Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Amusement Miles : Zone de Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Compte fondateur
Masculin Messages : 1010
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Légende Urbaine.
☠ Relations conflictuelles :: ► Batman, Le Pingouin, Jeremiah Arkham, Sébastian Hady, Lincoln March, Bruce Wayne, Oliver Queen, Robert Kane.
♣ Vos Alliés : : ► L'Ergot.
avatar
La Cour des Hiboux
MessageSujet: Amusement Miles : Zone de Guerre   Mar 6 Mar - 17:22

La Zone de Guerre.


Afin de préparer vos batailles et d'éviter d'éparpiller vos rp's, vous trouverez ici matière à approfondir. En effet, si jamais un criminel décide de prendre un lieu précis d'un quartier, il peut tomber nez à nez avec un des protecteurs du-dit quartier. Cela peut vous permettre de trouver une certaine résistance et une certaine qualité de combat pour la prise ou la perte d'un lieu. Car oui, prise ou perte, il faudra vous y convenir. Les défaites font autant partie de vos personnages que les victoires, et puis, la défaite vous permet de trouver une nouvelle rage pour vous motiver non ?
Bref, bienvenue dans le topic Zone de Guerre : C'est à vous d'imaginer le lieu, d'imaginer ce que vous désirez, et en fonction de ce qui sera fait, décidera du futur de la zone.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamcityrebirth.forumactif.org
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Ven 9 Mar - 10:08




Laugh and Die


Amusement Miles


Une musique d'ambiance, douce, limpide, et diablement entrainante ! Voila ce que le Joker réservait à ce cher public de ce soir. Bon, ce n'était pas particulièrement LE public, ni-même le cœur de cible que le Joker espérait, mais ça ferait l'affaire. Pour ce très grand numéro, le Joker avait choisit le cirque Haly. Pourquoi ? Mais tout simplement parce que c'était le seul cirque le plus apte à faire ses représentations à Gotham City pardis ! Et puis parce que le Joker aimait l'ambiance festive des cirques, ses animaux exploités, ses clowns alcooliques, ses dirigeants véreux, et même des acrobates qui jouent aux cadavres sans filet de sécurité. Que demander de plus à un univers aussi magique ? Alors que le public semblait rire, si l'on voulait, des petits numéros que le Joker avait préparé, les quelques acolytes chargés du rire, dont Gaggy Gagsworthy, le nain abominable du Joker, et ancien clown du cirque Haly, espérait bien reprendre sa revanche sur le cirque qui l'avait humilié et remplacé par les Grayson Volants. On avait tout préparé ce soir pour que ce soit une fête à tout casser ! Le voile se lève, et le Prince des Clowns fait son entrée sur la place centrale du cirque ! Prenant avec aisance tout l'accueil qui lui était dû par les otages, crispés, qui l'acclamaient, sous le regard des armes. Un des hommes de main terminait le branchement du brouilleur pour intercepter les ondes du GNN et pouvoir diffuser la soirée. La caméra filmait le cirque, et tout à coup, le visage du Joker apparut, souriant, froid, et tellement parfait à la caméra.

- "Ha ha haaa ne touchez pas à votre télécommande ! Je sais à quel point il est désagréable de voir son émission préférée remplacée par une autre, mais regardez ce que vous avez à la place ... MOI ! Et tout un tas de choses vraiment amusantes et de la violence gratuite, tout ce qui fait la grandeur de la télévision. Alors restez branchés ! Vous n'en croirez pas vos yeux ..."


La caméra fixe alors le public et reprend alors sur le Joker, qui présentait alors le cirque, composé de Gaggy Gagsworthy et de nombreux hommes du Joker, grimés en clowns pour l'occasion. Il y'avait de tout ! Maquillages, masques, fantaisie, tout était là, pour le plus grand bonheur de tous les téléspectateurs. Alors que tout semblait s'enchainer d'une manière plus calme, plus agréable, le Joker reprit la parole tandis qu'il dirigea la caméra vers lui, appréciant davantage d'être mis en valeur. On force le public à applaudir, encore. Tout était dans la bonne overdose de rires, et qu'importe si ces imbéciles claquent, le public à Gotham, ce n'était pas ça qui manquait.

- "Merci ! Merci ! Ce soir en direct et en couleurs, chers spectateurs, vous allez assister à la plus grande des représentations du cirque Haly ! Des gags, du rire et parfois même du suspense ! Vous allez en avoir plein les yeux."

Il y'avait du personnel, tandis que le Joker disparaissait, les hommes de main, eux, commençaient à faire venir bon nombre de reliques du cirque Haly, des reliques qui venaient des entrepôts en dehors de Gotham City, un squelette d'un des anciens "monstres" du cirque, des objets de tortures que les grands magiciens utilisaient, et il y'avait même des canons datant de 1916 qui servaient à envoyer l'homme-canon en dehors du cirque. Bref, c'était une belle odyssée pour un cirque sur le déclin. Oui, sur le déclin, car personne n'allait au cirque maintenant. Un coup de feu, cela éveille une certaine surprise, peut-être que c'était Batman ? C'était forcément lui, lui, lui seul, le véritable ange de la nuit, le sauveur de Gotham, cet amour si tendre qui faisait tellement rire le Joker. Ricanant, le Prince du Crime répondit avec une certaine bravade suite à l'annonce de l'homme de main, avec un certain dédain évident pour le sort de ses propres hommes.

- "Hé ! Pas de panique, c'est qu'une chauve-souris ! Vous pouvez le tuer. Peut-être, bon ... Enfin, entre nous ... Statistiquement, c'est pas gagné mais sait-on jamais. TROUVEZ-LE !"


Le changement de ton radical du Joker avait précipité le reste des hommes de main, excepté ceux qui gardent les otages, à savoir, quatre hommes habillés en clowns en plus de Gaggy Gagsworthy, le reste allait surement se faire étriper. Pas grave, les criminels, ce n'était pas ça qui manquait à Gotham City, et puis on dit aussi que Batman ne tue pas, donc c'est déjà assez réconfortant. Le moins drôle, c'était dans l'état qu'il vous laissait, et ça, c'était encore moins drôle que prévu. Mais qui était le Joker pour critiquer ce cher Batman ? D'un pas assuré, le Joker fit baisser les lumières et les projecteurs se hissèrent vers les hauteurs. Un sourire ricanant, la caméra se dirigea vers les hauteurs du chapiteau. Deux squelettes, accrochés à des cordages, des trapézistes, des cadavres grimés, avec des tenues évoquant un certain duo. L'image était belle, revigorante, et terriblement horrible. Une abominable caricature, une horreur sans nom, mais ça ferait marrer le Joker de repousser les limites du genre du douteux.

- "Ce soir, mesdames, messieurs, pour une unique représentation ... Hahaha ... Nous commémorerons la mémoire des Grayson Volants ! Ou devrais-je dire, les Grayson Pourrissants ... HAHAHAHAHA."


Et on applaudissait suite à la blague. Gaggy activa le petit cordage et les deux squelettes se mirent à se balancer, à se balancer, à continuer à se balancer, dans une macabre pantomime. Une monstruosité ! C'était une idée de Gaggy au départ, retravaillée par le Joker. Le nain n'avait jamais aimé les Grayson et c'était pour lui, le meilleur moyen de les humilier et de reprendre sa place dans un cirque qui l'avait bafoué pour ces ordures de rats volants. Le Joker était hilare, le public applaudissait, et même si Batman allait arriver, le spectacle allait continuer. Des surprises, il y'aurait des TAS ! Des monstrueuses encore ! Mais plein de trucs géniaux et horribles. De quoi faire rêver ! Show Must Go On ! Toujours et encore ! Ce soir, après la représentation : Le Joker prendrait Amusement Miles sous sa coupe, il liguerait de nombreuses ordures et ferait son triomphe, son défilé !




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Ven 9 Mar - 22:55

Duodecim Angelus "Mais quelle putain d'ordure !!!
- Ce sont vraiment les dépouilles des Grayson ?"
Les deux jeunes femmes perchées sur ce toit d'immeuble, en regardant avec dégout et mépris le visage du Joker apparaissant sur cet écran portatif. Ce cinglé a eu la merveilleuse idée de déterrer des morts, et surtout de provoquer quelque chose dans le coeur de diverses personnes. Autant le dire de suite : La batfamily, et plus particulièrement Nightwing. Il s'agit des os encore intacts de feu ses parents, morts pour des histoires d'argent et de mafia. Écrasés au sol, devant des centaines de spectateurs. Des gens brillants, souillés ce soir dans leur repos par le clown le plus tocard de ce siècle. À chaque fois il se prend un échec cuisant en pleine face, et à chaque fois, ça ne l'empêche en rien d'en redemander. C'est à croire qu'il est masochiste. Un peu extrême, tout de même. À cette pensée, la leader des Birds soupire bruyamment, bientôt suivi d'un léger râle de Blackhawk toujours les yeux rivés sur l'écran.
"Il faut que l'on aille là bas. Mais ...
- Je sais. Ça ressemble à une provocation. Et donc à une diversion.
- Ça veut dire que si on fonce, on a intérêt à être rapides et efficaces.
- Surtout à deux. Helena aide Red Bat et Katana est à Star City.
-  Un signalement. Au ... au Manoir Wayne."
Les deux justicières se regardent dans le blanc des yeux, toutes deux effarées par la dernière annonce. Ils avaient vraiment décidé de tout attaquer, de ruiner tout espoir, d'annexer sous couvert du "sans foi ni loi" tout ce qui peut temporairement satisfaire leur besoin de se sentir puissant.
"Est-ce qu'il y aurait possibilité de faire dix clones de nous dans la minute ? Non ? Bon. Eh bien allons rendre visite à Joker."


Sur leurs motos respectives, les jeunes femmes crèvent les espaces que certains loubards tentent de prendre sous leur contrôle. Chacune y va de son matériel pour les mettre à terre et les attacher par les pieds à divers supports. Non, ce soir, elles feront en sorte qu'Amusement Miles reste dans sa grande majorité le lieu de paix qui, depuis quelques temps se forge en dépit de toute ce bourbier de corruption et de tueries. Même si elles espéraient que plus de justiciers aient eu le tact de se manifester. Pourtant, elles crèvent par leur présence, se fatiguant pour une cause que beaucoup à la mairie ou bien au GCPD voudraient voir à terre, pieds et poings liés. Pourtant, ce sont ces petites frappes, ces mafieux qui se retrouvent à terre, gémissants bouts d'homme bien trop gourmands. Ils gémissent et jurent, tandis que les habitants d'Amusement commencent à se bouger en voyant ces femmes se démener pour eux. Bientôt, on sort les armes pour se défendre soi, puis le voisin. Inspirés, oui ils sont tous admiratifs et veulent prouver qu'ici, les clowns et les noeuds papillons fumant des cigares ne seront jamais la bienvenue.

"Pas de Tygers en vue.
- Strange a encore dû leur dire de traquer Batman. C'est fou comment tous ces hommes montent un complexe d'infériorité à son égard.
- Serais-tu jalouse chérie ?
- Meh. Pas vraiment."
Les motos vrombissent violemment dans ce désert artistique. Zynda sort ses pistolets, vise mollets, bras, épaules, de cette aisance qu'ont les soldats obligés de subir une période de guerre interminable. Dinah elle, casse des mâchoires en donnant des coups d'un tout nouveau bâton rétractable. Puis d'un hochement de tête échangé, les deux justicières sautent de leur moto d'une manière à en faire pâlir les cascadeurs. Les deux véhicules crèvent alors les tissus, venant sans conducteur finir de rouler sur la piste aux étoiles dans des crissements on ne peut plus stridents. Sans conducteur oui; les deux jeunes femmes misent sur cette diversion pour s'immiscer par l'entrée des artistes. Et ce, non sans mettre hors combat quelques pauvres gars assez idiots pour suivre le prince du rire atrophié. Canary voit soudain une petite cariole ainsi que des vêtements de scène. Les deux acolytes ne peuvent s'empêcher de sourire, bien que Zynda lâche de son côté un petit rire sarcastique.
"Oh. Joker et ses hommes veulent du spectacle ? On va leur en mettre plein la vue ...."

Entre les toiles, se profile alors deux silhouettes féminines. L'une coiffée d'un chapeau, l'autre habillée d'une veste. Deux ombres menaçantes qui, semblent faire face à cette mascarade que l'on peut qualifier d'ignoble. Les hommes du Joker se mettent pour la plupart en joue.
"Tu t'attendais à voir Batman, Joker ? Finalement, c'est sur nous que tu tombes.
- Rends-toi, chéri. Tu veux vraiment que je t'attache à nouveau façon rôti ?"
- J'ai bien envie de tirer dans le tas, Canary.
Le cliquetis d'une arme se fait entendre, pour enfin être suivi par une dizaine de cliquetis. Ok. Maintenant elles savent qu'ils sont plus de dix. Mais avec leurs ressources, cela risque d'être rapidement bouclé. Si Jessica ne se décide pas à lui demander quoi que ce soit concernant Chinatown durant une clé de bras sur un homme de cent vingt kilos essentiellement composé de muscles.
© 2981 12289 0

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Sam 10 Mar - 16:17




Laugh and Die


Amusement Miles


C'est dingue non ? Pourquoi les gens ne voient-ils pas quand quelqu'un essaie d'égayer leurs ternes et tristes vies ? Le Joker, lui, faisait toujours tout pour amusant petits et grands, même si ça finissait généralement très mal. Mais au moins on s'éclatait, et quelques jours après sa reprise avec la tendre et douce Harley Quinn, le Joker avait eu une nouvelle lubie, quelque chose qu'il avait vraiment envie de faire, quelque chose qu'il avait envie de réaliser pour amuser son cher et tendre Némésis. N'y a rien t'il de mieux qu'un poisson qui rie ? C'est vrai non ? Ce n'est pas si désagréable à observer, généralement, le poisson, c'était qu'une petite chose qui n'attendait que d'être pêché et au final, elle se révélait bien plus intéressante que prévue. La toxine marche sur les poissons, et c'est avec un grand sourire que le Prince des Clowns s'était empressé de tester sa dernière invention sur les poissons de l'Oceanside Aquarium. Théoriquement, il était fermé, pour rénovations, mais les poissons étaient nourris par l'équipe qui s'en chargeait. On va dire "était" car malheureusement, les gentils idiots de l'aquarium sont tous morts de rire, littéralement. Le Joker avait investi les lieux, quittant le cirque Haly pour éviter d'être trop repérable. Après avoir terminé en quelques heures sa toxine, le Joker l'avait testée sur les poissons, histoire de voir s'ils avaient son fabuleux et magnifique visage. Et ça avait marché, maintenant, il ne restait plus qu'à la tester sur les poissons de la baie de Gotham City. Mais il fallait quelque chose de plus, quelque chose de plus amusant à faire, car c'était bien beau d'en faire beaucoup, il fallait aussi faire mieux et encore plus détonnant. Le Joker avait quelques idées à ce sujet, et cela le faisait beaucoup rire. Retournant au cirque Haly, il en avait profité pour faire son petit speech à la télévision, exhibant les dépouilles des défunts Grayson, et s'était retiré dans la loge principale du cirque pour savourer son popcorn. Il devait pas être loin de vingt-deux heures, quand le Joker fut averti par une petite alarme pétante qui résonna dans la cabine où il s'était terré. Les éclairages étaient au minimum et le Joker lui, avait repéré à peu près l'endroit où il devait versé sa solution dans les réserves d'eau potable du quartier d'Amusement Miles, une réserve qui se trouvait non loin du cirque Haly. Une bonne diversion pas vrai ? Le rendez-vous avait été fixé, et avec une professionnelle de l'assassinat qui souhaitait vraiment implanté son gang dans Gotham City. Le Joker ne se rappelait plus de quelle pays sous-développé elle venait, et il s'en torchait avec des ballons pour tout dire, mais elle avait des talents, des talents non négociables, et qui allaient très certainement l'amuser pour la suite des évènements. Elle était là-bas, près de la réserve d'eau potable du quartier, prête à inoculer au liquide, la substance toxique. Attendant l'arrivée possible du Batman, le Joker patientait dans l'obscurité, appuya sur une télécommande et l'éclairage arriva, le cirque fut enfin ébloui, une petite musique en sortit. C'était Camptown Races, un des chants que l'on avait chanté durant la guerre de sécession, et qu'on avait retransformé en comptine "Dooda Doo", une musique entrainante et terriblement yankee, mais le Joker l'appréciait, Harley aussi, et elle était assez gamine, à l'image du terrible duo. D'une voix nasillarde et terrible, le Joker éclata d'un grand rire avant de déclarer d'une voix amusée. Deux arrivantes venaient de rejoindre la fête. Fête gâchée dans la mesure où d'après les derniers éclaireurs du Joker, des manifestants empêchaient la venue de cinglés et de tueurs dans leurs rues. Dommage, mais le Joker leur fera payer cette insurrection contre sa venue dans le quartier, après tout, Amusement Miles était un sourire sur le visage de Gotham City.

- "Hahahahaha je m'attendais à autre chose, mais ce n'est pas grave ! La chose la plus importante c'est qu'il y'ait des spectateurs. Mesdames et mes dingues, bienvenue à la soirée du Joker ! Bienvenue à la fête !"

Le Joker était-il déçu ? Pas vraiment non, mais il se doutait bien qu'elles étaient là pour lui coller une raclée monstrueuse, les hommes de main avaient chargé et enlevé la sécurité de leurs armes, on aurait dit un panier de crabes dans laquelle chaque pince allait pincer violemment les justicières. Amusante cette petite comparaison, elles portaient des costumes ridicules, fallait vraiment que ça change chez les justiciers, vraiment ! C'était bien là une belle ironie, et le Joker aurait préféré les voir telles qu'elles étaient vraiment, de monstrueuses garces qui aimait bien détruire les plans de ce pauvre Joker. Le Joker utilisait des poisons, son venin Smilex était un des plus dangereux et un des plus sadiques qui soit. Soit on mourrait d'asphyxie à force de rire comme un dérangé, soit on mourrait à cause du poison dans les veines, celui qui vous dévorait le corps et qui vous offrait pourtant un magnifique et agréable sourire sur le coin de la figure. Ha ! Mais le poison qu'il s'apprêtait à relâcher dans les eaux de Gotham, quelles conséquences pouvait-il avoir ? Cela, seul le Joker le savait, et c'était sa carte maitresse ! Les deux justicières étaient là, bien là, et elles allaient connaitre une mort des plus horribles.

- "Trouez-moi ces deux crétines, rapportez moi leurs peaux, le Dollmaker saura quoi en faire. Héhéhahahahahaha !"


Se rapprochant de la piste centrale, il observait ses gardes qui souriaient tous, et semblaient continuer à diriger leurs canons vers les deux jeunes femmes avant de commencer à tirer, le Joker appréciait la beauté de ces sourires, il appréciait la beauté de ces gardes rigolards, et il comptait bien faire en sorte que tout soit des plus amusants pour la ville, oh bien sur, elle saurait très bientôt ce qui allait lui tomber sur le coin de la gueule, et ça, ça allait faire très mal. Ce qui était amusant avec les héros, c'est qu'ils résistaient souvent bien face au poison Joker, oh bien sur, le Joker avait un peu dilué son Smilex mais ça restait fort quand même. Mais cette nouvelle souche, celle qui allait être versée dans la réserve d'eau du quartier ... Celle-là ... Elle va faire très mal ! Peut-être cela dépendra surtout des conséquences, en tout cas, le Joker, lui, savait qu'il allait en faire une étude un peu plus poussée et un peu plus folle, en tout cas, pour le moment, il y'avait fort à faire, et il y'avait deux invitées de marque, enfin ... De marque, non. Le Joker allait s'en payer une tranche, et le spectacle ne faisait que commencer. La musique continuait de tourner, et les cadavres continuaient leur macabre danse, reliés à des câbles et à des postures ridicules. Ce soir, nous allions célébrer la folie et la mort, le tout en un ! Seule ombre au tableau : Pas de Batman ... Toujours pas de Batman ... Le Joker s'en mordait les doigts.




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Dim 11 Mar - 11:57

Duodecim Angelus D'un geste de la main, Black Canary signale à sa consoeur l'arrivée imminente des hommes de main qui, sans plus attendre en viennent à tirer sur les ombres ressemblant aux justicières. Le bruit des mitrailles et pistolets est assourdissant, mais leur donne une couverture sonore on ne peut plus intéressante pour s'intégrer chacune d'un côté du chapiteau. Mais de nouveau, elles entendent un appel dans leur communicateur, alors que Dinah s'empare d'un garde qu'elle assomme de plusieurs coups dans la la jugulaire de ses poings en forme de crâne et Zynda se positionne entre des spots dans le but d'aveugler et perturber les éventuels badauds qui tenteront de lui tirer dessus en représailles. On annonce que des mouvements suspects se font non loin de leur position, au niveau d'une réserve d'eau. Et merde. Qu'est-ce que cet emmanché s'apprête encore à faire, pense alors Dinah en serrant fortement sa mâchoire.
"Joker. Quand on veut faire une fête, on met des décorations un peu plus attirantes. Tu vas rester seul à danser. Quoique ...
Son poing armé rencontre la mâchoire d'un des hommes dans un craquement ignoble. Le gars tombe à terre dans un gémissement. Canary sort finalement de l'ombre pour faire face au Joker, caché dans sa soi disant bulle de protection. Elle se met d'ailleurs devant les spots où sa partenaire s'est postée, afin que celle-ci puisse partir en direction de l'endroit indiqué par les signalements et donc, régler cet éventuel problème avant que celui-ci ne devienne cataclysme.
"Tu penses pouvoir le gérer ?
- Je le retiendrai autant que possible. Ça te laissera une marge de contre.
- Fais attention à toi. J'ai de mauvais souvenirs de tes précédentes escarmouches.
Dont une fracture au bras."

À cette mise en garde, la justicière ne peut que lâcher un petit rire. Triste, car elle sait qu'à chaque fois elle se met en danger, peut en payer le prix fort. Mais si cela peut permettre à des gens de vivre mieux, dans la paix, elle le fera. Quitte à oublier ce qui maintenant s'instille en son coeur en terme d'affections, toujours présentes et tordant ses organes d'insidieuses douleurs, quoiqu'elle fasse.

Ses yeux fixent toujours le point où se trouve Joker. Ce sadique, cet être abject qui pourtant doit vivre comme tout être humain; parce qu'un jour lui aussi a eu sa part de douleurs et d'horreurs avant de sombrer dans ce gouffre où la torture de l'autre jusqu'à son annihilation devient son seul passe droit vers une possible rédemption.
"Je me suis toujours demandée ceci Joker : Pourquoi avez-vous tous cette obsession envers Batman, Green Arrow ou bien les Robin. J'en suis venu à la conclusion suivante. Ils sont tout ce que vous n'avez jamais pu avoir, la justice. Et cette justice vous voulez la briser. En soi, ça pourrait être dramatique et beau."
Les hommes de main encore aptes au combat commencent à se relever dans des râles et gémissements de douleur, tandis que d'autres, restent gelés aux mains suite aux grenades lancées par BlackHawk durant sa retraite.
"Mais en vrai, face au regard des autres, vous n'inspirez que pitié et dégout. À force de vous cacher derrière des hommes, plutôt que d'affronter vos peurs. Où est-ce quelque chose de plus profond ? Veux-tu m'en parler, Joker le solitaire ?"
Le meilleur moyen de détourner l'attention du clown restera de se montrer faible, mais aussi de l'amener à parler. Il aime tant parler, raconter des histoires, rire. Sentir qu'il domine l'émanante présence de la justice pour ses besoins ô combien insipides. Dinah avance encore d'un pas, restant prudente pour ne pas tomber dans l'un des grossiers pièges de son ennemi. Elle frôle de ses doigts sa chevelure blonde pour ensuite les poser sur son oreille, dans un acte de provocation, mais aussi pour instiller assez de ce désir qui prend aux tripes le Joker.
"Veux-tu ... que j'appelle Batman ?"

De son côté, Zynda court, Zynda s'époumone pour rejoindre ce lieu où quelque chose d'horrible risque d'arriver. L'un de leurs alliés de rue est resté sur place pour observer les mouvements et indiquer via ce canal ce qu'ils tiennent. Le constat est sans appel : Joker veut empoisonner Amusement Miles. BlackHawk arrive finalement sur les lieux, non sans exprimer son mécontentement par des insultes chuchotées à l'encontre de ces fous en quête de pouvoir. Ses armes en main, elle attend alors que l'un d'eux passe près d'elle pour lui asséner un coup de crosse, puis le traîner dans l'ombre afin de s'emparer de ses habits. Une fois parée, cheveux attachés et cachés sous cette cagoule et ce béret, la jeune femme s'infiltre et avance vers la position des malfrats. Comme l'a dit précédemment Dinah, Joker veut du spectacle, il va en avoir.

© 2981 12289 0

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Dim 11 Mar - 16:51




Laugh and Die


Amusement Miles


Personne n'est vraiment réceptif dans cette ville, c'est dingue ! C'était triste à dire et à croire, personne ne s'émerveillait plus des beautés de la magie, du cirque et de la beauté de l'amusement, bon, c'est vrai, les tours du Joker, enfin, de Jecko le clown rigolo, Joe Kerr pour les intimes ou encore Jack Napier le psycho, ça n'en faisait pas rire beaucoup. Non, et c'était même décevant, c'est alors que la starlette de la fête se ramène, la gentille et douce Canary, une jolie brune ouais, une blonde avec une belle petite paire de fesses comme on les aime. Aussi fermes et tendres qu'une pomme qu'on aimerait croquer à pleines dents. Cette pensée fit sourire le Joker avec beaucoup de malice. Les blondes ne comptent pas pour des prunes il parait, mais le Joker les préféraient idiotes et blondes, plus malléables et plus manipulables pour certaines basses besognes. Bon, c'est pas qu'on s'ennuyait mais le coup de la bagarre, des bombes givrantes, c'était d'un classique et d'un ennui. Le comique de répétition vous connaissez ? Le Joker oui, et ça ne l'amusait plus. Le Joker fit signe de bailler, tout en regardant Canary avec un grand sourire. Il s'attendait à mieux, il voulait mieux, il voulait Batman. Et malgré les remarques cyniques de la jeune femme, le Joker ne dérogea pas à son sourire monstrueux, cependant, il était légèrement atteint oui, atteint dans la mesure où Batman le boudait. Et elle avait mit le doigt dessus. Fichtre. Mais quelque part, la colère submergeait le clown, mais il savait comment changer de tempérament en quelques secondes.

- "TU OSES ME PARLER SUR CE TON ?! C'est donc tout ce que la grande Canary nous offre ? De la rhétorique de nullard ? Je suis outré et sidéré ! Même mon maitre le grand Proscuito s'en retournerait dans sa tombe."

Les caméras présentent dans le cirque firent un gros plan sur le petit parchemin que le Joker tenait dans ses mains. Un sorcier, à la mine patibulaire y figurait sur le papier, un de ces hommes qui semblait faire de la magie un gagne-pain plus qu'une passion dirons-nous. Le petit panneau disparu comme par magie, si l'on pouvait dire, et le clown s'avançait en direction de Canary, sortant de la cabine, prêt à la défier, bien sur, le Joker n'était clairement pas de taille face aux pouvoirs de la belle Black Canary, mais il avait toujours un as dans sa manche. La folie et la justice ne faisaient jamais bon ménage, et généralement, ça explosait au bout d'un moment, mais quitte à y voir quelque chose d'horrible, le Joker savait pertinemment gérer les beaux esprits. La voix du Joker se fit entendre, tandis que les rares hommes de main se relevaient, obéissant aux ordres de leur patron pour lui asséner des coups à mains nues.

- "Ce qui est fascinant avec la magie du spectacle, c'est qu'elle est capable d'enjoliver les choses, elle est capable de rendre les choses magnifiques. Malheureusement, ce n'est qu'une illusion, une sombre illusion. Qu'en dis-tu chérie ?"


Le Joker se ramène, avec deux gars biens musclés, deux types patibulaires, histoire de dégager la fouteuse de troubles, le spectacle doit continuer, mais malheureusement, dans ce genre de cas, y'avait autre chose à savoir, et que Canary ne savait pas, elle avait le Prince du Chaos, l'homme capable de faire ce qui est pratiquement impossible, imprévu, imprévisible.

- "Comme un Robin, il faut parfois qu'un oiseau tombe du nid et comme cette soirée, certaines choses doivent s'arrêter."


Les projecteurs étaient maintenant dirigés automatiquement vers lui, l'Empereur du Crime paru au visage de tous, et beaucoup commencèrent à hurler et à scander le nom du Joker. Malheureusement, les choses ne s'arrangeront pas avec la suite. Quel dommage ! Le Joker aurait tant rêvé d'une soirée bien agréable, bien tranquille, sans encombres et sans problèmes, mais hélas, la vie est parfois capricieuse, et le grand prince qu'était le Joker, savait qu'en ces temps troublés, il fallait faire rire les gens. Claquant des doigts, le bruit d'une masse se fit entendre. Les quelques hommes de main encore debout savaient à quoi s'attendre. Une masse, plus de deux mètres de haut, complètement musclé de la tête aux pieds, manchot, et chauve, tenant une masse lourde dans son unique main, s'avançait.

- "La soirée continue, malgré les petits quiproquos, et ce soir, en vers et contre tout ! Je vous présente la mort imminente mais magique, de Black Canary ... Mesdames et messieurs, veuillez applaudir le grand monstre de Sibérie, monsieur Abramovici !"


Le Joker éclate d'un grand rire. Cela ne montrait qu'une chose, à l'évocation de son nom et de son titre, les gens avaient peur, même sans armes, le Joker restait quelqu'un de dangereux. Et que ferait la jeune femme face à l'Arlequin de la Haine de Gotham ? Bonne question, mais dans un duel de fous, c'était généralement le hasard qui décidait de la confrontation finale. Le Joker avait un petit cadeau pour cet édifice minable, et bien sur, il se réservait le bon moment pour déclencher le feu d'artifices final. Quant à la personne qui s'occupait de la réserve d'eau, elle allait malheureusement se faire avoir. Stupidement, mais elle se ferait avoir, non pas sans opposer un grand combat face à l'autre gourgandine qui venait empêcher les plans démentiels du Joker. Ricanant, le Joker prit un sachet de popcorn, ce spectacle allait être divertissant !




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Dim 11 Mar - 19:04

Duodecim Angelus Il n'y a rien de pire que de sentir le poids de la puissance sous vos pieds, en la forme de tremblements à vous en faire fléchir le genou. Ça peut ressembler à Lou, en soi, niveau corpulence. Mais la masse humaine n'a pas les mêmes intentions que l'homme auquel Dinah a donné sa confiance. Ce n'est pas protecteur; ça veut tuer. Ce n'est pas souriant; ça ne fait que des grimaces horribles, ponctués de rires hystériques. Un son désagréable, sachant qu'en plus, la voix est grave et le rire se veut de base gras. Cela donne l'impression que quelqu'un vous vomit de la morve après l'avoir avalée. Une image on ne peut plus ragoutante. Joker se veut monsieur loyal le temps de cette soirée dirait-on. Risible car il n'a rien qui le rapproche de cet adjectif, ou même de ce titre de confiance donné à un membre du cirque. Il peut s'auréoler de lumière autant qu'il le veut, la saleté s'étant emparée de son âme restera visible et ce, même pour un aveugle. Car elle le sent, au contact, aux odeurs. Il n'est que puanteur ingrate. Un virus, cherchant à détruire ce qu'il n'a jamais pu être.
"Je n'appelle pas Batman ? Ok. Tu ne pourras pas dire que je ne t'ai pas fait une fleur. Car n'oublie pas que beaucoup de gens te regardent ce soir, Joker."
À ces mots, Canary se pousse sur la droite dans le but d'éviter la masse venant s'abattre indubitablement sur sa position. Le vrombissement la déstabilise un instant, la faisant manquer d'enfoncer la pointe de sa botte contre les haillons de la piste.

"Je suis en position. J'ai jeté dans les baquets de quoi dénaturer leur produit avec une forte baisse de température.
- Ce qui risque de leur éclater en pleine face. C'est génial BlackHawk, mais vois-tu, j'ai un grand monsieur qui essaie de me rendre encore plus mince que je ne le suis.
- Je vois Madame est demandée."
Le sarcasme de Zynda fait soupirer bruyamment la femme au Cri. Des fois, elle paierait cher pour avoir moins de ces gars cherchant à enfler leurs bourses dans ces débiles concours de "c'est moi le plus fort". Alors que quand on se bat avec des femmes, telles que Gormogon, on a vraiment une raison plausible, bien que sévèrement borderline. Deuxième coup de masse. Cette fois Canary en profite pour se glisser sous les jambes du géant, puis grimper sur son dos. Une fois accroupie sur ses épaules, Dinah l'ui assène des coups de poings à une vitesse assommante, pour ensuite se dégager de lui d'un coup de pied la propulsant en arrière. Le géant secoue alors la tête, décontenancé et hurlant sa rage. Eh oui, une proie pareille, ça ne se laisse pas attraper. En tout cas, pas quand celle-ci est en pleine possession de ses moyens.

BlackHawk reste dans les rangs, non sans fixer avec une certaine raillerie toute cette mascarade sur le point de tomber. La voilà partie faire une ronde que l'on lui ordonne de faire; ou pas. La blonde vient en réalité se cacher, observer la cheffe du groupe venir s'emparer d'une des cuves. Elle secoue, tente de faire basculer l'objet dans la canalisation ouverte et ... BAM. Tout explose, la cheffe du groupe de mafieux se retrouve même givrée dans le mélange, quand d'autres n'ont pas sa chance et se font taillader par du métal ou des pics de glaces formés dans le processus, avant de se faire figer à leur tour en partie.
Après cette interlude détonnante, Zynda enlève finalement sa cagoule en soupirant d'aise puis, lance un appel aux points de résistance pour leur signifier qu'une menace a été éradiquée. Et ce, en moins de quinze minutes.


"Menace étouffée.
- Ok. Mais ne reviens pas de suite.
- Pourquoi ? Parce que le Joker ?
- Élémentaire chère BlackHawk. Surveille l'arrivée des Tygers."
Cela fait environ quinze minutes que Dinah se bat contre ce titan, bien que celui-ci commence à montrer bien plus de signes de faiblesses qu'elle. Il essaie finalement de la charger alors que celle-ci s'est postée contre un spot. Malheureusement pour lui, sa stratégie ne fut pas la bonne. Aveuglé par la soudaine lumière censée illuminer son chef clown, il sent une puissante paire de cuisses venir s'enrouler autour de sa gorge, avant qu'un poing renforcé par une sorte d'arme aux allures de crâne ne vienne définitivement lui fracasser le nez et lui faire remonter le sang violemment au cerveau. Du sang qui vient d'ailleurs gicler sur le visage pâle de la jeune femme, comme si cette souillure tentait par tous les moyens de laisser une trace. Elle a pu mettre à terre deux hommes venus prêter main forte à la montagne mais elle a été tout de même blessée et s'est pris un sacré coup de poing dans la gueule. D'ailleurs l'on peut voir sa joue rougir puis se teinter de violacé tant l'impact a été sec et rapide.
"Tygers en approche. Groupe de dix individus, lourdement armés. Je les suis."
- Tu as raison pour une fois, Joker. Certaines choses doivent s'arrêter. Et de ces choses, tu en fais partie."
Elle marche dignement vers le criminel, lui fait face et se met à distance raisonnable, revolver en main récupéré sur l'un des hommes maintenant mort, écrasé sous la masse. Quelque chose refait surface, ordonne de prendre cette arme et surtout d'éradiquer la menace terroriste. Dinah vise le pied de Joker et appuie sur le chien. Le cliquetis se fait entendre. La voix lui intime l'ordre d'éradiquer le terroriste, une nouvelle fois, en hurlant son nom, son statut : Agent Lance.
"Lâche ton sachet de pop corn. Lâche toute chose que tu pourrais utiliser pour nuire à ce quartier."
La voix lui dit de tirer. Elle tire, mais rate de peu la chausse du terroriste. Mais est-ce vraiment un terroriste ? Qui est-il, qu'a-t-il un jour voulu ? Dinah appuie de nouveau sur le chien, mais remonte cette fois-ci le canon vers l'une des épaules de Joker. Non, elle ne doit pas faire ça. Ce n'est plus dans ses principes. Si elle le fait, elle retombera, ne vaudra pas mieux qu'eux. Son autre main part se positionner sur sa ceinture, pour récupérer le grappin. Il faudra jouer de réflexes, si jamais Joker tente encore un coup imprévisible. En espérant qu'il ne va pas ressortir un autre géant de sa manche car là, elle ne va pas pouvoir tenir encore quinze longues minutes.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Lun 12 Mar - 15:13




Here's the Joker !


Amusement Miles


Ce qui est fascinant avec la magie du spectacle, c'est qu'elle pouvait être délicieuse selon bon nombre de points. Elle pouvait faire rire les enfants, ou bien surprendre les adultes qui se redécouvraient une âme de petit garçon. Mais hélas, ce soir, tout tournerait au tragique, au mauvais jeu, à la tristesse, et la jeune femme que le Joker avait contre lui, n'avait hélas pas la moindre chance face au prince des clowns. Elle était pétrifiée par la peur, tentait de se dégager, mais comme une gentille petite fille, elle allait en prendre pour son grade, et ce ne serait pas quelque chose d'agréable. Le Joker savourait ce moment, puis, il regardait avec une certaine appréhension la jeune femme. Il caressait le sachet du popcorn tout en dégustant avec amusement le spectacle qu'on lui offrait ce soir. Un homme de main du Clown se pointa devant lui pour lui annoncer que le plan d'empoisonnement venait d'échouer. Le Joker ne dit rien pendant quelques instants, puis, il éclata d'un grand rire avant de sortir un poignard de sa manche et lui trancha la gorge en plein devant l'assistance constituée de ses hommes, médusée et horrifiée. Son sang gicla sur le sol et le Joker balançât le cadavre en dehors de la scène. Le corps retomba, net, dans un bruit bien audible, et il se vidait de son sang comme une petite poule qu'on aurait attaché par les pieds et qu'on aurait tranché comme une vulgaire volaille. Mais c'était une volaille oui ! Une petite poule qu'on venait d'offrir à cette chère et grande ville de Gotham City ! Un sacrifice nécessaire pour apaiser la bête, pour apaiser Batman.

- "On ne peut décidément pas compter sur la piétaille. Il faut toujours faire le boulot par soi-même !"


Le Joker lâcha le couteau avant de refaire son col de manteau. Un sourire sur le visage alors qu'il observait l'assistance complètement choquée par ce traitement de faveur accordée à cet homme qui venait uniquement se faire le messager de la mauvaise nouvelle. Celui-ci encore à peu près conscient, se vidait allègrement sur le sol, laissant de son propre sang sur le sol de sable du cirque. Et dire que le sol devait être nettoyé pour cette grande soirée. Quelle blague ! Le Joker en profita alors pour s'assoir sur la scène, regardant son public imaginaire adoré avec une espèce de jouissance interne. Le Joker n'aimait pas tuer pour tuer, mais quand il le faisait, il faisait en sorte que tout cela tourne soit à la comédie, soit au théâtre, voir même au rire. Il ne fallait pas grand chose pour que le Joker s'amuse, et pour tout dire, la soirée ne faisait que commencer. S'amusant de voir, de s'imaginer que le public était obligé de s'assoir sur leurs fauteuils, le Joker attendait patiemment que le spectacle se termine, mais hélas, même Abramovici se montrait bien faible face à cette femme. Le Joker parut dégouté, voir même légèrement désabusé. Si seulement Batman pouvait être là, ce serait beaucoup mieux, cette jeune femme gâchait tout, encore une fois ! Comme une mouche doit venir au miel après tout, ou bien était-ce une abeille ? Dans l'esprit lubrique du Joker, tout ça n'était qu'une parade amoureuse entre deux titans dans une minuscule petite ville de rien du tout. Là, ce n'était qu'un échauffement, une petite passade dans laquelle on allait s'éclater et pour tout dire, ça allait faire beaucoup de bruit dans les journaux du Gotham Globe. Le but premier du Joker n'était pas de tuer tout le monde comme ça dans Amusement Miles, sur un coup de tête, non, il fallait une logique propre à lui, une logique propre au clown. Alors que la jeune femme le menaçait d'une arme et de le provoquait, le Joker parut amusé, son sourire s'étira tandis que son regard plongeait dans celui de la blonde. Il était si facile de provoquer les gens, si facile de les pousser à bout, et dans ce domaine, le Joker excellait du mieux qu'il le pouvait.

- "Changement de programme cher public à croquer ! Cette histoire devient de plus intéressante. Qu'attends-tu pour appuyer sur la gâchette ? Tu as la seule chance pour mettre un terme à toute cette folie ... VA-Y ! MONTRE MOI QUE TU EN AS ! QUE TU PEUX FAIRE CE QUE BATMAN N'A JAMAIS FAIT ! MET LA CONCLUSION SUR MON CHAPITRE !"


Le Joker, cette fois, sort un canon scié coupé, à deux coups rechargeables, et tire sur un de ses hommes de main qui est propulsé en arrière avec un sacré coup. Le tir était bruyant et le gars venait de se voir propulser avant de se cogner sur le mur en arrière. Un "Splotch" se fit entendre, des cris de la part des autres hommes du Joker aussi, le cadavre retombe sur le sol, et des cris, des hurlements, laissent maintenant la place à un grand silence. Et plus le temps passerait, plus il y'aurait son lot de cadavres, si Batman ne se pointe pas, alors toute la salle allait être zigouillée. Le GCPD ne tarderait surement pas, non, il ne tarderait pas, et le Joker se ferait un grand plaisir de se rendre, volontairement, à la police. Non sans coup férir, en brisant avec joie quelques nuques et en brisant aussi la vie de familles des flics qu'il tuerait, semant orphelins et veuves derrière lui. Si seulement quelqu'un pouvait raser, voir faire exploser ce cirque débile ... Un jour, on dédiera une statue au Joker pour son combat pour le bon gout. Quelque chose comme "Jokerland" ou "Sourire-ville", ça, ça aurait plus de gueule par exemple, c'est comme ça qu'on rêve ! Ha ! Se prenant la tête dans sa main, le Joker réfléchissait, à tête reposée sur la suite des opérations. Un maigre sourire apparu, puis, il regardait en direction du cadavre, la mine renfrognée, comme s'il venait de prendre conscience du fait que ce type venait de crever bêtement, avec juste un peu de plomb dans le bide.

- "Oh la vache ! Il a fait Splotch !"


Puis, il éclate de rire. Un grand rire qui résonna dans l'établissement, le Clown était fier, fier de sa petite blague. Bien sur, ce n'était pas le bouquet final, mais la soirée ne faisait que commencer, pour le plus grand malheur de tout le public imaginaire qu'il se faisait dans son cerveau, dans son délire. Mais une chose en entrainant une autre, le Joker avait remarqué qu'il y'avait une petite lumière rouge sur le veston en cuir de la jeune femme, un sniper était là. Ce n'était autre que le nain du Joker, Gaggy Gagsworthy qui était là, qui visait le jeune femme au bras, dans quelques instants, elle allait surement avoir très mal.




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Masculin Messages : 72
Date d'Inscription : 21/08/2017

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: justicer
☠ Relations conflictuelles :: ► les vilains de gotham
♣ Vos Alliés : : ►batfamily, Le Reseau
avatar
Dick Grayson/ Nightwing
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Jeu 15 Mar - 23:04

J'ai reçu la transmission du joker et son macabre spectacle. J'étais déjà occupé avec des malfrats qui se chamaillait la possession d‘un bâtiment mais le voir s'amusé avec le squelette de mes parents... Mon sang ne fit qu'un tour.
Je quitte mon précédent champ de bataille pour rejoindre de toute urgence ma première maison. 
Je pousse ma moto à son maximum, mais les combat en pleine rue me ralentissent. Je suis obligé de prendre le temps de les arrêter, à coup de pneu et batrang.
Durant le trajet, je vois Black Canary qui tente une approche. Elle n’est surement pas seule, elle doit être avec son équipe.
J’arrive enfin à l’abord du chapiteau, je ne freine pas et laisse ma moto s’arrêter dans un groupe de tyger toute arme dehors.
Je connais chaque recoin de ce cirque c’est chez moi. Et le joker va le découvrir.
Je passe par une petit entré, dans a toile du Chapiteau.
Je vois Gaggy, des années que je ne l’avais pas vu. Quelle pourriture, je sais qu’on n’avait pas de bonne relation mais à ce point.
Je le mit K.O. d’un puissant coup de pied joins dans un saut acrobatique.
Dans le même mouvement je lance mon baton, sur le joker. J’espère qu’il va le sentir passé.
Après avoir mis K.O. le sniper, je continue mon saut acrobatique pour me trouver entre Dinah et le Joker.
Je me relève doucement de ma réception, ma tête reste légèrement baissé.
Je dis d’un ton calme et sec.
 
-      Canary, va t’occuper des autre et des civils. Je m’occupe de lui.


Dans un mouvement fluide, je lance une rafale de batarang pour faire sauter les caméras
 
-      Ça te dit une danse avec une chauve-souris sous un chapiteau coloré.
 
Je lance une bombe flash à mes pieds, mon masque me protège de ses effet, je charge alors le clown, et lui assène un coup de genoux dans le foie, puis un coup de bâton en plein visage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 241
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectacle
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
avatar
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Sam 17 Mar - 10:21

____________________________________________________

Studios Panessa : Amusement Miles.

Ne vous-êtes jamais vous demander pourquoi les guerres commencent ? Pourquoi est-ce que des souverains sont prêts à prendre les armes avec leurs armées pour des morceaux de territoires ? Pourquoi envoie-t'on des milliers d'hommes pour récupérer un misérable rocher par exemple pendant un moment infime d'une guerre ? Certains répondront que c'est l'ordre logique du bien contre le mal, du combat éternel qui oppose deux êtres différents, et qui entrechoque deux civilisations que tout oppose. Non, pour moi, Banny Smiles, la vraie raison était la survie. La survie est ce qui nous guide depuis l'enfance. L'instinct était là quand nous étions enfants, l'instinct était notre mère, l'instinct était là quand nous chassions avec des lances le mammouth, et quand nous allumions les premiers feux de l'Humanité, l'instinct était là aussi, quand les premiers combats eurent lieu sur Terre. L'homme avait besoin de se sentir rassuré, de se bercer dans quelque chose qu'il connaissait, et l'instinct lui procurait cette protection divine, en quelque sorte. Mais au fil des siècles, ce noble sentiment s'est dégradé et petit à petit, tout s'est retrouvé balayé en quelque sorte. L'homme s'est laissé endormir, il s'est laissé caresser par la triste innovation et par la société de consommation. Une erreur qui lui coutera son libre-arbitre dans le futur. L'instinct m'avait permis de survivre, il y'a cinq années de cela, il m'avait permis de m'enfuir à temps et de méditer sur ma prochaine vengeance, une vengeance qui serait agréable, douce et terriblement savoureuse. Ce soir, c'était un combat pour la survie qui s'engagerait, un combat qui déciderait du sort de la ville, et qui permettrait de montrer que les vieux lions ne sont pas toujours ceux qui doivent laisser la place aux jeunes. Ce soir, on ferait en sorte que la leçon du vieux serait celle qu'il ne faut pas oublier, et que les gens qui font l'histoire, ce sont ceux qui prennent les devants. Mais je n'étais pas un vieux, mais j'avais le mode de pensée d'un vieux, c'était certain. Alors que mon équipe se dirigeaient vers les Studios Panessa pour étendre mon empire, Starwall et Carl, mes nouveaux associés du Gomorrah, se tenaient à mes côtés, s'occupant principalement de diriger nos troupes. Nous étions en plein devant le futur spectacle. Dans un entrepôt isolé, dans un bureau abandonné et poussiéreux, nous patientions, tels des fauves en cage.

"Où on en est, Carl ?"


Carl : "Notre équipe est en place."

"Bien, donnez l'assaut. Je veux cette saloperie annexée et sous ma coupe."


Carl : "Bien monsieur Smiles."

Mon regard était protégé par des lunettes à verres fumés rouge noires. Mon cigare à la bouche, j'attendais patiemment que l'équipe pénètre dans les Studios Panessa qui appartenaient à d'après ce que je savais, aux Galente, du moins ce qu'il en reste. Et le but de l'assaut de ce soir, ce serait de couler cette vieille ruine oubliée et désuette et d'adresser un message fort aux Galente. Un message qui ne pourrait pas passer inaperçu dans Gotham City. Et pour tout dire, Batman en aurait vent lui aussi, mais à l'heure qu'il était, il devait être sur autre chose. Tant mieux pour nous, tant pis pour lui. Alors que tout était calme, j'attendais de voir cette saloperie exploser. Même si ce lâche de Galente se planquait dans son petit trou à rats, il ne pourrait certainement pas protéger ses petits studios. Galente était un lâche d'après ce que je savais, grâce aux rumeurs de la rue, une ordure qui ne se manifestait que lorsqu'il était en position de force. Un minable. Alors que moi, j'étais prêt à prendre les armes et à me battre si tout tournait mal. Silvio Galente, lui, ne se battrait jamais à la loyale. Il serait un Galente, comme ses ancêtres, une petite chiure qui se planque derrière son argent et ses titres, sans honneur, sans classe. Starwall était à mes côtés, il avait lui, un talkie-walkie pour transmettre les ordres aux hommes qui entraient dans les studios. Une vingtaine d'hommes, lourdement armés et biens protégés. Le but, faire couler le business, la planque de l'argent sale des Galente. Le must. Ce n'était pas tellement stratégique pour tout dire, mais c'était une question de réaffirmer un retour aux affaires, de montrer que le sol commence à se fissurer sous les pieds de cette relique des familles.

Carl : "Nos hommes sont dans les studios."

"Excellent."


Maintenant, c'était à eux de jouer. Ce soir, j'avançais mon premier pion. Un petit pion, et la partie d'échecs avec l'esprit de Gotham City commençait désormais. Une guerre sans précédent, une guerre qui allait faire couler le sang. Une guerre monstrueuse et sans pitié. Si Galente m'avait fait perdre mon temps ce soir, je lui ferais payer au centuple cette lourde perte, car une guerre se prépare, une guerre se dévoile, une guerre s'organise. Mais j'étais pragmatique. Cela m'a apprit à ne pas m'endormir sur mes lauriers, et de toujours avoir un second plan au cas où. Un second plan au cas où le premier échouerait.

Carl : "On a un problème. Les bâtiments sont trop épais, les murs trop renforcés pour être soufflés par l'explosion. Cela ne servirait à rien."

"Ne me dites pas qu'on est incapables de détruire un putain de bâtiment."


Carl : "Apparemment si. L'équipe se demande ce que l'on doit faire."

"Annexer moi ces bâtiments, et faites exploser ce qui appartient aux Galente. Si l'équipe trouve de l'argent sale, cela paiera notre investissement de ce soir."


Je prend le talkie-walkie avant de m'adresser à mes hommes qui me reçoivent sur leurs ondes courtes. Ils m'écoutent, et savent ce que je veux. Quelque chose de propre, de net, et de magnifiquement orchestré. Je veux une guerre parfaite, avec de la stratégie, du combat. Et je savais motiver mes hommes. Ou bien ils réussiraient, ou bien ils mourraient en héros, pour la cause. S'ils avaient la chance d'être là ce soir, c'était parce que je savais qu'ils pouvaient avoir un talent prometteur, j'avais foi, ce n'était pas pour rien que je les avais choisis.

"Nous sommes dans les temps messieurs. Ne faites aucune erreur, la guerre approche, avec toute sa gloire, et toute son horreur."

Et les dès furent maintenant jetés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Lun 26 Mar - 22:02

Duodecim Angelus"Nightwing en approche. Canary."
Cela fait la cinquième fois que Zynda répète sa phrase sans obtenir de réponse distincte de Dinah. Elle attend encore, encore, jusqu'à décider d'aller d'elle-même dans le cirque. Black Canary quand à elle est restée là, à pointer cette arme face à un Joker complètement hors de lui ... si l'on peut qualifier ainsi ce comportement. Il provoque, tue ses propres hommes pour l'inciter à tirer. Tout ceci, tout ceci pourrait terroriser le plus sain des individus, ou même briser les barrières instaurées par un soldat ou un policier afin de ne pas franchir la ligne. Mais un justicier ne la franchit pas. Dinah ne la franchira plus. Même si, elle voudrait tirer dans le coeur de ce salopard pour mettre un terme à des années de terreur et d'accumulation de macchabés. Sentir ses doigts se crisper, sa volonté flancher et risquer un coup fatal, tout cela est grisant, tentant, mais l'on se perdra. Et ce que veut Joker, c'est que quelqu'un se perde avec lui dans ce labyrinthe.
"Je ne te tuerai pas."
Pourtant, un coup part. Il vient non pas se ficher dans les chairs cachant les points on ne peut plus vitaux du clown, mais bien sur l'arme fumante. Le bruit métallique est ignoble, et il se peut que Joker l'ait senti passer. Jusque dans ses os. Les quelques "larbins" en capacité de se lever et reprendre le cours du combat se figent alors, devant cette scène à la fois violente et imprévue.
"Mais sache que je serai toujours là pour te rappeler cette chose essentielle. Que tu vivras pour voir ce que tu perds. Et ça, ce sera ta plus grande souffrance, ta plus intense frustration."
Dinah le garde en joue, bien que certains pistolets se lèvent dans sa direction en représailles. Mais c'est sans compter l'intervention de NightWing qui, dans une puissante fumée et fort de sa présence, impose un nouveau battement à cette scène tragicomique. Sans cesser de garder Joker dans sa ligne de mire, Canary se rapproche de l'ancien disciple de Batman, non sans lâcher un petit rire à ses propos.
"Mon temps de baby-sitter est compté. Fais attention, NightWing. Il a des tendances suicidaires."
Et la voilà partie. Avant que les Tygers ne s'ajoutent au spectacle.

...

"NightWing est bien roulé.
- Si tu veux à la prochaine réunion au Bunker, tu peux lui demander son numéro ?
- Je statuais simplement du bagout de Huntress."
Lâche Zynda en levant les yeux au ciel. Sa consoeur blonde ne peut s'empêcher de s'esclaffer, malgré l'ambiance de guerre régnant dans les rues d'Amusement Miles. En effet, l'on peut voir des barricades, des fusils capables de faire jouir les membres les plus psychopathes de la NRA, tenus par des civils en phase de psychose lorsqu'un tir fuse. Pourtant, le quartier est l'un des mieux préparés face à cette guerre. Il suffit de voir à quel point le canal fuse d'indications sur les positions ennemies, mais aussi les zones défendues pour se rendre compte combien tous ces gens ont envie de garder cet espace pour eux; de continuer à restructurer ce que ces assoiffés de pouvoir et d'argent de mafieux tentent à nouveau de leur voler. Cette fois ça ne prendra pas.

C'est ainsi qu'une transmission faisant état de la situation à Panessa Studios arrive aux oreilles des jeunes femmes. Ni une ni deux, les voici sur les lieux ou plutôt, sur les toits du lieu à observer les mouvements saccadés et violents de toute cette foule armée. Des mafieux. Qui ont la désagréable surprise de voir quelques minute plus tard les ombres des deux jeunes femmes, dos à dos, et armées.
"Salut les gars. Vous vous êtes perdus ?
- On peut vous raccompagner. Dans le calme, bien sûr."
Malheureusement, ce début on ne peut plus diplomate est vite avorté par la levée de dizaines de canons dans leur direction. Situation espérée par les deux blondes qui alors, se jettent derrière des décors, ou bien actionnent les systèmes de descente des spots à haute vitesse. Trois hommes se prennent déjà le métal lourd de près, dont un se retrouvant jambe coincée dessous. Un coup de fusil à pompe part.
"Votre patron n'a pas l'air de tenir à vous. Il a oublié de vous mentionner que Batman n'est pas le seul à vous distribuer des voyages gratuits vers Blackgate."
Les hommes essaient de repérer d'où peut provenir la voix, cherchant entre les câbles, costumes ou décors ces silhouettes venant menacer la mise en place de leur plan. Maintenant, c'est un coup de Magnum qui se fiche dans une cuisse.
"En plus c'est impoli de rentrer chez les gens comme ça. Les manières se perdent."
Soupire Blackhawk avant de filer à nouveau, pour perturber la prise de repères du groupe. Autant dire qu'elles ont l'intention de les faire tourner en bourrique et ce, dans le seul but qu'il se ratent. Et sautent hors du studio Panessa.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2867
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
☠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Mer 28 Mar - 23:03





Here's the Joker !

Le Joker éclata d'un rire, un rire guttural, qui venait vraiment de ses tripes. Un rire vraiment abominable qui remplissait la salle de spectacle. Ce type-là était sérieux ? Attend, il était vraiment sérieux ? Les justiciers sont de grands comiques cachés. Le Joker continua à rire et essaya de reprendre son calme tout en fixant son interlocuteur. La blague était très bonne, et fallait le dire, mais ce jeune garçon avait une bonne dose d'humour en lui. Levant les yeux au ciel, le Joker ne pût s'empêcher de rehausser les épaules de tristesse, enfin, une petite tristesse pour ce pauvre gamin qui semblait vraiment croire à son blabla métaphorique. Vous savez ce qui peut être amusant dans ce genre de cas ? Ce serait de tout faire péter, tout faire exploser d'une traite. Mais Gaggy avait les explosifs, et il était là-haut, inconscient. Merde. Cela pourrait faire une petite histoire amusante pour les prochains docteurs qui s'épancheraient sur mon cas, ce petit test explosif non ? Le Joker se plaisait à penser qu'il fut jadis un maitre dans l'art des explosions, un ancien marine qui était spécialiste dans le domaine des artificiers. Tant qu'à avoir une origine, autant qu'elle existe en de multiples possibilités. Est-ce que c'était fuir son véritable passé ? Peut-être, mais le véritable atout, c'était de rester dans le vague, de montrer qu'à chaque occasion de paraitre, il serait là, une nouvelle idée dans le crâne, mais bel et bien vivant et en parfait état de tuer. Un assassin en parfait état de marche on pourrait dire, mais avec le sourire.

"Pitié Nightwing, ne m'insulte pas ! Ce ne serait pas gentil de me mettre en colère pas vrai ?"


Un bruit se fit entendre, un simple bruit, un simple bruit si banal ... Un tir ... Un simple tir tandis qu'un autre justicier se pointait. Pff Nightwing, qui se soucie encore de ce gamin qui collait aux basques du Batman depuis tant d'années. Tristes années cela va sans dire. Combien de Robin le Joker avait tué déjà ? Aucune idée et il s'en foutait, mais il se rappelait vaguement quelque chose avec un pied de biche. Le Joker n'eut qu'un petit rictus en guise de réponse aux provocations du jeune homme, mais c'est alors que la chose arriva ... Un tir, un simple tir dans les chairs du Joker, dans la jambe du Clown. Il tomba à terre, non sans hurler de douleur. Il avait mal oui, il se prenait le genou, il se prenait le genou de douleur, et c'est alors que le Joker ricana de tout son soûl.

"Dans ... Dans le genou ? ... Mais je ... Je vais avoir du mal à marcher ? ...


Pendant un léger instant, il parût troublé, mais son sourire était revenu à la normale. Il ricanait, il éclata d'un grand rire avant de se reprendre, amusé par le tir de la jeune femme. Elle venait de lui pénétrer la chair avec une balle. Il rigolait aux éclats.

"HAHAHAHAHOUHOUHOUHOU ! C'est génial ! C'est comme la fille de Gordon, machine truc, hahaha ! Parait qu'elle est en roulettes ! C'est à en mourir de rire !"


Se touchant le visage comme quelqu'un qui se palpait lui-même, le Clown commençait à pleurer à cause de la douleur dans sa chaire, mais il rigolait, il rigolait à en perdre son souffle, cela le faisait marrer comme un dingue ce genre de délire, tout cela faisait parti de son charme, de sa force, de son image qu'il avait de lui-même. C'était vrai dans un sens, le Joker n'aimait que lui-même et il n'y avait que ça qui le comblait au final. Bon, le criminel adorait aussi Batman, mais c'était un peu plus ... Différent disons-nous. Le Joker n'aurait surement plus grand chose à espérer, il avait semé un peu de troubles aujourd'hui, une bonne chose pour tout dire, et puis, pour faire un petit massacre de ce genre, c'était requinquant, ça redonnait la pêche et ça faisait plaisir. Mais pour tout dire, il fallait l'admettre : Adieu la prise d'Amusement Miles. Sigh.

"Il parait que l'asile d'Arkham est agréable à cette époque de l'année."


La police ne tarderait pas, du moins, les Tyger étaient déjà en route d'après ce qu'on savait. Ainsi qu'un gros mouvement de la population de Gotham City. Les rires enregistrés allaient attirer les curieux, et ça, le Joker n'avait pas spécialement envie de retourner à l'asile de débiles, mais il n'avait pas le choix hélas. Non, pas tout de suite, pas maintenant. Pour le moment, il avait envie de s'éclater, de rigoler ! Oh mais la soirée n'était pas finie. Alors que le Joker sentait sa douleur le lancer, il faisait ses adieux aux cadavres qu'il avait utilisé sans honte pendant sa petite entrevue, le Joker se hâta de vouloir sortir en rampant, même si c'était vain et de retrouver les ténèbres de Gotham City. Pour tout dire, dans sa tête, il avait prévu quelque chose, quelque chose de vraiment dingue et de totalement horrible, mais on allait s'éclater comme des bêtes, et ce pauvre Batman allait en avoir mal ! Très mal ! Hahahaha ! On allait s'éclater comme des bêtes oh ça oui ! Et puis, qu'importe la douleur, quand le rire en vaut la peine. Cependant, il le savait parfaitement, il serait très vite ramené à sa place.



You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackgate
Masculin Messages : 241
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectacle
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
avatar
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Dim 8 Avr - 19:09

Les choses ne se passent pas comme prévu. Et visiblement, il fallait agir. La mafia de Gotham City avait depuis toujours, été un pilier central de la vie à Gotham. Personne ne pouvait contourner cette sempiternelle loi. Carmine Falcone et son père, Vincent Falcone, avaient été les pionniers de la construction de la Mafia. Par la suite, les Maroni ont tenu la ville pendant un court instant, et alors, la mort de Wayne les a fait tombé de leur piédestal. Le meurtrier, Joe Chill, avait été un des employés de la Mafia pendant de longues années, et c'est sans concession qu'il avait plongé et balancé le nom des Maroni. Suite à cela, Luigi Maroni abandonna les activités de la Pègre et légua le pouvoir à son fils, Salvatore. Et c'est à ce moment bien précis que les Falcone revinrent sur le devant de la scène, reprenant les quartiers et leurs pouvoirs, imposant une discipline de fer à tous ceux qui contestaient le pouvoir du Romain. Mais ce soir, quelqu'un se levait, et malgré l'apparente menace des justiciers de Gotham, il fallait montrer patte blanche et rester dans l'optique d'être quelqu'un de courtois et d'attentionné, d'être quelqu'un qui écoute, qui regarde, qui sait parler, et je savais être beau-parleur. Alors que tout avait l'air de bien commencer, l'opération venait de prendre un tour des plus déplaisants dans mon oreillette. Je me met à sortir de la voiture, histoire de voir de quoi il en retourne. Mon nouveau chauffeur et garde du corps me suit, pour me protéger.

"Mais bordel, il se passe quoi ?"


C'était un bordel sans nom. L'équipe était rétamée, complètement battue par ... Horreur et Damnation ... Une femme était juste devant moi ... Provocatrice, lubrique dans sa tenue de prostituée en cuir, jolie oui, mais c'était une poule. Qui pouvait bien m'envoyer "ça" ? Il y'en avait deux. Deux salopes qui venaient de bousiller mon opération. J'aimais pas ça, vraiment pas. Je n'étais pas un passionné du sexe, et les femmes me font parfois un peu peur, mais celles-là, elles avaient de quoi me foutre une de ces trouilles. Enfin, c'était surtout de la timidité, je n'étais pas un anti-femmes, mais je n'avais jamais sut les intéresser. Je ... J'étais perdu à la seconde même où elles s'étaient figées devant moi. Qui avait put me faire un coup pendable ? Qui m'avait balancé ? Tony ? John ? Ou bien était-ce le Batman qui me les envoyaient ? Impossible, jamais il n'aurait pût deviné mon plan ... Mais peut-être que tout cela n'était que du pur hasard. Oui, le hasard, le terrible et monstrueux hasard qui vous prend aux tripes ... Gardant mon calme et calmant ma nervosité intérieure, je me dirige d'un pas rapide et intéressé vers ces deux femmes, toujours dans ma superbe tenue à carreaux noirs et blancs.

"Benny Smiles, entrepreneur et gérant du Gomorrah. Je viens revendiquer ces lieux. Vous m'excuserez mes chères, mais je voulais refaire la décoration de ce triste lieu."


La jeune femme lubrique blonde en cuir m'intimidait, je l'avoue. Ce n'était pas le genre de femmes que je préférais. Les filles qui étaient du genre réservées, timides, j'appréciais, mais là, c'était beaucoup trop cher payé. Mais qui avait bien put me faire ça ? J'en profite pour regarder autour de moi. Carl est près de moi, et l'équipe est à terre, je sens le poids de mon arme dans mon veston contre ma poitrine. Est-ce que je dois me méfier ou la laisser faire son petit numéro de charme ? Vaste question qu'il me fallait éclaircir. Cette trainée venait de bousiller mon opération, mais bon, puisqu'il fallait agir, alors faisons-le dignement et en tant que gentleman.

"Et vous êtes ?"


C'était direct, oui, mais c'était comme ça. J'observais attentivement ce qu'elles allaient faire. Je ne tenais pas non plus à finir par mourir dans un lit, ce n'était pas acceptable, même si c'était le rêve de nombreux hommes. Ma mort devait servir d'exemple, si un jour je devais être tué. En attendant, ma mort n'était pas pour maintenant, et ces deux femmes devaient s'en aller, avant que je ne m'énerve. Panessa Studios, je le revendiquais ! C'était à moi, et je me devais de m'incruster dans cette parcelle de terrain. Pour leur montrer à tous ! Je m'allume une clope, histoire de me décontracter. Histoire de garder mon calme et surtout, de rester maitre de moi-même.

"Je ne sais pas ce que vous voulez à un honnête entrepreneur, mais on peut surement trouver un arrangement."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Dim 8 Avr - 20:51

Duodecim Angelus"Je crois qu'il nous prend pour des prostituées. Au vu de son regard.
- Je dois avouer que des bas résilles et une mini jupe, ça amène toujours à ces conclusions dignes de sexistes des bas fonds de l'intelligence."
Dinah craque ses poings, encore endoloris suite à leur utilisation quelque peu régulière sur les messieurs se retrouvant maintenant allongés à terre. Autant dire que le regard de ce mafieux, affublé de ce veston à carreau ne l'enchante guère. Elle pressent qu'il s'agit du chef de ces gars, ou tu du moins le sous chef. Et que celui-ci ne porte pas dans son coeur les femmes de "caractère". Zynda fixe d'abord Black Canary, puis l'homme, et ainsi de suite, confuse, mais aussi inquiète des possibles retombées qu'il pourrait y avoir dans les prochaines minutes. Les deux femmes restent en position, prêtes au besoin à tenter un mouvement d'évasion et contre attaquer, si l'un des badauds armés tentait de prouver à leur chef qu'il en avait dans l'entrejambe.
"Black Canary et Blackhawk. Nous entreprenons de remettre à leur place des criminels bien trop ambitieux."
Zynda charge lentement ses revolvers, sans perdre de vue leurs possibles futures cibles. Dinah de son côté, ne se gêne pas pour répondre d'un sourire mauvais et provocant à cet interlocuteur ayant oublié les bases papiers avec sa signature en bas à droite, pour se donner le droit de propriété de Panessa Studios.

"Je crois que nous n'avons pas la même définition de l'honnêteté. Amusement Miles n'a en aucun cas besoin de votre investissement. Il y a déjà des gens très bien qui rendent cette zone habitable, avec une décoration de goût.
- Tu crois que Nightwing s'en sort face à Joker ?, chuchote Blackhawk.
- Alors dans ce cas on parlemente. Un mafieux a plus de lucidité que ce clown qui ... uwh.
- Tu suggères qu'on le laisse prendre Panessa ... ? !"
Dinah serre les dents et les poings, peu enjouée face à cette proposition à demi teinte. Mais au vu de leur effet d'entrée, elles doivent plutôt s'assurer que si ce gars veut obtenir le bail, il va devoir jouer selon leurs règles.
"Très bien. Voici nos conditions. Vous voyez ces hommes à terre ? Vous pourriez être le prochain, M. Smiles."
Mains dans les poches de sa veste en cuir, Dinah s'avance sans peur vers la position de Benny et ses hommes à la grande surprise de Lady Blackhawk qui, en a la mâchoire qui se décroche. Voilà la blonde, face au brun, qui ne semble pas du tout à l'aise en sa présence. Et elle en profite.
"Vous revendiquez juste le studio. Rien ne s'y passera, que ce soit des armes ou bien un de vos hommes. Deuxièmement, je voudrai que vous achetiez des parts de Wayne Entreprises sous un nom d'emprunt, depuis un compte en Chine. Cependant, vous ne serez qu'un intermédiaire. C'est moi qui aurait les parts. Vous avez besoin que Gotham reste stable pour vos petites affaires. Alors évitez de vous mettre à dos les mauvaises personnes."
- Canary ... ??!"
Black tourne légèrement la tête vers Blackhawk afin de lui montrer qu'elle ne bluffe pas. Elle sait ce qu'il va se passer. N'est pas patronne de bar huppé qui le veut. Faisant de nouveau face à Benny, la blonde attend, gardant toujours ses mains dans les poches et dans ses poings son plan B, au cas où M. Smiles refuserait la proposition.

Quitte ou double, Dinah joue avec sa vie, comme toujours, comme tou justicier. Elle se sait responsable des actions qu'elle mène, mais ne reculera pas; jamais. Car il faudra sauver Gotham. Et trouver des compromis, même avec les pires enflures que cette terre puisse contenir. Un jour, il faudra qu'elle trouve un moyen de le jeter hors du quartier.
"Réfléchissez bien. Car Blackgate n'est pas loin."

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Blackgate
Masculin Messages : 241
Date d'Inscription : 21/12/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Citoyen Respectacle
☠ Relations conflictuelles :: ► Le Batman
♣ Vos Alliés : : ► Une partie de la Pègre pour le moment.
avatar
Benny Smiles
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Dim 8 Avr - 22:12

Il fallait que j'écoute longuement ce qu'elle avait à me dire. Carl lui aussi écouta le petit baratin de la princesse qui commençait à faire son petit speech de justicière. Elle pourrait parfaitement bosser au Gomorrah, elle et sa copine. Y'avait pas mal de clients qui aimaient les blondes en cuir, le fétichisme, ça se demande pas mal ces derniers temps. D'un air amusé, je continuais de fumer ma clope tout en l'écoutant. Elle avançait des théories plutôt intéressantes, et puis, si on pouvait trouver un accord, ce ne serait pas si mal après tout non ? En attendant, fallait serrer les fesses et encaisser. Elle prononçait les choses de manière intelligente et réfléchie, et je suis tout, sauf un abruti. Je ne suis pas un de ces connards lambdas qui va sauter sur la donzelle pour la tuer ou quoique ce soit, moi, je savais où étaient mes intérêts. En attendant, il me fallait réfléchir, et c'était tout vu. Il fallait savoir négocier, surtout quand le champs était libre. Que disait Fernando avant de se faire enterrer dans le sable non loin de Vegas ? Il faut saisir la moindre parcelle, la moindre chance pour battre et consolider ses acquis. Il était mort, mais il avait réussi. Il avait quand même été un des plus grands de Las Vegas avant de se faire dessouder par un gadjo. Mon sourire se dissipa, il fallait maintenant réfléchir à ce marché improvisé, mais quelque part, je sentais venir le traquenard. Une fois qu'elle aurait ce qu'elle voulait, peut-être qu'elle me plantera, faudra s'y attendre. Dans ce milieu : toujours s'attendre à l'inattendu. Mon air est hautain, suffisant, mais quelque part, j'avoue qu'elle était dure négociatrice.


"Je ne compte pas me servir de cet endroit. Je veux juste pouvoir le compter comme ma possession personnelle. Rien de plus."


Je mentais sur mes intentions les plus personnelles, cette femme était dangereuse, cela se voyait, et il me fallait faire très attention au choix de mes prochains mots. Continuant à fumer, je regarde attentivement ce qui va se faire. Mes hommes sont encore à terre. Carl est près de moi. La tension est palpable. Je sens quelques gouttes de sueur dans mon dos, et pour tout dire, cela ne sent clairement pas bon. Cette guerre de gangs m'offre de nombreuses possibilités, et je compte bien m'étendre comme un grand chef de la mafia de Gotham City. Jetant ma cigarette, j'en reprend une et je l'allume, amusé, un fin sourire sur le visage.

"Tu as un deal, Canary. J'accepte d'acheter quelques actions Wayne pour toi, et je garde le terrain. En échange, tu me fiches une paix royale et on est clairs là-dessus."


Je tente de tendre ma main, pour sceller notre pacte. L'autre blonde avait l'air vénère, mais je m'en foutais comme de ma première chemise. Une chose était certaine, on allait avoir de quoi se préparer pendant cette guerre des gangs, et si il venait à l'idée de m'attaquer en fourbe, je ferais en sorte de faire payer l'imprudente qui osera me faire un coup dans le dos. D'un regard, j'observe maintenant la petite demoiselle qui était en face de moi. Elle était jolie, très jolie. Un peu de fumée de cigarette lui arrive en plein visage. Que m'importe, elle aurait ce qu'elle voulait, et moi j'aurais la paix et le terrain. Mais pourquoi s'intéresse t'elle à Wayne Entreprises ? Je me pose pas de questions, cela ne m'intéresse pas. La seule chose importante, c'était de sauver mes intérêts et mes fesses avant toute chose. Je regarde Carl, puis les autres hommes de main.

"Cette demoiselle vient de nous faire un joli cadeau. Maintenant messieurs, veuillez s'il vous plait faire un peu de ménage."

Je me retourne alors vers la limousine, d'un geste machinal tandis que les autres commençaient à travailler. Carl m'ouvre la porte de ma limousine et j'adresse un dernier sourire à la blonde, un dernier sourire amusé. Après tout, il était rare qu'on tombe sur ce genre de nanas dans cette ville. Un simple regard, un simple regard avant de dévoiler mes dents blanches. Elle était gonflée cette nana, et elle me plaisait bien, je l'avouais. Bientôt, cette ville sera à moi, et à moi seul, et à personne d'autre. Benny Smiles sera l'Homme de Gotham City.

"T'es une sacrée nana, Canary. Hésite pas à venir me voir au Gomorrah !"


J'éclate d'un petit rire aigrelet. Avant de rentrer dans la voiture. Cette blonde voulait qu'on se fasse un échange, pas de soucis. J'allais jouer à son petit jeu. J'espérais quand même qu'elle resterait réglo et clean. Après tout, je peux être honnête ... Quand je le désire bien sur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Lun 9 Avr - 0:52

Duodecim Angelus "Tant que vous vous tenez à carreau, M. Smiles, je resterai loin de vous."
Dinah serre la main de Benny avec fermeté pour lui prouver sa sincérité; sans la bombe fumigène, bien entendu. Blackhawk reste confuse, baissant ses armes, voulant secouer sa partenaire car pour elle, elle était tombé pour de bon sur la tête. Pourtant Canary est tout ce qu'il y a de plus lucide et aux sourires amusés de Smiles, elle répond elle-même par un du même acabit. Bien qu'elle ait envie de rire, mais de rire fortement, alors que tous ces hommes sont en train de répondre au doigt et à l'oeil de ce mafieux. Une dernière phrase, l'invitant à aller au Gomorrah. Si il croit que c'est une pute, il se l'est fourré bien profond. Et de surcroit, une pute blonde, bien idiote.
"Je pense plutôt que c'est toi qui va vouloir me revoir en urgence, chéri ...
- Mais tu as fumé quoi ? Tu as pactisé avec un mafieux !
- Je sais.
- Tu sais que Batman ne va pas aimer ça ? Et Katana ? Et ...
- Je sais. Mais regarde ce que j'ai", coupe-t-elle.
Entre les doigts de Canary se trouvent les papiers relatifs à la propriété même de Panessa. Signé aux noms des Galente, et à leurs héritiers. Zynda semble enfin tilter et ouvre en grand sa bouche.
"Sans cela, il est dans l'illégalité la plus totale. Il suffit juste qu'on retrouve un membre de la famille Galente. De préférence clean. Et on l'entube joyeusement.
- Je vais le redire, Canary. Mais parfois dans ce genre de moments, je suis heureuse que tu ne sois pas du côté des criminels."

Canary range les papiers dans la poche intérieure de sa veste cuir, non sans arborer un merveilleux sourire. Smiles a omis un détail important, bien que la justice a ses tendances corrompues. Ce qui est fiché, reste fiché. Pour fêter cela, malgré les appels qui fusent encore dans Amusement Miles, Dinah s'allume une light et tire un bon coup, pour évacuer toute cette tension qu'elle a dû contenir durant ces deux plus grands face à face de la soirée. Une demande d'aide sur la dixième rue de la zone arrive alors, indiquant qu'une barricade près d'un refuge à civils est sur le point de céder. Ni une ni deux, voilà les deux anges gardiens d'une nuit parties, en train de sauter, voleter entre les toits, en se montrant confiantes et battantes.

Ce soir, Joker est tombé. Ce soir Benny Smiles vient de manquer un coche en s'étant cru plus malin que des blondes. Ce soir, Dinah et Zynda vont encore faire comprendre à ces adeptes de la violence qu'elles sont une valeur sûre de cette justice qu'on ne donne pas assez souvent à ce peuple de Gotham. Amusement Miles redeviendra une zone où l'on pourra sourire et vivre convenablement. Et ça, la leader des Birds of Prey en fait le serment.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Justicier(e)
Masculin Messages : 72
Date d'Inscription : 21/08/2017

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: justicer
☠ Relations conflictuelles :: ► les vilains de gotham
♣ Vos Alliés : : ►batfamily, Le Reseau
avatar
Dick Grayson/ Nightwing
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   Mar 17 Avr - 21:14

Je n’ai qu’une envie rouer de coup, ce clown pour ces squelettes pendu, pour son sacrasse sur Barbara.
Mais je ne fis rien. Reste là un instant à le fixer. Ecrasant de ma poigne mes bâtons. Si Jason était là il me demanderait pourquoi je n’étais pas d’accord avec lui, pourquoi je ne le tue pas. Juste lui.
Mais je ne veux pas que la mort soit mon héritage à cette ville.
Sans un mot et alors que ce clown rit au éclat, je l’accroche au sommet du chapiteau du cirque.
J’entends les pas militaire des Tyger qui arrivent en courant au chapiteau.
Je n’ai que le temps de détacher les squelettes déguiser en flying Grayson. Ce n’était pas ceux de mes parent, je m’ne doutais même si la possibilité que ce fou aille chercher des restes humains pour s’amusé soit totalement possible.
Je récupère le costume et m’enfuit alors qu’une première de Tyger pénètre la demeure du cirque.
Je disparais dans les ombres de la ville, laissant dernière moi, un souvenir d’un passé qui était pour moi heureux malgré tous les mystères qu’il abritait.
Dans mon commutateur.
 
-Toujours sur Amusement Miles, Canary besoin d’un coup de mains ? et merci pour le compliment tout à l’heure. Je retourne sur fashion disctrict si je ne suis pas utile ici.


Je regret un peu d’avoir détruit ma moto pour accéder plus vite au chapiteau. Je tire mon grappin sur le toit d’un immeuble, et fait quelque pas en attendant une quelconque réponse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amusement Miles : Zone de Guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amusement Miles : Zone de Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Roman SF] Zone de guerre de Dan Abnett
» [40k] Zone de guerre Damocles
» Vraks : Zone de Guerre
» [Scénarios] Zone de guerre Tempestora
» Zone de Guerre Vassal 40K

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Amusement Miles-