Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter


Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Sam 20 Jan - 11:43

Collateral Damage. Induire en erreur. On connaît au moins une personne dans notre entourage capable de vous mener par le bout du nez, faire en sorte que toute la responsabilité, les pots cassés, vous soient jetés en pleine figure. C'est un concept devenu universel, dans cette société. Là où l'homme partage sur son millénaire, l'homme moderne le mangera, en invoquant son triste passé et les myriades d'excuses pouvant expliquer autant son inaction que ses décisions malsaines. Qu'il soit élève lycéen, ou bien collègue, ou encore homme politique, tous ont pour optique de vous dénigrer dans leur appréciation de la vie. Pour eux, vous êtes ce dont ils se nourrissent. Et aujourd'hui, ce sont les Mapuches, les victimes. Ils sont deux chefs, dont un Jivaro à être suivis par plus d'une centaine de leurs peuplades respectives, tenant banderoles et pancartes sur laquelle sont écrites leur revendications dans un anglais succinct et parfois maladroit. Cependant, l'on peut affirmer qu'un même message est passé durant cette marche : l'arrêt de la répression des ethnies.

Tous scandent, toutes les mères hurlent leur douleur tandis que les musiques emplissent Grand Avenue, et que les blancs ordonnés viennent observer ce "spectacle". Tous ignorent ces gens levant leurs téléphones ou caméras, les prenant plus pour le "fun" plutôt que dans la compréhension et la compassion de leur combat. Des policiers encadrent la manifestation, mais ne prêtent que peu d'intérêt à ces hommes venus d'ailleurs. Et pourtant, ne devrions-nous pas tous être égaux, nous respecter et nous aimer malgré les différences ?
Dinah y pense et regarde cette scène avec appréhension, et un léger désespoir face à la cause de ces peuplades. L'homme blanc est parfois si suprémaciste. Perchée sur les barres reliant les rails du métro à des points de soutien, elle fume sa light, les cheveux blonds au vent, elle s'accroupit sans se soucier de la hauteur la séparant du bitume chaud de la rue. Elle sait. Elle sait que ces suprémacistes, que les membres des gouvernements des pays du Sud veulent faire sauter ces gens. Ou bien faire sauter les gothamites et le mettre sur le dos des chefs. Les communications interceptées par les réseaux de Barbara lui ont laissé un goût amer en bouche, pendant que Katana se sentait prête à faire un bain de sang à leur écoute. Mais Dinah avait choisi de ne pas l'impliquer, mais de plutôt compter sur Barbara en cas de besoin car d'une, leur rouquine d'amour avait besoin de reprendre le boulot, mais en plus, choisir Katana n'aurait rien arrangé, aussi efficace qu'elle soit et droite dans sa notion de justice.

Et soudain, vient le moment qu'elle attendait. Son sourire réapparaît à mesure qu'une homme entre dans l'une des stations de métro en réparation, un paquet sous le bras. Sans doute le signal qu'elle attendait, car la voilà en train de descendre de barres en immeubles, de fenêtres en gouttières jusqu'à cette destination sombre, où le silence est roi. En descendant ces marches à moitié fracassées, en frôlant de ses doigts gantés ces murs humides nettoyés de leur peinture, Black Canary espère trouver un indice, une trace, pour la mener jusqu'à ces gens. Puis, elle entend des bruits de pas sur sa droite, quelqu'un trottinant sur les rails de la station. Alors elle se décide à suivre calmement cette piste, tout en s'armant de ses poings américains. À mesure qu'elle avance, des voix s'ajoutent aux pas et alors, la justicière s'arrête, se cale contre le mur pour se fondre dans l'ombre. Ils sont en train de poser des boîtiers, d'étendre de longs câbles tout en s'insultant ou en essayant de se plaindre de leur condition.
"Franchement, si il n'y avait pas dans les neuf cent mille dollars en jeu, je serai pas là. Ça sent le rat mort ici.
- Passe moi le câble au lieu de chialer. Tu veux pas te faire tuer par Gormogon. Si ?"
Gormogon ? Ce nom lui dit vaguement quelque chose. En lien avec Tim. Et soudain, Dinah se rappelle. C'est cette femme que le jeune Robin a tabassé violemment. Une des clés ayant ouvert les portes nécrosées de sa rage. Dinah sort lentement de sous sa veste sa caméra télescopique miniature, ainsi que l'écran, et observe la scène depuis celui-ci avec attention.
"Mais sérieux c'est qu'une meuf. Et on a des Beretta. Tu crois vraiment qu'elle peut quelque chose ?
- Bouclez-la bande de cons. Elle arrive."
Les cinq hommes se taisent, et Canary reste en alerte. Elle voit arriver en face une femme blonde, qui lui ressemblerait comme deux gouttes d'eau, si elles avaient le même goût pour les combinaisons serrées. Et sans doute pour le bourbon et le tabac. Dinah fronce les sourcils, mord ce qu'il reste du filtre de sa light fermement avant de calculer le nombre de boîtiers, qu'elle reconnaît comme bombes, dans ce tunnel en cours de rénovation; tunnel juste en dessous du passage de la manifestation. Mais surtout, placé entre les barrières séparant manifestants et pauvres lambins observant la scène. De quoi monter les deux côtés, sans que jamais l'on ne se doute du vrai instigateur. Quelle bande d'enculés. Le plus trapu des cinq se redresse et vient jusque devant Gormogon.
"Vous tombez bien M'am. Ils ont presque fini l'installation du système.
- Il manque plus qu'à souder le tout à l'émetteur. Ça ne prendra que quelques secondes. Ils passeront et ... boum ! Comme quand j'ai sauté cette prostituée, y'a deux jours.
- Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre étalon."

Soupir. Les hommes ... Canary envoie le signal à Barbara via son communicateur, en espérant que celle-ci arrive à le recevoir. Puis, elle le leur laisse quelques minutes pour régler leurs comptes, avant de sortir à moitié de la pénombre, non loin d'une pile de caisses.
"Salut."
Ils se retournent, ou la fixent, maintenant.
"J'ai senti que ça manquait de femmes de poigne par ici. Alors je suis venue me rajouter. Ça vous dit ?"


© 2981 12289 0


Dernière édition par Dinah Lance-Black Canary le Dim 4 Fév - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Sam 20 Jan - 13:13

détails
necromans urbains
sous-titre
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


Tous ces gens me répugnaient. Se réjouir ainsi de la misère d'autrui était tout bonnement écœurant. Et après, certains venaient me reprocher ma misanthropie. Comment pouvait-on nier que l'être humain était un être mauvais qu'il fallait éradiquer de cette planète? Comment pouvait-on justifier ce qu'il se passait au dehors? Exposer ainsi des pauvres gens comme s'il ne s'agissait que d'un simple bétail. Pouvait-on justifier le pouvoir des riches et la misère des pauvres? Mais voilà. Les gens sont bien au chaud dans leur maison. Sur la fenêtre embuée de leur chambre, ils dessinent un petit bonhomme avec le bout de leur doigt. Ils se disent que ce n'est qu'un dessin, sans se rendre compte à quel point ils ressemblent à ce bonhomme: ils ont des yeux, mais ils ne voient pas; ils ont des oreilles, mais ils n'entendent pas; ils ont un cœur, mais ils ne le savent pas. Ils refusent de voir et d'entendre la vérité: que dehors, il y a aussi des bonshommes sur le carreau, mais sur le carreau de la société. Ils semblent ne sentir aucune compassion et se taisent, comme si tout cela était normal. Ils oublient qu'il ne suffirait d'un rien pour que eux-même se retrouvent à la rue, que la vie est tel un funambule qui déambule sur un fil: un seul mauvais pas, et vous tombez dans l'oubli, vos "amis" vous renient car l'Homme est égoïste et que vous feriez "mauvais genre" dans leur vie bien propre et bien rangée, vous vous retrouvez dans la rue, seul et abandonné de tous. 

Ces gens, présents en ce jour sont encore plus immondes que les autres. Ils ne ferment pas les yeux, au contraire, ils les ouvrent bien grands. Ils sont mis face à la détresse de Gotham, mais cela semble être un spectacle divertissant. Avant de redescendre dans les souterrains, je m'arrête dans une boulangerie. J'achète des viennoiseries et vais les apporter à ces pauvres gens. Ils me jettent un regard surpris et disent quelque chose dans une langue que je ne comprends pas. A leur regard, je suppose qu'il doit s'agir d'un "merci". Les enfants se jettent sur la nourriture comme s'ils n'avaient pas mangé depuis plusieurs semaines, et, à leur tour de taille, c'est bien possible. Autour de nous, personne ne dit rien, les gens me toisent comme si j'eus été anormale. Ils ne comprennent pas que ce sont eux qui ne sont plus normaux, qu'ils sont dépourvus de la moindre empathie. Cela ne fait que conforter mes choix. Je ne suis pas meilleure qu'eux, mais je m'en rends bien compte moi au moins. La planète a décidément besoin d'un bon nettoyage. Et Gotham est sans aucun doute la ville qui en a le plus besoin. Peu de gens méritent encore de vivre. Même ceux qui prétendent aider ne sont pas tous méritant. A Gotham, Bruce Wayne par exemple, organise des galas de charité. Quelle blague! La fortune qu'il dépense dans ces galas est nettement supérieur à la somme que toutes les fortunes de Gotham peuvent lui apporter. Derrière ces œuvres de charités se cache, selon moi, une mégalomanie indescriptible.

Je redescends dans les souterrains. Mes hommes de main étaient en train de déposer les bombes. Une main à ma ceinture, je tiens la crosse de mon glock 17. Je ne fais aucune confiance à ces hommes, un peu choisi par défaut. En descendant, j'entends une remarque misogyne à mon égard. Si je savais lequel de ces crevards avait parlé, je lui enverrais une balle entre les deux yeux sans hésiter. Mais je ne pouvais pas tous les tuer, j'avais encore besoin d'eux. Pour le moment.  Déjà bien énervée par ce que je venais de voir au dehors, je les fusille du regard et sans même leur adresser un bonjour, je leur demande.


-Bon, on en est où?

J'écoute vaguement leurs explications. Puis, parmis eux, je reconnais une voix qui s'exclame:

-Il manque plus qu'à souder le tout à l'émetteur. ça ne prendra que quelques secondes. Ils passeront et...boum! Comme quand j'ai sauté cette prostituée, y'a deux jours.

Je dégaine mon Glock et tire une balle dans le crâne de celui qui venait de parler.

-Voilà ce que peut te faire une nana! Et ta vulgarité n'a pas arranger ton cas. Il y en a un autre qui a quelque chose à y redire?

Un silence de mort s'installe alors que le sang encore chaud coule sur le pavé. 

-Bon alors maintenant au boulot et en silence!

Les hommes obéissent sans demander leur reste. De l'ombre, surgit alors une jeune femme que j'identifie immédiatement comme étant Black Canary. Une jolie jeune femme qui propose de façon légèrement sarcastique de se joindre à nous. Je lui réponds sur le même ton.

-Mais avec grand plaisir, ça mettra un peu de plomb dans la cervelle de ces incapables.

Hors-sujet.



Dernière édition par Angela Jackson/Gormogon le Dim 21 Jan - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Sam 20 Jan - 22:51

Collateral Damage. Quelque chose en elle se déclenche. Un sursaut d'un autre temps, d'une autre vie qu'elle préférait oublier pour mieux vivre. Cette détonation, cette façon d'agir, de ne pas se sentir mal face à la souffrance d'autrui, de savoir que l'on a agi pour les bonnes convictions. Des choses lointaines, mais toujours ancrées en Dinah. Elle ne peut réprimer un sourire; malsain sans doute. Mais le mal est fait. Cet homme est mort et elle a alors eu l'impression de revoir Slade, de sentir la main de Kurt .... un immense frisson la secoue. Les hommes ont l'air de soudain hésiter, pris entre deux blondes complètement givrées, bien que l'une soit plus penchée criminalité que l'autre. Mais que l'autre ne leur fera pas de cadeaux. L'un d'eux sue même en voyant luire les fameux poings américains qu'un de ses postes avait déjà embrassé. Salement.
"Comment ça se fait qu'elle est là ? !
- C'doit être ce con de Billy. Mais maintenant qu'il est crevé ...
- Occupes toi de finir la bombe. Je vais la mettre à terre cette pute.
Le baraqué craque ses doigts et s'avance. Il pense faire sourciller la justicière, mais rien ne vient. Et alors qu'il se décide enfin à la charger, prêt à la prendre à la tête et à l'enfoncer contre, en pensant aussi à ce qu'il ferait quand elle serait hors course, il ne voit pas qu'elle aussi s'est mise à le charger. Mais pas en se gonflant comme lui de toute sa masse musculaire, mais en allant chercher le contact plus bas. Cette catin est penchée et elle va le baiser. Fort. Elle le baise fort. La sensation dure du métal sur son entrejambe lui coupe le souffle. Le sang semble lui remonter au cerveau, lui sortir par le nez quand soudain un deuxième contact vient éclater sa joue. Les os craquent et alors la demi montagne s'effondre à terre.

"Ok."
C'est tout ce qu'elle rajoute en regardant le mec inconscient à terre. Mais rapidement, elle prend conscience qu'il n'y a pas qu'avec la force brute qu'ils sont armés. La preuve en est qu'elle voit d'un regard en coin un pistolet Beretta se lever dans sa direction. Ni une ni deux, portée par cette soudaine montée d'adrénaline, Black Canary se remet à courir, allant tout bonnement chercher refuge derrière des caisses, tandis que les premiers coups de feu viennent effleurer les lattes et même sa perruque blonde. Elle réfléchit, fouille sa ceinture et ne voit toujours aucune réponse de Barbara à son appel. Bon. Ce n'est pas la première fois qu'elle se retrouve face à des gars armés. Mais face à Gormogon, c'est comme face à Shiva : il n'y a pas de concessions. Il suffit de voir comment ça a fini entre elle et Tim. S'emparant d'une de ses grenades sonores.
"Retiens la encore merde ! J'ai plus que quatre branchements ! Putain de merde !"
Dans le stress, le délinquant se brûle avec la machine à souder. Il se prend les doigts, sans remarquer sur le moment ce que son collègue s'apprête à faire. Et quand il relève la tête c'est trop tard. Le "non" n'a pas le temps de sortir de sa bouche, le tir est déjà parti. Il touche la grenade. Un cri démentiel en sort, ricochant contre les murs, contre les rails. Tout vibre, au point qu'il en saignerait presque des oreilles. Alors il hurle, essaie de trouver sa patronne dans le flou, avant de tomber dans les pommes, le sang sortant enfin de ses oreilles. Dinah se décide enfin à sortir de moitié, à regarder les corps étendus par terre, sans voir où se trouve Gormogon. Main sur son bras, touché par une précédente balle, elle essaie de rester concentrée, de retrouver sa cible.

"Tu es Gormogon. Celle qui s'est faite tabasser par Robin."
Elle lâche cette phrase sans pression, en grimaçant quelque peu car sa blessure la lance.
"Que t'a-t-il fait, pour que tu lui donnes autant envie de te frapper ?"
Personne auprès des boîtiers et de l'émetteur sans doute relié à un interrupteur portable. Personne dans les ombres en face d'elle. Ses sens sont en alerte, son coeur bat plus rapidement. Elle veut savoir, mais elle appréhende autant l'apparition soudaine de la criminelle, que celle des gothamites, là haut. Qui risquent de quand même sauter en partie. Après tout, trois bombes sont déjà opérationnelles.
"Laisse moi deviner. Tu penses qu'il t'a trompé avec Batman."


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Lun 22 Jan - 21:43

détails
necromans urbains
sous-titre
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


Je m'étais réfugiée en haut d'une canalisation pour éviter d'être touchée par l'explosion. Je dois admettre que j'étais bien heureuse que mes hommes de main se soit eux-mêmes décimés. Cela m'éviterait de me salir les mains plus tard et visiblement, ces lourdauds n'auraient fait que me gêner dans mes projets. Je serai plus regardante la prochaine fois. Ceux-ci n'étaient point méchants, fort cupides et surtout, d'une bêtise à faire de l'ombre aux candidats de la télé-réalité. Et Dieu sait combien ces gens sont bêtes. Et encore, s'il fallait faire le lien avec la télé-réalité, les candidats ont au moins le mérite d'avoir un corps plaisant qui fait oublier leur déficience de QI aux plus superficiels, mes hommes n'avaient décidément rien pour eux.

Black Canary savait bien où me toucher pour me faire mal. Parler de Tim... Une de mes plus grandes faiblesses. Mais je tentais de me guérir, tant bien que mal, de cette passion qui me dévorait depuis une dizaine d'années. Je commençais à y parvenir, mais entendre le nom de mon ex amant me mettait toujours hors de moi. L'évocation de sa trahison, enfin de l'une de ses trahison, m'arrachait une croûte et faisait saigner à nouveau la plaie. La vision du jeune homme enlaçant Spoiler me hantait encore. A cette pensée, mon coeur se serra et je serrais les lèvres pour ne pas répondre à cette provocation. Si je répondais, je lui avouerais ma faiblesse. Ne sachant trop où me mènerait cette rencontre, je préférais garder pour moi tout ce qui pourrait me causer du tors. 

Je descendis de mon perchoir. Je me tenais juste devant la cachette de Black Canary, ouverte à sa vue. Si l'on devait se battre, autant que ce soit à la loyale. Mais je n'avais pas envie de l'attaquer. Je voulais simplement finir ma tâche sans que l'on vienne m'embêter. Ma cause était juste. J'en étais persuadée. Je pourrais parlementer avec la jeune femme. Peut-être parce que nous nous ressemblions physiquement, j'avais l'impression que nous pourrions nous ressembler aussi dans nos convictions.  Je fis un pas vers elle, tout en restant à bonne distance, au cas où elle ne serait pas dans une optique si pacifique que la mienne. Je sentais la chaleur de mon Glock contre mon flanc, et cela suffisait à me rassurer. Je dis doucement, sans aucune défiance dans la voix:


-Tim a mal agit avec moi. Mais le mal qu'il m'a fait n'est rien face au mal fait à l'humanité en ce moment même, juste au dessus de nos têtes. Comment peut-on voir ce qu'il se passe et rester si indifférent? Est-ce ça le monde que l'on veut laisser aux enfants?

Aux réponses de mon sosie, je jaugerai de l'issue de cette rencontre, et sans doute du sort des passants.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 28 Jan - 10:40

Collateral Damage. Un Glock avec elle, sans doute de quoi activer les bombes déjà connectées. Cette Gormogon sait sans doute qu'elle se retrouve en position dominante, ou tout du moins pour le moment. Mais le fait que Dinah ait parlé de Tim semble avoir piqué au vif la criminelle. La voilà à vue, prête néanmoins à dégainer son arme si jamais Canary se décidait à forcer le pas. Alors la justicière l'écoute, non sans lui jeter des oeillades pour le moins réprobatrices. Elle comprend Gormogon sur la forme. Il est sûr qu'on ne peut pas se permettre d'applaudir et sourire face à une telle démonstration d'hypocrisie. Mais de là à tuer des gens qui, n'ont sans doute même pas une conscience précise de ce qu'il se passe ? Dinah soupire fortement.

"Un jour, les chrétiens ont été massacrés. Ça s'est passé au temps des romains. C'était une petite communauté, qui cherchait à grandir. Et un jour ils ont été accusés de cet incendie, sous le règne de l'Empereur Néron."
Dinah tapote sur son communicateur discrètement. Elle cherche à se caler sur la fréquence, et à tester de manière dangereuse ce qui pourrait ou non lui servir de brouilleur sur le dispositif de mise à feu.
"Comme ces familles, là haut. Aujourd'hui l'incendie, c'est cette poudre. Et eux, ceux qui vont se faire accuser, sans qu'on connaisse les commanditaires. Pour des histoires de fric."
Après une dizaine de rapides tentatives, elle semble voir les lumières de l'émetteur changer durant un rapide coup d'oeil. Si c'est cela, tant mieux. Si ce n'est pas ça, elles vont sauter toutes les deux. Et les gens au dessus avec elles. Le pire scénario possible en soi. Un frisson vient secouer son échine et pourtant, elle sort de l'ombre. Et elle lui fait face. Un regard dur, un regard froid où la justice devient la flamme étouffante et brûlante, le dragon aux dents acérées déchirant la chair. Tim lui a fait mal. Individuellement. Ces gens aussi, ont mal, individuellement.
"En vrai, le seul moyen de faire entendre ta vérité, c'est de détruire tout ce qui veut la changer."
Deux balles fumigènes se retrouvent entre ces doigts.
"Ce n'est pas comme ça qu'on agit par amour."
Les deux balles s'entrechoquent et frappent le sol, déversant dans un crépitement leur contenu dans une puissante volée de fumée.

Bien. L'épais voile va permettre une percée directe vers l'émetteur, et ainsi de se mettre à portée, afin de bloquer la fréquence et donner du temps à la manifestation de passer. Sûrement, qu'elle se retrouvera blessée. Mais Dinah s'en fout. Ce n'est pas en se mettant en retrait qu'on protège des civils, si ce n'est pour récolter de l'argent sur leur misère sans que rien ne leur soit donné en retour. Ça c'est être un politicien ou bien un procureur. Ses doigts se resserrent sur les poings américains tandis que le signal diverge dans une lueur étouffée aux deux tiers par ce brouillard artificiel.
Étouffée, comme les sentiments qui devraient être vrais, sincères. Mais est-ce seulement possible dans une société comme celle-là ? Est-ce que l'on peut se montrer vrai, envers l'autre, sans avoir peur d'être blessé ? Mais être blessé ... ne nous rend-il pas plus humain ?
Dinah attend, perception au maximum, pendant qu'en haut grondent les cris de protestation, les combats, depuis les aérations du tunnel. Elle sourit, sent son coeur devenir plus léger lorsque son introspection trouve enfin une réponse : on a le droit d'être vulnérable et de se battre, de se battre jusqu'à son dernier souffle car, nous avons tous notre place. Et pour ça, pour eux, Black Canary se battra.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Sam 3 Fév - 1:39

Nécromans urbains.
Je ne comprendrai jamais les criminels. À rechercher constamment un succès, de la gloire, une notoriété via les domaines de la tricherie, du meurtre et des mécréances. Certains vont même jusqu'à dire qu'ils se rebellent pour guérir notre société malade, mais c'est parce qu'ils vont se rebeller que notre monde se décompose. C'est parce que leur mépris est jeté sur les innocents, les monsieurs et madames tout le monde qui travaillent fort pour le donner à la pègre, les piliers craquelés par milliards de l'humanité. Ils pointent du doigt l'hypocrisie commune, alors qu'ils s'en servent eux-même pour mettre à terme leurs manigances. Si nous étions moins préoccupés à crier que nos voisins sont des trous de cul et que notre communauté est nécrosée, nous serions plus prédisposés à venir en aide à notre prochain. Ne manquerait qu'à éliminer notre égocentrisme et notre individualisme pour un monde plus fleurissant que jamais, une force que chacun cueillerait en plein cœur de la société, ensemble. Un truc qui existe pas chez la race humaine, si je me fis à mon gros bon sens, mais je pouvais toujours rêver.

De toutes façons, qui étais-je pour noter que l'humanité c'était de la merde ?

« Putain ! Batgirl ! » Avait crié un jeune pubère à la voix cassée.

« On dépose les sacs, messieurs. »

« Fuck ! »

Le plus vieux des trois avait pris la course avec le plus gros sac. Il se dirigeait vers l'extrémité de la ruelle sale dans laquelle nous nous trouvions. J'avais pris l'occasion qu'il déconcentre ses amis pour aveugler le premier d'un coup de paume au nez et immobiliser le second d'un coup de genou aux bijoux. J'avais même pris la peine d'appeler la police avec le téléphone cellulaire du pubère, avant de les laisser tous les deux enchaînés au tuyau d’égouts du restaurant d'à côté, les sacs d'argent à leurs pieds.

Puis parce que j'étais une femme tolérante, je donnai un peu de temps supplémentaire à mon fuyard, prenant plutôt un raccourci coupant entre deux buildings et qui donnait sur l'autre partie de la ruelle en forme de "U". J'attendis en retrait, cachée derrière le mur duquel se rapprochait dangereusement le voleur amateur de supérettes. C'était ça, être le larbin de Batman. Pendant qu'il se tapait les hordes de Black Mask, toi tu te faisais des adolescents délinquants de supérettes. C'était la façon de rendre le monde meilleur, pas vrai ?

Un highkick et une manœuvre à lui faire jeter son sac, le tour était joué. Puis il n'avait pas eu mal, mise à part son nez en sang.

« Prochaine fois, tu viendras porter ton CV ici, pas ton flingue et tes amis mineurs. »  

Quoiqu'il venait un peu de gâcher ses chances d'entretien, le mec. En revenant vers les autres, je dû lui aussi l'enchaîner sur un tuyau et également rapporter les sacs à la supérette. Ils n'auront rien perdu, si ce n'était de la vitre brisée. Les policiers arriveraient dans les minutes à suivre. Moi, je venais de recevoir un appel urgent de Canary, obligée de vérifier via montre tactile sur ce qui se passait en plein cœur de l'avenue de la station métro, à l'heure actuelle.

[...]

Mon sprint et mes pirouettes portèrent fruit jusqu'à l'avenue où se déroulait bruyamment la manifestation. Non seulement j'étais arrivée en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, j'avais aussi terriblement mal aux jambes. M'obligeant à y aller mollo le temps de me rendre jusqu'à l'intérieur de la station, tout en bas d'escaliers craqués et mal peinturés. Rien sur les railles, mais une fumée s'échappait d'un côté du tunnel et je devinais que Canary en était la raison. Sauf qu'avant que je n'aille le temps d'atteindre les traques de métro, on me prit par la gorge, en arrière. Un homme poilu m'avait soulevé en espérant m'étouffer par le pli de son coude, mais la seule chose qui me pinça réellement fut le faux-cuir tirant sur ma peau de cou entre mon col de jacket. Il eut le temps de me couper un peu le souffle, mais son collègue devant moi me permis d'user de son poids d'un bond des pieds pour pivoter dans les airs de l'autre côté et l'envoyer sur le dos. Utilisant sa prise sur mon cou pour lui tordre le bras et l'envoyer valser contre son pote d'un coup de botte au dos.

Ils se relevèrent, évidemment. À la charge, à deux, ils tentèrent de me coincer entre deux murs d'un coin, mais se retrouvèrent à se câliner férocement puisque j'avais fait une roulade entre les mollets écartés du plus velu et avait attrapé leur tête par les tifs pour leur cogner chacun le front, résultant une bonne nuit de sommeil. Plus de temps à perdre, je fonçai vers le tunnel de métro. D'abord à grandes enjambées, puis finalement à pas de chat. Quelque chose de dangereux se passait entre deux nuages de fumée. Je ne savais pas exactement ce que j'en pensais, mais je n'avais pas vu d'explosions à la surface, ça devait être une histoire entre les responsables et Canary.

Je profitais qu'on ne puisse pas voir à un mètre de soi pour jouer à cache-cache avec les vilains. Même Canary, je ne l'aperçue pas aussitôt. Ce sont ses paroles qui me permises de savoir où elle se trouvait. Longeant les murs froids du tunnel, j'aperçu enfin les installations explosifs. Si je pouvais me rapprocher un peu plus, j'aurais la main sur le danger potentiel de l'avenue et avant que la fumée ne se disperse.



Dernière édition par Barbara Gordon le Jeu 8 Fév - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 4 Fév - 12:02

détails
necromans urbains
sous-titre
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


Je secouais lentement la tête en écoutant le discours de Canary. A une époque, j'aurais voulu être comme elle. Avoir foi en l'humanité. C'était tellement beau d'être idéaliste. Mais en faisant le tour du monde j'avais vu trop de choses qui m'empêchaient désormais de croire en la bonté humaine. Les meurtres, les massacres, les pillages, le harcèlement.... Tout ça par intolérance, ou pour de l'argent. Voilà quelle était la vraie nature humaine: un égocentrisme nous faisant refuser la différence tant physique que cognitive, un arrivisme qui nous poussait à écraser les autres pour arriver à un confort personnel. J'en étais intimement convaincue, l'être humain était incapable d'amour. Pas un amour sincère et inconditionnel. Quand un être humain aime, il n'aime que le reflet que la personne lui renvoie de lui même. Même l'amour que des parents vouent à leur enfant est égoïste. Au travers des âges, on a d'abord fait des enfants pour avoir une force de travail supplémentaire et pour se faire bien voir de (ou "des" selon les croyances) Dieu(x). Ce n'est d'ailleurs qu'au début du XXème siècle que l'on commence à considérer l'enfant comme un être humain, à s'intéresser à son développement et à la psychologie de l'enfant. Alors, les gens ont commencé à faire des enfants pour avoir quelqu'un qui s'occuperait d'eux pendant leurs vieux jours. Enfin, on a inventé le système de retraite et les enfants sont nés pour que les parents touchent des allocations familiales. 

-Si l'on regarde un peu plus loin dans le temps, les chrétiens sont à leur tour devenus les bourreaux. Lors des croisades, ils n'ont pas hésité à piller et à massacrer les musulmans. Maintenant, les musulmans aussi se rebellent et massacrent les populations occidentales au travers des attentats. Chaque peuple frappe sur les plus faibles que lui et l'Histoire est un éternel recommencement. Aucun ne réussi à tirer des leçons de ce qu'il a vécu. La mémoire est bien courte lorsque l'on peut tirer soi-même profit d'une situation. Tu te trompes Black Canary. Je n'agis pas par amour. Ni par amour de l'Homme, ni par amour de Dieu, comme le font ou l'ont fait ces gens. J'agis par dégoût de la nature humaine. Une purge nécessaire à la planète. Tu auras beau dire que je suis folle, comme le font tous les gens du dessus, mais si je suis ainsi, c'est que la nature avait besoin d'une cinglée pour nettoyer la planète, et je ne suis pas la seule. Nous sommes de plus en plus nombreux et peu importe les idéalistes comme toi ou Batman, il y si ce n'est pas moi, il y aura toujours quelqu'un pour achever mon oeuvre, et ça, vous ne pourrez pas l'empêcher.

C'est la vérité. L'Homme n'a pas d'autres prédateurs que lui-même dans la nature. Cela nous oblige à nous réguler nous même. L'augmentation de "timbrés" comme ont dit est simplement le signe de la surpopulation et le besoin du monde entier à supprimer le surplus. Un nuage de fumée s'éleva de l'endroit où se tenait Canary et remplit vite la totalité du conduit. Ah elle le prenait comme ça! Je crois qu'encore une fois, la diplomatie ne suffira pas. La fumée me prit vite au bronches et me fit tousser. Je voulais ouvrir les yeux pour ne pas laisser à Canary l'occasion de déjouer mes plans sans jamais me laisser l'occasion de les défendre. Mais mes yeux papillonnaient. La fumée les brûlait au point de me faire monter les larmes aux yeux. Mais je me forçais. Je n'avais pas d'autre choix. Déjà que la fumée m'empêchait de voir, les larmes brouillaient encore plus ma vision. Au bout de quelques minutes, je distinguais une silhouette... puis une deuxième. Je fronçai les sourcils. Personne d'autre que Canary et moi n'était censé entrer dans ce tunnel, si ce n'est les hommes que j'avais engagé et qui étaient déjà morts. Canary aurait-elle appelé du renfort? Ou quelqu'un ne se trouvait-il pas à sa place? Dans le doute, je pris mon glock à ma ceinture et je tirai deux balles en direction de chacune des silhouette. Deux flammes jaillirent et transpercèrent l'écran de fumée, dessinant chacune une route de neuf millimètres de diamètre. Avec la vision que j'avais à ce moment précis, cela aurait été un véritable miracle que je touche l'une des deux silhouette. Tout était tellement flou autour de moi. Néanmoins, ces balles avaient un peu éclairé le passage. Avant que le nuage ne se referme sur les abysses, j'avais pu distinguer quelques cheveux blonds, appartenant sans aucun doute à Canary, et quelques cheveux roux appartenant à une tiers personne. C'était sûr à présent, Canary avait appelé quelqu'un. La blonde m'avait bien eue. Qu'à cela ne tienne, moi aussi je pouvais avoir du renfort. Et vu la personne que j'avais sous mon coude, Black Canary allait regretter d'avoir voulu me la mettre à l'envers. 

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 4 Fév - 13:43


Surprise !
Batgirl, Dinah, Angela

À Chinatown, dans l'un des repaires de la Ligue des Assassins, Khafaash était en train de s'entraîner tranquillement en tenue d'entraînement. Ce n'était qu'un exercice de concentration et de mouvement des bras, répétant des techniques avec un rythme doux et harmonieux, ce qui était plutôt difficile à croire avec le type de personne qu'elle était. Or, cela l'aidait à reposer son esprit et son corps, rien d'intense ni d'effort surhumain durant ce moment. Mais, toute bonne chose à une fin, car quelqu'un venait la déranger et d'habitude, elle envoyait la personne à la porte pour être en paix. Ceci dit, ce n'était pas n'importe qui qui venait d'entrer dans sa chambre, en effet, c'est Talia Al Ghul qui semblait vouloir lui demander quelque chose. Du coup, Helena allait se tenir tranquille et s'incline devant sa maîtresse par respect envers la fille du démon et celle qui avait joué le rôle de mère à son égard. Talia lui parle d'une mission à accomplir et d'éviter de citer la ligue des assassins à un héros venant lui barrer la route. Se relevant, la brune prit une photo qui lui tendait sa tutrice. Son nom est Angela Jackson alias Gorgomon, selon Talia, elle était une petite amie de Tim Drake, Red Robin. Or, la blonde semble avoir une profonde colère et haine envers ce dernier et peut-être envers les membres de la Batfamily. Angela connaîtrait l'identité secrète de Tim et de Bruce Wayne, à croire que la Ligue avait ses oreilles partout depuis des années et pour ça, Talia en était fière. La femme voulait que la jeune assassin aille à sa rencontre au plus vite et de l'aider si possible dans son entreprise, voire même la protéger des justiciers venant l'arrêter. Il fallait l'avoir à leurs côtés pour le plan que Ra's Al Ghul avait parlé, il y a quelque temps depuis l'arrivée d'Helena à Gotham.

Helena se prépare alors afin de partir réaliser sa mission, elle était tout de même surprise que ce soit Talia qui vient en personne ne lui donnait. Tenue de combat, arme à feu, sabre et outils ninja, c'est tout ce dont elle avait besoin pour réaliser son objectif. Sortant de sa chambre, un ninja informe la brune de la position de la blonde. Khafaash se met à se dépêcher tout de même avant qu'un héros vienne l'intercepter, ça serait embêtant que sa cliente se fasse capturer si rapidement avant son arrivée. Direction, le Vieux Gotham et dans l'Avenue Station, d'après des informations, il y aurait une manifestation et Gorgomon voudrait profiter de l'occasion pour marquer un grand coup. Aucune idée des réelles motivations d'Angela, mais Helena devait tout de même l'aider et c'était bizarre que la Ligue se mêle de ce genre d'affaire. Se déplaçant rapidement de toit en toit, l'assassine faisait aussi vite qu'elle pouvait. D'après sa Maîtresse, un agent de communication de la Ligue était près des lieux en observateur et à les informer en cas de changement. D'après les communications, Black Canary avait été aperçu près de l'entrée d'une station de métro. Cette pauvre Angie qui n'avait pas eu la chance de l'avoir sur le dos, mais ça pouvait être pire, comme Batman ou Batwoman par exemple. Ceci dit, Hel n'était pas du genre à sous-estimer ses adversaires sans les avoir affrontés une première fois. Plus elle avançait et plus le temps comptait avant que Black Canary bat la Gorgomon, mais le pire, c'est si un autre justicier vient en aide à la justicière de Star City. D'un regard sévère et froid semblable à celui du Batman, elle arrive enfin sur un toit en face de la station de métro à côté de l'observateur en question. La manifestation n'était pas loin de leur position, il fallait juste se concentrer un peu pour entendre les cris des manifestants. Cependant, Helena était concentrée sur autre chose, une chauve-souris qui venait d'arriver : Batgirl. Barbara Gordon, la fille du commissaire Gordon et grand ami du Batman. En ce jour, Helena allait leur faire regretter d'être venu en ces lieux.

Helena demande à l'observateur de rester à sa position et de la prévenir en cas de renfort chez les justiciers. La brune part dans la station de métro pour suivre Batgirl, elle avait déjà dégainé ses deux armes à feu, on dirait une Jason Todd version féminin. Pénétrant dans le tunnel, Khafaash se fondait dans les ombres et sa discrétion ainsi que sa furtivité frôlait la perfection, elle n'était qu'une ombre parmi tant d'ombre. Toujours son regard fixait sur la rousse, elle la suivait sans faire un bruit et mieux, un écran de fumée se faisait inviter à la fête, sans doute dû à l'explosion qu'elle avait entendue avant d'entrer dans le métro. Se masquant dedans, la pauvre rouquine devait se sentir en sécurité, indétectable au point de baisser sa garde se croyant doué pour se dissimuler. Helena a vécu dans les ténèbres, elle a embrassé l'obscurité au point d'être au-dessus du lot parmi les assassins, seul Cheshire, Talia et Lady Shiva pourraient lui être supérieur dans ce domaine. Des explosifs, voilà donc le plan d'Angela, c'était amusant et risque d'avoir mis les pieds dans ce genre d'endroit. Les armes à feu n'étaient pas adéquates pour cet endroit, du coup, Khafaash rengaine ses pistolets discrètement. D'un mouvement sec et venu d'ailleurs, Helena chope Batgirl par les cheveux et la claque violemment au sol. Avant de se mettre entre la justicière et les explosives, reculant de deux pas afin de s'assurer de ne pas se faire balayer par cette dernière. La fumée se dissipe, laissant entrevoir les regards sévère et autoritaire d'Helena sur Barbara, un air de famille.

« Je ne te laisserai pas toucher à ces explosifs, Batgirl. Je vais m'occuper de ton cas et ensuite, j'irai tuer Black Canary, mais toi, je ne te tuerai pas tout de suite. »

Helena se met en posture défensive et attends la riposte de Batgirl, elle allait lui montrer les résultats d'un entraînement avec les meilleurs membres de la Ligue des Assassins ainsi qu'avec Sensei. Jusqu'à aujourd'hui, la belle brune n'avait jamais trouvé un adversaire digne de son niveau, est-ce que les alliés de Batman en seront digne ? À voir avec Barbara Gordon, l'une des plus anciennes membres de la Batfamily.


©️ HELLOPAINFUL


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 4 Fév - 16:12

Collateral Damage. Concentration. Poings fermés, genoux fléchis, nez en l'air, Canary évite tout mouvement brusque pouvant lui demander une respiration plus active, comme lui a un jour appris Wildcat. Elle entend tout, à tel point qu'elle aurait l'impression de voir des formes se mettre en joue, tirer, courir, se couvrir la bouche. Jeter un écran de fumée était chose risquée preuve étant les quintes de toux de Gormogon. Des quintes qui viennent elle aussi à présent lui piquer la gorge. Au moment même où elle se décide à lancer une contre offensive, des pas viennent s'ajouter, puis d'autres qui arrêtent finalement les précédents. Dans un clignement d'yeux, Dinah a cru reconnaître la chevelure rousse de Batgirl. Elle était enfin là, mais au vu des intentions de Gormogon, et de cette autre personne s'ajoutant à ce triste spectacle, il y avait un besoin urgent de redoubler de vigilance. Et sans doute de tenir encore plus longtemps la position pour brouiller le signal de transmission pour les quatre bombes.

Cette pensée est confirmée par ces coups de feu qui alors éclatent, l'un manquant Canary de justesse à la nuque. La sensation est telle qu'elle croit sentir une brûlure et une partie de sa perruque blonde s'envoler en quelques mèches sur le gravier des rails. La balle vient ensuite ricocher sur du métal avant de disparaître on ne sait où. Un frisson la prend à l'échine au point qu'elle est obligée d'interrompre l'action qu'elle envisageait. Mais elle reste stable sous ses bottes, ça c'est le principal. Malheureusement, la fumée étant un moyen de camouflage temporaire, la justicière se retrouve un peu plus à découvert. Une liche de sueur vient couler contre l'arête de son nez et sa nuque, tandis que des quintes la prennent. Elle se décide à courir, bras collé contre ses lèvres vers un autre point, tout en laissant son communicateur près de l'appareil. Elle a l'impression de sentir encore des balles manquer de la toucher quand elle se jette derrière la borne électrique reliant ce tunnel à un autre. Sa respiration se fait plus forte, mais elle tient et espère que Batgirl de son côté s'en sort.
"Tout ce que tu vas faire, c'est donner à ceux qui sont responsables de quoi stigmatiser encore plus ces gens, idiote."
Lâche-t-elle pour elle-même. On pourrait sortir des petits slogans assez probants comme "Chrétiens, crétins" ou bien "Idéalistes, communistes" après ce genre de "parade". Rien qu'en y pensant, Canary retient un rire jaune, tant ces clichés forts mais inscrits au plus profond de la société, n'ont de cesse de ressusciter à chaque "empire". Le déni de l'Homme, la plus mauvaise création des dieux. Ses mains se pressent sur sa ceinture, mais aussi ses poches, afin de s'emparer d'une autre grenade; cette fois-ci sonore.

"Et tu crois réellement que c'est en tuant ces gens là haut, que tu vas régler la chose. Tu entends ça Batgirl ?"
Trouvée. Les doigts de Canary s'agitent sur la sphère jusqu'à trouver le bouton de la grenade. Au dessus, les gens continuent de passer, mais les chants ainsi que les pas s'estompent depuis les fentes d'aération.
"On devrait peut-être rejoindre le côté obscur et leur faire la bise pour nous avoir ouvert les yeux. Imagine. Embrasser Joker. Et moi, Bane."
Dinah grimace rien qu'en pensant à cela. Nom de dieu. Elle finirait broyée sous cette masse de muscle et à jamais salie par tous ses vices. Après cet interlude, la trentenaire court hors de sa modeste cachette pour courir vers son adversaire. Elle détache son pouce de la surface métallique de la grenade, sans savoir où peut se trouver Gormogon à cet instant. Le bruit de son Cri se dégage alors de la sphère avec puissance, sans l'affecter, espérant ainsi apporter confusion et perte d'un sens à ses ennemis, de manière temporaire.

Cependant, aussi fabuleux que soit ce plan, un risque d'effets secondaires peut s'y greffer. Ce qui se révèle être le cas. La grenade atteint le communicateur, rendant la fréquence complètement folle au point qu'elle entend des gens crier de peur au dessus d'elles, pour ensuite se finir dans une immense détonation. Canary fonce droit vers Gormogon, et au dernier moment saute pour attraper entre ses cuisses sa nuque et la faire virevolter durant un Headscissors Takedown. Cette prise n'est pas sans conséquences car la justicière s'est reçue une balle sur le haut de l'épaule. Se redresser s'avère donc difficile pour elle, sa main s'apposant sur sa veste trouée dans laquelle la balle a été aux deux tiers amortie. Sang coulant sur sa main et sur l'arme qu'elle a récupéré, Dinah fixe la criminelle, reflet de ce qu'elle a été, du dégout que lui inspirait les gens alors qu'elle les abattait ou les envoyait changés à jamais dans un lit d'hôpital. On peut le voir dans son regard bleu en cet instant : Elle a la rage, la rage qui s'instille au plus profond d'elle; la rage de vivre, malgré la fiblouquerie humaine.
"On ne vous laissera pas déléguer ce dégout de vous-même à ces gens."
Elle voudrait mettre en joue Gormogon. Sa main en tremble, elle le veut. La tuer, comme elle le faisait à une époque, sans se soucier du passif de ces gens, tentant de renverser sa patrie. Mais elle ne le fait pas. Un léger coup d'oeil sur le côté lui fait comprendre que leur deuxième adversaire est une membre de la ligue des ombres, au vu de sa gestuelle. Ces salauds veulent vraiment faire en sorte de remettre le chaos à Gotham pour leur foutu monde meilleur.

Il y a soudain un tremblement, des pans du tunnel venant tomber non loin des quatre femmes, puis un affaissement significatif d'une partie de la structure. Mais malgré cela, Canary se jette à nouveau vers la blonde criminelle, prête à lui refaire le portrait pour de bon; avec un bras dans le sac.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Ven 9 Fév - 6:14

Nécromans urbains.
J'étais sur le point d'atteindre les petites machineries informatiques servant de détonateurs aux trois bombes restées actives. J'avais déjà préparé un semblant de plan avant d'arriver ici, depuis mon centre de contrôle dans la Clock Tower, il ne me restait plus qu'à me rassurer que personne ne me verr-...

BAM !

Une volée de balles nous frôlèrent moi et Canary. Si je n'avais pas vu la trajectoire de sa sœur, la balle qui s'était dirigée vers moi me manqua d'un poil, déchirant un filet de cuir dans sa trajectoire. Elle disparue par la suite dans le brouillard après avoir laissé une petite marque ronde sur le froid béton du tunnel de métro. Il me fallut cinq petites secondes pour vérifier que j'étais toujours en vie, mais aussi pour réaliser que la fumée épaisse remplissait maintenant mes poumons et asséchait ma gorge. Je réprimais une petite toux sèche dans des soubresauts et hoquets pour ne pas me faire entendre, mais j'eus le sentiment qu'on venait à moi au moment où je faisais face aux détonateurs. Pas de temps pour réagir, à peine avais-je fléchis les genoux qu'on m'attrapait par la couette pour me projeter au sol. Aïe. Le relief inégal du métal des rails, mélangé au gravier, m'imprégnèrent le visage. J'avais quelques petites marques rouges et des bleus ne tarderont pas à colorer mon faciès, mais je ne pris pas - trop - de temps pour me relever sur mes jambes qui se fatiguaient. À peine étais-je sur pattes qu'un visage m'étant étranger se dessina entre deux nuages de fumée. Une femme à l'allure sombre, vêtue comme un spin-off de Red Hood beaucoup moins stylistique. Sauf que je n'étais pas là pour discuter de la mode des bas-collants. Cette jeune femme n'était pas plus qu'un ennemi à mettre au tapis. À savoir si elle avait les compétences requises pour ce genre de métier, j'allais bientôt le découvrir façon improvisé.

À peine m'étais-je remise debout que je bondissais à sa rencontre. Ayant soigneusement contourné les détonateurs posés près du mur, je fis une roulade vers elle, envoya un coup de paume au thorax et plongea mon bras sous son aisselle, la supportant de mon poids dans une projection en chargement sur le dos pour l'envoyer se coucher contre les rails du métro. Fallait pas se frotter aux Bats, c'était dangereux pour les os.

« Ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir abattu. »

Soudain, une explosion. La première des trois avait été déclenchée et les murs se détachèrent comme de vulgaires coquilles à l'éclosion d'un poussin. Je fis déstabilisée par les tremblements de l'incident et dû relâcher ma prise de bras sur la vengeresse criminelle pour me ruer vers le deuxième détonateur. Il n'était pas trop tard pour désamorcer la seconde. C'est ce que je fis. De quelques tapotements de doigts sur l'ordinateur, j'avais profité que mon adversaire doive prendre le temps de se relever pour hacker le système de sécurité et désactiver à distance le mécanisme déclencheur de la bombe. Je dû faire volte-face à la fin de mon action, la gamine était revenue à la charge et mon bras était déjà en mouvement dans une manœuvre de blocage.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 18 Fév - 21:22

détails
necromans urbains
sous-titre
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


Je secouais lentement la tête. Décidément, Canary ne comprenait pas. Ou plus certainement, elle ne voulait pas comprendre. Tout comme beaucoup de gens, elle avait cette prétendue morale qui lui interdisait de prendre toute vie humaine. Elle n'était pas apparentée à la Batfamily pour rien! Alors il n'était plus utile de le lui expliquer. Lorsque les gens décident de croire en une cause, ils en sont aveuglés et refusent l'évidence même. Canary refusait de voir que l'Homme est et restera viscéralement mauvais. Peut-être, me direz-vous, est-ce ma propre cause qui m'aveugle? Peut-être. Néanmoins, je n'ai jamais vu, dans ma vie, une raison valable de croire en l'Homme. Même la nature semble vouloir notre extinction en nous infligeant tornades, séismes et autres tsunami. Pour moi, tout cela est un signe qui me montre que mes choix ne sont pas si mauvais que les humanistes voudraient le faire croire.

L'Homme a en lui-même un instinct agressif et autodestructeur. Comme pour me le confirmer, Canary se jette sur moi pour me faire une prise digne des plus grands combats de catch. J'entends mes cervicales craquer en tombant au sol. Je ne peux plus tourner la tête. En tout cas, pas sans ressentir une vive douleur qui remonte jusqu'au sommet de mon crâne. Cette petite garce va me le payer! J'avais bien tenté de faire preuve de diplomatie mais ma patience a des limites.

-Tu tiens vraiment à mourir pour tous ces crétins? Qu'à cela ne tienne. Je ne suis plus à ça près.

Je me relève relativement aisément malgré mon cou complètement raide. Je me jette sur elle, la plaquant dos au mur le plus proche de nous. Pour faire bonne mesure, j'appuie sur sa poitrine, de façon à ce que sa blessure vienne caresser la pierre froide du mur du métro de Gotham City. Voilà où on en était. C'était une belle métaphore de cette ville en fin de compte: plus vous voulez la protéger, plus elle vous blesse, plus elle vous emporte dans ses infâmes profondeurs. Je regardais Canary dans les yeux. Je savais que quelque part, Batgirl était là aussi. Mais je savais également qu'elle se faisait dominer par cette chère Helena. Tout en fixant la jolie bonde qui se cachait derrière le masque de Black Canary, je me mis à rire à pleins poumons.

-Tu ne comprends pas Canary. Tu as déjà perdu. Je ne suis pas seule. Même si tu réussissais à me vaincre ce soir, même si tu luttais contre tes propres principes et me tuais là, maintenant, ça ne serait pas fini. La ville est corrompue jusqu'à la moelle. Il n'y a plus rien à sauver ici. Je vais  te confier un secret: Gotham est entré en guerre. Une guerre qui nous dépasse tous. Bien sûr, il y a des chefs, des gens de pouvoir qui pensent tirer les ficelles, mais tout cela est d'une importance qui les dépasse eux-aussi. Le seul choix qu'il nous reste, c'est celui du clan ou du gang que l'on veut rejoindre.

Je me rapproche d'elle pour lui chuchoter à l'oreille :"Je choisis le clan des vainqueurs"

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Ven 23 Fév - 18:19


Birds of Prey vs Snake of Hell
Birds of Prey & Angela

Dans un tunnel de métro, Khafaash devait remplir sa mission en venant en aide à une certaine Angela alias la Gormogon. Talia lui avait donné cette mission pour une raison un peu inconnue même si elle voulait se servir de la blonde pour combattre Batman et ses alliés. Avec la puissance de la Ligue et les gangs commençant à s'échauffer, ça aurait été simple de les avoir. Cependant, la jeune assassin devait obéir sans trop poser de questions et de combattre les ennemis de la Ligue avec les alliés qu'on lui donnait. Or, cette mission allait devoir se corser un peu avec l'intervention de deux justicières qui étaient justement liés à Batman : Batgirl et Black Canary. Cela allait être une sorte de mise à l'épreuve pour la jeune brune et voir si elle allait tenir le coup. En tout cas, elle n'allait pas abandonner face à deux justicières, au contraire, cela l'encourage à devoir se surpasser et à montrer à Ra's Al Ghul qu'elle est prête. Dans les ténèbres de ce tunnel, l'assassine suit discrètement la chauve-souris afin de connaître la destination où se trouvait Angela. Bien sûr, Khafaash n'allait pas repartir sans affronter les deux justicières afin de savoir quel genre de formation elles avaient reçu au combat. Connaître leur style allait lui permettre de ne pas être surpris dans un futur combat si elle les recroise par chance si elles survivent à la première assaut d'aujourd'hui. Une explosion, de la fumée, cache-cache dedans, c'était bien parfait pour un assassin de la Ligue de Ra's que de faire plus qu'un avec l'écran de fumée et mettre en pratique la furtivité. La brune avait une sorte de talent inouï dans ce domaine et elle allait être ravie de le mettre en exécution.

Le premier coup, c'était Khafaash qui l'avait porté sur Batgirl profitant de l'écran de fumée pour passer inaperçu. Barbara Gordon n'avait pas dû se douter qu'il y avait un membre de la Ligue des Assassins dans ce tunnel et qui la suivait depuis un petit moment. Une phrase, juste une pour lui dire qu'elle ne la tuera pas aujourd'hui, mais rien ne l'empêchait de la mettre au tapis. Ceci dit, la descendante du Bat devait analyser et comprendre le style de combat de Batgirl avant d'agir plus efficacement contre cette dernière. L'observer, la comprendre, l'analyser en quelque sorte, une chose qu'elle savait très bien faire et l'ayant appris auprès du grand maître de combat, bien plus compétent que Batman. La criminelle est un peu surprise de la façon dont Batgirl la met au sol, une certaine violence, mais rien de meurtrière derrière ces coups. Elle se retient, ne cherchant sans doute pas à tuer ni à la rendre inapte à quoi ce soit. Une prise de judo, en fait, ce n'était que des techniques basiques et plutôt prévisibles au premier regard. Peut-être que la rouquine la sous-estime et ne pas prendre pas au sérieux et cela s'était tout de même assez blessant pour sa fierté de combattante au sein de la Ligue. Une petite démonstration de ce qu'elle était réellement capable pourrait l'aider à voir plus clair de quel genre d'ennemi, Khafaash pourrait être. Une autre explosion qui déstabilise les lieux, au point que Barbara la lâche et tente de se s'occuper du second détonateur. Petite erreur d'inattention, ça coûte très cher surtout face à l'une des meilleures élèves de Cheshire et de Lady Shiva. Batgirl occupait à désamorcer un détonateur, peu importe, pour la brune, ce n'était guère important pour sa mission. Elle était là pour ramener Angela avec elle et l'inciter à aider la Ligue dans leur plan.

La brune met quelque chose dans sa bouche en profitant de ce que Batgirl ait le dos tourner et ensuite, elle lui fonce dessus en la chargeant. Évidemment, la rousse était prête à l’accueillir en se mettant en garde, mais une fois, pas deux. Cette fois-ci, Khafaash allait être plus sérieuse et moins observatrice, elle n'avait pas le temps de jouer avec elles. chopant son bras et pivotant sur le droit, la brune donne un puissant coup d'épaule pour la plaquer violemment contre le mur en poussant bien sûr sa jambe dominante. Suite à cela, Khafaash donne rapidement en coup de coude sur la côte gauche de la justicière avant de sortir une sorte de lame de sa bouche avec un souffle assez fort pour que la lame lui taillade la joue même légèrement. La prenant par les cheveux, Helena l'envoie valser dans le décor qu'elle tombe ou pas, il n'y avait pas d'importance, car le combat était déjà terminé aux yeux de la brune. Sortant deux kunai, une arme de jet ninja, la brune les lance en direction de la rouquine pour la faire réagir, la faire travailler afin de ne pas penser à autre chose qu'à sa blessure à la joue. Au loin, la criminelle voit Angela en train de bloquer Black Canary contre un mur, finalement, elle n'était pas si mauvaise que cela. Mais, elle garde tout de même un oeil sur son adversaire, le temps qu'elle tient encore debout ou ne panique pas après ce que Khafaash allait lui dire. Dégainant l'une de ses armes à feu, la brune s'avance petit à petit de la rousse qui devait avoir quelques signes de fatigue et un peu de fièvre comme si elle était malade. Cela allait la rendre moins rapide, faiblissant ses réflexes et la rendre moins forte afin de mieux la vaincre. Bien sûr, elle n'allait pas la tuer et en général, Khafaash n'utilisait que rarement le poison. Mais là, la brune n'avait pas le temps de papoter ni même de prendre plaisir à combattre.

« Je suppose que tu as deviné ce qui est en train de t'arriver, non ? Je t'ai empoisonné avec l'un des poisons de l'une de mes maîtresses, Cheshire. Ne t'inquiète pas, ça ne va pas te tuer...enfin...si tu t'y prends dans les 48h après cette blessure sur ta joue. Je te conseille vivement de partir d'ici pour te soigner enfin si tu ne t'évanouis pas avant. » Elle pointe Barbara avec son arme à feu. « Tu n'es pas assez forte pour me tenir tête, rouquine. Avec ou sans poison, tu n'aurais pas tenu une minute de plus, tu es trop prévisible et basiques dans ta façon de te battre. Je ne comprends pas le choix de Damian de vous suivre, vous qui êtes si faible. Mais j'ai une question pour toi, mais tu devras me répondre à notre prochaine rencontre si tu survis. Quel genre d'homme est le Batman ? » Un air sérieux et autoritaire avant de pousser Batgirl sur le côté afin de rejoindre les deux blondes.

Il restait donc 48h pour que Batgirl se soigne, ou pas, c'était du bluff évidemment pour la citer à partir ou à faire réagir Black Canary. La justicière rousse allait juste s'évanouir d'ici quelques minutes, tout dépend de son endurance et de sa volonté à rester éveiller. Khafaash n'est pas du genre à plaisanter ni même à sourire, elle reste sérieuse jusqu'au bout même si elle et son alliée ont un avantage sur les deux justicières. Regardant Angela, la brune prend à nouveau la parole. « Toi, tu dois me suivre et sans poser de questions. Ma maîtresse souhaite te rencontrer et on ne lui dit pas non donc un conseil, suis-moi. » Suite à cela, elle regarde Dinah avec ses yeux bleus perçants et sombres. « Black Canary, si tu veux que ton amie vive, quitte ces lieux et va la sauver sinon je l'abats pour abréger ses souffrances avant de t'exécuter, tu as le choix et tu as dix secondes. 1...2...3...» Helena se met à compter sans montrer un signe de faiblesse et pivote légèrement sur la gauche tout en visant Barbara avec son arme, la gardant sur surveillance. Du coup, que vont faire les justicières face à ce dilemme ? Cette fois-ci, il n'y aura personne pour les aider et Khafaash souhaite montrer que la Ligue ne plaisante plus avec les héros de Gotham. Il est temps de faire des sacrifices les justiciers de Gotham.


©️ HELLOPAINFUL




En cas de soucis, n'hésitez pas à me mp ! J'ai fais en sorte qu'Helena ne plaisante pas et se montre très dure dans sa façon de faire les choses xD
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Ven 23 Fév - 20:37

Collateral Damage. Gormogon se relève, prenant de court Dinah qui voulait alors venir en aide à Barbara. D'un coup d'oeil on pouvait voir que ça tournait mal. La poussière qui s'était déposée sur ses cheveux blonds vient lui cacher la vue, lorsque son adversaire se décide à la plaquer contre le mur. La douleur se met à la déchirer intérieurement car les grains tombant du mur se rajoutent dans la peau à vif. Elle rit à gorge déployée, la presse d'autant plus contre les fissures et la poussière. Dinah ne peut s'empêcher de lâcher un râle faible, et être troublée un moment par les sensations qui secouent son corps.
"C'est ... bizarre chérie. Mais je n'ai jamais reçu ton appel."
Elle se moque, défie du regard cette blonde assassine que Tim semble techniquement aimer. Mais nom de dieu ! Qu'est-ce qu'il s'est  passé pour qu'elle soit aussi détraquée ? ! Qu'à cela ne tienne, elle découvrira un jour la vérité, autant qu'elle en fera manger à Lin Mei ses extensions de cheveux quand elle la retrouvera. Une guerre à Gotham. Encore une. À croire que les criminels ne se lassent pas de refaire les mêmes schémas. Sauf que les justiciers comme Black Canary commencent à les connaître; preuve en est, la justicière plie ses jambes et bombe son torse malgré la douleur et vient asséner deux violents coups de talons renforcés sur les genoux de Gormogon avant de lui asséner un coup dans l'aine avec son bras encore intact, pour l'envoyer vers les deux autres protagonistes de ce foutoir.

Cependant, le combat de Babs ne s'est pas si bien passé que le sien. Khafaash commence son petit discours pour la menacer. Pourtant Dinah ne bouge pas et semble même déterminée. Son regard ne laisse transparaître aucune once de peur, bien qu'intérieurement ce soit une implosion sous cutané qui se joue. Les battements de son sang la rendraient presque abrutie, mais elle tient, couverte de poussière, de sang et de sueur. Très bien.
Je vais te montrer ce qu'il en coûte de menacer une de mes potes, ninjago.
Inspiration. Durant ce moment, tout semble s'éterniser, prendre une tournure dramatique. Elle sait que si elle le fait, elle risque de se condamner, bien que la plupart des gravats se soient déjà écrasés autour de leur corps. Elle espère juste ne pas éventrer un peu plus la rue et tuer involontairement des civils encore assez idiots pour rester. Mais au vu de ce qu'elle reçoit en appels dans le communicateur sur la ligne du GCPD, le quartier est bouclé. Dinah ne se sent pas gaie sur le moment. Utiliser son pouvoir ne vient qu'en dernier recours, et dans des situations où moins de gens seraient présents et capables d'ébruiter sa position. Une alerte se déclenche d'ailleurs sur son autre appareil : ils savent où elle est. Pourtant, si il faut qu'elle le fasse pour sauver Babs, elle le fera. Sans une once d'hésitation, sans regrets, elle jette un dernier regard vers Batgirl pour lui intimer silencieusement cette supplication :
Sauve-toi.

Les murs se mettent à trembler, la poussière et les graviers à se soulever pour ne former qu'une épaisse couche digne d'une tempête de sable. Tout s'ébranle quand enfin le Cri cesse, Que Khafaash n'a plus dans sa ligne de mire Barbara. Canary est groggy, titubante. Elle avance comme elle peut, le plus loin possible de Gormogon et Khafaash en regardant en l'air pour espérer y voir un peu plus clair. Mais c'est mort. Ses yeux la piquent, sa gorge s'enflamme et son épaule la lance. Alors dans un dernier effort elle court sans se retourner, en espérant sortir, retrouver Barbara et trouver une solution à ce que lui a injecté l'assassin. Présomptueux au vu de son état, mais noble. On peut entendre à présent les murs vrombir, prêts à s'effondrer dans les minutes qui vont suivre. Les tribus sont saines et sauves, les chefs sans doute, bien qu'avec la Ligue des Ombres, l'on puisse émettre des doutes. Mais ce n'est pas le moment. C'est Barbara qui compte.
"Bar...barah. Babs. Tu... Barh ..."
Sa toux se fait plus conséquente, et son malaise plus grand. Elle n'a plus l'impression de voir les murs, la lumière provenant de la sortie, ni même les rails sous ses pieds. Ça peut pas être la fin. Il faut qu'elle se casse. Sinon ils vont la retrouver.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 11 Mar - 8:34

Nécromans urbains.
J'avais effectivement contré la première attaque Khafaash assez aisément. Elle n'était soit pas une débutante, je pouvais le voir par ses tactiques et l'agilité à travers chacun de ses mouvements, mais un gros, un énorme défaut faisait obstacle dans ses capacités de combat: elle sous-estimait énormément son adversaire. Lorsqu'elle m'envoya au mur, je détendis rapidement mes muscles et ramollis mes articulations pour bénéficier d'une libération de mouvements et éviter de me blesser moi-même en amortissant le coup de mon adversaire, relâchant mollement, mais accidentellement ma main jusqu'à sa colonne vertebral. Cognée dos contre mur, j'avais placé mes bras de façon à ce qu'elle ne puisse administrer qu'à moitié son coup contre ma jambe en faisant pivoter son pied dans sa trajectoire. Elle profitait que je sois occupée à la destabiliser pour me souffler un coup de lame à la joue, chose que je n'eus pas le temps d'éviter malheureusement. Dans une grimace, je sentis le vent poussiéreux agresser ma coupure qui me brûlait étonnamment intensément. Je compris très rapidement qu'elle m'avait injecter quelque chose, à savoir quoi.

À peine me décollais-je du mur que je sentis les effets du poison m'attaquer. Seul ma détermination et mon endurance viendraient parer les effets de la toxine, désormais relâché à travers mon organisme. Je devais espérer que mon système immunitaire joue un rôle suffisamment important pour me permettre d'au moins terminer cette besogne.

J'attend, je ne gaspille pas mon énergie et je me laisse charier comme du bétail. Je me fais molle et fragile. Jusqu'à même me laisser tomber à genoux. Je sens bientôt de vague effets de fièvre que j'apprend à ignorer, à appréhender. Les yeux visant le sol et les railles de métro, j'écoute son charabia, en train de me demander si elle se croyait vraiment dans ses propos. Je partais de mon principe, très convaincue qu'il était beaucoup plus facile de démolir une ruche d'abeilles avec de l'insecticide pour pouvoir la jeter aux ordures que de prendre la peine de la décrocher sans l'abîmer et faire une allée vers la forêt. Le trajet est beaucoup plus long, plus risqué et il vous blesse, vous remercie par des piqûres. Je les voyais un peu comme ça, moi, les criminels. Plus longtemps vous essayer de les aider à retrouver la forêt, plus longtemps ils vont vous piquer avec leur venin. Je ne pouvais pas les blâmer, comme les abeilles, ils ne comprendraient pas. Ils ne cherchent qu'à survivre de leur propre façon parce qu'ils n'auront jamais la force de s'adapter.  

« ... Venin. »

Chuchotais-je de ma voix blafarde, sifflé entre deux lèvres devenues très pâles. En levant les yeux, je lançai un regard vers la brunette aux doigts de poison, mes yeux verts qui tournaient tranquillement vers le gris, ombrés par l'obscurité ambiante. J'avais la bouche entre-ouverte et les yeux plissés, en train de mourir... Mourir... Mourir...

Mon visage se raidit dans une émotion fermée, ayant aperçu pendant une fraction de seconde que Canary se gonflait d'air. Elle préparait son cri. Il était temps pour moi de terminer ma comédie.

« Tu aurais pu conserver ta salive, elle t'aurait protégé des brûlures internes. »

Le sol vibra sous le cri strident de mon alliée blonde. Les appareils auditifs modifiés sous mon casque me mirent en sourdine, que je puisse me protéger des ultrasons de Canary. Cependant, je ne sus pas contrer les tremblements et le vent violent des lieux, obligée de demeurer près du sol pour ne pas basculer. Ce qui ne fut pas le cas de Khafaash, qui avait dû relâcher son emprise sur moi du visou de son arme. Chose qui me permise de faire agir mon joujou. Dans un élan de satisfaction, ma bouche se referma dans une moue pincée, la main accrochée à ma ceinture pour déclencher la puce électrique par signal onde radio - que j'avais soigneusement accroché au milieu du dos de Khafaash -, qui lui envoya une décharge suffisamment forte pour la neutraliser. Son contact avec une des railles du métro envoya le courant jusqu'au dernier émetteur de la bombe, le désamorçant par un court circuit.

Elle me devait au moins ce coup de main, pour le poison qu'elle m'avait injecté en échange...

En fait, si ce qu'elle disait était vrai, je n'avais pas le temps de rester ici. Les bombes désactivées, je devais désormais prendre la fuite avec Canary et m'assurer qu'elle était saine et sauve. Bien que me redresser fut une épreuve près de l'impossible, je réussi à faire un jogging de santé jusqu'à la sortie du métro avec Canary, mais plus j'avançais, plus ma vision se troublait et plus je doutais ma survie jusqu'à la lumière du soleil.

« ...Allez...Plus que quelques marches... »

Je me pinçais vigoureusement le bras pour me donner un surplus d'adrénaline, mais mes yeux fermaient lourdement et d'eux-même. J'avais envoyé un signal d'appel à l'aide à Batman et RedHood, mais j'espérais tout de même réussir à m'en sortir sans qu'ils aient à débarquer jusqu'ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 11 Mar - 10:30

détails
necromans urbains
sous-titre
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


Chaque mur du tunnel tremble sous le cri de Black Canary. Je me bouche les oreilles tant que je le  peux. Le plafond commence à s’effriter. Quelques morceaux tombent sur les railles de la station de métro. Si elle continue comme ça, elle va nous ensevelir cette idiote! En soit, je n'ai pas peur de mourir. Après tout, je suis, comme chaque être vivant, condamné à mort depuis le jour de ma conception. Mais je ne peux pas mourir ici et maintenant. Ce n'est pas encore mon heure. J'ai encore de nombreux projets à accomplir. Gotham n'avait pas encore fini d'entendre parler de moi. Mes mains protégeaient à peine mes oreilles. Bien sûr, j'avais quelques boules quies dans mes poches, je les avais prévues pour l'explosion. Mais vu l'intensité du cri, elles ne m'auraient pas servies à grand chose et le temps pour les enfiler aurait été bien trop long. Je devais absolument faire taire cette oiseau de malheur. Je rassemblais tout mon courage pour décoller ma main droite et pour asséner un coup rapide et puissant dans la gorge de la jeune blondinette. Je fus emplie d'un grand soulagement en entendant ce pseudo chant cesser net. Mais le soulagement fis vite place à une douleur intense. Je sentis un liquide chaud couler de mon oreille droite. Du sang. Canary m'avait perforé le tympan et m'avait rendue à moitié sourde.

Heureusement pour moi, nos deux adversaires battirent en retraite grâce au poison injecté par la jeune femme brune. Cela me laissa le loisir de sortir un mouchoir ma poche et d'essuyer mon oreille, même si je n'en retrouverai jamais l'usage. Pour la première fois depuis le début du combat, je pris le temps d'observer la jeune femme qui était venue à mon aide. Une brunette semblant un peu plus jeune que moi. Elle était plutôt jolie sous ses airs de bad girl. Puis, elle s'adressa à moi en exigeant que je la suive. Tout de suite, je l'appréciais beaucoup moins. Non mais pour qui elle se prenait!

-Désolée, ma maman m'a toujours dit de ne pas suivre les inconnus dans la rue.

Et ce conseil était fort sage. Après tout je ne connaissais cette fille ni d'Adam ni d'Eve. Certes, elle m'avait aidé, et en mon fort intérieur, je sais que je n'aurais pas fait le poids face à deux justicières comme Canary et Batgirl, même si je ne l'avouerais jamais. Néanmoins, elle ne me voulait visiblement pas pour elle-même, mais pour ses patrons ou un truc du genre. Qu'est-ce qui me garantissait que ces gens là me voulaient du bien? Qu'est-ce qui me garantissait que ELLE me voulait du bien? 

-Désolée petite, tu ne peux pas débarquer comme ça et exiger des gens qu'ils te suivent sans poser de questions juste pour tes jolis yeux. Et si tes patrons ne sont pas contents... Bah à vrai dire, je m'en cogne, je  ne sais même pas qui ils sont. Si tu veux que je te suive, il va falloir m'en dire un peu plus et ensuite je déciderai si je suis intéressée ou non, d'accord joli minois?   

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Dim 11 Mar - 12:47

Collateral Damage. Les douleurs sont vives, assommantes. Supporter cela devient une épreuve de force, voir de survie. Malgré la dope fournie naturellement par le corps, par moments le cerveau se décide à faire valoir ses instincts étouffés par la raison. En ce moment, c'est d'ailleurs ce qui arrive à la blonde justicière. Autant elle que Barbara se soutiennent pour arriver à se tirer de ce guêpier, à dériver de droite à gauche en tirant l'une ou l'autre vers les plafonds pour se redresser et continuer cette dure marche vers le sain et sauf. Tenir, tenir et rester fières, malgré les coups, malgré de possibles conséquences négatives alors qu'elles ont sauvé Gothamites et tribus venues des contrées sud du continent. Pourtant, elles s'affaiblissent à mesure que la lumière se fait plus forte, que les rayons réchauffent leurs corps gelés et secoués de spasmes diffus.
"Ouais ... on ... on lâche r-ien."
Dinah tousse un coup, tire Barbara vers l'avant en sentant ses yeux la brûler au point qu'elle pleure. Parce qu'elle a peur. Peur que Batgirl s'abandonne à ce qui lui a été inoculé. Peur de n'avoir rien pour la soigner. Peur de la voir mourir dans ses bras, et de se sentir coupable à vie. Comme pour Kurt.
"Reste ... reste bat. Les laisse ... pas ... gagner."
Alors que les yeux de la justicière se troublent, il lui semble sentir un pincement au bassin ce qui immédiatement lui fait se relever une tête prête à tomber. Et dans un dernier effort, elles sont dehors, dans la rue, entendant de manière diffuse dans ce pseudo délire d'adrénaline ou de système immunitaire se battant pour maintenir leur carcasse en vie les sirènes de voitures de police.

Elles s'affalent dans un coin reculé, où l'ombre se fait leur voile protecteur contre toute prédation Gothamite. Dinah tousse encore une fois, manque de s'étouffer tant sa gorge se contracte puis pose sa tête contre l'épaule de Barbara, en signe d'affection.
"Si tu savais à quel point je t'aime et je te respecte Barbara. Si tu savais ô combien tu peux être chiante mais aussi lumineuse, que tu sois sur tes deux pieds ou sur un fauteuil roulant. J'ai vu à quel point tu as souffert, et comment tu essayes à chaque fois de cacher ces faiblesses sous cette force de caractère. C'est pour ça qu'on a pu travailler ensemble, et en arriver ici. Malgré le venin et la bêtise humaine. On restera dignes, et intègres à nous-même. Car il n'y a rien de pire au monde que l'amertume et la vengeance."
Elle voudrait lui dire tout cela, la rassurer, la prendre dans ses bras comme cette fois où elle l'a sortie des eaux. Mais sa gorge s'y refuse. Elle reste donc muette, mais présente pour la rousse. Les doigts de Black Canary viennent de leur côté flirter sur son communicateur, ajoutant son signal de détresse à celui de Batgirl, pour qu'elles soient plus vites repérées. Maintenant, il faut espérer, tenir. Encore une fois, une dernière fois. Malgré les larmes et les douleurs qui ne cessent de monter.

Malheureusement pour la blonde, cet espoir s'éteint. En ouvrant un oeil, elle reconnaît dans les vagues les tenues d'assassins de la Ligue. Elle sent aussi une lame se poser contre sa nuque. Dinah inspire fortement en réflexe et pose un bras contre Batgirl, tentative vaine faite pour la protéger.
"Laissez-la. Ou je me relève et ....
- C'est toi que l'on veut."
Deux ombres viennent l'attraper violemment aux épaules afin de la redresser et de l'approcher de leur chef de groupe.
"On a de grands projets te concernant.
- En plus ... du fait ... que je vais vous ri ... diculiser ... ?"
Un coup de pommeau vient se ficher dans la mâchoire de Canary. Atroce. Sanglant. La justicière crache et sent sa gorge s'enflammer lorsqu'elle émet un simple râle de douleur. Et de la douleur naît une douleur plus puissante.
"Vous deux, allez chercher Khafaash. Nous, nous emmenons cette catin sans voix.
- Et Batgirl ?
- Trop tôt et trop voyant. Elle, ce sera plus simple.
- Vous faites vraiment pitié."
Cette fois, c'est un coup de poing dans le ventre qui vient faire plier la justicière. Un coup plus puissant que celui qui a été asséné dans sa mâchoire. Ils observent dans des ricanements acerbes l'écume sanguinolente monter dans la bouche de leur prisonnière. Les provoquer a pour but de leur donner envie de l'emmener rapidement, et loin de la position de Batgirl. Ce qu'ils font finalement après la disparition des deux assassins dans les tunnels de métro. Au moins, Gotham ainsi qu'une partie du monde ne sombrera pas pour le moment dans une démence meurtrière. Au moins, Batgirl pourra être sauvée.

Mais toi, Dinah Lance, Black Canary, Leader des Birds of Prey. Qu'adviendra-t-il de toi, pauvre folle ?

© 2981 12289 0

Plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Sam 17 Mar - 16:07

Fin !
League of Shadow
••••

Pointant ses armes vers les deux justicières, Khafaash avait proposé un ultimatum à Black Canary afin qu'elle lâche son emprise sur Angela. Batgirl étant empoisonné, elle n'allait pas survivre longtemps si cela s'éternisait, du coup, soit elle sauve son amie soit elle meurt avec la rousse. Le but était de venir chercher Gormogon et non de tuer deux justicières même si honnêtement, ça serait soulager son boulot pour plus tard. Or, les mettre dans une situation difficile et risquer comme maintenant, ça pourrait leur donner une idée de ce qui risque de se passer plus tard, mais en pire, sans doute. Khafaash n'était pas du genre patient ni indulgente, laisser des cibles potentielles en vie, ce n'était pas dans son style, mais il ne fallait pas brusquer les choses. La jeune adolescente attendait une réponse de la part de la Canari, en espérant qu'elle prenne la bonne décision surtout pour son amie. Car même si elle n'a pas l'ordre de tuer Batgirl, là, elle n'hésitera pas à le faire si son adversaire prend la mauvaise décision comme l'attaquer. Une balle va plus vite qu'un coup de poing, en espérant qu'elle le sache sinon elle risque de l'apprendre malgré elle et son amie. Malheureusement, la patience était l'ennemi de la victoire et en voulant jouer négociatrice, Khafaash s'est fait avoir par le Cri de la Canari. C'était bien la première fois qu'elle se faisait avoir de la sorte, mais on lui avait appris à ne pas foncer tête baissée ni être trop direct. Ceci dit, ce fut des conseils totalement stupide au vu de comment ça s'est passé et de sa demi-défaite face à Black Canary et Batgirl même si elles sont en mauvaises états.

Le Cri de la Canari était vraiment puissant, voir un peu plus de ce qu'on avait pu lui dire dans ses rapports. Destabilisée et perdant son visuel, Batgirl avait profité pour électrocuter la brune et court-circuité la dernière bombe de la Gormogon. Une ruse qui a mis Khafaash au sol pendant quelques instants en étant partiellement neutralisé. Stupide chauve-souris, la prochaine fois, elle ne lui laisserait aucune chance de s'en sortir de la sorte. Khafaash se relève et avec la poussière, ce n'était pas facile de respirer correctement, mais Angela semblait aller bien de son côté. Il était inutile de perdre plus de temps qu'autre chose, il fallait l'emmener à la Ligue et sans perdre un instant, ça serait embêter si les deux justicières appellent du renfort. La brune lui réexplique qu'il faut qu'elle la suive voir ses patrons et sans poser de question afin de partir rapidement de ce lieu. Malheureusement, la blonde semble têtue comme une mûle et ne veut pas partir enfin la suivre. En plus d'être têtue, elle jouait dans le sarcasme et là, elle en avait eu sa dose avec Batgirl donc là, Khafaash n'avait pas la tête à en supporter un peu plus. Elle voulait un peu plus d'information tout en essayant de séduire la brune, dommge pour elle, ça ne fonctionnait pas vrai. Khafaash range ses armes à feu et l'emmène un peu plus en sécurité, car Canari avait rendu la zone un peu moins sûr avec son cri. D'ailleurs, elle se demandait par où les deux justicières étaient partis. Peu importe, la brune répond alors à la blonde.

« Tu parles trop. Sois contente que je sois venue te chercher sinon tu aurais fini en prison. Mais ne me fais pas de compliment, je sais que tu me mens sur mon physique et ça ne m'atteint pas. La Ligue des Assassin a besoin de plus d'alliés d'après ce que j'ai pu comprendre, mais personne ne te retient, cependant, tu dois le confirmer à Talia Al Ghul...et je ne suis pas petite...Blondasse. »

Deux apparaîssent derrière Angela et l'assomme pour éviter de perdre du temps. L'un d'eux demande à Khafaash de les suivre avant de lui annoncer qu'ils ont kidnapper Black Canary et qu'elle sera emmené à la Ligue et dans l'un des cachots jusqu'à temps que le Maître ou Maîtresse décide de son sort. Suite à cela, les assassins quittent les lieux pour se rendre dans les égoûts en direction de la nouvelle planque de la Ligue afin que Talia puisse discuter avec Angela et que Khafaash reprenne des forces avant ses prochaines missions.

••••

by Wiise


Hrp : C'est mon dernier post également. Angela, tu as le droit d'accepter ou non de rejoindre la Ligue pour les aider contre Batman. Talia ne te fera aucun mal, mais tu ne connaîtras pas l'emplacement de la ligue en ayant camoufler les yeux si tu quittes la base (si tu refuses). Tu n'es pas obligé de posté un rp, tu m'envoies un Mp pour me donner ta réponse ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   Mar 3 Avr - 19:36

Jason Todd / The Red Hood

ft. Barbara Gordon / Batgirl

「 Nécromans Urbains. 」

« Batgirl ! »

Ses chaussures crissent sur les dalles du sol alors qu’il tombe plus qu’il ne glisse à côté de la jeune femme. Elle ne réagit pas, ou si peu qu’il doute un instant d’être arrivé assez tôt. A genoux, il prend dans ses mains la joue de la jeune femme pour qu’elle le regarde. Ses yeux sont clos. Il dégage son cou, tirant sur sa tenue, et appose deux doigts fébriles sur sa peau pour y chercher un pouls. Il soupire sans chercher à cacher son soulagement quand celui-ci bat vaillamment contre ses doigts.

« Babs, c’est moi. »

Il garde sa large paume contre la joue de Batgirl alors qu’un regard rapide lui indique que, s’il y a une quelconque blessure grave, elle est interne. Le reste ne sont que des contusions. Douloureuses, gênantes, mais pas mortelles. A l'exception d'une légère coupure à la joue. D'abord anodine, son regard passe dessus et s'en éloigne avant d'y revenir. La peau y est rouge et chaude, le sang qui a commencé à déjà sécher semble pulser étrangement aux bords de cette plaie. Passant son doigt dessus, le brun renifle le sang et fronce le nez. Il s’octroie un temps pour scanner les alentours, plongeant son regard dans la pénombre que projettent les bâtiments pendant que ses lentilles de visée nocturne font le reste. A part le type qu’il a maîtrisé en arrivant, un pion de la Ligue, il n’y a plus personne sur place.

Quelques minutes plus tôt, par un mystérieux tour du destin, probablement lié aux talents de hacking de Barbara Gordon, un signal de détresse avait forcé les défenses numériques du matériel du Red Hood. Il parlait affaires avec quelques thugs de son gang, et l’alarme avait manqué de lui faire avaler sa langue. Ouvrant son téléphone, il avait reçu la localisation de Barbara et son appel à l’aide. Troublé, le mercenaire au masque rouge n’avait pas hésité longtemps avant de filer sur sa moto. L’angoisse au ventre, il était arrivé devant Grand Avenue et assommé chaque larbin de la Ligue avant de trouver la forme féminine allongée à même le sol, dos contre la paroi usée d’un bâtiment, inanimée.

Son sang n’avait fait qu’un tour dans le corps du brun et sans autre forme de procès son arme faisait feu contre les chiens des Al Ghul. Maintenant, d’autres soldats risquaient d’arriver afin de terminer le travail ou kidnapper la rousse pour s’en servir contre le Batman. Déterminé à ne pas la laisser là à leur merci, l’ancien Robin devait avant tout s’assurer que l’état de la jeune femme lui permette de se déplacer ou d’être déplacée.

« Babs, regardes moi. Il faut que tu me dises ce qui s’est passé, tu comprends ? Il faut que je sache quel antidote te donner. L’urgence de sa voix est à peine tempérée par le modificateur de voix, mais il préfère ôter son casque afin de voir de ses propres yeux l’héroïne blessée. Je vais enlever ton masque, d’accord ? Il faut que je voie ta tête. »

Avec douceur, soulevant la jeune femme pour la tenir contre lui afin que sa tête ne retombe pas contre le mur sitôt lâchée, il lui ôte le tissu qui protège son identité. Aucune plaie, ni flot de sang ne jaillit de la moitié supérieure du visage de Barbara. Un énième soupir de soulagement s’échappe des lèvres du brun. Il passe sa main avec douceur dans ses cheveux et constate qu’elles ressortent toujours claires. Alors il reprend : « Bat’, il faut qu’on y aille. Je vais te soutenir. Tu peux marcher ? »

Devant l’absence de réponse, les sourcils du jeune homme se froncent sur son front. Elle est à peine consciente et il commence à craindre que le poison n'ait été bien plus rapide que prévu. Malgré tout, rester ici ne serait que folie. Passant un bras sous ses genoux et l’autre derrière son dos, le mercenaire lâche un « putain si quelqu’un mentionne ceci un jour, je promets de le tuer » et soulève avec douceur la rouquine, sans sourciller du poids qu’il porte dans ses bras. Prenant soin de ne pas trop la secouer, les deux anciens héros sortent du cul de sac, où sont toujours allongés les sbires de la Ligue. Pensif, Hood s’arrête longuement devant eux, hésitant quant à le sort à leur réserver. Finalement, c’est le gémissement de Batgirl et sa tête qui roule contre son torse qui convainquent Hood de les laisser pourrir ici. Passant devant sa moto et l’ignorant volontairement, le jeune homme se dirige vers une voiture en assez bon état et, brisant la fenêtre, il l’ouvre de l’intérieur pour y déposer Barbara, lui remettant sur les yeux son masque. Il se faufile côté conducteur et habilement met en marche l’engin.

« Penny One ? B. ? Dans sa voix, on sent que le jeune homme prononce cette lettre du bout des lèvres, forcée en dernier recours à contacter son ancien mentor et père. Batgirl est en sécurité, mais elle a besoin de soins, elle a du être empoisonnée et son état va se dégrader rapidement. Contactez-moi dès que possible. »

De quelques clics habiles, il envoie le message en boucle sur les communicateurs de la batcave et du Batman. Désemparé, ne sachant quoi faire, il finit, après avoir jugé que la jeune femme ne saurait attendre, que le meilleur était encore de l’amener dans un lieu sûr, la soigner et aviser ensuite. A contrecœur, il décide d’entraîner le véhicule volé vers le repaire de la jeune femme, quitte à s'y trouver cerné par la Batfamily à nouveau. Il avait repéré son adresse en arrivant à Gotham et il priait pour qu'elle n'ait pas mis de sécurité impossible à outrepasser. La forme à ses côtés respire doucement et le conforte dans l’idée qu’il a fait le meilleur choix possible. Malgré ses sentiments orageux, il ne laisserait jamais une sœur d’arme dans le pétrin, il ne les trahirait jamais, ni elle, ni Tim, ni ce morveux de Damian. Envers et contre tout, ils étaient sa famille.

°°°°°°°

L'arrivée dans la tour de l'Horloge à tout du cauchemar. Impossible de passer par la porte, imaginez la scène : le mercenaire nommé Red Hood portant inconsciente Batgirl, héroïne révérée de la cité, c'était un coup à détruire sa maigre réputation. Passer par les toits en la transportant n'avait rien de bien compliqué, mais en l’occurrence, cette fois, le poids mort qu'il charriait était précieux et il se devait de lui épargner tout dommage.

Arrivé tant bien que mal, il dépose la jeune femme sur la surface la plus douce et la plus proche. Il lui ôte son masque et appose ses mains sur son front. Brûlante, elle ne réagit même pas. Faisant volte-face, Hood se dirige vers les ordinateurs, appuyant sur plusieurs touches en même temps dans l'espoir que l'une d'elle allume le matériel.

"Oracle ? Ordinateur ?"

Après diverses insultes, quatre plaidoyers et une dizaine de menaces, le bourdonnement des machines se fait entendre. Sans attendre, le jeune homme retourne la cache avec la brutalité des gens qui n'ont plus le temps. Il trouve une seringue et, à l'aide de ses gadgets personnels, lance une analyse de sang. Les ordinateurs restent muets et refusent de lui dévoiler qui Barbara était supposée rencontrer, et il se retrouve sans moyen de deviner à qui il doit extorquer l'antidote. Cette dernière étant toujours inconsciente, Jason se retrouve rapidement à tourner en rond en grondant d'impatience et d'inquiétude. Il finit par poser son casque en évidence, les visières tournées vers la jeune femme et s'accroupit devant.

"Ordinateurs. Scan de la pièce et surveillance."

En cas de problème les ordinateurs implantés dans l'objet préviendront son propriétaire et, si cela est nécessaire, la légère charge d'explosifs pourra sauter. Une fois rassuré, le brun quitte la planque de l'héroïne rousse pour retourner chez lui. S'il se concentre, il peut sans mal se remémorer sa formation avec un maître empoisonneur pour le compte de la Ligue. N'ayant jamais apprécié la lâcheté de ce procédé, le brun avait simplement laissé dormir ce savoir, mais aujourd'hui, il lui fallait s'en souvenir. Un bip strident lui annonce que les agents nocifs ont été isolés au moment où il pénètre son appartement. Il perd encore une bonne demi-heure à chercher les contre-poisons avant de réussir à monter la recette de l'antidote et il emporte avec lui une machine pour mélanger les ingrédients.

C'est presque une heure après qu'il peut enfin administrer le produit à son alliée. Poussant son dernier soupir de soulagement en stock, il s'assoit près d'elle et attend qu'elle ne reprenne ses esprits.

"Bien dormi ? Quand elle ouvre les yeux, il se redresse et farfouille dans le bazar qu'il a mis pour lui dégoter de quoi servir un verre d'eau. Normalement l'antidote a du éliminer une majeure partie des poisons dans ton sang, mais je ne sais pas si tu te sentiras bien tout de suite. Comment tu vas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nécromans urbains (P.V : Gormogon, Batgirl, Khafaash)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» COVER GIRLS OF THE DC UNIVERSE: BATGIRL
» AME-COMI: BATGIRL FIGURE
» Décors urbains a la fabius
» Trouvez le nom de la future batgirl de Pépère !
» Article sur "Mystères urbains"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Old Gotham :: Grand Avenue Station-