Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter


Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Regency

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackgate
Féminin Messages : 135
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Regency   Lun 25 Juin - 0:27


Regency

- Lonnie Machin -

Passant par dessus un toit, je m'élance, je saute par dessus la petite ruelle pour attérir sur le toit juste au dessus de la maison. Je passe alors par le conduit d'aération, je le referme derrière moi et je descends dans le petit et mince tunnel. Je rampe jusqu'à la trape voisine et je viens l'ouvrir. Je passe par celle-ci et je me laisse tomber dans ce qui est la buanderie. On y met très peu les pieds en général. Je referme la trape et je prends mes vêtements que j'avais mis de côté dans un petit bac. Je me change vite fait, je prendrai mieux le temps de me refaire une beauté une fois dans mon bureau. Je mets mon corset, mon masque, mes oreilles, bottes, mon string et mes gants dans ma malette et je la referme bien. Je la prends en main et je sors de la buanderie, prenant le temps de fermer la porte derrière moi. Je traverse le couloir et j'entends des filles rigoler dans les toilettes. Je m'arrête devant la porte et je l'ouvre d'un coup sec. Je regarde Shinny et Princesse, collée ensemble, une assise sur le lavabo et l'autre entre les jambes de la première.

« Les filles, je vous ai déjà dit après le service, il me semble.

- Pardon madame …

- C'est la dernière fois que vous avez à me dire pardon, retournez au travail et vite. »

Je referme la porte pour laisser aux filles une minute pour se rhabiller, autrement je m'occuperai d'elles moi-même. J'ouvre la porte du couloir, je sors et je la referme derrière moi. Je regarde le bar, mes barmans, les gens consommés puis les gens joués. Les mêmes habitués que je finis par saluer, humblement. Je monte ensuite les escaliers en face de moi pour me rendre directement à mon bureau.

Dans mon bureau, je range ma malette dans un de mes placards, en attendant, et je me rends dans ma salle de bain personnelle. Je retire mes vêtements et je viens prendre une douche, sans laver mes cheveux bien entendu car je n'ai absolument pas le temps. Je me débarasse des saletés que j'ai récolté lors de cette expédition express en costume de White Rabbit. Une fois ma douche terminée je me sèche, je me remaquille convenablement et je me re-habille. Je sors da ma salle de bain pour aller à mon bureau. Je m'y assois et je m'occupe de trier des papiers que j'ai sous la main. Je les range également dans des dossiers que je mets dans une étagère. Je vois sur mon canapé – là où il m'arrive de recevoir des clients – un paquet, assez long et fin. Je m'y approche et je le déballe. Voilà ce que j'attendais. Je souris et je porte le tableau que je viens de recevoir. Je vais vers le mur vide de toute décoration et j'accroche le cadre sur l'embout que j'avais fait installé pour le recevoir. Un décors rose, un lapin fièrement assis sur un coussin matelassé. Il est si mignon. Hahaha ! Ça rajoute du peps !

Au même moment, j'entends un bruit sourd. Je fronce légèrement les sourcils et je m'approche de ma grande fenêtre, derrière mon bureau. Je regarde la rue, je ne vois rien. J'entends maintenant du bruit derrière ma porte et tout de suite après je vois Shinny ouvrir la porte, affolée.


« Madame, quelqu'un vient d'entrer ! Il nous menace, il … Il veut vous voir !

- Il vient me voir moi ? Il ose rentrer ici avec ce bordel et il veut me voir ?

- Je ne crois pas qu'il sache qui vous êtes mais … Vos yeux madam…

- Oui ce sont … Des lentilles. »

Merde, j'ai oublié de remettre mes lentilles bleues, tant pis, autant mentir tout de suite et les remettre plus tard, je les garderai rose ce soir. Je me précipite vers la porte de mon bureau que je franchis et je regarde l'homme par dessus la rambarde de mon balcon. Je regarde mes clients plutôt choqué, mes barmans tentent de calmer la situation et surtout l'intru. Je regarde d'ailleurs l'homme qui vient de rentrer – je me doute en furie vue la basard que j'ai entendu – et je souris. Sa veste rouge, sa capuche, cet allure et ce masque. Bien sûr, le petit copain de Jaina. Je descends les escaliers, caressant ma rambarde et regardant mon invité surprise.

« Anarky, je présume. Bienvenue à « La Maison Derrière ». Que puis-je pour vous ? »

Je souris, fièrement. Je savais que j'allais le recevoir un jour ou l'autre. Je regarde les autres personnes autour de moi, je crois que nous allons avoir besoin d'une conversation privée. Je ne voudrai pas qu'il fasse trop peur à ma clientèle et qu'il blesse mes employés.

« Que tout le monde part. »

Je regarde les barmans indiqués la sortie aux clients, qui ne se font pas prier et mes demoiselles s'isoler dans les chambres. Les barmans rejoignent également les filles. Je regarde alors Lonnie, nous sommes face à face.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley
avatar
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Regency   Jeu 28 Juin - 18:16


Regency


Il y a plusieurs semaines de là, j’avais sauvé une jeune femme, Jaina Hudson. Cette nuit là, j’ai rencontré une personne qui m’a marqué comme peu de gens avant. Il m’est arrivé de repenser à elle de temps à autre. J’ai d’ailleurs suivi ses recommandations et je suis allé dans ce refuge qu’elle finance dès le lendemain. J’ai rencontré des personnes un peu comme nous, menant un combat parallèle au mien, aidant eux aussi les gens, mais d’une façon différente. Eux le font à court terme, en aidant au quotidien. Je n’ai jamais pris le temps de m’intéresser aux initiatives comme celle là, mené par des personnes qui sont comme moi à la base. Alors pour une fois, j’ai pris ce temps là. J’y suis retourné le lendemain, puis le surlendemain et puis encore le jour d’après. Je me suis intéressé à chaque personne travaillant là bas, mais aussi à chaque personne venant y chercher de l’aide. Chacune de ces personnes avait son histoire, ses drames et ses problèmes. Je suis natif de ce quartier, et pourtant, je l’ai redécouvert en me rendant à ce refuge. Tous ces individus étaient devenus des raisons de plus d’enfiler mon masque comme l’avait été Xuasus et Jaina avant eux. Depuis, j’aide ces gens au quotidien en me rendant trois à quatre après midi par semaine au refuge en tant que bénévole. Le reste du temps, je continue ma lutte en tant qu’Anarky.

Sauf que ces semaines ont rapidement été interrompu par un imprévu. C’était un début d’après midi. Je me rendais au refuge depuis déjà plusieurs semaines. Mais ce jour là, les locaux étaient vides. C’était étrange mais sur le coup, je ne me suis pas plus inquiéter que ça. J’y suis retourné le lendemain mais les locaux étaient toujours vide et cette fois ci, le mobilier avait disparu. J’avais alors décidé de contacter Jaina pour en apprendre plus. Je n’ai jamais eu de réponse. Et je la connaissais assez pour savoir que ça n’était pas normal. Et jour après jour, j’ai pu être témoin de l’apparition de cet endroit nommé la Maison Derrière. J’ai pu regarder les ouvriers rénover l’endroit, le transformer, en faire un monstre. Car j’ai très vite compris à quel point cet endroit est détestable. Prostitution, jeux, argent, l’exact réplique de ce casino que j’avais visité une nuit il y a peu. Pendant un moment j’ai d’ailleurs cru que c’était Benny Smiles qui était derrière cet endroit. Ca n’était pas le cas. Mes recherches m’ont fait remonté à une certaine Rose Persona, qui tenait plus d’une Jane Doe que d’autre chose. C’est comme si elle était apparue en même temps que ce lieu. Et intérieurement, j’espérais qu’elle disparaîtrait en même temps que celui ci.

La nuit vient de tomber. Je suis assis sur mon fauteuil, au fond de mon sous sol, les bras croisés. Le calme n’est qu’apparent, au fond de moi, je bouillonne. La fermeture du refuge m’a mis en colère et ça fait plusieurs jours que je ne pense qu’à ça. Quelle ordure peut fermer un lieu pareil pour y ouvrir un temple dédié aux vices ? Ce lieu était devenu important pour moi, vraiment. Je ne peux pas rester impuissant. Je me lève de mon siège, résolu. Si je suis allé avertir Benny pour son casino, cette Rose elle n’aura pas d’avertissement. Ce soir, il n’y aura pas de compromis avec le mal.
J’enfile rapidement ma tenue, enfourne des cocktails molotov et une bombe de peinture dans mon sac à dos, prend mon arme de poing dans la main gauche et ma matraque électrique dans l’autre main et quitte le tribunal sans attendre.  
L’ancien refuge n’est pas très loin du tribunal. Je ne mets que quelques minutes pour m’y rendre, toujours aussi déterminé. J’ai décidé d’y aller seul, c’est assez personnel ce soir. Surtout que je commence à me demander si la soudaine disparition de Jaina n’est pas liée à ça. Le refuge lui appartenait après tout. Elle est forcement concernée. Et si elle n’était pas celle que je pensais ? Non. Non, elle n’aurait pas pu faire ça, je refuse d’y croire.
J’arrive finalement devant la Maison Derrière. Un vigile est devant l’entrée. Il ne met pas longtemps à me remarquer et s’avance doucement vers moi. J’allume ma matraque et au moment où j’arrive à sa portée, alors qu’il commence à me beugler dessus, je lui plaque le bout en plein torse. La décharge le frappe de plein fouet et le met KO instantanément. Les quelques personnes attendant devant se mettent à fuir, hurlant de panique pour certaines. Je n’y prête pas attention et rentre dans l’infernal bâtiment. Je pénètre dans un couloir sombre, mal éclairé, à croire que je me rends réellement en enfer. Je le traverse rapidement, toujours mes armes à la main. J’arrive devant une imposante porte que je m’empresse de pousser. J’arrive dans une première salle, qui semble être la principale. La pièce est aussi rouge que ma tenue et l’or l’accompagne. L’ambiance semble y être festive, j’entends des rires et des cris, je vois des hommes en costume, le regard avide d’argent et de femmes, et des femmes en robe de luxe, un sourire niais cloué aux lèvres. Le lieu pue la luxure, le cigare et la sueur. La chaleur y est presque étouffante. Il ne faut qu’une poignée de secondes pour ressentir tout ça, et il me faut encore moins de temps pour répudier ce lieu. Je n’attends qu’une chose, le brûler car c’est tout ce qu’il mérite.
A peine suis je entré dans la salle qu’un garde juste à coté de la porte essaie de me sauter dessus. Malheureusement pour lui, je suis plus rapide et avant qu’il ne puisse m’atteindre, je lui tire une balle en plein genou, brisant à la fois son genou et l’ambiance dans la salle. Le fracas du tir glace instantanément l’atmosphère, comme si je venais de tuer toute le vie de ce lieu en un tir. Le garde quant a lui tombe à genou et j’en profite pour lui fracasser le nez avec le canon de mon arme, le neutralisant. Tout le monde est tourné vers moi, tous paralysé par la peur. Je les regarde, dégoutté de voir ses animaux apeurés en face de moi. Ils ont privé les plus démunis d’un havre de paix pour venir se vautrer dans ce luxe aberrant. Je pourrais tous les tuer là, ils le mériteraient, tous autant les uns que les autres. Mais ça n’est pas pour eux que je suis venu ici.

« Rose Persona. Maintenant. »


Je tire un coup en l’air pour leur faire comprendre que je ne suis pas venu là m’amuser. Une seule d’entre eux trouve le courage de bouger. Et seulement quelques secondes plus tard, la mystérieuse propriétaire du tripot apparaît. Rose Persona est donc une jeune femme aussi remarquable par sa chevelure d’un blanc immaculé que par son avidité. Alors qu’elle descend lentement les escaliers, elle m’appelle par mon pseudonyme. Je commence visiblement à acquérir une certaine notoriété. Alors qu’elle me souhaite la bienvenue, elle congédie le reste des personnes qui nous entourent. Tous s’exécutent sans demander leur reste et nous nous retrouvons que tout les deux, face à face. Elle me fixe, les lèvres figées en un grand sourire. Qu’est ce que je ne donnerais pas pour le lui retirer …

« Comme les présentations n’ont pas besoin d’être faite, nous pouvons directement passés au vif du sujet. Je suis venu ici avec une simple demande : que tu quittes ce quartier aussi vite que tu t’y est installé. »


Je fais quelques pas sur la droite, regardant les hauteurs du lieu et la décoration qui y figure.

« En fait, ça n’est même pas une demande. Si tu ne te décides pas à partir, je t’expulserai moi même. »


Je me retourne vers elle, mes armes toujours en main, prêt à l’abattre au moindre faux mouvement de sa part. Ce soir, je tuerais peut être pour la première fois.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 135
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Regency   Ven 29 Juin - 0:54


Regency

- Lonnie Machin -

Je regarde l'homme masqué devant moi, souriante. Il ne se doute pas une seule seconde de qui je suis, qui je tiens entre mes mains ou plutôt dans mon esprit. Cela m'amuse et je compte bien jouer avec ça. Il me dit alors, d'un seul coup, que nous pouvons passer au vif du sujet puisque les présentations n'ont pas besoin d'être faite. Je conclus donc qu'il sait qui je suis, il a dû se renseigner vaguement sur ce que j'ai fait. Peut-être a-t-il lu les nouvelles sur l'acquisition de mes parts dans Wayne Entreprise. Il veut que je quitte le quartier et rapidement. Il marche ensuite par-ci et par-là, regardant le lieu, la belle et grande maison. Je suis son regard vers le plafond, je vois un peu de poudre de poussière et de bois tomber depuis un trou que, je présume, Anarky vient de me faire au plafond. Quel petit voyou fait-il.

Cependant, il se reprend pour me dire ensuite que ce n'est pas une demande, mais un ordre. Il me menace, il me dit que si je ne décide pas de m'en aller, il me fera partir moi-même. Il tourne son corps et son regard vers moi, alors que je le vois en rose, dans mon monde rose. C'est vrai que ce qui est bien avec les lentilles c'est que je vois les couleurs autrement. Je vois dans ses mains son pistolet et sa mattraque, cela me fait doucement rire intérieurement. Crois-tu vraiment que tu puisses me vaincre ? Que tu puisses tuer ce que je renferme ? Je retire mon sourire, je le regarde sérieusement et je lui dis :

« Suis-moi. »

Je me retourne pour monter les escaliers pour marcher dans mon couloir et accéder à mon bureau. Là je vais vers mon bureau, j'ouvre un tiroir où je sors moi-même un revolver. Oui, ce n'est peut-être pas très malin et pas très habile. Mais s'il veut me menacer je dois bien pouvoir me défendre. Non ? Je repasse devant mon bureau, pour asseoir à moitier mes fesses dessus. Je veux juste prendre appuie dessus. Je le regarde, je me sens comme un cowboy, dans les westerns, tous les deux prêts à dégainer notre arme à tout moment pour mettre fin à ce que nous voyons, nous détestons.

« Je te connais plus que tu ne pourrai le croire.»

Je le regarde, jettant rapidement au tableau que je viens d'accrocher puis je reporte mon attention sur lui, relevant doucement mes fesses de mon bureau. Il doit se demander qu'est-ce que c'est que toute cette mise en scène, cette masquarade. J'aime ça, en fait, faire un peu la mise en scène comme dans les films. C'est … Excitant.

« Tu vois, le truc, Lonnie, c'est que tu ne peux pas me tuer. Tu ne peux rien me faire. Et tu sais pourquoi ? »

Je le regarde, le sourire aux lèvres, le petit rictus au coin bien levé vers l'oreille.

« Je suis la meilleure amie de Jaina … Que dis-je ?! Je suis sa pire ennemie comme je suis sa meilleure amie. Assieds-toi, je t'en pris, nous avons beaucoup à nous dire. »

Je fais un petit tour dans ma pièce, réfléchissant à ce que je pourrai lui dire. Ce ne serait pas drôle de tout lui révéler d'un coup, de révéler toute sa vie … Mais peut-être que le fait de parler de Jaina, lui fera titiller la balance. Je me tourne de nouveau vers lui.

« En fait, je suis sa pire ennemie car on se déteste, on ne supporte pas. Parfois on se taquine, gentillement, comme deux sœurs. En revanche, je suis sa meilleure car je la garde en vie et elle est ma meilleure amie car elle me garde en vie. »

Je me rapproche de lui, je ne souris plus, je suis sérieuse et je le défis.

« Si tu oses quoi que ce soit sur moi. Si tu me tires une balle, si tu me frappes, si tu me fais du mal et peu importe comment … Tu donneras exactement la même souffrance à Jaina. Donc, si tu tentes de me tuer avec ceci, dis-je en montrant avec mon arme la sienne, tu tueras automatiquement Jaina. Et on sait tous les deux que ce n'est pas ce que tu souhaites, tout comme Jaina. Puisque logiquement, si elle essaie elle-même de me tuer, cela ressemblera plus à un suicide. »

Je lève alors mon revolver vers lui. Je le vise, je le pointe et je lui souris, amicalement.

« Alors, on va se promettre quelque chose. On va discuter, comme des grands, tu vas poser tes armes et je pose la mienne. Qu'en dis-tu ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley
avatar
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Regency   Dim 1 Juil - 22:47


Regency


Une mort. Et des réponses. Voilà tout ce que je veux ce soir. Ni plus ni moins. Je veux la tuer, j’en suis certain. Elle est un obstacle trop gênant et une personne trop mauvaise. J’ai déjà failli le faire il y a quelques mois. Cet avocat, Tobias Lomax, a bien failli faire un vol plané depuis le haut d’un immeuble. Lui aussi été une mauvaise personne et il aurait mérité cette chute. Elle mérite encore plus. Cette fois c’est aussi personnel. Elle m’a pris quelque chose d’important, peut être même plus que ce que je soupçonne si elle est liée à la disparition de Jaina. Pour tout ça elle mérite de mourir. Et je serais son bourreau comme je suis son juge. Ça sera d’une balle dans la tête, rapide, sans douleur. Je ne suis pas un assassin, je ne prends pas de plaisir à tuer, je le fais parce que c’est nécessaire.

La main fermement ancré sur mon arme, je reste face à elle, attendant une réponse. Elle se content de me demander de la suivre et se met à marcher en direction des escaliers, qu’elle monte. Je la suis. Nous rentrons dans ce qui doit être son bureau. Elle passe derrière le bureau qui trône au fond de la pièce et sors un revolver d’un tiroir. Idiot. Je fais glisser mon doigt sur le cran de sécurité de mon flingue et l’enlève. Un faux mouvement et c’est avec son sang que cette pièce sera décorée. Elle repasse de l’autre coté du bureau et viens s’appuyer contre. Je garde mon regard fixé sur son revolver. Mais je reporte vite mon attention sur elle quand elle me dit mieux me connaître que je ne le crois. Je garde le silence, attendant plus d’explication sur cette affirmation dont je doute fortement. Elle ne continue pas tout de suite et fait monter le suspense d’un cran. Je ne suis pas vraiment d’humeur et je me tâte de plus en plus à l’achever sur le champ pour ensuite brûler son tripot et rentrer chez moi.
Elle se décide finalement à m’en dire plus à m’annonçant que je ne peux ni la tuer ni même lui faire de mal. Et puis quoi encore ? Elle souris, le genre de sourire qui n’annonce rien de bon. Un mélange de fierté et de machiavélisme émane d’elle. C’est alors qu’elle me confie être à la fois la meilleure amie et la pire ennemie de Jaina. A l’écoute dans son nom, mon sang ne fait qu’un tour. Elle est donc bien en relation avec, et il y a des chances pour qu’elle sache où Jaina a disparu, si çan n’est pas elle qui l’ait fait disparaître. Je garde mon sang froid, malgré l’envie de passer à une méthode plus douloureuse pour obtenir les réponses que je veux. Elle me demande de m’asseoir, ce que je ne fais pas. Elle entame un tour de la pièce tandis que je reste immobile, essayant de la suivre du regard comme je peux. Elle fais presque un tour complet d’un pas lent puis s’arrête sur mon flanc à la limite de mon champ de vision. Elle me parle de sa relation avec Jaina. Je ne comprends pas où elle veut en venir, comment ceci pourrait lui sauver la vie, jusqu’à l’instant elle évoque le fait que leurs vies sont liés. Je ne comprends pas tout à fait ce qu’elle essaie de me dire. Elle s’approche de moi, et me dit d’un ton sérieux, presque solennel, que tout le mal que je pourrais lui faire, je le ferais à Jaina en même temps. Je ne comprends toujours pas comment tout ceci est possible.
Et d’un éclair je me remémore ce que Jaina m’a dit lors de la nuit qu’on a passé ensemble. Une femme aux cheveux blancs, qui aime le rose et les lapins. Les cheveux blancs, c’est elle. Une ennemie de Jaina qui fait du mal à elle et ses proches et que je devrais affronté. Mais comment suis je censé l’affronter si je ne peux lui faire du mal. Je n’ai aucun moyen de pression sur elle alors qu’elle a en un énorme sur moi. Je suis tout simplement impuissant face à elle. Et je déteste ça.

Ce souvenir accapare mon attention pendant une fraction de seconde. Cela lui suffit pour pointer son revolver vers moi. Il n’y a que quelques centimètres en son canon et mon crane. Elle ne me connaît pas assez pour savoir qu’une arme ne m’intimide pas. Elle a en plus la situation bien en main, me menacer pourrait juste la lui faire perdre. Elle me demande de poser mon arme qu’on puisse discuter en adulte. Je pose ma matraque contre le bureau, tire le dossier de la chaise et m’assois dessus, comme elle le voulait quelques minutes plus tôt. Je pose ensuite mon arme sur le bureau, bien en vue. Elle s’assoit de l’autre coté, face à moi.

« Très bien. De quoi doit-on parler ? »






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 135
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Regency   Jeu 5 Juil - 23:16


Regency

- Lonnie Machin -

Un sourire s'étira de nouveau sur mon visage. Je venais de le contrôler, il ne pouvait plus rien contre moi et tout ça grâce à Jaina. Tout cela ne pouvait que me faire plaisir. Il pose sa matraque contre le bureau, il prend une chaise qui était devant mon bureau pour s'asseoir dessus. Il fini par poser son arme à feu sur ce même bureau et je le regarde. Je me sens puissante. Je m'installe confortablement en face de lui et je pose également mon arme sur le bureau, en face de celle de Lonnie. Il me demande de quoi doit-on parler et j'ai ma petite idée en tête. Mais ce qui était le plus délectable en ce moment-même c'est qu'il m'a écoute sans broncher. Il m'a écouter sans ne rien dire, ne rien réclamer et il semble avoir tout comprit ce que je venais de lui dire. Bien que le fait que je possède Jaina devait lui sembler énigmatique.

Je réfléchis à ce dont nous pouvons parler maintenant et une idée me traverse l'esprit. Il se trouve que je me méfies des gens et j'ai bien envie de me servir de lui. Amelia Sloane … Certes, j'ai déjç engagé quelqu'un sur le coup, mais pourquoi ce servir aussi de Lonnie, il devrait avoir le droit de ne pas aimer une autre personne de la haute société, il faut juste que je le monte contre elle, après tout.

« Et bien, il se trouve que j'ai entendu parler de ta lutte. Je suis une femme de la haute, comme Jaina, et il se trouve que je suis en conflie avec une femme qui est méprisable au possible. Est-ce qu'elle s'intéresse à l'avenir de Gotham et de ses citoyens ? Absolument pas. Elle ne connaît pas les priorités. »

Je finis par me lever, l'appel de la boisson m'appelle. Je me dirige vers mon mini-bar, je l'ouvre et je sors une bouteille de bourbon. Je sors un verre et je me sers un verre de ce breuvage que j'apprécies.

« Malheureusement, je ne sais rien sur elle mis à part qu'elle ne vient pas de Gotham même, ou bien elle se cache sous une autre identitée. Il n'empêche qu'elle est actionnaire de Wayne Entreprise et qu'elle a une influence étrange sur Bruce Wayne. »

Je bois une gorgée de mon verre, soupirant par la suite et refermant la bouteille. Je la range dans le mini-bar que je referme d'un petit coup de genou. Je reviens à ma place pour m'asseoir de nouveau et boire un peu de mon verre.

« Tu vois, Lonnie, je suis quelqu'un qui n'aime pas être contrarié, un peu comme toi. »

Je le fixe, j'aimerai bien savoir à quoi il pense. Est-ce que Jaina a vraiment eu une influence sur lui ? Est-ce qu'elle fait partie de sa vie ? Je lâche un léger rire, secouant la tête et buvant un peu plus.

« Tu dois te demander comment j'ai pu transformer cet endroit idiot qu'était le refuge de SDF en ce somptueux endroit ? Et bien … Grâce à l'argent que Jaina a gagné et grâce à mon esprit futé. Investir dans ce lieu me fait gagner pas mal d'argent, j'ai presque fini de rembourser tous les travaux et cet argent va servir à … À … Oh, je ne sais pas encore. Je le mettrai peut-être de côté pour pouvoir régler mes comptes avec quelques personnes qui m'empêchent d'avancer. »

Je bois un peu, plaçant mon verre sur l'accoudoir du siège. Je le regarde, la tête légèrement penché sur le côté et j'attends une réaction de sa part. Si tu savais comme je te hais. C'est la première et dernière fois que tu viens déjouer mes plans Lonnie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley
avatar
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Regency   Lun 9 Juil - 0:06


Regency

Elle sourit, moi pas. Mais je peux lire ses émotions, elle non. Le masque sert aussi à ça. Je n’offre à mes adversaires qu’un visage blanc, vide, impénétrable. A la manière d’un joueur de poker, je cache tout ce qui pourrait me trahir, la moindre faille se cachant dans une larme ou un rictus. Elle se livre à moi, me narguant avec sa satisfaction. Là voilà persuader de m’avoir à sa merci avec Jaina en otage. Elle n’a pas tout à fait tort de croire, je n’oserais pas faire quelque chose pouvant la mettre en danger ou la blesser. Mais poussée par sa fierté, elle en a bien trop dit. Je connais désormais tout son jeu. Tandis que moi, je reste assis en face d’elle, silencieux, prêt à abattre mes cartes une par une et gagner ce difficile bras de fer.

Elle ne tarde pas pour répondre à ma question. J’ai le droit à une longue réponse où elle m’expose sa rivalité avec une autre femme. Je réalise petit à petit à quel point elle est différente de Jaina. Jaina est une femme sincère, elle est tout son contraire. Ses petits tours de passe-passe sont là pour que je vois en cette femme un ennemi naturel. Est-elle naïve au point de croire que sa rhétorique va effectivement me faire aller dans son sens ? Ça n’est pas en me disant qu’une personne est détestable que je vais me lancer en croisade contre elle, encore moi quand ces mots viennent d’une bouche pleine de venin comme la sienne. Elle fait une légère pause, ponctuée par un aller-retour à un mini bar. Elle vient se servir un verre d’alcool et continue à me parler de son ennemie qui serait l’une des nouvelles actionnaires de Wayne Enterprise. Ça devient intéressant. J’ai suivi cet affaire avec la plus grande attention, je sais d’ailleurs qu’elle même fait partie de ces actionnaires, et à l’écouter, elle n’est pas du coté de Wayne. Il ne m’en faut pas plus pour comprendre que ses intentions sont tout sauf bonnes. Et ce n’est pas en rajoutant qu’elle n’aime pas être contrariée que je vais me garder de le faire.
Elle me fixe. Ses yeux sont roses, c’est la première fois que je vois ça. Je n’aime pas tout ces mystères qu’elle referme. Et son rire n’arrange rien. Elle commence à me parler de ce lieu, comment elle a transformé le refuge en un temple du vice. J’ai envie de la faire taire et brûler ce lieu du sol au plafond. Sa vie ne tient qu’à Jaina, autrement, son crane serait déjà rempli de plomb et sa chair serait en train de brûler, effaçant toute trace d’elle en ce monde. Mais je ne peux pas lui faire payer tout ça, notamment sa dernière phrase qui ressemble à une menace. Ma vengeance ne restera qu’un fantasme à ressasser. Ma consolation réside dans le fait que moi aussi je peux la priver de ce qu’elle veut.

« Je ne travaillerai pas avec toi et encore moins pour toi. »


Mon ton est froid, presque sévère. Je me contente de ces quelques mots pour lui montrer qu’elle n’a pas gagné. Je lui tiendrais tête car je sais que je peux me permettre de le faire, et ça grâce à elle. En m’ayant révéler que lui faire du mal, c’était faire du mal à Jaina, j’ai aussi compris que son seul moyen de faire du mal à Jaina, c’était de se faire du mal à elle même. Elle n’a donc aucun moyen de pression sur moi. C’est un match nul, ni moi ni elle ne pouvons gagner à moins d’être prêt à faire l’impensable. Et pourtant, c’est ce que je fais le plus habituellement.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 135
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Regency   Mer 25 Juil - 22:31


Regency

- Lonnie Machin -






Dernière édition par Rose Persona/White Rabbit le Dim 16 Sep - 14:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 08/12/2017
Localisation : Burnley
avatar
Lonnie Machin/Anarky
MessageSujet: Re: Regency   Dim 16 Sep - 3:05


Regency


En face de moi, il y a la mort, incarné par cette arme qui a sûrement déjà pris trop d’âme. Tout ce qui nous sépare elle et moi, c’est un mouvement d’index. Je devrais avoir peur, ça n’est pas le cas. Je crois que je suis résigné. Je sais que ma cause me précipitera à ma perte tôt ou tard, le plus tard possible j’espère. Alors avoir peur de mourir, c’est juste me mettre une entrave qui n’est pas nécessaire. Et cette limite que j’ai franchi a fait ses preuves, comme avec Benny où enclencher une bombe l’a fait plier lui et non moi. Alors je regarde le trou béant de l’arme et réfléchis à comment me sortir de là. Je ne compte pas mourir là ce soir.
Du sang coule encore de sa main, à cause du verre qu’elle a éclaté quelques instants plus tôt, suite à mon refus de coopérer. Elle a retiré les bouts de verre sans qu’une once de douleur transparaisse. Puis je me suis retrouvé avec une arme braquée dans ma direction. Ma mort, une possibilité que j’avais omise … Elle ne peut pas faire de mal à Jaina, mais rien ne l’empêche de m’en faire. Les options qui s’offrent à moi sont limités. Un geste et je suis mort. Il va donc falloir la convaincre que me tuer est une mauvaise idée. C’est le cas, mais je ne sais pas si elle aurait l’intelligence pour le comprendre.

J’obtiens la confirmation qu’elle est bien prête à me tuer. Elle me voit comme je la vois, comme un nuisible, un cafard qui ne mérite que de finir négligemment écrasé par une semelle. Sans Jaina dans la partie, je l’aurais déjà écraser sans aucune pitié.
Elle non plus n’a toujours franchi le pas. Elle est même tremblotante. Je vois le canon de son revolver osciller devant mes yeux. Et puis son bras s’abaisse, ne laissant plus que son regard pour me fusiller. Je ne comprends pas pourquoi ce revirement si brusque. Mais la réponse ne se fait pas tarder et à ma grande surprise, ce serait grâce à … Jaina. Je ne réponds rien. Je ne sais pas trop quoi répondre. J’ai encore du mal avec cette idée, sur elle, sur Jaina.
Elle jette son arme sur le bureau et la remplace dans sa main par une cigarette. Quant à moi je reprends mon arme que je remets à sa place. Elle me somme de partir avant qu’elle ne change d’avis. Je ne comptais pas prolonger ce tête à tête de toute façon.

Je me lève, attrape mon sac et ma matraque et pars vers la sortie de son bureau tandis qu’elle me dit au revoir, m’invitant au passage à revenir profiter de ses services. Ça ne m’arrache même pas un soupir. J’aurais tellement voulu la voir morte.

« Compte sur moi. »


Je fais les quelques pas qui me sépare de la sortie et ouvre la porte. Je la franchis mais avant de m’en aller, je m’arrête et me retourne vers elle. Sauf que ça n’est pas vraiment elle que je regarde cette fois.

« Et merci Jaina. »


Puis je claque la porte comme un enfant en colère. Je la hais plus que tout. Elle incarne tout ce que je déteste. Tout l’opposé de Jaina … J’emprunte le même chemin qu’une dizaine de minutes plus tôt et me retrouve de nouveau face à ses grandes portes, cette fois pour fuir cet enfer. Mais je ne pars pas tout de suite. Non, parce que moi, je peux toujours gagner cette bataille.
Je me retourne, sors mon arme et lève le bras en direction du bar. Les coups partent un à un, les détonations se mêlant au bruit des bouteilles qui explosent sous mon feu. Je vide le chargeur contre le bar. En quelques secondes, je me retrouve à court de balles alors qu’une cascade d’alcool déferle sur le sol. Je range mon pistolet et sors cette fois trois bouteilles, fermée par des chiffons. Je glisse ma main dans ma poche et en extrait un briquet. Je mets le feu aux trois chiffons et me saisis d’une bouteille. Sans aucune hésitation, je lance droit sur le bar et une immense gerbe de flammes jaillit. Des litres d’alcool prennent feu en même temps et commencent à consumer le bâtiment. Je jette les deux autres ailleurs dans le décor. Je prends quelques instants pour regarder les majestueuses flammes danser devant mes yeux. Ca n’est plus qu’une question de minutes avant que ce tripot ne soit plus qu’un mauvais souvenir. Je l’avais prévenu. Ça n’était pas une demande mais un ordre.

Je sors du bâtiment, satisfait. Je n’aurais pas eu sa peau mais au moins, je me serais débarrasser de cet endroit. La victoire est là, cependant, elle a un goût amère. Je pense à Jaina. J’aurais aimé pouvoir faire quelque chose pour elle. J’espère pouvoir la revoir bientôt, au moins pour pouvoir la remercier de m’avoir sauvé encore une fois. A croire que ça va devenir une habitude …






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Féminin Messages : 135
Date d'Inscription : 02/12/2017
Localisation : Old Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyenne, organisatrice d'évènements
☠ Relations conflictuelles :: ► Tous les justiciers / justicières
♣ Vos Alliés : : ►Chapelier Fou
avatar
Rose Persona/White Rabbit
MessageSujet: Re: Regency   Dim 16 Sep - 14:01


Regency

- Lonnie Machin -

Pourquoi a-t-il fallu qu'il vienne ce soir ? Pourquoi a-t-il fallu qu'il vienne provoquer tant de choses dans cette maison ? J'ai l'impression qu'il a réussi à faire revenir Jaina, alors que je l'avais enfouie loin dans mes pensées et dans notre propre corps. Elle disparaissait. Pendant tout ce temps où j'ai pu la cacher, j'ai réussi à accomplir beaucoup de choses : la construction de ce bâtiment magnifique où de nombreux échanges pouvaient se faire afin que la pègre évolue, tué les gens qui me faisaient défaut, tâche dans le décor et des rencontres qui me sont utiles. Il fallu qu'il vienne pour trouver Jaina, comprendre ce qu'il se passe et fouiner là où il ne faut pas. Il est temps pour lui de partir avant que je finisse par perdre pied. Jaina m'empêche et je ne veux pas prendre le risque de m'énerver davantage pour qu'elle finisse par revenir complètement. Je veux encore profiter, je veux encore jouer le rôle de Rose, tromper Gotham, la séduire pour mieux la détruire. 

Le filtre de la cigarette entre mes lèvres, j'allume le bout, j'inspire et je regarde Lonnie. Je regarde se soit disant anarchiste, prêt à faire de cette ville un havre de paix alors qu'il est loin d'être tout blanc. S'il savait comme je le connais autant que Jaina le connaît, il serait vert et non plus d'un rouge pourpre. Je soupire de la fumée alors qu'il prend son sac, sa matraque et se dirige vers la sortie. Il me répond que je peux compter sur lui pour répondre à ma remarque. J'esquisse un léger sourire lorsqu'il ouvre la porte, enfin, il va sortir. Voilà maintenant qu'il se retourne et il me regarde en remerciant Jaina. Mon sang se glace, me monte à la tête. C'est comme si j'avais l'impression qu'il venait de voir Jaina à travers moi. Il réussit à me perturber juqu'au dernier moment. Il claque la porte en sortant lorsque je prends un objet sur mon bureau pour l'envoyer sur la porte. Dommage, j'aurais aimé qu'il prenne cette chose dans le visage. 

Je fume ma cigarette, je viens m'asseoir sur mon fauteuil et je prends une petite télécommande sur mon bureau. J'appuie sur le bouton en haut à droite de celle-ci et de la musique démarre. Quelque chose d'un peu mouvementé, qui m'enivre dans quelque chose de bien plus savoureux à écouter que ce misérable connard. J'ai besoin de me relaxer et d'oublier ce moment, et surtout ce que j'ai pu entendre de Jaina. J'entends quelque bruit étrange, soudainement, je décide d'allumer le petit écran à côté de moi pour voir ce qu'il se trame dans cette maison. Il n'est pas encore parti. Il tire sur les bouteilles, sur le bar. Bien, qu'il se défoule, je n'en ai rien à faire, je fermerai la maison demain et j'engagerai des gens pour rénover tout ça. L'argent n'est pas un souci pour moi, pas comme pour lui. Je me mis à rire à cette simple réflexion, il est tellement idiot. J'éteins l'écran et je continue de fumer. Je ferme les yeux et je profite de la musique. 

J'ouvre les yeux, je regarde la pièce, je sens comme quelque chose d'anormal. Je regarde entre mes doigts, ma cigarette s'est consumée toute seule, comme si je m'étais assoupie quelques minutes. Je sens une odeur qui me prend aux tripes. Mon cœur s'accélère, je me lève, je pose la cigarette sur le bureau et je me dirige vers la porte de mon bureau. Je l'ouvre et je vois des flammes de toutes parts venant du rez-de-chaussée. Elles ont pris les escaliers, le couloir d'en face et je vois même des rambardes tomber. Ce salaud vaut ma peau, il a mis le feu à ma maison, à mon business et il doit en être fier. Je ferme la porte pour me laisser du temps avant que les flammes n'arrivent ici. Je vois la fumée passée en dessous la porte, mais aussi sur les côtés. Je me dirige vers mon bureau et je soulève mon fauteuil. Je me positionne devant ma grande baie vitrée et je me dis que je n'y arriverai pas. La chaise est trop lourde pour que je puisse l'envoyer dans la vitre. Je la lâche rapidement et je vais ouvrir le placard, il me semble qu'il y a quelque chose dedans qui peut m'aider. 


« Allez ! »

Je me redresse, je n'ai rien trouvé. Je referme le placard et je me rappelle que sous le tapis il y a une trappe dans laquelle il y a une hache. Un de mes conseillers l'avait mise là au cas où les choses tourneraient mal. Il avait l'esprit mal tourné, mais bien tourné pour moi. Je soulève le tapis puis la trappe et je découvrir des munitions, des armes diverses et une hache. Parfait. Mais il faut réagir vite, voilà que la porte brûle. Les flammes arrivent très vite. Je me relève et je me dirige vers ma grande baie vitrée. Je tiens fermement le manche de la hache, je prends mes appuis et j'envoie un coup dans la vitre. Les cheveux devant les yeux, je me rends compte que mes bras sont tendus, face à moi, agrippé au manche, mais la hache est coincé dans la vitre. Il y a des fissures, mais la vitre est épaisse, elle ne l'a pas totalement brisé. 

« Putain de merde ! »

J'entends un bruit sourd derrière moi, la fumée et les flammes se font plus fortes. Je pose un pied sur la vitre et je tire le manche vers moi pour faire sortir la lame. Je bouge le manche pour aider et une fois revenue à moi, je reprends de l'élan et je donne un dernier coup pour briser la vitre. Elle finit par céder, faisant des débris, et je relâche le manche pour mettre mes bras devant mon visage afin de me protéger. Je donne des coups de pied dans les derniers morceaux de vitres au ras de sol pour pouvoir m'agripper sur le rebord afin de sortir d'ici. Je me retourne et je vois les flammes s'emparer de mon bureau, de l'ensemble de tout cet espace de travail. Je finis par rigoler, cet idiot pense en avoir fini avec moi, mais c'est loin d'être terminé. Je m'avance et je me mets face aux flammes. Je fais un pas en arrière et je me retiens au rebord pour ensuite me relâcher, tomber sur mes pieds, genoux fléchis. Je me relève, je regarde les flammes sortir de mon ancienne vitre, il était temps que je sorte de là. J'entends au loin les sirènes des pompiers, ils seront là dans quelques minutes. 

Au même moment, j'entends une voiture s'arrêter dans mon dos. Je me retourne pour découvrir une sorte de limousine, un peu plus petite, mais cela reste bourgeois, d'un noir intense et vertueux. La porte arrière s'ouvre, une place est libre, mais je ne sais toujours pas qui m'invite à rentrer dans cette magnifique voiture. Avec ce qu'il vient de se passer, ais-je vraiment envie de monter ? 


« Allez vous faire voir. »


Je m'apprête à passer mon chemin lorsqu'une main se pose sur mes lèvres, accompagnées d'un tissu assez épais avec une odeur infect et chimique. Un bras vient sur mon torse, comprime ma poitrine et colle mon dos au torse de celui-ci qui m'emprisonne pour m'empêcher de fuir. Putain, il est doué, il a bien réussi son coup. 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Regency   

Revenir en haut Aller en bas
 

Regency

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Burnley :: La Maison Derrière-