Forum Jeu de Rôle Batman
 

Partagez | .
 

 Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Sam 16 Déc - 16:11

De chair et d'os Dans le Coventry, il y a comme une odeur de viande grillée qui flotte dans l'air. De la viande avariée, ou alors cuite de suite après sortie de congélation. Autant dire que cette viande ne sent pas bon. D'ailleurs, pas mal d'habitants se sont plaints de ces effluves survenant souvent le soir. Une odeur qui est allée jusqu'aux quartiers chics du District, dans des plats ou même sur des barbecues de terrasse. Certains ont porté plainte contre des traiteurs, qualifiant la viande mâchée de contaminée à on ne sait quoi, refusant ensuite d'avoir de nouveau affaire à eux. Le problème est, qu'ils ne savent pas que ces livreurs ne sont pas de vrais livreurs; que la viande, n'est pas la viande qu'ils attendaient tant dans leur bon boeuf bourguignon. Que ce qu'ils ont mangé, c'est de l'humain. Un pauvre humain disloqué et dépecé avec soin pour ensuite être rassemblé, ou haché entre les mains de gens normaux d'apparence, comme eux.

Normalement, le GCPD ne devrait plus avoir quelque affaire avec les justiciers. Le bat-signal est enlevé, les interdictions ont été spécifiées, mais Dinah n'en a que faire : elle a créé un nouveau signal. Que ça plaise ou non à Specter. Et finalement, quelqu'un lié au Réseau l'a mis en marche. Cela faisait une semaine qu'elle attendait ce moment, tout en continuant cette sordide enquête : Gotham a besoin de ses justiciers, d'une lueur d'espoir non moulée dans le carcan d'une administration branlante. Quand la blonde s'est rendue sur Amusement Miles, c'est un brin d'adolescent qui est venue la voir, lui tendant ce qu'on avait bien voulu lui rendre de sa mère : une alliance tâchée de sang. Le fait d'avoir appris de ses erreurs avec Emily, lui a rappelé que ce n'est pas en mettant les gens motivés de côté que rien ne pourra changer. Et c'est via Granny Jo, la vieille et chaleureuse voisine de son bar, sauveuse d'orphelins de tous bords, qu'elle a passé le mot concernant ce nouveau signal. Toute personne, qu'elle soit simple citoyen ou bien policier peut venir l'enclencher et crever les cieux de l'aigle noir.


"NightLaw. J'ai en visuel deux de nos cibles. Paquets sortant de la camionnette estimés en masse à trente kilos chacun."
Dinah est placée sur un toit annexe, à une bonne cinquantaine de mètres de la Centrale afin de ne pas éveiller les soupçons de ces fous furieux. Quatre jours qu'elle traque chaque trace. Quatre jours aussi qu'elle ne fait que croiser cette policière typé asiatique au caractère de feu sur les possibles scènes de crime ou de passage des suspects. D'ailleurs quand on parle du loup ...
"Merde Night. Regarde au Sud. Je crois qu'on est plus tout seuls sur le coup."
Merde. Oui, merde parce que ça veut dire que la transmission faite à Gordon a été interceptée par cette nana ou un de ses collègues. Et donc changer le canal. Ou alors, cette nana les a suivis. En tout cas, les suspects continuent de rapatrier leurs immenses paquets de la taille d'un corps humain jusque dans un local annexe à la Centrale. Même le fait qu'un de leurs potes a été arrêté et mis à mal par Black Canary ne semble pas ébranler leur petite sauterie de viandards. Dinah baisse ses jumelles thermiques et reste un moment perplexe, avant de revenir connecter son communicateur avec celui de NightLaw.
"Il faut qu'on atteigne les toits. Il y a un truc qui ne me plaît pas. Ils ont l'air trop confiants. On se retrouve à la tour de refroidissement Est."
Aussitôt dit, aussi tôt Dinah s'élance dans une course à la fois rapide, mais aussi assez discrète pour ne pas attirer l'attention d'éventuels tireurs embusqués ou de participants à cette petite réunion. En tout cas, l'odeur de viande se fait sentir à mesure qu'elle se rapproche du point de rendez-vous. Une odeur métallique, alliée à celle d'un porc qu'on cuit, ainsi que celle d'alcool lui vient aux narines. Il y a fort à parier que pour éviter toutes demandes ou plaintes, ces gens se soient principalement concentrés dans le kidnapping de sans abris. Mais quelle bande de timbrés.

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Masculin Messages : 103
Date d'Inscription : 06/07/2017
Localisation : Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Flic honnête et efficace
♠ Relations conflictuelles :: ►Toute personne ne respectant pas la loi
♣ Vos Alliés : : Mon arme de service et mes deux sabres
avatar
Thomas Silent / NightLaw
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Sam 16 Déc - 22:47




Suite à notre rencontre au bunker Dinah m'avait demandé de l'assister sur une affaire plutot particulière. En effet un traffic de chair humaine serait mis en place à Gotham!!! Le GCPD était sur le coup mais nous n'avions malheureusement que peut d'éléments sur cette affaire.

Dinah m'avait donné rendez vous ce soir dans le quartier de Coventry, sur les toits à proximité d'une centrale qu'elle avait identifier comme centre de stockage. Nous sommes reliés par radio et notre mission est d'effectuer une surveillance voir une intervention si l'occasion se présente. Je suis perché sur le toit d'un vieux batiment servant autrefois d'usine d'assemblage depuis des dizaines de minutes. Je regarde via les lunettes thermiques fournies par le Detective et le temps commence à être long. Mais Dinah ne s'est pas trompée, des hommes transportent d'un camion des gros sacs vers une chambre froide et certains montent la garde armés. 

Dinah me contacte de façon affolée, elle m'indique qu'elle a vue Fléchette au sud du batiment. Mais merde que fait elle là, je ne suis pas au courant d'une intervention du GCPD donc elle n'est pas en service. J'observe et constate qu'elle est seule. Folle qu'elle est, elle compte faire quoi toute seule? Elle a trop pris confiance, j'espère que ce n'est pas la conséquence de mon entrainement. Je n'ai pas le temps d'y réfléchir que Dinah me recontacte et veut qu'on se retrouve sur le toit près de la tour de refroidissement. 

Enfin un peu d'action, j'en avais marre d'être perché seul à observer. Je me dirige vers le point de rassemblement donné par Dinah et en chemin je neutralise un sniper posté sur le toit face à moi.

"Dinah fais gaffe, je viens de neutraliser un sniper sur le toit coté EST. Je serais au point de rendez vous dans 40 secondes. Mais que fait cette flic ici? On dirait qu'elle est seule en plus, elle compte se faire tuer?"

J'arrive à coté de Dinah et je ne pouvais pas lui dire que je connaissais Fléchette sans mettre mon identité en danger. Mais je compte tout de même faire en sorte qu'il ne lui arrive rien, je vais garder un œil sur elle. Dans le pire des cas j'irais lui parler, vue sa réaction à la réunion avec Gordon et Specter elle n'est pas anti Justicier. Elle m'écoutera surement si je lui dis de nous laisser nous occuper de ces criminels.

"Ecoute il faut qu'on garde un œil sur cette fliquette. On ne peut pas la laisser faire n'importe quoi et faire tout foirer voir se faire tuer. Si elle commence à être gênante j'irais prendre contact avec elle."

Chef Thomas SILENT
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Féminin Messages : 280
Date d'Inscription : 04/10/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Policière, voisine d'humeur changeante, super maman de substitution.
♠ Relations conflictuelles :: ► Les malfrats. Sam.
♣ Vos Alliés : : ► Le GCPD.
avatar
Rose Ahn
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Mer 20 Déc - 20:55


« Madame… Madame Li, s’il-vous-plaît arrêtez de crier, je vais vous aider mais par pitié arrêtez de m’hurler dessus. Oui… Je soupire, le combiné coincé entre mon oreille et mon épaule, un critérium dans ma main libre et l’autre occupée à maintenir mes cheveux en bataille dans un semblant d’ordre. La voix criarde se fait entendre dans toute la pièce tellement mon interlocutrice est paniquée. Je ne suis pas le service des disparitions du GCPD et… arrêtez aussi de me parler en mandarin, je vous ai répété cent fois que je ne le parlais pas. Oui, je sais, il faut qu’on ouvre une enquête, oui… Non. Non, je ne peux pas accepter votre pot-de-vin. Euh… si, c’est un pot-de-vin… Une courte pause emplie de piaillements, encore et toujours. Entendu, je contacte mes supérieurs pour basculer l’enquête aux crimes majeurs… Oui, je soupire une énième fois, je ferais de mon mieux pour retrouver votre mari, je le promets. »
 
Je raccroche rapidement pour ne pas l’entendre gémir plus. J’étais à mi-temps dans l’équipe spéciale de Gordon, occupée en majorité à trouver et neutraliser les criminels spéciaux, ceux dont s’occupait le Batman. Le reste de mon temps se partage entre Thomas Silent, mon mentor, et mon unité de patrouille dans les rues. Et aujourd’hui, de nombreuses unités étaient rassemblées pour s’occuper de ces disparitions en grand nombre. Je n’étais pas la plus valeureuse des policières, ni la plus intelligente, mais le double piston du chef du SWAT et de Gordon ainsi que la rumeur de mon incroyable pugnacité et de mon entêtement frôlant l’insolence avaient suffi à ce qu’on m’invite à participer à l’enquête. Une partie des disparitions se concentraient dans les quartiers populaires et défavorisés, prenant des SDF ou des personnes isolées, mais parfois aussi des gens comme Monsieur Li, car les gens ne faisaient appel à la police qu’en dernier recours et le dernier avantage que j’avais sur les autres était d’y vivre moi aussi. Madame Li est ma voisine et également la propriétaire de mon logement, une femme aimante et actuellement privée de son mari, qui compte depuis une semaine dans la liste des disparus.

Je me frotte les yeux, épuisée. Bientôt une semaine que je traque les disparitions et les recoupe avec tous les cadavres trouvés dans les rivières alentours, tous les restes calcinés, toutes les morts suspectes. Mais une histoire avait attiré mon attention. Mes équipiers m’avaient ri au nez, et tant mieux, j’irais enquêter seule. C’est vrai, ils avaient raison de me prendre pour une cinglée quand, cinq jours plus tôt, j’étais arrivée pleine de sueur et échevelée dans la salle tenant un journal gratuit distribué juste devant le GCPD. Ordinairement, on y trouve des articles bidons sur des histoires de la ville, mais parfois les journalistes sont des types du coin et racontent ce qui se vit dans les rues de Gotham, dans le vrai monde. Et cette fois, ça parlait de viande contaminée dont les autorités se foutaient. Des cas d’empoisonnements et d’indigestions, de goût étrange et de vomissements.

L’idée était folle, vraiment improbable, mais aucun corps n’avait été trouvé, et j’avais cherché du côté de la traite d’humains, mais rien. Rien. Ces gens s’étaient volatilisés. Alors envers et contre tous, je m’étais décidée à prouver que j’avais tort. Parce que j’espère vraiment avoir tort. Qui serait assez tordu pour distribuer en grandes quantités de la viande humaine ? Je me lève de ma chaise, il est à peine 14h et j’ai aujourd’hui encore du travail devant moi. Un nouveau soupir m’échappe, j’ai envie de fumer une clope et me jeter un verre, mais j’ai besoin de chaque neurone de disponible, et quand je regarde mes coéquipiers, je me dis que je n’ai plus très envie de passer ma vie entre ces murs.

Mais je finis par avancer, me propulser vers la sortie, parce que ma passion se trouve dehors, pas dans ce commissariat qui pue la moisissure. Je mets en place des milliers de plans, des hypothèses, des scénarios. Je serre les dents et traverse la ville pendant de longues heures à la recherche de témoins, de clients, de revendeurs, de n’importe qui ayant vu passer cette viande contaminée, et il semblerait que la chance me sourit ce matin parce que les gens ont été plus méfiants après les plaintes, ils ont fait attention aux détails et me voilà sur une piste bien plus solide que toutes les autres.

Je me faufile discrètement dans les ruelles de la centrale du Coventry. La nuit est tombée et je profite des ombres mangeant les façades pour me cacher et progresser en toute discrétion. Un camion me dépasse, frôlant les murs des immeubles et j’ai à peine le temps de me jeter dans un recoin du mur pour ne pas me faire aplatir. Il ne faut pas avoir beaucoup de cervelle pour savoir que c’est la piste à suivre, alors je me dépêche de me relever et me diriger vers le véhicule dont des hommes commencent à sortir de lourds paquets. J’ai du mal à trouver une raison autre que le cannibalisme, du mal à imaginer un scénario favorable à tout ça, une suite heureuse.


Et pour une fois dans ma vie, je ne fonce pas dans le tas, je décide de faire le tour de la centrale électrique avant, histoire de respirer un bon coup malgré l’odeur entêtant qui monte et me dégoutte, je veux savoir dans quoi je mets les pieds pour en sortir vivante et foutre ces connards en prison. 
Cannibalisme Notoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2808
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Sam 30 Déc - 18:47




Laugh and Die

Cela avait été une belle soirée, calme, et drôlement folle à la fois, une fois que le Joker s'était rendu maitre de la centrale électrique, le clown psychopathe avait fait en sorte que ses hommes de mains arborent de somptueux et adorables sourires lui rendant sa gloire de seigneur des farces et des mauvais coups sur leurs visages. Parfois même, le Joker apposait lui-même son sourire sur ses hommes en les défigurant totalement. Néanmoins, c'était sans compter sur la possibilité d'avoir des nuisances nocturnes. Bien conscient du fait que les détectives en herbe et autres rapaces tenteraient de trouver le Joker, le clown s'était fait à l'idée qu'un jour, quelqu'un viendrait, et ce soir, quelqu'un ou même plusieurs personnes, allaient rejoindre le Jeu de la Mort du Joker. Il faut dire, quand on a quelque chose en tête, il faut toujours suivre ses rêves, disait le vieux dicton. Oh mais très certainement, quand on était dans la tête d'un dérangé comme le prince des clowns lui-même, y'avait un sacré boulot à faire dans tout ce fatras qui lui servait de matière grise. Néanmoins, il y'avait de nombreuses petites choses à faire, et parmi celles-ci, terroriser les caïds et mettre à bas leurs petits empires était une chose amusante et tellement frivole qu'il ne suffisait que d'une seule allumette pour que tout s'embrase. Et ce soir, une cargaison d'enfants serait une cible des plus idéales. Pourquoi lui ? Tout simplement parce qu'ils avaient du pouvoir, et que des parents qui perdaient tout, devenait forcément fous. Ils devaient apprendre, le bon peuple de Gotham, que tout perdre pouvait le faire tomber dans la folie, ou bien, il renaitrait de ses cendres, plus abominable que jamais. Bien que cela soit de saison, le Joker arborait un superbe bonnet de Noël. Alors que sa bande arborait des masques de clowns et des costards noirs, la bande du Clown avait eu son invitation pour une soirée. Enfin ... Pas vraiment. Junior Galente avait tout de la vie des plus agréables dans Gotham, une position, une famille de mafieux, et il allait dépenser son fric dans les jeux de Double-Face ce soir. Cependant, une rencontre fortuite avec un clown psychopathe ne lui a pas rendu service. Et c'était à poil, en plein trafic, que le Joker le largua, nu comme un ver, encore vivant, au milieu des autoroutes, hurlant des jurons en langue spaghetti. La soirée allait commencer et le camion devait surement être en train en chemin vers la centrale. Lorsque le camion arriva, on commençait à décharger tout ce qui avait été récolté. Des enfants, des orphelins, des sans-abris. Tout ça pour un jeu personnel que le Clown allait se lancer ce soir, pour s'amuser. On allait organiser un beau petit trafic, et il parait que ça rapportait bien, les organes. Le Joker n'aimait pas les gosses, du moins, pas les siens. En avait-il eu ? Peut-être. Oui ? Non ? On s'en fout !

- "Plus gros ils sont, plus ils rapportent, mais plus ils sont jeunes, plus ils sont appréciés. Essayez de résister et je vous tuerai tous. Voici Gotham, sens dessus dessous. Voila Janvier qui pointe, je serai maitre de la ville hahahaha."

Légèrement refaite et prise de la comptine du Grinch, la voix du Joker résonna dans la salle avec une morgue des plus terrifiantes. Depuis quelques temps, le nom du Joker avait fait sa route dans les rues de Gotham City, et très peu désiraient faire des affaires avec le Clown Méphistophélès de Gotham. Bien sur, il y'avait toujours quelques petites frappes qui voulaient se faire du fric en bernant le Joker, mais ça finissait toujours mal. Et le Joker n'était pas du genre à apprécier d'être roulé dans la farine. Mais d'autres avaient besoin du Joker à cause de ses nombreux talents, et à cause des possibilités qu'il osait faire. Il franchissait tous les tabous, tous les obstacles, et ce soir, il ne ferait pas défaut à sa légende monstrueuse. Parlons monstres, Dollmaker avait besoin d'organes, de quoi se renflouer, alors le Joker allait lui donner ce dont il allait besoin après tout. Peut-être qu'il voudrait faire quelques affaires de plus ou bien ... Peut-être que ses tripes étaient noires aussi ? Bonne question. Le Joker sourit, suivit de ses hommes de main, puis adressa ses salutations distinguées aux enfants battus et autres petits déchets non désirés de Gotham. C'était l'étalage ! Un véritable marché de jambons ambulants et le Joker en avait l'air d'apprécier le spectacle. Pourquoi le Joker se lancerait dans un pareil trafic ? Pour le rire ? Pour le pouvoir ? Non, uniquement parce qu'il PEUT le faire. Ce n'était pas le fait de prendre un trafic pour en faire le sien, non, c'était uniquement dans l'optique de montrer qu'il pouvait le faire. S'avançant vers les jeunes enfants des rues, le Joker sourit.

- "On fait un jeu les enfants ? Le premier qui pleure a perdu !"

Le Joker était légèrement amusé. Bon pas vraiment, mais il aurait aimé savoir pourquoi Dollmaker avait besoin de pauvres, leurs organes n'étaient surement pas en bon état, ils n'avaient clairement l'air en bonne santé, à quoi bon ? Le Joker n'était pas un monstre, il savait se conduire quand il le fallait, mais il préférait ne pas le demander à Dollmaker, après tout, celui-ci payait le Clown, et même si ce n'était pas une affaire d'argent, il y'avait quand même de quoi s'amuser. Même si parfois sa conduite avec les autres criminels menait directement à quelque chose qui se terminait en rires et en sang. Ce n'était pas l'invité attendu aux réunions, ça c'était sur. Le Joker ne voulait pas qu'on le prenne uniquement pour un rigolo, un marrant dont on se lasse. Il ne voulait qu'une seule chose, tester ses théories sur un orphelin, après tout, on peut se moquer d'eux et rire à leurs dépens. Et puis, c'était aussi la manière de faire passer un message à Gotham City. Et c'était ça qui serait surement marrant. Alors que l'assemblée observait patiemment ce qui allait se passer, le Joker s'avançât doucement vers le centre de la pièce.

- "Alors mon p'tit ? Où sont papa et maman ? Hein ? On va jouer à un jeu d'accord ? On va faire la cuisine pour tonton Dollmaker ! Il sera ravi de te rencontrer."

Puis le Joker eut une autre idée, bien plus sinistre. Et s'il faisait griller ces pauvres gosses dans un des condensateurs électriques de la centrale ? Bon, ça sentirait le cochon grillé mais l'important, ce serait qu'il y'ait de l'amusement pour le Prince des Clowns. Détruire le futur de Gotham City, ça avait un gout d'amusement, de rires, de chants, quelque chose qui était poétique et à la fois violent. Ne faisant pas attention à ce qui pourrait se passer, le Joker décida alors, tel le Grinch de garder les enfants pour d'abord jouer avec eux à des jeux monstrueux dignes d'une fête foraine de la mort et uniquement pour son propre plaisir, et ensuite ... Bah les tuer. Concilions la mort avec le rire, c'est tellement drôle au final.




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Sam 13 Jan - 23:57

De chair et d'os Des snipers ? Sérieux ? C'est censé être une réunion de fous de type civils, pas une bande armées et organisée ! Dinah encaisse le message de Nightlaw, se fige et soudainement se baisse quand une lumière réfléchie lui pique rapidement les yeux. Un autre sniper est posté dans sa zone, mais il ne semble pas avoir remarqué la présence de la justicière. C'est un pauvre rat qui sort de l'ombre, à la place d'un humain alors il balaye une autre partie de sa zone de vision.
"Ok ...J'espère que tu aimes les pentes savonneuses Night."
Une belle pente glissante vers une montagne de problèmes. Waouh. Et on parie qu'on aura un supplément looping. Donc sûrement, il y a un gros bonnet là dessous. Autant de moyens pour aider des cannibales agissant en petites frappes, c'est tout sauf une mission de routine où ils vont arrêter les méchants en mode aller paf prends toi une claque endors toi et on t'emmène à Arkham. Ça aurait été si ennuyant, d'avoir un peu de laisser aller Dinah, ne te plains pas.  
Ils se rejoignent enfin au point de rendez-vous et ce que lui annonce son partenaire ne l'enchante guère. Même si, il a raison. Cette flic est seule. Si jamais en plus, un des criminels tristement célèbres de Gotham est de la partie, son pourcentage de survie est ... quasi inexistant. Canary croise les bras, fixant NightLaw avec conviction, mais aussi un léger air badin.
"Tu sais brancher les filles NightLaw ? La prochaine fois que je tombe sur Shiva je t'appellerai alors."
C'est vrai, elle n'a jamais vu NightLaw faire preuve pour le moment de tact envers la gente féminine. Plutôt à se focaliser sur ses entraînements, ses sorties en tant que justicier. En bref, juste le boulot. Si le boulot était d'ailleurs une femme, Dinah parie que ce mec s'en sortirait. Bon c'est une blague. Mais en vrai, il n'y a rien qui prête à rire.  Des gens se font bouffer, et Black Canary blague sur la tchatche de son coéquipier envers la gente féminine.
"Le prends pas mal. J'essaie de détendre cette atmosphère qui ... "elle renifle. "... Pue légèrement."
En effet, si par malheur vous prenez une longue inspiration à ce moment précis, une odeur aigre teintée d'un fond de pourriture digne d'un cadavre laissé à l'abandon en plein été, sera ravie de vous rappeler qu'il n'y a pas que de l'électricité dans cette centrale, et ses bâtiments adjacents.

Canary fait signe à NightLaw de la suivre. Lentement, ils se glissent entre les tuyaux de la tour de refroidissement pour au final arriver vers les toits Est, où personne ne semble surveiller la zone. En même temps, c'est la zone où il n'y a qu'un vieil entrepôt de déchets, désaffecté et donc possiblement capable de s'écrouler si une âme peu adroite se tente à en frôler les pans.
"Regarde. Si on passe par les vitres éventrées de ce côté, on peut arriver aux bâtiments adjacents par les couloirs réservés à la manutention. Étant donné qu'ils sont étroits, ces hommes ne passeront jamais dedans pour la seule bonne raison qu'ils sont armés. Et donc ..."
Dinah hausse un sourcil et sourit en coin à son coéquipier. Donc ils ne passeront pas par là. D'une sans doute parce qu'ils ne connaissent pas ces passages secondaires, mais de deux, passer avec leurs armes et gilets va relever d'une nouvelle catégorie dans le Guinness Record.
"Je passerai par là. Normalement, on pourra atteindre l'autre pan de toit et se rapprocher autant de cette flic, mais aussi du lieu qui nous intéresse. On y va."

Black est la première à sauter, partant sur les passerelles rouillées en évitant de faire le moins de bruit et de soubresauts possibles. Une fois arrivée vers la porte de service, qu'elle ouvre en tirant sèchement sur la chaîne censée maintenir la porte scellée.
"Je suis déjà venue ici. J'ai eu ... des mots assez violents avec un gars qui maintenant se terre à Starling City."
Elle dit ça au cas où NightLaw se pose la question. Mais il ne valait mieux pas rentrer dans le détail. Merlyn est un sujet disons ... tendu. Oui, un gros salopard de la ligue des assassins. Qui se montre particulièrement lourd avec elle. Qui lui a échappé en étant lourd encore une fois. Wouh. Joie. Défaite trop récente et énervante, en somme. Le chemin les conduit comme prévu jusqu'à l'ouverture vers les toits de leur objectif, où un homme est posté. Dinah attend le bon moment pour le choper aux pieds avant de le jeter vers Night pour qu'il le finisse. Elle passe ensuite la tête à l'extérieur et ne voit personne patrouiller entre les toits en prismes. Seul le vent vient chatouiller ses joues et ses oreilles. Pas un bruit de pas. Bien. Elle sort la première et se faufile en position accroupie jusqu'à une des installations en verre. Et ce qu'elle voit, l'électrise. Joker. Cet infâme fils d'humoriste raté participe à cette sordide histoire. Certains des suspects qu'elle a dans son dossier son en train d'attendre à côté, interloqués. Mais celle qui semble être la chef, une grande dames aux larges épaules et au nez aquilin s'approche des futures victimes, en prenant entre ses doigts le visage d'un adolescent en piteux état.
"Monsieur Joker. Je vous rappelle  bien expressément les termes de notre contrat. Vous prenez les organes, mais nous gardons la viande. Je dois nourrir une famille qui ne cesse de s'agrandir et ce n'est pas en vous amusant à faire des trop cuits que cela va arriver."
On voit d'ailleurs certains, en train de se lécher les lèvres, ou regarder comme du bétail cette troupe d'humains. De quoi vous donner envie de gerber. Dinah grimace, autant dégoutée par cette perspective que de voir cette femme s'adresser avec autant de condescendance à ce lessivé de Joker. Elle n'a vraiment pas peur de finir en dés d'apéritifs.
"NightLaw. Tu as quoi sur toi ? J'ai des bombes sonores, du tranquillisant, mes matraques électriques, du fil d'étranglement, les jumelles qui ne me servent plus à rien et des mines portatives collantes. Ainsi qu'une idée."
Dinah repart là où ils ont laissé le quidam qu'ils ont assommé pour lui prendre son communicateur. Elle se branche sur la fréquence, monte le volume à fond, l'attache au fil d'étranglement avant de le faire glisser rapidement dans la zone où se trouve les fourneaux.
"Ça va te laisser le temps de les contourner et d'attaquer pendant que je fais diversion. Go !"

Alors que la chef des cannibales semble toujours en vie, au grand étonnement de Dinah, la justicière prend son communicateur en main et dit non sans un brin de moquerie dans sa voix.
"Hey NoJoke. Je t'ai manqué ? Je croyais que j'avais été claire la dernière fois qu'on s'est vus. Toi tu fais partie de ceux qui se font cuisiner. Je vais me faire un plaisir de te rappeler comment mon poing attendrit efficacement ta viande. Et franchement, c'est qui cette nana ? Harley s'est trouvé un nouveau jules et donc tu as pris la première timbrée venue ? Tes goûts digressent."
Provoquer. Obliger à attirer l'attention sur un point opposé à la zone d'attaque. Prendre une grenade sonore. S'apprêter à la lancer. Ça doit marcher. Ça va marcher. Enfin, sauf si la flic se décide à rentrer droit devant dans ce merdier d'abattoir humain, ou bien à choper Black Canary ou NightLaw avant qu'ils ne puissent attaquer chacun de leur position.

© 2981 12289 0

À lire:
 


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Masculin Messages : 103
Date d'Inscription : 06/07/2017
Localisation : Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Flic honnête et efficace
♠ Relations conflictuelles :: ►Toute personne ne respectant pas la loi
♣ Vos Alliés : : Mon arme de service et mes deux sabres
avatar
Thomas Silent / NightLaw
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Mar 23 Jan - 10:27





« Tu crois que parce que je suis un homme et je passe mes nuits dehors à corriger et traquer la vermine, je ne sais pas parler aux femmes ? Tu devrais m'inviter à boire un verre un soir et tu verrais que je suis un vrai gentleman.... »


Ah les préjugés !!! Sacré Dinah peut être qu'un soir je lui montrerais mes autres talents mais pour l'instant restons concentrés sur notre intervention. Fléchette est potentiellement en danger, elle n'a pas l'air de vouloir rester à l'écart.


« T'inquiètes j'aime bien taquiner moi aussi, d'ailleurs je vais croire que tu es déçu que je ne te parle pas plus souvent. »


Nous progressons, je suis silencieusement Dinah qui a l'air de connaître les lieux. Elle m'explique être déjà venue sans rentrer dans les détails car nous tombons sur une sentinelle. Elle passe à l'action et me jette ce garde comme on balance une croquette à son chien. D'un coup puissant et bref je l'assomme, il n'est pas prêt de retrouver ses esprits. On arrive au point d'observation, voyons ce qu'il se passe !!! Dinah est déjà posté, j comprend à son visage que la situation est grave.


« Qu'est ce qui se passe ? Pourquoi fais tu cette tête ? »


Au lieu de me répondre elle me demande ce que j'ai sur moi... Elle a l'air vraiment en détresse, je jette donc un œil et découvre le Joker discutant avec une femme bizarre. Dinah m'explique son plan et me dit quoi faire, j'ai beau être un gentleman il ne va pas falloir que la situation dure trop longtemps car j'aime bien prendre les décisions surtout sur la façon d'intervenir. Mais bon du moment qu'il y a de l'action je suis toujours partant !!!


« Ok je vais me positionner, attends mon signal. »


Je continu ma progression furtive et arrive de l'autre coté. J'ouvre un panneau de verre et à l'aide de mon grappin je descends dans l’entrepôt au milieu de caisses en bois qui m'offre une planque idéale. Voilà je suis en position, je sors mes sabres fraîchement aiguisés et appui sur mon commutateur.


« Ok pour moi. »


Dinah commence alors son discours provocateur et ça fonctionne. Le Joker et la femme ne comprennent pas ce qu'il se passe, cette dernière fait immédiatement signe à ses hommes qui s'approchent en nombre.
Super bien joué ils sont plus nombreux maintenant... Bon profitons de l'effet de surprise et n'attendons pas que d'autres arrivent. Je sais que Dinah attends que j'engage le combat pour intervenir. Je monte sur la caisse derrière laquelle j'étais caché et me propulse puissamment en direction des deux hommes les plus proches. Je leur tombe dessus et mes sabres pénètrent dans chacune de leurs épaules jusqu'à la garde les faisant tomber au sol. Me retrouvant à genou, une partie des psychopathes sont armés de battes de base-ball cloutées et foncent sur moi alors que d'autres arment leur fusils mitrailleurs. Ma tenue blanche est déjà tachée de rouge et ça ne va qu'empirer alors faisons en sorte que cela soit seulement leur sang.
Les premiers arrivent à ma porté, je les laisse tenter de m'éclater la tronche avec leur bout de bois et au moment où ils se voit déjà gagnant je libère mes lames et resserrant mes mains sur les poignées je tranche les battes et également les avants bras de ses bouffons par la même occasion. Ils hurlent de douleur et tombent au sol. Je vois que le Joker et cette femme sont surpris, ils ne doivent pas s'enfuir, nous devons les arrêter mais d'abord nous avons le reste des sentinelles à neutraliser.

Chef Thomas SILENT
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Féminin Messages : 280
Date d'Inscription : 04/10/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Policière, voisine d'humeur changeante, super maman de substitution.
♠ Relations conflictuelles :: ► Les malfrats. Sam.
♣ Vos Alliés : : ► Le GCPD.
avatar
Rose Ahn
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Mer 24 Jan - 16:21


Au début, je ne me pose pas de question superficielle, je me contente de raser les murs et me dépêcher d’arriver dans le bâtiment central. J’essaie de ne pas me laisser envahir par des pensées qui n’auraient pas leur place ici et ne feraient que me faire perdre ma concentration. Dans ma tête, je me répète mes entraînements, j’évite le plus de gardes possible ce qui me coûte un temps précieux et je ne peux m’empêcher de me sentir coupable de laisser des gens mourir pendant ces minutes perdues. Mais je sais que je suis seule ici, j’ai signalé ma position rapidement avant de partir et lancé une demande de renforts mais personne ne saurait me prendre au sérieux, comme d’habitude. Alors tant pis, je la joue discrète et me focalise sur les pions les plus importants afin de faire tomber ce macabre marché.

Il arrive bien un moment où mon ultime solution est de me battre, je prends mon temps pour manœuvrer, me placer favorablement sur le terrain et je ne me surestime pas, je ne prends pas la grosse tête et joue plus avec mon cerveau qu’avec mes muscles. Je tombe sur le premier vigile et l’enserre avec mes jambes autour de son torse pour ne pas être désarçonnée quand il tombe à genoux. Je file un coup de crosse à son voisin au passage, la force combinée de notre chute et de mon geste l’envoie au tapis pour quelques heures, du moins je l’espère. Il me faut rapidement m’occuper de réserver le même sort à l’homme sous mes jambes. Je ne cherche pas à faire dans l’artistique et lui administre le même remède. Mais deux fois. Une fois pour l’envoyer dormir et l’autre pour m’assurer qu’il dorme assez profondément. Je les fais rouler dans un porche et essaie de les camoufler avec des bâches.

Je touche au but. J’entends des voix s’échapper de l’entrée d’un grand entrepôt ouvert, deux nouveaux gardes devant, m’empêchant d’aller me coller à la porte béante pour écouter. J’ai très envie de me jeter dans le tas, mais je respire un grand coup. Un très grand coup. D’accord. Je caresse l’arme dans son holster et me prépare. Je suis cachée de leurs regards par un mur en briques sur lequel sont appuyées deux piles de boites diverses et une de cagettes. Je grimpe sur une des piles et fait tomber les cagettes d'un coup de pied aussi efficace que classe. Derrière le mur, étouffée, j’entends une voix : « J’y vais. Encore ces satanés rats, j’en suis sûr. Putain de job, putain de job. » La voix se rapproche. Il vient, mais ne me voit pas, je suis couchée contre les boîtes, la respiration coupée. Dès qu’il se penche sur les objets tombés, je me jette derrière lui et l’envoie contre le mur. Sa tête prend un angle bizarre et il provoque la chute des dernières pièces.

« Hank ? Qu’est-ce que tu fiches, putain ? »

Merde. Il est arrivé trop vite. Je saute aux côtés d’Hank et m’aplatis contre le mur. A peine arrivé à ma hauteur, je lui coupe le sifflet d’un coup de la tranche de la main sur la gorge. Il lève son arme mais avec l'aide de mon pied dans son estomac et ma main agrippée à son flingue, je les sépare. Je procède à lui donner un bon coup sur le crâne pendant qu’il sort un couteau. Le premier est mort, le second dort. Je lui pique sa lame et m’avance vers l’usine puis y pénètre, profitant de nombreuses caisses de marchandise pour me faufiler en secret.

Je me dirige vers les prochains gardes que je projette de neutraliser afin de me nettoyer le passage. Mais je manque de tomber de stupeur. Cette voix, je l’ai entendue à la TV, au QG, à la radio. Le Clown Prince du Crime. Je frissonne longuement mais n’ai pas le temps de me demander quel plan suivre quand une voix retentie, manquant de me priver directement de quinze ans de vie. Je vois un type descendre en rappel du toit, l’air plus mort que vif, et une voix interpeller le criminel en bas.

L’action est très vite lancée et par un genre de justicier en plus. Masqué de blanc, une espèce de Ninja s’élance dans la foule des gardes armés et j’abandonne mes bonnes résolutions pour foncer moi aussi dans le tas. Je m’approche assez pour recevoir une giclée de sang sur le visage, je perds tout simplement l’équilibre et finit avec un type qui essaie de me piétiner, arme en main. Je suis un poil plus rapide et lui enfonce la mienne sous le menton et libère les feux de l’enfer. L’issue du combat est assez nette, le type me tombe dessus bel et bien mort et je l’envoie rouler au loin, jurant de façon colorée. J’ai une légère envie de vomir mais pas le temps de m’y atteler. Je saute sur mes pieds et fonce sur le prochain type pour lui foutre un coup de pied dans la tronche en profitant de ma souplesse légendaire.

« Hey ! Vous êtes qui, vous ?! »

Je lance entre deux respirations erratiques au type en blanc, j’aimerais bien savoir si je me suis jetée dans la mêlée aux côtés d’un gentil ou d’un moins méchant que les autres. Je tire dans l’omoplate d’un cannibale avant qu’il ne se rue sur les sabres de mon nouvel ami bizarre, l’attire à moi en agrippant sa veste et lui file à lui aussi ma botte secrète du coup de grosse dans la gueule. J’esquive le tir du suivant en me jetant contre une caisse. Manque de chance, la tour s’effondre et je m’écroule avec elle, je sens mon poignet me lancer d’une façon assez peu agréable, entre truc qui lâche et gros brûlure interne. Nouveau manque de chance, c’est ma main gauche, a.k.a. main principale. Je roule sur le côté pour ne pas perdre ma tête dans un coup de pied justement envoyé pour en faire de la compote. J’ai perdu mon pistolet en me faisant mal, mais pas mon couteau volé et mon envie de vivre et de semer la destru… la justice, pardon.

Je lui envoie dans la jambe, le manquant de peu du fait de l’usage de ma main droite et pousse bien fort dans le muscle avant d’arracher la lame. Il tombe sur les caisses et je saute sur son dos lui enfonçant mon coude contre la nuque, la forçant à craquer mollement. Troisième mort. Ça va me coûter cher au GCPD. Tant pis. Survivre, toujours. Focus. Je me retourne pour visualiser le nombre d’ennemis restants. Plus beaucoup, l’autre type a fait du meilleur travail que moi, mais pas du travail plus propre, à en juger par sa tenue maculée de sang. Je n’ai pas voix au chapitre puisque j’ai le visage barbouillé de sang et les jambes tâchées par mon dernier tapis.  
« Il faut s’éloigner d’ici avant que les renforts n’arrivent ! »
Cannibalisme Notoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2808
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Jeu 25 Jan - 17:36




Laugh and Die

Au retour de la conversation avec la femme qui semblait diriger ce petit business, le Joker avait médité pendant quelques instants à ce que Gotham City allait devenir : Une ville en effervescence avec la prétendue mort de la Cour des Hiboux. Un vide était crée et il fallait le combler. Quoi de mieux que des cinglés qui allaient se déverser dans Gotham City avec une folie furieuse de tout casser, mais était-ce réellement le plan conçu par le Joker ? Pas vraiment. Le Joker réfléchissait, et c'était certainement pas la meilleure des choses selon lui, trop de réflexions pour quelque chose qui aurait dû être réglé depuis un petit moment. Réfléchir implique la possibilité de pouvoir raisonner comme une personne logique, et malgré cette dernière frasque, le Joker se sentait non pas mal à l'aise, mais comme manipulé par une bande de petits insectes qui tenaient de sortir leurs épingles du jeu dans un monde des plus chaotiques, en y apportant un semblant de logique qui était assez discutable, mais le Joker ne préférait pas discuter avec des cannibales, non. Chacun ses problèmes de santé mentale, le Joker avait déjà donné et pour tout dire, il préférait largement les siens, comme problèmes ! Les gosses allaient finir en victuailles ? Pourquoi pas, c'était la nature après tout, les gosses devaient être mangés ! C'était les grosses bêtes qui bouffaient les plus petites, c'était la sélection naturelle et le Joker savait parfaitement qu'il fallait respecter cet ordre, mais de cette idée, germa un grand sourire sur le visage du Joker. L'ordre était fait pour être bousculé, dégagé, viré, tout devait être chamboulé. Est-ce que cette femme venait de tenir tête au Joker ? Surement. Dégainant son arme, le Joker eut un grand sourire avant de coller une balle dans le crâne de la femme qui venait de l'interpeller, la cannibale qui venait de lui faire des remontrances. Un "Pan" majestueux s'éleva et un corps chuta, inerte, aux pieds des enfants qui étaient si près du Joker.

- "Oups ! J'ai cru qu'on me donnait un ordre."


Dit-il en éclatant d'un rire à faire glacer le sang. Le Joker n'aimait pas qu'on lui donne des ordres, ou qu'on le contredise, ou encore qu'on lui dise quoi faire. Vraiment pas. L'idée que Batman vienne au Joker était assez crédible, et le Joker ne cherchait que cela, il voulait le provoquer, toujours et encore, mais Batman était capable de faire très mal et il pourrait réduire à néant les quelques projets fantasmés du Joker, la folie venait à peine de prendre son envol. Si Batman intervenait, tous les cinglés allaient dépérir et se démotiveraient suite à une énième bévue du Joker. Ce n'était PAS une option pour cette ville qui méritait tellement d'être joyeuse, et amusante, et si drôle ! Au moment où le Joker rengaina son arme, une voix retentit, c'était une des voix familières que le Joker avait fait connu, et qui n'était clairement pas quelque chose d'amusant, car ce n'était PAS Batman. Cela voulait dire que Batman n'était pas là, et pire encore, on le provoquait, on forçait le Joker à sortir de ses gonds. S'adressant aux cannibales qui étaient là, le Joker hurla de colère. Les yeux du Joker s'agrandirent mais il garda son calme, il se tourna alors vers ses "hommes de main" grimés en clowns qui attendaient, positionnés derrière les gosses qui sont pris en otages.

- "Hé pas de panique, c'est qu'une chauve-souris ! Vous pouvez la tuer. Peut-être, bon ... Enfin, entre nous ... Statistiquement, c'est pas gagné mais sait-on jamais."


Le Joker se dirigea alors vers la bande de gamins tout en observant la bande de cannibales qui commençaient à se défendre, apparemment, il allait y'avoir du sport, et de toute beauté, avant de se saisir d'un pistolet à six-coups. Positionné derrière les gamins comme bouclier humain, le Joker prit alors un des gosses et le serra contre lui, comme pour s'en faire un vieil ami de blague. Où étaient ces abrutis de patrouilleurs ? Ils avaient pour ordre de surveiller le bâtiment pourtant. Un homme de main parut, devant le Joker et fut surpris d'entendre lui aussi le bruit de la bataille. C'était un type du nom de Carl, un brave type, chic type, sympa et tout, alcoolique aussi et qui avait fait de la taule pour avoir tailladé une nana dans Park Street. Un gars charmant vraiment ... Et qui était responsable de la sécurité de la bâtisse pour le Joker. Le Joker l'incita à venir vers lui avec une grimace sur le visage.

- "On se fait attaquer par une bande de crétins et toi ? Que faisais-tu ?"


Carl - "Bah euh ... Je faisais le tour du bâtiment."

- "Vraiment ?"


PAN. Le coup était net, précis, une balle dans le crane, qui venait d'abord de traverser le masque de clown et qui était logée dans la cervelle de l'infortuné homme de main. Les hommes du Joker allaient avoir fort à faire, et le combat sera rude. Le Joker n'était certainement pas un couard, mais il ne voulait tout de même pas être le premier à partir aussi stupidement de la scène. Les hommes de main n'étaient là que pour essouffler les sbires et autres laquais du chevalier noir. De plus, ils étaient faibles, théoriquement, moins bons que le Batman, donc il y'avait une chance d'y arriver. Il eut un grand sourire tout en regardant les enfants, de sa voix joviale, il reprit.

- "Je vous considère un peu comme ma famille. Et vous devez savoir avec quelle ardeur j'ai massacré tous mes proches. "


Le rire éclata et résonnait dans l'endroit. Quelque part, Batman guettait surement, laissant le travail à ses gosses idiots et attardés, affaibli oui, mais toujours valide et en pleine possession de sa vengeance contre le Joker, car c'était une vieille histoire entre le Clown et la Chauve-souris après tout. Il se vengerait certainement du Joker, peut-être qu'il le tuerait ? Ce serait l'idée la plus saugrenue à voir. Connaissant Batman, les pauvres ères qui venaient de pénétrer dans l'endroit allaient salement déguster, le nombre d'os cassés allait valdinguer et les séances réparatrices à l’hôpital allaient être agréablement douloureuses. Une nouvelle fois, le bavardage incessant du Joker continuait pour les enfants.

- "On a affaire à qui ce soir ? Bat-clownette ? Bat-fillette ? Ou la chasseuse de mafias ratés ?"


Si les gars du Joker devaient se sentir rassurés, c'était hélas, bien mal barré. Les pauvres mecs devaient se faire dans le slip. Une odeur fortement nauséabonde et un slip marron, c'était là le degrés de terreur qu'ils devaient espérer. Et le Joker n'arrangeait rien à tout cela. Et dans tout le bâtiment, ça tire, ça pète mais le chaos régnait, et ça plaisait au Prince des Clowns. La fin serait magnifique !




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Dim 28 Jan - 21:39

De chair et d'os NightLaw se lance, les autres gardes se sont rameutés au hurlement du Joker. Bien. Canary se met à courir à l'opposé de sa position précédente, ne perdant pas du regard le plus mauvais clown de l'histoire de Gotham dans ses exactions. Il a déjà tué deux de ses alliés dans son délire, dont la chef des cannibales. Des cannibales qui eux, commencent à se disperser, à hésiter. Mais à tout de même essayer de ne pas brusquer les humeurs changeantes de ce lui qui a dominé leur cheffe; maintenant réduite à l'état de cadavre. Canary est maintenant en bonne position, et c'est avec tact qu'elle répond sans ménagement à l'un des tristement connus ennemis des gothamites.
"Perdu, parano."
Elle saute, filant dans l'air à la vue de tous, cheveux blonds claquant au vent. Cette chute lui donne l'élan nécessaire pour faire un Diving Hurricanrana d'antologie à Joker, avant que celui-ci ne puisse réagir et lui envoyer une balle dans le crâne, à elle aussi. Il a juste le temps de sentir son cou être pris par deux cuisses puissantes, au point qu'elles l'étouffent un instant, coupant sa circulation sanguine. Puis, de sentir l'impact de cette masse de muscles féminin, ses pieds se décoller du sol et le contact violent du métal des machines de la centrale. Dinah, sur le dos après cette prise se relève sur ses deux pieds dans un coup de hanches, et fixe le criminel avec sauvagerie, en craquant ses doigts.
"Je suis celle qui va te casser les oeufs. Littéralement."

Black Canary n'a pas le temps d'en remettre une de suite à Joker, prise à parti par un homme armé comme elle d'une matraque. Sauf qu'elle, en a deux, et elles sont en titane, bien plus résistant que toute matière jusque là utilisée par les armées. Après un coup de genou bien placé dans le bassin de l'intéressé durant un rude, mais rapide combat, Dinah fait le bilan d'un rapide coup d'oeil. L'état de Nightlaw, mais aussi de ses victimes la fait grincer des dents. Ce n'est pas dans ses principes, et ce genre d'effusions de sang lui rappelle ô combien ce Réseau semble compromis, à ses yeux.
"On reparlera de ça, NightLaw."
Sa voix est cinglante. Non, Dinah n'apprécie pas que l'on retire à des hommes la chance de pouvoir à nouveau marcher ou utiliser à nouveau leurs mains. Cela ne leur donnera que plus l'envie de terrasser leur ennemi et de remettre ça. Ce sont ses choix, mais il les met tous en péril. Tout ça, pour voir du sang gicler. Ça ne vaut pas mieux que les criminels. Mais ce n'est ni le moment, ni le lieu pour parler de ça. La policière la ramène. Elle n'a pas tord dans le fond, sauf que la blonde en face d'elle, cette blonde qui vient donner un coup de pied dans la main du Joker afin de l'empêcher de reprendre son arme, n'est pas une policière. C'est Black Canary.
"Je ne pars pas sans les enfants. Et sans lui."
La justicière lui avoir colle une baffe magistrale pour ne plus l'entendre rire ou s'égosiller. Elle le retourne sans ménagement sur le ventre.
"C'est notre ticket de sortie. À tous."
Dinah range ses matraques en maîtrisant Joker, avant de lui ficeler les mains et bras avec le fil d'étranglement. Autant dire que si il tente de se tortiller, il va le sentir passer. Ou plutôt le sang se couper dans ses aortes. Elle le soulève par le col et le traîne avant de le jeter aux pieds de la policière et de NightLaw.

"Merci du coup de main Miss. Tu as l'air d'être venue d'une zone blanche. Il va falloir que vous partiez tous par là. Sans exception."
Mais elle n'attend pas vraiment la réponse de la membre du GCPD, ni celle de NightLaw. Elle ne veut plus de sang et de membres coupés. Et si l'on allait contre sa volonté, il était quasiment sûr que le Canary déferlerait de sa gorge. Elle s'occupe de connaître le commanditaire bien plus puissant qu'une bande de cannibales civils auprès du Joker. Car si ce salaud est de sortie, c'est sûrement qu'un plus gros poisson est dans le coup. Au vu de la situation, si c'est celui qu'elle pense, elle doit avoir des réponses. Et ce, pour le bien de Tim; avant qu'il ne dérape pour de bon.
"Parle."
Dinah le secoue, visage près de cet immondice, au sang de centaines d'humains sur les mains ou bien sur la langue. Elle a même l'impression de sentir la putréfaction de cadavres émaner de lui.
"La cache de Dollmaker."

© 2981 12289 0


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Masculin Messages : 103
Date d'Inscription : 06/07/2017
Localisation : Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Flic honnête et efficace
♠ Relations conflictuelles :: ►Toute personne ne respectant pas la loi
♣ Vos Alliés : : Mon arme de service et mes deux sabres
avatar
Thomas Silent / NightLaw
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Lun 29 Jan - 14:06





Bon une fois les premiers mecs neutralisés je vois que Fléchette est là et tente de survivre comme elle peut. Oui c'est vrai qu'elle s'en sort mais j'ai l'impression qu'elle ne maîtrise pas vraiment les choses. J'espère qu'elle ne va pas se faire blesser voir tuer car il y a trop d'individus à gérer pour m'occuper d'elle. Elle arrive jusqu'à moi, elle a l'air à bout de souffle et apeurée, elle semble même avoir peur de moi.

« Rassurez vous je suis de votre coté, essayez juste de ne pas vous faire buter !!! »

Quelques secondes après lui avoir dit ça je vois une tour de caisse s'effondrer sur elle.... Ah bravo !!! Me concernant pas le temps de me poser, les hommes de main des cannibales arrivent encore. Trois mecs s'avancent vers moi, aucun moyen d'être furtif, ils ne sont pas armés et m'encerclent. Ils sont complètement dingues ces types, ils ne voient pas mes deux sabres noir et dégoulinant du sang de leurs camarades ? Mais assez de blessés ce soir, on va se le faire à l'ancienne. D'un mouvement précis je range mes lames dans leur étuis sous leurs regards stupéfiés.

« Allez les gars on va régler ça d'homme à homme... »

Le premier se jette sur moi et tente de placer un coup de poing au niveau de mon visage. D'un rapide pas sur le coté, j'esquive et inflige un puissant gauche au niveau du foie. Il tombe immédiatement au sol et d'un coup de pied je l'assomme. Il faudra un jour qu'on m'explique pourquoi lorsque des individus encerclent quelqu'un ils n'attaquent jamais en même temps. Seul il n'avait aucune chance, à trois ça aurait été autre chose.
Les deux restant décident d'y aller ensemble, je gère le premier coup mais prends un coup de pied au niveau des cotes puis une droite en pleine mâchoire. Merde ça fait longtemps que j'avais pas pris des coups et je en plus je saigne. Le deuxième round commence, ils se jettent à nouveau sur moi et profitant de son élan je saisi le premier et le projette au sol d'un mouvement de hanche. Le deuxième est à porté, il se jette sur moi et tente de me plaquer mais mon genou vient s'écraser sur son visage. Pour lui c'est réglé il est au sol dans les vapes, je fini l'autre en tombant sur lui genou en avant. Voilà lui aussi fait une sieste, la situation se calme et on va pouvoir faire le point.

Je fais un rapide tour de la pièce et vois que Fléchette va bien, Dinah également, elle nous rejoint et semble énervé contre moi. Apparemment elle semble ne pas apprécier mes méthodes, d'un autre coté je n'ai pas deux barres de fer mais deux sabres... Elle et les autres du réseau devaient bien se douter que ce n'était pas pour découper la dinde à noël !!! Pour autant je ne suis pas un tueur, j'en prends pour preuve le recrutement par Batman. Par contre je fais ce qu'il faut et ne prend pas de pincettes avec les criminels en essayant de ne pas les tuer.

Une fois que Dinah a exprimé son mécontentement, elle ramène le Joker ficelé façon rôti et nous montre la sortie...

« Dinah, prends le Joker et la flic, je couvre les arrières, allez go go go !!! »

Chef Thomas SILENT
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Féminin Messages : 280
Date d'Inscription : 04/10/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Policière, voisine d'humeur changeante, super maman de substitution.
♠ Relations conflictuelles :: ► Les malfrats. Sam.
♣ Vos Alliés : : ► Le GCPD.
avatar
Rose Ahn
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Mar 6 Fév - 19:19


J’ai l’air d’un monstre, je le sais, je le sens. Mes jambes qui tremblent ne sont pas assez convaincantes et ne m’ôtent pas de la tête le son assourdissant de la balle qui quitte son canon et perfore un crâne. Maintenant qu’autour de moi le vide s’est fait, que la lutte n’est plus mon seul souci, mon cerveau se remet péniblement en marche. Je me frotte les yeux avec un coin de ma manche encore propre et tire la radio de son encoche sur mon épaule. Je crois bien avoir perdu mon téléphone quelque part et n’ai pas la force de me retourner sur le cadavre pour le chercher.

« Ici Rose, répondez je vous en prie… »

Je sens ma voix trembler autant que mes membres et je sais que ce n’est pas fini, qu’il faut se ressaisir, se fixer des objectifs à atteindre, la porte, puis la rue, puis la voiture, puis la maison. Ne pas trop penser, ne pas trop culpabiliser. C’était eux ou moi. Et ces types-là… ces types-là tuent des gens pour les manger. Et pourtant… et pourtant… je ne suis ni juge, ni bourreau. Simplement flic. Je soupire. La ligne grésille mais aucune voix n’en sort, comme pour valider les propos tristement désagréables de la Justicière. Canary, si mes souvenirs sont bons.

« Si vous me recevez QG, nous avons besoin de renforts. »

J’ajoute l’adresse avant de me taire à nouveau. La blonde tente d’obtenir des informations sur les autres otages afin de détruire de fond en comble cette entreprise malveillante. Le silence de la ligne me titille à nouveau et je sens que l’émotion qui gronde en moi n’est plus la peur ou la culpabilité. J’en ai ma claque. J’en ai ras le bol de cette ville stupide et ses criminels cinglés. J’en ai marre de me laisser avoir par ce connard souriant et ses plans foireux, de devoir coopérer avec un cinglé qui se prend pour un robot-mixeur et une gonzesse en mal d’autorité. Je serre la mâchoire et les poings jusqu’à ce que mes ongles me fassent saigner.

Je me tourne dos à la scène, faisant mine de surveiller les alentours, mes deux index posés sur mes temps dans l’espoir que le contact froid ne me calme. Mais non, la seule sensation qui me parvient c’est la chaleur poisseuse du sang et l’odeur de brûlé. J’ai envie de vomir. Le cœur au bord des lèvres, je m’accroche à la petite radio portable, espérant un signe, n’importe quoi. Je m’y accroche comme à ma bouée, ma seule issue de secours.

« Je vais faire le tour des bâtiments et chercher les gosses. Ce type-là, je pointe du doigt Joker, il parlera pas. »

Il n’y a que ceux qui ont peur qui parlent. Et je ne crois pas que Joker ait peur de quoi que ce soit, à part perdre son nemesis. Je me dirige vers la grande porte de l’entrepôt, chaque pas étant plus assuré que le précédent. Une fois la machine remise en route, une fois que j’ai un nouvel objectif, je peux y aller, je peux le faire. Je peux réussir. J’ignorais que des enfants avaient été kidnappés, l’information ne m’était pas parvenue et soudain ma motivation est tout autre. Je vois Maya, j’imagine Maya à leur place. La douleur sourde de ne pas savoir ce qui est advenu d’elle, l’angoisse, le vide dans l’appartement, la peur. La peur primaire qui me submergerait si, un soir, en rentrant, Maya n’était plus là.

Il se passe un certain temps avant que je ne croise une nouvelle personne. Un groupe de deux hommes et une femme m’arrivent de face, assez silencieux pour que nous nous rencontrions par surprise. Mon premier réflexe est de sauter sur le premier et lui enfoncer mon poing dans le nez. Je le pousse tant bien que mal sur sa camarade mais je suis épuisée et je me retrouve avec un type pas assommé et à peine décalé de sa trajectoire. Je ferme les yeux quand le premier crochet heurte ma mâchoire. Je trébuche et tombe sur mon séant, sonnée. Au début, seule la détonation qui manque de m’arracher un tympan me tire de la brume, mais quand la douleur s’invite, j’ouvre la bouche, j’ai oublié comment respirer. La souffrance est comme une aiguille glacée qui absorbe tout mon être. Je ne suis que ce trou dans mon épaule. Je ne suis que souffrance. Je pose une main tremblante sur la plaie sanglante, elle en ressort déjà rougie et au-dessus de moi, il me semble qu’une discussion éclate : « Putain c’est un flic ! T’as tiré sur un flic !
- Ta gueule ! T’as entendu les coups de feu et j’ai pas eu le choix. Faut s’en débarrasser putain.
- Mais t’es malade !
- Aide-moi bordel, aide-moi ! »

Je sens la panique dans leurs voix, mais ma tête dodeline et j’ai du mal à ne pas fondre en larmes. Une main se pose sur mon bras et me tire vers le haut. Je les entends dire qu’il faut se débarrasser de mon corps. J’ouvre les yeux en grand, frappée par la réalité qui me rattrape. Je ressers ma grippe sur le couteau et l’envoie vers l’avant dans un large mouvement circulaire.

« Ah ! PUTAIN ! »

Je roule sur mon côté blessé en poussant un gémissement de douleur pure. Mes joues sont trempées de larmes et mon instinct de survie d’hurle d’appeler à l’aide. Mais ma voix ne sort pas, je ne peux que gémir et ramper assez loin pour éviter la salve de balles aveuglément tirées. Cachée derrière un mur, je lance un regard au type blessé, appuyée contre la surface glacée. Une longue balafre court de son front au côté gauche de sa nuque, en passant pour son œil. Ils s’avancent vers moi et je trouve la force je gueuler de toutes mes forces : « Aidez-moi ! AIDEZ-MOI ! »

Il me semble que ma voix fait écho bizarrement. Malgré mes yeux lourds et le bout de mes doigts engourdis, j’entends bien que ce n’est pas vraiment mon écho. Mais d’autres cris. Je ferme les yeux sur la nuit, épuisée. C’est la voix de Maya qui me demande, me supplie, de l’aider. Les enfants. Les enfants… Je parviens à murmurer entre mes dents fermées, dans l’espoir qu’on m’écoute : « ils sont là… les enfants. Ils sont ici… »

Cannibalisme Notoire

/RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Clown of Crime
Masculin Messages : 2808
Date d'Inscription : 22/03/2016
Localisation : Asile d'Arkham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Némésis de Batman
♠ Relations conflictuelles :: ► Tout le monde
♣ Vos Alliés : : ► Harley Quinn
avatar
Joker
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Mer 7 Fév - 19:28




Laugh and Die

Tout va décidément trop vite ! Mais c'était comme ça à bord du train de la folie. On ne pouvait jamais espérer voir une quelconque entreprise pour stopper le train. Tout va toujours à 200 à l'heure, et même si on tentait de freiner le train, ça ne faisait qu'empirer. Voila comment on peut comparer la folie. Un train, un train sans conducteur, mais toujours quelqu'un pour mettre les morceaux de bois dans la chaudière, allant toujours de plus en plus vite, et le plus drôle, c'est que le train n'avait aucun rail, il passait, suivant son chemin, encore, encore et encore. Détruisant tout sur son passage. Si quelqu'un tentait de lui faire fasse, de bloquer son passage, c'était le recul pour mieux sauter, la folie survenait toujours, encore, et toujours. Dans cette foutue ville, on subit ou on crève, mais dans les deux cas, on était jamais à l'abri de l'imprévisibilité du chaos et de la folie. Pour le cas du Joker, il venait de se prendre une sacrée battue par une femme, oui, vous avez bien lu, une femme, vous parlez d'une honte, mais fort heureusement, le gang du Joker était encore debout, et le fait de voir leur patron se faire avoir, pousse les acolytes du Joker à combattre ... Non ... Fuir devant l'adversité et les autres problèmes. On ne pouvait vraiment plus compter sur les gens loyaux dans cette foutue ville, tu parles d'un cadeau ... En attendant, qu'est ce qui attendait le Joker ? Juste une mauvaise conversation avec une blondasse ridicule, pfeuh ! On dirait Harley mais sans le glamour du rire et sans les couleurs qu'il faut. C'est alors que le Joker était bel et bien ligoté, bien ficelé, ça, on pouvait pas le nier, le Joker était dans de beaux draps biens merdiques, mais qu'importe, il allait en profiter, il allait s'amuser. Observant Black Canary avec un grand sourire malgré son apparente et possible défaite, le Joker reprit d'une voix trainante.

"Dollmaker vous demandez ? Je crois que son numéro n'est pas disponible pour le moment, hahahaha !"

Elle était si près du Joker, si près qu'il pourrait saisir la gorge de la jeune femme et lui arracher un bon gros morceau de chair. L'idée effleurait le Joker mais elle passait immédiatement à autre chose. Alors que Black Canary semblait perdre patience avec le prince du Rire de Gotham, le Clown éclata d'un grand rire, tandis qu'il retomba à terre, sur le sol, complètement amusé par la situation, il rampait comme un cinglé, essayant de trouver quelque chose, n'importe quoi pour se tirer de là. Le Clown était satisfait de sa dernière blague. Il n'avait pas seulement fait alliance avec une bande de cannibales idiots, non, mais il avait détruit l'image-même de Gotham City, il avait détruit un symbole, une figure, un aspect d'innocence et de pureté, des enfants ... Il en était à là maintenant, si seulement Batman pouvait le voir. Laissant tomber l'idée de manger la poussière, le Joker reprit de sa voix amusée, toujours ligoté. Il avait prit l'innocence des enfants et en avait fait quelque chose d'horrible, un choc traumatique qui allait très certainement hanter ces gosses pendant des années, vive les longues années de suivis thérapeutiques ! Et c'était tant mieux pour tout dire. Gotham City a besoin de monstres, il fallait l'abreuver en permanence de monstres et d'ordures, il fallait insuffler cette idée à Gotham, il fallait lui offrir un monde sans espoir, pour mieux la détruire, pour mieux briser son futur, de constater que la vie n'était qu'une simple blague, une simple stupidité. Une monstrueuse blague. Quand on y pense, finalement, le Joker n'était pas si différent de ce que deviendraient ces enfants dans le futur, après tout, il a fallu un mauvais enchainement d'évènements et voila ... Rien de plus, rien de moins.

"Maiiiiiis vient Mars et le temps se fait plus doux, plus agréable, et demain, par la fenêtre, pluie de cadaaaaaavres. Que nous réserve le vilain Dollmaker ? Que nous réserve t'iiiiiil voyons ? Un beau grand diner, mais vous n'êtes pas conviiiiiiés, et ces petits enfants que vous voyez là ... Ce n'était qu'un simple encas."


Fier de ses rimes, le Joker éclata d'un petit rire qui résonna dans toute l'assistance. Les hommes du Joker survivants, et encore fidèles à leurs patrons tinrent la jeune Canary en joue, mais hélas, ils furent victimes d'un autre justicier présent dans la salle. Dommage. Personne ne bronchait, elle hurlait ses ordres, les hommes du Joker obéirent et se rendirent pour la plupart. De nombreux cannibales se tenaient prêts à porter assistance, même vêtus de leurs costumes idiots de ritualistes. Tous attendaient, tous attendaient le bon moment où ils pourraient s'en prendre à Canary ou à Nightlaw. Même s'ils reculaient doucement ... Le Joker ne comptait pas sur ces crétins de cannibales pour l'aider à s'en sortir, non non. Tous ce que ces tarés voyaient, c'était une belle barbaque qui portait des collants et une tenue en cuir, ainsi qu'un mec déguisé en ninja. Et ça faisait un triple jambon si on comptait le Joker dans l'assistance. Et où était cette carne qui avait osé contesté le Joker un peu plus tôt dans la soirée au fait ? Elle devait être bien planquée dans une zone que le Joker n'avait pas en ligne de mire, ah mais c'est vrai ... Elle est morte. Ha ! Comment on peut oublier un détail pareil ?

"Il aime ses steaks bien saignants, notre ami Dollmaker, il adore aussi les entendre hurler avant, mais ça, tu le savais, hein ? Je suis sur que ce cher Batman te l'a déjà dit héhéhé."




You won't admit that we're the same and it's tearing me apart !
Why can't I free your doubtful mind and melt your cold, cold heart ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Jeu 8 Fév - 21:24

De chair et d'os "Si tu crois que je vais te laisser filer comme le cafard que tu es ..."
Dinah attrape Joker par les pieds sans aucune douceur. Elle tire, de sorte qu'il se racle contre le béton, et sente la poussière s'éclater contre son visage blanchi.
"Tu t'es trompé de femme."
Non, ce n'est pas l'heure aux mauvaises blagues. On rit jaune, on retient ses relents et ses crachats face à des actes pareils; ignobles. La blonde Canary décide ensuite de le rattraper par l'arrière du col après une fouille méticuleuse du costume de son prisonnier. Elle ne veut pas lui laisser la chancer de s'échapper encore une fois. Mais aussi de s'en sortir indemne quand on sait que lui, Doll, et Black Mask sont impliqués dans ce trafic d'organes. Chacun d'entre eux, goûtera son poing, son cri. Peut-être qu'avec de la chance, elle leur cassera un bras ou une jambe, histoire qu'ils comprennent qu'avec une femme, ces "mâles" vont être attaqués dans leur intégrité. Comme ces enfants. Gotham et ses dégénérés, Gotham et ses justiciers. Une histoire jamais prête de s'arrêter. Nightlaw leur hurle de partir, bien que cela ne fasse pas plaisir à Dinah, au vu des événements antérieurs. Il va falloir qu'elle apprenne à ce justicier à utiliser d'autres moyens que de sectionner des membres à tout va. Alors elle décide de sortir trois mines collantes ainsi qu'une bombe sonore, qu'elle envoie à son partenaire une par une.
"Utilises ton environnement avant d'utiliser tes lames, d'accord ?"
Sourire moqueur mais pas bien méchant. Elle n'est pas impitoyable et peut accepter l'erreur, pour autant qu'on essaie de la modifier. Et dans le fond, il veut bien faire, Night. Il veut aider cette ville, même si il ne sait pas qu'en prenant la vie ou de quoi vivre physiquement, on se condamne à avoir le sang et la vengeance de ces êtres sur le dos, jusqu'à notre dernier souffle. Maintenant, il faut rejoindre la flic. Bien qu'elle soit déjà bien loin, et prête à elle aussi à faire couler du sang; le sien pour être précis. Canary fronce les sourcils et claque violemment sa langue contre son palet en signe de mécontentement.
"Avance."

Les couloirs se ressemblent tous. Bardés de tuyaux immenses de couleur bleue ou blanche, de turbines, de salles où l'on entend que l'écho de ses pas. Dinah pousse sans cesse Joker, le traîne parfois sans oublier de rester alerte. Avec ce cinglé, il faut s'attendre à tout. Il des dents, des jambes et quand même il faut l'avouer assez d'intelligence pour vous emmener dans un guet-apens. Alors elle ne l'écoute pas, se fiant seulement au bruit d'un coup de feu, puis de cris pour s'avancer et toujours plus étirer de fil de sa bobine. Mais Joker ne se tait pas, alors aux grands maux les grands moyens : la justicière lui enfourne ses gants de combats dans la bouche. Il pourra mâcher longtemps, ça lui fera les pieds. Ceci fait, elle entre avec son poids lourd dans la zone, non sans entendre la voix faible de Rose à vingt pas Est de sa position. Elle attache alors Joker aux tubes par les pieds, de sorte que seul sa tête touche le sol si celui-ci tente de se débattre ou se détacher. Autant dire qu'il va avoir mal.
"Night. Ta flic est à terre. Les enfants sont là. Je vois des caisses. Je vais en faire tomber pour les approcher. Tiens moi au courant sur ta position."
Sans attendre la réponse du justicier sabreur, la trentenaire s'élance vivement vers les caisses en évitant les couloirs de lumière formés par la verrerie reflétant la lueur lunaire. Un des hommes vient de se retirer, sans doute attiré par un quelconque bruit que le Joker arrive tout de même à faire. Bien. Une grimpette et la voilà derrière cette dizaine de caisses dont l'odeur ne lui dit rien qui vaille bien qu'elle en envoie une valser ... au grand dam de ses adversaires. Des adversaires devenus livides quand le bois s'est fracassé contre le sol. Sol, lui même recouvert de glace, de verre issu de bocaux, de liquide; et d'organes; jeunes.

Cette fois, c'est Black Canary qui devient livide. Combien de gosses ces salauds avaient tué ? Les poings nus se serrent, et Dinah attaque. Le premier gars qu'elle attrape se prend la plus grosse mandale de sa triste vie, avant de finir sa course contre la surface métallique d'un tuyau. Le prochain sort son arme, mais est vite assommé par deux claques contre sa nuque avant de se recevoir un énorme coup de matraque électrique dans le ventre. Le dernier revient, et voit simplement Canary courir vers lui, sauter, faire le grand écart et lui envoyer un coup de talon dans la mâchoire. Puis, elle se relève en redressant ses jambes comme si de rien n'était, en inspirant fortement suite à cette série d'efforts.
"Ces gars ne peuvent pas faire une pause, à un moment ... ?"
Toujours pressés de mettre à terre leurs ennemis. Même si, elle l'avoue, elle les a légèrement provoqués.
"Non de dieu, ma jolie. Ils t'ont salement amochée ..."
La voilà auprès de la fliquette, regardant l'état de son épaule avant de jauger les cages emplies d'enfants se trouvant non loin de là. Tant de mots lui viennent, mais elle les ravale et décide de s'avancer vers l'un des loquets électriques. Pas de système à fil, ni de possible signal pouvant déclencher un piège. Tant mieux, ce sera plus rapide de terminer cette foutue affaire.
"Reculez, les enfants."
Ils se reculent, apeurés par cette nouvelle présence qui, certainement, vient les vider comme leurs autres camarades dans le malheur. Mais elle part, toujours vers une autre cage et ouvre.
"Ne sortez pas maintenant."
Ils s'exécutent, voyant bien la paume levée vers eux, ensanglantée et menaçante. L'autre, vient se poster sur une oreille, là où se trouve le communicateur.
"Gordon, si vous m'entendez, j'ai un de vos agents à terre. Blessée."
Dinah part vers la fliquette et la fouille, pour extraire au final sa plaque.
"Rose Ahn. Je vais compresser sa blessure en espérant que mon partenaire tienne. Mais venez vite. Vous avez des gosses, une assidue et un Joker à récupérer."

© 2981 12289 0

Suite:
 


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Masculin Messages : 103
Date d'Inscription : 06/07/2017
Localisation : Gotham

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Flic honnête et efficace
♠ Relations conflictuelles :: ►Toute personne ne respectant pas la loi
♣ Vos Alliés : : Mon arme de service et mes deux sabres
avatar
Thomas Silent / NightLaw
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Dim 11 Fév - 13:47





Je viens de demander à Fléchette, Dinah et ce taré Joker de filer au plus vite pendant que je m'occupe de protéger leur fesses. Bizarrement Rose part immédiatement et file en tête et encore plus bizarre la Justicière blonde suit mes ordres. Avant de s'exécuter elle me lance trois mines et une bombe sonore. J'apprécie le geste et je suis toujours preneur de gadgets surtout quand je me trouve au milieu de psychopathes cannibales.

« Merci Dinah et maintenant filaient il faut qu'on sorte de là rapidement. »

Me voilà seul, je les regardes s'éloigner et me poste un court moment afin d'écouter et faire le point. Des gens se rassemblent et semblent se diriger vers nous, je sais que le Joker va tenter de ralentir blondie, c'est sur il est capable de tout et n'a pas de limite. Je vais leur préparer un petit comité d'accueil sympathique grâce aux gadgets qu'elle m'a offert. Une fois le terrain étudié, je colle les mines de sorte que lors de leurs passages elles explosent et créaient un éboulement des tuyaux et plafond. J'allais placer la dernière lorsque j'entends en direction de Dinah et Fléchette des coups de feu.
Putain que ce passe t'il ? Mon commutateur s'enclenche et Dinah m'explique que Rose est à terre, elle trouvé les enfants.

« C'est bon je vous rejoins j'ai fini de couvrir notre fuite. »

Pas une seconde à perdre je file en direction du bruit de fracas, sûrement les caisses dont parlait Dinah. Je fends l'air jusqu'à être pris par une odeur répugnante, mais je vais arriver où là ? Qu'est ce qui peut sentir aussi fort ? Mes questions vont malheureusement avoir rapidement des réponses, je tombe sur une pièce où des morceaux de corps sont éparpillés sur le sol baignant dans un jus dont je ne préfère pas imaginer la composition. Des hommes de main sont à terre, j'imagine qu'ils ont rencontrés ma camarade, je suis sur la bonne piste.
J'entends Dinah parler dans le commutateur, elle demande des renforts à Gordon et confirme que Rose est blessée. Je vais pour lui demander sa position lorsque une double explosion se fait entendre.... Ah je crois que la première partie de ma couverture a fonctionné !!!

« Dinah, vous êtes où, je suis dans la pièce avec les caisses et les hommes que t'as maîtrisé ? »

Je n'attends pas la réponse et prends de la hauteur en montant sur les caisses restantes. Je les vois, elles sont derrière un mur, Fléchette est allongée et Dinah fait pression sur sa blessure. A proximité des enfants sont en cage. J'étais content d'une certaines manière car ils n'étaient pas tous en morceau, on allait pouvoir en sauver quelques un !!! J'entends des bruits de pas, des hommes arrivent. Mais ils sont combien dans ce foutu hangar !!! J'attends ces tarés et profite de ma position pour observer. Deux pénètrent dans la salle, je suis agréablement surpris car aucun n'a d'arme à feu. Le plus costaud à une sorte de machette et le deuxième plus petit deux crochet pour transporter la viande, c'est vraiment des psychopathes !!!
Ils avancent dans la pièce et se dirigent vers les cages, ils ne m'ont pas repéré j'ai donc l'avantage. Je ne vais pas les louper, j'ai déjà pris des coups et pour ce soir ça me suffit. Je descends furtivement, reste dans leurs dos et une fois à porté je donne un low kick monstrueux dans l'arrière du genou gauche du plus grand. Il s'effondre au sol et l'espèce de capitaine crochet cannibale se retourne et se jette sur moi pointes en avant. Je sors mes sabres et bloque ses deux crochets avec mes lames. Je le repousse facilement vu son gabarit et d'un balayage circulaire lui enlève ses appuis le mettant au sol. Pas le temps de souffler que la machette me frôle la main droite et tape le sol en créant une gerbe d'étincelles. Je tourne la tête et me prends un pied en pleine face qui m'envoie prendre un bain dans ce liquide corporel à coté de son pote. Je récupère mes poignées de sabres et une douleur me remonte dans le coté gauche, mes yeux se dirigent naturellement vers mon bras et ma main et je constate impuissant qu'un crochet est planté dans mon avant bras et du sang commence à colorer le fluide inondant le sol. Cette pourriture profite que je sois comme lui au sol pour me planter... 
D’énervement je lui fait manger la poignée de mon sabre droit histoire qu'il ne nous cause plus de problème avant l'arrivée des renforts et je retire le crochet d'un geste bref mais douloureux. J'entends un cri en plus du mien, mon regard se porte sur l'homme à la machette et bouche grande ouverte il se jette sur moi. Mon bras droit se lève, les lames s'entrechoquent et son corps vient se plaquer contre le mien. Il m'écrase, je place mes jambes, j'engage mes hanches et le retourne difficilement. Une fois dégagé, je lui arrache sa machette et la jette dans le tas de caisses brisées.


L'homme au sol me regarde, je suis débout avec ma tenue blanche tachée de sang et un sabre à la main. Il se relève et prend la fuite par le couloir où nous étions arrivés. Je suis soulagé, je ramasse mon autre sabre et fonce rejoindre Fléchette et Dinah.

« Comment ça va ? Les renforts vont arriver, c'est bientôt fini tenez le coup, on lâche rien!!!. »

Juste le temps de finir ma phrase que les sirènes se font entendre, la délivrance est proche. Les enfants vont retrouver leur liberté et le clown sa cellule à Arkham.


Chef Thomas SILENT
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Masculin Messages : 157
Date d'Inscription : 26/09/2017
Localisation : Gotham City Police Departement
avatar
James W. Gordon
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Jeu 15 Fév - 14:02

Le calme régnait dans le commissariat et je venais de m'assoupir sur mon bureau, la tête dans les dizaines de dossiers étalaient un peu partout. Ma tasse de café laissait encore échapper une légère fumée, depuis des années je buvais cette drogue infâme, te permettant de tenir le coup durant une longue journée de boulot. Mon corps était maintenant trop habitué, les effets de la caféine ne me faisait malheureusement plus rien. La fatigue m'ayant pris, je m'étais écroulé sur le bureau pour me mettre à ronfler comme un goret en pleine nuit. Je dormis une bonne vingtaine de minute et en me réveillant en râlant. Tout en essuyant un long filet de bave dégoulinant sur mon menton et dans les poils de ma moustache. Mon café était froid et je grogne de mécontentement. Tout en me redressant sur le dossier de ma chaise, je prends le temps de me recoiffé et de réajuster le col de mon gilet. Un appel de détresse : Un signalement se fait entendre. On parle du Joker, de nombreux enfants et de cadavres. Merde. Et la possibilité qu'un agent soit à terre. Les voitures de la police ne tardèrent pas et se dirigèrent vers la périphérie de Gotham City. Bien que je me devais d'être présent sur les lieux du crime, je repensais sans cesse à ce que m'avait dit Specter à la fin de notre réunion avec les bleus. Peu de temps après, j'ai le gilet sur le dos avec l'insigne du GCPD. Mes mains deviennent moite et l'un de mes tempes se mets à vibrer sous l'afflux de sang. Pour ma part, j'étais paré à encore faire des efforts, même si cela me pesait. Durant le trajet qui nous emmène vers le lieu-dit, j'essaie de me remémorer ce qui se passe. Trois jours que je n'ai pas dormi, trois foutus jours. Je pense à toutes ces affaires qui m'attendent encore au bureau, je pense encore à de nombreuses enquêtes qui ne sont pas terminées, et à ces deux vauriens de Cobblepot et Specter qui n'attendent de moi que des résultats probants. Hors, on est à Gotham ... En parlant de résultats, c'est aussi la merde avec Sawyer. Elle venait de rater sa mission et avait disparu, en temps normal, j'aurais envoyé Bullock la chercher, mais je pouvais comprendre qu'elle ait besoin de faire son deuil de cette sombre histoire. Je fulmine, cigarette à la bouche, je dis au chauffeur de la voiture de se magner.

"On se dépêche, allez !"


Enfin, les troupes d'assauts allaient passer à l'action. Je prends mon talkie-walkie dans ma veste, tout en appuyant sur le bouton j'annonce à mes hommes que nous allons donner l'assaut sans prendre le temps d'établir un cordon de sécurité. Le plus important, c'étaient les enfants. Les voitures de police se stoppèrent nettes, et l'ampleur du carnage était considérable. Des cadavres oui, des enfants qui seraient choqués à vie, un vilain clown qui allait retourner dans sa boite. Je regarde d'un air circonspect ce qui a bien pût se passer, c'était franchement pas beau à voir. Le Joker était saucissonné, les gosses étaient effrayés, ouais tu parles, ils allaient mettre du temps à se remettre d'un truc pareil ouais. Les deux camions des légistes viennent d'arriver, ils allaient embarquer tout ça et on passerait le lieu au peigne fin.

"Nom de Dieu."

Mes hommes récupèrent les gosses, tandis que j'écoutais le message d'une personne que je ne connaissais pas, me dire qu'un de mes officiers était dans un état déplorable. Je tente de localiser où elle pourrait se trouver. En attendant, mes hommes encerclent le bâtiment, personne ne sortira sans passer par mes troupes. Bordel de merde, j'en viens à couper ma clope avec les dents tellement ça me stresse. Rose Ahn, je l'avais sélectionnée pour aller dans mon équipe, mais je m'attendais pas à ce qu'elle fasse autant de zèle. Comme quoi, on pouvait toujours être surpris par ses élèves. M'avançant un peu plus dans l'enceinte, je remarque pas mal de petites choses assez désagréables, un cadavre avec le crâne fracassé d'une balle, de la lutte, des corps inanimés, ça en fait du criminel pour Blackgate ce soir. J'envoie cinq de mes hommes pour localiser et chercher Ahn, il fallait qu'on la trouve et qu'on se charge d'elle. Je m'approche des enfants, avec cet air de vieux papy débonnaire qui m'allait si bien.

"Vous en faites pas, les enfants, ça va aller."


Je mentis. Qui peut se remettre d'une telle chose ? Il faudra des années pour supprimer ce traumatisme ancré en eux, il faudra beaucoup de temps. Pour ma part, j'avais eu le cas avec mon fils James Gordon Junior, mais lui, c'était un peu plus compliqué. En attendant, je me devais d'être là, non seulement pour les enfants, mais aussi pour coffrer le Joker et le ramener là où il méritait de rester : L'asile d'Arkham.


Commissaire de Gotham City
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Bleu
Féminin Messages : 280
Date d'Inscription : 04/10/2017
Localisation : Gotham City

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Policière, voisine d'humeur changeante, super maman de substitution.
♠ Relations conflictuelles :: ► Les malfrats. Sam.
♣ Vos Alliés : : ► Le GCPD.
avatar
Rose Ahn
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Mar 27 Fév - 19:35


Bonjour, je m’appelle Rose Ahn, et je vais mourir. Sur ma tombe on inscrira : « t’as été conne ma fille » et j’irais en enfer pour avoir volé la sucette de Lizzy, à 7 ans. Ou alors parce que je me suis encore prise pour Rambo – à tort – et que je me retrouve en fâcheuse, pardon, en TRES fâcheuse posture, à cause de mon égo. Je m’appelle Rose Ahn, et je vais mourir. Arg.

Je rigole, tout va bien. Enfin, bien… tout est relatif, étant donné que j’ai très très mal (sans doute parce que je suis très douillette) et que je saigne très très beaucoup (encore une fois, j’y vois plus ou moins flou, alors c’est forcément plus impressionnant). J’essaie d’appliquer une pression sur ma plaie, mais ça fait un mal de chien, je pousse un gémissement déchirant. Ça fait mal, ça fait tellement mal. J’entends Phil me raconter ses histoires, avec mon père, qu’ils faisaient les quatre cent coups et qu’une fois il s’était fait salement amoché à l’épaule, lui aussi. Il m’a raconté que c’étaient des plaies impressionnantes, car l’endroit est bourré de vaisseaux sanguins prêts à péter dans tous les sens. Mais également très douloureux. Il m’avait souri en me secouant les cheveux et en ajoutant : « la seule fois où j’ai connu une souffrance pire que cette fois, c’était quand tes parents sont morts, mon cœur. »

Je sens une main se poser sur ma plaie et je la rejette vivement, sursautant. J’ai fermé les yeux un court instant. Quelques secondes, je crois ? J’y vois trouble et je pousse de toutes mes forces la main menaçante et tente de me redresser pour fuir. Je reconnais la forme vaguement. La gonzesse en collants. Le soulagement me laisse effondrée sur le sol, je lui laisse appuyer sur l’impact de la balle en fermant les yeux pour ne pas fondre en larmes. Ma mâchoire verrouillée tellement fort que je crains de faire exploser mes dents.

Une nouvelle voix me tire de mon quasi-sommeil. Je grommelle : « j’ai trop la forme, youpi » avec mon ton le moins enjoué possible, mon jeu d’actrice fortement amélioré par la douleur assommante. Lutter contre la souffrance et cette atroce sensation de se vider de son sang en sentant battre mon pouls partout. Dans mes tempes. Dans ma nuque. Dans la plaie. Dans mes poignets. Partout. Et ce gout de sang…. Je sens ma tête dodeliner et ma face me brûler, je cligne furieusement des yeux pour me concentrer. Rester présente.

J’entends une cavalcade et laisse à mes deux alliés le soin de me sauver la vie ou de me laisser crever. Je n’ai plus la force de penser, de me vouloir vivre, de me battre. Allongée sur le sol, je me sens quand même lourde. Si lourde… Je sens que ce n’est plus la même main qui tente d’endiguer le flot de sang. Je sens aussi l’air frais toucher ma peau alors qu’un ciseau glacé se fraie un chemin vers ma plaie, la nettoyant. Je les entends parler de transfusion alors je parviens à leur murmurer mon groupe sanguin. Je tâtonne à la recherche de Black Canary et saisit sa main poisseuse et la serre de toutes mes forces avec férocité.

« Les enfants… Ramenez les…. J’vous en supplie. »

Je pèse si lourd, tellement lourd, que je finis par céder et dormir. Il me faut récupérer des forces, après tout…
Cannibalisme Notoire


Continuez sans moiiiii ! Désolée c'est court mais Rose est hors service, n'hésitez pas à lui amener des fleurs à l'hôpital ♥️ ♥️


Avatar @BeforeCoffee
Fan art @Macos710
@Yoona

- Je joue également Jason Todd / Red Hood et parfois je fais des bisous à Tim -
Comme je peux plus l'ajouter pour le concours je le mets ici D: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Justicier(e)
Féminin Messages : 1309
Date d'Inscription : 25/11/2017
Localisation : Gotham.

▲ Goth-Passeport ▲
◊ Votre Réputation à Gotham City :: ► Justicière / Citoyenne de Gotham
♠ Relations conflictuelles :: ► Shiva, Merlyn, Joker, Gormogon (prochainement)
♣ Vos Alliés : : ► Batman, Batwoman, Tim Drake, Huntress, Blackhawk, Katana, Batgirl, Le Réseau
avatar
Dinah Lance-Black Canary
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   Ven 9 Mar - 19:04

De chair et d'os Les sirènes se font finalement entendre. La tension baisse d'un cran; mais reste présente au vu des instructions qui maintenant circulent dans le GCPD. Si un jour elle pouvait faire ravaler ses chicots à Cobblepot, mais aussi à Specter pour être aussi aveugle ... Dinah se renfrogne non sans jeter un oeil vers NightLaw qui, cette fois semblait avoir appris de sa remontrance à ... être un peu plus humain. Même avec ses adversaires. Elle ne peut malheureusement pas s'octroyer un moment pour sourire, se concentrant sur la pression qu'elle exerce sur le membre blessé. Quand la jeune policière lui parle, elle la rassure, lui explique comment ils étaient et tente de la faire rester consciente. À la question de son partenaire, elle répond sèchement, bien que dans le fond, elle soit vraiment soulagée de la prise d'initiative du membre du Réseau, l'entraînant d'ailleurs vers la voie du justicier.
"Je préfère ça, Night. Et ça devrait aller. Il va juste falloir qu'on couvre notre fuite. Sans blesser les policiers qui vont débarquer. Rose s'en sortira."
Le communicateur se remet en marche, réglé sur la fréquence des ambulanciers rameutés sur place.
"Zone Nord. Salle des canalisations. Je répète. La blessée est zone Nord, salle des canalisations."
La voix d'un des secouristes s'entend au loin, dans ces immenses couloirs crasseux.
"Regardez-moi, Rose. Puis, suivez mon index."
Dinah attend que Rose suive son doigt, ne brusquant pas le mouvement afin de garder son attention. Rose voit alors la porte, les lumières balayant ça et là les recoins, entend les voix qui se rapprochent de plus en plus de leur position.
"Ça c'est votre espoir Rose. C'est la raison qui va faire que demain, vous allez vous réveiller vivante et revoir ceux que vous aimez. Alors ne cessez pas de le fixer, de les fixer."
Malheureusement, c'est en vain. La policière s'endort et Dinah ne peut plus que vérifier son pouls le temps que les brancardiers débarquent. Elle regarde NightLaw droit dans les yeux, cherchant un point auquel se raccrocher afin d'espérer, d'avoir plus que l'impression que ce pouls bat toujours. Le temps d'un regard, la justicière montre qu'elle tient aux vies; qu'elles soient bonnes ou mauvaises selon la société.

Finalement, les brancardiers arrivent avec ce qu'il faut. Défibrillateur, masque à oxygène, poche de sang O. Enfin, la délivrance. Canary se lève, non sans jeter un dernier coup d'oeil vers l'une des victimes de cette triste soirée puis, elle se tourne vers les enfants restants, terrifiés à la vue de tout ce sang, de ces organes à terre, de ces gens s'agitant. Sa main vient se poser sur l'épaule du vengeur et comme suspendue, incapable de faire sortir les mots qui pourtant tambourinent violemment en son crâne, la justicière resserre un instant la pression et, sourit tristement.
"Il faut que j'aille voir Gordon. File vers les toits avant qu'ils ne fassent le rapprochement avec tes armes. Et s'il te plaît, si tu me suis, évite de trancher quelqu'un."
La jeune femme se détourne de lui et part en courant sans l'attendre car déjà, l'on peut entendre les troupes du GCPD arriver.

Accroupie sur son perchoir, le regard dur sous ce masque noir, Dinah Lance alias Black Canary observe les va et vient de ces policiers. Chacun s'en donne à coeur joie pour passer les menottes aux individus encore vivant, tandis que certains commentent avec dégout l'un des cadavres; et donc l'une des victimes de NightLaw. Bordel. Cela risque d'être compliqué de gagner la confiance de Gordon dans une telle situation. Ce n'est pas sa vision de la justice; et encore moins celle de Dinah. Elle serre les dents, attendant le moment propice où l'homme de loi se retrouvera seul. C'est quinze minutes plus tard que la blonde se fond derrière lui, lorsque les enfants, les policiers ayant fait leur rapport partent. Gordon lui, reste seul. L'on peut voir son dos ployer sous la fatigue et se tendre parfois d'indignation face à une telle situation.
"La femme à la tête de ce petit réseau de cannibales est morte de la main du Joker. Quand au mort au bras tranché, c'est de ma faute. Je n'ai pas été assez vigilante à l'égard de mon partenaire."
La blonde sort de l'ombre, bras croisés et visage assombri par le poids des responsabilités qu'elle s'apprête à endosser.
"Je suis désolée. Et j'assume l'entière responsabilité de cet acte, même si ce soir, des enfants sont saufs. Ça ne change rien au fait de ces morts, je sais. Et j'espère ne pas avoir brisé le peu de confiance que j'avais créé avec votre unité, lors de mes divers appels."
Ce serait dommage, mais aussi compréhensible. Tuer n'est et ne sera jamais la solution. Car tuer, ne nous rend pas plus héroïque; ça nous rend au contraire pathétique. Il suffit d'entendre le Joker hurler dans les couloirs tandis que l'on l'emmène à nouveau se calmer à Arkham.

© 2981 12289 0

Ordre de passage:
 


The Air
Well I remember, I remember, don't worry, how could I ever forget. It's the first time, the last time we ever met. But I know the reason why you keep your silence up, oh no you don't fool me. Well the hurt doesn't show, but the pain still grows. It's no stranger to you and me. (⚡️) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cannibalisme notoire (PV NightLaw Rose Joker)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rose..
» Rose des sables
» Panthère Rose
» La Caverne de la Rose d'Or
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth ::  :: Coventry :: Centrale Électrique-