Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Madness Returns ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Masculin Messages : 2279
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Madness Returns ...   Mar 24 Avr - 15:17

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

L'asile Amadeus Arkham ... 01h54.

Alors que Gotham City est plongée en pleine guerre de gangs, les gens se rendent dans la rue pour essayer de faire ce que leur instinct leur dit de faire : Survivre et tenter de faire face aux prises de contrôles de territoires par la Pègre ou par les cinglés de l'asile d'Arkham. Alors que des gangs se forment, tandis que des hommes créent leurs propres milices, tandis que des criminels forment leurs alliances, ma moto se fraye un chemin vers l'asile d'Arkham. J'évite une ambulance d'Arkham abandonnée et je suis péniblement la longue route parsemée d'arbres morts qui défilent en ligne droite vers le sinistre asile. Je hais cet endroit. Je le hais ... Vraiment. Non pas parce qu'il symbolise un échec continuel de plusieurs années, non pas parce qu'il est le repaire de mes pires ennemis, mais parce qu'il incarne un lieu, un lieu terrifiant où je pourrais me sentir "à l'aise", comme si je me sentais chez moi. Un lieu où ce que je suis serait vu comme "normal". Et cela me fait peur. Alors que la vitesse s'accentue pour ensuite diminuer, je gare la moto en face des soins intensifs avant de me diriger vers le bâtiment qui était censé être le plus imprenable et le plus protégé de Gotham City. Passant la grande porte de l'entrée du domaine, elle était déjà ouverte suite à l'émeute d'hier, je marche doucement et en assurance vers les cellules du sous-sol. Les gardes m'escortent, ce sont des gardes réglos, et c'est Aaron Cash qui me reçoit. Visiblement assez éprouvé, tandis que nous prenons l'ascenseur, nous sommes tous les deux, il se confie alors à moi, comme un besoin de se confier malgré la possibilité d'être écouté. Aaron est un homme exemplaire, un des seuls en qui je peux avoir confiance dans cet asile, et depuis que Sharp avait reprit l'asile des mains d'Elkins, je me devais de faire attention, très attention aux Tygers.

Aaron - "Batman, je vous avoue que je ne reconnais pas l'asile. Certaines zones sont interdites à des gardes comme moi par exemple, et je ne peux plus accéder à certains niveaux. Les Tygers commencent à nous remplacer. Ils sont certainement déjà au courant de votre arrivée."


"Parfait."


Aaron - "Batman, c'est un piège, et vous le savez tout aussi bien que moi. Pourquoi êtes-vous là ?"


"Pour récupérer quelqu'un de ma famille."


Aaron - "On ferait tout pour sa famille. On ferait tout oui ... Prudence à vous, Batman. Moi je ne peux pas vous accompagner."

Prévisible. Cash devait surement être obligé de ne pas aller plus loin, sinon on s'en prendrait à lui. Pas grave. Je sors de l'ascenseur et je m'avance. Quelques gardes Tygers me barrent la route. Ils ne sont clairement pas une menace pour quelqu'un comme moi. Ils sont forts, très forts oui, mais encore bien inexpérimentés. L'ambiance de l'asile me révulsait. Le calme était assourdissant, pénible. Je m'imaginais les pires horreurs, et mon esprit me jouait même des tours. C'était un tout, une espèce de brume qui emplissait votre cerveau et qui vous jouait un sale tour pendard. Je détestais vraiment cet endroit, et pourtant il me fascinait ... Un bruit ? Je dirige ma lampe torche vers le possible endroit ... Rien ... Et pourtant, un chant se fait entendre. Une voix douce, enfantine, gaie, ici ? Ce n'était pas possible pourtant ... Non ... Une petite fille qui chante ? Ici ? Impossible. Il ne pouvait pas y'avoir d'enfants à Arkham, excepté peut-être Baby Doll, mais aux derniers registres, elle avait quitté la ville. Qui pouvait s'amuser à un tel jeu ? Non ... Non ... Ne flanche pas. Ne réfléchis pas, ce n'est qu'une image. Une métamorphose de ton esprit. Cette maison, les esprits, elle sait les chambouler. Harriet Arkham avait été assassinée et violée ici-même, sur cette ile. Son corps avait été découpé par Martin Dawkins et sa tête décapitée et logée dans la maison de poupée de la jeune fillette. Une boucherie pour Amadeus. Serait-ce la jeune fille que j'entends chanter ? Impossible. Les morts ne chantent pas. Reprenant mes esprits, je continue d'avancer dans le dédale de murs souterrains d'Arkham ... Je crois entendre des gens rires, mais je n'entend que le silence, le son du silence assourdissant qui se remplit dans mes oreilles. Pas de Tygers sur ma route pour le moment, ça sent le traquenard. Mon biper m'avertit que Dinah est quelque part dans ce secteur. Une horreur. J'entends des cris ... Deviendrais-je fou ? Non. Je me passe la main sur le crane, pour faire taire ces bruits. De toute évidence, Arkham était un lieu maudit qui agissait sur le mental. Je pouvais comprendre ce qu'Harvey avait enduré. Ainsi que les pensionnaires qui y sont enfermés. Alors que j'ausculte les serrures, certaines et en grande majorité, sont des serrures électriques, qui se referment grâce aux boitiers électriques, donc inutiles si une panne de courant totale de la ville pouvait survenir. Ce qui pourrait très bien arriver si la guerre des gangs continue, il faut mettre un terme à tout ça.

"Penny-One, lancez le brouilleur sur Arkham. Quelque chose me dit que je vais très bientôt avoir de la visite."


J'avais besoin de travailler dans l'invisible. S'ils pouvaient me repérer ou traquer ma position, ce serait plus difficile pour moi de retrouver Dinah. La douleur dans mon bras reprend doucement ... Je sors un calmant de ma bat-ceinture. Je me rappelle d'avoir croisé un interne autrefois, un homme qui croyait entendre et voir des choses dans l'asile, et maintenant, je pouvais saisir la nuance. Quelque chose de dangereux sommeille dans ce bâtiment, quelque chose de monstrueux qui influe sur notre pensée. Je pouvais comprendre la nuance qu'il m'avait conté, mais j'avais l'impression qu'il voulait me parler d'autre chose, quelque chose de plus pénétrant, de plus monstrueux, de quelque chose dont lui-même ignorait les causes. En tant qu'étranger à Arkham, je pouvais comprendre ce que j'avais cru entendre et en devenir fou, mais selon les rapports de Jeremiah Arkham, cela ne pouvait pas être cela, il y'avait forcément quelque chose qui expliquait ces rires et ces pleurs, ces voix enfantines, quelque chose oui, mais quoi ? De la bonne et simple manière que des "cris illusoires et des chants d'enfants", cela ne pouvait être que mineur. Cet asile me terrorisait, et quelque chose me dit que la nuit ne serait pas tendre. Mais Batman ne doit avoir peur de rien, il doit tenir bon. Vivement que je sorte de cet endroit. J'en suis certes fasciné, mais pas au point d'y pourrir le reste de ma vie. Dans ma tête, j'entendais encore le chant de la gamine. Quelque chose d'effrayant, parmi ces clowns, ces monstres et ces criminels. J'en conviens. Mais Batman ne doit pas avoir peur. Avançant droit vers le danger, et vers la cellule où devait se trouver le communicateur de Dinah, j'affronterai avec courage les ténèbres de la folie. Ouvrant la porte, je suis étonné de ne pas voir autant de sécurité que je le croyais. Mais tout ça est forcément un piège oui ...

"Canary ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 141
Date d'Inscription : 27/08/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Psychiatre à Arkham.
♠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Nous verrons cela.
avatar
Hugo Strange
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Jeu 26 Avr - 0:22

Il était tard ce soir. Une journée difficile, en terme de psychanalyse et de dangers avec certains patients. Fort heureusement, tout s'était parfaitement terminé et Quincy Sharp avait réussi à avoir le conseil d'administration dans sa main. Pour le moment. Après une vérification par caméras dans de nombreux secteurs de l'asile, nous étions en passe de voir la relève de la garde, et malgré le fait qu'il y'avait encore des gardes civils à Arkham, bientôt, tout l'asile serait rempli de Tygers. Les contrôles de surveillance se faisaient dans le calme, certains pensionnaires de l'asile furent surpris de voir autant de Tygers dans les couloirs, présents et menaçants, mais là, l'heure était grave, une ou plusieurs attaques de la Pègre locale étaient biens coordonnées et d'après ce que nous savions, on pouvait craindre une évasion. Surement. Le sergent Sanchez, un des Tygers d'élite, s'occupait de la surveillance des étages secondaires.. L'atmosphère de l'asile s'agitait un peu plus, certains patients du secteur A-G 12 étaient moins coopératifs, mes Tygers devaient parfois utiliser la manière forte pour faire appliquer la sécurité au sein de mon asile. Je retournais dans mon bureau quand je fus surpris par une de nos gardes qui arrive en courant. Apparemment, la Bat-moto venait d'arriver à l'asile d'Arkham, et le Batman venait de pénétrer dans les Soins Intensifs de l'asile.

<< Ainsi, le voila. Je l'admet, je l'attendais un peu plus tôt. >>

<< Que désirez-vous que nous fassions, monsieur ? >>


<< Dites aux gardes de se tenir prêts. Qu'on réduise le nombre de gardes sur son chemin. Je veux qu'il sache que c'est un piège. Et de toutes manières, il doit s'y attendre. >>

<< Bien, monsieur. >>


La jeune femme se retire, pour avertir les troupes de l'idée que j'avais eu. Le Batman, quelle délicieuse ironie, quel délicieux moment. Mes gardes et moi-même, nous prenons la direction de l'aile nord afin de prêter main-forte aux agents qui sont dans le petit quartier général pour s'occuper de l'asile et des nombreux accès. À notre arrivée, ce fut un vrai champs de bataille, prêts, tous, à suivre mes ordres et à suivre ce qui allait se passer. Batman allait connaitre la joie de recevoir mes Tygers et de pouvoir les combattre, comme cela. Je me positionne en face d'un écran montrant de nombreuses vidéos. Les caméras de surveillance me le montrent. Il est bien parmi nous. J'ai un sourire patient et intéressé. Je prend le micro avant de faire résonner ma voix dans les hauts-parleurs de l'asile. Autant se camoufler en plein jour et lui montrer que je peux être quelqu'un de conciliant et de calme.

<< Je vous souhaite la bienvenue à l'asile d'Arkham, Batman. Vous m'excuserez de ne pas vous accueillir en personne. >>

Il était fascinant de le voir en vrai. De savoir qu'il était à quelques pièces d'ici, qu'il était dans mon asile. Il fallait que je garde confiance, mon calme, il fallait que je reste calme. C'était terriblement excitant oui. L'homme de tous les fantasmes, l'homme dont tous les secrets sont désirés, voulus, oui. Il était l'homme providentiel, le premier d'une longue lignée d'hommes parfaits, enclins à faire ce qu'il y'a de mieux pour sauver l'Humanité. Wayne était un être parfait, physiquement et mentalement, mais sentimentalement, il était impur, et pourtant, ses sentiments sont sa faiblesse. Reprenant dans le micro, je continue ma litanie.

<< Dois-je vous rappeler que libérer un détenu de l'asile d'Arkham entrainera irrémédiablement une réponse des Tygers. Vous êtes dans un asile, dirigé par Quincy Sharp et sous l'influence du maire Cobblepot. Dois-je poursuivre ce qui risque de vous arriver ? >>

Oh bien sur, un homme comme Batman n'a pas besoin qu'on lui rappelle. Il fait ce qu'il veut et c'est là que se referme le piège. Sitôt la dénommée Black Canary libérée ... L'alarme retentira et mes Tygers refermeront le piège sur eux. Une fin des plus adorables pour le Batman. Pris au piège dans l'asile qu'il protège depuis toujours contre les évasions. Une chose était certaine, je n'allais clairement pas le laisser sortir de l'asile sans un bleu ou une égratignure. Il saurait qu'Hugo Strange serait le maitre d’œuvre de sa chute. Et rien de plus !


Had you ever considered that all this is your fault ?
Your presence creates these animals ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Jeu 26 Avr - 11:30


« Madness Returns… »
[ Save Dinah ]
_____Quelques mois après la Guerre des Gangs, il n’y aura pas de répit pour la famille de la chauve-souris. La disparition de Dinah n’avait pas laissé l’adolescent indifférent. Depuis son retour en enfer, le jeune homme avait noué des liens particuliers avec cette dernière. Elle lui servait de confident, de psychologue, une relation presque maternelle. Grâce à elle, le jeune garçon avait réussi à faire la part des choses, à retrouver une partie de sa lucidité, de son sang-froid légendaire. Les séquelles étaient peut-être encore là, les cauchemars aussi, mais Tim n’avait plus peur d’en parler, du moins avec elle. Alors lorsqu’il apprit que Dinah se trouvait à l’Asile d’Arkham, sous la main d’Hugo Strange, l’adolescent n’a pas réfléchit.

Il n’a pas attendu l’accord de la chauve-souris pour pénétrer dans les lieux. Le garçon avait fait preuve d’une grande discrétion. Les caméras et l’attention d’Hugo Strange serait davantage focalisé sur son mentor que sur lui. Le garçon devait profiter de la situation tant que personne n’avait calculé la présence du jeune justicier.
Dissimulé dans la pénombre, l’adolescent était agenouillé sur un des toits du bâtiment, pianotant ses doigts sur l’ordinateur présent sur son bras. Tim connaissait les lieux, il y avait déjà mis les pieds. Dans sa tête, il avait déjà cartographié les lieux, toujours prévoyant. Il n’y avait plus qu’à localiser Dinah pour mettre en place sa stratégie. L’adolescent était parvenu à pirater les accès de l’asile. Les caméras de vidéosurveillance, une partie du système de sécurité de l’établissement était désormais sous son contrôle

Ses yeux se baladait sur l’écran projeté, à la recherche de la moindre mèche blonde familière. Les visages des criminels enfermés dans leur cellule sont également familiers. Certains d’entre eux avaient été enfermé par sa faute. Cependant, ce n’était pas l’objectif. Très vite, il reconnu Dinah, dans un sale état. Un élan de colère l’envahit, une colère concentrée sur Hugo Strange et ses sbires. Ils allaient payés, tous autant qu’ils sont. Mais il ne fallait pas oublier le principal objectif, celui de sauver Dinah et de la mettre en lieu sûr.

Tim empruntait un chemin complètement opposé à celui de la chauve-souris. Il ne fallait pas qu’Hugo remarque sa présence, du moins, pas maintenant. Lorsque l’adolescent localisait une caméra non loin de lui, il parvenait à brouiller temporairement l’enregistrement pour passer tranquillement, sans se faire repérer. L’adolescent parvenait à progresser dans le bâtiment sans se faire repérer, du moins en apparence. Il traversait les bouches d’aération quand il le pouvait, jusqu’à rejoindre la cellule de Dinah.
Bien évidemment, la chauve-souris n’est pas loin et ne va probablement pas apprécier la présence de son acolyte, se remettant doucement de sa confrontation avec le Joker. Pas question pour lui de faire demi-tour. Son regard se refroidit, il esquiva les dernières caméras de surveillance, brouillant celle qui restait focaliser sur Black Canary avant de se rapprocher de Batman. Hugo Strange avait pris la parole, il avait bien conscience de la présence de la chauve-souris, mais pas encore de celle de Tim qui évitait tous les systèmes de sécurité.

« Bien sûr que c’est un piège. » rétorqua Red Robin en se rapprochant, un regard triste en direction de Black Canary, il se place devant la chauve-souris. « Peu importe ce que tu diras… Juste… Laisse moi faire, s’il te plait. Ne la brusque pas. Surveille mes arrières. »

Red Robin n’échangea que très peu avec le justicier. Lorsqu’il le regardait droit dans les yeux, il se souvenait encore de la séance d’électrochoc que lui avait fait endurer le Joker, reprenant le travail de Dollmaker pour tenter de retourner l’acolyte contre son mentor. Le clown avait forcé pendant plusieurs heures à faire avouer à Tim que Batman était seul responsable de ses blessures, mais il n’avait obtenu que des mensonges et des provocations en retour, malgré la douleur des électrochocs. Il repensait à cette voix qui lui murmurait tout les tords de la chauve-souris, il se remettait en question, avant de détourner le regard pour reprendre ses esprits.

Des paroles courtes, une voix baisse, l’adolescent se rapprocha doucement de Canary, identifia les quelques blessures qu’elle avait sur elle. Tim avait parfaitement conscience de l’état psychologique de la jeune femme. Lui aussi avait été victime. Quelques mois plus tôt, il se trouvait à la place de Black Canary. Avec du recul, il savait parfaitement comment aborder ce genre de situation, ne pas effrayer Dinah.
Pour cela, il fait en sorte de se rapprocher lentement, d’être sûr que la jeune femme puisse percevoir son visage pour l’identifier et ne pas le prendre pour un de ses tortionnaires. A bonne distance d’elle, il finit par se mettre à sa hauteur.

« Dinah ? Dinah, regarde-moi. C'est moi, Red Robin, je suis là. » demanda Tim d’une voix plutôt douce et calme. Il rapprocha doucement sa main, tendue vers elle. « Tu es à Arkham, tu es blessée. On est venu pour te sortir de là, avec Batman… Tout va bien, on va te mettre en lieu sûr… Tu peux marcher ? »

Il tendit la main vers Black Canary, sans la forcer, sans la brusquer, sans la toucher, de peur de l’effrayer. Il attendait qu’elle fasse le premier pas. Lorsqu’elle sera prête à lui faire confiance, même si cela doit prendre plusieurs minutes, il sera là pour lui venir en aide et lui apporter tout le réconfort dont elle a besoin pour se sentir en sécurité, car le pire est à venir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1334
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Jeu 26 Avr - 19:00

Back in Black. Mains sur sa tête devenue caisse de résonance pour tous ces cris inhumains et ces rires fous, les doigts se crispant parfois jusqu'à ce que l'ongle se presse contre la peau alors que de nouveau le sang afflue, Dinah sent qu'elle va céder. Même sa balise gps commence à crisser entre ses dents, tant elle se retient, tant elle essaie de garder le contrôle alors que de nouveau, on vient de la jeter violemment dans cette cellule. Est-ce qu'elle a tué Lin Mei ? Non, quand elle a pris le pouls, il y avait encore des battements. Ils ont juste voulu la faire craquer, lui faire passer la ligne. Elle a failli, en voulant un instant prendre ce fouet et le passer autour du cou de ce(tte) taré(e). Elle a tenu, tout de même. Malheureusement, ça ne change pas le fait que sa tête lui fait un mal de chien. L'alarme sifflant son air assassin ne l'aide d'ailleurs pas à calmer ce problème.

Ça y est, elle se souvient d'où vient cette douleur, quand un TYGER passe en évoquant le nom de Strange. Oui, c'est Strange qui hante ses pensées, son sourire suffisant. Pas pour des raisons de Syndrome de Stockholm montant, non ... elle a juste envie de lui montrer ce que ça fait de se faire prendre par celui qu'on a essayé de saccager. Ses yeux bleus se plissent, et déterminée à trouver le moyen de lui en mettre plein la gueule, Dinah commence à chercher, rampant sur ses genoux, un moyen de rendre friable la structure. La jeune femme se relève difficilement en grognant de tout son soul, appuyée contre le mur côté lieu d'aisance. Une trace de sang est d'ailleurs laissée sur le mur; les blessures de ses mains saignent de plus belle. La porte s'ouvre soudainement.
"Batman."
Elle ne le regarde pas. Ce qu'elle fixe, ce sont ces toilettes répugnantes qui ont quelque chose d'intéressant. On pourrait la croire folle, mais elle sait que les conduits ont une chance de péter; pour peu qu'elle se force à regagner son Cri. Sauf que l'appareil de Luthor est toujours là. Et en plus, Strange se permet de les menacer. Ça n'arrange en rien sa migraine. Sauf, quand Tim apparaît. Ses remords, son envie de se venger de manière propre et radicale s'envolent un instant. Son coeur meurtri s'allège et pour une fois, Dinah n'hésite pas. Elle ne lui prend pas la main, elle se jette dans ses bras en silence, le serrant comme si c'était lui qui avait été kidnappé. Ses yeux bleus commencent à briller dans la pénombre, noyés sous des larmes au mélange d'amertume et de soulagement. Des yeux qui regardent aussi Batman avec une certaine tendresse que les caméras de Strange ne peuvent capturer. C'est un chuchotement de l'âme mais, elle le remercie d'être venu, d'être avec Tim.

Puis, elle lui prend le visage de Robin délicatement, en évitant de le teinter de son propre sang.
"Oh ... ça ? Ils ne m'ont pas clonée ou bien retiré une partie du cerveau. Ça aurait pu être pire."
Son sourire fait grise mine sur son visage tiré par la fatigue et la douleur. Si pâle, amaigrie. Mais encore capable de penser rationnellement.
"Fais juste sauter ce collier. Les capteurs ont déjà été mis à mal. Sachez juste que je n'ai jamais douté."
Le collier saute au bout d'une minute de manipulation par Tim et Dinah porte immédiatement une main sur sa gorge, enfin libérée de ce symbole de soumission que l'on n'a pas cessé de lui coller. Elle se lève ensuite vers la caméra en titubant, alors que les alarmes commencent à hurler, les TYGER à se ramener autour de cette cellule maintenant entièrement blindée à son entrée avec la descente des systèmes de protection.
"Ça, vous me laissez gérer."

Son poing se rapproche de sa gorge.
"Regarde-moi bien, Strange. Et comprends à quel point tu es un bouffon en blouse blanche. Dès maintenant."
Son majeur se lève, provocation envers ce gusse qui se croit au dessus des autres. Il va comprendre ce que c'est, un groupe, une équipe, une famille. Dès maintenant. Et ce n'est pas les gaz qui commencent à se disperser dans la pièce qui vont l'arrêter. Black Canary est de retour. Les premières inspirations sont difficiles, ne donnant pas l'effet escompté. Mais plus elle insiste, plus les ondes reviennent. Et, dans une inspiration violente, lui faisant avaler une bouffée de gaz soporiphique.

SCREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

Ce Cri, c'est un cri de guerre, de rage de vivre, de détermination et de liberté. Malgré son apparence moins imposante, son air moins avenant, Dinah restait une femme battante et pleine de convictions. Ce sont deux, puis quatre pour finalement arriver au nombre de cinq murs détruits, et canalisations faisant gicler leur eau que la voie s'ouvre jusque vers un des nombreux couloirs de l'asile. Contente de son exploit, elle se retourne vers eux, en trainant un peu des pieds.
"Comme quoi, je ne suis pas si rouillée que ça-aaaaaaaaaaaarh !!!"
De nouveau les douleurs reviennent frapper son crâne, l'obliger à prendre entre ses mains son visage dans une tentative vaine de faire baisser le pic, et la faire vaciller. Ce n'est pas possible. Quelque chose a dû se passer. Mais elle ne s'en rappelle pas. Quelque chose a dû être implanté, mais elle ne s'en rappelle pas. Tout ce qu'elle peut constater, c'est le sang qui tombe sur le sol, provenant de son nez.
"Je ... Ne ..."
Les acolytes de Strange lui ont effectivement implanté quelque chose pour littéralement jouer avec ses nerfs. De quoi la rendre instable et à moitié incontrôlable. Des ondes qui ressemblent étrangement à celles du sensible, mais mal guidé rouquin, Meister. Ce n'est pas une copie conforme, c'est même ignoble, moins mélodieux et relevant plus de la charcuterie mentale. Un enregistrement a toujours le don de biaiser certains aspects de la voix. Mais cette fois, c'est vers Tim et Batman qu'elle veut hurler, pour une raison qui lui est inconnue; pourtant dictée contre sa volonté. C'est au prix de grands efforts que la justicière arrive à maîtriser, durant lesquels elle s'effondre et se recroqueville en ne cessant d'entendre ces sifflements et ces battements la rendre folle. Folle de rage contre cet asile qui veut à tout prix lui retirer ses raisons de vivre.

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 2279
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Ven 27 Avr - 0:04

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

L'asile Amadeus Arkham ... 02h18.

Le signal bip à mon poignet, un crime est en train de se dérouler sur Fashion District, la zone commerciale et touristique la plus imposante de la ville. Pas le temps d'y aller, je ne peux pas. Grâce à Penny-One, j'envoie un autre justicier sur l'affaire et je préviens Gordon, on m'indique selon les premiers rapports, que ce serait un coup du Roi du Condiment. Pitié, pas pour moi, la moutarde me monte déjà au nez ici-même. Robin était là, se remettant une nouvelle fois des sévices infligés par le Joker. Le Prince des Clowns était toujours dans les sales coups, et le seul moyen de le stopper net, c'était de se débarrasser des problèmes. Que disait mon père à ce sujet déjà ? Premièrement, il fallait éliminer les éléments dangereux et les isoler. La défaite du Joker ces dernières semaines mettait un terme à son petit jeu démoniaque qui durait depuis sa prétendue mort pendant la guerre des gangs. Ce soir, les Tygers s'en prenaient à des gens, des civils, pour le propre jeu personnel d'un seul homme : Hugo Strange, et qui avait malheureusement, un aspect encore inconnu au niveau du mobile. Mais qu'est-ce qui était logique avec les cinglés qui m'en voulaient après tout ? Alors que je me dirige dans la cellule de Dinah pour lui ôter son collier, elle montre parfaitement la maitrise de son pouvoir sonique. Elle venait de démolir quelques bâtiments. Elle voulait montrer sa colère, sa haine, tout ce qu'elle avait ressenti dans ce lieu infâme depuis qu'elle fusse enfermée ici-même. La voix d'Alfred résonne à travers mon communicateur, sobre, toujours présent, Alfred parle et me donne les derniers relevés enregistrés par le GCPD et par les témoins de la scène du crime. Ce sera pour plus tard, le Roi du Condiment attendra une autre fois. La voix est grave, mais on sent qu'il a bien potassé le dossier, Alfred connaissait son travail, et comme Dick n'était pas encore disponible, et Stéphanie encore moins, je préférai emmener Tim pour me seconder. Pour tout dire, je ne les voyais pas s'attaquer au Roi du Condiment, il était trop ... Infime pour qu'on puisse vraiment le prendre pour une menace. Seul comptait l'ordure qui s'en était prise à Dinah ces derniers temps. Elle perd du sang, elle perd ses forces, j'enrage. Que lui avaient-ils fait ? Je la prend dans mes bras avant de lui administrer un sédatif. Elle ne semble pas contrôler son cri, et encore moins ses actions. Quelque chose est en train de la dévorer de l'intérieur. J'enrage. Alfred observe les signes vitaux de Dinah grâce aux capteurs sur mes gants. Il se rend compte très vite que quelque chose ne va clairement pas dans tout ça.

"Il semble que mademoiselle Lance est manipulée par quelque chose."


"Et je découvrirai ce que c'est."


"Êtes-vous sûrs de pouvoir ramener mademoiselle Dinah à temps, monsieur ? Si elle perd son sang, peut-être est-elle victime d'un empoisonnement."


"Je ne raterai pas mon coup."


"N'oubliez pas que votre Batmobile dispose d'un système de désarmement poussé, et d'une capacité à intercepter les voitures et à faire des dégâts non léthaux. En cas de besoin, son armure se renforce à l'avant et elle peut perforer des murs de bâtiments. Si vous en avez besoin bien entendu. Peut-être devrais-je prendre les commandes à distance pour attirer bon nombre de Tygers hors de votre route."


"Allez-y."


Je coupe la transmission. J'enclenche alors la Batmobile pour qu'elle prenne un maximum de puissance et Alfred prendra le relais. Ce sera la première fois que j'enclenche ce tout nouveau système, mais Lucius m'avait dit qu'il marchait parfaitement, donc je n'avais rien à craindre. Wayne Enterprises savait et connaissait son travail, malgré le fait que tout semblait s'écrouler. Une chose était certaine, personne ne trouverait l'entrée des zones de Batman dans Wayne Entreprises, et personne n'y aurait accès. Lucius avait le talent et les ressources, donc je n'avais strictement pas à me plaindre de son travail. Je calcule les coordonnées qu'il nous faudra pour sortir Dinah de là, en un minimum de casse. Nous étions loin sous terre, et à la surface, la Batmobile faisait du ramdam dans les jardins et dans les allées de l'île d'Arkham, histoire d'attirer l'attention. Lucius avait bien bossé, du bon travail, c'était un professionnel en qui je pouvais avoir vraiment confiance, et mine de rien, il avait toujours la ressource nécessaire pour satisfaire chacun de mes désirs en ce qui comprenait mon armement et mes gadgets. Alfred aussi était toujours là pour nous épauler, quant à Tim ...

"Tu penses pouvoir tenir face aux Tygers ?"


Je ne doute pas de lui, je ne peux pas douter de lui. J'espérais juste qu'il serait assez fort mentalement et physiquement pour tenir face à des hommes dangereux et surentrainés. Pas de nouvelles de Dick et de Barbara, cela m'inquiète un peu quand même. Mais je pouvais gérer, pour le moment. La nuit est froide, l'eau de pluie ruisselle sur l'asile et la température est légèrement humide, je me sens bien. De là où je suis, j'observe la cellule et la porte enfoncée par nos soins. Une chose est sûre, je vais faire payer l'ordure qui avait tourmenté Black Canary, et clairement, ça me démangeait sévère. Mes poings se serrent et je regarde d'un mauvais œil le couloir qui allait bientôt devenir un piège mortel. Je prend Dinah dans mes bras, et je commence à sortir de là. Je serre les dents, et aussitôt, je prépare mon plan d'attaque. Le dénommé Strange ne le verra pas arriver lui-même. Aussitôt, la Batmobile fonce à travers les gravats et les jardins pour se renforcer à l'avant et se servir de son armure pour créer un bélier, une arme puissante pour perforer le mur du Manoir Arkham, on allait encore me reprocher d'être un terroriste masqué, mais je m'en moquais, ce soir, je reprenais une de mes alliées dans le rang et ce n'était pas Strange, ni Cobblepot, ni Sharp qui allaient m'en empêcher. Dans un gigantesque bruit, la voiture pénètre dans le Manoir Arkham. Les Tygers de Strange tirent dessus et la Batmobile les neutralisent grâce à des balles en caoutchouc. Je ne tue pas, jamais, jamais de la vie. Alfred regarde le spectacle, un sourire sur ses lèvres tandis qu'il prépare la suite de l'évènement. Dans les couloirs de l'asile, ce n'étaient que les cris des autres cinglés, des monstres, des rires, des injures. Quelque part, je sens le poids de cet endroit, cet endroit pue la mort, il pue le médical, il pue les soins de bas étage dignes d'un camps de la mort. Cet endroit pue la torture à plein nez. Et je ne peux rien faire, légalement, contre ça. Je me tourne vers Robin, soutenant toujours Black Canary pour l'aider.

"Essaie de voir si tu peux me dégager la route."


Dis-je sur un ton presque familier. Tim et moi ... C'était une histoire compliquée, mais une histoire qui avait bien fini, pour qu'il puisse devenir mon acolyte. Quand à Dinah, que j'étais venu reprendre des griffes de Strange, c'était un jeu de séduction et de romance, comme dans les romans de cape et d'épée, et peut-être que ... Un jour ... Peut-être. Et pourtant, pendant l'ombre d'un moment, toujours empreint au doute et à ma probable mort imminente, j'ai cru qu'un jour, elle et moi serions unis mais puis-je vraiment offrir cet espoir à Dinah ? Devrais-je continuer à risquer ma vie dans la crainte qu'elle me perdre ou que je la perde ? Il fallait qu'on sorte Dinah de là et qu'on la soigne. Mais les membres du Réseau ? Qu'en penseraient-ils de ce triste spectacle ? Qu'allaient-ils en penser après ça ? Gotham City n'était clairement pas une ville pour l'innocence, mais j'espérais au plus profond de moi, qu'on pourrait reprendre cette ville, un jour. Dinah était une alliée estimée, et ses talents de combat en faisait une femme des plus puissantes de la Justice League. Je me sens mieux maintenant qu'elle est près de moi, Gotham City va pouvoir un peu respirer, maintenant, le cas de Strange allait être une épine de plus dans le flanc de la ville, et j'allais pouvoir m'imposer et me présenter à ce triste sire. Néanmoins, je trouvais ça facile, et terriblement bizarre, pour le moment, il n'y avait rien. Pas l'ombre d'un Tyger. Red Robin avait raison, et Cash aussi. Tout ça puait salement le piège.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 141
Date d'Inscription : 27/08/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Psychiatre à Arkham.
♠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Nous verrons cela.
avatar
Hugo Strange
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Ven 27 Avr - 21:34

<< Puisque le Batman ne semble pas vouloir jouer le jeu, nous allons devoir le pousser à entrer dedans, de son plein gré. >>

Et d'un geste de la main, les cellules de l'étage s'ouvrirent, et de nombreux patients de l'Asile commençèrent à s'échapper et à se diriger dans tout l'étage, en traque de possibles soldats de Strange, ou encore des justiciers. Tout l'étage était bouclé, le piège se refermait. Le transfert vers le centre psychiatrique et pénitentiaire d'Arkham depuis la prison d'État de Blackgate de l'autre côté de la ville, ordonné par le ministère de la Justice, fut le seul et unique cadeau que l'asile avait reçut à l'aube de cette matinée. La haute administration de l'asile d'Arkham avait sué sang et eau, et ce durant de nombreuses semaines, pour convaincre les forces de l'ordre de faire interner en son sein certains patients dangereux comme Crazy Quilt, Calendar Man, ou encore Solomon Grundy. Aveuglé par ma fierté exagérée pour avoir recueilli un specimen des plus rare, je me moquais éperdumment de l'erreur de ne pas prendre immédiatement conscience que je venais, en réalité de signer le début d'une interminable ère de terreur. Exaspérée par les doses quotidiennes de médicaments abrutissants et par l'impossibilité de poursuivre son rôle de justicière, Black Canary allait être knock-out pendant un petit moment, juste quelques heures avant de retrouver l'odeur de la liberté. À la suite d'un mystérieux procédé qui restera toujours inconnu pour le Batman et ses alliés, j'avais réussi à intégrer un poison virulent qui neutraliserait sur ma simple demande, les fameux pouvoirs de la jeune femme. En attendant ... Dehors, la Batmobile s'affairait à faire des ravages, et certains de mes hommes sont allés la neutraliser. Des nuages lourds chargeaient le ciel et une pluie battante accompagnait l'orage de plus en plus violent qui s'abattait sur toutes les personnes dispersées autour du bâtiment comme de violents coups de massue. Les forces de police restantes et les justiciers qui commençaient à recevoir des alertes de l'asile, verraient qu'une évasion était sur le point de se confirmer, ils n'allaient pas tarder à s'agglutiner devant le bâtiment, tremblant désormais à l'idée de devoir combattre la folie en elle-même. La nuit risquait d'être longue pour les protecteurs de la ville qui peinaient à concevoir un plan efficace afin de sortir de l'asile, sous la menace des fous et des Tygers. Batman allait surement en ressortir pas mal éprouver, mais c'était ce qu'il fallait. Ma voix résonne à nouveau dans les haut-parleurs.

<< Vous êtes responsable de l'état de la ville. Vous êtes les personnes qui ont détruit ce qu'il restait de santé mentale à la population. Vos morts sauveront cette ville. Soyez en certains. >>

Les criminels, aussi différents les uns des autres, avaient tous une raison suffisante pour justifier leur présence dans cet asile : Batman. Si j'appréciais beaucoup mon Némésis, je l'aimais et je le haïssais à la fois. Après tout, il était parfait, et pourtant, il ne méritait pas de sauver ce cloaque. Une idée bien plus alléchante m'avait déjà fait réfléchir depuis longtemps. Le projet Arkham City verrait le jour, et cela, personne ne pourra le contester. Arkham City sera ma gloire, ma réussite, ma merveille, et je ferais en sorte que tout marche à l'intérieur. Mes plans étaient prêts après tout. Mon souhait le plus cher avait toujours été d'accomplir mon œuvre le plus rapidement possible, et il était nécessaire pour cela que les autorités ne puissent plus jamais le contrecarrer. Grâce à Cobblepot, j'étais en mesure de m'occuper de toutes ces vilaines choses qui pouvaient être ennuyantes, et j'avais accès aux fonds de la ville. En supprimant toutes les archives me concernant depuis l'ordinateur principal du bureau du maire, j'aurais alors toute latitude pour agir et faire de mes projets une réalité monstrueuse. L'opportunité qui se présentait à moi de me libérer définitivement de la justice vindicative des justiciers me paraissait bien trop importante pour ne pas la saisir. Il fallait se débarasser d'eux.

<< Tygers, Batman et ses alliés sont dans le bloc 12-B ! >>

Tandis que l'ensemble des Tygers se dispersaient aux différents niveaux du bâtiment pour accomplir leurs tâches respectives, je me tenais en face des caméras de surveillance, prêt à donner l'alerte si nécessaire, accompagné de mes gardes du corps les plus fidèles que j'avais pris soin d'emmener avec moi cette nuit-là. Rares étaient les individus capables de pirater le système informatique de l'asile depuis l'extérieur du bâtiment. Seuls les plus assidus y parvenaient. Néanmoins, depuis la source même des données, la difficulté était alors nettement plus réduite. Je survole la liste des noms des criminels référencés enfermés actuellement, et pour tout dire, libérer Grundy serait amusant.

<< Voyons ce que vous valez face à lui, Batman ... >>

Dis-je en souriant tout en activant la libération de la créature. Alors que la procédure s'exécutait et que les fichiers se supprimaient les uns après les autres à vive allure, afin de conclure à une vraie évasion et non à une commande autorisée, je me relevais de mon siège de bureau et posa un regard affreusement sévère sur mon garde du corps, protégeant mes arrières.

<< Batman ne sortira pas vivant de l'asile d'Arkham. >>


Had you ever considered that all this is your fault ?
Your presence creates these animals ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 21/08/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: justicer
♠ Relations conflictuelles :: ► les vilains de gotham
♣ Vos Alliés : : ►batfamily, Le Reseau
avatar
Dick Grayson/ Nightwing
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Dim 29 Avr - 23:05

J’époussète un peu de sauce sur mon épaule. Comment un super vilain peu vouloir se battre avec des condiments… rien de mieux pour mon retour à Gotham… Peu importe.
Je file à bords du batwing dans le ciel nocturne de Gotham en direction d’Arkham, des années au côté de Batman m’ont appris à le surveiller.
J’ai dû faire plusieurs aller-retour entre bludhaven et Gotham après la guerre des gangs, car mon bon veille ami blockbuster faisait des sienne, mais je n’ai pu m’empêcher de rester connecter à un relais du batordi, pour garder un œil sur les activités du Réseau, ma deuxième famille.
S’il n’a pas voulu me mettre au courant c’est que c’est important. Mais pourquoi emporter Tim avec lui, alors qu’il n’est pas encore tout à fait rétabli de ces diverses rendez-vous avec les diverses psychopathes que couve cette ville. On pas encore eut le temps de discuter ou de passer un peu de temps sans nos costume.
J’arrive enfin au niveau de l’asile.
J’ai suivi tout la conversation entre Batman et Alfred. Je relis un message de Tim, qui prends tout son sens à présent.
J’annonce m’a présence tout en essayant de déterminé la position exact sur l’écran du batwing.
 
-Alfred, je prends le relais. Ici, Nightwing. Je ne sais pas où vous en êtes et je n’arrive pas à déterminer a quelle niveau vous êtes mais l’extraction est ici. Vous allez être sacrément bien entouré dans quelque seconde. Sortez d’ici, on s’occupera de Strange plus tard.
 
Je me place au-dessus de de leur position mais a une bonne altitude pour ne pas permettre au Tyger de me tirer comme un immense pigeon. Même si je remarque du mouvement en dessous de moi.
Je vois apparaitre sur le radar un une silhouette gigantesque accompagner d’autre renfort se dirigeant vers la batfamily.
 
-Bon j’ai compris, j’arrive.
 
Ils semblent tous en dessous de moi. Je décide de lancer un fumigène puis un petit missile dans l’enceinte pour me créer une entré direct.
Je saute du Cockpit, et plonge dans la fumée et freine ma chute avec ma Wingsuit.
Je ne suis pas encore au bon endroit. Je suis entourée de Tyger. Aller c’est parti pour un peu de sport, heureusement une partie est sonnée par l’explosion.
Je parcours les couloirs de cet asile accompagné par les cris et la folie. Je n’ai jamais aimé cet endroit et je crois que je ne l’aimerai jamais. Je calme plusieurs tyger au passage, ce qui est bien plus fatiguant que je ne l’aurais cru.
 
-J’arrive, vers vous essayer d’avancer.
 
Sur une fréquence privée.
 
-Robin, vas-y, mais fait vite.
 
Je vois apparaitre devant moi l’immense zombie hebdomadaire. Après m’être débarrassé de ceux qui l’entouraient, je m’attaque au gros morceau.
Ses mains immenses tentent de m’agripper, je les évite avec des sauts. Il est rapide le gros. J’essaye de le déséquilibrer, le faisant poser un genou à terre. Je me glisse sur ses épaules, et l’électrocute directement à la tête. Grundy est à peine chatouiller et s’énerve.
Il essaie de m’agripper, je lui mets les bâtons dans la bouche et tire vers l’arrière. La brute, recule puis charge toute en tentant de m’attraper. Je réactive mes bâtons de quoi lui chatouiller les gencives, Un peu mieux mais il lui faut bien plus pour le mettre K.O.
Je l’asticote du mieux que je peux, et le moment arrive, il charge plein vitesse contre un mur. Me propulse sur son dos alors que son crane percute de plein fouet le mur d’Arkham. Même si Arkham a des murs très épais et solide, sa tête y a enfoncé. Il ne bouge plus. Il est K.O. à savoir pour combien de temps. Je reprends mon souffle et trottine vers Batman.
 
-Aller on y va, je nous ai ouvert une brèche. Aller Dinah, tient le coup.
 
Je vais vers Dinah et la supporte de mon épaule.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Lun 30 Avr - 0:46


« Madness Returns… »
[ Save Dinah ]
_____Tim lui avait tendu la main, et il ne lui fallut que quelques seconds à Dinah pour le prendre dans ses bras. L’adolescent ne peut cacher que cet acte ne le surprend pas, une agréable surprise, en somme. Hésitant, par crainte de la brusquer ou de réveiller une émotion post-traumatique, le jeune héros finit pas poser ses bras autour du corps de la jeune femme pour répondre à ce petit câlin.
Après ce petit geste, l’adolescent prend légèrement du recul sur la jeune femme pour laisser le chevalier noir, le temps de vérifier que tout allait bien. Son acolyte profita de ce moment de calme pour continuer son intrusion dans les systèmes informatiques de tout le bâtiment. Ce petit piratage prenait plus de temps que prévu et même s’il semblait énormément sécurisé, il n’était pas impossible pour un adolescent aussi doué que Tim en matière d’informatique d’entrer entièrement dans leur serveur et de les corrompre. Toutefois, l’opération prenait du temps et beaucoup de concentration.

Son attention est distraite lorsque Dinah semble perdre le contrôle. Pendant ces quelques secondes, il abandonna entièrement son activité pour se concentrer sur elle. Heureusement pour lui, la chauve-souris semblait avoir de meilleur reflex que lui. L’adolescent s’était armé de son bõ, prêt à se défendre contre le cri de Dinah. Cette dernière est rapidement maîtrisée par Batman, Tim rangea son arme sans être réellement sûr que ça soit une excellente idée. Puis vient la question de son mentor, la première question, celle qui se retient probablement de dire depuis qu’il a laissé son apprenti le suivre dans cette mission périlleuse. L’adolescent ne réagit pas, confiant envers ses capacités physiques et intellectuelles qui l’avaient déjà sauvé des pires situations notamment avec Joker. S’il n’avait pas réussi à manipuler Harley, il ne serait pas aux côtés de son mentor.

« Fais-moi confiance. » affirma Tim en suivant par un hochement de tête. « Je suis là. »

La dernière phrase du garçon semblait vouloir rassurer son mentor. L’adolescent était présent et lucide, pas d’hallucination, pas de violence, rien de tout ça. Il n’a pas assez de temps pour le rassurer davantage, il faut qu’ils quittent le bâtiment le plus vite possible. Les Tyger commençaient à se rassembler pour encercler Batman et son acolyte.

« Dégager la route ? Mieux que ça. D’ici quelques minutes, je serais capable de m’occuper du système de sécurité du bâtiment entier. En attendant, j’ai accès aux verrouillages des portes qui mènent aux différents blocs. Je peux freiner quelques troupes de TYGER… »

L’adolescent jeta un rapide coup d’œil sur son ordinateur. Le téléchargement était bientôt terminé. D’ici là, Strange sera à sa merci et aux regrets de devoir laisser Dinah s’enfuir sans pouvoir capturer la chauve-souris. Une énorme frustration pour lui, mais pas que. En effet, le jeune garçon avait prévu plus qu’un simple sauvetage. Il allait faire en sorte que les agissements de Strange s’arrêtent une bonne fois pour toute.
Les premiers Tyger lui barrent la route alors qu’il essayait de créer un chemin pour mener Dinah et Batman jusqu’à la zone d’extraction. Toujours concentré sur son ordinateur, le jeune homme parvenait à se protéger lui et ces deux compagnons des balles des forces de l’ordre tout en les assommant avec le bouclier déployé de son bõ, tout cela d’une seule main.

Les premiers mètres se parcourent sans grande difficulté. Cependant, le sol finit par trembler sous les bottes de Red Robin. Ce dernier s’arrête après avoir aperçu la silhouette de Solomon Grundy qui fonce à vive allure, manquant de piétiner le garçon. Heureusement pour Tim, Nightwing arriva au bon moment et permit au garçon de se concentrer sur son objectif secondaire. Il lance un hochement de tête à son frère en guise de remerciement et change de chemin, accélérant le pas sans attendre la réaction de son mentor.

L’objectif était simple, Red Robin devait se rendre dans les bureaux de Strange. Là-bas, l’adolescent aura probablement accès à des dossiers compromettant sur cet individu aussi bien informatique que papier. Les journalistes allaient adorer ces nouvelles et scandales croustillant pour pimenter un peu leurs journaux. Avec cela, Strange sera mit hors d’état de nuire, en plus d’avoir quelques problèmes avec la justice.
Pour cela, il fallait se frayer un chemin complètement opposé à celui qu’empruntait la chauve-souris. Les TYGER était concentré sur ce dernier, une chance sur Tim qui parvenait à s’introduire où bon lui semblait avec son ordinateur désormais connecté à l’ensemble des systèmes de sécurité, ne croisant que quelques soldats qu’il parvenait à assommer rapidement sans qu’ils ne préviennent leur collègue.

Tim n’est pas au bout de ses surprises. Strange avait un léger coup d’avance. Il s’était préparé à l’arrivé de la chauve-souris, s’équipant de garde du corps qui protégeait son espace privé, son bureau. Le garçon se cacha derrière un mur, observant les tas de muscle qui lui bloquait la dernière porte avant d’atteindre son objectif. L’adolescent devait faire vite, ses trois amis ne tiendront pas longtemps et les forces TYGER pourraient très bien remonter jusqu’à lui. Une bombe fumigène se glisse sous leur pied. Une seconde de stupeur suffit pour que le jeune justicier leur jette une grande givrante, espérant avec cela les paralyser pendant un bout de temps. Tim fonce dans le tas, esquive les statuts de glace et écrase sa botte sur la porte pour la défoncer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1334
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Lun 30 Avr - 11:32

Back in Black. Quand elle pense qui ont eu l'audace de lui implanter une puce censée se baser sur une fréquence qui de base, doit juste la mettre knockout, Dinah est révoltée. Devenir un cobaye, devenir comme ces animaux élevés spécialement dans ce but, alors qu'elle n'est pas née pour cela la révolte. Et nom de dieu, elle se fera une joie pour témoigner devant le Congrès Américain de ce léger pépin du gouvernement. Parce qu'elle a bien décidé de survivre, et de leur faire manger bien plus que leurs molaires au petit déjeuner. Alors que Batman la soulage de ces maux à l'aide d'elle ne sait quel produit, elle ne peut s'empêcher de poser son front contre son épaule et d'écouter avec le plus d'assiduité possible la conversation entre le chevalier noir et son fidèle majordome.
"C'est ... ce n'est pas un ... poison. C'est ... une fréquence. De ... de quelqu'un. Que j'ai déjà ... plus ou moins combattu. Je ne sais pas comment ils ont réussi à avoir ces données."
Peut-être qu'un des gars manipulés par Meister avait enregistré sur son portable sa voix, avant de sombrer dans les limbes. Il devait donc y avoir encore des taupes au GCPD. La belle affaire. Jetez-en deux à terre, deux autres reviennent. Dinah serre les dents lorsqu'un nouveau pic vient tirer des tempes.
"Sauf qu'ils ont ... vraiment foiré leur coup. Ce n'est pas censé être létal."
Toujours plus de TYGER viennent à leur rencontre, mais Robin comme Batman, malgré le poids que Canary se sentait être en cette situation, arrivent à les gérer et même mettre en place un plan efficace de sortie et d'annihilation des exactions de Strange.

On entend déjà ce qu'il se passe dehors, ou bien au dessus d'eux. Strange a décidé de lâcher les chiens, qu'ils soient de petit ou de gros calibre dans tout l'asile. Pas le meilleur moment pour être sentimentale, mais là, elle ne pouvait pas s'en empêcher, en voyant les interactions entre Bruce et Tim. Finalement, son travail avait porté ses fruits.
"Fais ... quand même attention à toi, Robin."
Tim s'en va, la laissant seule un moment avec Bruce. Elle avait envie de lui dire, ce qui depuis longtemps la taraude. De lui dire à quel point il compte pour elle, et qu'elle ne voulait en rien qu'il se sente coupable, alors qu'elle avait accepté par convictions et valeurs de le suivre, ou même de l'aimer.
"Tu sais je ..."
Est-ce qu'elle a vraiment le droit de lui dire ? Une immense boule vient lui bloquer la gorge, quand elle se rappelle que cette enflure de Strange peut encore les entendre.
"Je suis heureuse de voir que tu lui as redonné ta confiance."
Alors, vu que les caméras sont H.S grâce à Tim et son génie, qu'ils sont dans un couloir pour le moment vide bien que Grundy fasse un grabuge monstre non loin de leur position, Canary lâche ce qu'elle a sur le coeur. Peut-être sous le coup du sédatif qui a su faire céder certaines de ses barrières, mais surtout sous l'influence de ses propres envies. Elle espère juste ne pas se viander en beauté.

"Bruce. Tu te souviens, sur ce toit. Je ... je n'ai pas osé te le dire. Je t'aime."
Inspiration. Longue. Il doit s'en douter depuis un moment. Qui serait assez conne pour embrasser un homme sur un toit avec autant de tendresse et de certitude, si ce n'est pour exprimer ce genre de sentiments.
"Pas en tant que Batman, c'est ... l'image qui te permet de protéger et te protéger. De leur inspirer aussi la crainte. Je t'aime pour ce que tu es en tant qu'homme, de valeur et ce que tu as en toi. Ce qui t'a construit."
Dinah ravale sa salive et le fixe droit dans les yeux, déterminée. C'est le seul moment où elle pourra le faire. Et devra se taire pour la fin de ses jours si c'est ce qu'il décide. Mais elle l'aura fait. Alors la justicière vient l'embrasser, simple contact lèvres contre lèvres, chaud et léger, la rapprochant un moment de lui. C'est dingue comment à chaque fois, elle se sent frissonner en le touchant à peine, comme si tout son être en demandait toujours plus. Cependant il faut écourter ce baiser. Quelqu'un approche.
"On ... est tous les deux conscients des risques que l'on prend. Ce sont nos faiblesses mais aussi notre force. Strange ne pourra pas nous enlever ça. Il n'a pas pu me soutirer ça. Tu me rends encore plus forte Bruce. Si ce pseudo psy tente de te désosser, je le transforme en paillasson. Même si tu penses le contraire. Arrête de semer le doute dans ce truc trop rempli qui te sert de tête."

Dinah lâche un faible sourire et vient appuyer son index contre la joue de Batman pour le taquiner. Au moins, elle lui avait dit ce qu'elle gardait sur le coeur depuis un bon bout de temps. C'était déjà ça de fait de sa part. Puis il faut bien que des fois, la femme prenne les devants. Dick arrive ensuite, se rajoutant en soutien pour qu'ils puissent se dégager au plus vite de ce bourbier. Car déjà, l'on peut percevoir l'arrivée d'autres troupes, bien décidées à les mettre à plat.
"Je me laisse soutenir ... à la seule condition que vous ne me portiez pas comme une princesse Disney. J'ai ... peut-être perdu de la dignité ... entre ces murs, mais n'abusez pas. Je peux encore bien mordre et frapper."
Rien que de penser aux clichés véhiculés par ces films d'animation, Black Canary sent ses poils se dresser de dégout. Ces images de femme nunuches qui se font sauver sans y mettre un peu de leurs muscles, et en minaudant à la limite du raisonnable ...
"Uwh. Aller on y va. J'espère que Robin s'en sortira aussi bien que toi Nightwing."
Il fallait espérer oui, Strange avait l'air de vouloir abattre toutes ses cartes pour les détruire. Il oublie juste qu'eux aussi, ont des atouts dans leur manche.

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 2279
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Lun 30 Avr - 13:48

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

L'asile Amadeus Arkham ... 02h34.

Sans un mot, le Chevalier écoutait ce que Strange avait à dire, le voila donc, le responsable de l'asile d'Arkham, celui qui tirait les ficelles de tout ce petit jeu macabre, de s'en prendre à Dinah, Tim et aux autres, le voila donc ce salopard qu'il me fallait mettre à terre. Je l'écoute, il me tient responsable du malheur de cette ville, il me tient responsable de toutes les horreurs présentes dans les rues de Gotham. Peut-être l'étais-je ? Peut-être qu'à chaque fois que Batman agit, un nouveau monstre costumé surgit. Peut-être. Sur le canal, j'entends Dick. J'entends aussi sa conversation avec Alfred, il est avec nous. C'est agréable d'avoir un allié de plus dans un combat dangereux et acharné. Brave gosse. Je soutiens toujours Dinah, tout en observant le fait que Grundy était à nos trousses. Pas foncièrement méchant, Grundy, mais suffisament con pour obéir à ses maitres. Quand on a de la cervelle pourrie, on fait avec. Mais Dick est là pour s'en charger. Il s'occupe de lui et l'envoie dans le tapis. Que reste t'il maintenant ? D'autres pensionnaires de l'asile ? Surement. Il fallait se méfier des monstres comme Amydale ou Clayface, voir même Croc. Ils étaient peut-être encore ici après tout. Qui sait ce que Strange nous réserve ? Dick reprend Dinah, Dinah qui me murmure certaines paroles que je peux entendre. Si je pouvais sourire, je le ferai. Mais Batman ne sourit jamais. Robin nous quitte pour ouvrir une nouvelle voie. En espérant qu'il fasse attention. Je confie Dinah à Dick, pour continuer à ouvrir le chemin, on ne sait jamais sur quoi on peut encore tomber après tout. Le baiser de Dinah, ses paroles, le tout réchauffe mon cœur gelé par les années de deuil et d'amères victoires. Dinah sait réchauffer ce qu'il y'a en moi de meilleur. Nos lèvres se touchent, même dans un moment comme cela, nous en profitons pour prendre un peu de temps, quelques secondes pour montrer ce que nous ressentons l'un pour l'autre. Elle m'aime, elle m'aime. Oui. C'était bien ce qu'elle avait dit. Quelque part, ancré en moi, j'avais peur de tout rater, de tout foirer, de ne pas pouvoir la sauver si on s'en prenait à elle, mais le désir entre nous deux était assez fort.

"Je t'aime, Dinah."


Je n'étais pas un homme porté sur les sentiments non, je n'étais pas quelqu'un qui montrait ouvertement ses sentiments comme ça, net. Non, Je n'étais pas de ce genre, mais je pense qu'elle a besoin d'être rassurée. Un seul baiser, quelques mots me ramènent à notre situation actuelle. Il y'a un temps pour aimer et un temps pour combattre, et pour le moment, Batman devait sortir ses alliés d'une situation des plus tonitruantes et des plus dangereuses. Survivre ou mourir. Après, nous discuterons, Dinah et moi, de ce qu'elle m'avait dit et de ce que je ressentais pour elle. Pas ici, pas dans ce lieu infâme, je ne veux pas que ce lieu devienne un lieu de nostalgie pour nous deux. C'était un lieu abominable et malgré le combat qui s'annonçait, je ne devais pas montrer mes faiblesses alors que des ennemis s'y trouvaient, dans ce lieu horrible. Si je trouve ce que Strange lui a fait ... Je relève les yeux vers Nightwing, qui porte Dinah par l'épaule. Il devait se reposer un peu, après son combat contre Grundy. Moi, je vais me charger des Tygers sur notre route ... Alors que je prend un peu d'avance dans le couloir, j'en profite pour me cacher dans les ténèbres. Noirceur dans laquelle  vont se perdre les crétins d'hommes de main armés jusqu'aux dents. Le Batman doit faire attention. Il ne s'agit plus de pistolet à petit calibre. On parle de fusil à pompe à haute puissance d'arrêt, de mitraillettes et de fusils d'assaut à munitions perforantes. Tout ce qui peut véritablement être fatal. Il est impératif de la jouer fine donc, et de pouvoir rester dans l'obscurité, laquelle est encore l'arme la plus puissance que je puisse utiliser contre mes ennemis. Camouflé donc, je furète entre les cellules grandes ouvertes et attend que les premiers adversaires pointent le bout de leur nez. Le premier, un patient de l'asile, est accueilli d'un coup de poing en pleine face qui l'envoie au tapis rapidement.

"Fais de beaux rêves."


Mais je ne compte pas me laisser abattre comme un chien par les nervis de Strange. Je me jette sur un nouvel ennemi, armé, tenant son avant-bras en le laissant volontairement faire feu vers le ciel afin d'alerter tous les autres. Bientôt, ils convergeraient vers cette position et je n'aurais qu'à les cueillir dans le dos pour les éliminer. Simple, efficace, rapide. Un à un, ils sont happés dans les ténèbres, éliminés discrètement, sans bavure. Assommé, saucissonné ou les deux à la fois. La police n'aurait qu'à les cueillir quand elle viendrait. Dinah et Dick ne devaient pas être trop loin, je dois faire vite. Une majorité d'entre eux parviennent toutefois à se regrouper sur les lieux des premiers coups de feux, jetant des coups d’œil dans tous les sens. C'est la panique généralisée pour certains pensionnaires et Tygers, et d'autres arrivent encore. Seulement, ils sont proches les uns des autres, les armes à feu ne leur seront pas d'un grand secours pour une attaque au corps à corps. D'un coup de grappin, je me hisse vers le point d'observation en hauteur et je m’élevè pour fondre sur eux. Je m'écrase lourdement sur l'un des hommes, l'éclatant au sol avant d'attaquer d'emblée un second en me jetant sur lui. D'un mouvement rapide du bras, j'envoie quelques Batarangs, ainsi qu'un minuscule appareil qui génère un bruit suraigu et incapacitant. Le groupe entier est momentanément arrêté, et je n'ai plus qu'à fracasser des mâchoires le plus rapidement possible. L'objet n'a pas une durée d'utilisation indéfinie. 
Quand l'odieux bruit s'arrête, la plupart des types sont finalement à terre, mais d'autres débarquent, prêts à défourailler dans tous les sens.

"Robin, où en est le piratage des portes ?"


Dis-je tout en cognant les quelques soldats qui viennent d'arriver sur les lieux. La diversion que j'organise fonctionne, forcément, seulement Strange a oublié deux choses essentielles. La première, c'est que Batman utilise l'obscurité pour se mouvoir, pour se cacher, et pour ne pas être tiré comme un lapin. Il lui faudra penser à des lunettes de vue nocturne la prochaine fois. Une erreur de débutant et ses hommes allaient souffrir. Néanmoins, trop d'hommes arrivent et je dois donc courir pour me mettre à l'abri, essuyant des tirs nourris jusqu'à enfin parvenir à me mettre à couvert en me jetant derrière l'angle d'un couloir. Je venais de l'échapper belle, et Alfred me le faisait remarquer, encore une fois.

"C'est urgent, Robin, ça commence à chauffer."


Je reste calme, et je les attend. Le but est de rester calme et de croire en une solution de dernière minute tandis que les hommes de Strange s'avancent dans le couloir, en formation, compacte. Le Chevalier Noir savait qu'en fondant sur ses adversaires sans la moindre once d'hésitation comme il savait si bien le faire, le conduirait à une mort des plus brutales, il fallait la jouer fine et user des meilleurs artifices. Mon atout, c'était Robin pour le moment. Et même si Alfred gérait la Batmobile, il ne pouvait pas s'occuper de deux choses à la fois. Cogner durement, et disparaître le temps d'éviter les coups pour attaquer par un autre angle. Les pauvres ne savaient visiblement pas où donner de la tête. Le Batman avait rapidement pris l'ascendant sur eux. Il ne restait qu'à attendre qu'un soldat soit isolé, ou que les portes surgissent et se referment. Là, on équilibrerait un peu plus le jeu. Je lance un message sur le canal à l'attention de ceux qui sont en arrière.

"Nightwing, Canary, restez-où vous êtes. Il y'a du monde qui arrive vers vous."


D'un coup de grappin, je remonte sur les hauteurs, et je réfléchis à une nouvelle tactique, il fallait improviser. Mais pour le moment ... Il y'avait, actuellement, bien trop d'ennemis qui encerclaient la zone, coupant toute possibilité de fuite, on était cerné, et ça sentait mauvais, pour le moment ... Ils étaient coincés dans l'asile, pour le moment. Plus de possibilités pour avancer. Pour le moment ... Strange n'est pas un criminel comme les autres. Il sait ce qu'il fait et il sait comment il va nous dégommer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 141
Date d'Inscription : 27/08/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Psychiatre à Arkham.
♠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Nous verrons cela.
avatar
Hugo Strange
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Mar 1 Mai - 18:13

Dans l’abri derrière les carreaux de la salle de contrôle, j'observais les écrans de surveillance. Visiblement, Grundy avait échoué, il fallait passer aux nouvelles tactiques Tyger pour gérer cette déconvenue. C’était devenu une habitude pour le moins étrange, qui m’emplissait d’un sentiment d'une presque satisfaction. A cette heure-là, Alors que le monde pourrait s’endormir, c’est là que la véritable vie de Gotham s’éveillait. Dans mes veines coule la noirceur d’un jour pluvieux et de la corruption des rois d’or et d’opium. Ceux dont la couronne d’ombre n’était là dans le fond que pour leur cercler le front d’un étau invisible. Chaque jour il se resserrait, et comme la guillotine s’abat toujours, elle causerait leur perte, eux même devaient le savoir.  Après tout, je tentais d’œuvrer pour le bien commun, pour les gens qui comme moi, souffrant de voir cette ville dépérir, jour après jour, s’embraser puis s’éteindre pour enfin mourir. Bientôt hélas ... Mais le monde était ainsi fait, et personne ne m’avait remercié pour mes recherches. La seule chose que l’on retient, c’est le monstre capable de se servir d’hommes pour ses expériences, je suis un monstre à abattre, à dégager, à écarter, mais Hugo Strange, moi, j'ai beaucoup de talents à mon actif, et je saurais me sortir de cette pénible épreuve. J'étais pourtant si près du but. Je ne me sentais pas fou pour autant, et mes études, mes projets, c’était toute ma vie. Mon existence même en dépendait. Un jour, je pourrais profiter de la gloire que les citoyen de Gotham ou d’ailleurs m'offriront. Qu’est-ce qui m’en empêcherait ? Absolument plus rien. D'un geste, j'active les Tygers pour qu'ils se mettent en formation, qu'ils connaissent leur ennemi sur les doigts d'une main. Les caméras enregistraient tout, les mouvements de nos ennemis, tout. Pour plus tard ...

<< En formation, soldats ! Ne vous laissez pas avoir par Batman ! Vous êtes les meilleurs, les meilleurs pour le vaincre ! >>

Un demi sourire satisfait empreint mon visage alors que dans le reflet de mes lunettes, se dessinait une lueur légèrement inquiète. Et s'il pouvait me battre ? Non, impossible, je pouvais lui tenir tête. Quelque chose roula aux pieds de mes hommes ... Une grenade ? NON ! POUF ! Tout fut pris de fumée, et quelques instants après, mes hommes, mes gardes devinrent immobiles, mais je fusse épargné par la glace. Non, rien ne changerait, j'allais montrer que Batman pouvait être vaincu ! Je suis destiné à être son juge, juré et exécuteur ! J'étais parfait ! On ne troque pas une vie contre une autre, surtout quand il s’agit de la mienne. Vaincre ou mourir ! C'était la seule option. Mais uniquement pour le besoin, dans un seul but nécessaire : Vaincre le Batman. Oui, il faut qu’il y'ait un but. La survie en est un, la connaissance aussi. Au détriment de mes avancements, le dénommé Robin survint. Que faire ? Dieu sait que j'ai horreur des armes à feu. Je prend une arme et je tire sur le gamin, j'essaie de le viser, mais je ne suis pas un très bon tireur.

<< C'était une erreur de venir ici, Robin ! >>

Me débarrasser de ce gamin infâme. C’était ma seule option à l’heure actuelle. Du moins, la seule illégale, je pourrais très bien ne pas le tuer, je pourrais très bien voir ce qu'il peut faire … Immanquablement, le glauque de l’ambiance de l'asile d'Arkham était si palpable que je commençais à en perdre légèrement la tête. Ce n'était pas le moment de flancher, ce n'était pas le moment. Je lâche mon arme tout en courant vers mes médicaments, je cours vers ceux-ci, et en avalant ce qu'il me fallait, ... Merde, la posologie ... Je ne me souviens plus de quelle est la bonne ? Deux ou quatre gélules ? J'avale le tout tout en répétant dans le micro de mettre à terre le Batman par tous les moyens nécessaires.

<< Arrêtez-le ! Arrêtez-le ! Ils ne doivent pas sortir de l'asile ! Aux Tygers restants, tous dans la salle de contrôle ! >>

Plus j'avançais sous l'effet des médicaments, et plus l’endroit semblait glauque. Des frissons me parcouraient le corps, sous l'effet des drogues ingérées, je me sentais éveillé, alerte. Il fallait que je m'enfuis, il fallait que je m'en aille, que je trouve le moyen de me sortir de là, et de détruire toutes les preuves. Observant les systèmes de stockage numérique, je prend un extincteur avant de commencer à tout démolir. Je casse, je casse pour détruire les preuves, pour tout briser, pour tout décimer. Le feu commence à prendre ... Il me faut ... Fuir. La porte qui mène aux étages supérieurs s’ouvrit, grinçante, et lourde. Tout y était, réglé comme du papier à musique. Le sérieux m’avait regagné, ce n’était pas avec des enfantillages aussi étranges soient-ils que je m'en sortirai, il me fallait reprendre du poil de la bête pour être en mesure de reprendre du service pour plus tard. Il me faut fuir, pendant que les Tygers les retiennent. Je mettrais ça sur le coup d'une évasion et d'une perte de mes moyens. Je m'en sortirai. Aucun justicier n'osera témoigner contre moi. C'est mon asile ! C'est le mien ! Et personne ne peut me le prendre, pas comme ça ! Pas comme ça !


Had you ever considered that all this is your fault ?
Your presence creates these animals ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Mar 1 Mai - 21:54


« Madness Returns… »
[ Save Dinah ]
_____Red Robin avait laissé la chauve-souris et ses alliés derrière lui pour se concentrer sur un objectif. Il voulait faire couler Strange, par vengeance, pour ce qu’il avait fait subir à Dinah, même s’il en ignorait encore les détails. Toutefois, c’est aussi pour répondre aux provocations du psychiatre. Sa première rencontre en solitaire avec ce dernier n’avait pas été très agréable. Le garçon venait à peine de reprendre le costume après son petit séjour chez Dollmaker. Strange s’était amusé à jouer avec ses nerfs, profitant presque de sa faiblesse pour arriver à ses fins. Il avait échoué avec ce dernier et avait sans doute dû se servir de Dinah comme second cobaye. Le bourreau et le guérisseur des maux, cet homme n’a donc aucun respect pour les droits de l’Homme. A défaut d’être respectable, Tim allait le mettre à terre, une bonne fois pour toute.

Le jeune homme avait fait son entrée, Strange semblait complètement dépassé par l’apparition du petit oiseau qui était bien loin de son mentor. Ce dernier entendait à l’oreillette, l’impatience de la chauve-souris vis-à-vis au sujet des portes de sécurité. Malheureusement, l’adolescent était occupé avec le propriétaire de l’établissement, mais il fera au plus vite pour venir en aide à son père adoptif.
Strange rétorqua immédiatement en tentant de tuer le garçon avec l’arme à feu la plus proche de lui. Heureusement pour le justicier, il avait du mal à viser la tête. Son armure fut touchée, deux fois, le forçant à reculer de quelques pas avant de reprendre sa marche en direction du psychiatre.

« C’est fini, Strange. Vous avez perdu, et vous le savez très bien. »

La preuve, ce dernier était en train de détaller comme un lapin. Tim en profita pendant quelques secondes pour reporter son attention sur l’ordinateur. Il protégea son mentor en déverrouillant les accès qui allaient leur permettre de rejoindre le point d’extraction. Il bloqua ensuite les accès dos à la chauve-souris pour la protéger des attaques surprises de la part des TYGER. Malheureusement, il ne pourra pas empêcher les soldats de continuer leur accensions pour stopper la créature. Qu’ils essayent.

« Batman, la voie est dégagée. Je suis à la poursuite de Strange. » lança le garçon sur le communicateur pour rassurer son mentor, mais aussi pour lui donner le signal.

Maintenant que cela est fait, il continue sa poursuite. Strange a profité du ralentissement du garçon pour tenter de détruire les derniers fichiers corrompus. La fumée de l’incendie lui prend par la gorge. La dernière fois qu’il a fait face à un incendie, il avait été causé par un des sbires de Dollmaker, un piège pour attraper le petit oiseau, plutôt efficace. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le moment de paniquer.
L’adolescent utilise sa dernière grenade givrante pour éteindre les flammes. Il arriva rapidement jusqu’à la centrale de l’ordinateur afin d’y récupérer sa carte mémoire. Cette dernière était endommagée, mais certains fichiers devaient forcément être exploitable. Ensuite, il se précipita vers les derniers dossiers qui n’avaient pas encore été engloutis par les flammes et les pris avec lui.

Son regard se détourna ensuite vers les deux gardes du corps qu’il avait laissé dans le couloir. Ces derniers étaient en train de se libérer de la glace qui les avaient ensevelis, pas bon pour le gamin. Il continua son chemin, sans trop y penser pour essayer de rattraper Strange qui avait déjà un peu d’avance sur le justicier. Même si le garçon ne parvenait pas à le capturer, il parviendrait à le nuire médiatiquement parlant. Le stress du psychiatre le ralentit, Tim finit par lui mettre la main dessus et lancer son grappin sur ses chevilles pour le faire chuter.

« Vous avez perdu, à la seconde même où vous avez penser que c’était une bonne idée de s’en prendre à l’un d’entre nous. Vous vous souvenez de cette nuit-là ? Vous qui cherchiez à vous faire remarquer à mes yeux et à ceux de Batman ? Ce n’était donc que des belles paroles ? » se moqua Red Robin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 21/08/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: justicer
♠ Relations conflictuelles :: ► les vilains de gotham
♣ Vos Alliés : : ►batfamily, Le Reseau
avatar
Dick Grayson/ Nightwing
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Mer 2 Mai - 23:57

Je fais un large sourire et secoue la tête à la réflexion de Dinah. Elle ne tient pas debout et la seul chose auquel elle pense c’est comment on doit la porter.
Je continue à la supporter avec mon épaule
 
-Ne t’inquiète pas pour Robin, Rappel toi par qui on a été entraîné.
 
On continue encore quelque mettre jusqu’à ce que Batman nous prévienne de l’arrivé de Tygers.
Je pose délicatement Canary derrière un lit préalablement renversé.

-Je m’occupe d’eux et je reviens te porter secours princesse.
 
Bon je ne faisais pas le fier quand je vis une escouade de tyger, remonter a bloqué foncé dans ma direction.
Surtout quand ceux-ci se mirent a ouvre le feu sur moi. Bon je vais me la jouer batman.
Je tire mon grappin pour prendre de la hauteur pendant mon ascension je les harceler avec mes Nightrang, pour éviter qu’il ne cherche Dinah.
Sacré entrainement, leur tire son précis, j’avais un sacré avantage avec les fumigènes et l’explosion quand je suis arrivé tout à l’heure.
Première chose neutralisé les individus armé. Je me balade dans les airs, évitant les balles du mieux que je peux.
Aller c’est leur d’un fumigène. Celle-ci les fait disparaitre dans la brume.
J’active ma vision thermique de mon masque. Et apparemment eux aussi.
Bon pas le choix, je me laisse tombé au milieu de leur groupe, avant de touché le sol, j’électrocute deux des Tyger armé avec des Nightrangs tazer. Il m’en reste encore un, à qui je fais rencontrer son arme et son visage violemment. Mais son casque encaisse le choc, je dois, lui mettre un rapide enchaînement genoux foie, coude nuque pour le mettre K.O. Plus que 2 Tyger  avec des armes blanches. J’engage un combat avec eux combattant avec mes bâtons d’escrime. Ils sont très bien entraîné et empêchant toute ouverture dans leur garde. J’hésite a utilisé la fin de batterie de mes bâtons... mais tant pis on gagnera du temps.
L’acier de leurs couteaux rencontre l’électricité de mes bâtons. Ça les sèche net par mesure de sécurité, je confirme leur K.O. avec un bon coup de bâton, avant qu’ils touchent le sol.
Et voilà le dernier, il veut ce la jouer au poing. Très bien, sauf que je n’ai pas que ça à faire.
Je pars ses premiers coups, puis contre-attaque rapide, des coups de bâton sur tous les points sensibles et fini avec grâce avec un coup de pied retourné.
Le fumigène se dissipe, j’entends la communication de Tim à Batman.
Bon assez perdu de temps.
Je récupère, Dinah et reprends notre avancé pour ne pas totalement ce faire rattrapé par les tyger.
 
-C’est bon je t’ai pas fait attendre ? (à Batman) Batman, si on continue encore un peu, on devrait arriver à la brèche que j’ai ouverte avec le Batwing, amène nous juste là bas pour extraire Black Canary. Même si elle dira le contraire, elle ne tiendra pas le coup si on doit traverser tout l’asile, surtout avec les tygers... et Grundy j'ai failli l'oublier.
 
Je continue à avancer en épaulant Dinah. Avec un sourire en coin j’ajoute.
 
-Aller princesse un peu de courage, ton carrosse est pas loin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1334
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Jeu 3 Mai - 19:46

Back in Black. Au moment où Bruce prononce ces deux mots Dinah hausse un sourcil, non sans lâcher un petit sourire. Une chose qui sans doute fait en sorte de la rendre moins "attrayante" aux yeux de gens comme Strange ou bien Specter. À croire que le sourire est devenu une convention de bonheur sociétal et que dès que vous faites la gueule, vous êtes anti système et donc, in extenso l'ennemi à abattre. En vrai, ce sourire ça veut plutôt dire "tiens donc vraiment", ou bien "oh mince, tu vas rendre Ra's Al Ghul rouge avec ce genre de déclarations". Des phrases silencieuses qu'elle lui aurait bien sorti si elle avait été à la place de Nightwing ... en état de combattre et avec les vêtements adéquats. En vrai, même si c'est pour la rassurer, elle le prend en compte avec beaucoup de considération et de tendresse. Il donne, elle donne, c'est simple et plus honnête qu'un "pas le temps" jeté à l'envolée par un fougueux aspirant.

Fort est de constater que pour le moment, ils sont assez bien les clés en main. Pas au sens propre, heureusement. L'évacuation se fait toujours dans l'apocalypse pénitentiaire la plus totale, mais au moins, ils voient la lumière au bout du tunnel. Bon, par pour longtemps car déjà on peut sentir une sale odeur de brûlé dans une zone de l'asile, malgré les éclats stratégiques de Tim. Dick y va de sa peetite remarque confiante, qui la fait légèrement gausser.
"Oh je ne sais pas. Houdini ? Roosevelt ? La Comtesse de Ségur ?"soupir"Je suis .... consciente de vos capacités. Mais .... par moments, des gens lambda arrivent à faire ressortir nos plus grandes faiblesses ...."
Qu'ils soient éboueurs, ou bien psychanalystes, l'être humain arrive à refaire sortir les failles de son prochain, qu'il s'amuse à gratter ou non. Ils ont d'ailleurs failli lui donner l'occasion de tuer Lin Mei, ou même pire ... de participer à une expérience faite sur un des membres de l'asile. Les images lui remontent d'ailleurs en mémoire, ce gavage d'anesthésiques, cette lobotomie que l'on a rapproché de ses yeux, ne pouvant se clore par un système dont elle ne veut même pas sa voir le nom. L'homme est prêt au pire pour obtenir un plaisir éphémère.

Son soutien la laisse ensuite seule derrière un abri de fortune. Sans se douter qu'elle pourrait être attrapée à revers par un des ces TYGER plus malin que les autres. C'est d'ailleurs ce qu'il se passe. TYGER, voici Black Canary. Canary, voici l'homme qui s'avance avec ses énormes mains pour essayer de te choper à la gorge et te crever selon les ordres de ses autorités supérieures. Ni une ni deux, elle plonge sur le côté et s'empare d'une des armes lourdes à terre en pointant la crosse vers son ennemi en train de se jeter tel un félin sur sa proie. Sauf que la justicière sait encore calculer son coup. Même avec une migraine abominable renforcée par les bruits alentours. Le gars se prend net dans les noix une crosse; métallique. Autant dire que le bruit a été rapide et sec; aussi rapide que la mise en boule du gars et son évanouissement. Dinah reste un moment abasourdie devant le ridicule d'une situation qui lui a quand même permis de s'en sortir sans accrocs.
"Eh bien. La prochaine fois que je me retrouve face à Slade et sa coque, il me faudra une crosse de ce genre."
Se lance-t-elle à elle même, non sans être impressionnée par la robustesse de l'engin. Nightwing revient pile au moment où la blonde se décide à changer de position, son nouvel ami en main. Et revoilà qu'il se remet à la traiter comme une princesse.
"Tu sais, prince des coeurs. Les contes ... de fées je n'y ai jamais cru. Même si tu mettais du parpaing doré sur le faciès agrafé de Joker et que tu me le présentais en speed dating, je verrai toujours au delà de la façade... son côté timbré capable de rendre un vegan accro à la catharsis. Même si ... je dois avouer que, je ne vais pas cracher sur le côté utilitaire et décapant du Batwing."

Le sourire en coin est rendu, bien évidemment. L'idée effleure un moment les pensées de la justicière. Est-ce que pour lui, ça va à Blüdhaven. Ils ont beau faire les fiers, autant qu'ils sont, surentrainés et forts de la présence de Bruce. Blockbuster est quand même un fieffé salopard, le genre de mec qui a quand même vendu son âme à un démon pour augmenter son intelligence, malgré les effets des stéroïdes. Et bon à écraser son prochain que ce soit avec ses mains ou ses mots.
Mais elle ne peut pas. Pas en entendant et en voyant l'aile où est censée se trouver Tim commencer à s'effondrer au niveau de certaines de ses fondations. Dinah n'attend pas l'autorisation de Nightwing, ou même qu'il s'offusque pour lui prendre son communicateur et ...
"Robin. Si tu ne sors pas de suite, je jure de venir te chercher et de te botter les fesses. Et si tu brûles devant mes yeux, que tu te retrouves à l'état de cendres, je les botterai tout de même. Alors tu rappliques. De suite."
... elle engueule Tim. À croire que l'adolescent a le chic pour se mettre dans toutes les situations impliquant une semi mort lente et douloureuse. Nightwing finit par l'amener jusqu'au véhicule. C'est non sans contrition quand l'ancien Robin l'aide à rentrer, qu'elle s'insère dans la capsule, pour finalement ramper en grognant de douleur et se poster devant la console quand celui-ci est finalement reparti prêter main forte à son mentor et son acolyte. Car Grundy se dirige droit vers la brèche. Et qui dit Grundy, dit brèche encore plus ouverte, dit prisonniers pouvant s'évader, dit Dinah dans la mouise. Avec possibilité de faire un tonneau volé.
"Bon. Zynda m'a expliqué les bases. Ça devrait être pareil non ... ? Non ? ..."
Grundy vient d'agrandir la brèche dans un immense fracas. Pas le temps de réfléchir, y aller au feeling, donc. Elle appuie sur un bouton, puis un autre qui semblent ressembler à ce que Zynda lui avait montré sur un modèle d'avion de chasse. D'un coup la montée fait se plier en deux notre pilote en herbe, qui d'une n'est pas habituée à avoir un décollage aussi sec, et qui de deux, a légèrement le ventre en vrac. Légèrement. Mais au moins, Grundy ne peut pas l'atteindre. Il regarde d'ailleurs le véhicule volant avec un air abruti, teinté de frustration.
"Ouh ... vous .... m'excuserez, les gars, je sais que vous n'aimez pas quand on touche à vos joujoux, mais là c'était .... une question de vie ou de mort."
La jeune femme se cale finalement dans le siège et observe la situation, en étant peu à l'aise avec les manoeuvres de côté.
"Puis ... je ne pouvais pas laisser Grundy s'amuser à faire l'avion. Je fais quoi maintenant en ma qualité de princesse ?"
Cette petite touche de sarcasme pointe plus le fait qu'elle peut encore se débrouiller sans se tuer en faisant sauter un four nucléaire, ou même la Batwing en sa qualité de princesse. Puis, il y a de quoi être fière, un peu. Elle a fait décoller la Batwing ! Pourtant, elle lève les mains de la console en sifflant un coup, sentant bizarrement que l'on doit être en train de la fusiller du regard.
"Ok, ok. Je ne touche plus à rien."

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 2279
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Ven 4 Mai - 19:29

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

La destruction aveugle. Voila une chose qui était commune à chaque criminel qui hantait ma ville. Ma Gotham. Alors que je me tâtais de cogner les dernières défenses de Strange qui avançaient vers moi et qui me séparaient des autres, j'apprends que Tim est toujours isolé, dans un secteur un peu plus lointain qu'ici, et que la Batwing venait de faire une brèche dans le mur. Brèche qui pouvait se révéler être une sortie pour des criminels qui n'ont pas peur du vide bien sur ... Ce soir, les chauves-souris sont de sortie à Arkham vont mettre un terme aux petites affaires de Strange. Pour un moment. J'espérais que Tim fasse sérieusement attention avec ce qui se passe en ce moment. Il a déjà eu affaire au Dollmaker, puis au Joker ... Il ne devait pas se faire avoir une nouvelle fois. Alors que Dinah hurle dans le communicateur, j'entends la voix d'Alfred qui me signale que Dinah a prit les commandes de l'appareil. Bien, elle saurait se charger de ça. Le feu commence à prendre dans le bâtiment, et les systèmes de protection anti-incendie sont désactivés, puisqu'il a fallu que certains de mes alliés pénètrent discrètement dans l'asile sans se faire repérer par les alarmes électriques. Il fallait faire vite, sur mon canal, je contacte Tim. Dick était sur le chemin, toujours là pour m'épauler quand on en a besoin. Mais où était passée Batgirl au fait ? Il me semble qu'Alfred l'avait contactée. On verra ça plus tard. Si Tim était avec Strange, il devait partir tout de suite. Strange n'était pas un criminel lambda que l'on coffrerait facilement, non. Il était plus fin, et il fallait constituer un véritable dossier si nous voulions le mettre à terre. Cependant, Strange, s'il est arrêté, sera certainement protégé par Cobblepot, et il trouvera le moyen de tourner cette évasion à son avantage. L'homme est malin, et il fallait être prudent avec lui.

"La mission est terminée, Robin. Canary est en sécurité. On sort de là. Maintenant !"


Après avoir briefé Tim sur mes nouveaux ordres, et après avoir tiré Black Canary de sa cellule, je cognais un des derniers Tygers qui se trouvait sur mon chemin. Ils sont dangereux, puissants et biens entrainés, j'avoue avoir eu quelques sueurs froides en me battant contre eux. Il fallait que je fasse attention si je venais à les croiser à nouveau. Ils sont puissants, très puissants, et je me devais d'enquêter sur eux, sur le passif de ces hommes qui suivent Strange sans la moindre hésitation. Soudain, un bip m'extirpe de mes pensées, un bip légèrement sonore mais audible pour moi, l'habitude surement. Je relève la tête, et je regarde sur le petit ordinateur fixé sur mon brassard gauche pour relever les informations à savoir. J'analyse les données, quelque chose de géant est sorti des cellules de l'asile, et si c'est bien ce que je pense, c'est Grundy qui s'est relevé de sa rencontre avec Nightwing. J'aurais dû m'en douter. Les pics d'activités sont plus élevés que d'habitude. Grundy venait des marais du Massacre, un lieu parfaitement inquiétant, remplis d'une belle génération d'attardés, de consanguins, et de ploucs locaux qui ne jurent que par les rites anciens. Généralement, dans ce marais, seuls deux trois locaux y séjournaient, ayant pour eux les traditions noires américaines des temps où Gotham City découvrait les rites vaudous. Le Marais n'avait jamais eu bonne réputation pour tout dire, et d'après ce que je savais, certaines choses devaient demeurer enfouies à jamais. Certains criminels avaient fuit Blackgate et s'étaient dirigés vers Blüdhaven, puis vers le Marais, certains ont été retrouvé, mais pas dans le bon ordre. Alligators, ou sables mouvants, il faut être fou ou inconscient pour se placer dans un tel bourbier, et ce soir, je devrais moi-même affronter le monstre qui hante ces marais. Me relevant de ma posture, je me dirige vers le local des costumes des criminels de l'asile et je fonce vers la sortie, là où Grundy semble se trouver. Je vais lui apprendre les bonnes manières. Pas question de laisser un géant ou quoique ce fusse ravager ma ville une nouvelle fois. J'avais déjà assez de la guerre des gangs. Tout en courant, j'appelle Dick et Dinah.

"Soyez prêts à organiser le départ. On se retrouve dans cinq minutes. Je me charge de Grundy. Robin, si tu m'entends, dépêche-toi !"


Je pense que cette fois, il est temps de m'introduire directement à cette chose revenue des enfers. Alors que je me rapproche, je vois la créature gigantesque. L'effet de surprise pourrait peut-être le faire changer de direction ? Ou bien le renverser ? Ou bien le mettre dans les pommes une fois pour toutes ? Bonnes questions, moi, j'avais déjà mon idée sur la manière d'appréhender ce genre de créature. Je commence à prendre un élan, tandis que je prépare mes poings, le plus important, c'est de prendre le problème de la meilleure des façons. Grundy est quelqu'un de relativement fort, et il n'est pas bien intelligent. Un coup rapide, et puissant devrait pouvoir le mettre à terre pour de bon. Hurlant tandis que je fonçais droit sur lui, le destin me réserverait-il une victoire facile ? Ou un début de fractures habituelles ? La suite le dira. Pour ce qui était de l'accueil de ce monstre dans ma ville, il allait vite comprendre que je ne laisserais pas une créature pareille s'approcher des gens de ma ville. Pas ce soir, jamais.

"On retourne en cellule, Grundy !"


Grundy ... La pensée de revoir ce zombie revenir à Gotham City me paraissait pénible. Autrefois, Grundy avait été quelqu'un d'humain, quelqu'un qui avait une famille et qui a été lâchement assassiné par une bande d'escrocs, d'après ce que j'ai pût comprendre, et son corps a été enterré dans le Marais du Massacre. Ce marais avait prit une attention toute particulière quand Ra's m'annonçât qu'un ancien puits de Lazare y'avait été enterré. Mais Grundy, Grundy, lui, avait été exposé à bien pire durant ses éternelles vies. J'allais en avoir besoin, de la chance. Mettre en déroute un criminel, c'était une chose. Vaincre un monstre qui vivait éternellement qui survivait à la mort en était une autre. Ma survie me disait de me terrer dans les ombres et d'éviter l'onde de choc prévisible du géant. S'il y'avait bien une chose que Grundy ne comprenait toujours pas, c'était la vitesse. Son cerveau pourri et rongé par les vers devaient surement freiner ses muscles. J'évite son attaque pour ainsi dire, foireuse avant de me tenir à une distance respectable. Maintenant que j'ai son attention, il me fallait gagner un peu de temps avant d'avoir les informations pour le mettre chaos une nouvelle fois. Il y'avait longtemps que je n'avais pas combattu Grundy, la dernière fois ... Je ne m'en rappelais presque pas, trop vieux, trop ancien, mais une chose est sure, j'allais faire en sorte qu'il ne soit plus une menace pour cette ville. Je laisse Grundy tenter de me faire du mal, et j'esquive ses attaques, il me fallait gagner du temps. La principale faiblesse de Solomon Grundy : son défaut d'intelligence le rend manipulable à souhait, et parfois même docile, il me fallait jouer serré si je ne voulais pas finir écrabouiller comme une crêpe. Je profite d'un bon moment pour lui envoyer une dose de mon bras bionique, avec la force qui va avec. Le coup fut terrible, et je sentis la mâchoire se casser. Le monstre avait prit un sale coup dans le visage avec le contact de mes gants et visiblement, la créature recula pour tomber par la brèche et sombrer dans le néant de cette mer noire qui bordait l'île d'Arkham. Je n'avais pas eu de chance. Le voila maintenant qui errerait maintenant en dehors de l'asile, peut-être retrouvera-t'il le chemin du Marais ? Quelque part, je souhaitais pour lui qu'il ne revienne jamais à Gotham City. Observant par la brèche, je vis la Batwing et je fais un signe à Dinah. Elle prendrait Dick et Tim à son bord, moi je reprendrais la Batmobile, ou bien une autre voie plus discrète. Mais bon Dieu, où est Tim ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen(ne)
Masculin Messages : 141
Date d'Inscription : 27/08/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Psychiatre à Arkham.
♠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Nous verrons cela.
avatar
Hugo Strange
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Ven 4 Mai - 21:06

Raté. Il m'avait cloué au sol malgré ma tentative d'évasion. Il voulait la jouer comme ça, ce minable petit Robin, cette petite ordure, ce petit moins que rien. Je me relève doucement, le feu commence à prendre là où nous sommes. Je m'approche de l'ascenseur, celui qui mène vers le toit de l'asile, là où se trouve l'hélicoptère qui me ramènera au camps Miagani, j'avais besoin de l'atteindre. Je me relève péniblement, mes lunettes sont cassées et je vois un peu de traviole tandis que je hurle des insultes face à ce méprisable petite moins que rien. Mais néanmoins, si le Chevalier Noir avait battu mes hommes, c'est qu'il était suffisamment fort pour me tenir tête pour la prochaine partie. Une bataille de perdue. Mais pas la guerre. Remarquable. Un sujet fort avec une sacrée dose de courage ce Batman n'est-ce pas ? De colère, je devais l'admettre, il m'avait bien eu ce soir. Mais il fallait relativiser. Personne ne battrait le grand Hugo Strange ! Fort heureusement, si j'étais assez préventif, le peu qu'il récupérera ne donnera que très peu d'informations sur la suite des évènements. Personne ne pourra jamais rien prévoir. Ils auront juste accès à quelques bribes du projet Tyger mais rien de plus. Il n'auront rien. Ils n'auront JAMAIS rien. Ils ne me feront jamais tomber. Je suis trop parfait pour ces imbéciles. Grundy avait échoué, les pensionnaires et les Tygers avaient échoué. La prochaine fois. Je n'échouerai pas.

<< Espèce de petit bâtard ! Espèce de petit rien du tout ! Tu n'es rien ! Sans Batman, tu n'es rien ! Espèce de petit crétin. Cela aurait pût être merveilleux ! Cela sera merveilleux ! Et alors je vous traquerai tous ! Lui ! Toi ! Ce majordome et je vous trainerai HORS du Manoir Wayne. COMME DES CHIENS ! >>

Hurlais-je tandis que nous étions seuls face à face l'un et l'autre. Pourquoi Batman était-il Batman ? Pourquoi était-il en mesure d'influencer ces jeunes gens ? Pourquoi est-ce qu'ils le suivaient ? Par pur orgueil ! Une question anodine oui, mais une question qui pourrait faire tomber de nombreuses barrières. Je suis le plus grand des psychiatres après tout, un homme affirmé qui souhaitait en savoir plus sur les manies des gens dont je dois m'occuper. Même si cela pouvait être une forme d'intrusion, cela permettait aux pensionnaires de se croire importants, et même de leur donner une illusion qu'ils étaient encadrés et étudiés. Nous étions là pour les guérir et faire d'Arkham un vrai institut dédié aux soins de l'esprit. Pas un abattoir digne de la Sainte Inquisition. Non ... De l'autre côté, tout ça n'était qu'une espèce de narcissisme mal placé ! Batman avait ruiné quelques mois de travaux sur la psyché humaine. Cela ne pouvait être que ça ! Batman était à moi ! Il aurait dût l'être, et malheureusement, j'avais échoué ce soir. Mais ce n'était que partie remise ! Je continuerai à l'étudier, je continuerai à trouver ses failles ! Le projet Arkham City ne sera pas enterré ! Il ne le sera pas !Le principe même de la thérapie est de remonter aux sources de l'être humain, de comprendre son fonctionnement. En principe, l'être humain est une sorte de robot et pour le faire fonctionner, il y'a une espèce d'esprit qu'on appelle l'âme pour le faire avancer. Les émotions, les jugements, tout est influencé par notre âme, bons choix, mauvais choix, tout est question de karma. Alors que le feu continue de gronder, je m'approche de la cabine d'ascenseur. Je jette un dernier regard à ce méprisable oiseau.

<< Tu seras à jamais dans son ombre ! Tu seras à jamais prisonnier de ce qu'il t'a fait ! Tu n'es qu'un ersatz ! >>

Robin n'est qu'un copier-coller, un ersatz, une copie, rien de plus. Il n'était rien, il profitait de la gloire de son maitre et n'était rien de plus qu'un profiteur, un lâche qui attaquait dans les ombres, qui se refusait à combattre sur le terrain de l'intelligence. Mais je les avais battu, je les avais tous battu quand j'ai découvert leurs identités à tous. Ils sont vaincus, ils le sont tous. Et je vaincrai quand le Manoir Wayne sera rasé, quand les Wayne seront trainés dans la boue et quand le nom d'Hugo Strange sera synonyme de "Gotham sauvée" du crime. Un morceau du plafond s'écroule, et maladroitement, déboussolé, je bascule dans la cage d'ascenseur vide. Les câbles de l'ascenseur ont lâché. Je tombe dans ces profondeurs, je tombe dans le vide. Le vide, le néant. Je ne sens plus rien, je ne ressens que la rage. La rage d'avoir bêtement perdu, la rage de ne pas avoir fini ce que j'ai entrepris. Je n'entrevois que la fin ... Non ... Pas maintenant. Cela ne se pouvait pas ... Mon corps chute pendant quelques secondes. Non ... Je ne peux ... Pas mourir ... Pas comme ça ... Quel cruel hasard ...


Had you ever considered that all this is your fault ?
Your presence creates these animals ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Sam 5 Mai - 15:50


« Madness Returns… »
[ Save Dinah ]
_____Les insultes du psychiatre n’ont pas l’air d’atteindre l’adolescent. Ce n’est pas la première fois qu’il entendait ça, que ce soit de la part de ses tortionnaires ou de ses ennemis. Le feu se répandait assez rapidement, privant peu à peu le garçon d’oxygène. La fumée encrassait ses poumons, passant à travers son masque pour lui brûler les yeux. Pour se protéger, il ne pouvait compter que sur son costume et sur son bras entourant le bas de son visage pour protéger ses voies respiratoires.
Les paroles de Strange raisonnaient comme des coups de poignards plantés dans la chair de l’adolescent. Pourtant, ce dernier ne réagissait pas, trop habitué à ce genre de parole. Il était jeune, en manque d’expérience, un adolescent fan de la chauve-souris depuis sa plus tendre enfance. Vivre dans son ombre pendant un temps était comme un honneur. Malheureusement, il n’oubliait pas l’ombre de la mort de Jason Todd qui planait sur le costume qu’il avait décidé de porter, sur le rôle qu’il avait lui-même décidé d’assumer. Aujourd’hui, ces ombres ne lui font plus peur. Aujourd’hui, la seule ombre qui l’effraie est celle de Dollmaker qui plane chaque jour derrière lui.

Red Robin entendit son communicateur s’activer. Tout d’abord, la voix de son mentor qui lui demandait de le retrouver au point d’extraction après avoir affirmé que Dinah était en sécurité avec eux. Le jeune héros aurait aimé répondre pour rassurer son mentor, mais la fumée lui brûlait la gorge et une violente quinte de toux l’empêchait de prononcer le moindre mot. Après le Batman, ce fut au tour de Black Canary de s’inquiéter pour le garçon, le menaçant à travers son oreillette de bien vouloir ramener son cul dans le Batwing avant qu’il ne soit botté.
Tim observa les alentours, cherchant un moyen de sortir de la pièce avant de mourir étouffé et brûler vif avec comme seule compagnie, un psychiatre aux idées compromettantes. Cependant, un morceau de plafond tombe, proche du garçon qui parvient à l’esquiver et à être ensevelit dans une épaisse fumée de poussière et de cendres. Il observa Strange basculer en arrière et rentrer dans la cage d’ascenseur avant d’entendre les câbles cédés. L’adolescent ne réfléchit pas et fonça.

Il saisit son grappin pour saisir la blouse d’Hugo Strange et le trainer hors de la cage d’ascenseur avant que cette dernière n’emporte le psychiatre dans sa chute. Il l’amena vers lui, mais ce ne fut pas suffisant. L’ascenseur chute seul, mais Strange est happé par le vide. Red Robin glissa, abandonna son grappin et saisit le poignet du psychiatre à peine conscient. L’adolescent serre les dents, il pèse son poids. Par manque de volonté, le jeune homme ne parvient pas à le remonter.
En effet, même si Tim lui sauvait la vie, Strange sera sans doute relâcher dans la nature, faute de preuve d’accusation et causera beaucoup de dommage dans la famille de justicier et dans la vie active de Bruce Wayne. Il causera également beaucoup de tord au garçon qui ne demandait qu’une vie normale, sans craindre que son identité ne soit corrompue. Elle l’était déjà assez avec Dollmaker qui se promenait en liberté, Deathstroke et le Joker qui s’en moquait bien, du moment qu’il pouvait faire crier le petit oiseau. Si l’adolescent lâche, en prétextant un accident, tout irait beaucoup mieux. Les TYGER disparaitront, l’asile serait dirigé par des hommes compétents pour guérir et non pour faire souffrir. Tout irait bien, si Tim lâchait.

Une main vient doucement se poser derrière sa nuque, la caressant, comme pour chercher à le rassurer. Derrière cette main, un homme, l’homme responsable de la souffrance intérieur du jeune garçon. Tim sent Dollmaker derrière lui, son tortionnaire encré dans sa mémoire visuelle et qui ne cesse d’intervenir dans les pires situations. Personne ne le voit, mais l’adolescent ne voit que lui. Il entend cette voix tenter de calmer un Tim anxieux face à une décision importante à prendre alors que le choix semble être si simple pour Barton. Red Robin ne lâchait pas prise, Dollmaker s’agenouilla à ses côtés, observant Strange avec un sourire amusé, continuant de caresser la nuque frêle et fragile d’un enfant qu’il pensait être désormais le sien. Tim entends sa voix lui murmurer que tout aillait bien se passer, qu’il n’avait pas à avoir peur et qu’il devait se laisser faire.
La pression de ses doigts sur le poignet de Strange diminue lentement, ce dernier perd de l’altitude, quelques centimètres le poussant davantage dans ce puit obscur et sans fond. Après beaucoup d’hésitation, Tim ne peut pas laisser Dollmaker gagner. Red Robin n’est pas ce qu’il a fait de lui pendant ses deux mois, il vaut mieux que ça et très vite, le code moral de Batman reprend ses droits.

« Je ne suis pas ça… Jamais je ne pourrais faire une chose pareille. » murmura Tim avant de trouver la force et la motivation pour remonter Strange à la surface. L’adolescent tomba le cul par terre, essayant de reprendre son souffle après un tel effort avant de dévisager le psychiatre. « Et maintenant tu as besoin de l’ersatz pour t’en sortir… »

Il ne fallait plus trainer davantage, Red Robin commençait à faiblir face au manque d’oxygène et les effets se ressentaient déjà sur Hugo Strange. Tim observa son tortionnaire disparaitre dans les flammes, enroulant le bras du psychiatre derrière sa nuque avant d’identifier un chemin de sortie. Après plusieurs mètres parcoures, le justicier finit par atterrir dans un couloir qui n’était pas encore rongé par les flammes grâce aux portes coupe-feu. Il y déposa la carcasse de Strange avant d’entendre les deux garde-du-corps décongelés se précipiter vers lui. Red Robin savait que s’il attendait davantage, il serait capturé ou tué par ces mêmes personnes. Après avoir avalé de bonne bouffés d’oxygène, il abandonna Strange, accourra vers la fenêtre la plus proche du Batwing et la brisa

Son grappin de secours l’aida à atteindre la toiture du Batwing. En un morceau, il pénétra à l’intérieur du véhicule, le dernier. Le bas de son visage ainsi que son costume étaient recouverts par les cendres. C’est un visage un peu plus triste, refroidit qui s’offrait aux justiciers présents dans le jet. Sa main glissa derrière sa cape, lieu où il avait conservé les quelques dossiers et carte mémoire de la centrale. Il confia ses dernières à Dinah avant de poser sa main sur l’une de ses épaules avec un sourire sincère.

« On décolle. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 21/08/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: justicer
♠ Relations conflictuelles :: ► les vilains de gotham
♣ Vos Alliés : : ►batfamily, Le Reseau
avatar
Dick Grayson/ Nightwing
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Lun 7 Mai - 22:59

Mais quelle pipelette, elle devrait garder ces force vu son état ? Je la laisse parler en me focalisant sur notre objectif la batwing. Je ne rajoute pas mon grain de sel quand Bruce et Dinah rappel Tim, j’ai confiance en celui que je considère comme mon petit frère. Je reconnais cependant que son silence m’inquiète. 
La situation a enfin évolué, Dinah est en sécurité, même si j’ai peur qu’elle se suicide avec notre véhicule volant. 
Je retourne vers Batman pour sécuriser la brèche, car des petits malins se ruent vers la sortie. Je les arrête facilement même si leur nombre énorme m’empêche de faire attention à quoi que ce soit d’autre. Comme les flammes grignotant la zone où se trouve Tim. Du coin de l’œil je vois Batman finir Grundy, le gros béta était bien en forme… Mais il est loin d’être invincible.
Je vois enfin Tim émerger et fondre sur la batwing. Bon parfait. La mission est finie, j’assomme mon dernier dégénéré. Je me retourne et au moment où je saute, et lance mon grappin une main attrape ma cheville, et je me retrouve projeter vers l’arrière. Je fais une roulade, pour reprendre mes appuies. Au moment où je relève la tête, je suis heurté par un bœuf. Il m’envoie d’en une cellule, la brèche me parait soudain plus lointaine… Génial.
Je tousse un coup…hummm… Un gout de fer. C’est pas bon signe.
Je tombe sur les fesses, je relève la tête.
Un bodybuilder me fait face… Il lui manquerait plus qu’un chapeau de cowboy… Qu’est-ce que Stallion fait là.
Je tousse à nouveau, un gout de sang touche le sol.
J’ai mis Grundy chaos sans difficulté, j’ai arrêté des Tygers, et une trentaine de pensionnaire de l’asile et c’est lui qui me fait saigner.
Il tente un coup de pied pour m’écrasé le visage, mais je tape dans sa jambe rester au sol, et lui met un crochet en me retournant pour éviter d’être écrasé par cette montagne de stéroïde.
Je me relève rapidement ensuite… Aie… Mes cotes…
La brute se relève alors que j’essaie de reprendre mon souffle.
 
-Mais… Qu’est-ce… Que tu fous là…
 
-Blockbuster m’envoi.
 
Putain… Mais il lâche rien celui-là… Il n’était pas censé être à l’ombre, j’avais de plus détruit la plus part de ses réseaux illégaux.
Je ne réfléchis pas plus, Stallion me chargeant de plus belle.
Je tente d’éviter sa charge mais avec la fatigue et l’espace confiné, il m’emporte de son poing droit.
un nouvel impact contre le mur, ça m'étourdit légèrement mais je lâche rien.
Je riposte avec un enchainement rapide de coup de poing, direct au Foie, Uppercut. Il recule, me sourit essuie le sang de sa lèvre, l'autre mains posé sur ses abdo et commence son pugilat. Je pars ses coups du mieux que je peux, coller au mur. Et dès que j’ai une ouverture je le travail au corps.
Cette brute encaisse bien, et il finit par se saisir de mon bras.
Il me met à terre, et démarre une prise de soumission.
Vous y croyez ça, je vais me faire battre par un sbire qui n’aucun pouvoir, aucune maitrise particulière. Merde il est vraiment balèze et lourd. 
Je peux plus respirer. 
Ma vision ce trouble.
S’assombrit. 
Bordel. 
Va te faire…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1334
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Mar 8 Mai - 0:16

Back in Black. Rebelote, il fallait toucher au boutons du Batwing afin de récupérer Dick et Tim dans les plus brefs délais. Et donc, se remettre les tripes en vrac. Finalement, Dinah bénit dans un coin de sa tête la descente à un repas par jour dee ses tortionnaires : elle n'a rien dans le bide pour refaire la tapisserie. Bref, après ce petit aparté alimentaire, on passe aux choses sérieuses, c'est à dire prendre de la hauteur en redressant le nez de l'appareil et foncer jusqu'à la zone où se trouve Tim. Si l'on en croit les capteurs de mouvements du drone qu'elle a réussi à lancer après avoir jeté un jet givrant sur les fenêtres, il va bien.
"J'ai ... j'ai Tim en visuel. Rah bordel ..."
Une main vient se placer en dessous de son sein droit, vers l'aisselle. Là c'est une fichue brûlure qui ranime sa douleur, vu qu'elle n'a plus ses doses pour la maintenir en état semi catatonique et la laisser apte à être torturée. Luttant encore et toujours avec cette rage de vivre et de faire vivre, Dinah attend avec angoisse l'arrivée de Tim. De ce qu'elle voit, il tient Strange. Au vu des positions, Strange est au dessus du vide. Mais finalement, Strange ne tombe pas. Il a réussi. Il a réussi à outre passer ça. Devant Strange. C'est un mélange de satisfaction et de fierté qui prend au corps la jeune femme. Des dizaines de séances qui portent leur fruit, qui ramènent un pauvre ado malmené par Gotham et ses vandales à la vie, au contrôle de soi. Et quand Tim arrive, quand il pose sa main sur l'épaule de la jeune femme, elle ne répond à son geste que par un soupir d'aise, et ses doigts posés contre les siens. Elle ne dira rien à Batman et Nightwing. C'est à lui seul de décider de leur en parler. D'assumer ce qui le taraude, y faire face totalement, avec eux. Maintenant, au tour de Dick.

Se rendant de manière moins abrupte dans la zone où Nightwing se trouve, les deux passagers observent un instant avec effarement et horreur ce qu'il se trame. Une machine de chair et de sang aux veines pulsant de près contre la peau est en train de tabasser gratuitement le justicier. Le temps de digérer la vision, Dinah a un soudain éclair de génie. En vrai, avec cette machine, c'est tout à fait possible possible de faire du catch.
"Tim est-ce qu'il y a un filet dans votre véhicule."
Le temps que Tim lui explique quel bouton activer pour lancer le projectile sur sa cible, Dinah vise l'agresseur de Dick, tout en demandant à Tim la chose suivante.
"Quand ... je te dis go, tu tires la manette. Sec. De sorte à ce qu'on fasse un salto arrière. Plein gaz. Tu vas pouvoir gérer ?
- Demande à Dollmaker si il peut gérer ça.
- Pardon ?
- Ah ... oui c'est vrai il est dans ma tête.
- Eh bien dis lui de fermer sa gueule ? Bonjour Dollmaker tu n'es pas le nombril du monde, casse toi."
Pourquoi ces tarés qui se croient les prochains rois midas ou on ne sait quel hurluberlu avec ces plumes de pans couvertes de strass dans le fondement viennent toujours rajouter leur grain de sel, sérieusement. Même quand il ne sont pas là ! Dinah maugrée avant de viser le mastodonte et tirer le fil avant que Dick ne se fasse briser le crâne pour de bon. Ça touche. Il est pris dedans.
"GO !"
À ses mots, Robin s'exécute, les envoyant faire un looping à trois pour leur plus grand déplaisir. En tout cas Dinah se sent planer, littéralement. Tout se soulève, son coeur, son cerveau, même ses mains. Elle se croit en pleines montagnes russes, même si elle a encore conscience que ce n'est pas un parc d'attraction. Elle se sent juste ... juste ... partir. Endormie. Sans se soucier de tous les hématomes et de toutes les marques encore vives laissées par ses tortionnaires. Pas de douleur, juste du repos.

Du côté de l'agresseur de Nightwing, la vision est moins sympathique. Il se voit voler, voit sa vie voler, voit Arkham s'inverser et sent son corps s'éclater à terre violemment. Une de ses épaules s'est brisée net, comme certaines de ses côtes. Il est vivant mais complètement mis hors course par une Hurricanrana non pas faite par un catcheur, mais par une machine; sa fierté se brise aussi. Pour lui, c'est pire que de sentir son épaule hors de son articulation. Sachant que si Blockbuster le retrouve, il va être tué, sans pouvoir regagner ce que lui a volé cette putain de machine.

Aujourd'hui, ils se sont forcés à sourire aux gens qui passent,
À ce temps qui passe, au métro qui passe devant leur fenêtre au verre usé.
Les gens se forcent à sourire à pleine dents quand je passe confuse,
Sur ce long chemin où tant de râles sourds de leur part font écho
Dans mon coeur battant encore aux couleurs de l'espérance et de la joie.
Je vois même des visages détestés et leurs mains m'attirer, me sortir
Du droit chemin comme ils le peuvent, mais je tiens, jusqu'au bout.
Je laisse des pas résonner dans ma mémoire. Des pas qui se font pressants,
Qui m'appellent. Je n'ose pas me retourner de suite, encore absorbée
Par la tristesse que m'inspire tous ces visages tordus dans ce besoin de sourire
Pour rien, pour paraître. Mon coeur accélère son rythme, j'ai un grand besoin
De respirer. J'ouvre la bouche et me retourne, elle est là ma bouffée d'oxygène
Qui m'aspire. Je reviens.

Et Dinah inspire violemment, reprenant conscience dans la Batwing, ou tout du moins c'est ce qu'elle croit, en râlant quand les douleurs reviennent tirailler ses muscles et ses organes. Elle ne sait pas combien de temps elle est restée complètement à l'ouest, à faire ce rêve bizarre. En tout cas, elle sent qu'on l'a secouée. Ça lui revient en tête; sous forme de migraine. Alors la justicière s'affale, s'avouant vaincue, mais pas pour autant rassurée.
"Je ... je suis restée combien de temps dans le cirage ? Vous ... vous allez tous bien ? Night ... Nightwing va bien ?"

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 2279
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
♠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Ven 11 Mai - 23:54

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Plus tard dans la Batcave.


"Vous vous sentez mieux ?"


Une voix calme et douce, pas celle du Batman, mais celle d'un Bruce Wayne compatissant qui analyse ses troupes suite à une nuit des plus dangereuses. Le dur réveil. Maintenant, j'étais dans la réalité, j'étais ... dans la cave, pas le bat-bunker, non, j'étais avec mes alliés de la nuit qui venait de se passer ? Pourquoi ? Ma tenue est éraflée, mon casque est enlevé, et je suis assis dans mon ,siège, et je vois qu'on relate les évènements de la soirée sur la chaine du GNN. J'écoute ce qui se raconte d'une oreille peut attentive, pour tout dire, cela ne m'intéressait pas, mais il fallait qu'on en parle quand même. Ce soir, nous avions mis à terre, un projet relativement dangereux pour nous tous. Pour Hugo Strange, il semblerait que la folie l'ait carrément propulsé au stade où il se prenait pour Dieu le père. Je ne lui laisserai pas la chance de faire le moindre mal aux citoyens de ma ville. Ils étaient endormis par ses beaux discours oui, mais ce n'était qu'une question de temps avant que ce dingue ne fasse ce qu'il dise. Bien que cela puisse être improbable, les choses dont Strange étaient capables étaient surprenantes. Il en était capable oui, il pouvait se prendre pour Dieu et faire ce qu'il avait en tête. Au pire, il grillerait le système nerveux de tous ces gens. Bon Dieu ... Rappelle-toi les tours de Zatara, rappelle-toi les tours du vieux sorcier, Bruce, rappelle-toi ... Oui ... Dans un élan, je trouve la force de me détacher de la chaise et je m'avance. Prenant appui sur la force et sur les accoudoirs du siège, je me lève et j'observe ce qui se passe autour de moi. Alfred était en train d'administrer les premiers soins. Dick, Dinah, et Tim. Ils avaient tous eu leur part ce soir. Ils avaient tous eu leur combat de la nuit, et quelle sacrée nuit mouvementée. J'espérais que ce soir, ils comprendraient que la guerre n'était pas terminée, que tous chercheraient à nous abattre, quoiqu'il se passe. Nous devions rester unis. Alfred reste distant et ne dit rien, il a vu tout ce qui s'est passé cette nuit. L'enfermement de Dinah, il a entendu le combat de Tim face à Strange, il a vu les ravages de Stallion et de Grundy sur Dick, et il m'a vu, moi, face aux Tygers et aux fous qui se déversaient dans l'asile. L'évasion n'avait pas réussi ce soir, et c'était toujours ça de prit. Aucune évasion, exceptée celle de Grundy, mais je ne m'en fais pas pour celui-là. Je le trouverai.

"Nous avons frappé un coup fort ce soir, mais Strange s'en sortira. Les preuves que nous avons ne révèlent rien, et d'après les nombreux témoins, tout cela est dû à une insuffisance technique des ordinateurs. Cependant, le bat-ordinateur a relevé quelque chose, un terme qui apparait plusieurs fois. Le projet Arkham City. Je ne sais pas ce qu'il prépare, mais il faudra être prudent à l'avenir. Je pense que les traques et les Tygers sont le début de quelque chose ... Quelque chose qui nous dépasse."


Et cette fois, je ne me laisse pas influencer par les évènements. Je cogne le bureau de mon poing, je le cogne violemment, un coup, deux, et puis trois. Mon poing fait la douce et tendre rencontre avec le clavier qui sera bon pour une réparation, avec une vitesse assez contrôlée, assez maitrisée. Et je le balance par-dessus le ravin. Le grand clavier qui servait à mon ordinateur venait de faire une chute dans l'abîme. J'étais en colère, en colère contre cet échec. Nous n'avions pas vu le coup venir, et il faudrait des mois pour que nous puissions mettre la main sur les dossiers de Strange. Toute cette haine accumulée, tout ce sentiment de frustration, toute ces vies perdues, tout ça à cause d'un délire divin qu'il avait en tête. Alors que je repensais à tout ce qui s'était passé : Le Joker, Blackgate, Arkham, Black Mask, Strange, la Cour des Hiboux, Luthor, toute ma frustration venait de Gotham City, et d'elle seule. Toute ma colère n'avait pas vraiment été relâchée, et même si l'envie me prenait de lui faire très très mal, je devais me contenir, et me rappeler de ce que Gordon m'a souvent dit. De ne jamais dépasser la limite que nous nous étions imposés : Jamais. Le cauchemar était terminé. Strange avait perdu. Pour le moment. D'une voix légèrement empreinte d'une colère que je n'arrive pas à étouffer, je reprend une nouvelle fois.

"Nous avons été trop négligent avec cette guerre dans Gotham. Si nous voulons nous assurer que le crime doit être anéanti, il va falloir que nous redoublions d'efforts. Trop de monstres sont encore dans les rues, et il faut agir. C'est maintenant, ou jamais. Si Strange peut reprendre le contrôle, s'il peut à nouveau être dans la course et qu'il lance ce projet dont il parle ... Nous aurons perdu. Mais je sais que je peux compter sur vous, sur le Réseau, je sais que l'on peut gagner. L'important, c'est d'agir."


Je sens comme quelque chose dans l'air, quelque chose de nouveau et d'agréable, comme un espoir qui s'ouvre à nous. Maintenant que Strange était neutralisé et sévèrement battu, je me mettais à imaginer cette piste, ce projet "Arkham City". Maintenant qu'il savait que Bruce Wayne était Batman, allait-il le révéler ? Allait-il me dénoncer publiquement ? Et quel avenir alors ? Bruce Wayne deviendrait-il un simple citoyen comme les autres ? Serais-je poursuivi pour avoir tenter de faire quelque chose dans ma ville ? De lui donner un meilleur avenir. Qu'importe, ce qui avait été fait était fait. Maintenant, il ne me restait plus qu'à attendre. L'air était agréable, et malgré le fait que le crime continuait à sévir dans ma ville. Un poids venait d'être ôté, pas définitivement, car le mal repousse sans cesse, mais pour le moment, nous respirerions mieux. Oui. Il fallait y croire, il fallait croire au positif de cette ville.

Je crois en Gotham City.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 66
Date d'Inscription : 21/08/2017

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: justicer
♠ Relations conflictuelles :: ► les vilains de gotham
♣ Vos Alliés : : ►batfamily, Le Reseau
avatar
Dick Grayson/ Nightwing
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   Dim 13 Mai - 22:35

Je me réveil, doucement, je suis allongé sur un brancard de la batcave. La bonne odeur humide ma deuxième maison. Alfred est à mon chevet légèrement en retrait il regard Bruce. tout le monde semble être là. Tout le monde bande ces blessure. Je me redresse et me frotte le visage. Tient je n’ai plus de masque. Bruce et sur l’ordi. J’écoute Bruce. Triste de le voir dans cet état. Même si il était le justicier depuis bien plus d’année il se soucier toujours de la même manière de ces objectifs. La demi-mesure était difficile pour lui mais comme toujours nous allions nous relever. Les renvoyer tous là où il devait reposer.
Je m’avance vers Bruce, je pose la main sur son épaule.
 
-Bruce, on perdra pas, on a jamais perdu. Strange et « Arkham city »  n’est qu’un nouveau défis. On sera meilleur et Gotham suivra. J’ai confiance en nous, j’ai confiance en le meilleur de cette ville.
 
Je me recule et récupère mon masque.
 
-Bon, moi je vais devoir m’occuper du gang de Blockbuster en en parallèle, Stallion n’est surement pas seul.
 
Je continue à m’éloigner et refait le plein d’équipement. Je vais vers la moto.
 
-Et Bruce oublie pas, avec ou sans costume tu aides et aidera cette ville. Tu es Bruce Wayne Et Batman. Aller bye les amis (monte sur la moto et met son casque) la ville compte sur nous.


Je file dans le tunnel de la batcave. Bon Blockbuster tu ose m'attaquer a Gotham. Je vasi renvoyer des sbires coté ne t’inquiète pas. je débouche vers l’extérieur. Strange je sais pas ce que tu a derrière la tête mais compte sur nous pour t'arrêter. je regarde un dernière fois moi, Tim je t'oublie pas, on doit causer. je m'éloigne du manoir et de la Batcave car même si le jours se lève le crime ne dort jamais... tant mieux nous non plus. J’accélère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Madness Returns ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Madness Returns ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✝ « Reveille »〔Alice Madness Returns〕
» [PC/PS3/Xbox360] American McGee Alice & Alice Madness Returns (suite)
» Alice Madness Returns Chibi
» SUPERMAN RETURNS - SUPERMAN/CLARK KENT 2in1 (MMS50)
» Superman Returns !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Institutions Pénitentiaires :: Asile d'Arkham-