Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vampyre Lady
Féminin Messages : 364
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Sarah Williams, Benny Smiles, Grace L. Waterhouse, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley
avatar
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Mar 3 Juil - 1:51





Sakuya : the dragon and the nightingale.


Maintes étaient les personnes que tu surveillais dans cette ville. D’une façon ou d’une autre, tu étais au courant d’à peu près tout ce qui était susceptible d’être utile et/ou t’intéresser. La guerre des gangs n’était pas prête de s’achever et, bien que les conflits de la pègre ne te concernaient pas directement, les dommages collatéraux, si. Ils avaient besoin d’un nouveau médiateur pour apporter un semblant d’équilibre ou de paix, pour éphémère qu’elle puisse être, dans leurs rangs. Tu avais déjà passé un accord avec Benny Smiles et quelques chefs de petits gangs, mais il fallait que tu vises plus haut et tu ne savais pas par quoi commencer. Il y avait tant de travail, à Gotham… Cette ville, toute en décrépitude, était pourtant un terrain fertile où l’espoir pourrait non seulement fleurir, mais s’épanouir et se répandre, tel le parfum des glycines ou des roses qui ornaient ton jardin. Pour cela, il allait falloir recadrer les mauvaises herbes ou, à défaut, les arracher – comme tu as toujours fait.

Après avoir fermé la boutique, déclenché l’arrosage et fini de nourrir ta petite famille, que tu levas les yeux vers le cerisier centenaire qui culminait paisiblement la serre, étendant son branchage aux abondantes fleurs cramoisies et roses pâles, que tu eus une pensée pour la yakuza. L’automne dernier, si ta mémoire ne te faisait pas défaut, un oyabun s’était installé en ville pour superviser ses affaires. Little Tokyo était sujet à maints conflits entre clans yakuza et les triades s’accrochaient parfois avec eux dans les ruelles et commerces limitrophes avec Chinatown – les jopok de Koreatown n’étaient pas meilleurs que leurs voisins... D’ailleurs, tu ne sais même pas pourquoi est-ce que la ville a accepté l’aménagement des principaux quartiers asiatiques dans la même zone, sachant que les différentes cultures ne s’entendaient pas toujours.

Quoi qu’il en soit, tu avais entendu parler pas trop mal de lui, même s’il n’y avait pas encore beaucoup d’informations à son sujet. Il semblait être honorable et respectueux, même s’il pouvait se montrer intransigeant avec ceux qui se montraient impudents. Ses activités criminelles ne te concernaient pas et, encore moins, la prostitution qui se dissimulait dans les coulisses de son plus connu restaurant – l’Assiette de Geisha. De plus et d’après ce que tu avais entendu, en dehors cette activité vieille comme le monde, c’était un restaurant bien côté. Il n’y avait plus beaucoup de mafieux comme cet homme et tu pensais qu’il y avait moyen d’arriver à un accord ou, simplement, de sympathiser avec lui. Tu ne le connaissais pas et, pourtant, tu éprouvais déjà du respect à son égard. T’y rendre en civile n’était peut-être pas l’idéal et avoir une partie du visage couvert n’était pas mieux, d’un certain point de vue. Toutefois, tu te devais de protéger ton entourage – pour l’instant. Il valait mieux cacher ton identité, Gotham n’était peut-être pas prête à accueillir un gentil monstre comme toi – on ne retiendrait que le fait que tu en sois un. La société avait déjà du mal à gérer les humains masqués et les autres méta-humains, avoir des revenants parmi eux n’était pas rassurant pour les plus méfiants et ignorants.

Finalement, tu optas quand même pour aller à Little Tokyo avec ton masque et ta tenue. Ce ne fut que vers vingt-deux heures que tu optas pour te montrer. Le restaurant ne fermait que ponctuellement, d’après tes renseignements – si ce n’est jamais. Tu aurais pu venir plus tard, mais tu n’étais pas sûre de trouver le propriétaire. De ce fait, tu pénétras dans le restaurant comme l’aurait fait un client normal et balayas rapidement les lieux du regard. Tu ne connaissais pas le visage de cet homme, raison pour laquelle tu optas pour consulter un des hommes qui se trouvaient dans ton périmètre.

Bonsoir, sir. Est-ce que Yamashita-dono pourrait me recevoir ce soir ? S’il est trop occupé, je peux passer à un autre moment. fis-tu poliment et en japonais, afin de montrer que tu étais sérieuse.

Physiquement parlant et, surtout, avec ton masque, on pouvait facilement te confondre avec une adolescente – et sans, on te donnait tout juste la vingtaine. Ça ne serait ni la première ni la dernière fois. Pourtant et malgré ta douceur, tu transpirais la maturité. Un œil avisé se rendrait compte que tu étais beaucoup plus âgée que tu ne le semblais. Tu n’étais pas pressée, tu avais tout le temps du monde !





Tenue d'Amy:
 


Dernière édition par Amerlyllian Die Rosenberg le Mar 11 Sep - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Blackgate
Masculin Messages : 28
Date d'Inscription : 26/06/2018
avatar
Toshirō Yamashita
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Mer 4 Juil - 18:49

Nous étions le soir , aujourd'hui j'avais passé une journée fort remplis et mouvemente , j'avais décidé de lancer un processus de paix avec les différents clans de Triade , nous avons certes des points de vue divergent sur comment diriger le monde , mais un point commun nous animer actuellement , c'étais ces fichus gang , il était là partout à vouloir imposer leur règle à nous attaquer nous d'honorable chef et dirigeant mafieux , pas plus loin que hier un Tak khunn c'est fais agresser par une bande de misérable après deux , trois jours de recherche , le bâton rouge l'ai à retrouver , est les à littéralement massacré , avant de jette leur corps sur la voie publique pour qu'il en fasse des exemples aux près des autres.

Alors que ce climat de terreur c'est accapare de mes semblables et moi même , je ne voulais pas que cela parte en bain de sang , car malgré tous , notre but était certes de faire du profit , mais il ne faut pas que nous soyons connus et démasque du grand publique.J'avais donc décider d'organiser une rencontre entre nous , cela permettrais à chacun d'exposer ses idées et ainsi trouver une meilleur solutions envisageable pour tous les partis. J'avais donc rédiger une lettre invita tous mes semblables à ce retrouver dans mon restaurant.Vers treize heurs de l'après-midi un balais de voiture c'étais assemble devant mon établissement , tous les chefs d'organisation Asiatique était convié , certain c'était déplacer personnellement d'autre avaient envoyé leur homme de main.

Pour cette événement d'une importance capital , un important système de sécurité fut déployé , des hommes de tous les clans filtrer les entrées et sortis du restaurant , chacun d'entre nous fut fouiller et aucun arme n'était autorisé dans la réunion. Alors que nous étions tous réunis , sur la table était posé divers boisson et nourriture que les chefs de clan pouvaient ce servir , alors qu'un léger bruit de fond s'entendais je décidais d'ouvrir le bal des pourparlers :

- Bonsoir mes très cher Sœur et Frère , nous nous sommes réunis en ce jour , pour essayer de trouver une solutions à un problème récurent , qui nous concerne tous , le manque de respect total des gangs de cette ville !! Alors que nous avons des principes eux non ni Foi ni Loi , ils s'attaquent à nos commerce , nos hommes et même pour les plus téméraire , ils osent s'attaquer à nos personnes , je pense qu'aujourd'hui nous devons trouver une solutions , alors ce qui ont des idées sont prié de les exposés.

Tous semblaient pensif mais en même temps d'accord avec mes propos , ce manège du jeu du chat et de la souris , tournais depuis trop longtemps , alors dans un brou-ah générale Monsieur Han Chenzen , pris la parole :

- Je suis assez d'accord avec l'Oyabun Yamashita , trop longtemps ses merdeux nous marche sur les doigts des pieds , nous devons répliquer et ceux avec la plus grande fermeté , traquons les , tabassons les , tuant les même si il le faut , pour qu'ils comprennent enfin que non ils ne peuvent contrôler cette ville et s'attaquer à nous sans la moindre représailles. Jusque à maintenant , personne n'as réellement répliqué il est temps que cela change !!!!

Alors qu'il venait de finir son discours , il frappa fortement la table en signe de protestation , les autres chefs de clan l'approuver nous ne pouvions plus rester dans cette impasse , je repris donc la parole :

- Au vu de la réaction générale vous approuvez tous les actions proposé par Monsieur Han , fort bien , voilà ce que je propose que nos hommes collabore entièrement pour traquer les rats d'égout , ensuite pour les plus difficile et réticent d'entre eux , envoyée nos meilleurs assassins ainsi nous lancerons un message fort et clair au autre gang , maintenant la fête est fini nous allons reprendre les règnes de cette maudite ville.

Après ce petit discours , tous le monde après avoir un peu discuté repartis chez soi , il était déjà vingt heures , quand tous mes invités était partis , j'avais pris le temps de m’asseoir sur ma confortable chaise en cuire , alors que j'étais assis au bout de cinq minutes à peine , je m'étais complètement assoupis , alors que je pensais n'avoir dormis que quinze petite minute , c'est quand mon homme entra dans la pièce après avoir frappé que je m'étais aperçus qu'il était déjà vingt deux heure , en me présentant ses respects , il m’annonça qu'une jeune demoiselle voulait me voir , elle avait bien préciser mon nom , piqué dans ma curiosité , j'accepta de la rencontrer mon homme de main parti donc la chercher , après cinq petite minute d'attente , la demoiselle était enfin devant moi , elle portait une longue robe noir , avec une sorte de masque sur le bout de son nez , je l'observais longuement avant de lui dire :

- Bonsoir Mademoiselle , que me vaut le plaisir de votre venu ? Est surtout comme me connaissez-vous alors que moi je ne vous connais pas ? Je vous épargne donc les présentations sauf si vous avez des questions supplémentaire j'y répondrais avec plaisir.

Je continuais de regarder la jeune fille , un sourire c'était affiche sur mon visage l’attendrissant ainsi légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampyre Lady
Féminin Messages : 364
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Sarah Williams, Benny Smiles, Grace L. Waterhouse, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley
avatar
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Mer 4 Juil - 22:13





Sakuya : the dragon and the nightingale.


En ce bref laps de temps où tu avais patienté, tu avais un peu réfléchi à ce que tu allais dire à l’oyabun, repensant à ce que tu avais vu et entendu : tu savais, grâce à ton don de voyance, qu’il avait convié quelques chefs de la mafia asiatique afin de discuter de la situation de Gotham et arriver à un accord quant aux mesures à prendre. C’était un événement très récent, ayant eu lieu à peine quelques heures que tu n’arrives, mais il t’avait suffi d’effleurer une table pour voir ce qui venait d’avoir lieu – sans même avoir à retirer tes gants, puisque c’était une réunion ayant laissé beaucoup d’énergie résiduelle. Dans ta vision, tu avais même vu quelques mafieux que tu connaissais et/ou que tu avais déjà croisé, dont M. Han, chez qui tu avais travaillé lors des grandes réceptions du temps où son géniteur était en charge. Tu avais connu son père, avant lui, et c’est toi qui avais réglé un souci avec le testament – puisqu’ils étaient plusieurs frères et l’un d’entre eux ne voulait pas hériter de l’affaire familiale.

La Perle de Shangaï était un grand bar-restaurant chinois où on organisait parfois des mariages et d’autres événements. Quand tu l’as rencontré, M. Han n’était pas encore majeur et tu ne l’avais pas recontacté depuis, même si tu avais respecté le vœu de son père, Han Xing-Liu, et avais un peu veillé sur lui jusqu’à ce que la situation s’est stabilisée. Même si cela faisait un peu plus de vingt-six ans que tu ne l’avais pas vu, tu l’avais reconnu – il ressemblait à son père et il avait son même tempérament, même si c’était un jeunot très inquiet, autrefois. Quelque part, tu étais contente de voir qu’il ne se portait pas si mal. Tu aurais aimé lui rendre visite, directement, mais tu savais qu’il risquait de te reconnaître s’il se rappelait toujours de toi.

Quoi qu’il en soit, on ne te fit attendre que quelques minutes avant que la personne que tu avais demandé ne t’accorde une audience. Le yakuza que tu avais abordé était aussitôt revenu et t’avait conduite jusqu’à son chef – qui t’accueillit poliment. Tu sentis la curiosité qu’il éprouvait à ton égard et ne manquas point de t’incliner en me temps qu’il te salua, comme l’aurait fait n’importe qui dans son pays d’origine. Lorsque tu te redressas, tu lui rendis son sourire avec la même douceur dont il fit preuve.

Veuillez m’excuser pour cette visite inopinée, Yamashita-dono, mais je tenais absolument à vous rencontrer personnellement. On m’appelle White Siren et, si cela peut vous rassurer, je suis indépendante et neutre. J'ai longtemps été absente en ville, alors je me suis informée de tout ce qui est susceptible de m'intéresser et, vous, vous en faites partie : je vous ai étudié depuis votre arrivée, l'automne dernier. commenças-tu, marquant une courte pause. Vous êtes un homme occupé et après votre réunion d’aujourd’hui, j’imagine que vous êtes fatigué. De ce fait, je ne vous ferais pas perdre votre précieux temps : j’aimerais vous proposer mes services, ou plutôt, mon aide. Bien que la guerre qui fait rage à Gotham ne me concerne pas directement, j’aimerais pouvoir apporter un semblant de paix entre les familles, comme il fut un temps, avant que M. Trent ne soit exécuté. La mafia et les gangs ont perdu leurs principes et ont recours à des tours d’une bassesse sans égal. Si cela ne touchait que votre milieu, je m’abstiendrais peut-être d’intervenir aussi vivement, mais cela influe également sur le quotidien de milliers de gothamites qui ne devraient point y être involucrés et, encore moins, inclus dans les dommages collatéraux des conflits mafieux.

Suite à ces mots, ton sourire s’affaiblit, te donnant un air plus sérieux. Tu étais très respectueuse, mais tout aussi sincère et tu n’hésitais point à traiter certains sujets délicats dans ton discours : tu as longtemps été spectatrice de la dégénération des conflits, suivant parfois les faits depuis l’étranger. C’est d’ailleurs, et en partie, ce qui t’a fait revenir à Gotham – cette sinistre mégalopole où, pourtant, tu te sentais chez toi. Par ailleurs, ton langage et tes propos trahissaient le fait que tu étais bien plus âgée qu’on n’aurait pu le croire, car tu employais des tournures de phrase parfois désuètes, en tout naturalité, incluant du vocabulaire plus moderne.

J’ai déjà parlé avec d’autres personnalités de votre milieu, mais j’aimerais vous assister dans les relations inter-familles, également. Ce ne serait guère la première fois que je joue le rôle d’interprète ou de médiatrice dans ce genre de situations. Par ailleurs, je connais M. Han, ainsi que feu son père, qui fut un bon ami, antan ; tout comme M. Kang le fut dans sa jeunesse et, si puis-je me le permettre. Et, si puis-je me le permettre, il n’avait pas bonne mine, aujourd’hui. ajoutas-tu, gardant tes mains jointes au niveau de ton ventre. Vous êtes un homme honorable et je vous admire pour cela. Je ne souhaite point qu’il vous arrive malheur, ni à vous, ni à vos hommes. Ainsi, bien que nous n’ayons peut-être pas les mêmes buts, j’ai constaté que nous avons quelques intérêts en commun – tout comme certaines… cibles, pour ainsi dire. Cheong Hyeon, l’un des traîtres du clan de M. Kang, par exemple. Il rapporte des informations à un gang américain qui aimerait prendre Little Tokyo. Je n’approuve point les méthodes dudit groupuscule, c’est pour cela que, d’ores et déjà, j’en fais mention. expliquas-tu, avant d’achever ton discours : Si vous avez questions, je me ferai une joie d’y répondre, quelles qu’elles soient, Yamashita-dono.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Blackgate
Masculin Messages : 28
Date d'Inscription : 26/06/2018
avatar
Toshirō Yamashita
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Ven 6 Juil - 16:07

Alors que nous étions là fasse à fasse , la jeune fille paraissait si sur d'elle , elle me rendit le sourire que je lui avait adresse , la fille , me montrais un énorme respect mais une chose m'étonna énormément cette fille pouvais exactement dire ce qui c'étais produit comme si elle était là , cela me troubler comment pouvait elle savoir tous ceci , alors que la sécurité était à son maximum. Elle me parler de mon homologue Monsieur Han , en m'expliquant qu'elle connaissait le père de ce dernier est quel connaissait du coup Han depuis son enfance. En marquant une léger pause elle continua de me regarder en enchaînant sur une autre registre.

La dénommé Withe Siren , me dit quel respecté la personne que j'étais , car j'étais honorable et que je n'avais qu'une parole , c'est vrais que c'est une rare , qualité pour les hommes qui pratiqué mes activités , mais comme le dis un vieux proverbe "Homme sans honneur homme sans valeur". Mais la fille continua sur un autre registre qui m'intéressa un peu plus , Cheong Heyon , le traître que tous le monde Asiatique veut mettre la main dessus , il à trahit la famille des Kang en lui volant de l'argent et en trahisan les siens , mais la Siren m'appris une nouvelle chose , il continuer de donner des informations à des gangs rivaux pour que ces derniers continua à nous attaquer , un léger sourire s'afficha sur mon visage , est une idée traversa mon esprit , si je réussis à l'arrêter mon autorité ainsi que celle de mon clan allaient s’accroître , j'allais donc proposé un marcher à cette fille qui voulait tant devenir une médiatrice parmi les nôtres.


- Plusieurs chose me traversé l'esprit premier comment savez tous ceci ? Qui vous à divulguée autant d'information à mon compte ainsi que sur le compte de la réunion que vous avons fait ? Mais il faut aussi que je vous avoue une chose , vous avez éveillé en moi , une curiosité malsaine pour ce traître c'est donc une proposition que je vais vous faire aujourd’hui , trouvé le est demandez de ce rendre , nous serons alors peut-être clément en son personne si il tente de vous faire quoi que sa soit ou alors qu'il refuse , vous serez oblige de me le traquer pour que je ramené sa tête à son ancien supérieur , tenter la médiation si le échoue , j'appliquerais les anciens rites pour les traîtres comme lui. Est-ce-que cela vous convient il ?

Je regardais la fille en attendant sa réponse , je sentais en elle une énorme capacité qui pourrait être utile pour les deux parties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampyre Lady
Féminin Messages : 364
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Sarah Williams, Benny Smiles, Grace L. Waterhouse, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley
avatar
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Ven 6 Juil - 21:23





Sakuya : the dragon and the nightingale.


L’Oyabun ne fut qu’encore plus curieux à ton sujet au fur et à mesure qu’il t’écoutait. De plus, il sembla être convaincu et ne doutait pas de tes propos. Certaines personnes n’ayant pas la conscience tranquille ou manquant d’intuition douteraient de toi, venant même à songer au fait que tu puisses mentir. Tu ne mentais jamais, pourtant, mais, là où certains avaient besoin de voir ton visage pour en avoir le cœur net, d’autres se braquaient complètement et refusaient d’en entendre davantage – notamment, lorsqu’ils avaient le soupçon que tu en saches un peu trop, à leur goût. Ignorant pourtant l’ampleur de tes dons, ton cadet semblait te croire et, même, tu supposais que ton discours lui avait mis la puce à l’oreille.

Oui. Cheong Hyeon était une ordure sans nom et, même s’il était sur ta liste, tu étais prête à le livrer à cet homme, afin que lui et les autres familles puissent faire justice. Certes, ce n’était pas ce que les forces de l’ordre auraient considéré comme étant de la Justice, sinon juste un règlement de comptes entre mafieux. Toutefois, tu ne le voyais pas du même œil, car Hyeon devait payer pour ses crimes. Crimes que tu ne connaissais que trop bien après avoir sondé son esprit et avoir eu la visite de la fille unique de M. Kang – son esprit, du moins. Son père n’arrivait pas à faire son deuil et son âme s’était attachée à lui. Le voyant souffrir en privé et s’affaiblir en public, elle te contacta comme n’importe quel autre esprit l’aurait fait. Quel rapport avec Hyeon ? Ils étaient amants et peu de gens étaient au courant, mais leur amourette s’acheva violemment quand il sut qu’elle était enceinte.

Tu l’avais déjà assez secoué quand tu l’avais pris en chasse avant de venir voir l’oyabun. Tu lui avais pris du sang, assez pour en tirer quelques pochettes avant de l’hypnotiser pour qu’il reste sagement non loin d’où tu t’étais perchée quelques instants plus tôt. En effet, tu avais toujours une bonne longueur d’avance et, il faut dire que cette vermine t’avait donné LA parfaite occasion, car il avait quitté sa planque pour aller faire un rapport. Ainsi, tu écoutas attentivement le yakuza, acquiesçant pour lui montrer que tu comprenais ce qu’il disait. Néanmoins, lorsqu’il finit de parler, tu levas l’une de tes mains, dressant ton index pour attirer l’attention de ton interlocuteur avant de le poser contre tes lèvres – geste qu’on pouvait traduire de plusieurs façons, dont « juste un petit détail, mais que ça reste entre nous ». Ton sourire s’élargit et, même si tu semblais très naturelle et douce, il y avait quelque chose d’inquiétant dans ton expression. Ce n’étaient pas les canines qui dépassaient légèrement d’entre tes lèvres, mais on pouvait facilement se douter du mépris que tu éprouvais envers cette cible.

En fait, Yamashita-dono, je l’ai traîné avec moi : je l’ai intercepté alors qu’il comptait faire un rapport au gang en question. D’habitude, je m’occupe de nettoyer notre ville de ce genre d’individus, mais ce n’est pas à moi de lui sonner les cloches, cette fois-ci. M. Kang doit savoir ce qu’il a fait, mais je ne souhaite pas me prononcer devant lui, pour l’instant. Il a bien des soucis et porte déjà le deuil de sa fille, pour qu’un autre défunt n’occupe son esprit. De ce fait, j’aimerais vous faire part de certains des crimes qu’on n’aurait pas su lui attribuer, jusqu’à présent. répondis-tu, croisant les bras sous ta poitrine d’une façon élégante et délicate – tu avais des manières parfois anciennes, car tu avais suivi une éducation victorienne à cause des lubies de ton mentor et père adoptif. J’ignore si vous avez eu vent de la disparition et du décès de Kang Ha-Neul en Mars de l’année dernière. Hyeon et la fille de M. Kang étaient amants et elle portait son enfant quand elle a été assassinée - d'où les maints coups de lame portés au ventre et à la poitrine. Elle a été la première à être au courant de sa trahison et voulut le raisonner, mais savoir qu’elle portait un enfant qu’il ne pensait pas même être le sien lui fit perdre la raison. Il a toujours été jaloux du lien qu’elle avait avec son cousin, pensant qu’ils avaient des relations intimes – à tort. Il a pris sa vie puis a fuit, emportant l’argent de M. Kang. Également, j’ai su qu’il avait payé un bouc-émissaire pour qu’il déplacer le corps de Ha-Neul jusqu’aux docks d’un autre clan, en espérant qu’ils s’entre-tueraient. Malheureusement pour lui, il a été pris sur le fait et abattu par le cousin en question.

C’est en expliquant ceci que ton sourire faiblit de nouveau.
Lorsque tu ne parlais ni ne bougeais et que tu ne souriais pas, tu avais juste l’air d’un mannequin ou d’une poupée en porcelaine. Quiète et inexpressive si on ne pouvait pas apercevoir ton regard mélancolique et doux. Par ailleurs, tu ne jugeais point les personnes qui avaient tué le pauvre type que Hyeon avait payé pour faire le sale boulot. Mais, s’ils avaient procédé à un interrogatoire, ils auraient pu l’attraper plus vite, éviter certains conflits et des pertes – humaines et matérielles.

S’il vous plaît, si M. Kang pose des questions au sujet de cette affaire, dites seulement que le rossignol blanc ne l’a pas oublié. demandas-tu au brun, marquant à nouveau une pause avant de poursuivre, inclinant légèrement la tête sur le côté : Alors… Désirez-vous avoir une réponse à vos deux premières questions avant ou après que je vous apporte le traître ? Il n’a pas été très coopératif, je l’ai… neutralisé, si puis-je dire. Encore est-il, il est toujours vivant et en mesure de parler.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Blackgate
Masculin Messages : 28
Date d'Inscription : 26/06/2018
avatar
Toshirō Yamashita
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Lun 9 Juil - 17:08

Alors que je venais de lui proposé mon dilemme , un sourire s'afficha sur son visage si enfantin , elle me fixa avant de levé son index vers moi comme si elle voulait me dire quelque chose qui devrais resté entre nous deux , en ma qualité de Oyabun j'avais vu mainte chose mais là j'étais bluffer , que dire même stupéfait , mon invité m'expliqua quel avait déjà capture ce traître et qu'il était non loin de là , durant toute ma carrière je n'avais jamais vu une personne si compétente , un sourire ce désigna sur mon visage , cette fille disposais d'un immense potentielle , je devais la convaincre pour quel travail pour moi , ses nombreux atout en ferais une alliée et associe parfaite.Alors que je gambergeais dans mes pensées elle m'expliqua les circonstances de la mort de la pauvre fille , au fur et à mesure quel raconter cette histoire un pincement au coeur ce faisait sentir , de plus un larme couler sur ma veille joue ridée , je pouvais comprendre la douleur que ressentais un père ayant perdu son enfant , car cela m'était arrivé personnellement au Japon , avec mon dernier il y a de cela dix ans , alors que je sortais du restaurant avec ce dernier , une voiture passa est tira en notre direction , mon fils Aiji fut touche en plein coeur , par ses malfaiteur , longtemps que l'ai traqué sans jamais pouvoir les retrouver , mais un jour quand je l'ai retrouverais leur destin sera scellé et je pourrais enfin être en paix.

Après quelque seconde d'absence, la jeune fille poursuivis , elle me demanda de garder le silence à ce sujets est que si Kang posa des questions , je devrais seulement lui répondre qu'une certaine rossignol blanc ne l'a point oublié , alors qu'elle me regarder , une dernière chose sortis de sa bouche , elle voulait savoir si je voulais connaître les réponses à mes questions avant ou après avoir ramener cette enfoirer de traître , elle précisa qu'il était neutraliser et qu'il n'était pas coopératif , je pris le temps de m'asseoir avant de lui répondre :

- Ce soir vous avez rendu un grand service à notre communauté jamais mes semblables et moi même n’oublierons un telle geste , comme je vous l'ai dis plus d'une fois je n'ai qu'une seul parole , je ne dirais rien à Kang je transmettrais le message si il demande comme vous me l'avez dis.Mais maintenant que ce couard à était maîtriser nous avons le temps de discuté , est que vous répondez à mes questions , je me fais une petite idée mais j'aimerais avoir vous réponses pour que vous pussiez éclairé la lanterne d'un vielle homme , que l'âge n'as pas épargne.

Alors que j'étais assis sur mon immense chaise de cuire , je proposa à la fille une tasse de thé ainsi que si elle désirait manger quelque chose pour que mon chef cuistot nous apporte à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampyre Lady
Féminin Messages : 364
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Sarah Williams, Benny Smiles, Grace L. Waterhouse, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley
avatar
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Lun 9 Juil - 22:44





Sakuya : the dragon and the nightingale.


On pouvait dire que tu avais réussi à épater l’oyabun avec ta prévoyance. Et, s’il était stupéfait quelques instants plus tôt, ton récit parvint à toucher quelque chose en lui. Alors, tu compris… tout comme M. Kang, cet homme avait perdu un fils, par le passé. La douleur était toujours présente, mais pas aussi vive que celle du jopok et… il semblait y avoir un autre sentiment que tu n’arrivais pas à définir ; peut-être, était-ce quelque chose de vindicatif et de l’insatisfaction ou de la frustration ? Tu croyais percevoir en lui ce que tu avais éprouvé avant de pouvoir traquer et saigner la vermine qui avait tué ton amoureux – du moins, quelque chose s’y assemblant. La perte d’un enfant était un sentiment qui t’était personnellement inconnu. Pourtant, tu ne pouvais que compatir et comprendre ce que ces hommes ressentaient grâce à ton don d’empathie. Tu aurais aimé t’approcher de lui et sécher la larme qui coula sur son visage, mais cela pouvait être perçu comme un manque de respect par certains hommes.

Par ailleurs, Ha-Neul était une jeune fille adorable. C’est elle qui t’appelait rossignol blanc avant que son père ne commence à le faire. Tu ne parlais pas très bien coréen, à l’époque, mais tu avais appris auprès d’eux les bases et tu avais échangé des cours d’autres langues avec la jeune femme. Elle était une amie, pratiquement, et ce n’était pas la première que tu perdais…

La vie ne t’avait pas pris beaucoup d’êtres chers, non.
C’étaient les humains qui te les arrachaient.

Ta mère, ton père, ton fiancé, tes amis, ton cousin avant sa vampirisation, tes animaux et bon nombre des personnes qui s’attachaient trop à toi finissaient par souffrir – d’une façon ou d’une autre. Certes, tu aimais beaucoup de gens, mais tu acceptais l’aspect mortel de toute forme de vie et les causes de décès naturelles ne t’attristaient pas. Mais, celles-ci n’étaient pas vraiment le souci… tu avais l’impression de leur porter malheur. De ce fait, tu faisais de ton mieux pour ne pas tisser des liens avec tes contemporains. C’était difficile, parfois inévitable, mais tu tentais de garder tes distances vis-à-vis de tes contemporains, profitant de chaque petite joie quotidienne.

Encore est-il, là n’était point la question.
Tes pensées ne dérivèrent pas trop sur ce sujet, tentant de rester concentrée sur le moment présent – sur la conversation avec le quinquagénaire. Tu l’écoutas attentivement, le remerciant d’un petit hochement de tête lorsqu’il accepta de transmettre le message tel quel et garder ton anonymat. Puisque tu avais neutralisé le traître, ton amphitryon préférerait que tu répondes à ses questions. Tu souris tendrement à l’entente de ses propos : tu ne le trouvais pas particulièrement vieux et, ironiquement, il était plus jeune que toi, sûrement. Tu ne tardas point à reprendre la parole, acceptant la proposition de ton vis-à-vis :

Ce sera avec plaisir, Yamashita-dono. Si vous avez quelque douceur pour accompagner le thé, d’autant plus. Sinon, je m’en contenterais. répondis-tu, le sourire aux lèvres. Et, voyons, ne dites pas cela. Si puis-je me le permettre, je ne pense pas que vous ayez grande chose à envier à la jeunesse. Vous êtes encore jeune, vous-même.

Tu savais qu’accepter de boire quelque chose était un geste de confiance et respect envers la personne qui te le proposait, au Japon. Même si tu n’avais pas eu confiance en lui, tu aurais quand même accepté, par politesse – car, d’autant plus, tu n’avais plus rien à craindre : on ne risquait pas de t’empoisonner, pas sans utiliser du sang en décomposition. De plus, tu n’avais pas même pris le temps de peser tes mots, tu avais parlé sincèrement et poliment.

Concernant le sujet de tantôt, il s’avère que j’ai quelques… capacités, si puis-je dire – vous l’avez certainement deviné. De mon vivant, certaines étaient déjà présentes, mais n’étaient pas aussi efficaces qu’à présent. La réunion que vous avez organisé et, surtout, les émotions de ceux qui y ont assisté, on laissé une trace. Je peux percevoir ce genre de choses et, même, les partager avec autrui, entre autres. expliquas-tu, marquant une courte pause. Doucement, tu levas une main et replaças une mèche derrière l’une de tes oreilles – celles-ci étaient un peu pointues, mais habituellement dissimulées dans ta longue chevelure. Et, pour notre cible commune, je l’ai juste traqué par son odeur et sa présence. Je l’ai étudié, suivi et… j’ai attendu le meilleur moment pour l’aborder, comme d’habitude. D’ailleurs, il se pourrait que nous ayons d’autres… proies en commun et, dans ce cas, je préférerais vous les apporter, plutôt que m'en occuper moi-même. continuas-tu, joignant à nouveau tes mains au niveau de ton ventre. Je dois avouer que sans mes informateurs, également, je ne pourrais pas être aussi rapide. Le cas de Hyeon m’est parvenu par le biais de Ha-Neul, elle-même. Ce ne sont pas toujours des sources vivantes qui me mènent quelque part, si vous voyez ce que je veux dire ? Parfois, c’est juste en touchant quelque chose qui a été marqué, comme votre restaurant, d’autres par le biais d’un rêve, etc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Blackgate
Masculin Messages : 28
Date d'Inscription : 26/06/2018
avatar
Toshirō Yamashita
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Sam 14 Juil - 12:20

Alors que nous étions assis , en tailleur , à boire le thé chaud que je venais de servir mon invité le tous accompagner de bonne nourriture , le thé de Jasmin avait la particularité de détendre l’atmosphère , j'observais la fille , elle semblais tellement sage comme si elle avait vécus plus d'un siècle , elle 'expliqua donc sur mes questionnement , elle me dit que de son vivant , elle avait déjà certain don mais que maintenant ses dons sont encore plus développer. Ces révélations me rendais perplexe , mais sa ne t'étonnais pas plus que sa , car quand j'étais plus petit ma mère racontais la légende sur des personnes ayant vécu et que la mort l'ai à rappelle mais par un sortilège ils sont revenus à la vie les rendant ainsi mort-vivant. Tu observais la fille , elle semblait normale sans aucun anomalie quand soudain un détaille te frappa , alors quel dégager sa chevelure je remarquer quel disposais d'oreille en forme d'Elfe , un sourire apparus sur ton visage les légendes sont donc vrais , je décidais donc de prendre la parole :


- Je pense avoir compris maintenant votre véritable nature , d'un pays à l'autre , les histoires diffère sur votre création et votre volonté , est les noms qu'ont vous attribut varie aussi , ici il me semble que votre nom au Etats-Unis est Vampire si je ne m'abuse ? Je dois vous avouez que je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer des gens de votre espèce et jusque au jour d'aujourd'hui je dois avouer que j'avais du mal à croire à votre supposé existence , mais les légendes sont donc vrais.

Je continuais de l'observais , maintenant que j'appris sa véritable nature , cette fille me fascina encore plus , elle m'expliqua donc comment elle avait retrouver le traître , elle m'avoua que la défunt fille du parrain l'avait aussi grandement aidée , j'étais impressionné par tant de prouesse , il fallait avoué qu'elle disposais d'énormément de pouvoir en elle , qui aiguisé ma curiosité d'avantage.Mais je remarqué qu'elle était humble même si elle disposais de tant de capacité , elle oeuvre pour le bien de sa ville , sans détourner du droit chemin , est j'admire cella car très peu de personne aurais réussis ce pari risqué.


- Je dois avoué que vous forcez mon respect envers vous , est si vous acceptiez sa serais avec grand honneur , que je souhaiterez-vous faire une place dans mon clan. Mais avant que vous me donniez votre réponse il faudrait alléger la peine d'un père , tenais cette lettre rédiger par ma main avec mon sceau , livré ce traître et cette lettre à Monsieur Kang , en expliquant que c'est un cadeau envoyée par le Dragon Doré , il comprendra.Si vous le souhaitez des hommes à moi pourrez vous accompagnez.

Alors que nous étions toujours assis , j'attendis la réponse de la jeune vampirette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampyre Lady
Féminin Messages : 364
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Sarah Williams, Benny Smiles, Grace L. Waterhouse, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley
avatar
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   Ven 20 Juil - 15:45





Sakuya : the dragon and the nightingale.


Lorsqu’on vous apporta le thé et quelques douceurs, ton cadet et toi vous êtes assis à même le sol, lui en tailleur et toi en seiza. Il n’avait point cessé de t’observer ni même de t’écouter. Il était attentif et ne manqua guère d’être étonné par ce que tu lui avançais. Tu fus raisonnable et préféras commencer par le thé, plutôt que prendre directement un de ces délicieux mochis – du moins, leur odeur te disait déjà qu’ils devaient l’être.

Le thé était de loin ta boisson préférée.
Quel qu’il soit, tu l’aimais et tu avais pris plaisir à collectionner des thés venus d’un peu partout, jeunes et vieillis, fermentés ou pas. Le thé vert au jasmin était l’un de tes péchés mignons et t’apportait de très bons souvenirs : tu en prenais quand tu étais nerveuse, autrefois. Tu fermas les yeux et te revis assise sous les glycines en fleur, une ombrelle appuyée contre l’épaule. Les voix de Glenda et de Kyle résonnèrent dans ton esprit, tu aurais presque pu tourner la tête pour vérifier qu’ils n’étaient pas là, à t’interpeller. Alors, un sourire aussi doux que nostalgique fendit tes lèvres, glissant tes doigts sur le bord de ton yunomi, tout en écoutant les propos de ton interlocuteur : il avait fini par comprendre ce que tu étais et c’était rare qu’on parvienne à mettre le doigt dessus aussi rapidement.

Pourtant, c’était plutôt évident, car tu avais beau avoir l’air humaine, il y avait quand même des détails physiques qui pouvaient dire le contraire : tes oreilles, tes canines, tes yeux, ta sensibilité excessive à la lumière et au soleil, ta température corporelle anormalement basse ou l’absence de mouvement dans ta petite cage thoracique… Ce n’étaient que des détails, mais tout le monde n’y prêtait pas attention.

Levant légèrement la tête en sa direction, ton sourire s’élargit, confirmant silencieusement ses conclusions.  L’étonnement de cet homme se transforma alors en fascination et sa curiosité ne cessait d’accroître. Tu étais flattée et fière d’avoir pu rendre service, même si tu demeurais modeste dans tes propos. Buvant tranquillement ton thé, tu l’observas également à travers les sombres carreaux de ton masque. Tu étais tentée de retirer ce dernier ou, du moins, de le décaler un peu – ne serait-ce que par respect envers ton cadet. Le bec de ton masque était un peu plongeant et te gênait quand tu buvais. De ce fait, ce fut alors que l’oyabun te proposait de livrer le traître et une lettre à M. Kang que tu décalas ton masque, le gardant sur le côté de ta tête, dévoilant en grande partie ton visage. Bien qu’on pouvait desceller en toi des traits européens, on pouvait tout aussi voir ton métissage asiatique et, plus précisément, nippon. Tes prunelles, quant à elles, étaient d’une brillante couleur bleue-grise glacée, témoignant des souvenirs et sentiments qui avaient titillé ton esprit. Néanmoins, ces derniers reprirent progressivement leur teinte d’origine : rouge. Même si tes iris étaient d’une couleur aussi flamboyante, ton regard ne l’était pas autant. On pouvait y lire de la tendresse, de l’espoir et du respect, mais, également, une profonde mélancolie.

Tu pris ton temps pour finir le thé et manger quelques douceurs. Ensuite, tu posas soigneusement ton yunomi par terre avant de tendre la main et prendre la lettre destinée au chef jopok. Respectueusement, tu t’inclinas face à ton cadet, posant tes mains et la lettre sur tes cuisses avant de reprendre la parole, arborant un air un peu plus sérieux :

Je vous remercie pour votre confiance et votre respect, Yamashita-dono. Je peux faire la livraison sans escorte, ce sera plus discret et rapide, si puis-je dire. Je reviendrais aussitôt, afin de pouvoir vous répondre et vous dire comment vous pourrez me contacter, en cas de besoin. soufflas-tu, te redressant avant de plonger brièvement ton regard dans celui du brun. Un mince sourire fendit de nouveau tes lèvres, avant que tu ne remettes ton masque. Je vous remercie pour le thé et les mochis, ils étaient exquis.

Sur ces mots, tu t’éclipsas.
Tu n’avais pas disparu, tu étais seulement trop rapide pour l’œil humain. Un œil avisé, ceci dit, pouvait toujours t’entrevoir, telle une ombre ou un spectre. Ainsi, tu quittas l’établissement pour aller apporter l’homme évanoui au coréen. Tu attachas les pochettes de sang autour de ta ceinture, utilisant l’une des couches de ta jupe pour les cocher avant de traverser en quelques minutes Little Tokyo et Koreatown. Mais, tu n’eus que quelques instants pour déposer le traître et la lettre dans le bureau de M. Kang. Il montait les escaliers avec des hommes, tu les entendais. Tu avais usé de tes pouvoirs psychiques pour déverrouiller la fenêtre par laquelle tu étais entrée. Rapidement, tu te permis d’utiliser l’un des stylos du jopok pour écrire un mot avec une écriture impersonnelle et en coréen :

« Cadeau du Dragon Doré.
Ha-Neul veut que vous sachiez qu’elle va bien et qu’elle vous aime.
Prenez soin de vous.
 »

Ledit mot, tu le posas à côté de la lettre avant de quitter les lieux et reverrouiller la fenêtre. Tu allas t’installer plus loin, sur un toit pourvu d’une grande affiche publicitaire qui te fournissait un bon perchoir duquel tu pouvais guetter le bureau de celui qui fut ton ami. À peine quelques secondes plus tard, il entra avec ses hommes de main et regardèrent partout, voyant le Hyeon endormi, appuyé contre le bureau. Le concerné ne tarda point à se réveiller et être emporté par les hommes jopok, alors que leur chef lisait la lettre et le mot. Il regarda plusieurs fois ton message, retournant le bout de papier avant de regarder par la fenêtre – tu pus lire l’incompréhension dans son visage, surprise, tristesse et une forme de soulagement. Se laissant choir sur son fauteuil, une main sur les yeux, il décrocha son combiné téléphonique pour appeler au restaurant du japonais.

À cet instant-même, tu vis l’esprit de Ha-Neul près de son père, elle se tourna vers toi, à son tour et sourit avant de disparaître définitivement. Elle savait qu’il allait retrouver la santé, sa dernière volonté étant accomplie, elle avait quitté le monde des vivants. Toi, tu quittas ton perchoir et décidas de retourner à Little Tokyo, comme promis. Si tu n’étais pas restée observer le mafieux coréen, tu aurais sans doute tardé beaucoup moins, mais… qu’étaient quelques secondes de plus, face au soulagement et la joie que tu avais éprouvé en voyant qu’il allait mieux et que ton amie était partie ?

Livrer, observer et revenir n’avait été qu’une question de quinze ou vingt minutes, tout au plus et… personne ne t’avait vu faire et, si une caméra t’avait aperçue, on n’aurait vu qu’un type flotter – tu ne t’en souciais pas, puisque tu ne pouvais pas être vue à travers les objectifs ou les reflets.

Quoi qu’il en soit, tu retournas au restaurant, mais… contrairement à ce qu’on aurait pu croire avec ton discours de tantôt, tu ne retournas pas auprès de l’oyabun. Tu empruntas un stylo dans le restaurant et une serviette en papier avant d’y dessiner un lys très réaliste et joindre un petit mot avec une écriture ancienne et à ton image : fine, un peu en italique et très élégante – le tout en kanjis :

« Le colis a été livré.
Bien que je sois fort honorée par votre proposition, je ne puis guère y répondre, pour l’instant. Encore est-il, sachez que vous pourrez compter sur mon humble personne en cas de besoin. Vous pourrez me joindre au numéro ci-dessous : si je ne décroche pas moi-même, demandez à parler avec "Lys".

Je ne saurais vous importuner davantage, ce soir.
Désormais, veuillez m’excuser, mais je me dois de m’éclipser.
Passez une excellente soirée, Yamashita-dono.
 »

Au pied de la serviette, tu ajoutas le téléphone de la boutique.
Aussitôt, le petit papier se plia, prenant la forme d’une grue origami. Grâce à ta télékinésie, tu la fis voler jusqu’au propriétaire des lieux avant de disparaître – en un clin d’œil : ni vue, ni connue. Une mission de plus accomplie, ainsi qu’une intéressante et nouvelle rencontre de faite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sakuya : the dragon and the nightingale. [Pv Toshirō]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dragon
» Un petit dragon
» Dragon Ball Raging Blast / PS3
» [Humbert Frantz] - tigre dragon 1/72
» Kaamelott tome 4 "Perceval et le dragon d'Airain"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Westside :: Little Tokyo-