Forum Jeu de Rôle Batman



Harriet Pratt

Copperhead

Lady Shiva

Clayface

Bronze Tiger

Clock King

Maxie Zeus

Le Ventriloque

Lynx

Baby Doll

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Man-Bat

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Katana

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan

Partagez
 

 Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mafieux
Masculin Messages : 421
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptyMar 8 Jan - 17:42

"On t'a pourtant dit qu'il fallait que tu paies !"

Et un coup dans les gencives ! Un ! Le mec allait s'étaler contre le mur. Un coup net et précis. La petite merde qui je venais de cogner était du genre "pénible", faut dire, le mec s'était cru capable de baiser ce qui restait de mon gang, comme ça, en loosedée. Bordel, les mauvais payeurs, c'était vraiment un truc que j'appréciais pas. On avait beau ne plus avoir de contact depuis quelques temps avec le Gomorrah, tout changeait, et pas en bien malheureusement. Les rues devenaient des poubelles (ça changeait pas pour ainsi dire) et les milices de la ville s'en prenaient à tout le monde pour essayer de faire régner l'ordre. Mais c'était une putain de raison pour se laisser bercer par les sirènes des connards qui se croyaient plus malins que les autres. Il me semblait avoir été très clair. Avec le retour de Cobblepot dans les affaires, on avait de quoi se réjouir, les affaires allaient refleurir et Gotham City allait retrouver un vrai chef, un vrai leader, un putain de vrai chef dans ce taudis de merde. Alors que je fume ma cigarette, Swank, mon associé, me file la clé à molette et j'entends le mec que j'ai fracassé contre le mur, me faire un ultime geste de grâce. Moi ? J'accorde la pitié aux gens ? Pas même en rêve. D'un coup net, le nez du pauvre bougre fit un bruit semblable à un craquement presque dégueulasse. Pour tout dire, ça me plaisait pas d'en arriver à faire un pareil tableau, mais bon ... Au moins, il comprendrait sa leçon. Le mec pissait le sang, à demi-conscient, dans cette ruelle puante et mal éclairée.

"Je ne suis pas du genre à faire ce genre de sale boulot, mon grand. Mais en ces temps troublés, on est jamais aussi bien servi que par soi-même."

Quand je cognais un connard, je faisais en sorte que ça soit mémorable. Putain, le mec quoi ! On aurait dit un Picasso à lui tout seul. Déglingué, certains morceaux du visage pas au bon endroit, donc le nez et la lèvre inférieur, bref, le mec en avait prit plein la gueule et pas pour un rond ! Comme quoi je sais rendre des putains de services, et cette fois, le mec n'oublierait pas de payer les dettes qu'il devait à mon casino. Swank et Donovan font la garde à l'entrée de la ruelle. Ils montent la garde et se permettent de fumer une petite clope tandis que je m'occupais du cas de ce monsieur. Alors que je sors de la ruelle, je jette ma clope au sol et je dis aux p'tits gars de me suivre.

"Les affaires sont les affaires. Messieurs."

D'un claquement de doigts, ils me suivent. Je m'allume une nouvelle clope que je met directement au coin de mes lèvres. Que dire de plus ? Il fallait bien que l'on subsiste du mieux que l'on peut. Mes hommes sont contents, même si la paie est plutôt maigre ces derniers temps, au moins, ils avaient un toit de fortune et un taff avec moi. On se balade dans les Narrows, un putain de quartier que je n'aimais pas, qui avait une putain d'histoire, et qui sentait bon les affaires. Même si les affaires étaient au point mort, le retour de Cobblepot annonçait le retour des jours heureux, où le fric coulait à flot, où les armes faisaient loi et où on pouvait faire ce que l'on voulait dans cette foutue ville. Le "Ténébreux", un bar miteux que je ne connaissais pas trop bien. Pour tout dire, tout ce que je savais du bâtiment, c'était qu'une femme gothique le dirigeait, du genre morbide et tout, le genre qui aime boire son propre sang pour se faire de sacrés trips. Putains de féministes, toujours à ramener leurs gueules et à faire mieux que les vrais mecs. On avait pas besoin que les gonzesses ramènent leurs petits culs pour faire mieux que les mecs dans un métier où c'était essentiellement des mâles qui s'en chargeaient. Les femmes sont là pour nous faire profiter de leurs attraits et rien d'autre. Nous, on ramène l'argent, le fric, et la bouffe, et ce depuis des siècles, depuis que le premier homme a pris sa putain de massue pour taper sur la gueule du premier mammouth ou dinosaure de son époque. Nous, on tirait la femme par les cheveux et on lui indiquait le feu pour qu'elle cuisine. Hors de question que ça change. On entre dans le bar, déjà, la déco, on se croirait dans un foutu cimetière. Alors que les évènements ne sont clairement pas au beau fixe, on va essayer de faire profil bas dans ce rade. Mais bordel bonjour l'ambiance ... On s'installe à une table et on commande trois alcools assez forts. Je retape un peu ma chemise à carreaux et j'essaie de ne pas trop montrer ma gueule. En ces temps, faut avoir le profil bas. L'ambiance est calme. Trop calme et ça manquait de bagarres dans ce taudis. Swank reste près de moi, nos couleurs dans Gotham, ce sont les carreaux noirs et blancs, on peut facilement se faire repérer, et le mieux, c'était de rester hors de la portée de Strange, jusqu'au moment où l'on pourra récupérer le Gomorrah.

Swank : "Alors chef ? C'est quoi le plan ?"

"Faut qu'on entre dans Arkham City, du moins, que l'on puisse contacter les gars."

Swank : "Ce sera pas une mince affaire, Benny ... C'est hyper risqué."

"Faut qu'on trouve quelque chose ... Quelque chose pour ça ..."

Swank : "Ouais ..."

Les deux mecs qui m'accompagnent ne se marrent pas, on est pas là pour rigoler, la situation était pénible. Alors que la plupart de mes hommes sont dans la ville prison, moi et quelques uns de mes proches sommes là, à attendre une ouverture. C'est désespérant, et on ne sait pas où chercher pour trouver ce qu'il fallait faire ... Dans le bar, c'était l'ambiance froide qui s'installait. Avec de la chance, la barmaid allait pisser dans les verres ou bien cracher dedans ? Qui sait. C'est ce qui donne du gout à l'alcool de Gotham City de toute manière. Gotham, Gotham ... Tu n'es pas Las Vegas, mais tu pourrais le devenir un jour, qui sait ?


Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 872
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Vos Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptySam 12 Jan - 19:37

Mutual consent El Mafioso & Catwoman Depuis la création d'Arkham City, de nombreuses personnes ont dû faire des choix. Mafieux, petites personnes sans grand pécule, gérants de bars, dealers ... et des gens comme moi. Entre deux eaux et toujours en attente d'un bon filon. On a tous été chassés plus ou moins par des directives ou bien des menaces, tandis que d'autres se sont retrouvés enfermés entre ces quatre murs ... et il y a des gens comme moi. Capables de survoler ces barrières et de faire un immense pied de nez à Sharp et ses chiens en combinaison renforcée. Mais aujourd'hui je ne suis pas là pour encore me jouer de ces abrutis compensant leur entrejambe par un gros calibre non non non. Je suis en quête d'un nouveau moyen de me faire de l'argent (pour investir sur le long terme) et trouver de potentiels partenaires intéressés par mes services.
Je dois avouer que si je peux éviter les Narrows je le fais mais ... malheureusement certains événements nous poussent à aller dans les endroits les plus puants et les moins recommandés de cette satanée ville.  Que ce soit pour du boulot ou bien des recherches plus personnelles concernant les derniers nantis prenant un peu trop la grosse tête à la bourgeoise. Et justement aujourd'hui je devais m'y rendre pour reprendre contact avec une ancienne de l'orphelinat Wheeler. J'ai trouvé ce nom après recherches suite à cette petite séance de magie avec Constantine. Un bâtiment soi disant terre d'accueil aux enfants abandonnés ou de désoeuvrés, comme beaucoup dans cet état américain ; cachant un sordide secret ... comme beaucoup dans cet état ... vous avez compris. Chaque membre de la population traîne ses casseroles et certaines finissent par devenir plus bruyantes que d'autres pour peu qu'une personne tende un peu l'oreille et, je suis celle qui a entendu les casseroles de Wheeler.

Enfin bref, mon fameux contact Ali (ou Alicia) m'a donné rendez vous dans un bar sur les Narrows. Son bar, se nommant Le Ténébreux. Autant dire que ce nom ne me donne guère envie d'y mettre les pieds mais les informations concernant Wheeler et sa richesse faite sur les organes de pauvres gosses m'empêche de tourner les talons. J'arrive donc dans le bar, affublée d'une perruque blonde qui jure bien avec l'ambiance générale du bar, aux tons noirs et rouges (niveau meublé). Bon, à part la perruque je reste soft et du genre prostituée Gothamite donc ça ne tapera pas trop dans l'oeil comme ces gars habillés de chemisiers à carreaux. Je les regarde un très court instant d'un oeil mauvais avant de m'avancer vers le bar. Ces types, j'ai déjà vu leurs habits, j'en suis sûre. Mais où ? Quand ? Un casse ? Est-ce que je me suis déjà frottée à eux dans le cadre d'une demande d'un de mes clients ? Je garde mes réflexions pour plus tard cependant car je ne suis pas venue là pour eux.  
« Salut, Ali. Je viens de la part d'une connaissance commune. »
La nana essuyant les verres relève ses yeux cerclés de khôl vers mon visage. Je vois très bien qu'elle met de suite les distances en se montrant agressive dans son regard et son manque de sourire. Super, encore une espèce de torturée qui respire la joie de vivre et la pollution de Gotham.
« Je dois servir les clients. »

Ok. Cool. Va les servir avec ton accueil chaleureux. Je la laisse partir et je lève les yeux aux plafond tant je sens que cette rencontre va être une partie de plaisir. Mon attention finit par se porter vers les cinq autres personnes (non habillées de ces chemises à carreaux d'un autre temps et pouvant servir de nappe à la sexagénaire du coin) buvant un coup. Bon maintenant c'est sûr la thématique de ce bar c'est du gothique pur et déprimant pouvant vous entraîner à la névrose et au suicide; pareil pour la musique. Ils n'ont pas l'air méchants mais ils ne donnent pas non plus envie de les approcher. Eux par contre semblent fixer les chemisiers carreaux avec une certaine appréhension, ou de l'agacement. Ali revient pendant ma petite session d'observation, égale à elle même. Oui elle fait toujours la gueule. Je souris un peu mais autant dire que je ne le fais pas de gaieté de coeur.
« Je l'ai vue il y a deux jours. Je pensais pas qu'elle m'enverrait une prostituée pour récupérer les infos.
- Tu aurais peut-être préféré une vache comme toi. Je comprends ça t'aurait mis en confiance. »
Je ne perds pas mon petit sourire. Les nanas qui cherchent à imposer leur mode ou leur caractère à la terre entière ce n'est pas mon kiffe. Si elle continue comme ça, on va partir sur de très mauvaises bases et notre prochaine rencontre nocturne entre sa personne et Catwoman risque d'être tendue. Et je vais me faire un plaisir de la remettre à sa place. On se regarde un moment jusqu'à ce que mon oreille traîne vers la table des chemisiers à carreaux. Je les entends parler d'Arkham, d'un moyen d'entrer. Ils ont beau essayer de se montrer discret ce coin de comptoir est une zone stratégique intéressante pour entendre leurs messes basses. Tant pis pour Ali, Wheeler et les gosses. Je vois en ces gars un moyen de gagner un peu plus de liens dans Gotham. Il fallait qu'elle soit un peu plus raisonnable pour me raisonner.
« Si vous êtes intéressés, je connais les bonnes personnes pouvant faire du transport de biens ou d'informations dans Arkham. »
Je me tourne vers eux, jambes croisées et confiante. Après tout, je suis cette bonne personne dont je vends les mérites. Et pour le moment rares sont mes clients qui n'ont pas été satisfaits de mes états de service. Quand on veut gagner de l'argent et le réinvestir dans un moyen capable de les entuber, il faut donner de sa personne. Ali me jette un regard en coin, soudainement angoissée de voir qu'elle ne retient plus mon attention mais bien évidemment je n'en ai rien à fiche. Je croise les bras sous ma poitrine et j'arbore un immense sourire, non contente d'avoir trouvé quelque chose me demandant moins de diplomatie. Il faut que je la joue séductrice, mais pas avenante. Juste assez vendeuse pour les accrocher.
« J'ai eu des échos comme quoi nombre de chefs de gang ou patrons ont des employés encore là bas, avec leurs propriétés. On peut supposer qu'ils gèrent les affaires en attendant que leurs supérieurs rentrent. Charmant tableau non ? Seul bémol ... »
Je hausse les épaules avant de m'accouder au bar, nonchalente.
« Leurs chefs n'ont pas assez de moyen pour surveiller ce qu'il se passe là bas. Malheureusement, certains de leurs employés ont les dents longues et ... récupèrent ce qui ne leur appartient pas. »
Une belle histoire qui arrive si souvent. Je soupire et secoue la tête avant de me tourner à nouveau vers Ali pour lui commander une pinte de bière. Elle me juge comme si je vendais mon âme au diable et elle sait que je lui réponds silencieusement en la regardant de haut en bas qu'avec son look on pourrait dire la même. Maintenant, plus qu'à voir si les chemises à carreaux vont réagir. Je m'attends à toutes les possibilités face à ce genre de provoc. On verra bien si je dois les éclater à terre.

© Crimson Day



Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] IxvW   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Tumblr_mt4ri5NKLy1qbmp7lo4_250
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 421
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptyDim 13 Jan - 15:28

Comment un homme peut se retrouver plus bas que terre après tant de luxe ? En effet, j'ai vécu toute mon enfance dans ce monde plein d'or et de platine qu'était Las Vegas. Une mère morte, mais facilement oubliée et un père dur à l'éducation droite. Je les remercie de l'apprentissage de la vie qu'ils m'ont donné. J'ai pu en tirer de bonnes choses. Ils ont façonné l'homme que je suis actuellement, quoique pas totalement. La guerre que j'ai connu, celle des gangs de Las Vegas a aussi prit part à ma construction. C'est triste à dire mais je n'ai pas encore vraiment connu de femme. Je suis juste un mafioso. Un homme au sens de l'honneur très prononcé. Mes valeurs sont celle d'antan. Je suis effectivement de la vieille école. Droit dans mes bottes, j'ai toujours trempé dans les affaires des jeux, du hasard, des bonnes arnaques. J'ai appris à tuer, commander et diriger, en parfait arriviste, et maintenant, nous étions là, dans un bar puant et miteux, à se faire accoster par une jeune femme qui semblait avoir toutes les cartes pour parler d'Arkham City sans en être inquiétée. C'était étrange, mais bon, il fallait quand même prêter l'oreille. Swank me fait une remarque du coude, et me fait regarder en sa direction. Elle parlait, comme si elle voulait qu'on s'intéresse à elle. Pourquoi pas ? Après tout, on pouvait très bien discuter avec quelqu'un dans un bar, mais tout en gardant la possibilité que ce soit une espionne, une employée de Strange ou de Sharp. Le regard de Swank se perdait sur les femmes lascives et court vêtues qui étaient éparpillées dans la salle. Elles empestaient la luxure à des mètres à la ronde. Tous ces atours qu'elles portaient ostensiblement, c'était de l'indécence pure. Elles devaient avoir un goût des plus suaves, il en était persuadé.

"Et bien mon cher Swank ? Où sont tes bonnes manières ? Offre un verre à cette jeune femme et invite-là à notre tablée."

Toute cette merde est la faute d'une seule personne, tout cela est à cause d'un homme. Un seul, Quincy Sharp et sa folie pour la sécurité. Grâce à un complot rudement mené, je me suis fait avoir et j'ai été séparé de mon bien le plus précieux dans cette ville. J'ai été accusé de corruption par les milices et les tribunaux de Sharp. J'ai dût avoir recours à l'exil pour survivre. Moi, un homme qui ai toujours respecté l'omerta.Voilà tant d'affronts et d'insultes qu'on a émit à mon égard. Cependant, je ne me suis pas laissé abattre. Alors que Swank se charge des formalités, on invite la jeune femme à venir à notre table, nous poussant un peu pour lui faire une place au sein de notre maigre bande.

"Benny Smiles, mademoiselle. Patron du Gomorrah. Et vous êtes ?"

Patron déchu du Gomorrah sûrement, on pouvait le dire. C'est ainsi que je me suis retrouvé ici. Maintenant, les temps sont plus dures que jamais. Je joue quelques parties de poker avec des boulets afin de gagner de quoi manger. Au final, j'ai même pu réussir à me faire un porte-monnaie de quelques milliers de dollars pour tenir mes quelques gars restants de ce bon côté du mur. Rien d'incroyable mais trop peu pour moi. J'ai les mains faites pour l'or, pas pour toute cette merde. Depuis que je suis ici, dans Gotham City, souvent je me suis fait rosser du fait de mon talent pour vouloir me hisser dans la plus haute sphère de la Pègre de Gotham, et j'avais réussi à me tirer d'affaire sur pas mal de points, mais hélas, pour le moment, avec Arkham City, ce n'était clairement pas la meilleure des situations. Assis, le visage soutenu par mes mains, un léger sourire sur le visage, je dévisage cette chère demoiselle qui semble être plus intéressante qu'elle n'y parait. Je ne peux pas me laisser abattre, c'est impossible. Pourtant, je vois mes profits potentiels, ainsi que mon avenir me passer entre les doigts. Je repense à tout ce que j'ai pu vivre jusqu'à présent. En réalité j'ai été dans l'ombre des autres mafieux de Gotham. Il est temps que moi aussi je brille.

"Arkham City déchaine toutes les passions, n'est-ce pas ? Cependant, je suis sûr qu'avec le bon montant, on peut trouver la bonne information. Du feu ?"

Je tends mon briquet et une cigarette à la jeune femme. Fumeur compulsif, je sème les clopes comme le petit Poucet dans cette foutue ville. C'était ma marque non ? L'envie de reprendre mon affaire me titille vraiment. Il faut que je brille, je dois me faire une place au soleil. Et c'est à mon tour, il faut que je fasse de même ici pour qu'on me respecte, je ne vois aucun autre moyen. Je me regarde dans un bout de miroir brisé sur le mur en face de moi, près du comptoir dégueulasse de ce rade. Je vois un homme qui mérite autre chose. Un conquérant. Je vais briller, dans ma tête défile des images de gloire. Déjà la tête pleine de plan, mon ambition est des plus dévorantes. Je n'ai qu'une seule vraie pensée : Dominer Gotham City. Comme mon père de substitution l'a fait à Las Vegas, je vais être le Parrain respecté dans tout Gotham, je vais en être le chef de la Pègre. C'est là mon ambition. Et dans Gotham City, si tu prends la bonne porte, tu trouves tout ce que tu veux.


Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 872
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Vos Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptySam 19 Jan - 17:13

Mutual consent El Mafioso & Catwoman Bingo j'ai retenu l'attention du groupe Carreaux. Je cache ma joie pendant qu'Ali semble bel et bien contrite face à la tournure des événements. En même temps, ça ne va pas dans son sens et cette nana a l'air du genre à vouloir le beurre et l'argent du beurre. Elle a beau avoir été témoin ou victime dans cet orphelinat, je ne suis pas non plus l'ange Michael. Je me lève donc de mon assise pour rejoindre la joyeuse petite bande, n'hésitant pas à mettre en avant mes charmes. Je me débarrasse de mon blouson bleu lapis afin de laisser mon débardeur gris à boutons sur le buste en visuel. Oh oui ils peuvent voir à quel point je suis contente de troquer la compagnie barmaid et gérante contre la leur. Il est difficile de résister au besoin de lancer des esbroufes à ces hommes de Gotham; et ce n'est pas les femmes fortes et indépendantes de cette ville qui vous diront le contraire.
« Kseniya Boïtsov. On m'appelle Debbie au boulot. »
Je me place à côté du dénommé Swank qui m'a l'air bel et bien tendu. Sa réaction est tout à fait naturelle, je viens légèrement d'asticoter leur crête de coq sur le sujet qui les blesse. Rien de mieux que de jeter une oeillade vers le concerné et d'en rajouter ... tout en charme un peu timide, mais aussi en montrant un certain intérêt envers sa personne.
« Si jamais ça vous intéresse, je serai ravie de vous revoir. »
J'appuie un peu plus mon regard vers Swank avant de faire face à son patron pour de bon. Jouer un rôle est grisant, tout comme subtiliser leurs biens les plus précieux. Mais sentir un homme être gêné et hésitant face à vos propositions factices rajoute une note assez érotique à la situation.

« Je vous comprends. La mise en place d'Arkham City m'a aussi fermé des portes intéressantes. En tant que pute de luxe, voir des clients se retrouver derrière une barrière que je n'ai pas mise pour les capturer est frustrant. »
Il y a des cachets dans le milieu de la prostitution. Et les putes de luxe sont le must du must. Raffinées, cultivées, maîtresses de situations on ne peut plus créatives. Elles savent ce qu'elles veulent en somme et petit bonus, elles ont les oreilles qui traînent. Je sors une cigarette d'apparence normale, mais qui ne me fournira pas en tabac; je déteste cette odeur alors inspirer la fumée, pas la peine d'y penser. Accoudée à la table et légèrement penchée vers le patron de cette joyeuse bande, je reprends :
« Merci. Donc. Vous cherchez à entrer dans Arkham City. Je peux déjà vous dire que le Pingouin tient les rennes du Bowery malgré les assauts du Joker et ses sbires. Il y a aussi pas mal de remue ménage concernant la loyauté de certains vers l'un ou l'autre. Et un Harvey Dent et un Black Mask qui vont et viennent comme ils peuvent. Un sacré merdier. »
Je m'installe à nouveau et commence à faire semblant de fumer.
« Une info gratuite, mais je pense que vous avez déjà eu des échos de la situation. »
Il faut vraiment être le dernier des abrutis de chef pour ne pas connaître ces noms et surtout la capacité de ces gars à se mettre dans le haut du panier concernant les questions de territoire. Swank revient avec un verre de bourbon que je sais moyen. Déjà goûté et non approuvé. Ce n'est pas grave je me rattraperai bien assez tôt à la planque quand j'aurai ce que je veux en poche.
« La personne avec qui je peux vous brancher est une femme. On a chacune nos intérêts à faire valoir dans nos business. »
J'expire la fumée et appuie légèrement ma poitrine contre mon avant bras, dans un subtil dosage de provocation et de sensualité. C'est le moment de lancer la bombe. Ça passe ou ça casse Selina prépares-toi.
« Le nom de Catwoman vous dit quelque chose ? »
Généralement les mafieux qui connaissent mon identité de voleuse ont du mal, beaucoup de mal à avaler la pilule quand on leur dit de but en blanc cette phrase. J'ai disons une sacrée notoriété passant de la salope de voleuse, à la connasse, ou la suceuse de Gotham. Malgré tout, ils sont bien contents de me trouver quand ils ont peu d'alternatives pour leur petit commerce. Alors comment vont-ils réagir ... ?

© Crimson Day



Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] IxvW   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Tumblr_mt4ri5NKLy1qbmp7lo4_250
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 421
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptyDim 20 Jan - 17:24

J'écoute la jeune femme et j'avoue être très surpris qu'une femme semble en savoir autant sur ce qui se passe à Gotham City et dans Arkham City. Ses mots ne me laissèrent pas indifférent, pour tout dire, je sentais qu'elle avait piqué dans le vif en mentionnant des "hommes perdus sans leur chef", à sa façon, elle essayait peut-être de me donner une indication, ou bien, serait-elle en train de me doubler ? Je ne supportais pas cette idée, mais pour le moment, je n'avais pas le choix que d'écouter cette jeune femme qui semblait parfaitement consciente que nous étions dans un bar malfamé, et pour tout dire, il pouvait être sur surveillance. Je ne m'attends pas à une descente de Tygers, mais peut-être des gars du GCPD ... Et si elle avait un micro ? Swank me regarde avec un air légèrement inquiet, les deux autres aussi. Autant qu'elle reste avec nous et qu'elle nous donne un peu plus d'informations. Swank se lève et essaie de regarder s'il n'y a pas de micro ou quoique ce soit qui puisse être dangereux pour nous, il allait surveiller cela, Swank se lève et reste un peu en retrait, histoire de questionner la barmaid, pour savoir si elle connaissait cette jeune femme. Il faut bien avouer que c'est une activité peu commune d'être aussi belle et d'en savoir pas mal sur Arkham City, à moins d'être un indic ou un traitre ... Mais bon, j'ai appris ici, à Gotham, que tout est possible. Rien n'est trop bizarre pour cette ville. J'acquiesce alors en souriant avec de lui répondre. Une pute de luxe ... On en trouvait pas mal du côté de Crown Point. Pas un endroit des plus plaisants, vu qu'il se trouve en plein East End, et tout le monde sait ce que l'on y trouve dans l'East End ... Des salauds psychopathes. Quelque part, je reste un peu sur la défensive. Qui ne me dit pas que c'est une foutue aliénée elle aussi ? Non ... Ce serait trop flagrant, je pensais plus à une taupe. Une espèce de collaboratrice de Sharp qui hésiterait pas à nous entuber, histoire de se faire un peu de fric facile. J'observe la jeune femme avec un sourire, tandis que j'écrase ma clope dans le cendrier prévu pour. Le tabac aura raison de moi, du moins, c'est ce que j'espère. Ce serait une mort bien plus honorable, bien plus que de finir avec quelques trous de balles dans ma belle veste à carreaux.

"Prostituée de luxe ? Je crois que vous auriez une bonne place au Gomorrah."

J'étais sincère à ce niveau. Ce genre de filles pourrait attirer les crétins et en une nuit, elle pourrait se faire un joli pactole. Mais ce genre de filles ne bossera pas pour moi, elle semblait plus intelligente qu'elle n'en avait l'air. Et puis, je n'aimais pas forcer la main aux femmes. Si elles venaient bosser pour moi, elles le faisaient de leur propre volonté, et c'était mieux ainsi. Je cherche dans une poche intérieur de ma veste et en sors une cigarette. Je le place entre mes lèvres et sors de ma poche un magnifique Zippo gravé d'un carré d'as. J'allume le tabac et m'en délecte. Le nuage de fumée se dissipe rapidement à cause de l'air climatisé de la salle. Je pose de nouveau mon regard sur la jeune femme aux cheveux blonds. Sa chevelure me rappelle celle de ma tendre aimée et je souris doucement. Toujours être confiant, et pour l'instant, ça ce passe plutôt bien. Aujourd'hui je n'ai pas trop envie de voir couler un bain de sang. Mais bien sur, si je le dois alors je ferai répandre du liquide rouge sous les balles de nos armes à mes hommes et moi. Je suis sympa et diplomate mais il ne faut pas non plus abusé. Je ne suis pas une chiffe molle. Je ne me dégonfle jamais et j'ai mon caractère. C'est alors que la jeune femme étouffa le nom d'une certaine Catwoman. Je connaissais un peu le folklore de Gotham City, mais je ne m'étais jamais inquiété de cette Catwoman. Je marque un petit temps de pause pour reprendre quelques bouffées de fumée.

"J'en ai entendu parler, poussin. Mais je ne crois pas à ces conneries."

Je regarde attentivement la jeune femme me parler. J'analyse la situation, je fais attention au moindre détail pourtant quelque chose m'échappe. Mon interlocutrice parle de ce qu'elle sait, des rumeurs, des ragots, rien de plus ... Gotham. Une ville, à ce que l'on disait, à l'image de ses habitants. Étrange. Dérangée. Malade. Et, n'étant pas médecin, je n'avais aucunement l'intention de la guérir. Ma famille d'adoption de Vegas m'avait même envoyé ici afin de connaitre son potentiel, pour ses activités. Alors, en définitive, je n'étais vraiment pas là pour la guérir. Je fus alors interrompu par la serveuse. Elle avait dans ses mains une bouteille de " Valley of the Moon ". Une cuvée jeune mais avec un peu de corps, datant de 1995 et semblant pleine de promesse. Elle déboucha sa bouteille et m'en versa un peu. Puis, tel un œnologue, je me mis à regarder le vin que l'on m'avait versé. Ce n'était pas tant pour admirer sa robe ou humer ses arômes fruité, mais plus pour détecter toute tentatives d’empoisonnement. Et, à ce que je voyais, et au bouchon que la jeune femme avait en main, il n'y avait que peu de risque. La remerciant encore une fois, je lui demanda néanmoins de poser la bouteille sur la table. Buvant une gorgée de ce nectar, je poursuivis tout en m'excusant et en servant la jeune femme. Elle évoqua les possibles trahisons, les possibles fausses promesses, d'où mon besoin de partir pour Arkham City au plus vite. Je savais que la loyauté des hommes de mains d'un homme aussi influent que moi comptait énormément. Après tout, de nombreux traîtres potentiels se trouvaient peut-être déjà dans mes rangs, et je ne voulais pas être - moi ou ma famille d'ailleurs - responsable de certain agissements de crétins.

"Et à votre avis, mademoiselle. Qu'est-ce que ça vous couterait de me faire passer dans Arkham City ? Qu'avez-vous à y gagner ? Je suis curieux, je sais, mais j'aime bien savoir quelles cartes possède la personne en face de moi. Je suis quelqu'un de joueur, et je n'aime pas être bluffé."

Mes affaires, j'ai évité le sujet jusqu'ici mais maintenant elle voudrait vraiment en savoir plus. Ce n'est pas comme si je les cachais non plus mais par pure protection, je n'ai rien dit. Du moins, j'ai essayé car elle a sans nul doute entendu le mot "Gomorrah", qui était sous les meilleures rumeurs possibles d'argent sale. Une petite erreur de ma part mais bon, il me semble évident que cette femme ne soit pas une indicatrice de la police. Je suis alors disposé à lui parler de mes affaires illicites. Comme je le dit souvent, il faut qu'il y ai un minimum de transparence entre deux partenaires financiers. De plus, la drogue et les filles sont deux activités pouvant se marier à la perfection et puis, cela ne me gênait pas d'en parler ouvertement.


Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 872
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Vos Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptyLun 21 Jan - 22:36

Mutual consent El Mafioso & Catwoman Je retiens à peine mon sourire, voir mon gloussement. Ce patron déchu, ce Benny Smiles. Je commence à bien l'aimer. Sûr de lui, et accroché à ses rêves de gloire, il reste là malgré ses pertes à tenir, imposer, crever les abcès de l'ennemi avec brio et un semblant de classe ; si on oublie les carreaux de sa veste. Si il savait ... je n'ai ma place nulle part. Pas même dans les bras d'un homme. J'ai trop payé, trop été brisée pour de nouveau tenter d'aimer. Je suis un champ en ruine, une première guerre mondiale bis. Des éclats d'obus viennent parfois faire de nouveau saigner mes chairs mais je tiens et me noie sous une bonne douche chaude pour oublier le froid. Je pense un moment à Batman et notre dernière rencontre et je sentirai presque une larme poindre, si je n'avais pas ma cette cigarette à brûler entre mes lèvres.
« C'est votre bar ? Casino ? Boîte ? Belle référence biblique en tout cas. »
Il me fait rire quand il dit qu'il ne croit pas à Catwoman. Tu l'as devant toi chéri. Cachée sous son déguisement de prostituée de luxe à essayer de te vendre le meilleur moyen de te rendre à Arkham City, sans passer les portes, ou même les ponts. Je crois les jambes et écrase mon dos contre le dossier confortable de mon assise. Il peut voir que ça m'amuse de l'entendre être aussi catégorique. Autant je comprendrai si j'avais parlé du Père Noel mais là ...
« Ce que ça me coûtera ou ce que je gagnerai ? Dans le premier cas une cible sur mon front et celle de ma patronne. Dans le deuxième cas, de quoi étioler un peu plus les défenses d'Arkham City, d'améliorer mes relations avec Catwoman et ... »
Je passe ma langue sur mon palet et je le scrute attentivement. Très attentivement.
« ... votre confiance. En vrai, je vous ai déjà vu traîner avec vos hommes, Monsieur Smiles. »
Ces deux derniers mots sont dits dans un semblant de chuchotement pour retenir son attention, l'emmener sans non plus le tirer là où je veux. L'appâter, qu'il ne rentre pas ses caisses remplies d'avidité et d'intérêt avant que ne vienne la partie pouvant nous lier dans le vice. J'ai déjà vu ces chemises à carreaux s'approprier certains bâtiments, ou même eu des contacts avec les femmes qui allaient là bas. Je n'avais jamais prêté jusque là attention à ce petit gang, bien moins intéressant que celui de Falcone pour ... des raisons personnelles.
« Je l'avoue, j'ai joué les idiotes. J'aurai même pu me faire passer pour une porteuse de la chaude pisse si je l'avais voulu, et nous en serions restés là. »
J'écrase mon reste de cigarette, et finis le verre que l'on m'a gracieusement offert.
« Vous dites ne pas aimer être bluffé ? Malheureusement ce sera le cas. Catwoman existe bel et bien. Et ... j'ai justement ... »
Je sors un portable prépayé avec le nouveau numéro me servant de fil pour mes clients et mes sources. Certains des hommes de Smiles se redressent en pensant que je vais sortir une arme et cette vision me donne envie de rire. À la place, je me mords la lèvre inférieure en les regardant d'un air innocent, avant de glisser l'objet vers Benny Smiles.
« ... le moyen de la contacter. Tout doux, ce n'est pas une arme cachée. Votre patron est bien trop adorable et intéressant. »
Qu'ils sont tendus ! Ça leur ferait du bien de boire encore un coup, j'ai presque l'impression qu'ils s'empêchent même d'avoir des flatulences depuis le début de la journées. Encore trois ou quatre verres et je parie qu'ils sont capables d'enfouir leur slip dans la terre du parc de Gotham.
« J'ai tout intérêt à aider quelqu'un qui pourrait avoir une chance de se faire une place dans cette ville. À la hauteur de Lew Moxon. »
Je sors la brosse à reluire mais je ne sais pas. D'un côté je suis dégoutée de ces mafieux croyant pisser de l'or et chier des balles en forme de diamants, mais ce gars là à un petit côté kitsch qui me plaît bien. Il est intelligent, patient et ambitieux. Un petit coup de pouce ne lui ferait pas de mal. Et, ça me permettrait de mettre dans la merde autant Dent que Maroni ou Falcone. Ça alimentera les braises déjà rougies et fera imploser cette ville prison. Je m'appuie à nouveau contre le dossier, et je croise mes mains, visiblement contentée.
« Tentez d'appeler demain vers 22h. Vous aurez plus de chances de voir la connerie devenir votre ticket d'entrée, Monsieur Smiles. »
Ali arrive à ce moment là, suivie de deux paires d'yeux dévisageant ma personne mais aussi les vestes à carreaux. Elle croise mon regard et me demande sur le ton le plus agacé qu'il soit :
« Vous voulez autre chose ? »
Cette façon de me fusiller veut tout dire : ici on n'est pas dans un bar à putes. Madame à ses standings alors attention. Je roule des yeux.
« Si ces messieurs restent, oui. Ou sinon je peux rester en votre compagnie. Je semble vous manquer. »
Ali prend mon verre et je sais qu'elle hésite à le serrer voir à le briser. Je lui tape sur les nerfs et en retour elle me prend pour une blonde qu'elle devrait démonter. Je me retourne une dernière fois vers Smiles, toujours aussi sûre de moi.
« Je vous laisse le portable ? »

© Crimson Day



Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] IxvW   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Tumblr_mt4ri5NKLy1qbmp7lo4_250
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 421
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptyMer 23 Jan - 16:29

Aaah le Gomorrah. C'était une merveille de casino, un palace de douze étages perdu au beau milieu d'Arkham City, un building classique, un endroit où j'avais installé mes bureaux et fait de ce lieu, un lieu de péché, de villégiatures, un lieu où le péquenot lambda perdait ses plumes en un tour de passe-passe bien rôdé. Bien sûr, perdre ce casino me ferait mal. Un lieu pareil, cela ne peut être. Surtout aux profits de gagnes-petits qui ne méritaient pas un lieu pareil. Le Gomorrah était mon repaire, mon lieu de repos, je mettais de mon cœur dedans, beaucoup trop de mon cœur, et un jour, ce bâtiment sera le trône du nouvel empire de la Pègre. Oui, je voyais les choses en grand, j'étais patient, j'avais mon temps. Pour le moment, je me mettais à rouler des mécaniques auprès de certains pontes comme Stromwell ou Scarface. J'essayais de rester dans l'ombre sans trop me montrer. Je n'aimais pas être sous la lumière des projecteurs, du moins, pas pour le moment. Je préfère encore la compagnie des ombres, des ténèbres, avec pour seule lumière, un bout de cigarette en train de brûler. C'était mon mode opératoire. Attendre le bon moment pour frapper, et malheureusement, ce n'était pas encore le bon moment. Arkham City était une forteresse, un lieu dangereux, un endroit où le commerce ne pouvait pas exister intelligemment. Non. Et même si je rentrais au Gomorrah, ce serait pour protéger notre territoire, faire en sorte que nous restions dans la course, malgré les événements, jusqu'au jour où les murs tomberont. Et ils tomberont, foi de Benny Smiles. Avec sourire, je tends quand même mon briquet pour la jeune femme, galanterie oblige. Il faut savoir se montrer doux et intéressé avec les femmes. Elle aimait bien le nom de mon casino, parfait. Suffisait juste d'embrayer un peu là-dessus, histoire de donner un peu le change et peut-être, la faire venir un jour dans mon repaire. Un jour qui sait ?

"Le Gomorrah oui. Un nom parfait et adapté quand on vit dans une ville comme Gotham City, ou démons et anges ténébreux se battent en permanence. C'est mon casino. Un lieu qui plait généralement. Avec un décor des plus ... Vifs dirons-nous. Si vous aimez le rétro, ça peut vous plaire." 

Qui n'aimait pas le rétro ? Qui n'aimait pas les années 50 ? Avec leurs loulous, les blousons en cuir, les musiques rétros et naïves, cette période de l'innocence, de la classe, de Frank Sinatra, Fonzie ... Ike à la Maison Blanche et la lutte anti-coco ? C'était une période bénie où l'Amérique était vraiment l'Amérique, et où la famille représentait quelque chose. Tout le monde avait la classe à cette époque, tout le monde portait de superbes tenues, où que l'on allait, y'avait de la classe, de la distinction, c'était un moment chouette de la vie américaine. Alors qu'aujourd'hui, être un homme, ça ne semblait plus rien dire, dans une société qui castre, qui empêche les gens d'êtres eux-mêmes. La société de consommation a fait beaucoup de mal, énormément, et les ravages seraient prévus pour le futur. Qui voudrait d'un monde où les gens ne croient plus en rien, ne croient plus en leur nation, en l'argent, et dans la famille. Car oui, j'étais quelqu'un qui aimait ma famille. Mes hommes, mes employés, mon casino, tout ça était "la famille" pour moi. Mais tout ça, c'était le passé, un passé que je me devais de garder dans mon cœur, dans un monde qui devenait chaque jour, de plus en plus dangereux. Observant la jeune femme, je préfère faire attention. Cette "Catwoman", je ne la connaissais pas. J'avais rencontré Jonathan Crane, oui. J'avais rencontré quelques uns des hommes les plus dangereux de Gotham, mais j'évitais de me coller avec les déguisés. Ils étaient bizarres. Mais si cette Catwoman pouvait m'aider à récupérer mon bien, et me rapprocher de ma famille. Pourquoi pas ? Elle savait y faire pour me brosser dans le sens du poil, un maigre sourire apparut sur mes lèvres tandis que je disais à mes hommes de se calmer et de rester au calme, j'avais pas besoin qu'on s'embrouille ce soir. J'ai envie de rentrer dans Arkham City, mais pas avec une belle tenue orange et des contusions sur la gueule. Parce qu'on les connait les Tygers hein ... On sait de quoi sont capables ce genre de milices ... Mais la nana là, la jolie blonde, celle qui semblait avoir du bagoût et qui connaissait bien le métier dans ces bas-fonds puant, on sentait qu'elle connaissait bien cette foutue ville. C'était plutôt agréable de voir quelqu'un avec qui parler, ça changeait du boulot.

"Vous savez mademoiselle. J'aime quand on me brosse dans le sens du poil, mais je ne porte pas d’œillères. Je sais qui je suis, et je sais ce que je fais. Cette ville a besoin de revenir aux affaires, et j'espère que le vent tournera dans le bon sens très bientôt ... T'as d'beaux yeux tu sais ?"

Avec ma clope et ma tronche de jeune premier, je me permets de faire une légère référence à Bogart, qui jouait un beau rôle d'acteur à l'époque. Un homme qui avait de la classe, la vraie. J'avais vu tous ses films quand j'étais plus jeune, et c'était un peu pour ça que je m'étais mis à fumer. Observant la jeune femme, mon regard se décale alors vers la serveuse qui se pointe et qui nous demande si on veut reprendre une consommation. Je sors quelques billets verts avec Benjamin Franklin imprimé dessus avant de poser sur la table. C'était pas grand chose comme fric, mais ça permettait quand même de montrer que j'en avais. Du bon papier à fric, bien vert comme on l'aime. Avec un sourire à la serveuse. Ce qu'il y'avait de bien, c'est qu'au moins, on partait avec le sentiment qu'il y'avait du donnant donnant dans cette affaire. Deux personnes intéressées : Un but commun.

"Bourbon pour tous."

C'est alors qu'elle me donne la consigne pour contacter la dénommée Catwoman. Un portable. Une heure précise où la joindre. Parfait. Au moins, on pourrait être prêt à prendre nos mesures. D'un geste, je regarde Swank et mes hommes qui crurent que c'était une arme. Je leur fait un geste pour leur faire comprendre que tout va bien. Les hommes de main ... Hélas, toujours sur la défensive, mais faut les comprendre les pauvres. Si je meurs, plus de paie, et ce sera pas bon pour les affaires, clairement pas. La serveuse se tire avec ma commande. Le bourbon, c'est la boisson des gagnants, de JR Ewing, des texans et des vieux loups solitaires. Bref, un whisky qui n'en est pas vraiment un, mais qui, sur le long terme, peut vous offrir une greffe de foie bien relevée. Observant toujours la jeune femme en face de moi, je me saisis du téléphone avant de le mettre dans ma poche. C'était délicieux, on nous apportait un moyen d'entrer dans la ville, et apparemment, la dénommée Catwoman voulait défaire les règles imposées par Strange. Quoi de mieux à espérer dans tout ça ? 

"Je garde ce téléphone, si vous me le permettez. Si cette demoiselle tient à être réglo avec moi, je serai réglo avec elle. Je suis un homme de paroles, contrairement à un certain homme d'affaire qui fut le maire de cette cité."


Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Mew-Mew
Féminin Messages : 872
Date d'Inscription : 24/12/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Voleuse émérite
☠ Relations conflictuelles :: ► Harvey Dent, Oswald Cobblepot, Batman, Joker, Carmine Falcone, Ibanescu
♣ Vos Alliés : : ► Slam Bradley, Gwendolyn Altamont, Spark,
Selina Kyle / Catwoman
Selina Kyle / Catwoman
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptyVen 25 Jan - 18:51

Mutual consent El Mafioso & Catwoman Ce que j'entends ne me laisse en rien indifférente. Benny Smiles confirme mes pensées concernant ses capacités. Il est intelligent et ambitieux. Peut-être trop, mais ... un jour, il se prendra ses revers, tout comme Cobblepot ou Harvey chéri. Racler les dents sur le plancher blesse, fait saigner après tout, et ceux qui en veulent toujours plus l'apprennent à leurs dépends. Néanmoins, je reste charmée, autant par sa tchatche que par sa culture. Bogart et Gabin, carrément. Malheureusement, je ne lui dirai pas de m'embrasser ou bien de nous emmener dans un ébat de mots et de gestes. Seul le regard impose son pas dans ce bref et vif échange. Subtil, malin, mais distant. Le temps que la commande soit prise, je m'ajuste à nouveau sur mon assise bien plus détendue et ouverte, en terme de langage de corps. Bras pendant dans le vide, épaules légèrement jetées en arrière et tête ramenée légèrement vers l'avant j'emmène du certaine manière en hauteur certains membres du groupe. N'est-ce pas Swank.
« Je n'en doute pas. Votre parole aurait le don d'émouvoir les profanes. »
Sa mention à Cobblepot ne passe pas inaperçue, mais je me retiens de tout commentaire odieux, ou de prise de position bien trop virulente à l'égard de ce cher et tendre dadais. Le Pingouin est à adorer dans l'exécrable et à détester dans ses moments de complète désuétude. Je me remémore un moment mon dernier passage à l'Iceberg Lounge ... mh.
« Cet homme n'a certes pas votre sens du gage de confiance, mais il restera malheureusement pour vous une sacrée épine dans votre pied lorsque vous foulerez à nouveau les rues de ce pan de Gotham. »
Je suis on ne peut plus confiante : J'ai les plans de la prison. J'ai dû me prendre cher contre Double Face pour les avoir, mais ils sont en sureté. Personne ne connaît mon contact doué en informatique et ancien membre de Lex Corp, en tout cas il fait tout pour rester le moins connu possible; ou le plus mort possible. Il m'en devait une, et je sais que chez lui les codes de décryptage des plans resteront en sureté. Demon côté ? J'ai une copie sur ma console à codes, évidemment. En espérant que Strange n'ait pas eu vent de mon infiltration et de ma mise aux mains avec Harvey concernant les plans. En tout cas les entrées que j'emprunte ne sont pas piégées.
« Catwoman m'a sauvé la vie. Je sais qu'elle tiendra parole. »
En soi, ce n'est pas vraiment un mensonge. Devenir puis être à plein temps Catwoman m'a sauvé la vie. J'ai ma place dans Gotham, on me craint comme on veut m'énucléer mais au moins je suis connue. D'ailleurs, vous saviez qu'on avait mis une prime sur ma tête ? Trente mille dollars ... c'est bien trop peu. Je vais tâcher d'augmenter la récompense à ma capture. Ali revient avec les verres de bourbon, cette fois-ci sans me jeter des regards mauvais. Ce sont maintenant les autres clients qui s'occupent de ça. Il y a de quoi vous faire frissonner d'horreur comme de dégout. Tous habillés de noir et des yeux cerclés de noir vous perçant de parts en parts. Noir noir noir. J'aime le noir, mais aller jusqu'à ce genre d'extensions me laisse ... mal. Ça me fait mal ce manque d'amour de leur part pour cette couleur.
« Avant de partir, M. Smiles. »
Je bois légèrement le bourbon après avoir apprécié son parfum aux airs de première victoire. Boisé et suave.
« Sachez que Gotham pullule certes de vices, mais aussi de vies inconnues, d'ombres et de recoins, de mystères et de possibles. Je fais partie de ce tout. Luxure et envie, silence et questionnements, beauté et frustration. »
Je me lève et garde le verre en main, voyant qu'Ali s'en va enfin à l'arrière de son fichu bar. C'est le moment de la coincer et de lui demander pour moi les renseignements qui arriveront enfin à mettre des réponses à certaines de mes questions.
« Ne soyez pas trop gourmand ... les affaires, sont comme l'alcool. Même rodé, on peut facilement être dépassé. »
Ce n'est pas une menace, mais un conseil. Je vais lui offrir en quelque sorte les premiers reliquats de son Eden, alors autant qu'il reste constant dans sa dite parole. Ne dit-on pas le silence est d'or et la parole d'argent ? Je finis le reste de mon bourbon et je pars de toute ma grâce féline, fière mais surtout satisfaite de cette entrevue impromptue. Benny Smiles ... as-tu compris mon sous entendu ? Penses-tu que Catwoman est cette blonde qui te regarde une dernière fois avant de passer la porte arrière de ce bar ? Ou que nous sommes plusieurs ? Laissons ton imagination s'animer, moi j'ai d'autres chats à fouetter.

© Crimson Day

Hors rp:
 




Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] IxvW   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Tumblr_mt4ri5NKLy1qbmp7lo4_250
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 421
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] EmptySam 26 Jan - 12:21

Depuis ma petite affaire avec cette jolie femme pour entrer dans Arkham City grâce à Catwoman, je consomme petit à petit mon verre de bourbon tandis que je me repassais les paroles de la jeune femme dans le crâne. Il fallait se méfier de l'eau qui dort après tout. Entrer dans Arkham City ne sera pas facile, faire confiance à Catwoman non plus, mais avions-nous vraiment le choix ? On serait tranquille concernant les justiciers. Pendant ces derniers jours, j'ai l'impression qu'ils se font de plus en plus discrets ceux-là et surtout Batman, je ne comprends pas pourquoi je n'ai toujours pas reçu une de ses visites d'ailleurs. En tout cas quoi qu'il arrive je serais là prêt à l'attendre et à le tuer quand le moment sera venu. Alors que la taulière se tire pour aller on ne sait où, je reste dans mon fauteuil et j'essaye d'imaginer comment pourrait être ma vie dans quelque mois, est-ce que je vais réussir à faire tomber cette ville ou alors vais-je mourir ? Quoiqu'il arrive le Gomorrah ne mourra jamais, il y aura toujours quelqu'un pour reprendre le flambeau et mon escouade n'est pas seulement une bande de sbires non ,c'est bien plus que cela, c'est une descendance, c'est ma descendance : Celle que j'offre à cette ville. Nos vies valent tellement peu sur ce plan de réalité au final. Perdu dans mes pensées, quelque chose allait bientôt me faire revenir à la réalité, alors que je regardais la ville par la fenêtre je vis le mur, de là où nous sommes, du moins, un pan du mur quoi. Tout se déciderait là-bas, au loin, dans l'enceinte des fauves de Gotham City. Je fais brûlé mon briquet, toujours à la recherche de ma cigarette, heureusement j'en trouve, j'en allume une et je sors rejoindre Swank et mes hommes.
 
"Sale temps pour cette ville, pas vrai, Swank ?"


Swank : "Tu l'as dit, Benny. Je commence même à regretter le soleil de Las Vegas et de l'aridité. Tu fais confiance à cette Catwoman ?"

"Dans la vie, il faut savoir parier sur le bon cheval, même si ça comporte des risques."

Swank : "Tout pour le Gomorrah, hein ?"

"C'est notre famille, Swank. Notre bien le plus précieux dans ce monde merdique."
 
Je ne sais pas pendant combien de temps allait durer Arkham City, mais je dois en profiter dès maintenant et préparer mes plans pour la suite des événements. C'est la meilleure des occasions pour pouvoir faire de cette ville mon terrain de jeux. Avec une main de maître, je pourrais contrôler à ma guise les instances de Gotham avec mes taupes dans chacune d'entre elles et je vais enfin pouvoir rafler le grand prix sans pouvoir préparer de plans interminable. Cette ville était un fruit, un fruit magnifique qu'il fallait saisir et en savoureux le goût, tout en faisant en sorte de planter des graines pour une récolte sur le long terme. Observant mes hommes, ce qu'il en reste, je serrais le téléphone portable qui contactera Catwoman très bientôt, afin de pénétrer dans Arkham City. J'espérais qu'elle répondra à mon appel. En attendant, nous quittons ce rade pour nous aventurer dans cette magnifique aventure qu'était la nuit, source de tous les mystères et de tous les rêves n'est-ce pas ? Cette obscurité morbide m'avait illuminé l'esprit on peut dire. Une fois dans Arkham City, il faudra penser à la survie, je vais donc devoir changer mon code de conduite, pour survivre il faut faire des sacrifices et chaque vie que je prendrai sera nécessaire pour mon ascension.
 
"Il va falloir passer à de nouvelles méthodes pour survivre, Swank. Nous ne pourrons pas rester le bec dans l'eau tout le temps. Il faudra prendre les devants. Il faudra être prêt."
 
Catwoman pourrait peut-être se révéler être une bonne alliée sur le long terme. Elle pourrait peut-être devenir quelqu'un en qui on peut avoir une confiance bien placée ? Peut-être. En attendant, rien n'était fait, il y'avait beaucoup de choses à faire. Et ce soir, alors que nous quittions les rues de Gotham pour trouver une planque dans un hôtel miteux, les secondes passaient lentement. L'appel pour Catwoman était plus important que tout au final. Les affaires, c'est tout ce qui comptait dans cette vie. Devenir un prédateur et survivre. C'était le plus important oui, le plus important ...


Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]   Ring a ding-ding, poussin [Catwoman] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Ring a ding-ding, poussin [Catwoman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SHINee _ Ring Ding Dong
» Ding 300 !!!
» DING Ya (Chine)
» "standoff ring" ?
» Rock Im Park/Rock Am Ring - 04 au 06 juin 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Tricorner Yards :: Les Narrows-