Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Let's Joke [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blackgate
Masculin Messages : 214
Date d'Inscription : 21/01/2018

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: Mercenaire
♠ Relations conflictuelles :: Bat-Famille, mercenaires rivaux...
♣ Vos Alliés : :
avatar
Slade Wilson-Deathstroke
MessageSujet: Let's Joke [PV]   Dim 15 Avr - 7:42



Let's Joke




       « La vie est telle une flamme. Un jour, elle finit par s’éteindre. »

Ce soir, Deathstroke avait remporté sa première victoire face au protecteur de Gotham en le privant d’un de ses plus fidèles alliés. Sur les ordres d’un criminel antipathique et dépravé, incarnant la folie même dont laquelle se berçait Gotham, Deathstroke avait fait tomber Red Robin et l’avait brisé mentalement et physiquement. Le verdict était sans appel, victoire totale pour le mercenaire.

Celui-ci se doutait que très vite, il aurait affaire aux autres justiciers de Gotham, qui ne laisseraient pas cet acte impuni. Il devait se préparer aux conséquences à venir, toujours penser 10 coups en avance.
Avant tout, il lui fallait se débarrasser du fardeau qu’était sa victime, celle-ci ne faisant que peser un poids inutile sur ses épaules. 78 kg de chair et de muscles qu’il fallait se trimballer jusqu’à Amusement Miles. Plus vite il s’en serait séparé, plus vite il pourrait passer à autre chose. Et surtout ne plus revoir le sourire idiot du Joker, qui lui donnait envie de lui faire manger ses dents à chaque fois qu’il le voyait. L’essentiel restait qu’il serait payé, et bien payé, et ça, cela restait un argument non négligeable. Même si le réel intérêt de toute cette mascarade avait été de blesser Batman, de lui faire sentir une douleur à s’en briser les côtes.


21h15. Amusement Miles.
Deathstroke était enfin arrivé au lieu de rendez-vous, celui-ci n’avait pas changé d’un iota depuis sa visite. Toujours les mêmes décors burlesques, la même atmosphère de folie et de violence qui émanait de ces lieux emplis de la puanteur maladive du clown. Des banderoles ornés de graffitis en forme de crâne et autres symboles morbides et perturbants, des animaux grimés avec le visage du Joker, des voyous de toute sorte accomplissant des rituels tous plus bizarres les uns que les autres. C’était la conception du rire pour le Joker. Mais ça ne faisait rire que lui. Cette fois, Deathstroke n’avait pas de temps à perdre et il espérait bien imposer ses choix au plus vite.

Atterrissant directement devant le chapiteau après s’être suspendu avec son grappin, il se posa au milieu d’une foule de malfrats qui furent bien surpris par son arrivée inattendue. Sentant néanmoins le danger qui émanait de cet homme, ils ne cherchèrent pas à discuter plus longtemps et partirent sans demander leur reste. Deathstroke écarta la toile du chapiteau, entrant dans l’arène d’un coup de pied. Se contentant de quelques pas, il jeta le corps de Tim Drake au sol sans se soucier des blessures qu’il lui avait déjà infligées. Posant la botte sur le colis, il interpella le Joker.

« Livraison express. C’est bien ici qu’on réclamait un rouge-gorge ? »


Robin était encore à moitié sonné, aucune idée de s’il était capable d’entendre ce que je dise. Je n’avais aucune idée du sort que pouvait lui réserver le Joker, et je ne m’en préoccupais pas. Une fois mon paiement reçu, je quitterais les lieux et n’aurait plus rien à voir avec cette histoire. La loi des affaires…

« J’ai accompli ma part du marché. Maintenant, j’exige que tu honores la tienne. J’attends le paiement sur le compte que je t’avais indiqué lors de notre dernière entrevue. Il n’y aurait pas de discussion. Immédiatement. »

Je n’avais pas de temps à perdre avec les petites blagues du Joker. D’autres affaires m’attendaient et je devais me préparer à l’arrivée des justiciers.
Je le menaçai un peu, afin de lui intimer de se presser. « N’oublie pas que sur ta tête aussi, il y a une prime. Si tu ne te dépêches pas, je pourrais bien décider de prendre celle-ci. »

Une fois le paiement effectué, je vérifiai le mini-ordinateur présent sur mon avant-bras, constatant que le transfert avait bien été effectué. Un semi-sourire de contentement éclaira mon visage, mais imperceptible pour ceux qui étaient autour de moi. Peut-être que je pourrai prendre des vacances aux Seychelles une fois toute cette histoire avec Batman terminée.

« Bien. Au plaisir de ne plus jamais faire affaire avec toi, le clown. Sayonara ! »

Sur ces dernières paroles, je fis demi-tour vers la sortie. Il était temps de rentrer à mon repaire et d’organiser la suite. Les choses allaient devenir intéressantes.

Arsonist's lullaby. « When I was a man I thought it ended. When I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash .unbreakable »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Dim 15 Avr - 17:05


Laugh and Die

Cirque Haly.

Cela avait été une belle soirée, calme, et drôlement folle à la fois, une fois que le Joker s'était rendu maitre du Cirque Haly en changeant le décor pour Batman, le clown psychopathe avait fait en sorte que ses poissons arborent de somptueux et adorables sourires, que les cadavres soient aussi souriants que possible, et bien sur, que toutes les attractions soient parfaitement en marche pour cette soirée magique et merveilleuse, tout cela dans l'optique de rendre sa gloire de seigneur des farces et des mauvais coups. Néanmoins, c'était sans compter sur la possibilité d'avoir des nuisances nocturnes. Bien conscient du fait que les détectives en herbe et autres rapaces tenteraient de trouver le Joker, le clown s'était fait à l'idée qu'un jour, quelqu'un viendrait, et ce soir, quelqu'un avait pénétré dans le sacro-saint lieu qui servait de repaire à l'empereur du crime, j'ai nommé le Joker. Il l'avait suivit dans les ombres, attendant bien sur qu'elle commette une belle erreur, ou pas ? Doucement et se faufilant dans les ombres, le Joker lui, observait de ses yeux d'araignée la pauvre petite moucheronne qui venait de faire son entrée, de bric et de broc, dans ce lieu malfamé qui était devenu pour un moment, le territoire du mal au sens pur du terme. Sortant de l'ombre, le Joker était souriant, amusé même, énormément. Mais ce n'était que ce cher Deathstroke, qui revenait avec le colis. Le paiement avait été fait depuis un moment car le Joker savait à l'avance que le mercenaire réussirait à le capturer. Un oiseau blessé ne peut jamais se soigner complètement, il reste et restera un boulet à vie. Amusé, le Prince des Clowns sortit de l'ombre, avec un beau grand sourire.

"Biiiien joué mon petit Slade. Ton argent est sur ton compte, il est temps pour toi de partir, car le reste ne te concerne nullement. Tu n'es pas invité pour le grand spectacle qui s'annonce. J'en suis navré, mais pour ce genre de spectacle, il faut au moins deux yeux ! Héhéhahahahahahahaaha."


Dit-il en prenant une magnifique posture et un excellent ton cynique. Le canon du révolver encore fumant d'un cadavre fraichement déposé dans une attraction, le Joker découvrit enfin qui était l'intrigant colis qui avait pénétré son sol sacré. Voyez donc qui voila. Robin : petit protégé de Batman, seul, et sans protections, comme si c'était pas mignon. Quelle joie ! Quel orgasme nous allions avoir ! Tuer ce charmant enfant, c'est ça qui serait amusant, à la fois odieusement bon, et odieusement cynique. C'était aussi de voir la tête de ce cher Batman quand il verrait le cadavre de son petit chérubin préféré, découverte horrible en somme. Oh que oui, ça serait délicieusement bon, délicieusement sadique, et on aurait de quoi rire pendant un bon moment. Le Joker imaginait la fureur de Batman quand celui-ci découvrirait le cadavre de son enfant préféré. Un beau grand sourire s'élargissait sur la face du Joker. Il s'avançait, doucement mais surement. Puis, une fois qu'il était à portée, il vit le corps complètement battu, le liquide rouge s'écoulait de quelques meurtrissures, il ne réagissait pas. Il devait vachement douiller, et le Joker prenait plaisir à le voir se vider comme un cochon qu'on venait de trancher. Alors que les malfrats regardaient la scène, le Joker s'abaissa pour tenir le visage du pauvre garçon, amusé.

"Ne t'en fait pas Robinounet, tu ne mourras pas ce soir. Car tonton Joker va prendre soin de toi. Mais rassure-toi, ton sort final ne dépendra pas de moi !"


Afin de prendre tout son temps, et d'éviter les petites blagues qui pourraient survenir, le Joker brisa un doigt du jeune homme, rien que pour entendre le cri. Il avait de quoi hurler et c'était ça qui était bon. Coincé avec le Joker, pour de bon. Le Joker ricana une nouvelle fois, hilare de voir un tel enchainement de chance ! La dernière fois, c'était Robin précédent, maintenant, on avait la suite des Robin. Oh que ça allait être bon ! Oh que oui ! Et le plus drôle, c'est que personne ne viendrait le sauver, personne, avec énormément de chance, ce serait un rêve presque inégalé. S'approchant d'une machine qui distribue des porte-bonheurs, le Joker inséra une pièce avant qu'une voyante ne mette à s'animer et à sortir un petit bout de papier qu'il commençait à lire.

"Hihihihi je sens que tu vas adorer ! Héhéhahahaahahahaahahahaaaaaaaahaaaaahaaaa."


Il éclata d'un grand rire horrible qui résonna sous tout le chapiteau. Le Joker allait déborder d'idées obscènes, quelques petites séances de tortures biens senties, histoire de profiter du moment présent. C'était éphémère après tout, comme un Robin à qui on arrache les ailes avant de le voir s'écraser. Splotch le Robin ! a pu ! Tout mort le titi à Gros minet ! Et ce soir, on allait se faire un petit KFC ! On allait faire de ce Robin, quelque chose de meilleur, de plus Jokeresque et disperser les morceaux du Batounet un peu partout, façon puzzle. Dommage que le Joker n'avait pas d'appareil photo sous la main. Promis, la prochaine fois, il se prend un appareil photo pour ses prochaines victimes, il garderait de beaux et tendres souvenirs, surtout pour Batman, surtout pour lui rappeler ce qui arrive quand on introduit des amis dans ce petit jeu qui appartenait à lui et au Joker. Tous ceux qui entourent le Chevalier Noir sont condamnés à court ou à long terme. C'est ça qui était drôle quand on y pense. C'était ça la douce et tendre ironie de cette ville qu'était Gotham City. Mais ne désespérons pas ! Il y'a toujours de l'amusement à faire ! Et ce soir, Robin en serait la vedette. Pour une seule et unique représentation. Et ça allait péter ! Cela va faire énormément de bruit ! Le Joker, ses hommes, et Robin, prirent la direction de l'infirmerie improvisée, pour une séance de réajustements physiques ...




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Dim 15 Avr - 23:36


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____Ces derniers souvenirs étaient vague. L'adolescent se souvenait avoir été agressé dans l'un des bunkers de Gotham City. Un endroit supposé être sûr, un lieu dont seules les personnes dignes de confiance aux yeux de la chauve-souris pouvait connaître l'existence. Le mercenaire avait corrompu ses lieux, agressant l'un des acolytes de Batman dont la tête avait été mise à prix.

Le garçon avait fini par perdre connaissance lorsque Slade porta le coup de trop au jeune justicier. Il n'était parvenu qu'à reprendre ses esprits lorsqu'il sentit son corps heurter violemment le sol. L'adolescent manqua de mordre la poussière, ces deux pupilles ouvertes, visage à découvert, les lèvres sèches et les dents serrées, A peine conscient, encore sonné, incapable de comprendre les paroles des deux protagonistes, il ne sentait que la botte de Deathstroke qui écrasait violemment le corps du garçon sur le sol, alors que ce dernier tentait de se débarrasser de ces liens.

Finalement, le mercenaire abandonna sa proie pour la laisser aux mains de son client. Alors que le garçon reprenait doucement ses esprits, quelque chose semblait le gêner. Tim abaissa doucement vers Ses jambes liées entre elle et parfaitement immobile. Il ne sentait plus rien, il ne sentait plus le bas de son corps, il ne sentait plus ses jambes. Le jeune garçon est totalement pétrifié lorsqu'il comprend ce qu'il s'est passé, Slade lui a brisé la colonne vertébrale, le seul moyen pour lui de fuir ce psychopathe sans nom.

Alors que Red Robin tentait tant bien que mal de digérer la nouvelle, le clown s'abaissa en direction du petit oiseau et saisit son visage, le forçant à le regarder droit dans les yeux, lui et sa sale face souriante et amusée. Le regard de Timothy était mauvais, remplis de colère et de haine, il profita de la proximité qu'il avait avec son tortionnaire pour venir lui cracher au visage.

« Va te faire fout... » l'adolescent commençait à cracher son venin avant que le Joker ne saisisse ses mains liées entre elles pour briser l'un de ses doigts.

Il ne put continuer sa phrase que par un cri de douleur soudain. Le prince du crime avait été rapide, plus rapide que l'adolescent encore complètement sonné par la perte impressionnante d'hémoglobine. Un humain normalement constitué ne se serait pas réveillé immédiatement et ne parviendrait pas à avoir autant de lucidité que l'adolescent. Ce dernier cloua de nouveau sa colonne vertébrale à terre en retenant cette fois-ci ces cris.

« Je ne te donnerai pas ce plaisir-là... » pesta l'adolescent. « Il n'y aura pas de seconde fois. » murmura-t-il doucement, des paroles à peine audibles pour le clown, des paroles destinées à le motiver, l'encourager à tenir tête, comme avant, comme avec Dollmaker.

L'adolescent se senti trainer par les sbires du clown et malgré quelques tentatives, il ne parvenait pas pour l'instant à égaler leur force cumulée, encore moins dans cet état. Il redressa son regard pour observer les lieux, une sorte d'infirmerie, toute aussi glauque que le reste du chapiteau. Le jeune justicier a les mains et les jambes (inutiles) libres, les sbires s'y mettent à plusieurs pour lever le prisonnier jusqu'au brancard. La psychose de Tim commençait à reprendre le dessus, pas question de revivre ça, pas question de revivre cela, pas question d'être le pantin d'un énième psychopathe.

Tim ne réfléchit pas, son instinct et son agressivité post-traumatique prend immédiatement le dessus. Il attrapa la paire de ciseaux la plus proche pour l’enfoncer dans les côtés du premier sbire avant de répliquer immédiatement par un coup de coude dans le nez de son collègue, un coup de boule pour le troisième. Le justicier renversa un meuble proche de lui et plutôt lourd sur les pointes de pied du quatrième. Tim ne réagissait pas avec lucidité, il réagissait avec colère et rage. Il aurait pu garder le si peu d’énergie qu’il lui restait, lui qui était désormais coincé dans ce chapiteau, sans la possibilité de fuir, si ce n’est de ramper sur le sol, ce que le justicier tenta immédiatement avant de saisir en chemin le scalpel le plus proche pour se défendre.

« Tu ne te servira PAS DE MOI. » hurla l’adolescent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkham Asylum
Féminin Messages : 12
Date d'Inscription : 01/11/2017
Localisation : Gotham/ Coney Island
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Mar 17 Avr - 15:49

Harley
Quinn

Joker

Let’s Joke
Les dernier préparatif était maintenant terminé, il ne me reste plus qu’à finir la mise en place de l’infirmerie pour accueillir nos chère et tendre patient qui avait quelque problème à la tête suite à nos attraction hilarante. Il est vrai que je m’occuperais d’eux avec le plus grand des soins et grâce à mes électrochoc, ils auront rapidement oublier leurs anciennes vie et retournerons s’amuser avec nous. C’était une idée de M.J que j'affectionne particulièrement, c’était d’ailleurs l’un des rares partie dès son plan que je connais, comme à son habitude, il ne divulguait pas grand chose.


De retour à l’infirmerie, j’enfila un magnifique costume rouge et bleu ainsi que ma blouse de psychiatre, sur lequel le nom “Dr.Quinzell” était inscrite, rangeant les dernier lit, un vacarme m'interpelle, encore un des ces crétins de larbins qui ne savait pas aligner un pied devant l’autre sans se péter la gueule! S’en était trop, ça faisait déjà quatre fois qu’il foutait le bordel ici, pistolet en main, sécurité retirer, je me diriger vers le bordel, des cris était maintenant audible, owh mais ce n’était pas mes chère larbin qui faisait autant de bruit. C’était notre chère Robin, notre rouge gorge favorie, le petit frère de nightwing, hum, je me rappelle très bien de celui l, il était très...intéressant.


Je l’observais ramper sur le sol, il avait perdu ses jambes? un scalpel dans la main, m’approchant dans son dos, écrasant la main qui tenait l’arme avec mon talon.

“Bas alors Robinounet, on a décidé de tuer ces hôte? C’est pas très sympas sa.”

Arrachant le scalpel, faisant glissant la lame sur sa joue sous pour autant le blesser, je ne devais pas lui laisser de marque sans l’accord de mon poussin.


“Alors chérie, tu as eu le temps de faire un tour du cirque? Ou tu es déjà bon pour une séance d’électrochoc? T’en fais pas ça chatouille un peu dans la caboche, c'est un super massage de cerveaux” J’attrapa sa tignasse pour le traîner derrière moi jusqu’à la salle prévue à cette effet, l’attachant à l’un des sièges ordonnant à l’un des gros bras d’aller chercher le Joker, je ne sais pas ce qu’il a prévue pour lui et il aimerais surement s’occuper de lui avant tous.Je devrais surement lui réparer sa colonne vertébrale qui devait être dans un état pitoyable, lui recoudre la figure et le ranimer un peu tout en calmant cette colère qui semblait l’animer, pour cela je savais quoi faire, je n’avais pas faire psychiatre pour rien, cela m'avait deux droit fois sortie de la merde à Coney Island.


Faisant le tour de la machine afin de marquer sur un calepin ce qu’il devait être retaper chez lui, j’allais avoir du travail et seulement des doigts agile peuvent le faire sans risquer de lui arracher la moitier du visage ou de lui enlever quelque os du dos.
“Ton bourreau c'est plutôt bien amuser sur toi Robin, et ce n’est qu’un début, on vas déjà te retaper avant de te détruire mentalement”  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Mar 17 Avr - 17:05


Laugh and Die

Infirmerie improvisée.

Il avait encore un peu de force. Tant mieux, il en aura bien besoin le petit. Pour tout dire, le Joker savait parfaitement ce qu'il allait advenir du jeune Robin, le meilleur pioupiou de Batman. Oh, cela avait été mûrement réfléchi, en deux trois secondes bien sur, par le Joker, et il savait qu'il allait grandement s'amuser ce soir. Il allait en profiter et se délecter du spectacle d'un pauvre oiseau brisé par les aléas du destin. Heureusement, Slade Wilson était quelqu'un d'intelligent, qui avait obéit aux ordres du Joker aveuglément. Un vrai pro ! Aucune question ! Semblable à une araignée, semblable à un monstre tapi dans les ombres, semblable au monstre caché sous le lit, le Joker était là. il avait enfilé lui aussi une blouse des plus sales pour faire son sale travail. Harley Quinn devait déjà s'occuper du petit invité, et pour tout dire, elle allait faire son diagnostic. Bien sur, il fallait retaper le gamin, mais qu'importe, le plus important, c'était de s'occuper de la cervelle du petit garçon. Le Joker avait ordonné à ses hommes d'emmener le gamin à l'infirmerie improvisée tandis que le maitre se préparait à sa grande tâche. Harley Quinn s'en occupait, bien bien. Le Joker enfila des gants en plastique, une blouse blanche sale légère et tandis qu'il s'avançait d'un pas décidé vers le lieu de la débauche de sang qui s'annonçait, le Joker eut un rictus. Observant d'un air amusé le gamin qui semblait avoir encore un peu de combativité, le Joker haussa un sourcil avant de commencer.

"Tiens ? Encore debout ? Malgré tout, tu as de la combativité. Mes hyènes trouvent que ça donne un meilleur gout à la viande."


Dans le pêle-mêle d'instruments horribles et dégueulasses, on y trouvait tout. Tronçonneuse, perceuse, scalpels, couteaux tranchants, il y'avait de tout, toute la panoplie du mécano de chez Black & Decker, histoire de bien lui dégueulasser le portrait. Mais pour la pratique des soins, c'était Harley Quin qui s'en chargerait. Enfin, "soins" était un bien grand mot, ce serait un rafistolage en bonne et due forme. S'approchant du Robin sur la table d'opération, le Joker fixa les sangles et ôta le moindre gadget qui pourrait appeler Batman, ou qui pourrait être néfaste au Joker. Amusé, le Joker regarda son acolyte chérie, Harley Quinn avant de prendre le calepin et de le lire à l'envers.

"Comment ? Une trépanation ?!"


Dit-il en se saisissant de la tronçonneuse et en l'allumant dans un boucan d'enfer. Il éclata d'un grand rire avant de l'éteindre, histoire de provoquer une belle frayeur au jeune homme. C'était intéressant de voir ce petit Robin, souvent dépeint comme un garçon intègre, droit, vertueux, devenir une espèce de bête informe et malpolie, prête à vous tuer et à se laisser aller aux pulsions les plus meurtrières pour survivre. Nul doute que Batman doit être très fier de son protégé pas vrai ? Peut-être qu'il y'aurait quelque chose à faire avec lui, quelque chose que l'on pourrait façonner pour créer un peu plus de chaos dans une ville qui méritait énormément d'agoniser avant qu'on la détruise pour de bon. Ce petit Robin avait piqué la curiosité du Joker, dans un sens, le Clown avait très envie de voir ce que ce gosse avait dans la caboche. Il aimait plonger ses doigts dans les replis de la cervelle de sa victime, jouer avec les nerfs et briser quelqu'un mentalement. Regardant pendant un moment le rouge-gorge sur la table, de ses yeux d'araignée, le Joker eut un grand sourire. Quelque chose de magnifique, quelque chose de fou venait en lui. Et s'il brisait un des héros de Gotham City ? Ce serait une riche idée de le faire ce soir. Gardons ça en mémoire pour le moment, il y'avait déjà un heureux évènement à fêter. Profiter de la capture de ce gamin, cela permettait de savourer les petites choses de la vie. Posant ses mains sur le crâne de Robin, Slade Wilson lui avait retiré son masque, mais le Joker, lui, il ne voulait pas savoir qui il était, il ne le désirait pas, et pourquoi devait-il se saborder une surprise pareille ?

"Je vais te faire du mal, Robin. Je vais te faire vraiment mal. Oh mais rassure-toi, je ne vais pas te tuer. Je veux juste ... Lui envoyer un message. Tu me comprends hein ? Attend que je te montre, tu vas comprendre ... ROCCO !"


Le dénommé Rocco, un petit obèse en costume cravate, arrive avec une table roulante. Dessus se trouve un appareil pour électro-chocs, et à côté, se trouve de nombreux liquides, de nombreuses drogues, de nombreuses poudres, dont de la coke. Le Joker se saisit d'un petit billet de un dollar avant de s'envoyer une ligne de coke dans le nez. Secouant la tête, il regarde Harley Quinn avec un grand sourire. Il reste calme, névrosé, mais calme. Prêt à faire subir au jeune homme toute sa folie, toute sa colère, toute sa haine, son art. Il prend les électrochocs, avant de relier le crâne de Tim grâce aux câbles à l'appareil. Il allait subir les premières décharges électriques pour affaiblir Batman. Il allait le torturer longuement. Tandis qu'Harley préparait ses outils pour le reconstruire, pour le refaire comme neuf. Le Joker regarde son assistante avec un désir légèrement lubrique.

"Tu sais Harley, habillée comme ça, je te prendrais bien là, tout de suite, sur le gamin qui nous sert de table. Mais on fera ça plus tard, en attendant, il faut lui remettre sa colonne vertébrale en marche. Oui mon grand, tu as bien entendu, tu es tatataaaaaaa paralysé ! Tu es aussi utile qu'un légume ! Aussi utile qu'une Barbara Gordon quand un clown avec une chemise hawaïenne enfonce sa porte ! Tu es paralyyyyyyséééé hahahahahahahahaha ! Surprise ! OUPS !"


Il éclata d'un grand rire mauvais et malsain. Tandis qu'Harley allait s'occuper de le recoudre, de le reconstruire. Le Joker, allait garder le gamin sous bonne stimulation. Oh bien sur, il aurait mal, très très mal, pendant qu'Harley le charcute, mais aussi parce que le Joker allait le torturer. Dévoilant une photo de Batman, le Joker lança les premières décharges électriques dans son cerveau. Il était près de la machine, prêt à punir le gamin s'il répondait mal. Tout ça, c'était de la faute de Batman, de Batman seul si le gosse était dans cet état.

"Pour chaque mauvaise réponse, une décharge, et ça montera crescendo. Alors dis-moi. C'est la faute de qui si tu es là, en train de souffrir comme un cochon avant l'abattoir ? C'est qui hein ?"





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Mer 18 Avr - 0:51


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____ Sans jambe, il lui était impossible d'espérer avoir la moindre chance de fuir ce chapiteau à moins que le clown ne laisse le petit oiseau s'envoler. Ce n'est pas le cas d'Harley Quinn qui avait décidé de mettre un terme aux excès de violence de l'acolyte de la chauve-souris. Il laissa échapper une grimace de douleur lorsqu'il sentit sa semelle s'écraser sur la paume de sa main, déjà endommagé par les coups de Slade.

L'adolescent ne réponds pas aux provocations de l'ancienne psychiatre, même s'il essayait tant bien que mal de l'attraper pour lui crever les yeux quand elle baissait un minimum sa garde. Malheureusement, il se retrouva attaché, relié à la table d'opération et malgré ses quelques tentatives pour se libérer de ses sangles, il ne parvient pas s'échapper de là.
Son regard se contenta de fusiller la jeune femme qui gravitait autour de lui pendant que le garçon rongeait et irritait sa peau pour tenter de venir à bout de ses sangles. Le retour du clown finit pour calmer l'adolescent qui finit par retourner son regard sur ce dernier, observant ces moindres faits et gestes, comme s'il s'attendait forcément au pire avec lui. Et il fallait s'y attendre, le Joker était connu pour son imprévisibilité. Si jamais le garçon l'ennuyait, il n'avait qu'à lui tirer une balle dans la tête, il n'avait aucune raison à le garder en vie si ce n'est importuner la chauve-souris.

Le coeur de l'adolescent frappa violemment sa poitrine lorsqu'il entendit la tronçonneuse s'allumer et manquer de trancher son corps en deux. Sous la panique, il serra les points avant de fermer les yeux et détourner le regard pour ne pas voir l'horreur qui se préparait. Mais, rien, hormis les moqueries du clown, il fallait s'y attendre. Tim grimaça, se sentant idiot d'y avoir cru un instant.
Ses yeux se replongèrent machinalement dans les yeux du Joker. On lui avait toujours appris à instaurer un dialogue avec son tortionnaire, le faire parler, le faire tourner en rond, gagner du temps jusqu'à l'arrivée des secours, crier plus fort que la douleur pour ne pas endurer le pire. Il avait déjà usé de ces techniques, bon nombre de fois avec Dollmaker, sans succès. Avec le Joker, c'était différent. Il n'arrivait pas à engager une conversation. Les mots ne parvenaient pas à sortir, le garçon paraissait comme pétrifier aussi bien par le choc que par une certaine crainte. Plus il s'avançait et plus le garçon sentait son coeur s'accélérer et les premières gouttes de sueur tomber.

Le clown posa ces mains sur le crâne du petit oiseau. Ce dernier fusilla du regard les yeux maquillés de son tortionnaire avant de bouger sa tête à de multiples reprises pour tenter de se libérer de cette emprise. Tim ne parvenait à réagir que par des gémissements de douleur et un silence provocateur. À l'arrivée de la machine, le garçon n'est pas dupe, il comprend immédiatement ce qu'attendait le clown et à quelle sauce allait-il cuisiner son prisonnier. Ce dernier ne put rien faire pour se débarrasser des électrodes, tenter de bouger la tête vainement n'était pas le meilleur des plans.

De nouvelles paroles de la part du clown suffisante pour dégoûter une nouvelle fois l'adolescent et le remplir d'une nouvelle dose de colère. Mais cette fois-ci, impossible pour lui de se déchainer sur les sbires. Ceux qu'il avait déjà massacrés étaient partis penser leurs plaies, priant pour entendre les hurlements du gamin de là où ils se soignaient.
Le psychopathe commença à imposer ces règles, donnant une ou deux décharges au jeune garçon, à titre d'exemple. Ce dernier retient ces cris, souleva légèrement sa nuque de la table sous la douleur et la violente contraction musculaire.

« Je ne veux pas jouer à ce jeu-là... » grogna une nouvelle fois l'adolescent.

Cette fois-ci, le petit oiseau laissa échapper un cri de douleur suite à l'impulsion électrique lancée dans sa boite crânienne. À qui pouvait bien en revenir la faute ? À Slade qui avait accepté un pacte avec le diable ? À Harley qui était intervenu au mauvais moment pour stopper la vaine tentative d'évasion du garçon ? Au Joker qui avait souhaité jouer avec un des acolytes de la chauve-souris ? Ou à celui que tout le monde déteste et que tout le monde veut voir souffrir ?
Bien sûr que Tim connait la réponse, le Joker n'attends que ça, il n'attend que ce nom-là. Mais l'adolescent reste borné et après quelques bouffées d'oxygènes avalées pour se remettre des quelques décharges envoyées, car il paraissait surement trop lent aux yeux du clown, le garçon finit par céder.

« Bat... Batman... Tu veux que je réponde Batman ? Mais je n'en pense rien... » murmura Robin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkham Asylum
Féminin Messages : 12
Date d'Inscription : 01/11/2017
Localisation : Gotham/ Coney Island
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Mer 18 Avr - 13:45

Harley
Quinn

Joker

Let’s Joke
Je préparais tout le matériel pour m’occuper de toutes les blessure du petit oiseau qui c’est brûler les ailes, bien sur, il ne partira plus, même les ailes réparer, il ne voudras pas nous quitter, nous sommes ceux qui allons lui sauver la vie, le remettre sur pied, il nous doit cette reconnaissance, il n’auras pas vraiment le choix. Il était déjà prêt à jouer avec mon poussin, m'approchant avec ma table, une aiguille courbée en main, j’allais commencer par le recoudre avant de m’occuper de sa colonne vertébral, m’occupant de sa tête, de ces bras, jambes, toute les petite coupure qui mérite quelque point de suture afin de correctement cicatrisé, désinfectant par la même occasion les quelque plaie qui était superficiel.


Évitant de justesse les quelque coup de jus qu’il se prenait pour l’exemple du jeu, il se devait de répondre juste, mais bon, on devait se le dire, c’est marrant de le voir hurler. Un grand sourire sur mon visage qui accompagner celui du Joker.
“Voilà pour les point poussin, il ne me reste plus qu’à lui remettre le dos en place, même si il ne pourras pas  courire avant un moment, même marcher vas lui prendre quelques heures”


Je me retourne vers ma table d’instrument, attrapant un petit maillet, déjà rouge de sang, qui ne lui appartenait pas, oui il m'avait servit contre quelque personne qui avait eu le malheur de parler de mon délicieux popotin tel un morceau de viande, je hais les hommes qui nous parle comme si nous n'étions qu’un steak qui n'attendait que de se faire bouffer. Quoi? Je m’égare? Pardon. Ce maillet allait détruire ce qui rester à faire avant de pouvoir tous remettre correctement.


J’attendais la fin de son choc avant de frapper sur lui, écoutant sa réponse, ce serait comme une double peine si il donner la mauvaise réponse. N’appréciant pas la réponse, il ne jouais pas, il ne faisait que semblent, venant frapper sur le côté de son bassin pour décaler tout ceci.
“Il veut vraiment faire semblant le petit oiseau? Crois moi, tu sera certain que c’est de sa fautes si tu es ici, réfléchie y bien à deux fois. Qui t’as fait devenir robin? Qui t’as exposer au danger de Gotham? Et qui ne viendras pas te sortir d’ici? Ce n’est pas nous, tu le sais, tu est juste dans une tel admiration envers lui que tu ne peut accepter la vérité sur cette figure paternel que tu voie sûrement en lui et ceci est compréhensible en soi, mais le côté obscure ne doit pas être caché ainsi, tu doit te libéré de cette lumière qu’il te montre constamment tout en te faisant croire que le monde est fous sauf lui, c’est de la psychose et tu es victime d’un syndrome de stockholme libérale Robin, il te fait croire à une fausse liberté, mais tu ne veux pas t’en détacher. Alors je répète la question Alors dis-moi. C'est la faute de qui si tu es là?”


J’avais pris une voix calme, m’approchant de lui pour lui expliquer les syndromes qu’il contracter, entrent dans son crâne pour le retourner, lui faire entendre raison, lui montrer que j’ai raison sur ce point, c’est de la psychologie. Ce n’est pas compliqué à comprendre et à faire comprendre, encore moins avec un petit coup dans le crâne, je fit un signe de tête à mon poussin histoire de lui mettre une petite châtaigne dans la caboche.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Mer 18 Avr - 15:34


Laugh and Die

Infirmerie improvisée.

"Comme c'est joliment dit, poussin."

Dit le Joker d'une voix douce et agréable tandis qu'il administrait les coups de jus au jeune Robin. Elle faisait de son mieux, la petite Harley, pour essayer de redorer un peu ce pauvre petit Robinet. Histoire de lui rendre un peu de sa superbe, mais malheureusement pour lui, y'aura des séquelles. Physiques ? Oui, des tas de cicatrices, de douleurs, oui. La douleur, ça vous rend vivant non ? Mais aussi psychologiques et là, ça allait frapper très fort. Le gamin avait beau être à la merci du Joker, ce-dernier ne serait clairement pas tendre. Et pour tout dire, il allait déguster sévère. Le Joker eut un sourire amusé de voir les derniers retranchements de la force du jeune homme. Il tenait bon, il tenait bon, mais tout ça, ce n'était que les dernières lignes de défense, les dernières qui s'apprêtent à craquer, à se briser sur le long flot continue de haine qui allait se répandre dans l'esprit du jeune Robin. Ce-dernier se refusait à entendre et à dire l'odieuse réalité. Et malheureusement, quand on répond à une question et qu'on sort la mauvaise réponse, on gagne rien. Si ce n'est un nouveau moyen de se faire punir. Et le Joker appuya sur le bouton des électrochocs, à nouveau.

"DING DING DING ! MAUVAISE SOLUTION ! Le patient ne repart pas avec le million de dollars. C'est de ma faute, je m'y prend mal ! Je m'y prend très mal !"


Le Joker se dirige alors vers le jeune garçon, délaissant alors les électrochocs. Sous la table, se trouve un objet scotché, quelque chose de si familier, quelque chose de familier pour tous les membres de la Bat-famille. Quelque chose qui devait être perdu, qui ne pouvait pas être là, et pourtant, c'était bien le même. C'était bien cette chose horrible. Le terrible pied de biche se tenait à nouveau dans les mains du Joker, avec encore un peu de sang séché dessus, derniers vestiges du crâne encore entier de Jason Todd à une époque déjà lointaine.

"Que de larmes nous avions eu ce jour-là, n'est-ce pas monsieur pied de biche ? Tu sais Robin, la vie d'un homme est peuplée de tragédies, de choses qui font de nous ce que nous sommes. Quelle tragédie t'est-il arrivée pour que tu acceptes d'être le larbin de Batman ? Pourquoi t'es-tu vendu à une pareille ordure ? Que t'est-il arrivé ? Moi, ça ... M'intéresse car je me soucie de ton bien-être. Je ne suis pas comme lui, je ne suis pas quelqu'un de froid, de manipulateur ... De monstrueux. Je. Veux. Juste. Te. Faire. Voir. MA. Réalité."

Dit-il en caressant le visage du jeune garçon avec le pied de biche. Dans l'esprit du Joker, tout était une succession de mauvaises concordances, d'évènements imprévus et non désirés. Les rêves ne se réalisent jamais, il n'y a que les autres personnes qui font tout pour rendre votre vie encore plus chaotique que prévue. Tout ça, c'était la faute à pas de chance, la faute des imbéciles, la faute des gens jaloux de votre histoire. Puis, d'un geste et sans crier gare, le clown frappa fortement le visage du jeune homme deux fois, en guise de punition. Du travail en plus pour Harley Quinn ! La pauvre ! Elle ne méritait pas de continuer à panser les blessures de ce sale petit ingrat ! Il ne méritait pas qu'on prenne soin de lui, qu'on lui arrange à nouveau sa colonne vertébrale non non non ! Il ne méritait pas ! Les vilains enfants méritaient d'être frappés, battus à mort, mais le Joker se calma, reposant le pied de biche sur la table roulante. Il se calma avant de reposer les électrochocs sur le crâne de Tim, un sourire sur le visage. Il regardait le visage balafré du jeune homme. Ce qui était sûr, c'est que de se prendre deux coups de pied de biche dans la gueule, ça réveille fortement ! Le Joker était calme, calme, bien posé, toujours souriant.

"Regarde ! Tu rajoutes du travail à cette pauvre Harley ! Tout ce que Harley te fait ! Elle te soigne, elle t'aide, et moi, j'essaie de t'aider à voir au travers du masque de ce héros de pacotille. J'essaie de te faire comprendre que tout ça ... Tous ces masques ... Ce n'est qu'une blague. Une blague monstrueuse mais tu refuses de le voir. LE SEUL RESPONSABLE de tout ça ! C'est BATMAN ! DIS-LE ! ADMET-LE !"


Le Joker voulait que Robin renie son cher et tendre Batman, le Joker voulait semer les graines de la séparation, de la discorde, de la haine, de la colère dans l'esprit du jeune homme. Il se devait de continuer son travail qu'il avait déjà commencé sur Jason Todd, avant de le tuer de manière parfaitement monstrueuse. Robin était certes un garçon très fort, mais il allait craquer. Il craquerait, c'était certain, car dans la folie, résister, c'était mourir. Il fallait embrasser la folie, devenir cinglé, bon pour la maison des débiles. Il devait se mettre en colère, il se voir la triste réalité, il devait voir le Batman comme il était : Un monstre qui détruisait tout sur son passage alors que le Joker et Harley Quinn ne voulaient qu'une seule chose : L'aider à voir, l'aider à ouvrir les yeux. Et pour le moment, c'était mal barré. Reprenant son calme, une nouvelle fois, le Joker reprit, d'une voix trainante.

"Alors ? Qui est l'ordure responsable de ton état ?"





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Mer 18 Avr - 22:32


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____Lorsque l’adolescent observe la blonde recoudre ses plaies et les soigner, il est loin d’être serein.Elle était aussi imprévisible que le clown et était capable du pire. Le jeune garçon ne savait pas où donner de la tête. Tantôt son regard restait figé sur Harley, tantôt sur le clown, surveillant leurs moindres faits et gestes.
La dernière réponse de Timothy ne semblait guère au goût du clown. Il envoya une puissante décharge dans la boite crânienne du garçon qui laissa échapper un cri de douleur. Même si le jeune héros tentait de retenir ses hurlements, les électrochocs étaient trop puissants pour lui. Il avait besoin d’extérioriser cette douleur pour mieux supporter le traitement que lui faisait endurer le Joker.

Le clown commençait à perdre patience avec son prisonnier, tout aussi tête de mule que le dernier Robin qui est mort sous les coups du psychopathe. Tim n’avait pas envie de céder au chantage de son tortionnaire et ses yeux bleu foudroyait ceux du clown, inspirant la folie et le désire ultime de briser en plusieurs morceaux le petit oiseau pour le façonner à sa manière.
Lorsque le pied de biche fit son apparition, l’adolescent comprit tout de suite dans quel pétrin il était fourré. Il recommença à se débattre contre ses sangles qui le retenait sur cette table. Son cœur frappa violemment sa poitrine alors que l’extrémité du bout de métal frôlait délicatement la joue de l’adolescent, histoire d’augmenter le stress déjà omniprésent chez le jeune garçon depuis son enlèvement.

« C’est toi qui me parle de Syndrome de Stockholm, Harley ? Tu es mal placé pour dire quoi que ce soit. » grogna Tim entre ses dents.

Il allait rapidement regretter ses paroles, et il en est particulièrement conscient. Le Joker s’énerva et frappa les deux joues de l’adolescent violemment avec le même pied de biche qui avait causé la perte de son antécédent. La douleur est affreuse et les coups assez violents pour manquer de lui briser la mâchoire. Cette dernière tenait encore le coup, mais un filet de sang s’échappa de son épiderme pour teinter ces joues de sang. En réponse aux coups du Joker, Tim cracha un mélange de salive et de sang sur le costume du clown pour répondre à ses provocations.
Aussitôt, la séance d’électrochoc reprend. Une nouvelle décharge pour faire comprendre au petit la douleur que cela engendrera s’il répondait à nouveau de la mauvaise façon.

En y réfléchissant bien, l’adolescent était seul responsable de cette situation. Après le décès de Jason Todd, pas question pour la chauve-souris de reprendre un autre acolyte, il avait désormais coupé les ponts avec les acolytes au pseudonyme de Robin. Puis, Tim est arrivé, il s’est imposé dans la vie du justicier et a montré sa valeur. Il a beaucoup insisté pour parvenir à ses fins après que Dick Grayson est refusé de reprendre le rôle. Cette vérité n’était pas celle que Joker voulait entendre. Tim allait jouer à son petit jeu, prétextant être brisé pour limiter ces souffrances, ne supportant plus les électrochocs.

« Batman… Batman a fait ça… Arrête... » lança l’adolescent entre deux bouffées d’airs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkham Asylum
Féminin Messages : 12
Date d'Inscription : 01/11/2017
Localisation : Gotham/ Coney Island
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Jeu 19 Avr - 13:45

Harley
Quinn

Joker

Let’s Joke
Sans ajouter quoi que ce soit je me mis à lui recoudre les joues, le pauvre, je n’allais pas le laisser comme ça, les joues pleine de sang même si c’était marrant de le voir ainsi, de le voir commencé à coopérer même si je ne le sentais toujours pas sincère dans ces paroles. Relevant le regard vers mon poussin, attendant sa réaction, il allait soit lui remettre un coup car lui aussi ne le croyais pas, soit pour s’amuser, dans tous les cas la caboche du petit robin allez reprendre un coup de jus. Venant découper son costume sur le bas de son dos afin de correctement manipuler sa colonne et la remettre en place, ça allait être douloureux, en temps normal une anesthésie serait de rigueur, mais je ne suis pas chirurgienne, je m’amuser alors à bouger tous ces os jusqu’à sentir une potentiel mise en place.


Je doit me l’avouer, je n’aimerais pas sentir la même chose, cela doit être douloureux, mais bon, on ne me le fait alors autant s’amuser, relèvent de temps à autre le regard vers le lui afin de profiter de sa tête qui pouvait afficher la douleur qu’il subissait, c’était tellement drôle. au bout de quelque minutes je me releva avant de me tourner vers le Joker, éloignant le table, pour le rejoindre, déposant mes mains sur ces épaules, déposant un baiser sur sa joue et venir lui susurrer à l’oreille.
“Il est réparé poussin, évite de me casser de nouveau je n’es plus de file”


Je me tourna alors vers notre chère victime qui était maintenant remis sur pied, enfin non, il allait lui falloir du temps avant de pouvoir juste tenir debout alors bon, il ne partirais pas aussi rapidement d’ici et il est sur que personne ne viendrait le sauver, sinon cela serait déjà fait.
“Dit moi Robin, pourquoi ne nous crois tu toujours pas? Batman nous empêche de vivre notre vie, t’empêche de vivre t’as propre vie, vue ton âge tu ne devrais pas faire des folies pareil la nuit, non tu ne devrais pas te faire éclater le crâne par des durs comme Deathstroke, tout ça parce qu’un justicier c’est approprié t’as vie, que c’est triste de laisser un enfant se faire maltraiter à sa place, c’est vrai que pour lui ça ne sera qu’une pauvre perte comparer sa propre vie.”


M’approchant de lui, attrapant son crâne entre mes main pour le regarder au dessus, je le penser bien, pour le batman il n’était qu’un simple bouclier pour protéger sa propre vie.
“Il suffit de voir ton chère ‘frère’ qu’il n’est pas venue sauver et il n'est même pas venue se venger, si on venait à tuer mon poussin, je le retrouverais pour le tuer de la pire des manière qu’il soit” Je lui montra un large sourire pour lui montrer qu’on ne pouvait laisser mourir son coéquipier ou même le laisser se faire torturer sans bouger le petit doigt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Jeu 19 Avr - 17:31


Laugh and Die

Infirmerie improvisée.

Et c'est parti pour la magie du spectacle, pour l'imprévu et le fantasque ! Le Joker regarda avec un vif amusement le petit Robin qui en prenait plein la gueule pour pas un rond, du bonheur en sucette, du bonheur caramel, c'était merveilleux, grandiloquent ! Du grand art ! Rien de tel pour se mettre en appétit pour la soirée ! Magnifique ! Mais tellement idiot, pendant que Harley Quinn s'empressait de voir l'enfant apeuré qui ne comprend rien à rien dans ce monde débile, le Joker lui, il s'éclatait comme un dingue, il applaudissait, lâchant ses électrochocs sur la table, avec un grand rire qui le caractérisait parfaitement. Le Joker était grand public, et même si les trucs horribles pouvaient faire peur au commun des mortels, lui, appréciait la bonne blague. Cette petite rigolade au pied de biche l'avait bien fait rire, vraiment mais ce n'était pas fini pour autant : Show Must Go On ! Les talents de magie, ça, c'était du spectacle ! Le Joker avait eu quelques années amusantes avec un ancien magicien, un dénommé Proscuito, on s'en payait souvent quelques tranches avec lui, surtout quand il fallait découper la boite magique avec une nana dedans. Bon ... Bien sur, des fois, ça manquait son coup, mais c'était pas une raison pour désespérer. Il faut savoir casser quelques œufs avant d'avoir une excellente omelette. En attendant, le Joker était excité, content de voir que sa petite créature de Frankenstein prenait vie. Harley faisait du bon boulot oui, mais elle avait peut-être encore du mal à voir comment on traitait un Robin dans cette ville.

"Hahahahaaaaa mais tu crois sincèrement qu'on est tombé de la dernière pluie, Harley et moi ?"


Le Joker se calma, discret, silencieux, il observait avec un vif intérêt ce qui se passait autour dans cette petite infirmerie. Il valait mieux garder les blagues sur les Robins morts violemment pour le moment. Après tout, Robin n'était pas le premier gosse qu'on torturait ces derniers temps, il y'en avait quelques uns en train de pourrir dans une cave. Tous furent des ados perdus dans Gotham City, et ils ont croisé le Joker malheureusement. Celui-ci les a torturé longuement, tout en leur faisant porter un costume de Robin, le même spectacle recommençait, inlassablement pour le Joker. Sans mauvaise pensée douteuse, tout ça, c'était juste pour s'échauffer non ? ... Quoique ... Si on coupe bien les membres, on peut tout caser dans un petit paquet cadeau, on peut tout mettre ! Regardant Robin avec un grand sourire, le Joker ne pouvait pas s'empêcher, non, il ne le pouvait pas, de faire une blague sur son état. C'était plus fort que lui, il se devait de faire une blague de mauvais gout.

"Les Robins, j'en tue à la pelle, un de plus, un de moins, quelle différence. Selon Croc, ils ont un gout de poulet ... Héhé ... Hahahaha."


Encore une blague de mauvais gout, un blague de genre douteux. Le Joker, lui, était aux anges, et d'un coup, il prépare à nouveau le pied de biche. Histoire de rigoler un peu, et de monter la folie et la peur chez le gamin. Bien sur, tout ce qui comptait pour le Joker, ce soir, c'était d'avoir de belles histoires pour bien dormir cette nuit, et après une journée magique où il tortura Robin, il allait très très bien dormir oui, une belle histoire de plus à raconter à Arkham Island. Oui, les histoires, c'est toujours agréable.

"J'ai comme l'impression que tu nous mens, petit Robinet. Je suis sur que t'essaies de baiser tonton Joker ... Et vois-tu ... J'aime pas qu'on se moque de moi ..."


Encore deux nouveaux coups de pied de biche sur Robin, l'un sur le crâne, l'autre sur le bras. Pauvre Harley, elle devait en avoir marre de faire des réparations, mais que voulez-vous ? C'est de la faute de Robin ! Il ne veut pas comprendre ! C'était infernal à la fin. Une idée fixe qui était prévue chez le Joker, s'en prendre à la jeune Batgirl et la faire tomber dans un gâteau à la crème géant fait avec du cyanure. Une idée comme une autre, alors que le Joker s'arrêta pour siroter son milk-shake à la fraise, ses yeux se dirigeaient sur Harley Quinn, qui allait surement crier à propos de Robin qui ne voulait pas faire d'efforts, le Joker eut un sourire pour sa tendre bien-aimée. Sans commenter le pourquoi du comment, le Joker reposait maintenant ses deux yeux d'araignée luisante sur la jeune infirmière.

"Ne blâme pas le gamin, Harley. Blâme le Bat de Gotham, après tout, c'est de sa faute s'il manipule les gosses. Alors Robin ? Qui est le vrai salaud dans cette histoire ? Un mec posé et calme comme moi ? Ou une ordure tyrannique comme Batou ? Hein ? C'est qui ?"


Posant son milk-shake, le Joker se saisit alors des électrodes pour recommencer à faire mal, histoire d'enregistrer les horreurs. La folie, c'est la répétition pas vrai ? Portant ses deux doigts à sa bouche, il siffla pour éveiller l'intérêt du jeune gamin, histoire qu'il reste concentré. Ses yeux bougeaient dans les différentes directions, pour tout dire, les querelles pour savoir qui était responsable ou non de l'état de Robin l'ennuyait, il préférait les histoires plus drôles, plus fantaisistes. Plus sensuelles dirons-nous, après tout, chacun à sa façon, entrainait le Chevalier Noir, le rendait plus hargneux, plus combattif.

"Ce cher Batman s'attaquera surement et inévitablement à nous, et en tant qu'hôte, je suis curieux de savoir ce qu'il va dire quand il te verra enfin. Dit-moi ce à quoi tu penses, Robin, comment tu voies ta mort."


Tout en fredonnant un petit air amusé, le Joker posa à nouveau les câbles reliés à la machine à électrochocs sur les tempes du jeune garçon. Il fallait être dur, mais juste avec les enfants non ? Dans la vie, ça ne se passe jamais comme on le désire après tout ! Ha ! Nez à nez avec le gamin, le Joker eut un geste des plus étranges, il embrassa le gamin sur la bouche, lui laissant alors une magnifique marque de rouge à lèvres sur la gueule. Puis, le Joker se saisit alors du bouton pour lancer les premières ondes électriques.

"Je fais ça pour ton bien, et parce que je t'aime. HAHAHAHAHAHAHAHAHA !"





You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Jeu 19 Avr - 20:45


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____La douleur deviant intense et ne s’arrête pas. Bien sûr que le Joker n’allait pas gober un tel mensonge, mais Tim tentait le tout pour le tout pour calmer son tortionnaire et avaler une nouvelle bouffée d’air. Le seul moment de répit qu’on lui accordait c’était pour réparer sa colonne vertébrale. Le jeune homme serra les dents avant d’observer la jeune femme découper la combinaison qui l’habillait, laissant voir la peau pâle et fatigué du garçon, transpirant de sueur.
Le jeune homme ne quitta pas des yeux Harley, la foudroyant même du regard. Une manipulation aussi importante qu’elle nécessitait une anesthésie pour éviter que le patient souffre davantage. Mais ce n’est pas au goût d’Harley. Elle manipula la colonne vertébrale du garçon jusqu’à entendre un « crack ». Tim hurla de douleur, son cri raisonna dans tout le chapiteau, la douleur fut soudaine et assez intense pour le décoller de la table dont il était attaché.

Doucement, au bout de quelques secondes, il commença à sentir des fourmis dans ces jambes. Il sentait ces jambes et commençait déjà à se débattre contre les sangles présentes sur ces chevilles qui le serrait. Tim rabaissa le haut de sa colonne vertébrale sur la table et recommença à gigoter davantage lorsqu’il retrouva ses jambes. Il pouvait fuir, il en avait les moyens. Il ignorait qu’il trébucherait à la moindre tentative de fuite, mais il insistait quand même.

Les blagues du Joker ne faisaient rire que lui, comme d’habitude. Une fois avoir avaler une bouffée d’oxygène, reprit son souffle et profiter de cet instant calme pour se reconcentrer et résister, une nouvelle fois à tout ce que le clown voulait lui infliger. Il voulait tenir bon jusqu’à l’arrivée des renforts, nul doute qu’ils ne viendront pas, même avec le Joker. L’adolescent savait où est ce qu’il se trouvait et le clown ne cherchait pas à le cacher davantage, une erreur qui lui sera fatale lorsqu’il se retrouvera avec le poing de la chauve-souris incrusté dans la mâchoire.
Malheureusement, ce n’est pas pour maintenant, les mensonges de Tim lui valent de nouveau coup sur le visage et sur son bras déjà ensanglanté. Le jeune homme retient ces cris de douleurs et tient le coup face à la détermination du Joker pour ne pas lui donner cette satisfaction. Il recommence avec cette même question, en rajoutant toujours ces petites décharges qui faisaient tant souffrir l’adolescent et devenait de plus en plus insupportable.

« Batman t’arrachera chacune de tes dents… » répondit l’adolescent, une réponse qui ne convenait pas du tout à la question posée, mais le jeune héros s’en moquait bien.

Au fur et à mesure que les décharges frappent son crâne, la douleur devenait de plus en plus insupportable et l’adolescent moins bavard, cessant de lutter contre ces sangles et se vidant de toute son énergie, une énergie qu’il dépensait en combattant la douleur et en tentant de garder les pieds sur Terre. Les pupilles du garçon sont en train de se retourner, mais le Joker arrive à capter l’attention de son prisonnier. Il finit par changer de sujet pendant que le garçon tente tant bien que mal de respirer, le stress commençant à l’étouffer, son visage entièrement recouvert de sueur.

« Si tu veux me tuer… Fais le. Je ne te retiens pas… » rétorqua l’adolescent, à bout de force et à cours d’argument pour se maintenir en vie. La douleur ne l’aidant pas réellement à s’accrocher à la vie. « Sache juste qu’il te le fera payer… Et pas de la manière dont tu le souhaites… »

Il se retourna machinalement vers Harley. Il revenait sur ce qu’elle avait dit, sur le syndrome de stockholm. Il y avait peut-être un moyen de jouer là-dessus, de jouer sur la corde sensible qui reliait Harley au Joker.

« Je suis peut-être malade, comme tu le pressens, Harley. Mais jusque là, j’ai toujours su que quoi qu’il puisse arriver, Batman serait là pour me rattraper. Réfléchis bien, est ce qu’au moins, une fois dans sa vie, le clown a-t-il réellement eu un quelconque intérêt pour toi ? Est-il venu te chercher quand tu as fini à Arkham ? Tu ne trouves pas qu’il porte plus d’intérêt pour un gamin que pour femme comme toi ? Pose-toi les bonnes questions. »

Son discours était saccadé par un rythme respiratoire douloureusement saccadé, mais le message était passé. Alors qu’il s’était légèrement détaché du Joker, il ne s’attendait pas à retrouver ses lèvres collées au sienne. C’était ignoble, pervers, glauque. Tim était nauséeux, son visage déformé par le dégoût et l’envie de vomir. Il détourna violemment la tête après avoir cracher au visage du clown. Une nouvelle fois, des décharges électriques, insupportable. Tim paniqua et commença à céder.

« Stop… STOP. STOP. STOP. » hurla l’adolescent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkham Asylum
Féminin Messages : 12
Date d'Inscription : 01/11/2017
Localisation : Gotham/ Coney Island
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Jeu 19 Avr - 23:12

Harley
Quinn

Joker

Let’s Joke
M’étant éloigné, j’avais pris ma batte de baseball que j’aimais tant, la posant sur mon épaules tout en observant le clown, j’avais une véritable fascination pour lui, pour sa façon d’agire, d’être si imprévisible, incontrôlable, même moi je ne peut le calmer ou lui donner la moindre idée, c'est vraiment compliqué de lui dire que son plan peut foirée.


Écoutant attentivement le jeune Robin, fronçant les sourcil, il avait tort, évidemment il avait tort, Joker c’était toujours intéressé à moi, à Arkham c’est lui qui ma montré qui j'étais réellement, c’est lui qui ma sortie de cette asile en montrant de quoi était faite réellement ma nature, il avait pris soins de moi, enfermé il me faisait parvenir des fleures, il ne m’avais jamais oublier, il ma fait devenir celle que je suis, il ma jeter dans cette cuve, il ma fait danser, chanter, à fait chaviré mon coeur, m'a réellement fait aimer, avant de partir, il était partie c’est vrai, c’est lui qui ma jeter.


Mon regard se posa sur le gamin tandis que mon poussin déposer un baisser sur ces lèvre, mon coeur rata un battement, m’aimait-il réellement? Robin avait-il raison? Tout ce chambouler en moi, je ne savais quoi penser, mais voyons Harley, tu sais que le clown n’aime que toi. Vraiment? Pourquoi lui apporter de l'intérêt à lui? Pour lui faire peur.
Je m’approcha du clown, me plaçant toujours en rentrais face à lui.
“Poussin, tu devrais te calmer tu vas finir par le tuer, il ne peut comprendre en une seule séance, recommence demain, je m’occupe du reste”


Venant déposer doucement une main sur son épaule, lui affichant un grand sourire, je devais parler au gamins seul à seul, j’allais m’occuper de son esprit à mon tour, il a voulue la jouer ainsi, on aller être deux maintenant mais pour cela les électrochoc était de trop, son esprit devait être au repos, il devait penser avec sa tête et non avec la douleur. J'espère que le clown m’écoute, je ne pouvais déjà plus le recoudre, la fin se ferait entre nous deux, le Joker devait me le laisser maintenant, venant essuyer la marque des lèvre du joker sur les lèvres du petit, il ne méritait pas d’avoir ces marques sur lui, elle m’appartenais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Ven 20 Avr - 19:52


Laugh and Die

Infirmerie improvisée.

"Je crois que tu as raison, Harley. Je crois que la nuit porte conseil."


C'était bel et bien la petite Harley Quinn qui arriva à faire changer d'idées au Joker ! La gamine avait entendu le Joker parler du fait qu'il recrutait bon nombre de soutiens auprès de lui, de soldats prêts à écouter bêtement ce que le Joker devait à faire et elle l'avait rejoint depuis tout ce temps qu'ils étaient ensemble. Et ce soir, ils devaient s'unir pour faire de Robin un nouveau comparse dans le monde du crime organisé de Gotham City. On avait besoin de main d’œuvre pour le gang et le Joker avait encore besoin de piétaille pour ses grands coups. Pas de larmes, que du rêve, de la fantaisie et du drame. Quand on y pensait bien, les premières victimes du Joker étaient souvent ses employés, coïncidence ? Pas vraiment. Tant que ceux-ci continuent d'amuser le Joker, il n'y avait aucun problème à ça. Le Joker se souvenait de Johnny, un petit jeune qui voulait bosser pour lui, blond, grand, habillé comme un mac, insouciant, gentil, mais parfois un peu trop stupide. Le Joker lui a coupé la gorge après une mauvaise erreur lors d'un casse car "il voulait faire un exemple", histoire de faire comprendre au petit personnel que l'on ne s'amuse pas avec les idées du Joker. Le pauvre Johnny fut jeté dans la baie de Gotham, ça avait fait splotch, il n'avait que 29 ans. Amusant, et depuis, on fermait sa gueule dans la bande au Joker ! Mais le jeune garçon, Robin, pour le moment, il n'amusait pas du tout le Joker, pour le moment. Dans son crâne, ce n'était que chaos et folie, et bien sur, le Joker ne comptait pas garder une ligne linéaire, et sa personnalité changeait au fil des jours.

"Tu manques clairement de classe et de compréhension, petit. Je ne me vois pas être ton père pour le moment. Vraiment pas. Et tu ne m'amuses pas. Mais pas de panique, je vais téléphoner à un de mes meilleurs amis. Je crois que tu le connais, il s'agit du Dollmaker."


Un sourire furtif passa sur le visage du roi des clowns. Surtout qu'il est à l'origine de la nouvelle vague de crime dans tout Gotham City. La mort de la Cour des Hiboux, bon, c'était pas lui ça mais pas grave, l'attaque de Robin, bref, beaucoup d'évènements qui avaient cassé la relance de Gotham City par James Specter et Cobblepot. C'était peine perdue pour le Joker, la santé mentale ne se retrouverait jamais, et la gâchette qu'il avait déclenché avait plongé Gotham pour de bon. Cependant, tout ça, il le faisait pour son cher Batman. Mais ce soir, en observant ce cher Robin, le Joker ne se sentait pas intéressé, pas vraiment. Pas le moins du monde, et surement pas. Cela n'amuse pas le Prince du Rire. Non, pas vraiment. Malgré tout ce qui venait d'être fait ce soir. Juste avant de partir de l'infirmerie, le Joker effaçât son sourire avant de plonger son regard dans celui de Robin.

"Une fois j'ai discuté avec un boucher, hé ! Il ne m'en a pas fallu longtemps avant que je revende ses organes dans une boucherie de luxe. Parfois, il faut savoir investir avec de véritables produits faits maison ! Tu aurais dû voir ! Il y'a fort longtemps, dans une époque bien reculée, je faisais un tabac avec un couteau, j'étais assistant boucher et après tu connais les risques du métier ..."


Dans certaines versions des histoires du Joker, le clown avoua que son père était soit un flic descendu par la pègre deux jours avant la retraite, soit un alcoolique qui tapait sa femme et cognait son gosse, soit un homme qui élevait seul le futur Joker et qui le cognait sans cesse, soit un pauvre homme simple qui lui enseignait la bonne morale malgré l'extrême pauvreté dans laquelle ils vivaient. Mais tout cela n'étaient que des histoires, et le Joker en avait des pelletées. Il se sentait l'âme d'un ménestrel, prêt à toujours changer pour innover et amuser sa galerie. Cette histoire de boucherie était quelque chose de faux, mais qui sonnait vrai, comme toutes ses autres histoires. En parlant de ça, le Joker avait un don, celui de passer un message. Et clairement, dans cette petite histoire, le Joker n'avait pas besoin que l'on vienne tirer sa gloire à lui en lui imposant ce qui était dû.

"Je ne voudrais pas te faire peur, Robinounet, mais si tu ne mets pas du tien, tu risques de finir dans des canettes de bouffe pour chats. Comprende ? Capiche ? Héhéhahahahahaha."


Suite à cela, le Joker remit alors son chapeau sur le crâne, avant de commencer à tourner les talons. Prendre un Robin ! Pfeuh ! Sale gosse ingrat ! Alors que le Joker pourrait très clairement appeler un vrai spécialiste. Comme Dollmaker par exemple, lui, au moins, avait le sens du détail et le choix de pouvoir préparer et de modeler ses créations. Il fallait un artiste, pas un boucher, pas quelqu'un qui s'empressait de faire la besogne et de présenter un produit périmé. Non, le Joker voulait l'excellence. Pour Batman essentiellement, pour faire honneur à son combat contre le Chevalier Noir. Le Joker avait des hommes, mais utiles, et surtout manipulables. Il ne voulait pas de quelqu'un de complètement neutre et d'ingérable sur le long terme. Non, Dollmaker ferait l'affaire, si le gamin ne suivait pas les ordres à la lettre dans les prochains jours. Il quitta alors l'infirmerie improvisée.




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Ven 20 Avr - 21:10


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____C’est un sentiment de soulagement qui envahit l’adolescent. La séance d’électrochoc avait été stoppé par Harley Quinn qui avait réussit à convaincre le clown de passer à autre chose. Peu importe pour Tim, il avala une grande bouffée d’air, une délivrance. Il retrouva doucement une respiration stable, bruyante. Ses poings serrés tentaient tant bien que mal de glisser sous les sangles pour se libérer pendant que Joker avait le regard orienté en direction de son assistante.
Maintenant, il ne pouvait pas prévoir les actions du clown. Allait-il abandonner pour la soirée ? Laissant le jeune garçon seul en compagnie d’Harley qui allait surement tenter de lui retourner le cerveau, de le gaver de médicament jusqu’à ce que le garçon craque psychologiquement et accepte les exigences du clown. Allait-il l’achever pour envoyer ses morceaux un par un à Batman ? Tim l’ignorait et ce sentiment d’incertitude persistait jusqu’au bout.

Des décharges électriques supplémentaires auraient suffit pour griller le cerveau du justicier une bonne fois pour toute, le transformant en légume une bonne fois pour toute. Le justicier continuait à se débattre de temps en temps. Son regard passait des sangles au clown qui semblait déçu du comportement de l’adolescent. Ce dernier, connu pour avoir un mental d’acier et une intelligence hors du commun résistait encore et toujours au traitement du clown.
Pourtant, ce dernier ne semblait pas avoir dit son dernier mot pour le jeune homme qui continuait à croire qu’il allait partir de là, qu’on viendrait le chercher et que tout cela serait terminé. Tim ne s’attendait pas à ce qu’il allait entendre.

Dollmaker, ses yeux s’écarquillèrent, envahi par une dose de stress et de peur intense et soudaine. On dirait que le clown était au courant. Qui ne serait pas au courant de la dernière merveille du taxidermiste ? Barton avait charcuté Tim, l’avait anéanti psychologiquement pendant deux mois entiers. L’adolescent était persuadé qu’on l’avait abandonné et que son tortionnaire aurait pu faire de ce justicier un nouveau membre de sa famille. Heureusement, Batman a rapidement répondu au signal de détresse du garçon lorsqu’il était parvenu à l’activer après plusieurs semaines de captivité.

« Non... Non, non non. Pas lui... »

Joker voulait jouer à coup de chantage. Tim grogna et ne parvenait pas à cacher sa peur. Il fallait qu’il parte d’ici et au plus vite et le départ de son tortionnaire tombait à point. Son regard se tourna en direction d’Harley Quinn qui n’avait pas bougé. Il attendit quelques secondes, le temps que le clown s’éloigne de la pièce. Le garçon continua de faire glisser ces mains moites de sueur sous les sangles et parvenait à libérer son poignet de moitié, non sans irriter sa peau.

Son regard se tourna ensuite en direction d’Harley alors qu’il était en train de se libérer, du moins, il essayait. Il observa les alentours pour savoir si personne ne guettait et s’ils étaient bel et bien seul. Il devait s’enfuir d’ici et à tout prix avant que le Dollmaker ne ramène ses fesses. Hors de question pour Tim de jouer avec le chantage du clown.
Il savait que ses paroles ne l’avaient pas laissé complètement indifférente. C’est bien pour cela qu’elle avait poussé son poussin à stopper sa séance de torture. Elle avait surement besoin de s’entretenir avec le garçon. L’adolescent avait touché un point sensible et il avait besoin d’elle pour s’enfuir d’ici. Sa colonne vertébrale réparé, il ne pourra se déplacer seul.

« Harley… Tu sais aussi bien que moi que tu vaux mieux que ça. C’est pour ça que tu es partit, non ? » demanda Tim. « Je dois partir de là, je dois foutre le camp et j’ai besoin de toi. Il n’a pas changé, il est toujours le même, il t’abandonnera dès que Batman sera là. Tu ne t’en sortiras pas. Moi, je peux te donner une deuxième chance. Si tu m’aides à fuir… J’aurais une dette envers toi. Et sache que je tiens toujours parole. Un jour, tu auras besoin de moi. Il faut faire vite… » Tim ne pouvait cacher la peur sur son visage, il avait peur de Dollmaker, et il avait peur du Joker. « S’il te plait, Harley… Ne joue pas à son jeu, il te traitera comme un chien, et tu n’es pas un chien. Tu es Harleen Frances Quinzel, Harley Quinn, tu n’es pas ce qu’il a fait de toi, tu es plus que cela. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkham Asylum
Féminin Messages : 12
Date d'Inscription : 01/11/2017
Localisation : Gotham/ Coney Island
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Sam 21 Avr - 10:47

Harley
Quinn

Joker

Let’s Joke
Écoutant les plans du joker me fit comme un pincement, il ne me laisser pas ma chance de m’occuper de lui, à part le réparer et le surveiller il lui devait quelqu’un de mieux que moi, moi qui était revenue de ma belle vie de Coney Island pour lui, pour son amour, pour ces promesse, tout ça à cause de Robin, tout était de sa fautes, mon regard ne le lâchez pas, restant de marbre lorsque je remarqua qu’il essayer de doucement se libérer de ces liens, ne t’en fait pas mon Robinet tu ne t’en sortira pas, je vais laisser tomber la méthode psychique et passer par la violence à mon tour, j’avais quelque nerf à détendre et tu tombe parfaitement.


A peine le clown avait quitter l’infirmerie que ma batte venait s'abattre sur sa main dans un grand rire.
“Tu ne pourra pas t’échapper! Je vais m’occuper de toi maintenant et tu deviendra ce que le Joker souhaite! Il sera tellement fière de moi! Il n’auras plus besoin d’appeler l’autre! Je vais réussir! Il sera fière de moi!”


J’avais continuer de taper sur la table cette fois, histoire de me défouler sans avoir à le retaper de nouveau, déposant ensuite ma batte afin de resserrer les liens pour qu’il ne puisse plus bouger, cette fois il serait impossible pour lui d’essayer quoi que ce soit. Le petit essayer de me la jouer à l’envers, pauvre chou, ça ne marche pas avec moi, il avait beau essayer je ne tomberais pas dans le piège.


“Ce n’est pas moi qui suis partie, c’est lui qui m'a laisser tomber avant que je ne fasse ma vie à...Attend une minute! Tu m’aiderais? Tu me ferais livrer une cargaison de hamburger à mon immeuble, ça fait un baille que je l'ai promis à Tony et j’ai toujours pas trouver d’engin pour me faire livrer. Ou alors des hot dog, je sais pas, c’est vrai qu’un coup de main pour refaire la façade ça ne serait pas du luxe, ou un baiser, non, je vais encore avec des soucie avec la justice.


Je n’avais pas vraiment écouter tout ce que le gamins avais à me dire, me rappelant de comment j’avais fini là-bas, sans lui, parce que je ne l'intéressais plus, il n'avait jamais cherché à me retrouver avant que je ne vienne à lui, ces belle parole n’était rien en réalité, j’allais de nouveau me faire massacrer par ces poings. Me tournant de nouveau vers le petit avant de me mettre à pleurer, cette amour destructeur que j’avais envers M.J était un véritable calvaire je en savais plus quoi faire.
“Robinet,  je voulais juste aider les gens à Coney Island, être une gentille Harley, j’ai même un gang pour m’aider!”


M’arretant d’un coup de pleurer, je vins retirer ces liens au rouge gorge, je savais ce que je voulais, j’allais donc l’aider à sortir d’ici, l’infirmerie n’est pas vraiment surveiller étant donner que j’y étais ou pourrais sortir par derrière et laisser le gamin prévenir son mentor espérant ne pas me prendre quelque point en retour, sauf ceux de Joker qui serait dans une colère noir et qui essayera surement de me tuer à nouveau, la routine en sommes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Sam 21 Avr - 15:59


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____Le jeune justicier profitait de  l’absence de son tortionnaire pour tenter de lui poser un lapin et fuir le plus rapidement possible hors d’Amusement Miles. Pas question d’avoir à faire à Dollmaker et au Joker en même temps, le gamin ne pourra supporter cela.
Il se tourna alors vers le seul espoir qui pouvait lui accorder la liberté, Harley Quinn. Cette dernière avait été perturbé par les paroles de Tim mais également par les actes du clown qui semblait démontrer que le garçon n’était pas si stupide que ça et qu’il connaissait le Prince du crime bien plus que la blonde.

Alors que sa main glissait lentement mais surement sous la sangle, ses doigts furent écrasés par la batte de baseball d’Harley Quinn. L’adolescent ne pu retenir son cri de douleur, ne s’attendant clairement pas à ce que la jeune femme intervienne aussi rapidement sur ses agissements, qu’elle soit si méfiante, aussi sérieuse dans son devoir de gardienne.
Ses doigts sont brisés en mille morceaux, il n’arrivait plus à la bouger. Il laissa échapper une grimace de douleur, fusillant du regard cette dernière alors qu’elle commençait à s’énerver. Tim était impuissant face à cette colère et à cette détermination à toujours vouloir rendre fier son poussin sans penser que ce dernier ne trouverait toujours pas plus d’intérêt pour la jeune femme que d’habitude.

La jeune femme frappa la table à l’aide de son arme, à proximité de la tempe du jeune garçon, histoire de le provoquer un peu et lui rappeler qui était le patron dans ces lieux. Tim détourna machinalement la tête sur le côté pour se protéger d’un éventuel coup. Le garçon sentit les sangles se resserrer violemment sur son corps déjà meurtris. Complètement immobilisé, le jeune homme a le souffle coupé et peine à respirer. Sa bouche est entre ouverte pour essayer d’avaler une quantité suffisante d’oxygène alors que le stress continue d’augmenter lentement.

Heureusement pour lui, Harley finit par remettre en question ses agissements et surtout ceux du clown. Les moqueries de la jeune femme ne sont pas au goût du jeune héros en train d’agoniser sur la table d’opération. Il n’arrivait pas à aligner un seul mot pour tenter de convaincre la jeune femme de le délivrer. Mais heureusement pour lui, il ne sera pas nécessaire de se justifier une nouvelle fois pour qu’elle décide de le détacher. Tim avait su employer les bons mots, toucher là où ça fait mal pour réveiller Harley et lui faire entendre raison.

Une fois détaché, le jeune homme n’attendait que de reprendre son souffle pour se redresser de la table et se sentir enfin libre de ses mouvements. Il savait que la jeune femme prenait d’énorme risque en libérant le garçon, il lui était redevable. Tim laissa échapper un léger sourire et un petit murmure avant de glisser ses jambes en direction du sol.
Il tenta de tenir debout sur ses jambes, encore fragile. Sa colonne vertébrale venait à peine d’être réparer. Il avait besoin d’un soutien, d’une aide. Machinalement, il s’accrocha à Harley, passant un de ses bras derrière sa nuque avant de faire ses premiers pas. Accolé à la jeune femme, le garçon évitait son regard, il y avait quelque chose d’assez excitant chez Red Robin. Harley était une très belle femme et elle ne laissait pas le justicier indifférent. Ensemble, ils sortirent de l’infirmerie improvisée.

« Merci Harley… » murmura doucement Tim, s’accrochant aux meubles qu’il croisait pour ne pas se déséquilibrer et entrainer la jeune femme dans sa chute. « Je dois retrouver mon communicateur… Batman… J’ai besoin de le prévenir… Maintenant. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Sam 21 Avr - 17:15


Laugh and Die

Infirmerie improvisée.

Comment ne pas sourire face à la beauté et à l'amusement de cette petite créature qui vous rend les meilleurs hommages au monde ? Oui, Harley Quinn était la créature du Joker, soumise, complètement amoureuse, et parfois même très très nunuche. Oh bien sur, ce n'était pas une simple question de soumission, même le Joker l'avouait : Harley Quinn avait accompli ce que nul ou nulle autre avait accompli : survivre le plus longtemps possible aux côtés du Joker. Peut-être parce que Quinn était la parfaite bouc émissaire en cas de procès ? Pourquoi pas. Peut-être aussi parce qu'elle était blonde et idiote ? Y'avait de ça, mais peut-être que le Joker éprouvait un peu de sentiment pour elle, sinon, il y'a bien longtemps qu'il l'aurait tuée, sans hésitation. Oui, le Joker avait certaines idées biens arrêtées sur les femmes en général. Mais au moins, Quinn avait une petite chose en plus qui empêchait le Joker de vouloir la balancer par la fenêtre. Et même si parfois, c'était le chat et la souris, il y'avait toujours une matière à réconciliation. "Puddin", qu'est-ce que le Joker pouvait détester ce surnom idiot. "Petit canard" ça passait encore, mais quand même, elle avait ce chic pour trouver des surnoms plus idiots les uns que les autres. M'enfin ... Ce sont les femmes, on ne peut pas vivre avec et on ne peut pas vivre sans. On ne peut pas aussi les jeter dans les hélices d'un hélicoptère en action. Néanmoins, un doute tiraillait le Joker en son for intérieur. Pendant un instant, le Joker se doutait de la possible connerie de l'arlequine. Oui, elle était blonde ! Une blondasse idiote et désordonnée, qui allait surement faire chuter le Joker de manière lamentable. Tout en y réfléchissant, le Joker écarquilla les yeux, regardant au plafond, s'attendant à voir tomber du ciel le légendaire Batman, elle pourrait avoir des remords et aurait pût contacter Batman ... Possible. Pas que cela fasse peur au Joker, loin de là, mais il était encore beaucoup trop tôt pour que le Joker se confronte à nouveau avec le Chevalier Noir. Le Joker et sa blague, surtout, tout ça n'était pas terminé ! Et il fallait encore un peu de temps pour que la grande parade puisse commencer. Une parade sanglante, géniale et monstrueuse. Un doute monstrueux s'emparait du Joker. Et si, indirectement, elle avait ramené le Batman et sans le savoir ? C'était un risque, elle était suffisamment visible dans les rues pour qu'on puisse la traquer. Au mieux, on aurait la visite d'autres ennemis du Joker, à savoir les autres familles de la ville, ou bien certains autres patients de l'asile. Rien de bien grave en somme, mais toujours aussi déroutant. Pas de panique, on avait de quoi les recevoir s'il y'avait un pépin. Il fit demi-tour, ayant un léger doute sur la consonnance de certaines petites choses. Après tout ... Harley était versatile elle aussi, comme le Joker. Il eu un doute.

"Haaaaaaaaaaaaarley."


Cria-t'il dans le couloir qui menait à l'infirmerie improvisée. Elle ne répondit pas. Ses pas se faisaient entendre aussi dans le long couloir sous le chapiteau. Le Joker se dirige vers son infirmerie improvisée, il s'avance doucement vers le dénommé Ricky, un mec de Black Mask qui avait tenté de faire la paix avec le Joker et qui avait fini à moitié dévoré par les hyènes du clown. Il trônait là, en guise de décoration, en attendant de crever. Pour l'achever, le Joker lui balance une giclée de son gaz Smilex en pleine poire. Une bonne et franche rasade en pleine figure, rien de tel pour délier les sourires et les autres fous rires qui en résultaient. Bien sur, la mort survenait aussi très vite, mais ça, c'était secondaire. Alors que le pauvre Ricky faisait les frais de son incompétence et de sa grande gueule, le Joker, lui avait toujours ce doute grandissant. Et si Harley Quinn était en train de me baiser la gueule, songeait-il ? Mais le Joker, lui, balança d'un coup en arrière, avec sa jambe. Le pauvre Ricky se rétame sur le sol, rigolant, de plus en plus fort, et bien sur, l'air passe de moins en moins, et du coup, l'asphyxie l'emporte aussi, tandis qu'un visage souriant se dessine sur ses lèvres. La bave coule sur le sol. Le Joker retape son costume avant de terminer son trajet dans le couloir qui mène là où il a laissé le gamin et Harley. C'est alors que l’impensable se produisit, le Joker vit alors Harley en train d'aider le gamin à s'en sortir. Le Joker parût déconcerté, déçu de son Harley. Il haussa les épaules avec un grand sourire avant de dire d'une voix amusée.

"Je vous considérais un peu comme ma famille. Et vous devez savoir avec quelle ardeur j'ai massacré tous mes proches."


Il était tard ce soir, et le Joker avait eu énormément de travail avec Robin, il était fatigué, mais il compensa cela avec un flingue qu'il sortit de sous sa veste. Le flingue c'est long, c'est dur, et ça envoie la purée. Il n'apprécierait pas d'être dérangé par Batman et ses alliés, c'était normal. Si Robin s'en sortait, Batman viendrait, et le Joker n'était pas prêt. Alors qu'il manipulait doucement son arme, le Joker fut donc dans une situation des plus lamentables. Harley qui le balance, et Robin qui tente d'échapper à ses soins du lendemain. Le Joker, se saisissant du flingue, tira deux balles en direction de Harley Quinn, cette garce, cette traitresse.

"Haaaaaaaarley ... Pourquoi me trahis-tu ? Je t'aime et je t'aimerai toujours tu sais ... Et tu me fais ça ? Je suis déçu ... Je suis déçu ma petite créature de Frankenstein."

Là, on entrait dans le domaine du paranormal dans le cerveau du Joker. Comment elle avait pu sortir de l'asile ? Est-ce Batman qui l'avait aidé ? Est-ce qu'il avait fait en sorte de tenir Harley en laisse de sorte à ce qu'elle libère le gamin ? Décidément, on ne peut pas faire confiance aux docteurs pour enfermer une cinglée notoire ! Quelle tristesse. Le Joker ne relâcha pas sa vigilance, il se devait de les tuer tous les deux maintenant. Tant pis pour le reste de son expérience. Bien sur qu'il avait mal à l'intérieur, il se sentait trahi, poignardé, mais maintenant, il fallait aussi savoir que le Joker avait une sainte horreur qu'on le dérange, lui et les plans qu'il avait conçu. Il fixait des yeux les deux traitres, alors que son sourire devint une grimace de colère, de haine.

"TU ... VIENS ... DE ... GÂCHER MA BLAGUE !"


De nouveaux tirs du pistolet du Joker ...




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkham Asylum
Féminin Messages : 12
Date d'Inscription : 01/11/2017
Localisation : Gotham/ Coney Island
avatar
Harley Quinn
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Dim 22 Avr - 11:18

Harley
Quinn

Joker

Let’s Joke
Déposant le jeune garçon dans un coin, je m'étais empressée de retrouver tout son arsenal afin de lui ramener, appuyant par la même occasion sur beaucoup de bouton, espérant que l’un d’entre eux soit celui qu’il fallait.
“Batman ne peut pas faire des bouton plus clair sérieusement? Il y en a trop”
Nous n’avions pas de temps à perdre la dedans, il fallait soit se planquer soit partir car le Joker reviendrais pour aucun raison valable, voir si je travail bien peut-être ou pour le frapper de nouveau, on ne sait jamais avec lui.


L’entendais déjà m’appeler, un frisson me parcourut, il savait, je ne sais comment mais il le savais, mon coeur s'accélérer, même si je l’aimais, le savoir en colère me procurait une véritable peur qui me tétanise littéralement sur place, donnant ces gadgets à Robin tout en gardant un oeil sur la porte de l’infirmerie, attrapant ma batte tout en l'agrippant de toute mes forces.
“Bouge toi Robinet, il vas nous foutre du plomb dans le crâne, tu m’en dois plus d’une si je nous sauve de ces balles.”


Le voila, je pouvais déjà sentir toute sa haine en lui, il était dans le genre de colère que l’on ne calmait pas, il avait dû tuer toute les personne sur son chemin avant d’arriver à l’infirmerie, il était dans une folie tel que même le meilleur médecin ne pourrais expliquer ce qui se passe dans son crâne. Je reste assez près du gamin en cas de problème, il fallait mieux ne pas l'abîmer plus qu’il ne l'est déjà. L’écouter parler de moi comme si je lui appartenaient, alors que c’est lui qui prenait un malin plaisir à me jeter et me reprendre, à jouer ainsi alors que je ne faisais que l’aimais de plus grande amour qu’il n’aurais jamais pus avoir.


“Owh poussin, je ne suis pas t’as créature, c’est toi qui m'a jeté comme une chaussette qui pus. MOI je t’es aimé et tu ma trahis plusieurs fois alors laisse t’as petite Harley s’amuser un peu tu veux.”
Je m'étais placé devant le gosse, prenant une certaine assurance que je n’avais jamais pris face à lui, j’avais évoluer sans lui mais je rester au stade de nunuche en sa présence, je ne pouvais continuer. L’arme grimpant en ma direction, je poussa Robin derrière des caisse avant que les balles ne puisse nous atteindre, me bouchant les oreilles.
“Dit moi qu’il ne vont pas tarder, je ne peut rien contrôler maintenant”


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 291
Date d'Inscription : 04/06/2017
Localisation : Manoir Wayne / Batcave

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicier
♠ Relations conflictuelles :: ► Les criminels de Gotham City
♣ Vos Alliés : : ► Batfamily
avatar
Tim Drake
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Dim 22 Avr - 11:37


« Let’s Joke  »
ft. Joker / Harley Quinn
_____C’était trop beau pour être vrai. Alors que l’adolescent faisait ses premiers pas, se rapprochant doucement de l’extérieur du chapiteau, il finit par tomber nez à nez avec le clown, son tortionnaire. Il était inquiet, aussi bien pour lui que pour Harley. Un sentiment de culpabilité l’envahit. Il avait entrainé la jeune femme, l’avait poussé à trahir le Joker pour finalement que tout cela finisse en échec. Il s’en voulait énormément, son cœur se serra contre sa poitrine.

« Elle n’a rien fait. » tenta d’interrompre Tim. « Je l’ai forcé, c’est moi qui l’ai poussé à faire cela. »

L’adolescent avait été placé en sécurité par Harley. Elle le protégeait du clown, c’était assez surprenant de sa part et imprévisible. Le jeune justicier ne pouvait rien faire pour la protéger hormis espérer que son message de détresse s’envoie. Elle était parvenue à retrouver son communicateur mais son état était pitoyable. Il n’avait pas réussi à survivre aux attaques de Slade. Tim pesta tout en essayant de protéger Harley. Le clown était incontrôlable, envahit par une haine et un sadisme destructeur. Le jeune justicier  prit le risque, se leva sur ses deux jambes pour attraper la jeune femme pour la protéger des prochaines balles.

« Harley ! »


Quelques jours plus tard. . .


Le garçon avait échoué et avait entrainé Harley dans sa chute. Les quelques coups de feu qu’il avait reçu ne lui étaient pas fatals. Tim n’était pas parvenu à quitter les lieux et avaient perdu la seule personne qui aurait été capable de le tirer des griffes du clown. Désormais complètement piéger, le garçon n’avait plus aucune échappatoire possible.
Il a dû donc faire preuve de résistance mentale et physique, refusant de jouer au jeu du clown malgré le chantage qu’il avait pu lui faire avant sa tentative d’évasion. Les décharges électriques n’étaient qu’un avant-goût de ce que Joker pouvait être capable de faire à un adolescent. Ce dernier continua de lutter contre le clown malgré la sous-nutrition et la déshydratation. Il le poussait dans ces derniers retranchements, mais le jeune héro ne s’avouait pas vaincu.

Trois jours. Il était resté trois jours. Le garçon n’était pas sorti du chapiteau depuis, mais il était capable de garder une certaine notion du temps qui s’écoule. Il aurait aimé savoir si Harley avait survécu. Il avait perdu connaissance avant d’avoir obtenu la réponse, sous les coups de feu. Le garçon était seul, cette nuit, attaché solidement à une chaise, des instruments de torture à proximité mais hors de porté du garçon, déjà recouvert du sang de ce dernier.
Quelques sbires, de garde à ce moment là passait pour rouer de coup l’adolescent sans défense, se vengeant de toutes les fois où la chauve-souris les avait mis hors d’état de nuire ou envoyer à l’hôpital. Red Robin ne cherchait pas à les provoquer, ni même à leur montrer de l’intérêt. Ils faisaient vite, avant que leur boss ne remarque qu’ils avaient endommagé son jouet à sa place.

La tête basse, le corps du garçon ligoté, un coup entraina sa chaise et lui-même par terre, son fauteuil écroulé sur le flanc gauche alors que la joue du garçon était collée sur le sol poussiéreux. Tim ne bronchait pas, un tissu sur ses lèvres pour empêcher ses hurlements de douleur de réveiller les voisins. Quel voisin ? On ignore cela.
L’adolescent avait les yeux mi-clos, allongé, tentant de trouver un peu de sommeil, un peu de repos durant cette courte période de tranquillité pendant que les sbires retournèrent à leur occupation, surveillant l’entrée du chapiteau pour que l’épisode de la trahison d’Harley ne recommence. Tim observa des semelles se rapprocher de son visage, sans prendre la peine de redresser le regard. Il savait déjà de qui il s’agissait. S’il pouvait parler, il lui demanderait pourquoi il est encore en vie ? Pourquoi ne l’avait-il pas tué avant ? A quoi rimait tout cela ? Pourquoi tout ce cinéma ? Et accessoirement, il lui dirait d’aller se faire enculer, aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2852
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   Dim 22 Avr - 21:24


Laugh and Die

Infirmerie improvisée.

Entre elle et le Joker, c'était un jeu de combat, un jeu de folies, l'un voulait tuer l'autre, et l'autre était fou d'amour du premier, mais au final, ils se supportaient l'un l'autre. Et même si le Joker a souvent eu l'envie de la tuer, oui, on pouvait dire qu'il y'avait toujours un moment de réconciliation. Et puis, c'était pas comme si on tombait sur son âme sœur hein du jour au lendemain hein ! Harley Quinn avait beau être un sujet d'étude pour le Joker, elle n'en restait pas moins sa création personnelle. Et le Joker pouvait en être fier, il l'avait transformée, détournée, brisée, pour en faire une princesse digne du crime de Gotham City. Qu'était-ce l'amour au final ? L'amour n'était pas un bonbon tout rose et tout appétissant non, l'amour était un bonbon qui piquait, acide, et pourtant avec quelques notes de tendresse à l'intérieur. Le Joker aimait les bonbons, et même si Harley Quinn était la plus pénible des femmes, avec sa voix et certaines de ses mimiques, le Joker ne la tuerait pas. Bon, ça dépendait aussi de son humeur hein ! Si jamais elle avait la malchance de faire une sombre connerie, le Joker pourrait lui balancer une ou deux tartes bien méritées. Oui, battre sa femme c'est moche, mais que voulez-vous, elles apprenaient mieux de cette manière. Même si le Joker suspectait qu'Harley s'était bien endurcie en compagnie de Poison Ivy, détail qu'il venait de retenir puisqu'elle en avait parlé avec une certaine fierté, le Joker lui, repensait aussi à certains autres exploits dont la jeune femme avait fait preuve. Le Joker repensait à ses longues séances de thérapie avec elle, lui expliquant son enfance malheureuse, sa tombée dans la cuve d'acide, son père ivrogne qui le battait. Est-ce que tout ça était réel ? Je veux dire au niveau des origines du Joker ? Peut-être que oui, peut-être que non, mais c'était aussi une part qui avait charmé la douce Harleen. Il repensait aussi à cette fois où il avait montré son amour, sa passion à Harley, tandis qu'il l'étranglait sur la table d'interrogatoire à Arkham. Quand le Joker lui montrait sa domination. Oui, il s'en rappelait, et c'était un acte presque "d'amour". Peut-être ... Mais ce soir, tout avait changé. Elle trahissait de son plein gré le Clown. Et cela le poussait à l'énervement. Elle venait d'éviter les balles du Joker, protégeant le gamin oui, mais le Joker n'avait pas dit son dernier mot. Alors qu'il s'avançait sans peur, ni reproche vers le gamin et la jeune femme camouflée, le Joker parût plus énervé que jamais. Son sourire était parti, seule restait une grimace sanglante. Pas question de s'enfuir, pas question de s'en aller comme ça ! Pointant son arme sur les deux asticots, le Joker donna un grand coup de poing à la jeune femme, ce qui allait l'envoyer dans les pommes de manière fatale.

"Bien ma chérie, si tu veux bien t'endormir, je comprend, moi, je m'occupe du champagne ! Quant à toi, Robin, tu n'es pas digne d'être mon side-kick, mon acolyte préféré. Désolé fiston, mais pour toi, ça sera bientôt fini."


Malgré la déception évidente du Joker, il ne fallait pas en perdre le sourire, et ainsi, les hommes du Joker surgirent du couloir, afin de disposer de la jeune femme. Ils installèrent Harley sur un chariot mobile : Direction le fleuve de Gotham, si elle arrivait à survivre à la chute dans l'eau glacée, ce serait déjà pas mal. Toujours en train d'observer le gamin, le Joker se dirigea vers la pharmacie avant d'ouvrir la bouteille d'alcool. Tandis qu'il ouvre la bouteille de vin et en dispose un peu dans un gobelet en plastique. Pour le romantisme et le cadre idéal on repassera. Mais c'était le geste qui comptait non ? Avec un léger sourire, l'Empereur du Crime claqua une nouvelle fois des doigts. Dommage que les hommes de main intelligents le soient un peu trop, la déception était à son comble, heureusement, on pouvait compter sur les débiles. Oui, y'en avait, et même si le Joker n'avait pas la chance d'avoir une équipe de cerveaux, au moins, ils étaient loyaux. Les deux hyènes étaient à côté de la table improvisée, souriantes et ricanantes, attendant un quelconque tribut. Ce qui était fascinant avec les hyènes, c'était ce sourire qu'elles arboraient. Le rire était aussi un des meilleurs remontants que le Joker pouvait imaginer. C'est vrai, trouver un bon plan pour dérider Batman, c'était parfois frustrant de faire la page blanche, maiiiiiis quand un sourire et un rire illuminent votre vie, c'est d'un réconfort absolument génial !

"ALLEZ-Y LES FILLES !"


Les deux hyènes se dirigèrent vers le gamin, histoire de le titiller un peu, histoire de l'affaiblir encore un peu. Le Joker se pinça les yeux légèrement contrarié. Il se leva doucement, et commençait à prendre un ton des plus déplaisants. Bon, en temps normal, c'est "normal", le Joker est le patron, mais quand même, comment peut-on être aussi bête ? Comment Harley avait-elle pu décevoir son Puddin' préféré ? Question intéressante ... Réfléchissant à cette manière, le Joker prit un ton presque discourtois. C'était d'un pénible tous ces abrutis qui n'avaient pas cette manière de prévoir les choses. Il faudra que le Joker embauche des femmes loyales la prochaine fois. Il observa le jeune Robin aux prises avec les deux hyènes. D'une voix calme et douce, il reprit le pied de biche avant de frapper encore un peu le gamin, histoire de lui faire enfoncer de bonnes blagues dans le crâne. Se calmant, le Joker reprit de sa voix dangereusement calme.

"Je vais t'enfermer au plus profond de ce cirque, jamais personne ne te retrouvera. Tu mourras seul, et personne ne retrouvera ton corps. Jamais."


Et le Joker poussa le Robin en arrière avec le pied de biche, un acte de colère dans les dernières syllabes de sa voix. Robin tombe à la renverse, et les deux hyènes attaquent le gamin, déchirant ses vêtements. Bon, les hyènes ne le tueraient pas, c'était pas vraiment le style de deux hyènes biens nourries, mais elles avaient toujours ce petit côté de fauve en elles. Et c'était un instinct des plus redoutables qui pouvait exister sur cette planète. Pendant que les hyènes s'amusaient avec leur nouveau jouet vivant, le Joker lui, quitta l'infirmerie, complètement déçu des deux seules personnes qu'il avait apprécié. Dans les couloirs, les hommes de main allaient envoyer Harley Quinn dans le fond de l'East River, avec une machine à barbapapa attachée aux pieds de la jeune femme. Quant à Robin, il allait être enfermé quelque part ... Quelque part où personne ne le trouvera jamais plus.




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let's Joke [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's Joke [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DNAMIX [PRIVATE-JOKE]
» Death Joke
» Today's joke !
» Joke of the week !
» Aussie Joke

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Amusement Miles :: Aparo Avenue-