Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter


Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Naissance de la Terreur Ailée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Naissance de la Terreur Ailée   Mer 28 Fév - 5:12

Robert Langstrom avait décidé de travailler tard ce soir la, a la fois par plaisir mais surtout par nécessité. Cette nuit plus particulièrement que n'importe laquelle autre dans sa vie jusqu'à aujourd'hui, il devait être présent. C'était un mardi soir tout ce qu'il y a de plus banal pour la majorité des gens : il n'y avait pas de festival, pas de jours fériés, rien a commémorer en particulier. Le scientifique était dans son bureau et il angoissait au fur et a mesure que le temps avançait. Il savait que c'était cette nuit, les malfrats le lui avaient répéter sans cesse. Ils allaient venir réclamer leur paiement : toutes ses recherches sur lesquelles il avait travaillé toute sa vie en compagnie de Francine allaient lui être enlevées. Que pouvait-il face a des rustres de la sorte? Ils étaient armés jusqu'aux dents et ne semblaient pas être des tendres. Prévenir la police? Ils étaient tous aussi corrompus que la fange qui patrouillaient les rues la nuit a la recherche de richesses a dérober. Demander l'aide de Batman? Ridicule. Bien que Langstrom approuvait les résultats du Chevalier Noir, ses méthodes étaient dénuées de sens : pourquoi emprisonner des criminels dans une ville ou les prisons sont comme des passoires? Non, il fallait les faire taire a jamais, voila ce qu'il fallait faire. Langstrom s'égarait dans ses pensées tandis que le temps filait. Il était 19h57. Ils allaient arriver.

Il y avait un orage a l'extérieur, les vents étaient violents mais il n'y avait pas encore de pluie. La lumière émanant de la lampe devait être la seule source de lumière visible en provenance du bâtiment. Le musée était fermé depuis 3 heures déjà, mais il avait été obligé de rester par devoir et par sécurité. Qui sait ce que des barbares comme ceux-là peuvent faire lorsqu'ils sont en colère? Plus que ses recherches, Kirk tenait a sa famille et il la défendrait corps et âme, jusqu'à livrer l'oeuvre de sa vie si ça pouvait garantir la sécurité de Francine et des enfants. Finalement, Kirk fut tiré de ses pensées par la sonnerie du téléphone. Ils étaient arrivés. Décrochant le combiné, la voix ravagée par la cigarette ne se fit pas attendre pour écorcher les oreilles déjà bien meurtries du zoologue.

- Alors docteur, prêt a tenir votre part du marché?
- Je ne suis pas un docteur, je suis zoologue, je vous l'ai déjà dit.
- Meh, docteur, zoologue, peu m'importe. Vous pourriez être un éboueur ça serait du pareil au même a mes yeux. Ce qui compte ce sont vos recherches. Alors, elles sont rassemblées?
- Oui.
- Avez-vous prévenu les autorités?
- Non.
- Et... Batman?

Kirk avait sentit de la peur dans la voix de l'énergumène. Peut-être aurait-il dû écraser son orgueil et demander de l'aide au justicier... Quoiqu'il en soit, il était trop tard et il devait répondre.

- Non. 
- Bien, bien. Jusqu'ici, tout se déroule comme il faut. Laissez-nous entrer dans ce cas, ce sera bientôt terminé et vous pourrez reprendre votre existence.

Kirk raccrocha sans dire un mot et se dirigea vers l'entrée du musée. Il avait laissé les caméras de surveillance allumées, mais avait désarmé le système d'alarme : il comptait récupérer son bien, mais pas dans l'immédiat. Une chasse a l'homme serait envisageable une fois tout danger écarté. Lorsqu'il ouvrit la porte, quatre hommes et une femme entrèrent dans l'édifice, non sans commencer a s'époumoner afin d'entendre l'échos de leurs voix désastreuses. Ils riaient, sautaient, brisaient des choses. Que pouvait-il faire sinon assister impuissant? Il attendit que leur délire se termine.

- Eh bien docteur, vous êtes plutôt silencieux. N'avez-vous pas quelque chose a nous montrer?
- Par ici.

Kirk s'assura de faire passer les malfrats dans les couloirs ou les caméras seraient plus aptes a capter leurs visages. Il ne fit pas beaucoup de détour, ne voulant pas éveiller de soupçons et surtout ébrécher la patience déjà quasi inexistante des intrus. Lorsqu'ils pénétrèrent dans le laboratoire, la première remarque de la femme du groupe qui se faisait appeler le gang Nocturne fut :

- Pouah! Ça pue la merde ici!
- C'est un musée d'histoire naturelle. Les laboratoires de recherches portant sur les animaux et fossiles peuvent engendrer ce genre de problème.
- Tais-toi et fout moi la paix.

Ils passèrent devant plusieurs cages. La plupart étaient vides, mais celles proches du bureau de Kirk contenaient quelques chauves-souris. Par réflexe, les membres de Nocturne firent un pas en arrière lorsqu'ils virent les animaux.

- Que se passe-t-il? demanda Langstrom.
- Rien mec. J'aime pas ces bestiaux, c'est tout.
- J'propose qu'on les tabasse dit un autre.
- Non!

Par instinct, Kirk s'était placé entre eux et les cages. Menacer un homme et sa famille était une chose, mais menacer des animaux sans défense en était une tout autre.

- Vous êtes venus pour mes recherches. Les voila, dans cette valise. Vous avez dit que si je vous donnait tout, vous me laisseriez tranquille et ne feriez aucun mal a ma famille. Prenez ce que vous voulez et tenez votre promesse.

Sur le bureau principal, il y avait bel et bien une valise. A l'intérieur se trouvaient des échantillons du sérum sur lequel il avait travaillé ainsi que des dossiers de recherches, des rapports d'expériences et de laboratoires, des fossiles de chauves-souris et une quantité d'autres documents. Le chef du groupe sembla satisfait, mais lorsqu'une lueur passa dans ses yeux, Kirk compris que ça ne s'arrêterait pas la.

- C'est vraiment complet tout ça docteur. Du beau boulot, ça plaira au patron. Et on va honorer notre part du marché... tant et aussi longtemps que vous nous ferez part de vos avancées.
- Quoi?
- Vous m'avez bien entendu. Ça ne se termine pas, cela ne fait que commencer.

Les salauds! Kirk aurait dû se douter que des types comme les criminels de Gotham étaient tout sauf honnête. Sa naïveté l'avait trahi : il allait devoir vivre dans la peur jusqu'à ce qu'il craque ou que quelqu'un n'intervienne. Il regarda les cinq membres de Nocturne les uns après les autres, tentant de déceler une potentielle plaisanterie. Mais non, ils étaient tous sérieux.

- Vous m'avez déjà tout pris, bande de salauds! Que voulez-vous que je fasse de plus? Ce sérum va permettre de traiter les problèmes de surdité, mais il n'a pas encore été testé. Quoique vous vouliez en faire, il ne vous sera d'aucune utilité en ce moment. Pire, il est potentiellement dangereux, c'est un travail colossal sur les génomes des chauves-souris. Vous voulez en faire quoi, les vendre? Personne ne vous en donnera un bon prix, car personne ne sait ce qu'il fait, pas même moi!

Kirk était hors de ses gonds. Cela lui arrivait rarement, mais ça lui faisait du bien lorsque ça arrivait. Il nota néanmoins la même lueur dans les yeux du chef de la troupe. Kirk frissonna en son fort intérieur, car il comprit l'idée que l'homme face a lui avait eu.

- Ma foi mon cher docteur, vous avez entièrement raison. Je ne peux présenter un produit a mon patron sans en connaître les caractéristiques. Nous allons donc le tester.

Sans crier gare, les autres membres du groupe se jetèrent sur Kirk et l'immobilisèrent au sol en le martelant de coups de pieds et de poings. Lorsqu'ils finirent de se défouler, deux des criminels se relevèrent. L'un d'entre eux fixa les chauves-souris dans les cages.

- Hehe, ça va être marrant.

Tandis que le chef du groupe préparait une seringue avec une quantité phénoménale du sérum, l'idiot qui avait parlé commença a martyriser les bêtes en les arrosant et brassant les cages. Les créatures répliquaient avec des cris d'incompréhension et de peur, mais cela ne faisait que motiver leur bourreau. 

- Je vous en prie, ne faites pas ça, j'ignore ce que cela va donner, je ne veux pas mourir.
- Relaxez docteur. Si vous êtes aussi brillant qu'on le dit, votre formule fonctionnera. Au mieux votre surdité sera guérit, au pire vous allez mourir. Et si cette option se réalise, on prendra grand soin de votre femme.
- Hehe ouais, dit un autre en reniflant.
- NON!

Langstrom recommença a se débattre, mais il fut aussitôt maitrisé et sonné. N'ayant plus toute sa tête, il ne sentit pas l'aiguille pénétrer sa chair et le sérum circuler dans ses veines. Au début il ne se passa rien : le silence régnait dans le laboratoire hormis les cris plaintifs des animaux. Après un temps, il sembla au scientifique qu'il percevait de mieux en mieux les sons, plus qu'il ne l'avait jamais fait. Il en oublia presque sa situation pendant un court instant tellement il était surprit. 

- Alors docteur? Toujours avec nous?
- Je... Oui, j'entends... Beaucoup mieux qu'avant. Bonté divine, je pense même que je perçois les battements de votre cœur.
- Excellent!

Le chef rangea la seringue et le reste du matériel dans la valise et se releva, accompagné du reste du groupe. Kirk se releva péniblement a l'aide de la chaise la plus proche. Il avait réussit! En son fort intérieur il criait de joie, mais la colère prenait le dessus : le travail de sa vie fonctionnait et allait lui être dérobé. Quel gâchis!

- Rendez-moi ça! s'exclama Langstrom.
- Du calme docteur dit le chef en pointant une arme vers le scientifique, n'oubliez pas le marché. Réjouissez-vous : vous êtes guérit et votre sérum trouvera certainement des acheteurs potentiels pour n'importe qui saura en faire bon usage. Comment on dit déjà? Ah oui : vous venez de faire un grand pas pour la science... Docteur? Docteur??

Kirk ne l'écoutait plus. Quelque chose n'allait pas rond : son cœur se débattait de manière frénétique, sa vision devenait flou, la sueur commençait a détremper ses vêtements a une vitesse alarmante. Quelque chose se passait au sein de son corps et il avait peur : les terrifiants effets secondaires se faisaient déjà sentir et Langstrom était certain de mourir. Le stress engendré fut a son comble et c'est ce qui déclencha la phase suivante...

Il perdit connaissance.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Naissance de la Terreur Ailée   Jeu 1 Mar - 6:13

- Docteur?

Le criminel demeura sans réponse de la part du professeur Langstrom. Il voyait que quelque chose d'anormal était entrain d'arriver, mais il ne pouvait pas expliquer ce que c'était exactement. Le sérum avait manifestement des effets secondaires. Il devait rester pour en prendre connaissance : s'il devait rapporter un produit défectueux a son patron sans la moindre information complémentaire, il ne passerait pas la nuit vivant. Il se pencha donc sur le zoologue, prit son rythme cardiaque et observa la dilatation de ses pupilles. Le cœur battait a tout rompre et les yeux convulsaient. Il était incertain si le scientifique allait passer la nuit ou non.

- Eh Mike, prend le docteur et va le poser sur...

Peu importe ce qu'il voulu dire, le chef du gang n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Kirk Langstrom poussa un cri monstrueux qui fit frémir de terreur les intrus. Le corps du scientifique commença a se tortiller dans tous les sens : les os craquaient, les muscles s'étiraient, la chair se déchirait. Les lunettes de Kirk se fracassèrent au sol lorsqu'il se releva brusquement sur ses deux pieds. Les membres de Nocturne étaient pétrifiés d'horreur devant une telle transformation, car ça en était bien une.

- Bordel mais c'est quoi ça??
- Foutons le camp!
- Allez Jack, grouille-toi!

Perdant l'équilibre a nouveau, Langstrom tomba sur les cages contenant les chauve-souris qui s'ouvrirent a la volée. Les mammifères s'envolèrent a l'unisson et commencèrent a agresser les malfaiteurs, ces derniers se débattant avec vigueur mais incapable de se diriger dans la confusion engendrée. Le chef du groupe, celui qui se faisait appeler Jack, était le plus près de Kirk et continuait a observer le phénomène. Le zoologue commençait a prendre de la masse, si bien que ses vêtements hormis son pantalon se déchirèrent et tombèrent en miettes. La peau fut recouverte d'une fourrure brune foncée et sur la tête commençait a apparaître de gigantesques oreilles pointues. Mais ce qui marqua le plus, c'était la transformation des bras : ces derniers se fondirent dans des membranes gigantesques qui prirent rapidement la forme d'ailes de chauve-souris. Au terme de la transformation, la créature était si grande qu'elle devait se courber pour ne pas heurter sa tête au plafond. Quant a ses ailes, il était impossible de les déployer complètement sans heurter le mobilier du laboratoire. La chauve-souris géante ne bougeait plus, semblait s'être calmée et ses yeux étaient fermés. Le calme était revenu dans la salle : les animaux auparavant prisonniers avaient pu s'échapper par quelques conduits d'aération. Jack, a la fois hypnotisé et terrifié, restait toujours impassible devant le monstre tandis que ses compagnons tentaient tant bien que mal de demeurer calme. Puis, Jack murmura pour lui-même.

- Sainte Marie mère de Dieu...

Les paupières du monstre s'ouvrirent, dévoilant d'énormes yeux jaunes vifs empreints d'une agressivité sans nom. Sans crier gare, la bête poussa un rugissement et envoya valser Jack a l'autre bout de la pièce avec un coup d'aile. Mike, le plus costaud du groupe, s'empara du fusil qu'il portait sur lui et visa la créature. Le temps qu'il vise la créature, cette dernière était déjà sur lui entrain de le lacérer avec ses griffes immenses, perforant a de multiples reprises le corps sans vie de l'homme qui finit par tomber au sol dans un son semblable a celui d'une carcasse d'animal jetée avec nonchalance. Becky, la seule femme du groupe, poussa un cri horrifiée et attira malgré elle l'attention du monstre sur sa personne. Elle se mit a courir vers la porte la plus proche tout en mettant le plus d'obstacles entre elle et la mutation de Kirk. Malgré l'instinct de survie de Becky et les obstacles qui gênaient la créature, celle-ci réussit a atteindre la femme et a l'écraser de tout son poids sur sa colonne vertébrale. Cela ne la tua pas, mais elle finirait le reste de sa vie paralysée.

- Saloperie! Je vais te buter tu m'entends??

Un coup de feu retentit, ce qui agressa terriblement les oreilles du mammifère géant. La balle passa a quelques centimètres de sa cible et fut bientôt suivie par d'autres. Le monstre se tortillait a travers les bureaux et étagères qu'il renversait sur son passage dans sa tentative de trouver une couverture. L'homme, qui continuait a beugler de terreur, tirait rapidement et rechargeait avec une vitesse folle, ce qui ne laissait aucune chance a la créature de l'approcher. Puis, une balle finit par ricocher sur le système électrique, plongeant le laboratoire dans les ténèbres absolues. Presque immédiatement, les lumières rouges d'urgence s'enclenchèrent, ce qui donna a la pièce une atmosphère encore plus éprouvante pour l'homme dont le cœur battait comme s'il désirait s'extirper de la poitrine. La chauve-souris géante n'était nullement incommodé par le brusque changement de luminosité : au contraire, ses sens furent décuplés. La lumière vive du laboratoire l'avait agressé, mais maintenant il était dans son environnement naturel... Et le cœur ainsi que la respiration de l'homme, qui avait finit par cesser de tirer, étaient aussi perceptibles que le moteur d'un jet passant près d'un humain.

- Oh bordel... Becky? Simon? Jack? Répondez-moi bordel...

Le seul homme encore debout peinait a respirer convenablement : il était au bord de la crise d'asthme. Il reculait lentement vers la sortie, tournant la tête dans tous les sens et en faisant attention de demeurer le plus possible dans la lumière. Il entendait parfois des éprouvettes se fracasser par terre et ne trouvait rien de plus logique a faire que de vider un chargeur complet dans la direction désignée. Malgré ses coups de feu frénétique, il n'atteignait jamais sa cible. Après un temps, ses pieds glissèrent dans un liquide et il tomba rudement sur le sol. Se relevant le plus rapidement possible malgré le vertiges causés par l'impact dont il était victime, il n'eut pas le temps de réagir. Le monstre fonça droit sur sa cible, poussant un cri terriblement puissant et aigu. L'homme fut projeté vers l'arrière avec violence, suivit de près par la chauve-souris qui termina le travail en encastrant le corps du malheureux en travers d'une table en métal. L'homme, devenu un cadavre, avait littéralement été brisé en deux par la force de l'impact.

- Hehe... C'est bien... Ma veine...

Se retournant brusquement, le mammifère trouva la source de cette voix : un autre homme était étendu sur le sol, le dos posé contre une table renversée. Mal en point, il s'était empalé sur des morceaux de verre : ils avaient perforés ses poumons et sa gorge. Il était fichu, mais trouvait néanmoins la force de parler. C'était Jack, le premier homme qu'il avait propulsé au début du combat.

- Approche... ta sale gueule... de merde...

Tandis que la créature avançait d'un pas assuré, utilisant a la fois ses jambes et ses ailes afin de supporter son poids dans cet endroit confiné, il renifla une odeur qu'il n'avait pas encore sentit : c'était le cinquième membre du groupe, une balle fichée dans le crâne. Le criminel avait préféré le suicide a une mort horrible et c'était très bien ainsi. La chauve-souris qu'était devenue Kirk se concentra a nouveau sur Jack, approchant le gangster jusqu'à ce que leurs deux visages ne soit plus séparés que par quelques centimètres.

- Putain... J'aurais pu me la couler douce... Avec l'argent que ça aurait rapporté... Mais non, il a fallu... Que tu deviennes un monstre... Comme si Gotham... N'en n'avait pas assez...

Impassible, le monstre fixait l'homme dans les yeux, guettant ses moindres gestes et le moindre changement dans les battements de son cœur. La fin était proche cependant : la gorge se remplissait de sang et des gargouillis commençaient a remplacer la voix déjà presque imperceptible pour une ouïe normale.

- Saloperie... J'partirai pas... SEUL!

Empoignant son arme, Jack pointa vers le haut afin de tirer a bout portant. Mais la créature, attentive, avait été plus rapide que lui. Elle attaqua en ouvrant les mâchoires et en les plongeant dans le visage de Jack dont la dernière sensation fut de sentir sa chair être déchirée par ce qui semblait être des milliers de lames acérées.


A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Naissance de la Terreur Ailée   Jeu 8 Mar - 1:47

Il avait erré pendant un temps indéterminé. Il avait des échos de ce qui c'était passé, des images sans fondement, sans queue ni tête, de lieux et de personnes qu'il n'avait jamais vu. Des tours splendides, des recoins ténébreux et la lumière... La lumière! Elle était partout, accablante et cruelle! Chaque fois qu'il la croisait, c'était comme recevoir un coup de poing au visage. Cela aggravait son stress, ce qui en conséquence aggravait tout le reste. La chose demeurait forte, vivace et dangereuse. Il se souvient des cris inhumains qu'il avait poussé, celui-ci suivit par des hurlements de ceux qui pouvaient l'observer là en bas. Les pauvres humains, si chétifs et incapable de voler, si petits comparé à sa taille démesurée... Ces pauvres proies qui se figeaient de terreur lorsqu'elles réalisaient ce qui s'approchaient d'elles. Combien en avait-il trimbalé dans les airs durant le reste de la nuit? Combien s'étaient débattus et s'étaient libérés, non sans heurt? Il se souvient du bruit de quelques os brisés... Combien n'avaient fait que crier alors qu'ils étaient emmenés vers les plus hautes cimes de Gotham? Tant de souvenirs et d'actions en même temps... Rêves et réalité se confondent parfois... Tout ce que Kirk Langstrom pouvait faire, c'était d'observer sans défense tel un pantin, un spectateur impuissant de son instinct monstrueux. 

Un cri retentit dans ses oreilles sensibles : il sentait la peur, la panique. Ne pouvant qu'y répondre, la créature se dirigea vers l'origine du son et se laissa tomber, ailes repliées, dans une étroite ruelle malfamée et peu éclairée. Un bruit métallique accompagna l'atterrissage, mais la créature n'y porta pas attention. Tout ce qu'elle voyait, c'était la scène : un homme menaçait une femme avec un couteau, désirant ni plus ni moins que des rapports sexuels non désirés. L'arrivée du monstre plongea le reste de la ruelle dans l'ombre et l'homme ne pu que remarquer le soudain changement de luminosité. Jetant la fille par terre, il se retourna vivement avec son couteau, prêt à attaquer.

- Batman??

La femme se recroquevilla en boule dans un recoin derrière une poubelle, mais l'homme n'eut pas cette chance. La créature reniflait l'air nauséabond de la ville à pleines narines, mais elle pouvait aussi détecter l'attitude générale des êtres vivants autour de lui. Et l'homme empestait deux choses : la peur, mais également l’agressivité. 

- Oh merde!

Il recula machinalement, trébuchant sur un carton et tombant à la renverse. La chauve-souris géante fixait l'homme de ses deux yeux jaunes tandis qu'elle avançait d'un pas pesant vers sa nouvelle proie. Elle était acculée et désarmée : le couteau avait volé loin de ses mains durant la chute et c'était mieux ainsi. L'homme criait et pleurait, la panique ayant une totale emprise sur lui. Il était fait, Kirk le savait. Au moins, la créature oublierait peut-être la femme durant le carnage qui s'annonçait...

Puis, la chauve-souris fut soudainement aveuglée et s'en retrouva confuse. Un son de sirène lui écorcha les tympans, ajoutant à sa douleur. S'agrippant aux escaliers et aux échelles de métal qui longeaient les immeubles de bas en haut, la chauve-souris pu s'extirper de la ruelle tandis que des torches étaient braquées sur elle. Elle reniflait la surprise et la confusion chez les deux hommes qui venaient d'arriver. L'un d'eux murmura une courte prière tandis que l'autre retourna à la voiture appeler des renforts. La chauve-souris géante s'enfuie loin de la scène, trimbalant avec elle un objet lourd et métallique qu'elle ne semblait pas vouloir lâcher. Telle avait été la nuit de Kirk Langstrom. Incapable de discerner le vrai du faux, il ne pouvait que s'en remettre au destin. Il plongea dans les ténèbres, incapable de contrôler la chose qui commandait à son corps.

À son réveil, Kirk fut aveuglé par la soudaine lumière et fut bientôt suivi par un mal de crâne horrible. Le froid planta ses mâchoires dans sa chair et il frissonna : tout ce qui lui restait de vêtements était son pantalon, déchiré et sale de terre et de sang. La tête lui tournait et il avait du mal à s'orienter. Il entendait les bruits des voitures, des gens qui marchaient sur le trottoir non loin et des coups de feu dispersés ici et là dans la ville, éternelle musique de Gotham. Lorsqu'il tenta de se relever, Kirk retomba au sol et se cogna contre un objet de forme métallique et rectangulaire.

- Mais qu'est-ce que... 

Recouvrant peu à peu la vue, Kirk fut en mesure de comprendre quel était l'objet à ses pieds : c'était la valise de ses expériences, complète de ses notes et de ses seringues. Mais qu'est-ce qui se passait? Kirk nageait dans la confusion : la dernière scène dont il se rappelait était dans le musée... Le gang de Nocturne l'avait menacé, prit une seringue... Oh non...

- Il faut que je sorte d'ici... et que je remette de l'ordre dans mes idées...

Frissonnant à nouveau, le zoologue parvint finalement à se relever à l'aide d'un amoncellement de vêtements usée et déchirés. Cherchant à la va vite un gilet et des chaussettes, il s'habilla avec difficulté tant ses os et ses muscles le faisaient souffrir. Il ne savait pas ce qui s'était passé après avoir reçu l'injection, mais sa présence dans cet endroit qui lui était inconnu et dans un état aussi pitoyable ne pouvait qu'être mauvais. Ramassant la valise, Kirk Langstrom prit une grande inspiration et sortit de la ruelle. Les gens le dévisageaient, mais il s'en fichait. Il voulait partir loin, rentrer chez lui, se laver et repenser à tout ça. Dans quel était était le labo du musée? Et Francine, allait-elle bien? Était-elle inquiète? Et les enfants? Tant de questions se bousculaient dans sa tête et il lui était impossible de penser clairement.

Prenant la direction du metro, Kirk trouva assez de monnaie dans son pantalon usé pour se payer un passage et profiter de la chaleur des tunnels. Se mettant dans un coin, il attendait le metro. À en croire le nom de la station, il était à l'autre bout de la ville.  Comment avait-il fait pour voyager aussi loin sans vêtements, sas argent et surtout sans aucun souvenir? La réponse lui vint de la manière la plus brutale qu'il aurait pu imaginé. 

Un type vint s'asseoir à sa droite. Ordinaire, ce n'était pas ce détail là qui accrocha l’œil de Kirk : c'était le journal qu'il lisait. La première page lui donna des sueurs froides et les révélations foncèrent sur lui tel un vautour aux serres acérées. La photo montrait clairement la silhouette d'une chauve-souris géante. Quoique floue, on ne pouvait se tromper : l'animal portait un pantalon comme le sien. Et le titre n'améliora guère la situation : Terreur sur Gotham, une chauve-souris géante massacre 23 personnes. 


Fin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Naissance de la Terreur Ailée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Naissance de la Terreur Ailée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cauchemar Ailé ou Terreur des Abîmes
» [Dessin] Loup ailé
» La Barque Ailée
» Joyeux anniversaire Licorne Ailée
» [STARLA] Identification Cheval ailé -> résolue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Old Gotham :: Musée Cyrus Pinkney-