Forum Jeu de Rôle Batman



Harriet Pratt

Copperhead

Talia Al Ghul

Clayface

Killer Croc

Clock King

Maxie Zeus

Le Ventriloque

Lynx

Baby Doll

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Man-Bat

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Katana

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan

Partagez
 

 Only Pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Only Pain   Only Pain EmptyMer 6 Fév - 23:41


Only Pain

- Anarky -

La vérité, c’est que je n’ai pas dormit de la nuit.

Assise sur le rebord de mon lit, je suis restée éveillée à réfléchir à ce que je venais de vivre avec Hugo Strange. J’étais perdue, je suis revenue, oubliée et abandonnée dans une sorte de néant. J’ai l’impression d’être sortie d’un coma.

Lorsque je suis rentrée chez moi, après que Batman m’ait déposé, j’ai vu une pile de journaux dans mon salon. Je me suis imaginée des exploits que White Rabbit avait pu faire lorsqu’elle avait pris possession de mon corps. Je ne m’étais pas trompée. Je pouvais la reconnaître entre mille autres personnes, elle me ressemblait. Seulement, il est difficile de nous confondre puisque la couleur joue beaucoup entre nous deux. Elle m’avait totalement remplacé. Elle avait pris mon appartement, mes affaires, mon métier et ma vie. Elle avait organisé un gala et avait fait sensation, elle a pu dire à tout le monde qu’elle me remplaçait alors que j’étais partie en voyage. Pourtant, je n’avais laissé aucune trace, j’avais totalement disparu, et personne ne l’avait remarqué. Tout le monde avait trouvé cela normal que je me fasse remplacer par cette abjecte personne qui n’a rien n’à voir avec moi.

Pour ce qui est de Hugo Strange, je suis désormais terrifiée par l’idée que je peux mourir à tout instant. Je le savais déjà, que je pouvais mourir n’importe quand, comme tout le monde. Si je traverse la rue, qu’elle est la probabilité que je me fasse renverser par une voiture ou qu’un piano me tombe sur le crâne ? Et pourtant ce que je ressens aujourd’hui n’a rien à voir avec ceci car tout s’est décuplé. Il m’a administré une substance inconnue. Batman m’a sauvé mais a prélevé de mon sang, que peut-il découvrir ? Va-t-il me rassurer ? Va-t-il trouver qu’elle est cette substance qui m’a submergé ? Je sais que Strange est l’homme qui m’a transformé à jamais, et c’est ce que je redoutais de savoir depuis longtemps.

Il faut que je sorte. Je décide de sortir de cet appartement qui n’a plus l’air de m’appartenir. J’y ai passé pourtant plus de temps que White Rabbit, mais elle y a laissé tellement de marques avec des chaussures, des vêtements ou encore de la vaisselle sale que je n’ai pas l’impression d’être chez moi. Je m’habille avec un jean, un vieux pull et des baskets. Je ne me maquille pas, je passe seulement ma main dans mes cheveux pour les coiffer et je sors. Je me dirige vers l’ascenseur, j’y rentre et je croise ma voisine du dessus. Malheureusement pour moi, elle me reconnaît.


« Oh, mademoiselle Hudson, cela faisait longtemps que nous ne vous avions pas vue !

- Bonjour Berthe.

- Comment va votre amie, Rose ? Il paraît que vous étiez partie en Inde ?

- C’est ce qu’on dit.

- Vous êtes allée vous ressourcer auprès de vos racines ? Faut dire que, l’Amérique, ce n’est pas la même culture !

- C’est sûr.

- Vous êtes fatiguée du voyage c’est cela ?

- C’est ça. Bonne journée Berthe. »

Je sors de l’ascenseur rapidement, fuyant cette sexagénaire aussi riche de Crésus et qui a la fâcheuse de manie de poser trop de question. Je vais aller voir l’association, cela me fera du bien.

------

Le quartier a l’air d’en avoir pris un coup, j’ai l’impression qu’il y a eu plus de dégât pendant mon absence, comme si une mini guerre civile avait eu lieu. J’arrive enfin devant le local de l’association et je tombe de haut. Un cordon jaune de police bloque l’entrée d’une bâtisse brûlée. Des travaux y ont été fait : une grande baie vitrée à l’étage qui a explosé et a brûlé, les fenêtres du rez-de-chaussée ont été retiré et la porte semble avoir été agrandie. Tout a brûlé, il ne reste plus rien à part de la cendre et du noir sur les murs. Qu’est-ce que White a fait ? Qu’a-t-elle transformé ici ?

Je dois maintenant tout refaire, retrouver les personnes qui ont fait partis de mon association pour avoir des explications sur la situation. Je ne sais pas comment ils vont me recevoir, White a peut-être dit à ces gens que j’étais l’auteure de tout ce qui allait advenir du local. Elle est une championne du mensonge et tout ce qu’elle touche meurt. Elle a tout détruit autour de moi. C’est Batman qui a raison, il faut que je quitte mon appartement, que j’en trouve un autre et quelqu’un prenne le bail pour que Strange ne me retrouve pas. Il faut que je reconstruise ma vie, ce que l’on a détruit en tout cas.
 



Only Pain 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant(e)
Masculin Messages : 74
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Terroriste
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
Lonnie Machin/Anarky
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain EmptyLun 22 Avr - 0:58


Only Pain


Je passe ma main gantée sur le mur plein de cendres et de suies. Je ne pensais pas que l’immeuble brulerait de façon aussi impressionnante, mais une structure insalubre additionnée à une intervention tardive des pompiers ont fait qu’absolument tout à bruler, il ne reste que les murs. Je ne sais même pas s’il sera possible de reconstruire quelque chose ici, ni même si ça intéresserait quelqu’un. Dire que c’était un centre d’aide avant. Maintenant, ça n’est plus qu’une ruine de plus.

La propriétaire du lieu a elle aussi disparu. Pour le quartier, c’est une bénédiction. Sa présence malfaisante n’est plus qu’un mauvais souvenir pour les riverains. Mais pour moi, c’est différent. Son lien avec Jaina fait que je n’arrive à pas me réjouir de sa disparition. Perdre l’une équivaut à perdre l’autre et perdre Jaina … pas tout de suite … Merde Lonnie, t’as mieux à faire que de penser à ça.

Je retire mes gants que je fourre dans mon sac à dos. Pas de tenue en pleine journée, trop dangereux. Les gants, c’était seulement pour ne pas laisser de trace, on n’est jamais trop prudent dans cette ville. Et il ne vaudrait mieux pas que je m’attarde ici, c’est une scène de crime désormais. C’est pourtant ce feu qui a lavé cet endroit de tous les crimes qu’il a pu voir. Et au vu de tous les crimes que cette ville connait chaque jour, il y aura encore de nombreux feux.

Je me dirige vers la sortie du bâtiment calciné au son de mes pas qui résonnent dans la grande pièce vide. Il n’y a plus de porte, le trou béant servant d’entrée n’est barré que de deux cordons jaunes installés par la police, qui ne reviendra surement jamais ici. Je les soulève légèrement d’une main et me penche pour passer en dessous. La rue est toute aussi silencieuse que l’intérieur de l’immeuble. Il ne semble y avoir même pas un rat se baladant dans le caniveau. Mais en me redressant, j’aperçois une présence de l’autre coté de la rue. Une femme. Pas n’importe laquelle …

Merde. C’est elle ? J’avance de quelques pas timides, la regardant de haut en bas. Comment c’est possible ? C’est elle, aucun doute. Mais que fait elle là ? Voilà des semaines qu’elle a disparu et du jour au lendemain, la revoilà, en face de moi de surcroit. C’est vraiment elle ?

Je m’arrête à seulement quelques pas d’elle, les yeux braqués sur elle. Sa tenue est des plus banales mais ça n’est pas ça qui m’intéresse le plus. Mon regard cherche des traces, des indices, n’importe quoi pouvant me dire où est ce qu’elle aurait pu passer ou quelque chose confirmant l’histoire de Rose, son hypothétique alter-ego. Mais rien. Elle n’a rien, comme si rien n’avait changé chez elle. J’ai terriblement envie d’avoir le fin mot de l’histoire et de balayer toutes ces interrogations une bonne fois pour toute. Mais durant ces longues minutes de face à face depuis que je suis sorti du bâtiment, je n’ai pas décroché un mot, et elle non plus. Je ne sais pas quoi dire. Ni même penser. Je pourrais être content de la revoir, sceptique face à sa soudaine réapparition, en colère à cause de son abandon pour notre quartier, ou même méfiant. Mais non. Je ne sais pas vraiment quoi penser.

La rue est toujours aussi vide. Même le temps semble l’avoir désertée. Et aucun mot n’a encore troublé ce calme quasi religieux. Une légère inspiration suivie d’un soupir s’échappe de ma bouche, et sans détacher mon regard du sien, mes lèvres bougent enfin.

« Jaina ? »







Only Pain 18062910285845496
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain EmptyLun 22 Avr - 21:04


Only Pain

- Anarky -

Si seulement je pouvais me rappeler de tout.

Elle avait pris mon esprit, je ne pouvais rien voir, ni rien entendre, de ce qu’elle faisait. Autrefois, je le pouvais, mais lorsqu’elle avait décidé de prendre totalement ma place, je n’existais plus. J’ai besoin de savoir ce qu’il s’était passé, ce qu’elle avait fait. J’ai le besoin de corriger toutes ses fautes… Je ne peux pas prétendre que je suis meilleure qu’elle. Je suis riche, j’ai des relations, je suis respectée et c’est ce qu’il me rend vulnérable. Ma célébrité au sein de mon monde, de mon rang social, fait qu’à la moindre petite discorde, je peux sauter, n’être plus rien.

Après ce qu’il vient d’arriver, j’ai besoin de plus. Je ne veux plus être ce que je suis, être cette organisatrice, être gentille avec tout le monde. Il faut que je sois plus forte bien que je sois vulnérable à cause de Strange. Il me voudra toujours du mal, désormais. Je suis sa chose, je suis son produit, je suis son arme. J’ai bien peur de devenir bien pire que ça.

Je regarde le bâtiment noir, mort, détruit. Si seulement j’avais pu faire quelque chose pour empêcher cela. J’imagine bien que Rose y avait mis le feu pour détruire tout ce que j’avais fait. Les pauvres gens… Je l’imagine bien, riant, faisant exploser les murs, balancer des cocktails molotovs pour faire flamber ce refuge. La garce.

Je tourne légèrement la tête, voyant une silhouette sortir du bâtiment. Un commissaire était là ? Gordon ? Peut-être que je peux lui demander ce qu’il s’est passé. Je fais un pas lorsque, d’un coup, je sens mon souffle se couper. La personne passait sous le cordon et en se relevant, j’ai pu le voir. Ce n’est pas Gordon, encore moins un policier. Il me regarde, est-ce qu’il me reconnaît ? Il s’avance, timidement, comme s’il n’était pas sûr de me reconnaître. Je le regarde, de bas en haut, c’est bien lui. Il s’arrête à deux mètres de moi. On ne se dit rien. On s’observe. Dans la rue, il n’y a pas un bruit. Je sens le vent faire voler quelques mèches de cheveux produisant un léger son dans mes oreilles.

Il finit par ouvrir la bouche et m’appeler. Il prononce mon nom. Je le regarde dans les yeux et je sens que je vais fondre en larmes. Je me rapproche de lui, serrant les dents, pinçant les lèvres et je finis par le prendre dans mes bras.


« Lonnie … »

Il m’avait sauvé la vie, il y a de là quelques semaines, et il m’avait donné sa confiance. Comment ne puis-je pas être heureuse de le voir ?

« Il faut que je te parle… Tu es le seul ami à qui je peux me confier. »

Je finis par pleurer. Voilà ce qui arrive quand on contient trop de choses au fond de sois. Au bout d’un moment, ça pète.

« On doit aller ailleurs pour parler… Je préférerais que tu sois assis. » 



Only Pain 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant(e)
Masculin Messages : 74
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Terroriste
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
Lonnie Machin/Anarky
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain EmptyMer 24 Avr - 2:30


Only Pain


Ces yeux verts, comment les oublier ? Les souvenirs de la nuit passée en sa compagnie me reviennent un à un. C’était notre deuxième rencontre, et elle avait eu le privilège de découvrir l’homme sous le masque. Je me souviens qu’on avait passé une partie de la nuit a parlé. J’avais découvert une personne que je ne soupçonnais pas. Elle a été une rencontre vraiment … intéressante. Et sa disparition ne m’a pas laissé si indifférent que ça, je dois l’admettre, encore plus après les révélations de son alter ego maléfique.

Et là, elle est de nouveau face à moi. A son expression, elle aussi m’a reconnu. Elle fait un pas de plus vers moi, réduisant encore plus la distance nous séparant. Elle a le visage fermé et ces yeux sont presque larmoyants. Et sans me prévenir, elle vient rompre cette distance et me prend dans ses bras. Je les sens glisser sous les miens, le long de mes cotes. Ses mains se posent dans mon dos et sa tête sur mon épaule. C’est … inattendu. Je n’avais pas imaginé nos retrouvailles comme ça et reste pendant un court instant comme paralysé, ne sachant pas vraiment comment réagir. Je l’entends prononcer mon nom, d’une voix douce, identique à celle de mes souvenirs. Je finis par passer mes bras autour d’elle à mon tour. C’est agréable. Etrange mais agréable. Je sens son souffle chaud, ses mains contre mon dos, mes bras l’encerclant. Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas retrouvé dans cette situation. Une éternité même … Et ce n’est pas désagréable de retrouver cette sensation.

Elle reprend la parole et me dit que nous devons parler. Ça oui nous devons parler. Je pense mériter des explications, surtout après ma confrontation avec Rose. Mais alors que je m’apprête à lui répondre, elle fond en larme. Je sens les larmes venir s’écraser sur mon sweat. Je ne dis rien, je me contente de la tenir contre moi et j’attends que ça passe.
Elle ne pleure pas longtemps et finit par se reprendre. Elle dit qu’il faut qu’on aille ailleurs, que ça serait mieux que je sois assis. Certes. Je brise notre étreinte et recule très légèrement. Je vois son visage, ses joues sont mouillées à cause de ses larmes. Et presque instinctivement, je les essuie brièvement du bout d’une manche de mon sweat.

« Je vis toujours au tribunal. Allons là-bas, nous y serons tranquilles. »

C’est ainsi que nous nous sommes mis en route en direction du tribunal. Le chemin fut d’un silence presque pesant et aucun mot ne fut échangé. Ça n’est pas moi qui ait des choses à dire à l’autre après tout.
Après à peine une dizaine de minutes de marche, nous arrivons enfin au tribunal. Je la précède et la guide jusqu’au sous-sol, comme la première fois qu’elle est venue ici. J’ouvre l’épaisse porte métallique et la laisse rentrer dans la vaste pièce avant de la suivre et de refermer la porte derrière moi. Rien n’a changé, mise à part la poussière qui a dû un peu plus s’accumuler depuis la dernière fois qu’elle a séjourné ici. Il faut dire que l’entretien de cet endroit est loin d’être une priorité et que je me contente du strict minimum. Mais nous ne sommes pas là pour parler de mes conditions de vie de toute façon. Je traverse la pièce jusqu’à mon bureau. J’empoigne le dossier de mon siège et le fait rouler jusqu’à elle, lui proposant de s’assoir d’un geste de la main. Pour moi, j’attrape une chaise pliante trainant en vrac dans la pièce et la pose face à elle. Nous nous asseyons l’un en face de l’autre, toujours aussi silencieux. Ce silence est chargé de tension, tellement qu’elle en deviendrait palpable. Cette tension, c’est des semaines de doute la concernant. Des doutes, de l’incertitude, de l’inquiétude …

« Je crois que nous pouvons désormais avoir cette discussion … Jaina ? Où étais tu ? »








Only Pain 18062910285845496
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain EmptyJeu 25 Avr - 21:34


Only Pain

- Anarky -

Il m’entend, recule et essuie mes joues. Je le regarde, il est tout aussi sérieux que moi, et me précise qu’il vit toujours au tribunal. Nous irons donc là-bas. Il emboîte le pas et je le suis. Côte à côte, nous marchons jusqu’au tribunal et … Il ne se passe rien. Il y a un silence. Ce n’est pas plus mal en fin de compte. J’ai besoin de réfléchir à comment je vais lui annoncer ce que j’ai vécu, ou plutôt ce que je n’ai pas vécu puisque l’on m’avait pris ma place. Il mérite bien de comprendre, après tout, il sort de l’endroit que je détenais. Peut-être qu’il en sait plus que moi sur ce qu’il s’est passé. En arrivant au tribunal, je me souviens de comment il m’avait donné sa confiance, j’en avais été surprise mais heureuse de voir que l’on pouvait me donner un tel honneur, encore aujourd’hui. Une personne, de plus, comme lui. Nous entrons dans la pièce où nous avions parler longtemps et où j’avais passé la nuit. Il passe devant moi pour aller à son bureau, prendre le siège et le faire rouler jusqu’à moi. Je l’arrête et je le regarde prendre une chaise pour s’asseoir dessus, face au fauteuil qu’il venait de m’envoyer. Je m’assois à mon tour, faisant face, et je n’ose pas ouvrir la bouche. Je remarque même que je baisse la tête, le regard. Je veux tout lui dire mais je continue de fuir. Il finit par prendre la parole, il me dit que nous pouvons parler. Il me demande enfin où j’ai bien pu passer. Il avait bien vu que j’avais disparu et que c’était suspect. Les cuisses et les jambes serrées, je glisse mes mains jointes entre celles-ci. J’inspire et expire longuement, cherchant les mots.

« J’ai … Été victime d’une expérience scientifique douteuse, il y a longtemps. C’est presque comme si on m’avait violé. On m’a inoculé quelque chose à mon insu et, quelques jours après cela, j’ai développé un truc. »

Je lève mon regard vers lui, presque tremblante de lui dire la vérité. Comment pourra-t-il croire un truc pareil ?

« Quelque chose, quelqu’un, s’est développé en moi. Dans mon corps, on est deux. Lorsque cette entité a envie d’exister, elle peut se manifester et c’est dans une douleur affreuse qu’elle peut prendre possession de mon corps pour se transformer. Elle a sa propre apparence et sa propre mentalité. Physiquement, on a le même corps, le même visage, mais seule la couleur change. »

Je déglutis, prenant mon souffle et, toujours avec de la honte, je m’apprête à continuer mon récit.

« Cette fois-ci, elle a pris une telle initiative dans cette possession que je ne pouvais plus revenir. Elle m’avait effacé, quelque temps. Elle avait pris totalement ma place, je ne pouvais ni voir, ni entendre l’extérieur, comme ses pensées. Je sais qu’elle s’est fait passer pour une vraie personne en mettant des lentilles de couleurs et en prenant un autre nom… Rose Persona. »

Je secoue la tête, pensant à toutes les fois où je pouvais voir et entendre ce qu’elle faisait avant cette expérience affreuse. Je me souviens être à ses yeux, comme si je combattais moi-même contre mon gré. Les fois où elle s’envoyait en l’air avec des criminels dans des immeubles délabrés pour obtenir quelque chose. Je pouvais sentir le corps de ces hommes et leurs paroles venir à mes oreilles comme aux siennes. Nous partagions tout, jusqu’à ce dernier moment.

« Je viens de découvrir qui a fait cette expérience sur moi et … Je suis totalement terrorisée parce qu’il a de nouveau inoculé quelque chose en moi, et je ne sais pas ce qu’il va m’arriver. Il voulait me tuer, mais il n’a pas réussi. On m’a conseillé de déménager, de prendre un autre nom pour le bail et … Je ne sais pas quoi faire. »

Retirant mes mains d’entre mes cuisses, je viens poser mes coudes sur ces dernières pour poser mon visage sur mes mains. Je passe ensuite celles-ci dans mes cheveux, les serrant entre mes doigts et relevant la tête, regardant Lonnie et attendant une quelconque réaction. Pourra-t-il encaisser tout ça ?




Only Pain 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant(e)
Masculin Messages : 74
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Terroriste
☠ Relations conflictuelles ::
♣ Vos Alliés : :
Lonnie Machin/Anarky
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain EmptyDim 28 Avr - 3:44


Only Pain


Assis l’un en face de l’autre, la scène prend un air d’interrogatoire. Je la regarde, les jambes collées, ses mains prises au milieu et le regard baissé. Je suis tout le contraire. Les bras croisés et le regard fixé sur elle. La joie de la revoir a laissée sa place à l’attente, l’attente de réponses à des questions que je me suis posé trop longtemps.
J’entends sa respiration presque saccadée. Elle reste quelques instants le regard dans le vide, silencieuse avant de finalement ouvrir la bouche. Elle me parle d’une expérience menée sur elle il y a longtemps. Elle relève les yeux et poursuit. Elle me dit que quelqu’un s’est développé en elle, une autre personne. C’est … je veux bien qu’on soit à Gotham mais … Merde. J’ai passé une partie de ma vie à lire un nombre impressionnant de livres dont des ouvrages scientifiques. Je n’ai jamais entendu parler de ça. C’est illogique, irrationnel, impossible.
Elle continue, m’expliquant que cette fameuse personne a pris possession de son … de leur corps de façon totale. Et elle me donne un nom : Rose Personna. Et les pièces du puzzle s’assemblent soudainement. L’histoire est invraisemblable, mais son avertissement à notre première vraie rencontre, et ma confrontation avec Rose … C’est irréaliste mais si cohérent. Je la regarde, toujours droit dans les yeux, sans rien dire. Elle semble gênée, mais aussi perdue dans ses pensées. Et moi, je n’ai plus envie d’être en colère contre elle, je suis juste content qu’elle soit revenue désormais.

Elle termine finalement ses explications en me disant qu’elle a découvert la personne derrière tout ça et qu’il a recommencé ses ignobles expériences sur elle. Sur son visage, la gêne est devenue de la peur et sur le mien, l’attente de la colère.
Je la voix plonger son visage dans ses mains quelques instants avant de les passer dans ses cheveux et de relever la tête vers moi. On se regarde mais je ne dis rien. Je ne sais pas quoi dire. Je me lève de ma chaise et m’éloigne d’elle de quelques pas, lui tournant le dos. Son histoire est si folle, qui y croirait ? Je ne peux pas y croire, ça ne serait pas raisonnable. Je ne me crois pas aux chimères. Et pourtant, je sais au fond de moi que je suis déjà convaincu. Entre sa version et ma confrontation avec Rose, tout me pousse à y croire …

J’inspire un coup et me retourne vers elle. Elle est toujours là, assise et cette fois ci, c’est elle qui attend. Je fais quelques pas pour revenir vers elle et m’arrête à coté de ma chaise, les mains enfoncés dans les poches de mon pantalon.

« J’ai rencontré cette Rose. Tu le sais peut-être, ou pas, je ne sais pas. Elle a failli me tuer. Moi aussi je l’aurais tué si j’avais pu. Ce qui m’a empêché de le faire, c’est toi. Parce qu’elle m’a expliqué la même chose. La même folie incroyable, invraisemblable. »

Je marque une légère pause entre deux inspirations avant de reprendre.

« Ton histoire, c’est … je n’ai jamais entendu ça nulle part ailleurs. Mais je te crois. Si tu es là, ça n’est pas pour rien. Je te fais confiance. Alors je te crois. »

Je refais un pas vers elle, instinctivement, les yeux rivés vers le sol cette fois.

« Ta disparition, ça a été si soudain. Le quartier en a souffert. Ça a été dur sans toi … enfin pour eux, ceux du refuge. C’est bien que tu sois revenue. »

Je relève la tête doucement.

« Je suis prêt à t’aider Jaina. Tu peux compter sur moi. »








Only Pain 18062910285845496
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 192
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Hugo Strange
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou, Anarky
Jaina Hudson/White Rabbit
Jaina Hudson/White Rabbit
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain EmptyMer 8 Mai - 21:54


Only Pain

- Anarky -

Je le regarde se lever. Il est pensif, il ne dit rien. Que pourrait-il bien dire après tout ? Je viens de lui raconter une partie de mon histoire, je ne l’ai raconté à personne et le voilà qui encaisse tout cela. S’il ne me croit pas, je suis perdue. S’il ne me croit pas, je le comprendrai. S’il ne me croit pas, vers qui je pourrai me tourner pour parler de ce malheur qui m’est infligé depuis si longtemps ? Je le regarde se retourner et me contempler. Je ne bouge pas d’un poil, mais je suis terrifiée à l’idée qu’il me rejette. Il s’avance, les mains dans les poches, et s’arrête à côté de sa chaise. Il me parle enfin. Il me dit qu’il a déjà rencontré White, enfin … Sous son pseudonyme, Rose. Il m’explique qu’elle a essayé de le tuer et qu’il l’aurait fait volontiers. Mais aux vues de ce qu’elle lui a dit, il ne pouvait pas le faire. Qu’est-ce qu’elle lui a dit pour qu’il se résigne ?  Il enchaîne sur le fait qu’elle lui aurait expliqué ce que je viens de lui annoncer. Pourquoi aurait-elle expliqué notre lien commun ? Je ne comprends pas. Il fini par se taire, semblant réfléchir à ses futurs propos. Je le regarde respirer, prendre son temps de rassembler ses idées.
 
Il me dit qu’il n’a jamais entendu une histoire comme la mienne, je veux bien le croire. Par ailleurs, il dit qu’il me croit, qu’il me fait confiance. Je ferme les yeux et je soupire de soulagement. Je l’entends se rapprocher de moi pour me dire que ma disparition si inexpliquée a fait souffrir Park Row. Ce que j’avais construit a mis à mal ceux qui y vivaient, y mangeaient. C’était un retour à la case départ pour ces gens. Il me dit qu’il est content que je sois de nouveau là. Je le regarde, il me regarde également. Il me dit enfin qu’il est prêt à m’aider et que je peux compter sur lui. Cependant, les mots qu’il a eu sur Rose me revienne en tête. Qu’est-ce qu’elle lui a dit ?

 
« En la tuant, tu me tuais. Est-ce cela que tu avais compris ? Est-ce pour quoi tu n’as pas pu la tuer ? »
 
Je finis par me lever, me mettant à la même hauteur que lui.
 
« Je suis contente de savoir que tu me fais confiance, que tu me crois et que le quartier pourrait avoir une nouvelle vie puisque je suis revenue. Mais … J’ai peur, je ne sais pas si je pourrai tout refaire comme avant. Elle m’a brisé, cette fois. »
 
Je le regarde, je soupire en pensant à Strange et à ce qu’il m’a inoculé une fois de plus. Je ne peux le dénoncer et je ne peux le poursuivre, ces deux cas pourraient causer ma perte.
 
« Je ne sais pas ce que l’on m’a injecté dans les veines. Je ne veux pas que tu portes en moi une grande confiance, que tu portes tes espoirs sur moi puisque … »
 
Je me rends compte que l’envie de pleurer me vient de plus en plus. Suis-je vraiment en train de penser que je vais peut-être mourir à cause de ce qu’il m’a transmis ?
 
« Merci, d’être là pour moi. Je t’aiderai également autant que je pourrai. »




Only Pain 181124110839102461
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Only Pain   Only Pain Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Only Pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poulet en croûte de pain
» pain au lait
» Pudding au pain
» Pain à la cocotte
» Le pain viennois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Burnley :: La Maison Derrière-