Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Le Grand Soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Masculin Messages : 306
Date d'Inscription : 06/06/2017
Localisation : Appartement dans Central Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ►Citoyen / Héros plutôt inconnu
♠ Relations conflictuelles :: ►Tous ceux qui perturbent Gotham
♣ Vos Alliés : : ►La Justice ?
avatar
Alphonse Baker
MessageSujet: Le Grand Soir   Lun 1 Jan - 21:24

ft. ...

ft. ...

Le Grand Soir
  C'était la veille de Noël, j'allais rejoindre des amis plus tard dans la soirée, mais pour le moment je patrouillais dans le ciel de Gotham. C'était la pleine lune. Il neigeait, les rues, toits, les places étaient recouvertes de neige. Mais alors que je passais près d'un entrepôt je vis près d'un hangar un échange de marchandise étrange. Je m'étais perché sur une petite grue juste en face pour les écouter. J'avais reconnu leurs visages. Ils évoquaient le "Grand Soir", ils chargeaient de grosses caisses dans un fourgon. Je vis un des hommes avec une caisse différente contenant des pains de C4 emballés dans du plastique rouge et du scotch dorée. C'était le gang de l'homme en rouge, une organisation se montrant une fois par an en hiver pour faire un gros braquage. Cette année leurs projets étaient inconnus. Mais ils devaient avoir une bonne raison d'avoir des explosifs avec eux. Le gang était connu des services de police, ils s'appelaient par leurs pseudo :

L'Homme rouge ou L'homme d'Hiver, le grand chef de cette organisation, un homme de 54 ans à la tête du groupe il est souvent vêtu d'un costume rouge.

Blixen, un des deux sous-chef, un ingénieur technicien de 37 ans qui élabore de nouvelles technologies pour garantir le succès des braquages et autres crimes.

Cupide, une femme manipulatrice et la petite protégée de l'homme rouge. Elle séduit les gens pour les manipuler. Elle a 25 ans.

Comète, le pilote du groupe, c'est un as du volant de 39 ans qui est responsable du transport des marchandises. Les policiers n'ont jamais réussi à arrêter de véhicule lorsqu'il était au volant de celui-ce.

Danseuse, une femme espionne qui maîtrise particulièrement bien l'art du camouflage et de la discrétion à l'âge de 32 ans. Elle a causé la destruction de trois gangs ennemis en dégradant les relations entre les membre des groupes ennemis.

Dasher, le Braqueur le plus expérimenté que le groupe ait trouvé. C'est lui qui se charge des planifications concernant les braquages et les évasions. C'est un fin stratège de 32 ans.

Tonnerre, le garde du corps du groupe qui s'occupe des escorte, si Dasher est le cerveau, tonnerre est le muscle, c'est le plus puissant et imposant homme du groupe. Tonnerre à 38 ans.

Prancer, un riche homme d'affaire, escroc et manipulateur. Il utilise sa fortune et sa notoriété pour cacher ses crimes et ses détournements de fond, il finance l'organisation. Il possède toutes les qualités d'un homme de 34 ans.

Fringuante, une jeune et séduisante femme de 23 ans patronne d'un club dont la localisation reste inconnue. La gérante de plusieurs boîtes de nuits. C'est la rebelle séductrice du groupe. Elle manipule les hommes d'affaire en établissant des relations amoureuses.

Et enfin l'homme de main de l'homme rouge, Rudolphe un Anarchiste de 36 ans, on le reconnait grâce à son nez rouge, caractéristique de son ivresse. Il n'hésite pas à semer le désastre pour se faire remarquer. C'est le membre du groupe que les policiers craignent le plus, il est imprévisible et complètement lucide.

Je les voyais donc charger des caisses dans leur fourgons, il y avait Tonnerre qui portait des caisses Comète le pilote du fourgon et Rudolphe prêt à défendre le fourgons avec son couteau papillon. Je les laissais discuter pour en savoir plus sur ce qu'ils s'apprêtaient à faire:

"Dépêchez vous les mecs on n'a pas toute la nuit. Je vous rappelle que le braquage est à 00:30, dit Rudolphe aux deux autres.

- Écoute, si ça ne va pas très vite tu as cas le faire minable, répondit Tonnerre.

- On verra qui sera le minable quand je dirais au chef que tu n'es pas allé faire diversion avec les autres, répliqua Rudolphe.

- Oh l'opéra et le musée c'est pas mon truck... dit Tonnerre.

- On part dans dix minutes, Dasher nous attends sur le chemin de la Tour Wayne. expliqua Comète.

Il venait en quelques minutes de dévoiler leur plan à un justicier sans le savoir, quelle énorme erreur ! Il fallait que j'alerte les autres, la police et les justiciers. J'envoyais un message aux justiciers du réseau et à la police. Je les prévenais d'un potentiel braquage à la Tour Wayne et deux diversions à l'opéra et au musée. Je bondis de la grue en atterrissant devant Rudolphe en allumant mes circuits thermiques.

" T'es qui toi ? Par tout de suite ou je te plante mon couteau entre les deux yeux, me dit Rudolphe.

- Celui qui va faire échouer ton plan.

- Alors part ! part... PART COMÈTE !" cria l'homme en me pointant avec son arme blanche.

A ce moment-là les roues du fourgons se mises à patiner et fumé, Tonnerre sauta dans la partie arrière du fourgon fermant les portes arrières pour protéger les caisses puis une seconde après le véhicule était parti à toute vitesse en dehors de l'entrepôt jusqu'à la ville.

" Tu sais, j'en ai tabassé plus d'un des mecs avec des couteaux dans ton genre, annonçais-je à Rudolphe

- Ah oui ? Et ça, est-ce que tu l'as prévu ?" Dit Rudolphe en sortant une grenade fumigène de la poche et la jeta au sol.

En effet je ne l'avais pas prévue. Je me trouvais enfermé dans une fumée opaque. Je commençai par éloigner la grenade encore en train de libérer sa fumée. Je ne pouvais même pas utiliser ma vision nocturne dans une fumée aussi épaisse. Heureusement rien de nocif pour les poumons visiblement. Je le vis m'attaquer de tous les côtés, dès qu'il m'attaquait et que j'esquivais, il disparaissait dans la fumée et revenait à nouveau. Puis une fois la fumée dissipée il n'y avait plus personne. C'était étrange. Mais pas le temps de se poser de question, il allait y avoir un braquage et deux potentielles attenta au musée et à l'opéra pour occuper les forces de l'ordre et faire diversion.

 


     Défis:

Arrêter les deux attentats puis le braquage.
- Prancer, Danseuse et Blixen sont à l’opéra.
- Dasher, Cupide et Fringuante sont au musée.
- Dasher vas rejoindre le fourgons en route pour la Tour Wayne.
(Vous contrôlerez vos ennemis, les criminels pourrons aider et les justiciers empêcher les attaques)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le Grand Soir   Dim 7 Jan - 20:02

détails
Le grand soir
sous-titre
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️


Le soir de Noël. Le soir de l'année le plus pesant qu'il soit quand on est entièrement seule. Pour combler ma solitude, j'avais décidé de me rendre à l'opéra. Au moins, la beauté de la musique, du jeu d'acteur et de la danse comblerait ma solitude. Ce soir, ils passeraient La Tosca, un célèbre opéra de Puccini. Puccini est mon compositeur préféré, un maître de l'opéra romantique. 

Entrée de l'opéra. Comme prévu, il y a assez peu de monde. C'est plutôt logique. La plupart des gens fêtent le réveillon avec leur famille, voir leurs amis. Mais il reste, dans Gotham, une petite vingtaine d'âmes solitaires qui viennent réveillonner dans un lieu de culture. Comme il est usuel de le faire, chacun doit ouvrir son manteau et son sac à main, le cas échéant. Un homme, à côté de moi, semble assez mal à l'aise. Visiblement, ce n'est pas un habitué de ce genre d'endroit. Il semble riche, en pleine force de l'âge, mais il ne doit pas être vraiment passionné par la culture. Ou alors, il est le genre de bourgeois "prout-prout" qui ne supporte pas l'idée que l'on puisse le fouiller. Alors que je passais le vigile, je vis l'homme faire demi-tour et sortir du bâtiment. Interpellée, je continuai néanmoins ma route pour aller m'installer au second balcon.

Le rideau se leva. Le peintre Mario Caravadossi achevait son portrait. Les violons résonnaient et me portaient déjà vers un autre univers. Un univers lointain dans la Rome du XIXème siècle. Je fus sortie de ma rêverie. A côté de moi, l'homme qui avait fait demi-tour s'assit à côté de moi. Je le vis adresser un gros pourboire au placeur. Ce n'était pas normal. Certes, les hommes corrompus et corrupteurs ne manquaient pas à Gotham. Mais mon instinct me disait de porter une attention particulière à celui-ci. Il n'était pas "normal", dans la limite de ce qu'est la normalité à Gotham bien entendu. C'était sans doute le moment de jouer de mon charme pour en savoir un peu plus. Qui plus est, l'occasion s'y prêtant, je m'étais apprêtée au mieux. Je fis mon regard le plus séducteur.

-J'avoue que j'espérais que vous alliez tout de même venir.

L'homme me regarde, l'air intimement gêné de se trouver près de moi. Il ne me réponds pas.

-J'oublie les bonnes manières. Je m'appelle Angela. Veuillez excuser ma curiosité et mon impertinence, mais... Que fait un homme tel que vous fait ici, seul, un réveillon de Noël?

Il me regarde, l'air interloqué.

-Un homme tel que moi?

Je baisse les yeux, l'air faussement gêné. Je n'ai jamais trop su pourquoi, mais les hommes apprécient davantage les filles potiches.

-Vous savez bien...Un homme si... séduisant...

Cette fois, l'homme bombe le torse; mon compliment l'atteint, et tout bon flatteur vit au dépends de celui qui l'écoute. Il me tend la main.

-Je suis... Prancer. 

Je serre la main de Prancer. Vu son hésitation et son nom à dormir debout, c'est un pseudonyme. Mais ce nom ne me dis rien du tout. Continuons à faire connaissance.

Hors-sujet.

Revenir en haut Aller en bas
Sang-Bleu
Masculin Messages : 157
Date d'Inscription : 26/09/2017
Localisation : Gotham City Police Departement
avatar
James W. Gordon
MessageSujet: Re: Le Grand Soir   Mar 16 Jan - 23:35

J'étais de patrouille ce soir-là, j'avais besoin de sentir le terrain, de voir ce qui avançait vraiment à Gotham City. La nuit était belle oui, trop belle pour être honnête en cette veille de Nouvel An. On signalait quelques inondations dans le quartier de Coventry, les pompes qui semblaient ne plus vouloir s'activer pour renvoyer l'eau là où elle était d'habitude. Bon, pas grand chose à signaler dirons-nous, à part peut-être la prévision d'une tempête orageuse qui arrivait pour cette soirée. Dans cette ville, il faut être attentif aux signes, et quand certains se produisaient, des choses horribles pouvaient arriver à Gotham City. Et pourtant, je n'avais pas été assez attentif. Non, je ne l'avais pas été. Tout ça était malheureusement mal orchestré et le temps allait me donner raison. Après avoir enlevé mon ciré jaune et remis ma veste, je remonte dans la voiture en compagnie de deux agents que j'avais réquisitionné pour la patrouille. C'est au moment de redémarrer qu'on entendait la voix de Sarah Marsh, la communicante entre les patrouilles, qui hurlait sur les canaux de la police un SOS qui venait de deux endroits bien distincts, le Musée et l'Opéra, j'ordonne à ce qu'on se rende vite sur ces lieux aux hommes encore présents au GCPD, sans tarder. J'espérais que Bullock et les autres seront à la hauteur pour gérer ce genre de problème, pour ma part, je me dirigeais vers le Musée. Comment deux lieux qui devaient être vides ce soir pouvaient avoir un quelconque incident, voir même un braquage des plus démesurés. L'Opéra d'accord, concert de fin d'année, d'accord mais le Musée ... Quand même ... Je n'espérais aucune réponse pour le moment, tout ce que je savais, c'est qu'il nous fallait à tout prix nous rendre là-bas. Ma mine est grave, mes mains tremblent et je saisis une cigarette et je l'allume pour calmer mes nerfs et ma peur, j'avais peur de ce qui allait se passer oui, j'avais très peur au fond de moi. La recrue à mes côtés me fait signe que je ne devrais pas fumer, que ce n'était pas bon pour moi. Je ne l'entend pas et j'allume la cigarette, j'en avais besoin, vraiment besoin. Pour tout dire, j'avais qu'une seule envie, sentir cette odeur de nicotine qui me rassurait dans les plus mauvais moments. On en avait bien bavé ces derniers temps, et là, pour tout dire, je devais avouer que ce n'était clairement pas la meilleure des nouvelles. Gotham City se retrouvait une nouvelle fois en zone de guerre, comme quoi, les crapules ne s'arrêtent jamais, et que dirait le maire après ça ? Que Jim Gordon et Sarah Essen ont été incapables de sauver ces gens ? Que la police est incapable de se protéger elle-même ? L'ombre de Loeb n'avait jamais été aussi pressante au fond de moi. Je me rappelais de ses paroles : "J'ai toujours aimé ce fauteuil, et la vue qu'il offrait." J'avais peur oui, peur de voir ce pourquoi tout ce que j'ai fait, tout ce que j'ai combattu, réduit à néant.

"Fonce fiston. On aura pas de pv pour ça."


Dis-je à la recrue qui conduit. On fonce à travers les allées, les rues, on emprunte des raccourcis et enfin on y arrive. On tombe sur les premiers camions de journalistes rapaces non loin. Au moins, ils étaient déjà là, avec les premiers véhicules de la police. Y'a même des journalistes connus comme Vale, ils m'accueillent avec des questions. Je remarque Jack Ryder, Summer Gleeson, et même Vicki Vale qui tentent d'avoir mes impressions sur ce qui se passe. En tout temps, je ne me permet aucune pensée aux gens de la presse. Je n'aimais pas les vautours, pas plus que les lèches-culs dans leurs genres. Je regarde tristement la scène. Les gars du SWAT qui attendent enfin mes ordres, ils sont fatigués, épuisés mentalement et physiquement, et bien sur, les mêmes emmerdes qu'on peut se permettre de voir quand on prépare un siège. Qui va rentrer ? Qui va mourir et qui va s'en sortir ? Ce soir, j'avais une sale impression. Si ces salopards de braqueurs voulaient que les justiciers viennent à eux, c'est qu'ils avaient forcément du répondant, et ça ne m'inspirait clairement pas confiance. Je reprend une clope et j'écrase la précédente sur le sol, d'un geste de la chaussure. Je regarde patiemment mon bâtiment, et je prend un mégaphone. Surprenant. Dans le mégaphone, j'appelle mes hommes, et je leur redonne la confiance dont ils ont besoin. Ils ont besoin d'un chef, d'une unité, d'un leadership. Sarah n'était pas là, je devais agir en commissaire de police.

"Ici le commissaire Gordon ! Je veux que les responsables du SWAT, de l'Unité anti-Crime, et de la section médicale du GCPD me retrouvent près du camion numéro huit. Maintenant !"


Le microphone grésille. J'attendais avec impatience que nous pourrions faire. De toute évidence, Batman, ou d'autres justiciers, ne tarderaient surement pas, et nous pourrions ensuite investir le lieu, sans gros dommages. Mais il y'avait aussi de nombreux accès dangereux, et des souterrains qui menaient sous le Musée, comme les anciennes fondations de la ville. Mais ce ne sera pas aussi simple que ça. Les trois responsables des divisions du GCPD arrivent, et on essaie de se mettre d'accord sur une tactique à adopter pour gérer aussi le Problème qu'il y'avait à l'Opéra. J'avais demandé à Bullock d'y aller. J'avais peur, oui. J'avais peur de ce qui allait se passer dans ma ville. Le GCPD avait son lot de cadavres, et rien que pour ça, ces types-là allait payer. Quitte à ce que je le fasse moi-même griller sur la chaise électrique, à Blackgate.


Commissaire de Gotham City
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Masculin Messages : 103
Date d'Inscription : 06/07/2017
Localisation : Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Flic honnête et efficace
♠ Relations conflictuelles :: ►Toute personne ne respectant pas la loi
♣ Vos Alliés : : Mon arme de service et mes deux sabres
avatar
Thomas Silent / NightLaw
MessageSujet: Re: Le Grand Soir   Ven 19 Jan - 23:53






Ce soir j'étais de permanence, je finissais mon wod et étais suspendu à la barre de traction du portique de la salle de muscu du GCPD lorsque mon tel sonne. Ah enfin une inter, la soirée va devenir intéressante, je fonce au local, me jette dans ma combi en écoutant la radio. Merde !!! Ça à l'air d'être du lourd, deux bâtiments publics visés dans la même nuit c'est du sérieux. En plus ce soir le Ninja Blanc n'est pas disponible et d'un coté mes hommes ont besoin de moi, je ne vais pas les laisser gérer une telle crise seul.


Je suis pratiquement opérationnel, je tire l'une après l'autre vers l'arrière les culasses de mes flingues et leurs claquements signent le top départ !!! Go go go, après un sprint dans les couloirs et escaliers, je monte dans un fourgon et on file direction le musée. Nous arrivons dans les premiers et mettons en place un cordon de sécurité. Les snipers vont se positionner suivant mes ordres et je rends compte de la situation avec le peu d'élément à ma disposition. Juste le temps de finir que les journalistes commencent déjà à arriver. Quelle bande de crevards, malgré les risques ils essayent d'avancer au maximum. Jsuis sur qu'ils se stationneraient dans le musée si ils pouvaient !!!


Bon en tout cas c'est la pire crise que j'ai vu depuis que je suis au GCPD. Heureusement dans la nuit tel le Batsignal la voix de Gordon se fait entendre via son mégaphone et il appelle les chefs d'unité. Donc direction le camion numéro 8 et on va voir ce que le Commissaire compte faire.


« Commissaire, mes hommes sont en place, les snipers couvrent chaque façade et 2 de mes équipes d'interventions se tiennent prête à pénétrer dans la bâtiment. Une troisième est en bouclage et les agents du GCPD tiennent les journalistes à l’écart. En résumé on attend juste votre feu vert. »


Chef Thomas SILENT
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anti-héros
Masculin Messages : 207
Date d'Inscription : 27/09/2016
avatar
Jessica Ann Moore
MessageSujet: Re: Le Grand Soir   Ven 23 Fév - 11:57

Enfin une nuit de repos, ne croyez pas que je me plaigne, mais disons qu'entre mon travaille au Canary Club et mes extra au My Alibi, j'ai peu de temps pour moi. Vous vous étonnez que je continue à travailler au My Alibi ? N'allez pas chercher trop loin la raison à ce fait, disons que j'y ai mes habitudes et que c'est un lieu intéressant pour obtenir certaines informations pour mon autre vie. Cette vie qui va me rattraper et m’empêcher d'avoir une soirée rien que pour moi. Il faut reconnaître une chose à Gotham, cette ville se bat pour vivre, malgré le mal qui la ronge depuis des décennies. Les gens sortent, font la fête, certains noient leur désespoir dans l'alcool, leur besoin de chaleur dans les bras d'autrui, surtout en cette période de l'année.

Alors que je jetais mon blouson sur le canapé, me dirigeant vers ma salle de bain, je remarqua alors le signal. Ce dernier était caractéristique et n'annonçait rien de joyeux. Du moins pour toute personne n'ayant pas comme moi, un petit quelque chose, un désir d'action. Depuis combien de temps, ce dernier était activé. Pressée de savoir ce qui arrivait, je faillis perdre l'équilibre en me prenant les pieds dans mon pantalon qui avait commencé à glisser le long de mes jambes. Trois attaques, le musée, l'opéra et la Tour Wayne. Au même moment, que je prenais connaissance de la nouvelle, j'alluma ma télé et je resta interdite durant une seconde. Merde j'étais à la bourre, une prise d'otage avait lieu en ce moment même au niveau du musée. Ce qui voulait dire, que l'attaque sur la Tour Wayne devait avoir commencé. Jamais je ne m'étais si rapidement changer, j'enfilais ma tenue de Justicière à une vitesse supersonique, me cognant contre les portes de l'armoire. Mais j'étais fin prête.

D'après le message laissé par Ash Bird, les criminels conduisaient des fourgons et étaient au nombre de 10 répartis en trois équipes. Sautant sur ma moto, je pris la direction de la Tour Wayne tel un démon poursuivant une âme égarée. Je sentais l’adrénaline commençait s'éveiller, au rythme des voitures que je doublais. Ma conduite était sportive, dangereuse, mais tellement enivrante. Il ne fallut que quelques minutes pour arriver à destination, mais j'étais en retard. Je remarqua un fourgon garé non loin de la Tour. Il n'avait rien de particulier, mais il n'y avait pas d'autres véhicules du genre dans les environs de la Tour et son emplacement, permettait d'avoir une vue et un accès assez dégagé sur le bâtiment. Je me gara hors du champ de vision d'un possible vigile et activa la vision thermique dont était équipée mes lunettes. L'avantage d'avoir rejoint le réseau du Chevalier Noir de Gotham, il avait mis à notre disposition quelques gadget et amélioration pour nos équipements. D'ailleurs, je ne m'étais pas fait priée pour prendre ma part. Nouveaux pistolets, non plus létales, mais chargées de projectiles assommants, mes tonfas étaient devenus des matraques incapacitantes. Je reconnais avoir gardé mes lames de poignets, on ne sait jamais, quand à ma tenue, elle était aux normes exigées pour mon activité actuelle. Mais arrêtons de parler mode, j’aperçois une silhouette à l'intérieur du fourgon, surement la vigie ou du moins celui chargé de s'occuper de la surveillance électronique et de l'arrivée de possible force de l'ordre. 

Je me glisse dans les ombres, me cachent derrière les véhicules garés afin d'atteindre un point d'où je pourrais passer à l'action sans me faire remarquer par ce dernier. Grace à mon nouveau lance grappin, je peu atteindre sans soucis des hauteurs jusque là inaccessible. Quand je pense à la galère que j'éprouvais avec mon ancien matériel. J'arrive sur le palier d'un escalier de secours, j'observe la Tour à la recherche de quelque chose de suspect. Ceux sont des pros, je n’aperçois rien, mais je connais quelqu'un qui va pouvoir me renseigner. Je me laisse tomber juste derrière le fourgon, au niveau de ses portes arrières. Un petit dispositif explosif et leur serrure saute. L'homme à l'intérieur n'a pas put ignorer ce fait, j'ouvre les portes rapidement et me retrouve devant la copie parfaite d'un fourgon de surveillance du GCPD. L'homme me regarde un peu surpris, normalement personne n'aurait dut intervenir ici. Je ne veux pas lui laisser le temps de réagir, un autre cadeau de Batman, une grenade incapacitante, basée sur les flash-bang des forces d'intervention. Mais je me rend compte de mon erreur au moment ou je la lance, l'espace est confiné et offre une bonne caisse de résonance. J'essaye de m'éloigner, mais je ne peux totalement éviter l'effet de la détonation. De plus s'il avait son micro ouvert, ses complices sont informés que quelque chose cloche. Il me fait plusieurs longues secondes pour retrouver la totalité des mes capacités, mais je n'ai pas attendu si longtemps pour pénétrer dans le fourgon. L'homme est K-O, par chance le matériel ne semble pas avoir trop souffert, mais mes craintes se confirmes lorsque j'entends ... " Comète, répond, que se passe t-il ? " ... Bon ils sont au courants, la suite risque d'être plus amusante que prévu. Je me rappel que j'ai oublié une chose, contacter mes alliés ... " Ici Red-Bat, je suis à la Tour Wayne, un cambriolage est en cours. J'ai neutralisé l'un des criminels, mais je risque d'avoir besoin d'aide " ... Qui sait qui répondra, peut être Ash-Bird ou un autre, s'il pouvait s'agir de Batman, BatWoman ou Nightwing. Mais arrête de rêver ma fille, tu as du travail qui t'attend. 



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Grand Soir   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Grand Soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grand soir présidentiel sur TF1
» " Le grand soir "
» collection grand cinéastes - Journal Le Soir
» Etes-vous invité à dîner le mercredi soir?
» [Barjavel, René] Le grand secret

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Old Gotham :: Wayne Tower-