Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Here comes the Bird-boy. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2870
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Here comes the Bird-boy. [PV]   Mar 10 Avr - 14:40


Laugh and Die

Cirque Haly.

Faites entrer les clowns sous le chapiteau ! Faites leurs les plus vibrants hommages, appréciez leurs jeux et rigolez tous ensemble, c'est la grande parade des clowns ! Comment peut-on ne pas aimer un endroit aussi malsain ? Tous ces gens déguisés en débiles qui sont là pour vous mettre mal à l'aise HA ! C'était aussi amusant que de s'habiller en clown et de se montrer devant les écoles maternelles, ça c'était marrant ! C'était de l'Art ! Du Génie avec un grand "i" ! Le Cirque Haly avait été abandonné dernièrement par l'ensemble de ses occupants, enfin, disons que le chapiteau qu'on leur réservait quand ils arrivaient en ville était vide, et que certaines choses restaient, comme des accessoires, ou même des petites bricoles utiles. Le Joker avait demandé de l'aide à un vieil ami qui s'y connaissait en gaz de terreur, un certain Cornélius Stirk, connu pour être un passionné de la peur et de la terreur oui, mais malheureusement bien moins intelligent qu'espéré, il était trop brut en matière de gags amusants, et il ne savait pas gérer son comportement fortement instable, se délectant à trucider et à trancher pour son propre plaisir. Le Joker avait une magnifique idée en tête, une idée géniale. Et le moment allait venir très bientôt ! Le Joker prépara une enveloppe, une belle invitation à l'effigie du Joker, un ticket pour l'entrée du cirque. La lettre serait livrée grâce à un petit garçon qui rendrait service au Joker sous la contrainte. Il déposerait la lettre au GCPD, qui, transmettra alors à qui de droit, c'est à dire "Batman" sur la lettre. Ah ! On pouvait dire que le cirque avait été bien refait selon les ordres du Joker, les quelques nains affublés de bas résilles, dignes du film "Freaks" : complètement déformés et handicapés mentaux, et de tutus roses avaient fait du très bon travail ! Le cirque était un spectacle de l'horreur, un spectacle tout particulièrement génial. Et ce soir, on aurait une soirée démente ! Une soirée de l'horreur ! Une soirée géniale comme le Joker savait les préparer. Il y'avait tout pour ce soir ! De la rigolade, de la magie et de la fantaisie, il allait faire rêver cette invitée spéciale. Posant un drap blanc sur une forme quelconque, le Joker ricana de plus belle tandis qu'il se régalait à l'avance de la petite blague qu'il réservait. Tout s'actionnait dans son délire démoniaque. Les "mignons" du Joker, ses nains, étaient en train de hisser un cadavre de girafe dans les tribunes.

"Plus à gauche mes amis ! Plus à gauche ! C'est un évènement spécial ! Comment voulez-vous que cette girafe puisse être dans son propre rôle de cadavre si elle n'est pas à gauche ?! C'est pas compliqué ! La girafe vient à côté de l'otarie crevée !"


Les nains ne comprenaient pas les demandes de leur chef, mais ils obéissaient tout de même à la vision unique du Joker, une vision qui lui correspondait en tout point. Il était bien de retour, bien à fond dans sa folie, dans son idée fixe. Sauf que ce soir, ce ne serait pas Batman qui serait visé, pas directement du moins. Non, ce soir, c'était un autre de ses alliés qui allait payer ce qu'il avait fait. Il avait osé affaiblir le Batman, il avait osé le rendre faible et ridicule, il l'avait brisé. En temps normal, le Joker n'en aurait pour ainsi dire, pas grand chose à faire, mais le gamin avait rejoint le côté de Batou, et Batou méritait mieux qu'une fillette comme cellui-là. Ooooh en tout cas, il allait adoré. Quand il serait là, on s'amuserait. Il allait être amené par quelqu'un de confiance, par quelqu'un qui est capable de tenir tête même au Chevalier Noir, et pour tout dire, ce mercenaire, c'était quelqu'un que le Joker connaissait depuis bien longtemps. Quand il franchira l'entrée du chapiteau, les surprises allaient assaillirent son esprit, surprises destinées à cette pauvre petite victime que le Joker attendait ... Le Joker avait préparé une belle, belle surprise. Le clown, lui, se tenait sous le chapiteau, patientant l'arrivée de Deathstroke. Le Joker actionnerait les souvenirs au fur et à mesure, histoire de toucher au plus profond le jeune garçon et alors, l'apothéose viendrait, le grand final. Le Joker, lui, savourait d'avance l'excentricité de cette soirée. Toujours en train de superviser, le Joker prépara une cage, une boite en fer, une grille en quelque sorte, où une petite silhouette était aussi sous un drap blanc, quand le moment serait venu, la plateforme se lèverait et atteindrait la piste centrale sous les yeux de ce pauvre gosse. Oooh que ça serait beau ! Cela serait si merveilleux ! Malheureusement, un des nains fit tomber le pot de fleurs qui aurait dû être dans le mini-décor de la maison. Le Joker sortit son pistolet avant d'abattre le pauvre nain. Il servirait aussi de cadavre dans la partie concernée.

"Emmenez son corps dans la troisième partie des tribunes."


Chaque tribune était séparée par une cloison et chaque morceau représentait une scène de la vie normale. Trois parties étaient distinctes, un foyer normal, salon avec des mannequins d'une famille normale. Dans la seconde, on avait un terrain d'entrainement au combat, et dans la troisième, un magnifique cimetière. Le Joker aurait aussi le contrôle des lumières et des effets sonores, ce serait de l'art, du cinéma, du bonheur !

"Hollywood nous envierait ce qui va se passer ce soir, HA !"


Ricana t'il avant de se diriger vers le centre du chapiteau. Il ricanait tandis que tout se mettait en place. Gaggy Gagsworthy, lui, était dans le troisième décor en tribune, le cimetière, avec les cadavres d'animaux. Oooh ce serait une soirée magique, une magnifique soirée où le rêve et le bonheur ne seraient qu'un. Pas pour le petit Robin à son papa malheureusement, Ha ! Maintenant, il fallait patienter, il fallait attendre que les caméras retransmettent l'image du mercenaire, les caméras de surveillance, pour voir s'il arrivait bien à l'heure prévue. Il fallait attendre, attendre, et tout en sirotant un milk-shake à la fraise, le Joker se gaussait d'avance de ce qui allait tomber sur le visage du meilleur acolyte de Batman. Oh que oui, on allait s'éclater, et ça ferait mal, très très mal. Mais ... Et si quelqu'un ruinait son plan ? Et si quelque chose d'inattendu se pointait ? Et si quelqu'un venait, et que ce n'était pas la bonne personne ? Ce serait d'un triste ... D'un terrible gâchis ? Non, ce ne serait quand même pas perdu ! On s'amuserait un peu !




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 214
Date d'Inscription : 21/01/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: Bat-Famille, mercenaires rivaux...
♣ Vos Alliés : :
avatar
Slade Wilson-Deathstroke
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Mer 11 Avr - 9:56

Des explosions à droite, des fusillades à gauche… La ville venait d’entrer dans une énième phase de violence, ponctuée par les affrontements entre gangsters de tout Gotham. Cela faisait déjà un moment que des tensions commençaient à voir le jour entre l’accession de Cobblepot au poste de maire, le retour de légendes du crime ou bien encore l’émergence de nouveaux joueurs dans l’échiquier que constituait Gotham. Il avait suffi de jeter une petite allumette pour mettre feu à la botte de foin, et pour carboniser la grange entière. A l’heure actuelle, je n’avais aucune idée de qui avait bien pu déclencher ces évènements. Mais c’était pour le mieux… En effet, l’escalade de violence prévue dans les semaines à venir distrairait momentanément l’attention du justicier de Gotham et de ses alliés. Ainsi, j’aurais toute latitude pour placer le premier engrenage dans la machine visant à annihiler Batman et tout ce pour quoi il se battait.
 
        Après quelques affaires rondement menées, Slade était prêt à entamer une machination longuement préméditée pour faire souffrir son nemesis. Il était temps de commencer à réunir des alliés, de faire bouger les pions jusqu’à prendre le roi. Néanmoins, tous les alliés n’étaient pas toujours bons à prendre. Celui avec qui j’avais affaire ce soir était connu dans la ville entière depuis des années, et terrorisait tous ses citoyens, honnêtes comme criminels. Son sourire blafard faisait passer des frissons dans le dos à n’importe quel être doué de raison, même à moi je dois l’avouer. Non pas qu’il puisse représenter un quelconque danger, j’étais un combattant bien plus aguerri que lui en effet, mais je savais de quelles extrémités il pouvait se rendre coupable. Et ce justement car il n’en avait aucune, oui, le Joker était complètement rongé par la folie jusqu’à l’os et ne se souciait pas le moins du monde d’un quelconque sens moral ou de l’honnêteté. Son imprévisibilité en faisait un adversaire à ne surtout pas sous-estimer, et on ne pouvait jamais être convaincu que celui-ci était bel et bien dans notre camp.
 
Voilà pourquoi je m’aventurais sur son domaine ce soir, avec les plus grandes précautions. Même s’il m’avait contacté afin de me proposer « une offre qui nous serait favorable à tous les deux », selon ses propres termes, je préférais m’attendre à recevoir le poignard qui viendrait inéluctablement se loger dans mon dos. Le Clown, le prince du crime comme certains l’appelaient, était loin de faire partie de ma liste de clients habituels, mais j’étais prêt à m’allier avec le pire des démons si cela me permettait d’arracher le cœur encore battant de Batman de ses entrailles.
 
        Me voici donc rendu dans son antre, son élément, son parc d’attractions… Amusement Miles ! Un lieu parfaitement taillé pour exprimer sa folie et qui était bien lugubre maintenant qu’il était laissé à l’abandon. L’époque du fameux Cirque Haly et des Flying Graysons était bien loin désormais. Révolue, cette ère dédiée au spectacle et à l’amusement. Voici désormais venue l’ère de la violence, du massacre et du meurtre.
A peine arrivé, j’étais déjà encerclé par une horde de larbins grimés au visage blanc. Le Joker savait s’entourer. Néanmoins, on avait dû les avertir de ne pas tenter de folie car ils restaient bien à distance, surveillant précautionneusement mon avancée sans rien tenter. Une rangée de voyous de seconde zone formant une haie d’honneur pour le mercenaire jusque au chapiteau du cirque, tous éructant des rires à faire frissonner les jeunes enfants. Mais néanmoins bien loin du sourire décharné du maître des lieux. J’avançais tranquillement, un pas après l’autre, prenant mon temps jusque à atteindre le chapiteau. On n’était jamais à l’abri d’une tentative d’embuscade, même si celle-ci eut été complètement insensée. Chacun de mes pas agitait la poussière du sol, créant des impacts sous le poids de ma lourde armure. Ma réputation me précédait et même si les hommes du Joker tentaient de garder une certaine contenance, leur gestuelle corporelle dévoilait la peur que je provoquais au sein de leurs âmes.
 
J’arrivais enfin au seuil du chapiteau, où deux balourds écartèrent la tenture pour me laisser pénétrer les lieux. Comme on pouvait s’en douter, c’était un grand n’importe quoi à l’intérieur. Des cadavres plein les gradins, que ce soient d’êtres humains ou d’animaux (sérieusement, une girafe ?), des cages suspendues dans les airs emplies de squelettes, des instruments de torture, des ustensiles du cirque et… oh, bordel ! Là, il était allé très loin. Impossible de savoir si c’étaient les vrais, mais si c’était bel et bien le cas, il était certain que le jeune pupille de Bruce Wayne, Dick Grayson, prendrait très très mal ce geste.  


Bref, Deathstroke n’était pas venu ici pour participer aux festivités du clown. J’étais avant tout un homme d’affaires, et le professionnalisme passait toujours en premier. On m’avait appelé ici pour conclure une affaire, et c’était bien ce que j’espérais faire ce soir. Nul ne pourrait dire que Deathstroke refusait de louer ses services, peu importe le client.
 
« Joker, je n’ai pas de temps à perdre. Tu m’as appelé ici pour une offre. Montre-toi maintenant que l’on discute de ces modalités. »

Arsonist's lullaby. « When I was a man I thought it ended. When I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2870
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Mer 11 Avr - 23:06


Laugh and Die

Cirque Haly.

Aujourd'hui, le Joker s'était réveillé en tant que grand chef d'entreprise, comme un gérant décidé à faire des affaires tout en restant bien dans les petits papiers du mercenaire en chef. Le Joker faisait virevolter sa canne-épée, tranquillement, alors qu'il s'avançait vers l'homme qui venait d'entrer et qui réclamait le sujet de cette discussion. Toujours en train de faire des plans, de casser le moral des troupes, et bien sur, toujours paré à faire tout et n'importe quoi dans cette bonne ville, c'était le Joker. Mais c'était dans cette idée que le Joker avait décidé lui aussi d'apporter son soutien et ses forces pour ajouter un peu plus de chaos à certaines idées, après tout, lui aussi était un entrepreneur dans le domaine du crime de la ville. Riant, il s'avançait doucement vers le mercenaire tout en caquétant ! Le tout puissant Deathstroke, ce petit criminel insignifiant qui n'avait aucune sympathie pour le Joker. Bon, excepté peut-être, cette coupe de cheveux atroce ou bien ce costard de croquemort, le reste était surfait. Il avait un œil vitreux à travers le masque et bien sur, une tronche de gargouille connue à faire pisser de rire un unijambiste enfileur de castor.

"Hihihihihi. Ce cher Deathstroke, touuuujouuuurs autant agréaaaable."


C'est fou comme les gens peuvent être sur la défensive ! M'enfin bref ! C'est pas comme si ils étaient coincés avec un psychopathe dans une pièce et sans moyen de sortir ... Oups ! L'ambiance devient vite chaude en ce moment dis donc ! Prévisible, tellement prévisible. Le Joker était content, intérieurement, il savait parfaitement que personne ne voudrait l'aider dans sa terrible idée de s'en prendre à Batman lui-même. C'était pourtant ça qui allait le provoquer à continuer sur sa lancée. Un jeu horrible attendait notre cher grand protagoniste, et le Joker s'en délectait pour tout dire. C'est à ce moment bien précis que le Joker, bien qu'hilare au plus profond de son esprit, prit un visage déçu, presque triste, puis, il se saisit de la canne-épée, pointa la girafe crevée dans la tribune, portant une casquette des "Knights" de Gotham, et montra alors au mercenaire la beauté incarnée en ce magnifique animal. Une girafe Joker, c'était tellement classe pourtant, et personne ne semblait comprendre l'idée du Joker. Chouette ! Peiné, le Joker était assez triste, pour tout dire, il feignait la tristesse, très content de voir l'étonnement de Deathstroke, tout marchait selon le plan que le Joker n'avait pas. Quelle utilité de faire quelque chose d'incompréhensible ? Pour le Joker, il n'y avait aucune raison, et puis ça l'amusait tellement de semer la peur dans l'esprit, même de ses alliés ou rivaux, tous aussi fous ou dangereux qu'ils sont. Le Joker appréciait tellement la présence de Deathstroke qu'il allait cette fois les surprendre, et salement.

"Droit au but hein ? Soit. Je souhaiterai que tu me débarrasses d'un petit ... oiseau."


Le Joker claque des doigts, un de ses hommes de main se ramène et jette sur le sol du chapiteau une mallette remplie de fric, d'argent, et bien entendu, tout l'attirail possible et inimaginable que l'on puisse trouver en terme d'explosifs Le rêve pour un assassin si l'on peut dire. Y'avait une certaine puanteur qui se dégageait du petit conteneur. Le Joker savait pertinemment que son projet serait refusé, mais que faire d'autre ? Il le ferait quand même, avec ou sans l'accord de Deathstroke car il le pouvait. Ricanant, le Joker se moquait de leurs petites preuves de courage, de rivalité entre assassins, à vrai dire, c'était lamentable de voir de pareilles attitudes, surtout quand certains sales petits secrets étaient connus dans l'Underground de Gotham City. Deathstroke, Deadshot, Copperhead. Tellement de potentiel et si peu de compréhension de ce que pouvait vraiment être le Batman. Ils ne savaient rien. Bref passons ce détail. Les petites rumeurs et les sales petits secrets, ça, on se les gardait pour plus tard, quand la situation sera beaucoup plus amusante. Sortant une photo de son veston, le Joker la tendit alors à l'homme dont les compétences n'étaient plus à tester. C'était une photo rare de Robin, le gamin qui collait aux basques de Batman.

"Je le veux. Vivant de préférence. Je me fais vieux tu sais, et je me dis qu'il est temps de donner à cette ville un petit ... Quelque chose de souriant, si tu vois ce que je veux dire. Tu n'imagines même pas sa colère quand il le saura ..."


Il parlait du Batman. Cela avait toujours été Batman, toujours et encore, toujours et encore cette danse macabre entre les deux. Et pour cause, le Joker en avait déjà eu un, et il tentait maintenant le strike ! Le Joker avait maintenant insufflé un moment de terreur au sommet-même de cette petite rencontre. Il avait accompli son petit jeu, et maintenant, il venait clairement menacer une figure emblématique dans cette ville. Vous allez voir la blague ! Après ça, tout le monde va tenter de sauver un petit Robin, par contre, on oubliera les autres, ceux qui ne sont pas connus, ceux qui ne sont pas importants ... Tout cela fait parti du plan ? Quel plan ? Le Joker n'en avait pas. Semer le chaos, ça, il adorait, et aujourd'hui, il s'était fait un malin plaisir à terroriser et à tourmenter ce pauvre Batman, maintenant, ce serait le qui-vive, tout le monde s'affairerait à protéger le petit chouchou du Batman. Le mot passerait quand tout serait à point, tous tenteraient de retrouver ce pauvre Robin, et il serait hélas, déjà trop tard. Après tout, c'était ça le chaos, mais ce n'était qu'un début. Le vrai chaos n'avait pas encore eu lieu. Pas encore, mais alors qu'il continuait de sourire, le Joker avait déjà une suite dans ses prochaines idées.




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 214
Date d'Inscription : 21/01/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: Bat-Famille, mercenaires rivaux...
♣ Vos Alliés : :
avatar
Slade Wilson-Deathstroke
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Sam 14 Avr - 8:35



Here comes the Bird-Boy




       L’ambiance sinistre, craquante et étouffante du cirque Haly emplissait l’air. Cette combinaison de poussière et de sueur était suffocante. Quelle idée absurde de venir en ces lieux, surtout pour rencontrer un tocard comme le Joker ! Un criminel de seconde zone, ne répondant à aucun code moral, à aucune logique. Voilà à qui j’avais affaire… Pourtant, ma curiosité m’avait poussé à rejoindre ces lieux afin d’entendre de vive voix ce que ce crétin attendait de ma part. Certes, ses paroles m’avaient intrigué. Quel intérêt commun pourrions-nous avoir ? Deux êtres que tout séparait, dont les motivations étaient aussi contraires que la lune et le soleil.

       Grâce à mes sens surdéveloppés, je le sentis avant de le voir. Cette combinaison de mascara et d’eau de Cologne dégueulasse… Une odeur qui ne pouvait s’identifier qu’au visage blafard similaire à un cadavre du Joker. Je me retournai vers la scène principale. Face à moi, le voilà qui s’avançait en dodelinant comme un pingouin, un sourire extatique posé sur le visage. Quel accoutrement ridicule il pouvait porter ! Aucun criminel digne de ce nom n’aurait idée de se montrer dans un costume de cirque pareil… même si celui-ci convenait assez bien où l’on se trouvait en réalité, il faut l’avouer.
D’un rire forcé, je lui répondais : « ha… ha… ha… ce bon vieux… non, attends, en fait, je ne peux pas le dire. Ce serait trop exagérer la réalité. Je me répéterai une dernière fois. Qu’est-ce que tu veux, raclure ? »

       Je jetai un regard circulaire sur la scène, mon œil se tendant vers le carnage que le Joker avait laissé en guise de spectacle dans les gradins. Mais bordel, c’est qu’il en était fier en plus de sa girafe… Je décidai de jouer l’indifférence, je n’allais surement pas lui donner ce qu’il voulait. Deathstroke ne s’inclinerait jamais face à cette ébauche de clown, à l’humour désuet.
Ramenant mon regard vers le clown, je sortis un pistolet à 7 coups, un Colt Double Eagle dont je me servais lors de certaines exécutions. Mon regard fixé sur le clown, le jaugeant d’un œil sombre, je tirais 7 fois, vidant tout le barillet sur la girafe. Les 7 balles vinrent se loger dans la tête et le ventre de celle-ci. Une menace dissimulée, un avertissement pourrions-nous dire. Personne ne faisait perdre son temps à Deathstroke, sans avoir à en assumer les conséquences. Il voulait jouer au plus malin, il perdrait sans le moindre doute.

       Je pointai mon pistolet devant mon visage et soufflai la fumée qui sortait du barillet, enfumant le visage du Joker. Ça n’allait pas lui plaire, mais peu importait. C’était un jeu pour moi, de la poudre aux yeux. Au moins ça avait le mérite de l’activer. Enfin, il réagissait et on pouvait passer aux choses sérieuses. Déjà, on parlait récompenses. Bien, il savait à qui il avait affaire. Une mallette d’argent et quelques explosifs. Je lui jetai un regard soupçonneux et mi-déçu. Une mallette, juste une mallette ? Mes clients opéraient des transferts d’argent considérables pour s’octroyer mes services, et il pensait m’avoir avec quelques billets sortis de je ne sais où. Et puis, c’était quoi cette odeur au juste ?

« Qu’est-ce que tu caches, Joker ? Je t’ai prévenu, essaie de me doubler et je te fume. »

       J’étais conscient de prendre des risques en le provoquant continuellement. Au bout d’un moment, ses nerfs allaient lâcher et ça dégénèrerait alors en bataille rangée. J’avais confiance en moi, en mes capacités. J’étais convaincu de pouvoir le maîtriser si cela s’avérait nécessaire.
Tandis que je restais sur le qui-vive, prêt à voir venir un coup fourré, Joker me présentait enfin ce qu’il voulait. Ou plutôt qui il voulait. Cette fois-ci, il avait décidé de s’attaquer au jeune protégé de Batman, Robin. 3ème du nom, ou 2ème étant donné qu’un était déjà mort ? Difficile à dire, Batman mettait en danger tellement de gamins autour de lui. Il se prenait pour un exemple, s’octroyait le droit de vie et de mort sur ses enfants afin de gonfler son propre ego, d’avoir le sentiment qu’il était important pour quelqu’un. Au final, tout ce qu’il accomplissait, c’était de détruire la vie de ces marmots. Le Joker en avait déjà tué un, et apparemment il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Voilà qu’il désirait maintenant toucher les autres. Je plaignais déjà le gamin sur qui la folie du psychopathe s’abattrait, il allait passer un sale quart d’heure.

« SA colère ? Tu parles de LUI, pas vrai ? … Mmmh, cela fait un moment que j’ai envie de le voir ramper à mes pieds, suppliant. Mais ce gamin ne m’a rien fait. Donne-moi une bonne raison de m’attaquer à lui. Et si je dois le faire, multiplie par 10 l’offre actuelle. Je ne travaille pas pour des clopinettes. »

S’attaquer aux alliés de Batman n’était pas une mauvaise idée… Le briser peu à peu, le privant de tout support, jusqu’à ce qu’il se rende compte que c’est sa croisade aveugle qui les aurait tant fait souffrir. Voilà une vengeance dont je pouvais convenir. Peut-être ce soir avais-je trouvé le moyen de prendre enfin ma revanche sur celui qui m’avait poussé à l’exil ces dernières années.

Arsonist's lullaby. « When I was a man I thought it ended. When I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash .unbreakable »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2870
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Dim 15 Avr - 15:44


Laugh and Die

Cirque Haly.

Vous savez ce qu'il y'a de formidable avec les jouets ? Leur apparence anodine. Le moindre jouet pouvait se révéler être un piège mortel, une arme au service de la vilénie et du chaos. Oh bien sur, les cannes-épées, les fleurs remplies d'acide, les cartes explosives, ça c'était le must have du Joker, un fanatique de la blague noire et abjecte. Mais depuis quelques temps, le Clown en était à réfléchir à d'autres moyens plus théâtrales pour arriver à ses fins. Il pensait même à une parade anniversaire par exemple, avec des hommes de mains tronçonnant les Gothamites à tout va, ou bien asperger grâce à un canon à eau de l'acide sur le visage des gens. C'était une de ses idées, une de ses nombreuses grandes idées qu'il nourrissait pour la ville de Gotham City. Une ville sans cesse en mouvement grâce au crime. Il ne reconnut pas la voix de Slade au premier abord, mais c'était surement à cause du masque, surement. Paugre Gigi la girafe. Elle fera pas peur à ce pauvre Robin. Tristesse dans les yeux du clown. Mais il fallait quand même dire aux gars de pas s'inquiéter, c'était Deathstroke quoi, la puissance aveugle et imbécile à l'état brut.

"Jamais de temps pour rigoler, pas vrai Sladounet ? Je n'arriverais jamais à faire sourire le vieillard que tu es. Peut-être qu'avec un peu de smilex, ça marcherait tu crois ?"


S'avançant vers Deathstroke, il lui tint son propre regard, histoire de pouvoir lui adresser le fait qu'il était parfaitement sérieux dans ses propos. Il tendit le doigt vers la girafe décédée, en colère. Son ton pouvait frôler la crise mais ce n'était qu'un rire, une légère boutade qu'il allait lui adresser. Mais tout ça n'était qu'une blague, et tout ajout permettait de renforcer le côté monstrueux de la chose. Le Joker était après tout, un esthète en terme de spectacle et de divertissements. Son ton variait vraiment, entre crise, colère et joie. Malgré l'arme que Slade tenait entre ses doigts, mais la mort, le Joker s'en fichait, il la connaissait parfaitement et il savait qu'il ne mourrait pas ce soir. Car Slade avait besoin du Joker, au cas où celui-ci échouerait, le Batman serait quand même affaibli par son Némésis. Les plans dans les plans ... Les plans dans les plans des plans ...

"CE QUE JE VEUX ? CE QUE JE VEUX ? Tu ... Tu veux dire que tu n'as pas compris ? ... Tu veux que je te fasse un dessin d'un rouge-gorge ? JE VEUX ROBIN ! ROBIN ! ROBIN ! JE VEUX CE SALE MOUTARD ! JE VEUX LUI ARRACHER LES AILES ET LUI FAIRE AVALER UNE PLÂTRÉE DE VERS DE TERRE ! JE VEUX LUI FAIRE DU MAL POUR L'ATTEINDRE !"


Lâchant Deathstroke du regard, son regard se calma, il le prit par l'épaule avant de lui adresser un léger baiser sur le masque. Nouvelle mentalité du clown ? Avoir la fibre d'une relation entre un père et son fils ? Deathstroke avait l'âge pour être le père du Joker après tout. Enfin peut-être ? Quoiqu'il en soit, les vieux, fallait en prendre soin. Un coup de colère et ... Paf ! La crise cardiaque ! Oh le joli petit arrêt du cœur. Papy Slade pouvait claquer, ça pourrait arriver après tout. Cela peut arriver, après tout, tout le monde sait, surtout les médecins, que le Joker changeait continuellement de personnalité au fur et à mesure dans ses actions. Que tout ceci découlait délibérément de sa propre folie anarchique. Tout cela n'était qu'une mise en scène au final dans le but de cacher ses véritables plans et intentions.

"Biiiiien Biiiien ... Tu as enfin compris l'intérêt de mon plan. Et si tu as besoin que d'une seule raison, moi je peux t'en donner cinq et qui sont excellentes. Primo, ça va faire mal à Batounet. Deuxio, quelque part sous ces gadgets et cette armure, se cache une personne qui a été délicieusement battu par le chevalier noir, et tu ne me feras pas croire que tu ne veux pas ta chance de te venger. Tercero, j'explore une nouvelle poussée d'adrénaline qui consiste à stimuler nos héros en leur offrant un probable martyre. Quatro, Batman en sera touché au plus profond de son âme, tout comme je l'ai fait avec son deuxième ou troisième Robin, je ne sais plus. Je ne les compte plus depuis le temps."


Un immense éclat de rire résonna dans le cirque. A vrai dire, les détails techniques n'intéressaient vraiment pas le Joker, mais Deathstroke pouvait être le bienvenu si il se comportait comme un allié, une mercenaire qui adorerait jouer parmi nous, qui se mêlerait à la fête du Joker. D'un geste, il invite Slade à venir voir ce qu'il avait en réserve. Bien sur, il aurait de l'argent et le Joker savait pertinemment qu'un criminel comme Deathstroke ne se contenterait pas d'une somme aussi minable. Arrivés devant les préparatifs du Carnaval du Joker, tout se montait doucement, les travaux et les avancements, les améliorations se poursuivaient pour une fête des plus macabres et des plus affreuses. Des couleurs criardes partout, des autos-tamponneuses prises ailleurs et remises ici, aux couleurs du Joker, il y'avait de tout pour faire de cet endroit un merveilleux lieu de jeu et un enfer pour les autres. Un magnifique endroit pour tous, où petits et grands y trouveraient une mort absurde, cruelle, mais drôle !

"Un million maintenant, et dix millions supplémentaires une fois le colis ici, et vivant. Compris ? S'il lui manque une plume, je déduis ça de ta prime."


Toujours le mot pour rire, le Joker n'était pas du genre à tourner autour du pot, enfin si, mais niveau blague, il ne pouvait pas s'empêcher d'en faire en permanence. Les hommes de main continuaient leur travail sur les machines du cirque Haley. Bien entendu, cela prendrait du temps et le Joker savait qu'ils reviendraient les nuits prochaines pour améliorer leur travail. Mais le plus important pour le moment, c'était d'avoir le petit Robin.



You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 214
Date d'Inscription : 21/01/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: Bat-Famille, mercenaires rivaux...
♣ Vos Alliés : :
avatar
Slade Wilson-Deathstroke
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Mer 25 Avr - 13:14



Here comes the Bird-Boy




      Apparemment, le Joker y tenait vraiment à sa girafe au bout du compte. Après avoir fait partir en fumée son animal de compagnie, je fixai le clown dans les yeux alors qu’il s’approchait dangereusement de moi. Un regard teinté à la fois de désespoir et de la haine la plus noire. Ça ne sentait vraiment pas bon, il avait l’air terriblement en rogne. Peut-être était-il temps de désamorcer un peu la situation. Après tout, j’étais venu pour potentiellement conclure une affaire, pas pour me battre. J’aurais sans aucun doute le dessus en une fraction de seconde, le Joker étant tout sauf taillé pour le combat au corps à corps, mais je lui ferai la peau un autre jour.

Me reconcentrant sur l’affaire qui m’avait fait venir, j’écoutais consciencieusement tout ce qu’il avait à me dire. Je prêtais attention à tous les détails de son plan, les raisons qui le poussaient à vouloir s’en prendre au gosse de Batman (même si on pouvait supposer que celles-ci auraient changé dans cinq minutes). Trucider Robin, faire mal à Robin, scarifier Robin, faire manger des vers de terre à Robin, enfermer Robin dans le ventre de la girafe… Ce gamin était devenu une vraie obsession, bon sang ! Bon, soi, après tout, buter Red Robin me permettrait de me rapprocher de Batman, et c’était ce que je voulais. Pas de la manière dont j’avais prévu de le faire, mais il fallait savoir faire preuve de rebond dans la vie.
« Okay, je vais faire sa peau au rouge-gorge. Mais Batman est à moi, tu restes à distance, c’est ma proie et personne ne se mettra en travers de mon chemin. »

Mon accord dut le convaincre car à partir de ce moment, le Joker changea d’attitude (pour un temps du moins). Il essaya de déposer un baiser sur mon masque, celui-ci étant interrompu par mon poing qui alla se loger dans les côtes du clown, lui faisant cracher ses boyaux. Partenaire pour un temps, c’était déjà dur à supporter, mais on n’allait sûrement pas devenir ami. Ce clown était la définition même d’un bipolaire. Un jour, il t’embrassait ; le lendemain, il te plantait. Maintenir à distance le clown était la meilleure solution ; le laisser s’approcher, c’était prendre de grands risques.
J’écoutais la suite de son offre, alors qu’il me déblatérait plusieurs raisons selon lui, de capturer le petit rouge-gorge. Au final, il ne m’avait donné que quatre raisons sur les cinq qu’il avait évoquées. Mais peu importe, on n’avait pas de temps à perdre en futilités. Pas besoin de le lancer sur une de ses nouvelles déclarations enflammées, le Joker aimait bien trop s’entendre parler, et moi je voulais bien trop enfoncer mon poing dans sa gorge.

Afin de finaliser l’entente de notre contrat, je suivais le Joker au cours de la visite de son cirque des horreurs. Est-ce qu’il pensait vraiment que ça pouvait m’intéresser ? Je n’aurais su le dire. Tout ce dont j’avais envie, c’était de me barrer d’ici au plus vite. Je suivais le Joker sans sourciller, écoutant ses commentaires au fur et à mesure. Plus j’avançais sous le chapiteau, plus j’avais pitié du gamin. Il allait passer un sale quart d’heure quand il arriverait ici. Mais ça ne me concernait pas, j’étais pas là pour faire du sentiment. Tout mercenaire qui se respecte savait que dans notre profession, on est payés pour exécuter, pas pour réfléchir aux conséquences que pouvaient entraîner nos missions.
Enfin, on était arrivé au terme de notre petite excursion clownesque. Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer, l’instinct de la chasse m’appelait. Cependant, lorsque le Joker annonça le prix qu’il prévoyait de lui offrir, le sang de Deathstroke ne fit qu’un tour. Il se foutait de ma gueule ou quoi ?

« C’est une de tes blagues, encore ? Tu te fous de ma gueule ou quoi ? »
Deathstroke était rouge de colère sous son masque. Est-ce que le clown cherchait à l’humilier ? Il n’était pas venu ici pour se battre, mais si c’est que cherchait ce taré, il allait l’avoir.

« 11 millions pour Red Robin ? Avec des menaces en prime ? Tu m’as pris pour un toutou de bas étage ou quoi ? Me confonds pas avec un de tes larbins, le clown. J’ai bien davantage que les 3 neurones dont se servent tes hommes pour réfléchir. Black Mask offre 23 millions pour la tête de Red Robin, mort ou vif. Tu ferais mieux de faire une offre plus convenable, et très vite, si tu ne veux pas que ta victime finisse dans les serres d’un autre. »

Moment pivot, ça passe ou ça casse. Ou le Joker veut réellement son Robin, et alors il va très vite plier. Ou du sang va couler sur cette piste. J’étais prêt au combat depuis mon arrivée, et finalement, c’était moi qui avais mis le feu aux poudres. Posant discrètement une jambe en arrière pour maintenir mes appuis, je posais une main sur la fameuse épée Deathstroke.


Arsonist's lullaby. « When I was a man I thought it ended. When I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash .unbreakable »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2870
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Mer 25 Avr - 18:09


Laugh and Die

Cirque Haly.

Biiiiien, "DeathJoke" avait le tact nécessaire et le recul pour pouvoir garder la tête froide au cas où. C'était important, et terriblement nécessaire dans un tel état d'esprit, et dans un pareil moment. Au cas où vous l'ignoriez, Deathstroke était un emmerdeur notoire en terme de contrats, et Black Mask aimait à s'imaginer qu'un assassin de sa trempe pouvait être un bon élément afin de finaliser un bon nombre d'accords passablement importants entre les nombreux membres de la Pègre Gothamite. Ouais, Deathstroke était un chieur, une petite carne qui en voulait à tous les bons et honnêtes citoyens de Gotham City. Ou alors ... Ou alors ce n'était qu'un simple petit acte de vengeance vis à vis du Batman qui le motivait, et quelque part, il faisait office de rival au Joker. C'était drôle, parfait, et amusant. Une bonne demi-mesure, après tout, Deathstroke était un triste sire, et Robin un abominable emmerdeur, et dans l'esprit du Joker, bien sur, il devait payer, oui oui oui ouiiiii, il paierait, et ce serait délicieusement abominable. Une belle balle dans sa boite crânienne en guise de fin si le Joker venait à l'avoir ! Que du rêve ! Et pas de place pour les concombres ! Alors que Deathstroke semblait insister pour réclamer son argent après l'affaire ordonnée, et surtout, une augmentation des plus conséquente. Soit, il faudra fouiner dans les réserves mais peu importe.

"Pour qui tu me prend ? Cobblepot ? Falcone ? Tu sais très bien que je paie royalement ceux que j'emploie."

La voix du Joker était légèrement remontée. Le clown n'aimait pas qu'on le prenne pour une buse, et encore moins pour un mauvais payeur. Dans les affaires, y'avait deux types de truands. Ceux qui étaient loyaux et sincères en affaires, comme le Joker (ce qui pouvait dépendre des moments de lucidité par contre), et les pourritures comme Cobblepot qui envoyaient au casse-pipe les vrais truands et les bons assassins. Combien d'hommes Cobblepot avait sacrifié ? Et combien le Joker en avait flingué ? On va éviter de faire les comptes. Cobblepot était largement au dessus de la normale et ça, c'était une évidence. Le Pingouin avait beau être un homme de réseaux dans cette foutue ville, il n'en était pas moins quelqu'un de cruel et de totalement abominable à ce sujet. Le Joker, quant à lui, avait certaines couilles en terme de négociations.

"Tu auras vingt-cinq millions une fois le travail accompli."


Les paroles étaient courtes ouais, mais suffisamment intenses pour dire que nous avions un marché ensemble. Et que pour tout dire, Deathstroke était un vrai professionnel. Un vrai type qui en avait, et qui savait s'auto-gérer en fonction du contrat. Bien sur, tuer un justicier était contre-productif, surtout à Gotham City, mais Robin était un emmerdeur sans classe. Un sale gamin à qui il fallait apprendre une leçon. Deathstroke, lui, saurait gérer son cas, sans problèmes même. Et pour la meilleure des idées, il fallait aussi faire jouer la concurrence. Gotham avait besoin d'une criminalité élitiste, pas d'un clown qui ne réfléchissait pas et qui stagnait en terme d'actes monstrueux, il fallait innover, changer. Quand on trahissait le Joker, on n'en ressort jamais indemne. Et le Joker espérait que Deathstroke s'en tiendrait à tout ça. Les trois nains déformés du Joker attendaient, patiemment, que leur patron revienne à eux. Après tout, le spectacle devait quand même avoir lieu, même si Robin était en très mauvais état.

"C'est à prendre ou à laisser, mon grand. Sinon, je peux m'adresser à Deadshot, ou encore même à Copperhead. Je suis sur qu'un grand garçon comme toi ne va pas cracher sur une telle somme."


Droit, comme une statue, comme un pic, le clown leur faisait dos aux nains qui patientaient. Il attendait que Deathstroke donne son verdict final. Le Joker étira son sourire, ses yeux fixèrent le regard de l'assassin.

"On est d'accord ?"


Pourquoi il avait été engagé au fait ? Pour satisfaire l'envie d'un psychopathe de s'amuser un peu après un moment houleux à l'asile d'Arkham. Mais au moins, c'était chose faite ! Deathstroke avait une cible, et le Joker réclamait son tribut en sang. Il pourrait le faire lui-même, mais c'était là la drôlerie de la chose : Robin ne verrait rien venir !



You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 214
Date d'Inscription : 21/01/2018

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: Mercenaire
☠ Relations conflictuelles :: Bat-Famille, mercenaires rivaux...
♣ Vos Alliés : :
avatar
Slade Wilson-Deathstroke
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   Sam 2 Juin - 12:38



Here comes the Bird-Boy




      Il se pouvait fort bien que je vienne d’effectuer une des plus grosses erreurs de ma carrière. Ou un de mes meilleurs coups de bluff… à voir. La situation était fort tendue sous le petit chapiteau des horreurs depuis que j’avais posé mes exigences. Peut-être étais-je allé trop loin… Dès le départ, cela avait été une mauvaise idée de venir ici. Un contrat avec le Joker ? Qui pouvait penser à commettre pareille folie ? Tout professionnel qui se respecte savait qu’en affaires, les deux parties devaient être fiables, on ne pactise pas avec le Diable. Mais depuis ma défaite face au Chevalier noir, je n’avais plus réellement tous mes moyens. Bien sûr, j’étais toujours un combattant aguerri, un des meilleurs sur le globe et mes réflexes s’étaient grandement améliorés durant mon exil. Mais ma réalité avait changé à jamais. La vengeance froide et coupante avait pris la place de la raison dans mon esprit, et tout ce que je pouvais désirer désormais, c’était de torturer le plus longtemps possible Batman. Et j’étais prêt à tous les sacrifices pour ça, il faut croire, même à comploter avec un taré comme le Joker. Néanmoins, il était hors de question de faire ça gratuitement. Tant qu’à commettre un massacre, autant en profiter par la même occasion. Si je pouvais m’enrichir sur le dos du petit Robin, alors il fallait foncer.

La lame prête à être dégainée, je jaugeai le Joker, capturant les informations qui m’entouraient. Durant toute la visite guidée à laquelle j’avais eu droit, j’avais pu récolter nombre de données, de dangers, de pièges à éviter. Grâce à ma mémoire eidétique, je savais parfaitement où aller quand aller. Mais peut-être pourrait-on éviter d’en arriver à de tels recours. Trois gnomes s’approchaient derrière le Joker, attendant que leur maître leur ordonne de me casser la gueule (ou plutôt d’essayer…). Mais celui-ci n’en fit rien, et levant une main, il les stoppa.

Le visage toujours criard du Joker était toujours éclairé par son sourire maniaque mais quelque chose avait désormais changé, une lueur s’était allumé au fond de son regard. Peut-être était-ce là le peu de raison qu’il lui restait, refaisant surface et tâchant de garder les choses sous contrôle. Je lâchai le paume de mon sabre, calmant mes réflexes, diminuant l’adrénaline qui arrivait en blocs depuis tout à l’heure dans ma poitrine.

Bien, on avait enfin pu parvenir à un accord. Voilà qui n’était pas trop tôt. Je voyais difficilement ce qu’il voulait démontrer en se comparant à Falcone ou au Pingouin, étant donné que ma confiance en eux était de loin bien supérieure à celle que je me voyais confier au clown, mais l’énerver encore une fois n’était définitivement pas une bonne idée.

« On a un deal, Joker ! 25 millions et le petit est à toi d’ici une semaine ! Ça te laisse le temps de terminer tes petits préparatifs et autres dingueries dignes de ton… de ta folie. »

Cette semaine d’intervalle me servirait surtout à me préparer, à planifier les plans, savoir où et quand frapper, au moment où Batman et ses alliés seraient les moins prompts à intervenir. Le contexte actuel qui frappait Gotham m’était de loin favorable. En pleine guerre des gangs, les justiciers seraient forcément concentrés sur d’autres cibles et délaisseraient leur sidekick. D’autant plus que les nouvelles de mon retour n’avaient pas encore fait les gros titres. J’avais bien tâché d’éviter les affrontements inutiles et les escarmouches chronophages. Les éléments se goupillaient d’une façon différente de celles que j’avais prévu mais peut-être était-ce finalement pour le mieux. Je changeai mon schéma d’approche habituel, me rendant encore plus inattendu pour le moment où je frapperai Batman, le coupant des vivres, le privant de tout ce qu’il pouvait affectionner. Et finalement, au terme de notre chasse, je serai l’Homme qui aurait coupé les ailes de la chauve-souris protectrice de Gotham.


Arsonist's lullaby. « When I was a man I thought it ended. When I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash .unbreakable »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Here comes the Bird-boy. [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Here comes the Bird-boy. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kanoko Sakurakouji - Black Bird T2
» Like a bird on a wire
» Bis : plus de capacité sur Hot Bird
» Ford t bird 58
» The Thorn Tree Bird OST Part.1 ( SG Wannabe )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Arkham City :: Amusement Miles :: Aparo Avenue-