintenant, il nous fallait nous préparer pour le dernier acte. Comme disaient les acteurs, il fallait savoir tirer un trait, faire tomber le rideau sur cette farce abjecte. Alors que je me dirige d'un pas lent vers l'ascenseur, comme pour détecter un probable et un éventuel piège, je continue d'observer le moindre détail, la moindre chose qui puisse se tapir dans les ombres et nous tomber sur le coin de la gueule. La jeune femme était encore en état de choc, tu m'étonnes. Après tout ce qu'elle avait subit, c'était presque un miracle qu'en s'en sorte avec une pareille détermination à mettre fin à toutes ses expériences. Dans mon subconscient, j'avais envie de l'aider, de lui redonner confiance en elle, de faire en sorte que tout redevienne à la normale, mais le veut-elle vraiment ? Est-ce qu'elle souhaite vraiment redevenir quelqu'un dans notre société ? Ou bien souhaite-t'elle rester une âme errante, une âme perdue de Gotham City ? Dans mon fort intérieur, j'espérais qu'elle fasse le bon choix. Celui de la vie. 

"Penny-One, je veux que vous vous teniez prêt à prendre contrôle du laboratoire, et que vous le fermiez pour de bon."

Le majordome acquiesce de là où je peux l'entendre. Pour ma part, ces rites sataniques, ces utilisations dévoyées de la science, du progrès, tout cela était un danger que je ne pouvais pas, que je ne pouvais plus cautionner dans ma ville. Tout ça, c'était terminé. Aujourd'hui la Cour des Hiboux, et demain, ce sera Strange et son complice. Alors qu'aucun piège ne semble se terrer dans l'ascenseur, pas de mécanismes sabotés, ou de câbles qui lâchera pendant notre montée, j'invite la jeune Owl à venir près de moi. L'idée de faire d'elle une nouvelle comparse dans le monde de la justice était tentante, mais était-elle suffisamment "sage" pour rester dans les clous ? L'expérience m'a appris qu'hélas, on tombe toujours dans ses travers et que généralement, toutes tentatives de sauver quelqu'un de son propre passé était vouée à l'échec. Mais peut-être que ce serait différent ? Après tout, quand on est dans le trou, on ne peut que remonter. On ne peut que y'arriver, surmonter sa peur et embrasser la créature d'aujourd'hui. Bruce Wayne est peut-être mort dans ce trou quand il avait dix ans, mais c'était quelque chose de plus sombre, de plus fort, de plus tenace que la vermine de Gotham City qui était sorti du trou. Quelque chose qui se nourrissait de justice, et de vertu. Et le Batman en était son incarnation directe. Une justice parfois violente, parfois dure, mais juste. Et c'était tout ce que Gotham City méritait. Pénétrant dans l'ascenseur, je me tenais prêt à entrer dans le dernier acte de cette histoire qui ne faisait de moi qu'un spectateur attentif. La véritable star de la soirée après tout, ce n'était que notre chère Amélia Underwood. Mais il me faudra être clair avec elle. Je ne veux plus d'effusions de sang.

"Avant que tu n'entres dans cet ascenseur, tu dois me jurer que tu ne tueras pas. Je veux traîner ces monstres devant la justice. Pas devant la tienne, et je me refuserai d'être complice de cela. Tu me comprends ?"

Elle devait être parfaitement énervée. Ben tiens. Après tout ce qui venait de se passer. Les révélations à cœur ouvert, les traitements infligés sur son frère. En temps normal, y'aurait de bonnes raisons de vouloir tuer les salauds qui ont fait ça. Cependant, ce ne serait pas la justice. Ce ne serait pas un exemple. Si elle les tuaient, si elle détruisait les traces, alors ils recommenceraient. Encore, et encore. Se pensant impunis, se pensant libres de continuer leurs frasques dans les ombres. Cela devait cesser. Pour détruire le mythe de la Cour des Hiboux, nous devions les mettre à nus. Nous devions les exposer au grand jour, et dévoiler leurs identités à tout Gotham City pour qu'ils puissent être arrêtés et conspués pour toutes les indicibles horreurs qu'ils avaient accompli. Voila ma condition. La mort n'est pas la solution, et jamais elle ne le sera. Elle se devait de mettre ça dans son crâne. Car je ne peux pas être complice, je ne peux pas cautionner la mort, ni la vengeance. Ce serait un crachat immonde sur la tombe de mes parents. Une souillure qui me marquerait une fois de plus.

"Tu as le choix Owl. Ou bien on le fait à ma manière, où bien tu continues seule."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyVen 1 Mar - 4:44

L'idée de laisser de nouveaux son petit frère en des mains étrangères ne lui plaisait guère. Elle venait de le récupérer, elle venait enfin de le récupérer et elle ne voulait plus le laisser partir. Elle ne voulait plus qu'il ait à attendre sa venue, qu'il ait le sentiment d'être abandonné. Il l'avait attendu toutes ces années, que se passerait-il dans sa tête si elle venait à lui dire qu'elle le laisserait avec des inconnus ? Lui qui avait déjà son autisme comme obstacle, alors que ferait-il avec l'angoisse que fut ces dernières années ? Mais elle savait qu'il avait besoin d'aide, et elle ne pourrait pas le faire seule. C'est juste que... Ça semblait si tôt. Et qu'elle ne voulait rien forcer sous prétexte que c'était pour son bien.

"Quand il sera prêt Bruce. C'est encore frais et... Il reste fragile. Je dois penser à ça. Je dois penser à ce qu'il se passerait dans sa tête si je le laissais au contact d'inconnus qui seront habillés en médecins pour expérimenter un traitement. Quand ma situation sera régularisée et quand lui se sentira à l'aise avec cette possibilité." Quand elle pourra essayer de faire semblant d'être normale. Quand un des deux derniers enfants Underwood pourra être le tuteur légal de l'autre. Quand la dépendance ne sera plus une nécessité. Quand elle sera sûre que la Cour aura du mal à le lui reprendre. Elle s'avança vers l'ascenseur, reprenant son masque en main. Retrouver doucement son calme. Ralentir son rythme cardiaque. Respirer calmement jusqu'à ce que le son ne soit plus audible.

Redevenir elle-même en enfermant tout ça dans la boîte. Son visage redevenait froid, illisible. Le visage typique d'une Underwood, avec toute la chaleur et sympathie engendrée. Le visage de quelqu'un qui avait besoin de garder les choses pour elle. C'est alors qu'il parla de justice. De sa justice. Elle n'arrivait même pas à sourire à la mention qu'elle pourrait en avoir une, qu'elle pourrait y voir quelque chose là-dedans. La justice ne l'avait jamais passionné, et pourtant son ancêtre Rose Underwood avait tout fait pour améliorer les institutions judiciaire. Comment rendre cette ville un peu plus impartiale. Elle était à peu près certaine qu'elle aurait en horreur Batman. Il était la preuve qu'elle avait échoué à rendre Gotham plus juste et qu'elle aurait pu faire plus. Tout comme elle-même était la preuve que les Underwood n'étaient pas les meilleurs à comprendre ces principes.

Mais elle restait réaliste. Elle savait faire la différence entre justice et vengeance. "Je ne fais pas la justice, et je le sais parfaitement. Je ne comprend même pas comment certains peuvent prétendre la rendre de façon impartiale. Ce que je voulais était une sorte de vengeance avec la possibilité de souffrir. Parce que j'étais seule, sans aucun but ni même d'envie de vivre. J'étais simplement écoeurée qu'ils m'aient rendu immortelle." Elle regarda, rangeant précieusement la photo dans son manteau, côté coeur. "Et je ne rendrais sûrement jamais la justice, ce n'est pas ce qui me motive et ce n'est pas mon rôle. Mais maintenant une vengeance sans but est grotesque. Je peux récupérer ce que j'ai perdu, du moins une partie, et je sais ce que c'est de tout perdre. D'autres n'ont pas cette chance."

Elle entra dans l'ascenseur, se mettant à côté du chevalier noir. "La justice est impartiale, l'homme ne l'est pas. Mais je n'ai plus de raisons de faire couler du sang. Steven a besoin d'une grande soeur. Pas d'un Ergot. Il a besoin que je puisse lui amener un semblant de normalité. Je ne tuerais plus. Mais je leur briserais les jambes pour qu'ils ne fuient pas le juge." Elle remit son masque sur son visage. Elle allait changer le sens de ce hibou, et elle changerait. Elle l'avait déjà fait avant, elle savait que le plus dur était de vraiment le vouloir. "Désolée de choisir l'amour à la justice Bruce. Je sais que ce n'est pas le même moteur ni le plus parfait. Mais j'ai besoin de vivre, de cesser d'être un fantôme. Devenir un symbole n'est pas à la porté de tous et je ne veux plus perdre le peu que j'ai. Je veux le protéger. Et la justice est l'apanage du châtiment, pas la protection."

Elle vit les portes de l'ascenseur se fermer. Les amenant à la fin de cette soirée bien trop riche et lourde en émotions pour elle. Quand les portes s'ouvrir, ils étaient dans une autre tombe, fermée. Elle souleva la pierre avec aisance, faisant fi du mécanisme et sortant de là. Et elle pesta. Pas une trace de pas dans la neige. Pas un bruit de voiture. Rien. L'aristocrate ne fut jamais présente. "Elle savait que nous allions venir... Elle n'était jamais là..." Elle regarda Batman. "Elle devait contrôler le laboratoire à distance. A moins qu'elle ne puisse léviter mais ce ne sont pas le genre de mutations que développent les Underwood."

Elle savait qu'elle passerait.



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 3422
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyVen 1 Mar - 12:38

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Dans la folie de Gotham City, nous marchons lentement, avec une bougie, en priant les dieux de ne pas flancher et de ne pas tomber dans l'abîme noire qui nous guette. Une métaphore pour nous indiquer que quoiqu'il arrive dans les ténèbres, nous sommes très souvent désarmés, et très souvent déçus des choses qui peuvent nous arriver. Alors que nous prenons l'ascenseur, un vent d'air frais pénètre et nous le ressentons. Une tombe ... De la neige. Pas de traces. Apparemment, le laboratoire était abandonné depuis un moment, et la personne qui jouait à cache-cache avec nous, tenait le contrôle de tout cela à distance. Pas grave, ce ne sera pas pour ce soir que nous aurons le dénouement de toute cette histoire, le plus important, c'est qu'avec tout cela, je puisse obtenir l'aide d'une Ergot repentie, prête à faire en sorte que cette ville s'améliore un peu plus chaque jour ... Alors que nous sommes maintenant à l'air libre, j'appelle la Batmobile via mon ordinateur portable incrusté sur le bras gauche. Elle ne tarderait pas à arriver. J'active mon casque pour contacter Alfred. 

"Alfred, vous avez le téléchargement des dossiers ?"

"J'ai tout monsieur, je suis en train de procéder à la fermeture de ce lieu. Le GCPD sera là dans quelques minutes pour enquêter."

"Essayez de récupérer le signal des transmissions que nous avons eu. Essayez de déterminer l'endroit d'où cela provient."

"Très bien monsieur. Comment va l'enfant ?"

"Il survivra."

Alfred était toujours, sur le plan, infaillible, toujours à demander comment vont les gens, comment cela s'est passé, toujours intéressé, toujours curieux. Il était certainement le reflet sentimental et humain que je n'aurai jamais. Les dés étaient jetés, maintenant, je pouvais compter sur une allié de plus à Gotham City, enfin en théorie elle arrêtera de faire couler le sang et c'était déjà ça de gagné, pour ma part. Maintenir l'ordre et préparer une nouvelle ère pour assurer la tranquillité de Gotham City. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais une chose était certaine, nous venions de franchir un premier pas dans la reconquête de la cité perdue. Alors que tout s'écroulait autour de nous avec Arkham City et le retour de la Cour des Hiboux, un maigre espoir nous tenait encore en haleine. Nous étions prêts, nous étions décidés à faire de notre mieux pour redonner à Gotham sa liberté. Hiboux, fous, et autres monstres tapis dans les rues, nous serions là, à nous battre sans cesse, à mener la croisade contre l'ennemi interne. Toujours plus motivés que jamais, et si nous venions à disparaître, le flambeau était néanmoins assuré. Maintenant, Gotham m'apparaissait comme un lieu calme, presque normal. Ce n'était pas non plus une ville "normal" mais maintenant que je me sentais plus optimiste pour la ville, ces catacombes sordides n'avaient aucune prise sur mon esprit, pour le moment. Un regard bref les tombes aux alentours, tandis que le ronronnement de la Batmobile est proche, prête à être utilisée, tandis que je repositionne mon regard sur l'Ergot.

"Il faudra attendre un peu, mais je suis sûr que nous trouverons des indices sur la cachette de la Cour des Hiboux. Si tu as des suspicions, je veux que tu viennes m'en parler directement. Ne les affrontent pas seule."

Néanmoins, l'ancienne tueuse des hiboux venait de confier quelque chose de grave, quelque chose que même Batman avait enfoui au plus profond de lui : La compréhension des gens sur le mode de la justice que j'avais pouvait en rebuter plus d'un. Chacun avait sa version de la justice, mais la mienne était la plus pure dans son état. Intransigeante, déterminée, et froide. Autant Bruce Wayne passait pour quelqu'un de sociable, d'introverti, de mondain, autant la vraie personnalité, Batman, n'aimait pas être aux vues de tous. Bruce Wayne avait apprit à côtoyer, à séduire grâce aux talents d'Alfred, mais de l'autre côté, je n'étais qu'un petit garçon qui se cachait derrière un masque et une cape pour contenir la colère de la mort de mes parents. Une bien triste réalité. Ce que me disait l'Ergot ... J'aurais du mal à lui offrir : une vie. Une vie d'espoir, et Batman n'était clairement pas la bonne personne en ce qui concernait la joie de vivre. Il était évident que la Cour des Hiboux avait fait de cette femme une tueuse née, mais à quel prix ? Une enfance volée, des frères qu'elle ne reverrait jamais, des émotions normales jamais éprouvées, cela était compréhensible. Au travers de tout son enseignement, cette femme n'avait jamais découvert le sens caché des relations et du bonheur véritable, et comment la société pouvait réagir à son contact, comment pouvait-elle s'intégrer dans une société dont elle avait été séparé depuis l'enfance ? Des questions se bousculaient encore une fois dans ma tête, mais je n'allais pas la laisser seule dans ce genre de problèmes.

"Je ferai du mieux que je peux pour t'aider, toi et ton frère. Je t'en fais la promesse."

Je n'étais pas du tout un vrai professeur de sociabilité, Batman et Bruce Wayne n'étaient clairement pas le meilleur des pères, et encore moins le meilleur des hommes, il faisait de son mieux, faisait ce qu'il pouvait pour sauver ceux qui en avaient besoin et qui le désiraient surtout. Je ferais ce que je peux avec les moyens que j'ai, mais je comptais surtout sur la Fondation Wayne et sur les équipes scientifiques de Wayne Technologies pour offrir à ces deux enfants, une vie normale et retrouver ce qu'ils avaient perdu : Leur humanité. Pour le moment, ce qu'il y'avait à faire, c'était de retrouver le scientifique à l'origine de toutes ces horreurs et de le mettre derrière les barreaux une bonne fois pour toutes, c'était l'objectif numéro 1. Je m'engageais à l'aider à vivre une vie normale, malgré le traumatisme qu'elle avait eu, et elle m'aiderait à reprendre la ville en tant qu'alliée. Ironiquement, j'avais l'impression d'être le flic qui m'avait aidé, quand j'étais petit, à me remettre de la mort de mes parents, quelques heures après leurs morts. Il était là, il écoutait et voulait m'aider. Et maintenant, c'était moi, avec à mes côtés, une jeune orpheline que la ville avait brisé. Je me reconnaissais en cette femme. Mais quelque part, un certain sentiment m'étreignait : "Et si elle me mentait ?" Je devrais la garder sous surveillance histoire de quand même vérifier que ma paranoïa ne me joue pas un vilain tour, même si elle est parée de bonnes intentions, qui ne me dit pas que la Cour des Hiboux peut faire pression sur elle à l'avenir ? S'ils l'avaient enlevée quand elle fut enfant, nul doute qu'ils devaient connaitre ses points faibles, en l’occurrence son petit frère, et que pour m'atteindre, ils feraient du mal à ce qu'il restait de son ancienne famille. Il faudra que je me charge de faire en sorte que l'on protège son petit frère et le plus rapidement possible. La Lune était haute dans le ciel, tandis que le froid se faisait de plus en plus mordant. Je jette un dernier regard à l'Ergot et de ma ceinture, je sors une petite télécommande noire, avec un bouton rouge. Je lui tend avant de lui dire.

"Ceci t'aidera à me contacter si tu as besoin d'aide."

Je me dirige doucement vers la Batmobile. Et je regarde une dernière fois la jeune femme. Le moteur rugit automatique, comme à son habitude. Maintenant, notre "contrat" si l'on pouvait dire, prenait effet. Nul doute que le Hibou ferait de son mieux et utiliserait ses talents au maximum. Quant à moi, j'honorerais ma parole une fois qu'Arkham City et ces événements reliés aux hiboux seraient passés. Pour le moment, il fallait agir, vite, et avec force. Je me demandais encore dans mon esprit, combien de légendes Gotham City me réservait-elle encore ? Je n'aurais jamais pensé que la Cour des Hiboux puisse réellement exister il y'a quelques années en arrière, mais depuis, tout a tellement changé en si peu de temps ... Mais le dicton était vrai : Les légendes sont souvent basées sur des histoires vraies. Maintenant que de nombreuses histoires refont surface, cela me faisait remettre en cause la mort de mes parents. Et si c'était la Cour qui avait ordonnée à Joe Chill d'abattre Martha et Thomas Wayne ? Et si c'était de leur faute ? Quand Gotham City retrouvera son éclat, alors je poserais les questions aux tenants restants de la Cour et ça ferait mal. Très mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deadless & Toxic bird
Féminin Messages : 279
Date d'Inscription : 19/01/2019
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ►Un autre hiboux
☠ Relations conflictuelles :: ►La Cour des Hiboux
♣ Alliés : : ►Batman, Batfamily, Le réseau
Amelia Underwood
Amelia Underwood
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... EmptyLun 4 Mar - 15:23

C'était fini. Ce soir, c'était la fin. Pas une mauvaise fin, juste un renouveau. Elle allait enfin recommencer à vivre, enfin retrouver ce qu'on lui avait volé et pouvoir doucement réussir à se sentir humaine. C'était ce qu'elle priait, à elle-même plutôt qu'à Dieu car jamais il n'écoutait. Elle se sentait enfin respirer, prenant pleinement conscience de l'air dans ses poumons. Depuis quand n'avait-elle pas remarquée combien ses poumons avaient besoin d'airs ? Même si cette nuit se terminait sur un échec, elle n'arrivait pas sentir la colère monter. La Cour avait joué avec elle, elle continuait de le faire avec ce dossier étrange, elle voyait les horreurs faites sur son frère, et pourtant... Elle regarda la petite télécommande. Elle avait la sensation de pouvoir enfin se réveiller.

Elle avait fait un long cauchemars, elle s'en rendait enfin compte. Elle avait un jeune frère a ramener petit à petit au sein de l'humanité. Elle laissa Batman partir à bord de sa Batmobile, allant chercher Steven dans le laboratoire. Il ne dormait plus, bien sûr qu'il ne dormait. L'hybride tenant la peluche et gardant le sac à dos près de lui restait un Underwood, il n'aurait jamais pu rester sous l'effet du sédatif bien longtemps. Il la regarda. Même assis contre un mur il la dépassait. Elle tendit doucement sa main vers lui, main qu'il prit avec la même douceur. Comme lorsqu'elle faisait un détour pour le chercher à son école.

"Viens Steven. On rentre à la maison." Sa voix était douce. Il hocha la tête, se relevant avec difficulté à cause de la forme de son corps. La maison. Difficile d'appeler le manoir ainsi mais c'était ce qu'ils avaient de mieux. Peut-être qu'à eux deux ils pourraient faire en sorte à ce qu'il devienne quelque chose de mieux. Un vrai foyer, un vrai havre où chaque nuit n'était pas un prétexte pour revivre un autre cauchemars. Elle prit une note mentale de modifier les pièges. Mais alors qu'elle sortait de cet endroit infecte, cet endroit puant l'Underwood mort, elle se sentait proche de quelque chose. Elle n'avait qu'à trouver cette Underwood qui avait le contrôle depuis le début.



"When poison becomes a habit, it ceases to injure : make your soul gradually acquainted with death."

— Saib Tabrizi


badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y a des monstres dans les coins sombres...   Il y a des monstres dans les coins sombres... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a des monstres dans les coins sombres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon armée du mordor
» Le mur qui coule
» Comment relier 2 points dans la vectorisation sous Inkscape
» VAB DANS L'EAU
» [AIDE] Copier une application dans le téléphone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Tricorner Yards :: Les Narrows-