Forum Jeu de Rôle Batman



Harriet Pratt

Copperhead

Lady Shiva

Clayface

Bronze Tiger

Clock King

Maxie Zeus

Le Ventriloque

Lynx

Baby Doll

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Man-Bat

Manhunter

Batwoman

Bluebird

Katana

Spoiler

Talon

The Signal


Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Maggie Sawyer

Crispus Allen

James Gordon

Jim Corrigan
Derniers sujets
» Loup y es tu?
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyAujourd'hui à 0:14 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Votes du forum
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyHier à 22:17 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Concours #7 : Solstice d'été
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyHier à 12:49 par Thomas Silent / NightLaw

» Marvel Comics
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyHier à 11:57 par Invité

» La main charitable
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 17 Juil - 17:50 par Amerlyllian Die Rosenberg

» White night, quiet night. [Pv John Constantine]
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 17 Juil - 1:07 par Amerlyllian Die Rosenberg

»  ☠ La Liste Noire : WANTED ☠
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyLun 15 Juil - 0:29 par Roman Sionis/Black Mask

» Moyens détournés (John Constantine)
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 23:23 par Selina Kyle / Catwoman

» [Infos] Le Système de Réputation
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 21:49 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Les ombres des égouts (PV Amerlyllian die Rosenberg)
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 20:54 par Amerlyllian Die Rosenberg

» The Faces of Justice. (Pv Catou et Carrie)
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 19:01 par Selina Kyle / Catwoman

» Journal de bord d'un chasseur de démon - John Constantine
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 15:51 par John Constantine

» Idiocracy c'est nous ? ? ?
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 11:48 par Amerlyllian Die Rosenberg

» Pour une poignée de fric ...
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 13 Juil - 3:09 par Roman Sionis/Black Mask

» Margaret Pye / Magpie
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyVen 12 Juil - 22:54 par Roman Sionis/Black Mask

» Robin Hood and the Fair Lady
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyJeu 11 Juil - 19:31 par Damian Wayne / Robin

» Père et fils
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyJeu 11 Juil - 19:07 par Damian Wayne / Robin

» A Gala, Some Politics And a Bat
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyJeu 11 Juil - 3:19 par Jack P. Crawley

» Grand-duc et Rouge-gorge
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyJeu 11 Juil - 3:02 par Tim Drake / Red Robin

» Les titans de Gotham
Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 10 Juil - 20:35 par Bane


Partagez
 

 Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 2 Mai - 0:36





Rainy night : meeting in the Castle of Vices.


La curiosité était un vilain défaut et tu étais quelqu’un de très curieux. Depuis ton retour à Gotham, tu n’avais pas seulement repris tes activités habituelles, non : tu avais également misé sur l’étude des nouvelles personnalités qui se frayaient chemin dans les différents domaines de la société – et la mafia en faisait partie. De ce fait, tu avais pris ton temps pour mettre à jour tes connaissances et pour étudier certaines personnes. De cette façon, tu savais qui tu devais intimider, chasser et/ou avec qui tu pouvais faire affaire – entre autres. Tu connaissais Benny Smiles de nom, mais tu ne t’étais pas penchée sur son cas depuis que tu avais eu vent de lui. Toutefois, ce soir, tu allais y remédier puisque tu comptais te rendre dans son territoire.

Principalement, tu n’avais aucune mauvaise intention et tu ne comptais tuer personne. Tu ne jugeais pas les gens que tu ne connaissais pas et, malgré les bruits qui couraient à son sujet, tu ne savais pas grande chose sur lui. Quel meilleur moyen de le rencontrer et l’observer que te rendre chez lui, dans son casino – le Gomorrah ? Toutefois, tu ne comptais pas y aller en citoyenne, non, mais en tant que White Siren. Pour l’instant, tu ne tenais pas à y être vue, d’autant plus que ce n’était pas très loin d’Otisbourg et que tu avais d’autres choses à faire après cette petite visite de courtoisie.

Ainsi, c’est après avoir fermé la boutique et nourri tes animaux que tu as été te changer et manger, à ton tour. Tu as déniché une pochette de sang dans un compartiment, rafraîchi et caché, près de ton armoire à vin. Puisqu’il pleuvait pas mal, tu as créé un champ de force discret autour de toi, tel une pellicule imperméable, afin de ne pas te mouiller. Ceci évitait également que tu glisses en courant sur les toits et les rambardes de la ville ; ce serait stupide que tu te fasses griller parce que tu t’es cassée la gueule quelque part… Et, le pire, c’est que ça t’était déjà arrivé, de ton vivant – niveau discrétion, tu n’étais pas au top, autrefois. Aujourd’hui, en plus d’être silencieuse, agile et plus discrète, tu n’avais pas à craindre les cameras de sécurité et les appareils dans le genre. Après tout, depuis que tu étais devenue un vampire, on ne pouvait plus te capturer en image ou en vidéo et tu n’avais plus de reflet, non plus – même si tu étais en mesure de t’en créer un, pour passer plus inaperçue quand tu te déplaçais en civile.

Il était un peu plus de minuit quand tu es arrivée sur place.
Tu n’as eu aucun mal à te faufiler à l’intérieur : c’était un lieu public, malgré tout, un lieu de distraction et de vices. Tu n’étais pas friande des jeux, puisque tes dons te donnent une plus qu’une longueur d’avance et ça retirait le plaisir du hasard. Néanmoins, tu appréciais le fait qu’ils fassent aussi des concerts, entre autres – ce qui pouvait être un bon lieu de travail, si le besoin se présentait. Encore est-il, il y avait trop de lumière. Même à travers les sombres carreaux de ton masque tu voyais trop clair et tes pupilles s’étaient contractées en fines fentes, comme elles l’auraient fait durant la journée – au moins, tu n’étais pas éblouie et l’éclairage ne brûlait pas ta peau, même si c’était très limite.

Il y avait pas mal de monde et tu avais entendu que c’était un endroit assez populaire – au point qu’il enlève le protagonisme au Iceberg Lounge, pratiquement. Ton regard changeant balaya les lieux du regard, tournant en salle calmement. La plupart des clients étaient trop occupés à regarder des femmes pratiquement dénudées danser, d’autres étaient déjà bourrés comme des polonais et d’autres jouaient, simplement. Nonobstant, pas mal de gens t’ont remarquée, le personnel de l’endroit y compris – et tu gardais tes distances. Si quelqu’un venait à te fixer trop longtemps, ou à songer à t’approcher, tu disparaissais, simplement – telle une ombre, te mouvant rapidement, mais silencieusement. Tu ne connaissais pas encore le visage d’homme que tu cherchais, mais tu avais eu une petite description de lui. Il paraît qu’il ne descendait pas souvent en salle et qu’il demeurait au dernier étage de son établissement.

Et, une chose était claire : tu n’allais pas laisser tomber de sitôt.
Si tu ne le trouvais pas aujourd’hui, tu le trouveras demain. Tu n’étais pas pressée et, si tu n’allais pas vers cet homme, tôt ou tard, il finira par venir à toi – d’une façon ou d’une autre. Tu étais quelqu’un de très patient et il fallait bien avouer que tu ne perdais pas le temps à ne rien faire : même si tu ne croisais pas le patron, tu pouvais voir qui entrait et sortait, ce qui se passait ici, tu entendais parler les gens, etc. D’ailleurs, tu avais repéré deux clients de la boutique assis à une table de Black jack – deux hommes qui venaient souvent ensemble et qui travaillaient à la bourse de Gotham jusqu’à ce qu’il y ait cette tristement fameuse Journée noire.

Par ailleurs, même si ton nom n’était pas encore très connu, t’étais rapidement frayée une place et tu t’imposais, peu à peu, comme tu le fis autrefois. Certes, tu aurais pu demeurer invisible, si tu l’avais voulu, mais aujourd’hui, il était plus profitable de se montrer et de faire parler de toi. Et, puisqu’on n’avait pas parlé de toi récemment, malgré tes chasses hebdomadaires, il fallait rappeler que tu étais là – au risque qu’on t’oublie et que tu passes de n’être qu’une légende urbaine à un simple racontar d’ivrogne. C’était tout bénef, au final.


Tenue d'Amy:
 


Dernière édition par Amerlyllian Die Rosenberg le Mar 22 Mai - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 422
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 2 Mai - 10:37

Le Gomorrah marchait plutôt bien. Les affaires, même en temps de guerre, restaient florissantes. Les gens ont peur, les gens ont envie de vivre et de prendre des risques inconsidérés. C'est pourquoi existent les pigeons, ceux qui viennent se ruiner dans les casinos en espérant décrocher la martingale céleste. Oh mais dans le monde du jeu, il n'y a qu'un seul pour cent de gagnants et le reste, étaient des gens ruinés. Combien de maisons, de voitures les gens mettaient sous hypothèque ? Combien de gens étaient jetés à la rue ? Je m'en foutais royalement. Ce qui comptait, c'était le pognon. Le fric. Plus tu en as, plus tu as du pouvoir. Le fric amène tout, et c'était ce qui importait. Quand tu as du fric, tu as du pouvoir, et le pouvoir te permet d'être un dieu, un seigneur qui ne rend de comptes à personne. Personne. C'était ce que j'avais appris dans le Mojave, à Vegas. Je regarde ma montre de prestige et fixe l'heure. J'ai encore du temps c'est bon. Je continue donc à me préparer méticuleusement dans mes appartements privés. J'enfile une belle chemise blanche puis, après avoir noué ma cravate, j'enfile ma traditionnelle veste à carreaux blanc et noir d'un grand couturier italien. D'ailleurs l'ensemble de mes habits proviennent d'Italie. Des vêtements luxueux qui annonce l'importance de l'événement. Je prend quelques cigarettes que je glisse dans la poche intérieur de ma veste avec un zippo orné de belles moulures en acier inoxydable. Mes chaussures noires sont cirées et mes cheveux sont parfaitement gominés. Ce soir je ne prendrais pas mes armes, je n'en aurais pas besoin. Puis, s'il le faut, je mourrais mais pas s'en me battre ça c'est sûr. Celui qui veut devenir lion doit apprendre à s'imposer c'est tout.

"Entre."


Swank venait de frapper à ma porte, il était mon bras droit, enfin, mon nouveau bras droit. Tout l'équipe de mon casino portait des tenues assez classes, de couleur grise, pour bien qu'on les reconnaisse. Swank était mon plus fidèle bras droit, et parfois, il était aussi mon objecteur de conscience. J'aurais très bien pût ne pas en prendre, mais j'avais besoin de savoir l'avis d'un autre avant de commettre quelque chose que j'avais en tête. Il s’assoit sur le divan, et sors sa flasque d'alcool. Swank en avait vu de dures dernièrement, et puis, avec cette guerre de gang, il était toujours sur le qui-vive, prêt à attaquer et à défendre ce casino. Le Gomorrah était un bel aboutissement. Les filles sont propres, méticuleuses, et les attractions sont intéressantes. Casinos, concerts, hôtel et service d'après-minuit. Que demander de plus ? Pourquoi pas une référence quatre étoiles tiens ?

"Comment est l'ambiance en bas, Swank ?"

"Très bonne, bonne affluence, les employés font leur travail, et Ricki Lee fait son show dans la salle de concerts. Il chante du Eddy Rabbit à l'heure qu'il est."


"Bon choix, t'as eu raison de l'embaucher."

Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Swankbenny-54678fd

"Tu descends, patron ?"

"Ouais, j'avais dans l'idée de voir un peu l'ambiance et de voir Stella."

"Sacré veinard, elle n'a d'yeux que pour toi hein ?"


"Ring a ding-ding, poussin. Quand t'as la baraka, tu en profites, surtout avec les nanas."


La réalité, c'est que je me la pétais auprès des potes de la bande. Mais la réalité était toute autre, et avait son lot de drames. Chaque être humain avait une faiblesse, une faiblesse évidente qu'il cachait au plus profond de son cœur. Et cette faiblesse ... C'était elle ... Stella, c'était ma gonzesse, une rousse magnifique avec des tatouages, quelques piercings là où il faut, sans trop en mettre et un petit cul bien rebondi comme on les aime. Stella, elle bossait uniquement pour les mecs capables de filer dix mille dollars pour la nuit, car c'était une pro, et elle était parfaite pour moi. Le genre de nanas que je peux aimer et que je peux garder pour moi toute ma vie. Le genre de nanas qui t'obsède et qui te fait regretter que rien ne pourra jamais arriver avec elle. Le genre de nanas qu'on aime à mourir, même si tout est impossible entre nous. L'allée des regrets me submerge, l'allée des souvenirs d'un amour impossible me brisait le cœur à chaque fois, mais que veux-tu, poussin, fallait faire avec ... Je referme la porte de mon appartement, avec Swank et on se dirige dans l'ascenseur privé. Je sors ma clé et l'ascenseur s'ouvre. Tout le monde s'active dans les salles du casinos, l'ambiance est lourde, électrique, mais agréable. Les serveurs sont aux aguets pour que le client soit le plus satisfait possible. Les cuistots mettent là main à l'ouvrage pour que les plats des buffets soit dignes du casino et mes hommes de mains font encore quelques rondes dans le bâtiment. En réalité, ils cherchent d'éventuels fauteurs de troubles pour les expulser de mon territoire. Ce sera un quartier totalement en paix et j'en serai le garant. Observant ce qui se passe, je croise Stella qui pose sa main sur mon épaule, avec ce regard langoureux de l'amante qui se fait désirer. Stella ... Stella, ma douce Stella. Comme j'aimerai que tout soit différent ... Swank me montre du regard une nana un peu bizarre, déguisée en gothique. Il me murmure. Il n'est pas inquiet, dans le ton de sa voix, non non. Il semble calme et prêt à agir.

"Une cinglée costumée tu penses ?"


"Peut-être. Sois prudent."

"Ou bien c'est une crétine qui a confondu casino et mcdo du coin ?"


"Surement. Je vais au bar, pour voir comment s'en sort Ricki Lee."


D'un geste, je me dirige vers la salle de concert du casino, décidé à entendre ce que Ricki Lee faisait comme impression. Le but de ce casino, c'était toujours de dépouiller et de vider le crâne des gens pour obtenir du fric, du fric et toujours du fric. Rien que ça, rien de moins. Le casino était bondé, du monde presque à tous les jeux, tout était rempli. Au comptoir, des mecs draguaient des putes, des gens discutaient, et je pouvais même voir une bande d'ados de Gotham University qui se tapait les magnums de champagnes à une tablée non loin, dans un des box de la salle de concert. Ricki Lee avait une voix sublime. Oui monsieur. Je sors ma clope et je l'allume. Une bonne vieille clope comme on les aime. Quelque chose de bien. Je me sens super bien là.


Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 2 Mai - 19:29





Rainy night : meeting in the Castle of Vices.


Même si certains des membres du personnel pouvaient partiellement répondre à la description qu’on t’avait fait de Benny Smiles, tu savais qu’aucun d’eux n’était lui. Certes, ils savaient se tenir, ils étaient bien habillés et tout, mais ils manquaient de quelque chose. Oh oui. Ils manquaient de ce  charisme qu’on lui attribuait. Malgré tout le bruit qu’il y avait, tu pouvais bien entendre les chansons qui se jouaient dans une autre salle, proche de celle-ci. L’homme qui chantait avait une belle voix et il savait capter l’attention du public puisque ça ne semblait pas aussi bruyant, à côté. Toutefois, qui dit bruit, dit divertissement – ou presque. La plupart des clients qui venaient ici, que ce soit pour s’amuser ou dans l’espoir de gagner de l’argent, allaient avoir surtout un bon coup au moral. Comme le vieux chauve qui rageait devant une table de poker : ce type avait perdu tout ce qu’il avait sur lui et plus, ce soir. Il aurait aimé continuer de jouer, essayer de récupérer ou amortir un peu ses pertes, mais c’était vain : plus d’argent, plus de jeu, donc le bonhomme doit partir sans faire trop d’histoires – au risque qu’on le traîné dehors contre son gré.

Quoi qu’il en soit, tu ignores combien de temps tu as passé à observer tes concitoyens gaspiller leur argent, picoler, rire, grogner et/ou pleurer – cela va de soi. Quand tu t’installas dans un coin, gardant tes mains dans le dos, tu aperçus deux autres individus. Alors, tu eus le sentiment que l’homme en costard italien était la personne que tu cherchais et ce ne fut qu’une question de temps avant qu’ils ne te remarquent. Le brouhaha du casino ne t’empêcha point de te concentrer sur eux, sur ce qu’ils disaient, fermant les yeux jusqu’à ce que le reste ne devienne qu’un écho lointain. Oui. Cet homme avait l’allure du patron et ton instinct ne se trompait que très rarement – ta patience fut récompensée. Tu ne tins point rigueur des commentaires de son homme de main et, même si tu savais qu’il t’insultait, tu ne te sentais pas vraiment concernée. On pouvait te dire ce qu’on voulait, tu n’en avais rien à faire.

D’ailleurs, lorsque le mafieux s’éloigna en direction de la salle de concert et que son homme continua de te surveiller, tu eus l’audace de lui adresser un petit sourire qu’on aurait pu considérer comme moqueur. Néanmoins, c’était seulement une mince esquisse voulant dire que tu avais remarqué son regard et que tu avais compris ce qu’il avait en tête. Mais tu ne comptais certainement pas rester des bras croisés, maintenant que le patron était là. De ce fait, tu t’éclipsas en clin d’œil afin de suivre le propriétaire des lieux.

L’éclairage de l’autre côté était un peu moins agressif que celui de la salle de jeux et, ici aussi, il y avait pas mal de monde. Voir des prostituées travailler, des clients les draguer et/ou picoler n’était rien de nouveau – c’était la petite comptine des grandes métropoles comme Gotham. Dans cette nouvelle salle, l’acoustique rendait la musique entraînante et, sans la cacophonie de l’autre côté, la voix du chanteur te sembla sublime. Tu ne connaissais pas son nom, mais, pendant un court instant, il retint ton attention – tu étais une mélomane et une artiste, après tout : les voix et l’esprit d’autrui avaient un plus important impact en toi que leur plastique.

Par ailleurs, lorsque tes prunelles changeantes se posèrent sur ta cible, celui-ci avait allumé une cigarette. Il semblait à l’aise, tel un roi qui admirait son royaume du haut des murailles de son château. Sans un bruit, pas même le froufroutement de tes habits, tu allas te placer non loin de lui – gardant une certaine distance, autant par politesse comme pour le rassurer : tu ne lui voulais pas de mal, actuellement. Tu n’avais rien contre lui. Tu étais juste curieuse et, si on avait pu voir tes yeux, on aurait remarqué qu’ils étaient dorés, désormais.

M. Smiles, je présume ? soufflas-tu, joignant tes mains gantelées au niveau de ton ventre, comme l’aurait sans doutes fait une jeune femme noble. Tu marquas une courte pause, élargissant ton sourire, tout en tournant légèrement la tête vers lui – prenant à nouveau la parole : Je me demandais quel genre d’homme pouviez-vous être. J’ignore pourquoi, j’aurais cru faire la connaissance d’un homme plus mûr, mais une chose est sûre : vous êtes aussi charismatique qu'on le dit. commentas-tu en toute sincérité. J’ai cru comprendre que le Médiateur a été abattu, récemment. Vous êtes soit quelqu’un de très chanceux, soit un excellent businessman, car vos affaires semblent plutôt fleurissantes, par les temps qui courent. Probablement, seriez-vous un peu des deux, uh ?

Malgré ton calme apparent, tu demeurais sur tes gardes ; tu ne connaissais pas cet homme, alors, il valait mieux ne pas le sous-estimer. D’autant plus qu’il avait été capable de se frayer rapidement une place dans la pègre de cette sinistre ville. Tu connaissais les circonstances de la mort du médiateur des familles et, à ton avis, c'était quelque chose très louche. Il avait été lâchement exécuté et la guerre entre les gangs n’était un secret pour personne. Tu voulais aider cette ville et comprendre la mafia était une partie importante de ce procès – au même titre que les citoyens, les criminels et les justiciers de Gotham.

Chaque détail était important.
Le Savoir était le pouvoir.



Dernière édition par Amerlyllian Die Rosenberg le Mer 2 Mai - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 422
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMer 2 Mai - 20:41

Alors que j'écoutais Ricki Lee faire son show, en train de nous mettre Eddy Rabbit dans le crâne, j'écoute tout en fumant ma cigarette. Que dire de plus face à cette soirée qui s'annonce fructueuse ? Rien. Mes souvenirs ... La nostalgie est une maladie et il faut savoir s'en défaire, sinon on n'avance pas dans la vie. La nostalgie est une drogue, et c'est pour ça que j'évitais de m'y shooter tous les soirs, quand Stella était pas loin de moi. Je l'aimais, je l'aimais d'amour, mais cela, personne ne pourrait jamais le comprendre. Une relation qui pourrait nous détruire elle et moi, et ce n'était clairement pas ce que je voulais. J'avais fait mon choix, et c'était Gotham City que je désirais. Les différentes familles de Gotham sont au courant, du moins je l'espère, qu'un petit nouveau est dans la place et qu'il est prêt à tout bouleverser. Je suis donc dans cette salle de concert avec des rêves de gloire plein la tête quand une jeune fille, la même dont on parlait Swank et moi, vient me voir et me salue. Méfiance quand même, on ne sait jamais ... Je dois alors la recevoir comme il se doit, après tout, c'était une cliente non ? Je fais un geste pour Swank, de la main, pour éviter qu'il ne vienne pour m'empêcher de lui parler, après tout, je me devais d'être cordial et disponible non ? Je retire ma cigarette de la bouche avant de souffler la fumée.

"Tu l'as devant toi, poussin."

Visiblement, elle connaissait son sujet, j'avoue être légèrement surpris quand elle me parle du médiateur abattu. Je ne connaissais pas ce type depuis longtemps, mais il en avait imposé, d'après ce que j'avais appris. Soit, maintenant, il est mort, et la ville est à feu et à sang. Si j'étais responsable de sa mort ? Bof, cela m'aurait servi à quoi ? Moi je sais être entreprenant, je sais comment me sortir d'un guêpier tout en faisant en sorte de survivre le plus vite possible. Cette gamine, elle en connaissait plutôt pas mal sur le sujet. Swank se dirige vers le comptoir et se prend un verre, tout en lorgnant sur moi, sur ma sécurité. Il en faut des hommes comme ça. Des hommes loyaux qui vous défendent bec et ongles. Les autres familles de Gotham ne sont pas disposées à me laisser la moindre parcelle de terrain dans cette foutue ville. Le Gomorrah ? J'ai fait exploser le Royal Ace Casino pour m'implanter. Histoire d'être le seul dans ce putain de secteur. Et Amusement Miles me revenait de droit. Ils défendront le moindre lampadaire présent dans leurs quartiers. Je vais alors devoir ruser pour éliminer un par un. Il faudra alors beaucoup de patience, de l'ingéniosité et de la persévérance. Ces types là ne sont pas nés de la dernière pluie. Il faut que je leur apprenne quelques mouvements groovy pour qu'ils se fassent avoir et que je puisse les manipuler. Ce sera ardu, mais on peut y croire non ? Après en avoir eu le temps d'écouter la jeune femme, j'esquisse un sourire et j'allume une nouvelle cigarette avec mon zippo. J'en prend quelques bouffées pour me sentir mieux. Cet arôme m'apaise grandement. Elle avait pas l'air d'être une flic, non. Une flic ne serait pas aussi grossière, pas aussi tape à l’œil nan. Le truc, c'était de rester dans le cadre d'une discussion légale et courtoise.

"Tu veux que je te dise ? Les dès étaient pipés depuis le début. Ce truc-là, c'était une embrouille. Réunir autant de mafieux, ça ne peut que dégénérer non ? Mais bon, en tant qu'investisseur et homme d'affaires de Gotham, je me devais de voir de quoi il en retournait."


Je savais pas qui était le sombre fils de pute qui avait fait une pareille connerie, mais une chose était certaine, une boite de Pandore avait été ouverte, et elle allait faire sacrément mal. La ville pouvait maintenant compter sur de nombreux bains de sang bien dégueulasses et bien hardcore pour le reste des mois à venir. Mais je tiendrai bon, après tout, je ne pouvais pas mourir, je ne devais pas mourir. Je me devais de réussir à prendre cette ville par tous les moyens nécessaires. Tous les coups sont permis. Ricki Lee continuait sur une nouvelle musique. Putain, j'avais raison de laisser Swank l'embaucher, c'était une magnifique musique, cette voix, ce timbre, on aurait dit l'original. J'observe patiemment la jeune fille, je ne me laisse clairement pas impressionner par cette tenue digne des parfaits débauchés de Gotham City. Ouais, les clubs sado-masochistes, y'en avait pas mal, et certaines filles venaient de ce genre de clubs, celles qui bossaient ici. Fallait avoir de tous les talents quand on organisait un casino de la trempe du mien. Alors que j'écrase ma clope dans le plus proche cendrier de l'endroit, j'invite de ma main, la jeune femme à venir boire un verre au comptoir.

"Puis-je vous offrir un verre, poussin ? Une cliente sans verre au Gomorrah, ça fait bizarre."

Les femmes ne savaient pas boire, c'est pour ça qu'elles buvaient comme des trous, sans aucune classe. Aujourd'hui, boire devenait un sport, alors que de là où je viens, boire, c'était savourer, avoir la classe, et surtout, rester un homme en toute circonstance. Boire, ce n'était pas juste s'amuser, c'était un état d'esprit, c'était ... Comment dire ... Une sorte de privilège pour les riches et les puissants de savourer ce qui est bon, cher, et fort. Pour ma part, j'aimais le bon vieux bourbon, ce vieil alcool texan qui arrachait la gueule des agriculteurs du sud du pays. M'approchant du comptoir, je fais un signe au barman qui me sert direct, deux verres de bourbons biens frappés. Swank est juste à côté, surveillant ce qui se passe d'un regard discret, plongé dans sa boisson.

"Deux bons verres de bourbon, la boisson des hommes, ring a ding ding !"


Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptySam 5 Mai - 20:09





Rainy night : meeting in the Castle of Vices.


Malgré la méfiance qu’il éprouvait, le propriétaire des lieux se montra cordial et ne tarda point à te répondre – retirant sa cigarette de sa bouche et soufflant ensuite la fumée ; heureusement, il fit signe à son homme de main, afin qu’il n’intervienne pas dans votre discussion. M. Smiles fut légèrement surprit par fait que tu sois aussi bien informée vis-à-vis de la mafia, mais tu ne parvins pas à desceller le moindre doute en lui : contrairement à d’autres gangsters, il ne semblait pas te soupçonner d’être dans ou avec la police. Toutefois, il semblait être un homme très complexe et difficile à cerner, car, même si tu pouvais percevoir ses ressentis, tu peinais à lire en lui. Tu n’étais pas télépathe, mais les émotions et les intentions en disent long sur quelqu’un – il devait avoir un mental d’acier, ce qui, d’une certaine façon, ne faisait qu’accroître ta curiosité.

Sans nul doute, Robert Carter Smiles était le genre de personne à ne reculer devant, étant capable de tout pour parvenir à ses fins. Tu avais plus ou moins suivi ses interventions en ville, notamment celle qui concernait le conflit avec le gang de la Flush Royale et son passage par Amusement Miles. En effet, même si tu ne te mêlais pas vraiment des affaires d’autrui, tu gardais un œil sur tout – ou presque. Toute information était bonne à apprendre, pour inutile ou anodine qu’elle puisse sembler – car, un jour, elle pourrait s’avérer utile et/ou dévastatrice si on en usait à bon scient. Par ailleurs, il faut bien avouer que le chaos qui régnait dans ce milieu te rendait la tâche beaucoup plus difficile. Tu as défait fait maintes fois d’intermédiaire et médiatrice entre des familles et gangs divers, mais ton travail était différent du type qui s’était fait abattre sur les docks. Il était parvenu à garder un semblant de paix entre les plus grandes familles de Gotham, jusqu’à cette année…

En tout cas, une chose était claire, autant pour le propriétaire du Gomorrah comme pour toi : c’était un coup monté, un moyen de mettre le feu à la mèche. Oswald C. Cobblepot n’était pas présent et il n’avait envoyé aucun représentant, non plus, ce jour-là… avait-il un quelconque rapport avec ce sinistre incident ou voulait-on lui faire porter le chapeau, simplement ? À qui pouvait est-ce profiter le plus, ce genre de conflits ? Aux trafiquants d’armes ou à quelqu’un qui était bien au-dessus du reste – comme la Cour des Hiboux ? Quelqu’un qui s’ennuyait ou qui souhaitait simplement éliminer un maximum de concurrent sans se salir les mains, peut-être ?

Tu n’en savais rien, mais, dans une ville comme celle-ci, rien n’était impossible.
Tant de questions demeuraient sans réponses, pour l’instant, et tu n’allais pas baisser les bras, pour autant. Bien au contraire, tu allais travailler durement pour y remédier. Si, d’habitude, tu demeurais relativement passive quant aux affaires de la Mafia, cette guerre touchait des milliers d’innocents et tu ne pouvais pas te permettre de ne rien faire. C’est avec ce genre de visites t’aidaient à mieux comprendre tous les acteurs de cette glauque mascarade – parfois, éclaircissant certains de tes doutes.

Une fois de plus, le chanteur attira ton attention, changeant de musique ; autant sa voix comme son timbre étaient quasi-semblables à l’auteur des morceaux qu’il entonnait – Eddie Rabbitt, si ta mémoire ne te jouait pas de tours. Ce n’était pas le genre de musique que tu écoutais ou chantais, d’habitude, mais c’était quand même bon à entendre ; tu étais mélomane, après tout, il n’y avait que peu de choses que tu n’aimais pas – que certains genres modernes que les gens qualifient de musique, alors que ce n’était que du bruit et des gens qui chantaient faux avec plein d’effets sonores pour couvrir leur piètre performance.

Néanmoins, tu te détournas de l’inconnu sur scène lorsque tu sentis le regard du mafieux sur toi – il te détailla, silencieusement, avant d’écraser son mégot dans un cendrier. De même, il t’invita d’un signe de main à prendre un verre avec lui au comptoir. En effet, dans cet endroit, quelqu’un qui ne picolait pas ou ne faisait rien d’indécent pouvait paraître bizarre ; tu ne t’en souciais pas, mais tu ne voulais pas non plus offenser ton amphitryon. Tu ne buvais pas souvent et tu n’aimais pas le faire seule, car tu n’y trouvais aucun plaisir ou réconfort. Ainsi, esquissant un sourire doux et presque charmeur, tu acceptas son invitation et t’en approchas. Cette fois-ci, tu te permets de t’installer non loin de lui, posant tes longs et fins doigts sur le bord du comptoir, le tapotant au rythme de la musique. Indéniablement, tes mains trahissaient tes habitudes artistiques et il était difficile de concevoir que quelqu’un comme toi puisse être dangereuse. Pourtant, tu pouvais l’être, tu étais un prédateur parmi tant d’autres.

Malgré toutes les odeurs et parfums qui flottaient dans l’air, y compris celle du tabac, on pouvait facilement discerner ta senteur de Lys : c’était sucré, raffiné, mais très féminin comme parfum et, le plus étonnant, c’était que tu n’utilisais pas de parfum – mais les gens ne pouvaient pas le savoir. Depuis que tu es morte, tu sens ainsi, et plus il fait chaud, plus l’odeur s’intensifie – heureusement pour toi, il faisait une bonne température.

D’un geste naturel et coquet, tu passas tes doigts dans tes cheveux, replaçant quelques mèches derrière l’une de tes oreilles – ces dernières étaient pointues et n’avaient aucun bijou accroché puisqu’elles n’étaient pas percées. Tu étais très calme et détendue, dans ta façon d’être, mais tu restais quand même sur tes gardes – observant tout ce qui se trouvait dans ton champ de vision. L’homme de main du mafieux, y compris.

Ce sera avec plaisir, M. Smiles, bien que je sois de bien piètre compagnie – au bar, du moins. D'ailleurs, veuillez m'excuser pour mon manque de politesse et mon approche un tantinet brusque : ce n'est pas que je ne souhaite pas vous dire mon nom, mais le concept du masque ne dois point vous échapper. On m'appelle White Siren, mais vous pouvez m'appeler comme bon vous semblera. répondis-tu, honnêtement. Tu riant un peu, discrètement et auto-dérisoirement, avant de poursuivre : Dites, messire, quel est le nom de l’artiste sur scène ? On croirait presque entendre Edward Rabbitt chanter, comme s’il était revenu d’entre les morts pour jouer dans votre établissement. soufflas-tu, appuyant ta poitrine contre le comptoir, t’y accoudant. Je me souviens encore quand il est venu à Gotham, au début des années 80 – peu avant que le trépas des Wayne. J’ai du mal à concevoir qu’il est mort, lui aussi… Les humains sont des êtres éphémères, ils meurent vite et ne profitent pas toujours du temps qui leur est accordé.

Même si tu pesais tes mots, tu t’excluais de la race humaine.
Puisqu’on ne voyait pas ton visage, il était difficile de te donner un âge et, pourtant, si tu étais majeure pour prendre un verre et que tu avais assez de souvenirs de la décade des 80, on pouvait vite faire le compte. Et, malgré tout, il était évident que tu avais plus de la quarantaine. Du moins, si on croyait ce que tu disais et qu’on ne pensait pas que tu fabulais – entre autres. Dans tous les cas, tu t’en fichais. Ce ne serait pas la première fois qu’on te prenait pour une dingue. En tout cas, les plus observateurs comprendraient vite que tu n’avais pas de reflet : ton image ne s’affichait sur aucune surface réfléchissante – et tu ne t’en souciais pas, non plus.

Et vous, M. Smiles ? Profitez-vous de votre existence, l’aimez-vous ? ajoutas-tu, marquant une courte pause avant d’achever ton discours avec une autre question : Que désirez-vous, dans la vie, que vous n’ayez pas encore ? Qu'est-ce qui vous amené en ces lieux ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 422
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyDim 6 Mai - 11:12

"Il s'appelle Ricky Lee, poussin. Un très bon chanteur qu'on a engagé pour les prochains évènements du Gomorrah. Avec moi, c'est le meilleur du meilleur. Le fin du fin. C'est comme ça au Gomorrah."

Je commence à gouter à mon bourbon, l'alcool préféré des yankees. J'étais un yankee moi aussi, je venais du Texas avant de partir pour Las Vegas, j'avais appris à bosser dans cette partie du pays pour devenir ensuite un de ces travailleurs low cost des grandes villes. Maintenant, c'était moi qui donnait les ordres, et malgré mon parcours chaotique, j'avais de quoi me revendre pour faire de cette ville, ma nouvelle Eldorado. Cette gonzesse tout aussi déjantée que charmante continuait de rire et de batifoler autour de moi alors que je répondais simplement à ses questions. Elle pourrait très bien venir d'Arkham où d'un autre lieu que ça ne m'en touchait pas une. Si quelqu'un tentait de me flinguer, j'étais parfaitement protégé. Ce lieu, c'est mon endroit, mon bunker personnel. Chaque membre de ce lieu était un de mes gardes, et ils avaient pour but de me protéger, c'était comme une seconde famille, et malgré le fait que je fume énormément, et que c'était sur le tabac qu'ils devraient tirer pour l'empêcher de me tuer. Je n'était qu'un petit nouveau dans le milieu cherchant à faire mes preuves par tous les moyens possibles existants. Il fallait que je continue à travailler pour devenir le meilleur. Elle posait beaucoup de questions, cette chère White Siren, comme elle aimait à se surnommer. Amusant. En y observant bien, j'aurais plus vu cette gamine dans "Lolita" que dans cette ville puante. Dans la ville de Vegas, elle aurait pût devenir une reine.

"Ce que je désire, poussin ? L'adrénaline de conquérir cette ville. Voir chaque chose tomber dans le creux de ma main, voir cette ville succomber à mon influence. Et faire de cette ville, une Las Vegas de l'Est."


C'était un de mes nombreux buts. Faire de cette ville, une ville de "hors la loi" si l'on veut. D'en faire une nouvelle Vegas. Un nouveau lieu de plaisirs pour tous, qu'importe l'éthique. La musique continuait de faire écho. Il entonnait maintenant du Conway Twitty, un des meilleurs chanteurs de Louisiane. Un plaisir pour les oreilles. Cela me tirait dans mes pensées tandis que Stella passa à côté de moi, passant ses quelques doigts dans ma nuque. Aaaah douce Stella ... En y pensant bien, je pourrais faire en sorte que les choses tournent à mon avantage. Continuant de tirer sur ma clope, j'observe la jeune femme avec un amusement certain.

"Et vous ? Que dois-je savoir de vous ? Pourquoi toutes ces questions sur ma personnalité ?"


Des questions qui me semblent essentielles pour que notre discussion puisse marcher, pas de sens unique, ce n'était pas très groovy tout ça. Il me faut une assurance que les choses ne vont pas que dans un sens. Autant moi je peux lui parler, il faut que elle aussi puisse m'apporter quelque chose de bénéfique à la conversation. Swank est toujours là, en renfort si besoin est, en train de boire un bon vieux Jack Daniels des familles. En tout cas, je suis heureux qu'il soit revenu auprès de moi, après le début de cette guerre de gangs. J'ai de la sympathie pour lui alors disons qu'il sera plus facile pour moi d'accepter qu'il travaille pour moi plutôt que de le voir bosser pour n'importe qui d'autre. Il y a bien sur des limites, tuer n'en est pas une, de l'argent non plus, des filles je peux en trouver. Mais bon il ne faut pas non plus qu'il abuse de ma bonté. Swank était mon associé avant tout. Je me devais de prendre soin de lui et de faire attention à ce qu'il ne se fasse pas trouer la peau pour rien. Observant White Siren, je tends mon verre vers le haut, un léger sourire.

"Ce qui m'amène à Gotham ? La gloire surement. J'y compte ..."


Tout ça avec la main gauche levée et la droite sur le cœur. Je ne fais que très rarement ce genre de promesse. Celle-ci ne saurait être transgressé alors j'espère qu'elle ne me la fera pas à l'envers. J'ai pour l'instant confiance en elle, malgré ses fringues bon marché, si elle fait quoi que ce soit qui va à l'encontre de mon organisation alors elle se retrouvera six pieds sous terre. En tout cas je suis confiant. Pendant ce temps je bois un peu de bourbon et continue de fumer ma cigarette. C'est une soirée superbe, des clients à foison et une nouvelle alliée. Enfin, qui sait comment elle peut finir ? Après tout, on était à Gotham City, la ville du vice et des traitrises. Peut-être que White Siren peut se révéler intéressante ? On verra bien. Dans le casino, l'ambiance est électrique, géniale, tous s'amusent et se repaissent de la cupidité, du vice, et de la luxure. Une ville parfaite pour ça.


Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyDim 13 Mai - 15:21





Rainy night : meeting in the Castle of Vices.


Ah, mais il ne mentait pas quand il disait vouloir le meilleur du meilleur – cet homme. Tu enregistras intérieurement chaque détail, chaque mot, chaque ressenti que tu perçus – y compris le nom et le visage dudit Ricky Lee. Ton regard se posa sur le mafieux tandis qu’il goûtait à son bourbon ; toi, tu te contentas de passer tes doigts sur le bord de ton verre, l’écoutant. Indéniablement, ce type était quelqu’un d’ambitieux, tu ne saurais pas dire s’il était mégalomane, avide de pouvoir ou s’il juste attiré par le succès et les fastes que cette vie pouvait lui procurer. Tu ne pouvais pas lui permettre de pourrir encore plus la ville, mais… d’un autre côté, autant d’activité pouvait être bénéfique pour le peuple. Le crime n’était pas le bienvenu, vu de la situation, mais le travail, l’entrée d’argent, le tourisme et autres services liés à l’agrandissement des structures et services de la métropole pouvaient sortir certaines zones de la pauvreté.

Même si tu écoutais toujours la musique, ton attention était principalement focalisée sur ton interlocuteur et la femme qui venait de l’approcher, glissant ses doigts sur sa nuque pour ensuite repartir. Elle était sublime et avait été capable de charmer ton cadet – pas seulement à l’instant, non. Tu savais qu’il y avait quelque chose d’autre et qui, malgré tout, ça ne se concrétisait pas – cet homme avait un tout autre ordre de priorités. Il devait être le genre à faire passer le boulot avant tout, mais… le fera-t-il jusqu’à la fin ou juste jusqu’à ce qu’il atteigne son but ?

Tes interrogations furent brièvement chassées par ses réactions et l’impression qu’il te prenait pour une gamine et que, limite, il pensait pouvoir tirer quelque chose de toi. Et tu n’eus pas tort d’y songer, parce qu’il confirma cette supposition lorsqu’il te posa des questions à son tour. À cet instant-là, tu pris ton verre et bus une petite gorgée, savourant ta boisson. Le bourbon ne faisait pas partie de tes préférences, mais tu avais appris à l’apprécier puisque ton cher Kyle l’adorait. Toi, tu préférais le vin et les boissons fruitées. De ton vivant, tu ne pouvais pas picoler, à cause des médicaments, mais tu ne buvais pas beaucoup depuis ton trépas, non plus – juste ponctuellement, pour certains événements ou quand on t’invitait et que tu ne pouvais pas refuser.

Je ne suis pas télépathe, M. Smiles, mais je sais ce qui traverse votre esprit. Je n’oserais point exiger votre respect, car la mafia a toujours été plus à même à ne l’accorder que lorsqu’on le gagne. lanças-tu, posant ton verre, lui faisant comprendre que tu percevais ses intentions et ses ressentis. Je ne suis pas un enfant, vous savez ? Gotham est mon terrain de chasse depuis plus d’une trentaine d’années. Ne vous fiez point aux apparences...

Habituellement, en civile, tu aurais peut-être laissé couler, mais cet homme devait apprendre que tu n’étais pas n’importe qui. Si on te prenait de haut quand tu portais ton masque, tu n’allais pas avoir la réputation que tu voulais – il fallait que tu sois un peu plus ferme, sans perdre pour autant le sourire.

Concernant vos interrogations, en toute honnêteté, je souhaitais uniquement vous connaître afin de savoir si je devais pas entraver votre chemin ou si je pouvais trouver une quelconque entente avec vous. Le médiateur n’est plus et, si je ne désire point la Paix et l’Ordre, Gotham est bien trop chaotique pour que demeure passive. répondis-tu, marquant une courte pause, te tournant vers lui avant de retirer, lentement, un de tes gants. Ne vous méprenez point, je ne désire point vous offenser, me montrer arrogante ou autres. Je ne vous menace pas, non plus : je vous avertis en échange d’un semblant de collaboration. Vous ne pouvez qu’en être gagnant, car ce que je demande est moindre et bénéfique pour vous.

Sans préavis, tu te permis de poser la main que tu avais dénudé sur l’une des siennes – ta peau était glaciale, mais très douce et fine. Toutefois, au même moment que tes doigts entrèrent en contact avec sa peau, tu créas une connexion psychique avec lui. Le décor ne changea que brièvement, dévoilant ce qui allait avoir lieu dans un futur proche : tout semblait normal jusqu’à ce que certains clients sortent des armes, abattent des membres du personnel et d’autres clients, menaçant non seulement la réputation des lieux, mais les investissements du propriétaire – entre autres. Au moins, on pouvait plus ou moins savoir quand est-ce que ça pouvait avoir lieu, puisque ce n’était pas Ricky Lee, mais Lumina Lux qui chantait sur scène.

Ceci, me semble-t-il, pourrait avoir lieu le mois prochain, M. Smiles. Ce gang n’est pas bien important, mais ils croient pouvoir prendre votre territoire avec l’aide de certaines personnes d'Amusement Miles - parmi tant d'autres. Évitez la mort d’autant d’innocents que possible lors de vos conflits et je vous aiderais à prévoir certains événements. Je ne connais aucun de ces hommes et femmes, mais je ferais de recherches sur eux. Je ne veux pas savoir ce que vous allez faire de mes informations, sachez, néanmoins, qu’il y a toujours maintes façons de s’y prendre. Il est possible de parler, plutôt que d’agir. expliquas-tu, éloignant ta main de la sienne pour rompre la connexion et vous ramener à la réalité. Tu remis aussitôt ton gant, poursuivant : Toutefois, j’aimerais vous demander une faveur concernant vos éventuels meurtres, si puis-je les désigner de la sorte : si vous pouviez prélever du sang sur vos victimes avant qu’ils ne meurent, je vous serais fort reconnaissante. Cela m’éviterait d’élargir davantage ma liste, je n’aime pas vraiment chasser, voyez-vous ?

En effet, tu n’aimais pas trop tourner autour du pot.
Tu étais quelqu’un de sincère, voire franche. Tu ne connaissais pas l’issue de cette rencontre, mais, si vous arriviez à trouver un accord, ça serait pour le mieux – autant pour lui, comme pour toi et pour le reste de la ville. Tu chassais, en moyenne, 3 ou 4 personnes par semaine et, parfois, c’était plus – tout dépendait de ta faim, ton activité, etc. Certes, tuer la vermine ne te donnait aucun remord, mais tu n’aimais pas tuer, malgré tout : tu ne le faisais que par besoin et, si tu pouvais l’éviter, tu l’évitais. Puis, hein… c’était un moyen comme un autre de faire d’intermédiaire dans cette futile guerre, réduire le nombre de morts et de dommages collatéraux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 422
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyDim 13 Mai - 19:37

"Je vois."

Je suis légèrement dubitatif. Quel âge pouvait-elle avoir cette nana ? On lui en donnait à peine la vingtaine ? Bordel, elle était assez space celle-là. Le moment où elle posa sa main sur la mienne ... Swank releva le détail et s'apprêtait à sortir son arme, prêt à me protéger quoiqu'il arrive. Un léger regard dans sa direction, tout va bien. Mais la main de cette jeune femme est glaciale, monstrueusement glaciale. J'écoute ses paroles comme un alcoolique lèche les dernières gouttes d'une bouteille de bière, j'en profite autant que je peux. J'écoute patiemment, tout en goutant à mon bourbon. Elle était froide, et pas naturelle, mais on était à Gotham City. On était dans une ville noire, sombre et monstrueusement dangereuse, avec beaucoup de dangers. Tous autant que possibles, ils étaient dans les coins de rues, prêts à nous bondir dessus. Cela aurait pû être une simple tentative d'assassinat, toute simple, sans problèmes, sans dangerosité, et malheureusement, dans cette ville, rien ne se passait jamais comme on pouvait le prévoir. Alors que les accès du Gomorrah étaient surveillés, qu'aucune arme ne pouvait entrer, et encore moins un cinglé notoire, alors que les membres de la mafia assuraient la protection des familles italiennes aux alentours, et pendant que Swank devait surement être en contact audio avec l'équipe du souterrain du bâtiment, à assurer le chargement d'armes de guerre pour s'en prendre aux autres ordures qui tenteraient de prendre MON territoire, j'étais là, à défendre mon lieu sans aide, avec Swank et quelques gars dispersés dans la salle, seulement, et fort heureusement, ce n'était pas un assassin débile, il connaissait son travail, le petit Swank. Oui, c'était un petit gamin, rien de plus, rien de moins, un sale gosse qui trainait sur mes plates bandes et qui se permettait de me tenir par la main, en espérant secrètement me démolir la gueule pour se faire un nom, on aurait pu le croire, mais Swank m'était fidèle, bien trop fidèle. Elle était au courant pour le Médiateur, pour Trent. Putain mais c'était qui cette nana ? Comment elle pouvait connaitre aussi mystérieux qu'une ombre ? Bordel, le mystère s'épaissit ...

"Tu sais, poussin. J'ai rien contre les citoyens de cette ville. Tout ce que je veux, c'est pouvoir faire en sorte d'être ... Quelqu'un dans ce trou. Gotham est une pute, et y'en a pas mal qui passent dessus et qui cognent cette pauvre femme. Moi, j'ai du respect pour cette ville. J'ai du respect pour une ville qui mériterait tellement mieux. Gotham City mérite une meilleure classe de criminels, après tout."


Je n'étais pas un tueur au sang-froid, non. J'étais quelqu'un de réfléchit et de posé. Pourquoi tuer des gens si on ne peut pas profiter de leur fric après ? C'est mauvais pour le business. Et ce n'était peut-être pas grand chose, mais quand on a passé sa vie à survivre aux guerres de gangs, on devient vite un homme d'acier dangereux et horriblement cynique. Un expert de la vie, surement. Alors que Swank se tire vers l'entrée du casino, je compte bien remettre la main sur un autre verre de bourbon tandis que je tire une cigarette de ma poche. Et c'est ce que je compte faire, de toute évidence. Alors que Swank s'approche de l'entrée du casino avec ses gars de la sécurité, un mec déguisé en "Joker" se pointe et menace les clients à l'extérieur du casino. Alors que ce type déguisé en espèce de Joker des caves se faisait tabasser par mes hommes de main, je me dirige de telle sorte vers l'entrée pour appeler du renfort, mais d'un autre côté, j'avais un dilemme, je pourrais très bien l'abattre au dernier moment et me charger de faire pendre son cadavre en haut de ma tour, en guise d'avertissement aux autres ordures qui tenteraient de pénétrer chez moi. L'idée me sublimait, et pour tout dire, cela me faisait un assez grand plaisir d'y penser. Je me dirige doucement vers le gamin que Swank me ramène, avec les autres gars du Gomorrah. Il était hideux, et il portait un déguisement stupide, il semblait avoir mal fini dans la vie, mais cette fois, c'était fini pour lui, il suffisait d'une seule balle et ce serait fini pour lui, je souriais, prenant mon temps. Pour Swank, c'était foutu pour le gamin déguisé en Joker, il était salement knock-out, et il aurait surement des dents à se faire refaire. De plus, une clé de bras, ça ne faisait jamais de bien, c'était certain.

"Tu sais ce que ça fait de t'en prendre à moi, poussin ? Cela va te faire du mal, bien plus de mal qu'à moi. Dans un premier temps, je ferai dépecer ton cadavre, et j'accrocherai ta peau sur le toit de mon loft, ça servira d'exemple à tous les abrutis dans ton genre. Mais je suis pas un salaud, je suis pas un monstre comme ton mentor. Tu vas dérouiller sévère pourtant. Les gars, je vous le laisse. Amusez-vous avec."


Mon bras était bien tendu pour que le visage du clown soit bien en face pendant que je parlais, bien dirigé droit dans la nuque de ce jeune imbécile. Je n'avais pas d'idée spéciale pour lui, si bien que je pensais que le tuer serait une mauvaise idée. Je pourrais le torturer et lui apprendre que dans cette ville, je n'avais pas besoin d'être un cinglé pour être monstrueux, ni que je dois avoir à porter un putain de masque noir sur la gueule pour être un sadique tortionnaire. Non, c'était sur et certain, j'étais Benny Smiles, sain de corps et d'esprit, et j'allais offrir à ce connard, une séance de cassage de gueule monstrueuse, à coups de poings américain dans sa gueule. Un léger rictus sur mon visage, j'allais lui faire payer, et j'allais apprécier la vue de sa tronche en train de saigner après plusieurs heures de torture. Le moment était suspendu, arrêté, et bien que j'avais un peu peur, car je ne savais pas qui il était, ce soir, j'allais lui apprendre qu'on ne se moque pas de moi. Les clients continuent de jouer, et certains applaudissent ma façon de gérer les emmerdeurs. Retournant vers la demoiselle au bar, je reprend un nouveau verre.

"Votre marché est tentant, et si vous y tenez, allez récupérer votre dû dès que mes gars auront terminé avec celui-là."


Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♬ Cherish the Harmony ♬
Féminin Messages : 2015
Date d'Inscription : 22/04/2018
Localisation : Çà et là, va savoir

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Proprio de l'Ephemeral Garden (Fleuristerie-Salon de thé à Otisbourg, bien côté, transformé en clinique de fortune durant Arkham City), femme un peu étrange, mais plutôt appréciée / White Siren, personnage difficile à cerner qui fait pas mal de morts.
☠ Relations conflictuelles :: ► À voir... c'est compliqué.
♣ Vos Alliés : : ► Son frère jumeau et son cousin Absolem + Benny Smiles, Toshirō Yamashita, NightLaw, Pamela Isley, Dinah L. Lance, Jason Todd, Oswald C. Cobblepot, John Constantine, Catwoman
Amerlyllian Die Rosenberg
Amerlyllian Die Rosenberg
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMar 22 Mai - 17:39


HRP:
 





Rainy night : meeting in the Castle of Vices.


Indéniablement, le personnel et l’homme de main de cet homme semblaient être très fidèles. Pourtant, tu étais très bien placée pour savoir que personne n’était en sécurité, ici – n’importe qui peut être trahi, même par des proches. Gotham était une ville où presque tout pouvait être payé, d’une façon ou d’une autre. Rares étaient ceux qui n’étaient pas corruptibles et, pour le bien de cet homme et de ses affaires, tu espérais qu’il connaisse bien ses hommes. Par ailleurs, plus tu parlais avec M. Smiles, plus tu te disais qu’il était différent des autres mafieux. Il devait avoir des points en commun, certes, mais il ne devait pas être un danger tant qu’aucun de vous ne marchait sur les pieds à l’autre. Et, tu étais bien d’accord avec lui sur le fait que cette ville avait besoin d’un autre genre de criminels – des gens avec des valeurs, comme autrefois. Son langage était très fleuri et, malgré le respect dont il faisait preuve, son discours était cru.

Silencieusement, tu observas la scène qui eut lieu peu après, suivant du regard le moindre des mouvements de chacun des individus présents. Tu ne vis pas le jeunot habillé en bouffon de la cour directement, tu restas au comptoir et sondas les lieux à l’aide de l’écholocalisation pour suivre les événements de loin. Avec tout le bruit, tu n’écoutais pas vraiment ce qu’on racontait au bouffon, seules quelques bribes te parvinrent : il n’allait pas être tué, mais on allait quand même le tabasser. Ça ne te concernait pas, mais tu ne connaissais pas ce type et il t’avait surtout l’air d’être un pauvre bouc-émissaire visant à accroître les tensions ou donner une raison à un autre groupe d’attaquer cet endroit.

Indéniablement, Benny Smiles n’était pas un meurtrier. Il semblait être un homme réfléchi et calme, en apparences, aimant la vie et le luxe. Pourtant, tu sentais qu’il y avait une certaine la violence en lui, du cynisme et bien pire. Tu plissas les yeux, sous ton masque, buvant une autre gorgée de bourbon avant de signifier au barman que tu n’allais plus en boire – le faisant glisser légèrement et poliment en avant. Ce ne fut que quelques instants plus tard, avec quelques acclamations et applaudissements de sa clientèle, que le patron revint et reprit un verre. Tristement, la violence a toujours été l’un des meilleurs spectacles pour le peuple. Au moins, tu étais sûre qu’on devait être soit idiot, désespéré ou très sûr de soi si on daignait déranger ce mafieux.

Je vous remercie de votre obligeance et votre sagesse, mais il est clair que le jeunot dont vos hommes vont s’occuper n’est qu’un bouc-émissaire. Il a juste dû être payé pour venir et se faire voir, vous titiller – si puis-je dire. Si puis-je me le permettre, il vaudrait mieux que vous ne l’amochiez pas trop. Vous avez suffisamment montré votre force et tenu votre position, M. Smiles. En faire davantage ne ferait que nuire à votre réputation et vous conduire vers les événements que je vous ai montrés. commenças-tu, marquant une courte pause avant de poursuivre : De ce fait, je ne le toucherais pas, non plus. J'ignore si vous avez compris ce que je désire., car je ne prélève pas des petits volumes de sang, j’en vide mes proies. soufflas-tu, esquissant un large sourire.

Sans que l’on voit tes yeux, tu avais surtout l’air malsaine, d’autant plus que tu fis pousser tes canines afin d’illustrer tes propos. Celles-ci dépassaient légèrement de tes lèvres, autant quand tu parlais comme lorsque tu souriais : tu étais un vampire, tu ne pouvais pas le lui signifier plus explicitement sans pour autant le dire, oralement.

Accessoirement, merci pour le verre. ajoutas-tu, t’éloignant un peu du comptoir, avant de te tourner vers ton cadet. Une dernière chose… Est-ce que vous avez entièrement confiance en vos hommes, M. Smiles ? Le jeune homme qui me surveillait a l’air d’être loyal, mais sachez qu’à Gotham personne n’est à abri de la traîtrise. Tout le monde peut en payer les frais, notamment dans votre milieu où tant de personnages convoitent ce que vous avez et ce que vous souhaitez avoir. lui dis-tu, lui adressant un semblant de courbette avant d’achever ton discours : La prochaine fois que nous nous verrons, je vous apporterais un présent afin de vous remercier en bonne et due forme. Passez une excellente soirée.

Suite à ces mots, tu t’éclipsas plus vite que tu n’étais venue : telle une ombre, tu disparus, simplement. Actuellement, on pouvait dire que tu comptais ce Benny Smiles parmi tes alliés, ou bien, parmi tes propres clients. Votre semblant de lien était difficile à définir : vous étiez… partenaires ? En tout cas, la soirée s’était bien passée et, désormais, tu pouvais retourner à tes occupations.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mafieux
Masculin Messages : 422
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectable
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
Benny Smiles
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] EmptyMar 22 Mai - 22:00

hrp : Merci à toi, poussin cligne


Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Wv6j
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]   Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Rainy night : meeting in the Castle of Vices. [Pv Benny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Problème Mise à jour Firmware/logiciel Castle Mamba > MMM
» Photos old vw crew night party 2009
» [Amv] Karas - Dark Night
» Quid pour un meeting aérien
» One Night Only

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Burnley :: Le Gomorrah-