Forum Jeu de Rôle Batman



Carpenter

Copperhead

Mad Hatter

Scarecrow

White shark

Two-Face

Ratcatcher

Kite-man

Shauna Belzer

Lynx

Cluemaster

Carmine Falcone

Catgirl

Simon Hurt

Mahunter

Zatanna Zatara

Bluebird

Katana

Red Hood

Talon

The Signal

The Question

Holly Robinson

Jezebel Jet

Julia Pennyworth

Lucius Fox

Max Shreck

Silver St.Cloud

Sarah Essen

Amanda Waller

Renée Montoya

Crispus Allen

Jim Corrigan

Partagez | .
 

 Rancœur tenace [PV Pingouin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justicier(e)
Masculin Messages : 2299
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Lun 11 Déc - 9:01

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Oswald Cobblepot alias le Pingouin ...

Une ordure de la pire espèce, fourbe, colérique et cupide. Quelqu'un capable d'échafauder un plan et faire en sorte de ne jamais être inquiété par la suite de représailles, toujours en train de trouver un bouc émissaire pour ses petites manigances. Il s'était tenu à carreaux et je l'avais suspecté, grâce au procès de Sionis, de vouloir reprendre les territoires qui avaient appartenu au parrain noir de Gotham ... Mais je me trompais. Je m'étais trompé sur toute la ligne, et Cobblepot m'avait battu sur le jeu des prédictions. Cobblepot n'était pas fou, et complètement aux autres criminels d'Arkham que je côtoyais, c'était plus quelqu'un qui connaissait tout ce qui était légal et qui faisait en sorte de ne pas se retrouver à franchir la ligne, mais qui faisait en sorte de la contourner, qu'importe le moyen, du moment que ça puisse lui rapporter gros. Je ne m'attendais pas à grand chose avec lui, mais quelque chose éveilla quand même mon intérêt, ce qui pouvait pousser à m'exaspérer. J'avais entendu une rumeur des plus folles, une rumeur qui pourrait être "vraie" vu qu'il était lui-même à la place de grand commandant de toute la ville après tout. Cobblepot avait retrouvé une partie de la gloire de son aïeul, se sentait-il maintenant être un vrai Cobblepot ? Lui qui eut une enfance difficile. Il était un héritier de la ville de Gotham après tout. Les Wayne, les Elliot, les Cobblepot, les Arkham, les Kane, c'étaient les grandes familles de Gotham, celles qui avaient relancé la ville durant la période industrielle, celle qui avait permis d'urbaniser Gotham City et d'offrir à nos citoyens une ville moderne, malgré le lourd tribut qu'il a fallu payer. Mais maintenant, nous étions en plein vingt et unième siècle, ancré dans un monde sans cesse en évolution, et même si ce monde me devenait petit à petit étranger, je me devais d'entendre l'appel de Gotham, de l'aider de toutes les manières possibles pour vaincre le crime. Ce que j'échoue à faire ces derniers temps. La Cour, Hurt, et bien d'autres m'échappent encore, et pourtant ... Je n'étais pas si loin de les attraper moi-même. Mais pourtant, à chaque fois que je semble avoir le bon indice, ils m'échappent et restent hors de ma portée, ce qui m'enrage personnellement. Agenouillé sur une gargouille, tandis que la pluie, fine, mais froide, commence à tomber, j'observe le bâtiment de la mairie. De mes jumelles, je tente de voir Cobblepot, je tente de le chercher du regard, un homme tel que lui était assez vaniteux pour faire de l'hôtel de ville sa propre résidence personnelle, d'en faire son musée personnel. Oui, il en était capable, il avait une certaine fierté qui le rendait égocentrique et narcissique. Ses possessions matérialistes le rendaient cependant, faible. Dans la mesure où il suffit de l'en priver pour le faire chuter, mais dans ce cas bien précis, il fallait quand même le dire, on ne pouvait pas lui retirer ce pouvoir de maire, à moins de le destituer, mais ce n'était pas une bonne optique. Clairement pas. Il fallait qu'il chute de lui-même, qu'il s'écrase sous le poids de la justice, et qu'il tombe par lui-même, c'était la seule condition, et si je pouvais aider à sa chute, alors je le ferai. Décidant le tout pour le tout, je décide alors de m'envoler vers un étage du bâtiment. Je pénètre dans le bâtiment en entrant par la fenêtre qui donne sur un couloir. La sécurité est moindre ce soir, il y'a un peu moins de gardes armés et de fonctionnaires qui travaillaient pour Cobblepot, mais cela n'empêchait pas que le couloir soit sécurisé par quelques gardes d'Oswald. Ce n'étaient pas ses hommes habituels, juste de pauvres gens qui essaient de travailler par eux-mêmes et d'avoir un salaire décent. Le mieux, c'était une bonne grenade pour endormir tout ce petit monde. Le système de ventilation me permet de faire en sorte qu'ils seront occupés à dormir pour ce que j'avais à faire avec Cobblepot. Quelques minutes plus tard, ça y'est. Ils dorment comme des bébés dans le couloir et malgré le bruit des corps qui tombent, cela ne m'empêchera pas d'avoir un petit tête à tête avec notre illustre maire. Alors que j'ouvre la porte du bureau du Pingouin, j'y pénètre silencieusement, sans bruit. Il est là, derrière son bureau, occupé à régler certains petits détails. De quoi ? Ses affaires ou celles de la ville ? Bonne question. Ce monstrueux petit personnage me rebutait énormément. Même en tant que Bruce Wayne, je ne pouvais pas le supporter alors vous imaginez ... J'entre dans le bureau du maire, son bureau. Il avait changé la décoration pour en faire quelque chose de plus personnel, je vois. Ce n'était pas la peine qu'il prenne ses aises, je ferai en sorte qu'il soit forcé à quitter ce bureau très vite. Alors que le tonnerre commence à gronder, j'apparais maintenant, droit devant Cobblepot, pour l'effrayer oui, pour qu'il ait une attaque cardiaque ? Peut-être.

"Bonsoir Cobblepot."

Dis-je en le toisant, tout en le gardant bien à l'œil, avec le Pingouin, on ne sait jamais à quoi s'attendre. Ce n'était qu'un petit personnage, toujours bien planqué à l'arrière, mais quand il s'agissait de se confronter à bien plus grand, là, on commençait à voir autre chose. Mais peut-être qu'il n'était plus un criminel après tout ? Peut-être qu'il était vraiment empli du besoin de faire le bien et de travailler pour la ville de Gotham ? Ne soyons pas naïf. S'il était surnommé le Pingouin, ce n'était pas pour rien. Le manchot est un animal cupide qui garde tout pour ses propres œufs alors Cobblepot ne ferait pas d'exceptions à la règle. Je le toise de haut, pour lui rappeler que, quoiqu'il fasse, il n'arrivera pas à m'arrêter de sauver cette ville et de mettre fin à des plans démentiels. Oui, il allait le sentir passer son mandat, et je n'allais pas être vivable pour lui. Il s'était décidé à retirer le Bat-signal ? Il allait s'en mordre les doigts et salement. D'un coup d'œil, je regarde l'ambiance dans laquelle nous sommes, dans quel bureau si joliment décoré nous étions. On y voyait la patte du Pingouin, son style et son narcissisme exacerbé.

"Très joli bureau, monsieur le maire. Dommage que vous n'y restiez pas longtemps."

Histoire de le décourager, histoire de lui apprendre qu'il ne serait qu'un mot dans l'histoire de Gotham City. Pas même une page d'histoire, rien. Cobblepot était un parvenu. Il s'était hissé à la mairie de Gotham car il s'est servit de la crédulité des gens, et rien de plus. Pas que Bruce Wayne jalouse ce poste, mais il avait une sainte horreur de voir qu'un criminel puisse être désormais à la tête de sa ville. Il me fallait le surprendre, le déstabiliser, lui montrer que malgré son pouvoir de maire, il n'était rien d'autre qu'un criminel qui s'était moqué de la population de la ville et rien de plus. Rien de plus. Cobblepot n'était qu'un arriviste, et je ferais en sorte qu'il goute à son propre poison, et qu'il soit victime de son propre jeu de sape. Il voulait détruire mon symbole en retirant le Bat-signal ? C'était à ses risques et périls, moi, j'allais lui montrer qu'il ne fallait pas m'énerver, surtout en ce moment. Posant mes mains sur son bureau, je me fais plus insistant, plus menaçant et plus en colère que jamais.

"Tu as fait retiré le Bat-signal, Cobblepot. Donne-moi une bonne raison pour que je ne te balance pas à poil sur le périphérique ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Lun 11 Déc - 15:51

Les soirs devenaient froids. Les quelques végétations de Gotham s’engourdissaient à mesure que la température avoisinait le zéro. Manifestement, la vie devenait lourde, les jours rapetissaient et la pesanteur générale se fit ressentir partout. Les rues, de jour, semblaient désertes. La neige recouvrait de son manteau blanc l’ensemble des cloisons et des autos qui continuaient leur chemin, faisant fi des signes apocalyptiques qui annonçaient la fin d’année. Il eut fallu au maire beaucoup plus de courage pour souhaiter à sa ville de bons vœux. Il ne souhaitait à dire vrai que des portefeuilles bien remplis. Telle était la mission du misanthrope. Effectivement, l’on avait tendance à comparer les Wayne et les Cobblepot. Si ces premiers étaient philanthropes, les autres, eux, gardaient un sens moral assez mystique et obscur. C’était du moins la vision du peuple sur la famille anglaise qui s’était exportée à Gotham voilà bien des centaines d’années. Il s’agissait de considérer la ville de manière globale. Une gigantesque tirelire qu’Oswald se devait de gérer. Satisfait, penaud, il terminait son énième journée en lisant les nouvelles du jours. Si l’on signalait un viol à Blüdhaven, on ne tarissait pas d’éloges sur la police qui avait appréhendé le suspect. Si on avait référencié un vol de bijoux à Métropolis, on s’engouait aussitôt de glorifier Lex Luthor pour sa mise en vente de diamants à l’occasion d’une soirée. C’était quasiment pitoyable. Le Pingouin regardait tout ceci avec beaucoup de dédain. Il ordonna à sa secrétaire d’aller lui chercher un verre de scotch. Il se posa devant ce bureau multi design qu’il s’était fait commander pour son Noël. On aurait cru le vieux hibou qui ne sortait de ses quartiers que pour prendre l’air de temps à autres.


   Oswald mit de l’ordre dans sa paperasse et grogna d’avoir trop de travail. Sa secrétaire travaillait son discours de fin d’année et il n’était pas plus enjoué que cela à l’idée de devoir lire le produit fini d’une femme qui était, assurément, d’une condition sociale plus misérable que la sienne. Considérant la demoiselle sous son aspect le plus charnel, il tenta de faire contre mauvaise fortune bon cœur. Il jetait un œil, par-delà la baie vitrée. Cette vie sentait de derrière sa fenêtre le souffre et le sang. Il était temps de régler cela dans les plus brefs délais. Que devenait cette mission dont Strange l’avait entretenue ? Il fallait s’occuper de tout ceci. Le monocle d’Oswald créait un reflet qui l’éblouit quelque peu. D’abord, une vive lumière comparable à celles des phares auto, puis rien. Ombre/lumière sans cesse. Cette ville n’était plus digne d’être habitée tant que les Cobblepot n’auraient pas fait leurs affaires. Un bruit de porte se fit entendre, un grand bruit de porte. Sans se retourner, le Pingouin gloussa :
 
« Combien de fois vais-je vous demander de fermer calmement cette porte, Angela ? »
 
 Le Silence inhabituel de la secrétaire inquiétait Cobblepot qui se sentit le devoir de se retourner. Ce n’était pas à son habitude de se taire, à cette pinbèche… Le Pingouin ouvra grand les yeux et resta bouche bée. C’était lui. Cela faisait bien longtemps qu’Oswald n’avait pas eu affaire à lui. Sa stature aurait impressionné les petites brutes. Mais Cobblepot était le maire, et bien qu’il le craignait un tantinet, le chef, aujourd’hui, c’était le Pingouin. Le chevalier noir baragouinait quelques mots.
 
« Je savais que tu viendrais, Batman. Je dois avouer que tes remarques me flattent. J’aurais espéré pouvoir avoir au moins un : « sale crapule ! » ou tout du moins ce genre de choses… Tu sais quoi Batman ? Tu me déçois. Un verre? 


Après un temps 


-Garde pour toi ton venin, vermine. Tu n’es pas légitime pour Gotham. Tu la pollues. Il est donc normal que tu te voies amputer de ton très cher Bat-signal. En revanche, si tu veux casser des bouches, je te demanderais d’y réfléchir à deux fois. Il me suffit d’un seul cri pour que rapplique ma garde rapprochée… Et je ne parle pas de ces quatre fonctionnaires de nuit que tu as sans doute dupé… Après tout, nous sommes collègues, prêt à affronter ensemble le crime souillant indéfiniment cette ville. Je compte bien remédier à tout ceci… »
Revenir en haut Aller en bas
Justicier(e)
Masculin Messages : 2299
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Mar 12 Déc - 10:04

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

"Je travaille seul."

Lui crachais-je en plein visage. Je préférais lui annoncer directement que je ne travaillais pas avec des membres des services publics, et encore moins avec des anciens criminels. En attendant, je ne le voyais clairement pas revêtir un costume de super-héros pour combattre le crime avec moi. Certainement pas, et l'idée était complètement idiote. Bien sur, il y'avait Robin, Nightwing, et tous les autres, mais ça, c'était différent. Eux, ils avaient la justice au corps, et dans l'esprit. Cobblepot, lui, ne voyait que le profit pour ses propres affaires, et il y'avait un sens derrière son soi-disant combat contre le crime, un intérêt financier qui allait lui rapporter certainement le pactole. Et cela, je pouvais le deviner à des kilomètres. Cobblepot et moi, ce n'était pas une histoire d'amitié, et malgré ses airs de dandy de la Pègre, il était un monstre comme les autres, toujours dans l'idée de valoir mieux que les autres, mais il n'en était rien. Une fois dans la même poubelle à criminel, il n'était plus qu'un numéro et rien d'autre. Ce n'était pas un génie du crime, après tout, s'il avait été élu, ce n'était que par forfait. Daggett venait de sortir de prison et n'avait eu aucune chance, tandis que Wayne, lui, avait un grand nom de casseroles au derrière. On remerciera Hurt et Hady pour le travail accompli, sans compter le crash de l'avion qui avait plongé Wayne Enterprises dans la tourmente. Il me propose un verre ... S'il croit que ça me calmera ... Mais il a raison, cela ne servait à rien de s'en prendre à lui, cela ne servait clairement à rien, et pour tout dire, c'était inutile. Cela ne ferait qu'alimenter la haine et cela continuerait à lui donner raison, et le GCPD pourrait très bien être utilisé contre moi, ce dont je ne voulais pas. Il me fallait mettre les choses au point avec Cobblepot, et puis après tout, je n'étais pas là que pour le Bat-signal, en soit, ce n'était pas une des seules raisons qui me poussait ici. Du venin ? Le seul venin qui se trouvait ici, c'était bien l'infect petit personnage installé dans ce bureau, qui n'avait clairement rien à y faire. Travailler avec lui ... Il veut se débarrasser du crime ... C'était une bonne blague. Elle aurait fait rire le Joker, mais pas moi, connaissant Cobblepot, il avait déjà des idées pour s'en prendre à ses propres et anciens collègues de la Mafia de la ville. Je grommelle tout en l'écoutant. Quelque chose me disait au fond de moi que je devrais lui faire bouffer son monocle, pour la forme. Il avait quand même réussit à faire en sorte que le parrain Black Mask soit derrière une procédure pénale qui allait ralentir ses affaires. Une bonne ou une mauvaise chose ? On verra le résultat par la suite ...

"En écartant Sionis par un procès, et en achetant les autres criminels ? Qui est le suivant sur ta liste ?"

Petite allusion au procès que Specter avait lancé suite à la capture de Roman Sionis. Je ne suis pas contre l'idée de le faire juger, mais Sionis avait le bras long, et il était monstrueusement dangereux pour tout ce qui était de l'influence qu'il pouvait exercer dans le milieu, après tout, il était un des plus dangereux et des plus monstrueux parrains de l'Underground. Sa revanche serait terrible s'il venait à reprendre le contrôle de ses affaires et son emprise sur la société des Faux Visages. L'heure était maintenant venue de le mettre à table. Si je n'avais pas les réponses que je voulais, cela pouvait très mal finir, et ce n'était pas des pauvres types qui m'empêcheraient d'avoir ce dont j'ai besoin. La Cour des Hiboux avait été un déclencheur, et valait mieux ne pas m'énerver en ce moment-même. Cobblepot pourrait très bien le regretter. En attendant, je me devais de rester calme, je me devais de l'écouter pérorer, même si cela m'insupportait. Je me relève, et je serre les poings, face à son petit discours, son caquètement qui m'énervait et qui me donnait envie de le jeter par-dessus la fenêtre, mais je devais me calmer, je devais résister à cette tentation, même si ce sentiment d'avoir été floué, d'avoir été vaincu m'exaspérait énormément. Je venais pour des renseignements, je venais pour quelque chose de plus précis, et Cobblepot devait forcément être au courant de tout ça.

"Qui sont ces gens qui ont arrêté la plupart des membres de la Cour des Hiboux ?"

C'était la question qui me tourmentait, et si le Pingouin était au courant, il me fallait des réponses. Pour en arriver à ce degrés d'arrestation, ils avaient des mandats et le droit de perquisitionner, et d'après ce que je savais, seule une autorité compétente pouvait se permettre une telle chose, quelqu'un qui pouvait se placer au-dessus des lois et embaucher des mercenaires de ce style. Cela m'irritait. Si on commençait à avoir une milice qui s'occupait des criminels, qui ne dit pas qu'elle s'en prendra à mes alliés par la suite ? Bonne question. Le Pingouin était peut-être une espèce de salopard cruel, mais il était suffisamment intelligent pour en savoir le plus possible avant tout le monde, et bien que je ne l'aimais pas, il était quand même un informateur des plus précieux dans le milieu de la Pègre, et même si je venais à le "tolérer", même s'il me poussait à bout parfois, il restait quand même un des alliés de fortune en terme de renseignements, cependant, je doute qu'il en vienne à venir le dire par lui-même, surtout s'il était derrière tout ça, et derrière ces invectives contre les criminels. Bien que le résultat soit une réussite d'accord, mais je n'aimais pas cette idée d'avoir une ombre en plus dans mon dos, qui serait prête à me poignarder au moment opportun. Fixant le Pingouin droit dans les yeux, je le maintiens du regard, je le fusille droit dans le blanc des yeux, je saurais s'il venait à me mentir, je le connaissais bien après tout.

"Tu sais toujours tout avant tout le monde, alors parle !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Jeu 14 Déc - 12:57

Batman devait se douter que Cobblepot serait offensif. Pourtant, il restait là, à contempler celui qui lui avait tant de fois mis des épines dans le pied. Il s’agissait de prendre conscience de l’étendue du pouvoir du Pingouin. Il n’était dès lors plus question de frappes qui tentaient d’accéder à un haut rang de la mafia. Le haut rang, Oswald le possédait déjà. Il suffisait juste qu’il tape du pied pour que tout lui vienne mâché dans la bouche. C’était d’une réjouissance surnaturelle. Le plaisir évoqué était tel que Cobblepot prenait souvent ses secrétaires pour des éventails sur pattes. La démesure était ce qui plaisait le plus à un homme qui, jadis, avait tant souffert de la moquerie. Aujourd’hui, s’il le voulait, il pouvait déclencher une guerre urbaine… C’était drôle à voir, ces gens qui s’empressaient de voter pour leur chute… Et pourtant ils l’avaient fait… Allez recouvrer de la confiance en l’espèce humaine après cela…
 
   « Tu vois Batman, tu as perdu ta fougue d’autrefois. Il fut un temps où tu aurais renversé les choses, en dépit de tout ce qui aurait pu te revenir en pleine figure… Et aujourd’hui, tu respectes un silence de mort qui ne coïncide plus avec le bruit des côtes qui craquaient et les crânes brisés que tu laissais derrière toi. Tu as perdu ta fougue, c’est évident ! Eh oui, tu deviens vieux… Ahahaha, nous devenons tous vieux… Tu te souviens de nos premiers échanges… Je n’étais qu’un piètre commerçant, et toi, l’homme qui détruisait mes moyens de production. Aujourd’hui, je suis maire d’une des plus grandes et influentes villes de la côte Est. C’est à la fois une grande réjouissance de constater à quel point les gens peuvent reconnaître le génie des Cobblepot, mais ce cadeau, était aussi un défi… Tu vois ces criminels sont différents. Ce ne sont pas de piètres voleurs, ils établissent la folie et la répandent. Je ferai de ces vermisseaux des tapis de bain. Ils ne sont rien face à la grande Gotham… »
 
   Oswald alla se servir un verre d’alcool fort. Et, observant de toute évidence qu’il tremblait, non dû à la présence de Batman mais à celle de son addiction manifeste au tabac et à l’alcool… C’était là un énorme problème, pour Oswald, qui avait déjà tant souffert de sa difformité. Il fallait maintenant supporter le début d’une vieillesse longue et douloureuse.
 
   « Contemple, Batman, cette manière dont tu t’adresses à moi. Tu sembles si déterminé et tu sembles toujours me mettre dans la mauvaise case. Il fut un temps où être voleur rapportait plus qu’être bon. Mais tu vois, j’ai fait des erreurs, mais je compte bien redorer le blason des Cobblepot ainsi que sa gloire d’antan, car elle le mérite… Pas comme ces Wayne… »
 
   Cobblepot toussota quelque peu dans le but de boire une nouvelle lichette d’alcool.
 
« L’inconvénient, quand tu passes de trop longues journées sous les feux des projecteurs, tu en perds clairement le sens de tes priorités… »
 
   Quand Batman se rapprocha du sujet de la cour. Oswald sua quelque peu.
 

« Tu veux savoir qui a arrêté ces blancs-becs ? Je serais tenté de te le dire. Ou tout du moins te révéler qui est derrière tout cela… Je pense que la personne qui t’a fait affront en retirant le Bat-signal t’éclairera plus que moi. Tu sais… quand je t’avais dit qu’il me faisait penser à Dent, je ne mentais pas… il faut croire que les bons cachent toujours en eux une part de méchanceté… »
Revenir en haut Aller en bas
Justicier(e)
Masculin Messages : 2299
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Dim 17 Déc - 18:10

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.
Bien évidemment, Cobblepot se montre sur la défensive, et même s'il n'était pas armé, il était un adversaire verbal à ne pas sous-estimer. Fidèle à lui-même, et terriblement pernicieux, le Pingouin pouvait se révéler être un adversaire digne du grand Machiavel, un conseiller des Borgia de l'Italie de la Renaissance, et pourtant, avec les années, il avait diminué en terme de plans audacieux, jusqu'à me prendre la mairie de Gotham ... Cruel, mais dangereux. Sournois, mais terriblement matérialiste. Il arborait ce sourire carnassier propre qu'il avait depuis notre première rencontre. Il évoquait sans équivoque notre première fois, notre première confrontation, et surtout ses débuts en tant que voleur. Il se disait blanchi, devenu un honnête citoyen. Comme j'aimerais le croire, mais le Pingouin n'était pas quelqu'un de digne de confiance, surtout sur le fait qu'il refuse de me donner plus d'informations qu'il ne veuille bien le faire. Je le crois derrière cette attaque sur les hiboux et pourtant ... Suis-je devenu si vieux ? Si perdu dans le temps ? Suis-je devenu une de ces ombres que j'ai juré de combattre ? Est-ce que le temps m'a rattrapé ? Suis-je devenu un pâle écho de ce que je fus jadis ? Je refuse de le croire et de le penser, Cobblepot use ces termes pour essayer de me battre sur le terrain du moral, de la pensée, et il ne m'aura pas à ce petit jeu, qu'il en soit certain. Cependant, je venais à douter de la loyauté de notre cher procureur. Est-ce qu'il serait en train de nous doubler Gordon et moi ? Est-ce qu'il serait en train de fonder quelque chose de diabolique qui ne m'inspire clairement pas confiance ? Je me le demande vraiment ... Specter était-il si enclin à faire régner la justice ? Est-ce qu'il serait capable de fomenter une milice capable d'arrêter des criminels là où j'avais échoué. J'avais des doutes. Si Specter était ce qu'il semblait être, alors il n'aurait jamais intégré des membres d'une milice dans ma ville, pas sans au moins en avoir parlé à Gordon. Mais là, j'extrapole bien et ça ne devient plus très bon. Il fallait que je reste concentré, que je garde mon calme, sinon, je pourrais lui faire passer un très sale quart d'heure, et quand je voulais, je pouvais être mauvais.

"Le génie des Cobblepot a ruiné votre famille, Oswald. Votre cupidité et votre soif de pouvoir sont vos talons d'Achille."

Il veut redorer le blason des Cobblepot ? Soit, mais il y'avait d'autres manières non ? Cobblepot n'était pas connu pour être quelqu'un de très humanitaire, et encore moins quelqu'un qui pouvait prétendre à être compatissant vis à vis des autres. Contrairement aux Wayne, Cobblepot n'était qu'un piètre défenseur des droits humains. Pour ma part, je me méfiais de ce qu'il préparait, et même s'il m'en disait de trop, c'était surtout par sous-entendus, et je n'aimais pas ce qu'il me cachait, non, clairement pas. Pour ce qui était de l'arrestation et du principal sujet qui m'intéressait, Cobblepot jouait les connards, et je n'aimais pas quand on m'énervait un peu trop. Aussi, je vais tenter un coup de bluff, histoire de le voir se ruiner physiquement face à moi. Je donne un grand coup de poing sur la table, tout en la retirant doucement, j'y dépose un petit micro sous le rebord de la table, histoire de me tenir au courant de certains faits et gestes, au cas où. De manière rapide et vraiment efficace, il n'aura rien vu. Je tente le tout pour le tout, histoire de voir comment il va réagir, cela promet d'être du beau sport quand on y pense. Fort heureusement, il ne soupçonnera jamais que je n'ai pour le moment, aucunes preuves de ce que j'avance, mais en ces temps dangereux, il fallait avoir recours à tous les subterfuges pour attraper les poissons non ?

"Je sais que tu es derrière tout ça, Cobblepot. Et si jamais je viens à terminer de rassembler les preuves par moi-même, sache que ton titre de maire ne te sauvera pas cette fois."

Je me dirige vers la fenêtre, avant de l'ouvrir. Ma discussion était sur le point de s'achever, mais j'attendais quand même sa réponse, sa dernière chance pour me révéler ce qu'il sait. Après, quoiqu'il se passe, cela sera de sa propre décision. Le Pingouin pouvait avoir peur de ma réaction, et il savait que je ne plaisantais pas avec ça. Surtout quand il s'agissait de quelque chose qui pouvait s'avérer vraiment dangereux pour la ville. Alors que je m'apprête à quitter le bureau du maire, je regarde une dernière fois le Pingouin, dans l'attente d'une quelconque réponse de sa part. Il allait déguster sévère. Ce qu'il y'a de pire pour le Pingouin, c'est de perdre petit à petit, le pouvoir qu'on possède.

"Tu sais de quoi je suis capable, alors pèse le pour et le contre. C'est ton choix. Dis moi ce que je veux savoir maintenant et je te laisserai en paix pour le moment. Si tu me mens, ça ira mal et tu perdras beaucoup plus."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Dim 14 Jan - 20:37

   Il fallait toujours qu’il fasse des menaces pour avoir ce qu’il désirait. C’était donc cela, l’étoffe du héros ? Tout cela était peinant. Il fallait régler ceci avant que cela dégénère. Comment un justicier avait pu s’adresser de la sorte au maire de la ville ? C’était tout bonnement impossible. D’abord, il fallait le remettre à sa place, et ce faisant, lui faire comprendre qu’il n’était rien d’autre qu’un indésirable. Toujours sous un ton doucereux, aux limites de l’hypocrisie, le Pingouin n’allait pas changer son fusil d’épaule. Lui vivant, ce fantoche à costume ne régnerait pas la nuit, sur les toits de cette ville. D’abord, un regard correspondant au jugement, puis un raclement de gorge assez significatif des personnes atteintes d’une maladie liée au tabac, consommé à outrance.
 
« Va-t-en, Batman, tu n’es pas le bienvenu chez moi, dans MA VILLE. Elle est mon berceau et je la protégerai mieux que toi. Je suis à deux doigts de prévenir l’élite qui fera de toi un vulgaire légume. Prends ton petit air satisfait avec toi et dégage ! Je ne te dirai rien de plus. C’est moi qui prends les opérations en main, vulgaire pantin ! »
 
   Oswald commençait à sentir son sang doucement se réchauffer au fur et à mesure qu’il apercevait ce chevalier noir faire les gros bras devant lui. Calmement, et avec une seule goutte de sueur froide, il déclencha la sécurité. Il ouvrit un tiroir, qui dissimulait généralement ses affaires « intimes » et ledit tiroir était souvent fermé à clé. Cette fois-ci, par chance, il ne l’était pas. Comme défense, Oswald caressa le froid canon d’une arme qui n’attendait finalement rien d’autres que d’être utilisée. Majesté mise à part, Oswald patienta que la chauve-souris face son capricieux. De toute manière, ses hommes de la sécurité allait bientôt débarquer et Cobblepot pourrait encore une fois se gausser à l’idée que Batman fuit une nouvelle fois. De toute évidence, il ne savait faire que cela. C’était bien des menaces… Mais peu suffisant et le Pingouin y connaissait quelque chose.
 
« Que vas-tu faire, Batman ? Me sauter dessus ? Misérable crétin, j’aimerais pouvoir te dire que cela ne te coûterait pas cher, mais crois-moi que maintenant, ton avenir à Gotham est largement compromis. Va donc chasser les méchants avec Superman, et fous nous la paix ! Ou même mieux… CREVE ! »




   Le Pingouin se tint à son bureau, suant quelque peu, par manque d’air. C’était l’affaire d’un homme obèse. Pourtant, ce n'était pas tellement ce qui avait encombré le Pingouin pour faire fortune. Il avait surtout bien compté sur son charisme, et surtout sur son argent pour faire campagne et surtout la remporter. Mais cela devait être gardé secret. Une chose est sûre, les urnes avaient parlé sans lui, il fallait croire que les Gothamites ne croyaient plus en rien si ce n'est en la pure rénovation. Une rénovation certaine que le fils Cobblepot se proposait d'achever. Son sens de la mesure ne lui ferait pas défaut, ni même sa capacité à prendre des décisions face à des raz-de-marée tels que Batman.




   Il reprit alors, l'air satisfait, un petit rictus affichait son profond sens du commandement. On voyait bien que ce qu'il allait dire, ne serait pas répété deux fois.






« …Me suis-je bien fait comprendre ? Le maire a parlé. »


 

PAR SUITE , PARDONNE MOI BATMAN , J’AI ÉTÉ BEAUCOUP PRÉOCCUPÉ CES TEMPS-CI, AVEC MON MEILLEUR SOUVENIR
Revenir en haut Aller en bas
Justicier(e)
Masculin Messages : 2299
Date d'Inscription : 13/12/2016
Localisation : Gotham City - Manoir Wayne

▲ Goth-Passeport ▲
♕ Votre Réputation à Gotham City :: ► Chevalier Noir / Play-Boy Millionnaire.
☠ Relations conflictuelles :: ► Joker, Double-Face, Pingouin, Harley Quinn, Poison Ivy, Black Mask, Le Chapelier Fou, Magpie, White Rabbit. Etc.
♣ Vos Alliés : : ► Nightwing, Robin, Damian Wayne, James Gordon, Alfred Pennyworth, Cassandra Cain, Kate Kane. Etc.
avatar
Bruce Wayne / Batman
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   Lun 15 Jan - 18:36

Batman
The Dark Knight
The Dark Knight.

Cobblepot ne dirait rien. Un maire qui ferait semblant d'être honnête et franc se pisserait déjà dessus à mon contact et à ma présence, mais lui non, du moins pour un "Don" de la Mafia, il fallait lui admettre qu'il était soit dans l'innocence totale, ou bien qu'il était un foutu menteur. Et Cobblepot ne brillait pas par son franc parler et ses actes. Il était bien connu dans le milieu qu'il ne fallait jamais faire confiance à ce genre d'homme aveuglément surtout quand on avait le Pingouin en face de soi. Grâce à mon père qui avait côtoyé Carmine Falcone à une époque lointaine, je me devais de faire attention. J'avais déjà vu ce que faisait les ordures dans son genre, et le Pingouin se rapprochait de Falcone, du moins sur le plan de la fourberie. Ce que j'avais appris également durant mon enfance, c'était que lorsque l'on s’engageait avec ce genre d'homme, il fallait toujours avoir un plan de secours et il me fallait en mettre un sur pied et très vite, histoire d'avoir deux wagons d'avance sur le Pingouin, je serre le poing quand il se met à appeler la sécurité. La tension monte inexorablement, il veut faire croire qu'il a le pouvoir. Bien sur qu'il l'a, pour le moment, et il était condamné à le perdre. Même avoir un plan de secours au plan de secours, pensais-je. Alors que je me dirige vers la fenêtre, j'observe une dernière fois le Pingouin, un léger sourire aux lèvres, le genre de sourire qui pouvait salement mettre mal à l'aise, et pourtant, c'était rare de me voir sourire, très très rare. Comme si je connaissais déjà le préambule de toute cette sordide histoire.

"N'oublie pas, Pingouin. Tout ce qui monte finit toujours par retomber. Et les pingouins ne volent pas ..."


Pour ce qui était de la Cour des Hiboux, je préférais ne rien dire, et surtout faire en sorte qu'il ne soit pas mêlé à tout ceci. Ironiquement, il l'était, mais je ferai en sorte qu'il ne gagne aucune victoire relative à la défaite prochaine de la Cour des Hiboux. J'avais fais exprès de ne pas parler de ces affaires. Après tout, il n'était pas de bon ton de parler plus que de nécessaire des affaires qui concernaient Gotham avec un vulgaire criminel arriviste de bas étage. Cependant, j'en avais terminé ici. Je n'avais plus rien à ajouter pour le moment. Il me fallait à présent trouver un endroit où m'installer afin de commencer la patrouille de cette nuit. Et, comme je connaissais absolument tout sur la ville de Gotham, je trouverais un lieu des plus adéquats pour commencer à frapper de peur le cœur des criminels qui séviraient cette nuit encore. Bientôt, il me faudrait arpenter les trottoir de tout les quartiers afin de trouver la perle rare, le petit défaut qui me ferait surgir hors des ténèbres pour fracasser des criminels à tire la rigole. Je contacte alors Alfred pour lui indiquer que ma petite séance avec Cobblepot n'avait pas donné l'effet escompté, pas grave. Maintenant, il savait que j'étais derrière lui, et que je le surveillerai de près, c'était tout ce qui comptait. C'est alors que mes pensées se tournèrent vers Dinah, alias Black Canary. Dinah avait un tempérament de feu, et je préférais lui rappeler ma doctrine à chaque fois que nous nous croisions. Elle était revenue dans ma vie comme un éclair et je n'avais pas encore eu le temps de prendre le temps de discuter avec elle sérieusement. Non pas que je n'avais pas confiance en elle, mais qu'au fur et à mesure des horreurs qu'elle verrait, il ne fallait pas qu'elle sombre dans la facilité. C'est facile d'ôter une vie oui, mais c'est toujours plus dur de la créer et de la protéger. C'était une épreuve du feu, en permanence, toujours, encore, la limite était tellement fine entre la colère, la rage et la mort. Gotham pouvait se montrer odieuse, nous montrer des choses horribles, nous pousser à des crimes, au plus profond de notre limite intérieure. Oui, Gotham savait nous éprouver, mais j'avais confiance en mes soldats du "Réseau", j'avais confiance en chacun d'eux et je sais qu'au fond de moi-même, ils seront prêts, un jour, et qu'ils me rendront fier. Je sais qu'ils me feront honneur. Et même si Canary avait un tempérament d'acier, elle saurait se contrôler et elle pourrait même diriger l'équipe de jeunes héros, l'idée me traversait l'esprit tandis que je surveillais les allées sombres aux alentours de la Mairie. Dinah serait certainement une meilleure entraineuse à ce sujet. Elle connaissait les techniques de combat rapproché, et vu qu'elle était un peu plus jeune et dans la même tranche d'âge que la plupart de mes recrues, cela prendrait un peu mieux au niveau des ordres et au niveau de l'entrainement. Le Réseau était pour moi un palliatif, j'avais besoin de contact et de reprise avec de nouveaux héros, en attendant que les choses s'arrangent mieux dans ma famille ... De plus, je ne peux pas emmener Tim avec moi, pour le moment, trop de mauvaises choses risquent d'arriver, et si elle venait à mourir, je ne me le pardonnerais jamais. Cobblepot avait eu de la chance ce soir-là, j'étais dans mon bon jour, dirons-nous. Alors que je me déplaçais lentement sur un des toits avoisinants, je me remettais à penser au passé, à ce qui aurait pût exister entre nous deux. Mais nous savions tous deux que nous ne serions jamais que des étrangers en matière de relation amoureuse, et d'ailleurs, je sais que je ne la rendrais pas heureuse, à vivre sans cesse dans la peur des soirées nocturnes, et des possibilités que je puisse mourir. Volant à nouveau dans la ville, me baladant de grappin en grappin, courant et sautant de toit en toit. Il fallait continuer le combat, ne pas s'arrêter, ne pas retourner en arrière, toujours continuer ... Toujours. La Croisade ne doit pas s'arrêter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rancœur tenace [PV Pingouin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rancœur tenace [PV Pingouin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pingouin intelligent
» [Kourkov, Andrei] Le pingouin
» Le Pingouin est en marche...
» sang de pingouin
» couturalong PINGOUIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham City Rebirth :: Gotham City :: Central Gotham :: Hôtel de Ville-